L’épuisement professionnel reconnu comme maladie par l’OMS: quid dans l’ESR?

L’épuisement professionnel touche de près les personnel de l’enseignement supérieur et de la recherche française. Charge de travail, perte du sens, désorganisation, manque de personnel : Academia a signalé certaines alertes concernant ce qui est devenu une réalité des conditions de travail dans l’ESR aujourd’ui. Il vient d’être reconnu comme maladie professionnelle

Le Monde avec AFP Publié le 27 mai 2019L

Le syndrome qui décrit l’épuisement professionnel lié au stress a rejoint la classification internationale de l’organisation.
Que le travail puisse rendre malade n’est pas une idée nouvelle mais, pour la première fois, l’épuisement professionnel lié au stress, le burn-out, est reconnu comme maladie par la classification internationale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
Cette liste sert de base pour établir les tendances et les statistiques sanitaires. Elle repose sur les conclusions d’experts de la santé dans le monde entier et a été adoptée par les Etats membres de l’OMS, réunis depuis le 20 mai, et jusqu’au 28 mai, à Genève dans le cadre de l’assemblée mondiale de l’organisation.
La classification des maladies de l’OMS fournit un langage commun grâce auquel les professionnels de la santé peuvent échanger des informations sanitaires partout dans le monde. Le burn-out fait son entrée dans la section consacrée aux « problèmes associés » à l’emploi ou au chômage.
Nouveau chapitre sur la médecine traditionnelle
Il y est décrit comme « un syndrome (…) résultant d’un stress chronique au travail qui n’a pas été géré avec succès » et qui se caractérise par trois éléments : « un sentiment d’épuisement », « du cynisme ou des sentiments négatifs liés à son travail » et « une efficacité professionnelle réduite ». Le registre de l’OMS précise que le burn-out « fait spécifiquement référence à des phénomènes relatifs au contexte professionnel et ne doit pas être utilisé pour décrire des expériences dans d’autres domaines de la vie ».
La nouvelle classification a été officiellement adoptée au cours de cette 72assemblée mondiale et entrera en vigueur le 1er janvier 2022. Le trouble du jeu vidéo a été ajouté à la section sur les troubles de la dépendance. La nouvelle classification de l’OMS propose aussi un nouveau chapitre sur la médecine traditionnelle.
Les personnes transgenres sont cependant toujours considérées comme malades, l’« incongruence de genre » passant de la catégorie des troubles mentaux à un nouveau chapitre consacré à la santé sexuelle.


Le Monde avec AFP Publié le 27 mai 2019

*
* *

Dans l’enseignement supérieur et la recherche, les burn-out sont identifiés souvent trop tardivement – entraînant des effets de très long terme sur la physiologie et la santé mentale des personnels –  occasionnent des congés longue maladie quand ils sont diagnostiqués.En attendant de proposer un billet sur la prévention et la dénonciation de conditions de travail entraînant des épuisements professionnels, signalons la liste des consultations “santé au travail”, si votre médecin généraliste n’est pas complètement au fait sur l’épuisement professionnel.

Souffrance au travail à l’Université: deux enseignants-chercheurs témoignent

Citation

par Véronique Castellotti et Didier de Robillard, professeurs des Universités à l’Université François Rabelais (Tours)

Tours le 14 février 2018.

Ce texte a officiellement été envoyé à une élue du Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail de l’Université de Tours. Il a par ailleurs été adressé à l’ensemble des syndicats d’enseignant.e.s-chercheur.e.s[1] de l’établissement, en leur demandant, au titre de la démocratie universitaire, de le diffuser à l’ensemble des personnels.

L’envoi de ce document au CHSCT de notre établissement est motivé par le fait que ce texte traite de la question des troubles et risques psycho-sociaux[2] (RPS) à l’Université de Tours. Comme on le sait, une des caractéristiques de ces phénomènes c’est qu’ils sont souvent malaisés à identifier et définir précisément et de manière consensuelle. Cela confère, pour les mettre en évidence, un statut significatif aux témoignages et au point de vue des personnes concernées. En effet, une partie significative des sources de RPS, particulièrement dans les professions intellectuelles, relève de sentiments, d’impressions, de conflits de valeurs, par définition difficiles à mettre en évidence autrement qu’en se fondant sur la parole des personnes concernées. Ces phénomènes peuvent facilement passer inaperçus à une approche se focalisant sur des symptômes et signes univoques, mais surgissent lorsque les personnes concernées prennent le temps de décrire un tableau d’ensemble, des évolutions et des synergies entre des phénomènes qui, individuellement, pourraient être négligeables, mais dont la cohérence et la convergence deviennent problématiques.

