Le sexisme de la sélection des projets de recherche

Nous venons d’avoir les résutats de l’appel à projet European Research Council et quelques élements statistiques.Simplifions : 1881 projets déposés, 185 projets retenus, soit 9,8% de taux de succès. Ce succès concerne essentiellement les hommes, même si quelques miettes sont laissées aux chercheuses1.

Sex ratio : 20%

En dépit de déclarations de bonnes intentions et de conseils ant-discrimination2, ce résultat est insupportable. Un colossale auto-censure et un déséquiibre en faveur des hommes préservés. Aujourd’hui, alors que l’ambition est d’atteindre la parité en science, alors que le sex ratio oscille entre 20 et 40% de femmes selon les disciplines, les financements très bien dotés de l’ERC vont à 4 hommes sur 5 personnes. Cet effet MatthieuMatilda Il peut certainement être étendu à d’autres organismes de financement, même si une véritable étude reste à établir.

Academia accueillera tout élément de mesure ou d’analyse sur ce point.

Men 20 percent off, by Renee Calanan, 2006

PS: remerciements à Martin Clavey, de The Sound of Science, qui a signalé cette ignominie.

  1. Sex ratio initial, communiqué par le compte Twitter de l’ERC : 18,8%, soit 353 candidates et 1528 candidats []
  2. En février 2019, Academia avait publié une formation vidéo du ERC dans son billet Le CNRS et la parité en temps réel,  vidéo qui a disparu depuis. []

Vous avez financé l’ARC contre le cancer, soutenez le CNRS pour la recherche maintenant

Après l’annonce par le pdg Antoine Petit d’une demande de financement de la Fondation CNRS par le grand public jeudi 26 mars 2020, retrouvons avec plaisir le professeur Thibault qui invitait il y a 20 ans à soutenir l’Agence nationale contre le cancer.

#COVID19 – opération Pièces jaunes au CNRS

Academia souhaite rappeler à Antoine Petit et à Frédérique Vidal que le Crédit Impôt Recherche, de 6,5 milliards d’euros — soit 2 fois le budget du CNRS, masse salariale incluse — est toujours affecté à l’optimisation fiscale des entreprises.
Qu’il pourrait donc être affecté à la recherche. 

Au lendemain de l’annonce, bouclons la boucle avec Pierre Ouzoulias, sénateur des Hauts-de-Seine :

Liens :

Coronavirus et financement de la recherche : poudre de perlimpimpin

Les effets d’annonce d’Emmanuel Macron en pleine crise du coronavirus renforcent notre colère et notre détermination: nous voulons des moyens et des postes pour produire une recherche de qualité MAINTENANT!

Emmanuel Macron, qui n’a de cesse de scandaliser les soignant∙es et les chercheur∙ses mobilisé∙es depuis le début de la crise du COVID-19, ajoute l’ignominie à l’indécence. Il promet ainsi, à l’occasion d’une visite à l’Institut Pasteur, une « hausse du budget de la recherche à hauteur de cinq milliards d’euros sur dix ans » — ce qui, ramené au budget du Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI), représente 2% d’augmentation par an. Les 400 millions promis par Frédérique Vidal dès 2021, sont en dessous des 700 millions d’augmentation en 2018 et des 850 millions en 2019. Ces 5 milliards sont donc au mieux équivalent à l’investissement des 10 dernières années qui nous ont amenés à cette situation catastrophique.

Nous supposons que la France est la seule nation qui ait besoin du COVID-19 pour « connaître le caractère vital de la recherche scientifique » et savoir qu’il fallait donner aux équipes de recherches des emplois permanents et des moyens pour travailler. Cet effort est promis depuis 2000 (stratégie de Lisbonne) et demandé depuis tout aussi longtemps par les Universités et les établissements publics de recherche (EPST). Nous aimerions que le Président ne se prévale pas de l’après-guerre, qui a connu la réorganisation du CNRS créé par Jean Zay en 1939, et encore moins d’un « effort inédit », lui qui a contribué depuis son arrivée au Ministre de l’économie et des finances, à détruire l’emploi scientifique permanent, en multipliant les contrats précaires.

