La Turquie arrête 50 personnes supplémentaires après des manifestations universitaires

D’après une dépêche publiée par Reuters le 26 mars 2021, la police turque a arrêté au moins 50 personnes qui manifestaient devant un palais de justice vendredi, dans le cadre des protestations ,qui durent depuis près de trois mois, concernant le choix du recteur de l’université Boğaziçi (Université du Bosphore, Istanbul) par le président Tayyip Erdogan.

« Les couleurs qui ont provoqué les détentions hier sont parmi nous … » (Traduction, probablement approximative, fournie par Google Translate. Tweet de @sinanerensu, 26.03.2021

Les manifestants se sont rassemblés devant le palais de justice central de Caglayan à Istanbul pour soutenir une vingtaine d’étudiant·es détenu·es jeudi sur le campus de l’université Bogazici.

Des images vidéo ont montré vendredi la police anti-émeute entraînant les manifestant·es dans des bus de police après des échauffourées. On a entendu des étudiant·es scander des slogans tels que : « La pression ne nous fera pas céder ».

Les manifestations à Bogazici ont commencé début janvier et se sont brièvement étendues à Istanbul et à d’autres villes en février, entraînant la détention de 600 personnes et quelques affrontements avec la police.

Les veillées se sont poursuivies sur le campus, les étudiant·es et les universitaires se réunissant quotidiennement pour protester contre la nomination, selon eux antidémocratique, de Melih Bulu, universitaire et ancien candidat politique, au poste de recteur.

Le gouvernement a maintenu cette nomination et Bulu a déclaré qu’il resterait en poste.

Les manifestations de jeudi ont éclaté à la suite d’une enquête menée par l’université sur un étudiant pour avoir porté un drapeau arc-en-ciel – symbole de la communauté lesbienne, gay, bisexuelle et transsexuelle (LGBT) – lors de manifestations antérieures.

Sept étudiant·es ont été jugé·es la semaine dernière pour avoir incité à la haine en affichant une photo combinant des images islamiques et des drapeaux arc-en-ciel LGBT. Lorsque l’image a circulé sur les médias sociaux, les autorités ont répondu par ce que les États-Unis et les Nations unies ont décrit comme une rhétorique homophobe.

Le ministre de l’Intérieur, Suleyman Soylu, a qualifié à plusieurs reprises les étudiant·es de « déviant·es LGBT ». Erdogan a fait l’éloge de l’aile jeunesse de son parti au pouvoir, l’AKP, qui est d’obédience islamiste, en affirmant qu’il ne s’agissait pas de « jeunes LGBT ».

Traduction avec l’aide de deepl.


Rappel:
Conférence en ligne, 30.03.2021: Menaces sur les universitaires. Perspectives croisées depuis la Turquie, la France et la Suisse

Sera présente au débat, Zeynep GAMBETTI, Professeure de théorie politique à l’Université de Boğaziçi, Turquie.

Pour plus d’info: https://academia.hypotheses.org/31825

Lettre à Frédérique Vidal

Depuis vos dernières déclarations sur « l’islamo-gauchisme », je suis dans un cauchemar terrible. Votre discours réveille tout ce que j’ai vécu et tout ce que mes collègues en Turquie sont en train de vivre. Je vous demande de prêter attention à ma parole qui s’est forgée à travers une expérience très dure de la défense de la liberté de la recherche et de l’autonomie de la production scientifique.
Madame Vidal,

Vous vous souvenez de moi, l’enseignante-chercheure exilée que vous aviez accueillie, dans le cadre du Programme PAUSE, à l’Université Côte d’Azur, quand vous étiez sa présidente. Mais nous nous sommes rencontrées la première fois, le 30 septembre 2019, dans le cadre de la conférence de presse du Programme PAUSE ( Programme national d’Aide à l’Accueil en Urgence des Scientifiques en Exil). En tant que ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, vous souteniez ce programme. Je pense que vous le soutenez encore. Tant mieux : vous soutenez les enseignant.es-chercheur.es qui ont fui la répression politique dans leur pays et qui ont besoin d’un espace de liberté pour continuer à poser des questions et à conduire leurs recherches.

Depuis vos dernières déclarations sur « l’islamo-gauchisme », je suis dans un cauchemar terrible. Votre discours réveille tout ce que j’ai vécu et tout ce que mes collègues en Turquie sont en train de vivre, sous l’islamo-fascisme. Je pense que tout.es les scientifiques exilé.es qui sont aujourd’hui accueilli.es par le Programme PAUSE sont entrés dans le même cauchemar, car elles-ils savent aussi très bien comment les libertés académiques se rétrécissent quand les pouvoirs politiques interviennent dans le champ scientifique avec la justification de la lutte contre le terrorisme. En général, c’est comme ça que ça se passe. En Turquie, en Chine, en Iran. Et aujourd’hui en France.

J’ai envie de vous dire que si vous ne revenez pas publiquement sur vos propos ou si vous ne démissionnez pas, le cancer se diffusera et des scientifiques français.es prendront le chemin d’exil.

