Diplômes, examens à distance, recrutements : point d’étape sur les fiches de la DGESIP

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #11
Article précédent

Les seize fiches qui composent le « plan de continuité pédagogique » de la direction générale de l’Enseignement supérieur et de l’Insertion professionnelle (DGESIP / MESRI) ont à nouveau été modifiées le 1er avril.

Cette énième modification était attendue. Il fallait notamment intégrer au « plan de continuité pédagogique » les différentes ordonnances publiées la semaine dernière, et en particulier les deux ordonnances du 27 mars déjà analysées par Academia : l’ordonnance « relative à l’organisation des examens et concours pendant la crise sanitaire née de l’épidémie de covid-19 » et l’ordonnance « adaptant le droit applicable au fonctionnement des établissements publics et des instances collégiales administratives pendant l’état d’urgence sanitaire ».

Voici quelques-uns des enseignements que l’on peut tirer de cette actualisation, sur trois points sensibles qui préoccupent énormément la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche : 1° l’adaptation des conditions de scolarité, et en particulier de délivrance des diplômes ; 2° les examens à distance ; 3° les recrutements.

1° L’adaptation des conditions de scolarité (fiche n° 6)

Academia y a déjà consacré deux articles1, et nous irons donc vite sur ce premier point : les ordonnances du 27 mars dernier permettent au ministre, aux recteurs et aux présidents d’universités – selon les hypothèses dans lesquelles on se trouve – d’« adapter » les conditions de l’accès aux formations de l’enseignement supérieur et de la délivrance des diplômes, « pour faire face aux conséquences de la propagation de l’épidémie de covid-19 et des mesures prises pour limiter cette propagation ».

Comme déjà expliqué, c’est un pouvoir considérable qui a été accordé à chacune de ces autorités car ces « adaptations » peuvent se faire « nonobstant toute disposition législative ou réglementaire contraire »,  c’est-à-dire sans que les règles existantes puissent y faire obstacle. C’est sur le fondement de cet ordonnance, par exemple, que le ministre de l’Éducation nationale Blanquer est autorisé à modifier de manière particulièrement simplifiée – c’est-à-dire sans avoir aucune procédure à suivre, et en particulier sans avoir aucune consultation à mener – les conditions de délivrance du « premier grade de l’enseignement supérieur » qu’est le baccalauréat, ce qu’il annoncera vraisemblablement aujourd’hui lors de sa conférence de presse consacrée au bac et à la fin de l’année scolaire.

https://www.flickr.com/photos/pamloring/5370680593/in/photolist-9bA9eg-UQFL37-5v8RzC-qPhVW9-5XW2QD-54CjrJ-bzunge-9JCTF8-9Wr9kb-9SYy62-pVtxvF-5pNstE-4N83A5-fuzyuY-oNaF8S-5HBJVo-PdJQu-fLP7vM-6hTQXr-9QntbE-97wfuB-adV3W8-a8mhac-535Ghb-diPyH2-WEiW3Y-ecDgZS-5NfHMX-zQzNsb-7pdBSS-9xv1re-pwdqjT-3SwjaE-cyQujj-4BoeVs-7Yvuss-9BiPEZ-gaF1P6-4hJ2Wd-66KSUu-9tnGBJ-bg5uHv-mCqe5D-5SMeFb-7A25nm-VGbaX7-KQuvi-d4LT4A-7ZbxSB-gjh5Wu

Lighthouse, by Pamela Loring, 2010

Continuer la lecture

  1. https://academia.hypotheses.org/21693 et https://academia.hypotheses.org/21742 []

Comment évaluer les étudiant·es confiné·es ? Enquête et propositions

  • par un collectif d’étudiant·es et d’enseignant·es

La question de l’évaluation est centrale dans les cursus étudiants et dans la vie d’une université. Le confinement déstabilise les enseignements, mais rend également caduques les modalités d’évaluation des connaissances, et donc de validation des modules, unités d’enseignement (UE) et diplômes.Pourtant, la situation de confinement pose de nombreux problèmes, de la tenue d’enseignement à distances à celles de celui de l’accès des étudiant·es à un équipement et une connexion adaptés1

À partir d’un travail initial entre étudiant·e·s et enseignant·e·s de l’Université de Strasbourg, un collectif d’enseignant·es et d’étudiant·es animé par Julien Gossa se propose de recenser les situations et les propositions dans les universités françaises, en vue de mener à bien la séquence critique d’examens qui doit bientôt s’ouvrir.

Ce collectif interroge ainsi les principes généraux d’évaluation, en s’interrogeant sur l’autorité la plus à même de décider, notamment en cas de suspension effective des instances2.

Pour enrichir ce document, le collectif réuni par Julien Gossa souhaite collecter :

  • les observations et proposition de modifications ;
  • des témoignages concrets d’étudiant·e·s et enseignant·e·s.
Pour participer à cette action, vous pouvez renseigner l’enquête suivante :
https://framaforms.org/enquete-sur-les-evaluations-confinees-1585741433

Les résultats seront actualisés en temps réel sur le site suivant :

  1. Voir par exemple, sur Academia; Mathieu s’inquiète de la (dis-)continuité pédagogique, 26 mars 2020 ;  ou La continuité pédagogique, à toutes forces ? Enquête auprès des étudiant·es en sociologie de Grenoble, 27 mars 2020 – mais aussi tous les textes tagués par Continuité pédagogique. []
  2. Voir « Il n’est pas besoin de beaucoup de mots » : dérogations à tout va dans les universités, 28 mars 2020 []

Lettre des enseignant·es aux étudiant·es de l’UFR de de sciences de l’éducation de Paris-8

Bonjour à tous et toutes,

Nous sommes quelques enseignant·es de l’UFR de sciences de l’éducation de l’université Paris 8 à nous poser des questions sur ce qui nous arrive et nous tenons à partager avec vous nos interrogations.

