Liberté pour les sciences sociales. Un numéro de la revue Communications

La revue Communications publie un important dossier “Libertés pour les sciences sociales”.Vous trouverez ci-dessous la table des matières et les extraits d’un article sur la séquence très sombre pour les universités turques.

Liberté pour les sciences sociales, Communications 2024/1 (n° 114)

La double contrainte : piégés entre néolibéralisme et autoritarisme, les universitaires de Turquie politisent la liberté

Extraits.Affirmons-le d’emblée : prétendre que la connaissance est neutre ou indépendante du pouvoir n’est pas la solution aux désastres auxquels nous autres universitaires sommes confrontés aujourd’hui partout dans le monde. Cette assertion fait partie du problème. L’université est un champ de bataille – peu importe que nous en soyons de longue date persuadés, ou que nous l’ayons découvert plus récemment sous l’effet de la contrainte. Elle a une signification politique, et la production académique des connaissances est inextricablement impliquée dans les structures de pouvoir dominantes dans toute société. Aujourd’hui, les forces qui entravent notre capacité à produire et diffuser la connaissance ont certes changé, mais comprendre comment l’université – et avec elle la liberté académique et l’autonomie de ses institutions – est enracinée dans des dynamiques sociétales plus larges dissiperait nos désillusions et nous fournirait ces outils de combat que nous peinons à inventer. Pour cela, nous devons nous concentrer sur la conjoncture historique qui est la nôtre, et renouveler nos interrogations sur les conséquences des récentes transformations de la production des connaissances. […]

Continuer la lecture

Résider, résister : la bataille de la résidence universitaire de Yoshida (Kyoto)

Alors que les mots d’ordre “occupy” ou “occupation” fleurissent sur tous les campus du monde, la question du droit des étudiant·es à vivre dans les enceintes universitaires se pose d’une nouvelle façon à l’Université de Kyoto. Après une rude répression des mouvements étudiants dans les années 1980, le système universitaire japonais fait l’objet d’une forme d'”autonomisation” au cours des années 1990, transformation assez familière à l’ESR français, au point que les Japonais·es avaient ironisé à l’époque. Japonophone, ayant une bonne connaissance de la politique japonaise, la ministre Valérie Pécresse aurait ainsi “bien étudié les dossiers de la réforme universitaire” selon leurs mots — voire plagié le dispositif législatif élaboré à Tokyo. Nouvelle étape de l’autonomisation sur l’archipel : exclure les étudiant·es des résidences universitaires. Une première bataille a été gagnée par les étudiant·es. Iels invitent les lecteurs et lectrices d’Academia à soutenir leur cause en signant leur pétition sur change.org.

Archive photographique tirée deKanta Nomura, The Yoshida Dormitory Students’ History, Cesura, 2022, reproduite dans The Face.

L’histoire des universités a un lien étroit avec celle des lieux de vie étudiants. Au Moyen Âge, par exemple, Cambridge ou la Sorbonne ont construit des résidences qui offraient un hébergement bon marché, favorisant l’émergence d’une culture étudiante singulière.

Historiquement au Japon, de nombreuses universités disposaient de résidences similaires. Ces bâtiments dédiés construits sur les campus universitaires proposaient un hébergement bon marché et étaient réputées pour leur créativité et leur culture d’auto-gestion((NDLR. Sur l’histoire du Yoshida Dorm, outre la page Wikipedia, on peut lire “The Student Dormitory that Govers Itself“, par Marigold Warner, The Face, 24 août 2023, compte rendu en anglais de 野村幹太. 吉田寮学生寄宿舎史. Pianello Val Tidone: Cesura Publish, 2022.)). Depuis les années 1970, cependant, ces résidences ont fait l’objet d’attaques ciblées par les réformes néolibérales autoritaristes. Elles visent à rendre accessible au marché des équipements au statut universitaire et à réprimer les mouvements sociaux. Depuis 19681, dans de nombreuses universités, on peut parler même de mesures visant à une fermeture systématique de ce type de résidences. Dans la plupart des universités, les autorités ont exercé des pressions sur les résident∙es universitaires pour qu’iels abandonnent leur organisation autogestionnaire et pour les relocaliser dans des hébergements plus onéreux.