Aujourd’hui, alors que l’ensemble des instances représentatives de la recherche publique demande la création massive de postes titulaires et l’augmentation des financements récurrents aux laboratoires, Emmanuel Macron répond par des postes précaires et des investissements fléchés par appels à projet ANR. Alors que les Universités et la recherche, mobilisées depuis le 5 décembre et à l’arrêt le 5 mars, réclament des moyens de fonctionner décemment, comme nous l’exprimions dans notre motion issue de la coordination nationale des facs et labos en lutte qui a réuni 500 universitaires représentant 10 000 mobilisés de toute la France, Emmanuel Macron nous répond avec encore plus de mépris et nous distribue des miettes pourtant déjà prévues depuis longtemps.

Jusqu’à présent, cette politique austéritaire ne semblait toucher que les étudiant·es les moins doté·es et les personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche pressurisé.e.s et précarisé·es dramatiquement. Ce que met en lumière la crise du COVID-19, c’est que cette politique d’autérité est mortelle pour l’ensemble de la population. Faute de moyens donnés aux chercheurs de faire de la recherche, nous sommes privés d’une des « armes » les plus efficaces de la guerre revendiquée par Emmanuel Macron : celle des résultats scientifiques de qualité permettant de résoudre les crises majeures.

Emmanuel Macron et Frédérique Vidal feraient mieux d’écouter Bruno Canard, directeur de recherche CNRS à Aix-Marseille et spécialiste des coronavirus au CNRS, qui dénonce très exactement la méthode et les logiques dans lesquelles ce gouvernement s’enferre, en qualifiant de « hold-up » l’assèchement des financements pérennes au profit de l’ANR et du Crédit Impôt Recherche. Nous réclamons, pour arriver à l’objectif minimal de 1% du PIB dédié à la recherche publique, 10 milliards, immédiatement et dans les trois années à venir, sous forme de titularisations de chercheur.e.s précaires, de créations de postes et d’augmentation des crédits aux laboratoires publics.

Tweet de Julien Gossa, 19 mars 2020

Avec cette déclaration d’Emmanuel Macron, nous sommes donc très loin des besoins réels de la recherche publique. Le plus insupportable serait de penser que la hausse de budget promise n’aille pas totalement à la recherche, mais bien plutôt à l’optimisation fiscale privée. Depuis plusieurs années, sur le budget du MESRI, figurent 6,5 milliards de Crédit Impôt Recherche (CIR), utilisés quasi exclusivement pour de l’optimisation fiscale, qui représente un quart du budget de l’Enseignement supérieur et recherche et deux fois le budget du CNRS. Nous demandons donc sa suppression1.

Cette suppression du CIR permettra de dépenser utilement et immédiatement ce budget pour les acteurs en première ligne sur le front de la lutte contre l’épidémie et qui en ont cruellement besoin : les patient∙es, les soignant∙es et les personnels de la recherche. Maintenant.

 

Lien : Martin Clavey, « Recherche : 5 milliards d’euros sur 10 ans contre 10 milliards sur 7 ans, les ambitions du gouvernement revues à la baisse », The Sound of Science, 20 mars 2020

Propagande gouvernementale dite « Dossier de presse », 19 mars 2020

MESRI, Dossier de presse, 19 mars 2020, p. 7
Cherchez l’erreur

  1. Nous ne sommes pas les seuls. []

Un parlementaire demande la suppression du Crédit Impôt Recherche : une « arnaque »

L’ANR et le Coronavirus : suite et fin ?

Sur Twitter, l’exaspération est à son comble

[coronavirus] un dossier de 11 pages à remplir avant de pouvoir être financé·es par l’ANR

L’Agence nationale pour la recherche (ANR), qui agence de moyens qui finance la recherche notamment sur appels à projets, maintient son appel à projets flash sur le COVID-19 doté de 3 millions d’euros.

Pendant que les équipes de recherche travaillent en urgence sur le COVID-19, elles doivent donc remplir, avant le 23 mars 2020 13h, un dossier de 11 pages, donner un acronyme à leur projet, un diagram de Gantt et préciser les financements déjà obtenus, pour espérer pouvoir obtenir entre 15000 et 200 000 euros de la part de l’agence.

