Les recteurs et les droits constitutionnels

À un moment de mise en cause des libertés publiques, il n’est pas anodin d’observer que d’anciens collègues universitaires, professeurs des universités, devenus recteurs d’académie s’attaquent frontalement aux droits constitutionnels des personnels de l’Éducation nationale. Si ces comportements devaient à se poursuivre, que faudrait-il penser des ordres donnés par le Ministre Blanquer ?

Continuer la lecture

Contre les petits arrangements entre sociétés savantes et éditeurs rapaces : un appel pour l’accès ouvert de la recherche

Dans une lettre récente adressée à la Maison-Blanche [datée du 18 décembre 2019], un groupe d’éditeurs et d’organisations universitaires a imploré le président de ne pas modifier les accords actuels entre les chercheurs financés par l’État et l’industrie de l’édition. Leur lettre est la dernière étape d’une lutte qui dure depuis des décennies entre les chercheurs.ses et les éditeurs pour savoir qui contrôle les fruits du travail de la recherche.

Traduit gracieusement par Frédérique Reibell, avec l’aimable autorisation de Bjorn Björn Brems

16 janvier 2020 – Source : https://medium.com/@brembs/learned-societies-lean-to-the-green-f904336f51ad

De nos jours les chercheur∙ses sont pris comme des rats  dans un piège de pratiques éditoriales lentes, trop chères, non éthiques et dysfonctionnelles. Piégés par les règles de l’emploi universitaire, les accords de financement et les lois sur le droit d’auteur, nous avons longtemps essayé, sans succès, d’arracher le contrôle des connaissances universitaires aux grandes maisons d’édition. La lutte remonte au moins aux années 1980, lorsque les physiciens ont commencé à faire circuler leurs découvertes par courriel pour accroître la vitesse de la communication universitaire. Elle a pris une dimension éthique lorsque les chercheurs∙ses ont commencé à exiger que leurs recherches financées par l’État, soient rendues gratuitement accessibles au public.

https://www.flickr.com/photos/26676383@N00/37041227760/in/photolist-YrcYvW-2hzpKp1-UpBg2V-UpBqQc-Tb3q3v-Tb3mMH-Tb3kQc-UaySeA-TPCK1Y-TPCH5y-bmGhF9-Ud59ER-UpBeJz-2hbPncL-2hP8Rh2-2i8gHyX-UpBuh2-Ud5bFp-UayPEs-24BUjRs-2i7iYbt-Q4JoTS-2hVakKw-nUDLmU-dRTrkH-YDA3Jc-2hdrcsH-JZXPFt-2i2LbFU-BcbWWU-Tfzfm5-p2h4oD-25v3QoG-2gLMVJx-2idLHNC-2hKbQYo-T7vu3A-2i7iXDS-2hqZ1qs-2i11Q89-2ibmLGi-2igZs1B-2g96pHA-2hjxxSm-2hSS4Uy-2hKbQkV-2h6JeA4-RMXGS6-2hzpKur-2idLGSz

Academic journals, by L. H Wilkinson, 2017

C’est ce qu’on a appelé le mouvement du « accès ouvert ». Comme chaque nouvelle découverte universitaire n’est publiée qu’une fois et que cette publication ne peut être réitérée ailleurs, l’éditeur en détient le monopole, ce qui lui permet de surfacturer les consommateurs (principalement les bibliothèques universitaires) d’au moins 9 milliards de dollars par an. Comme dans d’autres marchés monopolistiques, il y a peu d’incitation à innover ou à offrir un service de haute qualité dans l’édition universitaire. Par exemple, pour respecter le format papier sur lequel les éditeurs continuent d’insister, nous, les chercheurs, devons réduire nos visualisations de données à des images statiques et plates, parfois même, en noir et blanc. Ce que les éditeurs fournissent aujourd’hui n’est pas beaucoup plus opérationnel que le papier, mais il est beaucoup plus coûteux. Ils pourraient tout aussi bien graver nos recherches sur des feuilles d’or. Le public en est doublement victime : d’abord, on lui fait payer trop cher la lecture des résultats des recherches scientifiques qu’il a lui-même financées. Deuxièmement, le système conçu pour protéger les profits des éditeurs finit par ralentir le progrès scientifique et par diminuer la qualité des recherches publiées de multiples façons. Par exemple, des nouveaux composés chimiques pourraient être identifiés beaucoup plus rapidement et plus facilement si la littérature scientifique n’était pas balkanisée et protégée par les embargos des éditeurs, empêchant l’information contenue dans les articles d’être automatiquement regroupée. De tels gaspillages préjudiciables pour la science et préjudiciables pour le public. Ils ne profitent qu’aux éditeurs, et pourtant ceux-ci restent en place.

