Suisse: pétition nationale pour mettre fin à la précarité dans les universités

PÉTITION ADRESSÉE A L’ASSEMBLÉE FÉDÉRALE SUISSE

Pour la création d’emplois permanents dans le monde académique: de meilleures conditions de recherche, d’enseignement et de travail
Les signataires font appel à l’Assemblée fédérale pour l’adoption de mesures concrètes visant à protéger la santé et la vie familiale du personnel scientifique, améliorer ses conditions de travail et garantir la qualité des connaissances produites. À ce titre, la mesure suivante nous semble indispensable: la création d’un nombre conséquent de postes stables pour les chercheur-euse-s post-doctoraux-ales.

Rapport « Next Generation: pour une promotion efficace de la relève »

Les positions académiques doivent être diversifiées par la création ou l’expansion d’un statut stable, situé entre les assistant-e-s doctorant-e-s et les chaires professorales. Assurer la stabilité de ces postes et leur financement dans la durée implique de «convertir les catégories de postes jusqu’à présent à durée déterminée en postes à durée indéterminée et réduire les ressources destinées aux projets de recherche en faveur d’un financement de base des hautes écoles accru» [1] , comme le suggère l’Académie des sciences humaines et sociales (ASSH) dans son rapport Next Generation. L’Assemblée fédérale doit adresser un message clair aux établissements d’enseignement supérieur, à leurs instances représentatives et au Fonds national suisse (FNS) pour que les politiques d’engagement et de promotion de la relève soient réformées avec l’objectif de créer un nombre conséquent de postes stables, accessibles le plus rapidement possible après l’obtention du doctorat.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

—————————————-

[1] Académie suisse des sciences humaines et sociales (2018). Next Generation: pour une promotion efficace de la relève. Swiss Academies Reports 13 (2), p. 44.

 

Appel aux autorités turques pour la libération immédiate des défenseur·es de la paix !

Release Our Friends Immediately!

Nous, académicien·nes pour la paix, sommes inquièt·es et dévasté·es de suivre les nouvelles concernant les violations des droits auxquelles nos collègues sont confronté·es en Turquie. Beyza Üstün, Cihan Erdal et Can Memis ainsi que d’autres membres et/ou personnes proches du Parti de la paix et de la démocratie ont été arrêté·es le 25 septembre 2020 et emprisonné·es quelques jours plus tard, en raison d’allégations concernant les manifestations qui ont eu lieu à Kobané.

La professeure Beyza Üstün, chercheuse spécialiste de la paix, a consacré sa vie à travailler pour la conservation de la nature et des ressources naturelles, les droits humains, les droits des femmes, le droit du travail, les inégalités entre les sexes et les inégalités ethniques. Elle est connue pour sa position contre la privatisation de l’eau et des bassins hydrographiques, les centrales hydroélectriques, les centrales nucléaires, les mines, les carrières, les terrains de golf et autres pillages. Elle a été députée du Parti démocratique du peuple (HDP) au Parlement en 2015.

Cihan Erdal et Can Memis sont également des partisans de la paix et se consacrent à la lutte collaborative pour les droits humains ; ils sont actifs sur la question de la participation civique et l’émancipation des jeunes.

Nous demandons la libération immédiate de tou·tes nos ami·es détenu·es lors des opérations contre le HDP le matin du 25 septembre 2020 et emprisonné·es par la suite. Nous demandons notamment la libération immédiate de notre camarade signataire de la pétition pour la paix, le Prof. Dr. Beyza Üstün.

 

Pour plus d’informations, voir :

#freecihan #liberezcihan#cihanıserbestbırakın

Exigez que le gouvernement turc #LiberezCihan.
Exigez que le gouvernement canadien soutienne sa libération.

Signer la pétition

Cihan Erdal, doctorant, chercheur à l’Université de Carleton au Canada et militant LGBTI+, est détenu àIstanbul-Turquie depuis le 25 septembre 2020, ainsi que 81 autres personnes, dont des universitaires, des militants et des politiciens, dans le cadre d’une opération d’arrestations des membres ou d’anciens membres du Parti démocratique des peuples (HDP). Les mandats d’arrêt concernent l’organisation des manifestations d’octobre 2014 en Turquie, déclenchées suite à la prise de la ville de Kobane, principalement kurde et syrienne, par le groupe armé ISIS.
Cihan Erdal effectuait récemment son travail de terrain à Istanbul pour son doctorat sur les mouvements sociaux conduits par des jeunes en Europe, et en Turquie, en mettant l’accent sur les récits de jeunes militants concernant leur engagement dans ces mouvements.
Parallèlement à ses travaux de recherche universitaire, Erdal a participé à des mouvements sociaux en tant qu’activiste depuis plus de dix ans. Il a pris part à plusieurs initiatives politiques, notamment pour la jeunesse, la gauche, les LGBTI+. Il a été membre du HDP en 2014 en tant que représentant de la jeunesse. Cependant, il n’a pas été impliqué activement dans la politique turque depuis qu’il a déménagé au Canada pour ses études doctorales à Carleton en janvier 2017.
Erdal a également animé, pour une web tv, une émission hebdomadaire sur la jeunesse et la politique en 2017.
Il est aussi actuellement le coordinateur du Centre pour la Recherche Urbaine de Jeunesse (Center for Urban Youth Research) au Canada, qui réunit des chercheurs, des militants de la jeunesse et des jeunes du monde entier.
Cette arrestation basée sur une accusation injuste et inappropriée met en danger l’avenir d’un jeune chercheur prometteur et brillant dans le domaine des sciences sociales.