Ne me dites pas qu’en France ce n’est pas possible. Si, Madame Vidal, si. Vous le savez mieux que moi : le pétainisme n’est pas si vieux que ça. Rappelez-vous dans les années 1940, il y avait beaucoup d’universitaires français exilés, refusant de se soumettre au fascisme.

Vous vous souvenez peut-être, dans la conférence de presse de PAUSE, j’avais commencé mon intervention en disant ceci :

« Pour vous épargner un récit victimisant et pour me distancier d’une vision intégrationniste imprégnée de colonialisme, j’avais pensé d’abord rappeler que chaque pays a besoin de passeurs des théories scientifiques. Surtout la France qui a de grandes difficultés de traduction. Elle a besoin de savant.es qui se sont formés dans d’autres pays. De plus, accueillir les scientifiques qui ne sont pas soumis à l’autorité ne peut être qu’une richesse pour ceux et celles qui les accueillent. »

Je vous demande de prêter attention à ma parole qui s’est forgée à travers une expérience très dure de la défense de la liberté de la recherche et de l’autonomie de la production scientifique.

Madame Vidal, essayez d’écrire des articles scientifiques, avec votre casquette universitaire, pour remettre en question les notions scientifiques et inscrivez-vous dans le débat collectif des chercheur.es, mais surtout cessez d’intervenir en mettant votre casquette politique !

Sinon vous allez mettre la machine infernale en marche.

Et la machine du pouvoir peut aller plus loin que vous ne l’imaginez.

Pinar Selek

Pour aller plus loin

Turquie. Le président Erdoğan s’en prend nommément à Ayşe Buğra, professeure de l’Université Boğaziçi, à Istanbul

Update 11/2/2021. Statements in Arabic, English and Italiano below

Communiqué du RÉASOPO

Paris, le 7 février 2021

Ayşe Buğra, professeure émérite de l’Université de Boğaziçi, membre fondatrice du Réseau européen d’analyse des sociétés politiques, vient de faire l’objet d’attaques personnelles, qui valent menaces, par le président de la République de Turquie.

Vendredi 5 février 2021, au moment même où le tribunal confirmait la détention d’Osman Kavala, son époux, et reportait son procès au mois de mai en modifiant une fois de plus l’accusation, au mépris du droit, Recep Tayyip Erdoğan, à la sortie de la prière du vendredi, s’est attaqué à Ayşe en la qualifiant avec mépris de « femme de celui que l’on nomme Osman Kavala, le représentant de Soros en Turquie », en l’accusant d’être l’une des « provocatrices » derrière les manifestations étudiantes dans le pays, en réponse à la nomination d’un administrateur non qualifié et inféodé au gouvernement à la tête de l’Université Boğaziçi.

Ayşe Buğra est une universitaire de renom. Spécialiste d’économie politique, elle a fait toute sa carrière à la prestigieuse université de Boğaziçi, notamment à l’Institut Atatürk d’histoire moderne turque, et y a créé le Social Policy Forum. Elle est connue comme l’une des plus grandes spécialistes de Karl Polanyi dont elle a traduit l’œuvre en turc et dont elle a montré l’actualité dans de très nombreux livres et articles en proposant des lectures originales de son œuvre, participant de façon décisive à leur diffusion au-delà du cercle des spécialistes et à une compréhension élargie de sa méthode de travail comme de ses principaux thèmes.

Au-delà de ce travail, Ayşe Buğra contribue de manière décisive à la réintroduction des sciences sociales dans les analyses économiques et plus encore à la pleine insertion des mécanismes et raisonnements économiques dans les sciences sociales. Son approche est ainsi sensible à l’histoire des idées économiques et politiques, aux trajectoires politiques et économiques des États, à la prise en compte des valeurs, des habitudes et des compréhensions propres des sociétés, aux conditions et rapports de force politiques. Ayşe Buğra a notamment développé une analyse dynamique des politiques sociales. Elle a fait ressortir la dimension subtile et ambiguë de variables trop souvent introduites de façon globale et unidirectionnelle, à l’instar de la religion, des classes sociales, des femmes, de groupes marginalisés. Elle aborde de front la dimension politique de l’économie, en rendant compte des processus de redistribution, de répartition des richesses, des revenus mais aussi des savoirs et des arts-de-faire, des interrogations sur l’inégalité et l’injustice, en faisant preuve d’une très grande distanciation et d’un esprit critique aiguisé.

Reconnue pour la qualité et l’originalité de ses travaux, elle a publié dans les grandes revues académiques américaines et européennes et a été professeure ou chercheure invitée aux États-Unis (Harvard University ; New York University) et en Europe (Université européenne de Florence ; London School of Economics ; Wissenschaftskolleg à Berlin ; Université de Vienne ; SciencesPo et EHESS à Paris ; CNRS-Centre d’Etudes et de Recherches Internationales également à Paris). Outre le REASOPO, elle est membre de nombreux conseils scientifiques, et notamment, jusque peu, du conseil scientifique des Instituts d’Études Avancées français. Mais ce qui caractérise le mieux son insertion internationale, c’est son ouverture et son partage. Elle a toujours su faire bénéficier ses jeunes collègues de son savoir et de ses connaissances, y compris de ses relations dans le monde académique, comme le prouve son dévouement au sein de son université et du Social Policy Forum. Le Prix World Academy of Science 2015 Celso Furtado lui a été décerné pour honorer son œuvre et son action dans le champ universitaire.

