1,2 millions de dollars versés par l’Université de Princeton aux femmes en compensation des discriminations liées au genre

Academia est heureuse de vous réveiller avec une bonne nouvelle : une deuxième université prend l’initiative de compenser l’injustice salariale du fait de d’une discrimination sexiste. La précédente initiative datait de 2017 à l’Université de Essex (Royaume-Uni). En France, c’est plus simple, on ne dispose d’aucune donnée, donc on ne peut pas procéder à des rattrapages de salaire.

L’université de Princeton accepte de verser près de 1,2 million de dollars à des professeurs femmes après avoir reconnu les conclusions du gouvernement fédéral : les hommes gagnent plus du seul fait de leur genre

Plus de 100 enseignantes-chercheuses de l’université de Princeton pensaient avoir atteint le sommet de leur profession : un poste de professeure à plein temps dans une université de la Ivy League.

Mais une étude du ministère américain du travail sur les salaires entre 2012 et 2014 a révélé que les femmes étaient moins bien payées que les hommes professeurs à Princeton, avec les mêmes emplois, la même expérience et les mêmes diplômes.

Les responsables de l’université de Princeton ont fait valoir qu’ils ne faisaient pas de discrimination à l’égard des femmes. Ils ont déclaré que les différences de salaire pouvaient s’expliquer par les différences entre les départements, les performances professionnelles et le marché du travail pour les professeurs de haut niveau.

Après des années de contestation des conclusions de l’enquête fédérale sur la discrimination salariale, l’université de Princeton a accepté de verser près de 1,2 million de dollars — dont 925 000 dollars d’arriérés de salaire et au moins 250 000 dollars d’ajustements salariaux futurs — aux professeurs féminins.

Continuer la lecture

Suisse: pétition nationale pour mettre fin à la précarité dans les universités

PÉTITION ADRESSÉE A L’ASSEMBLÉE FÉDÉRALE SUISSE

Pour la création d’emplois permanents dans le monde académique: de meilleures conditions de recherche, d’enseignement et de travail
Les signataires font appel à l’Assemblée fédérale pour l’adoption de mesures concrètes visant à protéger la santé et la vie familiale du personnel scientifique, améliorer ses conditions de travail et garantir la qualité des connaissances produites. À ce titre, la mesure suivante nous semble indispensable: la création d’un nombre conséquent de postes stables pour les chercheur-euse-s post-doctoraux-ales.

Rapport « Next Generation: pour une promotion efficace de la relève »

Les positions académiques doivent être diversifiées par la création ou l’expansion d’un statut stable, situé entre les assistant-e-s doctorant-e-s et les chaires professorales. Assurer la stabilité de ces postes et leur financement dans la durée implique de «convertir les catégories de postes jusqu’à présent à durée déterminée en postes à durée indéterminée et réduire les ressources destinées aux projets de recherche en faveur d’un financement de base des hautes écoles accru» [1] , comme le suggère l’Académie des sciences humaines et sociales (ASSH) dans son rapport Next Generation. L’Assemblée fédérale doit adresser un message clair aux établissements d’enseignement supérieur, à leurs instances représentatives et au Fonds national suisse (FNS) pour que les politiques d’engagement et de promotion de la relève soient réformées avec l’objectif de créer un nombre conséquent de postes stables, accessibles le plus rapidement possible après l’obtention du doctorat.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

—————————————-

[1] Académie suisse des sciences humaines et sociales (2018). Next Generation: pour une promotion efficace de la relève. Swiss Academies Reports 13 (2), p. 44.

 

Appel aux autorités turques pour la libération immédiate des défenseur·es de la paix !

Release Our Friends Immediately!

Nous, académicien·nes pour la paix, sommes inquièt·es et dévasté·es de suivre les nouvelles concernant les violations des droits auxquelles nos collègues sont confronté·es en Turquie. Beyza Üstün, Cihan Erdal et Can Memis ainsi que d’autres membres et/ou personnes proches du Parti de la paix et de la démocratie ont été arrêté·es le 25 septembre 2020 et emprisonné·es quelques jours plus tard, en raison d’allégations concernant les manifestations qui ont eu lieu à Kobané.

