Bruno Latour: C’est sur la biochimie de Madame Vidal qu’il faudrait enquêter

Bruno Latour sur Hors-série, 03.04.2021:

« Il y a une discipline sur laquelle j’aimerais bien qu’on ait une enquête de l’université et du CNRS, c’est la biochimie de Madame Vidal. C’est l’une des disciplines les plus corrompues par l’accès des entreprises à la science.

Neuraminidase Ribbon Diagram. Source: wikipedia

Donc, d’accord, on fait une enquête sur les ‘corruptions’ éventuelles du post-colonialisme à l’université, mais on le fait aussi sur la biochimie. Et puis peut-être aussi sur l’économie. Et puis, au fond peut-être aussi sur d’autres disciplines.

Si on commence à attaquer la question de la corruption de la politique de recherche, c’est une bonne question, mais il faut la faire sur toute la gamme des disciplines. »

La convention de mécénat de la licence BNP de PSL enfin dévoilée

Le collectif PSL contre-attaque, formé à l’origine en opposition à l’ouverture du diplôme « Sciences pour un monde durable » en 20191, a obtenu la convention de mécénat liant l’université PSL (Paris Sciences et Lettres) et la banque BNP Paribas, dans le cadre du financement de cette formation niveau licence.

Depuis les débuts de cette formation sur le développement durable financée par la BNP Paribas, pollueur de renom2, PSL clamait que la convention qui la liait à la BNP était un document confidentiel. La direction de PSL en avait même refusé l’accès aux élu·es du Conseil d’administration3 ! Après plusieurs demandes restées sans réponse, PSL contre-attaque a saisi la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA), qui nous a donné raison. PSL n’avait alors toujours pas communiqué la convention, et le collectif avait donc commencé un recours au tribunal administratif. Finalement, PSL nous a enfin envoyé la convention avec la BNP !

Voici les éléments saillants de la convention ainsi que les doutes qui subsistent encore.

• Le mépris du droit. PSL s’engage à être libre de « tout engagement qui l’empêcherait de signer le présent accord », au mépris de la loi qui prévoit que ce genre de document est public.

• L’obsession de la confidentialité. Sur les sept pages de la convention, une page complète est dédiée à la confidentialité. On comprend d’ailleurs mieux que PSL rechigne à fournir la convention quand on voit que la BNP se réserve le droit de résilier la convention, et de cesser le paiement en cas de divulgation de la convention !

• La BNP Paribas ne s’engage à payer que de 2019 à 2024. Que deviendra la licence quand la source de financement s’arrêtera ? De plus, la convention est très peu contraignante pour la BNP, qui peut également rompre ses engagements sans gros dommages.

• La clause de protection de l’image de la BNP (article 7.3) : PSL s’engage à « ne faire aucune déclaration ni commentaire public susceptible de porter atteinte à l’image ou à la réputation du mécène ». Ce paragraphe très critiqué lors de la première version de la convention est assorti d’une mention qui protège la liberté pédagogique. Nous voilà rassuré·es. Néanmoins, prenons le problème autrement : pourquoi PSL accepte-t-elle de se bâillonner ? Comment former correctement au changement climatique sans parler des responsables, qui financent les énergies fossiles depuis des décennies et refusent d’en sortir malgré la catastrophe climatique à venir ?

• Le « comité de suivi et d’information », comportant des membres de la BNP à 50 %, et dont le rôle est de « garantir les orientations stratégiques du projet ». Face au tollé suscité par l’ingérence de la BNP dans le contenu de la formation, PSL et la BNP se sont payées de mots en assurant que le comité ne jouera pas de rôle pédagogique et académique. Décider des orientations stratégiques d’une licence, sans jouer de rôle académique ou pédagogique, cela ne va pas de soi !

• Le montant apporté par la BNP n’a pas été communiqué ; cependant, on peut l’estimer à environ 8 millions d’euros sur 5 ans.

