L’accès ouvert ne menace pas les revues de sciences humaines et sociales

Tribune parue dans L’Humanité du 1er avril 2016.

Selon le Syndicat national de l’édition (SNE) et quelques collèguelHumas auteurs de deux tribunes parues dans Le Monde (12 janvier 2016) et Libération (17 mars 2016), si les chercheurs en sciences humaines et sociales (SHS)  obtiennent le droit de mettre leurs articles en ligne au bout d’un an, les revues vont disparaître.

Or, en réalité, les auteurs français de revues françaises ont déjà, et depuis de nombreuses années, le droit de mettre librement leurs articles en ligne, dès avant leur parution. Même si ce droit est méconnu, bon nombre le font effectivement. Un exemple récent en témoigne : deux articles du récent numéro de la Revue d’histoire moderne et contemporaine sur l’«Économie et politique de l’ »accès ouvert » : les revues à l’âge numérique» sont déjà librement accessibles en ligne. Lire la suite

Revues et accès ouverts à la française : un point de vue québécois

canada-quebec-drapeauxAlors qu’une campagne médiatique sans précédent a lieu autour de la rédaction de l’article 17 de la loi numérique prévoyant le dépôt en archive ouverte des contributions scientifiques, un texte vient de circuler sur la liste Revues SHS le lundi 21 mars à 17h01, en réponse à un message intitulé « Tribune; iInquiétude pour l’avenir des revues SHS de langue française »

Son auteur, Jean Claude Guédon, nous a autorisés à le reproduire ci-desss.

Je profite du message de Philippe Minard pour effectivement encourager les lecteurs de cette liste à lire, étudier et méditer les articles du N°spécial de la RHMC.

Il faudrait y ajouter les articles de la Revue Européenne des sciences sociales de 2014 (vol. 52 No 1).  Ces deux ensembles forment une sorte de tout, en fait.

Il sera important, à un moment donné, d’écrire une synthèse critique de ces deux numéros et de la littérature récente, française – je dis « française » parce que, fidèle à une tradition bien établie en diplomatie française -, ce numéro met plusieurs fois en jeu une variante de « l’exception culturelle ». Il faudra écrire cette synthèse pour en arriver à une analyse un peu plus solide de ce qui est en train de se passer en France et ailleurs.

Lire la suite

Recherchenseignement: deux regards sur l’Université française

Le métier des enseignants-chercheurs a changé. Depuis plusieurs années, les conditions de travail des enseignants-chercheurs, et partant, celles des étudiant.e.s se sont dégradées. A qui la faute?logo-liberation-311x113

Deux tribunes, parues dans Libération, présentent deux visions: celles de deux étudiants – qui jugent insupportables le mépris dans lequel la fonction du service d’enseignement est tenu; de l’autre, de jeunes chercheur.ses ou enseignant.e.s-chercheus.es qui déplorent les effets stérilisants de la compétition à outrance qu’implique le financement  par projet.

Lire la suite

Recul sur la loi de 1983? Pétition

En passant

sosegalitePROEn France, en 2015, les femmes touchent 27% de salaire en moins que les hommes, 1 sur 3 travaille à temps partiel, elles sont majoritaires dans les métiers les moins bien rémunérés, aucune femme n’est à la tête d’une entreprise du CAC 40, elles touchent 40% de retraite en moins et 1 sur 5 est victime de harcèlement sexuel en entreprise

#SOS Egalité professionnelle

François Rebsamen, ministre du Travail, prépare en ce moment un projet de loi sur le dialogue social et l’emploi. Ce texte sera présenté fin mai  aux députées et députés. Dans les multiples articles du projet de loi, on découvre des propositions… étonnantes :  le texte prévoit de supprimer purement et simplement tous les outils de l’égalité professionnelle du Code du travail.

Lien vers la pétition Change.org

Concours CNRS : quand « sélectionner » devient un réflexe

Par Karim Hammou, Milena Jakšić et Claire Lemercier

10391455_794437207256902_351480939199050857_nIl est devenu coutume, depuis quelques années, qu’un nombre croissant d’UMR publient la procédure selon laquelle elles choisiront quels candidat·e·s aux concours CNRS ils « soutiendront »1. Ces procédures engagent en règle générale les candidat·e·s à solliciter en amont les unités, à leur envoyer CV, rapport de thèse, publications significatives, projet de recherche dans un état plus ou moins abouti, et parfois « priorité du vœu d’affectation » dans ce laboratoire.

Les laboratoires, de leur côté, peuvent arbitrer entre soutien plein et entier via une longue lettre argumentée, soutien de pure forme via une lettre plus courte, et refus de soutien – un refus qui peut être signalé dans certains cas quelques semaines, voire quelques jours avant la date limite de candidature aux concours. Cette procédure s’apparente souvent de ce point de vue à une forme de pré-sélection.

Lire la suite

  1. Voir les quelques exemples indiqués sur le site de L’AFSP. []

Rapport d’activité – CNU 19

cnuLa section 19 (sociologie, démographie) du CNU a publié son rapport d’activité 2014. Il est diffusé largement par l’intermédiaire de nombreuses listes, tout comme l’est en général le rapport d’activité de la section 04 (science politique). Quid des autres sections? J’ai essayé de savoir si la rédaction de ce rapport était une obligation, mais je n’ai rien trouvé en ce sens dans le décret sur le CNU ou sur le portail de la CP-CNU. Pourtant, sur les pages de sections sur le site du CNU, on trouve bien un onglet « rapports d’activité et documents » (voir ici pour la section 22) mais qui est le plus souvent vide. Cela ne contribue pas à donner aux jeunes chercheurs les éléments nécessaires à la compréhension des critères qui président à leur entrée dans les carrières académiques et on ne peut que souhaiter que davantage de sections du CNU se livrent à l’exercice.

Ou même aillent encore plus loin en réunissant et en publiant l’ensemble des informations, qu’il s’agisse de résultats individuels ou de discussions sur les procédures mises en oeuvre, comme le propose la section 34 d’astronomie, astrophysique.

Démission ou ambition: deux points de vue sur les sciences humaines et sociales dans l’Université française

Quel rapport entre la démission rendue publique d’un maître de conférences de l’Université de Lorraine et la tribune de deux éminents responsables d’établissements d’enseignement supérieur et de recherche en faveur d’une « ambition scientifique »? Aucun, academia_demissionsinon que ces deux textes sont tombés dans ma boîte aujourd’hui.

Le premier, daté du 2 octobre 2014, « Pourquoi j’ai démissionné de l’Université de Lorraine« , de Vincent Goulet, docteur en sociologie, se présente sous la forme d’une lettre adressée à G. Fioraso, secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur et à la Recherche. Dans une prose limpide, il explicite le faisceau de raisons qui ont déterminé cet enseignant aimant son métier, à opter pour la sortie de l’institution où il a pendant quelque temps essayé de résister. Lire la suite

Pour une reconnaissance des chercheurs dans l’enseignement secondaire

A signer ici.

L’éducation nationale méprise ses docteurs !

Nous, professeurs de l’enseignement secondaire, doctorants ou déjà docteurs, entendons faire reconnaître le sort déplorable que l’Éducation Nationale nous réserve à toutes les étapes de notre parcours d’enseignants et de chercheurs.
Lire la suite

Retour de campagne: les femmes et la géographie

À l’issue de la campagne de recrutement 2014 en aménagement (section 24) et en géographie (section 23), deux enseignements ont pu être tirés du wiki audition : il n’y a pas d’allongement significatif du temps entre la soutenance de la thèse et le recrutement à un poste de MCF et des inégalités hommes/femmes qui perdurent.

Lire la suite

Résorber la précarité: propositions sur l’emploi scientifique du Comité national de la recherche scientifique

conrsPar 468 voix sur 475, le Comité national de la recherche scientifique, réuni en séance plénière exceptionnelle, a formulé une réponse ferme à Geneviève Fioraso qui indiquait que les recrutements seraient moins nombreux que précédemment. Appelant de ses voeux un plan pluriannuel de recrutement scientifique, le Comité formule trois propositions engagées en dénonçant la gabegie du système actuel, à une fin: pérenniser l’emploi. Lire la suite

Publier sa thèse: duperies éditoriales

Plusieurs jeunes chercheurs (ou moins jeunes) ont reçu ces derniers jours un courriel émanant d’une prétendue « maison d’édition » VDM Verlag ou Éditions universitaires européennes ». Il se présente sous la forme d’un message personnalisé et flatteur, puisque « l’éditeur » fait mine de s’intéresser particulièrement aux travaux du destinataire (travaux — thèse etc. — qui sont même cités nommément) et lui propose de les publier. En fait, il s’agit d’une vaste entreprise, que l’on qualifiera par litote de peu honnête, destinée à capter des travaux inédits (qui ne sont même pas lus par le pseudo-éditeur) et à les publier ensuite à la demande à des prix très élevés, sans que l’auteur, dans les faits, touche le moindre centime. Le procédé est bien expliqué sur le blog des presses de l’université du Québec :
http://www.puq.ca/blogue/2011/05/mise-en-garde-vdm-verlag-ou-editions-universitaires-europeennes/
Si j’ai bien compris, le risque est donc pour l’auteur de se trouver dépouillé de son travail, lequel sera captif d’une maison d’édition qui n’en est pas vraiment une, ce qui n’est pas très bon pour son curriculum vitae (et encore moins pour son moral).

Nicolas Weill-Parot
Professeur d’histoire médiévale à l’UPEC

Le Conseil d’Etat et l’Université: de l’opportunité d’un colloque

conseil-dEtatAu moment où Academia propose une réflexion sur l’absence d’effet – voire le refus délibéré de donner suite aux décisions du Conseil d’Etat concernant des recrutements jugés illégaux de postes de professeurs – Jacques Caillosse et Olivier Renaudie, du Centre d’études et de recherches en sciences administratives et politiques (Cersa), organisent un colloque Lire la suite

Recrutements universitaires : ne pas mélanger les torchons et les serviettes

conseil-dEtatLe clientélisme universitaire connaîtrait-il ses dernières heures? Une décision toute récente du  Conseil d’État (23 septembre 2013) pourrait laisser espérer que cette pratique, largement admise et régulièrement dénoncée, trouve quelques limites.

Rappel des faits: fin mai 2012, à l’issue d’un classement pour un poste de professeur des universités de « Littérature française du XVIème siècle » à l’Université de Strasbourg (article d’Academia du 11/06/2012), qui place en première position un candidat exerçant hors de l’Université de Strasbourg, le Conseil d’administration a décidé de ne transmettre aucune proposition de nomination au Ministère de l’Enseignement supérieur. Lire la suite

Après l’abandon de la suppression de la qualification: table-ronde de QSF (4 octobre 2013)

Qualité de la Science Française, association créée en 1982 se donnant pour « mission de défendre et de promouvoir la qualité et la créativité de l’enseignement supérieur et de la recherche en France » invite à ouvrir le débat sur le rôle du Conseil national des universités « de sa composition, de son mode d’élection, de la définition de ses missions et des conditions dans lesquelles elles peuvent être remplies et, plus largement, sur la question capitale du recrutement dans le contexte d’une autonomie (relative) des universités ». Elle aura lieu le 4 octobre, de 14h à 18h, Amphithéâtre de l’Institut de droit comparé, Université Panthéon-Assas, 28 rue Saint-Guillaume, 750007  Paris.

Academia invite toute personne qui y participera à proposer un compte rendu.

Annonce complète: http://www.qsf.fr/2013/09/22/577/