Déclassements CNRS : suite et…

En passant

[CNRS] Le concours de la section 36 de 2019 annulé par la justice administrative

Le 7 octobre dernier, le tribunal de Paris a décidé d’annuler les décisions prises par les jury du concours du CNRS de la section de sociologie et de droit (section 36) de 2019. Cette décision entraîne l’annulation des nominations des chercheur·euse·s admis·e·s à ce concours cette année là.

Cette décision du tribunal administratif, que Sound of Science a pu se procurer, fait suite à la requête d’un candidat, Matthieu Grossetête, dont le jury d’admissibilité a rejeté la candidature. Le tribunal a aussi décidé que le CNRS devra verser 1500 euros à ce chercheur.

En 2017, ce sociologue avait déjà vu sa candidature être déclassée entre le jury d’admissibilité et celui d’admission.

Lire la suite sur The Sound of Science →

Sur la chute de l’Université, en quatre graphes

  • d’après Guillaume Miquelard, maître de conférences habilité en physique des polymères, auteur d’un blog EducPros Un tout petit monde
https://twitter.com/gmqlrd/status/1317462346734993410

Évolution du nombre d’étudiant∙es à l’Université (modulo de petites incertitudes liées à des chiffres concaténés de sources différentes), par Guillaume Miquelard, 2020

par Guillaume Miquelard, 2020.  Source: Personnels du supérieur: bilans et statistiques

Il s’agit de l’évolution du nombre de postes ouverts aux concours MCF sur plus de 20 ans1. Les chiffres 2020 sont provisoires (mais d’ores et déjà légèrement meilleurs que 2019)

Continuer la lecture

  1. NDRL: texte adapté de la série de tweets de Guillaume Miquelard, 17 octobre 2020. []

En attendant Coulhon : les 65 amendements du projet de loi consolidé

La fabrique de la loi #24

← Article précédent

Article suivant­ →

C’en est déjà fini de l’examen à l’Assemblée du « projet de loi de programmation de la recherche pour les années 2021 à 2030 et portant diverses dispositions relatives à la recherche et à l’enseignement supérieur ». Le texte a été adopté ce 24 septembre un peu après minuit, et est maintenant entre les mains du Sénat.


68 député∙es – même pas 12 % des 577 député.es français – ont pris la peine de participer au vote de cette nuit, et 48 se sont prononcé.es en sa faveur. Le détail du scrutin est particulièrement simple à décrire : la majorité a fait troupeau. Pas un∙e seul∙e des 379 député.es qui la composent ne s’est opposé∙e au projet. L’opposition a, elle, voté unanimement contre, tout du moins celle qui a voté, soit 20 député.es.

Dans les lignes qui suivent, on ne dira rien des débats en eux-mêmes, et des tentatives d’amender le texte qui ont échoué1. Il y a, c’est certain, plusieurs député∙es qui se sont âprement battu∙es contre le projet de loi. Mais le sentiment général qui ressort du visionnage des débats à l’Assemblée est bien celui que résume Christelle Rabier dans une lettre un peu désespérée envoyée hier soir aux 577 député∙es : ce visionnage

« nous a heurtés, tellement la représentation nationale – désengagée au mieux, méprisante au pire, généralement médiocre et incompétente – semble faire fi du service public que nous portons au jour le jour sans moyens, ni considération, sinon celui de nos pairs à l’étranger ».

 

Au titre d’une analyse à chaud – qu’il faudra progressivement compléter, mais tout va si vite en cette rentrée de cauchemar que l’on ne peut que bricoler… –, concentrons-nous sur les seules modifications que l’Assemblée nationale a choisi d’introduire dans le projet de loi.

La mise à l’écart violente de l’opposition

683 nouveaux amendements avaient été déposés pour le débat dans l’hémicycle, après les 539 amendements discutés en commission. Sur ces 683 amendements, 134 ont finalement été adoptés durant les deux jours et demi d’examen du texte.

Écartons tout de suite la moitié d’entre eux (69 amendements) car, Academia l’a déjà expliqué, ils ne valent rien sur le plan juridique. Le Conseil constitutionnel et le Conseil d’État l’ont dit et répété : tout ce qui se trouve dans un rapport annexé à une loi de programmation est sans aucune portée normative. Tenu de rien, le gouvernement en fera ce qu’il voudra.

Si l’on retranche ces 69 amendements souvent pleins de bons sentiments, il faut donc considérer que ce sont 65 amendements qui ont, en réalité, été adoptés. Sur ces 65, cinq — moins de 8% —proviennent des Républicains (LR), et un du parti socialiste. Pour être complet, il faudrait dire que deux autres amendements du PS ont été adoptés, et même un de La France insoumise ; mais s’ils l’ont été, c’est vraisemblablement parce que des amendements identiques avaient été proposés par le Modem. Bref, il est inutile de tourner autour du pot : dans une logique de polarisation d’une très grande violence, le gouvernement a fait le choix de ne rien accorder aux député.es qui ne se reconnaissent pas dans l’action du gouvernement.

Pas le moindre compromis.

https://www.flickr.com/photos/danielmennerich/6854226731/in/photolist-brFGNX-2jmsSyN-raBy85-a9PBKD-qUYGrq-aSpnNZ-2hNtomz-aSpo3M-C8Ho1n-2hNtng8-2jmoMdB-4rzt5R-4W643G-a1r8NH-9V1Nxr-6mYti1-bESjVW-47AUjE-7GvVKT-HaryKC-8bxqjy-qQVhYT-nuPRQv-CUS6d-RD5wxm-bKBsb-9vPVmu-2j3akb8-2iDSapC-2iDpwWc-6KLGiC-g55YLB-oqToHU-Pz7U5J-gfXuvE-HaQ4R2-27DXkaR-CbpUCC-2jsGYKA-6mUjBa-2gVQvFn-2jrbytB-HzJVtt-RwffPf-JW1vLt-2jmsSqb-2jGvq8m-CH3be-2jJViL2-4XJsbd

Bochum – Deutsches Bergbau-Museum – Tunnelfräser Wohlmeyer-Krupp KTF 280 TBM (c) Daniel Mennerich, 2012

Continuer la lecture

  1. Ils ont fait l’objet de transcriptions particulièrement utiles et fiables,notamment pour s’éviter la souffrance à écouter la condescendance. []

La LPPR, une loi sans chercheuses. Sur la note Vigilance égalité du HCEfh

La fabrique de la loi #20

← Article précédent

Article suivant­ →

Pour établir une note Vigilance égalité au sujet de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), le Haut Conseil à l’Égalité (HCE) a auditionné jeudi 10 septembre quatre chercheuses et un chercheur. Academia analyse pour vous le contenu de cette table ronde dont se dégage un message univoque :

« Ni la question de l’égalité entre les femmes et les hommes, ni celle d’une approche du genre dans la recherche, ni l’objectif prioritaire d’attirer les jeunes filles vers les sciences ne sont manifestement pris en compte » dans la LLPR.

