Sénégal. Grève illimitée à l’Université Alioune Diop de Bambey

Les étudiants de l’Université Alioune Diop de Bambey sont en grève depuis le 12 avril dernier pour revendiquer de meilleures conditions d’études. Face à l’inertie du Ministère de l’Enseignement supérieur de la Recherche et de l’Innovation (MESRI), les étudiants sont de plus en plus gagnés par l’incertitude.

Crédit: Abou Kane Dia, 2021

Pour lire l’article sur La Vie sénégalaise →

Le gouvernement cède à la pression des étudiants : les frais d’inscription supprimés

Guinée. La grogne des étudiants a porté ses fruits. Au lendemain des manifestations organisées dans la plupart des universités publiques de Guinée, le gouvernement a décidé de supprimer les frais d’inscription et de réinscription dans toutes les institutions d’enseignement supérieur publiques. L’annonce a été faite dans la soirée de ce vendredi, 18 décembre 2020, par le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

« Soucieux d’accompagner les étudiants dans leur volonté de passer une année universitaire bien réussie, le président de la République a décidé de rendre gratuit pour la présente rentrée universitaire 2020-2021, les frais d’inscription et de réinscription dans toutes les institutions d’enseignement supérieur publiques »,

a indiqué Dr Aboubacar Oumar Bangoura, précisant que cette décision est motivée par les conséquences de la pandémie du coronavirus.

Le ministre ajoute que les étudiants qui ont déjà payé les frais de réinscription seront remboursés.

 

Il faut sauver l’ENS Tunis

  • par Nadia Hebaz, enseignante au département des langues de l’IPELSHT (section de français).

Dans la cour de l’ENS Tunis. Crédit: Hammouda Bouabeene, automne 2020

Il y a presque un an, à la veille des vacances d’hiver, des étudiantes de l’ENS Tunis entamaient une procédure pour protester contre le harcèlement d’un de leurs professeurs, A.H. Soutenues par leurs camarades, garçons et filles, et par le directeur de l’école, elles avaient été reçues au Ministère de l’Enseignement Supérieur, où leurs dépositions avaient été officiellement enregistrées. Je les avais accompagnées en cette journée pluvieuse et froide, et avais pu constater la qualité de l’accueil et de l’écoute, ainsi que le professionnalisme des responsables. J’avais également relayé leur lutte sur Twitter.1. En janvier 2020, le professeur en question était suspendu, et quelques semaines plus tard, il passait en conseil de discipline. Puis, la pandémie a atteint la Tunisie. Après des mois d’attente, nous avons appris la mutation du harceleur dans un autre établissement. Plutôt que de rouspéter contre l’insuffisance de cette mesure, j’avais choisi de célébrer ce qui me semble être malgré tout une belle victoire. Pour la première fois dans l’histoire de l’université tunisienne, une affaire de harcèlement a été portée en place publique. Des jeunes femmes ont pris la parole dans la cour de l’école, dans la rue, dans les médias ; des jeunes gens les ont soutenues sans remettre en cause leur parole ni s’interroger sur leur tenue vestimentaire ; un directeur les a écoutées et a affirmé haut et fort la justesse de leurs revendications. Le tout dans un pays patriarcal où le respect des enseignant·es est inculqué à tous·tes depuis la petite enfance, et où les professeurs jouissent d’une grande considération, renforcée par l’exigence coranique, maintes fois répétée, de la quête du savoir. Ces normaliennes, ces pionnières, par leur courage, ont permis la libération de la parole d’autres victimes, et mis fin au règne du silence2.

Départ de cortège. Crédit: Sarra Laajimi, automne 2020

En cette dernière semaine de cours de l’année 2020, me revoici en train d’accompagner les normalien·nes, mais dans un tout autre combat. Depuis sa création, l’École Normale Supérieure de Tunis forme les futur·es enseignant·es du pays. Dès leur réussite au concours d’entrée, accessible à bac+2 , les élèves bénéficient d’une bourse et savent qu’un poste les attend à la fin de leur cursus de trois ans, lequel intègre une préparation à l’agrégation et des stages pédagogiques. Cette assurance de devenir fonctionnaire de l’État tunisien donne la sérénité nécessaire à un plein investissement dans les études. C’est entre autres pour cela que j’avais choisi en 2005 de quitter la fac pour venir à temps plein à l’IPELSHT (Institut Préparatoire aux Études Littéraires et de Sciences Humaines), où j’étais vacataire depuis deux ans. Dans cet établissement universitaire correspondant aux CPGE françaises un corps enseignant travaille dur depuis 2002 pour former la fine fleur du pays en LSHS. Les résultats du concours d’entrée à l’ENS sont éloquents, puisque, pour les six sections concernées (arabe, anglais, français, histoire, géographie et philosophie), l’écrasante majorité des admis·es vient de « la prépa »3. Nous en sommes d’autant plus heureux·ses  que ces jeunes ne viennent pas tous·tes de milieux à fort capital culturel et/ ou socioéconomique. J’ai eu de nombreux et nombreuses étudiant·es en très grande précarité, qui ont pu intégrer l’école malgré des conditions familiales très difficiles.4.

