Face au COVID-19, donnez un accès libre aux publications scientifiques : une pétition

Ouverture des banques de données bibliographiques ! La crise actuelle créée par le COVID-19 nous impose de remanier nos habitudes pour maintenir les activités dans une situation difficile. Notre pétition demande le libre accès provisoire à un outil crucial pour comprendre la situation actuelle et penser l’avenir : les grandes bases bibliographiques d’articles scientifiques payants. En signant cette pétition, vous nous aiderez à demander l’ouverture transitoire des bases de données des éditeurs internationaux.

Pétition:          https://freeaccesstoscience.wesign.it/en;
https://www.flickr.com/photos/maryfitzgerald_ladyoftheflowers/8208766958/in/photolist-dvo5qN-DgQaDi-JRHztW-MNREUk-dqy6sV-6vYqKk-hs3Zn3-e6kMmg-p4uDPC-oaQ1Xi-pdmsMD-aTnE9i-8vVspd-Cy2kWv-gaVptP-L2ERin-aVP1bZ-NnpQGz-9arHXH-RNizsf-6GDAby-gCqovv-9r9J2W-7TvwYE-8Er537-6oJM5R-FKZYGw-FXEhHh-23wkrr7-2fFhxY-HLVPRt-5xYxH5-dTctCx-75xYwS-4ZcojV-2U7iMq-2XUSwK-8ToXT2-bjN3j-DURhCz-HCN7Lm-cUcke1-rgvgSP-dgGCHz-ock9kH-nY7PsC-AYmEth-3a1Nfx-usszUU-2nfsXU

Library, by Joey Fitzgerald, 2012

La crise actuelle créée par le COVID-19 nous impose de remanier nos habitudes pour maintenir les activités dans une situation difficile. Cette pétition demande le libre accès provisoire à un outil crucial pour comprendre la situation actuelle et penser l’avenir : les grandes bases bibliographiques d’articles scientifiques payants.

Des services de streaming, de contenu pour adulte ou des plateformes de jeu ont été rendus gratuits pour soutenir le moral des populations, notamment celles qui sont confinées. Les gouvernements investissent massivement des capitaux pour soutenir l’économie. Pour la continuité de la recherche scientifique, pour aider les décideurs et les journalistes à mieux comprendre les enjeux actuels, c’est à ce jour l’accès aux données qui est limitant…

Continuer la lecture

Why French Academic Journals are Protesting

Translation of “Sciences en danger, revues en lutte

Since the beginning of 2020, over a hundred academic journals, mostly French human and social sciences publications, have announced that they have “joined the struggle” or that they are “on strike”. Their editorial boards have teamed up with the ongoing social movement protesting the plans to overhaul the country’s pension system, the unemployment benefits reform of November 2019 and the proposals formulated in the reports for the upcoming law for the pluriannual programming of research known as LPPR. In its extent and its form – strikes and votes on motions in which editorial boards have abandoned their customary reserve – this is a historically unprecedented mobilization. A collective dynamic has swept the community, beyond disciplinary boundaries, schools and the working conditions of individual journals, reflecting the widespread uproar sparked by these reforms. For higher education and research, the pension reform devised by the government in its current state will lead to heightened inequalities across the board (between men and women, between permanent and short-term staff, etc.) and to impoverishment for all, civil servants, contract workers and precarious staff. The unemployment benefits reform is also expected to exacerbate the already great vulnerability of the very large numbers of precarious workers who contribute extensively to the day-to-day operations of universities and laboratories: they account for over 25% of teaching staff and far greater proportions of support staff. The LPPR research law will only make the lack of resources, of positions and of stability worse, and deepen the inequalities that have been undermining higher education and reform, amplified by two decades of massively protested “reforms”.

