Des doctorants suisses réclament de meilleures conditions de travail

En publiant dimanche dernier, “Prise de Positions concernant L’Encouragement de la Relève Académique dans les Hautes Écoles Suisses“, Actionuni, organisation représentante de jeunes chercheurs en Suisse, appelle à de meilleures conditions de travail pour les doctorants.

Leur position paper liste 8 revendications :

  1. Diversification des Parcours Professionnels au sein des Hautes Écoles et Carrières Alternatives, avec des profils alternatifs, à durée indéterminée, et ne dépendant pas d’une chaire.
  2. Gestion Professionnelle du Personnel.
  3. Profil double „Recherche/Pratique“, pour dépasser le dogme du « up or out ».
  4. Transparence des Parcours Professionnel.
  5. Renforcement des hiérarchies horizontales et des modèles de travail inclusif.
  6. Temps Minimal de Recherche : la recherche doit être considérée comme une activité professionnelle donnant droit à une rémunération au même titre que n’importe quelle autre prestation. La recherche devrait représenter au moins 60% de temps absolu des doctorants, qui devraient également se voir accorder des semestres de recherche rémunérés.
  7. Des carrières Compatibles avec la Vie de Famille et autres Obligations.
  8. Droits de Participation aux choix des établissements en matière de stratégie et de règlements.

Ce qui ressort principalement de cet appel, c’est une critique de la précarité des doctorants et la centralité de la recherche dans leur pratique. Pour la rectrice de l’Université de Lausanne, l’université n’a pas vocation à faire de la recherche, ni les moyens de contenter en postes stables tous les appétits de recherche, et doit se concentrer sur la formation1.


  1. https://www.rts.ch/info/suisse/10244473-les-doctorants-de-suisse-reclament-de-meilleures-conditions-de-travail.html []

L’impartialité des comités de sélection

Petit rappel à la veille de l’ouverture de la campagne de recrutement synchronisée des MCF et PR du cru 2019 concernant les “principes de nature à renforcer l’impartialité des membres des comités de sélection des enseignants-chercheurs de statut universitaire”, publié dans le Bulletin officiel du 21 février 2019.

Grille indicative d’aide à la détection de situations de partialité à disposition des membres de de sélection, MESRI 2019

.

Le CNRS et la parité en temps réel

Alors que le CNRS a annoncé la suppression de 50 postes au recrutement en 2019 – la majorité des postes “au concours” relevant désormais de la promotion interne – ce qui fait suite à une suppression de plus de 1200 postes de chercheurs et de chercheuses depuis 2007, le CNRS, à l’initiative d’Antoine Petit, prend enfin des mesures dignes d’un grand établissement de recherche, à savoir une formation des comités CoCNRS aux biais sexistes, et l’adjonction d’une référente et/ou d’un référent parité aux jurys de concours.

La parité homme-femme devrait se réaliser… dans 170 ans, par Clément Gras (2016)

Précisons en quelques lignes ces mesures, dont les autres jurys auraient la bonne idée de s’inspirer.

1. Un référent et/ou une référente “Parité en temps réel”

Continuer la lecture

Retour sur un recrutement

Suivant les exemples de Célia Keren et Caroline Muller, et après discussion avec plusieurs rédactrices d’Academia, il a pu sembler utile de mettre à disposition les textes de l’audition que j’ai passé, avec succès, le 15 mai 2018, à l’université de Franche-Comté, pour un poste en histoire contemporaine. Il y à, je pense, deux raisons principales.

La première est que Besançon a décidé, depuis quelques temps déjà, d’inclure dans les auditions une « mise en situation professionnelle sous forme d’un exercice pédagogique ». Il s’agit de réaliser un exposé de 10 minutes sur l’un des thèmes des enseignements de L2 et L3 Histoire, dans le cadre de la préparation d’un CM de deux heures. Le thème est à choisir parmi une liste de cinq cours, transmise quinze jours environ avant l’audition[1]. Il est précisé aux candidat.e.s qu’au cours de cet exposé devront être présentés la problématique du cours, les débats historiographiques afférents, une bibliographie de cinq titres maximum, le plan du cours et de deux à cinq documents qui seraient présentés aux étudiants. Mon exposé était appuyé sur un syllabus, distribué au jury, et un diaporama, qui reprenait les mêmes documents. L’expérience a semblé intéressante à celles et ceux avec qui j’ai pu en parler : mettre ces documents à disposition est un bon moyen d’attirer l’attention sur une initiative qui paraît aller dans le bon sens (mais je suis un peu juge et partie…)

La seconde raison concerne la seconde partie de l’exposé, plus classique, où il s’agit de présenter en 10 min comment les recherches actuelles et futures du candidat pourront s’insérer dans les axes de recherche du laboratoire, et dans les perspectives de la fiche de poste. En joignant ladite fiche de poste, mon « CV analytique » et mon texte d’audition, je laisse aux lecteur.rice.s les travaux pratiques, et le soin de jouer au détective (à l’historien !), pour retrouver la stratégie rhétorique employée[2], analyser ce qui est dit[3] et expliquer mon recrutement[4]. Pour toute une série de raisons, il me semble avoir adopté des tactiques très distinctes de celles de Célia Keren, à partir d’une trajectoire qui elle n’est pas d’esprit radicalement différent – l’usinage académique étant ce qu’il est.

Mais je la rejoins sur l’esprit qu’il faut avoir : si j’ai été recruté, c’est peut-être avant tout parce que j’y suis allé détendu et (donc) souriant, puisque persuadé de n’avoir aucune chance et d’être là pour apprendre – c’était l’unique audition de ma première campagne, et je n’avais pu faire qu’une seule audition blanche (complètement ratée d’ailleurs). Jean-Claude Duss peut être votre meilleur allié…


[1]          Dans le cas présent, la liste était : Démocratie et République en France (1789-1947) ; Empires coloniaux et décolonisations dans le monde (XIXe-XXe siècles) ; Croissance et développement dans le monde au vingtième siècle ; Violences globales et guerres-monde (XIXe-XXe siècles) ; Histoire sociale et culturelle comparée de l’Europe occidentale : Allemagne, Italie, Royaume-Uni (1850-1950).

[2]          La composition du jury est trouvable sur le wiki-audition hébergé par l’AFHE. Aucun de ses membres de m’était alors personnellement connu – si ce n’est, pour vraiment tout dire, que j’ai assisté au séminaire de l’un d’entre eux lorsque j’étais en première année de master.

[3]          Et, surtout, ce qui ne l’est pas… mais qui est connu tout de même du jury, qui a au moins lu la première page du CV.

[4]          En particulier sur un poste d’histoire générale alors que, historien des sciences expérimentales, mes centres d’intérêt ne passionnent pas spontanément des foules de collègues, on le devine…