« La recherche ne s’est par arrêtée. Elle s’est même intensifiée ».Lettre du délégué régional Rhône-Alpes aux agents

Academia a reçu ce message qu’elle juge bon de publier, à côté de ceux touchant à la continuité pédagogique et les considérations sur l’aggravation des discriminations genrées, ne doutant pas que cette vision soit partagée parmi les cadres du CNRS. .


De : DR07 Delegue
Envoyé le :lundi 27 avril 2020 12:09
À : agentdr7cnrs@dr7.cnrs.fr; dirlabo@dr7.cnrs.fr
Objet :[Agentdr7cnrs] Message aux agents CNRS et directeurs d’unités en Rhône Auvergne

Chers et chères collègues,
Membres des services de la délégation régionale et des unités CNRS en Rhône Auvergne,

Je me permets ce nouveau point hebdomadaire pour vous livrer quelques nouvelles régionales. Le CNRS en Rhône Auvergne va inscrire son plan de reprise d’activité (PRA) dans le cadre des orientations fixées par Antoine Petit lors son dernier message. Il nous faut faire avec une situation très évolutive, qui comporte son lot d’incertitudes. Mais dès à présent, et de manière collégiale, nous agissons sur plusieurs plans. Sur Clermont, comme sur Lyon Saint-Etienne, la nécessaire consultation des directions d’unités sur leur PRA s’engage avec leur institut scientifique de rattachement, en coordination avec les autres tutelles de laboratoire, et en premier lieu avec les tutelles d’hébergement. Cette stratégie nous permet d’une part de nous adapter aux  spécificités des unités, tout en identifiant et en réagissant aux besoins qui peuvent être pris en charge à un niveau fédératif, régional ou national. C’est le cas notamment de la question des masques, avec une pleine intégration du CNRS dans le dispositif interministériel qui se construit sur le sujet. Plus globalement, les autres produits sanitaires, la distance sociale, les modalités de restauration ou encore d’horaires décalées sont autant de sujets où adaptation à l’échelle laboratoire devra se combiner avec apports locaux ou nationaux.

Une tendance se dessine cependant dès à présent : la plus en plus probable prolongation du télétravail pour les activités pouvant être effectuées de cette manière. Nous découvrons avec cette crise de nouvelles façons de vivre nos professions. Au regard de l’activité foisonnante constatée ce dernier mois, ces pratiques sont en train de montrer tout leur potentiel et les points de vigilance à prendre en compte. Le bilan s’avère très instructif : la recherche ne s’est par arrêtée. Elle a même été intensifiée dans de nombreux domaines. Cette expérience a notamment guidé les choix du CNRS dans les décisions à prendre au niveau RH : nul besoin d’imposer des congés aux agents CNRS télétravailleurs, qui doivent rester libres d’adapter leurs jours d’activités à leur plan de charge et à leur besoins personnels. « Comme avant », en somme.

Quant au « jour d’après », il fait l’objet de nombreuses recherches . Nos services ont identifié plus de 70 initiatives sur la circonscription : travaux et sujets d’expertises visant à comprendre, analyser et fournir des réponses aux défis actuels. Et nous savons que ce référencement est loin d’être exhaustif. Parmi toutes ces démarches : les 9 projets lauréats en Rhône Auvergne de l’appel à projet flash de l’ANR sur le Covid-19. Soyez certains de ma plus grande considération pour ces nombreuses contributions. Travailler pour le CNRS et la communauté scientifique de notre région n’a jamais été source d’autant de fierté.

Prenez soin de vous.

Bien sincèrement.

Frédéric Faure
Délégué régional

CNRS Rhône Auvergne

2 avenue Albert Einstein – BP61335 – 69609 Villeurbanne cedex


https://www.flickr.com/photos/127028900@N05/26299081390/in/photolist-DdmkSB-wfK6Vm-Q7ab4U-G4XEDL-HHxJer-LJTdbo-HPdzu1-ygReCk-RF6YMC-P8aRpF-Dpscqf-BRd43G-CpDgjJ-wdthcg-HWLCj6-HWEqR1-B4tQaj-t523Kb-PQnvUX-PN7KXt-A2xu4U-zdgNoA-Evs724-LYnitF-NyWPbv-wKsyr5-rp9TEA-LMfSZP-q5hj2D-NAbboi-PHYmXn-yCfQt2-Nd3Edm-rUgPhz-NxRFYR-FgWA4q-Paekks-eJF1AA-A49m5D-of4qa4-PKQqgC-FeSsxf-znB61k-MtgcaJ-zi59xw-FyrkAj-Da98ip-sHizBd-jCmPPG-rRiWWL/

