Sciences en danger, revues en lutte

Par le collectif des revues en lutte 

 

Depuis le début de l’année 2020, plus d’une centaine de revues académiques1, en grande majorité issues des sciences humaines et sociales françaises, se déclarent les unes « en lutte », les autres « en grève ». Prenant part au mouvement social en cours, leurs comités de rédaction protestent à la fois contre le projet visant les retraites, contre la réforme de l’assurance chômage adoptée à l’automne 2019 et contre les propositions contenues dans les rapports pour la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR)2. Par son ampleur et par sa forme – la grève et le vote de motions qui incitent les comités de rédaction à sortir de leur réserve habituelle – cette mobilisation est historiquement inédite. La dynamique collective qu’elle suscite, par-delà les disciplines, les écoles et les conditions d’exercice de chacune des revues, témoigne du sentiment de révolte que provoquent ces réformes. Pour l’enseignement supérieur et la recherche, la réforme des retraites telle qu’envisagée actuellement par le gouvernement conduira à l’accroissement général des inégalités (entre hommes et femmes, entre titulaires et précaires, etc.) et à l’appauvrissement futur de toutes et tous, fonctionnaires, contractuel·le·s ou précaires. La réforme de l’assurance chômage augmentera, elle aussi, la vulnérabilité déjà difficilement supportable du très grand nombre des travailleur·euse·s précaires sur lesquel·le·s repose massivement la vie des universités et des laboratoires : ils et elles représentent d’ores et déjà plus d’un quart des effectifs d’enseignant·e·s, et encore bien davantage parmi les travailleurs et travailleuses administratif·ve·s et techniques. La LPPR, enfin, ne fera qu’aggraver le manque de moyens, de postes et de stabilité, et approfondir les inégalités qui minent l’enseignement supérieur et la recherche, et que deux décennies de « réformes » massivement contestées n’ont cessé d’amplifier.

Une crise organisée du service public de la recherche et des universités

Depuis bientôt trente ans, les gouvernements successifs contribuent à l’effritement de l’État social, au lent rognage de la fonction publique, à la dénonciation des « privilèges » gagnés dans les luttes sociales du xxe siècle, à l’affaiblissement des principes de redistribution destinés à réguler les disparités socio-économiques et géographiques. Dans l’université et la recherche, la loi relative aux libertés et responsabilités des universités, dite « loi Pécresse » (LRU, 2007) a été la pierre angulaire d’un double mouvement, apparemment contradictoire : le désengagement budgétaire de l’État conformément à une logique néolibérale et le pilotage stratégique autoritaire de la recherche par ce même État. La logique de la loi tient à ce que l’autonomie (budgétaire) proclamée masque en réalité la dérégulation des statuts, la mise en concurrence de tou·te·s contre tou·te·s et la dépendance accrue de la recherche aux intérêts économiques et industriels, remettant finalement en cause l’autonomie véritable de la recherche. Cette politique menée avec opiniâtreté au mépris des mises en garde et des revendications de la communauté des chercheur·euse·s a multiplié les agences d’évaluation et de financement supposées indépendantes, prônant une culture de la « performance », du « résultat » et de l’« excellence », tout en réduisant les crédits propres des laboratoires au profit d’une distribution ciblée des moyens, largement définie par les aléas conjoncturels (sinon les modes), ainsi que par les hiérarchies et les situations préétablies. En privilégiant un financement par projets, elle a renforcé l’inégalité de dotations entre chercheur·euse·s et a conduit à un immense gaspillage d’énergie et d’argent public : combien d’heures perdues à évaluer ou à rédiger des projets pour obtenir d’hypothétiques financements, alors que ce temps aurait pu être consacré à la recherche ou à l’enseignement ?

