Deux universitaires emprisonnées en Iran commencent une grève de la faim et de la soif

Mise à jour 4/1/2020: La prisonnière universitaire née en Iran, Farida Adelkhah, a quitté le quartier d’isolement et transférée dans la prison des femmes d’Evin — requête formulée à l’occasion de sa récente grève de la faim. Mais l’universitaire australienne Kylie Moore-Gilbert reste détenue à l’isolement.  (Tweet du Centre for Human Rights in Iran, 4/1/2019)

 

Lettre ouverte de Dr. Kylie Moore-Gilbert et de Dr. Fariba Adelkhah

À nos familles, amis et soutiens :

En ce jour du 24 décembre 2019 nous commençons toutes les deux une grève de la faim en défense des libertés universitaires.

Nous menons cette grève au nom de tous les universitaires et chercheurs hommes et femmes en Iran et au Moyen Orient, qui, comme nous, sont injustement incarcéré-es en raison de chefs d’accusation fabriqués de toutes pièces, alors qu’ils faisaient simplement leur travail de recherche.

À ce jour, nous sommes détenues par les Gardes révolutionnaires d’Iran depuis une période extrêmement longue : plus de 15 mois pour Kylie Moore-Gilbert et plus de 7 mois pour Fariba Adelkhah. Nous avons subi de la torture psychologique et de nombreuses violations de nos droits humains fondamentaux.

Nous faisons la grève non seulement pour exiger notre libération immédiate mais aussi pour demander justice pour les innombrables milliers, hommes et femmes anonymes  que nous n’oublions pas qui souffront le même sort que nous ou pire encore, qui sont emprisonnés en Iran, alors qu’ils ou elles n’ont commis aucun délit.

En cette veille de Noël, nous vous demandons de vous joindre à nous pendant une journée en renonçant à vous alimenter et à boire afin de manifester votre solidarité alors que nous continuerons notre grève de la faim après Noël.

Nous espérons célébrer avec vous en chair et en os plutôt qu’en esprit à cette même date l’an prochain.

Merci pour votre soutien.

Il compte infiniment pour nous et nous donne la force de continuer à lutter.

Dr. Kylie Moore-Gilbert, University of Melbourne (Australia)
Dr. Fariba Adelkhah, Sciences Po (France)

lettre originale en anglais – traduction: C. Rabier

Continuer la lecture

« Monsieur le PDG du CNRS, savez-vous ce que votre darwinisme fait à la recherche ? », tribune de François-Xavier Fauvelle, du Collège de France

 

Tribune. Antoine Petit, PDG du CNRS, le plus grand organisme français de recherche, a livré à la communauté scientifique et au public sa vision du monde de la recherche et les orientations qu’il compte faire inscrire dans la future loi de programmation [Les Echos du 26 novembre, Le Monde du 18 décembre]. Quelques « petites phrases » savamment dosées et plusieurs fois réitérées ont fait bouillir l’immense majorité de la communauté scientifique. Selon Monsieur Petit, la recherche serait un monde « darwinien » dans lequel les « meilleurs » chercheurs et équipes devraient être favorisés par des lois « inégalitaires », et les autres condamnés à la disparition.

De tels propos reflètent une ambiance politique décidément à la mode, qui aime à se représenter la société comme le théâtre d’un combat à mort dont sortent des « vainqueurs » (winners) et des « perdants » (losers). On croyait à tort ce darwinisme social confiné à certaines marges idéologiques de nos sociétés. Car comment peut-on lucidement plaider pour que des lois naturelles qui expliquent la lutte pour la survie des espèces deviennent des lois normatives s’appliquant à la société ? M. Petit nous dit qu’il aurait été mal compris et que ce darwinisme social serait très éloigné de ses valeurs personnelles [Le Monde du 18 décembre]. Le problème, voyez-vous, M. Petit, c’est que ce sont vos mots et vos formules qui nous permettent de juger de vos valeurs.

Continuer la lecture

Vice de forme? (VIII) Cadeaux de Noël

Le CNESER a publié deux séries de décisions de justice, après renouvellement partiel de juges siégeant en Commission disciplinaire.

