Service civique et consorts: les voies diverses de l’exploitation

Le 21 décembre 2020, un collectif publiait un texte à la suite d’un défi lancé par Academia : comment caractériser les conditions de travail offertes à la génération des 18-25 ans, en âge de travailler, de faire des études, et partant, de travailler pour payer leurs études. Dans le contexte de l’installation dans la pandémie, les étudiant·es faisaient déjà la queue aux distributions alimentaires. C’était l’occasion de réfléchir au rapport au travail qui était imposé à celles et ceux qui y entraient pour la première fois.

  • par Comme les prises électriques et les madeleines sans gluten, blog de Mediapart, 21 décembre 2020

Le dernier reportage de Cash Investigation 1 mené par Élise Lucet rend compte de l’exploitation des jeunes adultes (de 16 à 25 ans) dans les services publics français via le service civique. Le dispositif crée en 2010 aime à confondre « engagement citoyen », bénévolat et travail gratuit. Néanmoins, les dispositifs qui permettent de tirer profit de la précarité sont nombreux, le service civique n’est pas le seul mais il dépeint l’envers d’un système qui promeut un salaire minimum alors même que celui-ci n’existe pas tant les mesures pour le contourner sont nombreuses. La crise pandémique du COVID19, a été l’occasion d’utiliser les stagiaires infirmier·es pour des salaires de moins de 2 euros de l’heure. Dans le même temps, une prime de 5000 à 8000 euros est offerte aux entreprises qui recrutent des jeunes alternant·es (ce qui revient à peu près à décharger celles-ci du coût total d’un·e alternant·e pour près d’un an). Ces mêmes primes n’ont pas profité aux étudiant·es alternants dont le salaire débute à 415 euros pour 35h par mois pour les plus jeunes. Les jeunes sont souvent les premier·es a être confronté·es à ces formes « d’exploitation » mais ils/elles ne sont pas les seul·es.

Le service civique

« L’engagement citoyen » prend la forme d’un contrat établi entre une structure (pas nécessairement associative) et un·e jeune pour une durée allant de 6 à 12 mois, avec un « service » de 24 à 35 heures hebdomadaires, pour une indemnité de 580 euros par mois. Il est à noter que le « service civique » ne prétend pas payer les jeunes, l’indemnité perçue n’est pas basée sur le nombre d’heures effectuées (travaillées) et dès lors, toutes les dérives sont permises.  Si l’on basait ce travail effectué sur le salaire minimum de croissance (SMIC), un travail à 24 heures par semaine devrait être payé à minima à hauteur de 827 euros par mois. Nous sommes loin des 580 euros qui parfois couvrent un « engagement » à 35 heures, voire plus, par semaine2.

Mission locale, Montreuil-sur-Mer

Continuer la lecture

  1. https://www.france.tv/france-2/cash-investigation/2113317-service-public-liberte-egalite-rentabilite.html et https://www.youtube.com/watch?v=63DyMWIy7jI. []
  2. « La durée hebdomadaire de la mission de Service Civique doit représenter entre 24 heures et 48 heures, reparties sur au maximum six jours. Pour les volontaires de 16 à 18 ans, la durée hebdomadaire ne doit pas excéder les 35 heures, reparties sur au maximum cinq jours. La possibilité de proposer une mission d’une durée hebdomadaire de 48 heures doit rester exceptionnelle ; il s’agit d’une durée maximale. En règle générale, les missions proposées en Service Civique ont une durée hebdomadaire de 24 à 35 heures. » https://www.service-civique.gouv.fr/faq-volontaire. []

Pouvoir et intimidation dans la recherche, un éditorial dans The Lancet

Le 19 février 2022, Kevin Lamarque a signé un éditorial intitulé “Power and bullyng in research” dans la revue The Lancet dans lequel il dénonce la “protection des puissant·es contre les conséquences de leurs actes” dans les institutions de recherche.