C’est peu dire, au reste, que les « gouvernants » nourrissent une obsession morbide pour les classements internationaux, dont la raison d’être est la promotion du modèle anglo-américain d’une université qui doit être gérée comme une entreprise, c’est-à-dire fonctionnant sur ses fonds propres (alimentés par des frais d’inscription appelés à augmenter), quitte à sacrifier le budget de fonctionnement et la qualité de l’encadrement. Depuis la LRU, la supposée mauvaise place des universités françaises dans ces classements est ainsi régulièrement invoquée pour tancer les chercheur·euse·s et poursuivre contre leur volonté la libéralisation de l’enseignement supérieur et de la recherche. Or ces injonctions se déploient dans un contexte de forte austérité budgétaire : rapporté au nombre d’étudiant·e·s, le budget de l’enseignement supérieur a ainsi chuté de plus de 10 % depuis 2010 ; et malgré les promesses, répétées depuis vingt ans par les différents gouvernements, de porter à 1 % du PIB l’effort budgétaire consacré à la recherche publique, celui-ci stagne toujours à 0,8 % (soit un manque de 6 milliards d’euros, une somme inférieure au crédit impôt recherche, cette niche fiscale concédée aux grands groupes industriels et de service). Dans ces conditions, les chercheur·euse·s et universitaires en France sont soumis·es à un régime qui mêle surtravail et dégradation des conditions de vie et de travail. Ils et elles sont de plus en plus précaires, et le restent de plus en plus longtemps, l’âge moyen du recrutement s’élevant à 35 ans. Les politiques d’austérité conduisent aussi à une réduction drastique de leurs revenus : alors que, en trente ans, les titulaires ont vu leur pouvoir d’achat chuter de 30 %, marquant ainsi un net décrochage avec le secteur privé, les travailleur·euse·s précaires connaissent une grande vulnérabilité, enchaînent contrats courts et périodes d’incertitude, et cumulent des vacations d’enseignements dont le montant se situe désormais en dessous du Smic horaire. Toutes et tous sont également de plus en plus évalué·e·s suivant des critères strictement comptables qui se limitent à dénombrer leurs publications, les contrats obtenus ou les brevets déposés, sans jamais interroger l’apport réel des connaissances produites. Ces différentes logiques font la part belle aux « entrepreneur·euse·s de carrière », au détriment d’une recherche fondamentale, collective et véritablement indépendante.

Les mesures annoncées dans le cadre de la LPPR poursuivent avec obstination les transformations néolibérales engagées depuis le début des années 2000, dans le sillage de l’agenda de Lisbonne élaboré par le Conseil européen, et entendent les radicaliser. Empruntés au registre managérial, les mots d’ordre sont bien connus : compétitivité, financement par projet, concentration inégalitaire des moyens, austérité budgétaire, ce qui débouche sur un développement des emplois précaires et une mise en concurrence des individus, des laboratoires, des établissements, etc. Comme l’explique sans détour le PDG du CNRS Antoine Petit en novembre 2019, il s’agit d’engager une réforme « inégalitaire et darwinienne » : la concurrence généralisée et la concentration des ressources sur une minorité d’établissements et d’individus jugés plus « performants » selon des critères gestionnaires deviennent les principes cardinaux du gouvernement de l’enseignement supérieur et de la recherche, dans le cadre de « défis sociétaux » très perméables aux priorités de l’action gouvernementale. De nombreuses enquêtes démontrent pourtant les effets délétères de telles politiques sur l’originalité des savoirs produits et sur la qualité des formations dispensées aux jeunes générations : « effet Mathieu » – processus par lequel les plus favorisés augmentent leurs avantages –, standardisation de la recherche, bureaucratisation, affaiblissement de l’autonomie académique, appauvrissement de la diversité disciplinaire, etc.

Toute cette politique méprise ce que les chercheurs et chercheuses savent par expérience : dans toutes les disciplines, l’activité scientifique nécessite du temps et une disponibilité intellectuelle incompatible avec l’angoisse d’une précarité parfois radicale et avec la fragmentation croissante des tâches ; elle s’exerce d’autant mieux que les équipes sont soudées alors que la compétition entre les pairs, désormais exacerbée, menace les collectifs ; et elle requiert une distance critique que la dépendance envers les hiérarchies administratives entrave. Ainsi, la communauté des chercheur·euse·s réclame avec force à la fois un engagement budgétaire à la hauteur des enjeux (en atteignant a minima l’objectif de 1 % du PIB consacré à la recherche publique) et une distribution équitable des moyens à des personnels titulaires dont le statut de fonctionnaire demeure la condition de l’indépendance et de la sincérité des résultats.

Revues scientifiques : une économie de la connaissance efficace

Dans ce contexte, nos revues scientifiques occupent une place singulière et paradoxale. Lieux d’un intense travail collectif de production et supports efficaces de diffusion des savoirs, elles tendent à être instrumentalisées et mises au service de la vision néo-managériale dominante de la recherche. L’évaluation des chercheur·euse·s, des laboratoires et des universités repose en effet désormais en grande partie sur un décompte des articles publiés dans nos revues, selon des calculs bibliométriques dont la faiblesse et les effets pervers sur le plan scientifique ont été largement documentés3. Là n’est pas le moindre paradoxe des réformes en cours : alors qu’elles placent plus que jamais les revues au cœur de ce système de la recherche gouverné par « l’excellence » bibliométrique, elles conduisent non seulement à fragiliser leur fonctionnement, mais aussi à dénaturer le travail de production scientifique qui s’y déploie.

