Doctorats et HDR : l’arrêté du 21 avril 2020

Avant sa publication au Journal officiel du 30 avril 2020, Academia a récupéré la version de l’arrêté à paraître, qui ne prévoit pas de financement pour les contrats doctoraux, laissent les universités se débrouiller avec la technique pour qu’à la fois la publicité des débats et le secret des délibérations soient préservés et ne prévoient aucun aménagement pour celles et ceux qui sont dans leurs premières années de thèse.

Arrêté du 21 avril 2020

relatif au doctorat ainsi qu’aux modalités de présentation des travaux par un candidat dans le cadre d’une habilitation à diriger des recherches

NOR : ESRS2009945A

La ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation,

(…)

Arrête :

Article 1er

En raison des circonstances exceptionnelles résultant des mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus COVID-19, la durée du doctorat peut être prolongée sur proposition du directeur de thèse, par  décision du chef d’établissement.

Pour ces mêmes raisons, la soutenance de thèse peut s’effectuer par tout moyen de télécommunication permettant l’identification des membres du jury et du doctorant et leur participation effective. L’autorisation de soutenir à distance est donnée pour le doctorant par le chef d’établissement, après accord du directeur de thèse.

Les moyens techniques mis en œuvre s’efforcent d’assurer la publicité des débats. La confidentialité des délibérations du jury doit être garantie.

Article 2

En raison des mêmes circonstances que celles mentionnées à l’article 1er, le candidat à l’habilitation à diriger des recherches et les membres du jury peuvent participer à la soutenance par tout moyen de télécommunication permettant leur identification et garantissant leur participation effective. Les moyens techniques mis en œuvre s’efforcent d’assurer la publicité des débats. La confidentialité́ des délibérations du jury doit également être garantie.

Article 3

Les dispositions du présent arrêté sont applicables aux doctorats dont l’échéance ou la prolongation autorisée intervient entre le 1er mars 2020 et le 1er mars 2021, ainsi qu’aux soutenances et présentations de travaux qui interviennent entre le 13 mars  2020 et le 1er octobre 2020.

Article 4

Le présent arrêté sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait le 21 avril 2020

La ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation,

Pour la ministre et par délégation :

La directrice générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle
A-S BARTHEZ

Lien : Arrêté HDR et doctorat version publication

Les pannes de réseau au secours des libertés individuelles ?

Les examens en ligne ont commencé, mais le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il y a une réelle opacité sur les outils utilisés et leur conformité au réglement général de la protection des données (RGPD).

Retour vers le futur : le marché public de la télésurveillance des examens

À l’été 2019,France Université Numérique1 signe un accord de partenariat avec une entreprise européenne qui se réjouit de travailler avec 135 nouveaux partenaires. FUN, quant à lui, se satisfait que les données soient stockées sur le sol européen.

Brève Newstank – Accord entre France Université Numérique et ProctorExam

Paris – Publié le mercredi 12 juin 2019 à  8 h 28 – n° 149415 France Université Numérique et ProctorExam signent un accord de partenariat le 03/06/2019 pour déployer la solution de télésurveillance des examens en ligne néerlandaise sur la plateforme de diffusion de Mooc, qui compte 1,8 million d’apprenants. ProctorExam pourra également être utilisé sur FUN Campus et FUN Corporate.

« Notre objectif est de démultiplier les examens en ligne pour valider les connaissances et les compétences acquises par les Mooc. La réforme de la formation professionnelle ouvre de nouvelles opportunités pour démultiplier les certifications délivrées par les établissements à l’issue d’un suivi de cours en ligne. Cela répond à une envie croissante chez les apprenants », dit Catherine Mongenet, directrice de France Université Numérique, à News Tank, le 11/06/2019.

Pour ProctorExam, cet accord stratégique implique de travailler avec 130 institutions partenaires de FUN, tant dans l’ESR que dans le domaine de la formation professionnelle, un second secteur qui est ciblé par l’entreprise pour son déploiement.

« Ce partenariat nous permet de travailler avec un réseau d’établissements en France et dans toute la sphère francophone. Des établissements qui n’avaient jamais eu recours à la télésurveillance des examens en ligne découvrent les bénéfices de cette solution. Le public de la formation continue, ciblée par FUN Mooc, fait partie de nos segments de marché à la croissance la plus rapide », selon Daniel Haven, directeur de ProctorExam, interrogé par News Tank, le 11/06/2019.

