Fariba Adelkhah est devenu le visage du déshonneur de la diplomatie française, selon Noémie

Une bien triste nouvelle : Fariba Abdelkhah condamnée à 5 ans de prison


From: Béatrice HIBOU <beatrice.hibou@sciencespo.fr>
Subject: Condamnation de Fariba Adelkhah – 16 mai
Cher(e)s ami(e)s de Fariba,
Vous avez pu l’entendre dans les médias: nous avons appris ce matin la condamnation de Fariba à 5 ans d’emprisonnement. Comme nous n’avons cessé de le répéter, les accusations d’atteinte à la sûreté nationale et de propagande contre le régime sont absurdes, et la condamnation de ce matin strictement politique. Fariba n’a jamais fait que son métier de chercheur, en l’occurrence son métier d’anthropologue.
Son refus d’accepter une libération conditionnelle contre l’arrêt de ses recherches nous laissait prévoir un tel dénouement, même si le choc est grand ce matin à l’annonce de la plus lourde peine qu’elle encourait. Nous ne pouvons qu’être aux côtés de Fariba qui nous offre une magnifique leçon de force, de droiture et de courage. Son combat pour la reconnaissance de la liberté scientifique est le nôtre.
Tout n’est cependant pas terminé du côté judiciaire. D’ici une quinzaine de jours, son avocat fera appel de cette décision, l’appel devant advenir entre 3 et 4 mois plus tard. En Iran, les condamnations en appel ne peuvent être supérieures à celles décrétées en première instance; il faut donc espérer que la condamnation soit allégée, mais rien n’est moins sûr puisqu’il s’agit d’un procès kafkaien, au sens littéraire du terme: sans matière, sans procédure, sans temporalité. Fariba est une prisonnière scientifique dans les mains de politiques. Par ailleurs, la diplomatie française reste active, même si nous ne sommes pas au courant des négociations en cours.
Nous restons plus que jamais mobilisés, et nous allons vous recontacter dans les tout prochains jours pour que le 5 juin, date anniversaire de son arrestation, nous lui exprimions notre solidarité par diverses actions, et montrions aux autorités françaises et iraniennes notre engagement total à ses côtés. Aujourd’hui, nous réitérons notre demande de suspension de toutes les coopérations  scientifiques institutionnelles avec l’Iran: comment continuer à travailler avec un Etat qui nie l’essence même de notre métier et qui, plus largement, viole les fondements les plus élémentaires de la liberté d’expression et de penser ?
Amicalement
Béatrice et Jean-François pour le comité de soutien

Compassionate leave

  • by Ingrid de Kock, Unlocked: Poems for critical times (Part One), Daverick Citizen, 30 mars 2020

Almost everyone’s on leave,
gone away

to the countryside
in threadbare trucks

to pay respects
in rooms and huts

to watch and pray for dying ones
shrunken under sheets,

to vigils through the night
in closed-off streets

where grandmothers prepare
small and smaller funeral feasts

after truncated prayers
chanted by tired priests

over cardboard caskets
in the deathwatch heat.

Gone to taxi ranks and stations
to wait for information

from billboards, radios,
word of mouth and trumpets in the sky

where ubiquitous hadedas,
unlike Auden’s mute impervious birds

blast their high shofars
over each infected space.

Gosiame carries newborn brother Umpile while standing outside their family house in Johannesburg after President Cyril Ramaphosa declared a National State of Disaster as a result of the Covid-19 pandemic. (Photo: EPA-EFE / Kim Ludbrook) L

From Seasonal Fires: New and Selected poems, Umuzi, 2006 DM/ MC/ ML

Suggestion de Myriam Houssay-Holzzschuch

« As it used to be » de Clément Gonzalez (Collectif 109, 2012)

Présentation par Irène Langlet, Université Gustave Eiffel

Depuis 2001, le « 48 Hour Film Project » est une compétition annuelle qui invite de jeunes réalisateurs à réaliser un court-métrage à contraintes (en 48h, en tirant au sort genre, personnage, objet, réplique). Après avoir remporté la victoire à Paris en 2011 avec le film « Casse-gueule », Clément Gonzalez a rencontré le succès à nouveau avec « As it used to be » en 2012 (mise en ligne 2013), qui développe en deux séquences et 8’13’’ quelques puissantes images associées à l’enseignement à distance (EAD) dans les universités. Le concours se tient dans une centaine de centres urbains du monde entier ; c’est à Johannesburg que Clément Gonzalez et son « Collectif 109 » ont tourné « As it used to be », dont la carrière a débuté de façon foudroyante par une avalanche de programmations et de récompenses1, avant de ressurgir en 2020 par la grâce d’une généralisation brutale et massive de l’EAD dûe aux mesures de confinement.

L’Université de Johannesburg prête son architecture brutaliste aux décors de cette courte histoire de near future, comme l’ont fait ensuite les structures de la Bibliothèque Nationale de France dans la série Tripalium (Arte, 2016), ou auparavant les célèbres Espaces d’Abraxas de Noisy-le-Grand dans de nombreux films, de Brazil (1985) à Hunger Games (2012). L’Université de Johannesburg est d’ailleurs également réputée pour avoir lancé les premiers diplômes 100% à distance d’Afrique du Sud en 2017 et 20182 – et ses étudiant·es se sont fortement mobilisé·es en avril dernier pour faire entendre la voix des moins bien équipé·es des leurs3.)

Le charisme des deux acteurs du film, l’intelligence et l’émotion de cet aperçu de la passion d’enseigner font dire à Clément Gonzalez que le court-métrage, depuis le début, a rencontré l’adhésion aussi bien des étudiant·es que des professeur·es. Il confie également qu’un projet d’extension en long métrage est en écriture depuis quelque temps. Le moment ne serait pas mal choisi pour développer un récit de contre-dystopie, où des voix persévèrent à résonner entre les murs des amphis.

