Le 10 juin, les universitaires appellent à l’arrêt des universités en soutien des vies noires aux Etats-Unis

Scientists Call for Academic Shutdown in Support of Black Lives

La science et l’enseignement supérieur sont pétris de suprémacie blanche, depuis le discours raciste qui imprègne les manuels jusqu’à la culture qui exclut les universitaires Noirs d’innover et d’avancer au m^me rythme que leurs collègues.  Mais davantage que des déclarations mielleuses et des actions pour plus de diversité, les chercheur·ses veulent de l’action. Les organisateurs et organisatrices demandent que la communauté scientifique participe à un arrêt de travail ce mercredi 10 juin  pour porter l’attention au racisme dans le monde de la recherche [aux États-Unis].

Lire la suite (en anglais) →

Pour en savoir davantage

Solidarité avec les précaires. Initiatives étrangères

Twitter, 5 mai 2020

Alors que la perspective de faire cours à distance à la rentrée se précise, avec moins d’étudiant·es et plus d’étudiant·es étranger·es, les universités « de service », dont l’équillibre financier repose sur les frais d’inscription, procèdent à des licenciements massifs des casual staff ou adjuncts.

Des collectifs s’organisent pour essayer de préserver la communauté professionnelle, dont font partie intégrantes les précaires, à l’instar de la vidéo réalisée par les personnels de la City Université of New York.

Détenu·es confin·ées : discontinuité pédagogique

Depuis quelques jours, Laelia Veron a attiré l’attention de ses lecteurs et lectrices sur une catégorie de la population qu’elle connaît bien, comme enseignante en prison : les hommes et les femmes incarcéré·es. Je reprends le fil de Laelia Veron, en l’enrichissant d’articles plus récents1

Aucun plan de gestion de la crise du COVID-19 en prison n’a vraiment été prévu, à l’instar de l’Italie. On s’achemine donc vers une situation tout aussi explosive : un risque d’épidémie grave ; l’arrêt des contacts avec l’extérieur, des surveillant·es en première ligne d’exposition au virus, des mutineries, des drames.

Toutes les prisons ne sont pas dans la même situation. Les prisons centrales, pour les longues peines, dont la plupart des personnes incarcérées bénéficient d’une cellule individuelle, sont relativement moins surpeuplées que les maisons d’arrêt. En revanche, les maisons d’arrêts, qui mélangent toutes les peines, sont, quant à elles, vraiment surpeuplées et atteignent aujourd’hui 138%, selon l’Observatoire international des prisons (1e janvier 2020)2.

https://www.flickr.com/photos/urbexsachalille/16459399667/in/photolist-r5sJ5T-2edvgqB-r7kett-XNfYZy-r7d1yy-qrMMiC-EMmSsf-FsHxSG-qrZY8Z-r7dKi3-2bww7bi-wzrrFT-vj8b8z-2hrVxa9-2hFYa3o-21U2AWL-FpX6Ve-2iza1wc-LBNrDf-2atvu6W-vyJSA4-JBiKag-Qfq6t4-wFNgdV-cy7N1q-EEDQqP-21UMP1S-Bym23A-B7a9Je-2aaX3F1-rKMTBh-qrMPzS-4HAMFm-qrZXjK-roEcLi-r5sKhn-6q47JF-rmujXE-JJz1Rr-r5sQAt-r3dCCb-qrZXGD-roMcwF-r5sRyF-SYZYr7-qrMV2o-Bj7cuy-roMj7K-qrMQFE-roEfmt

Prison française, par Sacha Medjedovic, 2015

On pourrait avoir l’illusion que les détenu∙es étaient déjà confinés. Ce serait ignorer la vie d’une prison : il y a de nouveaux arrivants tout le temps ; des extérieurs qui s’y rendent. Aujourd’hui, familles, avocat∙es, enseignant∙es n’ont plus le droit de s’y rendre. Mais il faut bien administrer la prison : les surveillant·es continuent d’y travailler.

