#StrikeForGaza. Actions universitaires pour un cessez-le-feu immédiat à Gaza

et la solidarité avec la Palestine

#الإضراب_الشامل

Voici une première liste des soutiens universitaires pour un cessez-le-feu à Gaza et à la Palestine. Pour compléter la liste, c’est ici.

Pour télécharger le Manuel des gestes de soutien à la Palestine (Toolkit 3.0 en anglais)

Déclarations et lettres émanant d’associations

Continuer la lecture

Lettre de soutien à la déclaration du Comité exécutif de l’European Association of Social Anthropologistssur la situation à Gaza

English below

Chères et chers collègues,

Nous vous invitons à signer cette lettre ouverte en soutien à la déclaration du Comité exécutif de l’EASA sur la situation à Gaza, qui a été critiquée par certains membres de l’EASA.

En plus de soutenir la déclaration, nous exprimons également nos inquiétudes quant aux restrictions faites aux libertés académiques en Europe et demandons la création d’un groupe de travail chargé

  1. d’examiner cette question,
  2. d’offrir un soutien aux collègues qui subissent des représailles pour avoir partagé publiquement leurs analyses de la situation en Israël/Palestine et
  3. de suggérer des moyens d’aborder la situation des universitaires et des étudiants palestiniens en Europe et au Moyen-Orient.

Certains d’entre nous, en particulier ceux qui occupent des emplois précaires, ne seront peut-être pas en mesure de signer cette lettre. Nous demandons donc à chacun de rejoindre l’Assemblée générale de l’EASA le 21 décembre (en ligne, de 14h à 16h CET) et de voter anonymement en faveur de la création du Groupe de travail sur les libertés académiques et les droits humains. Tous les membres de l’EASA recevront le lien vers la réunion deux jours avant l’AGA. Si vous n’êtes pas membre de l’EASA, vous pouvez envisager de le devenir pour ce vote important.

Dernier campus de Gaza, Al-Azhar University détruite par l’armée israelienne le 4 novembre 2023

Déclaration du comité exécutif de l’EASA sur la situation à Gaza

Le comité exécutif de l’Association européenne des anthropologues sociaux exprime sa solidarité à celles et ceux qui pleurent la perte de leurs proches, tant en Palestine qu’en Israël.

Nous condamnons fermement la violence perpétrée par l’État israélien contre les civils de Gaza. Cela concerne toutes les formes de violence infligées aux Palestiniens : les frappes aériennes qui tuent sans distinction une population composée pour moitié d’enfants ; la destruction massive des moyens de subsistance et des infrastructures — y compris les hôpitaux, les écoles, les mosquées, les églises et l’Université islamique de Gaza ; l’affamement de la population en coupant son accès à l’eau, à l’électricité, au carburant, à la nourriture, aux fournitures médicales et à l’aide humanitaire.

En tant qu’anthropologues spécialistes de la violence d’État, des droits humains, de la paix, des conflits et de la sécurité, nous mettons en garde contre les récits décontextualisés de conflits et de « terrorisme ». La présentation génocidaire des Palestiniens comme des coupables, des « animaux humains » et comme méritant une punition collective a déjà incité à la haine meurtrière contre les musulman·es et les Arabes dans d’autres parties du monde, et risque de soumettre encore davantage les Palestinien·nes de Gaza et de Cisjordanie à la violence des colons, en ajoutant à la violence d’État dont iels sont déjà victimes.

En tant qu’anthropologues basés en Europe, nous condamnons également fermement le soutien de l’UE et des gouvernements européens à des actes assimilables à des crimes de guerre au regard du droit international. Nous demandons instamment aux gouvernements de respecter les dispositions du droit international qui protègent les civils et de comprendre que leurs actes et leurs paroles ont de lourdes conséquences susceptibles de se traduire par une violence généralisée à l’encontre des Arabes, des musulmans, des Palestinien·nes et de ceux qui soutiennent leur sort — y compris les nombreuses voix dissidentes en Israël et ailleurs.Nous sommes profondément préoccupé·es par les mesures répressives prises dans certaines universités, en Europe et ailleurs, à l’encontre de celles et de ceux qui ont exprimé leur solidarité avec les Palestiniens et qui ont été suspendu·es ou harcelé·es.Cette réduction au silence totalitaire de la dissidence face à la violence et à la guerre est inacceptable et en totale contradiction avec la mission de l’enseignement supérieur qui est de nourrir l’esprit critique des étudiants et du public. Nous condamnons également la répression violente des manifestations pacifiques en Europe et ailleurs.

