Démocratie universitaire: « Un conseil d’administration ordinaire dans une université extraordinaire », par Julien Gossa

Les étudiant·e·s et les jeunes (et moins jeunes) enseignant·e·s-chercheur·se·s se sentent souvent démunis devant le devoir, le droit et l’injonction à participer à la démocratie universitaire. Sommé·e·s de participer aux élections, de se présenter aux instances, d’y représenter leurs concitoyenn·e·s universitaires, el·ils peuvent se syndiquer mais ne le font pas toujours, ou encore s’affilient sans s’y investir. Quelquefois les collègues et les étudiant·e·s trouvent-ils au sein des syndicats les informations nécessaires à leur formation et à leur maîtrise des matières complexes et changeantes soumises à leur appréciation. Et ce d’autant que les instances se multiplient et qu’entre la fonction officielle des instances et leur pratique, les électeur·trice·s et les élu ·e·s jugent qu’il peut quelquefois y avoir un monde. C’est pourquoi les témoignages de l’expérience institutionnelle sont-ils si précieux.

Université de Strasbourg (Photo: Julien Gossa)

Parmi les instances universitaires, le Conseil d’administration (CA) tient une place prééminente, tant par sa taille que par sa fonction. Comme le précise le site de l’Université de Strasbourg, « élu pour une durée de 4 ans, le conseil d’administration est l’organe délibérant de l’établissement. À ce titre, il arrête la politique de l’université et vote le budget ». Le CA de Strasbourg comprend 36 membres, dont 28 élus sur liste à la proportionnelle par la communauté universitaire soit :

  • 16 représentants des enseignants-chercheurs et personnels assimilé
  • 6 représentants des étudiants
  • 6 représentants des personnels ingénieurs, administratifs, techniques et de bibliothèque, sociaux et de santé.
  • le président de l’université
  • 8 personnalités extérieures

Plus précisément, « le conseil d’administration détermine la politique de l’établissement.

  • Il approuve le contrat de l’établissement de l’université,
  • Il répartit les moyens en fonction de la stratégie de l’établissement qu’il arrête, vote le budget et approuve les comptes,
  • Il approuve les accords et les conventions signés par le président,
  • Il adopte le règlement intérieur de l’université,
  • Il fixe, sur proposition du président et dans le respect des priorités nationales,la répartition des emplois qui lui sont alloués par les ministres compétents,
  • Il autorise le président à engager toute action en justice,
  • Il approuve le rapport annuel d’activités,
  • Il délibère sur toutes les questions que lui soumet le président au vu notamment des avis et vœux du conseil académique,
  • Il définit la politique pluriannuelle d’investissements,
  • Il approuve le rattachement d’une composante de formation ou d’une unité de recherche à un ou plusieurs collèges ou départements de recherche.

Julien Gossa, enseignant-chercheur en informatique, est élu au Conseil d’administration de l’Université de Strasbourg. Très actif sur les débats qui agitent l’université française (Parcoursup et son évaluation, droits universitaires des étudiant-e-s étrangers hors Union européenne, coût des formations étudiantes) sur Twitter, il y a fait connaître un témoignage sur l’expérience de la séance du Conseil d’administration de l’Université de Strasbourg du 18 décembre 2018, paru le 22 décembre et communiqué à la communauté strasbourgeoise depuis cette date. Avec son autorisation, Academia le republie.

Texte publié le 22 décembre 2018 sur Alternative pour l’Université de Strasbourg et diffusé sur Twitter, en précisant « Petit récit personnel du dernier CA de 2018 de l’Université de Strasbourg. Une forme de témoignage sur ce que peut devenir la démocratie universitaire lorsqu’on y prête pas attention ».

 

Ce texte décrit la façon dont j’ai vécu le CA du 18/12/2018 de l’Université de Strasbourg. Il n’est pas co-signé. Les horaires sont indicatifs. Le reste est sincère.
Edit : Une formulation a été clarifiée suit à une observation des élus AFGES.

13:35

Nous nous retrouvons à la cafet’ entre “élus d’opposition”. On prend deux ou trois décisions sur le pouce en buvant un café. Pour le reste, nous avons préparé le CA la semaine précédente, dès la réception des documents préparatoires. On est pressés mais on prend le temps. On sait que ça va être compliqué.