Lyon, de Ph. Nauher 2016

Covid-19 et examens en ligne. Lettre ouverte des personnels de Paris-Nanterre

Appel à signatures (France entière) : accès au site

« Nous refusons »

Lettre ouverte des personnels de l’université Paris-Nanterre concernant la crise sanitaire du Covid-19 et la question des examens, 3 mars 2020
Les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’université Paris-Nanterre ont pris connaissance de consignes de la présidence de notre université visant à organiser des examens en ligne en période de strict confinement de la population.
Nous considérons que ces consignes sont irresponsables et inacceptables car elles :

  • violent le principe d’égalité entre les candidat.e.s (dans cette période de confinement, les inégalités sociales et la fracture numérique empêchent de garantir l’égalité de nos étudiant.e.s face aux examens).
  • font prendre des risques sanitaires dangereux (les étudiant.e.s qui n’ont pas accès à un ordinateur, ou à une bonne connexion internet, se sentiront dans l’obligation d’en trouver ailleurs, ce qui favorisera les déplacements en plein pic épidémique).
  • auront tendance à aggraver les situations de stress, déjà difficilement supportables pour nombre de nos étudiant.e.s et leurs familles, alors que l’Île-de-France figure parmi les zones les plus touchées par l’épidémie de Covid-19.

Ces injonctions risquent, de plus, de ne pas pouvoir être mises en œuvre par des enseignant.e.s-chercheur.e.s et des personnels administratifs eux-mêmes durement affecté.e.s par le confinement et la situation sanitaire et qui seront peut-être dans l’incapacité personnelle et/ou matérielle de prendre en charge l’organisation d’évaluations, à un moment où la protection de soi et des autres, voire la survie, sera notre priorité à toutes et tous.

Enfin, il nous semble incompréhensible de maintenir ces examens à un moment où toutes les activités nationales et internationales sont suspendues. La pandémie qui nous frappe, ainsi que les mesures qui ont été prises, constituent des cas de force majeure. Nous pensons qu’il y a une certaine indécence à vouloir maintenir quoi qu’il en coûte socialement, sanitairement et humainement parlant, la continuité du service et des évaluations dans une période aussi éprouvante pour tout le monde.

Pour toutes ces raisons, organiser des examens en ligne durant la période du confinement nous apparaît comme inacceptable. Dans le contexte dramatique que nous vivons, en particulier en Île-de-France, la durée du confinement est incertaine. L’impossibilité de prévoir la date du déconfinement, ni même ses modalités pratiques (des mesures de précaution strictes seront sans doute maintenues plusieurs mois après l’annonce du déconfinement de la population), empêche d’envisager sereinement le report des épreuves. Dans cette situation aussi exceptionnelle que dramatique, nous demandons la dispense pour les examens qui n’ont pas pu se tenir avant le confinement de la population. Nous refuserons d’organiser des examens en ligne et de participer ainsi à l’explosion des inégalités dans le contexte de pandémie.

La priorité aujourd’hui et pour les semaines à venir devrait être de prendre soin de soi et des autres, en particulier des plus vulnérables. Loin de l’obsession évaluative, la mission de l’Université doit rester de construire des éléments de compréhension de la crise actuelle, et ainsi de maintenir le lien entre enseignant.e.s, étudiant.e.s et personnels.