Ci-dessous quelques extraits (en français plus bas) :

The traditional research workplace—where a rigid hierarchy and the guru–acolyte model of leadership has dominated—is now outdated. Power is concentrated in the hands of so few people, often men, protected and promoted by patronage. It can be wielded indiscriminately against early career researchers, destroying the open and collaborative culture that produces good science. The instability of the postdoctoral career, littered with temporary contracts, woeful hourly rates, and the pressure to publish or perish, results in workplace conditions that can cause mental stress and physical burnout.

(…)

Research doesn’t have to be structured like this. Wellcome’s report states that a positive research culture is diverse, collaborative, and transparent, where individuals and their contributions feel supported and valuable, and creativity is given space to flourish.

(…)

In the short term, reporting mechanisms must be standardised, whistleblowers fully protected, and the results of independent investigations into bullying include accountability mechanisms to ensure transparency and action.


Le lieu de travail de recherche traditionnel – où une hiérarchie rigide et le modèle de leadership gourou-acolyte ont dominé – est désormais dépassé. Le pouvoir est concentré entre les mains de très peu de personnes, souvent des hommes, protégés et promus par le favoritisme. Il peut être exercé sans discernement contre les chercheurs en début de carrière, détruisant ainsi une culture d’ouverture et de collaboration qui produit une bonne science. L’instabilité de la carrière postdoctorale, parsemée de contrats temporaires, de taux horaires dérisoires et de la pression de publier, entraîne des conditions de travail qui peuvent causer stress mental et burn out.

(…)

La recherche n’a pas à être structurée de la sorte. Le rapport de Wellcome indique qu’une culture de recherche positive est diversifiée, collaborative et transparente, où les individus et leurs contributions se sentent soutenus et valorisés, et où la créativité peut s’épanouir.

(…)

À court terme, les mécanismes de signalement doivent être normalisés, les dénonciateurs pleinement protégés et les résultats des enquêtes indépendantes sur le bullisme doivent inclure des mécanismes de responsabilisation afin de garantir la transparence et l’action.

Pour lire l’éditorial en anglais, cliquez ici.

Corrections de copies non payées : vous en reprendrez bien un lot !? Premier bilan

Combien de copies corrigez-vous gratuitement ce semestre ? L’équipe de “Précarités de l’ESR mobilisées” organise une enquête sur ces tâches de correction réalisées chaque année gracieusement par des non-titulaires de l’ESR.
Voici un bilan d’étape au 31 décembre 2021. L’enquête est toujours en cours. Vous êtes non-titulaire et vous souhaitez y participer ? Remplissez le formulaire de l’enquête.

Nombre de copies que des non-titulaires de l’ESR (20) ont accepté ou refusé de corriger gratuitement lors du 1er semestre de l’année universitaire 2021-22. Relevé réalisé le 31 décembre 20211.

19 non-titulaires (ATER, vacataires, doctorant·es contractuel·les, lecteur·rices) nous ont fait connaître le nombre de copies qu’ils/elles devaient corriger gratuitement pour le premier semestre de l’année 2021-2022. D’autres non-titulaires nous ont également fait connaître les pratiques en matière de correction de copies dans leur composante, ou encore leurs conditions de travail (exemple : rendre 3 notes par étudiant·e pour un TD en accueillant 60…). Nous ne comptons, dans les copies corrigées gratuitement, que celles qui ne correspondent pas à des enseignements assurés par les non-titulaires.

Vous trouverez ci-dessous les réponses apportées aux questions posées dans le cadre de cette enquête. Pour préserver l’anonymat des répondant·es, nous avons choisi de présenter les réponses question par question.

Quelles sont les disciplines concernées par ces corrections de copies gratuites ?

Droit, biologie, géographie, sociologie, sciences du langage, sciences de l’éducation

Combien de copies gratuites les non-titulaires concerné·es corrigent-ils/elles ?

De 31 à 312 copies (nombreu·ses sont les répondant·es à corriger plus de 100 copies gratuitement).

Pourquoi ces non-titulaires réalisent-ils/elles ces corrections gratuitement ?

