Maroc: Maati Monjib, un universitaire détenu arbitrairement

Amnesty International annone (et dénonce) que le 29 décembre 2020, Maati Monjib, universitaire marocain et défenseur des droits humains, a été arrêté alors qu’il déjeunait dans un restaurant à Rabat, la capitale du Maroc.

Il est détenu arbitrairement depuis lors. Il faisait l’objet d’une nouvelle enquête depuis le 7 octobre 2020, des accusations de blanchiment de capitaux ayant été portées contre lui et des membres de sa famille.

 

Pour en savoir plus, voir le document d’information de Amnesty International.

Attaques contre les libertés académiques en France

Il fut un temps, dans un passé qui semble désormais bien lointain, où la France apparaissait comme une nation accueillante pour les exilé·es fuyant des pays autoritaires ; les militant·es révolutionnaires, les artistes, les politiques en exil et les étudiant·es contestataires pouvaient trouver refuge et soutien au pays de la liberté, de l’égalité et de la fraternité. La France est aussi le pays de philosophes qui nous ont donné de nombreux outils de pensée critique, y compris peut-être le mot même de « critique ». Or ces dernières années – au moins depuis le bicentenaire de la Révolution française en 1989 – cette image a été remplacée par une autre, plus inquiétante : celle d’une nation incapable de prendre en compte, voire, de plus en plus, en guerre contre les personnes de couleur issues de ses anciennes colonies (noires, arabes, musulmanes) et les Roms ; une nation dont les responsables, au nom des « valeurs de la République », condamnent les études critiques sur les discriminations raciales et toute accusation d’« islamophobie ».

Si l’on a pu observer, depuis le bicentenaire de la Révolution française, une augmentation spectaculaire des discriminations à l’encontre de certains groupes, les Arabes et / ou les musulman·es, dont beaucoup ont la nationalité française (selon les termes de l’accord qui a mis fin à la guerre d’Algérie), ont été particulièrement touché·es : on les accuse de pratiquer leur religion en public, en violation de la laïcité. En France, celle-ci est définie par la loi de 1905 sur la séparation des églises et de l’État qui requiert la neutralité de l’État en matière de religion pour protéger les droits individuels à la liberté de conscience. De fait, l’État accorde aujourd’hui un soutien important aux pratiques religieuses catholiques — des fonds publics financent les églises, au nom de la préservation du patrimoine national, et les écoles privées, en grande majorité catholiques, au nom de la liberté d’éducation. L’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy a même défendu l’idée que le catholicisme ferait partie intégrante d’une « laïcité positive ». Pourtant, c’est l’islam qui est considéré comme une menace pour les « valeurs » de la laïcité qui fondent l’unité nationale.

L’unité nationale est un concept qui revêt en France un sens particulier, du moins d’un point de vue étatsunien. L’imaginaire d’une nation « une et indivisible » la suppose culturellement homogène ; on évite scrupuleusement tout ce qui pourrait suggérer des divisions. C’est ainsi qu’il n’existe pas de données exactes sur le nombre de musulman·es dans la population française : l’État ne tient pas de statistiques sur la religion, pas plus que sur l’ethnicité ou la race. C’est considérer que rendre visibles ces différences pourtant bien réelles introduirait des divisions inacceptables dans la représentation de l’unité du corps de la nation.

Fred Sochard, 2020

La présence d’environ 6 à 10 millions de musulman·es — dans un pays qui compte environ 67 millions d’habitant·es — est devenue une arme politique puissante. Mis en avant, à l’origine, par le Front National es — aujourd’hui rebaptisé Rassemblement National —, le « problème musulman » s’est désormais imposé comme une obsession qui traverse l’ensemble de l’échiquier politique es — à des degrés différents, de la droite à la gauche. En 2003, sous la présidence de Jacques Chirac, face aux succès électoraux de l’extrême-droite, le gouvernement conservateur a commandé un rapport visant à redéfinir la laïcité à l’aune du « choc des civilisations » du XXIe siècle. Intitulé « La nouvelle laïcité », il revendiquait d’étendre l’obligation de neutralité de l’État aux citoyens en interdisant la manifestation de toute appartenance religieuse dans l’espace public. Une telle logique, bien qu’appliquée en principe à tout le monde, visait à l’évidence les musulmans. Ainsi, le hijab — foulard islamique — est interdit depuis 2004 dans les écoles publiques ; on verbalise des femmes si elles portent le niqab — tissu couvrant l’ensemble du visage — dans la rue ; les femmes voilées ne sont pas autorisées à être témoins de mariage en mairie ; des femmes portant un burkini ont été contraintes, sur certaines plages, de le retirer au cours de l’été 2016… La liste est encore longue. Les femmes ont été la cible de ces lois et règlementations es — pour des raisons que j’ai analysées dans mon ouvrage La politique du voile [2017] — , mais les hommes font aussi l’objet de discriminations économiques et sociales, ainsi que d’une surveillance policière violente, chez eux comme dans la rue.