La première, parue au Bulletin officiel du 14 novembre 2019, place Frédérique Roux, juriste et professeure des Universités la présidence de la Commission disciplinaire. Elle touchait un homme né en 1955  de l’Université de Montpellier-3, condamné en première instance à une suspension d’exercice de 6 mois et de privation de moitié de son traitement, en raison de son

comportement incompatible avec l’exercice des fonctions d’enseignement ayant troublé l’ordre et le bon fonctionnement de l’établissement, notamment en tenant des propos offensants et à caractère sexuel ou handiphobe ; qu’il lui est également reproché d’avoir diffusé des vidéos à caractère pornographique en cours portant ainsi atteinte à l’image de l’université ; qu’il lui est enfin reproché de contacter régulièrement une étudiante sur son téléphone portable et de lui adresser des SMS ambigus, faits qualifiés de graves en raison de la position hiérarchique de l’intéressé ainsi que de la vulnérabilité psychologique, physique et financière de l’étudiante, connue de l’intéressé.

 

L’appelant demande un sursis à exécution, la Cour n’y donne pas droit.

    *  *
*

 

La seconde publication, parue au Bulletin officiel du 19 décembre 2019, où l’on retrouve Mustapha Zidi, professeur de biomécanique à la faculté de Médecine de l’UPEC à la présidence de la Commission, prend quatre décisions intéressantes.
Continuer la lecture

Lieux de travail, franchise universitaire & libertés académiques : Brest, Rennes, Paris… Une pétition

En ce mois de décembre, il est intéressant de considérer comment la franchise universitaire s’exerce. La “franchise universitaire” est le terme qui désigne le statut dont bénéficient en France les universités et selon lequel les forces de l’ordre ne peuvent y intervenir sans leur accord ((Née au Moyen Âge du caractère religieux des universités, qui les affranchissait du pouvoir temporel, elle a été depuis confirmée par plusieurs lois, dont l’article L712-2 du code de l’éducation. Cf article “Franchise universitaire” sur Wikipedia.)). Alors que les étudiant-es et les personnels universitaires organisent le blocage de certains sites, deux événements ont défrayé la chronique à Brest et à Rennes.
À Brest, le président de l’Université Matthieu Gallou, a demandé des explications au sous-préfet à la suite d’une intervention de la police dans le hall de la Bibliothèque universitaire de Lettres le mardi 10 décembre 2019:
Le maintien de l’ordre universitaire est une lourde responsabilité, mais je tiens, sous le contrôle de la loi et de nos instances, à l’exercer pleinement, et à garantir ainsi le plein exercice des libertés académiques, fait-il savoir dans un entretien accordé à l’Université de Brest au quotidien Ouest-France.

Le mercredi 18 décembre, alors que les étudiant-es revenaient de manifestation, plusieurs escadrons de police se sont présentés à l’entrée du Campus de l’Université de Rennes, avec l’intention visible d’y entrer. Prévenu, le président David Olivier, s’interpose et interdit l’accès au campus, avant de saisir les “autorités compétentes pour faire toute la lumière sur cette opération de police aux abords du campus”1. La photo de son intervention est rapidement devenue virale sur les réseaux sociaux.

Capture Facebook de l’interposition de David Olivier, président de l’Université Rennes-2, entre les forces de l’ordre et le campus de son Université, 18 décembre 2019

À Paris, la situation est très différente : la plupart des campus sont rendus inaccessibles par les présidents, pour des motifs allégués de sécurité ou de manque de personnels en raison des transports perturbés. Dans ce contexte, trois professeur-es d’université mettent en cause la décision du Recteur de Paris, Gilles Pécout, de fermer la Sorbonne. Ils invitent leurs collègues et étudiant-es à signer la pétition dont voici le texte.
 
*
*     *
 

Lettre ouverte à Monsieur le Recteur de l’Academie de Paris

Nous étudiants, personnels administratifs, chercheurs, enseignants, maîtres de conférences et professeurs, protestons contre les fermetures abusives et incongrues de la Sorbonne qui se répètent ces dernières années, nous empêchant de travailler. Ces blocages (comment les nommer autrement ?) vident la Sorbonne de son sens et de son existence et, selon les « éléments de langage » de notre gouvernement, nous « prennent en otages ».
La Sorbonne est, depuis sa création au XIIIe siècle, la maison des étudiants et des professeurs, et non celle du roi ou du gouvernement, même s’il plaît au roi, de temps à autre, d’y organiser une opération de com, un « grand discours » qui nous fait suffoquer de policiers, de barrières et de contrôles, et qui bloque tout le Quartier latin. La Sorbonne est le lieu du partage du savoir, par sa bibliothèque, inaccessible en cas de blocage rectoral, par ses salles de cours, de séminaire, et ses amphithéâtres.
 