« Pour les étudiant.e.s : pour éviter que leurs notes soient trop basses. Le professeur des universités qui a en charge le cours note très durement et a prétexté une “double” correction sans me prévenir en amont. Joyeux Noël. » (décembre 20201)

« Je découvre que la correction des copies de partiel est censée être à la charge exclusive du chargé de CM » (décembre 2021)

Continuer la lecture

  1. Nombre de répondant·es au sondage ayant corrigé des copies gratuitement : 19
    Nombre de répondant·es au sondage ayant refusé de corriger des copies gratuitement : 1 []

Enquête en cours : Une dégradation des conditions de travail des enseignants-chercheurs et de leur santé ?

Les enseignants-chercheurs titulaires apparaissent aux yeux du grand public et de nombreux politiciens et journalistes comme une catégorie plutôt privilégiée. Supposés être bien payés et avoir beaucoup de temps libre, ils forment une profession qui devrait sans doute ne pas se plaindre de son sort.

Pourtant, de nombreux collègues expriment de plus en plus souvent une profonde insatisfaction face à ce qu’ils et elles vivent comme une dégradation de leurs conditions de travail. Sentiment d’absurdité face à une gestion bureaucratique omniprésente ; sentiment d’aliénation face à une perte de sens de nos missions imposée par les hiérarchies ; sentiment de détérioration des conditions d’enseignement et/ou de recherche ; sentiment de pression temporelle constante et de tensions croissantes par accumulation des charges (souvent jugées indues) ; sentiment d’abolition inéluctable entre temps de la vie professionnelle et vie privée…

Visitor filling in the questionnaire in George Gessert`s installation “Kunst/Liv”. Credit: i/io/lab, 2016

Cela peut déboucher chez certains collègues sur des symptômes physiques et/ou psychiques qui mettent en jeu leur santé, le mot burn out circulant parfois entre eux. Les chercheurs et enseignants-chercheurs titulaires sont-ils/elles nombreux à être professionnellement insatisfaits voire malheureux, au point de voir leur équilibre de santé remis en cause ?

Continuer la lecture

Rapport de la Cour des Comptes sur l’InSHS et l’alliance Athéna

La Cour des Comptes nous dévoile aujourd’hui un référé sur les sciences humaines et sociales au CNRS. Elle y aborde aussi bien le rôle de l’InSHS (institut des sciences humaines et sociales) créée en 2010, que l’alliance Athéna regroupant des universités et établissement en SHS, ou encore les contentieux récents lors du recrutement de chercheur·es au CNRS.

La ministre Frédérique Vidal a répondu à ce référé le 22 avril 2021 (lettre disponible ici), en mentionnant notamment la récente décision de la direction du CNRS de ne plus afficher publiquement les classements d’admissibilité de recrutement des chercheur·es, provoquant le désarroi et la colère de la communauté, et aboutissant finalement à ce que les sections CNRS affichent elles-mêmes ces classements. Sans surprise, la ministre soutient la décision de la direction du CNRS, y voyant un moyen d’éviter les contentieux, et précise même qu’une modification du décret portant sur les statuts des fonctionnaires des EPST sera apportée dans ce sens.

C’est donc une atteinte à la transparence du recrutement d’agents de la fonction publique qui est ici entérinée par la ministre.

 

Création d’une mailing list consacrée au MEEF histoire-géographie

Les récents évènements montrent à quel point manque un espace de discussion pour les responsables et enseignant·e·s des préparations aux concours de l’enseignement en histoire et géographie. Une mailing list vient donc d’être créée, destinée à constituer un espace de discussion et d’information pour les responsables des préparations aux concours de l’enseignement en histoire et géographie, ainsi que leurs enseignant·e·s. Son périmètre inclut en particulier les parcours histoire-géographie des master MEEF second degré, préparant au CAPES/CAFEP, mais aussi les parcours lettres-histoire-géographie, préparant au CAPLP, ainsi que les préparation aux agrégations externes et internes.

