Un.e enseignant.e = une voix

Citation

© AFP

Republication d’une motion des enseignant.e.s-chercheurs contractuel.le.s, en espérant faire écho plus sytématique du mouvement de protestation des agents contractuels enseignants-chercheurs, hommes et femmes, qui ne sont rémunéré.e.s qu’après de longs mois d’attente, quand ils ou elles le sont.

Motion des enseignant.e.s précaires du Département d’histoire de Paris-Nanterre

Un.e enseignant.e = Une voix.

Nous, enseignant.e.s précaires du département d’histoire de l’Université de Paris-Nanterre tenons, par la présente, à manifester notre incompréhension et notre désaccord face à la décision prise par le département de nous écarter du vote sur les modalités d’application de la réforme dite de Parcoursup.
Sans le vote des enseignants précaires, ce vote est biaisé et ne peut espérer représenter la position de la  majeurepartie des personnels du département d’histoire. En effet, nous représentons entre le quart et la mo itié de l’effectif enseignant du département. Certes, contrairement à nos collègues titulaires, nous n’assurons ni laresponsabilité administrative de la mise en oeuvre de la réforme Parcoursup, ni la charge de sa  réalisation pratique. Nous n’en serons pas moins bel et bien en première ligne face aux nouveaux entrants à l’université, puisque nous prenons en charge les séances de TD de Licence 1, et plus généralement du cycle Licence. C’est souvent à nous qu’il reviendra de gérer, au quotidien, les groupes et les problématiques concrètes qui se poseront dans les salles à la rentrée prochaine.
Nous sommes donc concerné.e.s au premier chef par la mise en oeuvre de cette réforme et les effets qu’elle ne manquerait pas d’avoir si elle était appliquée à Paris-Nanterre. Même si nous sommes engagés de manière contractuelle et temporaire, nous sommes pleinement partie prenante d’un travail pédagogique qui, dans le cadre de la licence, est essentiellement un travail d’équipe.

Lire la suite

Sur la toile. Monsieur le président de la République, …

Citation

elyseeJean-Paul Deroin, professeur des Universités à Reims, président de la CP-CNU, publie une lettre ouverte au président de la République sur Médiapart, datée du 15 décembre 2016. Academia en reproduit ici les premières lignes. 

Monsieur le Président de la République,

Au cours de l’allocution à la Nation le 1er décembre 2016, vous avez dressé le bilan de votre quinquennat dont la jeunesse était la priorité. Aucun mot n’a été dit sur l’enseignement supérieur, la recherche, l’innovation, les universités ou encore l’avenir des jeunes diplômés.

Pas un mot pour présenter les universités exsangues suite à diverses lois, initiées par vos deux prédécesseurs mais continuées et aggravées dès 2013 sous l’action de vos gouvernements. Les postes promis à l’enseignement supérieur ne sont souvent pas pourvus afin de contribuer au renflouement financier des établissements. Ainsi, pour la première fois, depuis des décennies, l’année 2015 a vu le nombre d’enseignants-chercheurs diminuer (en France) ! La précarité dans tous les emplois s’installe au sein de l’enseignement supérieur et de la recherche. Des filières de formation ferment dans certains établissements. Pourtant, le flux d’étudiants ne cesse de croître. Pourquoi ne pas augmenter les moyens en conséquence comme en Allemagne, pays que l’on cite si fréquemment comme la référence ?

Lire la suite

Emploi universitaire, qualité de l’encadrement et crédit impôt recherche. Une pétition

Les collègues du Département de sciences de l’éducation de l’Université de Saint-Etienne, très inquiets pour la survie quotidienne de leur activité pédagogique, lancent l’alerte. Désormais, moins d’une heurManifEnsSupe de cours sur 5 est assuré par un enseignement titulaire, sans perspective d’amélioration à court terme. Dans ce contexte, ils reposent à bon droit la question de la finalité du Crédit impôt recherche.

Il y a urgence à créer des postes d’enseignants-chercheurs titulaires à l’université

Pétition sur Change.org

Les effets sur l’emploi des politiques d’austérité se font cruellement sentir à l’université. Parce que, depuis quelques années, les universités ne créent quasiment plus de postes d’enseignants-chercheurs titulaires et qu’elles tendent par ailleurs à en geler ou à en supprimer, la situation est devenue catastrophique dans de nombreux départements.

Nous, enseignants du département des sciences de l’éducation de l’université de Saint-Étienne, qui exerçons dans un des départements universitaires les plus sous-encadrés en France, nous voulons, en prenant appui sur notre situation, alerter sur les effets de l’absence de recrutement d’enseignants-chercheurs titulaires.

Lire la suite

Recherchenseignement: deux regards sur l’Université française

Le métier des enseignants-chercheurs a changé. Depuis plusieurs années, les conditions de travail des enseignants-chercheurs, et partant, celles des étudiant.e.s se sont dégradées. A qui la faute?logo-liberation-311x113

Deux tribunes, parues dans Libération, présentent deux visions: celles de deux étudiants – qui jugent insupportables le mépris dans lequel la fonction du service d’enseignement est tenu; de l’autre, de jeunes chercheur.ses ou enseignant.e.s-chercheus.es qui déplorent les effets stérilisants de la compétition à outrance qu’implique le financement  par projet.

Lire la suite

Quand l’Université s’engage dans la voie de l’excellence : 384 heures de cours de philosophie pour un salaire d’ATER

tortue_sous_elephantDe qui se moque-t-on : des enseignants ou des étudiants ? C’est la question que ne manquera pas de se poser quiconque prendra connaissance de l’annonce de poste diffusée discrètement  par l’université Montpellier-III [1]. Cette annonce scandaleuse, est parue sur la liste des doctorants de l’université de Paris-1, le 19/6/2013 :

Pour la rentrée 2013-2014, le département de philosophie de l’Université Montpellier III – Paul Valéry doit pourvoir un poste d’enseignant contractuel devant assumer 384h/an, pour un salaire d’ATER. Lire la suite

Ode au travail universitaire

Par Dr Dumont
Monsieur le président,
Mesdames et Messieurs les membres de la commission,
des auditions, j’en ai fait dans ma vie. Des auditions à plusieurs tours, des auditions à 7h du matin, des auditions avec un numéro sur le dos, des auditions de danse classique, des auditions de danse contemporaine et même des auditions pour Le roi lion

Malgré tout ça et dans la mesure où je n’ai jamais eu l’honneur d’être auditionnée par votre honorable institution et puisque je suis libre ici, voici ce que j’ai à vous dire.  Lire la suite