Petition. The Assault on Universities

Alors que la plus grande menace plane sur l’emploi dans les universités britanniques, menacées d’un plan social d’envergure pour compenser les pertes de revenus générés par les étudiant·es étranger·es, des universitaires britanniques lancent un manifeste de résistance contre les nouvelles attaques contre les univertés. Voici le lien vers la pétition, reproduite ci-dessous. 

The New Assault on Universities:
A Manifesto for Resistance in Covid Times

4 May 2020

Our higher education system was in crisis before the coronavirus emerged. It now risks collapse.

Before the pandemic, a quarter of all universities were already in deficit – the result of unregulated competition in the sector that was unleashed in order to construct a higher education market. This has led to increased instability, far higher levels of government and student debt following the trebling of fees and introduction of loans in 2012, and the emergence of a corporate mentality and market logic that puts higher education at odds with its status as a public good. As the Public Affairs Committee put it in 2018, the ‘Higher Education market [is] not working in interests of students or taxpayers’.

Universities have been effectively privatised – dependent on tuition fees and accommodation revenue and, increasingly, reliant on income from international students.

The UK comes bottom of OECD countries in relation to the proportion of public spending as part of overall spending on tertiary education. Only 25% of its spending on higher education comes from the public purse, a mere 0.5% of GDP. Compare this to the US where 35% of spending on tertiary education comes from the government or 97% as in the case of Finland.

Covid-19 is going to intensify the problems that were already there. International – and possibly home – students are likely to sit out the year leading to a ‘black hole’ of at least £2.5 billion in the sector producing enormous operating deficits and heaping yet more stress on an already creaking system.

Yet much like the pandemic itself, we are not all in this together. Universities are ‘hoarding’ some £44 billion of reserves, with Oxford and Cambridge alone sitting on almost £21 billion of wealth, and the sector as a whole regularly runs a surplus over more than £1 billion.

Management teams are now drawing up contingency plans and recovery packages and are set to announce mass redundancies, pay and recruitment freezes, promotion pauses and programme cuts. Again, as with the pandemic, the axe will not fall evenly with casualised workers, BME staff and women set to bear the greatest brunt of the cuts.

Many employers will attempt to take advantage of the pandemic to institutionalise a form of ‘shock higher education’ where online delivery becomes standard, where surveillance becomes routine, where precarity becomes acceptable, where the right to a pension becomes obsolete and where funding becomes ever more tied to employability.

Our response has to be national and local, short-term and far-sighted, practical and visionary. We need a set of actions based around solidarity with the most vulnerable and a commitment that the burden should be borne by those most able to bear it: institutional reserves should be used; excessive salaries of vice-chancellors and senior staff cut dramatically; vanity capital expenditure projects suspended; marketing budgets and the use of consultants scaled right back; government intervention as described below.

We will need to resist the imposition of a ‘new normal’. In the immediate future, we need to collectivise the risk of redundancy by demanding that instead of job cuts, we have smaller classes; instead of sacking hourly-paid staff, we should make sure that excessive salaries are curbed and the money used for contract extensions for casualised staff; instead of scrapping research leave for the year, we should use this time to investigate the political, economic and cultural challenges posed by coronavirus.

Higher education is at the centre of the scientific and critical response to Covid-19. It is not just another industry like aviation and energy. Instead it needs a full bail-out and a massive increase in public funding. We have to reject a return to the ‘old normal’ of cut-throat competition, market logic, endless bureaucracy and rampant managerialism.

Thus we also need to build a radical new settlement for the period following Covid-19. The scale of this crisis provides an opportunity to undo the damage that the market has caused in the last decade: to restore free education accessible to all as a vital public good; to reintroduce incentives, like the Education Maintenance Allowance, for marginalised communities to study; to restructure higher education so that it is no longer dependent on casualised and zero-hours contracts; and to abolish the gender and race pay gaps that remain endemic throughout the sector.

Higher education is on the brink. This is a time for imagination, solidarity and resistance.

https://www.thecanary.co/uk/news/2020/02/03/74-uk-universities-to-strike-over-pay-and-pensions/

(c) The Canary, 3 février 2020

THE MANIFESTO

Continuer la lecture

Solidarité avec les précaires. Initiatives étrangères

Twitter, 5 mai 2020

Alors que la perspective de faire cours à distance à la rentrée se précise, avec moins d’étudiant·es et plus d’étudiant·es étranger·es, les universités « de service », dont l’équillibre financier repose sur les frais d’inscription, procèdent à des licenciements massifs des casual staff ou adjuncts.

Des collectifs s’organisent pour essayer de préserver la communauté professionnelle, dont font partie intégrantes les précaires, à l’instar de la vidéo réalisée par les personnels de la City Université of New York.