Entrée du vieux bâtiment de la résidence Yoshida et gingkos, 2 décembre 2023. Crédit : Mainichi/Kazuki Yamazaki

Continuer la lecture

  1. La democratisation de l’administration universitaire et l’opposition des droits d’inscription figurent parmi leurs demandes les plus régulières, à côté d’autres préoccupations du moment d’ordre social et politique. []

Université de Genève : la paix “armée”

Communication de l’Université de Genève

Academia rapporte la situation de l’Université de Genève qui fait sa communication sur la paix dans le monde, fait évacuer les étudiant·es par la force et qui, en la personne de la rectrice, entretient une relation “délicate” avec la vente d’armes à l’État d’Israël. 

À l’aube du 14 mai 2024, s’est déroulée l’évacuation du bâtiment principal de l’Université de Genève, occupé par des militant·es pro-palestinien·nes depuis une semaine. Alerté·es vers 5 heures du matin, les occupant·es ont été confronté·es à l’intervention de la police, suite à une plainte déposée par le rectorat1 pour violation de domicile. Les forces de l’ordre ont évacué une soixantaine de personnes présentes sur les lieux, certaines étant menotées. Des soutiens à l’extérieur ont manifesté leur solidarité, demandant la démission de la rectrice. Malgré des témoignages dénonçant un manque de sommation préalable, l’évacuation s’est déroulée rapidement, avec les occupant·es dirigé·es vers le poste de police.

Le jour même, la rectrice de l’Université de Genève, Audrey Leuba, se retrouve dans une “position délicate” en raison des liens dévoilés de son époux avec l’armée israélienne. Selon le journal genevois Le Courrier :

« L’époux de la rectrice, avocat fiscaliste dans un grand cabinet, siège depuis 2018 au conseil d’administration de l’entreprise Pratt & Whitney Aero Engines International, la filiale lucernoise d’un constructeur de moteurs d’avions américain qui fournit notamment l’armée israélienne pour ses avions de combat. Depuis plusieurs mois, l’entreprise est sous le feu des projecteurs. En avril, son siège social, qui se trouve dans le Connecticut, aux États-Unis, a été bloqué par des militant·es qui protestaient contre la guerre à Gaza, et plus particulièrement contre l’implication du constructeur dans la production des avions de chasse F-35 achetés par Israël. En décembre, ce sont les travailleur·euses d’une usine du groupe basée au Canada qui se sont mis·es en grève pour dénoncer le fait que Pratt & Whitney construit les engins présents dans les drones Heron, déployés par Tsahal à Gaza depuis plus de quinze ans. Dans un communiqué de presse paru en 2015, le constructeur se targuait également d’avoir décroché un contrat d’une durée de quinze ans pour assurer l’ensemble des pièces pour toute la flotte de moteurs des F-35 et des F-16 de l’armée israélienne. Selon le communiqué, il s’agissait à l’époque du ‘contrat de logistique basé sur la performance le plus complet et de plus longue durée pour un moteur de chasse de Pratt & Whitney à ce jour’.”

— Source: Louis Viladent, “Unige: Audrey Leuba en position délicate“, Le Courrier, 14.05.2024.

  1. NDLR: équivalent de la présidence en France []

9 mai 2024. 181 campus soutiennent Gaza de par le monde

https://twitter.com/thrasherxy/status/1788439582494576701/photo/1

Il y a désormais 181 campus qui soutiennent Gaza dans le monde,, sur chacun des continents, à l’exception de l’Antartique, où la station scientifique de McMurdo a rejoint le mouvement néanmoins).
https://students4gaza.directory

“The students give us hope”. Grafitti de Gaza

Réponse aux étudiant·es de Columbia et autres universités aux États-Unis

Continuer la lecture

Manifestations étudiantes en soutien à Gaza: les Nations Unies s’alarment pour la liberté d’expression

En passant

Guerre à Gaza : la liberté d’expression en question dans un contexte de répression sur des campus universitaires

Aux États-Unis, des universités sont accusées de réprimer les étudiants qui protestent contre la guerre d’Israël à Gaza, braquant les projecteurs sur la question de la liberté d’expression dans le monde entier, selon une experte indépendante des droits humains de l’ONU, Irene Khan.