En route ! Crédit: Sarra Laajimi, automne 2020

Fin octobre 2020, coup de tonnerre : le Ministère de l’Éducation nationale annonce que dans le projet de loi de finances 2021 seuls 15 postes sont prévus pour les 83 élèves de l’actuelle promotion, qui seront diplômé·es en juin 2021. Autrement dit, c’est la fin du recrutement automatique des élèves de l’ENS. Les 68 élèves restant·es n’ont qu’à chercher du travail ailleurs, dans un pays où le chômage des jeunes est particulièrement élevé, et où les opportunités d’emploi, surtout pour les LSHS sont très faibles. La mesure déclenche une vague de protestations à l’ENS, immédiatement soutenue par l’IPELSHT, tous corps confondus. On s’attend à un dialogue, mais les portes du Ministère de l’Éducation nationale restent closes. Les élèves organisent alors un sit-in dans les règles. Continuer la lecture

  1. Où le dossier a bénéficié du soutien actif de Laélia Véron. Témoin des agissements du jeune A.H alors en stage à l’ENS Lyon, et du laxisme dont avaient fait preuve les autorités françaises à son égard, en classant sans suite les plaintes déposées contre lui, la linguiste, très populaire sur le réseau, a été la première à le nommer ouvertement et à documenter le cas, faisant découvrir aux Tunisien·nes le passé peu reluisant du prétendu « poète ». []
  2. Cette affaire A.H est très importante, et j’y reviendrai dans un autre billet. []
  3. Il n’est pas rare que 100% d’une promotion vienne de chez nous. []
  4. Avant la Révolution de 2011, lorsque les postes de professeur dans le secondaire s’achetaient à prix d’or, intégrer l’ENS était vital pour elleux : personne dans leur entourage n’avait ni l’argent, ni les connaissances pour leur en procurer un. []

Compassionate leave

  • by Ingrid de Kock, Unlocked: Poems for critical times (Part One), Daverick Citizen, 30 mars 2020

Almost everyone’s on leave,
gone away

to the countryside
in threadbare trucks

to pay respects
in rooms and huts

to watch and pray for dying ones
shrunken under sheets,

to vigils through the night
in closed-off streets

where grandmothers prepare
small and smaller funeral feasts

after truncated prayers
chanted by tired priests

over cardboard caskets
in the deathwatch heat.

Gone to taxi ranks and stations
to wait for information

from billboards, radios,
word of mouth and trumpets in the sky

where ubiquitous hadedas,
unlike Auden’s mute impervious birds

blast their high shofars
over each infected space.

Gosiame carries newborn brother Umpile while standing outside their family house in Johannesburg after President Cyril Ramaphosa declared a National State of Disaster as a result of the Covid-19 pandemic. (Photo: EPA-EFE / Kim Ludbrook) L

From Seasonal Fires: New and Selected poems, Umuzi, 2006 DM/ MC/ ML

Suggestion de Myriam Houssay-Holzzschuch

« As it used to be » de Clément Gonzalez (Collectif 109, 2012)

Présentation par Irène Langlet, Université Gustave Eiffel

Depuis 2001, le « 48 Hour Film Project » est une compétition annuelle qui invite de jeunes réalisateurs à réaliser un court-métrage à contraintes (en 48h, en tirant au sort genre, personnage, objet, réplique). Après avoir remporté la victoire à Paris en 2011 avec le film « Casse-gueule », Clément Gonzalez a rencontré le succès à nouveau avec « As it used to be » en 2012 (mise en ligne 2013), qui développe en deux séquences et 8’13’’ quelques puissantes images associées à l’enseignement à distance (EAD) dans les universités. Le concours se tient dans une centaine de centres urbains du monde entier ; c’est à Johannesburg que Clément Gonzalez et son « Collectif 109 » ont tourné « As it used to be », dont la carrière a débuté de façon foudroyante par une avalanche de programmations et de récompenses1, avant de ressurgir en 2020 par la grâce d’une généralisation brutale et massive de l’EAD dûe aux mesures de confinement.

L’Université de Johannesburg prête son architecture brutaliste aux décors de cette courte histoire de near future, comme l’ont fait ensuite les structures de la Bibliothèque Nationale de France dans la série Tripalium (Arte, 2016), ou auparavant les célèbres Espaces d’Abraxas de Noisy-le-Grand dans de nombreux films, de Brazil (1985) à Hunger Games (2012). L’Université de Johannesburg est d’ailleurs également réputée pour avoir lancé les premiers diplômes 100% à distance d’Afrique du Sud en 2017 et 20182 – et ses étudiant·es se sont fortement mobilisé·es en avril dernier pour faire entendre la voix des moins bien équipé·es des leurs3.)

