Universités assiégées en Iran, 2 octobre 2022

Projecteur sur la prestigieuse université Sharif, Téhéran, où la répression est violente.

Entendre les voix d’une révolution féministe en Iran. Une pétition d’universitaires féministes

Pour signer la pétition et accéder à la version anglaise →

Le 16 septembre, Mahsa (Zhina) Amini, femme kurdo-iranienne de 22 ans, a été brutalement assassinée par la police des mœurs de la République islamique d’Iran. Elle a été frappée à plusieurs reprises à la tête après son arrestation pour port de hijab soi-disant “incorrect”. Il s’agit de l’un des nombreux autres meurtres d’État commis de manière systématique et délibérée par le régime d’apartheid sexiste de l’Iran. Depuis ce meurtre d’État, des personnes ont manifesté dans de nombreuses villes d’Iran. Cette révolte nationale dénonce non seulement contre le meurtre brutal de Mahsa, mais aussi l’essence même du régime islamique. Les revendications sont majeures et claires : en finir avec un régime théocratique dont la violence multiforme contre les corps marginalisés se trouve son expression dans la mort de Mahsa. Face à la terreur et à la répression, nous assistons en Iran à une révolution féministe enflammée par la rage que suscite le meurtre de Mahsa (Zhina) Amini. Inspirés par le mouvement kurde, les manifestants scandent “femmes, vie, liberté”. Les soulèvements populaires, les corps dansants sans hijab et les manifestant·es brûlant symboliquement leur hijab ont fait l’objet d’une violente répression par les armées de trolls soutenues par l’État, les coupures d’Internet, les gaz lacrymogènes, les arrestations massives et les meurtres brutaux.

https://twitter.com/ilhem_goulli/status/1574003006210822147?s=20&t=Yl-TpOOyMpJXLt3WovfMGQ

Une jeune étudiante a enlevé son voile pour protester contre l’obligation de son port et l’assassinat de Mahsa Amini, frappée à mort e pour un voile ‘mal mis’, à l’Université Al Zahra de Téhéran, établissement le plus religieux et conservateur de la capitale iranienne. Crédit: GOULLI Farid Vahid et Rajesh Sharma, 25/9/2022

Pourtant, la communauté universitaire et militante du monde entier, pour l’essentiel, garde le silence sur ce qui se passe en Iran. La crise iranienne se trouve prise entre deux cadres réducteurs mais hégémoniques à l’œuvre dans les médias comme dans les milieux universitaires. D’une part, la longue histoire de l’oppression coloniale mêlée à la récente montée des discours xénophobes, racistes et antisexistes en Occident a réduit des problèmes complexes, telles que celle du hijab, à des “questions culturelles”. Cela a notamment empêché les voix progressistes du Nord d’adopter une position de solidarité totale avec les luttes des populations du Moyen-Orient et d’autres pays à majorité musulmane, par crainte de nourrir les idéologies antisexistes de l’Occident. D’autre part, une approche dite progressiste mais néo-orientaliste a ignoré les destins et les subjectivités de celleux vivant hors des contextes occidentaux, en particulier ceux du Moyen et Proche-Orient et de l’Afrique du Nord. Ces cadres ont conduit à un rejet épistémique et politique des résistances féministes et queer iraniennes. Leur oppression et leurs luttes à plusieurs niveaux ne sont pas reconnues, et elles sont invisibilisées, si elles ne sont pas interprétées dans le cadre des débats occidentaux ou au travers ce regard néo-orientaliste.

Contre et au-delà de ces tendances réductrices, nous, collectif de militantes universitaires féministes, exhortons les communautés féministes internationales à se joindre à nous pour construire une solidarité transnationale avec les femmes et les corps marginalisés en Iran.

Continuer la lecture

L’instauration d’une police universitaire embrase les campus grecs, selon Courrier international

Academia suit depuis quelques années les dérives autoritaires de l’État grec à l’endroit des universités. Il y a un an, Eleni Dimou avait alerté sur la loi sur les universités, très inquiétant dans un pays où l’université a été le fer de lance contre la dictature dans les années 1970. De nombreuses manifestations étudiantes ont eu lieu, sans effet. Le pays entre désormais dans une nouvelle phase d’affrontements.