 

Manufacturing the crisis of the public service of research and of universities

For nearly thirty years, successive governments have contributed to the erosion of the welfare state, chipped away at the public sector, denounced the “privileges” earned through social struggles in the twentieth century, and weakened the redistribution principles aimed at regulating socio-economic and geographic disparities. In academia and research, the so-called Pécresse law on the liberties and responsibilities of universities of 2007 (commonly referred to as LRU) was the cornerstone of a twofold, seemingly contradictory shift: the state’s budgetary disengagement, reflecting a neoliberal approach, and the authoritarian strategic management of research by the very same state. The rationale behind the law consists in having the ostentatious (budgetary) autonomy of universities serve as a smokescreen for the deregulation of job statuses, the generalization of competition at all levels and the increased dependence of research on economic and industrial interests, ultimately threatening the actual autonomy of research. This policy has been pursued with tenacity despite the warnings and demands of the research community, leading to the creation of multiple, supposedly independent agencies for evaluation and funding, promoting a culture of “performance”, “results” and ‘excellence” while cutting back on the laboratories’ running funds to implement a targeted distribution of resources, largely defined by economic fluctuations (if not trends) as well as by preestablished hierarchies and situations. By promoting project-dependent funding, it has widened inequalities of resources between researchers and caused an immense waste of energy and public money, with countless hours lost to the evaluation or writing of projects to secure hypothetical funds – time that could have been spent on research or teaching.

To say the least, those in power have a morbid obsession for international rankings, which were introduced to promote the US/UK model of universities ran as businesses, i.e., operating with their own funds (and relying on increasingly high tuition fees), at the cost of sacrificing operating budgets and the quality of teaching. Since the LRU law, the allegedly insufficient rankings of French universities have been regularly invoked to scold researchers and pursue the liberalization of higher education and research further against their will. This has happened against a backdrop of drastic budgetary austerity: proportionally to the number of students, the higher education budget has dropped by over 10% since 2010, and despite the promises repeated by all governments since twenty years to devote 1% of GDP to public research, the budget is still stuck at 0.8% (i.e., short 6 billion euros, an amount lower than the research tax credit, a tax exemption offered to large industrial and service sector groups). As a result, researchers and academics in France are both overworked and facing degraded living and working conditions. They are placed in increasingly precarious situations for increasingly long periods of time, being hired at the age of 35 on average. Austerity policies have also led to punishing losses of income: in thirty years, permanent staff have seen their purchasing power drop by 30%, falling sharply behind the private sector, and precarious workers are faced with a great vulnerability, with short-term contracts succeeded by periods  of uncertainty, and casual teaching stints currently paid below minimum wage. Everyone is increasingly evaluated according to purely quantitative criteria – number of publications, contracts secured or patents issued, with no consideration whatsoever for their actual contribution to scholarship. These rationales have encouraged the rise of “career entrepreneurs”, to the detriment of fundamental, collective and genuinely independent research.

Continuer la lecture

#revuesenlutte ! Philosophes des Lumières

Sciences en danger, revues en lutte

Par le collectif des revues en lutte 

 

Depuis le début de l’année 2020, plus d’une centaine de revues académiques1, en grande majorité issues des sciences humaines et sociales françaises, se déclarent les unes « en lutte », les autres « en grève ». Prenant part au mouvement social en cours, leurs comités de rédaction protestent à la fois contre le projet visant les retraites, contre la réforme de l’assurance chômage adoptée à l’automne 2019 et contre les propositions contenues dans les rapports pour la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR)2. Par son ampleur et par sa forme – la grève et le vote de motions qui incitent les comités de rédaction à sortir de leur réserve habituelle – cette mobilisation est historiquement inédite. La dynamique collective qu’elle suscite, par-delà les disciplines, les écoles et les conditions d’exercice de chacune des revues, témoigne du sentiment de révolte que provoquent ces réformes. Pour l’enseignement supérieur et la recherche, la réforme des retraites telle qu’envisagée actuellement par le gouvernement conduira à l’accroissement général des inégalités (entre hommes et femmes, entre titulaires et précaires, etc.) et à l’appauvrissement futur de toutes et tous, fonctionnaires, contractuel·le·s ou précaires. La réforme de l’assurance chômage augmentera, elle aussi, la vulnérabilité déjà difficilement supportable du très grand nombre des travailleur·euse·s précaires sur lesquel·le·s repose massivement la vie des universités et des laboratoires : ils et elles représentent d’ores et déjà plus d’un quart des effectifs d’enseignant·e·s, et encore bien davantage parmi les travailleurs et travailleuses administratif·ve·s et techniques. La LPPR, enfin, ne fera qu’aggraver le manque de moyens, de postes et de stabilité, et approfondir les inégalités qui minent l’enseignement supérieur et la recherche, et que deux décennies de « réformes » massivement contestées n’ont cessé d’amplifier.