Nous, universitaires et chercheurs du monde entier, défendons Cihan Erdal et exigeons que le gouvernement turc libère Cihan et que le gouvernement canadien soutienne sa libération.

Nous demandons aux universités et aux établissements d’enseignement supérieur du monde entier de soutenir Cihan Erdal, afin qu’il puisse poursuivre ses recherches en toute liberté.

Signer la pétition

L’Université, le Covid-19 et le danger des technologies de l’éducation

La crise actuelle et la solution proposée d’un passage des enseignements en ligne en urgence ont accéléré des processus systémiques déjà en cours dans les universités britanniques, en particulier dans le contexte du Brexit. Même si l’enseignement en ligne peut avoir une portée radicale et égalitaire, sa pérennisation dans les conditions actuelles ouvrirait la voie à ce que les fournisseurs privés de technologies de l’éducation (edtech d’après l’anglais educational technology) imposent leurs priorités et fassent de l’exception une norme.

Mariya Ivancheva, sociologue à l’université de Liverpool dont les recherches portent sur l’enseignement supérieur, soutient, dans un billet publié le 3 juin 2020 dans Contretemps – revue de critique communiste, que nous devons repenser ce phénomène et y résister, sans quoi le secteur de l’enseignement supérieur britannique continuera d’opérer comme un outil d’extraction et de redistribution de l’argent public vers le secteur privé.

Pour lire l’intégralité de l’article de Mariya Ivancheva, dont l’intérêt dépasse largement le Royaume-Uni, cliquez ici.

 

Que la Higher School of Economics de Moscou se conforme aux exigences de liberté d’expression et de liberté académique. Une pétition

Pétition

À la direction et au conseil académique de l’École supérieure d’économie :

Nous vous écrivons pour vous faire part de notre profonde inquiétude concernant les développements au sein de votre Faculté des sciences humaines qui, à notre avis, menacent les principes de la liberté d’expression et de la liberté académique.

Comme l’indique le site web de l’université, ses organes directeurs ont approuvé la fusion de l’École de philosophie et de l’École d’études culturelles en une seule École de philosophie et d’études culturelles, ainsi que la fusion du Département de philologie générale et appliquée et du Département d’histoire et de théorie de la littérature pour créer une École d’études philologiques. Cette lettre n’entend pas critiquer ces décisions en elles-mêmes, ni exprimer une opinion sur les processus complexes et importants de restructuration que les institutions universitaires du monde entier doivent parfois entreprendre. Toutefois, nous souhaitons exprimer notre inquiétude face aux indications selon lesquelles l’administration de l’université pourrait appliquer des critères d’évaluation des membres du corps professoral douteux et non transparents dans le cadre de ces transitions.

Au cours des dernières semaines, de nombreux rapports médiatiques ont indiqué que les activités des membres de la faculté universitaire dans le domaine des médias et des médias sociaux, en particulier leur défense des droits des autres membres de la faculté et des individus à la liberté d’expression et à la liberté académique, sont devenues un facteur d’annulation de contrats ou d’ajustement dans le processus de restructuration administrative. Dans certains cas, des universitaires primés et de renommée mondiale ayant de brillants antécédents en matière de publications internationales sont menacés de perdre leur poste. Leur départ contredirait clairement les affirmations publiques selon lesquelles l’administration de l’université fonde ses décisions de restructuration sur des critères académiques uniquement – y compris, et c’est le plus important, les résultats de la recherche et des publications – pour remodeler l’institution.

En tant qu’universitaires, nous tenons la Faculté des sciences humaines de l’École supérieure d’économie en très haute estime. Nous collaborons fréquemment avec les membres du corps professoral de tous les départements et écoles qui sont actuellement en cours de restructuration et nous citons leur travail. Nous craignons que, si la réorganisation se déroule effectivement d’une manière aussi inadaptée, l’école perde certains de ses plus brillants esprits et ternisse sa réputation mondiale d’excellence académique. Non seulement les étudiants seraient privés d’une expertise académique de renommée internationale, mais une telle évolution entraînerait une érosion des partenariats, tant institutionnels que collégiaux, qui lient la Haute école d’économie à son groupe de pairs composé d’institutions internationales de premier plan.