Continuer la lecture

Motion de l’Ined

En passant

Motion de l’assemblée générale de l’Ined

Le personnel de l’Ined – ITA, doctorant∙es, postdoctorant∙es, chercheur∙es, précaires et titulaires – s’est réuni en assemblée générale le mardi 28 janvier 2020.

L’assemblée générale réitère son opposition à la réforme que le gouvernement tente d’imposer sur les retraites.

Elle conteste les principes qui fondent la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR), principes qui portent gravement atteinte à l’exercice des métiers de l’enseignement supérieur et de la recherche alors que ceux-ci seraient déjà lourdement pénalisés par la réforme sur les retraites.

La mise en œuvre de la LPPR se soldera par une précarisation accrue pour toutes et tous. Celle-ci est déjà très forte à l’Ined, elle a produit des effets déplorables sur les individus, sur l’organisation des services et sur les activités de recherche. La LPPR se traduira par un renforcement des inégalités :

  • avec les autres institutions de recherche qui devraient être des partenaires et non des concurrentes,
  • au sein de l’établissement via des dotations différenciées entre les équipes et entre les membres du personnel grâce à des modes de rémunérations toujours plus individualisés, discrétionnaires et opaques.

Continuer la lecture

Le Conseil scientifique du CNRS rejoint la Conférence des Présidents du Comité National

En passant

Conseil scientifique du CNRS

Recommandation sur les dispositions attendues de la LPPR

A l’heure où sont rendues publiques les premières orientations du projet de Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), le Conseil Scientifique du CNRS attend une loi qui réponde aux défis de la science, aux besoins de la communauté scientifique ainsi qu’aux exigences de la société en matière de recherche. Il partage donc l’inquiétude exprimée par la Conférence des Présidents du Comité National (CPCN) et soutient la motion (cf lien ci-dessous) votée à l’unanimité le 17 janvier 2020.

Dorothée BERTHOMIEU
Présidente du Conseil scientifique

Texte adopté à l’unanimité le 27 janvier 2020

Destinataires :

  • Mme Frédérique Vidal, Ministre de la Recherche, de l’Enseignement supérieur et de l’Innovation
  • M. Antoine Petit, Président directeur général du CNRS
  • M Gérald Darmanin, Ministre de l’Action et des Comptes publics

Continuer la lecture

Sur les transformations en profondeur du travail et de l’emploi des statuts et des métiers des BIATSS et IT depuis la LRU

Nos collègues de la section Pouchet du SNTRS-CGT ont rédigé un texte revenant sur certaines des transformations récentes du travail et de l’emploi des IT et des BIATSS, dans le cadre de la mobilisation contre la LPPR, et des journées de coordination nationale, en interrogeant les effets de la future loi sur ces personnels. Nous avons décidé de le republier ici, estimant que cette contribution fait écho à notre texte de décembre qui proposait également un état des lieux de la contractualisation et la précarisation de nos métiers.

Les BIATSS (personnels ingénieurs, administratifs, techniques, sociaux et de santé et des bibliothèques) et IT (personnels ingénieurs et techniques) rassemblent différents types de métiers (scientifiques , techniques et administratifs, etc.) et de statuts (catégories A,B,C la fonction publique, contractuels). Alors que les BIATSS travaillent dans des établissements universitaires, mais peuvent être, depuis 2007, rattachés aux collectivités territoriales, les IT exercent dans des organismes de recherche, soit au sein des unités mixtes de recherche, soit dans les services administratifs des organismes.

Tools and Products of the Minesn The Field Museum Library, 1893

Si leur travail est souvent invisibilisé dans les discours politiques sur l’enseignement supérieur et la recherche, il est pourtant central dans l’organisation des enseignements, le suivi des étudiant.e.s, le bon fonctionnement des établissements, mais aussi dans le recueil de financements, la mise en œuvre des travaux de recherches avec la réalisation de manipulation ou d’objets scientifiques, la collecte, le suivi et le traitement des données. En fonction des institutions de rattachement et des métiers, leurs conditions de travail et d’emploi varient énormément.