Dans la mesure où nous nous adressons à des pair.e.s, plutôt que d’user du mode #balancetonhosto, il nous a paru préférable d’opter pour ce mode de diffusion, susceptible d’amorcer un débat argumenté, sans anonymat.

Ce texte conserve cependant sa vocation à être largement diffusé, dans la mesure où il ne concerne pas que l’Université de Tours.

Préambule

Ce témoignage parlera d’un point de vue qui est celui de deux enseignant.e.s-chercheur.e.s (désormais EC) ancré.e.s en Sciences humaines et sociales (SHS) et plus particulièrement dans le secteur Lettres et langues[3] (L&L), ce qui n’exclut pas que d’autres se sentent concerné.e.s et interpellé.e.s par ce qui est évoqué ici. Cette précision n’est pas indifférente : c’est en effet un des secteurs qui souffrait déjà de certains inconvénients (absence de bureaux dignes de ce nom, par exemple) et qui est parmi les plus touchés par les changements intervenant dans le monde universitaire depuis une dizaine d’années. Continuer la lecture

Sur la toile – Le coût humain de la recherche postdoctorale

Citation

Les chercheurs post-doctoraux échappent pour l’essentiel aux études de risques psycho-sociaux. Une étude commandée par la Royal Society et le Wellcome Trust demande que ces risques soient mieux évalués. The Guardian en propose une analyse éclairante du problème, à partir de l’hommage rendu par Oliver Rosten à son ami Francis Dolan dans un article de physique.

Vice de forme? Sur les sanctions disciplinaires pour fait de harcèlement moral et sexuel

On trouve, dans les publications du Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche, la publication de la sanction disciplinaire suivante prononcée le 27 novembre 2016 :

Considérant que Monsieur XXX a été condamné par la section disciplinaire de l’université Montpellier-3 Paul-Valéry à une interdiction d’exercer toutes fonctions d’enseignement et de recherche dans tout établissement public d’enseignement supérieur pendant deux ans, pour des faits de harcèlement moral et sexuel susceptibles de constituer une atteinte à l’ordre et au bon fonctionnement de l’université ainsi qu’une atteinte à la déontologie universitaire ;

Considérant que pour appuyer la requête en sursis à exécution, Monsieur XXX et son conseil, Maître Raymond Escale, estiment que la présence et l’assistance par un avocat à l’audience de jugement de première instance pour deux témoins constituent un vice de procédure ;

Considérant dès lors, sans qu’il soit besoin de tenir compte des autres moyens fournis par le déféré et son conseil, qu’il existe un moyen sérieux de nature à justifier l’annulation ou la réformation de la décision de première instance et que de ce fait, les conditions fixées par l’article R. 232-34 du code de l’éducation pour l’octroi d’un sursis à exécution sont donc remplies ;

Par ces motifs

Statuant au scrutin secret, à la majorité absolue des membres présents,

Décide

Article 1 – Le sursis à exécution demandé par Monsieur XXX est accordé.

Le vice de forme, qui se résume à la présence et l’assistance d’un avocat pour deux témoins à l’audience disciplinaire, permet ainsi à M. XXX de continuer à sévir. Continuer la lecture

Excellence de la recherche et épuisement professionnel: enquête au Québec

canada-quebec-drapeauxComment se traduit, au Québec, la politique de “l’excellence”qui concentrent les financements sur quelques chercheurs? Par la détresse psychologique et l’épuisement professionnel de la moitié du corps enseignant.

Le journal Le Devoir revient sur les résultats d’une enquête qualitative conduite par une professeure de psychosociologie des groupes, Chantal Leclerc, en collaboration avec deux collègues,  sur les origines de la détresse psychologique dans l’enseignement supérieur. Au centre de l’analyse du désengagement professionnel, la professeure pointe l’idée partagée d’une perte de sens dans le métier. Continuer la lecture