#8 – Chroniques de grève – Mona R – Lettre ouverte à mes enseignant·e·s de l’Université Rennes-2

« Lettre ouverte à mes enseignant·e·s de l’Université Rennes-2 »

à la campagne

war ar maez \vaʁaʁˈmɛːs\ à la campagne
Crédit Catherine Guillou

Mon nom est Mona. J’ai 22 ans. Je suis étudiante. Avant de venir faire mes études à Rennes, j’étais scolarisée en Centre-Bretagne, en milieu rural, War Ar Maez. Mon père est ouvrier. Il travaille comme cariste dans l’industrie agroalimentaire. Après plus de vingt ans dans le même groupe, il gagne, à quelques euros près, 1700 euros brut par mois, auxquels s’ajoute une prime de Noël. La « prime des dindes » comme il dit. Une farce. Quelques centaines d’euros dont ma mère se sert pour acheter nos cadeaux et nous organiser un repas de fête qu’elle tient chaque année à arroser de mauvais champagne : « Nous aussi on y a droit ! ». Ma mère, elle, est employée. Employée de maison pour être précise. Une manière bien aimable pour dire qu’elle fait partie de ce salariat subalternisé, essentiellement féminin, qui travaille à temps partiel au service de personnes âgées ou de riches familles, pour pas grand-chose. Une grande partie de son salaire passe d’ailleurs dans les frais d’essence de ses trajets professionnels. Chez nous, les fins de mois sont difficiles, cela va de soi. D’autant que mes deux frères aînés sont au chômage et restent à la charge de mes parents. Maël sort d’un BTS et n’a le droit à aucune indemnité. Gurvan, un CAP de boulanger en poche, ne travaille qu’en intérim… quand il travaille. Il a vu ses allocations chômage fondrent comme neige au soleil ces derniers temps. Moi, je suis boursière, je vis en cité U à Villejean. Mais j’ai aussi des petits boulots à côté : du baby sitting, des inventaires ; caissière ou vendeuse, c’est selon. Nous sommes une famille de Gilets jaunes. Mes frères ont longtemps squatté les ronds-points avant de se faire déloger et sont de toutes les manifs. Ce week-end, c’était l’acte 66. Ils sont montés à Rennes pour dire qu’« ils étaient là », pour gueuler leur colère de n’être rien et se prendre au passage quelques mauvais coups de matraque. Forcément, se faire taper dessus, ça agace et ils ne se sont pas laissés faire. Je suis fière d’eux, de leur détermination à rester debout et à se battre. Ne pas se laisser faire, ne pas se laisser aller à la résignation, ne pas se laisser détruire, reprendre ne serait-ce qu’un peu la main sur son existence. Comme de plus en plus d’individus, mes frères sont déterminés à ne plus se laisser prendre au jeu de la cadence et de l’ordre. C’était chouette cette manif. Des femmes et des hommes qui se battent pour leur dignité, pour ne pas s’abîmer davantage, pour ne pas crever.

En fin de manifestation, avant de repartir, ils m’ont payé une bière en terrasse. Il faisait froid, mais nous étions bien. Je les trouvais beaux tous les deux. Beaux comme la lutte. J’aurais aimé vous les présenter mais vous n’étiez pas là. Quelques heures avant, quand nous avons réussi à « prendre le centre-ville », je vous ai pourtant aperçu. Vous flâniez après un retour du marché des Lices, vous vous baladiez en famille, à vélo, vous sortiez d’une librairie avec quelques bouquins en poche, vous rentriez dans un cinéma. La vie peut être douce. J’ai envie d’y croire. Cette douceur est néanmoins réservée à quelques-un.e.s. Ni mes parents, ni mes frères, ni moi n’y avons franchement droit. Dans quelques mois, je décrocherai un bac+5. Ma mère ouvrira une de ces mauvaises bouteilles de champagne. Pourtant, j’irai certainement grossir les rangs des dominé.e.s aux études longues (j’ai lu ça dans un livre passionnant d’Olivier Schwartz).