France Université Numérique a choisi ProctorExam début 2019 pour surveiller les examens à distance qu’elle propose. Des tests ont été réalisés depuis le début de l’année et la mise en production est effective depuis avril 2019. Le choix de ce partenaire se fait aussi en lien avec le respect du RGPD : la législation concernant l’enregistrement des flux vidéo est particulièrement complexe. Pour FUN, travailler avec ProctorExam, qui stocke les données au sein de l’UE, est une marque supplémentaire du respect du RGPD.

https://www.flickr.com/photos/mykg/8415345500/in/photolist-dPCR2N-FMixRR-nB9QQt-txah5C-cwwgdQ-s5FMwo-nx4Srs-x3qnYa-hqT7f4-hqRWZ5-nLKuES-eTZwxC-cTeJ3U-dvfpEY-8WhBhb-jPjKmT-of5W2K-HLqbK2-qdRCHC-Gkj4uZ-jMfevj-oqgbrg-fSwjAr-8hCxHQ-zPsfjj-J79fa-bs8kJg-xkuyxi-cNUaEs-dp8RP9-x3iHf1-wGYrfc-A8b8Dy-aTrsjM-dcLmX1-bPQ1R2-fy6XcZ-9kStBN-cbobnd-of3W5v-fU1opG-MXdibT-izVpoM-onrSZ2-nuDQq5-DbW6YU-qAxRCM-dne1QP-dfAkU4-N33meD

Burnham Lighthouse shadows, by Myk, 2010

L’accord France Université Numérique concerne exclusivement les contrôles des connaissances acquises via les MOOC. Ce qui signifie que si télésurveillance il y a en ce moment, ce n’est pas par cet accord que cela passe, mais par des marchés spécifiques que chaque université passe à son niveau avec des prestataires, entre autres ProctorExam, mais aussi d’autres. Ce qu’ont fait déjà plusieurs universités avec ProctorExam (Sorbonne Université, Université de Bourgogne, Aix-Marseille Université)2. Ces pratiques avancent depuis quelques années, sans trop de débat apparemment. L’épidémie est vue par certain·es comme une opportunité d’accélérer ce mouvement.
Les questions du respect des libertés personnelles et de la conformité réelle au RGPD ne sont, à cette date, pas vraiment envisagées. Des universités comme Sorbonne Université déploie l’outil et son manuel d’utilisation3.

Continuer la lecture

  1. Groupement d’intérêt public, constitué du ministère et d’un assez grand nombre d’universités. L’État a 40% des voix, les COMUE et universités ont 60%. []
  2. Cf. 2e partie de la dépêche NewsTank susmentionnée. []
  3. NDLR. Même des adolescent·es dénonceraient le placement de produits dans les vidéos de présentations. []

Vers l’autonomie des Universités des étudiant∙es ? Le salaire étudiant comme outil de lutte contre la précarité : comparaisons européennes

  • par Léa Alexandre, étudiante en Master Politiques et gestions de la culture en Europe, Institut d’Études Européennes, Université de Paris-8

Le 8 novembre 2019, un étudiant de 22 ans s’immole devant le bâtiment du CROUS de Lyon-2 où il étudie, après avoir publié un long message sur le réseau social facebook dans lequel il dénonce les éléments qui l’ont poussé à faire ce geste. Le troisième paragraphe de sa publication revendique la mise en place d’un salaire universel étudiant : « Je reprends donc une revendication de ma fédération de syndicats aujourd’hui, avec le salaire étudiant et, d’une manière plus générale, le salaire à vie, pour qu’on ne perde pas notre vie à la gagner », réactivant ainsi un des leitmotivs des milieux militants étudiants français. De nombreux média et détracteurs ont dénoncé un réemploi par l’extrême gauche d’ « un drame singulier », à l’instar de Jean-Francis Pécresse dans « Pas de salaire pour étudier » (Les Échos, 13 novembre 2019), qui souligne à quel point la France est pionnière en matière d’aides sociales pour ses étudiants.

Figure 1. Source – “Enquête sur les conditions de vie des étudiant.e.s.”, Observatoire national de la vie étudiante, 2016.

Or en France, selon une étude  faite par l’Observatoire national de la vie étudiante publiée en 20161, 22,7 % des étudiant∙es disent avoir connu des grandes difficultés durant l’année, parmi lesquel∙les seulement 45% affirment avoir pu couvrir leurs besoins mensuels. En outre, un∙e étudiant∙e sur deux travaille et considère que cela est indispensable pour vivre. Selon un rapport de l’INSEE réalisé en 20162, 20% des étudiants vivent en dessous du seuil de pauvreté, et ce malgré la bourse ou les aides familiales. Selon une enquête sur la santé des étudiants menée par l’Observatoire national de la vie étudiante en 20183, près d’un tiers des étudiants ne se soignent pas par faute de moyens. Il peut s’étonner alors que, sur l’année 2018/2019, le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) annonçait 38% des étudiants étaient boursiers4. La bourse n’est-elle alors pas suffisante ? Qu’apporterait un salaire universel étudiant ? Permettrait-il de garantir l’égalité des chances ? Est-ce une utopie budgétaire comme le souligne nombre de ses détracteurs ? Pourquoi n’a-t-elle pas été mise en place en France alors qu’elle est évoquée par les milieux militants étudiants depuis la charte de Grenoble en 1946 ? Que peut-on retenir des exemples scandinaves ?