Les dossiers devront donc être relus par d’autres chercheur·euse·s spécialistes pour qu’ils soient validés. Situation ubuesque puisque les chercheur·euse·s spécialistes sont toutes et tous sur le pont et de potentiel·le·s candidat·e·s à cet appel à projet. L’ANR prévoit de publier les résultats de cet appel début avril.

Cela remet en question le mode de financement de ce genre de projets de recherche urgents et la pertinence de ne pas faire confiance a priori aux chercheur·euse·s, dans ce genre de conditions exceptionnelles.

Continuer la lecture

Pour financer la recherche, Loto-nomie des universités

À Strasbourg, des chercheurs veulent montrer le caractère absude de la quête de financement par projet sous-doté, en jouant au … Loto. Les chances sont comparables,  mais jouer au Loto fait perdre beaucoup moins de temps pour un taux de succès comparable.

Liens

 

#8mars J-1 — Recherche : quand est-ce qu’on se lève et qu’on se barre ?

Compte-rendu d’un conseil de Laboratoire. Deux heures où le mot argent remplace le mot recherche. Où les moyens deviennent la fin, et de la fin, on n’en parle plus.

Tribune. C’était la semaine dernière. C’était avant les Césars. C’était avant Despentes. J’étais au conseil de labo, il a commencé à 10 heures. À midi, le sujet de la discussion n’avait pas changé : on parlait budget. La fac risquait de revenir sur son soutien financier annuel pour la salle blanche. Le surplus que le laboratoire avait, grâce aux impôts prélevés des nombreux projets qu’il accueille, et qu’il souhaitait redistribuer parmi ses membres, était sous menace. Il était question qu’il serve à combler le trou, ce nouveau trou qui vient tout juste d’apparaître à la suite des changements administratifs à l’université. Car il faut entretenir la salle blanche. «C’est grâce à la salle blanche qu’on a pu attirer untel ici, avec son ERC, ça aide énormément le labo», a dit le directeur. Deux heures à parler budget, à tenir de tels propos, où le mot argent remplace le mot recherche. Où les moyens deviennent la fin, et de la fin, on n’en parle plus.

Des situations d’urgence et de stress comme celles-ci sont devenues courantes dans le quotidien des laboratoires de recherche, des situations de maltraitance professionnelle. Une vingtaine de chercheurs, enseignants-chercheurs, doctorants et personnels administratifs autour d’une table pour deux heures et le seul sujet abordé : du pognon. Je n’ai pas vu la fin de la réunion. Je suis atteinte de malaises vagaux ces derniers temps, souvent au labo, souvent les matins avant d’y aller. J’ai été retournée dans tous les sens par des toubibs et ils n’ont rien trouvé : c’est psychologique, ils me disent. Ça dure depuis quand ? Depuis le mois de novembre. Mais ça fait plus longtemps que ça que je subis. Ça fait plus longtemps que je cherche à retrouver le plaisir de la recherche, que je cherche à trouver un chemin au milieu de toutes ces pressions, ces «urgences» et de ces discours qui m’atteignent avec une violence que j’ai mis du temps à nommer. Oui, ici aussi, ça fait mal. Ça fait très mal, et depuis longtemps. Je me suis levée et je suis partie, malade. Je ne me sentais pas bien. J’étais cassée, mais je ne me suis pas cassée. Je me suis tout simplement excusée et je suis partie.

«Je ne comprends pas pourquoi ça te fait ça, m’a dit le lendemain une copine chef d’entreprise. Moi, ça fait des années que je vis comme ça, qu’est-ce que ça peut te faire, un peu de pression ? Moi, ça ne me donne pas de malaise.» Vous savez, je comprends bien ce qui attire dans le pouvoir et en particulier dans l’argent. Il représente beaucoup de choses, socialement. Il est joli, coloré, il se compte facilement, et avec lui on peut se comparer aux autres. Je suis très fière de pouvoir regarder les banquiers, des vrais, en face, de leur demander des sous, et de les avoir. J’estime même avoir un petit talent pour ça : je gère, je négocie, et je sais compter mille fois mieux qu’eux. Mais ça, ce n’est pas de la recherche, ça n’a rien à voir. Ça, c’est un petit jeu pervers de pouvoir qui excite, auquel on peut s’adonner avec les types qui aiment bien se masturber devant des images et des projections morbides d’où on sort avec quelques milliers de plus et on imagine ce que l’on va faire avec. Mais ce n’est pas ce que je fais au boulot, ça n’a rien à voir. Ce n’est pas ce qu’un chercheur est supposé faire, ce n’est pas la même sensation.