Courrier international nous offre un article très complet sur la mise en œuvre de cette mesure, de la violence qui se répand sur les campus. Au delà de l’inquiétude du ou de la citoyenne européenne, nul doute que l’article intéressera celles et ceux qui s’interrogent sur le contrôle toujours plus autoritaire de l’accès aux campus (vidéosurveillance, cartes magnétiques) et sur la représsion qui s’y joue en France

https://www.news247.gr/gnomes/gerasimos-livitsanos/an-echoyme-tragodia-sta-panepistimia-i-eythyni-tha-echei-onomateponyma.9645061.html

Police anti-émeute en Grèce. Crédit: Eurokinissi

Continuer la lecture

Comprendre les changements majeurs qu’a connus le recrutement universitaire. Une étude britannique

L’explosion mondiale des taux d’inscription à l’université et de la taille des établissements a transformé leurs schémas de dotation en personnel et leur structure organisationnelle. Une nouvelle recherche du Policy Institute du King’s College de Londres offre la première étude approfondie des changements du 21e siècle dans le secteur universitaire britannique, et souligne l’ampleur et l’impact de ces changements.

Financé par la Nuffield Foundation, le rapport est rédigé par la professeure Alison Wolf, baronne, membre de l’Augar Review of Post-18 Education & Funding, et le Dr Andrew Jenkins.

Les observateurs de l’enseignement supérieur contemporain se plaignent souvent d’un “managérialisme” croissant et de l’augmentation des contrats d’enseignement précaires de courte durée. En s’appuyant sur la base de données du Royaume-Uni sur la main-d’œuvre et sur des enquêtes sur six établissements distinctifs, les chercheur·ses ont examiné dans quels changements ont eu lieu et cherché à en comprendre les raisons. Le rapport confirme des modifications majeures dans l’emploi administratif et académique, ainsi qu’une centralisation poussée et le déclin de l’autonomie du département universitaire.

Continuer la lecture

Suisse. La pétition pour la création d’emplois permanents présentée à l’Assemblée fédérale

PÉTITION ADRESSÉE A L’ASSEMBLÉE FÉDÉRALE
Pour la création d’emplois permanents dans le monde académique: de meilleures conditions de recherche, d’enseignement et de travail

Les signataires font appel à l’Assemblée fédérale pour l’adoption de mesures concrètes visant à protéger la santé et la vie familiale du personnel scientifique, améliorer ses conditions de travail et garantir la qualité des connaissances produites. À ce titre, la mesure suivante nous semble indispensable: la création d’un nombre conséquent de postes stables pour les chercheur-euse-s post-doctoraux-ales.

Les positions académiques doivent être diversifiées par la création ou l’expansion d’un statut stable, situé entre les assistant-e-s doctorant-e-s et les chaires professorales. Assurer la stabilité de ces postes et leur financement dans la durée implique de «convertir les catégories de postes jusqu’à présent à durée déterminée en postes à durée indéterminée et réduire les ressources destinées aux projets de recherche en faveur d’un financement de base des hautes écoles accru» [1] , comme le suggère l’Académie des sciences humaines et sociales (ASSH) dans son rapport Next Generation. L’Assemblée fédérale doit adresser un message clair aux établissements d’enseignement supérieur, à leurs instances représentatives et au Fonds national suisse (FNS) pour que les politiques d’engagement et de promotion de la relève soient réformées avec l’objectif de créer un nombre conséquent de postes stables, accessibles le plus rapidement possible après l’obtention du doctorat.


Regard d’Australie sur les « universités entrepreneuriales »

  • par Agnès Vandevelde

Un article/grand entretien vient de paraître dans la revue de l’Association internationale de sociologie Global Dialogue (n°12.1, avril 2022) sur l’évolution des universités australiennes depuis 30 ans : « Universités entrepreneuriales et injustices épistémiques. Entretien avec Jill Blackmore », par Johanna Grubner.

« Le monde universitaire et la science sont l’objet de profondes mutations liées à leur marchandisation ou quasi-marchandisation imposées par la gouvernance néolibérale »,

soulignent les rédacteurs en chef de la revue, Brigitte Aulenbacher et Klaus Dörre, ajoutant que

« Jill Blackmore décrit les profondes restructurations qu’ont connues les universités australiennes au cours des dernières décennies, ce qui les a motivées, et les effets qu’elles ont sur la production de connaissances et la justice épistémique. »