À la lumière de ce qui précède, nous appelons l’administration de l’université à réévaluer le processus de restructuration en cours et à réaffirmer sa conformité avec le principe institutionnel internationalement reconnu de la liberté académique ainsi qu’avec le droit de l’homme à la liberté d’expression. Les considérations politiques ne doivent pas entrer en ligne de compte dans les décisions relatives au personnel enseignant, qui doivent être fondées sur une évaluation sobre des seuls critères académiques et professionnels. Ce serait une grave perte pour la communauté scientifique mondiale si, à la suite de décisions administratives mal motivées, la Higher School of Economics devait saper son bilan international enviable en matière de recherche pionnière en sciences humaines.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments distingués,

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Continuer la lecture

Depuis la Belgique: Un manifeste slow science post-corona

Réinventons l’enseignement supérieur après la pandémie: un manifeste slow science signé « Slow Science in Belgium« 

À tous les recteurs, directeurs-présidents, organismes de financement et gouvernements compétents

La pandémie actuelle et les mesures prises pour l’arrêter affectent profondément nos vies. La vie académique est elle aussi touchée de plein fouet par la crise sanitaire. Même si l’enseignement supérieur semble continuer ses activités, les campus en ressentent l’impact et cette crise va les affecter durablement. La continuité pédagogique apparente, assurée à distance et en ligne, masque une crise dans les universités de notre pays. Tous les laboratoires de recherche, sauf ceux qui travaillent activement sur le Covid-19, sont à l’arrêt. Le travail de terrain des chercheur·euse·s est devenu impossible. Le bibliothèques et les archives sont fermées. Quelques soient leurs statuts, les étudiant·e·s, le personnel technique et administratif, les enseignant·e·s et les chercheur·euse·s sont tous confrontés à des difficultés importantes : précarité financière, surcharge de travail, séparation, maladie voire décès des proches. Et l’impact est d’autant plus dur que leurs situations sont précaires.

Les autorités universitaires ne sont pas restées insensibles aux effets de la crise sur le personnel et les étudiant·e·s. Elles ont envoyés de messages de gratitude et de soutien soulignant le courage, la résilience et les efforts d’adaptation de tous à cette situation inédite. Néanmoins, sur le terrain, elles ont choisi de maintenir leurs activités, en recourant massivement à l’enseignement à distance et au télétravail, forçant ainsi les étudiant·e·s et le personnel à s’adapter coûte que coûte. En l’absence de toutes mesures d’aide concrètes, ces discours sur la bienveillance et la possibilité de reporter les “tâches non-essentielles” servent essentiellement à renforcer la pression sur le personnel, les chercheur·euse·s et les étudiant·e·s, exacerbant les rapports de forces existants.

Avant la crise sanitaire, la communauté universitaire était déjà fracturée par les inégalités : statuts précaires et sous-payés, recours à la sous-traitance, charge familiale inégalitaire, racisme,… La situation actuelle aggrave encore ces inégalités structurelles liées au genre, à la classe sociale, à l’orientation sexuelle et à l’origine raciale, entraînant un recul du progrès social. Nous constatons également que la situation actuelle sert de prétexte à une gestion autoritaire, au mépris des processus de décision démocratique existants dans nos institutions, ce qui risque de compromettre le futur de l’éducation supérieure dans notre pays.

En annexe à cette lettre ouverte (ci-dessous), nous avons tenté d’établir une vue d’ensemble des effets de la pandémie sur les différentes catégories de personnes présentes dans nos université et des problèmes auxquels elles doivent faire face.

Au delà des mesures qui s’imposent à court terme, nous demandons aux gouvernements, aux autorités universitaires et aux organismes finançant la recherche d’envisager des changements profonds dans l’organisation de l’enseignement et de la recherche:

  1. Des moyens financiers supplémentaires. A l’heure où nos gouvernements et la commission européenne mettent sur pied des aides au monde économique, l’éducation supérieure ne doit pas être oubliée. A court terme, les contrats à durée déterminée de nos chercheur·euse·s doivent être prolongés, des aides pour les étudiant·e·s les plus précaires doivent être mises en place. Des moyens doivent être dégagés pour faire face à la charge de travail due à la crise et qui ne fait qu’aggraver une situation qui était déjà difficile. A long terme, il est nécessaire d’améliorer les conditions de travail dans nos universités et de repenser les mécanismes d’attribution des moyens qui reposent trop souvent sur une compétition exacerbée à tous les niveaux.
  2. Adapter les critères d’évaluation de la recherche et de l’enseignement. A court terme, les écoles doctorales, les organismes de financement de la recherche et les universités doivent tenir compte de la situation des chercheur·euse·s et des étudiant·e·s en reconnaissant explicitement l’impact de la pandémie dans leurs processus d’évaluation et en adaptant les échéances. A plus long terme, les processus de recrutement, d’évaluation et de promotion dans nos universités doivent être réformés afin d’être plus inclusifs notamment en valorisant le travail reproductif et de soins (tout travail qui rend la vie au sens large possible, (se) nourrir, (se) reproduire, élever les enfants, prendre soin de ses proches, etc.), permettant ainsi un meilleur équilibre entre vie professionnelle et privée.
  3. Prendre en compte la santé mentale et charge de travail. Les universités doivent immédiatement mettre en oeuvre des plans d’action pour la santé mentale et adapter les conditions de travail à la fois pour les étudiant·e·s, les chercheur·euse·s et le personnel. A plus long terme, il faut remédier aux causes systémiques des problèmes de santé mentale dont l’existence est connue et liés aux conditions de travail dans le milieu académique.
  4. Les gouvernements, les universités et les organismes finançant la recherche doivent, au plus vite, dialoguer pour coordonner leurs actions afin de mettre sur pied des mesures collectives pour minimiser les effets de la crise sanitaire. Ce dialogue doit aussi avoir lieu démocratiquement au sein de chaque université, en évitant toute dérive autoritaire. Ceci afin que tous les travailleur·euse·s et les étudiant·e·s puissent recevoir l’information et l’aide nécessaire dans les mêmes conditions. A long terme, ce dialogue et cette coordination ne peuvent qu’être bénéfiques.