Les accusations du président Recep Tayyip Erdoğan à l’encontre d’Ayşe Buğra sont abjectes, grotesques, nulles et non avenues. Elles illustrent une fois de plus l’instrumentalisation de la Justice par ce dernier et ses violations systématiques des libertés universitaires. Le Réseau européen d’analyse des sociétés politiques demande aux gouvernements européens et aux autorités universitaires européennes de protester solennellement contre cette mise en cause indigne d’une professeure réputée et respectée de par le monde.

Communiqué du REASOPO au sujet d’Ayse Bugra, 7 février 2021

Nouvelle attaque contre les libertés académiques en Turquie : « Cette fois, nous n’abandonnerons jamais »

Dans le texte suivant, notre collègue Asli Telli, en anglais et en traduction française, attire notre attention sur la détérioration récente et accélérée des libertés académiques en Turquie, mais également sur la résistance à l’emprise politique du gouvernement, de l’intérieur des universités, et appelle à une nécessaire solidarité avec les étudiants et personnels de l’Université Boğaziçi  (Boğaziçi Üniversitesi, Istanbul, parfois appelée en France Université du Bosphore), en lutte contre l’imposition d’une nouvelle direction par un décret d’en haut.

La nomination par le président turc Recep Tayyip Erdoğan d’un nouveau recteur non élu à la tête de l’Université Boğaziçi, le 1er janvier de cette année, a suscité un tollé et un mouvement de protestation qui se prolonge. Depuis novembre 2016, dans le cadre de l’état d’urgence décrété à la suite de la tentative de coup d’État du 15 juillet de la même année, les universités publiques turques se sont vu imposer par la présidence des recteurs au mépris des processus électoraux internes. Le processus est similaire au remplacement en série de maires de l’opposition de gauche par des fidéicommis (trustees dans le texte ci-dessous, kayyum en turc) désignés en fonction de leur loyauté politique au gouvernement.

La nomination de M. Melih Bulu comme recteur de l’Université Boğaziçi représente une étape supplémentaire dans la mise au pas du monde universitaire, non seulement en raison de la personnalité du nouveau recteur, mais aussi du fait que la décision sans élection court-circuite complètement la démocratie universitaire. À la place, les nominations de ce genre, à l’Université Boğaziçi et dans d’autres institutions universitaires, sont caractéristiques d’une tendance à imposer la tutelle du Parti de la Justice et du Développement (Adalet ve Kalkınma Partisi), le parti du président, sur la société civile et en particulier sur la population estudiantine.

Celle-ci est de fait l’objet d’une suspicion constante par le pouvoir, en particulier depuis le mouvement de protestation populaire de Gezi en mai-juin 2013, qui avait canalisé les aspirations à l’émancipation sociale et économique au sein de la jeunesse turque. La nomination de M. Bulu a déclenché un mouvement de protestation large, lui aussi, au nom de la défense des libertés académiques formulée dans les Principes du Sénat de l’Université Boğaziçi en 2012, et de la résistance à la mise au pas de l’opinion. Les manifestations ont déjà fait l’objet de la répression policière, et les étudiants engagés, d’une série d’arrestations. Mais le combat continue.

La rédaction d’Academia

Revue de presse française: « Erdogan veut mettre au pas l’Université du Bosphore« , par Marie Jégo, Le Monde,7 janvier 2021

Traduction française

Assaut contre l’autonomie des universités en Turquie :
Cette fois, #WedontAcceptWeWillNeverGiveUp

  • par Asli Telli

L’année 2021 apporte avec elle l’espoir, la joie et la persévérance ainsi que des défis comme jamais auparavant en raison de la période de pandémie sans précédent. Dans certaines régions du monde, ce changement est plus net et plus fort contre l’hégémonie. À Istanbul et dans d’autres parties de la Turquie, des milliers d’étudiants ont protesté contre la nomination par le président d’un recteur de l’université Bogazici, l’une des universités les plus réputées de Turquie. Ces nominations de complaisance ont eu lieu dans des dizaines d’universités du pays depuis 2016 ; ainsi, la protestation massive à Istanbul a non seulement rapidement déclenché un mouvement à travers tout le pays, mais aussi un puissant soutien international en seulement quelques jours. Les manifestations étudiantes et les rassemblements sur les campus ont fait l’objet d’interventions violentes de la part de la police, qui a notamment arrêté des dizaines d’étudiants, procédé à des arrestations à domicile, violé les droits de garde à vue et infligé des blessures lors de flash mobs. En raison du profil politique (membre de l’AKP et sympathisant de longue date) et du parcours universitaire bien connu du nouveau recteur, les enseignant·es-chercheur·ses (faculty) de l’université de Bogazici sont également très préoccupés par leur autonomie institutionnelle ; plusieurs universitaires ont leurs responsabilités administratives. Ce débat sur l’autonomie institutionnelle existe depuis longtemps en Turquie puisque la République a fait face à quelques interventions militaires par le passé, dans un pays à l’histoire relativement jeune. Cependant, le décret datant de 2016, point noir de l’état d’urgence et du régime présidentiel, qui supprime le droit des professeur·es d’université à élire leurs recteurs et transfère le pouvoir direct de nomination au président, est une caricature en soi.