Un éclairage utile pour questionner ce qui se passe aussi ailleurs dans le monde…

https://www.flickr.com/photos/126483205@N08/45113448714/in/photolist-2bJwdzh-2ecuV6w-2CqGvN-XTJrJi-28uM2Mu-6fB1DY-dETx1W-2b1ZEgT-6fB3P7-o1bB6a-6fwTkH-6fB4GS-6fwS9t-6fwReg-6fB22J-atkGY2-2inPW6P-S52bU2-22xTr6H-2hud5ua-2miLTBP-6fwSuv-2d4Xgnk-6fB2Rq-6fwSjv-6fB2co-6fB3af-6fwSYV-4jzE5-6fB2wd-6fB4ky-4jAj7-4jzSn-6fB2Gu-oz6vYh-4jzST-6fwRPx-6fB3Z5-4jA9k-21gXehc-2iaEU1M-2hvjipe-2htHRko-2ikRFT6-2htMLfr-2huQF7N-2mDbq77-2htLRDt-4RnAGG-2htJgzB/

Graffiti Tunnel. University of Sydney,
Australia. Crédit: Martin Snicer, 2018

Continuer la lecture

Confiscation d’un bâton : actes sexistes à l’Université de Goettigen

Un professeur de l’Université de Göttingen vient d’être sanctionné au tribunal pénal pour avoir séquestré des doctorantes et une collaboratrice dans son bureau et leur avoir donné la fessée sous le prétexte de fautes qu’elles auraient commises entre 2014 et 2017 : 11 mois avec sursis et confiscation du bâton de bambou utilisé. La procédure disciplinaire devant le tribunal administratif est encore en cours. D’autres professeurs sont également poursuivis pour des faites de violences sexistes.

Le tribunal régional de Göttingen a condamné un professeur de l’université de Göttingen à onze mois de prison avec sursis. En raison de la peine prononcée, l’homme de 58 ans conserve pour l’instant son statut de fonctionnaire.

Les juges ont déclaré l’homme coupable, entre autres, de mise en danger de la vie d’autrui dans l’exercice de ses fonctions, de séquestration et de contrainte sur trois femmes. La chambre a acquitté l’homme des chefs d’accusation d’agression sexuelle et de harcèlement. Le parquet avait requis une peine d’un an et huit mois avec sursis. (…)

Continuer la lecture

Un professeur de la Vrije Universiteit Brussel accusé de comportement inapproprié: licenciement à VUB

“Un professeur de la VUB mis à la porte pour comportement transgressif : “J’ai fait votre carrière, je peux aussi la briser”.

Il existe un important point commun important entre les femmes qui ont accusé le professeur d’archéologie D.T. de comportement inapproprié1. Elles ne sont pas satisfaites de la gestion de l’affaire par la VUB. “Une université  2n’est pas une cour de justice”, retorque la rectrice Caroline Pauwels. “Les gens méritent une seconde chance.”

Début juin 2020. Le centre de signalement des comportements transgressifs de la VUB reçoit un rapport sur D.T., le professeur populaire du département d’archéologie. Il est question de comportement inapproprié, d’intimidation et d’abus de pouvoir. Cet été-là, trois autres rapports sont reçus. À l’automne 2020, quelques autres rapports s’ajoutent, dont celui d’une étudiante. L’université reste silencieuse.

Entre-temps, certaines des femmes ayant fait un signalement ont été conseillées par Punt. asbl, organisation qui soutient les victimes de violences sexists et sexuelles. Là, on leur conseille de contacter l’Institut pour l’égalité des hommes et des femmes (IVGM). Le 7 décembre 2020, une première réunion a lieu. La directrice Liesbet Stevens est présente, tout comme sa collègue Charlot Bonte, représentant Punt. asbl, une représentante de la VUB et quatre femmes qui ont effectué un signalement.

“Ce n’est que lorsqu’on a fait appel à l’Institut que les choses ont commencé à bouger”, raconte l’une d’elles à De Morgen.

Quelques jours plus tard, le professeur D.T. est invité à une réunion avec le doyen et le directeur du département. Entre-temps, l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes a reçu au moins sept témoignages.

Ce que les femmes ne savent pas à ce moment-là, c’est que plus de dix ans auparavant, des plaintes similaires étaient déjà parvenues à la direction de l’université. Des doctorantes s’étaient alors adressées au doyen de la faculté de lettres et de philosophie de l’époque, mais aucune mesure n’avait été prise. Les plaintes sont toujours les mêmes : D.T. envoie des messages inappropriés aux étudiantes et partage des histoires personnelles. Parfois, cela débouche sur une relation sexuelle. Quiconque rejette ses avances est intimidé ou menacé.

