Frédérique Vidal appelle à la grève

Les précaires de l’ESR d’Île-de-France présentent :

« Frédérique Vidal appelle à la grève ! »

Une fois n’est pas coutume, écoutons la ministre Frédérique Vidal ! Enfin, elle laisse tomber la langue de bois et nous dit tout.

Compte à rebours #8mars J-11 — Violences sexuelles

En passant

Violences sexuelles dans l’ESR : il n’y a pas de neutralité !

L’Association Française de Sociologie a diffusé en date du 11 février 2020 un communiqué intitulé «  Mise en place d’un groupe de travail sur les violences sexistes, sexuelles et de genre  » https://afs-socio.fr/creation-dun-groupe-de-travail-sur-les-violences-sexistes-sexuelles-et-de-genre/. Ce communiqué est inédit. Il marque un tournant dans notre profession en nous invitant à agir collectivement face aux situations de violences sexuelles sur nos lieux de travail (dans nos congrès mais aussi dans nos laboratoires, nos départements, nos séminaires, etc.). Cette prise de position, qui fait suite à des années de mobilisation du CLASCHES (Collectif de lutte anti-sexiste contre le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur et la recherche), est salutaire. Elle doit aboutir à une véritable prise de conscience collective qui seule permettra d’en finir avec de tels agissements.

La prise de position de l’AFS est aussi l’occasion pour nous, enseignant·es et/ou chercheur·es en sciences sociales, de lancer un appel à notre communauté professionnelle : chacun·e de nous doit apprendre à réagir face aux dénonciations de violences sexuelles ! En effet, trop souvent encore, quand des collègues ou des étudiant·es osent en parler, les réactions immédiates protègent le mis-en-cause et renforcent la violence subie par la personne dénonçant les violences.

Ainsi, lorsqu’est évoquée, au détour d’un séminaire ou d’une pause-café, une « affaire » de violences sexuelles dans notre communauté professionnelle, on entend encore trop souvent :

  • « C’est compliqué, il vaut mieux rester neutre ».

Continuer la lecture

Les analyses sont formelles : il faut agir vite et fort !

Par et avec UNIVERSITÉ OUVERTE, 25 FÉVRIER 2020

https://universiteouverte.org/2020/02/25/les-analyses-sont-formelles-il-faut-agir-vite-et-fort/

(c) Université ouverte

Ces derniers jours, de nouveaux textes précisent les intentions de Frédérique Vidal (ou plutôt de Bercy) et les modalités de l’approfondissement, souhaité par le gouvernement, de la logique de néolibéralisation de l’université et de la recherche. Sauvons l’Université répertorie bon nombre de ces analyses, et nous vous recommandons vivement de lire le billet La semaine de SLU du 17 au 22 février 2020 !

Pierre Ouzoulias, Sénateur des Hauts-de-Seine, revient sur le rapport Le pilotage et la maîtrise de la masse salariale des universités, rendu par l’inspection générale des finances et l’inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche, en avril 2019. Selon lui, les instruments juridiques et réglementaires pour casser l’université et la recherche publiques sont déjà en place et tout laisse penser que le projet de budget pour l’année 2021 mettra en place l’étape décisive demandée par Bercy : la non compensation du GVT (glissement vieillissement technicité). Morceaux choisis et commentaire de texte à lire ici.

Le Groupe Jean-Pierre Vernant propose quelques réponses aux questions fréquemment posées sur la loi pluriannuelle pour la recherche. Ce nouveau billet complète très bien dans un billet du 5 janvier 2020 intitulé désenfumage et qui se conclut ainsi :

« Que les réformes structurelles menées depuis quinze ans conduisent à l’effet inverse de celui qu’elles prétendaient obtenir ne les arrêtera pas. L’obsession néolibérale consistant à utiliser les moyens de l’État pour construire un marché international des universitaires, des chercheurs, des établissements et des formations est telle, que la sphère managériale ne perçoit plus la réalité des dégradations qu’elle engendre. Elle persiste, dans une période où le nombre de candidats de qualité par poste explose, à répéter la fiction d’un « défaut d’attractivité » supposément constitué par la fraction limitée de candidats étrangers [9]. Cette séparation de la sphère décisionnaire avec l’expérience concrète des conditions d’exercice de la recherche et de l’enseignement est dramatique : la reprise en main bureaucratique est en train de sacrifier une génération de jeunes chercheurs ainsi que le niveau d’exigence dans la création et la transmission des savoirs. »

Alors, comme l’écrit le Groupe Jean-Pierre Vernant en offrant quelques réponses aux questions fréquemment posées sur la grève : « nous allons leur opposer la grève la plus longue et la plus dure de ces dernières décennies » !