L’inflation-dévaluation des titres scolaires me fera rejoindre Pôle emploi, ou bien je trouverai un job sous-payé pour sur-qualifié.e, à moins que ça ne soit juste un énième stage croupion. Alors peut-être devrais-je plutôt continuer à étudier ; faire une thèse. Ma directrice de mémoire me l’a proposé à demi-mots, mais seulement si j’ai un financement. On ne prête qu’aux riches répète souvent mon père.

La Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) contre laquelle vous devriez être logiquement tou.te.s vent debout ne m’y invite pas. Pourquoi me lancer dans un doctorat ? Pour gonfler les rangs du précariat de l’ESR ? Pour assurer vos TD, corriger des tombereaux de copies et faire la petite main sur vos projets de recherche, sous pression – surtout ne pas décevoir –, en étant payée moins que le SMIC horaire, plusieurs mois après avoir effectué avec zèle ces missions ? Et puis ça ne sera évidemment pas suffisant pour assurer ma survie matérielle. Alors il faudra que je continue un « travail à côté ». Condamnée à prendre le premier bullshit job ? Surveillante de musée me permettrait de pouvoir lire pendant le temps de travail, ou bien me lancer dans le travail du sexe, nettement plus rémunérateur. Mais quel temps me resterait-il pour mes propres recherches ? À la précarité s’ajouterait sans doute le surmenage, voire le mépris de soi. On y passe tou.te.s paraît-il. Et en admettant que je m’en sorte, ce serait quoi la suite ? L’Université à la sauce LPPR ne donne pas très envie : précarisation accrue, mise en concurrence généralisée, course à l’excellence, marchandisation des savoirs, recul des solidarités, bureaucratisation mortifère. Devenir une sorte d’intello camériste allant de tenure tracks en CDI-chantiers pour espérer peut-être, à près de 40 ans et après avoir porté nombre de vos valises, devenir titulaire d’une institution à la main du néolibéralisme ? C’est ça la promesse ? Et puis c’est sans compter la réforme des retraites : bouffer de l’amphi jusqu’à 67, 68, 69 ans… pour finir épuisée et être finalement pensionnée au lance-pierre ? Ça existe la pénibilité pour port de charge cognitive lourde ?

Si parmi les 37% d’enseignant.e.s-chercheur.e.s qui ont voté Macron dès le premier tour, il en est sans aucun doute qui se repaissent de la sélection, de l’augmentation des frais d’inscription et de ce que cela permettra de politiques discrétionnaires dont ils.elles s’imaginent tirer idiotement quelque bénéfice, je sais aussi, pour vous avoir fréquentés, que la plupart d’entre vous voyez dans le macronisme pas autre chose que ce qu’il est : une saloperie qui signe la fin de la citoyenneté sociale, de l’État redistributeur et de tous les services publics (ESR, santé, justice, énergie, etc.). Je me doute que vous n’êtes pas d’accord pour que la pension des femmes soit inférieure à celles des hommes, que vous êtes contre la prolifération des emplois précaires, contre la compétition généralisée, les logiques d’exclusion et les discriminations. Vous pensez que l’Université doit être ouverte à tou.te.s, fondée sur la coopération, qu’elle doit produire des connaissances critiques et transmettre des savoirs émancipateurs. Alors pourquoi êtes-vous si peu solidaires du mouvement social ? Pourquoi restez-vous si timoré.e.s à vous engager pleinement dans cette grève dont nous avons tant besoin ? Ma colère est grande de vous voir englué.e.s dans des réflexes corporatistes, dans le narcissisme de vos petites différences, dans vos postures d’intellos embourgeoisé.e.s défendant votre tout petit pouvoir symbolique (faire cours, nous dispenser vos lumières, nous évaluer). Comment pouvez-vous imaginer qu’un engagement de gréviste puisse ne pas être au moins aussi formateur que vos enseignements ? Dans la grève, on apprend à travailler collectivement, à argumenter, débattre, à élaborer du commun politique.