Continuer la lecture

L’évaluateur évalué (6). Ne pas publier : qui ? pour quelles raisons ?

L’évaluation quantitative promue par le HCÉRES et de plus en plus nombreux jurys de recrutements et organismes de recherche, repose sur l’idée que les meilleur(e)s sont ceux qui publient beaucoup et dans de « bonnes» revues1. Pour tester la qualité de cet indicateur, il est indispensable de répondre à la question en suspens : qui ne publie pas ou plus, et pourquoi.
C’est à ce problème de sociologie des sciences que c’est attelé Louis Gabrysiak, dans le dernier numéro de la revue Zilsel.
« Publish or What? Identité professionnelle et position dans le champ universitaire français d’enseignants-chercheurs peu ou pas publiants », en accès libre pour une dizaine de jours, a mené une enquête auprès d’une quarantaine d’enseignant·es-chercheur·ses hommes et femmes d’une université non parisienne, décrite comme « 1 des 10 premières en nombre d’étudiant-es ».  Parmi elleux, l’auteur repère un douzaine de personnes peu publiantes et en dessine le profil : pour l’essentiel, des hommes et des femmes aux origines sociales plus modestes, dominé·es selon des critères de classe et de race, qui ont mis leur carrière au service du couple – plus précisément du mari. Considérant qu’ils ou elles ne pouvaient pas être promus (localement)  ils ou elles se sont investis sur d’autres activités (enseignement, associatif, famille, etc.). Le faible nombre de publications permet ainsi de repérer les dominations sociales internes et externes à l’université, qui, selon le Code de l’édudcation (article L 123-2), en ses points 3 et 3 bis pour mission de lutter contre les discriminations et construire une société inclusive2.
https://www.flickr.com/photos/stanzim/36660477435/in/photolist-XRywHa-9Frsog-quo1dr-FuWyHL-rEJq34-5JBBWa-LFyZSC-azhEon-HiN1qg-uaC4vA-uqNZd-2TW42y-woUp1W-22mmFSf-zkRRHc-ELTCkD-XKsp6S-zAMbLL-be9np2-74vpt-cJg4gS-9qFzJx-6jRLH5-hJU6bS-5De4EU-hBt2TR-g98JKJ-913rMY-FSdXnk-7285tr-3bg5d3-9YF3Su-76R81j-TvRjqF-Sk4M-dJjnGQ-3kwkNA-5x5B5n-79wjmo-JkKYbs-4VwXHd-a8g3Ne-JmXVVX-aVA4Sr-tYFK-rnSaAR-5DLmFe-2v5E9-aCEZcg-CqaaP

Spring trees, by Stanley Zimmy, 2015

  1. Je renvoie ici à l’introduction de Faire revue, hors-série 2019 de Tracés. Revue de sciences humaines qui renvoie à d’autres références. []
  2. Sur les objectifs et les missions de l’enseignement supérieur, voir le billet de rappel d’Academia. []

Université de Rouen : un « détournement de profil et de concours » ?

La correspondance qui suit a été adressée à Academia, par Anthony Mangeon, afin de faire part aurpès d’une plus large communauté universitaire le recrutement en littératures francophones de l’Université de Rouen. Nous republions ici deux lettres: une du #24juin, la seconde du 23 avril et la dernière du 8 avril 2020, ainsi que la composition du comité de sélection et la fiche de poste, qui documentent  ce que les auteurs et autrices du recours qualifient de « détournement de profil et de concours ».


Sujet : Comité de sélection, poste de maître de conférences en littératures francophones et comparées, Université de Rouen (référence Galaxie : 4488)
Date : Wed, 24 Jun 2020 12:02:46 +0200
De : amangeon <amangeon@unistra.fr>
Pour : Cecile Legros <cecile.legros@univ-rouen.fr>, florence.fix@univ-rouen.fr, joel.alexandre@univ-rouen.fr

À Monsieur Joël ALEXANDRE, président de l’université de Rouen,
À Madame Cécile LEGROS, vice-présidente du conseil académique et de la commission recherche de l’université de Rouen,
À Madame Florence FIX, présidente du comité de sélection,

Monsieur le Président,
Madame la Vice-Présidente,
Madame la Présidente du comité,

Comme nous vous l’avions signalé le 8 avril dernier, nous étions nombreux à nous réjouir du concours ouvert par l’université de Rouen, pour un poste de maître de conférences en littératures comparées et littératures francophones (référence Galaxie n°4488). Nous vous avions écrit pour nous étonner toutefois de l’absence totale de véritables spécialistes de ces littératures au sein de votre comité de sélection, en particulier parmi les membres extérieurs, et pour vous rappeler les usages qui prévalent, notamment dans la définition des disciplines, selon le code de l’éducation. Nous vous invitions, dans ces circonstances, à prêter toute l’attention qu’ils méritaient aux dossiers de candidatures relevant de ce domaine, et à respecter scrupuleusement, dans le recrutement que vous feriez, le profil francophoniste que vous aviez établi pour ce poste de maître de conférences.

(…)

Notre inquiétude ne portait évidemment pas sur la conformité à la réglementation. Nous vous adressions en réalité une question déontologique : est-il normal que les spécialistes d’une discipline soient exclus d’un comité de sélection recrutant dans cette discipline ? De notre point de vue, la composition d’un comité de sélection, pour un poste en littératures comparées et littératures francophones, aurait dû inclure des spécialistes des littératures francophones, et le concours devait naturellement déboucher sur le recrutement d’un-e maître de conférences spécialiste de littératures francophones et comparées.

Les travaux de votre comité sont à présent achevés. 80 docteurs s’étaient portés candidats, pour un poste dont le profil était, pour mémoire, défini comme suit : « Un intérêt pour les littératures de l’ailleurs (Afrique du nord ou Afrique subsaharienne / Caraïbes / Québec / Asie) sera apprécié : la demande est forte et la discipline est actuellement sous-représentée. Des travaux relatifs à des genres narratifs (autobiographie, essai, nouvelle, roman) en lien avec les questions d’identité, de mémoire et d’histoire seront d’autant plus bienvenus que le MCF recruté pourra également donner des cours transversaux en histoire littéraire, histoire des idées et littérature et société ». Cependant, au terme de ce concours, votre comité a classé première une candidate dont la thèse et les publications ne relèvent nullement de cette « discipline sous-représentée », puisqu’elles portent en réalité sur « l’Histoire du roman de l’Antiquité au XVIIIe siècle, le roman grec, le roman comique, Marivaux romancier, le roman anglais du XVIIIe siècle, le roman parodique, les réécritures et imitations, le roman policier. » Où sont passées les littératures francophones, et que deviendront-elles à l’université de Rouen ?