“Tu es très belle dans cette robe. Nous devrions aller boire un verre un jour cet été. Il m’a dit ça pendant un examen oral”, raconte Stefanie De Wolf, aujourd’hui âgée de 38 ans mais alors étudiante de 24 ans. Elle a finalement eu une relation avec lui pendant quelques semaines. “Il me disait déjà à l’époque qu’il avait régulièrement des relations sexuelles avec des étudiantes”, dit-elle.

“Il m’a demandé sans détour si je voulais avoir des relations sexuelles avec lui”, raconte Valentine Verrijken (35 ans). D.T. était à l’époque le directeur de sa thèse. Elle a refusé. “Et puis, d’un coup, une carrière en archéologie s’est révélée être hors de question pour moi. Un emploi qu’on m’avait promis ? Soudain, il est allé à un autre étudiant. J’ai bien terminé mes études, mais un doctorat n’était plus envisageable.”

De Wolf et Verrijken connaissent toutes deux des étudiantes qui ont reçu des messages inappropriés de sa part. Ou qui ont entamé une relation sexuelle avec lui. “Je réalise maintenant qu’il a en fait suivi le même schéma pendant près de vingt ans”, dit De Wolf.

Les deux femmes sont contactées par une ancienne camarade de classe à l’automne 2020 pour voir si elles ne souhaitent pas apporter leur témoignage. Finalement, elles témoigneront toutes deux devant la commission disciplinaire.

Continuer la lecture

  1. De Morgen a parlé à sept des 23 femmes qui ont fait état de comportements inappropriés et d’abus de pouvoir. Certaines ont souhaité rester anonymes, mais leurs noms sont connus de la rédaction. Les courriers, les messages, les captures d’écran et des documents confidentiels confirment leurs histoires. []

Royaume-Uni. Cinq nouveaux jours de grève des universitaires

Lundi 21 mars, plus de 50 000 agent·es universitaires ont commencé une nouvelle grève dans 67 établissements pour les deux prochaines semaines, contre les coupes sur les retraites et les rémunérations détériorées.Deux universités commencent leur grève aujourd’hui, et 27 autres la semaine prochaine. Plus d’un million d’étudiant·es sont concerné·es.

C’est la 3e série de grèves depuis le début de l’année universitaire. Les agent·es on débrayer plus de 10 jours au cours des trois dernières semaines, du lundi 14 févirer au mercredi 2 mars, après trois jours de grève en décembre.

Piquet de grève à King’s College, London Crédit: Guy Smallman, Social Workers, 2022

Initiatives internationales en soutien aux universitaires et étudiant·es ukrainiens

  1. Lettre ouverte des géographes russes contre les actions de guerre en Ukraine
  2. Ressources pour les étudiant·es africain·es en Ukraine
  3. Artistes solidaires avec l’Ukraine“ – une initiative d’Instituts culturels étrangers à Paris
  4. alliance4ukraine” – une initiative allemande qui regroupe des réseaux et des organisations proposant de l’aide aux réfugiés ukrainiens
  5. AIIC, l’Association Internationale des Interprètes de Conférence, a créé une liste d’interprètes et de traducteurs volontaires pour aider les réfugiés ukrainiens et les ressortissants des pays tiers
  6. L’Université Lomonossov de Moscou (MGU) contre la guerre en Ukraine
  7. La BULAC, Bibliothèque universitaire des langues et civilisations, ouvre l’accès à ses ressources en ukrainien, russe et biélorusse
  8. L’Université de Tartu crée un fond de soutien aux étudiants ukrainiens

Lettre ouverte des géographes russes contre les actions de guerre en Ukraine

Liste des signataires


https://twitter.com/_n0name_____/status/1498005858097188865?s=20&t=lJVnitG1PPCRtnD3OZAJKw

Le monde part en rouille. Crédit: @_n0name_____, 27 février 2022

Continuer la lecture

Soutien à la résistance de Bogazici University, Turquie

Liberté au monde académique,
à nos murs, à nos amis
– Signé: Des collectifs.
Mur d’Istanbul, 2022


→ Signez la pétition en françaisen anglais


Comme vous le savez peut-être, le gouvernement Erdogan viole l’autonomie institutionnelle de l’Université Bogazici depuis le 1er janvier 2021, dans une tentative de faire taire le dernier bastion de la liberté académique dans le pays.