Continuer la lecture

  1. NDLR. Blog du Academe Magazine, organe de la American Association of University Professors, dont l’objet  principal — l’avenir du métier — se décline en préoccupations pour les libertés academiques, pour la gouvernance universitaire, pour les problèmes de carrière, pour l’emploi permanent (tenure), la sécurité économique des personnels non titulaires, et l’abus d’emplois non-permanents. []

Le gouvernement cède à la pression des étudiants : les frais d’inscription supprimés

Guinée. La grogne des étudiants a porté ses fruits. Au lendemain des manifestations organisées dans la plupart des universités publiques de Guinée, le gouvernement a décidé de supprimer les frais d’inscription et de réinscription dans toutes les institutions d’enseignement supérieur publiques. L’annonce a été faite dans la soirée de ce vendredi, 18 décembre 2020, par le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

« Soucieux d’accompagner les étudiants dans leur volonté de passer une année universitaire bien réussie, le président de la République a décidé de rendre gratuit pour la présente rentrée universitaire 2020-2021, les frais d’inscription et de réinscription dans toutes les institutions d’enseignement supérieur publiques »,

a indiqué Dr Aboubacar Oumar Bangoura, précisant que cette décision est motivée par les conséquences de la pandémie du coronavirus.

Le ministre ajoute que les étudiants qui ont déjà payé les frais de réinscription seront remboursés.

 

La revue SAMAJ se mobilise pour les libertés académiques en Inde

  • par Aminah Mohammad-Arif et Jules Naudet, de la revue SAMAJ

L’université, la science et la liberté d’expression sont attaquées de toutes parts en Inde. Ce n’est pas simplement une métaphore car ces attaques sont parfois physiques, comme lorsque le 15 décembre 2019 la police brutalisa des étudiants alors qu’ils étaient paisiblement en train de travailler dans la bibliothèque de l’université Jamia Millia ou lorsque, le 5 janvier 2020, sous le regard bienveillant de la police, des membres des milices de l’extrême droite hindoue attaquèrent un rassemblement pacifique organisé par l’Association des enseignants de l’Université Jawaharlal Nehru (JNU).

Des éditeurs sont contraints de retirer ou de détruire des livres à la suite d’intimidations, comme celui de Wendy Doniger, The Hindus : An Alternative History, publié par Penguin. La liberté à l’intérieur et à l’extérieur des amphithéâtres universitaires est également sapée par l’annulation de conférences, de films, de pièces de théâtre et de séminaires. Certaines universitaires comme Nandini Sundar et Archana Prasad ont même fait l’objet de fausses accusations de meurtre par la police. Dans les pires cas, cette violence peut aller jusqu’à l’assassinat d’universitaires, dits « rationalistes » comme l’ancien président d’université, M. M. Kalburgi. Les données du V-Dem report 2020, qui suivent depuis 1945 l’évolution des libertés académiques et de la liberté d’expression, donnent à voir un déclin qui s’est accentué à partir de 2014, soit la date de l’élection de Narendra Modi au pouvoir (cf. Figure 1 ; pour davantage de détails sur ce sujet, voir aussi le rapport par Nandini Sundar et Gowhar Fazili).

