Coupes budgétaires antisociales à l’université de Gand : Les syndicats annoncent un plan d’action

Alors que la présidence de l’Université de Gand (UGent) annonce des coupes budgétaires en défaveur des personnels les plus précaires et suite à un premier mouvement de grève dans les crèches, une intersyndicale s’est montée et appelle à la mobilisation de tout le personnel de l’université. Nous publions ici après traduction le message diffusé par les syndicats ACOD (CGSP Centrale Générale des Services Publics), ACV (CSC Confédération des Syndicats chrétiens) et VSOA (SLFP Syndicat Libre de la fonction publique). Une première réunion publique se déroulera le 25 janvier prochain, suivie d’une manifestation le 23 février sur le campus, qui pourrait être suivie par un mouvement de grève.

English version                                                                   in het Nederlands

19 janvier 2022

    • La réduction des congés payés, à un moment où la pression du travail est très élevée et où le repos se révèle essentiel au bien-être
    • La privatisation des services de garde d’enfants, avec un impact dramatique sur les conditions de travail et la qualité des soins
    • Le doublement des frais d’inscription pour les étudiants en doctorat, ce qui met les programmes de doctorat hors de portée de beaucoup d’entre eux
    • Une augmentation substantielle du prix de l’assurance hospitalisation pour les travailleurs âgés et les retraités, précisément ceux pour qui cette assurance est indispensable
    • Une augmentation de 50 % des prix pour le personnel utilisant les restaurants de UGent, ce qui marquera de facto le début de la fin de nos restos étudiants.
    • Une restructuration, dont l’objectif principal semble être la suppression d’emplois.
    • La fermeture du restaurant ‘t Pand, sans envisager la possibilité de créer un restaurant durable qui pourrait être à la fois un modèle pour notre ville et une aide pour le personnel et les visiteurs.
    • L’externalisation des services postaux et de l’entreposage au fournisseur le moins cher, ce qui soulève la perspective désagréable de voir PostNL distribuer notre courrier interne dans un avenir proche.

Chers collègues,

Les mesures ci-dessus ne sont que quelques-unes des mesures de réduction des coûts décidées par le Conseil d’administration mardi dernier. Cette annonce a provoqué une certaine agitation à l’UGent ces derniers jours. Le personnel des crèches, l’un des services menacés de privatisation par le plan, s’est spontanément mis en grève.

Continuer la lecture

Université de Genève: une enquête dévoile un système académique à bout de souffle

Dans un article du 20 janvier 2022, le journal suisse Le Temps analyse le résultat d’une enquête commandée par l’Université de Genève sur la situation professionnelle du corps intermédiaire, c’est-à-dire le personnel non-titularisé (post-doctorant·es, collaborateurs et collaboratrices scientifiques, maître·sses-assitant·es, etc.).

La parole est notamment donnée à Mathilde Matras, membre du comité de l’Association commune du corps intermédiaire des collaborateur·rice·s de l’enseignement et de la recherche (Accorder) à l’Université de Genève. Elle déclare:

«Les conclusions de cette enquête montrent que les problèmes pesant sur les personnels du corps intermédiaire ne sont pas des cas individuels, mais bien un mal structurel»

L’enquête relève aussi un nombre jugé “inquiétant” par le journal suisse de cas de harcèlements: “22% des répondants disent y avoir été confrontés personnellement. Par ailleurs, 3,4% des sondés ont affirmé être victimes de harcèlement sexuel et 12,9% signalent avoir été témoins de tels agissements.”

Mathilde Matras ajoute: “Une grande partie des personnes qui se disent précaires sont âgées de 35 à 40 ans et ont parfois derrière elles sept à huit ans de contrats courts; 50% ne prennent pas l’intégralité de leurs congés et 95% disent travailler sur leur temps libre. Le système académique actuel résume l’excellence scientifique d’un chercheur à sa productivité», commente Mathilde Matras.”

> Pour lire l’article paru dans Le Temps, cliquez ici.

> Pour télécharger l’enquête “Conditions de travail et de carrière du corps intermédiaire à l’Université de Genève”, cliquez ici.