La professeure Beyza Üstün, chercheuse spécialiste de la paix, a consacré sa vie à travailler pour la conservation de la nature et des ressources naturelles, les droits humains, les droits des femmes, le droit du travail, les inégalités entre les sexes et les inégalités ethniques. Elle est connue pour sa position contre la privatisation de l’eau et des bassins hydrographiques, les centrales hydroélectriques, les centrales nucléaires, les mines, les carrières, les terrains de golf et autres pillages. Elle a été députée du Parti démocratique du peuple (HDP) au Parlement en 2015.

Cihan Erdal et Can Memis sont également des partisans de la paix et se consacrent à la lutte collaborative pour les droits humains ; ils sont actifs sur la question de la participation civique et l’émancipation des jeunes.

Nous demandons la libération immédiate de tou·tes nos ami·es détenu·es lors des opérations contre le HDP le matin du 25 septembre 2020 et emprisonné·es par la suite. Nous demandons notamment la libération immédiate de notre camarade signataire de la pétition pour la paix, le Prof. Dr. Beyza Üstün.

 

Pour plus d’informations, voir :

Fariba Adelkhah sortie de prison

Communiqué du comité de soutien
Au titre des mesures sanitaires et dans le cadre d’une permission pour cause médicale, Fariba [Adelkhah] est sortie de prison ce samedi 3 octobre 2020 et a regagné son domicile personnel où elle est assignée à résidence, sous contrôle d’un bracelet électronique.
 
Cela ne change rien au fond du problème. Fariba reste prisonnière scientifique, sous le coup d’une peine de prison de cinq ans, à l’issue d’un « procès » inique, sur la base d’accusations ineptes. Nous nous félicitons que le ministre des Affaires étrangères ait, ces derniers jours, réitéré la position de la France en réponse à une question parlementaire et, à nouveau, à l’Assemblée générale des Nations Unies.
Nous continuons donc à nous battre pour que l’innocence de notre collègue soit reconnue et qu’elle recouvre sa liberté de recherche et de mouvement. Mais nous pouvons désormais le faire avec un peu de baume au coeur.
Ainsi, le jeudi 15 octobre, nous nous retrouverons au CERI, 56 rue Jacob, à 13h30 pour un rassemblement masqué et distancié destiné à lui redire notre soutien, et, à 14h30, pour le séminaire « Fariba Adelkhah: sociologie et anthropologie sociale du politique. Penser en pensant à elle » ( pour lequel il faut vous inscrire; en présentiel pour ceux qui le peuvent, et en visio pour ceux qui ne pourraient être présents). Venez nombreux pour bien signifier que ni la pandémie ni l’été ni son assignation à résidence ne nous la font oublier.
*
*  *
Nous sommes sans nouvelle heureuse de Kylie Moore-Gilbert, déplacée à la fin de l’été vers la redoutable prison de Qarchak, après plus de deux ans à l’isolement dans les geôles de Téhéran. La chercheuse est en très mauvaise santé physique et mentale.
Il est scandaleux que ni le Royaume-Uni, ni l’Australie, dont l’anthropologu est ressortissante n’aient pas trouvé de solution diplomatique jusqu’à présent, mettant désormais ses jours en danger.

#freecihan #liberezcihan#cihanıserbestbırakın

Exigez que le gouvernement turc #LiberezCihan.
Exigez que le gouvernement canadien soutienne sa libération.

Signer la pétition

Cihan Erdal, doctorant, chercheur à l’Université de Carleton au Canada et militant LGBTI+, est détenu àIstanbul-Turquie depuis le 25 septembre 2020, ainsi que 81 autres personnes, dont des universitaires, des militants et des politiciens, dans le cadre d’une opération d’arrestations des membres ou d’anciens membres du Parti démocratique des peuples (HDP). Les mandats d’arrêt concernent l’organisation des manifestations d’octobre 2014 en Turquie, déclenchées suite à la prise de la ville de Kobane, principalement kurde et syrienne, par le groupe armé ISIS.
Cihan Erdal effectuait récemment son travail de terrain à Istanbul pour son doctorat sur les mouvements sociaux conduits par des jeunes en Europe, et en Turquie, en mettant l’accent sur les récits de jeunes militants concernant leur engagement dans ces mouvements.
Parallèlement à ses travaux de recherche universitaire, Erdal a participé à des mouvements sociaux en tant qu’activiste depuis plus de dix ans. Il a pris part à plusieurs initiatives politiques, notamment pour la jeunesse, la gauche, les LGBTI+. Il a été membre du HDP en 2014 en tant que représentant de la jeunesse. Cependant, il n’a pas été impliqué activement dans la politique turque depuis qu’il a déménagé au Canada pour ses études doctorales à Carleton en janvier 2017.
Erdal a également animé, pour une web tv, une émission hebdomadaire sur la jeunesse et la politique en 2017.
Il est aussi actuellement le coordinateur du Centre pour la Recherche Urbaine de Jeunesse (Center for Urban Youth Research) au Canada, qui réunit des chercheurs, des militants de la jeunesse et des jeunes du monde entier.
Cette arrestation basée sur une accusation injuste et inappropriée met en danger l’avenir d’un jeune chercheur prometteur et brillant dans le domaine des sciences sociales.