Bien sûr, lorsqu’il s’agit d’expliquer le projet de ce gouvernement pour renforcer les logiques de compétition et de concurrence, aggraver la précarité et sacrifier le service public de l’enseignement et de la recherche aux intérêts privés, on peut toujours compter sur Frédérique Vidal. Dans le cadre des journées sciences humaines et sociales organisées par l’Agence nationale de la recherche les 25 et 26 février, des chercheur·ses et enseignant·ses-chercheur·ses en lutte sont intervenu·es pour interpeller la ministre sur la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), le financement de la recherche et la politique de l’emploi scientifique. Ses réponses on été pour le moins brutales ! Au moins, le masque est tombé : « les emplois, ce n’est pas mon travail » a-t-elle par exemple déclaré.

Hélas, nous ne nous mobilisons pas uniquement face aux menaces que les intentions du gouvernement représentent pour nos conditions d’étude et de travail, pour notre service public de l’enseignement et de la recherche. Notre situation actuelle et les évolutions de ces dernières années sont dramatiques ! La précarité frappe une part croissante des étudiant·es comme des travailleur·ses de l’université. Les postes de titulaires ne cessent de diminuer, quand les besoin augmentent, notamment pour l’enseignement. Les chiffres que donnent le SNESUP sont sans appel : depuis 2013, le nombre d’enseignant·es-chercheur·ses diminue globalement de 1,4% alors que les effectifs des étudiant·es ont augmenté de 9,4% sur la même période. Pour faire face aux besoins, la précarisation s’est généralisée : le taux d’agent·es non-titulaires des universités est le plus élevé de toute la fonction publique d’État ! Il est de plus de 30% chez les enseignant·es et enseignant·es-chercheur·ses, et de plus de 40% parmi le personnel administratif et technique.
Nous avons besoin d’au moins 6000 créations d’emplois titulaires par an sur les 10 prochaines années.

Alors ? Début 2020, quels sont les postes ouverts ?
La campagne d’emplois synchronisée de recrutement des enseignant·es-chercheur·ses est la procédure principale de recrutement des enseignant·es-chercheur·ses titulaires. Elle s’est achevée hier avec la publication des derniers postes de MCF (maitre·sses de conférence) et de PR (professeur·es des universités).

Graphique réalisé par Julien Gossa

Premier constat : nous sommes très loin des besoins de création de postes !
Grâce au travail de plusieurs collègues, nous savons que l’étiage atteint en 2019 se prolonge en 2020, avec deux particularités :
1- Création de postes supplémentaires fléchés pour combler les besoins de la réforme des études de médecine (avec des postes créés en philosophie/éthique de la santé, sociologie de la santé, épistémologie et histoire des sciences biomédicales) ou pour satisfaire des lubies gouvernementales, avec des postes touchant à « l’intelligence artificielle » en informatique.
2- Disparition quasi-totale de sous-disciplines, voire de disciplines : littérature générale et comparée (3 postes en métropole, dont un sur littérature chinoise, coréenne, japonaise) ; histoire médiévale. Ici, la « création » de certains postes de PR, dont le nombre est supérieur à celui des MCF, indique surtout une promotion interne et la suppression d’un support de maître·sse de conférences.
La très grande faiblesse du nombre de création de postes, pour une population étudiante qui ne cesse d’augmenter, met désormais en danger le renouvellement de la population universitaire, dans certaines disciplines sinon partout. Pour conclure avec Véronique Beaulande, « Comment réussir à convaincre l’opinion publique que le problème n’est pas (seulement, surtout) nos carrières, mais la formation des jeunes générations ? »

Une fois ces analyses prises en compte, un conclusion s’impose : nous avons à agir maintenant pour sauver l’université et la recherche publiques !
Vous le savez, le 5 mars l’université et la recherche s’arrêtent.