 

 

À Uppsala, l’université ferme le département de neurologie suite à des sérieux problèmes de gestion financière et de harcèlement moral et sexuel

Informée des problèmes touchant à l’environnement de travail insolubles, l’université d’Uppsala a décidé de fermer le département des neurosciences. Plusieurs employés dénoncent une culture du silence et affirment avoir été victimes de harcèlement sexuel, #MeTooESR

Le 29 octobre 2021, la région et la direction de l’université ont fait savoir qu’iels cherchaient une solution qui donne à la recherche et à l’enseignement les meilleures conditions pour continuer à se développer positivement et que la fermeture du département de neuroscience était envisagée.

“L’objectif est de trouver une solution qui renforce les activités dans un nouvel environnement fonctionnel offrant de bonnes conditions pour la poursuite du développement et où les gens se sentent à l’aise et veulent travailler”, *

explique le vice-recteur Mats Larhed, en charge du processus et est en dialogue permanent avec le vice-chancelier.

Le département des neurosciences, créé en 1998, résulte de la fusion de plusieurs petits départements cliniques et précliniques, ce qui était jugé intéressant et positif par les chercheurs de l’époque. Il compte aujourd’hui près de 150 personnes. Plusieurs défis administratifs, tels que les différents systèmes de suivi, ont été résolus au fil des ans, mais certaines difficultés subsistent. Cependant, lors de l’évaluation des environnements de recherche de l’Université, KOF17, réalisée en 2016-2017, il est apparu que le département était aux prises avec des problèmes insolubles d’environnement de travail. Des mesures ont été prises, mais les problèmes ont persisté, affectant, entre autres, la capacité du département à prendre et à mettre en œuvre des décisions. Conflits entre groupe à propos du budget, comportements toxiques qui ont affecté le bien-être et la performance au travai, même si elle n’ont pas concerné l’ensemble du personnel, elles ont eu collectivement un impact négatif sur l’institution qui entendait développer la formation, la recherche et la collaboration.

Biomedicinskt centrum, Upsala Universitët

Au printemps dernier [2021], il a été décidé d’introduire un responsable externe, faute d’accord sur une candidature interne. Lars Rönnblom, ancien chef de service expérimenté dans le domaine scientifique, s’est vu confier cette mission. Après avoir considéré plusieurs options, il a été jugé que la dissolution du département est considérée comme la meilleure solution, tant par la direction de l’Université et celle de la région, que par les employés du département, comme ayant les meilleures chances de résoudre la situation à long terme. En parallèle, les cas personnels ont été examinés ; les personnes concernées se sont vues offrir soutien et accompagnement. Toutefois cette décision n’est pas consensuelle, certains jugeant que cette extrémité n’était pas nécessaire. .

Pour le vice-chancelier adjoint Mats Larhed, interrogé par Anneli Waara,  l’objectif est clair : il faut donner à la recherche et à l’éducation les meilleures conditions possibles.

“Et je tiens à souligner que de grandes parties du département mènent des activités de recherche et d’enseignement de grande qualité, il ne s’agit pas d’une disparition des activités. Nous voulons vraiment trouver une solution pour le bien de tous,”, précise-t-il.

La dissolution du département ne devra pas affecter les groupes de recherche, pas davantage que les cours ou le planning des salles de cours.

Après cette date, une procédure visant la dissolution du département s’est tenue: consultations début novembre, évaluation des risques pour l’environnement de travail le 17 novembre. Le 15 décembre, le comité disciplinaire de la faculté répartit les équipes, afin que le vice-chancelier puisse prendre la décision de fermeture le 16 décembre 2021.

Capture d’écran du site web du Département de neurosciences, Université d’Upsala, 24 décembre 2021

L’université a fait ainsi savoir qu’elle prenait cette décision en raison de tensions “liées aux finances et à des problèmes d’environnement de travail insolubles”. Pourtant selon le journal Dagens ETC, qui a été en contact avec des employés du département, il y a également eu du harcèlement sexuel, des brimades et des abus de pouvoir. Entre autres choses, les doctorantes auraient été classées en fonction de leur sex-appeal et auraient subi des avances malvenues de la part de leurs collègues masculins.

Les personnes auxquelles Dagens ETC a parlé témoignent également d’une culture du silence ; elles ont ressenti la peur de voir leur carrière détruite si elles parlaient ouvertement de leur expérience au sein du Département. Les personnes interrogées parlent également de la façon dont les doctorant·es ont connu un traitement favorable ou défavorable, et ont été menacés de se taire.

