Candidates, candidats, vous n’êtes pas responsables !

Le texte ci-dessous a été posté sur la liste de diffusion de l’ANCMSP (science politique, sociologie) en 2016, suite à un recrutement controversé.

 

 

 

(Je poste ceci à l’usage des jeunes docteur.e.s qui arrivent sur le marché, en réponse à la demande « d’éclairer les lanternes des outsiders ». Ce post n’a pas vocation à épuiser le débat, ni à expliquer scientifiquement les recrutements, ni à les excuser).

D’abord, on peut critiquer les recrutements, mais pas la personne recrutée. Ce n’est pas de sa faute. Le problème, c’est comment les recrutements sont organisés. Sur un poste de mcf, vous pouvez avoir 200 candidats. Le recrutement se joue sur des critères multiples : les publications certes, mais aussi l’adéquation au profil, la composition du département, la perception de la collégialité (est-ce que vous avez l’air sympa), la perception de la capacité à enseigner, etc. Tous ces critères ne sont pas nécessairement illégitimes.

Dans ce contexte, vous pouvez être éliminé pour n’importe quel prétexte. Quand je dis n’importe quel, voici une liste non exhaustive des propos (évidemment éliminatoires) que j’ai entendus sur divers candidat.e.s : Lire la suite

L’autre côté du miroir : devenir membre d’un comité de sélection (2/2)

https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/793/files/2018/04/audition.jpg

Le choix du format détermine largement le résultat des auditions. Photo : Dom497 recadrée par CL (https://commons.wikimedia.org/wiki/File:CGT_Audition_Stage.jpg)

Ce billet fait suite à une première partie disponible ici. Suite à quelques réactions sur cette première partie, je reprécise que mon but n’est pas de dresser un tableau enchanté du recrutement tel qu’il se fait actuellement. Justement, ces billets proposent des conseils sur les moins mauvaises façons possibles de recruter, parce que j’ai pu en observer, ou qu’on m’en a raconté, de vraiment très mauvaises. (Mais les billets ne traitent pas du cas des véritables « postes à moustaches » : comme je l’ai déjà dit, je ne vois pas dans ces cas d’autre solution que refuser de participer aux comités.) Par ailleurs, je suis tout à fait consciente du fait qu’il n’y a pas de bonne façon de recruter lorsqu’on a pour toute la France 20 postes pour 400 qualifié.e.s par le CNU, dont un grand nombre excellent.e.s en tout point. Je comprends là encore que l’on puisse refuser de siéger dans ce contexte. Si l’on siège, il me semble toutefois que l’on peut essayer d’améliorer les choses à la marge, suivant des objectifs détaillés dans le précédent billet.

Je reprends donc le fil du processus là où je m’étais arrêtée, après la première réunion qui fixe la liste des auditionné.e.s. [ajout du 28/04 : si vous êtes candidat.e, n’hésitez pas à lire ce billet, mais allez aussi et surtout voir ici !]
Lire la suite

L’autre côté du miroir : devenir membre d’un comité de sélection (1/2)

https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/793/files/2018/04/recrutement.jpg

En plus, ce café est proche de mon bureau. Photo : Victor Grigas, recadrée par CL (https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Le_Recrutement_Cafe_in_Paris.jpg)

Academia a déjà, à l’occasion de ses conseils aux candidat.e.s aussi bien qu’à l’occasion de recours contre des décisions de recrutement, eu l’occasion de pointer quelques bonnes et mauvaises pratiques dans l’organisation des comités de sélection (voir notre rubrique “recrutement” et par exemple mon billet de conseil aux candidat.e.s ici). Ce billet envisage plus directement la question du point de vue des enseignant.e.s-chercheur.se.s qui se retrouvent chaque année en position de recruteur.se.s, sans avoir été formé.e.s pour cela. Lire la suite

Un tout petit monde: état des lieux de l’emploi universitaire par Guillaume Miquelard-Garnier

Citation

«  Je vais entamer ici un cycle de billets faisant un petit état des lieux de l’Université, notamment en ce qui concerne les populations (étudiants et enseignants) et leur évolution temporelle. […] Ces billets sont le fruit d’un travail fastidieux (et chronophage) de données compilées à partir des rapports annuels RERS dont on peut trouver, en cherchant bien, des éditions remontant jusqu’à 2000 ».