Vers l’autonomie des Universités des étudiant∙es ? Le salaire étudiant comme outil de lutte contre la précarité : comparaisons européennes

  • par Léa Alexandre, étudiante en Master Politiques et gestions de la culture en Europe, Institut d’Études Européennes, Université de Paris-8

Le 8 novembre 2019, un étudiant de 22 ans s’immole devant le bâtiment du CROUS de Lyon-2 où il étudie, après avoir publié un long message sur le réseau social facebook dans lequel il dénonce les éléments qui l’ont poussé à faire ce geste. Le troisième paragraphe de sa publication revendique la mise en place d’un salaire universel étudiant : « Je reprends donc une revendication de ma fédération de syndicats aujourd’hui, avec le salaire étudiant et, d’une manière plus générale, le salaire à vie, pour qu’on ne perde pas notre vie à la gagner », réactivant ainsi un des leitmotivs des milieux militants étudiants français. De nombreux média et détracteurs ont dénoncé un réemploi par l’extrême gauche d’ « un drame singulier », à l’instar de Jean-Francis Pécresse dans « Pas de salaire pour étudier » (Les Échos, 13 novembre 2019), qui souligne à quel point la France est pionnière en matière d’aides sociales pour ses étudiants.

Figure 1. Source – “Enquête sur les conditions de vie des étudiant.e.s.”, Observatoire national de la vie étudiante, 2016.

Or en France, selon une étude  faite par l’Observatoire national de la vie étudiante publiée en 20161, 22,7 % des étudiant∙es disent avoir connu des grandes difficultés durant l’année, parmi lesquel∙les seulement 45% affirment avoir pu couvrir leurs besoins mensuels. En outre, un∙e étudiant∙e sur deux travaille et considère que cela est indispensable pour vivre. Selon un rapport de l’INSEE réalisé en 20162, 20% des étudiants vivent en dessous du seuil de pauvreté, et ce malgré la bourse ou les aides familiales. Selon une enquête sur la santé des étudiants menée par l’Observatoire national de la vie étudiante en 20183, près d’un tiers des étudiants ne se soignent pas par faute de moyens. Il peut s’étonner alors que, sur l’année 2018/2019, le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) annonçait 38% des étudiants étaient boursiers4. La bourse n’est-elle alors pas suffisante ? Qu’apporterait un salaire universel étudiant ? Permettrait-il de garantir l’égalité des chances ? Est-ce une utopie budgétaire comme le souligne nombre de ses détracteurs ? Pourquoi n’a-t-elle pas été mise en place en France alors qu’elle est évoquée par les milieux militants étudiants depuis la charte de Grenoble en 1946 ? Que peut-on retenir des exemples scandinaves ?

Figure 2. Source – “Repères sur la santé des étudiants”, Observatoire national de la vie étudiante, 2018.

Deux analyses peuvent contribuer à répondre à ces questions : la première considère les raisons de l’échec d’un revendication historique par les milieux étudiants militants, de la rémunération étudiante ; la seconde analysera l’ « utopie budgétaire » que le salaire étudiant représente, à partir des exemples scandinaves qui le pratique, en examinant les différentes critiques dont il fait l’objet.

La rémunération étudiante : une revendication ancienne dans les milieux militants

La question de la mise en place d’une rémunération étudiante est apparue très tôt dans les milieux militants universitaires. Tantôt nommée “présalaire”, “salaire étudiant”, “allocation d’autonomie”, “allocation d’études”, elle a figuré de manière omniprésente dans les débats concernant la valorisation du statut d’étudian∙et, statut transitoire entre le jeune scolarisé et le jeune salarié qui peine à trouver sa place dans le système néolibéral. Au moment de l’après-guerre, les discussions autour de cette rémunération du travail étudiant se sont cristallisés lors d’un congrès de l’UNEF en 1946 où a été réalisée la charte de Grenoble revendiquant cet adage : “un étudiant est un jeune travailleur intellectuel”, présentant alors le salariat comme un droit pour l’étudiant∙e. Il s’agissait ainsi pour l’UNEF de conduire à la reconnaissance de l’étudiant∙e comme travailleur∙se∙, de faire reconnaître l’existence d’une population étudiante nombreuse et qualifiée, et de valoriser ce qu’elle apporte à la société. Pour se faire, il a été question de défendre la valeur sociale du travail étudiant, qui bénéficie à l’individu et à la société, tout comme le travail d’un salarié a une valeur productive qui bénéficie à la société. Continuer la lecture

  1. « Enquête sur les conditions de vie des étudiant.e.s. », Observatoire national de la vie étudiante, 2016. (voir fig. 1. []
  2. Revenu, niveau de vie et pauvreté en 2016, INSEE, réalisé en 2016 et publié le 20 décembre 2018. []
  3. « Repères sur la santé des étudiants », Observatoire national de la vie étudiante, 2018. []
  4. MESRI, “Les boursiers sur critères sociaux en 2018/2019”, Note Flash n°19, publié en octobre 2019. []

Précarité et diversité dans l’enseignement supérieur en Allemagne… parlons-en !

Un groupe de chercheur·es s’est réuni à Cologne le 6 mars 2020 pour former une sorte alliance symbolique avec les grèves ayant cours en France et au Royaume-Uni.