Les chercheurs et enseignants en sciences sociales sont désormais désignés comme des ennemis de l’intérieur. Nombre d’enseignants autocensurent leurs propos (portant, par exemple, sur d’éventuelles critiques à l’encontre de la politique de Modi) dans leur propre salle de cours, tant ils craignent d’être dénoncés ensuite par des étudiants gagnés à la cause des nationalistes hindous. Les spécialistes des sciences de la nature sont de plus en plus souvent sommés de mettre en place des protocoles d’étude visant à démontrer les bénéfices de la bouse et de l’urine de vache (rebaptisée par les nationalistes hindous Gau mata, la « Vache mère »), ou les vertus de l’eau présumée sacrée du Gange. Pour obtenir des visas, les chercheurs étrangers en sciences sociales sont fréquemment contraints de travestir la présentation de leurs projets de recherche, habités par la crainte de se voir refuser l’accès au territoire indien. C’est déjà le cas chez un nombre croissant d’entre eux.

Figure 1: L’évolution des libertés académiques, de la liberté d’expression et de l’État de droit en Inde

En tant que revue spécialisée sur l’Asie du Sud, SAMAJ considère que notre mission principale —  produire des connaissances scientifiques sur les sociétés — est donc menacée. Cette situation a incité le comité de rédaction de la SAMAJ à réunir des universitaires spécialistes des questions pour réfléchir à cet état de fait.

Notre principal objectif dans ce numéro est de montrer que les sciences sociales proposent des outils analytiques utiles pour comprendre l’évolution politique de l’Inde sous le régime de Narendra Modi. Afin de sensibiliser et d’aider les lecteurs non spécialistes à comprendre ce qui se passe actuellement en Inde, nous avons choisi de faire une exception à notre format habituel et d’ouvrir la revue à des publications s’écartant du traditionnel article académique pour y inclure également des essais, des interviews ou des portraits de personnalités importantes. Le sommaire de ce numéro et les liens vers les articles (tous enaccès ouvert) sont disponibles ci-dessous.

Continuer la lecture

Il faut sauver l’ENS Tunis

  • par Nadia Hebaz, enseignante au département des langues de l’IPELSHT (section de français).

Dans la cour de l’ENS Tunis. Crédit: Hammouda Bouabeene, automne 2020

Il y a presque un an, à la veille des vacances d’hiver, des étudiantes de l’ENS Tunis entamaient une procédure pour protester contre le harcèlement d’un de leurs professeurs, A.H. Soutenues par leurs camarades, garçons et filles, et par le directeur de l’école, elles avaient été reçues au Ministère de l’Enseignement Supérieur, où leurs dépositions avaient été officiellement enregistrées. Je les avais accompagnées en cette journée pluvieuse et froide, et avais pu constater la qualité de l’accueil et de l’écoute, ainsi que le professionnalisme des responsables. J’avais également relayé leur lutte sur Twitter.1. En janvier 2020, le professeur en question était suspendu, et quelques semaines plus tard, il passait en conseil de discipline. Puis, la pandémie a atteint la Tunisie. Après des mois d’attente, nous avons appris la mutation du harceleur dans un autre établissement. Plutôt que de rouspéter contre l’insuffisance de cette mesure, j’avais choisi de célébrer ce qui me semble être malgré tout une belle victoire. Pour la première fois dans l’histoire de l’université tunisienne, une affaire de harcèlement a été portée en place publique. Des jeunes femmes ont pris la parole dans la cour de l’école, dans la rue, dans les médias ; des jeunes gens les ont soutenues sans remettre en cause leur parole ni s’interroger sur leur tenue vestimentaire ; un directeur les a écoutées et a affirmé haut et fort la justesse de leurs revendications. Le tout dans un pays patriarcal où le respect des enseignant·es est inculqué à tous·tes depuis la petite enfance, et où les professeurs jouissent d’une grande considération, renforcée par l’exigence coranique, maintes fois répétée, de la quête du savoir. Ces normaliennes, ces pionnières, par leur courage, ont permis la libération de la parole d’autres victimes, et mis fin au règne du silence2.