Une crise telle que la pandémie que nous vivons pose de nombreux défis, mais c’est aussi une occasion de repenser l’enseignement supérieur. Plutôt que de se limiter à quelques mesures de sauvetage, nous avons l’occasion d’ouvrir une large discussion sur ce que devrait être l’université et sur comment la transformer. Comment garantir que l’éducation et la recherche restent des services publics ? Comment permettre un équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée dans les carrières académiques ? Comment participer à la diminution des inégalités structurelles sur nos campus et dans la société ? Nous devons réfléchir collectivement pour créer l’université que nous voulons pour l’éducation, pour une recherche de qualité, pour de bonnes conditions de travail, pour des campus où le dialogue démocratique constitue la base d’une communauté vivante.

En dessous vous trouverez le manifeste complet, dans celui-ci nous avons tenté d’établir une vue d’ensemble des effets de la pandémie sur les différentes catégories de personnes présentes dans nos université et des problèmes auxquels elles doivent faire face.

Soutenez le manifeste en signant!

Pays-Bas: Pétition des étudiant·es contre l’éducation en ligne

Donner-nous de l’espace!

En raison de l’interdiction pour les étudiants de prendre les transports publics aux heures de pointe, le gouvernement rend l’enseignement en présentiel impossible. Les universités et les établissements d’enseignement supérieur sont obligés de dispenser la plupart de leurs cours en ligne. C’est un énorme problème. Plus de présentiel est possible. Donnez de l’espace à l’éducation !

Lien vers la pétition.

L’université allemande comme horizon de la LPPR ?

En tant qu’universitaires inscrits dans des carrières entre France et Allemagne, nous exprimons notre vive inquiétude vis-à-vis du projet de loi LPPR. Nous sommes d’autant plus inquiets que cette réforme s’inscrit dans l’horizon des transformations mises en œuvre depuis plus de vingt ans en Allemagne et qui ont profondément dégradé le fonctionnement de l’université à l’Est du Rhin.

Mis de côté pendant la pandémie, le projet de réforme de l’enseignement supérieur et de la recherche, dit « Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) », très fortement contesté au sein de la communauté universitaire, fait son retour au pas de charge mais par la petite porte. La ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a en effet décidé d’accélérer l’examen du projet de loi LPPR en annonçant début juin la discussion du texte devant les instances consultatives (le passage devant le CNESER est fixé au 12 juin) avant un passage en conseil des ministres le 8 juillet. Alors que le fonctionnement de l’Enseignement supérieur et de la recherche (ESR), dont l’énergie a été consacrée à la « continuité pédagogique » et à la préparation de la prochaine rentrée universitaire, est encore très fortement perturbé par la pandémie, la ministre semble donc décidée à jouer le calendrier pour contourner la contestation.

https://www.flickr.com/photos/thechoprasconsultants/19689468706/in/photolist-vZTF5o-2iGoiPV-8ArZCY-EMRmWz-BQC8nD-W6ePGR-24o1zvj-gpXHnY-2i3q83D-27XYV3E-PKSYJf-SxwyWU-5pHtrK-2ghKWE6-23zk9TM-v2KAMN-E8qpQz-2iL2h3y-2gfGVpP-2gn7AHc-X4zUBJ-2gg8YR4-AN8ijg-QNEcr3-PHN8dQ-2hmjTBw-EouSaj-2gudMXH-p1ng6n-8ApbtB-EHRZSk-2hScr9a-G7t1WM-2j3cz4a-22by9xr-zdxHqZ-2ivefju-2gmZyrM-2hsyv2Y-2geaJUj-2iaYb3L-oKeceC-2iz3QT2-H2YAkD-22SabTP-NR48ML-2iNr3ma-2d8M6Bd-8WkFzr-TmmUhc

Study in German university – The Chopras, 2015

En tant qu’universitaires inscrits dans des carrières entre France et Allemagne ou dans des institutions académiques franco-allemandes, nous tenons à exprimer notre vive inquiétude vis-à-vis du projet de loi LPPR en cours de discussion en France. Nous doutons en effet profondément de la pertinence, jamais démontrée, des mesures proposées et contestons en particulier la remise en cause des emplois durables, le pilotage politique de l’évaluation, la mise en concurrence budgétaire des unités de recherche, l’assèchement des crédits récurrents des laboratoires et des universités, tout comme la généralisation des financements sur projets fléchés et les logiques managériales d’allocation des ressources. Nous sommes d’autant plus inquiets que cette réforme s’inscrit dans l’horizon des transformations mises en œuvre depuis plus de vingt ans en Allemagne et qui ont profondément dégradé le fonctionnement de l’ESR à l’Est du Rhin.