Extraits. La crise de Gaza est en train de devenir une véritable crise mondiale de la liberté d’expression », a déclaré Mme Khan, Rapporteure spéciale des Nations Unies sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression. « Cela aura d’énormes répercussions pendant longtemps ». […]

Lors d’un entretien exclusif à ONU Info, l’experte a soutenu que la manière dont la liberté académique est restreinte aux États-Unis porte atteinte aux droits des personnes à manifester contre la guerre et l’occupation en cours, y compris sur les campus des université d”élite de l’Ivy League telles que les universités de Columbia, Harvard et Yale. […]

Irene Khan, Rapporteure spéciale des Nations Unies sur la liberté d'expression et d'opinion.

Irene Khan, Rapporteure spéciale des Nations Unies sur la liberté d’expression et d’opinion.

Continuer la lecture

“Avec la suspension de la professeure Shalhoub-Kevorkian, le monde universitaire israélien sombre dans l’abîme”

L’Université hébraïque de Jérusalem a décidé de suspendre les activités d’enseignement de professeure Nadera Shalhoub-Kevorkian, chercheuse palestinienne-israélienne, à cause de ses déclarations au sujet de la guerre à Gaza. La suspension a été décidé sans l’entendre et donc, sa respecter les droits à une procédure juste et équitable. La déclaration de l’Association des universitaires israéliennes Académie pour l’égalité (אקדמיה לשוויון) existe en anglais et en français. Nous la reproduisons ci-dessous pour manifester notre soutien à Prof. Shalhoub-Kevorkian ainsi qu’aux collègues israëlien·nes et palestinien·nes menacé·es. 

Prof. Shalhoub-Kevorkian

Au nom de plus de huit cents universitaires, membres d’Academia for Equality, nous lançons l’alerte dans l’urgence contre la décision de l’administration de l’Université hébraïque de suspendre le professeur Nadera Shalhoub-Kevorkian de ses fonctions d’enseignante en raison de ses déclarations sur la guerre actuelle.

Au nom de plus de huit cents universitaires, membres d’Academia for Equality, nous lançons l’alerte dans l’urgence contre la décision de l’administration de l’Université hébraïque de suspendre le professeur Nadera Shalhoub-Kevorkian de ses fonctions d’enseignante en raison de ses déclarations sur la guerre actuelle. Outre la violence extrême exercée par l’armée israélienne sur la population civile de la bande de Gaza, d’autres branches de l’État tentent de détruire la société civile critique en Israël et de réduire au silence les voix des intellectuels opposés à la guerre et à d’autres politiques israéliennes, en particulier celles de citoyens palestiniens de l’État. Continuer la lecture

Liberté académique en Allemagne: Déclaration de l’Association allemande d’anthropologie sociale et culturelle (GASCA)

Stellungnahme des Vorstands zur Wissenschaftsfreiheit in Deutschland

12 février 2024

En tant que comité exécutif de la Société allemande d’anthropologie sociale et culturelle (GASCA), nous souhaitons vous faire part de notre profonde inquiétude quant au fait que les chercheur·es travaillant en Allemagne voient leurs droits fondamentaux à la liberté académique et à la liberté d’expression de plus en plus restreints. La recherche et les échanges universitaires internationaux risquent d’être compromis si des chercheur·ses renommé·es qui travaillent à l’échelle internationale et qui viennent en Allemagne avec leurs engagements et des convictions politiques sont empêché·s de poursuivre librement leurs travaux ou de faire des déclarations publiques en Allemagne.