 

Le Covid-19 et la continuité pédagogique à tout prix

En passant

« Depuis plusieurs jours, j’ai des difficultés à respirer pour cause d’infection au Covid-19. J’ai averti mon établissement d’enseignement supérieur de mon état de santé. En réponse, ce dernier m’a demandé de former ma remplaçante par Skype. Cet appel a duré 3 heures, il m’a tuée. À la suite de cet appel, je suis tombée en détresse respiratoire, et mon médecin hésite depuis à m’envoyer à l’hôpital. J’ai pour ordre de ne plus bouger, de rester allonger et de ne plus parler (c’est une camarade précaire qui a écrit ce témoignage pour moi). La collègue qui me remplacera est bien entendu précaire et ne sera pas payée pour ce travail supplémentaire »
Témoignage publié sur le Tumblr « Le confinement des précaires de l’ESR et la fracture numérique » et sur la page Facebook « Précarités de l’ESR mobilisées »

PlainteCovid : se protéger des négligences

Alors que partout l’épidémie d’infections au coronavirus progresse, et malgré les avertissements des instances sanitaires internationales, l’État français n’a pas pris à temps les mesures nécessaires pour protéger les personnes sur son sol. Les mesures prises récemment sont tardives, insuffisantes et incohérentes. De ce fait, de nombreuses personnes, dont du personnel médical, ont été et sont toujours exposées à des risques sanitaires, sont tombées malades ou sont décédées.

Les personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche ne sont pas épargnés.

Le droit français protège les personnes de ces négligences, mises en danger et violences. Selon la situation dans laquelle vous vous trouvez, ce site vise à faciliter le dépot d’une plainte contre X à l’aide de dossiers pré-rempli assorti d’une notice explicative.

Lien vers le site : https://plaintecovid.fr/

#8mars J-1 — Recherche : quand est-ce qu’on se lève et qu’on se barre ?

Compte-rendu d’un conseil de Laboratoire. Deux heures où le mot argent remplace le mot recherche. Où les moyens deviennent la fin, et de la fin, on n’en parle plus.

Tribune. C’était la semaine dernière. C’était avant les Césars. C’était avant Despentes. J’étais au conseil de labo, il a commencé à 10 heures. À midi, le sujet de la discussion n’avait pas changé : on parlait budget. La fac risquait de revenir sur son soutien financier annuel pour la salle blanche. Le surplus que le laboratoire avait, grâce aux impôts prélevés des nombreux projets qu’il accueille, et qu’il souhaitait redistribuer parmi ses membres, était sous menace. Il était question qu’il serve à combler le trou, ce nouveau trou qui vient tout juste d’apparaître à la suite des changements administratifs à l’université. Car il faut entretenir la salle blanche. «C’est grâce à la salle blanche qu’on a pu attirer untel ici, avec son ERC, ça aide énormément le labo», a dit le directeur. Deux heures à parler budget, à tenir de tels propos, où le mot argent remplace le mot recherche. Où les moyens deviennent la fin, et de la fin, on n’en parle plus.

Des situations d’urgence et de stress comme celles-ci sont devenues courantes dans le quotidien des laboratoires de recherche, des situations de maltraitance professionnelle. Une vingtaine de chercheurs, enseignants-chercheurs, doctorants et personnels administratifs autour d’une table pour deux heures et le seul sujet abordé : du pognon. Je n’ai pas vu la fin de la réunion. Je suis atteinte de malaises vagaux ces derniers temps, souvent au labo, souvent les matins avant d’y aller. J’ai été retournée dans tous les sens par des toubibs et ils n’ont rien trouvé : c’est psychologique, ils me disent. Ça dure depuis quand ? Depuis le mois de novembre. Mais ça fait plus longtemps que ça que je subis. Ça fait plus longtemps que je cherche à retrouver le plaisir de la recherche, que je cherche à trouver un chemin au milieu de toutes ces pressions, ces «urgences» et de ces discours qui m’atteignent avec une violence que j’ai mis du temps à nommer. Oui, ici aussi, ça fait mal. Ça fait très mal, et depuis longtemps. Je me suis levée et je suis partie, malade. Je ne me sentais pas bien. J’étais cassée, mais je ne me suis pas cassée. Je me suis tout simplement excusée et je suis partie.