Continuer la lecture

  1. À la date du 19 février 2020, un mois après le début du mouvement, 131 revues ont rejoint le mouvement des revues en lutte. Elles sont recensées sur le site universiteouverte.org. []
  2. Les rapports sont signés par trois groupes de travail et consacrés au « Financement de la recherche », à l’« Attractivité des emplois et carrières scientifiques » et à la « Recherche partenariale et innovation ». Ils sont disponibles sur le site du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation : []
  3. Yves Gingras, Les dérives de l’évaluation de la recherche. Du bon usage de la bibliométrie, Raisons d’agir, Paris, 2014. []

#7 – Chroniques de grève – Hommage aux correcteurs et correctrices anonymes

Régles typo et art de la ponctuation

Les indispensables de la correction
Collection personnelle

A Jean-Luc, un amoureux des mots

Je te surnommais amicalement le correcteur fou
Nous pouvions passer des heures à parler de la ponctuation
Tu m’avais offert ton exemplaire de La ponctuation, Art et finesse de Jean-Pierre Colignon
Parce que de la correction tu n’en faisais plus guère
Un correcteur mort à la guerre
Des restructurations, externalisations, compétitions mortifères

De ces difficultés tu ne parlais guère
Je n’ai jamais su pourquoi
Tu me disais : syndicat des correcteurs, tarifs conventionnés, respect du métier
Et je t’ai écouté

Et quand dans mon métier d’éditrice
J’ai arrêté de corriger tous les manuscrits
Qu’il m’a fallu recruter des correctrices et correcteurs extérieurs
J’ai appliqué des tarifs, du respect, des délais,
De l’éthique en accord avec nos principes
Et je sais pourquoi

Tarif à l’heure non rabaissant
Pas de dumping sur le nombre de signes traités à l’heure
Délai de rendu calculé en jours ouvrables sur une base de 35 heures
Un tiers à la commande, un tiers à mi-parcours, le solde au rendu possible
Paiement rapide, oui c’est possible
Ça nécessite juste de mettre les mains
Dans le cambouis administratif

Et cela a fait de belles rencontres et amitiés
Jeunes doctorants et doctorantes apprenant le métier
Dans l’attente du poste tant espéré de MC
Jeune correcteur et moins jeune correctrice
Débutant le métier

Continuer la lecture

Tribunes de l’enseignement supérieur et dde la recherche : un débat politique à péage

Pendant la semaine écoulée, du 10 au 16 février 2020, Academia a privilégié une ligne éditoriale autour de l’emploi précaire et des conséquences à la fois sur la santé et la sécurité des personnels Biatss et enseignants-chercheurs.

L’Université de Tours mobilisée nous a envoyé des témoignages d’enseignant·es précaires, de Biatss traité·es de façon humiliante, d’enseignant·es-chercheur·ses titulaires qui ont désormais des sérieux doutes sur leur métier, au vu de la souffrance qu’il engendre. Un collègue, Olivier Ertzscheid, a choisi la date du 11 février 2020, consacrée aux précaires, pour tirer les conséquences de la dissociation cognitive qu’il vivait à l’Université de Nantes. Dans « Pourquoi je démissionne de toutes mes fonctions (administratives) à l’Université de Nantes », le maître de conférences relate son plaisir d’enseigner, dans une équipe pédagogique aussi fragilisée que possible, mais dévouée, et les injonctions financières de son administration, voire de sa direction de Département, pour être rentable — en acceptant en priorité des étudiant·es avec contrat plutôt qu’avec un projet de formation défini — tout en payant les personnels temporaires au lance-pierre. Voire, alors qu’ils ou elles sont déjà rémunérés 23 centimes en dessous du SMIC horaire, en leur réclamant des trop-perçus de façon brutale, mettant en danger financier certain·es d’entre eux. Et accessoirement, asséchant le vivier d’enseignant·es expérimenté·es et dévoué·es avec qui il travaillait1.

Ont pu ainsi être mis en évidence que l’unité mixte de service Openedition Centre, dont ce carnet utilise les outils, repose sur le travail de contractuel·les à près de 60%, travail précaire renforcé encore par le recours à des prestataires, souvent d’ancien·nes contractuel·les. Une tribune signée par Cécile Sorin, administratrice provisoire des Presses de l’Université de Vincennes,  et Damien de Blic, que nous venons de publier, a justement souligné combien nos recherches avaient besoin d’un investissement massif dans l’édition numérique publique, sans recourir à des bouts de ficelles Freemium, comme les tensions et contradictions qui existaient entre les temporalités des appels à projet et celles de l’écriture et de l’édition scientifiiques.

Codes couleur. rouge – sous péage : vert – accès ouvert ; bleu : Academia

À côté de ces textes, en libre accès pour la communauté universitaire, plusieurs collègues, ou collectifs de collègues ont eu recours à un autre moyen de publication : la tribune. Les moins expérimenté·es d’entre elleux ont choisi le journal Libération qui permet de lire quatre articles à titre gratuit 2, ou le site AOC, qui en autorise trois. La plupart des signataires ont opté pour Le Monde, dans une formule réservée aux abonné·es.