Autant de choses auxquelles vous avez, en temps normal – reconnaissez-le –, bien du mal à nous éduquer. J’en rage de vous voir accroché.e.s à vos si insignifiantes prérogatives, alors que nous nous trouvons à un tournant historique. Notre avenir, celui de vos enfants et petits-enfants, mais aussi le vôtre, celui de mes parents et de mes frères se joue maintenant. Il nous faut mener la lutte aux côtés des autres secteurs mobilisés pour qu’ensemble nous obligions le gouvernement à retirer l’ensemble de ses contre-réformes. Nous n’avons pas le choix. Contre la marchandisation de nos existences, contre les violences policières et la fascisation rampante de la société, contre les inégalités et les injustices sociales, contre une université à la main du néolibéralisme nous avons le devoir de faire gronder encore plus fort notre colère. Vous avez le devoir d’y prendre votre part. Le 5 mars prochain débutera une autre phase du mouvement universitaire, à l’appel de la Coordination des facs et des labos en lutte : une grève sectorielle illimitée qui pourrait bien prendre des allures de grève majoritaire et générale. Parce que vous m’avez tant apportée et que nous nous sommes tant aimés – comme titre le film –, je n’ose croire que vous resterez figé.e.s dans ces comportements crépusculaires à défendre une identité et des préséances professionnelles qui ne correspondent à aucune des nécessités portées par les luttes actuelles. Le monde universitaire est en crise. Non parce qu’il va mal (bien que ce soit le cas), mais parce qu’il bouge, que ses structures sont fragilisées par les coups de boutoir d’un macronisme pour qui le travail n’est devenu qu’une variable d’ajustement. Nous n’avons d’autres choix que de faire le pari que nous pourrons profiter de cette crise pour imposer pratiquement une autre vision de l’avenir. Si nous devions en rester là et donner, par inertie, avantage au probable sur le possible, nous le payerions au prix fort. Je sais que vous savez. Et si je vous écris cette lettre, c’est que je nourris l’espoir de vous voir pleinement engagé.e.s à nos côtés et, ensemble, de participer à ce mouvement général de construction d’un monde meilleur. J’aimerais, enfin, donner une bonne raison à ma mère d’ouvrir une bouteille de champagne digne de ce nom.

Rennes, le 17 février 2020.
Mona R.

Publié avec l’autorisation de l’autrice et de Révolution Permanente que nous remercions.

Source : Texte paru le samedi 22 février

Compte à rebours #8mars J-9 — Femmes en feu

En passant

« Nous sommes venues pour présenter la vitalité de notre vision du monde : dire qu’elle est politique, mais aussi inventive… et aimante. Qu’elle laisse la place aux gens. Voilà ce que nous sommes venues dire ».
Adele Haenel, venue présenter avec l’équipe de Portrait d’une jeune fille en feu, réalisée par Céline Sciamma, à la cérémonie des César, 28 février 2020

Continuer la lecture

Joker ? Parution du « contrat de projet dans la fonction publique »

Après les CDI de chantier, le gouvernement invente le contrat de projet dans la fonction publique, pour ses trois versants (territoriale, hospitalière inclus). Au Journal officiel du 28 février 2020.

« Art. 2-9.-La rupture anticipée du contrat de projet peut intervenir à l’initiative de l’employeur, après l’expiration d’un délai d’un an à compter de la date d’effet du contrat initial, dans l’un des deux cas suivants :
« 1° Lorsque le projet ou l’opération ne peut pas se réaliser ;
« 2° Lorsque le résultat du projet ou de l’opération a été atteint avant l’échéance prévue du contrat.
« L’agent est informé de la fin de son contrat dans les conditions fixées à l’article 2-8.