«Je ne comprends pas pourquoi ça te fait ça, m’a dit le lendemain une copine chef d’entreprise. Moi, ça fait des années que je vis comme ça, qu’est-ce que ça peut te faire, un peu de pression ? Moi, ça ne me donne pas de malaise.» Vous savez, je comprends bien ce qui attire dans le pouvoir et en particulier dans l’argent. Il représente beaucoup de choses, socialement. Il est joli, coloré, il se compte facilement, et avec lui on peut se comparer aux autres. Je suis très fière de pouvoir regarder les banquiers, des vrais, en face, de leur demander des sous, et de les avoir. J’estime même avoir un petit talent pour ça : je gère, je négocie, et je sais compter mille fois mieux qu’eux. Mais ça, ce n’est pas de la recherche, ça n’a rien à voir. Ça, c’est un petit jeu pervers de pouvoir qui excite, auquel on peut s’adonner avec les types qui aiment bien se masturber devant des images et des projections morbides d’où on sort avec quelques milliers de plus et on imagine ce que l’on va faire avec. Mais ce n’est pas ce que je fais au boulot, ça n’a rien à voir. Ce n’est pas ce qu’un chercheur est supposé faire, ce n’est pas la même sensation.

Le pouvoir, dans la recherche, n’a pas tellement de sens. En recherche, on veut savoir. On veut apprendre, questionner. Je ne veux pas parler d’argent avec mes collègues, je veux parler d’atomes, de photons, et de ce que nous ne connaissons pas encore. C’est vraiment très différent de l’argent, tout ça. Mais bizarrement, quelque chose s’est passé, car à chaque fois, il revient. Et là, à ce dernier conseil, on ne parlait que d’argent, que des stratégies pour en avoir, pour s’en sortir, qui prélever, où en demander… et j’ai commencé à me sentir cassée. Cassée, je n’arrivais pas à me lever et à me casser comme Adèle Haenel, je n’arrivais pas à dire à tous de faire de même. Leur dire de me suivre, d’abandonner la réunion, d’envoyer la fac et l’ERC se faire foutre, de casser une banque, de casser les chaises, de nous mettre à faire ce que nous sommes censés faire et, si vous voulez parler argent, à faire ce que nous sommes payés pour faire : casser les idées reçues, casser les codes, casser la médiocrité, chercher des nouvelles idées, étudier, lire! Lire toutes ces belles tribunes qui pullulent, écrites par des chercheurs et des penseurs compétents, créatifs, impliqués, nous régaler avec l’effervescence des discussions. Prendre le temps de réfléchir. Arrêter. Changer. Casser le temps tel qu’on nous le compte. Mais je n’ai rien fait de cela. Je me suis laissée vautrer dans la boue, rouler dans le caca, envahir partout par ces vagues d’«inévitables» desquelles on veut à tout prix se sauver sa peau, alors que je me sentais partir par la bonde, et mon malaise venait de la lutte avec moi-même pour essayer de rester. Je suis partie de la salle, tête basse.

https://www.liberation.fr/debats/2020/03/06/recherche-quand-est-ce-qu-on-se-leve-et-qu-on-se-barre_1780683

Lors d’une manifestation de chercheurs contre la future réforme de l’enseignement supérieur et la précarisation qu’ils subissent, jeudi à Bordeaux. Photo Valentino Belloni. Hans Lucas

Une semaine après, je relève un peu la tête. Je lis Despentes. Je revois Haenel. Je pense à ces derniers mois, à cette tribune signée de 200 chercheurs exceptionnels qui s’autoproclament «la communauté scientifique», qui pensent que la taille de leur… médaille suffit pour nous faire avaler un texte digne d’un élève de CM2, qui ne sait que hurler : je veux du pognon ! Il est où mon argent de poche ? Je pense à ces dernières années, au long, lent et sûr parcours de nous tous vers l’acceptation de ce système violent, abusif, de compétition infructueuse, injuste et injustifiée. Je vois sa force, en regardant les césars, en regardant autour de moi les collègues qui s’arrachent pour un projet, pour un article publié. Elle impressionne, l’attraction de l’argent, la séduction du pouvoir, la force de la domination et surtout : la difficulté de la détruire. Et je me demande : quand est-ce qu’on se lève et qu’on se barre ?

#8mars J-2 — Le temps de travail des maîtresses de conférences

Études, analyses, témoignages établissent régulièrement, depuis longtemps, le sexisme à l’endroit des personnels féminins dans l’enseignement supérieur et la recherche. Plafonds de verre, salaire différents à statuts équivalents, retards de carrière, qui pèsent à leur tour sur les retraite, sont connus, mais ne sont pas devenus une prioirité nationale, en dépit de l’urgence qu’il y a à traiter, par l’exemple, l’inégalité sexuelle dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Les réformes en cours, imposées par le MESRI et le Ministère de l’Économie et des Finances depuis dix ans, non seulement ne proposent aucune solution aux inégalités de revenus, mais font peser sur les femmes des conditions de travail de plus en plus difficiles, qui confinent désormais à de la maltraitance.