Un tel classement ne soulève évidemment pas une question de personne, mais de principe.  Est-il conforme à la déontologie universitaire d’éliminer systématiquement, en évitant de les convoquer pour l’audition, les spécialistes avérés d’un domaine, les littératures francophones, pour recruter quelqu’un qui ne l’est nullement

Il n’est de notre point de vue pas admissible que la discipline que nous représentons aujourd’hui, qui a eu du mal à émerger dans l’institution universitaire française au cours des années 1970 et 1980, subisse en 2020 un mépris aussi navrant et regrettable, qui rappelle les temps coloniaux.

Cette situation est d’autant plus accablante que l’université de Rouen se situe dans une ville où a exercé pendant trente ans, comme professeur agrégé de Lettres au lycée Corneille, l’un des écrivains francophones les plus talentueux de son temps, à savoir Mongo Beti (1932-2001), considéré comme un des classiques (au sens propre du mot) des littératures africaines.

Ajoutons que votre université a abrité les 28 et 29 septembre 2018 le grand colloque international intitulé « La transgression dans les épopées », organisé par le REARE (Réseau Euro-Africain de Recherches sur les Épopées) qui regroupe les chercheurs spécialistes de ces questions, médiévistes français et africanistes de tous pays.

Le recrutement d’un enseignant-chercheur en littératures francophones (comme indiqué dans la fiche de poste) était l’occasion rêvée de connecter votre université à une partie de cette histoire littéraire méconnue et ô combien présente dans la ville de Rouen et dans la région normande par extension.

Par la présente lettre, nous voulons donc vous signifier qu’en ne respectant pas le profil mis au concours dans votre recrutement, vous venez de rendre votre établissement, votre département, votre unité de recherche et votre comité de sélection tristement célèbres à l’échelle nationale et internationale.

Nous prions M. Joël Alexandre, président de l’université de Rouen, ainsi que les présidents des sections 9 et 10 du CNU, M. Paolo Tortonese et Mme Anne-Gaëlle Weber Robineau, de bien vouloir prendre publiquement position sur ce que nous considérons comme un détournement de profil et de concours. Nous apporterons de notre côté notre soutien moral aux éventuels recours, contentieux ou gracieux, que pourraient déposer des candidats déboutés malgré l’adéquation de leurs profils avec la fiche de poste.

Veuillez agréer, mesdames, messieurs, chères et chers collègues, nos salutations distinguées.

Copie à Monsieur Paolo TORTONESE, président de la section 9 du Conseil national des universités, à Madame Anne-Gaëlle WEBER ROBINEAU, présidente de la section 10 du Conseil national des universités, à Madame Sandra PROVINI, directrice du département des lettres modernes, et à Madame Françoise TENANT, directrice du centre d’études et de recherche éditer / interpréter (université de Rouen), et à tous les membres du comité.

 Post-scriptum : un envoi postal de ce courrier électronique sera adressé, sous pli recommandé, à la présidence de l’université de Rouen

 

Liste des signataires (par ordre alphabétique) :

Continuer la lecture

Et à la fin c’est toujours les « précaires » qui perdent. À propos des auditions CNRS

Ça vient de tomber les auditions de Chargé∙e de recherche au CNRS se dérouleront en visioconférence, la pire solution pour les candidat∙es. Une décision méprisante, injuste, et peut-être illégale.

Les lignes qui suivent sont celles d’un « précaire »1, elles sont bien sûr anonymes, c’est cela la précarité, défendre ses droits en s’en cachant, parce que dans ce milieu… C’est donc en application de l’ordonnance n°2020-351 du 27 mars 2020 que cette année les candidats seront soumis à cette procédure de recrutement si spéciale, une ordonnance qui s’applique sous le couvert de la loi d’urgence sanitaire. On se demande quelle est cette urgence qui aujourd’hui justifie que ces auditions se tiennent en « visioconférence à domicile ». Le scandale étant surtout dans le second terme, « à domicile ».

https://www.flickr.com/photos/krockymeshkin/14372421613/in/photolist-nU3qdD-2b83w1b-719zhx-8cwys5-5XgP4K-5Xm3G1-5XgNYH-5XgP5R-5Xm3Cf-5Xm3Lf-sRPMG-z8FFiA-ezoQX6-sRPM3-sRPQb-sRPQE-sRPKV-sRPLe-sRPM9-sRPMR-sRPNn-sRPN3-5XgP9p-5XgP8k-5XgP9Z-2j6zJJk-5Xm3Td-EV8na6-5XgNZM-5XgP3K-5Xm3S9-QKCgUi-5Xm3Mo-5Xm3R9-RuR8UT-5Xm3Ff-sRPQo-sRPL4-sRPMh-8cwyho-caGmP7-caGrf5-7Z3Rtp-7Z3SRt-rj7Gg-9ywcQu-9ytcdX-2cNGAFu-85ou4R-85rE5W

Auditions, by Krocky Mashkin, 2014
– “A lot of people give up just before they’re about to make it. You know you never know when that next obstacle is going to be the last one.”

Rappelons des éléments de chronologie. Le samedi 14 mars la section 36 décidait de suspendre la tenue des auditions. À cette date, il y avait déjà eu une allocution présidentielle, le jeudi 12, annonçant la fermeture des écoles pour le lundi 16. Le 15, peut-être le 16, la direction du CNRS prenait enfin la décision de suspendre ces auditions pour toutes les sections. Je dis peut-être car aucun courriel n’a été envoyé aux candidat∙es pour les informer de la situation, depuis fin mars jusqu’à aujourd’hui. La plupart des candidat∙es a appris l’annulation des concours par les listes professionnelles (types ANCMSP) puis par les labos qui faisaient passer des auditions blanches. Une conception qui en dit long sur la considération du CNRS à l’égard des candidat∙es, parmi lesquels se trouvent ses futur∙es agent∙es.

Continuer la lecture

  1. NDLR : d’un docteur non titulaire. []

« Je sais pouvoir compter sur vous ». Lettre de la Ministre aux présidents et directeurs d’établissements et aux recteurs de régions académiques

Survival of the fittest (SW Ontario), by ardenstreet, 2008
Lately, I’ve discovered some pretty amazing and beautiful things out there, giving me inspiration in the sometimes the most uninspiring places… luckily for me, that includes home.

 

 

 

 

 

Ne pas neutraliser les semestres, mais bien s’occuper des concours : voilà comment résumer cette circulaire.