Figure 2. Source – “Repères sur la santé des étudiants”, Observatoire national de la vie étudiante, 2018.

Deux analyses peuvent contribuer à répondre à ces questions : la première considère les raisons de l’échec d’un revendication historique par les milieux étudiants militants, de la rémunération étudiante ; la seconde analysera l’ « utopie budgétaire » que le salaire étudiant représente, à partir des exemples scandinaves qui le pratique, en examinant les différentes critiques dont il fait l’objet.

La rémunération étudiante : une revendication ancienne dans les milieux militants

La question de la mise en place d’une rémunération étudiante est apparue très tôt dans les milieux militants universitaires. Tantôt nommée “présalaire”, “salaire étudiant”, “allocation d’autonomie”, “allocation d’études”, elle a figuré de manière omniprésente dans les débats concernant la valorisation du statut d’étudian∙et, statut transitoire entre le jeune scolarisé et le jeune salarié qui peine à trouver sa place dans le système néolibéral. Au moment de l’après-guerre, les discussions autour de cette rémunération du travail étudiant se sont cristallisés lors d’un congrès de l’UNEF en 1946 où a été réalisée la charte de Grenoble revendiquant cet adage : “un étudiant est un jeune travailleur intellectuel”, présentant alors le salariat comme un droit pour l’étudiant∙e. Il s’agissait ainsi pour l’UNEF de conduire à la reconnaissance de l’étudiant∙e comme travailleur∙se∙, de faire reconnaître l’existence d’une population étudiante nombreuse et qualifiée, et de valoriser ce qu’elle apporte à la société. Pour se faire, il a été question de défendre la valeur sociale du travail étudiant, qui bénéficie à l’individu et à la société, tout comme le travail d’un salarié a une valeur productive qui bénéficie à la société. Continuer la lecture

  1. « Enquête sur les conditions de vie des étudiant.e.s. », Observatoire national de la vie étudiante, 2016. (voir fig. 1. []
  2. Revenu, niveau de vie et pauvreté en 2016, INSEE, réalisé en 2016 et publié le 20 décembre 2018. []
  3. « Repères sur la santé des étudiants », Observatoire national de la vie étudiante, 2018. []
  4. MESRI, “Les boursiers sur critères sociaux en 2018/2019”, Note Flash n°19, publié en octobre 2019. []

« La recherche ne s’est par arrêtée. Elle s’est même intensifiée ».Lettre du délégué régional Rhône-Alpes aux agents

Academia a reçu ce message qu’elle juge bon de publier, à côté de ceux touchant à la continuité pédagogique et les considérations sur l’aggravation des discriminations genrées, ne doutant pas que cette vision soit partagée parmi les cadres du CNRS. .


De : DR07 Delegue
Envoyé le :lundi 27 avril 2020 12:09
À : agentdr7cnrs@dr7.cnrs.fr; dirlabo@dr7.cnrs.fr
Objet :[Agentdr7cnrs] Message aux agents CNRS et directeurs d’unités en Rhône Auvergne

Chers et chères collègues,
Membres des services de la délégation régionale et des unités CNRS en Rhône Auvergne,

Je me permets ce nouveau point hebdomadaire pour vous livrer quelques nouvelles régionales. Le CNRS en Rhône Auvergne va inscrire son plan de reprise d’activité (PRA) dans le cadre des orientations fixées par Antoine Petit lors son dernier message. Il nous faut faire avec une situation très évolutive, qui comporte son lot d’incertitudes. Mais dès à présent, et de manière collégiale, nous agissons sur plusieurs plans. Sur Clermont, comme sur Lyon Saint-Etienne, la nécessaire consultation des directions d’unités sur leur PRA s’engage avec leur institut scientifique de rattachement, en coordination avec les autres tutelles de laboratoire, et en premier lieu avec les tutelles d’hébergement. Cette stratégie nous permet d’une part de nous adapter aux  spécificités des unités, tout en identifiant et en réagissant aux besoins qui peuvent être pris en charge à un niveau fédératif, régional ou national. C’est le cas notamment de la question des masques, avec une pleine intégration du CNRS dans le dispositif interministériel qui se construit sur le sujet. Plus globalement, les autres produits sanitaires, la distance sociale, les modalités de restauration ou encore d’horaires décalées sont autant de sujets où adaptation à l’échelle laboratoire devra se combiner avec apports locaux ou nationaux.