Banderole, place des Fêtes, 16 février 2020

Ainsi la Ministre Vidal s’est fendue d’une tribune le lundi 10 février, intitulée « À mes collègues scientifiques, je veux dire que le gouvernement a entendu leur appel à réinvestir massivement dans la recherche » où elle réussit le tour de force consistant à reconnaître que ses contradicteurs et contradictrices ont raison (sur l’emploi pérenne, les rémunérations, les appels à projets) et promouvoir sa politique qui l’aggrave en mentant sur l’investissement public en jeu. On peut s’interroger sur l’usage que fait la Ministr — qui dispose de tous les canaux officiels de l’appareil d’État et d’une presse nationale friande de ses interventions audiovisuelles — d’un quotidien, fût-il aussi prestigieux que Le Monde, comme medium du discours gouvernemental et du recours, assez curieux, à la médiatisation à péage pour atteindre ses « collègues ».

Le Monde met en regard pas moins de cinq tribunes : Sauvons l’Université, un collectif d’universitaires spécialistes du genre, 700 directeurs et directrices de laboratoires de recherche, Philippe Froguel, également directeur d’unité INSERM, mais se déclare faisant partie des 1% qui se sont opposés au précédent texte.  À ces tribune, s’ajoute une autre un peu particulière, intitulée « La Loi de programmation pluriannuelle pour la recherche ne doit pas consacrer une seule forme d’excellence » sur les modèles de carrières par Christine Musselin, sociologue, directrice de recherche au CNRS3. Ce dispositif a interrogé plus d’un : s’agit-il de mettre en scène le débat contradictoire — avec ce qu’il y a d’absurdre d’organiser un débat contradictoire dans les pages d’un quotidien avec la Ministre qui porte et implémente les réformes ? Y a-t-il une soudaine urgence des collègues à faire entendre leur voix, tant l’unanimité est générale et les dissonances inaudibles ? Il faudrait certainement aussi tenter de comprendre — ce que je n’ai pas fait — les motivations qui ont poussé les unes et les uns à s’adresser à ce quotidien plutôt qu’à un autre, plus populaire comme Le Parisien, sans péage pour l’essentiel4 ; et la part de décision des rédactions des quotidiens elles-mêmes5.

La question des destinataires de ces textes devrait pourtant être au cœur de la réflexion, comme celle de leur diffusion. À qui voulons-nous nous adresser ? À nos collègues ? Continuer la lecture

  1. Texte originellement publié sur le blog affordance.info, le 11 février 20. []
  2. C’est le cas d’un collectif de jeunes chercheurs et chercheuses, qui a autorisé Academia à reproduire leur tribune « « Désabusés et en colère » : les jeunes chercheuses et chercheurs et la LPPR » ; c’est aussi le cas d’universitaires proches du Parti socialiste ou d’une gauche large. Parmi les signataires de ce dernier texte, intitulé « Une réforme à l’encontre des attentes des chercheurs », on trouve notamment Pierre Ouzoulias, archéologue et sénateur, et infatigable critique des projets gouvernementaux en matière d’enseignement supérieur et de recherche. []
  3. La chercheuse s’était faite déjà remarquer la semaine précédente  par son souhait de supprimer le Conseil national des universités, au motif que ce ne serait « pas une réforme néolibérale » publié sur AOC. []
  4. Si j’étais méchante, je parlerai de réflexes de classe. []
  5. J’ai ainsi entendu « Le Monde n’en voulait pas ; alors on l’a publié sur Mediapart ». []

LPPR – Derrière les injonctions à publier, une mise en danger de l’édition scientifique

par Damien de Blic, co-directeur de la collection Libre cours et Cécile Sorin, administratrice provisoire des Presses universitaires de Vincennes

 

Les rapports préparatoires à la LPPR annoncent d’importantes menaces sur les publications scientifiques et la diffusion de la recherche.

L’édition scientifique est la grande absente des rapports préparatoires à la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR). Cette absence peut étonner alors même que les trois rapportss’appuient sur une visionde la recherche accordant une place centrale auxlogiquesd’évaluation faisant la part belle à la bibliométrie. L’impensé dissimule une contradiction de taille : l’injonction à publier plus s’accompagne d’une mise en danger de l’édition scientifique.

L’hégémonie du financement par projet et ses conséquences

Ce sont en premier lieu les logiques de financement défendues par la LPPR qui mettent en danger l’édition scientifique. L’hégémonie du financement par projet entre en contradiction avec les exigences de l’édition scientifique tant pour l’expertise et l’accompagnement scientifique que pour la fabrication des ouvrages et revues. La généralisation des contrats de chantier, déjà dénoncée dans la tribune des revues en grève (Le Monde, 29/01/2020), fragiliserait les emplois dédiés à l’édition dans un domaine où le travail s’inscrit dans la durée .