• La présence d’autres mécènes : les informations à disposition sont contradictoires. Dans une interview récente au Monde4, Alain Fuchs, le président de PSL qui a chapeauté la création de cette formation, prétend que d’autres mécènes sont présents (Foncia et Engie). Il l’a aussi affirmé en Conseil d’administration de PSL. Cependant, dans un courrier relatif à nos démarches pour accéder aux conventions, Alain Fuchs indiquait à propos des conventions de mécénat : « Il n’en existe qu’une à ce jour ». Ces conventions ne nous ont pas été communiquées, alors que la CADA nous a donné raison pour obtenir ces documents s’ils existent.

Pour la présence d’autres mécènes, comme pour les autres points cités, la direction de PSL donne des informations obscures, tient un double discours et se tient parfois à la limite de la légalité.

La convention de mécénat peut être consultée dans son intégralité sur ce fil Twitter ou ci-dessous.

Continuer la lecture

  1. Pour un résumé de cette jolie histoire, voir https://twitter.com/ContrePsl/status/1327963668433211394 []
  2. Voir le rapport publié par un réseau d’ONG : https://www.ran.org/wp-content/uploads/2020/03/Banking_on_Climate_Change__2020_vF.pdf []
  3. Le 28 mai 2020, p. 12 : https://psl.eu/sites/default/files/Compte-rendu%20du%20CA%20de%20l’Universit%c3%a9%20PSL%20du%2028%20mai%202020%20-%20version%20adopt%c3%a9e%20au%209%20juillet%202020.pdf []
  4. « La licence « monde durable » cofinancée par BNP Paribas tente de dépasser la polémique », Éric Nunès, Le Monde, 23 janvier 2021 []

Peut-on mener des recherches sur la guerre en étant financé∙e par le Ministère des Armées?

Le difficile pas de deux entre militaires et chercheurs

Peut-on mener des recherches sur la guerre tout en étant financé par le ministère des armées ? La question divise le milieu académique. État des lieux d’une recherche à l’indépendance fragile…

es lecteurs de L’Obs ont assisté cet automne à une vive controverse par tribunes interposées autour du lien entre les opérations extérieures de l’armée française et les actions terroristes sur le sol français. L’étincelle, venue du monde artistique et intellectuel, mit le feu au poudre du baril académique.

Quatre tribunes (ici, ici, ici et ) de chercheurs se sont succédé pour y répondre, les unes soutenant que l’usage de la force est indispensable et légitime pour défendre la France « attaquée pour ce qu’elle est et non pour ce qu’elle fait », les autres critiquant une guerre nourrissant le terrorisme par sa violence n’épargnant pas les civils. Derrière cet affrontement par voie de presse, se cache un débat jamais mis sur la place publique mais très présent dans l’esprit de tous les protagonistes de cette controverse.

Comment peut-on mener des recherches sur la guerre – et en particulier celles que mène aujourd’hui la France – sans dépendre de l’armée ?

Comme toute la société française, le monde des sciences humaines et sociales a été ébranlé par les attentats de 2015. De partout, on voulait lui donner un sens, demandant aux chercheurs d’expliquer et d’interpréter ce retour du sang et des armes, inédit depuis plus d’un demi-siècle et les attentats de l’OAS.

L’armée ne tarda pas à comprendre l’intérêt qu’elle aurait à nouer des liens avec le milieu académique. En physique ou en biologie, sciences aux implications militaires si manifestes, les liens existaient de longue date, notamment à travers la puissante Direction générale de l’armement. Elle finance chaque année quelque 130 bourses de doctorat (missions aujourd’hui reprises par l’Agence de l’innovation de défense). Désormais, c’est vers les sciences politiques, la sociologie et l’histoire qu’elle se tourne.

Lire la suite sur le site de Mediapart

Illustration en bandeau: Des soldats du 2e régiment de hussards lors d’une cérémonie en hommage à deux soldats de l’opération Barkhane tués peu avant au Mali, le 8 janvier 2021 à Haguenau. © PATRICK HERTZOG / AFP

Né·es avant la honte. Le président, les ministres et la prix Nobel française

Hier, nous apprenions qu’Emmanuelle Charpentier, de nationalité française, recevait le prix Nobel de chimie, avec l’Américaine Jennifer Doudna, de chimie pour leur travail sur le développement d’une méthode du séquençage et découpage de gènes (for the development of a method for genom editing).Les réactions ne se sont pas fait attendre, comme les réactions aux réactions, ou les mobilisations d’archives.