Comment dire ?

https://www.flickr.com/photos/113700018@N06/16294932676/in/photolist-qPVMM7-BfwfA-6uNADx-fth7ju-6SyW8Z-rbLLUJ-riTYm5-PiuPX5-9iWkp7-672sQq-PbyLL4-8pZyQw-7Q34NB-9K8Aq2-raPKbX-qZ726Z-r4HikH-9G6xaR-a3Fcm1-9zbRyD-qQGvcj-EbaNHx-qkC32a-6Mr4Hh-2h4hhfG-P95iDC-66XdeH-7Q34PD-PmE6wK-7Q6oos-672pxf-9cDWaK-J8mo9J-J48Z1B-P95hnE-PmE6kn-esjHoj-Hwm3D2-J48YSv-JtNUPo-8Hu4qF-qUHcSC-C8Co9c-27iMQjU-w9ueHb-LCZApQ-C6jRnQ-jDNTZQ-K3bHpr-2hUXPYy

Rage, par Den7on, 2015

Lien : Décret n° 2020-172 du 27 février 2020 relatif au contrat de projet dans la fonction publique

Le logiciel libre soutient la licence d’informatique de Paris-8

En passant

L’April soutient
le collectif des enseignant·es de la licence informatique de Paris 8
pour une formation de qualité dans des conditions dignes

Mardi 11 février 2020, Pablo Rauzy, maître de conférences en informatique à l’Université Paris 8, est intervenu dans l’émission Libre à vous ! pour évoquer la décision du collectif des enseignant·es de la licence informatique (le CELI) de ne pas ouvrir la première année de licence à la rentrée prochaine. L’April soutient l’équipe enseignante dans cette décision difficile et s’inquiète de la pérennité d’une formation importante pour le logiciel libre.

Écouter le podcast ou lire la transcription

L’éthique du logiciel libre, incarnée par ses quatre libertés, se caractérise par un engagement pour l’accès, le partage et l’enrichissement collectif de la connaissance. Elle est une condition essentielle de l’émancipation de tous et de toutes dans une société largement informatisée. Une formation publique et de qualité aux savoirs informatiques est, à ce titre, un enjeu déterminant de démocratie.

La déclaration du CELI de Paris 8 annonçant ne pas être en mesure d’assurer l’ouverture de la première année de licence doit donc nous interpeller. Alors que les discours politiques évoquent volontiers l’importance de défendre la « souveraineté numérique » et d’œuvrer pour l’essor de « champions numériques », il ne saurait être fait l’économie de la question des moyens de l’enseignement supérieur dans les sciences informatiques. Pour illustrer la situation, Pablo Rauzy indique ainsi avoir fait l’an passé l’équivalent de 5 mois de travail supplémentaire pour tenter au mieux de pallier ces manques, et ne pas être le seul de ses collègues à se sur-investir dans l’enseignement, mais la situation demeure intenable malgré ça.

Le département informatique de l’Université Paris 8 est lié à l’histoire du logiciel libre en France. De manière générale Paris 8 est une université particulière, héritière du centre universitaire expérimental de Vincennes créé dans la foulée de Mai 68. C’est dans ce contexte-là qu’est apparu l’un des premiers départements d’informatique en France (tout comme les premiers départements d’art qui, avant ça, n’existaient pas à l’université mais seulement en conservatoire). Jusque-là, la licence informatique de Paris 8 s’est voulue fidèle à cette volonté d’incarner une alternative : pas de cours en amphi, approche allant de la pratique à la théorie plutôt que l’inverse, proximité des enseignant·es avec leurs étudiant·es… et bien sûr, le logiciel libre ! Ce n’est pas pour rien que l’April a été créée par d’anciens étudiants de Paris 8, à la fin de leurs études. Frédéric Couchet, délégué général de l’April et cofondateur de l’association en 1996 a expliqué lors d’une conférence TEDx le rôle majeur joué par l’enseignement reçu à Paris 8 dans sa découverte de l’importance des libertés informatiques. En se cantonnant à la même époque, on peut aussi citer l’histoire de Mygale.org. Aujourd’hui encore, la licence informatique de l’Université Paris 8 héberge l’un des rares cours de développement de logiciels libres, qui amène parfois des étudiant·es de 3ème année de licence à faire des contributions sur des logiciels aussi vénérables que GNU Emacs ou la commande ls des GNU coreutils !

Continuer la lecture

Candidature collective HCÉRES : camouflet ou embrouille ?