Nous répondons à l’appel de nos collègues de l’Université de Birzeit à s’élever contre la violence génocidaire, l’occupation et la violation flagrante des droits de l’homme à Gaza et dans les territoires palestiniens occupés, et nous demandons à la communauté universitaire de remplir sa mission de critique des structures oppressives, de mise en garde contre les effets de la violence et de l’occupation, et de dire la vérité au pouvoir.

Nous appelons à un cessez-le-feu immédiat et à une aide humanitaire immédiate pour la population de Gaza, ainsi qu’à un engagement d’Israël et de tous les gouvernements en faveur d’un processus de paix qui s’attaque aux inégalités historiques, à l’injustice et à la violence structurelle dans la région.

Ana Ivasiuc, présidente de l’EASA
Au nom du comité exécutif de l’EASA

Continuer la lecture

Appel des universitaires italien·nes: cessez-le-feu immédiat et respect du droit humanitaire international à Gaza

Academia traduit l’appel en français des membres italien·nes de la communauté académique qui demandent le cessez-le feu immédiat et le respect du droit humanitaire international dans la bande de Gaza.

En tant que membres des communautés universitaires et des centres de recherche italiens, nous écrivons cette lettre au nom de la paix et de la justice, unis par la demande d’un arrêt immédiat de la guerre en cours contre Gaza. Nous pensons qu’il est de notre devoir individuel, communautaire et académique de nous dissocier des positions prises jusqu’à présent par le gouvernement de notre pays [l’Italie], et de prendre la responsabilité d’actions et de demandes pour contrer le niveau croissant de violence auquel nous assistons impuissant·es. Nous adressons cet appel à notre ministre des Affaires étrangères afin qu’il prenne des mesures pour exiger et soutenir un cessez-le-feu immédiat, la fourniture d’une aide humanitaire et la protection de l’ONU pour l’ensemble de la population palestinienne. Nous adressons cet appel au ministre des universités et de la recherche et à la Conférence des recteur·es des universités italiennes (CRUI), afin qu’iels amplifient nos voix et nos demandes, en se souvenant de la mission centrale de nos institutions universitaires, qui est de produire des connaissances et de respecter les droits humains.

En tant que membres de la communauté universitaire et de recherche italienne, nous sommes depuis de nombreuses années les témoin·es douloureux et les dénonciateur·rices de ce qui se passe en Palestine et en Israël, où, selon Amnesty International, un régime illégal d’oppression militaire et d’apartheid1 est en vigueur. Une fois de plus, nous sommes horrifié·es et bouleversé·es par le génocide qui se déroule à Gaza, défini à juste titre par l’écrivain Dominique Eddé comme “une abomination qui illustre bien la défaite sans nom de notre histoire moderne”2

Depuis trois semaines, suite aux actions brutales perpétrées par le Hamas le 7 octobre dernier, qui ont causé la mort de plus de 1400 personnes (pour la plupart des civils) et conduit à l’enlèvement de quelque 200 otages3,  nous assistons à des bombardements massifs et indiscriminés de l’armée israélienne contre la population de la bande de Gaza, ce qui équivaut à une punition collective contre une population sans défense emprisonnée dans un territoire d’un peu plus de 360 kilomètres carrés4. À l’heure où nous écrivons ces lignes, le bilan à Gaza dépasse les 9000 morts, dont 3760 enfants, environ 22 900 blessés et 1 400 000 personnes déplacées5. Selon l’ONU, environ 2000 personnes sont actuellement portées disparues, probablement piégées ou tuées sous les décombres6. Des quartiers résidentiels entiers, des hôpitaux, des écoles, des mosquées, des églises et des universités entières — l’université islamique et l’université Al-Azhar étant parmi les plus grandes et les plus renommées — ont été entièrement rasés7. Le gouvernement israélien a ordonné à plus d’un million d’habitant·es de la bande de Gaza de quitter leurs maisons en prévision d’une attaque terrestre, sachant qu’il n’y a pas d’échappatoire ni de moyen de sortir de la bande de Gaza. Nombre de ces personnes évacuées ont ensuite été bombardées dans les “zones de sécurité” du sud de la bande de Gaza, ce qui révèle une intention claire de nettoyage ethnique de la part du gouvernement israélien.