Continuer la lecture

Au bord de l’abîme. Vers des recrutements télésurveillés de collègues

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #17
← Article précédent

La direction générale des Ressources humaines du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a mis en ligne une « foire aux questions » sur les « procédures de recrutement pendant la crise sanitaire ». Cette FAQ est destinée à accompagner la mise en œuvre du décret du 16 avril 2020 qui organise les conditions d’une dématérialisation intégrale des processus de recrutement dans la fonction publique. Academia a déjà proposé une analyse critique de ce texte il y a quelques jours, dans la mesure où les recrutements d’enseignant·es-chercheur·es et de chercheur·ses se trouvent directement concernés.

Passons sur le fait qu’une fois encore, le ministère utilise la voie d’une « foire aux questions » – qui n’offre aucune garantie de stabilité et dont personne (et surtout pas la ministre) n’endosse la responsabilité administrative – plutôt que celle d’une circulaire. Ce qui nous inquiète bien davantage, c’est le fait que la FAQ apporte la confirmation de ce que l’on craignait : non seulement les recrutements qui s’opéreraient intégralement par visioconférence sont désormais possibles, mais ceux-ci risquent d’être réalisés par la voie de dispositifs privés de télésurveillance.

https://www.flickr.com/photos/nigelannisonphotography/10305806965/in/photolist-gGFXmZ-fbayQa-APSEy-eb4i86-yaWoj5-QvLz6f-AbcCU-rdTNuK-6qcMsS-kmec9R-z8MvwR-yzpo8c-dGrNHP-KMaLws-9QzCJD-7QYa4i-yQsc3e-faryxW-aVjA3k-nB9QQt-AxN1Hf-hqRbu3-amot2q-yQmRnU-hqRbEU-F5C1dD-bVCWiv-r92bja-s5FMwo-dPCR2N-9Bk7No-nyXgj3-yaVt85-aiPo7e-AaH99-9KqN3M-wEBoc3-ozM7dq-JygeMy-hqQ7HC-K4TwX8-nd68Bq-8aZae4-hqR2wn-zfSSfx-L2ZgPA-bnwT9B-b8L9KX-AZAQTj-zdbR8i

SinCity-Esque Star Trail, by Nigel Annison – Split Point Lighthouse, 2013

Continuer la lecture

Les recrutements à distance dans l’ESR : point sur le décret

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #16
Article précédent

https://www.flickr.com/photos/sniderphotography/3639583137/in/photolist-6xBPgp-cPPxJW-6RXQDY-6mGTz5-zQFK3x-cdPNs7-wehrVd-9PRWyx-ajZvrd-9iB6rb-dUVE1i-8yRxij-8DTixK-jVXDE-65cJyP-enfo8G-gbLo3y-br3YQf-YiaGo-ZihqZL-2b5VMy-9jMrvU-5dYN7S-5Hi4xi-ps2MXU-8kWRWy-NsVvtM-5siPMQ-8jSpE9-fifG3v-2MCFRA-bND4Ha-R5q9q7-4vFysR-RBeeE-25j1tDq-i7f8i-XVk7jS-7AZ6EX-a7JBCg-b7oSsV-5v1xFN-a8N3P9-6gnhet-yBEwx3-DisX6a-c6mpMQ-9rTdSA-9bPV8A-3D7gB

LIghthouse, by Matt Snider, 2009

Le décret sur la dématérialisation intégrale des processus de recrutement dans la fonction publique via des dispositifs de visioconférence est paru au Journal officiel hier matin, après avoir circulé officieusement pendant plusieurs jours.

Le contexte juridique dans lequel ce décret s’inscrit est le suivant : dans la foulée de la loi d’urgence du 23 mars 2020, l’ordonnance du 27 mars 2020 « relative à l’organisation des examens et concours pendant la crise sanitaire née de l’épidémie de covid-19 » ouvrait la possibilité de déroger aux obligations existantes de présence physique des candidat·es et de tout ou partie des membres des jurys et comités de sélection, pour les recrutements dans la fonction publique réalisés entre le 12 mars et le 31 décembre 2020. Une fois ce principe dérogatoire posé, l’ordonnance laissait néanmoins de nombreuses questions ouvertes, comme Academia a pu l’écrire à plusieurs reprises : non seulement elle ne précisait pas qui déciderait de ces dérogations, mais elle ne fixait pas non plus les conditions dans lesquelles celles-ci se réaliseraient. Tout au plus l’ordonnance prévoyait-elle que « les garanties procédurales et techniques permettant d’assurer l’égalité de traitement des candidat·es et la lutte contre la fraude [seraient] fixées par décret » (article 5). C’est donc à toutes ces questions que le décret du 16 avril 2020 est censé répondre.

Depuis sa parution hier, ce décret fait l’objet d’un feu nourri de critiques au sein des universités et des EPST, dont Academia ne manquera pas de faire régulièrement état. Afin d’affûter ces critiques salutaires, les quelques lignes qui suivent se proposent, déjà, de restituer ce que dit le décret – et ce qu’il ne dit pas car, sur bien des points, il demeure vague, et appelle sinon un arrêté du MESRI, au moins une circulaire d’application, ainsi que l’actualisation de la médiocre fiche n° 14 du « plan de continuité pédagogique » de la direction générale de l’Enseignement supérieur et de l’Insertion professionnelle;

Jusqu’où la visioconférence ?

Le premier point important à avoir à l’esprit est que le décret du 16 avril 2020 concerne, à quelques rares exceptions près, l’ensemble des recrutements dans la fonction publique de l’État, la fonction publique territoriale, la fonction publique hospitalière et la fonction publique des communes de la Polynésie française. À ce titre, il s’applique, entre autres, aux recrutements dans l’enseignement supérieur et de la recherche.

Les conditions mêmes de la publication de ce décret, qui intéresse donc au premier chef la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche, témoignent de l’estime dans laquelle la ministre tient cette dernière : on rappellera que Frédérique Vidal n’a pas jugé utile d’apporter, en amont de cette publication au Journal officiel, la moindre réponse – même de courtoisie – à l’interpellation pourtant forte de 16 associations représentatives de différentes disciplines du monde académique et des 65 président.e.s de comité de sélection issus de 16 sections CNU sur les recrutements par visioconférence. Remarquer cela, ce n’est pas seulement regretter un manque de considération ; c’est, plus profondément, s’inquiéter de la représentation intellectuelle des recrutements des chercheurs et enseignants-chercheurs qui semble en vigueur au ministère : faut-il donc rappeler que ces recrutements ne se réduisent pas à une bête question de gestion des ressources humaines, mais représentent d’abord et avant tout des opérations entre pairs, qui témoignent de l’une des manifestations les plus anciennes des libertés académiques ? Et que les modifications des règles en ce domaine supposent un minimum de concertation avec ces derniers, même en état d’urgence sanitaire ?