Nous voici confiné.e.s pour au moins quinze jours, mais probablement le double si l’on en croit les expériences du Hubeï ou d’Italie.

Nous sommes passé·e·s d’une vie publique et politique intense à une vie resserrée sur l’espace domestique. Pourtant rien ne cesse vraiment de nous indigner.

Paraît-il que les journalistes se sont organisé·e·s pour assurer la « continuité de l’information » et nous voici avec un flot continu de discours sur l’évolution à la minute de la pandémie, la réaction de nos politiques en temps réel et les soubresauts de la bourse, tout ceci bien enrobé « d’unité nationale ». Alors à nous tous et toutes, professionnel·le·s de l’éducation de la maternelle à l’université, de prendre nos responsabilités pour assurer la « continuité pédagogique » et de faire vivre cette « nation apprenante » dont on voit mal ou trop bien (c’est selon) ce qu’elle peut bien signifier ! Nous savons tous et toutes que les plus vulnérables seront les plus touché·e·s par le virus, mais aussi par la nécessité d’assurer toutes formes de continuité, de s’occuper des proches, de gérer le quotidien.

La grève prend ainsi une drôle de tournure dans un moment où la défense de nos services publics et une plus juste répartition des richesses semblent d’une brûlante actualité. Il ne s’agit évidemment pas de contester la décision de confinement mais de ne pas cesser d’être critiques et solidaires parce que nous avons cessé de sortir et de nous réunir. Il ne s’agit peut-être pas non plus d’assurer une « continuité de la grève » plutôt qu’une continuité pédagogique… mais peut-être d’accepter la rupture !

Continuer la lecture

La loi organique d’urgence, le Conseil constitutionnel et la continuité pédagogique

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #8
Article précédent

Démarrons par un point apparemment éloigné de la continuité pédagogique : le Conseil constitutionnel a rendu jeudi 26 mars sa décision sur la « loi organique d’urgence pour faire face à l’épidémie de Covid-19 ». La loi « organique » d’urgence est une loi qui vient compléter la loi « ordinaire » d’urgence du 23 mars dernier, sur un point bien précis : elle suspend jusqu’au 30 juin 2020 les délais dans lesquels doivent être normalement examinées les questions prioritaires de constitutionnalité, « afin de faire face aux conséquences de l’épidémie du virus covid-19 » (article unique de la loi, qui n’a toujours pas été publiée au Journal officiel).

Les lois organiques sont des lois d’un type très particulier. Leur adoption étant prévue par la Constitution elle-même, elles sont d’une valeur juridique supérieure aux lois ordinaires et doivent être promulguées selon une procédure spéciale fixée à l’article 46 de la Constitution. Entre autres choses, un projet de loi organique ne peut pas « être soumis à la délibération de la première assemblée saisie avant l’expiration d’un délai de quinze jours après son dépôt » (alinéa 2). L’objectif poursuivi par cette règle est simple : si la Constitution de la VRépublique impose qu’entre le dépôt du projet de loi organique par le gouvernement sur le bureau de l’Assemblée nationale ou du Sénat et sa discussion par le Parlement, quinze jours au moins se soient écoulés, c’est parce que les lois organiques sont trop importantes pour que l’on puisse prendre le risque de les adopter dans la précipitation.

Pour la loi organique d’urgence, cette condition n’était pas remplie. Le projet de loi a été déposé mercredi 18 mars 2020 sur le bureau du Sénat et a commencé à être examiné dès le lendemain. Le non-respect du texte de la Constitution était donc indiscutable. Et pourtant… Dans sa décision du jeudi 26 mars, le Conseil constitutionnel ne voit là aucun motif d’inconstitutionnalité. Plus précisément, il estime que « compte-tenu des circonstances particulières de l’espèce, il n’y a pas lieu de juger que cette loi organique a été adoptée en violation des règles de procédure prévues à l’article 46 de la Constitution ». « Compte tenu des circonstances particulières de l’espèce », une demi-phrase, et c’en est tout de l’argumentation juridique. C’est qu’il n’y a pas grand-chose à expliquer, en fait : face à une loi organique qui viole de manière flagrante l’article 46 de la Constitution, le Conseil constitutionnel n’a pas eu d’autre choix que de créer une « théorie des circonstances exceptionnelles » en droit constitutionnel français. C’était, pourrait-on dire, le prix constitutionnel à payer à partir du moment où son choix était de sauver la loi organique.

https://www.flickr.com/photos/lb-fotos/22713206170/in/photolist-AB67SW-2e88LoX-NvS1Z3-XoLyMt-27ABm4H-QFMJPU-NSMZzh-ShjXyD-yEvxri-RbQMNv-umz7pG-N78YGx-vXQpcK-23DiWt7-vCuyCh-RJKiBW-zFK5NA-YnzUfm-K5Da3b-S82JSw-29N4YMC-rwyy68-2dsrD6m-L6UBwc-2e88KnD-27ABL4g-WQ8mHT-2Y7yon-H9nigF-wrCG9i-ywYHWP-JtbUVZ-yaHjiM-26wcf3Y-VEwzKQ-25VAqad-AJQn5P-y11Qed-27xwSWJ-KLXofF-KGAYwq-HwHzbX-r5LUyM-reDNJr-vxB2m5-JYh6sp-x3oXKP-24EoU9d-T2afEe-MNXeoz