Le 21 janvier 2020, plus de 1 300 universitaires ont déposé leur candidature collective à la présidence de l’HCÉRES. Depuis cette date, ils ou elles ont attendu en vain un simple accusé de réception de la candidature, en dépit de nombreuses relances. Ces candidat·es ont été surpris·es d’apprendre par voie de presse spécialisée le fait que leur candidature était rejetée, avant, pour certains d’entre eux ou elles de recevoir un courrier qui n’offre aucun argument sur ce refus.

Seuls trois candidat·es ont été retenu·es, parmi lesquelles Thierry Coulhon. Dans le même temps, au Journal Officiel du 28 février, que la rémunération du président est revalorisée à 80 000€ annuels1.

 

Les candidat·es se sont ainsi posé·es la question de la légalité de cette réponse et de la procédure. Dans ce cadre, RogueESR a écrit au Premier ministre. Nous reproduisons ici le courrier.

Continuer la lecture

  1. Le montant de l’indemnité annuelle du président ou de la présidente du HCERES (Haut Conseil d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur) est fixé à 80 000 euros, en vertu d’un décret et d’un arrêté parus au Journal officiel daté du 28 février 2020, précisant les conditions de rémunération des membres des autorités administratives indépendantes. []

Si même le SGEN-Cfdt… Le #5mars, on s’arrête, on réfléchit !

En passant

LPPR : Sgen-CFDT, SNPTES, Unsa (Sup’recherche, ITRF-BI-O, A&I) et Fage appellent à participer à la journée du 5 mars

Jugeant que « la surdité du gouvernement aux attentes de la communauté est insupportable », une intersyndicale composée du Sgen-CFDT, du SNPTES, de Sup’Recherche-Unsa, d’ITRF-BI-O-Unsa, d’A&I-Unsa et de la Fage, dépose un préavis de grève et « appelle l’ensemble des collègues à participer aux initiatives et actions qui seront organisées dans leur établissement le 5 mars, journée nationale où ‘l’université et la recherche s’arrêtent' ». Pour mémoire, cette jourlnée a été décidée lors de la 1re coordination nationale des facs et labos en lutte qui s’est réunie les 1er et 2 février 2020

Alors que les organisations syndicales Sgen-CFDT, SNPTES, Sup’Recherche-Unsa, ITRF-BI-O-Unsa, A&I-Unsa et Fage étaient jusqu’à présent relativement clémentes sur le projet de loi de programmation de la recherche, elles décident ce 27 février 2020 de taper du poing sur la table. Estimant que « la surdité du gouvernement aux attentes de la communauté est insupportable » sur un certain nombre de points, elles appellent à participer à la journée du 5 mars. Pas question pour elles de demander le retrait de la LPPR ou du projet de loi retraites comme l’autre intersyndicale (FSU, CGT, FO, SUD Solidaires, Unef, Alternative, ANCMSP, lire sur AEF info), mais elles font connaître un certain nombre d’inquiétudes, d’autant que «le ministère n’a fourni aucun projet précis aux organisations syndicales, ce qui les empêche de jouer pleinement leur rôle».

« Les bribes de textes qui circulent s’ajoutent aux déclarations malheureuses et créent un climat délétère où prospèrent rumeurs fantasques mais aussi inquiétudes légitimes », estiment les six organisations, qui citent :

  • « Des interrogations sur la volonté d’atteindre enfin l’objectif des 3 % du PIB pour les dépenses de R&D. Ces dernières semaines, le propos a quelque peu évolué sur ce point. D’une part, il s’agirait finalement de fixer une trajectoire budgétaire à plus ou moins long terme et, d’autre part, une partie de l’enveloppe potentielle serait désormais préemptée par le Pacte de productivité. Dès lors, la LPPR ne se préoccuperait plus que de l’objectif de 1 % visant les dépenses pour la recherche publique.»