Charte de fondation de la Sorbonne, février 1257
Credit:
Photo (C) RMN-Grand Palais / Agence Bulloz
Paris, Archives nationales

 
La Sorbonne, comme Paris, a un statut particulier. Longtemps, Paris n’a pas eu de maire, en raison de la réaction thermidorienne de 1795, rejouée en 1871. Aujourd’hui encore, le préfet de police de Paris n’est pas soumis à l’autorité du directeur général de la police nationale. De la même manière, la Sorbonne n’est pas vraiment chez elle, puisqu’elle abrite, fait unique au monde, les bureaux du rectorat, c’est-à-dire du représentant du gouvernement dans le monde éducatif. C’est, de fait, le recteur qui dirige ses bâtiments, dont il occupe une trop grande partie, alors qu’il n’enseigne pas et que nous manquons d’espace. Le grand amphithéâtre accueille de curieux locataires, qui payent pour y organiser leurs réunions de prestige, leurs défilés de mode et leurs opérations mercantiles, au lieu d’être dévolu à l’enseignement. Les laboratoires de la Sorbonne doivent louer aux services du recteur des salles de colloque ! Les collègues étrangers n’y comprennent rien. Nous non plus.
  1. https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/ille-et-vilaine/rennes/rennes-2-interventions-policieres-apres-manifestation-du-17-decembre-1764461.html []

Biatss, ITA et CDI de chantier dans l’ESR

À l’occasion de la réflexion collective en préparation du projet de Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), l’équipe des Rédacteurs d’Academia est heureuse d’accueillir des femmes et des hommes ITA (personnels ingénieurs, administratifs, techniques) et BIATSS (personnels ingénieurs, administratifs, techniques, sociaux et de santé et des bibliothèques) mobilisés pour leurs métiers. Dans ce blog consacré à l’emploi en sciences humaines et sociales, ces femmes et ces hommes représentent plus de la moitié des effectifs ; pour autant, ces personnels, injustement subalternes, sont peu audibles. Ces corps de l’enseignement supérieur et de la recherche ont pourtant connu d’inquiétantes mutations de leurs niveau et conditions d’emploi, qui pourraient préfigurer l’avenir de l’emploi de recherche et d’enseignement. ITA et BIATSS mobilisés pour leurs métiers inaugurent, avec ce billet, une réflexion pour que vraiment toutes et tous, ensemble, imaginions l’avenir de la recherche et le contenu de la LPPR.  

 

 

Le CDI de chantier : qu’est-ce que c’est ?

Depuis l’ordonnance du 22 septembre 2017 le CDI de chantier ou contrat de chantier est une possibilité ouverte à  tous les corps de métier sous réserve d’accords de branche ou de convention collective (articles 30 et 31) ; il est donc possible de recruter des agentes et agents pour une durée indéterminée, pour une mission spécifique liée à une opération ou un projet à l’échéance non prévisible. Les agent·e·s seront ensuite licencié·e·s lorsque l’opération ou le projet seront considérés comme achevés, l’achèvement étant considéré alors comme une cause réelle et sérieuse de licenciement (article 31).

Continuer la lecture

Le cauchemar de Darwin — à propos d’une tribune d’Antoine Petit, pdg du CNRS (18 décembre 2019)

Antoine Petit a commis une tribune en accès payant dans le quotidien Le Monde ce 18 décembre 2019, dont le ton et le contenu restent à l’opposé de ce que la communauté des chercheurs et chercheuses a récemment dit attendre (voir ici et ). En voici une lecture assurée par le mathématicien Antoine Chambert-Loir, nouveau rédacteur d’Academia.

 

Dans une tribune publiée par le journal Le Monde du mercredi 18 décembre 2019, Antoine Petit, président-directeur-général du CNRS, revient sur les « réelles ambitions scientifiques » qu’il a pour l’établissement qu’il dirige. Cette tribune fait suite à une précédente, qu’il avait publiée dans Les Echos, du 26 novembre 2019 et à son discours du même jour, prononcé au Palais de la découverte, à l’occasion du 80e anniversaire du CNRS, en présence du président de la République.

Les propos d’Antoine Petit avaient déjà suscité étonnement et colère, en particulier par la référence à la théorie de l’évolution de Darwin :

« Il faut une loi ambitieuse, inégalitaire — oui, inégalitaire, une loi vertueuse et darwinienne, qui encourage les scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l’échelle internationale, une loi qui mobilise les énergies. »

et par le vocabulaire guerrier employé tout au long de sa tribune, dès son titre : « La recherche, une arme pour les combats du futur. »

Des réseaux sociaux jusqu’au Conseil scientifique du CNRS, de nombreux collègues ont émis une contestation détaillée des propos d’Antoine Petit.

