Liberté pour les sciences sociales. Un numéro de la revue Communications

La revue Communications publie un important dossier “Libertés pour les sciences sociales”.Vous trouverez ci-dessous la table des matières et les extraits d’un article sur la séquence très sombre pour les universités turques.

Liberté pour les sciences sociales, Communications 2024/1 (n° 114)

La double contrainte : piégés entre néolibéralisme et autoritarisme, les universitaires de Turquie politisent la liberté

Extraits.Affirmons-le d’emblée : prétendre que la connaissance est neutre ou indépendante du pouvoir n’est pas la solution aux désastres auxquels nous autres universitaires sommes confrontés aujourd’hui partout dans le monde. Cette assertion fait partie du problème. L’université est un champ de bataille – peu importe que nous en soyons de longue date persuadés, ou que nous l’ayons découvert plus récemment sous l’effet de la contrainte. Elle a une signification politique, et la production académique des connaissances est inextricablement impliquée dans les structures de pouvoir dominantes dans toute société. Aujourd’hui, les forces qui entravent notre capacité à produire et diffuser la connaissance ont certes changé, mais comprendre comment l’université – et avec elle la liberté académique et l’autonomie de ses institutions – est enracinée dans des dynamiques sociétales plus larges dissiperait nos désillusions et nous fournirait ces outils de combat que nous peinons à inventer. Pour cela, nous devons nous concentrer sur la conjoncture historique qui est la nôtre, et renouveler nos interrogations sur les conséquences des récentes transformations de la production des connaissances. […]

Continuer la lecture

Résider, résister : la bataille de la résidence universitaire de Yoshida (Kyoto)

Alors que les mots d’ordre “occupy” ou “occupation” fleurissent sur tous les campus du monde, la question du droit des étudiant·es à vivre dans les enceintes universitaires se pose d’une nouvelle façon à l’Université de Kyoto. Après une rude répression des mouvements étudiants dans les années 1980, le système universitaire japonais fait l’objet d’une forme d'”autonomisation” au cours des années 1990, transformation assez familière à l’ESR français, au point que les Japonais·es avaient ironisé à l’époque. Japonophone, ayant une bonne connaissance de la politique japonaise, la ministre Valérie Pécresse aurait ainsi “bien étudié les dossiers de la réforme universitaire” selon leurs mots — voire plagié le dispositif législatif élaboré à Tokyo. Nouvelle étape de l’autonomisation sur l’archipel : exclure les étudiant·es des résidences universitaires. Une première bataille a été gagnée par les étudiant·es. Iels invitent les lecteurs et lectrices d’Academia à soutenir leur cause en signant leur pétition sur change.org.

Archive photographique tirée deKanta Nomura, The Yoshida Dormitory Students’ History, Cesura, 2022, reproduite dans The Face.

L’histoire des universités a un lien étroit avec celle des lieux de vie étudiants. Au Moyen Âge, par exemple, Cambridge ou la Sorbonne ont construit des résidences qui offraient un hébergement bon marché, favorisant l’émergence d’une culture étudiante singulière.

Historiquement au Japon, de nombreuses universités disposaient de résidences similaires. Ces bâtiments dédiés construits sur les campus universitaires proposaient un hébergement bon marché et étaient réputées pour leur créativité et leur culture d’auto-gestion((NDLR. Sur l’histoire du Yoshida Dorm, outre la page Wikipedia, on peut lire “The Student Dormitory that Govers Itself“, par Marigold Warner, The Face, 24 août 2023, compte rendu en anglais de 野村幹太. 吉田寮学生寄宿舎史. Pianello Val Tidone: Cesura Publish, 2022.)). Depuis les années 1970, cependant, ces résidences ont fait l’objet d’attaques ciblées par les réformes néolibérales autoritaristes. Elles visent à rendre accessible au marché des équipements au statut universitaire et à réprimer les mouvements sociaux. Depuis 19681, dans de nombreuses universités, on peut parler même de mesures visant à une fermeture systématique de ce type de résidences. Dans la plupart des universités, les autorités ont exercé des pressions sur les résident∙es universitaires pour qu’iels abandonnent leur organisation autogestionnaire et pour les relocaliser dans des hébergements plus onéreux.

