Résorber la précarité: propositions sur l’emploi scientifique du Comité national de la recherche scientifique

conrsPar 468 voix sur 475, le Comité national de la recherche scientifique, réuni en séance plénière exceptionnelle, a formulé une réponse ferme à Geneviève Fioraso qui indiquait que les recrutements seraient moins nombreux que précédemment. Appelant de ses voeux un plan pluriannuel de recrutement scientifique, le Comité formule trois propositions engagées en dénonçant la gabegie du système actuel, à une fin: pérenniser l’emploi. Lire la suite

Échouer à une candidature, c’est rater sa vie ?

schuman_why2Pourquoi l’échec académique marque-t-il aussi profondément ceux qui le subissent ? C’est la question que pose Rebecca Schuman à l’occasion d’un article dans le Chronicle of Higher Education.

Qu’il s’agisse d’une candidature ratée ou du refus d’un article, elle a recueilli les témoignages d’universitaires profondément blessés par ce rejet:

Academic failure felt like the death of a substantial part of my identity

Plusieurs explications sont avancées, qu’il s’agisse du temps passé à la constitution d’un dossier, du fait qu’il faille souvent attendre une année pour le round suivant, etc. Mais bien plus, la dureté du coup viendrait de l’investissement personnel des universitaires dans leur travail, ce dernier devenant « la plus haute expression de ce qu’ils sont », et par là, le rejet d’une candidature s’apparente au rejet de la personne elle-même. Phénomène d’autant plus marqué que le champ se représente comme une pure méritocratie.

Lire la suite

Publier sa thèse: duperies éditoriales

Plusieurs jeunes chercheurs (ou moins jeunes) ont reçu ces derniers jours un courriel émanant d’une prétendue « maison d’édition » VDM Verlag ou Éditions universitaires européennes ». Il se présente sous la forme d’un message personnalisé et flatteur, puisque « l’éditeur » fait mine de s’intéresser particulièrement aux travaux du destinataire (travaux — thèse etc. — qui sont même cités nommément) et lui propose de les publier. En fait, il s’agit d’une vaste entreprise, que l’on qualifiera par litote de peu honnête, destinée à capter des travaux inédits (qui ne sont même pas lus par le pseudo-éditeur) et à les publier ensuite à la demande à des prix très élevés, sans que l’auteur, dans les faits, touche le moindre centime. Le procédé est bien expliqué sur le blog des presses de l’université du Québec :
http://www.puq.ca/blogue/2011/05/mise-en-garde-vdm-verlag-ou-editions-universitaires-europeennes/
Si j’ai bien compris, le risque est donc pour l’auteur de se trouver dépouillé de son travail, lequel sera captif d’une maison d’édition qui n’en est pas vraiment une, ce qui n’est pas très bon pour son curriculum vitae (et encore moins pour son moral).

Nicolas Weill-Parot
Professeur d’histoire médiévale à l’UPEC

Le doctorat comme acquisition de compétences

caricature-cervelle-V21-550x515Le doctorat est-il un diplôme inutile quand il s’agit de s’insérer sur le marché de l’emploi non académique ? Non, bien au contraire, car il permet de développer de nombreuses compétences très recherchées par des employeurs publics et privées. Pour autant, ces compétences sont mal connues par les potentiels employeurs, et surtout très peu valorisées par les jeunes diplômés.

Lire la suite