Le groupe diversity precarious lutte, depuis l’Allemagne, contre la poussée néolibérale dans le monde universitaire.

Une chercheuse a envoyé à Academia une carte mentale réalisée à partir des notes du brainstorming issues de cette journée : qu’elle en soit remeciée.

Fariba Adelkhah et Kylie Moore-Gilbert toujours emprisonnées

©Stéphanie Samper

La veille de Noël, l’Australienne-Britannique Kylie Moore-Gilbert et la Franco-iranienne Fariba Adlelkhah, ont commencé une grève de la faim et de la soif  pour dénoncer leur maintien en prison. Depuis, nous avons appris que l’époux de Fariba, Robert Marchal, avait été libéré.

Kylie Moore-Gilbert, qui semble plus isolée de Fariba, est emprisonnée depuis octobre 2018. Elle avait pris un avion de Melbourne le 24 août 2018 pour la ville de Qom afin de participer à un programme scientifique sur l’islam à destination des universitaires étranger·es. Elle est arrêtée en août 2018 et condamnée à 10 ans d’emprionnement depuis septembre 2019. Elle a laissé entendre en janvier 2020 que son emprisonnement s’expliquait par son refus de travailler comme espionne pour l’Iran.

Je ne suis pas une espionne, a-t-elle écrit aux autorités de la prison.Je n’ai jamais été une espionne et je n’ai aucun intérêt pour travailler pour aucune organisation d’espionnage pour quelque pays que ce soit. Quand je quitterai l’Iran, je peux être une femme libre et vivre une vie libre, sans me sentir à la merci d’extorsions ou de menaces.

En janvier 2020, Kylie Moore-Gilbert était privée de tout contact avec sa famille et connaissait des conditions de détention insupportables, aux dires des universitaires et des avocats qui la connaissent.

The Guardian, 21 janvier 2020

Dans sa correspondance que The Guardian avait lu en janvier, Kylie Moore-Gilbert écrivait :

“Je suis une femme innocent […] Je pense me trouver au coeur d’un sérieux problème psychologique. Je ne peux plus supporter les pressions de la vie  dans ce quartier aux conditions de détention extrêmement restrictives. Ma situation est rendue encore plus dure en raison de l’interdiction d’avoir des appels téléphoniques avec ma famille. Je m’inquiète beaucoup de leurs réactions à mon verdict mais je ne peux pas leur parler. C’est vraiment inhumain.

Je me trouve dans une solitude totale en Iran. Je n’ai pas d’amis ou de famille et, en plus des souffrances que j’ai endurées ici, je me sens comme si j’avais été abandonnée et oubliée, après avoir fait tant de demandes auprès de mon ambassade, je n’ai toujours pas d’argent pour supporter toute cette situation. (Trad. Christelle Rabier)

Les associations n’ont cessé de dénoncer l’isolement politique dans lequel Kylie Moore-Gilbert s’est trouvée depuis son incarcération, jugeant en janvier que « Rester silencieux, ou traiter la situation avec précaution donne un feu vert pour que l’establishment (justice et police secrète) continue à piétiner les droits humaines sans avoir de comptes à rendre » (Hadi Ghaemi, directeur exécutif du Center for Human Rights in Iran basé à New York).

Kylie Moore-Gilbert n’a pas fait partie des prisonniers libérés par l’Iran en raison de l’épidémie de covid-19, pas davantage de Fariba Adelkhah. Le 30 mars, le comité de soutien de Fariba a écrit à une Lettre à Mme la Ministre Frédérique Vidal à propos de la détention de Fariba Adelkhah.

#FreeFariba

#FreeKylieMooreGilbert

Signez la pétition pour la libération de Kylie Moore-Gilbert

Continuer la lecture

Royaume-Uni, Allemagne : les précaires comme variable d’ajustement en temps de crise

La crise sanitaire en cours en Europe met dans une lumière encore plus crue que les mois passée la situation fragile des hommes et des femmes chargé·es de cours dans les universités européennes, Lumpenproletariat dont la crise supprime les ressources.

Royaume-Uni. La grève des personnels universitaires britanniques contre la précarisation généralisée des personnels a été largement parallèle au mouvement social des universités et labos en lutte. Plus de 50 % des salariés des universités britanniques occuperaient des emplois précaires selon le syndicat UCU. Déjà fin janvier, l’équivalent anglais des Langues O, la SOAS, avait licencié l’ensemble de ses salariés précaires en mettant en avant sa situation financière jugée intenable. L’épidémie de Covid-19, qui a des conséquences budgétaires majeures pour des universités qui vivent très largement de frais d’inscription et notamment des frais payés par les étudiants étrangers, frappe donc les précaires des universités britanniques avec une violence toute particulière. Le Guardian signalait, jeudi 2 avril, que les universités du Sussex, de Bristol et de Newcastle avaient commencé à licencier leurs salariés précaires par dizaines pour ajuster leur masse salariale aux recettes en chute, en attendant de ne pas renouveler les CDD arrivant à échéance dans les semaines à venir, malgré les protestations des syndicats et des étudiants.