Le deuxième point important à avoir à l’esprit est que le décret est, malgré tout, un peu plus subtil que la caricature qu’en donnent les DRH de certains établissements dans les messages qui arrivent dans nos boîtes depuis hier1. Dire, en particulier, que ce décret suppose que les prochains recrutements se feront par visioconférence, et soutenir que le président de comité de sélection qui ne voudrait pas recourir aux moyens de communication électronique devra, en conséquence, assumer l’annulation du poste pour la session synchronisée de 2020, c’est bien trop rapide : c’est prendre ses désirs pour une réalité.

Il faut bien comprendre, au contraire, que le décret du 16 avril 2020, avance en réalité sur trois plans (articles 3, 11 et 14) :

  1. ° En premier lieu, il met à l’écart toutes les dispositions statutaires existantes qui « requièrent la présence physique effective des candidat·es ou des membres des jurys ou d’instances de sélection » (article 3). Pour ce qui concerne l’ESR, cela revient, entre autres choses, à écarter l’application de l’article 9-2 du décret du 6 juin 1984 sur les corps  des  professeurs  des  universités  et  des  maîtres  de  conférences, qui  prévoit, au contraire, qu’un comité de sélection « ne peut siéger valablement si le nombre des membres physiquement présents est inférieur à quatre ».
  2. ° En deuxième lieu, le décret détermine ce qui peut être imposé aux candidat·es pour leurs auditions (article 11, I) : les « autorités organisatrices » – ce qui, pour ce qui nous concerne, correspond aux universités et aux EPST, par opposition aux « autorités compétentes », expression qui renvoie à la ministre – peuvent mettre en place le recours à la visioconférence « pour les candidat·es dont la situation le nécessite » et « sous réserve de pouvoir en assurer la mise en œuvre pour l’ensemble des candidat·es auxquels ce bénéfice est accordé dans le respect des garanties prévues » par le décret. Ce point est crucial : cela signifie qu’à rebours de ce que veulent bien dire certaines DRH, la visioconférence n’est pas une obligation, mais demeure un choix des établissements. Et, dans tous les cas, ce choix peut être contesté par les candidat·es, si ceux-ci considèrent que « la situation » ne le « nécessite » pas. Pour les comités de sélection, nombreux, qui ont fait le choix de décaler les dates de leurs deux réunions – pour les tenir en juin plutôt qu’en avril-mai –, c’est une donnée très intéressante : un comité de sélection qui se tiendrait par voie de visioconférence alors que le déconfinement est déjà avancé – alors, par exemple, que les enfants ont déjà repris le chemin de l’école – prendrait un risque contentieux important.
  3. ° En troisième lieu, le décret traite différemment les délibérations es jurys et comités de sélection qu’il ne traite les auditions des candidat·es (article 14). Pour les délibérations, le recours aux moyens de communication électronique n’est pas une obligation, mais il n’est pas non plus un choix entre les mains des établissements : ce sont « les membres » des jurys et des CoS eux-mêmes qui « peuvent recourir » à ces moyens, donc qui décident s’ils souhaitent y recourir.

En résumé, avec ce décret, le recours à la visioconférence intégrale est bien permis pour les recrutements dans l’ESR, dans la lignée de l’ordonnance du 27 mars ; mais il ne faudrait pas, pour autant, que nos DRH aillent trop vite en besogne : ce recours n’a pas l’automaticité qu’on tend à lui prêter, car il suppose que « la situation le nécessite », et que des choix formels en ce sens aient été faits, à la fois du côté des établissements et du côté des membres des comités de sélection (universités) et jurys (EPST).

Comment la visioconférence ?

Si jamais, effectivement, il est recouru à la visioconférence, le décret détermine ensuite les conditions dans lesquelles celle-ci doit être mise en place. Pour cela, il faut distinguer les conditions techniques exigées pour la visioconférence avec les candidat·es (articles 12 et 13) de celles exigées pour les délibérations à distance des jurys et comités de sélection (article 14), tout en observant, d’une façon générale, que le risque contentieux pris est considérable quand on sait que ce sont plusieurs milliers de candidat·es qui vont être concernés par ces procédures, et qu’ils n’hésiteront pas à attaquer celles-ci, pour la simple et bonne raison qu’ils n’ont plus le choix : c’est avec leurs carrières que l’on joue ici.

  1. S’agissant des conditions techniques exigées pour la visioconférence avec les candidat·es, elles ne contiennent à première vue pas de surprises, dans la mesure où elles sont largement le décalque de ce qui existe déjà depuis l’arrêté du 22 décembre 2017 fixant les conditions de recours à la visioconférence pour l’organisation des voies d’accès à la fonction publique de l’État – et ce, quand bien même, en pratique, la plupart des comités de sélection n’avaient pas connaissance de ces règles.
    Cela concerne par exemple les règles relatives aux défaillances techniques, dont le chronométrage est directement repris de l’article 5 de l’arrêté de 2017 : lorsque la défaillance technique conduit à une interruption inférieure à la moitié de la durée de l’épreuve orale, de l’audition ou de l’entretien, sa durée peut être prolongée de la durée de cette défaillance ; et lorsque la défaillance technique conduit à une interruption supérieure à la moitié de la durée de l’épreuve orale, de l’audition ou de l’entretien, celle-ci ou celui-ci est repris ou reporté, étant précisé qu’il n’est alors pas tenu compte de la première prestation interrompue pour l’évaluation du ou de la candidat·e. Sur le papier, cela paraît plutôt simple ; mais c’est lunaire pour qui a déjà participé à un comité de sélection et, plus encore, à un comité de sélection par visioconférence ; et c’est surtout, une fois encore, un nid à contentieux.

    https://www.flickr.com/photos/lydagallery/9620445770/in/photolist-fE8imE-3imKhr-3g72nx-7EBuCt-4gBYnY-5R8LzR-Gwnvmg-rrXQbA-9U6Scy-23JY8x-842Ao3-cbSjr5-8NANVA-4uBZzo-Y3nUct-e7NNez-4KmQuq-53XEsR-A99GCt-5wwBqU-8FLRnx-Lt1rk-oanLgq-k2HgU-7zMWPX-Xwb3Ps-jQnMq-bBDxGg-8pDSo9-bMPyDK-8fKCwG-6vz9N-5XMzJn-7RaHEC-6BeWs7-81fJ57-y2u6X-8fJY5t-5NfJgK-88EWsk-56JUci-3ih9HP-nDdCPJ-2BnTRC-7e3FKf-oAd9Vt-9fRyT3-eNS4h-21Gthu-9oWVLF