Selon l’université, les équipes de recherche et la service de la formation seront incessamment transférées à d’autres départements. Selon le CTE de Dagens, certains chercheurs seront “réaffectés”1

  1. NDLR: doute sur le sens de ce dernier mot : “suspendus”, “licenciés”? []

Le mode hybride à l’université : une normalité dystopique

Dans cet article — plus riche que ce qui en est rapidement résumé ici – Mariya Ivancheva, anthropologue et sociologue de l’enseignement supérieur et du travail universitaire1, , enseignante-chercheure au Royaume-Uni, revient sur la numérisation du travail universitaire et sa précarisation, tendances que la pandémie de Covid-19 n’a fait que renforcer dans les universités du monde entier avec l’installation d’un « modèle plus ou moins hybride de travail ».

Elle souligne en particulier que « les technologies numériques et les modèles de travail hybrides ont remodelé le travail universitaire. Cela s’est produit de plusieurs manières interconnectées, pointant toutes vers une hybridité pré-existante qui exploitait déjà ». La nouvelle conjoncture issue de la pandémie « a mis en lumière deux tendances qui se renforcent mutuellement : (i) la normalisation de la flexibilité du temps de travail et de la présence sur le lieu de travail ; et (ii) l’expansion de notre vie professionnelle dans notre vie hors travail, brouillant les frontières entre les deux. »

« Parler de charges de travail hybrides dans le monde universitaire d’aujourd’hui revient donc à discuter de l’impact de cette réalité sur toutes ces nouvelles subjectivités complexes des travailleurs ainsi que sur celles façonnées par des descriptions de poste […]. Les intitulés de postes tels que “développeurs de programmes”, “conservateurs de contenu en ligne” et “modérateurs de forum MOOC” cachent une main-d’œuvre universitaire de plus en plus fragmentée, précarisée et en partie externalisée. », précise-t-elle.

The Great Quadrangle (Tom Quad), Christ Church, Oxford, England, by Billy Wilson, 2019

Elle évoque les conditions et charges de travail « toxiques » déjà « signalées par des syndicats comme l’University and College Union (UCU) du Royaume-Uni » en 2016, rappelant que « les charges de travail toxiques sont également citées comme la principale raison – à côté de la précarisation croissante, des inégalités (genre et race) et de l’insécurité des retraites et des salaires – qui a alimenté les grèves sectorielles au Royaume-Uni depuis 2018, avec une nouvelle vague commençant en décembre 2021. »

Continuer la lecture

  1. Projet The Unbundled University. Researching Emerging Models in an Unequal Landscape, conjoint avec University of Cape Town, 2016. []

Italie : victoire totale pour Precari Uniti CNR

English below

Le 18 novembre, une occupation permanente au Conseil national italien de la recherche (CNR) a été initiée par ses travailleurs précaires avec  les syndicats afin d’exprimer leur insatisfaction devant l’absence de volonté de mener à bien le processus de stabilisation [de l’emploi]. La mobilisation a eu un fort impact médiatique : un grand nombre d’articles de journaux ont été publiés et plusieurs reportages diffusés. Plusieurs hommes politiques, de différents partis, ont soutenu les travailleurs temporaires. L’ancien premier ministre Giuseppe Conte lui-même a directement interpelé la président du CNR :

“Les ressources économiques sont là ! Le deuxième gouvernement Conte a alloué 22,8 millions dans le décret de relance 2020, 3,3 millions ont été alloués à cette fin dans la loi budgétaire 2021 et 10 millions supplémentaires sont inclus dans la manœuvre en cours de discussion. On ne peut pas parler tous les jours de “jeunes”, d'”avenir” et d'”espoir” et ne pas intervenir de manière décisive sur une question aussi cruciale. Éliminer le chantage à la précarité de leur vie et de celle de nombreuses excellences italiennes est un devoir moral pour toute la classe dirigeante italienne”.

Il a ajouté :

“Investir dans la recherche est une prérogative indispensable pour l’Italie et les deux dernières années de la pandémie ont nouvellement affirmé l’importance de cet investissement au niveau mondial. La recherche est synonyme de développement social et économique, de progrès, de protection de la santé de toute l’humanité. Si elle n’est pas financée, l’espoir d’un meilleur pays mourra”.