13:55

Nous arrivons dans le hall de la fac de droit. Ascenseur en panne. Le Conseil d’administration se tient au cinquième étage. J’arriverai essoufflé.

Université de Strasbourg, faculté de droit (c) Julien Gossa

13:59

Dans la salle du conseil, les gens restent debout, papotent en souriant. On se salue aimablement. On signe la feuille de présence et on se trouve une place autour d’une table superbe qui en a juste assez. On sourit, mais on sait que le CA va être long et difficile, sans doute le plus dur de l’année.

14:05

Le président ouvre la séance. Plaisanteries d’usage. Il évoque les violences du centre ville. Les visages se ferment. Ses mots sont justes.

14:11

Le président nous annonce également le décès de notre ancienne DRH [NDLR: directrice des ressources humaines], emportée par la maladie. Le coup est dur pour moi. Je me rappelle de tous ces personnels que nous avons sauvés grâce à elle. Elle me manque. Elle nous manque à tous. Mais personne ne le sait. Et c’est pour ça qu’elle me manque.

14:14

Le président invite à une minute de silence. Nous nous levons. L’instant est très solennel.
La chargée de communication de l’université prend une photo et la poste sur les réseaux sociaux. Impossible de s’en étonner.

14:15

Quelques informations d’actualité. Personne ne prête vraiment attention. Ou alors fait semblant.

14:17

Le président évoque la motion du CAC [NDLR: Conseil académique] sur la hausse des frais d’inscription pour les étudiants étrangers [1]. . Cette motion salue la politique du gouvernement et en même temps s’oppose à cette augmentation. Il portera cette motion à la ministre qu’il voit jeudi.
Une collègue de l’opposition lui demande s’il va aussi porter les nombreuses autres motions votées un peu partout dans l’université. Il répond que ça ne serait pas “stratégique”, que seule cette motion est vraiment de l’université. Ce sera moins fort. Ce n’est pourtant pas le moment de l’être.


Université de Strasbourg, présidence (Photo: Julien Gossa)

14:21

Le président invite à faire remonter des points (dans un CA, les trois quarts des points à l’ordre du jour ne sont pas discutés, juste votés). Il y en a beaucoup. Ça va être long.

14:26

Nous avons reçu, le matin même, des modifications substantielles demandées par le rectorat («remplacement du terme « augmentation » par « diminution »» ou encore «-2002 M€ au lieu de -269 K€»). Un collègue propose de repousser le vote du budget le temps de pouvoir les étudier.

Continuer la lecture

Vice de forme (VI): soupe aux vieux croûtons

Citation

Le Bulletin officiel du MESRI n°46 du 13 décembre 2018 est paru. Il nous informe des pratiques peu ragoûtantes de certains des membres de l’université et des sanctions bien fades à leur endroit.

Quelques morceaux choisis:

1e affaire: Monsieur XXX, professeur des universités, 56 ans

Considérant qu’il est reproché à monsieur XXX d’avoir eu des comportements déplacés et, par là-même, d’avoir commis un abus d’autorité, à l’égard de sa doctorante de nationalité étrangère ; qu’en juillet 2014, il lui a envoyé de manière intempestive des mails et sms portant, de façon répétée, sur des questions personnelles et intimes ainsi que sur sa façon de se vêtir, le tout en employant un vocabulaire et des formulations déplacés et ambigus ; que, par ailleurs, par l’envoi de messages faisant état, de façon répétée, d’exigences de plus en plus grandes liées à l’encadrement de travaux de recherche de sa doctorante, le déféré a employé un vocabulaire et des formulations autoritaires et agressifs ; qu’en septembre 2014, en conduisant en voiture sa doctorante à un dîner du laboratoire, monsieur XXX a exercé à son encontre des attouchements (caresses et baiser) à caractère sexuel ; que les explications fournies par monsieur XXX à l’audience de la formation de jugement du Cneser statuant en matière disciplinaire, pour expliquer ses caresses dans les cheveux de la doctorante, selon lesquelles il entendait montrer à madame YYY ce que signifiait le harcèlement n’ont pas convaincu les juges d’appel ; que, comme il le reconnaît lui-même, le déféré n’a pas adopté la distance suffisante à l’égard de madame YYY ; que celle-ci, arrivée récemment en France où elle se trouvait isolée, était en situation de fragilité, ce que monsieur XXX ne pouvait ignorer ; qu’il lui appartenait donc de se montrer particulièrement vigilant dans les relations qu’il entretenait avec madame YYY alors qu’il se trouvait en situation d’autorité ; qu’il est apparu aux yeux des juges d’appel que les agissements de monsieur XXX sont établis et qu’il a profité de la situation fragile de sa doctorante et qu’il convient dès lors de le sanctionner ;