Renard au pied du phare de Darßer Ort, par Lars Ôô, 2015

On comprend que le Conseil constitutionnel, eu égard à l’âge vénérable de ses membres – 72 ans de moyenne d’âge – et aux risques qui y sont associés, se sente en première ligne face à l’épidémie de covid-19, et panique quelque peu. Mais la décision de jeudi dernier est proprement indigne : indigne de toutes celles et tous ceux qui, des caisses de supermarché aux hôpitaux, sont vraiment en première ligne ; indigne, surtout, des fonctions d’une institution qui, normalement, ne devrait pas avoir vocation – en tout cas pas si facilement – à être aux ordres. Perd-on donc toute lucidité juridique dès que la situation devient exceptionnelle et urgente ?

C’est à tous les niveaux que cette perte de lucidité juridique s’observe en ce moment, en réalité. L’enseignement supérieur et la recherche, on l’aura compris des différents articles publiés sur Academia depuis le début de l’épidémie, n’échappe pas à ce constat1. Que les circonstances soient exceptionnelles, c’est une chose ; qu’elles autorisent le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, et les établissements qui en relèvent, à faire n’importe quoi, c’en est une autre. Pour la communauté de l’ESR, la situation devient très désagréable : englué dans l’urgence de la situation et le bouleversement de nos quotidiens, on regarde, sidéré, les « consignes » tomber. Il est temps, cependant, de reprendre collectivement notre lucidité juridique2, pour ne pas être écrasés par l’exceptionnalité du moment : vérifions une à une la validité de ces injonctions, et faisons la part des choses.

La continuité pédagogique, certes, mais à quelles conditions juridiques ?

Continuer la lecture

  1. Voir par exemple « Il n’est pas besoin de beaucoup de mots » : dérogations à tout va dans les universités et les articles qui précèdent. []
  2. Voir aussi Lucidités universitaires, par une étudiante de Master, 25 mars 2020. []

… et il n’y a toujours pas de masques

  • par Sébastien Leroux, enseignant à l’université Grenoble Alpes

« Pour les étudiant·es, les collègues et toustes les autres »

Il y a elle ; elle est chez ses parents au fin fond de quelque part, et ne capte pas grand chose, d’un point de vue informatique je veux dire, elle a bien la 3G mais c’est littéralement au fond du jardin.

Il y a ma compagne ; elle est professeure de français histoire géographie dans un lycée professionnel. Elle a des classes et des élèves. Elle a des « elle » et des « il » aussi. Il faut qu’elle s’en occupe.

Il y a mon groupe 2 en DIG2 ; il faut que je m’en occupe, il faut que je m’en occupe, il faut que…

Il y a lui ; il est réquisitionné et travaille dans l’alimentaire à 125% depuis le début du confinement, il est inquiet pour la suite de ses études.

Il y a les courses parfois, les repas souvent, la machine et tout le reste.

Il y a elle ; elle dit que “Nous n’entendons pas demander à un enseignant qui aujourd’hui ne travaille pas, compte tenu de la fermeture des écoles, de traverser la France entière pour aller récolter des fraises gariguette”

… et il n’y a toujours pas de masques.

Photo: Claude TRUONG-NGOC

Continuer la lecture

« Il n’est pas besoin de beaucoup de mots » : dérogations à tout va dans les universités

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #6
Article précédent

L’ordonnance « relative à l’organisation des examens et concours pendant la crise sanitaire née de l’épidémie de covid-19 » a été examinée hier après-midi en conseil des ministres, et est donc parue au Journal officiel de ce matin. Cette ordonnance appartient à la deuxième vague des ordonnances prévues par la loi d’urgence du 23 mars 2020, après la vague des 25 ordonnances du 25 mars, dont les médias se sont largement fait l’écho.

Il faut bien comprendre que cette ordonnance est une intervention du pouvoir exécutif dans ce qui représente normalement le champ de compétences du Parlement. L’objectif de cette ordonnance n’est donc pas le même que l’objectif d’un décret : il est d’abord et avant tout de modifier des dispositions de valeur législative, que le Président de la République et le gouvernement n’ont normalement pas la possibilité de modifier par eux-mêmes, mais qu’ils peuvent tout de même modifier parce que le Parlement les y a exceptionnellement habilités.

On est donc en présence d’un droit d’exception dans tous les sens du terme : exception sur la forme, parce que le gouvernement intervient dans le champ du Parlement pour modifier des textes de valeur légale, conformément à la procédure des ordonnances (article 38 de la Constitution) ; exception sur le fond, parce cette ordonnance introduit un nombre important de modifications qui sont certes justifiées par l’épidémie et ses conséquences, mais qui, il ne faut pas le perdre de vue, sont aussi, pour nombre d’entre elles, des modifications que le MESRI souhaite introduire ou généraliser depuis des années (examens à distance, et notamment en télésurveillance ; délibérations par visioconférence ; pouvoirs forts des chefs d’établissements ; différenciations entre établissements). Il est très probable, de ce point de vue, que le provisoire actuel se révèle rapidement transitoire : les mesures prévues dans ces ordonnances représentent un galop d’essai fantastique pour le MESRI.