Le 30 novembre, le conseil d’administration du CNR a décidé de l’embauche de tous les intérimaires déjà inscrits dans les classements du concours effectué en 2018 (ces classements arrivaient à échéance dans quelques jours) ! C’est un grand succès pour le mouvement “Precari Uniti CNR”, rendu possible grâce à la motivation, l’unité des participant·s et la coordination. Malheureusement, le précariat historique au CNR n’est pas encore anéanti car les concours pour le recrutement de techniciens et d’administrateurs n’ont pas encore été annoncés. En outre, près d’une centaine de chercheurs attendent leur embauche : ils ont les mêmes exigences que le personnel embauché à la fin de 2017, sauf qu’il y a un hiatus entre le début de leur contrat et la date d’entrée en vigueur de la loi italienne qui a permis de commencer le processus de stabilisation (Dlgs.75/17 de 2017 dite ” legge Madia “). Actuellement le gouvernement italien discute d’une réforme du recrutement pour lutter contre le précariat, d’autres travailleurs disposant déjà des conditions établies par la “legge Madia” pour leur stabilisation. Il serait donc souhaitable que le CNR annonce de nouveaux concours réservés aux travailleurs temporaires.Stay tuned!

Precari Uniti CNR – trad. Ch. Rabier d’après Deepl

Twitter : @PrecariUnitiCNR
Facebook : Precari Uniti CNR
Instagram : precariuniti.cnr

Continuer la lecture

“Faire la grève est notre dernier moyen pour réparer notre système universitaire cassé”: grève dans 58 établissements d’enseignement supérieur britanniques

58 établissements d’enseignement supérieur ont commencé une grève dont les revendications portent sur les salaires, les conditions de travail, les inégalités salariales hommes-femmes, les charges de travail trop lourdes et l’insécurité de l’emploi, affectant un million d’étudiant·es. 42, dont Imperial College, London, sont également en grève pour leurs retraites.

Les vice-chancellors (équivalent de président·e), jugeant que le mouvement est dirigé  par une minorité de “gauchistes”, ne montrent aucune volonté de négotiation. Les syndicats étudiants, quant à eux, soutiennent la grève. Selon un sondage, 78% des étudiant’es soutiennent la grève, tandis que 9% s’y opposent. À Londres, les étudiant·es se joignent à la manifestation des grévistes universitaires ce vendredi 3 décembre 2021 à Londres.

Grève à SOAS, University of London. Photo: Naaz Rashid, 2 novembre 2021

Les universités prestigieuses n’attirent plus les chercheurs et les chercheuses, en raison de l’insécurité de l’emploi, selon Times Higher Education

Alors que les universités britanniques s’apprêtent à connaître à partir du 1er décembre une grève historique, en faveur des salaires, des retraites et des conditions de travail, la vice-chancelière de Cardiff Metropolitan University précise que le désir de travailler pour des universités prestigieuses s’affaiblit, dans certains cas, à cause de leur utilisation massive de contrats à court terme.

Pour lire l’article

En Italie, les précaires occupent le Conseil national de la recherche jusqu’à nouvel ordre

English below

Depuis le 18 novembre [2021], le Conseil national scientifique italien (CNR), soit la plus grande institution de recherche1 en Italie est occupée de manière continue par les syndicats et par des représentant·es des “Precari Uniti” (Précaires unis). “Precari Uniti” est un mouvement spontané, né en 2016, qui rassemble plusieurs centaines de travailleurs et travailleuses temporaires du CNR (chercheurs et chercheuses, technicien·nes et employé·es administratifves).

Pour quelles raisons ?

Le 18 novembre, le directeur général du CNR,  Dr G. Colpani a brièvement rapporté aux syndicats le projet du CNR : le CNR n’utilisera que 3,3 millions d’euros en vue de prolonger les contrats de seulement 50-60 travailleurs et travailleuses temporaires parmi les 400 personnes qui peuvent y prétendre. Ces dernières y ont le droit à la suite de concours réservés qui se sont tenus en 2018, dans les même domaines stratégiques de l’ERC, dans le cadre de la loi italienne Dlgs.75/17 de 2017, connue sous le nom de “loi Madia”. Les classements, obtenus lors de ces concours, expireront en décembre prochain. Sans poste permanent, ces travailleurs et travailleuses seront exclu·es du système de recherche italien. Leurs contrats de recherche ne peuvent être renouvelés au-delà de la sixième année, selon une autre loi italienne. Qui plus est, en réalité, la chance d’avoir un contrat à durée déterminée — similaire à un poste permanent au vu des protections de l’emploi — est presque impossible au CNR.