Nous insistons sur la nécessité absolue de combattre l’antisémitisme, le racisme et l’islamophobie en Allemagne et dans le monde. Toutefois, cet objectif ne peut être atteint par la surveillance des universitaires, de leur travail universitaire ou des déclarations qu’iels font en tant que personnes privées, comme cela a été porté à notre attention dans plusieurs cas en Allemagne, en Autriche et en Suisse. Nous sommes préoccupé·es par le fait que des universitaires, en particulier celleux qui viennent en Allemagne de contextes où les discussions politiques sont menées différemment, et/ou celleux qui ont un emploi non-permanent, doivent craindre pour leur réputation ou se sentent limité·es dans leur liberté d’expression lorsqu’iels commentent le conflit israélo-palestinien. Les différends relatifs à ce conflit ne peuvent être compris exclusivement au prisme des théories critiques de l’antisémitisme. Il est nécessaire et légitime de prendre en compte les dimensions historiques, politiques, religieuses, culturelles, économiques, ethniques et nationalistes du conflit. La marginalisation des universitaires qui exercent leur liberté académique et leur liberté d’opinion, telles qu’elles sont inscrites dans la loi fondamentale allemande, ne doit pas devenir le véhicule par lequel les débats sont façonnés dans ce pays ; au contraire, ces actes de marginalisation empêchent les débats nécessaires.

Continuer la lecture

#StrikeForGaza. Actions universitaires pour un cessez-le-feu immédiat à Gaza

et la solidarité avec la Palestine

#الإضراب_الشامل

Voici une première liste des soutiens universitaires pour un cessez-le-feu à Gaza et à la Palestine. Pour compléter la liste, c’est ici.

Pour télécharger le Manuel des gestes de soutien à la Palestine (Toolkit 3.0 en anglais)

Déclarations et lettres émanant d’associations

Continuer la lecture

Lettre de soutien à la déclaration du Comité exécutif de l’European Association of Social Anthropologistssur la situation à Gaza

English below

Chères et chers collègues,

Nous vous invitons à signer cette lettre ouverte en soutien à la déclaration du Comité exécutif de l’EASA sur la situation à Gaza, qui a été critiquée par certains membres de l’EASA.

En plus de soutenir la déclaration, nous exprimons également nos inquiétudes quant aux restrictions faites aux libertés académiques en Europe et demandons la création d’un groupe de travail chargé

  1. d’examiner cette question,
  2. d’offrir un soutien aux collègues qui subissent des représailles pour avoir partagé publiquement leurs analyses de la situation en Israël/Palestine et
  3. de suggérer des moyens d’aborder la situation des universitaires et des étudiants palestiniens en Europe et au Moyen-Orient.

Certains d’entre nous, en particulier ceux qui occupent des emplois précaires, ne seront peut-être pas en mesure de signer cette lettre. Nous demandons donc à chacun de rejoindre l’Assemblée générale de l’EASA le 21 décembre (en ligne, de 14h à 16h CET) et de voter anonymement en faveur de la création du Groupe de travail sur les libertés académiques et les droits humains. Tous les membres de l’EASA recevront le lien vers la réunion deux jours avant l’AGA. Si vous n’êtes pas membre de l’EASA, vous pouvez envisager de le devenir pour ce vote important.

Dernier campus de Gaza, Al-Azhar University détruite par l’armée israelienne le 4 novembre 2023

Déclaration du comité exécutif de l’EASA sur la situation à Gaza

Le comité exécutif de l’Association européenne des anthropologues sociaux exprime sa solidarité à celles et ceux qui pleurent la perte de leurs proches, tant en Palestine qu’en Israël.

Nous condamnons fermement la violence perpétrée par l’État israélien contre les civils de Gaza. Cela concerne toutes les formes de violence infligées aux Palestiniens : les frappes aériennes qui tuent sans distinction une population composée pour moitié d’enfants ; la destruction massive des moyens de subsistance et des infrastructures — y compris les hôpitaux, les écoles, les mosquées, les églises et l’Université islamique de Gaza ; l’affamement de la population en coupant son accès à l’eau, à l’électricité, au carburant, à la nourriture, aux fournitures médicales et à l’aide humanitaire.