Manifestation à la Sorbonne, 16 janvier 2021

Chronique de la semaine écoulée

Continuer la lecture

Appel aux autorités turques pour la libération immédiate des défenseur·es de la paix !

Release Our Friends Immediately!

Nous, académicien·nes pour la paix, sommes inquièt·es et dévasté·es de suivre les nouvelles concernant les violations des droits auxquelles nos collègues sont confronté·es en Turquie. Beyza Üstün, Cihan Erdal et Can Memis ainsi que d’autres membres et/ou personnes proches du Parti de la paix et de la démocratie ont été arrêté·es le 25 septembre 2020 et emprisonné·es quelques jours plus tard, en raison d’allégations concernant les manifestations qui ont eu lieu à Kobané.

La professeure Beyza Üstün, chercheuse spécialiste de la paix, a consacré sa vie à travailler pour la conservation de la nature et des ressources naturelles, les droits humains, les droits des femmes, le droit du travail, les inégalités entre les sexes et les inégalités ethniques. Elle est connue pour sa position contre la privatisation de l’eau et des bassins hydrographiques, les centrales hydroélectriques, les centrales nucléaires, les mines, les carrières, les terrains de golf et autres pillages. Elle a été députée du Parti démocratique du peuple (HDP) au Parlement en 2015.

Cihan Erdal et Can Memis sont également des partisans de la paix et se consacrent à la lutte collaborative pour les droits humains ; ils sont actifs sur la question de la participation civique et l’émancipation des jeunes.

Nous demandons la libération immédiate de tou·tes nos ami·es détenu·es lors des opérations contre le HDP le matin du 25 septembre 2020 et emprisonné·es par la suite. Nous demandons notamment la libération immédiate de notre camarade signataire de la pétition pour la paix, le Prof. Dr. Beyza Üstün.

 

Pour plus d’informations, voir :

#freecihan #liberezcihan#cihanıserbestbırakın

Exigez que le gouvernement turc #LiberezCihan.
Exigez que le gouvernement canadien soutienne sa libération.

Signer la pétition

Cihan Erdal, doctorant, chercheur à l’Université de Carleton au Canada et militant LGBTI+, est détenu àIstanbul-Turquie depuis le 25 septembre 2020, ainsi que 81 autres personnes, dont des universitaires, des militants et des politiciens, dans le cadre d’une opération d’arrestations des membres ou d’anciens membres du Parti démocratique des peuples (HDP). Les mandats d’arrêt concernent l’organisation des manifestations d’octobre 2014 en Turquie, déclenchées suite à la prise de la ville de Kobane, principalement kurde et syrienne, par le groupe armé ISIS.
Cihan Erdal effectuait récemment son travail de terrain à Istanbul pour son doctorat sur les mouvements sociaux conduits par des jeunes en Europe, et en Turquie, en mettant l’accent sur les récits de jeunes militants concernant leur engagement dans ces mouvements.
Parallèlement à ses travaux de recherche universitaire, Erdal a participé à des mouvements sociaux en tant qu’activiste depuis plus de dix ans. Il a pris part à plusieurs initiatives politiques, notamment pour la jeunesse, la gauche, les LGBTI+. Il a été membre du HDP en 2014 en tant que représentant de la jeunesse. Cependant, il n’a pas été impliqué activement dans la politique turque depuis qu’il a déménagé au Canada pour ses études doctorales à Carleton en janvier 2017.
Erdal a également animé, pour une web tv, une émission hebdomadaire sur la jeunesse et la politique en 2017.
Il est aussi actuellement le coordinateur du Centre pour la Recherche Urbaine de Jeunesse (Center for Urban Youth Research) au Canada, qui réunit des chercheurs, des militants de la jeunesse et des jeunes du monde entier.
Cette arrestation basée sur une accusation injuste et inappropriée met en danger l’avenir d’un jeune chercheur prometteur et brillant dans le domaine des sciences sociales.

Nous, universitaires et chercheurs du monde entier, défendons Cihan Erdal et exigeons que le gouvernement turc libère Cihan et que le gouvernement canadien soutienne sa libération.

Nous demandons aux universités et aux établissements d’enseignement supérieur du monde entier de soutenir Cihan Erdal, afin qu’il puisse poursuivre ses recherches en toute liberté.

Signer la pétition

Deux acquittements : Tuna Altinel et Nicolas Jounin

1. Acquittement du mathématicien Tuna Altinel en Turquie

Communiqué du comité de soutien de Tuna Altinel, 25 janvier 2020

Tuna Altinel. Photo INSMI – CNRS

Le tribunal de Balıkesir a acquitté hier vendredi Tuna Altınel après une courte audience de 1h30.  Lors de l’audience Tuna Altınel a à nouveau dénoncé les massacres qui ont eu lieu dans la ville de Cizre en 2016. Le procureur a une semaine pour faire appel de la décision.