Ratio enseignants (en équivalent temps plein)/ étudiants. Source: G. Miquelard, Etat des lieux de l’Université (2) – http://blog.educpros.fr/guillaume-miquelard-et-paul-francois/2018/04/06/etat-des-lieux-de-luniversite-2/

 

Guillaume Miquelard-Garnier, après une première étude établissant la méthode, vient de livrer son 2e billet sur le ratio enseignant.e.s-étudiant.e.s sur la période courant de 2001 à 2017. Il s’interroge notamment sur les fortes disparités entre grandes disciplines et s’efforce d’expliquer l’inflation néanmoins perçue des heures d’enseignement, là où le nombre d’étudiants pour enseignants n’a que peu évolué.

Lire la suite

« Misère et décadence des recrutements » dans Socio-Logos

Citation

Le dernier numéro de la revue de l’Association française de sociologie (AFS), réalisé en lien avec l’Association des sociologues enseignants du supérieur (ASES), porte sur « les revers de l’excellence ».

Lire la suite

Ecouter « les chercheuses de demain »

Les vidéos de la demi-journée organisée le 8 mars au siège du CNRS sont en ligne (si vous cliquez ici, vous aurez le PDG du CNRS, et le reste de la demi-journée dans la colonne de droite).

Un mélange intéressant de formats : témoignages de jeunes (où l’on découvre que beaucoup ont des mères chercheuses… mais aussi une gamme variée d’obstacles et quelques manières de les surmonter), de moins jeunes (avec des propositions) et résultats d’études empiriques, notamment sur les post-doctorant.e.s. Je dispose de notes écrites détaillées, vous pouvez m’écrire (mon e-mail est facile à trouver) pour les allergiques à la vidéo. Lire la suite

Le 8 mars, venez parler de votre expérience de doctorante ou postdoctorante

(avec mes excuses pour ce signalement tardif)

Le 8 mars aura lieu au siège du CNRS une demi-journée titrée « Les chercheuses de demain » (le programme est ici). Des spécialistes des questions de genre, des personnes concernées et des responsables de politiques d’égalité (entre autres) parleront notamment des problèmes rencontrés lors du recrutement et plus largement des questions d’égalité hommes-femmes dans la recherche, en particulier au CNRS. N’hésitez pas à vous inscrire (voir comment faire en bas du programme) pour venir non seulement écouter, mais aussi parler de votre expérience.

(pour savoir ce qui s’est dit, voir ici)

Concours CNRS : les CV contre les projets de recherche ?

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Jesus_Lundakarnevalen.jpg

Carnaval à Lunda (Suède). Photo: Linus Bohman (https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Jesus_Lundakarnevalen.jpg)

Academia a proposé dès le 16 juin 2017 une liste des déclassements opérés par le jury d’admission du CNRS dans cinq sections relevant des sciences humaines et sociales (SHS). Par la suite, la mobilisation en sociologie, discipline la plus touchée (perte d’un poste de CR2 et déclassement de l’ensemble des sociologues classé.e.s par la section 36), s’est accentuée. Un long texte d’analyse centré sur les conflits internes à cette discipline, mais mettant aussi en cause plus globalement un « management autoritaire de la recherche en sciences sociales », est paru le 3 juillet, s’ajoutant à la pétition signée par plus de 3 000 personnes. Lire la suite

Suppressions et déclassements au CNRS : une dernière motion

La C3N, structure qui représente les élu.e.s et nommé.e.s des différentes instances scientifiques du CNRS (toutes disciplines confondues : les SHS y sont très minoritaires), s’est réunie le 7 juillet dernier. Sa motion adoptée à l’unanimité est une des réactions les plus efficaces, dans sa concision, aux déclassements et suppressions de postes qui ont marqué le concours en SHS. Lire la suite

Grâces et disgrâces du recours gracieux: annulation d’un concours de MCF (sciences du langage) à Paris-Sorbonne

Le blog Histoire(s) présente(s) de l’ESR annonce qu’un concours à la maîtrise de conférences en sciences du langage à l’Université de Paris-Sorbonne vient d’être annulé, en raison des conflits d’intérêts patents entre le président du comité de sélection et les trois candidat-e-s classé-e-s. Le recours aurait été formulé grâce à un billet d’Academia.

L’enseignement de l’architecture serait-il réservé aux hommes ? Alerte parité de CFDT-Culture

CFDT-Culture alerte sur la carence de parité dans les jurys de diplôme d’architecture – disons plutôt le monopole mâle qui y règne. Nous reproduisons ici leur article.