La LPPR parait ignorer qu’il faut plusieurs années de publications effectives pour qu’une revue ou une nouvelle collection soit reconnue, identifiée par les pairs,mais également pour que les équipes de chercheurs (comités scientifiques, éditoriaux, auteurs) et celles dédiées à la fabrication (secrétaires d’édition, maquettistes…) parviennent à optimiser leurs relations de travail dans un environnement en tension permanente.

https://www.letudiant.fr/educpros/enquetes/edition-scientifique-plus-d-articles-moins-de-serieux-1.html

Le « publish or perish » a des effets délétères sur la qualité des publications scientifiques. // © Lydie Lecarpentier / R.E.A

La temporalité de l’appel à projets n’est pas celle de la publication. L’intégration de budgets de médiation dans les projets ANR ne semble pas conçue pour financer la publication scientifique : la durée de ces projets ne permet pas,dans un même temps, de mener les recherches et d’en finaliser les publications. De même, les soutiens temporaires annoncés par le plan science ouverte ne sont pas en mesure de garantir la pérennité des projets éditoriaux qui choisiraient le modèle de la publication en ligne en accès libre.

La réduction des financements pérennes fragilisera un peu plus l’économie de l’édition scientifique qui n’est pas viable sans soutien public. Alors que l’effort des établissements pour soutenir l’édition scientifique n’est jamais reconnu ou valorisé dans les rapports préalables à la LPPR, que deviendra ce secteur quand l’assèchement des crédits récurrents des laboratoires ne leurpermettra plus d’accorder des subventions à la publication ?

Continuer la lecture

#2 – Chroniques de grève – L’emploi à OpenEdition Center (USR 2004)

Parce que rien ne vaut la réalité sèche des chiffres et des faits

11 février 2020État de l’emploi à OpenEdition Center USR 2004 (AMU, CNRS, EHESS, Université d’Avignon) : 58% de non titulairesNon à l'Unibersité

53 personnes :

  • 25 non titulaires (dit personnels non permanents) + 4 postdoc, stagiaires ou contrat d’apprentissage, soit 29 non titulaires ;
  • 23 titulaires.

Des personnels non titulaires rémunérés sur :

  • dotation globale de fonctionnement des tutelles ;
  • fonds issus d’appel à projets ;
  • revenus issus de la filiale d’AMU, Protisvalor (financement par les recettes générées par le laboratoire).

Des CDD financés sur dotation de fonctionnement et appel à projet renouvelés par période d’un an, avec des durées variables suivant les tutelles (AMU et CNRS) , mais toujours « remerciés » avant l’ouverture de droit au CDI (pour rappel au bout de six ans de CDD la Cdéisation est obligatoire)

Des CDI financés par un Equipex, bref des « CDI de chantiers ».

Des CDI financés sur fonds propres du laboratoire.

Chaque année des demandes de création postes de titulaires (ITA) effectuées auprès des tutelles, chaque année peu de postes accordés.

Visibilisons la précarité dans l’ESR !

#1- Chroniques de grève – Petites mains de la chaîne éditoriale

 

Aujourd’hui, c’est le 11 février 2020, journée d’action contre la précarité dans l’ESR et ailleurs, alors un slam dédié à tous les invisibles de la chaîne éditoriale numérique. Parce que la poésie ne nuit pas à la lutte au contraire

Machine à écrire Aux metteurs et metteuses en ligne

Derrièr’ ton clavier
Clic droit, clic gauche,
Import
Copie, colle
Style, valide, vérifie
Reviens en arrière

Entre les métadonnées
Choisis les mots clefs
Maison, Bisac, tu vois !
Importe des K’bart dans tes discovery tools
Importe des PDF dans Hal et ta GED
Valide, vérifie, corrige, valide

Presse bouton….

Recadre l’image, optimise
Enregistre sur putain de shop’
Importe décrit
Responsive oblige
Coupe, calibre, optimise l’image et le son
Décrit la parole car responsive De’sign

Fais tomber les pages dans « Inpress »
Gère le parangonnage
Vérifie la titraille
Cale de les coupes
Pas de con, Pas de bite
Construc- tible, Imbita-ble

C’est ok

Mouline ton texte dans pro’Lexis
Il chassr’a les espaces avant vir’gule
Et autres erreurs typo pour toi
Tu cliqueras sur les erreurs gramm’, ortho
Tu recherches :
Tu remplaces, tu valide

Tu n’es que doigts asservis à la machine
Avec encor’un cerveau tout là-haut
Abruti au bout de 3 h
Mal au dos,
Mal aux yeux,
Mal aux doigts

Car il faut aller vite
Tarif trop bas d’auto-entrepreneur
Secretair’ d’édition mutualisé
Correcteur, correctrice isolés
Petites mains de plat’forme, Doc et bib chargeant Hal
Travail gratuit de doctorant sans post’

Tu t’ crois loin des travailleurs du clic
De l’Asie ou de l’A’frique
Non tu y est presqu’
Mais tu te crois plus libre, plus diplômé
En France, dans ton labo, dans ta fac, dans ton appart
Attention avec l’IA, la traduction automatique
Et tous ces trucs en tic et toc
Ils trouveront moins cher
Et tu disparaîtras … si tu ne te bas pas

La claviste

Texte libre de droits évidemment et sans utilisation commerciale hormis pour financer les caisses de grèves

Sciences humaines et sociales : revues en grève, qui sont-elles ?

par Anthony Pecqueux, The Conversation, 10 février 2020

Depuis deux mois, dans le prolongement de la mobilisation contre la réforme des retraites, les membres de l’enseignement supérieur et de la recherche s’inquiètent de la précarité grandissante des étudiant·e·s et des jeunes enseignant·e·s chercheur·e·s . Ils s’élèvent contre les évolutions de leur statut et celles du financement de la recherche que pourrait entériner la prochaine loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR).