En attendant, nous devons préparer la grève et la coordination nationale des facs et labos en lutte des 6 et 7 mars.

Pour plus de données statistiques, vous pouvez consulter les deux documents d’analyse disponibles ci-dessous.

Science-po, modèle ou illusion de modèle ?

En passant

Par un collectif de personnels, étudiant·e·s, enseignant·e·s et de chercheu·rs·ses de Sciences-Po Paris, Libération, 24 février 2020

Un collectif de cet établissement s’inquiète du démantèlement de l’Etat social. Souvent cité en exemple pour défendre la réforme de l’enseignement supérieur et de la recherche, Sciences-Po Paris bénéficie de financements qui n’empêchent pas la précarité de certains étudiants ou de jeunes chercheurs.

Tribune. Nous sommes, chercheu·rs·ses, personnels administratifs, technicien·ne·s, enseignant·e·s, doctorant·e·s, étudiant·e·s de Sciences-Po Paris, et nous nous opposons aux réformes de l’assurance chômage, des retraites et de la recherche portées par le gouvernement. Celles-ci accentuent la polarisation d’une société à deux vitesses et renforcent les incertitudes quant au futur de l’Enseignement supérieur et de la recherche (ESR). Travailleu·rs·ses privilégié·e·s de ce secteur, nous partageons l’angoisse et la colère de nos collègues, desquel·le·s nous sommes solidaires.

Continuer la lecture

La Ministre confirme : la LPPR a déjà eu lieu

https://twitter.com/SamuelHayat/status/1232223691750113285?s=20Dans le cadre des journées Sciences humaines et sociales (SHS) organisées par l’Agence nationale de la recherche les 25 et 26 février, des chercheur.es et enseignant.es-chercheur.es en lutte sont intervenu.es pour interpeller la ministre sur la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), le financement de la recherche et la politique de l’emploi scientifique. Nous avons suivi la chronique de cette rencontre fort instructive sur le fil Twitter de Samuel Hayat, qu’il a complété avec un compte rendu. Nous l’en remercions.

Les orateurs et oratrices ont distribués le texte de leur « Lettre ouverte de lauréat.e.s de projets ANR, lue à l’occasion des journées SHS de l’ANR des 25 et 26 février 2020 » destinée à la Ministre. Les lauréat·es ont souligné la nécessité de financements récurrents, l’ampleur croissante du nombre et des catégories de travailleuses et de travailleurs précaires, avec son cortège de post-docs limités sur projet, de contrats courts et de stagiaires de recherche, et souligné combien cette politique dégradant l’emploi pérenne, venait à l’encontre des besoins impérieux de nos universités et centres de recherche. Augmenter la compétition, accroître la précarité, multiplier les évaluations, comme promet de le faire le projet de Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), nuit considérablement à la qualité de la recherche faite en France.

Continuer la lecture

L’Université de Strasbourg contre-attaque…

Dans une lettre ouverte à Michel Deneken, président de l’Université de Strasbourg, quii a comparé son Université à une entreprise (cf. vidéo France3 cidessus), cent membres du personnel de l’Université de Strasbourg fustigent l’assimilation de leur université à une «entreprise» et la «lente déformation de notre idéal que signale la diffusion d’un langage managérial» qui accompagne la destruction méthodique de leur service public.