Au Comité technique ministériel du 6 juillet étaient présentés un point d’étape sur le protocole d’accord sur l’égalité entre les femmes et les hommes au ministère de la Culture, et le rapport de situation comparée du ministère de la Culture.

À cette occasion, la CFDT-CULTURE a souhaité porter un éclairage sur la composition des jurys des écoles d’architecture.


En préalable, rappelons que les étudiants en architecture de nos écoles sont majoritairement des étudiantes et qu’au moment du recrutement desdits étudiants en première année, toutes les écoles appliquent un principe de discrimination positive en faveur des garçons pour en intégrer un effectif de plus de 30 %.

D’autre part – contrairement à la population étudiante – les enseignants fonctionnaires des écoles d’architecture sont très majoritairement des hommes.

Moins de 30 % des maîtres-assistants sont des femmes et seul 20 % des professeurs sont des femmes.

Aujourd’hui, les résultats des derniers concours pour le recrutement des maîtres-assistants et des professeurs des écoles nationales supérieures d’architecture sont connus (externe, interne et Sauvadet). Aussi, nous voulons attirer votre attention sur le problème récurrent du non-respect de la parité homme-femme dans le corps des enseignants des écoles d’architecture.

Cette absence de parité est flagrante dans le corps des maîtres-assistants, et particulièrement dans les champs disciplinaires que sont la Théorie et pratiques de la conception architecturale et urbaine (TPCAU) et Ville et territoires (VT). Cette situation est encore plus prégnante pour les professeurs car à l’exception de la discipline Sciences humaines et sociales, tous les autres postes pourvus ont été attribués à des hommes !

Lire la suite

Mind the (gender pay) gap – ou le parti-pris d’aligner des salaires moyens hommes-femmes à l’Université

L’écart de salaire est un indicateur remarqué de l’inégalité professionnelle entre hommes et femmes. Déterminées par de nombreux facteurs, cette différence se révèle structurelle et les politiques usuelles de réduction des inégalités ne l’atténuent que très lentement. C’est pourquoi l’University of Essex a décidé de compenser directement cet écart, en opérant une péréquation salariale.

 

Voici comment l’Université justifie cette décision:

Notre action est déterminée par l’impatience croissante que nous éprouvons vis-à-vis d’autres politiques qui ont échoué à résorber l’écart de salaire de façon suffisamment rapide; aussi avons-nous pris la décision d’effectuer une augmentation [salariale] exceptionnelle pour le résorber.

Après un audit et des corrections statistiques,il a été constaté une nette différence au rang des professeurs. Les femmes se présentent moins à ces postes et elles le font plus tard, et par la suite, elles ont une moindre propension à demander bonus et augmentations.

Aussi, les instances de l’université ont-elles décidé de relever directement, au 1er octobre 2016, les salaires des professeures pour aligner leur moyenne sur celle de leurs collègues masculins. Conscientes que cette mesure ne saurait être suffisante, ces instances ont également instauré une série de mesures pour maintenir cet équilibre et envisagent d’appliquer la mesure à d’autres grades et groupes professionnels, nous aurons donc l’occasion d’y revenir.

Source :

Suppressions et déclassements au CNRS: une tribune des travailleurs et travailleuses précaires

Parmi les nombreuses réactions aux déclassements (et suppressions de poste) par le jury d’admission du CoNRS, il en est une qui propose une analyse un peu différente: la situation de crise récente n’est que le symptôme des évolutions structurelles récentes où les docteur.e.s qui se proposent de travailler dans l’enseignement supérieur et la recherche – consentant pour cela bien des sacrifices personnels et familiaux – sont tenu.e.s dans un mépris structurel, induit par le nombre inflationniste de contrats courts inversement proportionnel à la raréfaction des postes statutaires. Nous remercions le collectif d’avoir accepté sa republication dans son intégralité. Ajoutons que cette situation qui s’aggrave de façon continue depuis le début des années 2000 est une façon bien grossière de s’assurer d’une population travailleuse  soumise, parce que jetable. Pas nécessaire la recherche la meilleure qu’il soit.