Une tendance se dessine cependant dès à présent : la plus en plus probable prolongation du télétravail pour les activités pouvant être effectuées de cette manière. Nous découvrons avec cette crise de nouvelles façons de vivre nos professions. Au regard de l’activité foisonnante constatée ce dernier mois, ces pratiques sont en train de montrer tout leur potentiel et les points de vigilance à prendre en compte. Le bilan s’avère très instructif : la recherche ne s’est par arrêtée. Elle a même été intensifiée dans de nombreux domaines. Cette expérience a notamment guidé les choix du CNRS dans les décisions à prendre au niveau RH : nul besoin d’imposer des congés aux agents CNRS télétravailleurs, qui doivent rester libres d’adapter leurs jours d’activités à leur plan de charge et à leur besoins personnels. « Comme avant », en somme.

Quant au « jour d’après », il fait l’objet de nombreuses recherches . Nos services ont identifié plus de 70 initiatives sur la circonscription : travaux et sujets d’expertises visant à comprendre, analyser et fournir des réponses aux défis actuels. Et nous savons que ce référencement est loin d’être exhaustif. Parmi toutes ces démarches : les 9 projets lauréats en Rhône Auvergne de l’appel à projet flash de l’ANR sur le Covid-19. Soyez certains de ma plus grande considération pour ces nombreuses contributions. Travailler pour le CNRS et la communauté scientifique de notre région n’a jamais été source d’autant de fierté.

Prenez soin de vous.

Bien sincèrement.

Frédéric Faure
Délégué régional

CNRS Rhône Auvergne

2 avenue Albert Einstein – BP61335 – 69609 Villeurbanne cedex


https://www.flickr.com/photos/127028900@N05/26299081390/in/photolist-DdmkSB-wfK6Vm-Q7ab4U-G4XEDL-HHxJer-LJTdbo-HPdzu1-ygReCk-RF6YMC-P8aRpF-Dpscqf-BRd43G-CpDgjJ-wdthcg-HWLCj6-HWEqR1-B4tQaj-t523Kb-PQnvUX-PN7KXt-A2xu4U-zdgNoA-Evs724-LYnitF-NyWPbv-wKsyr5-rp9TEA-LMfSZP-q5hj2D-NAbboi-PHYmXn-yCfQt2-Nd3Edm-rUgPhz-NxRFYR-FgWA4q-Paekks-eJF1AA-A49m5D-of4qa4-PKQqgC-FeSsxf-znB61k-MtgcaJ-zi59xw-FyrkAj-Da98ip-sHizBd-jCmPPG-rRiWWL/

Lyon, de Ph. Nauher 2016

Déconfiner le déconfinement

« Tous les jours, nous devenons des étrangers de nous-mêmes. »

Nos rêves sont déjà de confinement. Le soir, les gens sur nos écrans nous causent de cette inquiétante étrangeté. Que sont ces manières qui nous surprennent, ces manières que nous reconnaissons à peine ? Ils bougent leurs corps, les uns parmi les autres, avec une telle aisance…Et ils sont partout : dans les rues, aux restaurants, entre les voitures qui passent…Maintenant, pour nous, tout ça ce n’est plus normal. Nous appelons désormais “passé” cet étrange familier. Et nous-mêmes, tous les jours, nous devenons des étrangers de nous-mêmes.

Continuer la lecture

Le recrutement des enseignants ne peut se faire sans épreuves orales. Lettre ouverte des 115 membres du jury du CAPES externe d’histoire-géographie

En réaction aux annonces faites le 15 avril dernier par le ministère de l’Éducation nationale et de la jeunesse concernant les aménagements envisagés pour la session 2020 des concours de recrutement de la fonction publique, et plus particulièrement des concours de l’enseignement (transformation des écrits d’admissibilité en écrits d’admission et suppression des oraux disciplinaires), vous trouverez ci-joint une lettre ouverte signée par 115 membres du jury du CAPES externe d’histoire-géographie faisant part de leurs inquiétudes quant aux conséquences de telles mesures à court et à long terme, et demandant conséquemment le rétablissement d’au moins un oral disciplinaire (épreuve indispensable pour évaluer la capacité des candidats à enseigner) pour la session 2020.

Le recrutement des enseignants ne peut se faire sans épreuves orales

Dans la situation actuelle de pandémie de COVID-19, les enseignants ont dû tenter d’assurer depuis plus d’un mois maintenant la « continuité pédagogique » avec leurs élèves ou leurs étudiants, affrontant des difficultés techniques, sociales et émotionnelles que cette période rend plus brutales encore. La mise en place de ces dispositifs et les difficultés rencontrées n’en ont rendu que plus évidente la nécessité d’un enseignement en présentiel, passant par la transmission orale de connaissances.
Dans ce contexte, les concours de recrutement des enseignants (CRPE, CAPLP, CAPET, CAPES, Agrégations) ont dû être réorganisés par le ministère de l’Education Nationale et de la Jeunesse. Pour les 180 000 candidats des concours externes dont les épreuves n’avaient pas débuté avant le confinement, il a été décidé que les épreuves écrites d’admissibilité, qui devraient désormais se tenir en juin ou juillet 2020, deviendront des épreuves d’admission. Un oral est prévu au printemps 2021, dont on ne connaît pas encore les modalités, mais qui ne sera qu’un oral de titularisation, l’admission au concours ayant été actée sur la base des seuls écrits.