Une crise organisée du service public de la recherche et des universités

Depuis bientôt trente ans, les gouvernements successifs contribuent à l’effritement de l’État social, au lent rognage de la fonction publique, à la dénonciation des « privilèges » gagnés dans les luttes sociales du xxe siècle, à l’affaiblissement des principes de redistribution destinés à réguler les disparités socio-économiques et géographiques. Dans l’université et la recherche, la loi relative aux libertés et responsabilités des universités, dite « loi Pécresse » (LRU, 2007) a été la pierre angulaire d’un double mouvement, apparemment contradictoire : le désengagement budgétaire de l’État conformément à une logique néolibérale et le pilotage stratégique autoritaire de la recherche par ce même État. La logique de la loi tient à ce que l’autonomie (budgétaire) proclamée masque en réalité la dérégulation des statuts, la mise en concurrence de tou·te·s contre tou·te·s et la dépendance accrue de la recherche aux intérêts économiques et industriels, remettant finalement en cause l’autonomie véritable de la recherche. Cette politique menée avec opiniâtreté au mépris des mises en garde et des revendications de la communauté des chercheur·euse·s a multiplié les agences d’évaluation et de financement supposées indépendantes, prônant une culture de la « performance », du « résultat » et de l’« excellence », tout en réduisant les crédits propres des laboratoires au profit d’une distribution ciblée des moyens, largement définie par les aléas conjoncturels (sinon les modes), ainsi que par les hiérarchies et les situations préétablies. En privilégiant un financement par projets, elle a renforcé l’inégalité de dotations entre chercheur·euse·s et a conduit à un immense gaspillage d’énergie et d’argent public : combien d’heures perdues à évaluer ou à rédiger des projets pour obtenir d’hypothétiques financements, alors que ce temps aurait pu être consacré à la recherche ou à l’enseignement ?

C’est peu dire, au reste, que les « gouvernants » nourrissent une obsession morbide pour les classements internationaux, dont la raison d’être est la promotion du modèle anglo-américain d’une université qui doit être gérée comme une entreprise, c’est-à-dire fonctionnant sur ses fonds propres (alimentés par des frais d’inscription appelés à augmenter), quitte à sacrifier le budget de fonctionnement et la qualité de l’encadrement. Depuis la LRU, la supposée mauvaise place des universités françaises dans ces classements est ainsi régulièrement invoquée pour tancer les chercheur·euse·s et poursuivre contre leur volonté la libéralisation de l’enseignement supérieur et de la recherche. Or ces injonctions se déploient dans un contexte de forte austérité budgétaire : rapporté au nombre d’étudiant·e·s, le budget de l’enseignement supérieur a ainsi chuté de plus de 10 % depuis 2010 ; et malgré les promesses, répétées depuis vingt ans par les différents gouvernements, de porter à 1 % du PIB l’effort budgétaire consacré à la recherche publique, celui-ci stagne toujours à 0,8 % (soit un manque de 6 milliards d’euros, une somme inférieure au crédit impôt recherche, cette niche fiscale concédée aux grands groupes industriels et de service). Dans ces conditions, les chercheur·euse·s et universitaires en France sont soumis·es à un régime qui mêle surtravail et dégradation des conditions de vie et de travail. Ils et elles sont de plus en plus précaires, et le restent de plus en plus longtemps, l’âge moyen du recrutement s’élevant à 35 ans. Les politiques d’austérité conduisent aussi à une réduction drastique de leurs revenus : alors que, en trente ans, les titulaires ont vu leur pouvoir d’achat chuter de 30 %, marquant ainsi un net décrochage avec le secteur privé, les travailleur·euse·s précaires connaissent une grande vulnérabilité, enchaînent contrats courts et périodes d’incertitude, et cumulent des vacations d’enseignements dont le montant se situe désormais en dessous du Smic horaire. Toutes et tous sont également de plus en plus évalué·e·s suivant des critères strictement comptables qui se limitent à dénombrer leurs publications, les contrats obtenus ou les brevets déposés, sans jamais interroger l’apport réel des connaissances produites. Ces différentes logiques font la part belle aux « entrepreneur·euse·s de carrière », au détriment d’une recherche fondamentale, collective et véritablement indépendante.