Source: Satellite image from Copernicus Sentinel-2, taken on Sept. 7, processed by Sentinel Hub. Damage analysis of Copernicus Sentinel-1 satellite data by Corey Scher of CUNY Graduate Center and Jamon Van Den Hoek of Oregon State University. Building footprints from Microsoft.
Credit: Daniel Wood/NPR, 9 novembre 2023

Continuer la lecture

  1. Amnesty International,  Apartheid israeliano contro i palestinesi. []
  2. Dominique Eddé, La cieca compiacenza del mondo prepara solo nuovo odio. Il Manifesto, 01.11.12. []
  3. United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA), https://www.ochaopt.org/data/casualties. []
  4. UN Chief Antonio Guterres, AlJazeera. https://www.aljazeera.com/tag/antonio-guterres/. []
  5. United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs, “Hostilities in the Gaza Strip and Israel – reported impact”, 2 novembre 2023. []
  6. United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs, “Hostilities in the Gaza Strip and Israel – reported impact”, 2 Novembre 2023; United Nations.Israel-Palestine: Gaza death toll passes 5,000 with no ceasefire in sight, 23 octobre 2023. []
  7. United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs, “Hostilities in the Gaza Strip and Israel – reported impact”, 2 Novembre 2023 ; WAFA, 2023 []

Universités de Gaza sous les bombes

Les 11 établissements d’enseignement supérieur de Gaza ont été bombardés. Dernière en date : l’University in Al-Mughraqa in Gaza a été touchée le dimanche 5 octobre 2023, selon Birzeit University.

 

Belgique. Un rapport dévastateur sur le traitement des violences au travail à l’Université catholique de Louvain

« Une mentalité basée sur la minimisation (des faits), déni (de la souffrance) et culpabilisation (de la victime) » : voilà, en résumé le fondement de la politique de l’Université catholique de Louvain du traitement des violences au travail telle que le présente un rapport de 14 expert∙es indépendant∙es présidé par l’éminente juriste Françoise Tulkens. Alors que sa publication a été retardée de quatre mois, le rapport Tulkens atteste du « climat sexiste et de domination patriarcale » de l’Université catholique de Louvain, faisant de la recherche un « tuyau percé », les femmes victimes n’ayant souvent d’autre choix que de se taire ou de quitter l’université. Alors que le rapport Tulkens avait déjà été évoqué par Le Soir et sur la  RTBF, et rendu public au début du mois d’octobre, le site Apache a découvert qu’il manquait des annexes contenant des éléments à charge dans une affaire de sexisme et de harcèlement au sein de la plus grande université francophone de Belgique qui n’est pas encore terminée.

Un rapport sur des comportements abusifs contient des éléments incriminant l’UCLouvain, par Liesbet De Kock (Apache),  Traduction de l’original en néerlandais (Rapport over grensoverschrijdend gedrag bevat bezwarend materiaal voor UCLouvain), 24 octobre 2023

Le 18 octobre dernier, l’UCLouvain a enfin rendu public un rapport interne très attendu sur les comportements abusifs. Ce rapport Tulkens fait état d’un « climat [de travail] sexiste et de domination patriarcale » et d’un « sentiment d’impunité généralisé ». Mais l’université n’a pas publié les annexes du rapport original.

