Candidates, candidats, vous n’êtes pas responsables !

Le texte ci-dessous a été posté sur la liste de diffusion de l’ANCMSP (science politique, sociologie) en 2016, suite à un recrutement controversé.

 

 

 

(Je poste ceci à l’usage des jeunes docteur.e.s qui arrivent sur le marché, en réponse à la demande « d’éclairer les lanternes des outsiders ». Ce post n’a pas vocation à épuiser le débat, ni à expliquer scientifiquement les recrutements, ni à les excuser).

D’abord, on peut critiquer les recrutements, mais pas la personne recrutée. Ce n’est pas de sa faute. Le problème, c’est comment les recrutements sont organisés. Sur un poste de mcf, vous pouvez avoir 200 candidats. Le recrutement se joue sur des critères multiples : les publications certes, mais aussi l’adéquation au profil, la composition du département, la perception de la collégialité (est-ce que vous avez l’air sympa), la perception de la capacité à enseigner, etc. Tous ces critères ne sont pas nécessairement illégitimes.

Dans ce contexte, vous pouvez être éliminé pour n’importe quel prétexte. Quand je dis n’importe quel, voici une liste non exhaustive des propos (évidemment éliminatoires) que j’ai entendus sur divers candidat.e.s : Lire la suite

Un.e enseignant.e = une voix

Citation

© AFP

Republication d’une motion des enseignant.e.s-chercheurs contractuel.le.s, en espérant faire écho plus sytématique du mouvement de protestation des agents contractuels enseignants-chercheurs, hommes et femmes, qui ne sont rémunéré.e.s qu’après de longs mois d’attente, quand ils ou elles le sont.

Motion des enseignant.e.s précaires du Département d’histoire de Paris-Nanterre

Un.e enseignant.e = Une voix.

Nous, enseignant.e.s précaires du département d’histoire de l’Université de Paris-Nanterre tenons, par la présente, à manifester notre incompréhension et notre désaccord face à la décision prise par le département de nous écarter du vote sur les modalités d’application de la réforme dite de Parcoursup.
Sans le vote des enseignants précaires, ce vote est biaisé et ne peut espérer représenter la position de la  majeurepartie des personnels du département d’histoire. En effet, nous représentons entre le quart et la mo itié de l’effectif enseignant du département. Certes, contrairement à nos collègues titulaires, nous n’assurons ni laresponsabilité administrative de la mise en oeuvre de la réforme Parcoursup, ni la charge de sa  réalisation pratique. Nous n’en serons pas moins bel et bien en première ligne face aux nouveaux entrants à l’université, puisque nous prenons en charge les séances de TD de Licence 1, et plus généralement du cycle Licence. C’est souvent à nous qu’il reviendra de gérer, au quotidien, les groupes et les problématiques concrètes qui se poseront dans les salles à la rentrée prochaine.
Nous sommes donc concerné.e.s au premier chef par la mise en oeuvre de cette réforme et les effets qu’elle ne manquerait pas d’avoir si elle était appliquée à Paris-Nanterre. Même si nous sommes engagés de manière contractuelle et temporaire, nous sommes pleinement partie prenante d’un travail pédagogique qui, dans le cadre de la licence, est essentiellement un travail d’équipe.

Lire la suite

Le corps de MCF contractuels : vous connaissiez?

Une annonce récente de l’Université de Strasbourg propose un poste de maître.sse de conférences contractuel, pour 3 ans renouvelable. La fiche de poste souligne les qualités du ou de la candidat.e : un doctorat en droit, 5 ans d’expérience professionnelle, enseignement en langue anglaise, une spécialité en « spécialisé en droit européen et international de la propriété intellectuelle, droit des brevets, droit du contentieux et mise en œuvre des droits de propriété intellectuelle ». Ses missions : « Coordination d’appels à projets nationaux, européens et internationaux », mais surtout « Responsabilité pédagogique de formation ».

Tout est légal, à ceci près que la loi désigne ce type de poste sous le titre d' »agent contractuel ». Merci la LRU !

Il reste à savoir si la responsabilité d’un diplôme peut être du ressort d’un agent contractuel de l’Université. Et s’il existe quoi que ce soit sous le nom de « corps de maîtres de conférences contractuels ».

Lire la suite