Le pouvoir, dans la recherche, n’a pas tellement de sens. En recherche, on veut savoir. On veut apprendre, questionner. Je ne veux pas parler d’argent avec mes collègues, je veux parler d’atomes, de photons, et de ce que nous ne connaissons pas encore. C’est vraiment très différent de l’argent, tout ça. Mais bizarrement, quelque chose s’est passé, car à chaque fois, il revient. Et là, à ce dernier conseil, on ne parlait que d’argent, que des stratégies pour en avoir, pour s’en sortir, qui prélever, où en demander… et j’ai commencé à me sentir cassée. Cassée, je n’arrivais pas à me lever et à me casser comme Adèle Haenel, je n’arrivais pas à dire à tous de faire de même. Leur dire de me suivre, d’abandonner la réunion, d’envoyer la fac et l’ERC se faire foutre, de casser une banque, de casser les chaises, de nous mettre à faire ce que nous sommes censés faire et, si vous voulez parler argent, à faire ce que nous sommes payés pour faire : casser les idées reçues, casser les codes, casser la médiocrité, chercher des nouvelles idées, étudier, lire! Lire toutes ces belles tribunes qui pullulent, écrites par des chercheurs et des penseurs compétents, créatifs, impliqués, nous régaler avec l’effervescence des discussions. Prendre le temps de réfléchir. Arrêter. Changer. Casser le temps tel qu’on nous le compte. Mais je n’ai rien fait de cela. Je me suis laissée vautrer dans la boue, rouler dans le caca, envahir partout par ces vagues d’«inévitables» desquelles on veut à tout prix se sauver sa peau, alors que je me sentais partir par la bonde, et mon malaise venait de la lutte avec moi-même pour essayer de rester. Je suis partie de la salle, tête basse.

https://www.liberation.fr/debats/2020/03/06/recherche-quand-est-ce-qu-on-se-leve-et-qu-on-se-barre_1780683

Lors d’une manifestation de chercheurs contre la future réforme de l’enseignement supérieur et la précarisation qu’ils subissent, jeudi à Bordeaux. Photo Valentino Belloni. Hans Lucas

Une semaine après, je relève un peu la tête. Je lis Despentes. Je revois Haenel. Je pense à ces derniers mois, à cette tribune signée de 200 chercheurs exceptionnels qui s’autoproclament «la communauté scientifique», qui pensent que la taille de leur… médaille suffit pour nous faire avaler un texte digne d’un élève de CM2, qui ne sait que hurler : je veux du pognon ! Il est où mon argent de poche ? Je pense à ces dernières années, au long, lent et sûr parcours de nous tous vers l’acceptation de ce système violent, abusif, de compétition infructueuse, injuste et injustifiée. Je vois sa force, en regardant les césars, en regardant autour de moi les collègues qui s’arrachent pour un projet, pour un article publié. Elle impressionne, l’attraction de l’argent, la séduction du pouvoir, la force de la domination et surtout : la difficulté de la détruire. Et je me demande : quand est-ce qu’on se lève et qu’on se barre ?

Le 5 mars l’Université et la recherche s’arrêtent — 10 chiffres pour comprendre

Grâce au mouvement contre la réforme des retraites, initié par les travailleurs·ses de la RATP et de la SNCF, les facs et les labos sont entrés en lutte dès le mois de décembre 2019, sur cette bataille interprofessionnelle mais aussi sur deux sujets propres au secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche : la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), nouvelle attaque néolibérale, et la précarité massive qui touche d’ores et déjà les universités et la recherche, étudiant·e·s et personnels.

L’économiste Hugo Harari-Kermadec, spécialiste de l’enseignement supérieur, rappelle en dix chiffres – et quelques autres – pourquoi l’Université et la recherche s’arrêteront le 5 mars, et pourquoi la lutte va continuer ensuite. Cette liste a été constituée à partir de l’intervention de Marie Sonnette sur France Culture, que l’on pourra (ré)écouter ici.

