« Passionate and burn out« . Un webinaire berlinois sur le travail précaire dans l’ESR, 8 avril 2021

Séminaire en ligne – jeudi 8 avril 2021, 14h

Description : Cet exposé traitera de l’état actuel du travail et de l’emploi universitaires. Une attention particulière sera accordée à la tension entre la précarisation néolibérale du travail et la culture traditionnelle du travail universitaire basée sur la passion et la motivation intrinsèque. L’impact de la diminution de la sécurité de l’emploi et de l’augmentation des pratiques d’emploi temporaire sera discuté du point de vue de l’avenir de l’enseignement supérieur et du bien-être des chercheurs en début de carrière. L’objectif principal est d’éclairer comment les facteurs spécifiques au secteur peuvent être propices aux mécanismes d’exploitation néolibérale, en particulier dans les secteurs créatifs/intellectuels. Au final, cet exposé cherche à stimuler une réflexion critique sur les moyens possibles de surmonter l’auto-exploitation volontaire dans les secteurs créatifs.

Aslı Vatansever (PhD Université de Hambourg, 2010) est sociologue du travail et de la stratification sociale et s’intéresse plus particulièrement au travail universitaire précaire. Elle est actuellement Philipp-Schwartz Fellow au Bard College de Berlin et travaille sur un projet intitulé « Varieties of Academic Labor Activism in Europe ». Ses livres incluent : « Ursprünge des Islamismus im Osmanischen Reich. Eine weltsystemanalytische Perspektive » (Hambourg : Dr. Kovač, 2010), « Ne Ders Olsa Veririz. Akademisyenin Vasıfsız İşçiye Dönüşümü » (Prêt à tout enseigner. La transformation de l’universitaire en travailleur non qualifié, Istanbul : İletişim, 2015 – coécrit avec Meral Gezici-Yalçın), et « At the Margins of Academia. Exile, Precariousness, and Subjectivity » (Brill: 2020). (Brill : 2020).

La Turquie arrête 50 personnes supplémentaires après des manifestations universitaires

D’après une dépêche publiée par Reuters le 26 mars 2021, la police turque a arrêté au moins 50 personnes qui manifestaient devant un palais de justice vendredi, dans le cadre des protestations ,qui durent depuis près de trois mois, concernant le choix du recteur de l’université Boğaziçi (Université du Bosphore, Istanbul) par le président Tayyip Erdogan.

« Les couleurs qui ont provoqué les détentions hier sont parmi nous … » (Traduction, probablement approximative, fournie par Google Translate. Tweet de @sinanerensu, 26.03.2021

Les manifestants se sont rassemblés devant le palais de justice central de Caglayan à Istanbul pour soutenir une vingtaine d’étudiant·es détenu·es jeudi sur le campus de l’université Bogazici.

Des images vidéo ont montré vendredi la police anti-émeute entraînant les manifestant·es dans des bus de police après des échauffourées. On a entendu des étudiant·es scander des slogans tels que : « La pression ne nous fera pas céder ».

Les manifestations à Bogazici ont commencé début janvier et se sont brièvement étendues à Istanbul et à d’autres villes en février, entraînant la détention de 600 personnes et quelques affrontements avec la police.

Les veillées se sont poursuivies sur le campus, les étudiant·es et les universitaires se réunissant quotidiennement pour protester contre la nomination, selon eux antidémocratique, de Melih Bulu, universitaire et ancien candidat politique, au poste de recteur.

Le gouvernement a maintenu cette nomination et Bulu a déclaré qu’il resterait en poste.

Les manifestations de jeudi ont éclaté à la suite d’une enquête menée par l’université sur un étudiant pour avoir porté un drapeau arc-en-ciel – symbole de la communauté lesbienne, gay, bisexuelle et transsexuelle (LGBT) – lors de manifestations antérieures.

Sept étudiant·es ont été jugé·es la semaine dernière pour avoir incité à la haine en affichant une photo combinant des images islamiques et des drapeaux arc-en-ciel LGBT. Lorsque l’image a circulé sur les médias sociaux, les autorités ont répondu par ce que les États-Unis et les Nations unies ont décrit comme une rhétorique homophobe.

Le ministre de l’Intérieur, Suleyman Soylu, a qualifié à plusieurs reprises les étudiant·es de « déviant·es LGBT ». Erdogan a fait l’éloge de l’aile jeunesse de son parti au pouvoir, l’AKP, qui est d’obédience islamiste, en affirmant qu’il ne s’agissait pas de « jeunes LGBT ».

Traduction avec l’aide de deepl.


Rappel:
Conférence en ligne, 30.03.2021: Menaces sur les universitaires. Perspectives croisées depuis la Turquie, la France et la Suisse

Sera présente au débat, Zeynep GAMBETTI, Professeure de théorie politique à l’Université de Boğaziçi, Turquie.