Les recherches d’Apache établissent que ces derniers contiennent des éléments à charge dans le cas de la professeure Caroline Nieberding. Il y a plusieurs années cette dernière avait décidé de rompre le silence sur le sexisme et le harcèlement vécus quotidiennement au sein de son groupe de recherche. Elle a en payé le prix.

Le recteur Vincent Blondel a nommé un groupe d’expert∙es indépendant∙es en mars 2022. Ce panel devait étudier les questions de comportement abusif, de harcèlement et d’abus de pouvoir à l’Université catholique de Louvain (UCLouvain). Un examen complet des structures de signalement et des procédures de plainte existantes était également demandée.

Comportement abusif ou transgressif (grensoverschrijdend gedrag) implique qu’une personne cause du tort à autrui physiquement, mentalement ou émotionnellement. Cela se manifeste par exemple par des intimidations sexuelles, voire des abus sexuels, des brimades, de la discrimination ou des agressions. Les comportements transgressifs peuvent survenir n’importe où, y compris au sein des organisations et des entreprises, où le concept est utilisé en vue de qualification pénale.

Le rapport du groupe d’expert∙es est prêt depuis le mois de juin, mais les autorités de l’UCLouvain ont longtemps refusé de le rendre public. Le rapport est en ligne depuis le 18 octobre, mais sans les annexes qui faisaient partie du document original. Ces annexes, comme l’a constaté Apache, contenaient des éléments à charge dans une affaire qui ébranle l’UCLouvain depuis longtemps, celle de la professeure Caroline Nieberding.

En février 2022, le climatologue de renommée internationale Jean-Pascal van Ypersele avait compilé ce qu’il disait être un dossier épais comme le poing sur des abus majeurs au sein de l’institut où il était lui-même employé. À l’époque, l’UCLouvain était loin d’être la seule université où de tels témoignages se faisaient entendre.

Le groupe d’experts nommé par le recteur Blondel était présidé par la professeure Françoise Tulkens, ancienne vice-présidente de la Cour européenne des droits de l’homme. Elle a remis un volumineux rapport au Rectorat en juin dernier, après plus d’un an d’enquête.

Apache a examiné le rapport intégral de la Commission Tulkens et a découvert qu’un certain nombre d’annexes manquaient. Deux d’entre elles ont particulièrement retenu l’attention. Il s’agit de lettres que la Commission Tulkens a envoyées en urgence au Rectorat à l’automne 2022.

Continuer la lecture

Au Royaume-Uni, le fichage sur les universitaires anti-racistes de gauche au grand jour

Government prepared secret dossier on academic’s BLM, ‘militant leftism’ and Israel war posts, par Poppy Wood, i,  3 novembre 2023

Extraits traduits.
i a pris connaissance d’un dossier interne du gouvernement de 11 pages répertoriant trois ans de posts d’un universitaire sur X, anciennement Twitter, ainsi que les likes, les retweets, la littérature scientifique et l’organisation d’événements dans les mois à venir.
C’est le dernier développement en date d’une polémique sur la liberté d’expression à laquelle doit faire facele gouvernement, les ministres étant accusés d’essayer de réduire les universitaires au silence sous couleur de défense de la liberté académique.
Le dossier est divisé en trois sections intitulées “antiracisme“, qui met en évidence les messages de soutien à Black Lives Matter, “défense des transgenres” et “gauchisme militant, qui comprend les messages de soutien aux actions de grève.
Une source gouvernementale de haut niveau a confirmé à i que le document avait été rédigé la semaine dernière par des conseillers spéciaux du ministère des sciences, de l’innovation et de la technologie (DSIT) après que Michelle Donelan, la secrétaire d’État aux sciences, ait demandé des informations sur un groupe spécifique d’universitaires.

Ils ont déclaré qu’à l’origine, Mme Donelan s’était dite préoccupée par les commentaires de certains universitaires sur les médias sociaux concernant le conflit entre Israël et le Hamas, et a demandé des détails supplémentaires pour savoir si leur présence en ligne “sortait du cadre légal pour entrer dans un territoire plus funeste”.