Ce texte vise donc à poser certains jalons pour comprendre les effets du détricotage du service public de l’ESR depuis les réformes « LMD » (« Licence-Master-Doctorat », 2002) et « LRU » (« Loi relative aux libertés et responsabilités des universités », 2007) et interroger ceux de la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Continuer la lecture

Comité national CNRS : une motion et un sondage

En passant

À la motion ci-dessous, la Conférence des président-es du Comité national de la recherche scientifique (CP-CN) diligente un

sondage participatif

auprès de TOUSTES les membres de la communauté académique (université, recherche ; titulaire ou non) afin de demander l’appréciation de chacun sur les réformes en préparation, en invitant à prendre connaissance des conclusions des travaux conduits avant l’été par cette instance.

Motion de la Commission permanente du Comité national : sur les dispositions attendues de la LPPR

17 janvier 2020

La CPCN, réunie le 17 janvier 2020, s’inquiète des premières orientations de la loi pluriannuelle de programmation de la recherche (LPPR) telles qu’elles ont été esquissées  par le président de la République le 26 novembre dernier. Celles-ci ne lui paraissent pas de nature à répondre aux principales difficultés et fragilités de la recherche publique française, ni à permettre aux personnels scientifiques de haut niveau exerçant en France — chercheur·e·s, enseignant·e·s-chercheur·e·s, ingénieur·e·s et technicien·ne·s — d’exercer convenablement leur profession et d’exprimer pleinement leurs talents au bénéfice de la Nation.
Certaines des orientations esquissées sont, certes, positives : aboutir à un financement de la recherche à hauteur de 3% du PIB, simplifier le fonctionnement du système en « sortant d’une culture de la défiance a priori », « mieux payer les nouveaux entrants », accroître les taux de succès aux appels à projets de l’ANR…

Continuer la lecture

Des nouvelles du calendrier #LPPR ?

En passant

Dépêche NewsTank – LPPR : transmission au Cese avant le 15/03, et en conseil des ministres avant fin mars

https://www.flickr.com/photos/napafloma-pictures/14086503343/in/photolist-nsM1Fi-cb6g6E-2i7nfD7-TwGyvW-6ty5B5-EnpB2Y-r85umA-ps12BF-28hmMWA-o3C787-22oKHtq-2dG9KCN-5waYoo-nqSDTC-2hGbbGx-PuZ3cS-2hD6FjV-CZVCNU-GtJRGq-wv3Nfu-HJ82sj-ygH4PM-VEihzt-rire4M-w1yEJ-aXme3g-8sta3c-cfwN9y-kJvQEi-FDVFw2-aWU9oB-rVnZiT-jFNtRB-Hfn4H7-2acMK6n-8rtHv9-k7qRSx-71J2eZ-bvD4iQ-29aSUrL-28xZXrg-PJh64w-26iX4Rn-ZV5EDL-fvuKGz-24SxUci-6KQB7c-WaMwSs-DjfDTa-V4Y5Y7

Wait and see, by
Napafloma-Photographe, 2014

Academia avait émis de sérieux doutes quant à la possiblité de faire voter la loi de programmation pluriannuelle de la recherche en 2020, en montrant que la plupart des dispositions préconisées par les groupes de travail étaient déjà passées par la loi de transformation de la fonction publique et par la loi PACT.  Une dépêche News Tank précise que la loi serait réduite à quelques articles votés au printemps/

Contacté par News Tank, le Mesri indique qu’il est toujours prévu que le projet de loi passe en Conseil des ministres « au premier trimestre, avec un examen par le Parlement cette année pour entrée en vigueur l’an prochain », en 2021, « conformément au calendrier annoncé par le président de la République ». (…)

Selon des sources proches du dossier, une discussion générale sur la recherche se tiendra en conseil des ministres du 12/02 et le projet de loi sera envoyé au Cese « avant les municipales ».

La dépêche précise qu’il existe d’ores et déjà deux versions du projet de loin : une courte d’une quinzaine d’articles, et une longue d’une trentaine d’articles, « une grande partie des mesures prévues pouvant d’être traitées hors de la loi, par la voie réglementaire ».

Wait and see.

En attendant, Academia serait heureuse de pouvoir consulter ces deux versions du projet ministériel.

Harcèlement et démocratie : à propos de la garde à vue d’un président d’université

Academia suit de près les questions de sanction des pratiques de harcèlement moral, sexiste et sexuel dans une rubrique « Vice de forme? » essentiellement consacré à la jurisprudence disciplinaire au CNESER. Pour autant, il est intéressant de saisir, au niveau local, comment la maltraitance s’opère mais aussi comment elle est sanctionnée. Le mardi 28 janvier 2020, la garde à vue d’un président d’université, Philippe Vendrix (Université de Tours) pour des faits de harcèlement sexuel et moral. La question se pose alors de l’expérience du pouvoir professionnel que connaissent les étudiant-es.

