Bastions masculinistes: retour sur une recommandation du Conseil scientifique du CNRS

Avant-hier, au courrier Twitter, j’ai reçu la dernière recommandation du Conseil scientifique du CNRS. 

Conseil scientifique du CNRS

Vers la parité dans les manifestations scientifiques

À l’occasion du 8 mars, journée internationale des droits des femmes, le président du CNRS Antoine Petit a déclaré : « La place des femmes au sein du CNRS est au cœur de mes priorités. Nous progressons en matière d’égalité entre les femmes et les hommes mais l’horizon de la parité est encore lointain ! » Pour progresser en matière d’égalité entre les femmes et les hommes, le Conseil scientifique du CNRS demande que le CNRS, ses laboratoires et ses personnels, ne s’associent qu’aux manifestations scientifiques où les femmes sont présentes à tous les niveaux (comité scientifique, comité d’organisation, conférences invitées), dans une proportion atteignant, ou dépassant celle de la discipline.

Dorothée BERTHOMIEU

Présidente du Conseil scientifique

Texte adopté à l’unanimité le 16 avril 2019

En sont destinataires la Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, la Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, le P‐DG du CNRS, mais aussi une employée du CNRS – “Présidente” (sic “directrice)  de la mission pour la place des femmes au CNRS et les présidentes de deux associations, l’une bien connue, “Femmes et sciences” et l’autre visiblement sortie toute droite de la cuisse de Jupiter.

Continuer la lecture

Recrutements académiques : les quotas de genre, tremplins pour l’égalité ?

 Une analyse parue dans The Conversation, 17 avril 2019

File 20190416 147487 1pqnety.jpg?ixlib=rb 1.1
Les femmes ont-elle eu plus de chance d’être recrutées lorsque l’on a changé le fonctionnement des comités de sélection ? Shutterstock

Article de Pierre Deschamps, Sciences Po – USPC, paru dans The Conversation, 17 avril 2019) – reproduit avec l’aimable autorisation de son auteur

La sous-représentation des femmes dans le secteur académique est une réalité dans l’ensemble de l’Europe, comme le démontre le rapport SHE 2018 publié par la Commission européenne. Alors qu’elles représentent 47 % des doctorants, elles ne sont que 40 % des professeurs de grade C (équivalent au statut de maître de conférences) et seulement 23 % des professeurs de grade A – équivalent au statut de professeurs des universités).

La France ne fait d’ailleurs pas partie des bons élèves au sein de l’Union européenne (UE) : alors que 42 % des chercheurs en moyenne dans l’UE sont des femmes, cette proportion descend à 35 % en France, derrière l’Allemagne (39 %), l’Italie (41 %) et le Royaume-Uni (45 %).

Cette situation pourrait s’expliquer par la discrimination que subiraient les femmes de la part de leurs collègues masculins, lors de la phase de recrutement. Avec cette hypothèse, il suffirait d’augmenter la proportion de chercheuses dans les comités qui prennent les décisions de promotion et de recrutement pour que les femmes soient mieux représentées dans le monde académique.

C’est chose faite en France depuis le 1er janvier 2015. Désormais les comités de sélection pour les postes de maître de conférences et de professeur des universités doivent être composés d’au moins 40 % d’hommes et 40 % de femmes. Cette réforme a-t-elle amélioré la place des chercheuses ? C’est l’objet de l’étude que nous avons menée à partir des données administratives de 455 comités et 1 548 candidats.

Derrière les statistiques

La proportion moyenne de femmes dans les comités de sélection est passée de 39 % avant la réforme à 47 % après 2015. En cela, l’objectif législatif a été atteint. En outre, il faut prendre en compte le statut des nouvelles entrantes pour s’assurer que l’équilibre au sein des comités de sélection a réellement été modifié. En effet, dans ces comités de recrutement, au moins la moitié des membres doivent être extérieurs à l’université, ce qui limite leur influence sur les décisions du comité. Continuer la lecture

Bois mort, souches pourries et arbrisseaux : du choix du vocabulaire et de la politique de l’emploi au CNRS

À l’occasion des 80 ans du CNRS, plusieurs messages sont passés sur le réseau Twitter, signalant l’absence de prises de position forte de personnalités scientifiques reconnues sur la politique de l’emploi de cette institution, ou encore le silence du président-directeur général sur ce point dans son discours de clôture[1]. Antoine Petit, en revanche, a déploré le problème du « bois mort ». Terme imagé, certes, qui a immédiatement entraîné des commentaires sur « l’élagage à venir ».

« Bois mort ». Je n’avais jamais entendu l’expression auparavant. Pour désigner des êtres humains, ou des collègues chercheurs ou chercheuses.

