Vices et vertus de la mobilité : débats mathématiques

Academia, carnet consacré aux sciences humaines et sociales (SHS), s’intéresse aujourd’hui au débat lancé par Olivier Garet et Barbara Schapira à la suite de la publication par le directeur de l’Institut National des Sciences Mathématiques et de leurs Interactions (INSMI) du CNRS, Pascal Auscher, qui précise que « l’objectif de la mission nationale est de maintenir l’école mathématique française au meilleur niveau international. Se pose donc la question de comment faire. Une réponse est la mobilité dans les recrutements ». La réponse de ces deux mathématicien-ne-s mérite que les acteurs des SHS s’y arrêtent. Ils ont aimablement autorisé Academia à le reproduire : nous les en remercions.

La mobilité heureuse*

https://www.flickr.com/photos/maddzakk00/8190818862/in/photolist-dtN65S-23U6TLP-8CCUAM-Yjw11E-fvbUAA-QoziLg-nEAc1s-dL73X3-6iH4vS-Zv3AvU-4VBaTN-28XxCNn-shrxFX-dZ8VJ9-itAyDC-28EaZ62-e4PUJN-95aWhh-25HyWb1-f5byka-cRDnMb-6uH1Ji-8xTuvp-itYr2P-XD5nKK-HeKYuu-dC5a4t-3PuKxJ-nqUtuC-qTfHUM-r529Ld-7S1UHi-bCL6w7-Y63xzT-JJJBB-6xtA7-aXRLSz-bwPtxf-9ZD2cp-23QuUcK-ki19r-qEAs3p-fXoHEG-8A7THS-ao8qFJ-f95kos-SKMs19-5CMLuR-fKq4CL-opSeGF

Train And I was waiting, by Zakk Chaibi, 2012

 

par Olivier Garet et Barbara Schapira

février 2019

*La « maternité heureuse » est l’ancêtre du planning familial

 

Préambule : Nous1 écrivons cette tribune en réaction à un texte de Pascal Auscher, directeur de l’INSMI (Institut de Mathématiques au CNRS). Ce texte, intitulé Position de l’Insmi sur la mobilité au recrutement en Mathématiques2 , a été diffusé dans les laboratoires de mathématiques en janvier 2019.

Le texte de l’INSMI réaffirme avec force sa volonté d’imposer la pratique de la communauté mathématique consistant à promouvoir les MCF et CR en PR et DR uniquement en mobilité, c’est-à-dire dans un autre laboratoire que là où ils exercent au moment de leur promotion. Il y voit un élément important pour la défense des postes en mathématiques.

Ce texte, s’il constitue un simple rappel d’évidences pour certains collègues3 , en a choqué d’autres. Nous souhaitons dans cette tribune nous opposer à ce point de vue, et discuter la notion de mobilité au sein de la communauté mathématique.

La mobilité et le non-recrutement local, de quoi s’agit-il ?

Ne boudons pas notre plaisir de mathématiciennes4 , définissons les termes employés.

Le Larousse propose « Mobilité = changement de lieu de résidence ou d’activité économique ». Dans la vision dominante au sein de la communauté mathématique française, rappelée par l’INSMI, la « mobilité » sous-entend changement de laboratoire lors d’un premier recrutement sur un poste permanent ou lors du passage de rang B à rang A. En particulier, cette « mobilité » suivant l’INSMI n’implique pas forcément de changement de lieu de résidence pour les franciliens5 . D’autre part, cette « mobilité » ne concerne pas les collègues cherchant à changer de laboratoire du fait d’un changement de résidence familiale passé ou futur (mutation pour rapprochement familial).

Continuer la lecture

Le CNRS et la parité en temps réel (II): le cadeau du 8 mars

La veille de la journée internationale des droits des femmes, les collègues CNRS ont été pour le moins surpris de recevoir le message suivant de la part de leur président-directeur général : 

—————————- Message original —————————-
Objet:    Journée internationale pour les droits des femmes: message d’Antoine Petit, PDG du CNRS
De:       « CNRS Communique Presidence » <infodircom.noreply@cnrs.fr>
Date:     Jeu 7 mars 2019 14:09
À:       « communication_presidence@services.cnrs.fr »
<communication_presidence@services.cnrs.fr>
————————————————————————–

Madame, Monsieur,
Chères et chers collègues,

La place des femmes au sein du CNRS est au coeur de mes priorités. Nous progressons en matière d’égalité entre les femmes et les hommes mais l’horizon de la parité est encore lointain !
Attirer plus de femmes dans les carrières scientifiques est indispensable. Leur permettre des carrières analogues à celles de leurs collègues masculins tout autant.
Nous avons déjà pris des mesures concrètes (parité dans les attributions des médailles du CNRS, promotion de chercheuses au prorata, au moins, du pourcentage de femmes promouvables).
Cette nécessaire prise de conscience passe aussi par des actions symboliques comme celle de quitter son poste de travail le 8 mars à 15h40, heure à partir de laquelle les femmes commencent à travailler gratuitement.

Mais il appartient bien sûr à chacun et chacune d’entre vous de s’associer à cette démarche.

Bien à vous tous et toutes.
Antoine Petit
Président-directeur général du CNRS

En tout logique, la conclusion d’Antoine Petit aurait dû être de rassembler les fonds pour accorder une prime exceptionnelle de 23% du salaire annuel pour compenser les inégalités de salaire/promotion au CNRS. Mais ce n’est pas ce qu’il a fait : il propose ainsi à ses collègues masculins de partir plus tôt du travail.

Laissant sans doute le travail qui reste à faire à plus tard, quand les collègues féminines auront retrouvé leur poste.

L’affaire ne s’arrête pas là.

Le 8 mars, comme nous le signale une internaute, les collègues CNRS reçoivent un message complémentaire:

« À la suite du préavis de grève déposé par les syndicats dans le cadre de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes.

Nous sommes « invités » à recenser les personnels qui seront absents pour fait de grève.

Je vous remercie de bien vouloir m’indiquer (au plus tard à 15h) si vous vous déclarez « absent pour fait de grève » ce jour.

Pour information, ou pour mémoire, les agents grévistes se verront appliquer une retenue sur traitement pour fait de grève.

La retenue effectuée sera d’une journée de rémunération même si cette grève est d’une durée moindre. »

Donc on se déclare en grève à partir de 15h40 pour protester contre les salaires plus bas, et alors on nous enlève une journée de salaire.

En un sens, le CNRS dépasse pour une fois les frontières : dommage que ce soit celles de l’ignominie.