Academia remercie vivement Clément Gonzalez de nous avoir autoriser à diffuser son film et Irène Langlet pour se présentation.

  1. Liste des programmations et distinctions du film, sur Vimeo. []
  2. Businesstech, « University of Johannesburg launches 4 new online-only degrees and diplomas », 11 juin 2018. []
  3. eNCA (eNews Channel Africa), « Call to suspend online learning at UJ », 17 avril 2020, URL (mai 20). []

Petition. The Assault on Universities

Alors que la plus grande menace plane sur l’emploi dans les universités britanniques, menacées d’un plan social d’envergure pour compenser les pertes de revenus générés par les étudiant·es étranger·es, des universitaires britanniques lancent un manifeste de résistance contre les nouvelles attaques contre les univertés. Voici le lien vers la pétition, reproduite ci-dessous. 

The New Assault on Universities:
A Manifesto for Resistance in Covid Times

4 May 2020

Our higher education system was in crisis before the coronavirus emerged. It now risks collapse.

Before the pandemic, a quarter of all universities were already in deficit – the result of unregulated competition in the sector that was unleashed in order to construct a higher education market. This has led to increased instability, far higher levels of government and student debt following the trebling of fees and introduction of loans in 2012, and the emergence of a corporate mentality and market logic that puts higher education at odds with its status as a public good. As the Public Affairs Committee put it in 2018, the ‘Higher Education market [is] not working in interests of students or taxpayers’.

Universities have been effectively privatised – dependent on tuition fees and accommodation revenue and, increasingly, reliant on income from international students.

The UK comes bottom of OECD countries in relation to the proportion of public spending as part of overall spending on tertiary education. Only 25% of its spending on higher education comes from the public purse, a mere 0.5% of GDP. Compare this to the US where 35% of spending on tertiary education comes from the government or 97% as in the case of Finland.

Covid-19 is going to intensify the problems that were already there. International – and possibly home – students are likely to sit out the year leading to a ‘black hole’ of at least £2.5 billion in the sector producing enormous operating deficits and heaping yet more stress on an already creaking system.

Yet much like the pandemic itself, we are not all in this together. Universities are ‘hoarding’ some £44 billion of reserves, with Oxford and Cambridge alone sitting on almost £21 billion of wealth, and the sector as a whole regularly runs a surplus over more than £1 billion.

Management teams are now drawing up contingency plans and recovery packages and are set to announce mass redundancies, pay and recruitment freezes, promotion pauses and programme cuts. Again, as with the pandemic, the axe will not fall evenly with casualised workers, BME staff and women set to bear the greatest brunt of the cuts.

Many employers will attempt to take advantage of the pandemic to institutionalise a form of ‘shock higher education’ where online delivery becomes standard, where surveillance becomes routine, where precarity becomes acceptable, where the right to a pension becomes obsolete and where funding becomes ever more tied to employability.

Our response has to be national and local, short-term and far-sighted, practical and visionary. We need a set of actions based around solidarity with the most vulnerable and a commitment that the burden should be borne by those most able to bear it: institutional reserves should be used; excessive salaries of vice-chancellors and senior staff cut dramatically; vanity capital expenditure projects suspended; marketing budgets and the use of consultants scaled right back; government intervention as described below.

We will need to resist the imposition of a ‘new normal’. In the immediate future, we need to collectivise the risk of redundancy by demanding that instead of job cuts, we have smaller classes; instead of sacking hourly-paid staff, we should make sure that excessive salaries are curbed and the money used for contract extensions for casualised staff; instead of scrapping research leave for the year, we should use this time to investigate the political, economic and cultural challenges posed by coronavirus.

Higher education is at the centre of the scientific and critical response to Covid-19. It is not just another industry like aviation and energy. Instead it needs a full bail-out and a massive increase in public funding. We have to reject a return to the ‘old normal’ of cut-throat competition, market logic, endless bureaucracy and rampant managerialism.

Thus we also need to build a radical new settlement for the period following Covid-19. The scale of this crisis provides an opportunity to undo the damage that the market has caused in the last decade: to restore free education accessible to all as a vital public good; to reintroduce incentives, like the Education Maintenance Allowance, for marginalised communities to study; to restructure higher education so that it is no longer dependent on casualised and zero-hours contracts; and to abolish the gender and race pay gaps that remain endemic throughout the sector.

Higher education is on the brink. This is a time for imagination, solidarity and resistance.

https://www.thecanary.co/uk/news/2020/02/03/74-uk-universities-to-strike-over-pay-and-pensions/

(c) The Canary, 3 février 2020

THE MANIFESTO

Continuer la lecture

Attaques contre les sciences humaines et sociales au Brésil

  • Entretien avec Sidney Chalhoub,Marine Corde and Angela Facundo Navia
    Publié par Émulations, 21 avril 2020
    Propos recueillis par Céline Mavrot and Romain Tiquet

Dans le cadre des attaques récentes du président Jair Bolsonaro à l’encontre de la philosophie et de la sociologie au sein du système d’éducation supérieure, Émulations reçoit trois spécialistes – Sidney Chalhoub, Marine Corde, Angela Facundo Navia – pour un entretien croisé sur la situation des sciences humaines et sociales au Brésil à la lumière de l’actualité politique du pays. Cet entretien a été réalisé par Céline Mavrot et Romain Tiquet.

In the wake of President Jair Bolsonaro’s recent attacks on philosophy and sociology in the higher education system, Émulations is pleased to welcome three experts for a cross-interview on the situation of human and social sciences in Brazil in light of the current political situation. This interview was conducted by Céline Mavrot and Romain Tiquet.