Arbre ironwood mort dans la forêt de Borneo

Je remercie MixlaMalice de nous avoir rappelé qu’il y avait un usage états-unien de cette expression et d’avoir pointé vers un billet paru il y a dix ans sur le blog d’une professeure de science femme, qui revenait le 21 janvier 2008 sur la notion, sa signification et son avenir supposé. Je traduis ce document avant de proposer une analyse sur son usage dans le contexte français actuel de la recherche.

Bois mort : la fin d’une époque ?

Continuer la lecture

Vices et vertus de la mobilité : débats mathématiques

Academia, carnet consacré aux sciences humaines et sociales (SHS), s’intéresse aujourd’hui au débat lancé par Olivier Garet et Barbara Schapira à la suite de la publication par le directeur de l’Institut National des Sciences Mathématiques et de leurs Interactions (INSMI) du CNRS, Pascal Auscher, qui précise que “l’objectif de la mission nationale est de maintenir l’école mathématique française au meilleur niveau international. Se pose donc la question de comment faire. Une réponse est la mobilité dans les recrutements”. La réponse de ces deux mathématicien-ne-s mérite que les acteurs des SHS s’y arrêtent. Ils ont aimablement autorisé Academia à le reproduire : nous les en remercions.

La mobilité heureuse*

https://www.flickr.com/photos/maddzakk00/8190818862/in/photolist-dtN65S-23U6TLP-8CCUAM-Yjw11E-fvbUAA-QoziLg-nEAc1s-dL73X3-6iH4vS-Zv3AvU-4VBaTN-28XxCNn-shrxFX-dZ8VJ9-itAyDC-28EaZ62-e4PUJN-95aWhh-25HyWb1-f5byka-cRDnMb-6uH1Ji-8xTuvp-itYr2P-XD5nKK-HeKYuu-dC5a4t-3PuKxJ-nqUtuC-qTfHUM-r529Ld-7S1UHi-bCL6w7-Y63xzT-JJJBB-6xtA7-aXRLSz-bwPtxf-9ZD2cp-23QuUcK-ki19r-qEAs3p-fXoHEG-8A7THS-ao8qFJ-f95kos-SKMs19-5CMLuR-fKq4CL-opSeGF

Train And I was waiting, by Zakk Chaibi, 2012

 

par Olivier Garet et Barbara Schapira

février 2019

*La « maternité heureuse » est l’ancêtre du planning familial

 

Préambule : Nous1 écrivons cette tribune en réaction à un texte de Pascal Auscher, directeur de l’INSMI (Institut de Mathématiques au CNRS). Ce texte, intitulé Position de l’Insmi sur la mobilité au recrutement en Mathématiques2 , a été diffusé dans les laboratoires de mathématiques en janvier 2019.

Le texte de l’INSMI réaffirme avec force sa volonté d’imposer la pratique de la communauté mathématique consistant à promouvoir les MCF et CR en PR et DR uniquement en mobilité, c’est-à-dire dans un autre laboratoire que là où ils exercent au moment de leur promotion. Il y voit un élément important pour la défense des postes en mathématiques.

Ce texte, s’il constitue un simple rappel d’évidences pour certains collègues3 , en a choqué d’autres. Nous souhaitons dans cette tribune nous opposer à ce point de vue, et discuter la notion de mobilité au sein de la communauté mathématique.

La mobilité et le non-recrutement local, de quoi s’agit-il ?

Ne boudons pas notre plaisir de mathématiciennes4 , définissons les termes employés.

Le Larousse propose « Mobilité = changement de lieu de résidence ou d’activité économique ». Dans la vision dominante au sein de la communauté mathématique française, rappelée par l’INSMI, la « mobilité » sous-entend changement de laboratoire lors d’un premier recrutement sur un poste permanent ou lors du passage de rang B à rang A. En particulier, cette « mobilité » suivant l’INSMI n’implique pas forcément de changement de lieu de résidence pour les franciliens5 . D’autre part, cette « mobilité » ne concerne pas les collègues cherchant à changer de laboratoire du fait d’un changement de résidence familiale passé ou futur (mutation pour rapprochement familial).

Continuer la lecture

Le CNRS et la parité en temps réel

Alors que le CNRS a annoncé la suppression de 50 postes au recrutement en 2019 – la majorité des postes “au concours” relevant désormais de la promotion interne – ce qui fait suite à une suppression de plus de 1200 postes de chercheurs et de chercheuses depuis 2007, le CNRS, à l’initiative d’Antoine Petit, prend enfin des mesures dignes d’un grand établissement de recherche, à savoir une formation des comités CoCNRS aux biais sexistes, et l’adjonction d’une référente et/ou d’un référent parité aux jurys de concours.