Des cas de coronavirus ont été déclarés en prison. Vu la surpopulation en détention, le confinement individuel des personnes atteintes est impossible. Le virus risque de se répandre très rapidement, tant chez les personnes détenues que les surveillant∙es. L’épidémie risque d’y être d’autant plus grave que 1° la promiscuité et la surpopulation facilitent les contaminations 2° les bâtiments sont insalubres, l’hygiène insuffisante, les systèmes de santé vétustes. Qui plus est, les populations carcérales s’avèrent particulièrement à risque, en raison de leur mauvais état de santé général.

Mais ce n’est pas tout : parmi les personnes-cibles de l’épidémie en prison, on risque non seulement les surveillant∙es, donc, mais aussi le personnel de santé. On trouvera bien sûr des personnes condamnées, mais aussi des personnes en incarcération préventive3, soit un quart de la population carcérale (21 000/80 000 personnes détenues)4. Dans la prison surpeuplée de Fresnes, un homme testé positif au coronavirus est mort. Il avait été incarcéré dix jours avant, alors qu’il était très âgé (74 ans) et de santé fragile – indice, s’il en était besoin, des inégalités exacerbées par la situation carcérale, entre un Balkany et un détenu anonyme. Le jour même, deux infirmières y étaient testées positives au coronavirus.

Quelles sont les mesures qui sont prises ? Pour l’instant, surtout l’arrêt presque total des interventions extérieures, des parloirs, etc. Or beauoup de détenus auront d’immenses difficultés à vivre, physiquement5 et mentalement sans contacts extérieurs. En conséquence, des incidents ont éclaté dans de nombreuses prisons – et même un début de mutinerie à Réau, Perpignan, Angers, Maubeuge, Bois d’Arcy, La Santé6 et des émeutes à Grasse, avec interventions des ERIS et tirs de sommations. Le problème c’est qu’on risque une escalade de la violence : interdiction possible des promenades, par exemple, pour éviter tout regroupement collectif, détenus encore plus à cran, surveillants déjà à cran, sans protection (masques, par ex) encore plus exposés, etc.

Continuer la lecture

  1. Laelia Veron n’est responsable ni de la forme, ni du fond, mais en est pleinement l’autrice. []
  2. La Cour européenne des droits de l’homme a condamné la France à mettre un terme à la surpopulation carcérale, dans un arrêt historique du 30 janvier 2020. []
  3. À l’instar de cet homme, soupçonné d’avoir pollué une rivière, qui s’est suicidé à Douai. []
  4. Source: La mesure de l’incarcération au 1er octobre 2019 (format pdf) []
  5. Ils ou elles ont besoin de la famille pour le linge, par ex. []
  6. Refus de retours de promenades. []

#5 – Chroniques de grève – Le Briseur de grève

En passant

Définition d’un Briseur de grève
attribué à Jack London, vers 1905

traduction: Antoine Chambert-Loir

Après que Dieu eut achevé le crotale, le crapaud et le vampire, il lui restait un peu d’immonde substance avec laquelle il fit un Briseur de grève. Un Briseur de grève est un animal à deux jambes avec une âme en tire-bouchon, un cerveau gonflé d’eau et une colonne vertébrale composite faite de gelée et de colle. Là où d’autres ont un cœur, il porte une tumeur de principes moisis.

Lorsqu’un Briseur de grève descend la rue, les hommes lui tournent le dos et les anges du ciel pleurent, tandis que le diable ferme les portes de l’enfer pour le laisser dehors. Aucun homme n’a le droit d’être un Briseur de grève, aussi longtemps qu’il existera une piscine d’eau assez profonde pour y noyer son corps, ou une corde assez longue pour y pendre sa carcasse. En comparaison d’un Briseur de grève, Judas Iscariote était un gentleman. Pour avoir trahi son maître, il eut la force de caractère de se pendre — ce qu’un Briseur de grève n’a pas.