Nous republions ici deux textes, en prélude à la manifestation de demain.

  1. «Le travail des universitaires sous tension : les femmes maîtresses de conférences», entretien avec Sophie Devineau, mars 2020
  2. Une tribune de Pérola Milman, directrice de recherches au CNRS, parue dans Libération du 6 mars 2020

Continuer la lecture

Compte à rebours #8mars J-11 — Violences sexuelles

En passant

Violences sexuelles dans l’ESR : il n’y a pas de neutralité !

L’Association Française de Sociologie a diffusé en date du 11 février 2020 un communiqué intitulé «  Mise en place d’un groupe de travail sur les violences sexistes, sexuelles et de genre  » https://afs-socio.fr/creation-dun-groupe-de-travail-sur-les-violences-sexistes-sexuelles-et-de-genre/. Ce communiqué est inédit. Il marque un tournant dans notre profession en nous invitant à agir collectivement face aux situations de violences sexuelles sur nos lieux de travail (dans nos congrès mais aussi dans nos laboratoires, nos départements, nos séminaires, etc.). Cette prise de position, qui fait suite à des années de mobilisation du CLASCHES (Collectif de lutte anti-sexiste contre le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur et la recherche), est salutaire. Elle doit aboutir à une véritable prise de conscience collective qui seule permettra d’en finir avec de tels agissements.

La prise de position de l’AFS est aussi l’occasion pour nous, enseignant·es et/ou chercheur·es en sciences sociales, de lancer un appel à notre communauté professionnelle : chacun·e de nous doit apprendre à réagir face aux dénonciations de violences sexuelles ! En effet, trop souvent encore, quand des collègues ou des étudiant·es osent en parler, les réactions immédiates protègent le mis-en-cause et renforcent la violence subie par la personne dénonçant les violences.

Ainsi, lorsqu’est évoquée, au détour d’un séminaire ou d’une pause-café, une « affaire » de violences sexuelles dans notre communauté professionnelle, on entend encore trop souvent :

  • « C’est compliqué, il vaut mieux rester neutre ».

Continuer la lecture

Les professeurs des universités britanniques contre la précarisation, 20 janvier 2020

Nous refusons de tenir les examens tant que les universités ne règlent pas le problème des employé·es –  Lettre ouverte, The Guardian, 22 janvier 2020

« Notre rôle est crucial pour renforcer la qualité de la formation dispensée aux étudiant∙es, mais tout aussi nécessaires sont rémunérationjuste , retraite et  sécurité de l’emploi pour celles et ceux qui travaillent dans les universités », affirment 29 professeurs d’universités britanniques.

Un representant syndical UCU harangue une manifestation aux abords du siège de University College London le 4 décembre 2019. Photograph: Guy Smallman/Getty Images

La plaie de la précarisation (Des milliers d’universitaires britanniques traité∙es comme des citoyen∙nes de deuxième classe’, 20 janvier) ne représente malheureusement qu’un des problèmes de ressources humaines que les universités doivent de toute urgence s’atteler à traiter.

Par la présente, nous faisons savoir, en notre qualité d’universitaires expérimenté∙es, que nous nous démissionnons de nos fonctions d’examinateur∙trices externes (external examiners) et/ou refusons d’accepter de nouveaux contrats d’expertise pour des formations d’universités ou de collègues dans tout le Royaume-Uni, et exhortons nos collègues à faire de même. Nous refusons d’endosser la fonction d’examinateur externe parce que nous croyons que ce rôle est crucial pour renforcer la qualité de la formation dispensée aux étudiant∙es, il est tout aussi crucial d’offrir une juste rémunérations, retraite et sécurité de l’emploi pour celles et ceux qui travaillent dans les universités.