Les syndicats considèrent la décision du CNR “immorale, absurde, incompréhensible et inacceptable”. En prenant en compte qu’il y a près de 33 millions d’euros disponibles, financés par différentes lois ayant l’objectif d’élever le niveau de la recherche italienne. Pour parachever le tout, le même directeur avait rassuré les syndicats il y a un mois, à l’occasion d’une réunion, sur le fait que le processus de stabilisation serait bien mis en œuvre. Au cours de la même réunion, il avait même indiqué le calendrier de la procédure !

Dans ce moment historique, alors que le monde fait face à une pandémie et à la crise climatique, tout le monde a pu prendre conscience de l’importance des activités de recherche. Les hommes et femmes politiques eux-mêmes soutiennent notre cause et font pression pour que le processus de stabilisation s’achève à la fin de décembre 2021.

“Precari Uniti” maintiendra la mobilisation syndicale jusqu’à ce qe toutes celles et ceux qui peuvent prétendre à une stabilisation soient effectivement recruté·es.

Suivez nous !

Precari Uniti CNR

Twitter: @PrecariUnitiCNR
Facebook: Precari Uniti CNR
Instagram: precariuniti.cnr

English version

Continuer la lecture

  1. NDLR ie sans enseignement []

L’association Memorial menacée de dissolution

Pour soutenir Mémorial, signer la pétition

Les locaux de l’ONG Mémorial à Moscou fermés par des menottes, jeudi soir, 11 novembre 2021. (Mémorial)


Communiqué de Memorial-Paris

Paris, 12 novembre 2021

Le 11 novembre, le Procureur Général de la Fédération de Russie a déposé, devant la Cour Suprême, une demande de dissolution de l’ONG Memorial-International au prétexte que celle-ci

“viole systématiquement la loi ( …) et le droit international (sic) par ses activités”.

Cette offensive vise à éliminer l’ONG la plus emblématique de la société civile russe qui, depuis 1989, lutte sans relâche contre toutes les atteintes aux droits humains en Russie et œuvre à une meilleure connaissance et à la préservation de la mémoire des répressions de masse et des crimes staliniens, grâce à ses activités de recherche, ses publications, ses projets pédagogiques et culturels, développés en partenariat avec des institutions universitaires et culturelles russes et étrangères. Elle s’inscrit dans le droit fil de la politique engagée depuis une dizaine d’années, en particulier depuis la tristement célèbre loi de 2012 sur les « agents de l’étranger » (ce terme désignant toutes les ONG recevant un financement international) qui oblige, entre autres, ces ONG, à marquer sur toutes ses activités, documents, correspondance, la mention « Agent étranger ». Memorial-International et ses branches régionales ont fait l’objet, ces derniers temps, de pressions croissantes de la part des autorités : perquisitions et contrôles fiscaux à répétition, campagnes de dénigrement dans les médias, amendes astronomiques pour « non- respect de l’affichage de la mention d’agent étranger », menaces contre ses membres. Plusieurs de ses responsables ont été arrêtés et condamnés à de lourdes peines d’emprisonnement.

Continuer la lecture

Les universitaires suisses contre la banalisation de l’extrême-droite

Tuna Altinel de retour à Lyon !

Ami-e-s Solidaires,

Le vendredi 11 juin 2021, après 2 ans et 2 mois de séjour forcé en Turquie, je suis rentré à Lyon. C’est la victoire d’un combat solidaire et
de longue haleine. Je vous en remercie infiniment.
Je tiens à rappeler que cette victoire ne sonne pas la fin de ce combat. La décision du tribunal administratif qui m’a permis de récupérer mon passeport
est en appel. Une décision tardive ou négative de la cour d’appel risque de m’imposer une vie d’exilé en France. Gardons notre vigilance, restons actifs.Dans le monde où nous vivons, où les valeurs démocratiques sont sans cesse menacées, agressées partout, il y a encore une multitude de combats
qui nous attendent.

Solidairement,

Tuna Altınel

Friends in Solidarity,

On friday june 11th 2021, after 2 years and 2 months of retention in Turkey, I was back to Lyon. This is the victory of a longstanding solidarity
and struggle. I thank you infinitely.

I emphasize that despite this victorious achievement, this struggle has not yet reached its final point. The decision of the administrative court
that allowed me to obtain my passport has been appealed. A late or negative decision of the appeals court will force me to an exile in France.
We keep our vigilance, we remain active.

In this world, our sole living place, democratic values are incessantly threatened and aggressed wherever we are. Many more struggles are
in front of us.