Nous, universitaires et chercheurs du monde entier, défendons Cihan Erdal et exigeons que le gouvernement turc libère Cihan et que le gouvernement canadien soutienne sa libération.

Nous demandons aux universités et aux établissements d’enseignement supérieur du monde entier de soutenir Cihan Erdal, afin qu’il puisse poursuivre ses recherches en toute liberté.

Signer la pétition

L’Université, le Covid-19 et le danger des technologies de l’éducation

La crise actuelle et la solution proposée d’un passage des enseignements en ligne en urgence ont accéléré des processus systémiques déjà en cours dans les universités britanniques, en particulier dans le contexte du Brexit. Même si l’enseignement en ligne peut avoir une portée radicale et égalitaire, sa pérennisation dans les conditions actuelles ouvrirait la voie à ce que les fournisseurs privés de technologies de l’éducation (edtech d’après l’anglais educational technology) imposent leurs priorités et fassent de l’exception une norme.

Mariya Ivancheva, sociologue à l’université de Liverpool dont les recherches portent sur l’enseignement supérieur, soutient, dans un billet publié le 3 juin 2020 dans Contretemps – revue de critique communiste, que nous devons repenser ce phénomène et y résister, sans quoi le secteur de l’enseignement supérieur britannique continuera d’opérer comme un outil d’extraction et de redistribution de l’argent public vers le secteur privé.

Pour lire l’intégralité de l’article de Mariya Ivancheva, dont l’intérêt dépasse largement le Royaume-Uni, cliquez ici.

 

Que la Higher School of Economics de Moscou se conforme aux exigences de liberté d’expression et de liberté académique. Une pétition

Pétition

À la direction et au conseil académique de l’École supérieure d’économie :

Nous vous écrivons pour vous faire part de notre profonde inquiétude concernant les développements au sein de votre Faculté des sciences humaines qui, à notre avis, menacent les principes de la liberté d’expression et de la liberté académique.

Comme l’indique le site web de l’université, ses organes directeurs ont approuvé la fusion de l’École de philosophie et de l’École d’études culturelles en une seule École de philosophie et d’études culturelles, ainsi que la fusion du Département de philologie générale et appliquée et du Département d’histoire et de théorie de la littérature pour créer une École d’études philologiques. Cette lettre n’entend pas critiquer ces décisions en elles-mêmes, ni exprimer une opinion sur les processus complexes et importants de restructuration que les institutions universitaires du monde entier doivent parfois entreprendre. Toutefois, nous souhaitons exprimer notre inquiétude face aux indications selon lesquelles l’administration de l’université pourrait appliquer des critères d’évaluation des membres du corps professoral douteux et non transparents dans le cadre de ces transitions.

Au cours des dernières semaines, de nombreux rapports médiatiques ont indiqué que les activités des membres de la faculté universitaire dans le domaine des médias et des médias sociaux, en particulier leur défense des droits des autres membres de la faculté et des individus à la liberté d’expression et à la liberté académique, sont devenues un facteur d’annulation de contrats ou d’ajustement dans le processus de restructuration administrative. Dans certains cas, des universitaires primés et de renommée mondiale ayant de brillants antécédents en matière de publications internationales sont menacés de perdre leur poste. Leur départ contredirait clairement les affirmations publiques selon lesquelles l’administration de l’université fonde ses décisions de restructuration sur des critères académiques uniquement – y compris, et c’est le plus important, les résultats de la recherche et des publications – pour remodeler l’institution.