Le CAPES externe d’histoire-géographie est concerné par cette transformation qui nous inquiète profondément, nous membres de son jury signataires de ce courrier.

https://www.flickr.com/photos/timster1973/20431907385/in/photolist-x8uSeg-27cJ4CV-7eqTZG-BNu2y3-EpzEed-RpeCa5-2impr49-KjmE1m-QKFQp1-Povg8y-ECKXFp-DAPMCy-QvCFhs-Eve3ZX-KP2jcy-EYTHj3-FppVQa-DVcC2x-FuBK1m-LgsgNR-PyLEzV-KkboS9-F8j8Ps-2ioUtGi-Ess2HR-ENJE5h-2ioUvAi-6V4Y7W-4niG1A-4A7HCb-4A3t3K-2h9GYto-4neBSv-4A7Hud-4A3te8-2hwFdeS-bY48Gb-SCWABr-KrcqVS-K3WYtC-2h9Epmw-SHVPgd-7Dg7QZ-2h9EpCd-8nnH8b-2h9GYzf-2h9GYHX-arHoEE-2ioVAyi-2h9GYC6

« The world is your oyster », by Tim Knifton, 2015

Continuer la lecture

Et maintenant la reconnaissance faciale pour les examens ?

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #19
← Article précédent

Mise à jour : 5 mai 2020

Il y a quelques apprenti·es-sorcier·es à la direction générale de l’Enseignement supérieur et de l’Insertion professionnelle (MESRI) qui, visiblement, n’arrivent pas à faire le deuil des examens « télésurveillés ». Academia a déjà évoqué ce sujet à plusieurs reprises1 : on se souvient en particulier qu’aux premières heures du confinement, le « plan de continuité pédagogique » de la DGESIP (état du 14 mars 2020) préconisait le recours généralisé à la télésurveillance pour les examens écrits, avant de faire marche arrière devant le très faible enthousiasme des universités (modifications du plan les 22 mars et 1er avril 2020).

Désormais, la télésurveillance n’est plus présentée que comme une « modalités d’examens » parmi d’autres (p. 17, 18 et 22). Elle n’a pas disparu pour autant, en dépit de tous les problèmes – techniques, juridiques, financiers et éthiques – qu’elle soulève. La fiche n° 6 du « plan de continuité pédagogique » continue, en particulier, de conseiller complaisamment une liste d’entreprises privés spécialisées en télésurveillance qui, évidemment, y voient une occasion inespérée de pénétrer le juteux marché des examens universitaires à distance.

À cet égard, on notera qu’une nouvelle entreprise a fait son apparition dans cette liste, à l’occasion de la dernière mise à jour du « plan de continuité pédagogique ». Il s’agit de l’entreprise Aptilink, et de son système Smowl (p. 25), qui est décrit de la manière suivante : « Smowl est un système d’authentification en ligne continu des apprenants qui utilise un algorithme de reconnaissance automatique des visages pour vérifier l’identité de l’utilisateur en ligne et un système qui détecte les comportements incorrects tout au long du processus d’évaluation ». La fiche de la DGESIP prend soin de préciser qu’il s’agit d’une « solution européenne », et qu’elle est « annoncée [SIC] compatible avec le RGPD ».

https://www.flickr.com/photos/vistna/16944461158/in/photolist-rPjMY3-9dTD1d-KtEQQz-rYfrr2-s3iuET-V5i8bT-28Ttxnb-R2E76A-RyJsjB-vqTpYq-yBCQD9-LJjGhs-T5r8s6-2dJ88EK-sm51gG-XhNQsz-uBu3iB-MpXtpn-25SukS3-zFwkRC-22y792Y-yb56XR-HehsaQ-VGiE2B-75YNR1-yb5EqX-yVXhcP-28N14KV-FGMYK5-WDuuqx-JZ5Rm7-XrEbvV-FGFoKv-A7Eu99-xRMb8S-yowwiN-Xrmcgd-rp5roU-rNGU5m-LrWDD4-Y3dcM4-r4by64-28UtiBw-fushvz-DEPDg7-Ttv9Fy-27oknC2-XExevs-vSiNWp-Xqgbty

Dungeness LIghthouse Lamp, by Eileen Wilkinson (Vistna), 2015

C’est donc un nouveau seuil qui est franchi par la DGESIP : elle n’hésite pas, ici, à préconiser le recours à un dispositif de reconnaissance faciale pour des examens. C’est très grave à tous les points de vue :

  1. ° C’est très grave sur le principe, d’abord, car il est inadmissible de faire pénétrer la reconnaissance faciale dans les universités à un moment où les conditions du débat – et plus encore, les conditions de la contestation – ne sont pas réunies, du fait de l’épidémie en cours. Faut-il donc rappeler que le recours aux technologies de reconnaissance biométrique soulève des problèmes gigantesques en termes de libertés fondamentales et que leur généralisation suscite ces dernières années, et plus encore ces derniers mois, des oppositions très fortes ?
  2. ° C’est très grave sur le plan juridique, ensuite, car il est loin d’être sûr, en outre, que la préconisation de la DGESIP soit même légale.

