« J’arrête car nous crevons de ne pas arrêter » : grève pédagogique et administrative à Paris-3

Entrée du site Censier

Monsieur le Président,
Monsieur le Président du Conseil Académique, cher Laurent,
Madame la Vice-Présidente à la CFVU, chère Sandrine,
Cher Jamil, chère Kira,Cher
Laurent, chère Barbara,
Chers et chères collègues du département CAV,

A la suite de l’intervention policière de cette nuit sur le site de Censier de l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, je me déclare en grève administrative et pédagogique illimitée.

Je n’assure donc plus dès à présent mes charges administratives (direction du master CAV) et pédagogiques (organisation du partiel de 257 inscrits en V4MA03 et suivi des 14 étudiants de master sous direction, organisation des sessions de rattrapage). Je me concentre dès lors sur mes activités de recherche totalement interrompues depuis 4 ans, c’est-à-dire depuis ma prise de fonction à la tête du master CAV (cf. CV en ligne à jour).

À cet instant, je ne réponds ni aux mails, ni au téléphone, je n’organise pas la session de recrutement 2018-2019 en master CAV (eCandidat et Campus France), je n’organise pas le calendrier de soutenance des M2 (1ère session) et M1 (session unique), j’arrête la poursuite du travail sur les maquettes 2019-2023, je ne convoque pas le conseil de perfectionnement 2018, je ne convoque pas les jurys d’examen de master dont j’assure la présidence, je ne communique pas à l’école doctorale le classement des étudiants de M2 en vue de l’obtention d’une allocation de recherche. Enfin, je ne participerai de quelque manière que ce soit à la sélection des étudiants de L1 pour la rentrée 2018-2019 dans notre département.

J’arrête car nous crevons de ne pas arrêter.

Lire la suite

L’autre côté du miroir : devenir membre d’un comité de sélection (2/2)

http://academia.hypotheses.org/files/2018/04/audition.jpg

Le choix du format détermine largement le résultat des auditions. Photo : Dom497 recadrée par CL (https://commons.wikimedia.org/wiki/File:CGT_Audition_Stage.jpg)

Ce billet fait suite à une première partie disponible ici. Suite à quelques réactions sur cette première partie, je reprécise que mon but n’est pas de dresser un tableau enchanté du recrutement tel qu’il se fait actuellement. Justement, ces billets proposent des conseils sur les moins mauvaises façons possibles de recruter, parce que j’ai pu en observer, ou qu’on m’en a raconté, de vraiment très mauvaises. (Mais les billets ne traitent pas du cas des véritables « postes à moustaches » : comme je l’ai déjà dit, je ne vois pas dans ces cas d’autre solution que refuser de participer aux comités.) Par ailleurs, je suis tout à fait consciente du fait qu’il n’y a pas de bonne façon de recruter lorsqu’on a pour toute la France 20 postes pour 400 qualifié.e.s par le CNU, dont un grand nombre excellent.e.s en tout point. Je comprends là encore que l’on puisse refuser de siéger dans ce contexte. Si l’on siège, il me semble toutefois que l’on peut essayer d’améliorer les choses à la marge, suivant des objectifs détaillés dans le précédent billet.

Je reprends donc le fil du processus là où je m’étais arrêtée, après la première réunion qui fixe la liste des auditionné.e.s. [ajout du 28/04 : si vous êtes candidat.e, n’hésitez pas à lire ce billet, mais allez aussi et surtout voir ici !]
Lire la suite

Sexe, mensonges et sélection: à propos de la mobilisation d’avril 2018

Banderole à l’EHESS Marseille, 21 avril 2018

Voici plusieurs mois que les universités se mobilisent : d’abord à Toulouse, autour d’un conflit autour de l’intégration en COMUE, puis progressivement dans de nombreuses Universités, de Brest à Strasbourg, de Lille à Aix-Marseille (cf. carte des facultés mobilisées publiée dans le journal Libération). À Paris-1, le centre Tolbiac a été investi pendant plusieurs semaines par la Commune libre de Tolbiac; lieu où pouvait trouver « la violence, la drogue, le sexe même (sic) », pour reprendre les mots curieux de son président George Haddad, le centre Tolbiac a focalisé focalisé l’attention des médias jusqu’à son occupation policière le 20 avril. Aux côtés des étudiant-e-s pour dénoncer le recours aux CRS dans certaines universités, les enseignants-chercheurs ne sont pas en reste ; ils/elles participent aux AG, contribuent aux enseignements hors les murs. Plus souvent, ils font connaître leur refus de compenser par leur travail les défaillances du logiciel « Parcoursup » ou d’être la cible d’attaques du gouvernement sur leur responsabilité dans « l’échec »étudiant, catégorie ignominieuse, qui ne représenterait pas la réalité de l’expérience étudiante et qui recouvrirait plutôt de nombreuses réorientations.