Monsieur le Président,

En une seule phrase, envoyée tel un camouflet à l’ensemble des personnels et étudiants de l’Université de Strasbourg, vous avez trahi notre idéal humaniste et les valeurs du Service public. Lors d’une conférence de presse sur «l’orientation stratégique» que vous voulez imprimer à notre établissement pour la décennie à venir, vous avez dit ceci, rapporté par les DNA du 13 février : 

« Nous sommes une entreprise qui a du mal à être heureuse d’avoir plus de clients. » 

Non, Monsieur le président, notre université n’est pas une « entreprise », ses étudiants ne sont pas des « clients », et leur nombre important ne nous empêche en rien d’être heureux. Nous ne sommes pas une entreprise : nous sommes l’Université. Faut-il vous rappeler le sens de ce mot ? Il dit l’universalité des savoirs que nous devons faire fructifier et transmettre au profit de toutes et tous. Il dit une communauté de recherche et d’enseignement unie par la construction et la transmission de la connaissance, au service de la société. Il dit encore : égalité dans l’accès au savoir, collégialité et liberté académique, recherche collective de la vérité, imagination scientifique.

Nous ne sommes pas une entreprise, nous ne sommes pas des « opérateurs » et vous n’êtes pas notre patron. Depuis de trop longues années, nous devons subir la lente déformation de notre idéal que signale la diffusion d’un langage managérial devenu aussi incompréhensible et ridicule que le globish. Vous vous en êtes fait le héraut, alors que, premier parmi vos pairs, vous devriez défendre l’honneur, la joie de faire vivre et de transmettre l’idéal de l’humanisme rhénan dont vous vous targuez pour mieux le bafouer.

Nous ne voulons plus entendre ce langage qui accompagne la destruction méthodique de notre service public. Nous voulons continuer à être l’université, caractérisée par la production et la transmission des connaissances à tous et toutes, une université ouverte sur le monde et accessible à tous ceux en recherche de connaissances. Nous ne voulons plus de managers et technocrates de la recherche et de l’enseignement supérieur qui, au lieu de soutenir le développement de notre activité, l’entravent en réduisant le nombre de personnels permanents et en rendant aléatoires les financements.

Nous ne sommes pas une entreprise, nous sommes l’université.

Et vous, Monsieur le Président, êtes-vous aussi l’Université ? 

Liste des premiers signataire

Lien: Nous ne sommes pas une entreprise, nous sommes l’Université  par les invités de Mediapart, 21 février 2020.

Pendant ce temps, dans l’hémicycle… De la France insoumise à Les Républicains

En attendant le 49.3, le talent et l’honneur de la République à la tribune… https://twitter.com/Clem_Autain/status/1229521317944229888?s=20Peut-on encore débattre d’une loi, en France, en 2020 ?

https://twitter.com/EricMorain/status/1231836606044286976?s=20

https://twitter.com/GLarrive/status/1231992354569101313?s=20

Continuer la lecture

GendNotes – ou le fichage automatisé des opinions politiques et syndicales

Un décret portant autorisation d’un traitement automatisé de données à caractère personnel dénommé « application mobile de prise de notes » (GendNotes). Paru au Journal officiel du 20 février, il est applicable dès le lendemain, 21 janvier 2020. Désormais les gendarmes ont de larges prérogatives, inouïes depuis Exploitation documentaire et valorisation de l’information générale (EDVIGE), adopté en juin 2008, sous la présidence Sarkozy.

Article 3 – Données collectées
La collecte et le traitement des données à caractère personnel de la nature de celles mentionnées au I de l’article 6 de la loi du 6 janvier 1978 susvisée relatives à la prétendue origine raciale ou ethnique, aux opinions politiques, philosophiques ou religieuses, à l‘appartenance syndicale, à la santé ou à la vie sexuelle ou l’orientation sexuelle ne sont possibles qu’en cas de nécessité absolue pour les seules fins et dans le strict respect des conditions définies au présent décret, dans les limites des nécessités de la mission au titre de laquelle elles sont collectées
À l’époque d’Edvige, une pétition « Non à Edvige » avait recueilli plus de 200 000 signatures ; l’Association des maires ruraux de France a demandé le 11 septembre 2008 l’abandon pur et simple de ce fichier créé par un décret « indigne de la France »1.