Nous nous réjouissons de cet acquittement qui est une victoire pour la liberté d’expression face aux accusations absurdes des autorités turques, mais aussi une victoire pour les universitaires pour la paix et plus généralement pour les défenseurs des droits de l’homme. Toutefois, Tuna Altınel doit à nouveau entreprendre des démarches administratives pour son passeport. Nous espérons que les autorités turques le lui restitueront rapidement mais il n’est pas exclu qu’elles traînent pour le faire ou qu’elles inventent un prétexte pour ne pas lui rendre. Nous resterons mobilisé·e·s jusqu’à ce qu’il retrouve sa liberté complète de déplacement.

Solidairement,
Le comité de soutien
Site du comité de soutien : http://math.univ-lyon1.fr/SoutienTunaAltinel

2. Acquittement du sociologue Nicolas Jounin au Tribunal de Bobigny, suite à son arrestation

Tweet de Nicolas Jounin du 24 janvier 2020

Nicolas Jounin, 2017

Accusé de violences sur policier, je suis relaxé en appel. Parce que le patron du Syndicat des Commissaires de Police Nationale (@ScpnCommissaire), seul accusateur, convoqué par le tribunal, ne s’est pas présenté pour expliquer ses incohérences. C’est une mobilisation collective qui a permis de les pointer, merci à tou.tes!

✊

 

Communiqué

En passant

Noémi Lévy-Aksu condamnée à 30 mois de prison par la justice turque

Communiqué de l’EHESS, 18 juin 2019

L’École des hautes études en sciences sociales a appris avec indignation, ce vendredi 14 juin 2019, la condamnation par la justice turque à 30 mois de prison de Noémi Lévy-Aksu, docteure de l’EHESS, historienne des pratiques policières et juridiques de l’Empire ottoman tardif, en raison de la signature de la pétition des « Universitaires pour la paix » dénonçant la violente répression frappant les civils kurdes.

Cette sentence inique représente une atteinte grave à ce socle démocratique que constitue la liberté d’expression. Elle s’inscrit surtout dans une répression collective et systématique des universitaires en Turquie. Plus du tiers des 2 212 universitaires signataires de la « Pétition pour la paix » ont d’ores et déjà fait l’objet de poursuites engagées par l’État turc pour « propagande terroriste » ou « insulte à la nation, à l’État et aux institutions ». 194 ont déjà été condamnés, dont 35 à une peine de prison ferme. C’est le cas de Füsun Üstel. Professeure (retraitée) de science politique à l’Université de Galatasaray, co-directrice d’une thèse en cours à l’EHESS, elle a été condamnée à 15 mois de prison sans sursis. C’est aussi le cas d’Ayşen Uysal, professeure de science politique limogée de l’université Dokuz Eylül d’Izmir, membre associée du Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC), dont le procès est toujours en cours. Füsun Üstel a été incarcérée suite à son procès. Tuna Altınel, maître de conférences de l’Université Lyon 1 arrêté le mois dernier sous le prétexte de sa participation à une table ronde, est emprisonné sans avoir été jugé.

Il ne s’agit de rien de moins que d’une attaque en règle contre la liberté de penser et d’élaborer en toute indépendance des savoirs indispensables à l’existence d’un débat public et à la vie d’une société démocratique. C’est un nouveau symptôme particulièrement préoccupant d’une menace frappant aujourd’hui des pays aussi différents que le Brésil, la Hongrie ou la Pologne. La garantie démocratique que constitue la liberté académique ne saurait connaître de frontières. C’est dans la capacité des chercheuses et des chercheurs à confronter en permanence leurs réflexions à celles de leurs collègues étrangers, dans une communauté des savoirs à l’échelle internationale, qu’elle se fonde.

Ne nous y trompons pas : c’est notre liberté de citoyennes et de citoyens, ici et maintenant, que touchent au cœur ces nouvelles attaques.

Paris, le 18 juin 2019

Two Academics for Peace in jail: freedom of expression is ever more trampled upon in Turkey 

« Turkey is incarcerating its academics! » This is what Tuna Altinel (Claude Bernard University of Lyon 1, France) wrote to the European solidarity networks last Wednesday (8th of May 2019), as Füsun Üstel stepped into the women’s prison in Eskişehir. A retired political science professor from Galatasaray University, Füsun Üstel is one of the 2237 signatories of the peace petition published in January 2016, that denounced the Turkish state’s violation of civilians’ basic rights in the Kurdish cities of Turkey. Since then, more than a third of the Academics for Peace have been prosecuted, on the grounds of « terrorist propaganda ». The outcome of the trials has invariably been a jail sentence. However, until recently, the indicted academics were sentenced to a maximum of two years in prison with a suspension provision, provided they refrained from committing further “crimes” over the following five years.