https://www.ucu.org.uk/he-action-resources

Extrait de la Our Four Fights campaign de UCU, 2020

En Allemagne, où le Mittelbau (le corps enseignant universitaire hors-statut de professeur) ne bénéficie d’aucun statut de référence comparable à celui de maître de conférences et doit survivre de post-doctorat en chaire junior et de vacation en poste d’assistant auprès d’un mandarin, de nombreux cours seront annulés lors du « semestre d’été » qui devait démarrer vers le 20 avril et qui se déroulera essentiellement en ligne. Certaines président·es, mais aussi des syndicalistes et le réseau des précaires NGA, envisagent publiquement l’hypothèse d’un « non-semestre » (Nichtsemester), sans enseignements ou presque. Il n’y a pas d’année universitaire en Allemagne et la notion même de durée de référence d’un cursus y est d’introduction assez récente, ce qui rend cette hypothèse viable sous réserve d’un accompagnement financier des étudiants, des salariés des universités et des établissements eux-mêmes. Si les président·es cherchent à éviter le Nichtsemester, les précaires du NGA ont publiquement pris position pour cette option, en demandant qu’elle soit adossée à un accompagnement institutionnel et notamment à une prolongation de l’ensemble des contrats en cours.

https://www.flickr.com/photos/jrej/21632775039/in/photolist-yXBCkZ-8wJM6S-oXTBQr-4jNobf-6rZMhi-9jiwWs-2hFxDDX-5bPRp-2d5dQQQ-9hMYaK-avoQNb-34Hys7-fH768N-5F1hRj-HeSxTp-8gi5pW-avnjek-rNuWB-2i4FByG-6d9Cx9-5EVHvD-avoUbL-duDBff-TrejkB-avmcMv-23oJW48-avmdSi-hQZ1oZ-fr9r1J-8hfyCe-8hiPL9-avmfAH-dhfuXJ-4YwLML-cdSAZQ-5Gg62c-avoQyN-6pn8EL-aj7bff-bKEGWi-Uhgy8w-22yGqRG-4wFXtN-6d5txk-2hKddPQ-avoTtE-3aDiDz-2bhXTrn-6d5sQX-4M4R52

« Unser Leben », Walter Womacka (1964) – Haus des Lehrers, Berlin (Photo: GrégoireC, 2015)

Même si les sommes en jeu peuvent paraître considérable, il faut noter que l’État allemand et les Länder, exceptionnellement, semblent prêts à mettre beaucoup d’argent sur la table pour faire face aux conséquences économiques et sociales de la crise, y compris sous la forme d’aides financières directes aux particuliers frappés par les conséquences de l’épidémie. Mais faute de concertation sur le Nichtsemester, la précarité massive des enseignants et la grande flexibilité des cursus allemands est en train de déboucher sur un quasi-Nichtsemester de fait, avec des suppressions d’enseignement massives dans tous les cursus de façon à faire tourner la machine universitaire à bas régime et en ligne. La variable d’ajustement, ici aussi, ce sont les plus précaires, payés à la tâche comme les chargés d’enseignement vacataires français, et dont beaucoup d’enseignements seront suspendus pour le semestre d’été, avec comme conséquence une chute de revenus… qui n’a pas été anticipée dans les accords sur les aides financières directes mises en place par les pouvoirs publics. La radio publique bavaroise vient d’alerter sur le fait qu’à l’heure actuelle, en Bavière tout du moins, les freiberufliche Dozenten — ces chargés de cours vacataires, dont le système allemand ne fait pas semblant de croire qu’ils ont forcément une activité principale hors de l’université — ne sont pas éligibles à ces aides directes et n’auront pas d’autre solution, si leur cours est supprimé, que de demander directement l’allocation Hartz IV, le RSA allemand.

France, Royaume-Uni, Allemagne : trois traditions universitaires dont la différence est proverbiale, mais trois évolutions conjointes vers le culte du management par projets, une dépendance accrue vis-à-vis des financements extérieurs, et un bouleversement de la nature même du métier d’universitaire par la précarisation généralisée. Aujourd’hui, dans ces trois pays, les comptables du naufrage de l’université publique traitent les précaires, qui sont l’université telles que les réformes l’ont redéfinie, comme la variable d’ajustement du choc financier et institutionnel de la pandémie. Cette violence qui laissera des traces souligne la nécessité de regarder comme un enjeu prioritaire le combat pour des statuts protecteurs et pour des garanties matérielles de l’indépendance des universitaires, dans toute l’OCDE.

Liens

Annalisa Bergna, Arianna Gabrieli et Alessia Lai

En passant

Annalisa Bergna, Arianna Gabrieli e Alessia La. Derrière ces trois noms, il y a trois chercheuses de l’équipe qui a isolé la souche du Coronavirus en Italie.