Celles et ceux qui seraient intéressé·e·s peuvent s’inscrire ici : https://groupes.renater.fr/sympa/info/meefhistgeo

Passionate and burn out“. Un webinaire berlinois sur le travail précaire dans l’ESR, 8 avril 2021

Séminaire en ligne – jeudi 8 avril 2021, 14h

Description : Cet exposé traitera de l’état actuel du travail et de l’emploi universitaires. Une attention particulière sera accordée à la tension entre la précarisation néolibérale du travail et la culture traditionnelle du travail universitaire basée sur la passion et la motivation intrinsèque. L’impact de la diminution de la sécurité de l’emploi et de l’augmentation des pratiques d’emploi temporaire sera discuté du point de vue de l’avenir de l’enseignement supérieur et du bien-être des chercheurs en début de carrière. L’objectif principal est d’éclairer comment les facteurs spécifiques au secteur peuvent être propices aux mécanismes d’exploitation néolibérale, en particulier dans les secteurs créatifs/intellectuels. Au final, cet exposé cherche à stimuler une réflexion critique sur les moyens possibles de surmonter l’auto-exploitation volontaire dans les secteurs créatifs.

Aslı Vatansever (PhD Université de Hambourg, 2010) est sociologue du travail et de la stratification sociale et s’intéresse plus particulièrement au travail universitaire précaire. Elle est actuellement Philipp-Schwartz Fellow au Bard College de Berlin et travaille sur un projet intitulé “Varieties of Academic Labor Activism in Europe”. Ses livres incluent : “Ursprünge des Islamismus im Osmanischen Reich. Eine weltsystemanalytische Perspektive” (Hambourg : Dr. Kovač, 2010), “Ne Ders Olsa Veririz. Akademisyenin Vasıfsız İşçiye Dönüşümü” (Prêt à tout enseigner. La transformation de l’universitaire en travailleur non qualifié, Istanbul : İletişim, 2015 – coécrit avec Meral Gezici-Yalçın), et “At the Margins of Academia. Exile, Precariousness, and Subjectivity” (Brill: 2020). (Brill : 2020).

Les missions Égalité-Université des universités répondent à Frédérique Vidal !

Le flot des critiques ne s’arrête plus pour Frédérique Vidal, suite à sa dénonciation d’un prétendu “islamo-gauchisme” dans nos universités. C’est maintenant au tour de la Conférence permanente des chargé·es de mission Égalité-Diversité de l’enseignement supérieur et de la recherche (CPED) de prendre position en rejetant fermement les accusations de la ministre.

Cette instance, qui regroupe 94 universités, grandes écoles ou COMUE, dénonce d’un même geste, les accusations fausses de la ministre et le terrible manque de moyens dont souffre l’enseignement supérieur et la recherche en France, et en particulier en matière de lutte contre les discriminations et le racisme dans les établissements d’enseignement supérieur.

Cette instance s’engage, en réponse à la ministre, à ne plus transmettre les différentes actions de l’ESR en faveur de la lutte contre les discriminations et le racisme. Ceci est une réponse ferme à la “défiance” maintenant clairement installée envers la ministre et à des “positions politiques démagogiques et dénuées de fondements”.

Nous relayons donc leur communiqué complet et les tweets par lesquels ils ont publicisé celui-ci.

 

Pour un environnement professionnel sécurisant et ouvert à la diversité

Le titre de ce billet reprend le sous-titre d’une charte récemment mise en place par l’Institut de recherche en informatique fondamentale (Irif) de l’Université de Paris.

Chacune et chacun d’entre nous doit pouvoir évoluer dans le meilleur environnement de travail possible, que ce soit dans les locaux du laboratoire ou en dehors (missions, colloques, comités…). En s’appuyant sur des valeurs fondatrices, telles que les principes d’égalité, de transparence et de respect mutuel, l’IRIF cherche à assurer un environnement de travail garantissant à toutes et tous l’égalité de traitement et des chances, ouvert à la diversité, sécurisant, respectueux et exempt de discrimination et de harcèlement.

— Préambule de la Charte des membres de l’Irif

Cet institut de recherche vient en effet de mettre au point une charte assez détaillée reprenant un certain nombre de recommandations et prescriptions de nature à favoriser ce « meilleur environnement de travail possible ».