https://www.flickr.com/photos/rubberducky_me/8611857093/in/photolist-e8125H-deFrmr-79mhZv-pten5q-rdKRao-YeN3DG-cyTW73-4Zsray-5peyMF-9gHJYY-ATYxgx-cyTVCh-XAykGQ-yEMW9Q-deRH7W-UhZRPC-q553Fw-oDDSyb-Vam5rU-xn68G4-8wGn4L-WxUwKZ-XWZYuj-22X8T4E-5nqh1F-KfwB6m-pQvJwR-ESNvPM-pDv3yP-YE8KaH-WVcbVf-9QomoT-bXUqhd-219hAVm-WyBiho-XAyjB3-fBLd7x-defwkA-7yMZd6-27bdqac-777dCz-6m8XWY-4oKyb6-6zXWCy-G9TJU-Ws4w6-fbouPQ-2ik4e8-86u1T3-27oZqJG

Port Malcolm, by Matt Brand, 2013

Il est aussi important de noter, d’emblée, que l’ordonnance est très courte. On pourrait être tenté d’y voir le signe que les dérogations introduites sont en nombre limité. Il faut plutôt l’analyser, nous semble-t-il, comme la marque du caractère très général des nouveaux pouvoirs que l’ordonnance attribue, et du faible nombre de garde-fous mis en place : il n’est pas besoin de beaucoup de mots pour dire que l’on peut déroger à tout va au droit existant, dès lors que le choix est fait de ne pas encadrer outre mesure ces dérogations.

*
*    *

Au-delà de ces considérations générales, on peut reprendre le contenu de l’ordonnance dans l’ordre, au risque d’être un peu long.

1° Temporalité des règles dérogatoires

Continuer la lecture

La continuité pédagogique, à toutes forces ? Enquête auprès des étudiant·es en sociologie de Grenoble

En passant

« La continuité pédagogique, vraiment ? », Pierre Mercklé, 26 mars 2020

« Dès avant la fermeture des établissements le 16 mars dernier,les enseignant.es ont reçu des consignes pour leur demander d’assurer ce qu’on a appelé la « continuité pédagogique » : il fallait aussi rapidement que possible imaginer et mettre en œuvre des solutions pour continuer d’assurer les cours magistraux et les travaux dirigés, les séminaires et les stages. Face à cette injonction pressante, des solutions ont été très vite expérimentées, dès le début de la semaine dernière. Des solutions très variables, pour ce que j’ai pu en observer dans mon université grenobloise, et dans quelques autres à travers les récits de collègues : certain.es enseignant.es ont pu très rapidement trouver des formes alternatives d’enseignement en utilisant des plateformes collaboratives permettant d’utiliser la vidéo ou l’audio, comme Discord ou Zoom ; d’autres enseignant.es ont enregistré leurs cours dans des fichiers audio ; d’autres enfin, moins habitué.es à utiliser les outils numériques, ont déposé des versions écrites de leurs cours dans les ENT (environnements numériques de travail) de leur établissement. Tout y poussait : la conscience professionnelle, le souhait de maintenir le contact avec les étudiant.es pour éviter les abandons, la crainte de leur faire « manquer » un semestre.

Il m’a pourtant très vite semblé qu’on mettait en quelque sorte la charrue avant les bœufs et qu’on essayait de mettre ainsi en œuvre cette « continuité pédagogique », de façon un peu désordonnée, sans se demander ni si c’était souhaitables, ni si c’était possible et à quelles conditions. Mes interrogations me venaient de mes propres difficultés : comme les autres, je cherchais des solutions, et dans mon cas particulier, j’avais beaucoup de mal à les trouver : comment faire, en effet, pour enseigner les méthodes quantitatives avec R à distance, dans des groupes de TD de plusieurs dizaines d’étudiant.es de deuxième année de licence ou de première année de master de sociologie ? Tout ce que nous avions « en présentiel », était-il possible de le reconstituer à distance : des ordinateurs suffisamment puissants, des logiciels correctement installés, le travail en groupes, l’accompagnement individuel, face aux écrans ?

Plutôt que supposer que tout cela était possible, nous avons alors choisi, avec mon collègue Olivier Zerbib qui co-anime avec moi ces travaux dirigés, de réaliser un sondage auprès de nos étudiant.es pour essayer d’évaluer leur capacité à suivre des cours à distance. Ce sont les résultats de ce sondage, que nous avons finalement étendu à la totalité des étudiant.es de licence de sociologie de l’Université Grenoble Alpes ainsi qu’aux quelques étudiants du master (SIRS) « Sociologie de l’innovation et recompositions sociales », que je voudrais vous présenter rapidement dans ce billet ».

https://blogs.mediapart.fr/lancetre/blog/240320/la-continuite-pedagogique-cest-lenseignant-de-demain.

Crédit: Mediapart, 24 mars 2020

Academia vous invite à aller lire l’analyse, passionnante, sur le blog de Pierre Mercklé. Nous n’en publions ici après que les conclusions.

Continuer la lecture

Depuis vingt ans, mon métier a changé…

Texte présenté oralement lors de la journée L’Université et la recherche s’arrêtent d’Aix-Marseille Université, campus Saint-Charles, le 5 mars 2020

  • par Jeff Mauffrey, maître de conférences en écologie,recruté en 2003 à Aix-Marseille Université et responsable d’une mention de Master et d’un parcours de licence «Formation des enseignant·es»

Vingt ans c’est court mais depuis vingt ans mon métier a changé, a été transformé !