Continuer la lecture

Du Québec. Déclaration sur la liberté académique dans le contexte du conflit israélo-palestinien

Déclaration de la Fédération Québécois des professeurs et des professeures d’université sur la liberté académique
dans le contexte du conflit israélo-palestinien

Oct 27, 2023

Le Conseil fédéral de la FQPPU rappelle l’importance fondamentale de la liberté académique en milieu universitaire. Cette liberté comprend le droit de mener des recherches et des réflexions critiques dans une quête honnête de la connaissance, à l’abri de la censure institutionnelle, y compris celle du gouvernement.

Le Conseil fédéral de la FQPPU reconnaît qu’échapper à la censure politique et institutionnelle est d’une importance cruciale en temps de guerre et de conflit, alors que les écrits et propos des chercheurs·euses peuvent contribuer à rectifier ce que véhiculent les campagnes de désinformation.

Le Conseil fédéral de la FQPPU soutient les initiatives antiracistes et décoloniales dans les établissements d’enseignement et s’oppose à l’antisémitisme, à l’islamophobie et au racisme anti-palestinien, ainsi qu’à toutes les autres formes de racisme et de haine.

Il s’oppose fermement à ce que le corps professoral soit exposé au sectarisme ou à la haine dans les salles de classe et sur les campus. Il exige que les administrations des universités garantissent la sécurité de toutes et de tous les universitaires pris·es pour cible en raison de leurs recherches, de leurs enseignements ou de leur engagement politique; et qu’elles mettent en œuvre les mesures nécessaires pour assurer leur protection.

Considérant l’actualité récente, le Conseil fédéral de la FQPPU reconnaît que les pressions exercées, notamment par des élu·es ou des administrateurs·trices, contre les universitaires qui soutiennent la cause palestinienne ont un effet dissuasif sur les libertés universitaires du corps professoral dans son ensemble, tant dans les salles de classe, les recherches que dans les politiques institutionnelles. Toutes les formes de répression à l’endroit des universitaires qui se positionnent sur la question palestinienne, quelle que soit leur position, doivent être activement combattues, et les chercheurs·euses et enseignant·es universitaires ne doivent en aucun cas subir du harcèlement, des menaces ou de l’intimidation en raison de la nature de leur travail.


Sur Academia

« Après quatre ans et demi de privation de liberté me voici de retour en France »

https://twitter.com/FaribaRoland/status/1624156769931911188?s=20&t=kKZgZbzIBDnXOP1rNPOvpQAcademia reproduit les premiers mots de Fariba Adelkhah, rentrée en France le 17 octobre 2023
Après quatre ans et demi de privation de liberté me voici de retour en France.
Je tiens à remercier du fond du coeur la diplomatie française ; mon avocat qui a aussi été un soutien et une présence amicale incomparables ; mon institution Sciences Po, notamment Mathias Vicherat, Michel Gardette, Vanessa Scherer et Stéphanie Balme, mais aussi Bénédicte Durand et Frédéric Mion qui a su me faire parvenir son affection jusqu’en Iran ; la Mairie de Paris et notamment Marie-Christine Lemardeley ;la Mairie de Strasbourg ; mes collègues, du CERI et d’ailleurs ; le Réseau européen d’analyse des sociétés politiques (REASOPO), en particulier sa présidente Irene Bono ; mes amis en Iran et en Afghanistan dont les gestes de solidarité et d’amitié prodigués dans des conditions singulièrement difficiles m’ont beaucoup touchée ; mes petites familles iranienne et alsacienne, et la très grande famille de Béatrice ; toutes celles et ceux qui m’ont accompagnée dans cette épreuve, en Iran, en France et de par le monde, notamment en Suisse et en Italie.
En captivité, j’ai eu la tristesse d’apprendre la disparition de François Nicoullaud qui a tant fait pour les relations entre la France et l’Iran sans toujours être compris dans son pays.
Ma première pensée, en atterrissant à Istanbul, est allée à Osman Kavala, injustement condamné à la prison à vie en Turquie. Je pense également à mes anciennes codétenues d’Evin, notamment Niloufar Bayani, Spideh Kashani et Kylie Moore Guilbert qui m’ont soutenues dès mon arrestation provisoire et à mes compatriotes français qui n’ont pas encore recouvré leur liberté.
Désormais tout cela est derrière moi. Ce qui reste, ce sont tous ces gestes d’amitié et d’engagement, ces mobilisations de connus et d’inconnus, d’ami(e)s d’un jour et d’ami(e)s de toujours. Et évidemment, ce que le comité de soutien a su faire au-delà de mon cas, et pendant plus de 4 ans, par fidélité au principe de la liberté scientifique. Merci en particulier à Sandrine, Marielle, Richard, Corinne et Martine, et à tous ceux et celles qui ont accompagné les initiatives de mes amis Jean-François et Béatrice pour qui les mots ne suffisent pas pour exprimer mes sentiments.
Je n’ai rien d’autre à ajouter : à vous toutes, à vous tous, un immense merci !
Fariba