***

***

Lutte généralisée

108 facs et 268 labos, 30 collectifs de précaires, 134 revues, 16 sociétés savantes, 46 séminaires, 35 sections CNU, 54 évaluateur·trices de l’HCERES, etc., mobilisé·es (décompte du 1er mars) contre la précarité, contre la LPPR et contre la casse des retraites au 22 février. Une lettre contre la LPPR a été signée par plus de 700 directeurs et directrices de laboratoire ont signé une lettre commune.

Cet argent qui manque

70 milliards d’euros, c’est-à-dire 3% du PIB, c’est l’engagement des gouvernements successifs pour l’enseignement supérieur et la recherche (2/3 pour l’enseignement supérieur, 1/3 pour la recherche). Mais la dépense publique réelle est loin de cette annonce : au compte au mieux 32 milliards pour l’enseignement supérieur et 20 milliards pour la recherche publique. Il manque donc au moins 18 milliards d’euros par an pour les facs et les labos. Les syndicats demandent une hausse cumulative de 3 milliards par an pendant 10 ans.

Des moyens concentrés pour les facs d’élite

Et encore, en 2019, un milliard d’euros de l’ESR relève du Programme Investissements d’Avenir (PIA) qui a attribué en tout 57 milliards d’euros depuis son lancement par Sarkozy en 2010, c’est-à-dire certaines années presque autant que tout le budget de l’ESR, de façon extrêmement inégalitaire en concentrant les moyens dans les établissements déjà les mieux dotés financièrement, les plus réputés et avec la population étudiante la plus favorisée socialement, souvent passée par les classes préparatoires.

Moins d’une dizaine de regroupements (rassemblant une ou deux universités et des très grandes écoles) ont remporté un Idex dans le cadre de ces investissements d’avenir, soit 800 millions d’euros pour chacun de ces regroupements.

Une dégradation des conditions d’étude

À l’autre bout de la hiérarchie universitaire, la majorité des universités, situées en banlieue ou dans des villes moyennes, ont vu leur moyen au mieux stagner depuis une dizaine d’années, alors qu’elles ont pris en charge l’essentiel de la massification du supérieur, le nombre d’étudiant·es augmentant de 300 000, dont 220 000 dans les universités.

On a donc une baisse du budget par étudiant·e d’au moins 10% dans ces universités1, alors qu’avec les Sections de techniciens supérieurs (STS) elles prennent en charge l’essentiel de l’accès des classes populaires au supérieur : bacheliers professionnels et surtout technologiques, enfants d’ouvriers ou d’immigrés accèdent plus nombreux au supérieur depuis les années 2000, mais pour une bonne partie d’entre eux·elles dans ces universités qui ne bénéficient pas des politiques d’excellence, et presqu’exclusivement en cycle licence.

Pour financer une allocation d’autonomie ou un salaire étudiant pour toutes et tous, à 1 000 € par mois et 12 mois par an, 21 milliards d’euros seraient nécessaires. Cela pourrait se traduire par la création d’une nouvelle branche de la sécurité sociale ou par l’intégration de son financement à l’une des branches actuelles. Par exemple, au sein de la branche famille, le financement des 21 milliards d’euros représenterait une hausse d’un peu plus de 3 points des cotisations patronales2.

Continuer la lecture

  1. En euros constant, le budget de l’enseignement supérieur et de la recherche est passé de 12,4 milliards en 2008 à 13,4 milliards en 2018, alors que les effectifs étudiants passaient de  2,2 millions à près de 2,7 millions sur la même période. On obtient donc une chute du financement par étudiant·e de pratiquement 10%. https://www.lemonde.fr/blog/piketty/2017/10/12/budget-2018-la-jeunesse-sacrifiee/ []
  2. Voir le dernier chapitre du livre Arrêtons les frais []