Continuer la lecture

Compte à rebours #8mars J-10 — Marthe Gautier, la trisomie 21 et l’ordre des signatures

Comité d’Ethique de l’Inserm

Avis du Comité d’éthique de l’Inserm
relatif à la saisine d’un collectif de chercheurs
concernant la contribution de Marthe Gautier dans la découverte de la trisomie 21

Vous trouverez ci-dessous la réponse du Comité d’éthique de l’Inserm à la saisine concernant la contribution de Marthe Gautier dans la découverte de la trisomie 21 ainsi qu’en Annexe le rappel des recommandations pour la signature des articles scientifiques dans le domaine des sciences de la vie et de la santé, élaborées par un groupe de travail d’Aviesan (l’Alliance Nationale pour les Sciences de la Vie et de la Santé).

Marthe Gautier, décorée de la légion d’honneur en 2014 à 89 ans

Il y a cinquante ans déjà, Marthe Gautier était cosignataire avec Jérôme Lejeune et Raymond Turpin d’une communication à l’Académie des sciences (les chromosomes humains en culture de tissus, 1959), établissant la présence d’un chromosome surnuméraire dans un syndrome individualisé par Langdon Down en 1866.

C’était la première aberration chromosomique autosomique reconnue dans les cellules de l’espèce humaine ; elle reçut en 1960 le nom de trisomie 21.

Après une brillante réussite à l’Internat des Hôpitaux de Paris (deux filles sur 80 nommés) et un séjour d’une année à Boston, Marthe Gaultier décroche son doctorat en médecine en 1955, avant de devenir chef de clinique à l’hôpital Trousseau, en septembre 1956.

Sur proposition du Professeur Robert Debré, Marthe Gautier a été bénéficiaire auparavant d’une bourse pour un séjour d’une année à Harvard. Le mécène, vient de perdre un enfant des conséquences du rhumatisme articulaire aigu (RAA), et fonde la toute nouvelle «Société d’études et de soins pour enfants atteints de RAA et de cardiopathie congénitale».

En septembre 1955, après un voyage en bateau de presque une semaine en compagnie d’un collègue, Jean Aicardi, boursier Fulbright, pédiatre et futur neurologue, Dr Marthe Gautier prend ses marques à Boston. L’objectif est d’apprendre la cardiologie infantile de manière à développer cette spécialité à son retour en France ; les apprentissages sont organisés en conséquence.

Durant ce séjour et de manière complémentaire, Marthe Gautier se voit proposer un emploi dans le laboratoire de culture cellulaire ; bientôt les techniques développées n’auront plus de secret pour elle.

À son retour en France l’année suivante, son nouveau « patron », le professeur Raymond Turpin, préoccupé depuis les années trente de comprendre la genèse d’états malformatifs, lui confie la responsabilité de développer des cultures cellulaires. Un laboratoire artisanal prend naissance ; les techniques apprises aux États Unis, sont méthodiquement adaptées au contexte de travail et mises au point en vue de permettre le dénombrement des chromosomes. Et bientôt Marthe Gautier constatera que les cellules de « mongoliens » ont 47 chromosomes, alors que les témoins en ont 46.

Marthe Gautier dans son laboratoire de Bicêtre en 1970. Coll. Marthe Gautier

Le laboratoire ne dispose pas de photo microscope ; Jérôme Lejeune, jeune chercheur au CNRS et élève du Professeur Raymond Turpin, comprend l’intérêt des cultures cellulaires et de cette découverte ; il se fait confier les préparations (les lames) pour en faire réaliser des photos. Ces photos lui serviront de support dans les congrès et ses interventions médiatiques.

La première communication à l’Académie des sciences associe (avec des erreurs) le nom de Marthe Gautier en deuxième position. Par la suite cette découverte sera associée à Jérôme Lejeune, devenu Professeur de génétique, porte-parole efficace de cette recherche française.

Marthe Gautier n’avait pas le projet « d’exploiter  » ce chromosome surnuméraire, sa vie professionnelle se construisant en clinique pédiatrique cardiologique. Ce n’est que bien plus tard que sa situation de découvreuse « oubliée » sera régulièrement rappelée, en particulier dans le milieu pédiatrique.