Par ces motifs

Statuant au scrutin secret, à la majorité absolue des membres présents,

Décide

Continuer la lecture

C’est la rentrée 2018 pour Academia

Chers lecteurs, chères lectrices,

nous reprenons nos travaux, en cette rentrée 2018, en vous invitant à participer à notre ligne éditoriale, en nous proposant des sujets, voire en rejognant notre équipe de Rédacteurs d’Academia. Sur le bureau, les rapports de pouvoir professionnels universitaires, le harcèlement moral ou comment s’en protéger, bilans des recrutements, comprendre le sexisme à l’université, accueil des jeunes personnels dans l’ESR et leur accompagnement, etc. selon nos forces et nos envies.  Et bien sûr les wiki en 19 et en 72 !

Et, mise en bouche de la rentrée universitaire, un article de Natasha Quadlin dans American Sociological Review, qui fait l’objet d’une chronique dans L’Actualité, sobrement intitulé « Méritocratie, mon oeil« .Ou comment les étudiantes les plus compétentes sont moins invitées en entretien d’embauche que les garçons les plus médiocres. Bonne rentrée à tous et à toutes !

Toute honte bue (II): CDD de MCF pour 800€/mois

Après la thèse subventionnée à 700€/mois, à quoi doit-on s’attendre à l’Université? On peut en avoir une idée lorsqu’on lit les annonces d’emploi.
Il existe une  offre d’emploi pour un CDD au sein de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.
192 heures, donc l’équivalent d’heures d’enseignemnts d’un-e maître-sse de conférences, qui a en outre des fonctions de recherche, à l’activité moins mesurable.
Sur le site, les rémunérations sont indiquées de la sorte :
  • Bac+3 : net mensuel d’environ 1420€
  • Bac+5 : net mensuel environ 1620€
  • Bac+8 : net mensuel environ 1640€
Selon l’expérience des collègues palois, ce type de contrat n’intègre que les heures d’enseignement (192h), et non la recherche, d’où le CDD à 50%. Les 1640€ sont donc divisés par deux. Le salaire net mensuel est alors de 820€ par mois. Ces conrats existent ainsi pour remplacer des postes gelés.
Un collègue, docteur, ayant exprimé sa lassitude d’être remunéré très en retard pour des vacations qu’il assure depuis plusieurs années, s’est vu offrir ce pis-aller. Qu’il a joyeusement accepté comme une perspective d’amélioration du quotidien.
820€/mois, pour des enseignements à temps complets de L3, M1 et M2, par une personne diplômée au grade de doctorat : où va l’Université française?

Dans le Canard: une élection problématique de professeur à Paris-IV

Citation

Le Canard enchaîné a publié, dans son édition du 20 juin 2018, un commentaire acidulé sur une élection contestée de professeur à Paris-IV (Sorbonne Université). Dans cette élection, c’est la relative compétence des candidats (4 hommes retenus à l’audition, dont un maître de conférences habilité,  sur 7 dossiers reçus), qui est discuté, comme les éventuels conflits d’intérêt posés par la composition du comité de sélection. Nous en retranscrivons le texte ici Nous postons ci-dessous un cliché de l’article et reprenons les éléments du Wiki Suivi des recrutements en histoire de l’Association français d’histoire économique.

Drôle de sélection à la Sorbonne

Tandis que les grandes universités occidentales se battent (façon mercato) pour attirer les enseignants le plus réputés, Sorbonne Université (Paris-IV alliée à Paris-VI) vient, à l’inverse, de s’attirer de sérieux soupçons de favoritisme.

Souhaitant recruter un historien de l’économie au – prestigieux – poste de professeur, la fac parisienne a choisi le candidat le moins diplômé et le moins coté dans le domaine de la recherche ! Sidérés, deux enseignants ont écrit, le 1e mai, pour comparer, chiffres à l’appui, les mérites des deux « finalistes ».