Cette année, le jury d’admission de l’INSHS a procédé à plusieurs déclassements, reclassements voire suppressions de postes dans les sections 32, 35, 36 et 39 [NDLR et 53] du CNRS. Sont passés sur des listes mails professionnelles des messages s’indignant, à juste titre, de la remise en cause du travail du jury d’admissibilité. Ces pratiques s’inscrivent dans une casse des procédures de recrutement des concours de la fonction publique dont ceux de l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) ne sont pas les seuls à faire les frais. Par leurs justifications, ces déclassements expriment une fois de plus un développement nocif vers l’ « excellence » qui participe au retrait de l’égalitarisme dans l’ESR. Enfin, toute l’affaire relève surtout d’un problème cardinal : le manque de postes [NDLR: statutaires permanents].

Le Collectif des travailleur·e·s précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche, dont une majeure partie de ses membres est candidat·e ou futur·e candidat·e à ces concours, est en premier lieu concerné par la remise en cause du fonctionnement collégial et par ce manque de postes. Et pour les « candidat·e·s malheureux·ses » la violence de ces déclassements ou de la non obtention d’un poste après des années de sacrifices est sans commune mesure avec celle que semblent exprimer les membres des différents jurys d’admissibilité. S’il semble que cela soit une première au CNRS, nous, précaires-chômeurs·es-candidat·e·s depuis plusieurs mois ou années à des postes, vivons ces « dysfonctionnements » à chaque campagne de recrutement, de manière plus ou moins publicisée.

Lire la suite

À Besançon, les personnels en appellent au respect des candidat.e.s et du travail des personnels

Citation

Les collègues de Besançon nous font parvenir la lettre ouverte qu’ils ont envoyée à leur Président d’université vendredi 23 juin 2017, signée par plus de 110 membres de la communauté universitaire bisontine. Ils se sont indignés de la décision de ne pas pourvoir des postes d’ATER une fois la campagne d’emploi arrivée à son terme, c’est à dire après réunion des commissions ATER et validation des classements par le Conseil Académique;  et demandent le respect des candidat.e.s et des personnels qui ont procédé au recrutement. 

Besançon, le 23 juin 2017

Objet : Lettre ouverte concernant la campagne emploi ATER 2017

Destinataire :         Monsieur Jacques BAHI, Président de l’Université de Franche-Comt

En copie :              

  • Monsieur Christophe DE CASTELJAU, Directeur général des services
  • Monsieur Stéphane CROVELLA, Directeur des ressources humaines
  • Monsieur Eric PREDINE, Vice-Président chargé des relations humaines et du dialogue social
  • Monsieur André MARIAGE, Doyen de l’UFR SLHS, Université de Franche-Comté

Monsieur le Président de l’Université de Franche-Comté,

 

Réussir ensemble…sans les ATER ?

Dans votre profession de foi de mars 2016, lors des élections pour le CA qui allait vous conduire à un second mandat à la tête de notre université, vous vantiez les mérites de votre précédente mandature au cours de laquelle l’UFC avait « montré qu’elle était capable d’anticiper ». Ces belles qualités, celles du président-gestionnaire, se sont-elles dissipées dans les brumes de la chaleur du printemps ? Où sont passés les « efforts fondés sur une vision politique et stratégique anticipant l’avenir », ainsi que la « maîtrise des problématiques budgétaires » ? Certainement pas dans la gestion de la campagne ATER 2017.

Nous apprenons en effet le mardi 20 juin 2017 qu’une réunion d’arbitrage a eu lieu la veille entre la présidence et les directeurs de composantes. Cette réunion d’arbitrage, alors que la campagne d’emploi ATER 2017 (dont le calendrier a été fixé par la présidence) est terminée depuis le 30 mai, exige de l’UFR SLHS qu’elle renonce à trois postes d’ATER temps plein.

Peut-être, pour humaniser un peu cette histoire, vaut-il la peine de rappeler en quoi consiste une campagne ATER. Les ATER sont des attaché.e.s temporaires d’enseignement et de recherche, généralement recruté.e.s pour un an, dont le contrat est renouvelable une à trois fois selon les situations. Ces postes permettent à des doctorant.e.s ou à des docteur.e.s de maintenir un pied dans l’université en attendant de décrocher un jour un poste de maître.sse de conférences.

Lorsque les postes sont affichés (sur un portail dédié que met en place le ministère de l’enseignement supérieur sur le site Galaxie), et ils ne le sont qu’après une procédure stricte mise en place par les universités pour retenir les postes mis au concours, des candidat.e.s en grand nombre se lancent dans une campagne difficile et ingrate. Il faut mettre son C.V. à jour, présenter son dossier de publications et d’enseignements. Nombreux.ses sont les candidat.e.s puisque les départements reçoivent souvent plus de 60 candidatures pour un seul poste.