De fait, les enseignants-chercheurs ne cachent pas leur agacement d’entendre la ministre Vidal ne cesser de répéter sur les plateaux de radio et de télévision qu’il n’y aura pas de sélection des étudiants, ni « tirage au sort », jugé « injuste », et que la loi ORE vise à la réussite des étudiants. Le tirage au sort, utilisé l’an passé, n’avait concerné pourtant que 9 726 candidat.e.s, soit moins de 0,4% des bacheliers de l’année et 1,1% des inscrit.e.s sur APB (source : Corine Eyraud).Le tirage au sort a ainsi représenté une solution ponctuelle alors que la cohorte du baby-boom des années 2000 dépassaient les capacités de l’enseignement supérieur, sous doté.

Lire la suite

L’autre côté du miroir : devenir membre d’un comité de sélection (1/2)

http://academia.hypotheses.org/files/2018/04/recrutement.jpg

En plus, ce café est proche de mon bureau. Photo : Victor Grigas, recadrée par CL (https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Le_Recrutement_Cafe_in_Paris.jpg)

Academia a déjà, à l’occasion de ses conseils aux candidat.e.s aussi bien qu’à l’occasion de recours contre des décisions de recrutement, eu l’occasion de pointer quelques bonnes et mauvaises pratiques dans l’organisation des comités de sélection (voir notre rubrique “recrutement” et par exemple mon billet de conseil aux candidat.e.s ici). Ce billet envisage plus directement la question du point de vue des enseignant.e.s-chercheur.se.s qui se retrouvent chaque année en position de recruteur.se.s, sans avoir été formé.e.s pour cela. Lire la suite

Un tout petit monde: état des lieux de l’emploi universitaire par Guillaume Miquelard-Garnier

Citation

«  Je vais entamer ici un cycle de billets faisant un petit état des lieux de l’Université, notamment en ce qui concerne les populations (étudiants et enseignants) et leur évolution temporelle. […] Ces billets sont le fruit d’un travail fastidieux (et chronophage) de données compilées à partir des rapports annuels RERS dont on peut trouver, en cherchant bien, des éditions remontant jusqu’à 2000 ».

Ratio enseignants (en équivalent temps plein)/ étudiants. Source: G. Miquelard, Etat des lieux de l’Université (2) – http://blog.educpros.fr/guillaume-miquelard-et-paul-francois/2018/04/06/etat-des-lieux-de-luniversite-2/

 

Guillaume Miquelard-Garnier, après une première étude établissant la méthode, vient de livrer son 2e billet sur le ratio enseignant.e.s-étudiant.e.s sur la période courant de 2001 à 2017. Il s’interroge notamment sur les fortes disparités entre grandes disciplines et s’efforce d’expliquer l’inflation néanmoins perçue des heures d’enseignement, là où le nombre d’étudiants pour enseignants n’a que peu évolué.

Lire la suite

« Misère et décadence des recrutements » dans Socio-Logos

Citation

Le dernier numéro de la revue de l’Association française de sociologie (AFS), réalisé en lien avec l’Association des sociologues enseignants du supérieur (ASES), porte sur « les revers de l’excellence ».

Lire la suite

Ecouter « les chercheuses de demain »

Les vidéos de la demi-journée organisée le 8 mars au siège du CNRS sont en ligne (si vous cliquez ici, vous aurez le PDG du CNRS, et le reste de la demi-journée dans la colonne de droite).

Un mélange intéressant de formats : témoignages de jeunes (où l’on découvre que beaucoup ont des mères chercheuses… mais aussi une gamme variée d’obstacles et quelques manières de les surmonter), de moins jeunes (avec des propositions) et résultats d’études empiriques, notamment sur les post-doctorant.e.s. Je dispose de notes écrites détaillées, vous pouvez m’écrire (mon e-mail est facile à trouver) pour les allergiques à la vidéo. Lire la suite

Alerte parité: section 39 du CNRS (2018)

Gabrielle d’Estrées et une de ses sœurs, vers 1594

On nous signale un classement problématique dans la phase d’admissibilité de la section 39 du concours CNRS 2018 au grade de la direction de recherche.

Sont éluEs en position d’admission 4 femmes sur 4 postes. Sont rejetés en position d’admissibles non admis 5 hommes et 1 femme.

Si on approfondit quelque peu, on découvre qu’il y avait 27 candidat-e-s (14 hommes, 13 femmes) ; qu’au stade de l’admission à poursuivre, il y a encore que 27 candidat.e.s, dont 14 hommes et 13 femmes. À ce stade, on pourrait dire que la parité est parfaitement respectée si elle n’était le fait des seules candidatures.

Sur les 10 admissibles du concours DR de la section 39, on trouve 5 hommes et 5 femmes. Toutefois le rang de classement rend l’injonction paritaire non respectée. Il est à espérer que la direction du CNRS, habituée des déclassements, rectifiera ce qui représente une atteinte insupportable aux principes qu’elle ne cesse de défendre et qu’elle aurait récemment réaffirmés.

Lire la suite