Continuer la lecture

  1. Voir notamment Recherche Diplômes, examens à distance, recrutements : point d’étape sur les fiches de la DGESIP, 3 avril 2020; « Il n’est pas besoin de beaucoup de mots » : dérogations à tout va dans les universités, 28 mars 2020. []

Continuité pédagogique, ruptures sociales. Comprendre nos étudiant·es en temps de confinement

  • par Lisa Carayon et Arthur Vuattoux, maîtresse et maître de conférences à l’Université Sorbonne Paris Nord, UFR Santé, médecine, biologie humaine, laboratoire IRIS.

Notre texte se base sur la démarche d’enseignant·es chercheur·es de la Licence Sciences sanitaires et sociales et de Masters de Santé publique de l’Université Sorbonne Paris Nord (ex-Université Paris 13).

Ayant le sentiment de ne pas bien cerner les difficultés vécues par les étudiant·es durant cette période de confinement, nous avons décidé d’aller vers elles et eux pour essayer de comprendre leur quotidien. Nous avons à cet effet construit un petit questionnaire en ligne qui nous a permis de recueillir de précieux renseignements.

Il ne s’agit pas de présenter ici ce questionnaire dans son ensemble1, mais de discuter certains aspects de ce qu’il permet de saisir de l’expérience du confinement parmi nos étudiant·e·s, et de ce que cela implique dans leur rapport à l’université. Ces remarques permettent aussi d’avancer quelques pistes quant à la relation à développer vis-à-vis de nos étudiant·e·s, dans une période si singulière : ne faudrait-il pas, dans ces temps particuliers, revoir nos priorités et faire vivre, en lieu et place d’une illusoire « continuité pédagogique », une « continuité critique » basée sur le maintien du lien et le refus de l’évaluation à tout prix ?

Au départ de la réflexion : des signaux faibles de difficultés sociales et d’inégalités face à la poursuite de l’enseignement à distance

Le 16 mars 2020 les universités se sont « arrêtées » – elles étaient toutefois déjà en partie « à l’arrêt » du fait de la contestation des réformes envisagées par le gouvernement, et nos cours étaient en partie « alternatifs ». Mais cet arrêt-là n’était pas préparé : annoncé brutalement, il a été mis en œuvre comme la plupart les décisions récentes du gouvernement, c’est-à-dire sans concertation, sans préparation, sans cohérence. Le 17 mars, c’est finalement la population dans son ensemble qui était confinée — hormis bien sûr celles et ceux qui continuaient de faire vivre les services de santé, le secteur de l’alimentation, etc. S’en est suivie une forme de silence au sein de la communauté académique. Silence entre collègues, du fait des multiples difficultés à organiser sa vie personnelle en temps de confinement, mais aussi silence dans notre relation à toute une partie de nos étudiant·es. Bien sûr, rapidement, nos échanges ont repris et quelques cours à distance ont remplacé nos cours d’amphi et nos TD : envois de documents, tchats, cours enregistrés, parfois cours en direct… Mais personne ne croyait réellement que ces cours de substitution allaient toucher l’ensemble nos étudiant·es. Nous en avons rapidement eu la confirmation.

Plusieurs constats se sont ainsi imposés à nous. Une poignée d’étudiant·es seulement interagissait avec nous et nous recevions des mails inquiets faisant état de difficultés de compréhension. Surtout, nous recevions des signaux inquiétants sur leurs conditions de vie : certain·e·s étudiant·es disant être sans accès à internet, d’autres relatant leur travail d’aide-soignante ou de caissière (emplois devenu beaucoup plus fatigants depuis le confinement), ou encore signalant qu’elles et eux-mêmes ou leurs proches étaient malades, parfois jusqu’à l’hospitalisation. Mais il ne s’agissait encore que de quelques messages, dont nous partagions le contenu général entre collègues régulièrement. Le confinement se prolongeant, l’inquiétude grandissait de notre côté concernant la situation de nos étudiant·es, d’autant que s’annonçait la question de l’évaluation des connaissances de fin de semestre…