En tant qu’universitaires, nous tenons la Faculté des sciences humaines de l’École supérieure d’économie en très haute estime. Nous collaborons fréquemment avec les membres du corps professoral de tous les départements et écoles qui sont actuellement en cours de restructuration et nous citons leur travail. Nous craignons que, si la réorganisation se déroule effectivement d’une manière aussi inadaptée, l’école perde certains de ses plus brillants esprits et ternisse sa réputation mondiale d’excellence académique. Non seulement les étudiants seraient privés d’une expertise académique de renommée internationale, mais une telle évolution entraînerait une érosion des partenariats, tant institutionnels que collégiaux, qui lient la Haute école d’économie à son groupe de pairs composé d’institutions internationales de premier plan.

À la lumière de ce qui précède, nous appelons l’administration de l’université à réévaluer le processus de restructuration en cours et à réaffirmer sa conformité avec le principe institutionnel internationalement reconnu de la liberté académique ainsi qu’avec le droit de l’homme à la liberté d’expression. Les considérations politiques ne doivent pas entrer en ligne de compte dans les décisions relatives au personnel enseignant, qui doivent être fondées sur une évaluation sobre des seuls critères académiques et professionnels. Ce serait une grave perte pour la communauté scientifique mondiale si, à la suite de décisions administratives mal motivées, la Higher School of Economics devait saper son bilan international enviable en matière de recherche pionnière en sciences humaines.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments distingués,

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Continuer la lecture

Appel de Fariba Adelkhan : la chercheuse reste en prison

Communiqué du comité du 30 juin 2020

 
Nous ne pouvons qu’exprimer notre indignation la plus forte à la suite de la confirmation en appel de la condamnation de Fariba Adelkhah à cinq ans de prison.
Cette décision inique ne nous surprend cependant en rien puisque la justice dite révolutionnaire de la République islamique d’Iran a démontré depuis le début de cette affaire qu’elle est complètement inféodée à l’agenda opaque des Gardiens de la Révolution, ce « pouvoir à l’envers » que dénonce notre collègue depuis le fond de sa geôle. A nouveau, le jugement reprend à l’identique le réquisitoire sans tenir aucun compte de la plaidoirie, comme si cette dernière n’avait pas existé. Il s’agit du procès strictement politique d’une prisonnière scientifique dont le « dossier » judiciaire ne comprend que ses travaux de recherche, puisque Fariba Adelkhah n’a jamais eu d’activité politique en Iran ou à propos de l’Iran.
Face à cette parodie de justice, nous continuons à demander la libération inconditionnelle et immédiate de notre collègue, et ce d’autant plus fermement que la reprise de l’épidémie de Covid-19 en Iran met en danger sa santé, et même sa vie, compte tenu de son affaiblissement à la suite de la grève de la faim de 49 jours qu’elle a suivie de décembre 2019 à février 2020.
Nous appelons le président de la République et le ministère des Affaires étrangères à continuer à tout mettre en oeuvre pour obtenir la libération de Fariba.
En tant que scientifiques, nous sommes abasourdis par l’indifférence dont fait preuve Mme Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, depuis l’arrestation de Fariba Adelkhah le 5 juin 2019. Quand elle a été interrogée par la presse ou des parlementaires, elle s’est jusqu’à présent bornée à quelques déclarations mécaniques renvoyant au ministère des Affaires étrangères. Son silence est choquant et méprisant à l’encontre de notre profession de chercheur et d’enseignant. Il est d’autant plus stupéfiant que la République islamique d’Iran, en incarcérant de manière arbitraire un nombre croissant de chercheurs et d’universitaires étrangers, lance un défi manifeste à la communauté scientifique internationale. Il serait du devoir de Mme Frédérique Vidal de contribuer à l’élaboration d’une réflexion collective sur la réponse à apporter aux régimes qui attentent de manière aussi systématique aux libertés scientifiques fondamentales et aux principes mêmes de la coopération scientifique internationale.
Nous sommes également étonnés du silence des pays européens, dont certains voient ou ont vu quelques-uns de leurs ressortissants également emprisonnés, et de l’absence de toute coopération en Europe sur ce sujet.
Depuis le début de cette affaire nous demandons la suspension de la coopération scientifique internationale avec l’Iran tant que nos collègues universitaires seront détenus de manière inique, et en quelque sorte pris en otages par les Gardiens de la Révolution, et nous réclamons qu’une initiative soit prise à l’échelle de l’Europe.
Nous mettons aujourd’hui en demeure Mme Vidal de prendre position et de définir une stratégie répondant aux intérêts et à la sécurité de notre profession dont nous lui rappelons qu’elle en a la responsabilité politique et administrative.