Parfaite démonstration, donc, du caractère vraiment nocif de la Loi de programmation de la recherche 2021-2030, en cours d’examen au Sénat.

https://twitter.com/EmmanuelMacron/status/1313823056343769088?s=20

Continuer la lecture

LPPR à l’Assemblée : bonneteau avec les retraites

 La fabrique de la loi #26

← Article précédent

Article suivant­ →

Le projet de loi de programmation de la recherche (LPPR) a été adopté en première lecture par l’assemblée nationale ce 24 septembre 2020. Les débats ont pu mettre en lumière la perspective d’un bonneteau consistant à financer cette loi grâce à la diminution des cotisations employeurs prévue dans le projet de loi relatif au système universel de retraite. Ce serait donc par un désengagement progressif des retraites des personnels de la recherche que l’Etat pourrait à terme refinancer les travaux de recherche, mais aussi l’ANR et le CIR. Comment cela pourrait se passer concrètement ?

La perspective du financement de la LPPR par un transfert des cotisations employeurs pour les retraites des personnels de l’ESR intrigue. D’abord soutenue par le Groupe Jean-Pierre Vernant, elle a fait l’objet d’insistantes questions de MM. Patrick Hetzel (LR) et Régis Juanico (Soc). Mme. Frédérique Vidal n’a cependant pas souhaité apporter de réponse claire (voir quelques verbatims).

Le bonneteau s’explique ainsi : d’une main, le gouvernement finance effectivement la LPPR ; mais de l’autre, il intègre la fonction publique dans le régime général des retraites. Or, les cotisations employeurs sont beaucoup plus basses dans le régime général : 17% contre 74% actuellement. Ainsi, l’Etat réduirait sa dépense pour le compte d’affectation spéciale pensions (CAS pensions), qui assure l’équilibre des caisses de retraite des personnels de la recherche, dégageant des marges de financement pour la LPPR.

Il faut effectivement reconnaître qu’aucun autre moyen concret de financement n’a été évoqué : ni hausse d’impôt, ni baisse d’une autre dépense. De plus, le caractère progressif de la baisse des cotisations retraites correspond assez bien au caractère progressif du refinancement de la recherche prévu dans la LPPR, lui aussi largement discuté sans que le gouvernement n’apporte de réponse satisfaisante.

Actuellement, les contributions aux CAS pensions sont intégrées aux subventions pour charge de service public (SCSP) que touchent les établissements. Sa compensation en cas de hausse n’est pas automatique. Il faudra vérifier lorsqu’il baisse si les SCSP baissent d’autant ou pas. Si c’est le cas, c’est que ce bonneteau est une réalité.

Continuer la lecture

Sylvain est un chercheur qui cherche… les moyens de travailler

Update. Ce fil Twitter a depuis fait l’objet d’une publication sur le blog de son auteur.

 

Continuer la lecture

Ruse de Sioux pour ne pas prolonger les contrats des doctorant∙es après le COVID-19

Sur le financement de la LPPR : l’obole à Charon

Pierre Ouzoulias, sénateur des Hauts-de-Seine, et membre de la Commission Culture du Sénat, a proposé sur Twitter une analyse du volet budgétaire de la LPPR, en complément de notre billet d’analyse initiale de l’avant-projet. Nous la reprenons ici.

Espérons qu’à la suite de Pierre Ouzoulias et de Gérard Larcher, son président, le Sénat défendra avec vigueur l’université française contre la fragilisation de l’emploi et contre l’affaiblissement continu de ses crédits.

Liens

Lettre des représentant·e·s élu·e·s des doctorant·e·s de l’école doctorale Sociétés, Temps, Territoires (ED STT) à la Ministre

Les représentant·e·s élu·e·s des doctorant·e·s de l’école doctorale Sociétés, Temps, Territoires (ED STT) Universités d’Angers, Bretagne Occidentale, Bretagne Sud, Le Mans, Nantes et Rennes

À Mme la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI), À Mmes et MM. les député·e·s, sénatrices et sénateurs de nos circonscriptions de travail et de vie,

Aux président·e·s des universités et écoles où nous étudions, Aux directrices et directeurs des laboratoires qui nous accueillent, Au directeur de notre école doctorale, À tou·te·s les doctorant·e·s,

Le 19 mai 2020.