Continuer la lecture

L’obscurantisme de l’excellence

Parue dans Libération, 26 février 2020, sans les references

https://www.flickr.com/photos/lampithaler/34254762274/in/photolist-UbYBpy-2ceY5V4-UqdNFf-2g9Ck7g-Mrcsms-Rht4g5-Qu4bLQ-2i8d8s7-2irszbf-2be6Fjz-2igzs98-2inGo19-2hGUjsx-LDVMQs-2hNKmg9-2ifJ72E-2hC7axL-2aEZCie-N55KVt-2hcjzDF-G7Gne3-QkCt2i-24cgQS9-2gH65f5-22MpCNU-2gRemar-2h5cnZu-2haSigF-ZA4cwX-2irWd1w-2bGoGSA-2inCHKP-2idQ79h-27o9Tgc-2hGTbF1-2ipQ6Ka-2hRxvcx-2hvPZT6-2iergNY-2igAs7i-2irTy5N-2hGr4uQ-MD2rG5-2hNjRbi-2ix3wxB-2ijeUQP-23MhniT-2isnkzj-614rca-2g6hLzi

The Swamp 9, par Lampithaler, 2017

Tribune. Dans les mois qui viennent va être discutée la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Une loi ambitieuse, dont l’essence a été résumée par Antoine Petit, PDG du CNRS : il s’agira d’une loi «darwinienne». Seuls les excellents doivent survivre : car il vaut mieux financer la recherche excellente que la mauvaise ! Il est paradoxal qu’alors que l’essence de la science est de douter des idées reçues et d’arbitrer des rationalités contradictoires par l’argumentation et la confrontation au réel, la politique de la recherche scientifique semble s’asseoir presque exclusivement sur des préjugés ou des sophismes.

Depuis quinze ans a été engagée une transformation de la politique de la recherche pour remplacer les financements récurrents des laboratoires par des financements compétitifs sur projets. De ce point de vue-là, c’est une réussite : les chercheurs français consacrent désormais une bonne partie de leur temps autrefois consacré à leur métier à monter et à évaluer des projets dont environ un sur dix voit le jour. Alors même que l’un des buts revendiqués était de lutter contre le mandarinat, cette politique d’«excellence» a abouti à une concentration des ressources dans les mains des «excellents» car les mandarins ne sont-ils pas par définition « excellents » ? Mais ne soyons pas dogmatiques : peut-être est-ce une bonne chose ? On pourrait adopter une démarche scientifique et vérifier empiriquement si concentrer les ressources sur «les meilleurs» est un mode de gestion efficace. Or il existe des études sur ce sujet, qui concluent que la recherche suit une loi des rendements décroissants : il est plus efficace de diversifier les financements que de les concentrer en créant de grosses structures [Ref 1-4].

On pourrait aussi se demander s’il est possible d’anticiper les découvertes scientifiques, qui par définition portent sur des choses préalablement inconnues, en évaluant des projets. Là encore, des études se sont penchées sur la question [Ref 5-6]. Elles concluent que, après une sélection grossière, l’évaluation n’est pas meilleure qu’une loterie, et en fait pire puisqu’elle introduit des biais conservateurs (contre l’interdisciplinarité, puisque l’évaluation se fait par comité disciplinaire ; contre l’originalité et le risque, puisque l’évaluation doit être consensuelle).

Est-ce bien étonnant ? Il suffit de se pencher sur l’exemple récent de l’intelligence artificielle (IA) pour comprendre que l’idée de préfinancer la recherche « innovante » est une contradiction dans les termes. Continuer la lecture

Loi ORE : une politique irresponsable du Ministère ?

En passant

D’après la dépêche n°622731, par Anne Mascret 

Dans son Premier bilan de l’accès à l’enseignement supérieur dans le cadre de la loi ORE, publié le 27 février 2020, la Cour des comptes s’inquiète de l’impact de cette loi pour les finances publiques, regrettant des « moyens mal suivis », telle cette scultpure de 43000€ acquise par une université lauréate d’un projet en faveur des étudiant·es « oui si ». « Même si l’université considère qu’apporter du ‘beau’ à cet espace montre la considération de l’université pour ces étudiants en difficulté », écrit la Cour.

Continuer la lecture