Départ de cortège. Crédit: Sarra Laajimi, automne 2020

En cette dernière semaine de cours de l’année 2020, me revoici en train d’accompagner les normalien·nes, mais dans un tout autre combat. Depuis sa création, l’École Normale Supérieure de Tunis forme les futur·es enseignant·es du pays. Dès leur réussite au concours d’entrée, accessible à bac+2 , les élèves bénéficient d’une bourse et savent qu’un poste les attend à la fin de leur cursus de trois ans, lequel intègre une préparation à l’agrégation et des stages pédagogiques. Cette assurance de devenir fonctionnaire de l’État tunisien donne la sérénité nécessaire à un plein investissement dans les études. C’est entre autres pour cela que j’avais choisi en 2005 de quitter la fac pour venir à temps plein à l’IPELSHT (Institut Préparatoire aux Études Littéraires et de Sciences Humaines), où j’étais vacataire depuis deux ans. Dans cet établissement universitaire correspondant aux CPGE françaises un corps enseignant travaille dur depuis 2002 pour former la fine fleur du pays en LSHS. Les résultats du concours d’entrée à l’ENS sont éloquents, puisque, pour les six sections concernées (arabe, anglais, français, histoire, géographie et philosophie), l’écrasante majorité des admis·es vient de « la prépa »3. Nous en sommes d’autant plus heureux·ses  que ces jeunes ne viennent pas tous·tes de milieux à fort capital culturel et/ ou socioéconomique. J’ai eu de nombreux et nombreuses étudiant·es en très grande précarité, qui ont pu intégrer l’école malgré des conditions familiales très difficiles.4.

En route ! Crédit: Sarra Laajimi, automne 2020

Fin octobre 2020, coup de tonnerre : le Ministère de l’Éducation nationale annonce que dans le projet de loi de finances 2021 seuls 15 postes sont prévus pour les 83 élèves de l’actuelle promotion, qui seront diplômé·es en juin 2021. Autrement dit, c’est la fin du recrutement automatique des élèves de l’ENS. Les 68 élèves restant·es n’ont qu’à chercher du travail ailleurs, dans un pays où le chômage des jeunes est particulièrement élevé, et où les opportunités d’emploi, surtout pour les LSHS sont très faibles. La mesure déclenche une vague de protestations à l’ENS, immédiatement soutenue par l’IPELSHT, tous corps confondus. On s’attend à un dialogue, mais les portes du Ministère de l’Éducation nationale restent closes. Les élèves organisent alors un sit-in dans les règles. Continuer la lecture

  1. Où le dossier a bénéficié du soutien actif de Laélia Véron. Témoin des agissements du jeune A.H alors en stage à l’ENS Lyon, et du laxisme dont avaient fait preuve les autorités françaises à son égard, en classant sans suite les plaintes déposées contre lui, la linguiste, très populaire sur le réseau, a été la première à le nommer ouvertement et à documenter le cas, faisant découvrir aux Tunisien·nes le passé peu reluisant du prétendu « poète ». []
  2. Cette affaire A.H est très importante, et j’y reviendrai dans un autre billet. []
  3. Il n’est pas rare que 100% d’une promotion vienne de chez nous. []
  4. Avant la Révolution de 2011, lorsque les postes de professeur dans le secondaire s’achetaient à prix d’or, intégrer l’ENS était vital pour elleux : personne dans leur entourage n’avait ni l’argent, ni les connaissances pour leur en procurer un. []

Pologne. Appel au boycott officiel de l’actuel ministre de l’éducation et des sciences, M. Przemysław Czarnek

Des universitaires polonais·es demandent un soutien international pour leur appel au boycott officiel du ministre de l’éducation et des sciences qui a pris ses fonctions le 19 octobre 2020 à la tête d’un super ministère1, Monsieur Czarnek, fondamentaliste religieux connu pour son comportement homophobe. Iels invitent à signer une pétition.

Sélection de citations de Monsieur Czarnek, tirées de la collection de citations récoltées par les chercheur·es qui appellent au boycott:

« Je ne retire rien. Je suis, je reste et je serai toujours un opposant à la promotion des perversions, des déviances et des dégénérescences, et un partisan de la promotion d’un mariage basé sur l’union entre une femme et un homme ».

« Le but premier et le plus fondamental de la famille, la fonction de la famille est la fonction de reproduction. Les animaux le savent. Les cochons sauvages le savent, les cochons sauvages le savent dans ces bosquets et dans ces champs de maïs. Si nous ne le savons pas, alors nous avons perdu l’instinct de conservation en tant qu’espèce, du moins en tant que chrétiens ».