Objet : propositions suite aux engagements du MESRI d’accompagner les universités afin de prolonger les contrats doctoraux et de soutenir tou·te·s les doctorant·e·s.

Mesdames, Messieurs,

En France, un·e doctorant·e est accueilli·e dans un laboratoire au sein d’une université et/ou école, pour ses recherches et la prolongation de ses études, mais également accompagné·e par une école doctorale pour le déroulement de sa thèse. C’est pourquoi notre rôle d’élu·e·s à l’école doctorale est de mettre en oeuvre les meilleures conditions de travail et d’études pour les doctorant·e·s afin de garantir l’excellence de la recherche française. En sciences humaines et sociales, cette recherche est majoritairement non financée : en moyenne, seul un tiers des doctorant·e·s de nos disciplines ont un contrat de trois ans avec leur université, une collectivité territoriale, une entreprise, une association, ou autre. Quant aux doctorant.e.s non-financé.e.s, elles et ils doivent enchaîner des vacations et mener de front un travail à temps plein et leur thèse.

Le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) a annoncé, le 23 avril 2020, qu’il autorisait d’éventuelles prolongations de contrats doctoraux en cours et qu’il accompagnerait les universités dans cette démarche. Cette mesure est importante, bienvenue et urgente. Pour les doctorant·e·s financé·e·s actuellement en troisième (et dernière) année, la prolongation doit être fixée rapidement pour être effective en septembre. N’ayant pas pu, pour le moment, obtenir de rallonges budgétaires suffisantes pour financer cette mesure malgré l’annonce de la ministre, plusieurs directions de recherche de nos universités ont adressé aux directrices et directeurs de laboratoires des instructions pour procéder à une sélection des doctorant·e·s qui pourront bénéficier de cette mesure. Faute de financements suffisants, cette annonce ministérielle, non suivie d’acte fort, oblige nos universités à procéder à des sélections sur des critères établis en toute hâte.

Ces lettres de cadrage adressées aux directions d’unité ont soulevé de vives inquiétudes chez nombre de doctorant·e·s. Elles suggèrent en effet de privilégier les demandes de prolongations de contrats fondées sur des motifs qui apparaissent plus immédiatement « évidents et incontestables », tels que la neutralisation « des expérimentations longues ou des collectes de données », autrement dit  dans le cas des doctorant·e·s, les interruptions ou annulations de terrain. En outre, il est probable que toutes.tous les doctorant·e·s qui sont dans ce cas ne pourront pas bénéficier de cette mesure puisqu’elles et ils seront probablement trop nombreux·ses.

Les critères mis en place sont à notre avis insuffisants. À l’inaccessibilité des terrains et à l’interruption de la collecte de données, qui entravent effectivement largement l’avancée de la thèse, s’ajoutent de multiples difficultés et autres sources de retard dans notre travail. Elles peuvent ainsi prendre les traits d’une détresse psychologique occasionnée par l’isolement social et le stress créés par la pandémie, ou encore d’une charge mentale et temporelle produite par la nécessité de s’occuper d’enfants, de personnes vulnérables ou de proches malades.

De plus, la « continuité pédagogique » a nécessité des dépenses de temps et d’énergie considérablement accrues, tant pour assurer les cours et les évaluations à distance que pour suivre les étudiant·es et répondre à leurs inquiétudes, laissant peu de place au travail de recherche. Précisons d’ailleurs qu’à cette surcharge de travail s’ajoute, pour celles et ceux qui enseignaient sous statut de vacataire, un paiement des heures plus retardé encore qu’à l’accoutumée, voire une incertitude sur leur paiement intégral, constituant une source supplémentaire de préoccupation mentale et matérielle. Et toutes·tous les doctorant·e·s non ou plus financé·e·s se sont retrouvé·e·s, comme de très nombreux·ses étudiant·e·s, sans revenus, le confinement ayant fait cesser nombre de petits boulots.