Sidney Chalhoub is a professor of history and of African and African American studies at Harvard University. Before that, he taught for thirty years in Brazil (University of Campinas). His research draws on social history and focuses on racialism, power relationships within Brazilian society, slavery, and public health. Some of his recent work includes: “The Legacy of Slavery: Tales of Gender and Racial Violence in Machado de Assis”, in Lamonte Aidoo and Daniel F. Silva, eds., Emerging Dialogues on Machado de Assis (2016) and “The Politics of Ambiguity: Conditional Manumission, Labor Contracts and Slave Emancipation in Brazil (1850s to 1888)” (International Review of Social History, 60, 2015).

Marine Corde is a post-doctoral researcher in anthropology. She holds a Ph.D. from the Museu Nacional/Federal University of Rio de Janeiro and carried out research and teaching for five years in various Brazilian universities. Her research focus is on anti-discrimination campaigns in partnership with governmental and non-governmental organizations. Her recent research comprises: « Mémoires d’immigrés, mémoires de France ? Mémoires et reconnaissance » (Conserveries mémorielles, 13, 2013) and “A articulação entre objetividade e subjetividade nos textos antropológicos: contribuições da escrita literária para a construção de saberes antropológicos” (Revista de Ciências Sociais, 44-2, 2013).

Angela Facundo Navia is a professor of anthropology at the Federal University of Rio Grande del Norte and the President of the northeast region of the Brazilian Association of Anthropology. Her research explores the racialized and gendered boundaries of nation, the states’ practices of governance regarding refugees and the processes of forced displacements. Some of her recent work includes: “Deslocamento forçado na Colômbia e Políticas de refúgio no Brasil: Gestão de populações em êxodo” (Revista de Estudos e Pesquisas Sobre as Américas, 2019), Êxodos, refúgios e exílios: Colombianos no Sul e Sudeste do Brasil (Ed. Papeis Selvagens, 2017).

Sidney Chalhoub, you were a professor at the University of Campinas (Unicamp – Universidade Estadual de Campinas) until 2015, when you obtained a position at Harvard. Unicamp was or would be one of the most affected universities because the governor of the region is pro-Bolsonaro. Marine Corde, you have studied and worked in three Brazilian federal universities and conducted anthropological research in the country. Angela Facundo Navia, you have made the most of your academic carrier between Brazil, Colombia and France, and you are a close observer of Brazil’s sociopolitical life. Can you introduce yourselves and explain the various types of institutional situations (at the local and federal levels)?

Sidney Chalhoub: I taught at the University of Campinas from 1985 to 2015. I am a social historian of Brazil, having done research on the history of working-class culture, slavery, race, and public health. The University of Campinas is a public university in the state of São Paulo funded by taxpayers’ money. Students pay no tuition for undergraduate or graduate studies. It is regularly listed among the two or three best universities in Brazil and in Latin America.

Since the funding of state universities in São Paulo depends directly on sales taxes (a fixed percentage of what the state treasury collects is transferred to the universities), they have suffered in the past few years as a result of the economic crisis. Nonetheless, the situation there seems less precarious than in federal public universities because the latter are funded by the Ministry of Education and their budgets are decided annually by the government. Thus, a government that is openly hostile to higher learning can cause significant damage to the federal university system.

Marine Corde: I am an anthropologist. I studied anthropology in France, at the University of Lyon (Université Lumière Lyon 2), and in Brazil at the Universidade Federal da Paraíba; I completed my doctoral studies at the National Museum/Federal University of Rio de Janeiro (Museu Nacional/Universidade Federal do Rio de Janeiro – UFRJ). I also taught in the Department of Social Sciences at the Federal University of Viçosa (Universidade Federal de Viçosa). I had the opportunity to benefit from a high-quality academic education in Brazil, and I am very concerned about how the Brazilian university system is being threatened by spending cuts.

At the beginning of 2019, the Bolsonaro government attacked some universities, such as the University of Brasilia (Universidade de Brasília – UnB), the Federal Fluminense University (Universidade Federal Fluminense – UFF), the Federal University of Bahia (Universidade Federal da Bahia – UFBA), and the Federal University of Juiz de Fora (Universdade Federal de Juiz de Fora – UFJF). The Education Ministry (Ministério da Educação – MEC) declared that it would cut the budget of these universities on the pretext that they were not achieving sufficiently good academic results and that they were making too much fuss (« balbúrdia »). The real target was, rather, the good academic work done in those universities that take their social responsibility in Brazilian society seriously. Regardless of the region in which each one is located, I think these universities were especially targeted because they are well-known as critical thought education venues. A few weeks later, the announcement of the spending cuts was extended to all Brazilian federal universities.

Angela Facundo Navia: I obtained my doctorate degree at the Federal University of Rio de Janeiro. I completed a postdoctoral fellowship at the Casa de Rui Barbosa Foundation, also in Rio de Janeiro, and was then hired as a professor in the Department of Anthropology at the Federal University of Rio Grande del Norte (Universidade Federal do Rio Grande do Norte – UFRN), in the northeast region of Brazil. These three institutions, as has happened with the entire education system in Brazil, have suffered different types of attacks in recent years. However, the characteristics, intensity and severity of the problems are very different. The tragedy of the fire at the National Museum in 2018 and its bad management by the government is, without a doubt, the most serious one and most explicitly demonstrated the government’s neglect and disinterest in the production of knowledge and the various research and the other activities that were carried out in the institution. A very important heritage was lost regarding the history of Brazil, which was central to the institution’s relations and work with indigenous communities, popular favela organizations, religious communities, schools, etc. The continuity of its academic life and graduate programs was also affected, which, in addition to losing materials that constituted the basis of research, still have no definitive and appropriate place to function.