    Lighthouse, by Kevins Photos, 2013

    Le décret du 16 avril 2020 reprend donc largement l’arrêté de 2017, à une exception près, et elle est considérable : jusqu’à présent, si un·e candidat·e recourait à la visioconférence pour un recrutement, il devait le faire dans un local spécifique, doté d’un « surveillant » destiné à « vérifier l’identité du candidat », « veiller à toute absence de fraude » et « attester du débit continu des informations visuelles et sonores durant l’audition » (article 5 de l’arrêté de 2017). Un arrêté de 2008 concernant spécifiquement les recrutements de maîtres de conférences et professeurs des universités précise même les caractéristiques que doit présenter le local dans lequel les candidat·es concerné·es doivent se rendre : ce local doit obligatoirement se trouver « dans un établissement relevant du ministre chargé de l’enseignement supérieur ou du rectorat de l’académie la plus proche de leur domicile, dans un autre organisme de recherche ou d’enseignement supérieur à l’étranger ainsi que dans les missions diplomatiques et les postes consulaires de la France à l’étranger » (article 4 alinéa 3). Ces précautions ne rendent pas plus souhaitable le recours à la visioconférence pour recruter quelqu’un, mais au moins avaient-elles quelques vertus : en mettant à disposition des locaux, le risque de fraude était limité, et la sérénité des candidat·es, un minimum garantie (pas d’enfants dans le local…) ; surtout, aucune responsabilité ne pesait sur les candidat·es quant à la qualité et la continuité de la connexion. Or, c’est à toutes ces précautions que l’on renonce avec le décret du 16 avril 2020 : les établissements sont libres de désigner « un local administratif » certes, mais aussi « tout autre local », ce qui peut tout simplement renvoyer au domicile du ou de la candidat·e. Les conséquences du décret paru hier sont très lourdes, dans ces conditions : aucune surveillance – à moins qu’on ne prépare des moyens de télésurveillance comme le suggère la formule de l’article 13, III, 2° (« surveillance de l’audition […] y compris par tout moyen électronique ou numérique ») – et un transfert de la responsabilité des moyens de connexion vers le ou la  candidat·e. Continuer la lecture

  1. Par exemple, DRH de l’Université François-Rabelais de Tours dans un courriel circulaire envoyé aux président·es des Comités de sélection : « Les présidents des comités de sélection qui ne voudraient pas traiter les recrutements par le biais de la visioconférence ou aux autres moyens de communication électronique mentionnés ci-dessus doivent également nous en informer. Le concours pourrait, dans ce cas, être annulé et reporté à la session synchronisée de 2021». []

Comités de sélection et mandats universitaires : en attendant les cloches de Pâques ?

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #14
Article précédent

https://www.flickr.com/photos/90709680@N03/30060813055/in/photolist-MNnwqg-s4JgwD-bPYqZp-rGk4Au-ztCkSR-U18Kqs-TZbHsd-PjaH8w-21zqe5T-vdW8Qb-24ywrrK-GC8oLr-LZqhvr-KnEcBf-2bHkfFX-ANhJZ3-s8QEtW-EJtHQJ-2558c8m-s5D1Ja-4ctdrn-29HVUCC-YRQRds-xLP9qy-QvQBXQ-w8vVrG-YtDB56-yGEEQw-FYgDDp-UtFZC3-W4tLia-xUuJsh-MNsTbd-twsNKD-QmSb4y-weFx2z-rNjczs-QScvj8-PK81px-Hyb9Js-o6f4sD-sDrMG1-HYtbio-ubRtiV-24Sx96c-XqcvEF-TRXXAD-Uf5o8R-ZrenMS-vTTazh

Orange Lighthouse, by Alessandro Farne’, 2016

Apparemment, le ministère de l’Enseignement supérieur, de l’Innovation et de la Recherche n’avance plus beaucoup, ces derniers jours, sur deux dossiers d’une très grande importance : les comités de sélection, d’une part, et les mandats dans les universités, d’autre part.

Rêvons une seconde : peut-être réalise-t-on rue Descartes qu’il n’est pas plus mal de réfléchir un peu avant d’agir, plutôt que d’avoir à rétropédaler après. Peut-être même y a-t-on tiré quelques enseignements de l’épisode de la « foire aux questions » sur les vacataires, qu’il a fallu mettre à jour en catastrophe 48h après l’avoir publiée – ce qui, au passage, ne rend pas le document plus acceptable. Peut-être, aussi, y a-t-on été échaudé par l’épisode de la désormais célèbre « fiche n°5 » sur les « examens à distance » qui, après avoir cherché à offrir sur un plateau le marché des examens universitaires à quelques start-ups spécialistes de l’horrible « télésurveillance », a dû revenir à un peu plus de pragmatisme, au prix de quatre corrections successives de la fiche en quinze jours.

Mais on rêve évidemment, car le ridicule ne tue pas : ce ralentissement n’a rien de rassurant et il est presque sûr qu’aucune leçon n’a été tirée. Deux mesures au moins vont être prochainement publiées.

Le grand bazar des comités de sélection

La première de ces mesures a trait aux comités de sélection (CoS), où les choses tournent progressivement au grand bazar.

Rappelons les termes du débat : l’ordonnance du 27 mars dernier sur l’organisation des examens et concours pendant l’épidémie de covid-19 ouvre la possibilité de déroger « à l’obligation de la présence physique des candidat·es ou de tout ou partie des membres de l’instance de sélection, lors de toute étape de la procédure de sélection » (article 5 alinéa 2), ce qui, en tant que tel, coupe l’herbe sous le pied du projet de décret « fixant les conditions de recours à la visioconférence pour l’organisation des concours des chargé·es de recherche et des directeurs de recherche des établissements publics scientifiques et technologiques et des enseignant·es-chercheur·ses des établissements d’enseignement supérieur au titre de l’année 2020 », qu’Academia avait révélé.

Mais une fois ce principe dérogatoire posé, le plus grand flou demeure. Les deux questions qu’Academia avait soulevées dans les heures qui ont suivi la publication de l’ordonnance au Journal officiel du 28 mars restent encore entières :