In solidarity,

Tuna Altınel

Soulèvement de l’ESR allemand : #IchbinHanna

Depuis mercredi dernier, 10 juin 2021, nous assistons à un embrasement général de l’enseignement supérieur et la recherche en Allemagne, suite à une vidéo postée sur Twitter par le laboratoire Autrichien Böttcher (groupe de recherche en chimie basé à Vienne et Constanz. Cette vidéo realisée par le Ministère de l’éducation et de la recherche fédéral allemand BMBF se présente comme un tutoriel d’information pour les chercheurs et chercheuses en début de carrière ; il y met en scène une jeune universitaire fictive prénommée Hanna, qui joue le rôle d’une doctorante à qui sont accordées six années de financement pour stimuler l’innovation à l’universitaire. Hanna n’est pas seulement une jeune femme qui a réussi à faire la preuve de son intelligence en terminant son doctorat en trois ans ; elle stimule également l’innovation dans le paysage universitaire allemand avant l’expiration des six ans. Nous devrions tous être fiers du choix difficile, mais conscient, d’embrasser la carrière universitaire que fait Hanna; car elle utilise à bon escient ces six généreuses années sans encombrer (sic!) le système, afin que d’autres jeunes diplômé∙es prometteuses puissent faire exactement la même chose pour servir la société et stimuler l’innovation.

La shitstorm est devenue une “tendance”, restant parmi les 10 premières tendances pendant plusieurs heures le 10 juin (capture d’écran le soir du 10 juin 2021 sur Twitter, Crédit: C. Blanchet).

Comme on peut l’imaginer, 92% des universitaires en Allemagne, qui survivent dans un marché compétitif défini par des lois néolibérales et des contrats temporaires, ne sont pas restés sans rien faire : iels ont aussitôt déclenché  un formidable shitstorm sur les réseaux sociaux. Le nombre de tweets a atteint son maximum vendredi 11 juin, mais la campagne continue sous le hachetague #IchbinHanna (#JesuisHanna) depuis, avec le soutien de chercheurs et chercheuses du monde entier.

Avec l’aide de  plusieurs twitt@s qui se sont saisi∙es de l’occasion pour publier des éclaircissements sur les particularités du système allemand, je vous propose un résumé des récentes lois du travail et les inquiétudes qu’elles suscitent.

Capture d’écran de la vidéo réalisée par le BMBF, où figure Hanna, la jeune chercheuse à succès.

La European Humanities University (Lithuanie) exige la libération immédiate de l’étudiante Sofia Sapega

Communiqué de la European Humanities University, 24.05.2021.

Le 23 mai, lors d’un atterrissage forcé du vol FR 4978 (Athènes-Vilnius) à Minsk, Sofia Sapega, étudiante à l’European Humanities University (EHU), a été arrêtée.

Sofia Sapega est une citoyenne russe qui étudie droit international et droit de l’Union européenne à l’EHU. Alors qu’elle rentrait de vacances avec son compagnon, Sofia se préparait à la soutenance de son mémoire de maîtrise à Vilnius. À la suite d’une opération de diversion menée par les autorités biélorusses, l’étudiante a été placée en détention par l’administration du comité d’enquête de la ville de Minsk pour des motifs sans fondement et inventés de toutes pièces. Les camarades de Sofia et les membres du corps enseignant affirment que l’étudiante est appréciée en raison de ses résultats scolaires et de sa réputation au sein de la communauté de l’EHU.

L’université insiste pour fournir une assistance consulaire immédiate à Sofia. En outre, l’EHU fait appel aux partenaires internationaux, aux donateurs et aux défenseurs des droits humains pour aider à libérer Sofia. L’Université reste en contact avec la famille de l’étudiante.

La communauté de l’EHU condamne catégoriquement l’impunité des autorités biélorusses et exige, de la part de la Biélorussie, le respect des obligations internationales ainsi que la garantie des droits et libertés des citoyens et citoyennes, comme le prévoit la Constitution biélorusse. Nous restons solidaires de tous et toutes les Biélorusses détenus illégalement et de celles et ceux qui subissent une persécution politique. Nous protestons contre la détention injustifiée de Sofia Sapega, membre de la communauté de l’EHU.

Actuellement, parmi les prisonniers politiques reconnus en Biélorussie figurent les étudiantes et étudiants de l’EHU Maryja (Marfa) Rabkova, Akihiro Gaevski-Hanada, et les diplômés Mikalai Dziadok et Wlodzimierz Malachowski.