Dans ce cadre, plus de cent revues académiques se sont déclarées solidaires du mouvement, « en lutte », voire en grève. Très largement issues des sciences humaines et sociales, elles veulent ainsi accorder à celles et ceux qui les produisent le temps nécessaire à la mobilisation. Par ce biais, elles mettent aussi en avant le rôle central qu’elles ont pu acquérir dans le système tant politique qu’économique et symbolique de la recherche.

Pourtant, ce mouvement a surpris, d’autant qu’à de rares exceptions (du côté de revues très généralistes comme Esprit ou Critique, ou de revues liées aux mondes militants comme Mouvements ou Vacarme), elles sont très peu connues du grand public, et de moins en moins présentes dans les rayonnages même des librairies spécialisées.

Diversité éditoriale

Comment les présenter de manière synthétique ? En réalité, il serait illusoire de chercher une formule qui résume précisément leur rôle. Il faut au contraire prendre acte de leur très grande diversité. Les revues peuvent être généralistes ou spécialisées, se centrer sur un domaine de recherche ou croiser les disciplines.

Elles sont diffusées en ligne ou en format « papier », sont payantes ou en accès libre. Certaines publient des textes à flux continu (au fur et à mesure qu’ils sont proposés et acceptés), d’autres les regroupent au sein de dossiers (qui ont ou non fait l’objet d’un appel à contribution au sein de la communauté scientifique)… Et entre ces multiples classifications, toutes les combinaisons sont possibles !

Continuer la lecture

Contre les petits arrangements entre sociétés savantes et éditeurs rapaces : un appel pour l’accès ouvert de la recherche

Dans une lettre récente adressée à la Maison-Blanche [datée du 18 décembre 2019], un groupe d’éditeurs et d’organisations universitaires a imploré le président de ne pas modifier les accords actuels entre les chercheurs financés par l’État et l’industrie de l’édition. Leur lettre est la dernière étape d’une lutte qui dure depuis des décennies entre les chercheurs.ses et les éditeurs pour savoir qui contrôle les fruits du travail de la recherche.

Traduit gracieusement par Frédérique Reibell, avec l’aimable autorisation de Bjorn Björn Brems

16 janvier 2020 – Source : https://medium.com/@brembs/learned-societies-lean-to-the-green-f904336f51ad

De nos jours les chercheur∙ses sont pris comme des rats  dans un piège de pratiques éditoriales lentes, trop chères, non éthiques et dysfonctionnelles. Piégés par les règles de l’emploi universitaire, les accords de financement et les lois sur le droit d’auteur, nous avons longtemps essayé, sans succès, d’arracher le contrôle des connaissances universitaires aux grandes maisons d’édition. La lutte remonte au moins aux années 1980, lorsque les physiciens ont commencé à faire circuler leurs découvertes par courriel pour accroître la vitesse de la communication universitaire. Elle a pris une dimension éthique lorsque les chercheurs∙ses ont commencé à exiger que leurs recherches financées par l’État, soient rendues gratuitement accessibles au public.

https://www.flickr.com/photos/26676383@N00/37041227760/in/photolist-YrcYvW-2hzpKp1-UpBg2V-UpBqQc-Tb3q3v-Tb3mMH-Tb3kQc-UaySeA-TPCK1Y-TPCH5y-bmGhF9-Ud59ER-UpBeJz-2hbPncL-2hP8Rh2-2i8gHyX-UpBuh2-Ud5bFp-UayPEs-24BUjRs-2i7iYbt-Q4JoTS-2hVakKw-nUDLmU-dRTrkH-YDA3Jc-2hdrcsH-JZXPFt-2i2LbFU-BcbWWU-Tfzfm5-p2h4oD-25v3QoG-2gLMVJx-2idLHNC-2hKbQYo-T7vu3A-2i7iXDS-2hqZ1qs-2i11Q89-2ibmLGi-2igZs1B-2g96pHA-2hjxxSm-2hSS4Uy-2hKbQkV-2h6JeA4-RMXGS6-2hzpKur-2idLGSz