L’accès restreint aux ressources documentaires ne peut pas être compensé par les modalités étendues d’accès à distance. Nous expérimentons également des pertes d’efficacité dues à la faible ergonomie d’environnements de travail de fortune : ordinateurs personnels parfois défaillants, petits écrans, absence d’imprimante, connexion erratique à internet depuis nos lieux de confinement, etc.. Autant d’obstacles qui, malgré l’initiative de la direction de certains laboratoires de proposer du matériel informatique et de nombreux·ses universités de venir en aide aux étudiant·e·s, ne peuvent être tout à fait levés. De plus, un environnement de travail n’est pas que matériel : notre travail doit beaucoup aux relations sociales, aux échanges scientifiques et à l’entraide qui s’y jouent. Ensemble, ces facteurs qui nous atteignent à différents degrés nous placent dans des situations de travail inconfortables et peu propices au travail de thèse, lorsque ce dernier n’est pas tout bonnement impossible.

Continuer la lecture

Lettre ouverte aux parlementaires à la veille de l’examen du projet de loi « portant diverses dispositions urgentes pour faire face aux conséquences de l’épidémie de covid‑19 »

Un projet de loi « portant diverses dispositions urgentes pour faire face aux conséquences  de l’épidémie de covid‑19” sera présenté à l’Assemblée nationale demain, jeudi 14 mai. Ce projet est la première traduction législative des annonces de F. Vidal concernant la prolongation des contrats doctoraux et CDD dans l’ESR. L’article 1°g “autorise” les opérateurs à prolonger les contrats (prolongations qui ne seront pas comptés dans les 6 ans max de CDD dans la fonction publique).

La formulation actuelle du projet est insatisfaisante sur plusieurs points. Elle ouvre la porte au choix arbitraire des projets “directement affectés” qui seuls seront prolongés. Elle restreint la durée des prolongations autorisées à la durée de l’urgence sanitaire, alors que dans certaines disciplines les projets seront affectés sur une durée beaucoup plus longue. Enfin, s’il est normal que ce projet de Loi ne contienne pas de mesures budgétaires, une simple « autorisation” de prolongation donnée à des établissements déjà financièrement exsangues ne fera que susciter de faux espoirs.  Elle doit être accompagnée à des annonces budgétaires précisément chiffrées de la part du gouvernement.

Afin de peser dans le débat parlementaire et d’encourager les parlementaires à demander au gouvernement un engagement budgéataires permettant de financer les prolongations, 30 sociétés savantes ont écrit hier une nouvelle lettre ouverte à une sélection de parlementaires. Ce document inclut en annexe une estimation des coût de ces prolongations et une proposition d’étalement sur 3 ans de leur financement.

Lettre en intégralité : document .pdf

Précaires de la police, précaires de l’ESR : même combat ?

Lien

  • Annexe au rapport, Projet de loi relatif à diverses dispositions liées à la crise sanitaire, à d’autres mesures urgentes ainsi qu’au retrait du Royaume‑Uni de l’Union européenne, 12 mai 2020

Lettre aux députés au sujet du projet de loi « portant diverses dispositions urgentes pour faire face aux conséquences de l’épidémie de covid-19 »

Directrices et directeurs de laboratoires, nous organisons actuellement les plans de retour à l’activité sur nos sites, en dialogue avec nos établissements de tutelle. Cette planification doit concilier le redémarrage des laboratoires et la protection des personnels par la participation à la lutte contre la circulation du virus. Cette reprise ne sera pas simple et se heurte à de nombreux obstacles. Dans la plupart des cas l’ouverture des locaux n’est d’ailleurs pas envisagée en continu avant le mois de septembre, et tout le personnel ne sera pas autorisé à les occuper au même moment. La période du confinement et les mois qui vont suivre auront ainsi des conséquences délétères pour la recherche dans son ensemble, et en particulier pour les doctorant.e.s et les postdoctorant.e.s sous contrat ainsi que le reste du personnel contractuel.

Le fait que ces derniers ne soient pas éligibles au dispositif du chômage partiel met particulièrement en péril l’aboutissement de leurs recherches. Car, si les activités ont été suspendues durant le confinement et risquent d’être très contrariées durant les mois qui viennent, les échéances des contrats n’ont pas été modifiées et les salaires sont toujours financés par les structures de recherche. Les projets se trouvent amputés de plusieurs mois de travail et les enveloppes budgétaires permettant de les financer sont désormais insuffisantes. Faut-il préciser que si le télétravail peut dans certains cas être efficace, il n’est pas adapté, loin de là, au bon déroulement de l’essentiel des activités ?