Pour plus d’info: https://academia.hypotheses.org/31825

Exit la démocratie, bienvenue dans l’autoritarisme : contrôle de l’État, maintien de l’ordre et surveillance dans les universités grecques

Academia a pris l’habitude d’assurer une veille sur les libertés académiques dans le monde, cet ailleurs qui ne ressemble guère à notre expérience française. Du moins, qui ne rassemblait guère.

L’article d’Eleni Dimou qui explicite les enjeux sur la loi sur les universités votée en Grèce le 11 février 2021 résonne bien douloureusement avec notre actualité française dans l’enseignement supérieur et la recherche : mensonges proférés par les ministres, diffamation des universitaires, brutalité à l’encontre des étudiantes, définancement des universités — tout en déversant des fonds publics ailleurs, en Grèce sur la « police universitaire », en France sur différents « plans » —, dévalorisation de la diplomation publique pour que l’enseignement privé tire une belle épingle financière du jeu, au détriment des citoyen·nes, succession ininterrompue de lois scélérates (loi de programmation de la recherche, loi sur la sécurité globale, loi sur les principes républicains, …) : n’en jetez plus. Les universités grecques ne sont pas situées « ailleurs dans le monde » : elles sont en Europe ; elles sont françaises.

Bonne lecture.

  • par Dr. Eleni Dimou, Lecturer in Criminology, Open University (Royaume-Uni). Originellement publié sur CrimeTalk, 15 mars 2021

Un projet de loi concernant la « sécurité » et le maintien de l’ordre dans les universités grecques, entre autres, a été voté le 11 février 2021, par 166 députés de Nouvelle Démocratie, le parti de droite au pouvoir, et de Solution grecque, parti d’extrême droite, malgré l’opposition unanime des partis de gauche (132 députés), de la communauté universitaire et étudiante grecque et des syndicats de police. Cette décision est intervenue dans le contexte de la pandémie de COVID-19, qui a sans doute été une situation extrêmement difficile, douloureuse, insécurisante, traumatisante et éprouvante, qui a affecté la vie de chacun et de chacune, y compris les systèmes économiques, sanitaires et culturels du monde entier. Ce contexte s’accompagne d’un avenir extrêmement incertain, obscur et flou qui accentue l’insécurité au niveau mondial et local. Le système éducatif a été particulièrement touché : les universités sont fermées depuis plus d’un an, l’enseignement ne se tient qu’à distance —avec des effets néfastes sur la santé mentale du personnel enseignant et des étudiant·es — et, en raison des règles de distanciation sociale, il est extrêmement difficile pour la communauté éducative de se réunir, de discuter et d’échanger des points de vue sur des questions urgentes concernant l’avenir de l’enseignement supérieur.

Quel est le contenu de la loi ?

Le projet de loi « Admission dans l’enseignement supérieur, protection de la liberté académique, amélioration de l’environnement académique et autres dispositions », qui est devenu une loi (4477/2021) le 17 février 2021, exige de tous les établissements d’enseignement supérieur la mise en œuvre de systèmes de sécurité tels que : la surveillance et l’enregistrement d’images et de sons (vidéosurveillance, microphones, etc.) dans les espaces ouverts et fermés de l’université ; la contrôle inquisitorial des mouvements et les systèmes d’alarme ; la restriction de l’accès aux espaces universitaires aux seuls personnels et aux étudiants de l’université, voire des contrôles biométriques aux entrées ; des systèmes de détection électronique de substances et d’objets illégaux ; et la mise en place de centres de contrôle des signaux et des images dans les locaux universitaires.

La loi prévoit également la création d’unités et de comités pour la « sécurité et la protection », ainsi que de conseils de discipline pour les étudiant·es, avec une liste de diverses infractions disciplinaires. Les premiers sont désormais responsables de l’élaboration, de la mise en œuvre, de l’évaluation et de la gestion des programmes et des exigences en matière de sécurité pour chaque université, tandis que les seconds vont mener des « interrogatoires disciplinaires » et rempliront des fonctions telles que l’autopsie1, contre-interrogatoire des témoins, interrogatoire des « persécutés » et rédaction de rapports d’expertise. Le Conseil de discipline aura le pouvoir d’imposer des amendes et même d’expulser les étudiant·es qui ont commis des infractions disciplinaires. Les unités et les comités de sécurité et de protection, ainsi que les conseils de discipline, seront composés de membres du personnel d’enseignement et de recherche de l’université, passant ainsi d’enseignants et de chercheurs à des flics et des gestionnaires de sécurité.

Les universités fermées en raison de la pandémie de COVID-19 seront également placées sous haute surveillance et sous surveillance policière en vertu de la nouvelle loi.