Continuer la lecture

Assemblée nationale: Rapport d’information sur les femmes et les sciences

Le rapport d’information des député-e-s Céline Calvez et Stéphane Viry vient d’être publié: luttons contre les stéréotypes, ne mesuronspas le rattrapage salarial à réaliser.

 

Lien: Rapport d’information n°1016 fait au nom de la Délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes, sur les femmes et les sciences, par les députés Céline Calvez et Stéphane Viry, 31 mai 2018.

Candidates, candidats, vous n’êtes pas responsables !

Le texte ci-dessous a été posté sur la liste de diffusion de l’ANCMSP (science politique, sociologie) en 2016, suite à un recrutement controversé.

 

 

 

(Je poste ceci à l’usage des jeunes docteur.e.s qui arrivent sur le marché, en réponse à la demande « d’éclairer les lanternes des outsiders ». Ce post n’a pas vocation à épuiser le débat, ni à expliquer scientifiquement les recrutements, ni à les excuser).

D’abord, on peut critiquer les recrutements, mais pas la personne recrutée. Ce n’est pas de sa faute. Le problème, c’est comment les recrutements sont organisés. Sur un poste de mcf, vous pouvez avoir 200 candidats. Le recrutement se joue sur des critères multiples : les publications certes, mais aussi l’adéquation au profil, la composition du département, la perception de la collégialité (est-ce que vous avez l’air sympa), la perception de la capacité à enseigner, etc. Tous ces critères ne sont pas nécessairement illégitimes.

Dans ce contexte, vous pouvez être éliminé pour n’importe quel prétexte. Quand je dis n’importe quel, voici une liste non exhaustive des propos (évidemment éliminatoires) que j’ai entendus sur divers candidat.e.s : Continuer la lecture

L’autre côté du miroir : devenir membre d’un comité de sélection (2/2)

http://academia.hypotheses.org/files/2018/04/audition.jpg

Le choix du format détermine largement le résultat des auditions. Photo : Dom497 recadrée par CL (https://commons.wikimedia.org/wiki/File:CGT_Audition_Stage.jpg)

Ce billet fait suite à une première partie disponible ici. Suite à quelques réactions sur cette première partie, je reprécise que mon but n’est pas de dresser un tableau enchanté du recrutement tel qu’il se fait actuellement. Justement, ces billets proposent des conseils sur les moins mauvaises façons possibles de recruter, parce que j’ai pu en observer, ou qu’on m’en a raconté, de vraiment très mauvaises. (Mais les billets ne traitent pas du cas des véritables « postes à moustaches » : comme je l’ai déjà dit, je ne vois pas dans ces cas d’autre solution que refuser de participer aux comités.) Par ailleurs, je suis tout à fait consciente du fait qu’il n’y a pas de bonne façon de recruter lorsqu’on a pour toute la France 20 postes pour 400 qualifié.e.s par le CNU, dont un grand nombre excellent.e.s en tout point. Je comprends là encore que l’on puisse refuser de siéger dans ce contexte. Si l’on siège, il me semble toutefois que l’on peut essayer d’améliorer les choses à la marge, suivant des objectifs détaillés dans le précédent billet.

Je reprends donc le fil du processus là où je m’étais arrêtée, après la première réunion qui fixe la liste des auditionné.e.s. [ajout du 28/04 : si vous êtes candidat.e, n’hésitez pas à lire ce billet, mais allez aussi et surtout voir ici !]
Continuer la lecture

L’autre côté du miroir : devenir membre d’un comité de sélection (1/2)

http://academia.hypotheses.org/files/2018/04/recrutement.jpg

En plus, ce café est proche de mon bureau. Photo : Victor Grigas, recadrée par CL (https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Le_Recrutement_Cafe_in_Paris.jpg)

Academia a déjà, à l’occasion de ses conseils aux candidat.e.s aussi bien qu’à l’occasion de recours contre des décisions de recrutement, eu l’occasion de pointer quelques bonnes et mauvaises pratiques dans l’organisation des comités de sélection (voir notre rubrique “recrutement” et par exemple mon billet de conseil aux candidat.e.s ici). Ce billet envisage plus directement la question du point de vue des enseignant.e.s-chercheur.se.s qui se retrouvent chaque année en position de recruteur.se.s, sans avoir été formé.e.s pour cela. Continuer la lecture

Un tout petit monde: état des lieux de l’emploi universitaire par Guillaume Miquelard-Garnier

Citation

«  Je vais entamer ici un cycle de billets faisant un petit état des lieux de l’Université, notamment en ce qui concerne les populations (étudiants et enseignants) et leur évolution temporelle. […] Ces billets sont le fruit d’un travail fastidieux (et chronophage) de données compilées à partir des rapports annuels RERS dont on peut trouver, en cherchant bien, des éditions remontant jusqu’à 2000 ».