L’ensemble de la communauté scientifique a besoin de retourner au plus vite dans les laboratoires, sur le terrain, dans les bibliothèques et les services d’archives, mais elle sera en grande majorité dans l’incapacité de le faire. Ces impossibilités, conjuguées à l’annulation des événements scientifiques, à la suspension des collaborations internationales et à la pénurie des postes à venir, qui se manifeste déjà dans le secteur privé, obèrent particulièrement le futur des jeunes sous contrat. Toutes et tous doivent dès à présent obtenir des certitudes pour leur avenir à court terme.

Il est nécessaire que les doctorant.e.s et les post-doctorant.e.s financés ainsi que les autres personnels contractuels obtiennent des garanties de compensation. Continuer la lecture

Terrains suspendus jusqu’à nouvel ordre

  • par Saskia Meroueh, Université de Nantes

Frédéric Restagno a présenté dans une lettre à Madame Frédérique Vidal les conséquences désastreuses que la situation actuelle va engendrer chez les doctorant·es en sciences dites « dures ». Ce court texte a pour vocation de compléter cette démarche importante en prenant en compte les spécificités des sciences sociales. Les circonstances actuelles vont avoir des conséquences de très long terme pour les thèses qui s’appuient sur des enquêtes ethnographiques1.

Ces retards ne vont pas se résumer à la seule période de confinement. Une thèse de sciences sociales s’appuie essentiellement sur le recueil de matériaux sur le terrain. La réussite de nos enquêtes est dépendante des liens plus ou moins durables que nous créons avec nos enquêté-e-s, surtout lorsque nous sommes au début de nos recherches.

Le terrain se travaille, se négocie, la présence d’un·e ethnographe ne va jamais de soi, même quand elle est acceptée. Plusieurs semaines sans terrain peuvent remettre en cause notre présence sur ce terrain, fragiliser les relations humaines que nous avions commencé à construire. Les liens que nous tissons avec nos enquêté·es se fondent sur une relation quotidienne, ou du mois régulière, sur le terrain.

Négocier une présence de long terme dans une organisation est déjà un processus long et non linéaire habituellement et nécessite un temps long devant soi. Les consignes sanitaires vont sûrement rendre plus difficiles encore les négociations de présence d’un·e ethnographe dans des organisations quand cette présence est non essentielle à son fonctionnement. La légitimité de notre présence sera sans doute mise à mal par ces consignes de sécurité, notamment par le nombre de personnes maximum par lieu, qui vont s’étendre sur plusieurs mois à partir du déconfinement.

Les conséquences de la crise sanitaire sur la durée des thèses ne vont donc pas s’arrêter le 11 mai, les retards accumulés ne se résumeront pas à quelques semaines de terrain suspendu, lequel reprendrait naturellement son cours une fois le déconfinement acté. Il est probable que l’accès à certains terrains soit compromis jusqu’à la fin de l’année 2020.

Les prolongations de financements sont nécessaires, mais les promesses qui se limitent à deux ou trois mois de prolongation pour les doctorant·es en fin de contrat (et au cas par cas, car les établissements ne peuvent pas financer ces prolongations sur leurs fonds propres) montrent que le problème n’est pas vraiment pris au sérieux. Les doctorant·es, quelle que soit leur année de thèse, vont être retardé·es de nombreux mois dans l’avancée de leurs recherches, du fait de l’absence d’accès aux terrains, mais aussi aux ressources bibliographiques et à leur lieu de travail.

L’angoisse de ne pas mener à bien nos thèses dans les délais impartis, déjà si pesante habituellement, va être décuplée si les promesses de financement de notre Ministre ne sont pas accompagnées du budget nécessaire pour les honorer.

D’après Hilary Allison, The New Yorker

Sur Academia

 

  1. NDLR. Le raisonnement se tient aussi pour les thèses sociologiques, mais aussi historiques, exigeant la fréquentation de fonds d’archives et de collections patrimoniales. []