Entrée du vieux bâtiment de la résidence Yoshida et gingkos, 2 décembre 2023. Crédit : Mainichi/Kazuki Yamazaki

Continuer la lecture

  1. La democratisation de l’administration universitaire et l’opposition des droits d’inscription figurent parmi leurs demandes les plus régulières, à côté d’autres préoccupations du moment d’ordre social et politique. []

9 mai 2024. 181 campus soutiennent Gaza de par le monde

https://twitter.com/thrasherxy/status/1788439582494576701/photo/1

Il y a désormais 181 campus qui soutiennent Gaza dans le monde,, sur chacun des continents, à l’exception de l’Antartique, où la station scientifique de McMurdo a rejoint le mouvement néanmoins).
https://students4gaza.directory

“The students give us hope”. Grafitti de Gaza

Réponse aux étudiant·es de Columbia et autres universités aux États-Unis

Continuer la lecture

“Avec la suspension de la professeure Shalhoub-Kevorkian, le monde universitaire israélien sombre dans l’abîme”

L’Université hébraïque de Jérusalem a décidé de suspendre les activités d’enseignement de professeure Nadera Shalhoub-Kevorkian, chercheuse palestinienne-israélienne, à cause de ses déclarations au sujet de la guerre à Gaza. La suspension a été décidé sans l’entendre et donc, sa respecter les droits à une procédure juste et équitable. La déclaration de l’Association des universitaires israéliennes Académie pour l’égalité (אקדמיה לשוויון) existe en anglais et en français. Nous la reproduisons ci-dessous pour manifester notre soutien à Prof. Shalhoub-Kevorkian ainsi qu’aux collègues israëlien·nes et palestinien·nes menacé·es. 

Prof. Shalhoub-Kevorkian

Au nom de plus de huit cents universitaires, membres d’Academia for Equality, nous lançons l’alerte dans l’urgence contre la décision de l’administration de l’Université hébraïque de suspendre le professeur Nadera Shalhoub-Kevorkian de ses fonctions d’enseignante en raison de ses déclarations sur la guerre actuelle.

Au nom de plus de huit cents universitaires, membres d’Academia for Equality, nous lançons l’alerte dans l’urgence contre la décision de l’administration de l’Université hébraïque de suspendre le professeur Nadera Shalhoub-Kevorkian de ses fonctions d’enseignante en raison de ses déclarations sur la guerre actuelle. Outre la violence extrême exercée par l’armée israélienne sur la population civile de la bande de Gaza, d’autres branches de l’État tentent de détruire la société civile critique en Israël et de réduire au silence les voix des intellectuels opposés à la guerre et à d’autres politiques israéliennes, en particulier celles de citoyens palestiniens de l’État. Continuer la lecture

#StrikeForGaza. Actions universitaires pour un cessez-le-feu immédiat à Gaza

et la solidarité avec la Palestine

#الإضراب_الشامل

Voici une première liste des soutiens universitaires pour un cessez-le-feu à Gaza et à la Palestine. Pour compléter la liste, c’est ici.

Pour télécharger le Manuel des gestes de soutien à la Palestine (Toolkit 3.0 en anglais)

Déclarations et lettres émanant d’associations

Continuer la lecture

Universités de Gaza sous les bombes

Les 11 établissements d’enseignement supérieur de Gaza ont été bombardés. Dernière en date : l’University in Al-Mughraqa in Gaza a été touchée le dimanche 5 octobre 2023, selon Birzeit University.