L’obscurantisme de l’excellence

Parue dans Libération, 26 février 2020, sans les references

https://www.flickr.com/photos/lampithaler/34254762274/in/photolist-UbYBpy-2ceY5V4-UqdNFf-2g9Ck7g-Mrcsms-Rht4g5-Qu4bLQ-2i8d8s7-2irszbf-2be6Fjz-2igzs98-2inGo19-2hGUjsx-LDVMQs-2hNKmg9-2ifJ72E-2hC7axL-2aEZCie-N55KVt-2hcjzDF-G7Gne3-QkCt2i-24cgQS9-2gH65f5-22MpCNU-2gRemar-2h5cnZu-2haSigF-ZA4cwX-2irWd1w-2bGoGSA-2inCHKP-2idQ79h-27o9Tgc-2hGTbF1-2ipQ6Ka-2hRxvcx-2hvPZT6-2iergNY-2igAs7i-2irTy5N-2hGr4uQ-MD2rG5-2hNjRbi-2ix3wxB-2ijeUQP-23MhniT-2isnkzj-614rca-2g6hLzi

The Swamp 9, par Lampithaler, 2017

Tribune. Dans les mois qui viennent va être discutée la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Une loi ambitieuse, dont l’essence a été résumée par Antoine Petit, PDG du CNRS : il s’agira d’une loi «darwinienne». Seuls les excellents doivent survivre : car il vaut mieux financer la recherche excellente que la mauvaise ! Il est paradoxal qu’alors que l’essence de la science est de douter des idées reçues et d’arbitrer des rationalités contradictoires par l’argumentation et la confrontation au réel, la politique de la recherche scientifique semble s’asseoir presque exclusivement sur des préjugés ou des sophismes.

Depuis quinze ans a été engagée une transformation de la politique de la recherche pour remplacer les financements récurrents des laboratoires par des financements compétitifs sur projets. De ce point de vue-là, c’est une réussite : les chercheurs français consacrent désormais une bonne partie de leur temps autrefois consacré à leur métier à monter et à évaluer des projets dont environ un sur dix voit le jour. Alors même que l’un des buts revendiqués était de lutter contre le mandarinat, cette politique d’«excellence» a abouti à une concentration des ressources dans les mains des «excellents» car les mandarins ne sont-ils pas par définition « excellents » ? Mais ne soyons pas dogmatiques : peut-être est-ce une bonne chose ? On pourrait adopter une démarche scientifique et vérifier empiriquement si concentrer les ressources sur «les meilleurs» est un mode de gestion efficace. Or il existe des études sur ce sujet, qui concluent que la recherche suit une loi des rendements décroissants : il est plus efficace de diversifier les financements que de les concentrer en créant de grosses structures [Ref 1-4].

On pourrait aussi se demander s’il est possible d’anticiper les découvertes scientifiques, qui par définition portent sur des choses préalablement inconnues, en évaluant des projets. Là encore, des études se sont penchées sur la question [Ref 5-6]. Elles concluent que, après une sélection grossière, l’évaluation n’est pas meilleure qu’une loterie, et en fait pire puisqu’elle introduit des biais conservateurs (contre l’interdisciplinarité, puisque l’évaluation se fait par comité disciplinaire ; contre l’originalité et le risque, puisque l’évaluation doit être consensuelle).

Est-ce bien étonnant ? Il suffit de se pencher sur l’exemple récent de l’intelligence artificielle (IA) pour comprendre que l’idée de préfinancer la recherche « innovante » est une contradiction dans les termes. Continuer la lecture

À la radio – Crise de la recherche sur France inter, 20 février 2020

Crise dans la recherche : « Je passe 80% de mon temps à m’occuper de la partie administrative de mon travail » (R. Rodriguez)

22 minutes

Isabelle This Saint-Jean, professeur à l’université Sorbonne Paris Nord et secrétaire national du PS en charge des études, et Raphaël Rodriguez, directeur de recherche au CNRS et chef d’équipe à l’Institut Curie, sont les invités du grand entretien de Nicolas Demorand et Alexandra Bensaid à 8h20.

Continuer la lecture

Madame La Ministre, quand allez-vous écouter les travailleurs scientifiques !

En passant

Communiqué du SNTRS Inserm
Le Premier Ministre avait annoncé le 1er février 2019 sa volonté de proposer une loi pluriannuelle ambitieuse pour développer la recherche. Le moins que l’on puisse dire est que ce qui se dessine est tout le contraire.

Loin de tenir compte de l’expression de la communauté scientifique, il apparaît que la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR) aggravera les raisons du mécontentement que ne cessent d’exprimer les travailleurs scientifiques.