Facebook de Fundação Casa de Rui Barbosa, 2016

Continuer la lecture

Solidarité avec les précaires. Initiatives étrangères

Twitter, 5 mai 2020

Alors que la perspective de faire cours à distance à la rentrée se précise, avec moins d’étudiant·es et plus d’étudiant·es étranger·es, les universités « de service », dont l’équillibre financier repose sur les frais d’inscription, procèdent à des licenciements massifs des casual staff ou adjuncts.

Des collectifs s’organisent pour essayer de préserver la communauté professionnelle, dont font partie intégrantes les précaires, à l’instar de la vidéo réalisée par les personnels de la City Université of New York.

Vers l’autonomie des Universités des étudiant∙es ? Le salaire étudiant comme outil de lutte contre la précarité : comparaisons européennes

  • par Léa Alexandre, étudiante en Master Politiques et gestions de la culture en Europe, Institut d’Études Européennes, Université de Paris-8

Le 8 novembre 2019, un étudiant de 22 ans s’immole devant le bâtiment du CROUS de Lyon-2 où il étudie, après avoir publié un long message sur le réseau social facebook dans lequel il dénonce les éléments qui l’ont poussé à faire ce geste. Le troisième paragraphe de sa publication revendique la mise en place d’un salaire universel étudiant : « Je reprends donc une revendication de ma fédération de syndicats aujourd’hui, avec le salaire étudiant et, d’une manière plus générale, le salaire à vie, pour qu’on ne perde pas notre vie à la gagner », réactivant ainsi un des leitmotivs des milieux militants étudiants français. De nombreux média et détracteurs ont dénoncé un réemploi par l’extrême gauche d’ « un drame singulier », à l’instar de Jean-Francis Pécresse dans « Pas de salaire pour étudier » (Les Échos, 13 novembre 2019), qui souligne à quel point la France est pionnière en matière d’aides sociales pour ses étudiants.

Figure 1. Source – “Enquête sur les conditions de vie des étudiant.e.s.”, Observatoire national de la vie étudiante, 2016.

Or en France, selon une étude  faite par l’Observatoire national de la vie étudiante publiée en 20161, 22,7 % des étudiant∙es disent avoir connu des grandes difficultés durant l’année, parmi lesquel∙les seulement 45% affirment avoir pu couvrir leurs besoins mensuels. En outre, un∙e étudiant∙e sur deux travaille et considère que cela est indispensable pour vivre. Selon un rapport de l’INSEE réalisé en 20162, 20% des étudiants vivent en dessous du seuil de pauvreté, et ce malgré la bourse ou les aides familiales. Selon une enquête sur la santé des étudiants menée par l’Observatoire national de la vie étudiante en 20183, près d’un tiers des étudiants ne se soignent pas par faute de moyens. Il peut s’étonner alors que, sur l’année 2018/2019, le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) annonçait 38% des étudiants étaient boursiers4. La bourse n’est-elle alors pas suffisante ? Qu’apporterait un salaire universel étudiant ? Permettrait-il de garantir l’égalité des chances ? Est-ce une utopie budgétaire comme le souligne nombre de ses détracteurs ? Pourquoi n’a-t-elle pas été mise en place en France alors qu’elle est évoquée par les milieux militants étudiants depuis la charte de Grenoble en 1946 ? Que peut-on retenir des exemples scandinaves ?

Figure 2. Source – “Repères sur la santé des étudiants”, Observatoire national de la vie étudiante, 2018.

Deux analyses peuvent contribuer à répondre à ces questions : la première considère les raisons de l’échec d’un revendication historique par les milieux étudiants militants, de la rémunération étudiante ; la seconde analysera l’ « utopie budgétaire » que le salaire étudiant représente, à partir des exemples scandinaves qui le pratique, en examinant les différentes critiques dont il fait l’objet.

La rémunération étudiante : une revendication ancienne dans les milieux militants

La question de la mise en place d’une rémunération étudiante est apparue très tôt dans les milieux militants universitaires. Tantôt nommée “présalaire”, “salaire étudiant”, “allocation d’autonomie”, “allocation d’études”, elle a figuré de manière omniprésente dans les débats concernant la valorisation du statut d’étudian∙et, statut transitoire entre le jeune scolarisé et le jeune salarié qui peine à trouver sa place dans le système néolibéral. Au moment de l’après-guerre, les discussions autour de cette rémunération du travail étudiant se sont cristallisés lors d’un congrès de l’UNEF en 1946 où a été réalisée la charte de Grenoble revendiquant cet adage : “un étudiant est un jeune travailleur intellectuel”, présentant alors le salariat comme un droit pour l’étudiant∙e. Il s’agissait ainsi pour l’UNEF de conduire à la reconnaissance de l’étudiant∙e comme travailleur∙se∙, de faire reconnaître l’existence d’une population étudiante nombreuse et qualifiée, et de valoriser ce qu’elle apporte à la société. Pour se faire, il a été question de défendre la valeur sociale du travail étudiant, qui bénéficie à l’individu et à la société, tout comme le travail d’un salarié a une valeur productive qui bénéficie à la société. Continuer la lecture

  1. « Enquête sur les conditions de vie des étudiant.e.s. », Observatoire national de la vie étudiante, 2016. (voir fig. 1. []
  2. Revenu, niveau de vie et pauvreté en 2016, INSEE, réalisé en 2016 et publié le 20 décembre 2018. []
  3. « Repères sur la santé des étudiants », Observatoire national de la vie étudiante, 2018. []
  4. MESRI, “Les boursiers sur critères sociaux en 2018/2019”, Note Flash n°19, publié en octobre 2019. []