Nous proposons dans ce qui suit un aperçu de la situation dans le monde académique allemand telle que nous la percevons à partir de notre expérience partagée entre les deux systèmes de recherche en sciences humaines et sociales. Les analyses critiques sur les évolutions du monde académique allemand (voir par exemple l’article de Kolja Lindner « Le modèle allemand : précarité et résistances dans l’enseignement supérieur et la recherche d’outre-Rhin »), ainsi que les mobilisations qui s’y déroulent actuellement, sont en effet particulièrement instructives du point de vue français. Il en va de même pour nos collègues allemand.e.s qui regardent la situation française avec beaucoup d’intérêt. Des ressources sont disponibles sur le blog « Réflexions sur les politiques de recherche en France et en Allemagne » qui propose un espace de traduction, d’échange d’informations, et d’analyses sur les politiques de l’enseignement supérieur et de la recherche en France et en Allemagne, ainsi que la plateforme Mittelbau.net).

Continuer la lecture

Petition. The Assault on Universities

Alors que la plus grande menace plane sur l’emploi dans les universités britanniques, menacées d’un plan social d’envergure pour compenser les pertes de revenus générés par les étudiant·es étranger·es, des universitaires britanniques lancent un manifeste de résistance contre les nouvelles attaques contre les univertés. Voici le lien vers la pétition, reproduite ci-dessous. 

The New Assault on Universities:
A Manifesto for Resistance in Covid Times

4 May 2020

Our higher education system was in crisis before the coronavirus emerged. It now risks collapse.

Before the pandemic, a quarter of all universities were already in deficit – the result of unregulated competition in the sector that was unleashed in order to construct a higher education market. This has led to increased instability, far higher levels of government and student debt following the trebling of fees and introduction of loans in 2012, and the emergence of a corporate mentality and market logic that puts higher education at odds with its status as a public good. As the Public Affairs Committee put it in 2018, the ‘Higher Education market [is] not working in interests of students or taxpayers’.

Universities have been effectively privatised – dependent on tuition fees and accommodation revenue and, increasingly, reliant on income from international students.

The UK comes bottom of OECD countries in relation to the proportion of public spending as part of overall spending on tertiary education. Only 25% of its spending on higher education comes from the public purse, a mere 0.5% of GDP. Compare this to the US where 35% of spending on tertiary education comes from the government or 97% as in the case of Finland.

Covid-19 is going to intensify the problems that were already there. International – and possibly home – students are likely to sit out the year leading to a ‘black hole’ of at least £2.5 billion in the sector producing enormous operating deficits and heaping yet more stress on an already creaking system.

Yet much like the pandemic itself, we are not all in this together. Universities are ‘hoarding’ some £44 billion of reserves, with Oxford and Cambridge alone sitting on almost £21 billion of wealth, and the sector as a whole regularly runs a surplus over more than £1 billion.

Management teams are now drawing up contingency plans and recovery packages and are set to announce mass redundancies, pay and recruitment freezes, promotion pauses and programme cuts. Again, as with the pandemic, the axe will not fall evenly with casualised workers, BME staff and women set to bear the greatest brunt of the cuts.

Many employers will attempt to take advantage of the pandemic to institutionalise a form of ‘shock higher education’ where online delivery becomes standard, where surveillance becomes routine, where precarity becomes acceptable, where the right to a pension becomes obsolete and where funding becomes ever more tied to employability.

Our response has to be national and local, short-term and far-sighted, practical and visionary. We need a set of actions based around solidarity with the most vulnerable and a commitment that the burden should be borne by those most able to bear it: institutional reserves should be used; excessive salaries of vice-chancellors and senior staff cut dramatically; vanity capital expenditure projects suspended; marketing budgets and the use of consultants scaled right back; government intervention as described below.

We will need to resist the imposition of a ‘new normal’. In the immediate future, we need to collectivise the risk of redundancy by demanding that instead of job cuts, we have smaller classes; instead of sacking hourly-paid staff, we should make sure that excessive salaries are curbed and the money used for contract extensions for casualised staff; instead of scrapping research leave for the year, we should use this time to investigate the political, economic and cultural challenges posed by coronavirus.

Higher education is at the centre of the scientific and critical response to Covid-19. It is not just another industry like aviation and energy. Instead it needs a full bail-out and a massive increase in public funding. We have to reject a return to the ‘old normal’ of cut-throat competition, market logic, endless bureaucracy and rampant managerialism.

Thus we also need to build a radical new settlement for the period following Covid-19. The scale of this crisis provides an opportunity to undo the damage that the market has caused in the last decade: to restore free education accessible to all as a vital public good; to reintroduce incentives, like the Education Maintenance Allowance, for marginalised communities to study; to restructure higher education so that it is no longer dependent on casualised and zero-hours contracts; and to abolish the gender and race pay gaps that remain endemic throughout the sector.

Higher education is on the brink. This is a time for imagination, solidarity and resistance.

https://www.thecanary.co/uk/news/2020/02/03/74-uk-universities-to-strike-over-pay-and-pensions/

(c) The Canary, 3 février 2020

THE MANIFESTO

Continuer la lecture

Solidarité avec les précaires. Initiatives étrangères

Twitter, 5 mai 2020

Alors que la perspective de faire cours à distance à la rentrée se précise, avec moins d’étudiant·es et plus d’étudiant·es étranger·es, les universités « de service », dont l’équillibre financier repose sur les frais d’inscription, procèdent à des licenciements massifs des casual staff ou adjuncts.