La LPPR s’inscrit dans la continuité de toutes les lois précédentes qui ont visé, depuis 2006, à réorganiser l’Enseignement Supérieur et la Recherche (ESR) et à faire selon les mots du PDG du CNRS du darwinisme social et de la compétition de tous contre tous, le principe d’organisation exclusif de nos professions.

Ainsi les inégalités sont érigées comme un instrument revendiqué de régulation de l’ESR. Les propos d’A. Petit sur une recherche tirée par des stars ne font que décliner dans l’ESR les principes d’une société ouvertement inégalitaire, énoncés par le président de la République, avec ses multiples petites phrases comme celles sur « les premiers de cordée ».

Dans l’ESR, il s’agit de concentrer les financements sur une dizaine de sites « dits d’excellence » regroupant les actuelles universités, les laboratoires d’organismes nationaux de recherche et les écoles d’ingénieurs. Dès 2021, ces regroupements expérimentaux appelés « universités de recherche » pourront demander le statut de « grands établissements » qui leur permettra de déroger au code de l’éducation (ordonnance du 12 décembre 2018). Ces grands établissements seront autant d’ilots de dérégulation en compétition les uns contre les autres pour monter dans le sacro-saint classement de Shanghai.

L’avenir des organismes nationaux de recherche

Le changement de finalité de la recherche modifie la nature des organismes de recherche et met en cause leur existence. Le gouvernement prétend considérer la recherche comme un investissement d’avenir. Mais il la traite exclusivement comme une source de dépenses à optimiser. La recherche publique doit avant tout être au service de la compétitivité des entreprises d’où des financements à… trois ans. Elle est gérée comme une entreprise privée avec des critères managériaux définis par des indicateurs.

Dans ces conditions, quels besoins d’avoir des organismes nationaux de recherche ? Quoi de mieux que des laboratoires pilotés par des établissements de sites qui lanceront leurs appels d’offre en fonction de leurs priorités scientifiques.

L’Institut Français des Sciences et Technologies des Transports, de l’Aménagement et des Réseaux (IFSTTAR), organisme national de recherche (1300 fonctionnaires) présent en France sur 9 sites, a été fusionné au 1er janvier de cette année à la nouvelle université Gustave Eiffel, fruit de la fusion de l’université de Marne la Vallée et de 3 écoles d’ingénieurs.

Le PDG de l’Inria (2200 fonctionnaires) a proposé que les centres Inria deviennent des centres Inria de l’université X, de l’université Y.

L’Institut des Sciences Biologiques (InSB) du CNRS envisage, compte tenu de ses moyens financiers limités, de désumériser un certain nombre de ses laboratoires.
De son côté l’Inserm (5500 fonctionnaires) cède la gestion de certaines de ses unités à l’université comme à Nantes où sur les 8 UMR, 5 passent en gestion universitaire, pour les 5 prochaines années. À l’issue de ces 5 ans, il y a fort à parier que ces 5 unités passeront sous tutelle universitaire.

Le président de la Conférence des Présidents d’Université (CPU) ne s’en cache pas « Ce qui change peut-être c’est qu’on ne cache plus notre volonté de voir les universités être pilotes de la recherche » (interview News Tank 3 février).

Les organismes nationaux de recherche sont de plus en plus réduits à de simples coordinateurs des programmes du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI). De toutes les manières, ils n’ont plus les moyens financiers de structurer une quelconque politique de recherche.

Plan stratégique Inserm 2021-2025

Le Plan stratégique ne propose que des mesures visant à soutenir l’obtention de contrats de recherche sur projet et à aggraver la précarité. Actuellement, les financements issus des ressources propres de l’Inserm ne constituent que 20% en moyenne des crédits octroyés aux laboratoires et couvrent de manière très incomplète, les coûts de fonctionnement de base de nos structures. Les collègues doivent passer une bonne partie de leur temps à la recherche de financements sur projets pour pouvoir travailler. Le plan stratégique ne fait que renforcer ces pratiques.