Il s’appuie pour cela le rappel de certains articles de loi (article 6bis de la loi 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, articles 222-33 et 222-22-2 du code pénal concernant le harcèlement sexuel ou moral, articles 225-1 et 225-1-1 du code pénal concernant la discrimination), le réglement intérieur concernant la lutte contre le harcèlement sexiste et sexuel en vigueur à l’Université de Paris, les recommandations (8 juillet 2020) de l’Institut des sciences de l’information et de leurs interactions (INS2I) du CNRS, le code de déontologie scientifique du CNRS, ainsi que sur des chartes extérieures, telle la charte d’Engagement LGBT+ de L’Autre Cercle.

Les trois premières pages du document sont organisées suivant trois grands thèmes :

  • Égalité de traitement et de chances, ouverture à la diversité;
  • Dignité personnelle, respect du travail et des personnes;
  • Protection contre les agissements sexistes et le harcèlement sexuel,

et sont complétées par une vingtaine de situations concrètes accompagnées de recommandations, voire de prescriptions, plutôt précises.

Elles indiquent aussi, à l’attention des victimes, un certain nombre d’interlocuteurs, proches ou non, susceptible de les écouter et de les aider.

Enfin, ce document insiste sur la responsabilité de la direction du laboratoire « qui est là pour porter aide et secours à toute personne de l’Irif, membre ou visiteur. »

Se former pour lutter contre les violences sexistes, sexuelles et LGBTIphobes !

Suite à la vague de témoignages de violences sexuelles dans les IEP, l’association #NousToutes organise un webinaire sur les obligations légales des établissements d’enseignement supérieur en matière de prévention et de protection des victimes de violences sexistes, sexuelles et LGBTIphobes.

C’est ce soir : lundi 15 février, de 20h à 21h30, sur Zoom. 1000 places disponibles. Gratuit.

Pour s’inscrire, cliquez ici.

Inscription ici : https://formdivers.typeform.com/to/urNHcEPp

On compte sur votre participation !

“L’enseignement numérique ou le supplice des Danaïdes”

Extraits de l’article “L’enseignement numérique ou le supplice des Danaïdes Austérité, surveillance, désincarnation et auto-exploitation“. De Sarah Mekdjian, enseignante-chercheuse à l’Université Grenoble Alpes, paru dans lundi matin, le 15 février 2021.

Illustration : Emmanuel Tussore, Study for a soap, 2019 (capture écran – vue de l’installation Study for a soap, WRO Media Art Biennale 2019

Extraits:

Où l’on apprend comment les étudiants en STAPS de Grenoble et Saint-Étienne ont fait les frais de la numérisation-déshumanisation de l’enseignement bien avant l’apparition du coronavirus. Et comment ce dernier pourrait bien avoir été une aubaine dans ce processus de destruction programmé – via notamment la plate-forme FUN (sic).

(…)

Les Danaïdes par John William Waterhouse, 1903. Source: wikipedia

Face à l’absence, la privatisation et l’interdiction de milieu commun, face à l’expression de la souffrance des étudiant·e·s en demande de présence, traduite par une demande sans fin de « contenu » jamais satisfaite, car annulée par un cadre désincarné, je me suis de plus en plus auto-exploitée en me rendant sur les plateformes d’abord tout le jour, puis à des heures où je n’aurais pas dû travailler. Rappelons que les plateformes sont constamment accessibles, 24h/24, 7j/7. Poster toujours plus de « contenu » sur les plateformes, multiplier les heures de cours via les écrans, devoir remplir d’eau un tonneau troué, supplice des Danaïdes. Jusqu’à l’épuisement et la nécessité – politique, médicale aussi – d’arrêter. Alors que je n’utilisais pas les plateformes d’enseignement numérique, déjà très développées avant 2020, et tout en ayant connaissance de la politique très offensive du Ministère en matière de déshumanisation de l’enseignement, je suis devenue, en quelque mois, happée et écrasée par la fréquentation compulsive des plateformes. J’ai interiorisé très rapidement les conditions d’une auto-exploitation, ne sachant comment répondre, autrement que par une surenchère destructrice, à la souffrance généralisée, jusqu’à la décision d’un arrêt nécessaire.