https://www.flickr.com/photos/old_skool72/16193623551/in/photolist-qEYy74-peKcPk-EN99BN-cPQodw-p8vqLW-eYJJ39-6kCBgM-TqogjM-PTTeTJ-2hRkAER-7jkktN-8nTkDY-8nTiNy-9P4hSd-8nTp82-ntPMHQ-27JjGb2-98Eyjs-8Fi65d-dbLFBh-5EqGgV-7jkjWf-6gGNA7-QeEina-bkeDWx-TKCUEd-f1bhuQ-px7TMu-bBM11S-iXqVV6-fnF29X-eVmdXv-2h38B3o-prcCqk-2it18PC-Kpn8Xz-2erdcSj-D56SGP-2ijjRvN-2h5XUDN-2hLEcjZ-2hRRkUU-7S7dG6-7J1cq-eqc66R-bsRzRe-5KzWYD-8wUjVD-nw6GgM-c3hCA

Care, by old_skool72, 2014

Nous avons donc lancé, le 6 avril, un questionnaire en ligne, envoyé via les mails personnels récupérés dans différents cours par les enseignant·es, et avons reçu en deux jours 411 réponses, soit un taux de réponse de plus de 80% pour nos trois années de licence et deux de nos masters.

Des étudiant·es aidant·es à l’intérieur, exposé·es à l’extérieur

Tout d’abord, il est important de préciser que nos formations sont très largement féminisées : il y a, sans grande variation dans les dernières années, environ 5% d’hommes seulement dans nos promotions (6,6% dans le présent questionnaire). Une part importante de nos étudiant·es est par ailleurs issue des classes populaires, et plus de la moitié résident en Seine-Saint-Denis, où est localisée l’université. Pour les autres, les temps de trajet pour rejoindre l’université sont parfois très longs, dépassant fréquemment une heure pour venir sur le campus2. Nos étudiant·es vivent fréquemment, cela ressort du questionnaire, dans des logements partagés, déclarant par exemple vivre avec, en moyenne, 3,8 autres personnes dans leur logement.

Surtout, nous l’avons compris à la lecture des réponses à une question ouverte en fin de questionnaire, les conditions de confinement sont très diverses. Certes, une partie importante de nos étudiant·es parvient à se ménager un « espace à soi » (70,6% disposent d’un espace dans lequel ils ou elles peuvent s’isoler pour travailler) mais nombre d’entre elles et eux passent une partie de leur temps à s’occuper de membres de leur foyer ou ont continué à occuper un emploi salarié durant cette période (en télétravail pour une part, mais surtout dans des emplois exposés, aux caisses des grandes surfaces, à l’hôpital ou en EPHAD…).

Une étudiante explique ainsi vivre à cinq personnes dans un appartement de trois pièces. Elle explique qu’il est, chez elle, impossible de se concentrer et précise :

“Il faudrait se lever à 5h du matin pour pouvoir étudier dans le calme mais vous comprenez que c’est compliqué. Pour ma part, j’allais toujours à la bibliothèque pour pouvoir étudier dans le calme et lire des ouvrages. Cela fait deux semaines que j’essaye de lire un livre mais en vain. C’est vraiment démotivant. J’en arrive à faire des crises d’angoisses, j’ai une éruption de boutons qui sont apparus dû à ce stress. Enfin voilà c’était juste pour que vous compreniez bien ma situation qui est sans aucun doute la situation de beaucoup d’autres étudiants”.

Pour une autre étudiante, elle aussi confinée, la difficulté à se concentrer sur le travail universitaire se double de la nécessité d’assurer la « continuité pédagogique » pour des frères et sœurs :

« Durant le confinement, c’est très difficile de se concentrer sur le travail universitaire car je dois m’occuper du travail scolaire de mes petits frères et sœurs et m’occuper du foyer (la cuisine, le ménage, etc.)”.

Une autre souligne :

Avec le confinement, les crèches sont fermées, ma fille est donc exclusivement gardée par moi. J’ai du mal à trouver le temps pour me consacrer à mes études. Je dois aussi m’occuper de ma mère qui est actuellement hospitalisée”.

De fait, 64% des répondant·es estiment que le temps consacré à d’autres personnes (frères, sœurs, parents, personnes âgées, enfants, etc.) a augmenté depuis le début du confinement.

https://www.flickr.com/photos/45627980@N03/5756139788/in/photolist-9LDHPs-qSqG4-mff5qr-pZA9P2-4qr68t-rRdCd-6FyQpC-rRdCm-qSoMa-BS8wmy-2h37U6Q-5Cva69-84DAWg-5CwseT-rRejU-rRejP-h87Ltx-dTb3Q4-Ss3u3j-4qfNTX-2hHJQNg-6zzLkk-P3L73s-24jAUZ5-2h1nCii-2hkdvuN-PxZGba-2h2Zhi6-2hPGd4M-2iFGpT4-2hX6nnU-2iQCHsB-b4DZ1M-2giG7ZX-Pq8rW2-2h3DzUM-YvYKeU-MuSkYF-aqCoEg-2ikGv2K-3SXPXn-m4pBPe-YbzGXH-TPK6pH-dcZnM9-2bUyFEL-jFRYz3-PB7BTC-v1etLy-2cDK5JJ