Füsun Ustel

Füsun Üstel refused this provision because she did not want to be condemned to silence. That is the reason why she is now behind bars. Other academics are likely to face a similar treatment soon: 33 of them followed her example and are awaiting their judgment on appeal. But there is more: in December 2018, Gencay Gürsoy was sentenced to 27-month imprisonment. Gürsoy is the former president of the Turkish Medical Association and a well-known activist of the fight for human rights in Turkey. As such, he was not judged for terrorist propaganda but for « insulting the Turkish people, the Republic of Turkey, the state institutions and the government ». Since then, several dozen academics have like him been sentenced to more than 24 months in jail, which means that the suspension provision is no longer an option. Furthermore, eleven members of the steering committee of the Union of Turkish Physicians have just been sentenced to 20 month-imprisonment for declaring, when Afrin was invaded in January 2018, that « war is a public health issue ».

Continuer la lecture

Pour la libération de Tuna Altinel, chercheur lyonnais emprisonné en Turquie

En passant

Tuna Altinel. Photo INSMI – CNRS

Une association d’universitaires appelle le gouvernement français à faire respecter les droits élémentaires du mathématicien et enseignant, incarcéré depuis le 11 mai en Turquie. Une énième arrestation qui suit celle d’une longue liste d’enseignants, mais aussi de journalistes, d’avocats et de fonctionnaires. Par l’association SUP-DDHT , Solidarité avec les Universitaires pour la paix et défense des droits humains en Turquie 19 mai 2019 à 16:57

Tribune. «La Turquie emprisonne ses universitaires.» Voilà ce que nous écrivait notre collègue Tuna Altinel le 8 mai. En effet, ce jour-là, Füsun Ustel était incarcérée à la prison pour femmes d’Eskisehir. Cette professeure de science politique à la retraite de l’université Galatasaray, une institution franco-turque, fait partie des signataires de la pétition pour la paix, rendue publique en janvier 2016, qui dénonçait la violation par l’Etat des droits élémentaires des civils dans les villes kurdes de Turquie. Depuis lors, près d’un tiers de ces 2 237 universitaires pour la paix ont été poursuivis, accusés de «propagande pour une organisation terroriste». Ces procès finissent toujours par des condamnations; toutefois, jusqu’à récemment, les peines étant inférieures à deux ans de prison, il était possible d’obtenir un sursis, à condition de s’abstenir pendant cinq ans de commettre de nouveaux «crimes» – «infractions» dont la qualification criminelle est laissée à l’appréciation des juges.

Continuer la lecture

Turquie : appel pour la liberté des universitaires

Citation

A man passes next to the main gate of Istanbul University in the district of Beyazit on February 24, 2017 in Istanbul. / AFP PHOTO / OZAN KOSE

Voici l’appel des universitaires de France publié sur le site de Libération le 5 décembre 2017 et dans le quotidien daté du 6 décembre.

Pour signer cet appel (prénom, nom, discipline ou spécialité, institution universitaire) : appeluniversitairesturquie2017ATgmail.com

Les premiers procès de 150 enseignants et chercheurs, accusés de propagande par le gouvernement Erdogan, ont commencé mardi 5 décembre 2017.

Ces collègues hommes et femmes, de toutes disciplines et de toutes générations, sont poursuivis pour les mêmes motifs : leur adhésion à la pétition des «Universitaires pour la paix», s’alarmant du sort des populations civiles kurdes prises en otages par la guerre entre le PKK et les forces de sécurité de l’Etat, signée par 1128 d’entre eux dès le 11 janvier 2016 (et par plus de 1 000 universitaires encore la semaine suivante). Très vite, le pouvoir en la personne même du président de la République, Recep Tayyip Erdogan, cible les signataires accusés d’être de «pseudo-intellectuels», une «foule informe», des «traîtres à la nation», des «forces occultes» qui se permettent de critiquer l’Etat turc et qui sont donc «des terroristes». Le mot est lancé, les articles du code pénal sont là pour engager des poursuites contre les signataires, victimes en parallèle de mesures de rétorsion administrative, licenciements de leur université, mises à l’écart définitives de l’enseignement conduisant certains au suicide (Mehmet Fatih Tras) et aux grèves de la faim (Semih Ozakça et Nuriye Gülmen).

La répression consécutive à la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016 qui s’abat bien au-delà des responsables directs vise particulièrement les universitaires coupables de vouloir maintenir la liberté de pensée, de recherche et d’enseignement indispensable à une vie démocratique et à laquelle, en Turquie particulièrement, nombreux ont été celles et ceux à sacrifier leur carrière et même leur vie.

Aujourd’hui, les «Universitaires pour la paix», qui n’ont fait qu’exercer leur métier et les valeurs qui s’y attachent, sont traduits en justice dans des procès séparés pour déjouer la solidarité des signataires et intimider la société déjà assommée par la politique répressive du régime d’Erdogan. Ces universitaires sont accusés de propagande en faveur du PKK, considéré comme une organisation terroriste, et d’atteinte à l’image de la Turquie à l’étranger : un crime passible de sept années et demie d’emprisonnement.