La parité homme-femme devrait se réaliser… dans 170 ans, par Clément Gras (2016)

Précisons en quelques lignes ces mesures, dont les autres jurys auraient la bonne idée de s’inspirer.

1. Un référent et/ou une référente “Parité en temps réel”

Continuer la lecture

Réalités du travail universitaire, par le quotidien Libération

Citation

L’université de Lille accuse un déficit de 6 millions d’euros et a de plus en plus recours à des vacataires pour faire des économies. Des contrats précaires et mal payés souvent assurés par des doctorants. Extraits

Universités : «L’excellence, on sait faire, c’est juste qu’on a zéro thune»

par Sheerazad Chekaik-Chaila – https://www.liberation.fr/france/2019/01/08/universites-l-excellence-on-sait-faire-c-est-juste-qu-on-a-zero-thune_1701733

«Je finis ma thèse. Je vais essayer d’avoir un poste d’enseignant à la fac. Sinon je retourne à l’agriculture…» ironise Benjamin (1), doctorant lillois en sciences politiques. «Moi, si je n’ai pas de poste, je serai fleuriste», annonce pour sa part Estelle, 27 ans, chercheuse en sociologie qui vient de décrocher une place d’attachée temporaire d’enseignement et de recherche (Ater) à l’université de Lille, payée 1 230 euros net par mois, pendant un an, renouvelable une seule fois. Douze mois de répit.

Mi-octobre, l’université de Lille a annoncé une «année blanche» pour la prochaine campagne de recrutement universitaire. La deuxième plus importante université de France, qui compte 67 000 étudiants et 6 700 salariés, a fini l’année dans le rouge, avec un déficit de 6 millions d’euros. Un plan de redressement, étalé sur cinq ans, prévoit de laisser vacants 73 postes d’enseignants-chercheurs et d’administratifs remplacés parfois par des contrats précaires. Des établissements, comme à Orléans ou Rennes-I, sont aussi concernés par des mesures d’austérité. Leur situation financière, ainsi que celle de huit autres universités et deux écoles d’ingénieurs, inquiète la Cour des comptes.

(…)  Par endroits, avec la progression du nombre d’étudiants et le manque de professeurs titulaires, des filières sont dépendantes de ces postes temporaires pour pouvoir continuer à assurer les cours.

Continuer la lecture

Entreprendre une réflexion sur les pratiques de recrutement en philosophie. Une tribune de Sud-Education Paris 1

Publiée sur  emetis@listes.univ-paris1.fr le jeudi 6 septembre 2018


Cette année, en philosophie, 18 postes de maître.sse.s de conférences ont été mis au concours dans le cadre de la session synchronisée 2018. Nous détenons actuellement, grâce au site Academia, des informations sur 16 des postes mis au concours et pourvus. Sur les 16 personnes classées premières sur ces postes, on ne compte que 3 femmes. La philosophie est ainsi l’une des disciplines, au sein des SHS, les plus inégalitaires et faisant le plus obstacle à la carrière des femmes. Cette situation est consternante et révoltante, nous souhaitons diffuser cette information le plus largement possible et appelons la communauté des philosophes universitaires à entreprendre une réflexion sur ses pratiques de recrutement.
Solidairement,
SUD Education Paris 1

Assemblée nationale: Rapport d’information sur les femmes et les sciences

Le rapport d’information des député-e-s Céline Calvez et Stéphane Viry vient d’être publié: luttons contre les stéréotypes, ne mesuronspas le rattrapage salarial à réaliser.

 

Lien: Rapport d’information n°1016 fait au nom de la Délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes, sur les femmes et les sciences, par les députés Céline Calvez et Stéphane Viry, 31 mai 2018.

Un.e enseignant.e = une voix

Citation

© AFP

Republication d’une motion des enseignant.e.s-chercheurs contractuel.le.s, en espérant faire écho plus sytématique du mouvement de protestation des agents contractuels enseignants-chercheurs, hommes et femmes, qui ne sont rémunéré.e.s qu’après de longs mois d’attente, quand ils ou elles le sont.

Motion des enseignant.e.s précaires du Département d’histoire de Paris-Nanterre

Un.e enseignant.e = Une voix.