Sur les événements récents en Palestine occupée

En solidarité avec le peuple palestinien, et avec les universitaires qui subissent des attaques inqualifiables lorsqu’iels dénoncent le projet colonial destructeur d’Israël, Academia traduit la déclaration de la JLSA de la City University of New York (CUNY), publiée le mardi 10 octobre 2023.

Déclaration de l’Association des étudiant∙es en droit juifves de CUNY

10 octobre, 2023

En cette période de renouveau et d’introspection, et alors que nous commençons l’année 5784, nous, étudiant∙es juifves de la faculté de droit de CUNY, entendons exprimer notre solidarité inconditionnelle au peuple palestinien dans leur lutte légitime pour l’auto-détermination. Nous envoyons ce message, profondément touché∙es par le deuil des vies qui ont été perdues. Nous sommes fermement convaincus que le sionisme — en tant qu’idéologie politique fondée sur l’usurpation et la destruction — conduit à mettre en danger à la fois les juifves et les Palestinien∙nes, même si ses partisan∙es ne ciblent que ces derniers.

Dans son analyse des combats anticoloniaux dans le monde, Frantz Fanon écrit,

« Nous nous révoltons  simplement parce que, pour de nombreuses raisons, nous ne pouvons plus respirer ».

C’est le cas pour le peuple palestinien qui, depuis plusieurs générations, suffoque sous le jougs funeste du projet sioniste. La démarche de colonisation de peuplement, promue par des antisémites au sein de l’empire britannique de l’après-Première guerre mondiale, a mis plusieurs décennies de brutalité ininterrompue à prendre forme. En 1948, les milices sionistes ont déchaîné une campagne de terreur caractérisée par les meurtres de masse et les violences sexuelles systématiques, rasant plus de 500 villages et forçant plus de 750 000 Palestinien∙es à quitter leur terre natale.

Aujourd’hui, près de 6 millions de Palestinien∙nes sont reconnu∙es comme réfugié∙es par les Nations unies, parmi lesquel∙les 1,5 millions sont entassé∙es dans les camps de réfugié∙es de la Palestine occupée et des pays voisins. En Cisjordanie, la prolifération continue de colonies illégales a fait progresser un régime d’ apartheid, qui dote les colons juifves de droits politiques et économiques tandis que les Palestinien∙nes sont sujet∙tes à la surveillance incessante, au harcèlement à la violence et à l’intimidation.

Continuer la lecture

50 raisons qui expliquent qu’il n’y a pas de Māori dans votre département de science

Dans le cadre de sa série d’été #DelaracESR, Academia traduit un texte provocateur de Tara MacAllister, chercheuse en sciences environnementales, spécialistes des algues d’eau douce. Néo-Zélandaise, Måori, elle déploie depuis quelques années une activité d’enseignement et de recherche consacrée au racisme dans l’enseignement supérieur néozélandais et aux moyens pour le faire cesser

Son article ‘Why isn’t my professor Māori? A snapshot of the academic workforce in New Zealand universities’ a établi que les Māori ne représentent pas plus de de 5% des agent·es des universitaires en Nouvelle Zélande et que cette proportion est restée identifique depuis six ans au moins, travail qui vient conforter, par ses mesures, l’expérience vécue par les universitaires Māori.