L’enjeu ici n’est pas seulement d’essayer de traverser au moins pire la « crise » mais de lutter contre une politique structurelle de destruction radicale de l’enseignement.

Créer les milieux communs de relations réciproques et indéterminées d’enseignement, depuis des corps présents, et donc des présences et des absences qui peuvent s’élaborer depuis la parole, veut dire aujourd’hui en grande partie braconner : organiser des cours sur les pelouses des campus… L’hiver est encore là, le printemps est toujours déjà en germe.

Pour lire l’article intégral, cliquez ici.

(Dis)continuités pédagogiques. Catherine demande son avis à Mustélucie

#Lafacàdistance

#ResistESR

Les universitaires et le droit du travail. Le congé maternité

  • par Barbara Schapira, maîtresse de conférences en mathématiques, Université de Rennes-1

On voit régulièrement, et pour cause, sur les réseaux sociaux ou dans les médias, de nombreux.ses universitaires se plaindre, à juste titre, de leurs conditions de travail. Bâtiments délabrés, heures supplémentaires en nombre, amphis surchargés et les paquets de copies délirants qui vont avec, misère étudiante, précarité des personnels, recours abusif aux contractuel·les … Tout cela est tristement banal. Sans parler maintenant de l’immense détresse des étudiant·es et universitaires liée à la fermeture partielle ou totale des universités depuis mars 2020, sans le moindre euro supplémentaire pour faire face bien entendu.

Je partage tout à fait ces constats dramatiques.

Mais régulièrement, au milieu de ces réclamations légitimes, on lit des témoignages étonnants, à propos des congés maladie ou maternité. Des collègues obligé·es de corriger 300 copies après un accouchement, de reporter leurs heures d’enseignement au retour de congé maternité, de s’occuper elles-mêmes d’embaucher des enseignant·es pour les remplacer pendant le congé maternité…

Il y a  beaucoup à dire sur les inégalités H/F liées à la maternité et aux tâches domestiques liées à l’éducation des enfants.

Mais les femmes ont, au fil du temps, en France, obtenu des droits. Y compris à l’université. Le congé maternité des enseignantes et enseignantes-chercheuses est régi par la circulaire de 2012.

Une universitaire en congé maternité pour son premier ou deuxième enfant a le droit à 16 semaines de congé (sans mail, sans copie, sans contact obligé avec le travail, et sans surcharge de travail liée à l’embauche d’un.e remplaçante) et à un demi-service d’enseignement.

Une universitaire enceinte n’a pas à se soucier ni de la gestion des ressources humaines de son établissement (embauche d’un·e remplaçant·e), ni du budget de son établissement (budget pour la remplacer). Une universitaire aussi exceptionnelle soit-elle n’est pas irremplaçable. Si un cours ne peut pas avoir lieu une année pour congé
maternité, il aura lieu l’année suivante. Ce n’est pas de la responsabilité individuelle de la femme enceinte de s’assurer du respect des maquettes de formation.

Chères collègues, par respect pour votre bébé né ou à naitre, pour celles qui ont bataillé pour ce texte, et pour celles qui suivront, faites respecter ce droit qui est le votre à un congé maternité digne de ce nom.

Chers collègues, par respect pour vos collègues, vos femmes, vos enfants nés ou à naitre, pour le droit et l’égalité, faites respecter ce droit.

Il y aurait beaucoup plus à dire sur ce sujet.

https://www.flickr.com/photos/37195641@N03/28455951261/in/photolist-KmybVk-7cuymw-4FoUUD-4sT4hK-6T2oFQ-7dF24K-7fWqc4-KwSRxQ-2dnXHE2-e6sBeV-cfCkbG-9KX8KX-Gp1ec6-6EQL55-awTqLt-doriY7-6sqMLs-4FSDct-p4Rkzh-aTbapt-ocUQBr-pph19S-7Yhw8D-3YMfMT-4U5oRg-KZ6bP-csy2kL-H6KXTq-56RN2X-UdpZh5-5Be6g-N3BimD-5tenQB-9JLTxk-5iK3kt-cD9275-bczSZg-8UtxsW-ag3pLP-ijpAq-sMNniL-9HJXtT-7Cnjed-2FzvxZ-METC-8PHG7Y-7TWUBN-77tsdA-EejVUW-6qEC3h

The Baby’s Feet, by lwtt93, 2016

Continuer la lecture

La #cancelculture pour les nuls

Faire taire : tel est l’objectif que se donnent celles et ceux qui pratiqueraient — consciemment ou non — la cancel culture. Depuis quelques mois, on assiste à une recrudescence de commentaires sur l’existence d’une #cancelculture à la française, qui consisterait à déboulonner les statues, à “couper la République en deux” (Emmanuel Macron), ou plus pratiquement, à entraver la tenue de “débats”1 ou à censurer des oeuvres2.

Il est pourtant une #cancelculture bien française, qui se reconnaît difficilement comme telle, et qui se pratique dans l’espace de communication feutrée des universités : le harcèlement sur les listes professionnelles, à l’endroit des jeunes chercheurs et, plus souvent encore, des jeunes chercheuses.

Pour ce billet, nous nous appuyons sur les archives de la liste Theuth, spécialisée en épistémologie et histoire des sciences. Nous ne souhaitons pas particulièrement stigmatiser une liste de diffusion qui a été, par le passé, un beau lieu de débat professionnel et scientifique. Cette liste en effet n’est pas modérée a priori3, ce qui favorise les débats ou les échanges. Elle diffère ainsi grandement des listes où les modérateurices, en autonomie ou soumis·es à un protocole complexe de censure, comme H-France, Histoire eco, la liste de diffusion de l’Association française d’histoire économique4, ou encore geotamtam, qui regroupe des centaines de géographes; ces listes sont modérées a priori ; les lecteurices n’ont pas accès aux épiques échanges invisibles ont lieu avant la publication ou la censure — ni même idée de leur existence, puisqu’aucune justification publique et régulière de l’activité de modération n’est jamais publiée sur lesdites listes. Parmi les sujets les plus censurés sur ces dernières listes citées, on trouve ainsi toutes les considérations touchant aux conditions de travail et d’emploi dans l’enseignement supérieur et la recherche, jugées “non scientifiques”, ou sans rapport avec l’objet de la liste de diffusion, et plus récemment, les informations touchant aux attaques contre les “libertés académiques”. C’est ainsi que, pendant des années, l’emploi dans l’ESR et ses conditions n’ont fait l’objet d’aucune discussion au sein de certaines sociétés savantes, les privant de facto d’un levier sur une évolution dégradant considérablement les conditions d’exercice et la science telle qu’elle se fait. En ce sens, Theuth n’est pas représentative de nombre de listes de diffusion universitaire et reste un espace professionnel bien vivant.

Meme sur Twitter, 10 décembre 2018

La conjonction entre un échange récent sur Theuth, à propos de l’Observatoire du décolonisme, et le fait que plusieurs membres, également membres de Vigilances Universités, y pratiquent de façon régulière le harcèlement sexiste et dominant à l’endroit de jeunes chercheuses et de jeunes chercheurs  — visant in fine à les faire taire — nous conduit aujourd’hui à resaisir le pseudo-débat autour du décolonialisme à l’université au prisme du harcèlement des subalternes de l’ESR5. Ce harcèlement prend plusieurs formes : en général, des interpellations à n’en plus finir sur l’usage “scandaleux” (sic) de l’écriture inclusive ou de la langue anglaise ; moins fréquemment, l’attaque ad hominem et l’injure publique6. Ces comportements, qui s’apparentent à du harcèlement avec ciblage spécifique des femmes et des jeunes chercheurs et chercheuses ne font pas l’objet d’une modération a posteriori effective7.

Le harcèlement professionnel ne laisse pas indemnes les membres d’une communauté scientifique. Plusieurs collègues ont d’ailleurs quitté Theuth, fatiguées des remarques sexistes continuelles. Dans le contexte récent de mise en lumière de l’association Vigilance Universités, à la manœuvre dans l’élaboration et la publication de plusieurs tribunes cette année8, la rédaction d’Academia a découvert avec stupéfaction que ceux-là mêmes qui prônaient le maccarthysme universitaire, pratiquaient quotidiennement le harcèlement sur une liste professionnelle bien familière. Attaques publiques et dévalorisation publiques apparaissent, sous ce nouveau jour, comme les deux mamelles de la domination professionnelle de ceux qui sont habituellement prompts à se poser comme victimes de la supposée #cancelculture des militant·es gauchistes9. Ce faisant, et sans modération de la part de leurs collègues titulaires, ce sont bien les “dominé·es” de l’ESR, les non-titulaires, les femmes et les personnes racisées, qui se trouvent privées d’un espace de travail serein. Il est ainsi plus simple de cancel celles et ceux à qui ces personnes malveillantes dénient toute légitimité ou qui, en raison d’une politique plus que malthusienne de l’emploi universitaire, ont intérêt à se taire, à oublier même certains sujets ou certaines pratiques de la recherche, s’iels veulent être un jour recruté·es.

Nous choisissons de reproduire trois réponses de la liste, sélectionnées au sein de son archive publique, avec l’accord de leurs autrices et de leur auteur, afin de donner à d’autres les moyens de se défendre contre la mâle #cancelculture à la française.

  1. Observatoire du décolonialisme, Vigilance universités et domination (janvier 2021)
  2. “Les convulsions qui indiquent la fin prochaine”: point médian, écriture inclusive et réactions d’arrière-garde (novembre 2020)
  3. Au revoir TheuthienNEs : quitter la liste pour en refuser le sexisme (décembre 2018)

#ResistESR

Continuer la lecture

  1. Entendre “soliloques” le plus souvent, à l’instar de la conférence annulée à l’Université de Bordeaux-Montaigne en octobre 2019. []
  2. En ce qui concerne la pièce des Suppliantes d’Eschyle, empêchée de se tenir à la Sorbone le 25 mars 2019 : les manifestations anti-racistes avaient été motivées par la fuite de photos faisant état de l’usage du blackface lors des répétitions. Ce n’est qu’après cette représentation avortée que le metteur en scène, Philippe Brunet, a choisi d’utiliser des masques, respectant ainsi par ailleurs la tradition antique. []
  3. Il en existe d’autres, parmi lesquels la liste de diffusion de l’Association nationale des candidat·es aux métiers de la science politique (ANCMSP). []
  4. Nous avons pu avoir comme justification à la non-publication d’un message touchant les conditions de travail universitaire, envoyé sur cette liste, que ledit message était passé sur celle de l’Association française de l’histoire des mondes du travail (AFHMT), liste proche par ses objets, non modérée a priori et qu’il n’était pas donc pas besoin de le publier sur Histoire eco ! []
  5. Nous invitons celles et ceux qui n’ont jamais eu vent de cette liste d’entrer Theuth dans le moteur de recherche de Twitter et d’y lire les commentateurs humoristiques ou désabusés des jeunes ou moins jeunes collègues. []
  6. Exemple rapporté par Alexandre Moatti le 5 décembre 2018 : “Du rififi sur la liste d’histoire des sciences Theuth. Un collègue défend le PIR et Bouteldja en traitant un autre collègue d’âne bâté, et en donnant en fin de courriel les définitions d”âne’ et de ‘bât’. Ambiance. #VivreEnsemble“. []
  7. Pour être précis, elle existe, mais elle est vraiment très peu utilisée, et la justification frise quelquefois le ridicule. Nous n’avons souvenir que d’une exclusion, celle d’un certain Lounès qui avait injurié un autre membre de la liste. []
  8. Ayant soutenu le Manifeste raciste dit “des 100”, devenu “des 90”, prônant la mise en place d’une police politique supervisant le contenu de la recherche en sciences sociales. []
  9. Pour une posture identifique, voir “La gauche cannibale, un syndrome universitaire” de Rick Fantasia, Le Monde diplomatique, août 2019, p.6-7. []