 

« Après quatre ans et demi de privation de liberté me voici de retour en France »

https://twitter.com/FaribaRoland/status/1624156769931911188?s=20&t=kKZgZbzIBDnXOP1rNPOvpQAcademia reproduit les premiers mots de Fariba Adelkhah, rentrée en France le 17 octobre 2023
Après quatre ans et demi de privation de liberté me voici de retour en France.
Je tiens à remercier du fond du coeur la diplomatie française ; mon avocat qui a aussi été un soutien et une présence amicale incomparables ; mon institution Sciences Po, notamment Mathias Vicherat, Michel Gardette, Vanessa Scherer et Stéphanie Balme, mais aussi Bénédicte Durand et Frédéric Mion qui a su me faire parvenir son affection jusqu’en Iran ; la Mairie de Paris et notamment Marie-Christine Lemardeley ;la Mairie de Strasbourg ; mes collègues, du CERI et d’ailleurs ; le Réseau européen d’analyse des sociétés politiques (REASOPO), en particulier sa présidente Irene Bono ; mes amis en Iran et en Afghanistan dont les gestes de solidarité et d’amitié prodigués dans des conditions singulièrement difficiles m’ont beaucoup touchée ; mes petites familles iranienne et alsacienne, et la très grande famille de Béatrice ; toutes celles et ceux qui m’ont accompagnée dans cette épreuve, en Iran, en France et de par le monde, notamment en Suisse et en Italie.
En captivité, j’ai eu la tristesse d’apprendre la disparition de François Nicoullaud qui a tant fait pour les relations entre la France et l’Iran sans toujours être compris dans son pays.
Ma première pensée, en atterrissant à Istanbul, est allée à Osman Kavala, injustement condamné à la prison à vie en Turquie. Je pense également à mes anciennes codétenues d’Evin, notamment Niloufar Bayani, Spideh Kashani et Kylie Moore Guilbert qui m’ont soutenues dès mon arrestation provisoire et à mes compatriotes français qui n’ont pas encore recouvré leur liberté.
Désormais tout cela est derrière moi. Ce qui reste, ce sont tous ces gestes d’amitié et d’engagement, ces mobilisations de connus et d’inconnus, d’ami(e)s d’un jour et d’ami(e)s de toujours. Et évidemment, ce que le comité de soutien a su faire au-delà de mon cas, et pendant plus de 4 ans, par fidélité au principe de la liberté scientifique. Merci en particulier à Sandrine, Marielle, Richard, Corinne et Martine, et à tous ceux et celles qui ont accompagné les initiatives de mes amis Jean-François et Béatrice pour qui les mots ne suffisent pas pour exprimer mes sentiments.
Je n’ai rien d’autre à ajouter : à vous toutes, à vous tous, un immense merci !
Fariba

Sur les événements récents en Palestine occupée

En solidarité avec le peuple palestinien, et avec les universitaires qui subissent des attaques inqualifiables lorsqu’iels dénoncent le projet colonial destructeur d’Israël, Academia traduit la déclaration de la JLSA de la City University of New York (CUNY), publiée le mardi 10 octobre 2023.

Déclaration de l’Association des étudiant∙es en droit juifves de CUNY

10 octobre, 2023

En cette période de renouveau et d’introspection, et alors que nous commençons l’année 5784, nous, étudiant∙es juifves de la faculté de droit de CUNY, entendons exprimer notre solidarité inconditionnelle au peuple palestinien dans leur lutte légitime pour l’auto-détermination. Nous envoyons ce message, profondément touché∙es par le deuil des vies qui ont été perdues. Nous sommes fermement convaincus que le sionisme — en tant qu’idéologie politique fondée sur l’usurpation et la destruction — conduit à mettre en danger à la fois les juifves et les Palestinien∙nes, même si ses partisan∙es ne ciblent que ces derniers.

Dans son analyse des combats anticoloniaux dans le monde, Frantz Fanon écrit,

« Nous nous révoltons  simplement parce que, pour de nombreuses raisons, nous ne pouvons plus respirer ».

C’est le cas pour le peuple palestinien qui, depuis plusieurs générations, suffoque sous le jougs funeste du projet sioniste. La démarche de colonisation de peuplement, promue par des antisémites au sein de l’empire britannique de l’après-Première guerre mondiale, a mis plusieurs décennies de brutalité ininterrompue à prendre forme. En 1948, les milices sionistes ont déchaîné une campagne de terreur caractérisée par les meurtres de masse et les violences sexuelles systématiques, rasant plus de 500 villages et forçant plus de 750 000 Palestinien∙es à quitter leur terre natale.