1. Un président d’université en garde à vue après des plaintes pour harcèlement moral et sexuel

Les président-es d’université n’échappent pas à des comportements relevant du harcèlement, avec des conséquences plus graves pour la communauté universitaire. Par « ruissellement », les cheffaillons aux échelons inférieurs seraient susceptibles d’adopter un comportement similaire vis-à-vis de leurs collègues ; l’autoritarisme s’exercerait plus aisément sur les étudiants et les étudiantes. Dans ce contexte — marqué, rappelons-le, par la création d’une sanction disciplinaire pour des faits portant « atteinte à la réputation de l’établissement » et une violence policière inégalée sur les campus universitaires — la garde à vue du président de Tours invite à réfléchir à la nécessité de ces dispositions à tous les échelons hiérarchiques des Universités.

Site des Tanneurs, Université François Rabelais de Tours

À deux mois des élections pour la présidence à l’Université de Tours, Europe 1 nous informe que Philippe Vendrix a été placé en garde à vue le mardi 28 janvier 2020. Le président qui brigue un nouveau mandat en a informé les étudiants par courriel.

Continuer la lecture

Les revues scientifiques en lutte : Assemblée générale à Paris le 31/1 et tribune

Les revues sont à la pointe du mouvement de mobilisation. Collectifs vivants et engagés pour les savoirs qu’elles façonnent et qu’elles diffusent, elles s’inquiètent d’une politique gouvernementale qui ignore le travail fourni tant par les chercheurs et chercheuses, jeunes et statutaires, mais aussi un personnel d’édition très compétent qui a contribué à la transformation numérique du partage des savoirs universitaires. Afin de faire entendre leur voix, les revues en lutte organisent ce vendredi 31 janvier 2020 une assemblée générale, après avoir publié une tribune dans le quotidien Le Monde (28/1/2020).

Continuer la lecture

Communiqué de la Conférence des Doyens de Droit et de Science Politique

En passant

À la lumière des rapports publiés le 23 septembre 2019 pour éclairer le projet de loi de programmation sur la recherche et des dernières interventions de Madame la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation dans la semaine du 20 janvier 2020, la CDDSP rappelle fermement les principes qu’elle a toujours défendus :

  • Université de Paris, Faculté de droit

    le maintien d’une qualification nationale ou d’un concours national pour accéder aux carrières pérennes de l’enseignement supérieur ;

  • le maintien du référentiel national et statutaire d’enseignement de 192 heures, ce qui exclut toute modulation des heures de service.

Continuer la lecture

L’avenir de l’enseignement supérieur et la recherche selon les Macronleaks

En novembre 2016, lors de la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron, Robert Gary-Bobo, professeur d’économie, a élaboré un programme de transformation radicale de l’enseignement supérieur et de la recherche, qui fixe non seulement les objectifs à atteindre, mais aussi les moyens d’y parvenir. Ce texte fait partie des Macronleaks ; il était adressé à Thierry Coulhon, alors président de la COMUE Paris Sciences et Lettres.

 

Réformes souhaitables de l’enseignement supérieur français et éléments d’une stratégie de changement

Contribution de Robert Gary-Bobo,
Professeur d’économie à l’ENSAE

Le 16 novembre 2016

Nous présenterons nos idées en deux parties.

1. Ce qu’il serait souhaitable de faire.
2.Éléments d’une stratégie de changement (et de communication).

Il semble important de séparer les deux choses ; savoir où on va (cela peut être utile parfois) et comment on y va (par des chemins parfois un peu sinueux, pour faire avaler la pilule au malade récalcitrant). Donc la  première partie de ce texte fera hurler les âmes sensibles car elle ne prend aucune précaution oratoire ; il faut avoir la patience d’arriver jusqu’à la seconde partie pour avoir un peu de baume au coeur.

At Berkeley, de Frederick Wiseman, 2014

Continuer la lecture

Démissions d’expert-es à l’HCERES

En passant

From: Federico Tarragoni
Date: Thu, 23 Jan 2020 11:22:32 +0100
Subject: Démission collective du comité HCERES pour l’évaluation du
LEIRIS (13 février 2020)


En tant que Président du comité HCERES constitué pour l’évaluation du
LEIRIS (ex-LERSEM), évaluation prévue pour le 13 février prochain, je
vous communique, après sondage de l’ensemble des membres du comité,
notre décision unanime d’en démissionner.