En tant qu’anthropologues spécialistes de la violence d’État, des droits humains, de la paix, des conflits et de la sécurité, nous mettons en garde contre les récits décontextualisés de conflits et de « terrorisme ». La présentation génocidaire des Palestiniens comme des coupables, des « animaux humains » et comme méritant une punition collective a déjà incité à la haine meurtrière contre les musulman·es et les Arabes dans d’autres parties du monde, et risque de soumettre encore davantage les Palestinien·nes de Gaza et de Cisjordanie à la violence des colons, en ajoutant à la violence d’État dont iels sont déjà victimes.

En tant qu’anthropologues basés en Europe, nous condamnons également fermement le soutien de l’UE et des gouvernements européens à des actes assimilables à des crimes de guerre au regard du droit international. Nous demandons instamment aux gouvernements de respecter les dispositions du droit international qui protègent les civils et de comprendre que leurs actes et leurs paroles ont de lourdes conséquences susceptibles de se traduire par une violence généralisée à l’encontre des Arabes, des musulmans, des Palestinien·nes et de ceux qui soutiennent leur sort — y compris les nombreuses voix dissidentes en Israël et ailleurs.Nous sommes profondément préoccupé·es par les mesures répressives prises dans certaines universités, en Europe et ailleurs, à l’encontre de celles et de ceux qui ont exprimé leur solidarité avec les Palestiniens et qui ont été suspendu·es ou harcelé·es.Cette réduction au silence totalitaire de la dissidence face à la violence et à la guerre est inacceptable et en totale contradiction avec la mission de l’enseignement supérieur qui est de nourrir l’esprit critique des étudiants et du public. Nous condamnons également la répression violente des manifestations pacifiques en Europe et ailleurs.

Nous répondons à l’appel de nos collègues de l’Université de Birzeit à s’élever contre la violence génocidaire, l’occupation et la violation flagrante des droits de l’homme à Gaza et dans les territoires palestiniens occupés, et nous demandons à la communauté universitaire de remplir sa mission de critique des structures oppressives, de mise en garde contre les effets de la violence et de l’occupation, et de dire la vérité au pouvoir.

Nous appelons à un cessez-le-feu immédiat et à une aide humanitaire immédiate pour la population de Gaza, ainsi qu’à un engagement d’Israël et de tous les gouvernements en faveur d’un processus de paix qui s’attaque aux inégalités historiques, à l’injustice et à la violence structurelle dans la région.

Ana Ivasiuc, présidente de l’EASA
Au nom du comité exécutif de l’EASA

Continuer la lecture

Appel des universitaires italien·nes: cessez-le-feu immédiat et respect du droit humanitaire international à Gaza

Academia traduit l’appel en français des membres italien·nes de la communauté académique qui demandent le cessez-le feu immédiat et le respect du droit humanitaire international dans la bande de Gaza.

En tant que membres des communautés universitaires et des centres de recherche italiens, nous écrivons cette lettre au nom de la paix et de la justice, unis par la demande d’un arrêt immédiat de la guerre en cours contre Gaza. Nous pensons qu’il est de notre devoir individuel, communautaire et académique de nous dissocier des positions prises jusqu’à présent par le gouvernement de notre pays [l’Italie], et de prendre la responsabilité d’actions et de demandes pour contrer le niveau croissant de violence auquel nous assistons impuissant·es. Nous adressons cet appel à notre ministre des Affaires étrangères afin qu’il prenne des mesures pour exiger et soutenir un cessez-le-feu immédiat, la fourniture d’une aide humanitaire et la protection de l’ONU pour l’ensemble de la population palestinienne. Nous adressons cet appel au ministre des universités et de la recherche et à la Conférence des recteur·es des universités italiennes (CRUI), afin qu’iels amplifient nos voix et nos demandes, en se souvenant de la mission centrale de nos institutions universitaires, qui est de produire des connaissances et de respecter les droits humains.