Manifester pour Fariba Adelkhah avant dimanche 19 avril

Communiqué du comité de soutien

Si Roland Marchal a été libéré le 20 mars (ou plutôt échangé par la République barbaresque d’Iran), Fariba Adelkhah, directrice de recherche à la Fondation nationale des sciences politiques, est toujours prisonnière scientifique à Téhéran.
Elle doit être « jugée » – les guillemets s’imposent car à aucun moment elle n’a pu bénéficier d’une véritable défense tant l’action de son avocat est entravée par ses geôliers – ce dimanche 19 avril.
Lors de la première audience de son « procès », le 3 mars, – audience avortée car Fariba avait refusé de répondre en l’absence de son avocat – nous avions organisé des rassemblements de soutien et de protestation à Paris, Strasbourg et Genève. Ce ne sera évidemment pas possible dimanche.
Aussi avons-nous organisé une e-manifestation. Pour se joindre à nous, pour exprimer sa solidarité, pour concourir à « sauver les chercheurs, sauver la recherche pour sauver l’histoire », comme nous l’a demandé Fariba du fond de la prison d’Evin dans un courrier du mois de janvier, il suffit de visionner la vidéo suivante. Les cliqueurs et cliqueuse seront comptabilisé·es comme manifestant·es.

#Free Fariba: vidéo de soutien

Fariba Adelkhah est prisonnière universitaire en Iran depuis plus de 300 jours. La violence d’État à laquelle elle a été soumise est d’autant plus intolérable qu’elle est maintenue en détention de façon injuste et arbitraire. Son procès va commencer ce dimanche 19 avril 2020. Il est temps de voir lever tous les chefs d’accusation qui pèsent sur elle. Donnons-lui une incroyable force et un incroyable courage pour que son innocence soit établie, pour qu’elle conserve intacts sa liberté de pensée et son combat pour la liberté académique. Faisons entendre son cri : « Sauvons les chercheur·es ; sauvons la recherche pour sauver l’histoire ! » #Free Fariba

Lien : site de soutien à Fariba et Roland

Secrets of surface. Voir un film sur l’engagement mathématique de Maryam Mirzakhani (1977-2017)

Source: http://www.zalafilms.com/secrets/

Filmé au Canada, en Iran et aux États-Unis, Secrets of the Surface: The Mathematical Vision of Maryam Mirzakhani relate la vie et le travail mathématique de Maryam Mirzakhani, Iranienne ayant émigré aux États-Unis  et qui est devenue une superstar dans son domaine. En 2014, elle a été à la fois la première femme et la première Iranienne à recevoir la prestigieuses Médaille Fields.

Les contributions de Mirzakhani sont expliquées dans le film par de grand·es mathématicien·nes1  et illustrées par de courtes animations. Ses collègues mathématicien·nes du monde entier, comme ses enseignants, ses ancien·nes camarades d’école et étudiant·es, font sentir la profonde influence de son œuvre. Le chemin suivi pendant son éducation, son succès au sein de l’équipe iranienne des Olympiades mathématiques, font de Mirzakhani un modèle pour les filles qui souhaiteraient faire carrière en science et en mathétmatiques

Le film est en anglais, mais une version avec des sous-titres français est disponible.
Pour voir gratuitement le film à la date que vous choisirez, entre maintenant et le 15 mai. il faut s’enregistrer à ce lien
et vous recevrez par mail un lien.
Il est demandé par les associations organisatrices qui ont négocié l’offre avec la société distributrice  de ne pas communiquer le lien reçu à d’autres, mais de les encourager à s’enregistrer directement à la même adresse.
  1. À l’heure où je traduis ce billet, je n’ai pas encore vu le film, donc j’espère qu’il y aura quelques mathématiciennes. []

Aux dirigeants du continent africain : face au Covid-19, il est temps d’agir !

Un large collectif d’intellectuel·les de différents pays d’Afrique et du monde entier interpellent les dirigeants du continent africain face à la pandémie de Covid-19, déplorant « les logiques de profit et de monopolisation du pouvoir ». Ils appellent à « repenser la santé comme un bien public essentiel », à « saisir ce moment de crise comme une opportunité afin de revoir les politiques publiques » pour la protection des populations. Plus que jamais, les gouvernements africains « sont placés devant la nécessité d’une gestion concertée et intégrée de domaines relatifs à la santé publique, à la recherche fondamentale dans toutes les disciplines scientifiques et aux politiques sociales ».

Les risques qui planent sur le continent africain, relatifs à la propagation du COVID-19, nous interpellent individuellement et collectivement. L’heure est grave. Elle ne consiste pas à juguler une énième crise humanitaire « africaine » mais à contenir les effets d’un virus qui vient bousculer l’ordre du monde et interroger les fondements de notre vivre ensemble.

La pandémie du coronavirus met à nu ce que les classes moyennes et aisées vivant dans les grandes mégalopoles du continent ont feint de ne pas voir. Depuis près de dix ans, en effet, certains médias, intellectuels, hommes politiques et institutions financières internationales s’accrochent à l’image d’une Afrique en mouvement, d’une Afrique nouvelle frontière de l’expansion capitaliste. Une Afrique sur la voie de l’émergence économique ; une Afrique dont les taux de croissance positifs feraient pâlir d’envie plus d’un pays du Nord. Une telle représentation que l’on finissait par croire réelle à force d’en rêver se déchire désormais devant une crise multiforme qui n’a pas encore livré tous ses secrets. Dans le même temps, l’ordre global multilatéral que l’on se figurait encadré par un minimum de traités se délite sous nos yeux, faisant place à une lutte géopolitique féroce. Ce nouveau contexte de guerre d’influence économique « du tous contre tous » laisse dans l’ombre les pays du Sud, en leur rappelant s’il le fallait le rôle qui leur échoit : celui de spectateurs dociles d’un ordre du monde qui se construit par-devers eux.