Les mesures annoncées dans le cadre de la LPPR poursuivent avec obstination les transformations néolibérales engagées depuis le début des années 2000, dans le sillage de l’agenda de Lisbonne élaboré par le Conseil européen, et entendent les radicaliser. Empruntés au registre managérial, les mots d’ordre sont bien connus : compétitivité, financement par projet, concentration inégalitaire des moyens, austérité budgétaire, ce qui débouche sur un développement des emplois précaires et une mise en concurrence des individus, des laboratoires, des établissements, etc. Comme l’explique sans détour le PDG du CNRS Antoine Petit en novembre 2019, il s’agit d’engager une réforme « inégalitaire et darwinienne » : la concurrence généralisée et la concentration des ressources sur une minorité d’établissements et d’individus jugés plus « performants » selon des critères gestionnaires deviennent les principes cardinaux du gouvernement de l’enseignement supérieur et de la recherche, dans le cadre de « défis sociétaux » très perméables aux priorités de l’action gouvernementale. De nombreuses enquêtes démontrent pourtant les effets délétères de telles politiques sur l’originalité des savoirs produits et sur la qualité des formations dispensées aux jeunes générations : « effet Mathieu » – processus par lequel les plus favorisés augmentent leurs avantages –, standardisation de la recherche, bureaucratisation, affaiblissement de l’autonomie académique, appauvrissement de la diversité disciplinaire, etc.

Toute cette politique méprise ce que les chercheurs et chercheuses savent par expérience : dans toutes les disciplines, l’activité scientifique nécessite du temps et une disponibilité intellectuelle incompatible avec l’angoisse d’une précarité parfois radicale et avec la fragmentation croissante des tâches ; elle s’exerce d’autant mieux que les équipes sont soudées alors que la compétition entre les pairs, désormais exacerbée, menace les collectifs ; et elle requiert une distance critique que la dépendance envers les hiérarchies administratives entrave. Ainsi, la communauté des chercheur·euse·s réclame avec force à la fois un engagement budgétaire à la hauteur des enjeux (en atteignant a minima l’objectif de 1 % du PIB consacré à la recherche publique) et une distribution équitable des moyens à des personnels titulaires dont le statut de fonctionnaire demeure la condition de l’indépendance et de la sincérité des résultats.

Revues scientifiques : une économie de la connaissance efficace

Dans ce contexte, nos revues scientifiques occupent une place singulière et paradoxale. Lieux d’un intense travail collectif de production et supports efficaces de diffusion des savoirs, elles tendent à être instrumentalisées et mises au service de la vision néo-managériale dominante de la recherche. L’évaluation des chercheur·euse·s, des laboratoires et des universités repose en effet désormais en grande partie sur un décompte des articles publiés dans nos revues, selon des calculs bibliométriques dont la faiblesse et les effets pervers sur le plan scientifique ont été largement documentés3. Là n’est pas le moindre paradoxe des réformes en cours : alors qu’elles placent plus que jamais les revues au cœur de ce système de la recherche gouverné par « l’excellence » bibliométrique, elles conduisent non seulement à fragiliser leur fonctionnement, mais aussi à dénaturer le travail de production scientifique qui s’y déploie.