Continuer la lecture

  1. NDLR. D’après l’autrice, il s’agit du terme exact de la législation, qui n’a pas davantage de sens en grec qu’en français dans ce contexte. Peut-être entendre « constats liminaires. []

« Le Klu Klux Klan en aurait rêvé ! » Ce que les paniques morales sur les universités révèlent de la propagande d’extrême-droite

  • par Pandov Strochnis

Les universités n’ont jamais eu bonne presse avec les journaux conservateurs. Espaces de contestation et de critique, particulièrement depuis la massification d’après-Seconde Guerre Mondiale et les mouvements sociaux de la fin des années 1960 et des années 1970, ces  institutions se sont révélées, pour une part importante d’entre elles, très résistantes aux tentatives d’entrée et d’emprise du militantisme conservateur ou réactionnaire — même si quelques-unes d’entre-elles sont fameuses pour avoir accueilli des groupes et des intellectuels essentiels de la droite radicale. Il y aurait certainement une histoire à faire des paniques morales agitées concernant ces espaces, qui s’y prêtent bien, étant fréquentés par une partie bien définie de la population et relativement coupés du reste des sphères sociales, mais un tel effort dépasserait les ambitions de ce billet pour Academia.

Une actualité insistante

Une chose toutefois claire — et que j’ai discutée ailleurs — est le fait que l’année 2019 voit en France une résurgence d’un tel cycle de paniques, dont la fin de l’année 2020 et le début de l’année 2021 semblent être un pic : pas un jour ne passe ou presque sans qu’un article discutant, qui la mise en place d’une cérémonie de remise de diplômes réservée aux personnes LGBT dans une université états-unienne — où la pratique existe pourtant depuis plusieurs décennies —, qui un conflit mineur au sein d’une salle de classe quant aux conditions acceptables d’utilisation d’une injure raciste — particulièrement en ce qui concerne la lecture de textes employant ces termes — qui d’un débat concernant le programme à enseigner dans un cours. Les personnes ayant tenté sans succès l’attention des médias sur la situation des universités, notamment concernant les ravages de l’austérité et de la précarité tant sur les usagers que les travailleurs de ces institutions, ressentiront sans doute une pointe de jalousie face à cet intense intérêt pour la question de la composition du syllabus du cours de littérature médiévale de l’université de Leicester, par exemple, au moment même où l’avenir des départements de lettres est remis en cause en France car ils constitueraient un « aller simple pour le chômage ».

Nef pour quatorze reines de Rose-Marie E. Goulet, place du 6-Décembre-1989, mémorial marquant la tuerie de Polytechnique, situé dans le quartier Côte-des-Neiges/Notre-Dame-de-Grâce à Montréal. Crédit: Montrealais, photographie personnelle

Dans ce contexte médiatique survolté, l’association Qualité de la science française s’interroge « sur la place à réserver au sein des universités à des manifestations consacrées à la défense ou à la promotion de certaines valeurs (telles les « semaines de l’égalité ») ». Car, ajoute-elle, « Les valeurs sont par définition des objets polémiques ».

C’est précisément ce qui va m’intéresser ici, à savoir la place que tient en particulier le thème de la « ségrégation » dans le registre de la dénonciation des initiatives pro-diversité ou anti-racistes, spécifiquement dans les universités, tel qu’il se déploie dans ces paniques morales. Une interjection souvent entendue en ce sens se résume ainsi à « Le Klu Klux Klan en a rêvé, les universitaires l’ont fait ! », reprenant la vieille accusation bien connue de « racialisme », selon laquelle dans une société largement post-raciste, les seules personnes faisant exister encore le racisme seraient d’une part quelques marginaux racistes en pleine débandade, et de l’autre un groupe bien plus dangereux, que seraient les antiracistes « obsédés de la race ».

Continuer la lecture

Cours à distance: « A Vienne, il y a une alternative… »

Beschauliches Ambiente der 1920er Jahre im Café Goldegg. Source: Wikipedia

« En Autriche, les étudiants suivent toujours les cours à distance. Certains des traditionnels cafés de Vienne – cinq pour l’instant – ont rouvert leurs portes pour leur permettre de venir y travailler. »

Source: A l’air libre – Mediapart sur twitter. 03.03.2021.

 

Suisse: Ouverture du débat parlementaire sur la précarité des conditions de travail du corps intermédiaire des universités suisses

Comme l’annonce l’Académie suisse des sciences humaines et sociales (ASSH) dans un billet publié le 24 février 2021, « le débat sur la précarité des conditions de travail du corps intermédiaire1 des universités suisses a atteint le Parlement national« .

Les discussions parlementaires doivent répondre à une interpellation parlementaire (n° 20.4622) déposée par le député Christian Dandrès (PS) et intitulée « Lorsque la faim est à la porte, les chercheur-euses s’en vont par la fenêtre« .

Texte déposé par Christian Dandrès et cosigné par huit Conseillères nationales et Conseillers nationaux du PS et des Verts:

Suite à ma question 20.5974, je prie le Conseil fédéral2 d’indiquer:

1. Comment juge-t-il l’efficacité des mesures prises dans le Message FRI 2017-20203 et qu’il veut reconduire ?

2. Quelle est sa détermination sur les recommandations 9, 19, 20 et 23 du rapport « Next Generation: pour une promotion efficace de la relève » (p. 59-61) pour le renforcement des postes en CDI aux échelons intermédiaires de la hiérarchie académique?