Des collectifs s’organisent pour essayer de préserver la communauté professionnelle, dont font partie intégrantes les précaires, à l’instar de la vidéo réalisée par les personnels de la City Université of New York.

Vers l’autonomie des Universités des étudiant∙es ? Le salaire étudiant comme outil de lutte contre la précarité : comparaisons européennes

  • par Léa Alexandre, étudiante en Master Politiques et gestions de la culture en Europe, Institut d’Études Européennes, Université de Paris-8

Le 8 novembre 2019, un étudiant de 22 ans s’immole devant le bâtiment du CROUS de Lyon-2 où il étudie, après avoir publié un long message sur le réseau social facebook dans lequel il dénonce les éléments qui l’ont poussé à faire ce geste. Le troisième paragraphe de sa publication revendique la mise en place d’un salaire universel étudiant : « Je reprends donc une revendication de ma fédération de syndicats aujourd’hui, avec le salaire étudiant et, d’une manière plus générale, le salaire à vie, pour qu’on ne perde pas notre vie à la gagner », réactivant ainsi un des leitmotivs des milieux militants étudiants français. De nombreux média et détracteurs ont dénoncé un réemploi par l’extrême gauche d’ « un drame singulier », à l’instar de Jean-Francis Pécresse dans « Pas de salaire pour étudier » (Les Échos, 13 novembre 2019), qui souligne à quel point la France est pionnière en matière d’aides sociales pour ses étudiants.

Figure 1. Source – “Enquête sur les conditions de vie des étudiant.e.s.”, Observatoire national de la vie étudiante, 2016.

Or en France, selon une étude  faite par l’Observatoire national de la vie étudiante publiée en 20161, 22,7 % des étudiant∙es disent avoir connu des grandes difficultés durant l’année, parmi lesquel∙les seulement 45% affirment avoir pu couvrir leurs besoins mensuels. En outre, un∙e étudiant∙e sur deux travaille et considère que cela est indispensable pour vivre. Selon un rapport de l’INSEE réalisé en 20162, 20% des étudiants vivent en dessous du seuil de pauvreté, et ce malgré la bourse ou les aides familiales. Selon une enquête sur la santé des étudiants menée par l’Observatoire national de la vie étudiante en 20183, près d’un tiers des étudiants ne se soignent pas par faute de moyens. Il peut s’étonner alors que, sur l’année 2018/2019, le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) annonçait 38% des étudiants étaient boursiers4. La bourse n’est-elle alors pas suffisante ? Qu’apporterait un salaire universel étudiant ? Permettrait-il de garantir l’égalité des chances ? Est-ce une utopie budgétaire comme le souligne nombre de ses détracteurs ? Pourquoi n’a-t-elle pas été mise en place en France alors qu’elle est évoquée par les milieux militants étudiants depuis la charte de Grenoble en 1946 ? Que peut-on retenir des exemples scandinaves ?

Figure 2. Source – “Repères sur la santé des étudiants”, Observatoire national de la vie étudiante, 2018.

Deux analyses peuvent contribuer à répondre à ces questions : la première considère les raisons de l’échec d’un revendication historique par les milieux étudiants militants, de la rémunération étudiante ; la seconde analysera l’ « utopie budgétaire » que le salaire étudiant représente, à partir des exemples scandinaves qui le pratique, en examinant les différentes critiques dont il fait l’objet.

La rémunération étudiante : une revendication ancienne dans les milieux militants

La question de la mise en place d’une rémunération étudiante est apparue très tôt dans les milieux militants universitaires. Tantôt nommée “présalaire”, “salaire étudiant”, “allocation d’autonomie”, “allocation d’études”, elle a figuré de manière omniprésente dans les débats concernant la valorisation du statut d’étudian∙et, statut transitoire entre le jeune scolarisé et le jeune salarié qui peine à trouver sa place dans le système néolibéral. Au moment de l’après-guerre, les discussions autour de cette rémunération du travail étudiant se sont cristallisés lors d’un congrès de l’UNEF en 1946 où a été réalisée la charte de Grenoble revendiquant cet adage : “un étudiant est un jeune travailleur intellectuel”, présentant alors le salariat comme un droit pour l’étudiant∙e. Il s’agissait ainsi pour l’UNEF de conduire à la reconnaissance de l’étudiant∙e comme travailleur∙se∙, de faire reconnaître l’existence d’une population étudiante nombreuse et qualifiée, et de valoriser ce qu’elle apporte à la société. Pour se faire, il a été question de défendre la valeur sociale du travail étudiant, qui bénéficie à l’individu et à la société, tout comme le travail d’un salarié a une valeur productive qui bénéficie à la société. Continuer la lecture

  1. « Enquête sur les conditions de vie des étudiant.e.s. », Observatoire national de la vie étudiante, 2016. (voir fig. 1. []
  2. Revenu, niveau de vie et pauvreté en 2016, INSEE, réalisé en 2016 et publié le 20 décembre 2018. []
  3. « Repères sur la santé des étudiants », Observatoire national de la vie étudiante, 2018. []
  4. MESRI, “Les boursiers sur critères sociaux en 2018/2019”, Note Flash n°19, publié en octobre 2019. []

Précarité et diversité dans l’enseignement supérieur en Allemagne… parlons-en !