En tant que membres de la communauté universitaire et de recherche italienne, nous sommes depuis de nombreuses années les témoin·es douloureux et les dénonciateur·rices de ce qui se passe en Palestine et en Israël, où, selon Amnesty International, un régime illégal d’oppression militaire et d’apartheid1 est en vigueur. Une fois de plus, nous sommes horrifié·es et bouleversé·es par le génocide qui se déroule à Gaza, défini à juste titre par l’écrivain Dominique Eddé comme “une abomination qui illustre bien la défaite sans nom de notre histoire moderne”2

Depuis trois semaines, suite aux actions brutales perpétrées par le Hamas le 7 octobre dernier, qui ont causé la mort de plus de 1400 personnes (pour la plupart des civils) et conduit à l’enlèvement de quelque 200 otages3,  nous assistons à des bombardements massifs et indiscriminés de l’armée israélienne contre la population de la bande de Gaza, ce qui équivaut à une punition collective contre une population sans défense emprisonnée dans un territoire d’un peu plus de 360 kilomètres carrés4. À l’heure où nous écrivons ces lignes, le bilan à Gaza dépasse les 9000 morts, dont 3760 enfants, environ 22 900 blessés et 1 400 000 personnes déplacées5. Selon l’ONU, environ 2000 personnes sont actuellement portées disparues, probablement piégées ou tuées sous les décombres6. Des quartiers résidentiels entiers, des hôpitaux, des écoles, des mosquées, des églises et des universités entières — l’université islamique et l’université Al-Azhar étant parmi les plus grandes et les plus renommées — ont été entièrement rasés7. Le gouvernement israélien a ordonné à plus d’un million d’habitant·es de la bande de Gaza de quitter leurs maisons en prévision d’une attaque terrestre, sachant qu’il n’y a pas d’échappatoire ni de moyen de sortir de la bande de Gaza. Nombre de ces personnes évacuées ont ensuite été bombardées dans les “zones de sécurité” du sud de la bande de Gaza, ce qui révèle une intention claire de nettoyage ethnique de la part du gouvernement israélien.

Source: Satellite image from Copernicus Sentinel-2, taken on Sept. 7, processed by Sentinel Hub. Damage analysis of Copernicus Sentinel-1 satellite data by Corey Scher of CUNY Graduate Center and Jamon Van Den Hoek of Oregon State University. Building footprints from Microsoft.
Credit: Daniel Wood/NPR, 9 novembre 2023

Continuer la lecture

  1. Amnesty International,  Apartheid israeliano contro i palestinesi. []
  2. Dominique Eddé, La cieca compiacenza del mondo prepara solo nuovo odio. Il Manifesto, 01.11.12. []
  3. United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA), https://www.ochaopt.org/data/casualties. []
  4. UN Chief Antonio Guterres, AlJazeera. https://www.aljazeera.com/tag/antonio-guterres/. []
  5. United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs, “Hostilities in the Gaza Strip and Israel – reported impact”, 2 novembre 2023. []
  6. United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs, “Hostilities in the Gaza Strip and Israel – reported impact”, 2 Novembre 2023; United Nations.Israel-Palestine: Gaza death toll passes 5,000 with no ceasefire in sight, 23 octobre 2023. []
  7. United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs, “Hostilities in the Gaza Strip and Israel – reported impact”, 2 Novembre 2023 ; WAFA, 2023 []

Universités de Gaza sous les bombes

Les 11 établissements d’enseignement supérieur de Gaza ont été bombardés. Dernière en date : l’University in Al-Mughraqa in Gaza a été touchée le dimanche 5 octobre 2023, selon Birzeit University.