Continuer la lecture

  1. À la date du 19 février 2020, un mois après le début du mouvement, 131 revues ont rejoint le mouvement des revues en lutte. Elles sont recensées sur le site universiteouverte.org. []
  2. Les rapports sont signés par trois groupes de travail et consacrés au « Financement de la recherche », à l’« Attractivité des emplois et carrières scientifiques » et à la « Recherche partenariale et innovation ». Ils sont disponibles sur le site du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation : []
  3. Yves Gingras, Les dérives de l’évaluation de la recherche. Du bon usage de la bibliométrie, Raisons d’agir, Paris, 2014. []

#7 – Chroniques de grève – Hommage aux correcteurs et correctrices anonymes

Régles typo et art de la ponctuation

Les indispensables de la correction
Collection personnelle

A Jean-Luc, un amoureux des mots

Je te surnommais amicalement le correcteur fou
Nous pouvions passer des heures à parler de la ponctuation
Tu m’avais offert ton exemplaire de La ponctuation, Art et finesse de Jean-Pierre Colignon
Parce que de la correction tu n’en faisais plus guère
Un correcteur mort à la guerre
Des restructurations, externalisations, compétitions mortifères

De ces difficultés tu ne parlais guère
Je n’ai jamais su pourquoi
Tu me disais : syndicat des correcteurs, tarifs conventionnés, respect du métier
Et je t’ai écouté

Et quand dans mon métier d’éditrice
J’ai arrêté de corriger tous les manuscrits
Qu’il m’a fallu recruter des correctrices et correcteurs extérieurs
J’ai appliqué des tarifs, du respect, des délais,
De l’éthique en accord avec nos principes
Et je sais pourquoi

Tarif à l’heure non rabaissant
Pas de dumping sur le nombre de signes traités à l’heure
Délai de rendu calculé en jours ouvrables sur une base de 35 heures
Un tiers à la commande, un tiers à mi-parcours, le solde au rendu possible
Paiement rapide, oui c’est possible
Ça nécessite juste de mettre les mains
Dans le cambouis administratif

Et cela a fait de belles rencontres et amitiés
Jeunes doctorants et doctorantes apprenant le métier
Dans l’attente du poste tant espéré de MC
Jeune correcteur et moins jeune correctrice
Débutant le métier

Continuer la lecture

Tribunes de l’enseignement supérieur et dde la recherche : un débat politique à péage

Pendant la semaine écoulée, du 10 au 16 février 2020, Academia a privilégié une ligne éditoriale autour de l’emploi précaire et des conséquences à la fois sur la santé et la sécurité des personnels Biatss et enseignants-chercheurs.

L’Université de Tours mobilisée nous a envoyé des témoignages d’enseignant·es précaires, de Biatss traité·es de façon humiliante, d’enseignant·es-chercheur·ses titulaires qui ont désormais des sérieux doutes sur leur métier, au vu de la souffrance qu’il engendre. Un collègue, Olivier Ertzscheid, a choisi la date du 11 février 2020, consacrée aux précaires, pour tirer les conséquences de la dissociation cognitive qu’il vivait à l’Université de Nantes. Dans « Pourquoi je démissionne de toutes mes fonctions (administratives) à l’Université de Nantes », le maître de conférences relate son plaisir d’enseigner, dans une équipe pédagogique aussi fragilisée que possible, mais dévouée, et les injonctions financières de son administration, voire de sa direction de Département, pour être rentable — en acceptant en priorité des étudiant·es avec contrat plutôt qu’avec un projet de formation défini — tout en payant les personnels temporaires au lance-pierre. Voire, alors qu’ils ou elles sont déjà rémunérés 23 centimes en dessous du SMIC horaire, en leur réclamant des trop-perçus de façon brutale, mettant en danger financier certain·es d’entre eux. Et accessoirement, asséchant le vivier d’enseignant·es expérimenté·es et dévoué·es avec qui il travaillait1.