Dans ce texte provoquant, Tara MacAllister partage son expérience de jeune postdoctorante confrontée au racisme opportuniste et au sexisme de l’environnement de travail scientifique particulier de la Nouvelle-Zélande où les Māori ont obtenu du gouvernement la Vision Mātauranga, politique du Ministère des Affaires, de l’Innovation qui est intégrée dans le secteur de la recherche. Il vise à « débloquer le potentiel d’innovation du savoir et du peuple Māori », non sans résistance.

Introduction

« Pourquoi n’y a-t-il pas de Māori dans notre département de science ? » est une question qui me posent souvent des chercheurs et des chercheuses non-Māori bien intentionnées. J’essaie souvent de les inciter à y réfléchir par elleux-mêmes, mais il faut dire qu’en réalité, on ne les compte pas sur les doigts d’une main. Certaines d’entre elles figurent dans la liste qui suit. La professeure Chelsea Watego, en référence à un tweet sur le faible nombre de Noir∙es dans certains départements universitaires, a déclaré que « leur absence dit quelque chose, non sur l’absence noire mais sur la violence blanche » (Watego, 2020). Les raisons à nos insuffisances en recherche scientifique ne figurent pas non plus dans ma liste : preuve en est que nous avons navigué à travers Te Moana nui a Kiwa. J’invite bien plutôt à réfléchir à l’environnement de travail qu’iels entendent nous offrir.

https://www.flickr.com/photos/chrisschoenbohm/5096151465/in/photolist-8Lk7hr-m5dbjV-r1SxPs-s1wUoC-r1SJ2S-sfQ4ZG-si5hQM-sfQce1-s1y3cJ-q7apiG-r1SaWu-qLHZFa-r44E6Y-q7b5wG-qLAsLS-s1y6gQ-rm7Pdj-3ZcGko-m5RtZ8-m5zUrg-m5Rvjc-XPDeCX-NQBw4q-m5ScEJ-m3YcSg-m5SdrU-m5zSq2-m5QRrv-m5zRzz-m5Rjjh-m5RmZs-m5PYc6-m5PYR2-m5PQnt-m5SbTy-2ZWzSt-2ZW5AZ-m3YeCR-cP363h-m3XB9v-m3Yb2c-ejpy3z-m5zTLt-aqCLRu-m5PUDK-2c5xCtD-9vL2oB-Batv7-C2msv-BXteL

ew Zeland Mt. Aspiring National Park Haast Pass Hwy. Crédit: Chris Ford, 2010

J’ai rédigé ma liste, en partie du moins, comme une réflexion sur mon premier contrat postdoctoral à l’École des sciences biologiques de l’Université d’Auckland. Quand j’ai terminé mon doctorat en 2018, j’étais une jeune chercheuse un peu naïve ; en 2021, quand j’ai quitté l’École des sciences biologiques, j’avais les yeux grand ouverts. J’étais soulagée de ne plus travailler dans le même département que les deux professeurs qui avaient signé la « Lettre au Listener » — dont je parle ci-dessous — et qui ont ensuite invoqué la loi sur la protection de la vie privée et des avocats pour avoir accès à mes courriels.

Plusieurs expériences déterminantes ont eu lieu au cours de mon premier contrat doctoral. J’ai enfin eu l’occasion de travailler avec d’autres chercheur∙ses indigènes. J’ai rencontré une merveilleuse enseignante du supérieur, Dr Sereana Naepi, et par elle, j’ai acquis progressivement le langage nécessaire pour décrire et comprendre mes propres expériences. Mon premier contrat doctoral m’a donné la disponibilité pour entreprendre de réfléchir plus en profondeur, de manière plus critique, plusieurs que de me concentrer sur les facteurs environnementaux qui accélère le développement d’une espèce spécifique d’algue (qui était le sujet de mon doctorat). Pour moi, ce fut le moment de désapprendre, de questionner et de critiquer tout ce que j’avais appris lors de ma formation très blanche et coloniale dans les universités de Nouvelle Zélande.