Le charisme des deux acteurs du film, l’intelligence et l’émotion de cet aperçu de la passion d’enseigner font dire à Clément Gonzalez que le court-métrage, depuis le début, a rencontré l’adhésion aussi bien des étudiant·es que des professeur·es. Il confie également qu’un projet d’extension en long métrage est en écriture depuis quelque temps. Le moment ne serait pas mal choisi pour développer un récit de contre-dystopie, où des voix persévèrent à résonner entre les murs des amphis.

Academia remercie vivement Clément Gonzalez de nous avoir autoriser à diffuser son film et Irène Langlet pour se présentation.

Lien:

  1. Liste des programmations et distinctions du film, sur Vimeo. []
  2. Businesstech, « University of Johannesburg launches 4 new online-only degrees and diplomas », 11 juin 2018. []
  3. eNCA (eNews Channel Africa), « Call to suspend online learning at UJ », 17 avril 2020, URL (mai 20). []

Aux dirigeants du continent africain : face au Covid-19, il est temps d’agir !

Un large collectif d’intellectuel·les de différents pays d’Afrique et du monde entier interpellent les dirigeants du continent africain face à la pandémie de Covid-19, déplorant « les logiques de profit et de monopolisation du pouvoir ». Ils appellent à « repenser la santé comme un bien public essentiel », à « saisir ce moment de crise comme une opportunité afin de revoir les politiques publiques » pour la protection des populations. Plus que jamais, les gouvernements africains « sont placés devant la nécessité d’une gestion concertée et intégrée de domaines relatifs à la santé publique, à la recherche fondamentale dans toutes les disciplines scientifiques et aux politiques sociales ».

Les risques qui planent sur le continent africain, relatifs à la propagation du COVID-19, nous interpellent individuellement et collectivement. L’heure est grave. Elle ne consiste pas à juguler une énième crise humanitaire « africaine » mais à contenir les effets d’un virus qui vient bousculer l’ordre du monde et interroger les fondements de notre vivre ensemble.

La pandémie du coronavirus met à nu ce que les classes moyennes et aisées vivant dans les grandes mégalopoles du continent ont feint de ne pas voir. Depuis près de dix ans, en effet, certains médias, intellectuels, hommes politiques et institutions financières internationales s’accrochent à l’image d’une Afrique en mouvement, d’une Afrique nouvelle frontière de l’expansion capitaliste. Une Afrique sur la voie de l’émergence économique ; une Afrique dont les taux de croissance positifs feraient pâlir d’envie plus d’un pays du Nord. Une telle représentation que l’on finissait par croire réelle à force d’en rêver se déchire désormais devant une crise multiforme qui n’a pas encore livré tous ses secrets. Dans le même temps, l’ordre global multilatéral que l’on se figurait encadré par un minimum de traités se délite sous nos yeux, faisant place à une lutte géopolitique féroce. Ce nouveau contexte de guerre d’influence économique “du tous contre tous” laisse dans l’ombre les pays du Sud, en leur rappelant s’il le fallait le rôle qui leur échoit : celui de spectateurs dociles d’un ordre du monde qui se construit par-devers eux.

https://www.flickr.com/photos/90503531@N05/8224653951/in/photolist-dwMv5t-HmvCYt-2id15Y3-2iqAahC-P8yxrZ-2iiJEsy-2h87hdP-2iHN6DA-29ydNan-2hr5X7L-gUcpCa-2iiqBXN-2gosGa2-4kKpSV-2idsuAX-WzBZ5N-LgYMXY-frNp1y-2iyKR84-2gz1ri5-LwXKDx-5yYNCv-HSn991-2gCWhUF-BbDtBe-MK9uB1-Gu8kJR-GyUmy3-KmV6XJ-2cxSEZs-2ioNGLs-Gzcyge-2ixd3Xk-BU8g4R-xv6sxH-h5mMgd-gUbxxG-28Ccgix-nXnEY1-h5mrKa-gUbEZB-8N1cqQ-h5nKfr-2K8TNW-2ife2yd-gUbWZo-h5mvLX-h5nMZK-h5nLGV-h5nNmX

Chercheuse africaine, par Nancy Keteku, 2012

La pandémie du COVID-19 pourrait saper les bases des États et des administrations africaines dont les défaillances profondes ont trop longtemps été ignorées par la majorité des dirigeants du continent et leur entourage. Il est impossible de les évoquer toutes, tant elles sont nombreuses : sous-investissement dans les secteurs de la santé publique et de la recherche fondamentale, insécurité alimentaire, gaspillage des finances publiques, priorisation d’infrastructures routières, énergétiques et aéroportuaires aux dépens du bien-être humain, etc. Autant de sujets qui font pourtant l’objet d’une littérature spécialisée, désormais abondante, mais qui semblent avoir peu pénétré les cercles du pouvoir des différents États du continent. La preuve la plus évidente de ce fossé est fournie par la gestion actuelle de la crise.