Béatrice Hibou
Directrice de recherche CNRS
pour le comité de soutien à Fariba Adelkhah



Depuis la Belgique: Un manifeste slow science post-corona

Réinventons l’enseignement supérieur après la pandémie: un manifeste slow science signé « Slow Science in Belgium« 

À tous les recteurs, directeurs-présidents, organismes de financement et gouvernements compétents

La pandémie actuelle et les mesures prises pour l’arrêter affectent profondément nos vies. La vie académique est elle aussi touchée de plein fouet par la crise sanitaire. Même si l’enseignement supérieur semble continuer ses activités, les campus en ressentent l’impact et cette crise va les affecter durablement. La continuité pédagogique apparente, assurée à distance et en ligne, masque une crise dans les universités de notre pays. Tous les laboratoires de recherche, sauf ceux qui travaillent activement sur le Covid-19, sont à l’arrêt. Le travail de terrain des chercheur·euse·s est devenu impossible. Le bibliothèques et les archives sont fermées. Quelques soient leurs statuts, les étudiant·e·s, le personnel technique et administratif, les enseignant·e·s et les chercheur·euse·s sont tous confrontés à des difficultés importantes : précarité financière, surcharge de travail, séparation, maladie voire décès des proches. Et l’impact est d’autant plus dur que leurs situations sont précaires.

Les autorités universitaires ne sont pas restées insensibles aux effets de la crise sur le personnel et les étudiant·e·s. Elles ont envoyés de messages de gratitude et de soutien soulignant le courage, la résilience et les efforts d’adaptation de tous à cette situation inédite. Néanmoins, sur le terrain, elles ont choisi de maintenir leurs activités, en recourant massivement à l’enseignement à distance et au télétravail, forçant ainsi les étudiant·e·s et le personnel à s’adapter coûte que coûte. En l’absence de toutes mesures d’aide concrètes, ces discours sur la bienveillance et la possibilité de reporter les “tâches non-essentielles” servent essentiellement à renforcer la pression sur le personnel, les chercheur·euse·s et les étudiant·e·s, exacerbant les rapports de forces existants.

Avant la crise sanitaire, la communauté universitaire était déjà fracturée par les inégalités : statuts précaires et sous-payés, recours à la sous-traitance, charge familiale inégalitaire, racisme,… La situation actuelle aggrave encore ces inégalités structurelles liées au genre, à la classe sociale, à l’orientation sexuelle et à l’origine raciale, entraînant un recul du progrès social. Nous constatons également que la situation actuelle sert de prétexte à une gestion autoritaire, au mépris des processus de décision démocratique existants dans nos institutions, ce qui risque de compromettre le futur de l’éducation supérieure dans notre pays.

En annexe à cette lettre ouverte (ci-dessous), nous avons tenté d’établir une vue d’ensemble des effets de la pandémie sur les différentes catégories de personnes présentes dans nos université et des problèmes auxquels elles doivent faire face.

Au delà des mesures qui s’imposent à court terme, nous demandons aux gouvernements, aux autorités universitaires et aux organismes finançant la recherche d’envisager des changements profonds dans l’organisation de l’enseignement et de la recherche:

  1. Des moyens financiers supplémentaires. A l’heure où nos gouvernements et la commission européenne mettent sur pied des aides au monde économique, l’éducation supérieure ne doit pas être oubliée. A court terme, les contrats à durée déterminée de nos chercheur·euse·s doivent être prolongés, des aides pour les étudiant·e·s les plus précaires doivent être mises en place. Des moyens doivent être dégagés pour faire face à la charge de travail due à la crise et qui ne fait qu’aggraver une situation qui était déjà difficile. A long terme, il est nécessaire d’améliorer les conditions de travail dans nos universités et de repenser les mécanismes d’attribution des moyens qui reposent trop souvent sur une compétition exacerbée à tous les niveaux.
  2. Adapter les critères d’évaluation de la recherche et de l’enseignement. A court terme, les écoles doctorales, les organismes de financement de la recherche et les universités doivent tenir compte de la situation des chercheur·euse·s et des étudiant·e·s en reconnaissant explicitement l’impact de la pandémie dans leurs processus d’évaluation et en adaptant les échéances. A plus long terme, les processus de recrutement, d’évaluation et de promotion dans nos universités doivent être réformés afin d’être plus inclusifs notamment en valorisant le travail reproductif et de soins (tout travail qui rend la vie au sens large possible, (se) nourrir, (se) reproduire, élever les enfants, prendre soin de ses proches, etc.), permettant ainsi un meilleur équilibre entre vie professionnelle et privée.
  3. Prendre en compte la santé mentale et charge de travail. Les universités doivent immédiatement mettre en oeuvre des plans d’action pour la santé mentale et adapter les conditions de travail à la fois pour les étudiant·e·s, les chercheur·euse·s et le personnel. A plus long terme, il faut remédier aux causes systémiques des problèmes de santé mentale dont l’existence est connue et liés aux conditions de travail dans le milieu académique.
  4. Les gouvernements, les universités et les organismes finançant la recherche doivent, au plus vite, dialoguer pour coordonner leurs actions afin de mettre sur pied des mesures collectives pour minimiser les effets de la crise sanitaire. Ce dialogue doit aussi avoir lieu démocratiquement au sein de chaque université, en évitant toute dérive autoritaire. Ceci afin que tous les travailleur·euse·s et les étudiant·e·s puissent recevoir l’information et l’aide nécessaire dans les mêmes conditions. A long terme, ce dialogue et cette coordination ne peuvent qu’être bénéfiques.

Une crise telle que la pandémie que nous vivons pose de nombreux défis, mais c’est aussi une occasion de repenser l’enseignement supérieur. Plutôt que de se limiter à quelques mesures de sauvetage, nous avons l’occasion d’ouvrir une large discussion sur ce que devrait être l’université et sur comment la transformer. Comment garantir que l’éducation et la recherche restent des services publics ? Comment permettre un équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée dans les carrières académiques ? Comment participer à la diminution des inégalités structurelles sur nos campus et dans la société ? Nous devons réfléchir collectivement pour créer l’université que nous voulons pour l’éducation, pour une recherche de qualité, pour de bonnes conditions de travail, pour des campus où le dialogue démocratique constitue la base d’une communauté vivante.

En dessous vous trouverez le manifeste complet, dans celui-ci nous avons tenté d’établir une vue d’ensemble des effets de la pandémie sur les différentes catégories de personnes présentes dans nos université et des problèmes auxquels elles doivent faire face.

Soutenez le manifeste en signant!

L’Iran torture nos chercheurs, et Mme Vidal continue de se taire

L’AFP, dont le sérieux est unanimement reconnu, diffuse ce matin une dépêche comportant une nouvelle des plus préoccupantes relative à notre collègue Fariba Adelkhah. Nous savions déjà qu’elle avait été soumise à des formes de torture psychologique, notamment dans le courant du mois de novembre, grâce aux témoignages de co-détenues.

Nous apprenons désormais qu’elle a été maltraitée physiquement, grâce au témoignage d’un détenu britannique :

Dans l’un des messages envoyés depuis sa prison, M. Ashoori raconte que l’un de ses co-détenus a vu Mme Adelkhah arriver en prison, « frappée et tirée au sol par les cheveux », agonie d’injures et de coups par la police secrète, relate la dépêche de l’AFP émise ce matin 22 juin à 6h45 par son bureau de Londres.

Article de la Libre Belgique
L’appel à l’aide d’un bi-national détenu en Iran à Boris Johnson

Nous exprimons notre indignation absolue face à ces agissements.Nous demandons à nouveau la libération immédiate et inconditionnelle de Fariba Adelkhah qui est innocente des prétendus crimes dont elle est accusée par une justice ne respectant aucun des droits élémentaires de la défense et naturellement pas la présomption d’innocence. Fariba Adelkhah est une prisonnière scientifique arrêtée, détenue arbitrairement depuis bientôt 400 jours et condamnée de manière inique à six ans de prison pour des raisons strictement politiques qui ne la concernent en rien, ni elle ni l’exercice légitime de son métier.

Nous demandons au gouvernement français d’intensifier ses efforts pour obtenir la libération de notre compatriote et de suspendre immédiatement toute forme de coopération scientifique institutionnelle avec la République islamique d’Iran tant que celle-ci bafoue de manière aussi brutale les libertés académiques et met en danger les chercheurs.