Ce qui a changé :

  • La gestion financière et comptable : avant je dépensais de l’argent universitaire au profit des étudiants que j’avais en gestion pour organiser des sorties, acheter du matériel, rénover des salles, je donnais des factures au secrétariat qui les payait, nous avions même une carte bleue… et même des fonds de trésorerie, une autre époque…
    Aujourd’hui je gère un budget de ma formation, que j’ai du composer pour évaluer la viabilité de ma formation, ma petite formation, le possessif est important… ma formation individuelle ! évidemment que ce n’est pas la mienne, mais je dois la défendre… et ces dix dernières années, encore plus depuis la fusion, il a fallu la défendre âprement
  • Avant chaque collègue faisait son service (ou pas) et nous déclarions annuellement (ou pas) nos services en fin d’année sur papier libre ou sur feuille Excel pour les plus Geek d’entre nous…
    Mais aujourd’hui c’est à moi de vérifier que les heures sont faites et déclarées dans le logiciel qui nous surveille (ou pas !) A-t-on gagné en efficacité ? Certainement pas, par contre on a perdu en liberté !
  • J’étais un agent à qui on a fait confiance en lui donnant la responsabilité de cours, de cursus, aujourd’hui je suis une source de défiance parce que je dépense trop d’heures, trop d’argent et je parle des dysfonctionnements, et cela ne plait pas.
  • Avant mes cours évoluaient parce que je les actualisais, les remodelais au gré de mes lectures et travaux…
    Aujourd’hui ils changent parce que je n’ai plus que xx heures de l’UE « machin » pour les enseigner et l’année d’après yy heures de l’UE bidule.
https://www.flickr.com/photos/154098172@N02/46346594831/in/photolist-2dBupXe-7LWN1A-238gy2o-fAA87F-2dW3iEW-2ipgZ12-76kku1-7KBCn4-2i1KfYD-EiWAWN-2hFP8H7-2g8aHo8-2hBiVQk-2hwE4FH-2bTRhaD-2hexmfd-2gLtQKe-7J6P3V-oG9xSU-NMwF4J-krUhBp-9RT5tZ-fxQQjP-bVRi8U-24HEPjH-tr5PBD-9G131f-RViikn-ixVjVJ-2hgewAP-fmMtoa-HswpjM-auvXFu-WWGsKC-dmSEj2-69Y299-2aAmu8-4mMqnS-XdNnWV-66MNt7-2gJkxVm-iov9n-fbt9E5-bb53yX-ySSJUr-4VWGr3-2geYece-N9ox36-2gnUvgZ-2erfxtk

Absurd, by Edgar Severa, 2018

Continuer la lecture

L’urgence est maintenant de travailler ensemble ! Une tribune

La crise sanitaire que nous traversons appelle à des mesures fermes et claires : confinement maximal des personnes et, pour ce qui nous concerne, fermeture des sites universitaires et des laboratoires d’Aix-Marseille Université. C’était la chose à faire. Mais le président de l’Université, appuyé par une cellule de crise, dont on ignore la composition et les compétences, a distribué un «plan de continuité pédagogique», sans consulter ou ne serait-ce qu’informer ceux qui ont en charge la pédagogie, que ce soit pour le pilotage : CFVU, Conseils d’UFR, commissions pédagogiques, ou bien ceux qui le mettent en œuvre : collègues, responsables de mention, directions des études, départements, comités des études.

Ainsi, depuis le début de cette semaine du 16 mars, nous avons un « PLAN DE CONTINUITE PEDAGOGIQUE_AMU.pdf »1, notre vademecum, qui nous enjoint de remplir une mission… impossible !

Ce plan est un outil qui a pour objectif d’organiser une continuité pédagogique… qui n’est pas définie. Dans la meilleure langue de management, on nous demande et on nous propose plein de choses. De nombreux tableaux sont à remplir, des référents à identifier.

Tout cet effort alors que le corps enseignant français, du professeur des écoles à l’universitaire, s’inquiète des problèmes d’injustices liés à l’accès très inégal aux ressources numériques, s’interroge sur le sens et la possibilité d’enseigner « à distance » des notions nouvelles et d’évaluer les acquis avec justesse. Et quid des savoir-faire à transmettre, au moins aussi importants que les connaissances ?

La présidence et les directions d’UFR ont mis la charrue avant les bœufs : méthodes et outils sont suggérés avant de fixer un objectif pédagogique accessible. Cet objectif, nous devons le fixer ensemble, avec ceux qui côtoient leurs étudiants semaine après semaine.

Avant d’envoyer des « contenus », il est important de savoir si, en face, les étudiants ont l’équipement (ordinateurs, connexions…) adapté pour recevoir ces ressources et travailler correctement : plusieurs syndicats ont déjà pointé ces inégalités d’accès, criantes dans le primaire et le secondaire : c’est le même problème à l’université.

Comment assurer cette fameuse continuité dans l’équité ? Certains trouveront chez eux de l’aide, (par exemple ceux dont un parent, une sœur ou un frère est prof/chercheur), alors que d’autres sont des autodidactes. Mais ceux qui ont le plus besoin de nous seront seuls derrière leur connexion, s’ils en ont tous une. C’est pourtant la noblesse de notre métier d’emmener le plus loin possible chacun de nos étudiants.

Comme nous, nos étudiants sont confinés, stressés, dérangés, inquiets. Isolés de la communauté universitaire, certains sont privés de ressources… Ils sont rarement dans les bonnes conditions pour s’adapter sans transition au télé-enseignement. Nous attirons l’attention sur les risques de creusement des inégalités devant les études et les examens que ferait encourir un recours massif aux outils numériques.