Pour lire le communiqué de presse original en anglais cliquez ici.

Käthe Leichter. La conscience et la raison

Dr. Käthe Leichter avec ses fils, Franz et Heinz. Crédit: DÖW Dokumentationsarchiv des Österreichischen Widerstandes [Centre de documentation de la résistance autrichienne)

Le coeur a ses raisons que la Raison se doit de reconnaitre. Dans les dernières décennies du XIXe siècle cette affirmation, portée au premier plan par la philosophie de Schopenhauer, se posait en contre-vérité à la pensée néo-kantienne qui dominait et domine encore le scientisme européen : révolte à la fois intellectuelle et éthique contre la stricte séparation du perçu et de l’induction, affirmation du rôle du temporel et du social contre la prétendue pureté de la science. À Vienne cette révolte prend place sous l’égide de Sigmund Freud, Ludwig Boltzmann, Albert Einstein, Ernst Mach, du juriste Hans Kelsen, et d’un marxisme qui se veut plus social que scientifique, préoccupé par la question de l’intégration de la subjectivité humaine à l’être social.

Encore jeune, Käthe Leichter s’était liée d’amitié avec Anna Freud, la fille de Sigmund, qui allait bouleverser la compréhension de l’autonomie psychique des enfants. Après avoir triomphé de la loi qui interdisait aux femmes l’accès à la faculté de sciences politiques, Leichter dut pourtant partir en Allemagne à Heidelberg pour finir son doctorat. Dans les dernières années de la Première Guerre elle rejoignit le mouvement des conseils ouvriers en Autriche.

Interdite de séjour en Allemagne, elle obtint par exception son doctorat avec la plus haute distinction sous la direction de Max Weber, professeur d’économie. Weber lui-même n’était pas en accord avec les jeunes militants dont faisaient partie, entre autre, Leichter et le poète Ernst Toller, mais envers et contre les autorités il fit tout son possible pour les protéger et pour soutenir la pluralité des opinions — la fameuse “neutralité axiologique” pratique. 

Plus tard, Leichter fut invitée par son ancien professeur à Vienne, Carl Grünberg, à enseigner à la prestigieuse École de Francfort, poste qu’elle refusa. Contrairement à la gauche allemande, après la chute de l’Empire les socialistes et les progressistes autrichiens sacrifiaient leurs différends théoriques pour faire avancer l’urbanisme, la santé, l’aide sociale à Vienne, surnommée “Vienne-la-Rouge.” Leichter fut brièvement conseillère d’Otto Bauer, chef de fait du Parti Social-Démocrate Autrichien (SDAP), puis collaboratrice régulière du quotidien du Parti et de son organe théorétique, et enfin Referentin für Frauenarbeit, Kammer für Arbeiter und Angestellte (conseillère pour le travail des femmes à la Chambre du travail et des employés de Vienne). Leichter fut une des premières à initier la psychologie sociale, qui accordait les données subjectives de la psychologie individuelle avec l’empirisme le plus rigoureux quant à la collection des données. Ce système devait aboutir à l’œuvre classique de Marie Jahoda, Paul Lazarsfeld et Hans Zeisel, « Les Chômeurs de Marienthal » [1933], parrainé par la Chambre du travail de Vienne.

C’est pendant ces années de crise que Jahoda, Leichter, Wilhelm Reich et d’autres se concentrent sur le cercle vicieux de la dégradation politique et de la régression psychologique, considérant l’apathie et le désespoir des jeunes et des classes ouvrières comme des manifestations éminemment politiques. À la prise du pouvoir par les Austro-fascistes le 12 février 1934, Leichter entra dans la clandestinité et prit en charge le Revolutionären Sozialisten Österreichs (Conseil d’éducation des Socialistes révolutionnaires). En mai 1938 elle est se livre elle-même à la Gestapo à la suite d’un chantage abject: les Nazis menaçaient sa mère si elle ne se livrait pas. Internée à Ravensbrück, elle discutait souvent avec la résistante Rosa Jochmann de cette décision, tout-à-fait conforme à son sens du devoir. Elle fut exécutée en mars 1942.

L’Histoire n’est pas une science où les actions correctes sont entérinées par les bons résultats. Pourtant le fils ainé, Franz Leichter, est un ancien homme politique à New York, connu pour avoir fait passer la première loi autorisant l’avortement aux USA.