Nous exprimons notre consternation et notre colère devant le silence de « notre » ministre, Mme Vidal, qui n’a jamais manifesté la moindre empathie à l’égard de Fariba Adelkhah et de Roland Marchal, lui aussi détenu arbitrairement du 5 juin 2019 au 20 mars 2020, et qui s’est toujours contenté de botter en touche lorsqu’elle était interrogée par les journalistes et les parlementaires sur cette affaire.

Nous vous demandons instamment de saisir vos institutions respectives pour qu’elles s’adressent au gouvernement et lui demandent de redoubler d’efforts pour obtenir la libération de notre collègue avant que l’irréparable ne survienne.

Nous vous en remercions par avance.

Jean-François Bayart, pour le Comité de soutien

Pays-Bas: Pétition des étudiant·es contre l’éducation en ligne

Donner-nous de l’espace!

En raison de l’interdiction pour les étudiants de prendre les transports publics aux heures de pointe, le gouvernement rend l’enseignement en présentiel impossible. Les universités et les établissements d’enseignement supérieur sont obligés de dispenser la plupart de leurs cours en ligne. C’est un énorme problème. Plus de présentiel est possible. Donnez de l’espace à l’éducation !

Lien vers la pétition.

L’université allemande comme horizon de la LPPR ?

En tant qu’universitaires inscrits dans des carrières entre France et Allemagne, nous exprimons notre vive inquiétude vis-à-vis du projet de loi LPPR. Nous sommes d’autant plus inquiets que cette réforme s’inscrit dans l’horizon des transformations mises en œuvre depuis plus de vingt ans en Allemagne et qui ont profondément dégradé le fonctionnement de l’université à l’Est du Rhin.

Mis de côté pendant la pandémie, le projet de réforme de l’enseignement supérieur et de la recherche, dit « Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) », très fortement contesté au sein de la communauté universitaire, fait son retour au pas de charge mais par la petite porte. La ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a en effet décidé d’accélérer l’examen du projet de loi LPPR en annonçant début juin la discussion du texte devant les instances consultatives (le passage devant le CNESER est fixé au 12 juin) avant un passage en conseil des ministres le 8 juillet. Alors que le fonctionnement de l’Enseignement supérieur et de la recherche (ESR), dont l’énergie a été consacrée à la « continuité pédagogique » et à la préparation de la prochaine rentrée universitaire, est encore très fortement perturbé par la pandémie, la ministre semble donc décidée à jouer le calendrier pour contourner la contestation.

https://www.flickr.com/photos/thechoprasconsultants/19689468706/in/photolist-vZTF5o-2iGoiPV-8ArZCY-EMRmWz-BQC8nD-W6ePGR-24o1zvj-gpXHnY-2i3q83D-27XYV3E-PKSYJf-SxwyWU-5pHtrK-2ghKWE6-23zk9TM-v2KAMN-E8qpQz-2iL2h3y-2gfGVpP-2gn7AHc-X4zUBJ-2gg8YR4-AN8ijg-QNEcr3-PHN8dQ-2hmjTBw-EouSaj-2gudMXH-p1ng6n-8ApbtB-EHRZSk-2hScr9a-G7t1WM-2j3cz4a-22by9xr-zdxHqZ-2ivefju-2gmZyrM-2hsyv2Y-2geaJUj-2iaYb3L-oKeceC-2iz3QT2-H2YAkD-22SabTP-NR48ML-2iNr3ma-2d8M6Bd-8WkFzr-TmmUhc

Study in German university – The Chopras, 2015

En tant qu’universitaires inscrits dans des carrières entre France et Allemagne ou dans des institutions académiques franco-allemandes, nous tenons à exprimer notre vive inquiétude vis-à-vis du projet de loi LPPR en cours de discussion en France. Nous doutons en effet profondément de la pertinence, jamais démontrée, des mesures proposées et contestons en particulier la remise en cause des emplois durables, le pilotage politique de l’évaluation, la mise en concurrence budgétaire des unités de recherche, l’assèchement des crédits récurrents des laboratoires et des universités, tout comme la généralisation des financements sur projets fléchés et les logiques managériales d’allocation des ressources. Nous sommes d’autant plus inquiets que cette réforme s’inscrit dans l’horizon des transformations mises en œuvre depuis plus de vingt ans en Allemagne et qui ont profondément dégradé le fonctionnement de l’ESR à l’Est du Rhin.