L’utilisation raisonnée de ressources numériques est un atout. Mais comment accepter que notre métier, notre compétence pédagogique se réduisent à notre habileté à poster des cours et exercices sur une plateforme, éventuellement complétés par une interaction sporadique, souvent de mauvaise qualité, par téléconférence ? Seule une interaction directe avec un groupe nous permet de faire assimiler aux étudiants de nouveaux concepts et méthodes. La crise actuelle ne doit pas être une période d’essai pour un enseignement « à distance » où les moyens numériques compenseraient le déclin des postes fixes, au détriment de l’indispensable enseignement en face à face.

Le chemin qu’on veut nous faire prendre va nous faire manquer un rendez-vous historique. Certes, rien ne nous est « imposé », mais le « plan de continuité pédagogique », sans recul critique ni réflexion éthique, ne sera qu’une épuisante et stérile pantomime.

Nous, enseignants et enseignants-chercheurs, sommes chargés d’une mission de service public. C’est nous qui devons redéfinir notre objectif pédagogique. Et nous allons le faire. Après ce temps de réflexion et de recul, nous pourrons sereinement œuvrer collectivement à la définition et à l’application des modalités alternatives d’enseignement et d’évaluation que nous impose cette crise sans précédent.

Signataires

https://www.flickr.com/photos/93829702@N05/49473895506/in/photolist-2inQDuo-tfhMp7-tfxWA6-YkAWGR-2hWYqjF-rTeE5Q-2hWT8KK-WgmV2Q-6gFuW9-Lo52To-dDC4K5-2aV93Kb-2hWC5Xj-2hXeZwG-h35aZN-2hWSq6N-bomzFC-23XzJSw-V1razN-4vEWny-2hu4Fq4-opXQQv-ESw4nU-2hX1w42-2hWXahh-8zAsWr-4dCPf6-YhvNsi-2hWD73c-RaJx4Y-qeZrX1-rWsv44-24eAP2c-ZHgs4X-eiZT6G-buGgvV-2hWV8ua-dyzSya-nGQ6NS-9j3yBg-2hWTT59-j86Yv5-6eVpJE-hk4X3S-cL6Yz3-2hWK8TF-Wtkr1Q-eihhgX-GkDQaL-2hWFtCc

Chained, by Pete Maddex, 2020

Le texte ci-dessus émerge d’une réflexion collective de personnels de l’université d’Aix-Marseille qui réfléchissent aux réformes en cours et prévues. Au-delà des signatures nominatives, il a le soutien d’autres collègues qui y ont vu une occasion de réfléchir et de débattre avant de faire, vite, et peut-être maladroitement.

Continuer la lecture

  1. NDLR: À mettre en regard de la Fiches-PlanContinuitéPédagogique-DGESIP établie par le Ministère. []

Continuité pédagogique ? Témoignages d’enseignantes-chercheuses

Nous avons recueilli, au hasard des listes de discussions, sur Twitter, en échangeant avec les collègues, plusieurs témoignages qu’il nous semble indispensable de publier pour saisir la distinction entre ce que j’ai appelé la névrose de la continuité pédagogique,et les tentatives, sincères, désespérées quelquefois, de faire vivre le lien pédagogique, ayant conduit Julien Gossa à lancer un appel pour un plan de (dis)continuité pédagogique. Car l’Université, c’est avant tout ces chaînes de transmission de savoir, qui sont aussi des liens éthiques et des valeurs. 

Caroline Muller – Rennes-2

« Chères toutes, chers tous,Je prends conscience que, dans l’effervescence de la mise en place de la «continuité pédagogique», je ne vous ai sans doute pas assez dit l’essentiel : cette période étrange n’est en aucun cas le moment de paniquer ou stresser sur vos cours. Nous savons que tout le monde n’a pas une bonne connexion internet ou des conditions de travail optimales ; je sais aussi que le confinement a des effets psychologiques qui peuvent rendre difficile la concentration. Mon mail précédent était indicatif : l’idée est de garder un peu d’activité intellectuelle et d’éviter un « décrochage » trop violent, pas de préparer à tout prix tout ce qui était prévu.

Profitez de vos proches s’ils sont avec vous, jouez à la console, écoutez de la musique, plongez dans Gallica ou toutes ces très belles offres culturelles qui nous parviennent (comme quoi, en temps de crise, on se rend compte qu’on pourrait inventer une culture gratuite et accessible à tous), regardez des films, cuisinez si vous pouvez, faites du yoga (sans vous cogner aux meubles si vous êtes dans 12 mètres carrés), applaudissez aux fenêtres, observez ce que l’événement fait à la société, fomentez la fin du capitalisme, dormez, rêvez, parlez à vos amis, organisez des apéros Skype si vous avez une connexion, écrivez à vos professeur(e)s qui sont là pour vous, ressortez les puzzle et les lego, bref : faites ce qui vous fait du bien. Et n’hésitez pas à m’écrire si vous êtes angoissés. On peut même créer un groupe de discussion si vous avez besoin.
Pour ceux et celles qui sont salarié(e)s, ces temps sont aussi particulièrement difficiles à gérer, entre inquiétude de contamination, pressions hiérarchiques, injonctions contradictoires et nécessité de subvenir à ses besoins. N’hésitez pas à nous contacter pour nous faire part de toute situation de grande fragilité ou de précarité et surtout ne vous donnez pas une pression supplémentaire quant au suivi de votre cursus : nous trouverons des solutions ensemble le moment venu ».