De la nécessité de gouverner avec compassion

Reprenant sans souci contextuel le modèle de « containment » et des régimes d’exception adoptés par les pays du Nord, nombreux sont les dirigeants africains imposant un confinement brutal à leurs populations souvent ponctué, lorsqu’il est n’est pas respecté, de violences policières. Si de telles mesures satisfont les classes aisées, à l’abri de la promiscuité et ayant la possibilité de travailler à domicile, elles demeurent punitives pour ceux qui, pour utiliser une formulation répandue à Kinshasa, doivent recourir à « l’article 15 », c’est-à-dire à la débrouille et aux activités dites informelles.

Soyons clairs. Il n’est nullement question d’opposer sécurité économique et sécurité sanitaire mais plutôt d’insister sur la nécessité pour les gouvernements africains de prendre en compte les conditions de précarité chronique vécue par la majorité de leurs populations. Cela, d’autant plus que le continent africain a une longueur d’avance sur le Nord en matière de gestion de crises sanitaires de grande ampleur, au regard du nombre de pandémies qui l’ont frappé ces dernières années.

La nature ayant horreur du vide, plusieurs initiatives fragiles provenant de la « société civile » se mettent progressivement en place. En aucun cas pourtant, le dynamisme d’individus ou d’acteurs privés ne peut pallier la désorganisation et l’impréparation chronique que seuls les États seraient en mesure d’endiguer à travers le continent.

Plutôt que de subir et tendre la main à nouveau en attendant meilleure fortune, il serait d’ores et déjà souhaitable de repenser notre vivre ensemble en partant de nos contextes spécifiques et des ressources diverses que nous avons.

Scientist David Moinina Sengeh is working on solving healthcare challenges on the African continent. Crédit: IBM Research, 2016

Notre conviction est que l’urgence ne peut, et ne doit pas, constituer un mode de gouvernance. Il s’agit de saisir ce moment de crise majeure comme une opportunité afin de revoir les politiques publiques, de faire en sorte notamment qu’elles œuvrent en faveur des populations africaines et selon les priorités africaines. Bref, il s’agit de mettre en avant la valeur de chaque être humain, quel qu’il soit et quelles que soient ses appartenances, au-delà des logiques de profit, de domination et de monopolisation du pouvoir.

Au-delà de l’urgence 

Continuer la lecture

Les REAF en grève et dans la cité, juillet 2020

En passant

Chères et chers collègues,

compte tenu des mobilisations actuelles contre les réformes dans l’enseignement supérieur et la recherche (LPPR), les retraites, et plus largement la destruction des services publics, nous maintenons mais transformons les 6e Rencontres des études africaines en France (REAF 2020), qui se dérouleront du 6 au 8 juillet à Marseille.

Cette édition se déroulera hors du cadre universitaire et dans la cité.
Les présentations et échanges seront organisés dans différents lieux (bibliothèques, librairies, bars, squares, etc.) avec des publics élargis. Les ateliers devront comprendre au moins trois intervenantes et intervenants
Le comité scientifique est en grève et n’a donc pas procédé à d’évaluations. Par conséquent les REAF sont ouvertes à tous.

Souhaitez-vous et pouvez-vous maintenir votre participation dans ce nouveau format ? Si c’est le cas, nous vous demandons de nous le confirmer par courriel avant le 3 avril 2020 à <reaf2020@sciencesconf.org>.Bien à vous,

Le comité d’organisation
——————————–
6e Rencontres des études africaines en France
Marseille, du 7 au 10 juillet 2020

In memoriam Fallou Sene : grèves étudiantes au Sénégal

http://afriquemidi.com/2018/05/18/emouvante-lettre-posthume-de-fallou-sene-par-le-collectif-des-etudiants-de-lugb/

Le 16 mai 2018, les universités sénégalaises s’embrasaient : en cause, la mort de Mouhamadou Fallou Séne, étudiant en deuxième année de français à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (Sénégal) le mardi 15 mai.Revendiquant le versement et l’augmentation des bourses d’études, les manifestations ont occasionné des violences policières et mort d’un étudiant. Aussitôt les enseignants du supérieur se mettaient en grève pour 48h, en solidarité avec les étudiants.

Aujourd’hui les étudiants suspendent leur mouvement jusqu’au 1e juillet, mettant au défi le gouvernement de Macky Sall de mener à bien les promesses. D’ores et déjà les bourses de juin ont été versées. Reste à établir les responsabilités dans la mort de Fallou Séne.

Continuer la lecture