La façon dont Antoine Petit revient aujourd’hui sur ses propos initiaux est encore plus problématique. Petite revue en quelques points.

  1. Son texte commence par un auto-satisfecit bienvenu du CNRS et par l’affirmation de la volonté de la communauté scientifique de répondre aux grands défis du moment. C’est une entrée en matière et on peut comprendre que la recherche
    https://www.flickr.com/photos/87306608@N05/8022744813/in/photolist-ddWEwr-5W5Mye-9Aq8BU-5fZxdF-29i2Wx-9zoSuc-7PmuE6-awv2HP-9x3w1T-appf9p-8ewtuz-e6yWsd-n9NivR-b85JL6-2hnQAT6-b9eZrP-2gyxLid-agRkNZ-duqKTo-2dzJdQ1-5nRruB-ddWCCE-555A-ddWGGH-7Ae2Dz-q3sHRN-eYr2j8-8bnNbF-egmb25-7p6GJi-nkMFmK-afKYmh-99NFCJ-2i1vAhh-4oW3zR-crBCxY-aTt8DM-hfPic-41tc4R-crBCJS-eYCqKY-21LG78e-FwJtZS-84iXhs-eYCqy5-eYr4Ei-eYCsym-iHKard-rcAzV2-eYr3WB

    Lies, par Suicidepirate, 2012

    fondamentale disparaisse provisoirement du radar. Il continue en évoquant « une très large consultation des laboratoires » qui a permis au CNRS de formuler dès juillet 2019 des propositions « que ce soit en matière de financement de la recherche, d’attractivité des emplois et carrières scientifiques, ou plus largement de recherche partenariale et d’innovation ». Là, Antoine Petit marche joyeusement sur la tête — ou plutôt sur les pieds de toute la communauté scientifique.
    Car ce qui est sorti de ces consultations était très différent du rapport produit par la direction du CNRS, malgré toute la diversité que commandent des pratiques scientifiques parfois assez éloignées.
    Continuer la lecture

Loi “darwinienne”: réponse des Conseils du CNRS à Antoine Petit, pdg

Mise à jour: 18 décembre 2019

À la suite de la tribune d’Antoine Petit, pdg du CNRS du 26 novembre 2019, et de son allocution le 8 décembre 2019 à l’occasion de la célébration des 80 ans du CNRS, les instances du CNRS et du CoNRS se sont unaniment alarmés et ils ont rappelé la nécessité d’augmenter l’emploi et les moyens, et de se préoccuper de la santé mentale des personnels placés sous sa responsabilité.

  1. Motion des présidents et présidentes du Conseil scientifique, des Conseils scientifiques des Institutions et des sections et commissions du CoCNRS
  2. Lettre du Secrétaire général du Comité consultatif d’hygiène, sécurité et conditions de travail, 17 décembre 2019

12 décembre 2019

Monsieur Antoine Petit, président-directeur général du CNRS

Copie à monsieur le directeur général délégué à la science et à mesdames les directrices et messieurs les directeurs des instituts du CNRS

 

Monsieur le Président-Directeur général,

Après avoir pris connaissance de votre tribune parue le 26 novembre dernier dans le quotidien Les Échos, nous — présidentes et présidents du Conseil scientifique du CNRS, des conseils scientifiques d’instituts et des sections et commissions  interdisciplinaires du Comité national de la recherche scientifique — tenons à vous faire part de notre profonde désapprobation et de la vive inquiétude que ces propos suscitent au sein de la communauté scientifique.

Dans cette tribune, vous exposez en effet une vision de la recherche basée sur la compétition à tous les niveaux, comme en témoigne en particulier la citation suivante :

« Cette loi [de programmation pluriannuelle de la recherche] doit être à la hauteur des enjeux pour notre pays. Il faut une loi ambitieuse, inégalitaire – oui, inégalitaire, une loi vertueuse et darwinienne, qui encourage les scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l’échelle internationale, une loi qui mobilise les énergies. »

Nous avons pour notre part la ferme conviction que le CNRS n’a pas besoin de davantage de compétition en son sein alors même que, pour le recrutement de ses chercheurs et chercheuses par exemple, on compte jusqu’à 50 candidatures, le plus souvent de très haut niveau, pour un poste. Ce dont le CNRS a cruellement besoin, en revanche, pour « mobiliser les énergies », c’est d’un soutien beaucoup plus fort aux collectifs de travail (équipes, laboratoires) et aux coopérations qui s’y déploient.