https://www.flickr.com/photos/90503531@N05/8224653951/in/photolist-dwMv5t-HmvCYt-2id15Y3-2iqAahC-P8yxrZ-2iiJEsy-2h87hdP-2iHN6DA-29ydNan-2hr5X7L-gUcpCa-2iiqBXN-2gosGa2-4kKpSV-2idsuAX-WzBZ5N-LgYMXY-frNp1y-2iyKR84-2gz1ri5-LwXKDx-5yYNCv-HSn991-2gCWhUF-BbDtBe-MK9uB1-Gu8kJR-GyUmy3-KmV6XJ-2cxSEZs-2ioNGLs-Gzcyge-2ixd3Xk-BU8g4R-xv6sxH-h5mMgd-gUbxxG-28Ccgix-nXnEY1-h5mrKa-gUbEZB-8N1cqQ-h5nKfr-2K8TNW-2ife2yd-gUbWZo-h5mvLX-h5nMZK-h5nLGV-h5nNmX

Chercheuse africaine, par Nancy Keteku, 2012

La pandémie du COVID-19 pourrait saper les bases des États et des administrations africaines dont les défaillances profondes ont trop longtemps été ignorées par la majorité des dirigeants du continent et leur entourage. Il est impossible de les évoquer toutes, tant elles sont nombreuses : sous-investissement dans les secteurs de la santé publique et de la recherche fondamentale, insécurité alimentaire, gaspillage des finances publiques, priorisation d’infrastructures routières, énergétiques et aéroportuaires aux dépens du bien-être humain, etc. Autant de sujets qui font pourtant l’objet d’une littérature spécialisée, désormais abondante, mais qui semblent avoir peu pénétré les cercles du pouvoir des différents États du continent. La preuve la plus évidente de ce fossé est fournie par la gestion actuelle de la crise.

De la nécessité de gouverner avec compassion

Reprenant sans souci contextuel le modèle de « containment » et des régimes d’exception adoptés par les pays du Nord, nombreux sont les dirigeants africains imposant un confinement brutal à leurs populations souvent ponctué, lorsqu’il est n’est pas respecté, de violences policières. Si de telles mesures satisfont les classes aisées, à l’abri de la promiscuité et ayant la possibilité de travailler à domicile, elles demeurent punitives pour ceux qui, pour utiliser une formulation répandue à Kinshasa, doivent recourir à « l’article 15 », c’est-à-dire à la débrouille et aux activités dites informelles.

Soyons clairs. Il n’est nullement question d’opposer sécurité économique et sécurité sanitaire mais plutôt d’insister sur la nécessité pour les gouvernements africains de prendre en compte les conditions de précarité chronique vécue par la majorité de leurs populations. Cela, d’autant plus que le continent africain a une longueur d’avance sur le Nord en matière de gestion de crises sanitaires de grande ampleur, au regard du nombre de pandémies qui l’ont frappé ces dernières années.

La nature ayant horreur du vide, plusieurs initiatives fragiles provenant de la « société civile » se mettent progressivement en place. En aucun cas pourtant, le dynamisme d’individus ou d’acteurs privés ne peut pallier la désorganisation et l’impréparation chronique que seuls les États seraient en mesure d’endiguer à travers le continent.

Plutôt que de subir et tendre la main à nouveau en attendant meilleure fortune, il serait d’ores et déjà souhaitable de repenser notre vivre ensemble en partant de nos contextes spécifiques et des ressources diverses que nous avons.

Scientist David Moinina Sengeh is working on solving healthcare challenges on the African continent. Crédit: IBM Research, 2016

Notre conviction est que l’urgence ne peut, et ne doit pas, constituer un mode de gouvernance. Il s’agit de saisir ce moment de crise majeure comme une opportunité afin de revoir les politiques publiques, de faire en sorte notamment qu’elles œuvrent en faveur des populations africaines et selon les priorités africaines. Bref, il s’agit de mettre en avant la valeur de chaque être humain, quel qu’il soit et quelles que soient ses appartenances, au-delà des logiques de profit, de domination et de monopolisation du pouvoir.

Au-delà de l’urgence 

Continuer la lecture

Scénarios de déconfinement de l’école à l’université : septembre, est-ce si loin ? Une synthèse à J+21

Si l’heure est à l’espoir d’un déconfinement, les modalités de ce dernier sont loin d’être connues. Tant que le remède miracle, le vaccin ou même des tests sérologiques fiables (pour vérifier la fameuse immunité de groupe) ne seront pas disponibles, la situation ne pourra en rien revenir à la « normale ».  Aussi, envisager la rentrée, même en septembre, passe par une multitude de scénarios à rêver en amont, afin d’imaginer quel arc narratif nous allons emprunter dans quelques mois : autrement dit, se reposer sur un retour à la normal me semble aussi illusoire que d’imaginer les pires des scénarios (dans lequel nous sommes d’ailleurs en ce moment !).

Pour ma part et à ce jour dimanche 5 avril (J+21 de confinement), je suivrai donc le scénario sans plus d’aide médicale que celle que nous avons maintenant. C’est le scénario le plus pessimiste. Mais il peut se mélanger avec d’autres événements positifs qui viendraient l’assouplir. Je ne parlerai pas des évaluations, examens ou concours, j’évoquerai juste l’organisation concrète et matérielle des retours en classe à partir d’une revue de presse et informations en provenance de contacts en Europe (Belgique, Italie, Espagne) et en Chine.