En face, c’est-à-dire dans les départements, des commissions de recrutement se mettent en place : elles réunissent des membres du département concerné, mais aussi des collègues d’autres départements puisque ces commissions, normalisées dans leur fonctionnement depuis quelques années, doivent compter 8 membres. Il va de soi que les postes d’ATER font l’objet au préalable d’une procédure d’éligibilité difficile, passent par différents conseils de l’Université avant que la campagne ne soit validée à l’échelon de la présidence. Tout ceci a été fait dans les règles de notre université : postes validés, affichage des postes sur Galaxie, candidatures, commissions tenues courant mai, et enfin validation lors d’un Conseil Académique des classements des candidat.e.s retenu.e.s par chaque commission ATER. Ce travail mobilise, on s’en doute, toute une chaîne de personnels : personnels administratifs et enseignant.e.s chercheur.e.s.

Cette lourde procédure de recrutement accomplie, l’université doit ouvrir sur Galaxie l’étape définitive par laquelle les candidat.e.s déclarent accepter le poste. Or cette étape, qui aurait dû être franchie dès les premiers jours de juin, n’a jamais été actée, sans qu’à aucun moment la présidence ne communique sur les raisons expliquant un tel blocage. Derrière une telle décision, prise dans la plus grande opacité, ce sont des candidat.e.s qui sont placé.e.s dans une situation d’attente anxiogène. Car pour ces candidat.e.s, un tel poste – malgré toutes les conditions de précarité qu’il comporte – est vécu comme une première forme de reconnaissance du travail déjà accompli à l’université.

Derrière une telle décision, il y a des candidat.e.s qui doivent souvent obtenir un détachement auprès d’un recteur d’académie lorsqu’ils sont enseignant.e.s dans le secondaire et qui, évidemment, laissent passer les étapes de vœux d’affectation dans le secondaire, assuré.e.s qu’ils ou elles sont d’avoir été classé.e premier sur un poste d’ATER. Il y aussi des candidat.e.s qui comptaient sur ce poste précaire pour assurer leurs revenus pendant un an.

Derrière une telle décision, il y a des candidat.e.s qui se sont projeté.e.s dans la fonction d’ATER, dans la mesure où le calendrier des emplois du temps à l’Université oblige les directeurs.trices de département qui les recrutent à anticiper la validation définitive du recrutement pour mettre en place les services à effectuer, établir les emplois du temps.

Derrière une telle décision, en somme, il y a des êtres humains qui se font une joie de venir enseigner et faire de la recherche à l’Université de Franche-Comté pendant une année ! Ces ATER sont, de fait, la garantie pour l’avenir de la recherche à l’Université de Franche-Comté.

Enfin, derrière cette gestion déplorable de la campagne ATER 2017, il y a tou.te.s les candidat.e.s classé.e.s sur les différents postes mis au concours, qui n’ont toujours pas été contacté.e.s officiellement et qui attendent un hypothétique appel de l’Université de Franche-Comté… Ou bien plutôt qui, dans la plupart des cas, ne l’attendent plus et ont accepté un poste ailleurs pour la rentrée de septembre. Combien de candidat.e.s disponibles restera-t-il sur les listes de classement remontées avant le 11 mai dernier ? Et combien de postes ne seront finalement pas pourvus, faute de candidat.e.s ?

 

Nous, directeurs, directrices de département, directeurs, directrices de diplômes, directeurs, directrices de laboratoire, enseignant.e.s-chercheur.se.s, personnels administratifs et techniciens à l’Université de Franche-Comté tenons à manifester par cette lettre ouverte notre indignation et notre colère.

L’Université doit traiter tous ses personnels, y compris ceux qui se trouvent dans les situations de précarité comme le sont les ATER, avec le respect qui leur est dû. L’Université doit respecter le travail qui a été fourni par les personnels administratifs, les enseignant.e.s chercheur.se.s de notre université pour mener à bien la campagne d’emploi ATER.

Lire la suite

Déclassements & CNRS: motions votées par les sections du Comité national de la recherche scientifique

Suite à l’information et l’analyse que nous avons faite des déclassements opérés par les jurys d’admission la semaine dernière,nous restituons ici les motions et messages transmis par les sections 19, 36, 39 et 40. Et les motions complémentaires de la secttion 19 du CNU.

Lire la suite