 

Belgique. Un rapport dévastateur sur le traitement des violences au travail à l’Université catholique de Louvain

« Une mentalité basée sur la minimisation (des faits), déni (de la souffrance) et culpabilisation (de la victime) » : voilà, en résumé le fondement de la politique de l’Université catholique de Louvain du traitement des violences au travail telle que le présente un rapport de 14 expert∙es indépendant∙es présidé par l’éminente juriste Françoise Tulkens. Alors que sa publication a été retardée de quatre mois, le rapport Tulkens atteste du « climat sexiste et de domination patriarcale » de l’Université catholique de Louvain, faisant de la recherche un « tuyau percé », les femmes victimes n’ayant souvent d’autre choix que de se taire ou de quitter l’université. Alors que le rapport Tulkens avait déjà été évoqué par Le Soir et sur la  RTBF, et rendu public au début du mois d’octobre, le site Apache a découvert qu’il manquait des annexes contenant des éléments à charge dans une affaire de sexisme et de harcèlement au sein de la plus grande université francophone de Belgique qui n’est pas encore terminée.

Un rapport sur des comportements abusifs contient des éléments incriminant l’UCLouvain, par Liesbet De Kock (Apache),  Traduction de l’original en néerlandais (Rapport over grensoverschrijdend gedrag bevat bezwarend materiaal voor UCLouvain), 24 octobre 2023

Le 18 octobre dernier, l’UCLouvain a enfin rendu public un rapport interne très attendu sur les comportements abusifs. Ce rapport Tulkens fait état d’un « climat [de travail] sexiste et de domination patriarcale » et d’un « sentiment d’impunité généralisé ». Mais l’université n’a pas publié les annexes du rapport original.

Les recherches d’Apache établissent que ces derniers contiennent des éléments à charge dans le cas de la professeure Caroline Nieberding. Il y a plusieurs années cette dernière avait décidé de rompre le silence sur le sexisme et le harcèlement vécus quotidiennement au sein de son groupe de recherche. Elle a en payé le prix.

Le recteur Vincent Blondel a nommé un groupe d’expert∙es indépendant∙es en mars 2022. Ce panel devait étudier les questions de comportement abusif, de harcèlement et d’abus de pouvoir à l’Université catholique de Louvain (UCLouvain). Un examen complet des structures de signalement et des procédures de plainte existantes était également demandée.

Comportement abusif ou transgressif (grensoverschrijdend gedrag) implique qu’une personne cause du tort à autrui physiquement, mentalement ou émotionnellement. Cela se manifeste par exemple par des intimidations sexuelles, voire des abus sexuels, des brimades, de la discrimination ou des agressions. Les comportements transgressifs peuvent survenir n’importe où, y compris au sein des organisations et des entreprises, où le concept est utilisé en vue de qualification pénale.

Le rapport du groupe d’expert∙es est prêt depuis le mois de juin, mais les autorités de l’UCLouvain ont longtemps refusé de le rendre public. Le rapport est en ligne depuis le 18 octobre, mais sans les annexes qui faisaient partie du document original. Ces annexes, comme l’a constaté Apache, contenaient des éléments à charge dans une affaire qui ébranle l’UCLouvain depuis longtemps, celle de la professeure Caroline Nieberding.

En février 2022, le climatologue de renommée internationale Jean-Pascal van Ypersele avait compilé ce qu’il disait être un dossier épais comme le poing sur des abus majeurs au sein de l’institut où il était lui-même employé. À l’époque, l’UCLouvain était loin d’être la seule université où de tels témoignages se faisaient entendre.

Le groupe d’experts nommé par le recteur Blondel était présidé par la professeure Françoise Tulkens, ancienne vice-présidente de la Cour européenne des droits de l’homme. Elle a remis un volumineux rapport au Rectorat en juin dernier, après plus d’un an d’enquête.

Apache a examiné le rapport intégral de la Commission Tulkens et a découvert qu’un certain nombre d’annexes manquaient. Deux d’entre elles ont particulièrement retenu l’attention. Il s’agit de lettres que la Commission Tulkens a envoyées en urgence au Rectorat à l’automne 2022.

Continuer la lecture