Que savons-nous des zones qui commencent le déconfinement scolaire dans le primaire et le secondaire (Chine principalement) ?

Voilà trois semaines qu’élèves et étudiant-es ont été plongé-es de force dans une « école / université à la maison » et déjà, beaucoup espèrent ardemment un retour dans des salles de classe. Alors que la Chine a pris des mesures drastiques face au Covid-19 depuis fin janvier, où en sommes-nous deux mois après ? Sur un territoire qui fait 15 fois la France et dont la population est 20 fois plus importante, toutes les zones ne sont pas touchées de la même façon. En particulier Wuhan identifiée comme « community spread of covid », ressemble fort à certaines zones européennes actuelles. Il faut savoir qu’en dehors du Hubei (province de Wuhan), les cas ont été présumés tracés et pistés, une doctrine appliquée également à Taïwan ou Hong Kong par ex. Je laisse en tirer les conclusions sur le statut de Paris et la France dans cette configuration.

Des éléments venus de Chine donnent déjà quelques indications sur ce qui est possible en ce qui concerne les réouvertures d’écoles[1]. Regardons d’abord quelques informations données par la presse en français (Euronews, 17 mars) à propos d’une école (primaire apparemment) située dans une zone à faible taux de contamination (donc l’Ile de France et le Grand Est, ne rêvez pas trop). On y retrouve ces éléments d’organisation de classe :

  • Groupes réduits (30 en Chine)
  • « Division des élèves pour les activités »
  • Horaires échelonnés
  • Chaises et tables espacées
  • Prise de température plusieurs fois par jour

Continuer la lecture

Précarité et diversité dans l’enseignement supérieur en Allemagne… parlons-en !

Un groupe de chercheur·es s’est réuni à Cologne le 6 mars 2020 pour former une sorte alliance symbolique avec les grèves ayant cours en France et au Royaume-Uni.

Le groupe diversity precarious lutte, depuis l’Allemagne, contre la poussée néolibérale dans le monde universitaire.

Une chercheuse a envoyé à Academia une carte mentale réalisée à partir des notes du brainstorming issues de cette journée : qu’elle en soit remeciée.

Fariba Adelkhah et Kylie Moore-Gilbert toujours emprisonnées

©Stéphanie Samper

La veille de Noël, l’Australienne-Britannique Kylie Moore-Gilbert et la Franco-iranienne Fariba Adlelkhah, ont commencé une grève de la faim et de la soif  pour dénoncer leur maintien en prison. Depuis, nous avons appris que l’époux de Fariba, Robert Marchal, avait été libéré.

Kylie Moore-Gilbert, qui semble plus isolée de Fariba, est emprisonnée depuis octobre 2018. Elle avait pris un avion de Melbourne le 24 août 2018 pour la ville de Qom afin de participer à un programme scientifique sur l’islam à destination des universitaires étranger·es. Elle est arrêtée en août 2018 et condamnée à 10 ans d’emprionnement depuis septembre 2019. Elle a laissé entendre en janvier 2020 que son emprisonnement s’expliquait par son refus de travailler comme espionne pour l’Iran.

Je ne suis pas une espionne, a-t-elle écrit aux autorités de la prison.Je n’ai jamais été une espionne et je n’ai aucun intérêt pour travailler pour aucune organisation d’espionnage pour quelque pays que ce soit. Quand je quitterai l’Iran, je peux être une femme libre et vivre une vie libre, sans me sentir à la merci d’extorsions ou de menaces.

En janvier 2020, Kylie Moore-Gilbert était privée de tout contact avec sa famille et connaissait des conditions de détention insupportables, aux dires des universitaires et des avocats qui la connaissent.

The Guardian, 21 janvier 2020

Dans sa correspondance que The Guardian avait lu en janvier, Kylie Moore-Gilbert écrivait :

“Je suis une femme innocent […] Je pense me trouver au coeur d’un sérieux problème psychologique. Je ne peux plus supporter les pressions de la vie  dans ce quartier aux conditions de détention extrêmement restrictives. Ma situation est rendue encore plus dure en raison de l’interdiction d’avoir des appels téléphoniques avec ma famille. Je m’inquiète beaucoup de leurs réactions à mon verdict mais je ne peux pas leur parler. C’est vraiment inhumain.

Je me trouve dans une solitude totale en Iran. Je n’ai pas d’amis ou de famille et, en plus des souffrances que j’ai endurées ici, je me sens comme si j’avais été abandonnée et oubliée, après avoir fait tant de demandes auprès de mon ambassade, je n’ai toujours pas d’argent pour supporter toute cette situation. (Trad. Christelle Rabier)

Les associations n’ont cessé de dénoncer l’isolement politique dans lequel Kylie Moore-Gilbert s’est trouvée depuis son incarcération, jugeant en janvier que « Rester silencieux, ou traiter la situation avec précaution donne un feu vert pour que l’establishment (justice et police secrète) continue à piétiner les droits humaines sans avoir de comptes à rendre » (Hadi Ghaemi, directeur exécutif du Center for Human Rights in Iran basé à New York).

Kylie Moore-Gilbert n’a pas fait partie des prisonniers libérés par l’Iran en raison de l’épidémie de covid-19, pas davantage de Fariba Adelkhah. Le 30 mars, le comité de soutien de Fariba a écrit à une Lettre à Mme la Ministre Frédérique Vidal à propos de la détention de Fariba Adelkhah.

#FreeFariba

#FreeKylieMooreGilbert

Signez la pétition pour la libération de Kylie Moore-Gilbert

Continuer la lecture

Royaume-Uni, Allemagne : les précaires comme variable d’ajustement en temps de crise

La crise sanitaire en cours en Europe met dans une lumière encore plus crue que les mois passée la situation fragile des hommes et des femmes chargé·es de cours dans les universités européennes, Lumpenproletariat dont la crise supprime les ressources.