Les soussignés, chercheurs et enseignants des établissements français de l’enseignement supérieur et de la recherche, entendent dénoncer la caricature de justice mise en œuvre par le régime d’Erdogan. Après la mise au pas de la presse qui a jeté en prison 160 journalistes et près de 500 avocats, phénomène unique parmi les grands pays se réclamant aujourd’hui de l’Etat de droit et de la démocratie parlementaire, après la répression implacable contre le parti d’opposition HDP, dont les principaux dirigeants et cadres sont détenus, après l’arrestation de figures éminentes de la société civile engagées pour la paix, dont Osman Kavala, les soussignés condamnent les violations multiples des libertés universitaires en Turquie qui visent à briser toute autonomie intellectuelle chez celles et ceux qui contribuent au savoir et à la capacité de jugement de la société. Les universitaires français sont nombreux à manifester leur vigilance sur la question de la liberté de pensée, de recherche et d’enseignement depuis le tournant liberticide de la Turquie que plusieurs des signataires avaient dénoncé dès 2011. Ils saluent par cet appel le courage de leurs collègues de Turquie qui sont aujourd’hui, dans leur résistance aux violences d’un pouvoir oppressif, l’honneur de notre métier et l’honneur de la Turquie.

L’appel est aussi publié sur le site du Groupe international de travail (GIT) «Liberté de recherche et d’enseignement en Turquie» et sur le site de Solidarité avec les Universitaires pour la paix et défense des droits humains en Turquie.

  • Parmi les signataires :

Michel Agier anthropologue (EHESS) Tuna Altinel mathématicien (université Lyon-I) Stéphane Audoin-Rouzeau historien (EHESS) Igor Babou sémioticien (université Paris-Diderot) Annette Becker historienne (université de Paris-Nanterre) Alain Blum démographe (EHESS) Luc Boltanski sociologue (EHESS) Patrick Boucheron historien (Collège de France) Olivier Bouquet historien (université Paris-Diderot) Hamit Bozarslan historien (EHESS) Edouard Brézin physicien (ENS) Michel Broué mathématicien (université de Paris-Diderot) André Burguière historien (EHESS, LDH) Alain Caillé sociologue (université Paris-Nanterre) Claude Calame historien (EHESS) Pierre Cartier mathématicien (université Paris-Diderot, IHES) Christophe Charle historien (université Paris-I-Panthéon-Sorbonne) Yves Déloye politiste (Sciences-Po Bordeaux) Sophie Desrosiers anthropologue (EHESS) Vincent Duclerthistorien (EHESS, Sciences-Po) Selim Eskiizmirliler neuroscientiste (université Paris-Diderot) Eric Fassin sociologue (université Paris-VIII) Kristian Feigelson sociologue (université Sorbonne nouvelle) Bastien François constitutionnaliste (université Paris-I-Panthéon-Sorbonne) ; Diana Gonzalez sociologue (Sciences-Po) Ahmet Inseléconomiste (université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne) Raymond Kévorkian historien (université Paris-VIII) Christiane Klapisch historienne (EHESS) Pascale Laborier politiste (université Paris-Nanterre) Rose-Marie Lagrave sociologue (EHESS) Nicole Lapierre sociologue (CNRS-EHESS) Frédéric Le Blay littéraire (université de Nantes) Emmanuelle Loyer historienne (Sciences-Po) Catherine Mayeur-Jaouen historienne (université Paris-Sorbonne) Pierre-Michel Menger sociologue (EHESS, Collège de France) Edgar Morin sociologue (CNRS Paris) Claire Mouradian historienne (CNRS) Véronique Nahoum-Grappe sociologue (EHESS) Thomas Piketty économiste (EHESS) Emmanuel Terray anthropologue (EHESS) Irène Théry sociologue (EHESS) Stéphane Tirard historien des sciences (université de Nantes) Lucette Valensihistorienne (EHESS) Sophie Wauquier linguiste (université Paris-VIII)…

Ailleurs dans la presse:

 

Résistance universitaire + cryptage des données = nouvelles arrestations en Turquie

L’association À Ta Turquie a fait paraître hier  – 10 juillet 2017 – la nouvelle suivante.

Le Figaro avec Reuters, le 10/07/2017
La justice turque a ordonné l’interpellation de 72 universitaires, annonce, aujourd’hui, l’agence de presse Anatolie, dont un ancien conseiller du principal dirigeant de l’opposition.

Les mandats d’arrêt ont été émis dans le cadre de l’enquête sur le mouvement du prédicateur musulman Fethullah Gülen, lequel vit en exil aux Etats-Unis depuis 1999 et qui est accusé d’avoir organisé le coup d’Etat manqué dans la nuit du 15 au 16 juillet 2016 en Turquie, annonce la même agence de presse.

Kemal Kilicdaroglu, qui dirige le parti laïque CHP (Parti républicain du peuple), a déclaré hier soir devant une foule immense à Istanbul que la Turquie vivait sous la dictature. Il a promis de poursuivre son mouvement de protestation commencé il y a plus d’un mois à Ankara.

