Enseignement à distance, enseignement de la distance. Retour d’expérience sur un cours de L3 Lettres en confinement

  • par Aurélie Huz et Irène Langlet, Université Gustave Eiffel

Contexte

Licence 3 de Lettres, UE61 de Littérature française des XXe-XXIe siècles: une quarantaine d’étudiant·es suivent cet enseignement obligatoire de 18h CM et 18h TD (9 séances de 2h sur le semestre 6 de licence).

Le thème du cours est « Littérature et travail », avec 3 œuvres au programme de lecture obligatoire (Yves Pagès, Petites natures mortes au travail, Verticales, 2000 ; Florence Aubenas, Le Quai de Ouistreham, Editions de l’Olivier, 2010 ; Nicolas Mathieu, Aux animaux la guerre, Actes-Sud, 2014) assorties d’un recueil de 22 extraits allant de Mme de La Fayette à Aurélie Filipetti. Les objectifs du cours sont :

    • consolider les connaissances en histoire littéraire française contemporaine,
    • analyser l’écriture du travail dans 3 genres différents (fiction romanesque, grand reportage, recueil de textes brefs entre fiction et choses vues),
    • reconnaître les grandes phases du rapport de la littérature au travail depuis la révolution industrielle,
    • développer une réflexion sur la place de la littérature dans le monde du travail immédiatement contemporain.

L’évaluation annoncée en début de cours comportait 3 notes de contrôle continu (1 test de lecture, 1 exposé oral de commentaire de texte, 1 devoir maison de création) et 1 note d’examen terminal (devoir sur table de réflexion critique).

Le confinement a été imposé alors que 4 séances CM / TD avaient déjà eu lieu, ainsi que le test de lecture et une partie des exposés oraux. Pour les 5 suivantes, nous avons coordonné nos efforts numériques en exploitant les outils de Moodle sur la plate-forme « E-Learning » de l’u. Gustave Eiffel. Les étudiant·es la connaissaient déjà parce que nous y déposons systématiquement tous les supports de cours (biblios, diaporamas, extraits de textes). Elle sert aussi au dépôt des devoirs maison et à l’échange d’informations et questions par le forum du cours. Cela nous a donc paru le plus simple, dans un enseignement qui consiste surtout à accompagner la lecture individuelle des œuvres et des ouvrages critiques, favoriser le dialogue lors des commentaires, et développer le recul critique personnel par des connaissances factuelles, des écrits et des lectures autonomes.

Dans ce retour d’expérience nous décrivons ce qui a été plutôt simple à adapter, mais aussi des nécessités d’apprentissage que nous n’avions pas prévues et qui devront être intégrées à la progression si le cours doit être tenu à distance l’an prochain. Nous n’avons pas eu le temps de lire des articles de didactique et de théorie critique sur l’EAD (par exemple sur les temps de concentration des étudiantes), c’est donc un retour complètement personnel après une expérience imposée et menée dans l’urgence – plutôt remote teaching que distance learning, pour reprendre des termes qui ont circulé pendant le confinement. Nous serons heureuses si des personnes plus instruites nous indiquent une littérature secondaire utile.

Mise en ligne de fichiers texte, PDF, diaporamas, audio, HTML

En CM, Irène a opté d’abord pour le couple PDF + enregistrement audio du cours (en 2 ou 3 fichiers, pour une durée globale de 1h30 à 2h), déposés en ligne quelques heures avant la date et l’horaire du CM en présentiel. L’écoute s’appuyait ainsi sur le défilement des pages, et vice-versa. Cela reproduisait à peu près la formule du CM en présence. Par exemple, dans le CM consacré à « la figure du délégué syndical », les étudiant·es étaient invité·es à avoir sous les yeux cette page du PDF (correspondant à une diapo du diaporama prévu) :

pendant que le fichier audio leur racontait l’histoire jalonnée par ces dates, et détaillait les subtilités du financement des CSE, permettant de prendre du recul sur l’intrigue du roman de Nicolas Mathieu (dans lequel le délégué détourne des chèques vacances pour payer ses dettes personnelles). Quand les fichiers audio sont trop lourds pour être directement intégrés comme médias dans Moodle, l’u. Gustave Eiffel met à disposition une plate-forme de dépôt de vidéos et audios appelée « Podcast » vers laquelle Moodle peut renvoyer. Cette plate-forme est aussi utilisée comme une WebTV pour diffuser les captations de conférences et séminaires.

Le CM se présente donc ainsi sur Moodle :

Les étudiant·es ont dit que la formule était pas mal mais que la concentration demandée était trop ardue, et qu’ils ou elles écoutaient chaque séance d’env. 45 mn en plusieurs fois. Dans le cas où le fichier était trop lourd et était déposé sur Podcast, la combinaison de plusieurs fenêtres : PDF + Moodle / WebTV rendait le suivi du CM trop difficile sur un téléphone mobile ou une tablette. Certain·es étudiant·es ont imprimé le PDF.

Irène a donc tenté autre chose, via les activités sous forme de fichiers HTML de Moodle, notamment l’activité « Livre ». Elle permet d’organiser une série de pages HTML liées, avec un menu latéral se présentant comme une table des matières. De plus chaque page peut accueillir des « annotations » audio ou vidéo, limitées à 2 minutes, et qui viennent s’intégrer dans la page. Ça donne ça :

Cela a semblé plus efficace car l’attention des étudiant·es est davantage maintenue avec une série de courts enregistrements audios directement situés dans le défilement du cours, qu’avec un long fichier audio qui renvoie oralement aux pages du PDF. C’est du web et HTML, donc c’est plus adapté à la consultation à l’écran, notamment petits écrans de téléphone. Par contre cela prend beaucoup plus de temps à construire et à « granulariser » correctement.

Rumination : si les CM doivent être à distance, la maîtrise du protocole distant devra être intégrée à la progression de cours, en vertu du principe que tout s’apprend, y compris à rester concentré et actif pendant 45mn d’écoute d’un audio en tournant les 30 ou 40 pages d’un PDF. Il faut partir des compétences ordinaires : temps d’attention très court, et l’augmenter petit à petit. Cela nécessite une granularisation très poussée du cours pendant les premières séances, puis d’augmenter petit à petit la durée des audio, des extraits. Cela demande sans doute aussi une explicitation de la méthode et peut-être une évaluation formative, pour valoriser l’effort des étudiant·es dans les longues séquences (mais avec quel exercice ?).
https://www.flickr.com/photos/kylemcdonald/36996046880/in/photolist-YndpPf-9jdCUM-7nx8Yn-qSB3s4-qQtpmm-5KrSBC-qx9Geb-9CP9V5-bzecGv-5nYjZM-91Wws2-4Pj6PU-qJtzr1-2hhB9JB-5SG3Hu-6p5wbd-9jBkRL-7NnVAC-FsGuDD-9CNPK9-yw6CgG-6jeBBd-qTDjTK-2fZqg7P-2fV1YsC-em6HPe-2hPvT9C-nozaEj-FLq3gH-pUxdYA-cJHGxJ-ekskRG-5kgWAU-6Knjkt-TCCpZP-85DWNr-6awcWX-2Fbzt7-Gkmu9x-5SnMzB-2F7exv-85DWRT-3Afu96-e84RTv-7NnVBQ-KFGZmm-e7RawT-obADPA-as5fC-cpuKAy

Deep learning machine, by Kyle McDonald, 2017

Continuer la lecture

Lettre ouverte aux parlementaires à la veille de l’examen du projet de loi « portant diverses dispositions urgentes pour faire face aux conséquences de l’épidémie de covid‑19 »

Un projet de loi « portant diverses dispositions urgentes pour faire face aux conséquences  de l’épidémie de covid‑19” sera présenté à l’Assemblée nationale demain, jeudi 14 mai. Ce projet est la première traduction législative des annonces de F. Vidal concernant la prolongation des contrats doctoraux et CDD dans l’ESR. L’article 1°g “autorise” les opérateurs à prolonger les contrats (prolongations qui ne seront pas comptés dans les 6 ans max de CDD dans la fonction publique).

La formulation actuelle du projet est insatisfaisante sur plusieurs points. Elle ouvre la porte au choix arbitraire des projets “directement affectés” qui seuls seront prolongés. Elle restreint la durée des prolongations autorisées à la durée de l’urgence sanitaire, alors que dans certaines disciplines les projets seront affectés sur une durée beaucoup plus longue. Enfin, s’il est normal que ce projet de Loi ne contienne pas de mesures budgétaires, une simple « autorisation” de prolongation donnée à des établissements déjà financièrement exsangues ne fera que susciter de faux espoirs.  Elle doit être accompagnée à des annonces budgétaires précisément chiffrées de la part du gouvernement.

Afin de peser dans le débat parlementaire et d’encourager les parlementaires à demander au gouvernement un engagement budgéataires permettant de financer les prolongations, 30 sociétés savantes ont écrit hier une nouvelle lettre ouverte à une sélection de parlementaires. Ce document inclut en annexe une estimation des coût de ces prolongations et une proposition d’étalement sur 3 ans de leur financement.

Lettre en intégralité : document .pdf

Le deltaplane de l’évalutation

https://www.flickr.com/photos/jamiecat/5759226335/in/photolist-prVnHq-prVsd7-pcsqgH-pct9yg-prVxCq-pctacw-6i8Dt2-pctmnM-ptXoKP-51ZjyW-pDKga-4NXW7-4NXVz-4NXX9-4NXWv-4NXWQ-4NXMf-4NXVR-dYhqKK-ykGo8-7LKFRP-ptVx8w-ptVBR9-prVcGJ-6vMyx-ptFnXz-ptESkP-hFsCrt-hFtoDV-hFsMWS-ykGnM-hFsLvy-gtSfxk-5j7eFp-4PeskA-4Peu4o-7LPCFu-9XnNhw-9XpGHD-pcsVqq-6xxLxA-3oXYeJ-9LVxkM-97qXX3-5drhDy-VyXS9A-WfNEzs-WfNKKs-WfNJcY-WA4X7y

Delta raid on the raiders nest, The Wastelands, by Jamiecat *, 2011

Télétravail, travail à distance dans l’ESR : l’entourloupe

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #26
← Article précédent

Depuis le confinement, en pratique, les agents de l’enseignement supérieur et de la recherche font du télétravail, mais les administrations préfèrent dire que l’on fait du travail à distance, pour une bête raison juridique. Le télétravail dans la fonction publique est normalement une pratique encadrée – par le décret du 11 février 2016, dont l’une des premières conditions réglementaires est le volontariat. Il n’existe pas de télétravail imposé dans la fonction publique.

Le télétravail qui s’est accompli de facto1ces dernières semaines n’avait, de ce point de vue, pas de base juridique formellement identifiable. Nous en avions déjà parlé au moment de la discussion de la continuité académique sur Academia. Pour la fonction publique, il n’existe pas l’équivalent de l’article L. 1222-11 du code du travail :

« En cas de circonstances exceptionnelles, notamment de menace d’épidémie, ou en cas de force majeure, la mise en œuvre du télétravail peut être considérée comme un aménagement du poste de travail rendu nécessaire pour permettre la continuité de l’activité de l’entreprise et garantir la protection des salariés ».

Ce qui ne signifie pas, pour autant, que cette mise au télétravail sans base légale ou réglementaire était illégale : il ne fait aucun doute qu’en cas de contentieux, le juge administratif soutiendra qu’en période d’épidémie, la mise en œuvre du télétravail doit être considérée comme un aménagement du poste de travail rendu nécessaire pour permettre la continuité du service public et garantir la protection des agents.

https://www.flickr.com/photos/funcrush/8475207793/in/photolist-dUVE1i-b7oSsV-Rbxu47-azAhw6-7bpPLN-cbSjr5-9vVR4-y2u6X-e9ryr5-a7JBCg-2eQDFb-3D7gB-jQnMq-81fJ57-9y5NBN-21Gthu-4dGLq-24PM3i-5evgZn-9tzbC-vdUhf-bKNVT-9zzgC5-diMXvJ-eNS4h-56JUci-7bm2jc-7ArD3P-aQCVjg-tHa93-5BBR6D-Aob8Q-6Q7knn-63VDU-eXTkxr-fQbf94-8a7rVa-82KLY-p8NCPL-GzcWLg-5X4Wum-2Pj3j-5hE6wf-Mea44j-7jkHLx-5X4XPm-5nud7N-2GqHBK-6UKHSt-8qRpVA

by Kim MyoungSung, 2013

Continuer la lecture

  1. Sur ce sujet, Academia avait discuté du mirage de la continuité pédagogique dans un billet : La loi organique d’urgence, le Conseil constitutionnel et la continuité pédagogique. []

Motion du laboratoire Jean Perrin concernant la prolongation des contrats doctoraux, CDD, postdoc

Postes indignes à Metz

Deux postes sont publiés à l’Université de Lorraine (Metz) : Droit privé et histoire du droit, 100% / 384h, rémunération non précisée).
Commentaire de juriste : « Le fonds du puits a été atteint par l’Université de Lorraine. Un poste pour un docteur historien du droit : – service de 384 heures – sur deux sites distants de 80 km – de septembre à août. Fermez l’université si vous n’avez plus d’argent. Pathétique.
Parce que là, ce n’est plus de l’enseignement supérieur, c’est de l’abattage.»

Enquêtes participatives. Cartographies des conditions d’emploi des vacataires par établissement

La situation des vacataires doit tou·te·s nous alarmer et nous amener à nous mobiliser. Il s’agit d’un statut indigne dont les établissements abusent largement. De plus, les injonctions à la « continuité pédagogique » et la communication hasardeuse du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation sur leur rémunération, depuis la fermeture des universités et le confinement, ont pu fragiliser la situation déjà précaire de nombreux·ses vacataires.
Le bureau de l’Association nationale des candidat·es aux métiers de la science politique (ANCMSP) souhaite travailler à une cartographie des conditions d’emploi des vacataires par établissement, notamment pour faire pression sur les établissements où la situation est inacceptable (ceci avant et/ou pendant l’épidémie actuelle). Il invite ainsi l’ensemble des persones ayant réalisé des vacations ce semestre ou cette année universitaire, et qui souhaiteraient l’aider à faire ce travail, à répondre au questionnaire au lien suivant  et à le diffusion largement. 
Par ailleurs, Academia a lancé il y a quelque temps une enquête visant à mesurer la part des heures complémentaires dans le temps de travail réalisé, à partir des bilans sociaux des Universités. N’hésitez pas nous aider dans cet effort, et a minima, trouver les bilans sociaux de votre universités et nous les envoyer.

« La recherche ne s’est par arrêtée. Elle s’est même intensifiée ».Lettre du délégué régional Rhône-Alpes aux agents

Academia a reçu ce message qu’elle juge bon de publier, à côté de ceux touchant à la continuité pédagogique et les considérations sur l’aggravation des discriminations genrées, ne doutant pas que cette vision soit partagée parmi les cadres du CNRS. .


De : DR07 Delegue
Envoyé le :lundi 27 avril 2020 12:09
À : agentdr7cnrs@dr7.cnrs.fr; dirlabo@dr7.cnrs.fr
Objet :[Agentdr7cnrs] Message aux agents CNRS et directeurs d’unités en Rhône Auvergne

Chers et chères collègues,
Membres des services de la délégation régionale et des unités CNRS en Rhône Auvergne,

Je me permets ce nouveau point hebdomadaire pour vous livrer quelques nouvelles régionales. Le CNRS en Rhône Auvergne va inscrire son plan de reprise d’activité (PRA) dans le cadre des orientations fixées par Antoine Petit lors son dernier message. Il nous faut faire avec une situation très évolutive, qui comporte son lot d’incertitudes. Mais dès à présent, et de manière collégiale, nous agissons sur plusieurs plans. Sur Clermont, comme sur Lyon Saint-Etienne, la nécessaire consultation des directions d’unités sur leur PRA s’engage avec leur institut scientifique de rattachement, en coordination avec les autres tutelles de laboratoire, et en premier lieu avec les tutelles d’hébergement. Cette stratégie nous permet d’une part de nous adapter aux  spécificités des unités, tout en identifiant et en réagissant aux besoins qui peuvent être pris en charge à un niveau fédératif, régional ou national. C’est le cas notamment de la question des masques, avec une pleine intégration du CNRS dans le dispositif interministériel qui se construit sur le sujet. Plus globalement, les autres produits sanitaires, la distance sociale, les modalités de restauration ou encore d’horaires décalées sont autant de sujets où adaptation à l’échelle laboratoire devra se combiner avec apports locaux ou nationaux.

Une tendance se dessine cependant dès à présent : la plus en plus probable prolongation du télétravail pour les activités pouvant être effectuées de cette manière. Nous découvrons avec cette crise de nouvelles façons de vivre nos professions. Au regard de l’activité foisonnante constatée ce dernier mois, ces pratiques sont en train de montrer tout leur potentiel et les points de vigilance à prendre en compte. Le bilan s’avère très instructif : la recherche ne s’est par arrêtée. Elle a même été intensifiée dans de nombreux domaines. Cette expérience a notamment guidé les choix du CNRS dans les décisions à prendre au niveau RH : nul besoin d’imposer des congés aux agents CNRS télétravailleurs, qui doivent rester libres d’adapter leurs jours d’activités à leur plan de charge et à leur besoins personnels. « Comme avant », en somme.

Quant au « jour d’après », il fait l’objet de nombreuses recherches . Nos services ont identifié plus de 70 initiatives sur la circonscription : travaux et sujets d’expertises visant à comprendre, analyser et fournir des réponses aux défis actuels. Et nous savons que ce référencement est loin d’être exhaustif. Parmi toutes ces démarches : les 9 projets lauréats en Rhône Auvergne de l’appel à projet flash de l’ANR sur le Covid-19. Soyez certains de ma plus grande considération pour ces nombreuses contributions. Travailler pour le CNRS et la communauté scientifique de notre région n’a jamais été source d’autant de fierté.

Prenez soin de vous.

Bien sincèrement.

Frédéric Faure
Délégué régional

CNRS Rhône Auvergne

2 avenue Albert Einstein – BP61335 – 69609 Villeurbanne cedex


https://www.flickr.com/photos/127028900@N05/26299081390/in/photolist-DdmkSB-wfK6Vm-Q7ab4U-G4XEDL-HHxJer-LJTdbo-HPdzu1-ygReCk-RF6YMC-P8aRpF-Dpscqf-BRd43G-CpDgjJ-wdthcg-HWLCj6-HWEqR1-B4tQaj-t523Kb-PQnvUX-PN7KXt-A2xu4U-zdgNoA-Evs724-LYnitF-NyWPbv-wKsyr5-rp9TEA-LMfSZP-q5hj2D-NAbboi-PHYmXn-yCfQt2-Nd3Edm-rUgPhz-NxRFYR-FgWA4q-Paekks-eJF1AA-A49m5D-of4qa4-PKQqgC-FeSsxf-znB61k-MtgcaJ-zi59xw-FyrkAj-Da98ip-sHizBd-jCmPPG-rRiWWL/

Lyon, de Ph. Nauher 2016

« Je sais pouvoir compter sur vous ». Lettre de la Ministre aux présidents et directeurs d’établissements et aux recteurs de régions académiques

Survival of the fittest (SW Ontario), by ardenstreet, 2008
Lately, I’ve discovered some pretty amazing and beautiful things out there, giving me inspiration in the sometimes the most uninspiring places… luckily for me, that includes home.

 

 

 

 

 

Ne pas neutraliser les semestres, mais bien s’occuper des concours : voilà comment résumer cette circulaire.

Continuer la lecture

État de l’emploi dans l’UFR de Sciences économiques, sociales et de gestion à Reims

Dans la continuité d’initiatives menées au sein d’autres universités, visant à faire un état des lieux de la précarité chez les personnels enseignants, voici pour information une photographie de l’emploi au sein l’UFR de Sciences économiques, sociales et de gestion de l’Université de Reims. Ces données, que Vanessa Pinto a achevé de recueillir juste avant le début du confinement, sont très instructives sur la proportion d’heures réalisées par des enseignant·es non titulaires et sur la part des heures complémentaires : elles montrent de façon criante les besoins énormes en postes d’enseignant·es-chercheur·ses titulaires à l’échelle d’une UFR.

Fariba Adelkhah et Kylie Moore-Gilbert toujours emprisonnées

©Stéphanie Samper

La veille de Noël, l’Australienne-Britannique Kylie Moore-Gilbert et la Franco-iranienne Fariba Adlelkhah, ont commencé une grève de la faim et de la soif  pour dénoncer leur maintien en prison. Depuis, nous avons appris que l’époux de Fariba, Robert Marchal, avait été libéré.

Kylie Moore-Gilbert, qui semble plus isolée de Fariba, est emprisonnée depuis octobre 2018. Elle avait pris un avion de Melbourne le 24 août 2018 pour la ville de Qom afin de participer à un programme scientifique sur l’islam à destination des universitaires étranger·es. Elle est arrêtée en août 2018 et condamnée à 10 ans d’emprionnement depuis septembre 2019. Elle a laissé entendre en janvier 2020 que son emprisonnement s’expliquait par son refus de travailler comme espionne pour l’Iran.

Je ne suis pas une espionne, a-t-elle écrit aux autorités de la prison.Je n’ai jamais été une espionne et je n’ai aucun intérêt pour travailler pour aucune organisation d’espionnage pour quelque pays que ce soit. Quand je quitterai l’Iran, je peux être une femme libre et vivre une vie libre, sans me sentir à la merci d’extorsions ou de menaces.

En janvier 2020, Kylie Moore-Gilbert était privée de tout contact avec sa famille et connaissait des conditions de détention insupportables, aux dires des universitaires et des avocats qui la connaissent.

The Guardian, 21 janvier 2020

Dans sa correspondance que The Guardian avait lu en janvier, Kylie Moore-Gilbert écrivait :

“Je suis une femme innocent […] Je pense me trouver au coeur d’un sérieux problème psychologique. Je ne peux plus supporter les pressions de la vie  dans ce quartier aux conditions de détention extrêmement restrictives. Ma situation est rendue encore plus dure en raison de l’interdiction d’avoir des appels téléphoniques avec ma famille. Je m’inquiète beaucoup de leurs réactions à mon verdict mais je ne peux pas leur parler. C’est vraiment inhumain.

Je me trouve dans une solitude totale en Iran. Je n’ai pas d’amis ou de famille et, en plus des souffrances que j’ai endurées ici, je me sens comme si j’avais été abandonnée et oubliée, après avoir fait tant de demandes auprès de mon ambassade, je n’ai toujours pas d’argent pour supporter toute cette situation. (Trad. Christelle Rabier)

Les associations n’ont cessé de dénoncer l’isolement politique dans lequel Kylie Moore-Gilbert s’est trouvée depuis son incarcération, jugeant en janvier que « Rester silencieux, ou traiter la situation avec précaution donne un feu vert pour que l’establishment (justice et police secrète) continue à piétiner les droits humaines sans avoir de comptes à rendre » (Hadi Ghaemi, directeur exécutif du Center for Human Rights in Iran basé à New York).

Kylie Moore-Gilbert n’a pas fait partie des prisonniers libérés par l’Iran en raison de l’épidémie de covid-19, pas davantage de Fariba Adelkhah. Le 30 mars, le comité de soutien de Fariba a écrit à une Lettre à Mme la Ministre Frédérique Vidal à propos de la détention de Fariba Adelkhah.

#FreeFariba

#FreeKylieMooreGilbert

Signez la pétition pour la libération de Kylie Moore-Gilbert

Continuer la lecture

Covid-19 et examens en ligne. Lettre ouverte des personnels de Paris-Nanterre

Appel à signatures (France entière) : accès au site

« Nous refusons »

Lettre ouverte des personnels de l’université Paris-Nanterre concernant la crise sanitaire du Covid-19 et la question des examens, 3 mars 2020
Les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’université Paris-Nanterre ont pris connaissance de consignes de la présidence de notre université visant à organiser des examens en ligne en période de strict confinement de la population.
Nous considérons que ces consignes sont irresponsables et inacceptables car elles :

  • violent le principe d’égalité entre les candidat.e.s (dans cette période de confinement, les inégalités sociales et la fracture numérique empêchent de garantir l’égalité de nos étudiant.e.s face aux examens).
  • font prendre des risques sanitaires dangereux (les étudiant.e.s qui n’ont pas accès à un ordinateur, ou à une bonne connexion internet, se sentiront dans l’obligation d’en trouver ailleurs, ce qui favorisera les déplacements en plein pic épidémique).
  • auront tendance à aggraver les situations de stress, déjà difficilement supportables pour nombre de nos étudiant.e.s et leurs familles, alors que l’Île-de-France figure parmi les zones les plus touchées par l’épidémie de Covid-19.

Ces injonctions risquent, de plus, de ne pas pouvoir être mises en œuvre par des enseignant.e.s-chercheur.e.s et des personnels administratifs eux-mêmes durement affecté.e.s par le confinement et la situation sanitaire et qui seront peut-être dans l’incapacité personnelle et/ou matérielle de prendre en charge l’organisation d’évaluations, à un moment où la protection de soi et des autres, voire la survie, sera notre priorité à toutes et tous.

Enfin, il nous semble incompréhensible de maintenir ces examens à un moment où toutes les activités nationales et internationales sont suspendues. La pandémie qui nous frappe, ainsi que les mesures qui ont été prises, constituent des cas de force majeure. Nous pensons qu’il y a une certaine indécence à vouloir maintenir quoi qu’il en coûte socialement, sanitairement et humainement parlant, la continuité du service et des évaluations dans une période aussi éprouvante pour tout le monde.

Pour toutes ces raisons, organiser des examens en ligne durant la période du confinement nous apparaît comme inacceptable. Dans le contexte dramatique que nous vivons, en particulier en Île-de-France, la durée du confinement est incertaine. L’impossibilité de prévoir la date du déconfinement, ni même ses modalités pratiques (des mesures de précaution strictes seront sans doute maintenues plusieurs mois après l’annonce du déconfinement de la population), empêche d’envisager sereinement le report des épreuves. Dans cette situation aussi exceptionnelle que dramatique, nous demandons la dispense pour les examens qui n’ont pas pu se tenir avant le confinement de la population. Nous refuserons d’organiser des examens en ligne et de participer ainsi à l’explosion des inégalités dans le contexte de pandémie.

La priorité aujourd’hui et pour les semaines à venir devrait être de prendre soin de soi et des autres, en particulier des plus vulnérables. Loin de l’obsession évaluative, la mission de l’Université doit rester de construire des éléments de compréhension de la crise actuelle, et ainsi de maintenir le lien entre enseignant.e.s, étudiant.e.s et personnels.

 

Recrutements des enseignant·es-chercheur·es 2020 : Communiqué commun d’associations et de président·es de comités de sélection

Contre les recrutements intégralement par visio-conférence
Pour un report de plusieurs semaines du calendrier en vigueur

Mise à jour  mardi 14 avril 2020 – Communiqué 14/04/2020 (version .pdf)

En dépit de la crise sanitaire mondiale, la campagne de recrutement des enseignant·es-chercheur·es continue actuellement de se dérouler. La baisse dramatique du nombre de postes de titulaires ouverts aux concours depuis quinze ans rend l’enjeu de ces recrutements d’autant plus important. Leur faible nombre, au regard des besoins des universités et du volume de candidates et de candidats, confère une encore plus grande responsabilité aux membres des comités de sélection. Dans ces conditions, en tant que président·es de comités de sélection en science politique et en sociologie, et en tant qu’associations représentatives de différentes disciplines des sciences sociales, nous souhaitons collectivement défendre plusieurs principes essentiels au bon déroulement de cette campagne.

Les circonstances exceptionnelles ne sauraient justifier que le processus de recrutement contrevienne au principe d’égalité entre les candidat·es, ou conduisent à renoncer à des conditions rigoureuses d’évaluation, de délibération et de vote entre les membres des comités de sélection. C’est pourquoi nous refusons la dématérialisation intégrale du processus de recrutement via des dispositifs de visioconférence, et nous demandons un report de plusieurs semaines supplémentaires du calendrier en vigueur de la campagne synchronisée 2020.

Il est pour nous inconcevable que la totalité du processus de recrutement soit dématérialisée. Il ne saurait être question que la douzaine de membres d’un jury (en moyenne) se retrouvent contraint·es d’échanger par ordinateurs interposés. Nous refusons encore davantage que la totalité des candidates et des candidats soient auditionné·es à distance, derrière un écran, dans des conditions techniques, matérielles et sanitaires extrêmement variables et sujettes à caution. Ce dispositif inacceptable créera d’innombrables inégalités et fera peser sur toutes et tous de nombreuses contraintes qui s’ajouteront à un contexte moral fortement dégradé par le nombre de malades et de décès.

Dès lors, nous demandons un report du calendrier de recrutement de plusieurs semaines supplémentaires. En dépit des inévitables incertitudes liées à l’évolution de la situation sanitaire, permettre aux auditions de se tenir jusqu’à la mi-juillet au maximum semblerait offrir une marge raisonnable, sans remettre en cause la temporalité des affectations à la rentrée. Dans de telles conditions, nous encourageons le regroupement des auditions d’une même discipline autour d’un même lieu durant une même semaine, afin de faciliter leur déroulement. Dans ce contexte perturbé, nous appelons enfin les universités à faire preuve de souplesse afin de faciliter par tous les moyens possibles la prise de poste des nouveaux et des nouvelles recruté·es en septembre, que ce soit sur le plan administratif ou pédagogique.

Liste des signataires ci-dessous

Signataires :

  • 16 associations représentatives de différentes disciplines du monde académique
  • 65 président·es de comité de sélection issus de 16 sections CNU différentes

 Liste intégrale des signataires ci-après

Continuer la lecture

Royaume-Uni, Allemagne : les précaires comme variable d’ajustement en temps de crise

La crise sanitaire en cours en Europe met dans une lumière encore plus crue que les mois passée la situation fragile des hommes et des femmes chargé·es de cours dans les universités européennes, Lumpenproletariat dont la crise supprime les ressources.

Royaume-Uni. La grève des personnels universitaires britanniques contre la précarisation généralisée des personnels a été largement parallèle au mouvement social des universités et labos en lutte. Plus de 50 % des salariés des universités britanniques occuperaient des emplois précaires selon le syndicat UCU. Déjà fin janvier, l’équivalent anglais des Langues O, la SOAS, avait licencié l’ensemble de ses salariés précaires en mettant en avant sa situation financière jugée intenable. L’épidémie de Covid-19, qui a des conséquences budgétaires majeures pour des universités qui vivent très largement de frais d’inscription et notamment des frais payés par les étudiants étrangers, frappe donc les précaires des universités britanniques avec une violence toute particulière. Le Guardian signalait, jeudi 2 avril, que les universités du Sussex, de Bristol et de Newcastle avaient commencé à licencier leurs salariés précaires par dizaines pour ajuster leur masse salariale aux recettes en chute, en attendant de ne pas renouveler les CDD arrivant à échéance dans les semaines à venir, malgré les protestations des syndicats et des étudiants.

https://www.ucu.org.uk/he-action-resources

Extrait de la Our Four Fights campaign de UCU, 2020

En Allemagne, où le Mittelbau (le corps enseignant universitaire hors-statut de professeur) ne bénéficie d’aucun statut de référence comparable à celui de maître de conférences et doit survivre de post-doctorat en chaire junior et de vacation en poste d’assistant auprès d’un mandarin, de nombreux cours seront annulés lors du « semestre d’été » qui devait démarrer vers le 20 avril et qui se déroulera essentiellement en ligne. Certaines président·es, mais aussi des syndicalistes et le réseau des précaires NGA, envisagent publiquement l’hypothèse d’un « non-semestre » (Nichtsemester), sans enseignements ou presque. Il n’y a pas d’année universitaire en Allemagne et la notion même de durée de référence d’un cursus y est d’introduction assez récente, ce qui rend cette hypothèse viable sous réserve d’un accompagnement financier des étudiants, des salariés des universités et des établissements eux-mêmes. Si les président·es cherchent à éviter le Nichtsemester, les précaires du NGA ont publiquement pris position pour cette option, en demandant qu’elle soit adossée à un accompagnement institutionnel et notamment à une prolongation de l’ensemble des contrats en cours.

https://www.flickr.com/photos/jrej/21632775039/in/photolist-yXBCkZ-8wJM6S-oXTBQr-4jNobf-6rZMhi-9jiwWs-2hFxDDX-5bPRp-2d5dQQQ-9hMYaK-avoQNb-34Hys7-fH768N-5F1hRj-HeSxTp-8gi5pW-avnjek-rNuWB-2i4FByG-6d9Cx9-5EVHvD-avoUbL-duDBff-TrejkB-avmcMv-23oJW48-avmdSi-hQZ1oZ-fr9r1J-8hfyCe-8hiPL9-avmfAH-dhfuXJ-4YwLML-cdSAZQ-5Gg62c-avoQyN-6pn8EL-aj7bff-bKEGWi-Uhgy8w-22yGqRG-4wFXtN-6d5txk-2hKddPQ-avoTtE-3aDiDz-2bhXTrn-6d5sQX-4M4R52

« Unser Leben », Walter Womacka (1964) – Haus des Lehrers, Berlin (Photo: GrégoireC, 2015)

Même si les sommes en jeu peuvent paraître considérable, il faut noter que l’État allemand et les Länder, exceptionnellement, semblent prêts à mettre beaucoup d’argent sur la table pour faire face aux conséquences économiques et sociales de la crise, y compris sous la forme d’aides financières directes aux particuliers frappés par les conséquences de l’épidémie. Mais faute de concertation sur le Nichtsemester, la précarité massive des enseignants et la grande flexibilité des cursus allemands est en train de déboucher sur un quasi-Nichtsemester de fait, avec des suppressions d’enseignement massives dans tous les cursus de façon à faire tourner la machine universitaire à bas régime et en ligne. La variable d’ajustement, ici aussi, ce sont les plus précaires, payés à la tâche comme les chargés d’enseignement vacataires français, et dont beaucoup d’enseignements seront suspendus pour le semestre d’été, avec comme conséquence une chute de revenus… qui n’a pas été anticipée dans les accords sur les aides financières directes mises en place par les pouvoirs publics. La radio publique bavaroise vient d’alerter sur le fait qu’à l’heure actuelle, en Bavière tout du moins, les freiberufliche Dozenten — ces chargés de cours vacataires, dont le système allemand ne fait pas semblant de croire qu’ils ont forcément une activité principale hors de l’université — ne sont pas éligibles à ces aides directes et n’auront pas d’autre solution, si leur cours est supprimé, que de demander directement l’allocation Hartz IV, le RSA allemand.

France, Royaume-Uni, Allemagne : trois traditions universitaires dont la différence est proverbiale, mais trois évolutions conjointes vers le culte du management par projets, une dépendance accrue vis-à-vis des financements extérieurs, et un bouleversement de la nature même du métier d’universitaire par la précarisation généralisée. Aujourd’hui, dans ces trois pays, les comptables du naufrage de l’université publique traitent les précaires, qui sont l’université telles que les réformes l’ont redéfinie, comme la variable d’ajustement du choc financier et institutionnel de la pandémie. Cette violence qui laissera des traces souligne la nécessité de regarder comme un enjeu prioritaire le combat pour des statuts protecteurs et pour des garanties matérielles de l’indépendance des universitaires, dans toute l’OCDE.

Liens