Ésaü vendit son droit d’aînesse pour un plat de lentilles. Judas Iscariote vendit son Sauveur pour trente pièces d’argent. Benedict Arnold vendit son pays pour la promesse d’une charge dans l’armée britannique. Le Briseur de grève moderne vend son droit d’aînesse, son pays, sa femme, ses enfants et ses compagnons pour une promesse non tenue de son employeur, sa firme ou son entreprise. Ésaü était un traître à lui-même. Judas Iscariote était un traître à son Dieu. Benedict Arnold était un traître à son pays. Un Briseur de grève est un traître à lui-même, un traître à son Dieu, un traître à son pays, un traître à sa famille et un traître à sa classe.

Il n’y a rien de plus inférieur qu’un Briseur de grève.

Jeffrey and me. De la corruption universitaire

Le cas DSK m’avait surprise, non en raison de ce que DSK lui-même avait fait (comme toutes les femmes, je savais d’expérience que, pour le dire sous forme de litote, la notion de consentement n’a pas été complètement assimilée par tous les hommes), mais en raison de la manière dont une partie de l’élite politique et médiatique française prenait sa défense pour en faire un preux chevalier de la galanterie à la française (le fameux : « ce n’est qu’un troussage de domestique« ).

Continuer la lecture

Menace sur les lettres et les sciences humaines aux USA

traduit du site du National Endowment for the Humanities

Washington, D.C. (23 mai 2017)— Margaret Plympton, vice-présidente du National Endowment for the Humanities (NEH) fait la déclaration concernant le budget de l’agence qui suit:

Aujourd’hui, l’administration Trump a rendu public le budget complet du gouvernement fédéral pour l’année fiscale 2018. La Maison Blanche a demandé au Congrès d’attribuer environ 42 millions 42 millions de dollars à la NEH afin de procéder à la fermeture en règle de la NEH. Cette somme inclut des fonds permettant d’honorer les financements en cours au 1e octobre 2017, ainsi que des fonds pour couvrir les dépenses administratives et les salaires concernés par la fermeture.

Alors que le NEH attend le résultat des délibérations du Congrès au sujet du budget proposé par la Présidence, l’agence va continuer ses opérations normalement et attribuera les financements de l’année fiscale 2017 après la réunion de son Conseil national en juillet. Continuer la lecture

Une nouvelle Peur rouge? Domination et oppression sur les campus américains

En cette fin d’année 2016, Academia inaugure une nouvelle série de billets, qui s’intéressent aux uscollegeconditions de travail académique hors des frontières françaises. Le premier billet porte sur les États-Unis.

Son autrice, Chanelle Adams est chercheuse en études des sciences. Actuellement financée par la Commission franco-américaine Fullbright, Chanelle Adams est accueillie à l’EHESS. Au cours de ses études à Brown University, Adams s’est impliquée dans l’organisation étudiants et les manifestations contre le racisme et le sexisme sur le campus. Elle a été éditrice pour pour BGD Press and Bluestockings Magazine.

Sur les campus américain, la mise en œuvre de safe-spaces s’est répandu non sans contestation. Reconnaissant la nécessité de protéger les victimes passées et futures de safe-spacedifférentes formes d’oppression et de domination – racisme, sexisme, homophobie, etc. – le safe-space organise un espace public – environnement de travail et de parole – respectueux vis-à-vis de l’ensemble de ses membres, en parole et en pratique. Si ce safe space constitue, aux yeux des conservateurs, une attaque envers la liberté d’expression, le débat a rapidement porté sur le fait de savoir qui devait être protégé contre qui. En retournant l’expression comme un gant, les mêmes critiques des « campus sanctuaires » (sanctuary campuses) et des « safe-spaces », cherchent à obtenir leur propre safe-space.

Professor Watchlist, créé par Turning Point USA, une association à but non lucratif, entend « dénoncer, de manière documentée, les enseignant.e.s universitaires qui pratiquent une discrimination contre les étudiants conservateurs et qui font œuvre de propagande gauchiste dans leurs cours ». L’organisation affirme que les « étudiants, parents, et alumni (anciens élèves) méritent de connaître les incidents précis et les noms des professeurs qui se donnent des objectifs politiques radicaux dans les amphithéâtres ».

Continuer la lecture