Academic journals, by L. H Wilkinson, 2017

C’est ce qu’on a appelé le mouvement du « accès ouvert ». Comme chaque nouvelle découverte universitaire n’est publiée qu’une fois et que cette publication ne peut être réitérée ailleurs, l’éditeur en détient le monopole, ce qui lui permet de surfacturer les consommateurs (principalement les bibliothèques universitaires) d’au moins 9 milliards de dollars par an. Comme dans d’autres marchés monopolistiques, il y a peu d’incitation à innover ou à offrir un service de haute qualité dans l’édition universitaire. Par exemple, pour respecter le format papier sur lequel les éditeurs continuent d’insister, nous, les chercheurs, devons réduire nos visualisations de données à des images statiques et plates, parfois même, en noir et blanc. Ce que les éditeurs fournissent aujourd’hui n’est pas beaucoup plus opérationnel que le papier, mais il est beaucoup plus coûteux. Ils pourraient tout aussi bien graver nos recherches sur des feuilles d’or. Le public en est doublement victime : d’abord, on lui fait payer trop cher la lecture des résultats des recherches scientifiques qu’il a lui-même financées. Deuxièmement, le système conçu pour protéger les profits des éditeurs finit par ralentir le progrès scientifique et par diminuer la qualité des recherches publiées de multiples façons. Par exemple, des nouveaux composés chimiques pourraient être identifiés beaucoup plus rapidement et plus facilement si la littérature scientifique n’était pas balkanisée et protégée par les embargos des éditeurs, empêchant l’information contenue dans les articles d’être automatiquement regroupée. De tels gaspillages préjudiciables pour la science et préjudiciables pour le public. Ils ne profitent qu’aux éditeurs, et pourtant ceux-ci restent en place.

Continuer la lecture

Les revues scientifiques en lutte : Assemblée générale à Paris le 31/1 et tribune

Les revues sont à la pointe du mouvement de mobilisation. Collectifs vivants et engagés pour les savoirs qu’elles façonnent et qu’elles diffusent, elles s’inquiètent d’une politique gouvernementale qui ignore le travail fourni tant par les chercheurs et chercheuses, jeunes et statutaires, mais aussi un personnel d’édition très compétent qui a contribué à la transformation numérique du partage des savoirs universitaires. Afin de faire entendre leur voix, les revues en lutte organisent ce vendredi 31 janvier 2020 une assemblée générale, après avoir publié une tribune dans le quotidien Le Monde (28/1/2020).

Continuer la lecture

Exclusion et politique de la recherche en Turquie

À quelques jours du référendum turc, organisé le 16 avril 2017 par le Premier ministre Erdogan, le mathématicien Tuna Altinel nous fait parvenir un texte à diffuser largement, informant de l’ampleur de l’exclusion des Universitaires pour la pailx planifié par l’État et ses organismes de recherches – comité de rédaction des revues scientifiques, accès aux financements de la recherche.

English version below

Le Conseil de la recherche scientifique et technique de Turquie (TÜBITAK) a diffusé le 24 mars 2017 une circulaire auprès de toutes les revues à comité de lecture, y compris auprès des périodiques internationaux listés par le Réseau académique et Centre de d’Information turc (ULAKBİM). Cette circulaire exige des revues qu’elles

reconsidèrent la composition de leur comité de rédaction, de leur conseil scientifique et de prendre les mesures adéquates pour en extraire les universitaires exclus de la fonction publique, licenciés ou mis à pied.
La responsabilité en incombe à la direction de ces revues et toute modification devra être signalée à la direction de ULAKBİM, Centre d’Information M. Cahit Arf.
Mehmet Mirat SATOĞLU, Directeur de ULAKBİM »

Sans surprise, TÜBİTAK ne s’arrête pas à ce stade. Il n’y a pas que les éditeur-e-s à surveiller, et à exclure ! Il faut bien penser aux auteur-e-s aussi. Non seulement à ceux et celles qui ont publié, mais aussi aux auteur-e-s d’articles en préparation. Une collègue d’Istanbul, récemment exclue de la fonction publique, dont la spécialité fait partie des sciences dites « dures » non seulement s’est retrouvée brutalement séparée de ses étudiants en recherche, mais a aussi subi le refus de TÜBİTAK de sa participation en tant qu’autrice aux publications basées sur ses travaux récents, soutenus en totalité ou partiellement par TÜBİTAK. En effet TÜBİTAK, en se basant sur les décrets de l’état d’urgence, refuse aux exclu-e-s tous les droits aux bourses, aux publications à partir des projets qu’il soutient par ses fonds.
Bien évidemment, il ne sera pas question de la participation des exclu-e-s à de nouveaux projets.