Ont pu ainsi être mis en évidence que l’unité mixte de service Openedition Centre, dont ce carnet utilise les outils, repose sur le travail de contractuel·les à près de 60%, travail précaire renforcé encore par le recours à des prestataires, souvent d’ancien·nes contractuel·les. Une tribune signée par Cécile Sorin, administratrice provisoire des Presses de l’Université de Vincennes,  et Damien de Blic, que nous venons de publier, a justement souligné combien nos recherches avaient besoin d’un investissement massif dans l’édition numérique publique, sans recourir à des bouts de ficelles Freemium, comme les tensions et contradictions qui existaient entre les temporalités des appels à projet et celles de l’écriture et de l’édition scientifiiques.

Codes couleur. rouge – sous péage : vert – accès ouvert ; bleu : Academia

À côté de ces textes, en libre accès pour la communauté universitaire, plusieurs collègues, ou collectifs de collègues ont eu recours à un autre moyen de publication : la tribune. Les moins expérimenté·es d’entre elleux ont choisi le journal Libération qui permet de lire quatre articles à titre gratuit 2, ou le site AOC, qui en autorise trois. La plupart des signataires ont opté pour Le Monde, dans une formule réservée aux abonné·es.

Banderole, place des Fêtes, 16 février 2020

Ainsi la Ministre Vidal s’est fendue d’une tribune le lundi 10 février, intitulée « À mes collègues scientifiques, je veux dire que le gouvernement a entendu leur appel à réinvestir massivement dans la recherche » où elle réussit le tour de force consistant à reconnaître que ses contradicteurs et contradictrices ont raison (sur l’emploi pérenne, les rémunérations, les appels à projets) et promouvoir sa politique qui l’aggrave en mentant sur l’investissement public en jeu. On peut s’interroger sur l’usage que fait la Ministr — qui dispose de tous les canaux officiels de l’appareil d’État et d’une presse nationale friande de ses interventions audiovisuelles — d’un quotidien, fût-il aussi prestigieux que Le Monde, comme medium du discours gouvernemental et du recours, assez curieux, à la médiatisation à péage pour atteindre ses « collègues ».

Le Monde met en regard pas moins de cinq tribunes : Sauvons l’Université, un collectif d’universitaires spécialistes du genre, 700 directeurs et directrices de laboratoires de recherche, Philippe Froguel, également directeur d’unité INSERM, mais se déclare faisant partie des 1% qui se sont opposés au précédent texte.  À ces tribune, s’ajoute une autre un peu particulière, intitulée « La Loi de programmation pluriannuelle pour la recherche ne doit pas consacrer une seule forme d’excellence » sur les modèles de carrières par Christine Musselin, sociologue, directrice de recherche au CNRS3. Ce dispositif a interrogé plus d’un : s’agit-il de mettre en scène le débat contradictoire — avec ce qu’il y a d’absurdre d’organiser un débat contradictoire dans les pages d’un quotidien avec la Ministre qui porte et implémente les réformes ? Y a-t-il une soudaine urgence des collègues à faire entendre leur voix, tant l’unanimité est générale et les dissonances inaudibles ? Il faudrait certainement aussi tenter de comprendre — ce que je n’ai pas fait — les motivations qui ont poussé les unes et les uns à s’adresser à ce quotidien plutôt qu’à un autre, plus populaire comme Le Parisien, sans péage pour l’essentiel4 ; et la part de décision des rédactions des quotidiens elles-mêmes5.