https://www.flickr.com/photos/carolyneaton/28387496115/in/photolist-KfvkAc-2e6BZP4-7keCLD-NWumfX-RgxPp6-y2QVZY-tfhMp7-FjwGcq-tfxWA6-HckpF5-2cNRvvZ-27pAhN3-2i8pTKg-2hXc13x-rpUbU9-Snpy36-YkAWGR-titN3T-2hWYqjF-2hWT8KK-Lo52To-2hWD73c-2aV93Kb-2hWC5Xj-2hWSq6N-23XzJSw-ESw4nU-2hX1w42-2hWXahh-rTeE5Q-WgmV2Q-6gFuW9-dDC4K5-2hXeZwG-h35aZN-bomzFC-V1razN-4vEWny-2hu4Fq4-opXQQv-8zAsWr-4dCPf6-YhvNsi-2hWV8ua-Wtkr1Q-2hWK8TF-2iEfENJ-2hWFtCc-Ee6M21-2bqNgTD

Chained, Mullion Cove, Cornwall, by Carolyn Eaton, 2016

 VB – Région Rhône-Alpes

J’ai quand même un collègue qui nous dit, quand on discute des difficultés des étudiants, « Oui enfin bon c’est peut-être juste de la fainéantise et il ne faudrait pas que nous baissions notre niveau d’exigence ».
Au même moment une étudiante m’écrivait pour s’excuser de ne pas avoir participé au chat que j’avais planifié, parce qu’elle est caissière en supermarché et fait plus d’heures à cause des absences. Au supermarché, bordel, pendant que nous on est confinés avec nos 2500 bouquins et qu’on glose sur « oui mais alors faudrait pas donner leur semestre aux fainéants ».

https://www.flickr.com/photos/carolyneaton/17025180629/in/photolist-rWsv44-qeZrX1-24eAP2c-ZHgs4X-eiZT6G-buGgvV-2hWV8ua-dyzSya-nGQ6NS-9j3yBg-2hWTT59-j86Yv5-6eVpJE-Wtkr1Q-hk4X3S-cL6Yz3-2hWK8TF-eihhgX-2iEfENJ-GkDQaL-2hWFtCc-PmAJaE-s85e8Y-8cHGpp-ajivB-63DAKn-cMKwkh-MPtxFA-2hX2h5N-6gn512-2hWQRrG-Ee6M21-dMb1EG-LGRUCg-KanLPH-2bqNgTD-9UD9Px-R7scD8-5zVNNN-2hULc3m-SdtEQ5-2hWtxSR-fQkntq-2hWC6m4-m5Xk-XyTKDQ-6Ngi4m-apTNJt-bsKBm5-2hJMVkA

Chained, Carolyn Eaton, 2015

Continuer la lecture

Covid19 : Plan de (dis)continuité académique

Publié originellement sur Docs en stock : dans les coulisses de la démocratie universitaire, 18 mars 2020

Dans la situation de crise actuelle, les universitaires, et probablement plus largement les enseignants, attendent et reçoivent des instructions pour décider de leur comportement professionnel et personnel. Notre appareil de décision et de diffusion des ordres est mis à rude épreuve. L’impression qui se dégage pour l’instant est que le résultat est confus et anxiogène. En plus des fautes de communication, il convient de noter l’absence de l’information la plus importante en temps de crise : un plan de priorité clair. Cette absence empêche la bonne réorganisation et surtout corsète les initiatives, empêchant de déployer pleinement le potentiel de nos enseignants.

Le ministre de l’éducation nationale a introduit sa communication de crise par une série d’annonces erronées : la fermeture des écoles n’est pas envisagées, les enseignants continueront d’aller dans les écoles, les examens et concours de recrutement seront maintenus, le dispositif d’enseignement à distance est prêt… Au final, les écoles sont fermées, les enseignants confinés, les examens annulés, et lundi matin le dispositif d’enseignement à distance s’écroulait.

Pour l’enseignement supérieur, nous disposons d’un courrier d’instructions sommaires et d’un « plan de continuité pédagogique » consistant en une collection d’astuces pédagogiques (« Tenez compte des horaires », « Encouragez les élèves à réfléchir »), de quelques informations techniques sur des plateformes utilisables, et de points de droit notamment sur les stages.

Premièrement, les prérogatives des enseignants ne sont jamais clairement identifiées : nous ne savons pas quelles questions seront traitées par la hiérarchie, et quelles sont celles que nous pouvons traiter par nous-mêmes. C’est un frein majeur à la réorganisation. Deuxièmement, aucun plan de priorités clair n’est établi. Toutes les instructions, parfois contradictoires, sont présentées au même niveau. Or, la gestion d’une crise est en tout premier lieu une histoire de priorités. Etre privé d’un système de priorité pour guider ses décisions est non seulement anxiogène, mais peut aussi conduire à essayer de tout faire, et donc mal faire et s’épuiser, et ensuite peut créer des dissensions au sein des équipes.

Une proposition de plan de priorités

Si la hiérarchie n’est pas en mesure de fournir un plan de priorités, il est urgent que les équipes s’en dotent elle-mêmes. En voici une proposition, en partie basée sur la définition de la santé par l’OMS : « La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ».