Un groupe de chercheur·es s’est réuni à Cologne le 6 mars 2020 pour former une sorte alliance symbolique avec les grèves ayant cours en France et au Royaume-Uni.

Le groupe diversity precarious lutte, depuis l’Allemagne, contre la poussée néolibérale dans le monde universitaire.

Une chercheuse a envoyé à Academia une carte mentale réalisée à partir des notes du brainstorming issues de cette journée : qu’elle en soit remeciée.

Fariba Adelkhah et Kylie Moore-Gilbert toujours emprisonnées

©Stéphanie Samper

La veille de Noël, l’Australienne-Britannique Kylie Moore-Gilbert et la Franco-iranienne Fariba Adlelkhah, ont commencé une grève de la faim et de la soif  pour dénoncer leur maintien en prison. Depuis, nous avons appris que l’époux de Fariba, Robert Marchal, avait été libéré.

Kylie Moore-Gilbert, qui semble plus isolée de Fariba, est emprisonnée depuis octobre 2018. Elle avait pris un avion de Melbourne le 24 août 2018 pour la ville de Qom afin de participer à un programme scientifique sur l’islam à destination des universitaires étranger·es. Elle est arrêtée en août 2018 et condamnée à 10 ans d’emprionnement depuis septembre 2019. Elle a laissé entendre en janvier 2020 que son emprisonnement s’expliquait par son refus de travailler comme espionne pour l’Iran.

Je ne suis pas une espionne, a-t-elle écrit aux autorités de la prison.Je n’ai jamais été une espionne et je n’ai aucun intérêt pour travailler pour aucune organisation d’espionnage pour quelque pays que ce soit. Quand je quitterai l’Iran, je peux être une femme libre et vivre une vie libre, sans me sentir à la merci d’extorsions ou de menaces.

En janvier 2020, Kylie Moore-Gilbert était privée de tout contact avec sa famille et connaissait des conditions de détention insupportables, aux dires des universitaires et des avocats qui la connaissent.

The Guardian, 21 janvier 2020

Dans sa correspondance que The Guardian avait lu en janvier, Kylie Moore-Gilbert écrivait :

“Je suis une femme innocent […] Je pense me trouver au coeur d’un sérieux problème psychologique. Je ne peux plus supporter les pressions de la vie  dans ce quartier aux conditions de détention extrêmement restrictives. Ma situation est rendue encore plus dure en raison de l’interdiction d’avoir des appels téléphoniques avec ma famille. Je m’inquiète beaucoup de leurs réactions à mon verdict mais je ne peux pas leur parler. C’est vraiment inhumain.

Je me trouve dans une solitude totale en Iran. Je n’ai pas d’amis ou de famille et, en plus des souffrances que j’ai endurées ici, je me sens comme si j’avais été abandonnée et oubliée, après avoir fait tant de demandes auprès de mon ambassade, je n’ai toujours pas d’argent pour supporter toute cette situation. (Trad. Christelle Rabier)

Les associations n’ont cessé de dénoncer l’isolement politique dans lequel Kylie Moore-Gilbert s’est trouvée depuis son incarcération, jugeant en janvier que « Rester silencieux, ou traiter la situation avec précaution donne un feu vert pour que l’establishment (justice et police secrète) continue à piétiner les droits humaines sans avoir de comptes à rendre » (Hadi Ghaemi, directeur exécutif du Center for Human Rights in Iran basé à New York).

Kylie Moore-Gilbert n’a pas fait partie des prisonniers libérés par l’Iran en raison de l’épidémie de covid-19, pas davantage de Fariba Adelkhah. Le 30 mars, le comité de soutien de Fariba a écrit à une Lettre à Mme la Ministre Frédérique Vidal à propos de la détention de Fariba Adelkhah.

#FreeFariba

#FreeKylieMooreGilbert

Signez la pétition pour la libération de Kylie Moore-Gilbert

Continuer la lecture

Royaume-Uni, Allemagne : les précaires comme variable d’ajustement en temps de crise

La crise sanitaire en cours en Europe met dans une lumière encore plus crue que les mois passée la situation fragile des hommes et des femmes chargé·es de cours dans les universités européennes, Lumpenproletariat dont la crise supprime les ressources.

Royaume-Uni. La grève des personnels universitaires britanniques contre la précarisation généralisée des personnels a été largement parallèle au mouvement social des universités et labos en lutte. Plus de 50 % des salariés des universités britanniques occuperaient des emplois précaires selon le syndicat UCU. Déjà fin janvier, l’équivalent anglais des Langues O, la SOAS, avait licencié l’ensemble de ses salariés précaires en mettant en avant sa situation financière jugée intenable. L’épidémie de Covid-19, qui a des conséquences budgétaires majeures pour des universités qui vivent très largement de frais d’inscription et notamment des frais payés par les étudiants étrangers, frappe donc les précaires des universités britanniques avec une violence toute particulière. Le Guardian signalait, jeudi 2 avril, que les universités du Sussex, de Bristol et de Newcastle avaient commencé à licencier leurs salariés précaires par dizaines pour ajuster leur masse salariale aux recettes en chute, en attendant de ne pas renouveler les CDD arrivant à échéance dans les semaines à venir, malgré les protestations des syndicats et des étudiants.