3. Quelle est sa détermination sur les revendications des collaborateur-trices des hautes écoles citées dans la pétition « Pour la création d’emplois permanents dans le monde académique » et sur les témoignages de souffrance au travail relayés par la presse ?

Pétition pétition nationale pour mettre fin à la précarité dans les hautes écoles suisses.

4. Connaît-il l’impact du système de mise en compétition généralisée sur la santé du personnel académique et sur la qualité de sa recherche ? Peut-il documenter ses éventuels constats ? A défaut, comment pourrait-il le faire et envisage-t-il de le faire ?

5. Quelles mesures peut-il et va-t-il prendre pour résoudre le problème de la précarité parmi les collaborateur-trices très qualifié-es du monde académique, mais trop âgé-es pour envisager une reconversion extra-académique ?

L’Académie suisse des sciences humaines et sociales pose la question si « le domaine de la relève est-il de la seule compétence des hautes écoles« . Heinz Nauer y répond ainsi:

Dans sa déclaration du 17 février 2021, le Conseil fédéral rappelle que « le domaine de la relève est de la compétence des hautes écoles et de leurs collectivités responsables, respectivement du Conseil des EPF ». Il note également que les hautes écoles ont déjà augmenté le nombre de postes à durée indéterminée et que le Message FRI 2021-2024 prévoit une augmentation annuelle stable de 2 % des contributions de base aux hautes écoles.

Cette interpellation n’est pas la première dans ce domaine : le Conseiller national Fabien Fivaz (Parti des Verts) avait soumis une interpellation en mars 2020 (20.3121), dans laquelle il souhaitait savoir, entre autres, comment le Conseil fédéral évaluait la situation du corps intermédiaire deux ans après la publication du rapport «Next Generation» de l’ASSH.

La discussion au Conseil est toujours en cours dans les deux cas. En 2012 déjà, un groupe de jeunes chercheurs et chercheuses avait publié une prise de position appelant la politique à agir. Deux ans plus tard, le Conseil fédéral a déclaré dans un rapport que le problème avait été reconnu, mais que les mesures concrètes relevaient de la seule compétence des hautes écoles.

Rapport du conseil fédéral (2014) « Mesures pour encourager la relève scientifique en Suisse« 

 

 

  1. Catégorie regroupant doctorant-e-s, post-doctorant-e-s, chargé-e-s d’enseignement et collaborateurs-trices scientifiques []
  2. organe exécutif de la Confédération suisse []
  3. Message relatif aux « Mesures d’économies dans la Formation, Recherche et Innovation«  []

L’European University Association soutient la conférence des présidents d’université. 25 février 2021

La pression sur Frédérique Vidal s’accentue avec le soutien de l’European University Association à la Conférence des Présidents d’Université dans la défense des libertés académiques en France, face aux attaques sur l’autonomie politique de nos institutions. Puissant symbole, puissant soutien.

Cette institution qui regroupe 800 universités dans 48 pays va même jusqu’à inviter Frédérique Vidal à un échange autour des meilleurs voies pour défendre les libertés académique.

 

Relayer les luttes ! Grève des notes face aux suppressions de postes au Goldsmiths College (Londres)

Puisque la lutte n’est pas que française, regardons ce qui se passe en Grande-Bretagne, du côté du Goldsmiths College de l’université de Londres plus précisément.

La présidence de l’université envisage des suppressions de postes massives, qui toucheront en premier lieu les plus précaires et les femmes. Dans ce cadre, les employés appellent à un boycott massif des notes afin de pouvoir négocier avec la présidence et obtenir l’abandon des suppressions de postes. Cela s’inscrit en parallèle d’une lutte des étudiant(e)s pour obtenir des remises de loyers.

Le compte Twitter « Justice for Workers [Goldsmiths] » (@CleanersFor) relaye l’ensemble des informations concernant cette lutte, que nous reproduisons ici.

 

 

Note de solidarité à l’intention des chercheuses et chercheurs en poste en France

deutsche Fassung unten
Nous, chercheurs et chercheuses en poste en Allemagne, suivons avec inquiétude les derniers développements de la polémique en France autour du prétendu « islamo-gauchisme » dans les universités françaises ainsi que les attaques répétées faites aux recherches intersectionnelles et postcoloniales. Nous y voyons un effort ciblé pour réduire au silence certains champs de recherche qui, par leurs résultats scientifiques, remettent en question des privilèges et inégalités structurellement ancrés.

Ce débat a des effets dévastateurs sur nos collègues dont on essaie de délégitimer le travail. Nous rejetons résolument les insinuations destinées à semer le doute sur leur intégrité scientifique. Nous voyons dans ces reproches un empiètement inacceptable sur la liberté de recherche et de l’enseignement académique. L’évaluation de la qualité académique d’une approche scientifique n’incombe pas aux ministres ou aux parlementaires, c’est une compétence primordiale de la communauté scientifique. Or, tout comme chercheuses et chercheurs font valoir les fruits de leurs recherches sur la scène publique sous forme d’un transfert des connaissances, leur travail régulier consiste également en l’évaluation des travaux de leurs pairs.