La question des destinataires de ces textes devrait pourtant être au cœur de la réflexion, comme celle de leur diffusion. À qui voulons-nous nous adresser ? À nos collègues ? Continuer la lecture

  1. Texte originellement publié sur le blog affordance.info, le 11 février 20. []
  2. C’est le cas d’un collectif de jeunes chercheurs et chercheuses, qui a autorisé Academia à reproduire leur tribune « “Désabusés et en colère” : les jeunes chercheuses et chercheurs et la LPPR » ; c’est aussi le cas d’universitaires proches du Parti socialiste ou d’une gauche large. Parmi les signataires de ce dernier texte, intitulé « Une réforme à l’encontre des attentes des chercheurs », on trouve notamment Pierre Ouzoulias, archéologue et sénateur, et infatigable critique des projets gouvernementaux en matière d’enseignement supérieur et de recherche. []
  3. La chercheuse s’était faite déjà remarquer la semaine précédente  par son souhait de supprimer le Conseil national des universités, au motif que ce ne serait « pas une réforme néolibérale » publié sur AOC. []
  4. Si j’étais méchante, je parlerai de réflexes de classe. []
  5. J’ai ainsi entendu « Le Monde n’en voulait pas ; alors on l’a publié sur Mediapart ». []

LPPR – Derrière les injonctions à publier, une mise en danger de l’édition scientifique

par Damien de Blic, co-directeur de la collection Libre cours et Cécile Sorin, administratrice provisoire des Presses universitaires de Vincennes

 

Les rapports préparatoires à la LPPR annoncent d’importantes menaces sur les publications scientifiques et la diffusion de la recherche.

L’édition scientifique est la grande absente des rapports préparatoires à la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR). Cette absence peut étonner alors même que les trois rapportss’appuient sur une visionde la recherche accordant une place centrale auxlogiquesd’évaluation faisant la part belle à la bibliométrie. L’impensé dissimule une contradiction de taille : l’injonction à publier plus s’accompagne d’une mise en danger de l’édition scientifique.

L’hégémonie du financement par projet et ses conséquences

Ce sont en premier lieu les logiques de financement défendues par la LPPR qui mettent en danger l’édition scientifique. L’hégémonie du financement par projet entre en contradiction avec les exigences de l’édition scientifique tant pour l’expertise et l’accompagnement scientifique que pour la fabrication des ouvrages et revues. La généralisation des contrats de chantier, déjà dénoncée dans la tribune des revues en grève (Le Monde, 29/01/2020), fragiliserait les emplois dédiés à l’édition dans un domaine où le travail s’inscrit dans la durée .

La LPPR parait ignorer qu’il faut plusieurs années de publications effectives pour qu’une revue ou une nouvelle collection soit reconnue, identifiée par les pairs,mais également pour que les équipes de chercheurs (comités scientifiques, éditoriaux, auteurs) et celles dédiées à la fabrication (secrétaires d’édition, maquettistes…) parviennent à optimiser leurs relations de travail dans un environnement en tension permanente.

https://www.letudiant.fr/educpros/enquetes/edition-scientifique-plus-d-articles-moins-de-serieux-1.html

Le “publish or perish” a des effets délétères sur la qualité des publications scientifiques. // © Lydie Lecarpentier / R.E.A

La temporalité de l’appel à projets n’est pas celle de la publication. L’intégration de budgets de médiation dans les projets ANR ne semble pas conçue pour financer la publication scientifique : la durée de ces projets ne permet pas,dans un même temps, de mener les recherches et d’en finaliser les publications. De même, les soutiens temporaires annoncés par le plan science ouverte ne sont pas en mesure de garantir la pérennité des projets éditoriaux qui choisiraient le modèle de la publication en ligne en accès libre.

La réduction des financements pérennes fragilisera un peu plus l’économie de l’édition scientifique qui n’est pas viable sans soutien public. Alors que l’effort des établissements pour soutenir l’édition scientifique n’est jamais reconnu ou valorisé dans les rapports préalables à la LPPR, que deviendra ce secteur quand l’assèchement des crédits récurrents des laboratoires ne leurpermettra plus d’accorder des subventions à la publication ?

Continuer la lecture