« Je souligne également l’absence de toute justification pour privilégier la liberté d’expression artistique ou la liberté de parole au détriment, précisément, de la liberté de religion et du droit associé à la protection du sentiment religieux ».

https://www.flickr.com/photos/michal_wu-wu/19587202620/in/photolist-vQRwW1-37F1on-cNw59Y-cNw54Q-Przbc4-db9ffV-4QzMCg-dmEgeC-2juuVSo-db9hVf-dmEdov-dmEdtr-dmEdrz-dbdJLU-dbdJKu-db9fik-fpdHH2-dbdFz4-2juse3U-cNw57j-2juwkVx-uuCTrY-cwLq8u-2juse2w-2juuVXP-2juuVZC-2VVt5v-Nad99-dbg8xG-dbdSLj-db9hXA-2juse5h-2juuW6z-dbdJGN-dbFrRz-ipnaj9-fpsYHS-fpdHnr-dbdFEi-dbYyMz-dbFrTx-cwLqpS-cwLqiA-cwLq4s-cwLq1h-dbFtu9-dbhqtQ-fpsZpm-dbYyKp-dbhJxg

Credit: Michał Wu.Wu, 2015
— The same love lock I photographed 3 weeks ago (photo No. 0098). It’s different now; someone wrote ‘Fuck faggots’ on it…

Continuer la lecture

  1. Fonction qui réunit désormais Ministre de l’éducation et Ministre de l’enseignement supérieur et la recherche dans un super ministère: cf. Un amendement 234 à la Polonaise : le droit des femmes et la suppression de budget, 1 novembre 2020. []

Des universitaires en France craignent pour la liberté dans le contexte de la lutte contre le terrorisme islamique

Les universitaires en France craignent d’être pris·es pour cible par des politicien·nes de tout horizon politique à l’approche de l’élection présidentielle de 2022, après que le ministre de l’éducation nationale a accusé les universités de créer un terreau intellectuel pour le terrorisme islamique.

Après la décapitation, à la mi-octobre, d’un enseignant qui avait montré à ses élèves des caricatures du prophète Mahomet, des chercheurs et des chercheuses qui se consacrent à des domaines tels que le racisme, l’islamophobie et le colonialisme français ont été victimes d’attaques sans précédent de la part de certains membres du gouvernement d’Emmanuel Macron — qui était initialement considéré comme un bastion contre le populisme de droite — mais aussi de la part de collègues universitaires.

« Lier tout cela au terrorisme, c’est la nouveauté »,

a déclaré Simon Dawes, professeur de médias à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Les universitaires sont désormais accusé·es d’avoir « du sang sur les mains » pour avoir mené certains types de recherches, précise le Dr Dawes, s’alarmant de la menace pesant sur liberté d’expression des universitaires.

Au lendemain de l’assassinat de Samuel Paty, Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’éducation, a affirmé que « l’islamisme de gauche faisait des ravages » dans les universités françaises.

Réitérant ses propos, il a ensuite déclaré qu’il fallait « combattre » les courants intellectuels issus des universités américaines qui regardent la société à travers le prisme de l’origine ethnique, de la religion ou du sexe — plutôt que l’idéal républicain français d’égalité — parce qu’ils risquent de « fracturer » la société et créent une «vision du monde qui converge avec les intérêts des islamistes ».

https://www.flickr.com/photos/91022405@N03/10486596975/in/photolist-gYExW8-SxX3D9-3FtrAJ-7YoJAh-9aNo15-84YmSS-5k1hxj-7YkuF6-7Liodb-7YkucF-7YoJTG-7YoJZU-7YkuTR-7Ykv2K-7YkuB6-7YoKtj-7YoKiC-atkXid-7YoKdY-xQtR53-rPV92B-agATDt-bDwgbG-2hePDhi-5Ckq9T-9uMFTA-jqZHpY-7ckJzN-scawpS-2eeLP3Z-QNP9vv-2h1j4fM-rE7kvF-aSUNeF-2gZY222-52rguA-BWVSD6-2j7HXqr-xe9Nux-qM21aE-7jZc2S-5dJVU8-8yrQJM-QmPqnw-aUxnXX-7oJRU8-S19CsZ-8cNHTW-2h9bsSV-Tu3XcW

Putrefaction, by Alouette55th, 2013

Continuer la lecture

Déclaration de soutien de chercheurs.euses d’Amérique latine à Éric Fassin

Nos collègues d’Amérique latine savent d’expérience les dangers qui menacent à l’heure de dérives autoritaires. Plus de 30 associations, réseaux, groupes de recherche et 170 signataires (Brésil, Colombie, Argentine, Équateur, Mexique…) manifestent leur soutien, en même temps qu’à moi, à tou.te.s les collègues en France «victimes de persécutions et de menaces en raison de leur engagement». Merci!
(Eric Fassin)

« Il vaut mieux se plaindre d’une bougie que de vivre dans l’obscurité ». Paris, juin 2018. Photo: Cristina Del Biaggio

Déclaration de soutien de chercheurs.euses d’Amérique latine à Éric Fassin (professeur à Paris 8 – Vincennes – Saint Denis, chercheur au Laboratoire d’études sur le genre et la sexualité et membre fondateur de l’Internationale du genre).