Nous déplorons que cette polémique ait vu certains membres du gouvernement et de la majorité présidentielle apporter leur soutien à des positions et des stratégies rhétoriques jusqu’ici réservées à l’extrême droite. Nous constatons avec inquiétude ces évolutions, qui ouvrent la voie à une profonde remise en question des principes qui sous-tendent jusqu’à présent l’enseignement supérieur et la recherche.

Le débat dépasse le seul cadre de la sphère académique française : il a une dimension européenne et mondiale. Il touche également aux valeurs communes de la coopération scientifique franco-allemande et internationale. Afin de pouvoir continuer notre travail au-delà des frontières tant disciplinaires que nationales, il est essentiel que nos collègues en France puissent poursuivre leurs recherches sans aucune intervention politique dans le choix de leurs approches théoriques, méthodologiques et empiriques. Notre échange d’idées ne saurait se faire si nos travaux étaient soumis à une conditionnalité politique.

C’est pourquoi nous exprimons notre solidarité et notre soutien à nos collègues de toutes les disciplines qui refusent de telles tentatives d’intimidation. Nous lançons un appel solennel à Madame la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et à toutes les personnalités de l’échiquier politique qui alimentent cette polémique : nous vous demandons instamment de cesser les attaques et de revenir immédiatement à une situation de respect absolu de la liberté académique en France.

[Nous suivons de très près les développements actuels de ce débat en France. La collecte des signatures est ouverte jusqu’au 25 février inclus. Si nous arrivons à atteindre un nombre significatif de signatures, nous transmettrons cette note aux médias français et allemands le 26 février.]

*** Solidaritätserklärung mit Forschenden in Frankreich ***

Wir, in Deutschland beschäftigte Forschende, verfolgen mit Sorge die andauernde Debatte in Frankreich um angebliche „islamisch-linke“ Strömungen an den französischen Universitäten und die wiederholten Angriffe auf intersektionale und postkoloniale Forschungsrichtungen. Wir sehen darin einen gezielten Versuch, bestimmte Forschungsfelder zum Verstummen zu bringen, welche auf Basis ihrer wissenschaftlichen Erkenntnisse zahlreiche lange bestehende Privilegien und strukturelle Ungleichheiten offenlegen.

Lettre à Frédérique Vidal

Depuis vos dernières déclarations sur « l’islamo-gauchisme », je suis dans un cauchemar terrible. Votre discours réveille tout ce que j’ai vécu et tout ce que mes collègues en Turquie sont en train de vivre. Je vous demande de prêter attention à ma parole qui s’est forgée à travers une expérience très dure de la défense de la liberté de la recherche et de l’autonomie de la production scientifique.
Madame Vidal,

Vous vous souvenez de moi, l’enseignante-chercheure exilée que vous aviez accueillie, dans le cadre du Programme PAUSE, à l’Université Côte d’Azur, quand vous étiez sa présidente. Mais nous nous sommes rencontrées la première fois, le 30 septembre 2019, dans le cadre de la conférence de presse du Programme PAUSE ( Programme national d’Aide à l’Accueil en Urgence des Scientifiques en Exil). En tant que ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, vous souteniez ce programme. Je pense que vous le soutenez encore. Tant mieux : vous soutenez les enseignant.es-chercheur.es qui ont fui la répression politique dans leur pays et qui ont besoin d’un espace de liberté pour continuer à poser des questions et à conduire leurs recherches.

Depuis vos dernières déclarations sur « l’islamo-gauchisme », je suis dans un cauchemar terrible. Votre discours réveille tout ce que j’ai vécu et tout ce que mes collègues en Turquie sont en train de vivre, sous l’islamo-fascisme. Je pense que tout.es les scientifiques exilé.es qui sont aujourd’hui accueilli.es par le Programme PAUSE sont entrés dans le même cauchemar, car elles-ils savent aussi très bien comment les libertés académiques se rétrécissent quand les pouvoirs politiques interviennent dans le champ scientifique avec la justification de la lutte contre le terrorisme. En général, c’est comme ça que ça se passe. En Turquie, en Chine, en Iran. Et aujourd’hui en France.

J’ai envie de vous dire que si vous ne revenez pas publiquement sur vos propos ou si vous ne démissionnez pas, le cancer se diffusera et des scientifiques français.es prendront le chemin d’exil.

Ne me dites pas qu’en France ce n’est pas possible. Si, Madame Vidal, si. Vous le savez mieux que moi : le pétainisme n’est pas si vieux que ça. Rappelez-vous dans les années 1940, il y avait beaucoup d’universitaires français exilés, refusant de se soumettre au fascisme.