Nous proposons dans ce qui suit un aperçu de la situation dans le monde académique allemand telle que nous la percevons à partir de notre expérience partagée entre les deux systèmes de recherche en sciences humaines et sociales. Les analyses critiques sur les évolutions du monde académique allemand (voir par exemple l’article de Kolja Lindner « Le modèle allemand : précarité et résistances dans l’enseignement supérieur et la recherche d’outre-Rhin »), ainsi que les mobilisations qui s’y déroulent actuellement, sont en effet particulièrement instructives du point de vue français. Il en va de même pour nos collègues allemand.e.s qui regardent la situation française avec beaucoup d’intérêt. Des ressources sont disponibles sur le blog « Réflexions sur les politiques de recherche en France et en Allemagne » qui propose un espace de traduction, d’échange d’informations, et d’analyses sur les politiques de l’enseignement supérieur et de la recherche en France et en Allemagne, ainsi que la plateforme Mittelbau.net).

Continuer la lecture

Le 10 juin, les universitaires appellent à l’arrêt des universités en soutien des vies noires aux Etats-Unis

Scientists Call for Academic Shutdown in Support of Black Lives

La science et l’enseignement supérieur sont pétris de suprémacie blanche, depuis le discours raciste qui imprègne les manuels jusqu’à la culture qui exclut les universitaires Noirs d’innover et d’avancer au m^me rythme que leurs collègues.  Mais davantage que des déclarations mielleuses et des actions pour plus de diversité, les chercheur·ses veulent de l’action. Les organisateurs et organisatrices demandent que la communauté scientifique participe à un arrêt de travail ce mercredi 10 juin  pour porter l’attention au racisme dans le monde de la recherche [aux États-Unis].

Lire la suite (en anglais) →

Pour en savoir davantage

Fariba Adelkhah est devenu le visage du déshonneur de la diplomatie française, selon Noémie

Une bien triste nouvelle : Fariba Abdelkhah condamnée à 5 ans de prison


From: Béatrice HIBOU <beatrice.hibou@sciencespo.fr>
Subject: Condamnation de Fariba Adelkhah – 16 mai
Cher(e)s ami(e)s de Fariba,
Vous avez pu l’entendre dans les médias: nous avons appris ce matin la condamnation de Fariba à 5 ans d’emprisonnement. Comme nous n’avons cessé de le répéter, les accusations d’atteinte à la sûreté nationale et de propagande contre le régime sont absurdes, et la condamnation de ce matin strictement politique. Fariba n’a jamais fait que son métier de chercheur, en l’occurrence son métier d’anthropologue.
Son refus d’accepter une libération conditionnelle contre l’arrêt de ses recherches nous laissait prévoir un tel dénouement, même si le choc est grand ce matin à l’annonce de la plus lourde peine qu’elle encourait. Nous ne pouvons qu’être aux côtés de Fariba qui nous offre une magnifique leçon de force, de droiture et de courage. Son combat pour la reconnaissance de la liberté scientifique est le nôtre.
Tout n’est cependant pas terminé du côté judiciaire. D’ici une quinzaine de jours, son avocat fera appel de cette décision, l’appel devant advenir entre 3 et 4 mois plus tard. En Iran, les condamnations en appel ne peuvent être supérieures à celles décrétées en première instance; il faut donc espérer que la condamnation soit allégée, mais rien n’est moins sûr puisqu’il s’agit d’un procès kafkaien, au sens littéraire du terme: sans matière, sans procédure, sans temporalité. Fariba est une prisonnière scientifique dans les mains de politiques. Par ailleurs, la diplomatie française reste active, même si nous ne sommes pas au courant des négociations en cours.
Nous restons plus que jamais mobilisés, et nous allons vous recontacter dans les tout prochains jours pour que le 5 juin, date anniversaire de son arrestation, nous lui exprimions notre solidarité par diverses actions, et montrions aux autorités françaises et iraniennes notre engagement total à ses côtés. Aujourd’hui, nous réitérons notre demande de suspension de toutes les coopérations  scientifiques institutionnelles avec l’Iran: comment continuer à travailler avec un Etat qui nie l’essence même de notre métier et qui, plus largement, viole les fondements les plus élémentaires de la liberté d’expression et de penser ?
Amicalement
Béatrice et Jean-François pour le comité de soutien