Une fois de plus, notre collègue Éric Fassin a été menacé de mort. Aujourd’hui, la menace de décapitation vient de Twitter, réseau social sur lequel cet enseignant est très actif. Ses recherches sur les questions raciales, les migrations, la sexualité et le genre en font une cible pour l’anti-intellectualisme des extrémistes politiques ; même quand ils sont peu organisés, ces groupes font beaucoup de bruit. Ils accréditent l’existence d’un complot contre la civilisation qu’ils nomment : « idéologie du genre ».

Éric Fassin est menacé parce qu’il est un intellectuel qui se bat. Il répond aux médias chaque fois qu’il est sollicité et ne craint pas de revendiquer ses engagements politiques en faveur de libertés radicalement démocratiques.

Nous, professeurs.euses et chercheurs.eures brésiliens.ennes et d’Amérique latine, sommes solidaires avec le professeur Éric Fassin, un intellectuel qui a été une présence constante dans les événements universitaires importants qui se sont tenus dans notre pays. Il est partenaire de projets de recherche qui lient le Brésil et la France à la recherche de réponses à des questions qui nous mobilisent toutes et tous, comme celles liées aux droits humains et au droit et à la dignité d’existence de groupes sociaux qui ont été historiquement subalternisés.

Le dialogue est un instrument fondamental de et pour la démocratie. Le dialogue implique de promouvoir des relations symétriques et respectueuses, de savoir écouter et de mobiliser la communication pour la paix dans la recherche de solutions collectives. Les attaques télégraphiques sur les réseaux sociaux, qui peuvent aller jusqu’aux menaces de mort, favorisent la haine et montrent que les extrémistes n’ont pour argument que de réduire au silence radical ceux qu’ils désignent comme leurs adversaires. Malheureusement, ce phénomène politique se révèle d’une ampleur mondiale ; face à cela, nous ne pouvons pas garder le silence. Soyons une résistance au démantèlement de toutes les institutions qui encouragent la libre pensée.

À l’heure où le Brésil, et le monde, traversent une vague conservatrice, extrémiste, antiscientifique et qui nient la domination sexuelle et raciale, il est fondamental que nous nous unissions et luttions pour stopper les reculs dans le domaine des droits sociaux et politiques et pour pouvoir avancer vers un monde plus solidaire et démocratique.

Notre solidarité avec le professeur Éric Fassin s’étend à tou.tes les chercheurs.euses victimes de persécutions et de menaces en raison de leur engagement dans des projets citoyens et dans la transformation des institutions autoritaires.

(Liste des signataires et traduction en espagnol et portugais de la déclaration ici)

Au niveau de l’Union européenne… Demandes des syndicats aux ministres de l’Education concernant l’avenir du processus de Bologne

Le 19 novembre, à l’occasion de la réunion ministérielle de Rome du processus de Bologne, les ministères européens de l’Education adopteront le communiqué de Rome qui définit les principaux objectifs et défis du processus de Bologne pour la prochaine décennie.

Les représentant·e·s de haut niveau du CSEE expriment leurs revendications sur l’avenir du processus de Bologne, appelant les ministres participant à la réunion ministérielle de Rome à:

  • Inclure un financement public durable de l’enseignement supérieur et de la recherche dans le cadre du principe de la responsabilité publique;
  • Augmenter le financement public à long terme pour soutenir l’enseignement supérieur et la recherche, plutôt que de privilégier des stratégies axées sur le marché qui pénalisent la qualité de la recherche et de l’enseignement universitaire;
  • Garantir la liberté académique car c’est la seule solution efficace pour garantir l’innovation de la recherche et le transfert des connaissances;
  •  Limiter la détérioration de la liberté de recherche causée par l’évaluation des performances et le gestionnariat;
  • Cesser les pressions exercées sur les universitaires et les chercheur·euse·s résultant, par exemple, de leur évaluation entièrement basée sur des méthodes d’évaluation quantitative;
  • Renforcer le rôle central des enseignant·e·s dans le processus de Bologne afin qu’il·elle·s puissent être mieux soutenu·e·s et se voir garantir des conditions de travail décentes et des parcours de carrière plus fiables;
  • Respecter et mettre en œuvre toutes les valeurs et tous les principes que les gouvernements inscrivent dans les traités et les déclarations.