Le traitement infligé à l’Université de Bogazici est similaire à celui qui a conduit soit à la destruction de nombreuses institutions et unités administratives séculaires en Turquie, soit au remplacement des cadres par des individus fidèles au gouvernement. Remplacer les autorités légitimes par des acolytes est une arme des pouvoirs autoritaires à notre époque, malheureusement. Bogazici n’est pas le premier à souffrir de cette stratégie. Mais les professeurs, étudiants et anciens de Bogazici sont les premiers en Turquie à s’élever contre la violation drastique des libertés académiques et de l’autonomie institutionnelle perpétrée depuis 2016. Depuis plus d’un an maintenant, nous menons une lutte non seulement pour Boğaziçi, mais pour toutes les universités publiques en Turquie.

La Magna Charta Universitatum et Scholars at Risk ont ​​récemment publié des lettres de préoccupation adressées au président Recep Tayyip Erdogan, à Erol Özvar, le président du Conseil turc de l’enseignement supérieur, et à Naci Inci, le recteur nommé par le gouvernement de l’Université de Bogazici.

En tant que réseau d’anciens universitaires, nous avons également préparé la pétition suivante en coopération avec des universitaires de l’Université de Bogazici.

Nous recueillons maintenant des signatures d’institutions, syndicats et organisations académiques et des universitaires individuels (doctorants, auxiliaires, enseignants, chercheurs) ainsi que d’autres membres du personnel universitaire.

Nous espérons que vous envisagerez de signer la pétition et/ou d’écrire une lettre exprimant votre soutien aux universitaires de Bogazici qui résistent aux violations.

Cordialement,

Continuer la lecture

Invasion militaire de l’Ukraine par la Russie: communiqué du CISR

English version                  русский язык

Nous, membres du Centre de recherche sociale indépendante (CISR)1 , demandons la fin immédiate de la guerre et le retrait de toutes les troupes russes du territoire de l’Ukraine. Le 24 février 2022, le gouvernement de la Russie a lancé une soi-disant “opération militaire spéciale pour libérer les résidents de la DNR et de la LNR“. Chaque jour, cette opération tue des gens dans toute l’Ukraine, transforme des centaines de milliers de personnes en réfugié·es et détruit les infrastructures non seulement militaires mais aussi civiles. Cette guerre** cause des dommages irréparables aux sociétés ukrainienne et russe, ainsi qu’au monde entier. Toute guerre entraîne une catastrophe sociale, des vies brisées, des familles en souffrance et de graves fractures sociétales. Elle inflige des traumatismes qui hanteront les gens pendant des générations. Nous pleurons les victimes de la guerre, les vies interrompues et brisées. Nous sommes solidaires de nos amis et collègues ukrainiens, de tout le peuple ukrainien qui lutte pour son indépendance et de tous ceux qui protestent contre cette guerre2

Non à la guerre !

Trad. Ch. Rabier, avec Deepl

“War is evil”. St Peterburg, 5 mars 2022


CISR’S STATEMENT ON RUSSIA’S MILITARY ASSAULT ON UKRAINE

We, the team of the Centre of Independent Social Research (CISR)3, call for an immediate end to the war and the withdrawal of all Russian troops from the territory of Ukraine. On February 24, 2022 the government of Russia launched a so-called “special military operation to liberate the residents of DNR and LNR.” Everyday this operation kills people all around Ukraine, turns hundreds of thousands of people into refugees and destroys not only military but also civil infrastructure. This war4 deals irreparable damage for Ukrainian and Russian societies, as well as for the whole world. All war leads to social catastrophe, broken lives, suffering families and grave societal splits. It inflicts trauma that will haunt people for generations. We mourn for the war victims, for the lives that are interrupted and crippled. We stand in solidarity with our Ukrainian friends and colleagues, all Ukrainian people that fight for their independence and all of those who protest this war. No to war!


Continuer la lecture

  1. Le ministère de la Justice de la Fédération de Russie exige que, dans les déclarations publiques, le CISR se marque comme “une organisation remplissant les fonctions d’un “agent étranger”.” “Les agents étrangers” sont contre la guerre ! []
  2. ROSKOMNADZOR a exigé que nous considérions ceux qui sont morts ou ont été blessés dans la guerre avec l’Ukraine comme des dommages collatéraux dans une “mission de sauvetage”. Nous affirmons notre droit d’appeler “guerre” le meurtre de personnes au nom de leur “sauvetage”. []
  3. The Ministry of Justice of the Russian Federation demands that, in public statements, CISR marks itself as “an organization performing the functions of a “foreign agent.”” “Foreign agents” are against the war! []
  4. ROSKOMNADZOR has demanded that we view those who have died or have been injured in the war with Ukraine as collateral damage in a “rescue mission.” We affirm our right to call the killing of people in the name of “rescuing” them a “war.” []