Care, by Beauty Never Fades, 2011

Parmi les étudiant·es ayant continué à occuper une activité salariée, évoquons cette étudiante qui, vivant seule dans son logement, parle de son travail aux caisses d’un supermarché :

« Étant donné que je suis caissière dans un supermarché mes horaires, en cette période de confinement, ont énormément changé, je travaille beaucoup plus ce qui fait que je suis moins chez moi et lorsque je rentre je suis fatiguée de mes journées de travail qui ne cessent d’être plus chargées de jour en jour (…) De mon côté, dans le supermarché dans lequel je travaille, je ne peux me permettre d’être absente puisque vu la situation de nombreux collègues sont absents, ce qui rend la charge de travail plus conséquente« .

Pour d’autres, la “double-journée” travail salarié / travail domestique, prend actuellement un poids particulier, comme pour cette étudiante qui écrit :

Je suis salariée dans le domaine médical en plus de cela j’ai quatre enfants dont deux en primaire où il m’a fallu m’improviser professeur !! Avec en plus tous mes cours à revoir, c’est vraiment compliqué ”.

Malgré le maintien d’une activité salariée chez certain·es, les difficultés financières provoquées par le confinement semblent importantes, puisque 31,4% des répondant·e·s disent éprouver des difficultés financières nouvelles depuis le début du confinement. Quelques réponses évoquent d’ailleurs une inquiétude quant au prolongement éventuel de l’année universitaire, qui les empêcherait de commencer rapidement un « job d’été ».

Continuer la lecture

  1. Nous renvoyons à une première analyse disponible sous ce lien. []
  2. Des étudiant·es résident par exemple dans le 77 ou le 95, départements mal desservis en transports en commun susceptibles de rejoindre rapidement Bobigny. []

Pandémie : les hommes universitaires soumettent 50% plus d’articles, les femmes n’ont jamais soumis aussi peu. « Je n’ai jamais vu ça », indique un·e rédacteur-en-chef

Cette année devait être la bonne pour Einat Lev. Elle avait prévu de faire du terrain à Hawaï et en Alaska, de déposer une demande de financement pour un important projet de recherche, puis de finir d’écrire le dernier des cinq articles nécessaires pour demander la tenure. En septembre, elle se présenterait devant la commission d’évaluation, dernière étape pour devenir une professeure associée titulaire en sismologie de Columbia University.

Maintenant, confinée avec sa fille de 7 ans, Lev ne peut que travailler quatre heures par jour, au lieu des dix heures habituelles. Elle a pour l’essentiel négocier les délais, trouvant de la joie dans des longues promenades, aidant sa fille à reconnaître les fleurs et les oiseaux des alentours.

C’est alors qu’elle a eu des nouvelles d’un de ses collègues. Les deux avaient commencé leur carrière à peu près au même moment. Sa femme s’occupait des enfants à temps complet. Le mari de Lev a un emploi à temps complet.

« Pour prendre le bon côté des choses, relatait le collègue de sa propre expérience, [l’auto-confinement] me donne du temps pour me concentrer sur l’écriture ».

« Cela me semble comme un luxe, répond-elle, que je ne peu même pas imaginer ».

En auto-confinement depuis six semaines, les rédacteurs ou rédactrices-en-chef des revues scientifiques ont remarqué une tendance. Les femmes — sur qui reposent évidemment la majeure part des responsabilités familiales — semblent leur soumettre moins de manuscrits. Cela menace de ralentir la carrière des femmes scientifiques, indique Leslie Gonzales, professeure d’administration de l’éducation à Michigan State University, dont la spécialité porte sur les stratégies pour diversifier le champ académique. Quand les institutions vont décider d’accorder la tenure  (titularisation), comment vont-elles évaluer le travail accompli pendant l’épidémie de coronavirus ?

(trad. Ch. Rabier)

Crédit: Leslie Gonzales/Einat Lev/Erica Williams; iStock; Lily illustration

Continuer la lecture

Pendant qu’il est encore temps : écouter les oiseaux

Alors que les voitures ne sont pas encore complètement revenues et qu’on peut entendre le chant des oiseaux, remercions la Ligue pour la protection des oiseaux de mettre à disposition sa sonothèque et ainsi d’explorer le paysage sonore qui s’est ouvert à nos oreilles confinées pendant quelques jours.

Sonothèque de 80 chants d’oiseaux

C’est ainsi que j’ai reconnu une fauvette à tête noire, qui me tient compagnie pendant mon petit déjeuner…

Crédit. LPO

Pour soutenir la LPO