La prochaine réunion ministérielle de Rome constitue une étape importante pour l’avenir du processus de Bologne et le CSEE et les représentant·e·s des syndicats de l’éducation ont travaillé sans relâche pour inclure les demandes des universitaires et des chercheur·euse·s dans les priorités pour l’avenir de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Le CSEE a préparé des Revendications pour les Ministres de l’éducation des 48 pays du Processus de Bologne participant à la Conférence Ministérielle de Rome et un Rapport qui présente les demandes des syndicats de l’éducation en lien avec la mise en oeuvre du Communiqué de Rome qui sera adopté à la Conférence Ministérielle de Rome.

L’évenement ministériel peut être visionné par le public le 19 novembre 2020 en suivant ce lien.

Source: Comité syndical européen de l’éducation, 12.11.2020

 

 

L’Université de Bern abandonne l’évaluation par facteur d’impact

Abandon du facteur d’impact à l’Université de Bern en montrant la mauvaise qualité de cet indicateur

BernLa marée ‘Facteur d’impact’ devrait se retirer très lentement, et ce chemin est inéluctable.

Un manuscrit déposé début octobre 2020 sur F1000Research va dans ce sens, avec des données objectives. L’Université de Bern a signé DORA en 2016..  et voudrait mettre en oeuvre ce qu’elle a signé ! D’autres signataires de DORA ne font rien…

Ces auteurs ont analysé 1 525 articles soumis par 64 candidats à une promotion académique, et montré une mauvaise corrélation entre le facteur d’impact de Clarivate Analytics et les RCR des National Institutes of health, USA, créés en 2016. C’est une mesure de l’impact des citations au niveau de l’article, qui compare les citations de l’article avec les articles du réseau d’articles co-cités. Le RCR est comparé à la recherche financée par les National Institutes of Health (NIH) : un article avec un RCR égal à 1,0 est à la médiane des articles financés par les NIH cette année. Les NIH donnent accès au RCR et au percentile des articles indexés dans la base de données bibliométriques PubMed sur un site web. La description du RCR est dans PLOS Biology. Le site iCite est d’accès libre.

En pratique, des articles, quelle que soit la revue, peuvent avoir un impact important sur la recherche. Ce n’est pas la première recherche qui arrive à cette conclusion, et la discussion de cet article commence ainsi :

Alors que la majorité des articles soumis par les candidats à l’habilitation ou à une chaire de professeur associé étaient, selon la réglementation universitaire, publiés dans des revues dont le JIF se classait dans le tiers supérieur de son domaine, seuls 40 % environ de ces articles avaient un percentile RCR dans le tiers supérieur. En outre, 20 à 25 % des articles qui ne répondaient pas aux exigences du classement du JIF (inférieur à 0,66) avaient, en fait, plus d’impact que leurs pairs dans le réseau de co-citation. Notre étude confirme donc les conclusions de l’analyse de 80 000 articles effectuée par le développeur du RCR :
« Bien que les revues ayant les facteurs d’impact les plus élevés aient le RCR médian le plus élevé, on trouve des articles influents dans pratiquement toutes les revues ».
Sans surprise, la corrélation entre la mesure basée sur les revues, le JIF, et la mesure basée sur les articles, le RCR, était faible. (trad.
www.DeepL.com/Translator)

Pierre Ouzoulias conclut donc #ResistESR

 

Attaque contre les étudiants de l’Université de Kaboul, 2 novembre 2020

D’après Wikipedia

Le 2 novembre 2020, trois hommes armés ont ravagé le campus de l’université de Kaboul (Afghanistan), tuant 35 personnes et blessant 50 autres. L’attaque a commencé à peu près au moment de l’arrivée de représentants du gouvernement devaient se rendre sur le campus pour inaugurer une foire aux livres. Le Islamic State of Iraq and the Levant – Khorasan Province (ISIL) ont revendiqué le massacre, après des mois de tension croissante entre le gouvernement afghan, les talibans et les combattants faisant allégeance à ISIL. Au lendemain de l’attaque, dont une responsabilité viendrait d’une erreur du renseignement afghan, le gouvernement a déclaré un jour national de deuil. Le massacre a été condamné par nombre de pays, notamment le Pakistan et l’Inde. Les étudiants de Kabul Université ont déclaré le lendemain à la presse que l’attaque ne les dissuaderait pas de poursuivre leurs études.

