L’accès ouvert ne menace pas les revues de sciences humaines et sociales

Tribune parue dans L’Humanité du 1er avril 2016.

Selon le Syndicat national de l’édition (SNE) et quelques collèguelHumas auteurs de deux tribunes parues dans Le Monde (12 janvier 2016) et Libération (17 mars 2016), si les chercheurs en sciences humaines et sociales (SHS)  obtiennent le droit de mettre leurs articles en ligne au bout d’un an, les revues vont disparaître.

Or, en réalité, les auteurs français de revues françaises ont déjà, et depuis de nombreuses années, le droit de mettre librement leurs articles en ligne, dès avant leur parution. Même si ce droit est méconnu, bon nombre le font effectivement. Un exemple récent en témoigne : deux articles du récent numéro de la Revue d’histoire moderne et contemporaine sur l’«Économie et politique de l’ »accès ouvert » : les revues à l’âge numérique» sont déjà librement accessibles en ligne. Lire la suite

Revues et accès ouverts à la française : un point de vue québécois

canada-quebec-drapeauxAlors qu’une campagne médiatique sans précédent a lieu autour de la rédaction de l’article 17 de la loi numérique prévoyant le dépôt en archive ouverte des contributions scientifiques, un texte vient de circuler sur la liste Revues SHS le lundi 21 mars à 17h01, en réponse à un message intitulé « Tribune; iInquiétude pour l’avenir des revues SHS de langue française »

Son auteur, Jean Claude Guédon, nous a autorisés à le reproduire ci-desss.

Je profite du message de Philippe Minard pour effectivement encourager les lecteurs de cette liste à lire, étudier et méditer les articles du N°spécial de la RHMC.

Il faudrait y ajouter les articles de la Revue Européenne des sciences sociales de 2014 (vol. 52 No 1).  Ces deux ensembles forment une sorte de tout, en fait.

Il sera important, à un moment donné, d’écrire une synthèse critique de ces deux numéros et de la littérature récente, française – je dis « française » parce que, fidèle à une tradition bien établie en diplomatie française -, ce numéro met plusieurs fois en jeu une variante de « l’exception culturelle ». Il faudra écrire cette synthèse pour en arriver à une analyse un peu plus solide de ce qui est en train de se passer en France et ailleurs.

Lire la suite

Publier sa thèse: duperies éditoriales

Plusieurs jeunes chercheurs (ou moins jeunes) ont reçu ces derniers jours un courriel émanant d’une prétendue « maison d’édition » VDM Verlag ou Éditions universitaires européennes ». Il se présente sous la forme d’un message personnalisé et flatteur, puisque « l’éditeur » fait mine de s’intéresser particulièrement aux travaux du destinataire (travaux — thèse etc. — qui sont même cités nommément) et lui propose de les publier. En fait, il s’agit d’une vaste entreprise, que l’on qualifiera par litote de peu honnête, destinée à capter des travaux inédits (qui ne sont même pas lus par le pseudo-éditeur) et à les publier ensuite à la demande à des prix très élevés, sans que l’auteur, dans les faits, touche le moindre centime. Le procédé est bien expliqué sur le blog des presses de l’université du Québec :
http://www.puq.ca/blogue/2011/05/mise-en-garde-vdm-verlag-ou-editions-universitaires-europeennes/
Si j’ai bien compris, le risque est donc pour l’auteur de se trouver dépouillé de son travail, lequel sera captif d’une maison d’édition qui n’en est pas vraiment une, ce qui n’est pas très bon pour son curriculum vitae (et encore moins pour son moral).

Nicolas Weill-Parot
Professeur d’histoire médiévale à l’UPEC

La question du plagiat selon Evaluation de la recherche en SHS

Alain Minc fait l’objet d’une plainte pour avoir utilisé plus de 300 extraits d’un ouvrage dont il n’est pas l’auteur, sans citer sa source. La pratique de plagiat touche largement le monde académique en SHS sans faire l’objet d’une telle médiatisation. C’est pourquoi il n’est peut-être pas inutile de rappeler sur Academia le texte très complet rédigé en 2010 par Sylvain Piron sur le carnet Evaluation de la recherche en SHS. Vous le trouverez ici:

http://evaluation.hypotheses.org/940

Lire la suite

Les publications en mathématiques

Pour information, et parce qu’il est toujours intéressant de regarder vers les autres disciplines (on dit d’ailleurs que les maths seraient, des non SHS, les plus proches), une journée de réflexion organisée par la Société mathématiques de France sur la question des publications: « Quel avenir pour les publications mathématiques?« .

Elle est ouverte à tous.