Vous vous souvenez peut-être, dans la conférence de presse de PAUSE, j’avais commencé mon intervention en disant ceci :

« Pour vous épargner un récit victimisant et pour me distancier d’une vision intégrationniste imprégnée de colonialisme, j’avais pensé d’abord rappeler que chaque pays a besoin de passeurs des théories scientifiques. Surtout la France qui a de grandes difficultés de traduction. Elle a besoin de savant.es qui se sont formés dans d’autres pays. De plus, accueillir les scientifiques qui ne sont pas soumis à l’autorité ne peut être qu’une richesse pour ceux et celles qui les accueillent. »

Je vous demande de prêter attention à ma parole qui s’est forgée à travers une expérience très dure de la défense de la liberté de la recherche et de l’autonomie de la production scientifique.

Madame Vidal, essayez d’écrire des articles scientifiques, avec votre casquette universitaire, pour remettre en question les notions scientifiques et inscrivez-vous dans le débat collectif des chercheur.es, mais surtout cessez d’intervenir en mettant votre casquette politique !

Sinon vous allez mettre la machine infernale en marche.

Et la machine du pouvoir peut aller plus loin que vous ne l’imaginez.

Pinar Selek

Pour aller plus loin

Solidarité avec les universités grecques: la motion de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3

Communiqué de presse du CAC de l’université Paul-Valéry Montpellier 3, 9 février 2021

Dans une conjoncture de pandémie et de confinement, le gouvernement grec a annoncé en janvier 2021 sa décision d’instituer une véritable police des universités, autorisée à patrouiller en uniforme dans les établissements et ne rendant compte à aucun organe d’administration des universités. Cette décision arrive dans la foulée d’une large campagne de diffamation des universités et de désinformation de l’opinion publique grecque contre la prétendue délinquance au sein des établissements.

Le CAC de l’université Paul-Valéry Montpellier 3, réuni le 9 février 2021, voit, dans ces mesures, un écho à la fin des franchises universitaires qu’essaye de mettre en place le gouvernement avec la LPR. Le CAC soutient les conseils des universités grecques, les associations des enseignants-chercheurs et des étudiants, qui s’opposent fortement à ce projet de loi, tant il s’agit d’une violation du principe de la libre administration des universités. Les établissements universitaires ne doivent pas être transformés en un milieu de surveillance et de répression car cela menace et compromet la démocratie et la libre circulation des idées entre université et société.

Motion votée à l’unanimité (moins 1 NPPV)

Plus d’info sur le sujet:

Grèce: les étudiant·es dans la rue pour dire NON à la police sur le campus

Grèce, 10 février 2021

Des milliers d’étudiant·es sont à nouveau descendu·es dans la rue pour protester contre un projet de loi déposé au Parlement grec qui prévoit des mesures de sécurité strictes dans les universités et la création d’une force de police sur le campus.

Images: Savvas Karmaniolas (@savvaskarma) diffusées sur twitter par @th1an1 

Pour voir la vidéo sur twitter, cliquez ici.

Pour en savoir plus sur le projet de loi grec: « Grèce: Pas de police dans les universités« .

Turquie. Le président Erdoğan s’en prend nommément à Ayşe Buğra, professeure de l’Université Boğaziçi, à Istanbul

Update 11/2/2021. Statements in Arabic, English and Italiano below

Communiqué du RÉASOPO

Paris, le 7 février 2021

Ayşe Buğra, professeure émérite de l’Université de Boğaziçi, membre fondatrice du Réseau européen d’analyse des sociétés politiques, vient de faire l’objet d’attaques personnelles, qui valent menaces, par le président de la République de Turquie.

Vendredi 5 février 2021, au moment même où le tribunal confirmait la détention d’Osman Kavala, son époux, et reportait son procès au mois de mai en modifiant une fois de plus l’accusation, au mépris du droit, Recep Tayyip Erdoğan, à la sortie de la prière du vendredi, s’est attaqué à Ayşe en la qualifiant avec mépris de « femme de celui que l’on nomme Osman Kavala, le représentant de Soros en Turquie », en l’accusant d’être l’une des « provocatrices » derrière les manifestations étudiantes dans le pays, en réponse à la nomination d’un administrateur non qualifié et inféodé au gouvernement à la tête de l’Université Boğaziçi.

Ayşe Buğra est une universitaire de renom. Spécialiste d’économie politique, elle a fait toute sa carrière à la prestigieuse université de Boğaziçi, notamment à l’Institut Atatürk d’histoire moderne turque, et y a créé le Social Policy Forum. Elle est connue comme l’une des plus grandes spécialistes de Karl Polanyi dont elle a traduit l’œuvre en turc et dont elle a montré l’actualité dans de très nombreux livres et articles en proposant des lectures originales de son œuvre, participant de façon décisive à leur diffusion au-delà du cercle des spécialistes et à une compréhension élargie de sa méthode de travail comme de ses principaux thèmes.