Royaume-Uni. La grève des personnels universitaires britanniques contre la précarisation généralisée des personnels a été largement parallèle au mouvement social des universités et labos en lutte. Plus de 50 % des salariés des universités britanniques occuperaient des emplois précaires selon le syndicat UCU. Déjà fin janvier, l’équivalent anglais des Langues O, la SOAS, avait licencié l’ensemble de ses salariés précaires en mettant en avant sa situation financière jugée intenable. L’épidémie de Covid-19, qui a des conséquences budgétaires majeures pour des universités qui vivent très largement de frais d’inscription et notamment des frais payés par les étudiants étrangers, frappe donc les précaires des universités britanniques avec une violence toute particulière. Le Guardian signalait, jeudi 2 avril, que les universités du Sussex, de Bristol et de Newcastle avaient commencé à licencier leurs salariés précaires par dizaines pour ajuster leur masse salariale aux recettes en chute, en attendant de ne pas renouveler les CDD arrivant à échéance dans les semaines à venir, malgré les protestations des syndicats et des étudiants.

https://www.ucu.org.uk/he-action-resources

Extrait de la Our Four Fights campaign de UCU, 2020

En Allemagne, où le Mittelbau (le corps enseignant universitaire hors-statut de professeur) ne bénéficie d’aucun statut de référence comparable à celui de maître de conférences et doit survivre de post-doctorat en chaire junior et de vacation en poste d’assistant auprès d’un mandarin, de nombreux cours seront annulés lors du « semestre d’été » qui devait démarrer vers le 20 avril et qui se déroulera essentiellement en ligne. Certaines président·es, mais aussi des syndicalistes et le réseau des précaires NGA, envisagent publiquement l’hypothèse d’un « non-semestre » (Nichtsemester), sans enseignements ou presque. Il n’y a pas d’année universitaire en Allemagne et la notion même de durée de référence d’un cursus y est d’introduction assez récente, ce qui rend cette hypothèse viable sous réserve d’un accompagnement financier des étudiants, des salariés des universités et des établissements eux-mêmes. Si les président·es cherchent à éviter le Nichtsemester, les précaires du NGA ont publiquement pris position pour cette option, en demandant qu’elle soit adossée à un accompagnement institutionnel et notamment à une prolongation de l’ensemble des contrats en cours.

https://www.flickr.com/photos/jrej/21632775039/in/photolist-yXBCkZ-8wJM6S-oXTBQr-4jNobf-6rZMhi-9jiwWs-2hFxDDX-5bPRp-2d5dQQQ-9hMYaK-avoQNb-34Hys7-fH768N-5F1hRj-HeSxTp-8gi5pW-avnjek-rNuWB-2i4FByG-6d9Cx9-5EVHvD-avoUbL-duDBff-TrejkB-avmcMv-23oJW48-avmdSi-hQZ1oZ-fr9r1J-8hfyCe-8hiPL9-avmfAH-dhfuXJ-4YwLML-cdSAZQ-5Gg62c-avoQyN-6pn8EL-aj7bff-bKEGWi-Uhgy8w-22yGqRG-4wFXtN-6d5txk-2hKddPQ-avoTtE-3aDiDz-2bhXTrn-6d5sQX-4M4R52

« Unser Leben », Walter Womacka (1964) – Haus des Lehrers, Berlin (Photo: GrégoireC, 2015)

Même si les sommes en jeu peuvent paraître considérable, il faut noter que l’État allemand et les Länder, exceptionnellement, semblent prêts à mettre beaucoup d’argent sur la table pour faire face aux conséquences économiques et sociales de la crise, y compris sous la forme d’aides financières directes aux particuliers frappés par les conséquences de l’épidémie. Mais faute de concertation sur le Nichtsemester, la précarité massive des enseignants et la grande flexibilité des cursus allemands est en train de déboucher sur un quasi-Nichtsemester de fait, avec des suppressions d’enseignement massives dans tous les cursus de façon à faire tourner la machine universitaire à bas régime et en ligne. La variable d’ajustement, ici aussi, ce sont les plus précaires, payés à la tâche comme les chargés d’enseignement vacataires français, et dont beaucoup d’enseignements seront suspendus pour le semestre d’été, avec comme conséquence une chute de revenus… qui n’a pas été anticipée dans les accords sur les aides financières directes mises en place par les pouvoirs publics. La radio publique bavaroise vient d’alerter sur le fait qu’à l’heure actuelle, en Bavière tout du moins, les freiberufliche Dozenten — ces chargés de cours vacataires, dont le système allemand ne fait pas semblant de croire qu’ils ont forcément une activité principale hors de l’université — ne sont pas éligibles à ces aides directes et n’auront pas d’autre solution, si leur cours est supprimé, que de demander directement l’allocation Hartz IV, le RSA allemand.

France, Royaume-Uni, Allemagne : trois traditions universitaires dont la différence est proverbiale, mais trois évolutions conjointes vers le culte du management par projets, une dépendance accrue vis-à-vis des financements extérieurs, et un bouleversement de la nature même du métier d’universitaire par la précarisation généralisée. Aujourd’hui, dans ces trois pays, les comptables du naufrage de l’université publique traitent les précaires, qui sont l’université telles que les réformes l’ont redéfinie, comme la variable d’ajustement du choc financier et institutionnel de la pandémie. Cette violence qui laissera des traces souligne la nécessité de regarder comme un enjeu prioritaire le combat pour des statuts protecteurs et pour des garanties matérielles de l’indépendance des universitaires, dans toute l’OCDE.

Liens