Continuer la lecture

« Le personnel est académique ». Pour une subversion féministe de l’université, de la pédagogie à l’institution

En passant

Un article paru dans la revue Genre, sexualités & sociétés se propose de revenir sur trois formes de subversion féministe de l’université.

“Si le travail domestique n’est pas réellement pris en considération dans les sociétés marchandes, il importe de ne pas oublier que c’est dans celles-ci que  s’inscrivent les universités, même si elles sont perçues comme des lieux scolastiques.”

 

Continuer la lecture

“La dénomination « maître de conférences » n’est pas valorisante” : sur la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche

Mise à jour: 16 décembre 2019

Les groupes de travail en préparation de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche, dont le vote est prévue au printemps 2020, ont rendu leurs rapports respectifsen septembre 2019. Ils retrouvent une certaine actualité à l’occasion des la polémique lancée par Antoine Petit, président-directeur général du CNRS et d’Emmanuel Macron, président de la République.

Le rapport du Groupe de travail n°2, “Attractivité des emplois et des carrières scientifiques“, dirigé par Philippe Berta, Philippe Mauguin, Manuel Tunon de Lara1 , commence par un constat simple :

  • le niveau de rémunération des emplois de l’ESR, notamment en début de carrière, est très insuffisant, inférieur de près de 40% à la moyenne de l’OCDE. Il est aussi inférieur de près de 35% aux rémunérations des autres corps de rang A de la fonction publique et de plus de 20% de la fonction privée.  Le constat n’est pas différent, sinon pire, pour les personnels administratifs et techniques.
  • Le niveau de rémunération faible est à mettre en regard des moyens, là aussi largement insuffisant. “Or, a indiqué un chercheur français désormais parti à l’étranger, «les moyens, c’est une façon de dire aux gens que ce qu’ils font est important». (p.21).

Continuer la lecture

Turpitudes (1) – Le montage du CNRS pour attirer des « stars internationales », par Martin Clavey

En passant

Par Martin Clavey, The Sound of Science, 13 décembre 2019

Pour attirer des stars internationales, la direction du CNRS a décidé de s’arranger avec les recrutements des directeur·trice·s de recherche du centre.

Stars » par natlas, 2016

Le PDG du CNRS Antoine Petit, on le sait, veut faire entrer son organisme dans le star-système de la recherche en recrutant des chercheur·euse·s connu·e·s à l’international mais une barrière reste, pour l’instant et au moins jusqu’à la mise en place de la loi pluriannuelle de la recherche, en travers de sa route.

La suite ici: https://www.soundofscience.fr/1899

Le CNRS, Darwin et la grande chaîne de l’évolution chercheuse: quatre tribunes et une conclusion

Mise à jour : 11 décembre 2019

Suite à l’intervention, à l’occasion des 80 ans du CNRS, d’Antoine Petit et d’Emmanuel Macron à propos de la loi programmatique pluriannuelle de la recherche en cours de préparation, plusieurs chercheurs et chercheuses se sont insurgés contre la vision scandaleusement caricatural qu’ont développée respectivement le PDG du CNRS et le Président de la République, et les dramatiques conséquences qu’ils souhaitent en tirer. Leurs conclusions s’apparentent à de précédentes, tirées au printemps (ce blog: “Bois morts, souches pourries et arbrisseaux: du choix du vocabulaire de la politique de l’emploi au CNRS“) et en 2014 : l’idéologie qui nourrit la politique scientifique française fait preuve d’une remarquable continuité, même si le discours s’affranchit désormais des convenances. Quelles conclusions en tirer?

Continuer la lecture

CoCNRS: rapport du jury d’admissibilité de la section 39 (concours 2019)

La section 39 (Espaces, territoires et sociétés) du CoNRS vient de mettre un rapport sur le précédent concours: conrs39.free.fr/2020/documents

À cette occasion, Academia publie une nouvelle collection: “Rapports de concours

NB: la section 38, qui ne fait pas de rapport sur le concours 2019, signale la mise à jour des recommandations aux candidat-es.

Toute honte bue (IV): recrutement d’un-e chargé-e de projet … en stage

Lu sur le site de l’Agence nationale de la recherche (ANR), une offre référencée 2019-98 pour évaluer la mise en oeuvre des plans de gestion de données requis par le Ministère. L’offre s’adresser à un-e titulaire de Master – dont le type de contrat est un CDD? un CDI? Non, un … stage.

Pour mémoire, voici les dispositions précisées par MESRI à propos des stages étudiants “en milieu professionnel“.

Continuer la lecture