An Afghan journalist films inside a class after yesterday’s attack at the university of Kabul, Afghanistan.(REUTERS)

Que les morts reposent en paix.

Et que les étudiant-es retrouvent le chemin de l’éducation et de l’émancipation.

Continuer la lecture

Un amendement 234 à la Polonaise : le droit des femmes et la suppression de budget

Visuel officiel du mouvement Strajk Kobiet/Grève des femmes

Alors qu’en France, le Sénat vient d’ajouter des amendements jugés insupportables et dangereux par les universitaires — 147, intention de délit d’entrave ; 150, suppression de la qualification; 234, libertés académiques soumises aux valeurs de la République — le nouveau ministre de l’éducation et de la recherche unifiées a décidé d’utiliser le budget comme arme politique, privant d’une partie de leur budget les universités qui ont autorisé leurs étudiant·es à participer aux mobilisations en cours contre la restriction de l’accès à l’IVG. En effet, depuis plusieurs jours, des manifestations monstres ont lieu dans toute la Pologne depuis la décision d’interdire l’IVG en cas de malformation grave du fœtus, ce qui représente à ce jour environ 98% des IVG réalisées légalement en Pologne, les trois raisons pour une IVG légale étant jusque là : une malformation grave du fœtus, un risque pour la vie de la mère, une grossesse résultant d’un viol.  En Pologne et France, les temps sont décidément durs pour les libertés académiques et la lutte contre les discriminations.

Update. 30/10/2020

Traduction, introduction et recherche iconographique: Andrea Goulet

Strajk kobiet/Grève des femmes. Le Ministre coupe des subventions 

  • par Marcin Łukasik, money.pl, 30 octobre 2020

L’année dernière, le ministère de la recherche a attribué 13 milliards de zlotys aux établissements supérieurs sous sa tutelle pour l’enseignement et la recherche, soit environ 40 millions de zlotys par établissement. Le nouveau ministre de l’éducation et de la recherche unifiées a annoncé que 15 établissements seraient privés de nouveaux financements. C’est la sanction pour avoir permis aux étudiants de participer aux manifestations contre la décision du Tribunal Constitutionnel restreignant le droit à l’avortement.

Ministre de l’éducation et des sciences Przemysław Czarnek (à droite). (Photo : PAP/Wojciech Olkuśnik, Wojciech Olkuśnik)

Continuer la lecture

#FreeKylie – Où est Kylie ? – 30 octobre

Kylie Moore Gilbert avait disparu pendant 6 jours. Elle vient de revenir à Téhéran – mais reste emprisonnée #FreeKylie

Pour signer la pétition demandant sa libération →

 

À la famille et aux collègues de Samuel Paty du collège Bois d’Aulne. Lettre du syndicat des professeurs et professeures de l’UQAM

En passant

À la famille et aux collègues de Samuel Paty du collège Bois d’Aulne

Montréal, le 21 octobre 2020

 Chère Madame,
Chères et chers collègues,

C’est avec horreur et douleur que nous avons appris la nouvelle de l’abject assassinat de Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie au collège Bois d’Aulne à Conflans-Sainte-Honorine. Je souhaite, au nom des membres du Syndicat des professeurs et professeures de l’Université du Québec à Montréal, témoigner de notre sympathie et de notre tristesse à votre égard. Nous sommes profondément indignés de cet attentat contre un professeur cherchant à défendre, comme nous tentons de le faire, les idéaux d’une éducation émancipatrice.

Avec notre solidarité fraternelle,

Michel Lacroix
Président
Syndicat des professeurs et professeures de l’UQAM

Case postale 8888, succursale Centre-Ville Montréal, Québec H3C 3P8
spuqATuqamPOINTca – www.spuq.uqam.ca