  1. Que « des dérogations [puissent] être prévues à l’obligation de présence physique », comme le dit l’article 5 de l’ordonnance, c’est une chose ; mais qui les prévoit ? Est-ce que cela signifie que c’est à chaque établissement qu’il revient de décider de fixer les conditions et modalités de tenue des réunions, et donc de choisir ou non de déroger à l’obligation de présence physique ? Ou est-ce que cela signifie que les différents décrets prévoyant cette présence physique — décret du 22 décembre 2017, pour la fonction publique de l’État en général, décret du 30 décembre 1983 pour les fonctionnaires des EPST et décret du 6 juin 1984 pour les maîtres de conférences et professeurs des universités — vont être modifiés, sans avoir besoin, d’ailleurs, de consulter les comités techniques et en particulier le comité technique des personnels titulaires et stagiaires de statut universitaire1 ? Mais si c’est cette dernière option qui est retenue, alors on ne voit pas bien l’intérêt de l’ordonnance du 27 mars 2020 : il n’y avait pas besoin d’une ordonnance pour dire que l’on peut faire ce que l’on peut toujours faire, à savoir modifier un décret par un décret.
  2. Le second problème est tiré du fait que, dans tous les cas et comme Academia l’a déjà rappelé à trois reprises, ces dérogations à l’obligation de présence physique dans les CoS ne peuvent pas être appliquées tant que le décret fixant « les garanties procédurales et techniques permettant d’assurer l’égalité de traitement des candidats et la lutte contre la fraude » (article 5 alinéa 2 de l’ordonnance du 27 mars 2020) n’aura pas été édicté. Il le sera très vraisemblablement dans les prochains jours, mais, pour l’instant, ce décret reste un fantôme. Certes, ce texte ne vaut pas seulement pour les procédures de recrutement relevant du MESRI, mais pour l’ensemble de la fonction publique de l’État, de la fonction publique territoriale, de la fonction publique hospitalière et de la fonction publique des communes de la Polynésie française. Mais ça ne change rien au cœur du problème : il est préparé dans la plus grande opacité, et, selon le modèle de la mesure jupitérienne, tombera bientôt sur les comités de sélection, qui seront sommés de l’appliquer sans barguigner. À cet égard, il est sans doute nécessaire d’aiguiser encore un peu plus nos critiques sur ce point : ce n’est pas seulement le fait de généraliser la technique très insatisfaisante de la visioconférence qui pose problème ; c’est le fait, aussi, que la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche ne soit à aucun moment consultée sur ces modifications, manière subtile mais bien réelle de nous déposséder de notre prise sur les recrutements, une prise qui, pourtant, est l’une des caractéristiques les plus anciennes des libertés académiques et de la collégialité qui est censée caractériser leur exercice.

Continuer la lecture

  1. L’article 13 d’une autre des très nombreuses ordonnances prises en état d’urgence sanitaire, l’ordonnance du 25 mars 2020 sur l’adaptation des procédures pendant la période d’urgence sanitaire, prévoit que « les projets de texte réglementaire ayant directement pour objet de prévenir les conséquences de la propagation du covid-19 ou de répondre à des situations résultant de l’état d’urgence sanitaire sont dispensés de toute consultation préalable obligatoire prévue par une disposition législative ou réglementaire, à l’exception de celles du Conseil d’État et des autorités saisies pour avis conforme ». []

Une session de recrutement 2020 MCF / PR désynchronisée?

Après la fermeture des dépôts sur Galaxie : contact perdu

Alors que la campagne de recrutement MCF / PR 2020 a été décalée du 26 mars au 9 avril 16h pour les dépôts de candidature, il semblerait que le calendrier soit à l’heure actuelle GLOBALEMENT maintenu en l’état pour la suite des procédures, et cela, malgré les incertitudes. Le calendrier ministériel s’est officiellement décalé d’un mois, laissant jusqu’au 22 juin pour rendre les PV des derniers comités (auditions) et espérant une proclamation des résultats le lundi 13 juillet (attention : susceptible d’être encore modifié évidemment!). Mais localement, les choses sont différentes et certaines universités ont pris les devants. C’est bien le problème : la session synchronisée risque de ne plus l’être vraiment. Beaucoup de comités de sélection (COS) et de driections de ressources humaines (DRH) n’ont pas encore pris de décision, surtout quand les premières réunions étaient programmées en mai. D’autres ont déjà reporté les auditions en juin, privilégiant l’idée qu’un déconfinement partiel sera possible — laissant espérer des auditions en présentiel. D’autres — une minorté pour l’instant — ont dépassé la limite ministérielle avec des comités en juillet ou même en septembre. La grande inconnue est : comment s’y retrouver ? comment programmer une éventuelle audition pour les candidats ? et pour elleux, comment s’y préparer ?

Comités en visio-conférence, et les auditions ?

On sait que les comités de sélection (COS) fonctionnent en deux temps : une première réunion, après la répartition des dossiers, décide des candidatures qui viendront pour l’audition. Cette dernière est programmée avec la seconde réunion du comité généralement courant mai jusque début juin. La plupart des premières réunions de la session synchronisée sont toujours maintenues : elles opéreraient le choix des auditionné·es avec un comité en visio conférence.

Mais une fois cette première sélection faite, quand pourraient avoir lieu les auditions ? dans quelles conditions ? et surtout, grande question : se dérouleront-elles en vision conférence ? (une pétition circule en ce moment pour éviter cette option). Un décret initial stipulait que le comité doit être pour moitié présent physiquement (décret 2017-1748 du 22/12/17) : il a été modifié par une ordonnance du 27 mars 2020 permettant une dérogation de la « présence physique des candidats ou des membres de l’instance de sélection », et ouvrant la voie à des auditions en visio-conférence complète.

Un projet de décret, qui voulait déroger aux décrets de 2017 sur la fonction publique, de 1983  sur les concours chercheurs et de 1984 sur les concours EC avait d’ailleurs été soumis au Comité technique de l’enseignement supérieur et de la recherhe (CTESR), avant que cette réunion ne soit reportée sine die. Le projet de décret prévu par l’ordonnance, quant à lui, porte sur un point plus précis : les « garanties procédurales et techniques permettant d’assurer l’égalité de traitement des candidats et la lutte contre la fraude ». Sa publication serait imminente, selon nos sources.

Report des prises de fonction

La plupart des universités espèrent pouvoir tenir le calendrier synchronisé afin d’avoir leurs recrues pour la rentrée en septembre. À ce jour, quelques postes – notamment des « fil de l’eau » qui étaient simultanés avec la session synchronisée – ont reporté leur date de prise de fonction au 1er décembre 20201. Une autre université a décidé certaines prises de postes bien plus tard, le 1er février 2021 ((Information interne)). Quant à une troisième elle essaie de basculer ses postes au fil de l’eau2. Les candidat·es seront à coup sûr informés, car les président-es de comité sont depuis le début de la crise très inquiets des responsabilités qui leur incombe et des possibles dénouements. Mais ce qui ressort de cette première remontée de terrain, c’est que TOUS les postes ne sont pas uniformément concernés par ces reports !