Aujourd’hui, près de 6 millions de Palestinien∙nes sont reconnu∙es comme réfugié∙es par les Nations unies, parmi lesquel∙les 1,5 millions sont entassé∙es dans les camps de réfugié∙es de la Palestine occupée et des pays voisins. En Cisjordanie, la prolifération continue de colonies illégales a fait progresser un régime d’ apartheid, qui dote les colons juifves de droits politiques et économiques tandis que les Palestinien∙nes sont sujet∙tes à la surveillance incessante, au harcèlement à la violence et à l’intimidation.

Continuer la lecture

Iran, mai 2023: “Don’t let them kill us”

 

Stop à la peine de mort et aux crimes d’état en Iran !

Appel au rassemblement
devant
l’Ambassade d’Iran
à Paris (16) 

Mardi 23 mai,
à 17h00l

Jeunes hommes exécutés par le régime iranien, mai 2023

“Don’t let them kill us”. Plus de 250 personnes en 135 jours, au moins 100 personnes ont été exécutées par la dictature des mollahs depuis le début du mois de mai soit 5 personnes par jour dans l’indifférence da la communauté internationale. Ces exécutions massives ont pour objectif de terroriser la population et de mater le soulèvement populaire.

Continuer la lecture

In memoriam Dmitry Petrov

Dmitry Petrov, aka Ilia Leshy, ethnologue et militant anarchiste russe, a été tué le 19 avril 2023 dans une attaque des forces armées russes près de Bakhmut en Ukraine. Rest in power

  • par Clément Renard

“J’ai pris cette photo un jour de printemps 2019, tandis qu’il me montrait les alentours des bureaux moscovites de la représentation du PKK en Russie. Il y avait passé du temps après la bataille de Kobanê en 2014, pour y étudier Kurmanji et y organiser des événements à propos de la révolution au Rojava… Sa gentillesse et sa modestie m’ont touchée, tout autant que sa pensée affûtée engagée à concrétiser ses convictions en action”, écritVolodya Vagner

Dmitry a fait ses études à l’Université d’État Lomonossov de Moscou et était titulaire d’un doctorat en histoire. Il a également mené une ethnographie auprès des populations du nord de la Russie dans la région d’Arkhangelsk. Il s’est engagé dès l’adolescence dans la lutte écologiste en défense de la forêt de Bitsevski à Moscou, il a ensuite participé aux protestations contre le pouvoir russe, notamment celle de la place Bolotnaïa à Moscou en 2012 et celle de la place de l’Indépendance (Maidan) à Kiev en 2014.

En 2017, Dmytri part au Rojava pour prendre part à la Révolution et étudier la mise en œuvre du confédéralisme démocratique. À son retour, il traduit en russe plusieurs ouvrages sur la Révolution kurde et co-fonde l’organisation anarcho-communiste BOAK qui deviendra après l’invasion russe une force de résistance majeure en menant de nombreux actes de sabotages d’infrastructures militaires en Russie. Lorsque a débuté l’invasion de l’Ukraine par la Russie, Dmitry a rejoint le Resistance Committee, un groupe par lequel les combattants anarchistes coordonnent leurs actions avec l’armée régulière ukrainienne. Il aspirait à faire de ce bataillon anti-autoritaire un point d’appui pour faire émerger en Europe de l’Est une Révolution sociale, écologique et démocratique sur le modèle du communalisme kurde.

Dmitry Petrov (à gauche), à Moscou lors de la présentation du livre Life Without a State: Revolution in Kurdistan, le second livre qu’il a contribué à publier sur le sujet


Dernier message laissé par Dmitri Petrov.

« Je m’appelle Dmitry Petrov, et si vous lisez ces lignes, c’est que je suis probablement mort en combattant l’invasion de l’Ukraine par Poutine.

Continuer la lecture

Rassemblement silencieux de soutien aux otages français détenus en Iran, Trocadéro, 28 janvier

Communiqué de presse des proches des otages français en Iran

Actuellement, sept Français sont détenus en Iran pour des raisons fallacieuses.

Pour certains accusés d’espionnage par la République Islamique d’Iran, ils sont privés des droits les plus élémentaires, à commencer par le droit à une instruction judiciaire
et
un procès dignes de ces noms.

Continuer la lecture