Concernant l’emploi, notre organisme est l’un des EPST dont le taux de précarité est le plus élevé avec 39% des salariés (chercheurs, ingénieurs et techniciens) de l’Inserm qui sont sur contrats à durée déterminée ou vacations. Cette situation perdure depuis plus d’une dizaine d’années et, en l’absence de perspectives de recrutements sur postes statutaires, c’est l’avenir de notre institut qui est remis en cause. Au lieu de demander une relance de l’emploi statutaire et d’envisager de réduire la précarité, source de risques psychosociaux, le Plan Stratégique propose de nouvelles formes de contrats précaires, par exemple avec une filière selon le modèle des « tenure track » pour les chercheurs et ingénieurs-docteurs. Ils ne permettent ni de mener dans la durée des recherches originales, ni d’innover et de prendre des risques, ni de garantir la transmission des savoir-faire indispensables à la recherche biomédicale française.

L’avenir de leurs personnels

Le statut de fonctionnaire assure à son titulaire l’indépendance à l’égard du pouvoir politique en lui conférant une série de droits dont ne bénéficient pas les CDI et encore moins les CDD. Ce statut de titulaire est en contradiction avec une recherche quasi exclusivement financée par les contrats. Le chercheur à temps plein fonctionnaire fait partie du monde ancien dont le Président de la République veut se débarrasser.

La loi de la Transformation de la Fonction Publique, votée en août 2019, fait du contrat la norme de travail de la Fonction Publique. La LPPR s’inscrit dans cette loi, en instituant les CDI de projet (oxymore associant contrat à durée indéterminée à un projet qui par définition est à durée définie). Les « tenure tracks » remettent en cause le corps de Chargés de Recherche. L’Inria n’a pas attendu la LPPR pour recruter 24 chargés de recherche en CDI autant que de chargés de recherche sur statut de fonctionnaire. Ces CDI co-recrutés avec les universités ont une obligation d’enseignement. Si un organisme de recherche recrute des enseignants chercheurs, où est la différence avec les universités ? Déjà dans plusieurs projets Idex et Isites, les chercheurs bénéficiant de contrats gérés par les Idex et Isites devront consacrer une partie de leur temps à l’enseignement !

Quant aux ingénieurs et techniciens, leur gestion sera de plus en plus mutualisée avec « les partenaires » des sites.

Salaires

Les rémunérations des personnels de recherche sont scandaleuses et indignes des niveaux des qualifications et de l’engagement professionnel. Les premières annonces de la Ministre ne sont pas brillantes : elle parle de 92 millions d’euros pour revaloriser les primes, soit 37 euros brut par agents. Quant aux salaires cela se réduit à un doublement du 1e échelon de CRCN mais compte tenu du nombre d’années de post-doc personne n’est recruté au premier échelon, cette augmentation n’est en fait que de 1,4 fois le SMIC. Cela reste très en dessous des rémunérations des collègues étrangers. Et pour toutes les autres catégories de personnels … rien !

Retraites

LPPR et loi sur la retraite sont intimement liées. En baissant de 74,8% à 17,8% la cotisation employeur pour le financement des retraites des fonctionnaires, le gouvernement va creuser un trou de 41 milliards d’euros qui ne pourra être comblé que par la baisse des pensions. L’argent que l’État va ainsi récupérer ira pour partie servir à financer les mesures qu’il inscrira dans la loi de programmation, mais pour partie seulement. Le gouvernement entendait introduire dans la loi de réforme des retraites une revalorisation des rémunérations des enseignants chercheurs et des chercheurs en la reportant dans la LPPR. Mais l’avis du Conseil d’État qualifiant de non-constitutionnelle cette disposition, et critiquant sur de nombreux autres points l’étude d’impact qui lui a été remise, devrait obliger le gouvernement à revoir sa copie. Les calculs montrent que ce système de retraite à points va entrainer une chute des pensions pour la plupart des retraités de l’ESR.

Madame La Ministre,
où menez-vous la recherche publique avec votre politique ?

Nous n’en pouvons plus de la précarité. Nous n’en pouvons plus de passer notre temps à courir après les contrats. Nous en avons assez des discours lénifiants ressassés chaque année.

Nous voulons une augmentation conséquente des crédits récurrents condition indispensable de la liberté de recherche. Nous voulons des recrutements sur statut pour tous les personnels, gage indispensable de l’autonomie de la démarche scientifique. Nous voulons des rémunérations dignes de nos professions et des carrières attractives. Nous voulons des retraites décentes dignes de nos engagements professionnels.