Elles ont un CDD et sont payées moins de 1.200 euros par mois.

Annalisa Bergna, Arianna Gabrieli et Alessia Lai

Source:

Le sexisme de la sélection des projets de recherche

Nous venons d’avoir les résutats de l’appel à projet European Research Council et quelques élements statistiques. Simplifions : 1881 projets déposés, 185 projets retenus, soit 9,8% de taux de succès. Ce succès concerne essentiellement les hommes, même si quelques miettes sont laissées aux chercheuses1.

Sex ratio : 20%

En dépit de déclarations de bonnes intentions et de conseils ant-discrimination (En février 2019, Academia avait publié une formation vidéo du ERC dans son billet Le CNRS et la parité en temps réel,  vidéo qui a disparu depuis.), ce résultat est insupportable. Un colossale auto-censure et un déséquilibre en faveur des hommes préservés. Aujourd’hui, alors que l’ambition est d’atteindre la parité en science, et que le sex ratio oscille entre 20 et 40% de femmes selon les disciplines, les financements très bien dotés de l’ERC vont à 4 hommes sur 5 personnes. Cet effet MatthieuMatilda Il peut certainement être étendu à d’autres organismes de financement, même si une véritable étude reste à établir.

Academia accueillera tout élément de mesure ou d’analyse sur ce point.

Men 20 percent off, by Renee Calanan, 2006

PS: remerciements à Martin Clavey, de The Sound of Science, qui a signalé cette ignominie.

  1. Sex ratio initial, communiqué par le compte Twitter de l’ERC : 18,8%, soit 353 candidates et 1528 candidats []

Coronavirus. My name is Bruno Canard. English translation

« J’ai pensé que vous avions momentanément perdu la partie ». Bruno Canard à propos la recherche sur le coronavirus

English translation

This text is a translation of the testimony of Bruno Canard that was read at the end of the national  demonstration « L’Université et la recherche s’arrêtent » [University and Research on hold] on March 5th 2020 in Paris.

My name is Bruno Canard, research director at the CNRS [the French National Research Institute] at Aix-Marseille Université. My research team works on RNA (ribonucleic acid) viruses, which include coronaviruses. In 2002, our young team was working on dengue fever, which got me invited to an international conference where we discussed coronaviruses, a large family of viruses that I did not yet know. Then, in 2003, the SARS (severe acute respiratory syndrome) epidemic emerged and the European Union launched major research programs to try not to be caught off guard by an unforeseen epidemic. The approach was very simple: how to anticipate the behavior of a virus that we do not know? Well, simply by studying all of the known viruses, in order to understand what can be transposed to new viruses, and in particular how they replicate. This type of research is uncertain, its results cannot be planned, and it takes a lot of time, energy, patience.

Infection par Coronavirus

This is patiently validated basic research, on long-term programs, which may eventually have therapeutic outlets. It is also independent: it is the best vaccine against a scandal like the Mediator one [This was a large-scale scandal in France in which the drug Mediator of the French pharmaceutical company Servier, which was introduced on a large scale without prior careful and independent investigation, after several years was found to cause serious heart complaints, involving approximately 2,000 deaths and more than 4,000 victims in the trial, (note by translators)].

In my team, we participated in European collaborative networks, which led us to find results from 2004. But, in viral research, in Europe as in France, the tendency is rather to strain ourselves during an epidemic event and then forget about it. By 2006, political interest in SARS-CoV had disappeared; no one knew if it was going to come back. Europe has withdrawn from these major anticipation projects in the name of taxpayer satisfaction. Now, when a virus emerges, researchers are asked to mobilize urgently and find a solution for the next day. With Belgian and Dutch colleagues, five years ago we sent two letters of intent to the European Commission saying that we have to be prepared. Between these two letters, Zika appeared…

Continuer la lecture

Coronavirus. Mijn naam is Bruno Canard. Nederlandse vertaling

« J’ai pensé que vous avions momentanément perdu la partie ». Bruno Canard à propos la recherche sur le coronavirus

Nederlandse vertaling 

Deze tekst is een vertaling van de getuigenis van Bruno Canard die aan het einde van de nationale demonstratie « L’Université et la recherche s’arrêtent » [De universiteit en het onderzoeks komen tot stilstand] op 5 maart 2020 in Parijs werd voorgelezen.

Mijn naam is Bruno Canard, onderzoeksdirecteur van het CNRS bij de universiteit Aix –Marseille. Met mijn team werk ik aan de RNA virussen waarvan het corona virus deel uitmaakt. In 2002 deden we met onze nog jonge groep onderzoek naar dengue. Ik werd in die tijd uitgenodigd voor een internationale conferentie waar het ook over het coronavirus ging, een grote virusfamilie die ik nog niet kende. Het was in de tijd dat de SARS epidemie opkwam, in 2003. De EU lanceerde toen een groot onderzoeksprogramma om niet onvoorbereid te zijn als zich onverhoopt een nieuwe epidemie zou voordoen. De opzet was heel simpel: hoe kun je anticiperen op het gedrag van een virus dat nog niet bekend is? De enige mogelijkheid om dat te doen was: alle bekende virussen tezamen bestuderen, om over zo veel mogelijk kennis te beschikken en die in te kunnen zetten voor het in kaart brengen van nieuwe virussen, en met name de wijze waarop het virus zich deelt. Dat soort onderzoek is onzeker, de resultaten kun je niet plannen en het vraagt veel tijd, energie en geduld.