Au-delà de ce travail, Ayşe Buğra contribue de manière décisive à la réintroduction des sciences sociales dans les analyses économiques et plus encore à la pleine insertion des mécanismes et raisonnements économiques dans les sciences sociales. Son approche est ainsi sensible à l’histoire des idées économiques et politiques, aux trajectoires politiques et économiques des États, à la prise en compte des valeurs, des habitudes et des compréhensions propres des sociétés, aux conditions et rapports de force politiques. Ayşe Buğra a notamment développé une analyse dynamique des politiques sociales. Elle a fait ressortir la dimension subtile et ambiguë de variables trop souvent introduites de façon globale et unidirectionnelle, à l’instar de la religion, des classes sociales, des femmes, de groupes marginalisés. Elle aborde de front la dimension politique de l’économie, en rendant compte des processus de redistribution, de répartition des richesses, des revenus mais aussi des savoirs et des arts-de-faire, des interrogations sur l’inégalité et l’injustice, en faisant preuve d’une très grande distanciation et d’un esprit critique aiguisé.

Reconnue pour la qualité et l’originalité de ses travaux, elle a publié dans les grandes revues académiques américaines et européennes et a été professeure ou chercheure invitée aux États-Unis (Harvard University ; New York University) et en Europe (Université européenne de Florence ; London School of Economics ; Wissenschaftskolleg à Berlin ; Université de Vienne ; SciencesPo et EHESS à Paris ; CNRS-Centre d’Etudes et de Recherches Internationales également à Paris). Outre le REASOPO, elle est membre de nombreux conseils scientifiques, et notamment, jusque peu, du conseil scientifique des Instituts d’Études Avancées français. Mais ce qui caractérise le mieux son insertion internationale, c’est son ouverture et son partage. Elle a toujours su faire bénéficier ses jeunes collègues de son savoir et de ses connaissances, y compris de ses relations dans le monde académique, comme le prouve son dévouement au sein de son université et du Social Policy Forum. Le Prix World Academy of Science 2015 Celso Furtado lui a été décerné pour honorer son œuvre et son action dans le champ universitaire.

Les accusations du président Recep Tayyip Erdoğan à l’encontre d’Ayşe Buğra sont abjectes, grotesques, nulles et non avenues. Elles illustrent une fois de plus l’instrumentalisation de la Justice par ce dernier et ses violations systématiques des libertés universitaires. Le Réseau européen d’analyse des sociétés politiques demande aux gouvernements européens et aux autorités universitaires européennes de protester solennellement contre cette mise en cause indigne d’une professeure réputée et respectée de par le monde.

Communiqué du REASOPO au sujet d’Ayse Bugra, 7 février 2021

Assassinat de Lokman Slim (1962-2021), hommage de la communauté scientifique

Lokman Slim anime une table ronde sur le thème Partager les données numériques au Proche-Orient le 29 mai 2019 lors du colloque international.
Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web. Enjeux du partage des données de terrain au Liban, en Jordanie et en Syrie,
photographie V. Ginouvès, CC-BY.

C’est avec une immense tristesse et un sentiment de révolte que nous apprenons la mort de Lokman Slim lâchement assassiné le 3 février 2021 dans le Sud du Liban.

Homme de culture et d’engagement, Lokman Slim paye d’un lourd tribut sa liberté de pensée et sa pratique sans concession de la liberté d’expression.

Les chercheur·es en sciences humaines et sociales sur la région du Proche-Orient ont régulièrement bénéficié du travail de Lokman Slim à travers Umam Research & Documentation, une association qu’il co-dirigeait avec son épouse Monika Borgmann. Umam avait été créée en 2004 avec un double objectif : construire un centre d’archives citoyennes accessibles au plus grand nombre et sensibiliser le public aux sujets de la guerre et de la violence à travers les arts. Ensemble, ils avaient aussi fondé le Hangar, un centre culturel dans lequel ont été organisées de nombreuses expositions, notamment sur les mémoires de la guerre et du quartier de Ghobeiri où il était situé.

Porté par une parole située et engagée dans le développement d’une société ouverte et démocratique, ce travail de construction d’une archive de l’histoire immédiate du Liban constitue un apport décisif à nos travaux de recherche.

Lokman Slim occupait une place éminente dans la vie culturelle libanaise. Il avait fondé en 1990, avec sa sœur l’écrivaine Racha Al-Ameer, les éditions Dar Al-Jadid qui ont marqué le paysage éditorial libanais et arabe par ses choix innovants. Avec Monika Borgmann, il avait réalisé deux documentaires incontournables : Massaker(2004) livrait les témoignages d’anciens miliciens ayant participé aux massacres des camps palestiniens de Sabra et Chatila en 1982, Tadmor (2016) portait sur le quotidien des détenus dans la prison syrienne de Tadmor/Palmyre.

Lokman Slim était aussi un écrivain et un orateur au style vif et percutant. Il s’exprimait dans une langue ciselée, aussi bien en arabe qu’en français ou encore en anglais. Deux de ses écrits disponibles en français témoignent de la finesse de ses réflexions et de son amour sans concession du Liban : « La paix à la libanaise, ou l’art de la réconciliation sans modération » (« Liban. Espaces partagés et pratiques de rencontre« , Cahiers de l’Ifpo, 2008) et « Beyrouth. Une capitale qui capitule » (Beyrouth à mots découpés, Poitiers, 2000) dans lequel il dévoilait quelques faux-semblants de Beyrouth et du métier d’éditeur.