  1. Bien-être physique  : préserver la santé et la sécurité de tous les étudiants et personnels, y compris précaires, et de leurs proches.
    Exemples :

    1. Tous doivent être assurés que leur absence ne sera en aucun cas sanctionné sous quelque forme que ce soit, pour peu qu’elle soit notifiée.
    2. La continuité sanitaire pour les étudiants et personnels isolés : un recensement doit être fait, et un plan nourriture/logement établi. 
  2. Bien-être mental : limiter le stress dû à l’établissement.
    Exemples :

    1. Les questions liées aux études pour les étudiants et aux rémunérations pour les personnels précaires ne doivent en aucun cas être source d’un stress supplémentaire et ne doivent pas conduire les personnels à se mettre en danger.
    2. Toutes les difficultés individuelles, y compris au niveau financier, feront l’objet d’un traitement urgent et généreux.
  3. Bien-être social : assurer le moral collectif.
    Exemples :

    1. La cohésion des équipes et la confiance des personnels est primordiale dès lorsque la santé et le stress sont gérés.
    2. En temps de crise, la bonne entente est plus importante que l’atteinte d’objectifs fonctionnels, y compris dans l’environnement familial.
  4. Rendre service : assurer des activités scientifiques et pédagogiques.
    Exemple :

    1. C’est seulement lorsque les bien-êtres physique, mental et social sont assurés que les activités scientifiques et pédagogiques peuvent continuer.
    2. Préserver l’environnement familial en période de confinement est plus important qu’assurer des cours à distance. 
  5. Certifier : valider les études et compléter les formalités administratives.
    Exemples :

    1. C’est seulement lorsque les bien-êtres physique, mental et social sont gérés, et que les activités scientifiques et pédagogiques sont assurées, qu’une validation des études est envisageable.
    2. Les formalités administratives ne doivent pas empiéter sur les bien-êtres physique, mental et social de la communauté, ainsi que sur la les activités scientifiques et pédagogiques.

Ce plan de priorité n’est qu’une proposition. On pourra par exemple estimer que les notes sont plus importantes que les cours. Peu importe, mais il est indispensable de pouvoir se référer à un tel plan pour décider de son comportement, notamment lorsque qu’il est impossible de tout faire correctement. Concrètement, ce plan doit permettre à un enseignant dépassé par l’ampleur des tâches de décider de se concentrer soit sur les notes, soit sur les cours, en étant pleinement rassuré que cette décision ne lui portera pas préjudice.

Sur la base d’un tel plan, les énergies des enseignants pourront se libérer et se focaliser, ce qui sera éventuellement l’occasion d’expérimenter de nouvelles formes de pédagogie.

https://www.flickr.com/photos/99884130@N00/8736311694/in/photolist-eiZT6G-buGgvV-dyzSya-nGQ6NS-9j3yBg-2hWTT59-j86Yv5-6eVpJE-Wtkr1Q-hk4X3S-cL6Yz3-2hWK8TF-eihhgX-2iEfENJ-GkDQaL-PmAJaE-s85e8Y-8cHGpp-ajivB-63DAKn-cMKwkh-MPtxFA-2hX2h5N-6gn512-2hWQRrG-Ee6M21-dMb1EG-LGRUCg-KanLPH-2bqNgTD-9UD9Px-R7scD8-5zVNNN-SdtEQ5-2hWtxSR-fQkntq-m5Xk-6Ngi4m-apTNJt-bsKBm5-rWsv44-2hWV8ua-2hWFtCc-2hULc3m-2hWC6m4-XyTKDQ-9txdFe-7SzYAP-2dHgbnS-fwkgwh

Chained, par Daniela Pittiglio, 2013

Libérer et ouvrir les enseignements

À l’heure actuelle, puisque l’injonction est d’assurer une continuité pédagogique, nous cherchons à éviter les cassures, et nous reproduisons donc nos classes physiques dans des environnements virtuels, avec l’illusion que ce sera presque pareil. C’est rater l’occasion d’essayer vraiment de nouvelles formes d’organisation pédagogique. Si le plan de priorités estime les notes secondaires, alors il devient possible de s’affranchir des carcans scolaires, et d’innover à l’échelle d’un établissement.

À titre d’exemple, il devient alors possible que tous les enseignants qui le souhaitent fassent cours à tous les étudiants qui le souhaitent, et même les autres enseignants, les élèves des collèges et lycées, ainsi que les travailleurs et citoyens. Nous sommes parfaitement capables d’adapter les cours que nous maîtrisons déjà ou de monter des conférences de recherche grand public, et de les assurer en ligne, sous forme de cours magistraux. Les infrastructures techniques sont limitées pour une large interaction, mais pas pour une très large diffusion.

Dans le contexte actuel, libérés des obligations habituelles, il ne faudrait pas plus d’une journée à une université pour collecter une offre pléthorique d’enseignements faisables en ligne. Aucun problème technique ou organisationnel ne s’oppose à la mise en ligne d’un calendrier par les services de communication, puis à une diffusion la plus large possible, à tous les étudiants mais aussi la presse locale. On mettrait ainsi à disposition de tout le monde une véritable offre de formation, faite en direct à la maison, et diffusée en direct dans les maisons.

La force des libertés académiques

La force de ce système est le respect des libertés académiques. En fournissant un plan de priorités sans indications concrètes sur sa mise en œuvre, on laisserait les universitaires déployer leur énergie et leur imagination au service de toutes et tous, avec la meilleure vue concrète sur le terrain qu’on puisse avoir. En ne prescrivant pas comment les cours doivent être faits ni ce sur quoi ils doivent porter, en laissant les étudiants choisir ce qui les intéresse et en ouvrant les cours au plus grand nombre, on exploiterait pleinement la véritable puissance de l’Université.

La crise est une occasion unique de réellement faire de l’interdisciplinarité, de l’éducation initiale, scientifique, populaire et continue, et même de la science citoyenne. Rater cette occasion serait une faute morale pour l’Université.