Cette décision relève, avant tout, des collectifs dans lesquels nous
travaillons et dont nous sommes l’expression individuelle : laboratoires,
départements et UFR, sections disciplinaires du CNU. Ces différentes
instances, avec leur légitimité représentative et collégiale, ont
appelé leurs membres à démissionner des fonctions administratives, et
en particulier de celles concernant l’évaluation des unités de
recherche dans le cadre de l’HCERES. En effet, les rapports
préfigurant le projet de loi de programmation pluriannuelle de la
recherche plongent l’ensemble du monde académique dans l’effroi au
sujet de l’Université qui se dessine sous nos yeux. Ils créent, par
ailleurs, une grande incertitude s’agissant des missions qui seront
celles de l’HCERES et, partant, des usages possibles qui seront faits
des évaluations auxquelles chaque enseignant-e chercheur-e, chaque
chercheur-e, chaque agent du personnel administratif contribuera à
l’avenir.

Dans ce contexte, notre démission collective est à la fois un acte
assumé de protestation contre la LPPR, et le signe d’une volonté
réelle de repenser collectivement le processus d’évaluation de la
recherche contre la tendance managériale et néolibérale dont la LPPR
est l’énième concrétisation.

Très cordialement à vous,

Federico Tarragoni
Président du comité HCERES S3-LEIRIS-SHS2 CMDER-210008833

Maître de conférences HDR en sociologie
Directeur du Centre de recherches interdisciplinaires sur le politique
(CRIPOLIS)

Université de Paris
Laboratoire du changement social et politique (LCSP)
UFR « Institut Humanités, Sciences et Sociétés » (IHSS)
Bâtiment Olympe de Gouges
8, Place Paul Ricoeur 75013 PARIS
Case courrier 7101 – Bureau 609

 

 

Deux acquittements : Tuna Altinel et Nicolas Jounin

1. Acquittement du mathématicien Tuna Altinel en Turquie

Communiqué du comité de soutien de Tuna Altinel, 25 janvier 2020

Tuna Altinel. Photo INSMI – CNRS

Le tribunal de Balıkesir a acquitté hier vendredi Tuna Altınel après une courte audience de 1h30.  Lors de l’audience Tuna Altınel a à nouveau dénoncé les massacres qui ont eu lieu dans la ville de Cizre en 2016. Le procureur a une semaine pour faire appel de la décision.

Nous nous réjouissons de cet acquittement qui est une victoire pour la liberté d’expression face aux accusations absurdes des autorités turques, mais aussi une victoire pour les universitaires pour la paix et plus généralement pour les défenseurs des droits de l’homme. Toutefois, Tuna Altınel doit à nouveau entreprendre des démarches administratives pour son passeport. Nous espérons que les autorités turques le lui restitueront rapidement mais il n’est pas exclu qu’elles traînent pour le faire ou qu’elles inventent un prétexte pour ne pas lui rendre. Nous resterons mobilisé·e·s jusqu’à ce qu’il retrouve sa liberté complète de déplacement.

Solidairement,
Le comité de soutien
Site du comité de soutien : http://math.univ-lyon1.fr/SoutienTunaAltinel

2. Acquittement du sociologue Nicolas Jounin au Tribunal de Bobigny, suite à son arrestation

Tweet de Nicolas Jounin du 24 janvier 2020

Nicolas Jounin, 2017

Accusé de violences sur policier, je suis relaxé en appel. Parce que le patron du Syndicat des Commissaires de Police Nationale (@ScpnCommissaire), seul accusateur, convoqué par le tribunal, ne s’est pas présenté pour expliquer ses incohérences. C’est une mobilisation collective qui a permis de les pointer, merci à tou.tes!

✊

 

Coordination nationale des facs et labo en lutte : appel à participation

Paris Saint-Denis, les 1er et 2 février

bourse du travail de Saint-Denis

Ces journées sont ouvertes à toutes et tous, indépendamment de leur discipline et de leur statut, mais nous appelons l’ensemble des universités, laboratoires, organismes de recherche, UFR, IUT, ESPE/INSPE, institut, etc., à se réunir en AG pour élire des délégués de chaque catégorie d’usagers et de personnels (étudiant·e, Biatss, ITA, précaire, enseignant·e, chercheur·se, enseignant·e-chercheur·se, etc.).

Ce rassemblement vise à structurer les mobilisations en cours et construire des contre-propositions sur la question des retraites, de la précarité des travailleurs et des étudiants, de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche, et plus largement de la situation de l’enseignement supérieur et de la recherche.

La Coordinaton nationale organise l’hébergement, la garde d’enfants, la restauation, etc.

Continuer la lecture