Cet assassinat fait craindre un nouveau cycle de violence visant les intellectuel.les. La communauté académique engagée dans l’étude et la recherche sur les sociétés du Proche-Orient s’associe à la douleur de la famille de Lokman Slim et honore sa mémoire.

Avec le soutien de : l’Institut français du Proche-Orient (UMIFRE 6 / USR 3135-MEAE / CNRS), le Centre d’études en sciences sociales du religieux- CéSor (UMR 8216 – EHESS / CNRS), l’Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans (UMR 7310 – CNRS), la Société des études sur le Moyen-Orient et les Mondes musulmans.

Emma Aubin-Boltanski (CéSor), Myriam Catusse (IREMAM), Kamel Doraï (Ifpo), Véronique Ginouvès (MMSH), Pauline Koetschet (Ifpo), Franck Mermier (IFEA), Jean-Christophe Peyssard (MMSH)

Soutiens actualisés et revue de presse : https://phonotheque.hypotheses.org/33107

Grèce: Pas de police dans les universités

Όχι Αστυνομία στα Πανεπιστήμια – Pas de police dans les universités

Texte du collectif des enseignant·es – chercheur·es contre la création d’une force de police au sein des Universités en Grèce

 Communiqué du 17 janvier 2021:
Nous traversons actuellement en Grèce une période particulièrement critique à cause de la pandémie, la crise du système de santé publique et aussi des répercussions des mesures de confinement dans les domaines de l’économie, la culture et l’éducation.

Au milieu de ces conditions, le monde universitaire a été stupéfait d’apprendre, via des divulgations journalistiques et des déclarations ambiguës des ministres, la décision du gouvernement d’instituer une « brigade de protection » dans les Universités. Ce nouveau corps ne sera pas rattaché au rectorat, comme cela correspond au caractère autonome des universités, mais directement à la Police Nationale.

Le gouvernement a déjà déposé un projet de loi sur la création de ce corps, sans pour autant consulter au préalable les Universités. Il veut par ailleurs procéder au recrutement immédiat d’un millier de policiers afin de constituer ce corps de police dans les Universités.

Des objections ont été avancées, aussi bien de la part de la Conférence des Présidents d’Université de Grèce, que par la Fédération des Associations des Enseignants – Chercheurs (POSDEP). Cependant, ces objections ne sont prises en compte.

Nous déclarons que nous ne consentirons pas à la création, ni au fonctionnement de quelconque corps de garde ou de sécurité qui sera hors du contrôle de la Communauté Universitaire. Nous considérons que la décision de financer ce corps par le budget des Universités grecques est une provocation à un moment où les ressources pour l’éducation, la recherche et les infrastructures sont déjà minimes. Le recrutement de 1000 policiers pour les Universités, au moment où ces dernières souffrent d’une diminution des ressources et des effectifs pendant plus qu’une décennie, rend cette provocation encore plus flagrante.

Dans une période de pandémie où les Universités, espace unique de l’éducation et de la recherche, éprouvent des grandes difficultés dans leur fonctionnement, il est inconcevable que la police universitaire constitue un sujet auquel ils accordent une priorité absolue.

Nous appelons les autorités universitaires, les associations des enseignements et des chercheurs, le personnel administratif et les étudiants à dénoncer le projet gouvernemental qui vise à créer encore un « corps de sécurité », et de faire le nécessaire pour l’empêcher.

Contact: NoUniPolice@gmail.com

Nouvelles du 19.01.2021:

Plusieurs réactions ont été soulevées. La majorité des conseils des universités, les associations des enseignants-chercheurs et des étudiants, s’oppose fortement à ce projet de loi. Même la fédération nationale de la police rejette ce projet dans son communiqué. Il s’agit d’une violation de la Constitution grecque et du principe de la libre administration des universités. Les établissements universitaires seront transformés en un milieu de surveillance, de répression, et de l’ordre. Ceci menace et compromet la démocratie et la libre circulation des idées entre université et société. Il est aussi possible qu’il engendra des agitations et de conflits violents.
Le collectif « non à la police dans les universités », qui a déjà assemblé plus de 1000 signatures des professeurs et des enseignants des universités grecques, demande par ailleurs que toutes les forces démocratiques s’opposent à l’adoption et l’application de cette intervention anticonstitutionnelle dans l’autonomie universitaire. En même temps, le collectif dénonce les attaques contre lui, tantôt via les discours haineux contre l’université publique, entrepris par les mass médias, tantôt via les attaques violentes et sexistes s’adressant personnellement à ses membres dans les réseaux sociaux. La page du collectif https://www.facebook.com/OxiAstynomiaStaPanepistimia et les publications sur Facebook ont été temporairement bloquées.