Continuer la lecture

Appel au boycott du système d’enseignement supérieur turc

Citation

NE SOYEZ PAS COMPLICES DES CRIMES DANS L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR TURC

Contexte

En janvier 2016, 2 212 universitaires travaillant en ou sur la Turquie signaient une pétition appelant le gouvernement turc à mettre un terme à la guerre dans la région kurde, à rechercher une solution pacifique à la question kurde, irrésolue depuis des décennies,  et à autoriser des observateurs internationaux à suivre la situation dans les villages et villes détruits par les forces de sécurité. Depuis, les signataires, connus sous le nom d’Universitaires pour la paix  ont été soumis à des attaques vindicatives et punitives ordonnées par le président de la République, Recep Tayyip Erdoğan, et appliquées conjointement par le gouvernement et les institutions de l’enseignement supérieur.

Les Universitaires pour la paix ont été accusés de trahison pour avoir appelé le gouvernement turc à mettre un terme à la violence contre ses propres citoyens. Suivant les instructions du président, le gouvernement, la police, le Conseil de l’enseignement supérieur et les présidents d’université ont uni leurs forces pour faire payer un lourd tribut aux Universitaires pour la Paix. La campagne de lynchage se poursuit et s’est traduite par de nombreuses mesures de rétorsion : vagues d’enquêtes criminelles et administratives, détentions, licenciements, annulations de passeport et interdictions de sortie du territoire, suppression des droits à la retraite et exclusion du marché de travail via une liste noire des numéros de sécurité sociale. Continuer la lecture

Condamnations à la mort civile: Turquie après le référendum

Alerte Arrestations ! 

Sur une liste de diffusin en soutien aux hommes et aux femmes universitaires en Turquie, Tuna Altinel nous alerte.

« Si le 16 juillet 2016 a marqué les esprits de certains en Turquie comme le premier jour d’un coup d ‘état en continu, le 29 avril 2017 aura été l’une des dates où la mise en place de la dictature erdoğanienne a atteint des tailles irrationnelles,mais malheureusement réelles, un peu comme les gratte-ciels qui minent les paysages de grandes villes de Turquie. On a commencé la journée en apprenant que l’accès au Wikipedia était bloqué sous prétexte de… devinez!
Cette nouvelle était aussi ridicule que celle qui annonçait l’arrivée du soir était douloureuse. Deux nouveaux décrets ont coûté leurs postes à près de 4000 fonctionnaires dont 484 enseignant-chercheurs. Parmi les enseignants-chercheurs 65 sont signataires de la pétition pour la paix. « 

Tuna Altinel ajoute que, parmi le millier de fonctionnaires limogés par décret (justice, armée, etc.), on trouve 65 signataires de la pétition Universitaires pour la paix. Certains d’entre eux avaient déjà été licenciés, mais le limogeage par décret qui leur interdit désormais de sortir du territoire.

« Colonne après colonne vous y verrez nombres, noms d’universités, noms de femmes et d’hommes, de disciplines universitaires. C’est comment des milliers en Turquie découvrent que, sinon eux-mêmes, des proches, parents, amis, collègues ont été condamnés à la mort civile. La peine capitale est déjà en vigueur en Turquie! »

Merci à Tuna Altinel de continuer à nous alerter. Reste à savoir comme nous, citoyens européens, pouvons contribuer à aider les universitaires turcs et les citoyens turcs touchés par la chappe de plomb.

#IstandwiththeTurkishPeople

Message du 1e mai 2017, 15h15

Depuis ce matin, ont été mis en détention des signataires à Diyarbakır qui étaient exclus par le décret de samedi dernier.
Les noms qui nous sont parvenus sont :

  • Mustafa Sinemillioğlu
  • Yılmaz Turgut
  • Murat Kızıl
  • Emine Meşe
  • Fikret Uyar
  • Süleyman Kızıl
  • Tahsin Söğüt
  • Yasin Bedir .
  • Doğan Kurt n’était pas chez lui quand les forces de sécurité sont venues. Espérons qu’ils soient vite libérés.

Information à jour (2 mai 2017) – les 13 collègues arrêtés auraient été relâchés; un téléphone portable aurait été saisi.

LIens:

Trois recommandations votées lors du Conseil scientifique du CNRS des 24 et 25 avril 2017.

Le Conseil scientifique du CNRS vient d’émettre trois recommandations importantes: 1° manifester leur solidarité avec l’universitaire turque Pinar Selek 2° suspendre tous les échanges avec l’organisme de recherche Tübitak 3°demander le soutien à l’emploi et la limitation des financements sur projets

 

Informations sur la composition du CS et son mandat ici : http://www.cnrs.fr/comitenational/cs/cs_acc.htm
1. Solidarité avec Pinar Selek

Le conseil scientifique du CNRS exprime sa profonde solidarité envers notre collègue, la sociologue turque Pinar Selek, réfugiée politique en France et membre associée de l’UMR8245 « Migrations et société » (CNRS-IRD-Université de Nice), victime depuis 19 ans d’un insupportable harcèlement judiciaire dans son pays.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search