Bad Day Calendar Showing Rough Or Stressful Time

Inquiétudes légitimes

Ce qui est inquiétant, ce n’est pas tant que le calendrier soit bousculé, mais plutôt la désynchronisation totale du processus, avec des prises de postes réparties au petit bonheur la chance en fonction des volontés locales et des auditions réalisées dans des conditions inédites et complètement expérimentales. On dirait que la crise Covid est vraiment l’occasion de passer outre toutes les instances nationales pour pousser encore plus à l’autonomie des universités et laisser chacun se débrouiller dans son coin. Aussi, à ce sujet, malgré les cadrages ministériels parcellaires envoyés aux instances universitaires, on risque de voir se multiplier ensuite les recours divers, notamment pour inégalité de traitement. Ces inégalités peuvent être techniques, d’accessibilité ou encore poser question sur les informations qui pourraient circuler en direct entre membres du comité et candidat·es par exemple ? un décret est annoncé contre la « fraude » et l’égalité de traitement des candidats… mais tout reste soumis à l’évolution de la situation sanitaire, avec le risque que certaines zones soient plus en tension que d’autres. La difficulté de maintenir un COS avec les mêmes membres du début à la fin étant en temps normal une gageure, l’exercice est ici encore plus compliqué.

À suivre de près

Le plus pénible sera évidemment pour les candidat-es de s’y retrouver et d’obtenir des informations claires en amont afin de se préparer au mieux à des auditions déjà sources d’angoisse en temps normal, mais relevant désormais en plus de la figure acrobatique. C’est a priori la DRH (direction des ressources humaines) des universités où les candidatures ont été déposées qui pourront répondre. Pour l’heure si quelques messages officiels on pu arriver, à la clôture des candidatures, c’est le plus grand flou qui règne, augmentant encore le stress dans un contexte contraint pour tout le monde, et encore plus pour les candidat-es aux postes de MCF, chaque année plus difficiles à obtenir. À toutes celles et ceux qui sont dans l’expectative, on leur souhaite bien du courage et de la patience. Elles et ils en auront malheureusement grandement besoin.

  1. Annonce faite par mails aux candidat·es []
  2. Idem []

Diplômes, examens à distance, recrutements : point d’étape sur les fiches de la DGESIP

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #11
Article précédent

Les seize fiches qui composent le « plan de continuité pédagogique » de la direction générale de l’Enseignement supérieur et de l’Insertion professionnelle (DGESIP / MESRI) ont à nouveau été modifiées le 1er avril.

Cette énième modification était attendue. Il fallait notamment intégrer au « plan de continuité pédagogique » les différentes ordonnances publiées la semaine dernière, et en particulier les deux ordonnances du 27 mars déjà analysées par Academia : l’ordonnance « relative à l’organisation des examens et concours pendant la crise sanitaire née de l’épidémie de covid-19 » et l’ordonnance « adaptant le droit applicable au fonctionnement des établissements publics et des instances collégiales administratives pendant l’état d’urgence sanitaire ».

Voici quelques-uns des enseignements que l’on peut tirer de cette actualisation, sur trois points sensibles qui préoccupent énormément la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche : 1° l’adaptation des conditions de scolarité, et en particulier de délivrance des diplômes ; 2° les examens à distance ; 3° les recrutements.

1° L’adaptation des conditions de scolarité (fiche n° 6)

Academia y a déjà consacré deux articles1, et nous irons donc vite sur ce premier point : les ordonnances du 27 mars dernier permettent au ministre, aux recteurs et aux présidents d’universités – selon les hypothèses dans lesquelles on se trouve – d’« adapter » les conditions de l’accès aux formations de l’enseignement supérieur et de la délivrance des diplômes, « pour faire face aux conséquences de la propagation de l’épidémie de covid-19 et des mesures prises pour limiter cette propagation ».

Comme déjà expliqué, c’est un pouvoir considérable qui a été accordé à chacune de ces autorités car ces « adaptations » peuvent se faire « nonobstant toute disposition législative ou réglementaire contraire »,  c’est-à-dire sans que les règles existantes puissent y faire obstacle. C’est sur le fondement de cet ordonnance, par exemple, que le ministre de l’Éducation nationale Blanquer est autorisé à modifier de manière particulièrement simplifiée – c’est-à-dire sans avoir aucune procédure à suivre, et en particulier sans avoir aucune consultation à mener – les conditions de délivrance du « premier grade de l’enseignement supérieur » qu’est le baccalauréat, ce qu’il annoncera vraisemblablement aujourd’hui lors de sa conférence de presse consacrée au bac et à la fin de l’année scolaire.

https://www.flickr.com/photos/pamloring/5370680593/in/photolist-9bA9eg-UQFL37-5v8RzC-qPhVW9-5XW2QD-54CjrJ-bzunge-9JCTF8-9Wr9kb-9SYy62-pVtxvF-5pNstE-4N83A5-fuzyuY-oNaF8S-5HBJVo-PdJQu-fLP7vM-6hTQXr-9QntbE-97wfuB-adV3W8-a8mhac-535Ghb-diPyH2-WEiW3Y-ecDgZS-5NfHMX-zQzNsb-7pdBSS-9xv1re-pwdqjT-3SwjaE-cyQujj-4BoeVs-7Yvuss-9BiPEZ-gaF1P6-4hJ2Wd-66KSUu-9tnGBJ-bg5uHv-mCqe5D-5SMeFb-7A25nm-VGbaX7-KQuvi-d4LT4A-7ZbxSB-gjh5Wu

Lighthouse, by Pamela Loring, 2010

Continuer la lecture

  1. https://academia.hypotheses.org/21693 et https://academia.hypotheses.org/21742 []

Clôture de Galaxie en septembre : une demande des directions d’UFR de Paris-1

Monsieur le président, cher collègue,

Le ministère a décidé d’ouvrir l’application Galaxie jusqu’au 2 juillet 2020 et l’université de clore sa campagne de recrutement des MCF et PU le 19 juin. Dans ce calendrier, le recours à la visioconférence est présenté comme une nécessité.

Il nous semble important d’attirer l’attention sur les problèmes que pose cette apparence de continuité et de normalité du recrutement dans une phase de confinement dont la durée reste à ce jour inconnue. Nous demandons le maintien de la campagne d’emplois 2020 ainsi que la tenue des auditions en présence des candidates et candidats en juin ou au début juillet 2020. Nous devons toutefois dès maintenant envisager une situation qui ne permettrait pas la tenue de ces auditions en présentiel.

D’ores et déjà, les candidats n’ont pas tous les outils ou la couverture de réseau nécessaires pour remplir en ligne leurs dossiers dans des conditions optimales. Une inégalité est ainsi introduite d’emblée dans la procédure, celle de la fracture numérique de notre société et de nos territoires.

La fermeture des universités pose plusieurs problèmes réglementaires. Le principe de la confidentialité des délibérations est mis en cause par le système de la visioconférence, dès lors que celle-ci est organisée non pas depuis un espace universitaire mais depuis des habitations privées. L’organisation des auditions dans des locaux universitaires est de même seule à permettre l’identification des candidats. Surtout, elle est seule à garantir l’égalité de traitement entre tous.

Collage fading purple coneflowers, by Martien Uiterweerd, 2019

Continuer la lecture

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search