Les médias étrangers abondaient dans le sens du Syndicat de la magistrature et de l’Association des Maires de France, jugeant que le dispositif était « plus adapté à un État policier qu’à une démocratie européenne moderne »2. Le décret est abrogé en novembre 2008.

https://www.nantes-revoltee.com/%E2%9A%AB-un-decret-autorise-le-fichage-dopinions-politiques-les-orientations-sexuelles-philosophiques-religieuses-etc/

D’après Das Leben des Anderen (La Vie des autres), de Florian Henckel von Donnersmarck, 2006, avec Ulrich Mühe, dans le rôle de Hauptmann Gerd Wiesler,capitaine  de la Stasi

Il reste à savoir que ce l’Association des Maires de France, le Syndicat de la magistrature, les médias nationaux et étrangers et les lecteurs et lectrices d’Academia vont faire de cette information réglementaire. Une pétition pour commencer ?

Article 4 – Accès aux données fichées

I. – Ont accès à tout ou partie des données et informations enregistrées dans le traitement mentionné à l’article 1er, à raison de leurs attributions et dans la limite du besoin d’en connaître :
1° Le militaire de la gendarmerie nationale, rédacteur de la note, et les autres militaires de la gendarmerie nationale affectés dans son unité, sauf s’il s’y oppose. Dans ce cas, seuls les militaires de la gendarmerie nationale individuellement désignés par le rédacteur de la note affectés dans son unité peuvent y accéder ;
2° Les militaires de la gendarmerie nationale individuellement désignés par le rédacteur de la note affectés dans une autre unité.

II. – Les autorités judiciaires sont destinataires des données et informations enregistrées dans le traitement mentionné à l’article 1er dans le cadre et dans les limites des besoins de l’exercice de leurs compétences. (…)

Peuvent également être destinataires de tout ou partie des données et des informations enregistrées dans le traitement mentionné à l’article 1er, à raison de leurs attributions et dans la stricte limite où l’exercice de leurs compétences le rend nécessaire, sous réserve que le cadre dans lequel ces informations ont été collectées rende possible cette communication, et dans la stricte limite du besoin d’en connaître :
1° Le préfet et le sous-préfet territorialement compétents ;
2° Le Haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie française ;
3° Le maire de la commune concernée.

Ne serait-il pas dommage que l’usage de ces informations « la stricte limite où l’exercice de leurs compétences le rend nécessaire, sous réserve que le cadre dans lequel ces informations ont été collectées rende possible cette communication, et dans la stricte limite du besoin d’en connaître » ?
Liens :
  1. « Edvige : Sarkozy se veut rassurant, les opposants ne désarment pas » [archive], Le Monde, 11 septembre 2008).).

Comme le rapporte Wikipedia,

L’une des critiques majeures est notamment le flou qui entoure la notion de « susceptibles de porter atteinte à l’ordre public », qui vient remplacer ce qui était prévu dans le décret de 1991 « troubler gravement l’ordre public par l’intimidation ou la terreur» et « porter atteinte à la sûreté de l’État ou à la sécurité publique par le recours ou le soutien actif apporté à la violence ». Le gouvernement passe de la « présomption d’innocence » propre à un État de droit à une « présomption de culpabilité ». Le fichage des mineurs dès 13 ans, le fait de ficher l’orientation sexuelle et l’état de santé des personnes concernées, ainsi que la question du droit à l’oubli font également débat.

 

La secrétaire générale du Syndicat de la magistrature, Hélène Franco, précise : « Donc, participer à une manifestation serait, selon le texte, une raison suffisante pour être fiché » ((Edvige: «Il suffira de participer à une manif pour être fiché !»,  Libération.fr, 2 septembre 2008. []

  • « New Security Database Riles Many In France », Cbsnews.com du 9 septembre 2008. []
  • Compte à rebours #8mars J-12 — Katherine Jackson vient de mourir

    En passant

    Elle a contribué par son œuvre scientifique à dépasser les frontières de race, de genre et de classe à la NASA

    En 2015, le président Barack Obama lui a décerné la Presidential Medal of Freedom, soulignant que « Katherine G. Johnson a refusé d’être limitée aux attentes que la société plaçait sur son genre et sa race, tout en étendant les limites que pouvait atteindre l’humanité ».

    Continuer la lecture

    Rechercher dans OpenEdition Search

    Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search