Dans le conflit qui oppose actuellement le syndicat University and College Union et les employeurs universitaires, le syndicat a mis en lumière la proliferation de la précarisation, la moitié des personnels de première ligne à ne disposant pas de contrat ; des coupes dans les allocations de retraite qui ont appauvri les membres du Universities Superannuation Scheme ; de scandaleux écarts de salaire en raison du genre ou de l’ethnicité : et une culture systémique de la surcharge de travail qui contribue à l’existence de hauts niveaux de stress et de maladie. Cela fait trop longtemps que les universités auraient dû traiter ces maux, et nous croyons qu’il est de notre responsabilité de prendre maintenant position pour marquer notre soutien aux collègues au début de leur carrière. Nous vous invitons à nous rejoinder et à démissionner de vos fonctions d’examinateur externe et de refuser de souscrire à tout nouveau contrat jusqu’à ce que les universités prennent des mesures pour régler ces problèmes.

Prof Melanie Simms University of Glasgow, Prof Jane Holgate University of Leeds, Prof Phil Taylor University of Strathclyde, Prof Jo Brewis The Open University, Prof Sian Moore University of Greenwich, Prof John Kelly Birkbeck, Prof Megan Povey University of Leeds, Prof Claire Squires University of Stirling, Prof Richard Taffler University of Warwick, Prof Cathy Urquhart Manchester Metropolitan University, Prof Keith Attenborough The Open University, Prof Jenny Pickerill University of Sheffield, Prof Natalie Fenton Goldsmiths, Prof Nicki Hitchcott University of St Andrews, Prof Andreas Bieler University of Nottingham, Prof Mike Danson Heriot-Watt University, Prof Julian Eastoe University of Bristol, Prof Erik Swyngedouw Manchester, Prof Jeremy Guggenheim University of Cardiff, Prof Victor van Daal Edge Hill University Prof Sally Munt University of Sussex Prof Ozlem Onaran University of Greenwich, Prof Albert Sanchez Graells University of Bristol, Prof Ruth Aylett Heriot-Watt University, Prof Tony Carbery, University of Edinburgh, Prof Raphael Salkie University of Brighton, Prof Sarah Salway University of Sheffield, Prof Peter Styles Keele University, Prof Willy Maley University of Glasgow

traduction: Christelle Rabier

Source: We refuse to act as external examiners until universities deal with staffing issues. Tribune. The Guardian, 20 janvier 2020

« Désabusés et en colère » : les jeunes chercheuses et chercheurs et la LPPR

Réforme de la recherche : vers des jeunes chercheurs toujours plus précaires

par un collectif de chercheurs Libération, 5 février 2020

En s’attaquant aux spécificités du modèle de la recherche publique française, la future loi de programmation pluriannuelle risque de renforcer les difficultés de début de carrière des jeunes chercheurs, alerte un collectif. Vous pouvez co-signer la tribune par le lien ci-après: pour signer la tribune.

Tribune. En cette période de préparation de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), nous, jeunes chercheurs et chercheuses, sommes inquiets pour notre avenir dans l’enseignement supérieur et la recherche (ESR). En effet, lors de ses vœux à l’ESR le 21 janvier dernier, Mme Frédérique Vidal a déclaré que «tout chargé de recherche (CR) et tout maître de conférences (MCF) sera recruté à au moins 2 smic». Cette mesure est censée redonner, selon elle, une « attractivité » aux carrières de chercheuses et chercheurs qui ainsi « n’hésiteraient plus à embrasser » la voie de la recherche. Cependant, les jeunes chercheurs et chercheuses motivées sont bien là et n’hésitent déjà pas à s’engager pleinement dans une carrière dans l’ESR ! Malgré la chute vertigineuse du nombre de postes ouverts au cours des deux dernières décennies, tous les ans plusieurs centaines de candidats et candidates se battent pour une demi-dizaine de postes dans chaque discipline. En 2020, le nombre de postes de CR au CNRS a atteint le niveau historiquement bas de 239 postes, alors qu’il était de 359 en 2011, augmentant d’autant la pression de recrutement sur chaque poste. Une chute similaire a eu lieu du côté des universités : c’étaient près de 3 500 postes de MCF qui étaient publiés chaque année jusqu’à la fin des années 1990, pour uniquement 1 600 en 2019, alors même que la démographie étudiante ne cesse d’augmenter.

tiré de « La réforme Macron de l’université », par Stéphane Beaud & Mathias Millet , La Vie des idées, le 20 février 2018

 

Continuer la lecture