https://www.ucu.org.uk/he-action-resources

Extrait de la Our Four Fights campaign de UCU, 2020

En Allemagne, où le Mittelbau (le corps enseignant universitaire hors-statut de professeur) ne bénéficie d’aucun statut de référence comparable à celui de maître de conférences et doit survivre de post-doctorat en chaire junior et de vacation en poste d’assistant auprès d’un mandarin, de nombreux cours seront annulés lors du « semestre d’été » qui devait démarrer vers le 20 avril et qui se déroulera essentiellement en ligne. Certaines président·es, mais aussi des syndicalistes et le réseau des précaires NGA, envisagent publiquement l’hypothèse d’un « non-semestre » (Nichtsemester), sans enseignements ou presque. Il n’y a pas d’année universitaire en Allemagne et la notion même de durée de référence d’un cursus y est d’introduction assez récente, ce qui rend cette hypothèse viable sous réserve d’un accompagnement financier des étudiants, des salariés des universités et des établissements eux-mêmes. Si les président·es cherchent à éviter le Nichtsemester, les précaires du NGA ont publiquement pris position pour cette option, en demandant qu’elle soit adossée à un accompagnement institutionnel et notamment à une prolongation de l’ensemble des contrats en cours.

https://www.flickr.com/photos/jrej/21632775039/in/photolist-yXBCkZ-8wJM6S-oXTBQr-4jNobf-6rZMhi-9jiwWs-2hFxDDX-5bPRp-2d5dQQQ-9hMYaK-avoQNb-34Hys7-fH768N-5F1hRj-HeSxTp-8gi5pW-avnjek-rNuWB-2i4FByG-6d9Cx9-5EVHvD-avoUbL-duDBff-TrejkB-avmcMv-23oJW48-avmdSi-hQZ1oZ-fr9r1J-8hfyCe-8hiPL9-avmfAH-dhfuXJ-4YwLML-cdSAZQ-5Gg62c-avoQyN-6pn8EL-aj7bff-bKEGWi-Uhgy8w-22yGqRG-4wFXtN-6d5txk-2hKddPQ-avoTtE-3aDiDz-2bhXTrn-6d5sQX-4M4R52

« Unser Leben », Walter Womacka (1964) – Haus des Lehrers, Berlin (Photo: GrégoireC, 2015)

Même si les sommes en jeu peuvent paraître considérable, il faut noter que l’État allemand et les Länder, exceptionnellement, semblent prêts à mettre beaucoup d’argent sur la table pour faire face aux conséquences économiques et sociales de la crise, y compris sous la forme d’aides financières directes aux particuliers frappés par les conséquences de l’épidémie. Mais faute de concertation sur le Nichtsemester, la précarité massive des enseignants et la grande flexibilité des cursus allemands est en train de déboucher sur un quasi-Nichtsemester de fait, avec des suppressions d’enseignement massives dans tous les cursus de façon à faire tourner la machine universitaire à bas régime et en ligne. La variable d’ajustement, ici aussi, ce sont les plus précaires, payés à la tâche comme les chargés d’enseignement vacataires français, et dont beaucoup d’enseignements seront suspendus pour le semestre d’été, avec comme conséquence une chute de revenus… qui n’a pas été anticipée dans les accords sur les aides financières directes mises en place par les pouvoirs publics. La radio publique bavaroise vient d’alerter sur le fait qu’à l’heure actuelle, en Bavière tout du moins, les freiberufliche Dozenten — ces chargés de cours vacataires, dont le système allemand ne fait pas semblant de croire qu’ils ont forcément une activité principale hors de l’université — ne sont pas éligibles à ces aides directes et n’auront pas d’autre solution, si leur cours est supprimé, que de demander directement l’allocation Hartz IV, le RSA allemand.

France, Royaume-Uni, Allemagne : trois traditions universitaires dont la différence est proverbiale, mais trois évolutions conjointes vers le culte du management par projets, une dépendance accrue vis-à-vis des financements extérieurs, et un bouleversement de la nature même du métier d’universitaire par la précarisation généralisée. Aujourd’hui, dans ces trois pays, les comptables du naufrage de l’université publique traitent les précaires, qui sont l’université telles que les réformes l’ont redéfinie, comme la variable d’ajustement du choc financier et institutionnel de la pandémie. Cette violence qui laissera des traces souligne la nécessité de regarder comme un enjeu prioritaire le combat pour des statuts protecteurs et pour des garanties matérielles de l’indépendance des universitaires, dans toute l’OCDE.

Liens

Annalisa Bergna, Arianna Gabrieli et Alessia Lai

En passant

Annalisa Bergna, Arianna Gabrieli e Alessia La. Derrière ces trois noms, il y a trois chercheuses de l’équipe qui a isolé la souche du Coronavirus en Italie.

Elles ont un CDD et sont payées moins de 1.200 euros par mois.

Annalisa Bergna, Arianna Gabrieli et Alessia Lai

Source: