«La déconsidération des universités par le milieu politique est un élément structurel», entretien dans Libération

En passant

« [La Loi de programmation de la recherche] n’aborde ni la question des investissements en équipements scientifiques ni celle de l’emploi. Les seules mesures de ressources humaines visent à faciliter le recrutement de contractuels. C’est une déception. »

Mathias Bernard, président de l’université Clermont–Auvergne, Libération du 26 décembre 2020.

via GIPHY

Joyeux Noël et bonne année : la circulaire de rentrée et les franchises universitaires

Ce dimanche 20 décembre, le ministère de l’Enseignement supérieure, de la Recherche et de l’Innovation a rendu publique sa circulaire de rentrée.

Sous la signature d’Anne-Sophie Barthez (DGESIP), cette circulaire expose les conditions d’une « reprise progressive des enseignements au sein des universités et des écoles » à partir du 4 janvier 2021.

Joyeux Noël et bonne année.

L’ordre des priorités selon le ministère

Le dispositif s’organise selon plusieurs plans. Sur le plan des enseignements, d’abord, trois situations sont distinguées :

  • À partir du 4 janvier prochain, des étudiant·es identifié·es comme « les plus fragiles » pourront être accueilli·es « sur convocation » et « en petits groupes de dix ».
  • À partir du 20 janvier au plus tôt, les TD des étudiant·es de première année devraient pouvoir reprendre.
  • Pour tout le reste, en revanche, l’enseignement à distance reste la règle, sauf, comme c’était le cas jusqu’ici, « à titre dérogatoire », pour les enseignements « dont le caractère pratique rend impossible de les effectuer à distance ». Dans ce dernier cas, une autorisation de l’État est nécessaire, délivrée par le recteur de région académique.

Toutes ces précautions tombent en revanche dès qu’il est question des examens. La circulaire se garde d’en dire un mot, mais renvoie à la « foire aux questions » qui l’accompagne (p. 16-17). Dans cette FAQ, le choix est net et précis : pour les examens, tout est possible :

  • Les examens n’ont pas à être annulés ou reportés,
  • Ils peuvent se tenir, eux, en présentiel, pour les mêmes raisons sans doute que les enseignements ne le peuvent pas,
  • Les universités ont « le droit d’imposer la tenue d’examens en présentiel » aux étudiant·es,
  • Il est possible d’« orienter » les étudiant·es « manifestant ou déclarant présenter des symptômes (toux, fièvre, etc.) en cours d’épreuve » vers une « salle dédiée », dans laquelle les symptomatiques pourront poursuivre leurs examens tou·tes ensemble.

Louis & Tom Lefèvre, “La pluie”, 2017

Quant aux conditions matérielles dans lesquelles ces enseignements et ces examens se feront sur site, enfin, rien n’est dit. RogueESR avait pourtant fait des propositions, notamment sur le plan de la ventilation des lieux collectifs. La réponse officielle du ministère vient donc de tomber : ce n’est pas son problème.

*
*   *

Dans cette circulaire, les choses ont donc le mérite d’être claires.

Comme pour de nombreux autres sujets, l’épidémie de covid-19, par les hiérarchies qu’elle impose, joue le rôle d’implacable révélateur des convictions profondes de nos gouvernant·es. On savait déjà que l’accès aux salles et aux amphithéâtres des universités – tout comme l’accès aux salles de spectacles, aux cinémas ou aux musées – était moins prioritaire que les achats de Noël ou, d’ailleurs, que les bonnes franquettes entre hommes à l’Élysée. On sait désormais que la première des urgences n’est pas de panser les plaies, de prendre les mesures économiques et sociales devenues d’ordre vital et de laisser tout le monde souffler un peu, mais de se précipiter dans les examens en présentiel à la sortie des congés de Noël, puis d’embrayer sans attendre sur le second semestre à distance.

De quel droit cette circulaire ?

Nous ne commenterons pas ces choix. Ils parlent d’eux-mêmes. La seule vraie question qui se pose désormais est celle de savoir ce qui autorise la ministre à les faire. Car, au fond, de quel droit la ministre ouvre-t-elle ou ferme-t-elle les vannes d’accès aux universités au rythme où elle l’entend ? À quel titre peut-elle décider que nos universités s’ouvriront pour dix étudiant·es par-ci, pour les premières années par-là, et pour tout le monde dès qu’il est question d’examens ?

Continuer la lecture

Et de trois ! L’ADL appelle au boycott de l’Hcéres

Après le CNU/CP–CNU et l’université Bretagne Occidentale, c’est au tour de l’Assemblée des directions de laboratoires, qui réunit plus de 800 directrices et directeurs de laboratoires, d’appeler à désavouer l’Hcéres. Cette action est en réponse au vote de la Loi de programmation de la recherche que la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche a toujours rejeté.

Annonce sur Twitter du communiqué de boycott de l’Hcéres par l’ADL

Le communiqué de l’ADL est au vitriol ; il sonne juste et frappe fort.

Academia le retranscrit donc ci-dessous (il est aussi disponible en ligne et en pdf sur le site de l’ADL). #ResistESR

 

APPEL À DÉSAVOUER LE HCERES

La loi de programmation de la recherche (LPR) ayant été votée par le Parlement malgré les avis défavorables d’une multitude d’instances représentatives et les critiques innombrables de la communauté scientifique, l’Assemblée des Directions de Laboratoires (ADL) s’engage dans une série d’actions. La première d’entre elles consiste à désavouer le HCERES.

COMMENT DÉSAVOUER LE HCERES

L’ADL soutient toutes les initiatives visant à refuser de fournir les rapports HCERES sous leur forme actuelle.

L’ADL invite tous les membres de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche à ne plus participer à quelque procédure d’expertise que ce soit demandée par le HCERES.

POURQUOI DÉSAVOUER LE HCERES ? Continuer la lecture

Réponse en règle à la missive de la ministre Vidal

Le 2 décembre 2020, en même temps que paraissait au Journal Officiel le nombre de postes CR classe normale au CNRS (242, soit à peine 3 de plus que l’année dernière), (une petite partie) de la communauté ESR recevait une lettre de la ministre Frédérique Vidal, qui y fait le service après-vente de sa loi de programmation de la recherche.

Les contenus de la lettre envoyée par Frédérique Vidal et de la réponse de Julien Gossa ont été brillamment résumés sur le compte Twitter de « Sauvons l’Université ».

Pour une lecture plus agréable de ce débunk en bonne et due forme, Academia vous en propose une version éditorialisée. Bonne lecture.

  • Par Julien Gossa, université de Strasbourg, membre de la rédaction d’Academia

En-tête et premiers mots de la lettre envoyée par la ministre Frédérique Vidal

« Je tenais à m’adresser à vous personnellement afin de vous dire ce que ce texte va améliorer dans votre quotidien »

Le courrier de Frédérique Vidal qui fait le SAV de la Loi Recherche en infantilisant les chercheurs.

TL;DR : beaucoup de prudence sur les effets immédiats, et beaucoup de promesses pour 2023 (les présidentielles sont en 2022).

Continuer la lecture

Travail d’archive (6). Le courage de démissionner : Michel Deneken donne l’exemple aux membres de l’Udice

Michel Deneken et les membres de l’Udice, le club auto-proclamé des dix « grandes universités françaises de recherche » qui prend la suite de la CURIF, sont en colère. Ils ont raison : le gouvernement ne les écoute pas, désespérément pas, alors qu’ils réclament « instamment la possibilité d’accueillir » les étudiants, et ce, « dès début janvier, avec une jauge de 50 % ».

Face à ce silence, il n’y a que deux solutions. La première consiste à aller au contentieux. La conférence des évêques de France a eu le courage de le faire, plutôt que de se perdre en belles paroles : elle a déposé un référé-liberté et obtenu satisfaction en 48 heures devant le Conseil d’État. Simple et efficace. La seconde solution consiste à démissionner de ses fonctions.

Please Resign by Colin Knowles, 2011, CC BY-SA

Faute d’engager le moindre contentieux, c’est cette dernière solution qui s’impose à nos président.es d’université. Michel Deneken doit prendre ses responsabilités et démissionner. Par-delà la crise sanitaire, les raisons ne manquent pas. Bien sûr, il ne le fera pas, et d’autres, d’ailleurs, ont dû en tirer les conséquences à sa place.

Et pourtant, il l’a déjà fait.

Continuer la lecture

Le maintien du confinement pour les universités soulève les contestations

Lors de son allocution du mardi 24 novembre 2020, le président Emmanuel Macron annonce que les universités resteront confiner a minima jusqu’au 4 février 2021, alors que de nombreux autres secteurs auront repris une activité quasi-normale. Cette décision a très rapidement provoqué des prises de positions, isolées et collectives, dont nous faisons ici une liste régulièrement mise à jour.

Mur confiné by Jeanne Menjoulet, 2020, CC

Continuer la lecture

La LPR va faire plonger la recherche pour les 10 ans à venir

Le 24 novembre 2020, après que la LPR a été votée par l’Assemblée Nationale et le Sénat, le conseil scientifique (CS) du comité national du CNRS (CoNRS) adopte des recommandations très critiques. Il considère ainsi que la LPR fera plonger la recherche scientifique, « [actant] ainsi son déclassement », alors même que le but premier de cette loi aurait dû être de la remettre sur les rails. Le CS déplore ainsi que cet objectif ne sera jamais atteint en l’état et appelle à ce que le débat se poursuive.

Concours CNRS section 36. Le Ministère renvoie le CNRS à ses responsabilités

L’histoire malheureuse de chercheurs fonctionnaires duCNRS devenus contractuels

 Le Ministre renvoie le problème vers le CNRS, responsable au titre du jugement – qui préfèrerait enterrer l’affaire avec des CDI.

Devenir chercheur en France n’est pas une sinécure. Comme si des années de contrats courts, dessalaires modestes, une pression forte pour dérocher un emploi stable, une course permanente auxfinancements, etc., ne suffisaient pas, quatre jeunes lauréates et un lauréat du sélectif concours duCNRS voient un écueil inattendu et supplémentaire se dresser devant eux. Pour sortir d’une situationjugée «kafkaïenne», ils en appellent, en dernier recours, aux parlementaires pour glisser unamendement dans la loi de finances en cours de discussion afin de les réintégrer au CNRS.

En effet, le 24 octobre, un coup de téléphone apprend à ces sociologues ou juristes qu’ils n’appartiennent plus au corps des fonctionnaires du CNRS, qui les a pourtant recrutés en juin 2019 et titularisés, pour quatre d’entre eux, trois semaines plus tôt…

Continuer la lecture

Grève dans l’ESR : un coin dans le CNESER

 

Bien que la LPR a finalement été votée par l’Assemblée Nationale et le Sénat la semaine dernière, la mobilisation et les mouvements de grève dans l’ESR ne faiblissent pas (ex. : appel à la mobilisation par la CGT FercSup). Aujourd’hui, le mardi 24 novembre, le CNESER doit siéger. Cependant, certains syndicats, comme la CGT ont décidé de ne pas y assister et donc enfoncent un « coin » dans le CNESER. #ResistESR

https://www.flickr.com/photos/damienpollet/6597320885/in/photolist-b3YZDP-on8nA-99MBaN-2hLhjsg-4uJnLY-5PVfhj-6pWxVe-DAAR9-dw87CL-5aDvP1-9VRABj-8AvFiR-f7KgGu-xfbiuL-9VwPZ8-Gv7HEA-Cysegk-8AydXw-ehfejV-8Avdyg-bYXb2f-App6sU-qcm24b-CXkX5x-uifPdh-zuEr7Q-ehtrx4-App91Q-Aqv5Qu-9VwPMF-A4PG6a-3eDkc2-ArGnFZ-YV2aeW-qes5NB-AsFS78-AsFRur-ArGjJg-edByRV-AquY43-zuExNL-Aqv5F1-App5V1-AsFQFn-Aa6aG9-Aqv6id-Aa6bbA-Aqv2xN-Aqv2jb-4HBuMQ

Wedge, chipbreaker, iron (bottom sides). Credit: Damien Pollet, 2011

Dans le même temps, Denis Roynard, président du SAGES, a fait un discours sur l’instrumentalisation de l’avis du CNESER par le gouvernement après l’exament de la LPR. Denis Roynard a ensuite, comme la CGT et Sud Recherche, quitté le CNESER.

Le décompte des votes de la LPR au Sénat : un scrutin sans surprise

La fabrique de la loi #78

← Article précédent

Article suivant­ →

Mise à jour du 29 novembre : prise en compte de l’inscription sur le registre des déports de la sénatrice LR Sophie Primas (qui avait voté « pour ») et du souhait de voter « contre » de la part de trois sénateur·rice·s RDSE ayant voté « pour » (Maryse Carrère, Guylène Pantel et Jean-Yves Roux).

Tout comme pour le vote de l’Assemblée Nationale le 17 novembre 2020, les sénateurs et sénatrices qui ont voté·e·s pour la loi de programmation de la recherche ont été étonnamment discret·ète·s sur l’adoption au Sénat le 20 novembre 2020. Ainsi, aucun tweet de la part de Jean-François Rapin ou bien de Laure Darcos, qui était pourtant la rapporteure de la loi pour le Sénat. Julien Bargeton n’a lui fait que retweeter les auto-congratulations de la ministre Frédérique Vidal. Si Stéphane Piednoir s’est bien fendu d’un tweet personnel, il rappelle tout de même une certaine déception de ce texte. Cela n’aura pas empêché de voter un prétendu « compromis ».

Notons aussi que si Les Républicains ont voté unanimement contre à l’Assemblée Nationale, ils ont voté pour au Sénat. Doit-on y voir un soutien à la rapporteure Laure Darcos, plus qu’une réelle envie de voter la loi ?

Destroyed, by Renata Mascarello, 2018.
— Casa abandonada, posteriormente incendiada e demolida em 2017, localizada nas escadarias do Parque Getúlio Vargas (Macaquinhos).

Tableau des votes par groupe

Groupe Pour Contre Abstention/Ne votaient pas
LR1 145 0 3
SER 0 65 0
UC 51 1 2
RDPI 23 0 0
CRCE 0 15 0
RDSE 11 (8)2 2 (5)2 2
LI–RT 13 0 0
E–ST 0 12 0
Sans groupe 0 0 3

1Prise en compte du déport de Sophie Primas qui avait voté « pour ».
2
En prenant en compte ceux et celles qui auraient souhaité voter « contre ».

Détail des votes

Continuer la lecture

Les sections CNU 1 à 4 demandent l’intervention du Président et du Premier ministre

Suite au vote de la loi de programmation de la recherche à l’Assemblée Nationale le 17 novembre 2020, le goupe 1 des sections « Droit, économie et gestion » du CNU demande l’intervention du Président de la République et du Premier ministre concernant l’article 3 bis qui met à l’écart le CNU pour le recrutement des enseignant·e·s-chercheur·e·s.

Le groupe pointe en particulier l’absence d’écoute et de débat possible avec la ministre Frédérique Vidal, et s’indigne de sa façon de faire.

Les biologistes du CNU se positionnent : motion de la section 67

Motion votée le 17 novembre 2020 par la section 67 (Biologie des populations et écologie) du CNU

  • 60 votants sur 71
  • 54 oui
  • 1 non
  • 5 ne se prononcent pas

Conseil National des Universités
Motion de la 67ème section

Le sabordage du travail parlementaire par une lecture accélérée et la surdité du gouvernement face à une mobilisation universitaire confinée ont accouché, le 9 novembre dernier, d’une loi de programmation de la recherche (LPR) qui nuira pour longtemps à l’enseignement supérieur et à la recherche en France.

Ce texte a été critiqué par l’ensemble des organisations syndicales, a fait l’objet de nombreuses motions, notamment de la part de la commission permanente du conseil national des universités (CP-CNU), des présidents de section du comité national de la recherche scientifique, ou encore du conseil économique, social et environnemental. Malgré toutes ces protestations, ce texte contesté par l’ensemble des acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche aura réussi à devenir encore pire que prévu initialement.

Non seulement le texte adopté consacre une programmation budgétaire indigente et une précarisation accrue à tous les niveaux, mais il prévoit désormais de dispenser de la qualification les futurs candidats aux postes d’enseignants-chercheurs. Cette disposition rétablira ainsi dans toute sa nuisance le localisme qui caractérisait autrefois les campus français et contre lequel nombre d’universitaires se sont battus pendant des années. Par ailleurs, il faut rappeler que la qualification par le conseil national des universités constitue un concours national de la fonction publique, permettant la sélection des candidats aux postes d’enseignants chercheurs. La suppression de la qualification par le CNU va à l’encontre du statut général des fonctionnaires d’Etat, dont font partie les enseignants-chercheurs, qui ne peuvent être nommés que sur la base d’un concours national. Nous nous interrogeons donc sur l’avenir du statut d’enseignant-chercheur et sur son existence à moyen terme. Cet amendement de dernière minute n’a pas donné lieu à concertation avec le CNU, pas plus qu’à un débat en commission et devant l’Assemblée nationale. Un texte d’une telle portée pour la qualité des recrutements, des enseignements et de la recherche ne peut être élaboré à la hâte, et entériné en commission mixte paritaire par une poignée de parlementaires.

Nous, membres de la 67ème section du CNU, sommes solidaires de l’ensemble des initiatives visant à contester la loi de programmation de la recherche et adhérons totalement aux motions et lettres émises à ce sujet par la CP-CNU. Nous continuerons à assurer le mandat qui nous a été confié dans le respect des candidats et des collègues qui nous ont fait confiance. Nous restons mobilisés et déterminés.

Nous refuserons désormais de siéger dans les instances d’évaluation où notre présence est requise, et en particulier lors de l’affectation des nouveaux bacheliers par Parcoursup, dans les jurys de concours de la fonction publique, jurys de grandes écoles, jurys de baccalauréat, et dans toutes les instances qui ne constituent pas le cœur de notre métier d’enseignants et de chercheurs.

Nous appelons les candidats actuellement en campagne dans le cadre des élections aux conseils centraux des universités ainsi que tous les élus actuels des conseils centraux à prendre clairement position contre la mise en œuvre de l’expérimentation impliquant le contournement de la procédure de qualification. Nous les appelons également à s’engager à limiter les conséquences néfastes de la loi par tous les moyens dont ils disposeront, en refusant plus généralement d’utiliser les dispositifs législatifs visant à précariser davantage encore nos jeunes collègues.

Nous demandons à nos collègues titulaires, membres des futurs comités de sélection de résister par tous les moyens à la mise en œuvre de la loi en exigeant dans les jurys de recrutement que seuls les candidats qualifiés puissent être auditionnés.

Nous réclamons que l’avis des instances scientifiques reposant sur la collégialité et l’élection par les pairs soient pris en compte dans l’élaboration des politiques publiques de la recherche.

Nous exigeons encore et toujours, des moyens et des recrutements qui servent réellement l’université publique et qui lui permettent de remplir sa mission essentielle, trop souvent oubliée, celle d’un accès démocratique au savoir et à la connaissance pour toutes et tous.

Le décompte des votes de la LPR à l’Assemblée Nationale : stupeur et tremblements

Mise à jour du 29 novembre : les député·e·s LR Julien Ravier et Edith Audibert avaient souhaité voter « contre » (alors qu’il et elle étaient absent·e·s au vote initial) et le député LREM Jean-Louis Touraine souhaitait « s’abstenir volontairement » (alors qu’il avait voté « pour »).

Sur le site de l’Assemblée nationale, on trouve désormais le décompte des voix et le nom et le vote des participant·es. Surprise : si les 4 rapporteurs ont bien voté la loi, certain·es votant·es, parmi lesquel·les des membres éminent·es de la Commission des Affaires culturelles — qui avait voté en première lecture — ne figurent plus parmi les votant·es. Certains, comme Sacha Houlié, se sont abstenus ; d’autres ont voté contre : Cédric Villani et Mathieu Orphelin.

Playmobil échaudé craindrait-il l’eau froide ? Sur Twitter, très peu de LREM se sont félicités du vote de la loi. C’est le cas de Philippe Berta et de Valérie Gomes-Bassac, mais ni de Danièle Henin, ni de Pierre-Alain Raphan, le fringant député qui ne connaissait pas son sujet. Ce dernier s’est contenté de retwitter prudemment le message de sa collègue Céline Calvez. À l’instar desa collègue  Natalia Pouzyrreff, Céline Calvez — qui, en audition d’Olivier Laboux en juillet par la Commission des Affaires culturelles, semblait avoir échangé plusieurs fois avec les membres de la CPU — a publié un long fil sur les progrès que permet la LPR. Avant de se rétracter,au vu des nombreuses critiques soulevées par les twitt@s universitaires.

Tweet supprimé de Céline Calvez, 18 novembre 4h14

Le texte de la LPR qui avait été si peu discuté en commission et en hémicycle a donc été voté par des hommes et des femmes qui n’en avaient même pas connaissance. Voire que celleux qui avaient voté un premier texte, jugeant le second problématique n’ont pas davantage eu le courage de venir le dire. On passe ainsi du vote honteux au Sénat au vote en méconnaissance de cause.

Voici le décompte et le nom des votants.

Vote au scrutin public de la la loi de programmation de la recherche à l’Assemblée Nationale, 2020

Continuer la lecture

Les directions de 800 laboratoires (re)prennent position contre la LPR

L’assemblée des directions de laboratoires (ADL), qui réunit plus de 800 directeurs et directrices de laboratoires de recherche dans toute la France, prend à nouveau position contre la LPR. L’ADL, comme une grande majorité de la communauté ESR, se désole de l’absence de communication et de concertation de la part du ministère, ainsi que des fausses informations que la ministre Frédérique Vidal véhiculent concernant une supposée adhésion de la communauté et des instances consultatives à la LPR.

L’ADL fait donc appel à l’article L111-6 du Code de la recherche et dénonce une loi frauduleuse car elle ne respecte pas les règles de la « concertation étroite avec la communauté scientifique ». La communication étant coupée avec le ministère, l’ADL en appelle aux parlementaires, les seuls à pouvoir encore retoquer cette loi. #ResistESR

Article L111-6 du Code de la recherche