Ratio enseignants (en équivalent temps plein)/ étudiants. Source: G. Miquelard, Etat des lieux de l’Université (2) – http://blog.educpros.fr/guillaume-miquelard-et-paul-francois/2018/04/06/etat-des-lieux-de-luniversite-2/

 

Guillaume Miquelard-Garnier, après une première étude établissant la méthode, vient de livrer son 2e billet sur le ratio enseignant.e.s-étudiant.e.s sur la période courant de 2001 à 2017. Il s’interroge notamment sur les fortes disparités entre grandes disciplines et s’efforce d’expliquer l’inflation néanmoins perçue des heures d’enseignement, là où le nombre d’étudiants pour enseignants n’a que peu évolué.

Continuer la lecture

« Misère et décadence des recrutements » dans Socio-Logos

Citation

Le dernier numéro de la revue de l’Association française de sociologie (AFS), réalisé en lien avec l’Association des sociologues enseignants du supérieur (ASES), porte sur « les revers de l’excellence ».

Continuer la lecture

Ecouter « les chercheuses de demain »

Les vidéos de la demi-journée organisée le 8 mars au siège du CNRS sont en ligne (si vous cliquez ici, vous aurez le PDG du CNRS, et le reste de la demi-journée dans la colonne de droite).

Un mélange intéressant de formats : témoignages de jeunes (où l’on découvre que beaucoup ont des mères chercheuses… mais aussi une gamme variée d’obstacles et quelques manières de les surmonter), de moins jeunes (avec des propositions) et résultats d’études empiriques, notamment sur les post-doctorant.e.s. Je dispose de notes écrites détaillées, vous pouvez m’écrire (mon e-mail est facile à trouver) pour les allergiques à la vidéo. Continuer la lecture

Le 8 mars, venez parler de votre expérience de doctorante ou postdoctorante

(avec mes excuses pour ce signalement tardif)

Le 8 mars aura lieu au siège du CNRS une demi-journée titrée « Les chercheuses de demain » (le programme est ici). Des spécialistes des questions de genre, des personnes concernées et des responsables de politiques d’égalité (entre autres) parleront notamment des problèmes rencontrés lors du recrutement et plus largement des questions d’égalité hommes-femmes dans la recherche, en particulier au CNRS. N’hésitez pas à vous inscrire (voir comment faire en bas du programme) pour venir non seulement écouter, mais aussi parler de votre expérience.

(pour savoir ce qui s’est dit, voir ici)

Concours CNRS : les CV contre les projets de recherche ?

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Jesus_Lundakarnevalen.jpg

Carnaval à Lunda (Suède). Photo: Linus Bohman (https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Jesus_Lundakarnevalen.jpg)

Academia a proposé dès le 16 juin 2017 une liste des déclassements opérés par le jury d’admission du CNRS dans cinq sections relevant des sciences humaines et sociales (SHS). Par la suite, la mobilisation en sociologie, discipline la plus touchée (perte d’un poste de CR2 et déclassement de l’ensemble des sociologues classé.e.s par la section 36), s’est accentuée. Un long texte d’analyse centré sur les conflits internes à cette discipline, mais mettant aussi en cause plus globalement un « management autoritaire de la recherche en sciences sociales », est paru le 3 juillet, s’ajoutant à la pétition signée par plus de 3 000 personnes. Continuer la lecture

Suppressions et déclassements au CNRS : une dernière motion

La C3N, structure qui représente les élu.e.s et nommé.e.s des différentes instances scientifiques du CNRS (toutes disciplines confondues : les SHS y sont très minoritaires), s’est réunie le 7 juillet dernier. Sa motion adoptée à l’unanimité est une des réactions les plus efficaces, dans sa concision, aux déclassements et suppressions de postes qui ont marqué le concours en SHS. Continuer la lecture