Au cours de mon premier contrat postdoctoral, six universitaires Māori qui accusait Waikato University de racisme institutionnel ont déposé plainte auprès du ministère de l’Éducation. Puis, il y a eu des appels à dénoncer le racisme d’autres institutions, y compris Unitec Institute of Technology et l’University of Otago. Une lettre ouverte signée par 37 professeur∙es Māori a appelé à la tenue d’une enquête nationale sur le racisme dans l’ensemble des universités. J’ai été la cible de suprémacistes blanc∙hes tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’université. Mon employeur a reçu des signalements nauséabonds à mon sujet et j’ai dû porter plainte pour harcèlement à la police.

Ma première incursion dans le monde de l’activisme universitaire a pris la forme de l’organisation d’un soutien public à celleux qui accusaient l’université de Waikato de racisme institutionnel. Avec mes collègues, la professeure Joanna Kidman, le professeur associé Reremoana Theodore et Dr Sereana Naepi, j’ai préparé une lettre ouverte de soutien aux six universitaires Māori qui avaient déposé plainte auprès du ministère de l’Éducation. En seulement trois jours, la lettre a reçu la signature de près de 7000 universitaires, savant∙es et membres de la communauté Aotearoa en Nouvelle Zélande et à l’étranger. Avec une équipe de bénévoles, j’ai laborieusement transféré à la main le nom de chaque signataire sur la lettre ouverte. J’avais un bébé âgé de trois mois à l’époque, et je n’ai quasiment pas dormi pendant plusieurs jours. J’avais l’impression d’avoir basculé dans un état de conscience altérée, sur un mode automatique, incapable de penser, mais avec le sentiment d’une grande proximité avec mes tīpuna (ancêtres). Sans doute étais-je inspirée par l’ampleur du soutien qui me parvenait du monde entier et par le fait que la lutte contre le racisme dans l’enseignement supérieur réunissait tant de personnes.

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Science_Centre_of_The_University_of_Auckland.jpg

Science Center, The University of Auckland. Crédit: Mk6aizsc, 2016

Et puis, il y a eu la « Lettre au Listener » (voir Clements et al. 2021). Continuer la lecture

#MeTooScience en Allemagne : Tatort Uni

La chaîne de télévision ZDF a diffusé, le 19 juillet 2023, Tatort Uni, une enquête sur les abus de pouvoir dans les universités allemandes, que vous présente succinctement Academia. À quand un #metooscienceEurope ?

Humiliations, mobbing, agressions sexuelles — les cas de harcèlement à l’université sont fréquents, observent les deux journalistes, Olivia Samnick und Friederike Röhreke, au terme d’une enquête sur les affaires qui touchent l’enseignement supérieur et la recherche en Allemagne, disponible (en allemand) sur le site de la ZDF.

Le problème est “massif”et “structurel” : telle est la conclusion à laquelle arrivent les deux journalistes. C’est un problème que reconnaît Prof. Stephan Schröder, vice-recteur de l’Université de Cologne, au regard de la taille de l’université, où plusieurs cas d’abus de pouvoir ont défrayé la chronique1. Schröder refuse pourtant d’en admettre la dimension structurelle.

Prof. Schröder, vice-recteur de l’Université de Cologne.

Selon un sondage coordonné par Anke Lipinsky, pourtant, 2 agent·es sur 3 ont été victimes des violences sexistes et sexuelles au sein d’une université allemande.

Continuer la lecture

  1. Le bandeau représente une manifestation prônant la tolérance zéro, organisée par l’AStA, 0tolerance_unicologne et #metooscience, appelant à lutter contre les violences sexistes et sexuelles, les abus de pouvoir, le harcèlement, les humiliations et les discrimination à l’université de Cologne le 11 janvier 2023. Crédit: Michael Bause []