Devant cet assaut, on ne peut pas se contenter d’être inquiets ou vigilants. Il faut agir contre cet établissement de recherche devenu outil de répression politique digne des pires dictatures du 20e siècle. J’en appelle à vos sensibilités démocratiques et scientifiques, et je vous demande de réviser, éventuellement d’interrompre tout lien, toute collaboration avec TÜBİTAK, et d’inciter vos collègues à faire de même. Plus particulièrement, et très concrètement, je veux avertir les collègues en sciences dures contre une nouvelle tentative de TÜBİTAK en France :

http://www.ufuk2020.org.tr/en/bilateral-collaborations/fr…

Les choix de projets dans cet appel excluront non seulement les  scientifiques déjà exclu-e-s mais aussi ceux et celles jugé-e-s « terroristes » ou « soutenant le terrorisme », des accusations auxquelles on a vite droit dès qu’on s’oppose ouvertement à des points sensibles de la politique officielle en Turquie.

Dites NON! ( #Hayır dans l’esprit référendaire
qui règne en Turquie) à de tels appels, dites-le haut et fort. N’y participez pas si vous êtes dans les disciplines concernées,
incitez vos collègues concernés à faire pareil !

Solidairement,

Tuna Altinel

—–English version

TÜBİTAK: scientific body or political tool?

The Turkish Council for Scientific and Technical Research (TÜBITAK) issued on March 24 2017 a decree addressed to all Turkish peer reviewed scientific journals, including the international periodicals listed by the Turkish Academic Network and Information Center (ULAKBIM). This text requires that the journals « reconsider the make-up of their editorial boards and their scientific councils, and take all adequate measures to evict the academics who were banned from public service, dismissed or suspended. The directors of journals have been given the responsability to track and evict academics, and to notify Mehmet Mirat SATOĞLU, director of ULAKBIM, Office of the Assistant Manager at the Cahit Arf Information Center (CABIM).
It comes as no surprise that TÜBITAK goes further: editors are controlled and banned, and so are authors. Not only over research that has already been published, but also about ongoing research to be published. A colleague from Istanbul who is a specialist in « hard sciences » was recently suspended from public service. She was isolated from her research students and was also banned from participating, as an author, in the publications based upon her research, which was funded, partially or as a whole, by TÜBITAK. TÜBITAK, on the basis of the state of emergency decrees, does not allow access to grants nor the right to publish to those who have been banned. And of course these scholars will not be able to undertake new projects.
Faced with such attacks, it is not enough to feel concerned or to call for vigilance. It is necessary to act against this research institution that has become a tool for political repression, and a reminder of the worst dictatorships of the 20th century. In an appeal to your democratic and scientific ideals, I call on you to revise and eventually break off all collaborations with TÜBITAK, and to invite your colleagues to do the same.
More specifically, I want to warn my colleagues in « hard sciences » against a new TÜBITAK call: the TÜBITAK-French Ministry of Foreign Affairs Bosphorus Joint Project Proposal Call (http://www.ufuk2020.org.tr/en/bilateral-collaborations/fr#open-calls). The selection of projects in this call will exclude the academics already banned, and more generally those categorized as « terrorists » or «supporting terrorism », an accusation made against all those who openly oppose the offical policies in Turkey.
Say NO (#HAYIR, in the spirit of the movement against the referendum in Turkey) to these calls, say it loud and proud. Do not participate into these calls if you are in these disciplines, and ask your colleagues to do the same.
In solidarity, Tuna Altinel

#DeleteAcademiaEdu: un plaidoyer pour les archives ouvertes à but non lucratif

Le 24 janvier 2017, Sarah E. Bond, historienne de la Méditerranée médiévale, fait paraître un texte sur Academia.edu sur son blog « History From Below. Musings on Daily Life in the Ancient and Early Medieval Mediterranean » By. Elle en a accepté la traduction et sa publication sur academia.hypotheses.org.Traduction: Christelle Rabier

Capture d'écran d'Academia.edu

Capture d’écran d’Academia.edu

Ma matinée a été épouvantable : j’ai essayé de lire et de répondre à l’agitation causée par la colonne que j’ai publiée cette semaine sur Forbes, qui suggère aux universitaires de retirer leur travaux de la plateforme marchande Academia.edu.  Je ne suis ni la première et ne serai pas la dernière chercheuse à suggérer aux membres de la communauté universitaire de faire cette démarche, et aussi me semble-t-il utile de rappeler quelques éléments de l’historiographie de ce débat, mon argumentaire à l’encontre de cette plateforme marchande, les alternatives qui existent, avant de conclure pour un appel à passer à l’action, suivant ainsi l’ordre des opérations qui suivent généralement les historiennes).

Continuer la lecture

BibCNRS: les docteur.e.s sans postes sans accès aux revues?

Sur la liste hist-eco (8 décembre 2016) par docsansposte@precairesesr.frbibcnrs


Au cours des dernières semaines, sans avertissement, les différents portails d’accès aux publications scientifiques ont été remplacé par un nouveau portail intitulé BibCNRS, où l’accès y devient individualisé. Cela exclut de fait les sans-postes, avec des conséquences évidentes quant à leur capacité à poursuivre des recherches.

Continuer la lecture