Coronavirus 2019

Het is fundamenteel onderzoek dat geduldig gevalideerd moet worden, via lange termijn programma’s en die na lange tijd soms tot therapeutische resultaten leiden. Zulk onderzoek is ook onafhankelijk. Het is het beste vaccin tegen een schandaal zoals dat van de Mediator-bis ((Mediator: en grootschalig schandaal in Frankrijk waarbij het medicijn Mediator van de Franse farmaceut Servier zonder voorafgaand zorgvuldig en onafhankelijk onderzoek op grote schaal werd ingevoerd, en na enige jaren ernstige hartklachten bleek te veroorzaken – noot van de vertaler.)).

Continuer la lecture

Continuité pédagogique : conseils de Suisse et d’Allemagne

Les collègues et administrations européennes s’organisent ailleurs en Europe. Compte tenu de la réaction névrotique qu’on observe en France, il n’est pas inutile de faire lire et traduire les instructions envoyées. Aujourd’hui, de Suisse, David Giauque, professeur associé et directeur de l’Institut d’études politiques de l’Université de Lausanne. En Allemagne, le DFG prévoit des mesures comptables pour passer la période de quarantaine.

https://www.flickr.com/photos/mfdudu/91096416/in/photolist-93TMS-2i6mY6a-bDvgbb-25owTmd-8zihQw-7URtpH-7srGnh-2gtUtuf-8zihYC-8zfbqp-8ziinE-8zfv6i-8ziDeY-8zfrup-8zftJc-8zfajv-8ziBEd-8zijYE-8zfbP6-8zijxU-oeNnCA-8zfrSZ-6PSJZw-bE3MR7-2i8Zqd9-QtCGye-s7vEym-BgmU5q-6PSJHj-6MYS65-2bexmRk-6PSJRw-JRFet-BXsFoG-23kKB4N-5JmeyF-61Lq2S-8aWs5Y-nXfknc-nF4aPQ-nXqWr1-nXrFC3-nXqWwS-nXqWvu-nF3ZhP-nXqWtf-nXrFuN-nXqWzC-8ziEuE-VwMfqj

Davoz, par Marie-France Durieux, 2005

  • SUISSE
De : Direction.iep <direction.iep@unil.ch>
Envoyé : lundi 23 mars 2020 08:53
À : inst-iep-ssp@unil.ch
Objet : Rappel – à situation exceptionnelle, travail proportionné en évitant tout zèle!

Chères et chers collègues, chères enseignantes et chers enseignants suppléant.e.s,

De nombreux témoignages m’ont été rapportés la semaine passée et ces derniers sont de nature à m’inquiéter. Quelques constats relativement simples peuvent être dressés par rapport au vécu des enseignant.e.s/chercheurs.euses ainsi que des étudiant.e.s:

    • La plupart d’entre vous ont pris très à coeur le défi de l’enseignement à distance et avez investi avec ferveur et ardeur les différentes options offertes par le centre elearning de l’UNIL. Avec un regain de stress perceptible parmi les enseignant.e.s mais également parmi les assistant.e.s qui ont été fortement sollicité.e.s la semaine passée. Qui plus est, certains de ces outils d’enseignement à distance ont connu des couacs importants vous mettant parfois dans des situations d’énervement et de découragement.
  • Vous avez tendance à vouloir proposer un enseignement de qualité, ce qui vous honore bien sûr, voire à contre-balancer cette situation de crise en proposant un programme « complexe » et « conséquent » aux étudiant.e.s. Dans certains cas, dès lors, les exigences relativement aux cours, aux activités et aux apprentissages exigés des étudiant.e.s ont tendance à augmenter. Or, il est important de ne pas oublier, dans cette période particulièrement tendue et anxiogène, que nos étudiant.e.s sont confronté.e.s, au même titre que nous, à de nombreux défis parallèles: travailler, souvent plus, dans des entreprises de grande distribution, ou ailleurs, pour gagner les moyens de vivre; s’occuper des parents ou grands-parents vulnérables; parfois aussi s’occuper de petits enfants; etc. Autrement dit, ne partons pas de l’idée selon laquelle nos étudiant.e.s s’ennuient et ne savent plus quoi faire. Si certain.e.s d’entre eux.elles peuvent se trouver dans cette situation, la plupart clairement non.
Les résultats de cette situation sont évidents: des enseignant.e.s stressés et qui se mettent une pression formidable pour être à la « hauteur » de l’enseignement à distance, des pressions qui s’exercent sur les assistant.e.s/doctorant.e.s pour qu’ils.elles augmentent leur investissement (y compris en dehors des heures de travail normales). De même que des étudiant.e.s qui témoignent de leur situation très difficile et qui ne souhaitent pas devoir en faire plus qu’en temps normal pour leurs études, notamment parce qu’ils ou elles ne le peuvent tout simplement pas.
Dès lors, mon appel est simple: dans ce contexte, chères et chers collègues, merci de ne pas faire trop de zèle. Vous êtes des professionnels.elles accompli.e.s et personne ne le contestera au vu des efforts réalisés ces derniers temps. Mais il serait clairement contre-productif d’augmenter nos exigences pédagogiques dans la situation actuelle. Résistons à la tentation d’en faire trop, de se mettre trop de pression, mais également d’exiger trop de nos étudiant.e.s, de même que des collègues et doctorant.e.s/assistant.e.s. Ce d’autant plus que nous ne savons pas encore quelles formes prendront les examens de fin d’année et si ceux-ci pourront avoir lieu. Ne perdons pas de vue que les conditions de travail sont, précisément, exceptionnelles et que c’est tout le rythme de notre vie qui doit ralentir.
Profitez-en pour lire les articles et les ouvrages que vous vous êtes promis de lire depuis 5 ans et que vous n’avez pas encore eu le temps de faire. Prenez le temps de l’écriture. Soignez vos proches, vos voisins, vos amis (à distance bien sûr). Mais surtout ne devenons pas stakhanovistes dans ce contexte, la médaille du travail nous fera à toutes et tous une « belle jambe ». Dès lors, songez-y en ce début de semaine, ne vous fixez pas des objectifs intenables qui auront pour effet un stress sur toute la chaîne des acteurs, des enseignant.e.s aux doctorant.e.s/assistant.e.s, jusqu’aux étudiant.e.s. Un sur-investissement ne peut conduire qu’à des conséquences inattendues et bien souvent négatives. En un mot, prenons soin de nous toutes et tous!
Il me reste à vous transmettre mes meilleurs messages d’amitiés et de soutien. A très bientôt dans nos murs de Geopolis, courage et santé à toutes et tous.
David Giauque
_________
Professeur associé et directeur de l’IEP
UNIL | University of Lausanne
Institut d’études politiques
Geopolis – bureau 4350
CH-1015 Lausanne
Suisse/Switzerland

Continuer la lecture

Détenu·es confin·ées : discontinuité pédagogique

Depuis quelques jours, Laelia Veron a attiré l’attention de ses lecteurs et lectrices sur une catégorie de la population qu’elle connaît bien, comme enseignante en prison : les hommes et les femmes incarcéré·es. Je reprends le fil de Laelia Veron, en l’enrichissant d’articles plus récents1

Aucun plan de gestion de la crise du COVID-19 en prison n’a vraiment été prévu, à l’instar de l’Italie. On s’achemine donc vers une situation tout aussi explosive : un risque d’épidémie grave ; l’arrêt des contacts avec l’extérieur, des surveillant·es en première ligne d’exposition au virus, des mutineries, des drames.

Toutes les prisons ne sont pas dans la même situation. Les prisons centrales, pour les longues peines, dont la plupart des personnes incarcérées bénéficient d’une cellule individuelle, sont relativement moins surpeuplées que les maisons d’arrêt. En revanche, les maisons d’arrêts, qui mélangent toutes les peines, sont, quant à elles, vraiment surpeuplées et atteignent aujourd’hui 138%, selon l’Observatoire international des prisons (1e janvier 2020)2.

https://www.flickr.com/photos/urbexsachalille/16459399667/in/photolist-r5sJ5T-2edvgqB-r7kett-XNfYZy-r7d1yy-qrMMiC-EMmSsf-FsHxSG-qrZY8Z-r7dKi3-2bww7bi-wzrrFT-vj8b8z-2hrVxa9-2hFYa3o-21U2AWL-FpX6Ve-2iza1wc-LBNrDf-2atvu6W-vyJSA4-JBiKag-Qfq6t4-wFNgdV-cy7N1q-EEDQqP-21UMP1S-Bym23A-B7a9Je-2aaX3F1-rKMTBh-qrMPzS-4HAMFm-qrZXjK-roEcLi-r5sKhn-6q47JF-rmujXE-JJz1Rr-r5sQAt-r3dCCb-qrZXGD-roMcwF-r5sRyF-SYZYr7-qrMV2o-Bj7cuy-roMj7K-qrMQFE-roEfmt

Prison française, par Sacha Medjedovic, 2015

On pourrait avoir l’illusion que les détenu∙es étaient déjà confinés. Ce serait ignorer la vie d’une prison : il y a de nouveaux arrivants tout le temps ; des extérieurs qui s’y rendent. Aujourd’hui, familles, avocat∙es, enseignant∙es n’ont plus le droit de s’y rendre. Mais il faut bien administrer la prison : les surveillant·es continuent d’y travailler.

Des cas de coronavirus ont été déclarés en prison. Vu la surpopulation en détention, le confinement individuel des personnes atteintes est impossible. Le virus risque de se répandre très rapidement, tant chez les personnes détenues que les surveillant∙es. L’épidémie risque d’y être d’autant plus grave que 1° la promiscuité et la surpopulation facilitent les contaminations 2° les bâtiments sont insalubres, l’hygiène insuffisante, les systèmes de santé vétustes. Qui plus est, les populations carcérales s’avèrent particulièrement à risque, en raison de leur mauvais état de santé général.

Mais ce n’est pas tout : parmi les personnes-cibles de l’épidémie en prison, on risque non seulement les surveillant∙es, donc, mais aussi le personnel de santé. On trouvera bien sûr des personnes condamnées, mais aussi des personnes en incarcération préventive3, soit un quart de la population carcérale (21 000/80 000 personnes détenues)4. Dans la prison surpeuplée de Fresnes, un homme testé positif au coronavirus est mort. Il avait été incarcéré dix jours avant, alors qu’il était très âgé (74 ans) et de santé fragile – indice, s’il en était besoin, des inégalités exacerbées par la situation carcérale, entre un Balkany et un détenu anonyme. Le jour même, deux infirmières y étaient testées positives au coronavirus.

Quelles sont les mesures qui sont prises ? Pour l’instant, surtout l’arrêt presque total des interventions extérieures, des parloirs, etc. Or beauoup de détenus auront d’immenses difficultés à vivre, physiquement5 et mentalement sans contacts extérieurs. En conséquence, des incidents ont éclaté dans de nombreuses prisons – et même un début de mutinerie à Réau, Perpignan, Angers, Maubeuge, Bois d’Arcy, La Santé6 et des émeutes à Grasse, avec interventions des ERIS et tirs de sommations. Le problème c’est qu’on risque une escalade de la violence : interdiction possible des promenades, par exemple, pour éviter tout regroupement collectif, détenus encore plus à cran, surveillants déjà à cran, sans protection (masques, par ex) encore plus exposés, etc.

Continuer la lecture

  1. Laelia Veron n’est responsable ni de la forme, ni du fond, mais en est pleinement l’autrice. []
  2. La Cour européenne des droits de l’homme a condamné la France à mettre un terme à la surpopulation carcérale, dans un arrêt historique du 30 janvier 2020. []
  3. À l’instar de cet homme, soupçonné d’avoir pollué une rivière, qui s’est suicidé à Douai. []
  4. Source: La mesure de l’incarcération au 1er octobre 2019 (format pdf) []
  5. Ils ou elles ont besoin de la famille pour le linge, par ex. []
  6. Refus de retours de promenades. []

Chronique de grève #12 – « Chers cousins français »

Chers cousins français,

https://www.flickr.com/photos/12355559@N03/48387462377/in/photolist-2gHQoLH-T3phoh-59ZeD-EBxSdE-2gyRcra-R2BcHQ-2dsjb2A-b4kNQn-8zntHj-4WZVL-qzTFv3-5cfCoz-2hjV6hV-27ob7kf-WuLvBG-ATjF5W-6qr27z-2aVpomo-4swhht-V7mX2e-27sVu7D-X8ys1L-GmeUC4-q6grEA-qMxnzT-7oX4b9-DjcrkA-29gAyTe-CPbcJm-JeAkYW-2i987x4-9fgumx-2ivTwM6-EkTiNa-2ixrL8z-JWX7df-2dxc5Xx-JmeJxK-2iBTKaU-Qdd7nX-VXk32g-c2tky7-25Jirbp-Ls3sX-bDnoNC-3hKpvB-bxNc4z-NGxEZ-2hTr3ww-GSwyno/

Couple marchant à Prague, par William, 2017

Si on arrive à survivre, le problème, en Italie, sera de comprendre si les couples, avec ou sans enfants, les femmes et les hommes seuls, résisteront à l’enfermement dans leur maison, s’ils réussiront à rester ensemble, à jouir encore de la compagnie réciproque ou de la solitude choisie, après une convivance forcée et ininterrompue d’un mois entier. Le décret du gouvernement dit que nous pouvons sortir pour faire une promenade, mais seulement avec ceux qui vivent déjà avec nous, pas d’amis ou d’amies, pas même de visites à des parents qui vivent dans d’autres maisons. Seule la famille proche, ou personne si nous sommes seuls. Pas de cinémas, pas de théâtres, pas de concerts, musées, restaurants, bureaux, écoles, universités. Seul un membre de la famille peut aller faire les courses. Devant les supermarchés, il y a des queues silencieuses de gens portant le masque, chaque personne doit être à 1 mètre de distance d’une autre, qui attend la sortie de quelqu’un pour pouvoir entrer à son tour. Même chose devant les pharmacies. Dans la rue, on fait un écart quand on croise un autre passant.

Continuer la lecture