Nous, enseignant.e.s précaires du département d’histoire de l’Université de Paris-Nanterre tenons, par la présente, à manifester notre incompréhension et notre désaccord face à la décision prise par le département de nous écarter du vote sur les modalités d’application de la réforme dite de Parcoursup.
Sans le vote des enseignants précaires, ce vote est biaisé et ne peut espérer représenter la position de la  majeurepartie des personnels du département d’histoire. En effet, nous représentons entre le quart et la mo itié de l’effectif enseignant du département. Certes, contrairement à nos collègues titulaires, nous n’assurons ni laresponsabilité administrative de la mise en oeuvre de la réforme Parcoursup, ni la charge de sa  réalisation pratique. Nous n’en serons pas moins bel et bien en première ligne face aux nouveaux entrants à l’université, puisque nous prenons en charge les séances de TD de Licence 1, et plus généralement du cycle Licence. C’est souvent à nous qu’il reviendra de gérer, au quotidien, les groupes et les problématiques concrètes qui se poseront dans les salles à la rentrée prochaine.
Nous sommes donc concerné.e.s au premier chef par la mise en oeuvre de cette réforme et les effets qu’elle ne manquerait pas d’avoir si elle était appliquée à Paris-Nanterre. Même si nous sommes engagés de manière contractuelle et temporaire, nous sommes pleinement partie prenante d’un travail pédagogique qui, dans le cadre de la licence, est essentiellement un travail d’équipe.

Continuer la lecture

Sexe, mensonges et sélection: à propos de la mobilisation d’avril 2018

Banderole à l’EHESS Marseille, 21 avril 2018

Voici plusieurs mois que les universités se mobilisent : d’abord à Toulouse, autour d’un conflit autour de l’intégration en COMUE, puis progressivement dans de nombreuses Universités, de Brest à Strasbourg, de Lille à Aix-Marseille (cf. carte des facultés mobilisées publiée dans le journal Libération). À Paris-1, le centre Tolbiac a été investi pendant plusieurs semaines par la Commune libre de Tolbiac; lieu où pouvait trouver “la violence, la drogue, le sexe même (sic)”, pour reprendre les mots curieux de son président George Haddad, le centre Tolbiac a focalisé focalisé l’attention des médias jusqu’à son occupation policière le 20 avril. Aux côtés des étudiant-e-s pour dénoncer le recours aux CRS dans certaines universités, les enseignants-chercheurs ne sont pas en reste ; ils/elles participent aux AG, contribuent aux enseignements hors les murs. Plus souvent, ils font connaître leur refus de compenser par leur travail les défaillances du logiciel “Parcoursup” ou d’être la cible d’attaques du gouvernement sur leur responsabilité dans “l’échec”étudiant, catégorie ignominieuse, qui ne représenterait pas la réalité de l’expérience étudiante et qui recouvrirait plutôt de nombreuses réorientations.

De fait, les enseignants-chercheurs ne cachent pas leur agacement d’entendre la ministre Vidal ne cesser de répéter sur les plateaux de radio et de télévision qu’il n’y aura pas de sélection des étudiants, ni “tirage au sort”, jugé “injuste”, et que la loi ORE vise à la réussite des étudiants. Le tirage au sort, utilisé l’an passé, n’avait concerné pourtant que 9 726 candidat.e.s, soit moins de 0,4% des bacheliers de l’année et 1,1% des inscrit.e.s sur APB (source : Corine Eyraud).Le tirage au sort a ainsi représenté une solution ponctuelle alors que la cohorte du baby-boom des années 2000 dépassaient les capacités de l’enseignement supérieur, sous doté.

Continuer la lecture

Un tout petit monde: état des lieux de l’emploi universitaire par Guillaume Miquelard-Garnier

Citation

«  Je vais entamer ici un cycle de billets faisant un petit état des lieux de l’Université, notamment en ce qui concerne les populations (étudiants et enseignants) et leur évolution temporelle. […] Ces billets sont le fruit d’un travail fastidieux (et chronophage) de données compilées à partir des rapports annuels RERS dont on peut trouver, en cherchant bien, des éditions remontant jusqu’à 2000 ».

Ratio enseignants (en équivalent temps plein)/ étudiants. Source: G. Miquelard, Etat des lieux de l’Université (2) – http://blog.educpros.fr/guillaume-miquelard-et-paul-francois/2018/04/06/etat-des-lieux-de-luniversite-2/

 

Guillaume Miquelard-Garnier, après une première étude établissant la méthode, vient de livrer son 2e billet sur le ratio enseignant.e.s-étudiant.e.s sur la période courant de 2001 à 2017. Il s’interroge notamment sur les fortes disparités entre grandes disciplines et s’efforce d’expliquer l’inflation néanmoins perçue des heures d’enseignement, là où le nombre d’étudiants pour enseignants n’a que peu évolué.

Continuer la lecture

Ecouter “les chercheuses de demain”

Les vidéos de la demi-journée organisée le 8 mars au siège du CNRS sont en ligne (si vous cliquez ici, vous aurez le PDG du CNRS, et le reste de la demi-journée dans la colonne de droite).

Un mélange intéressant de formats : témoignages de jeunes (où l’on découvre que beaucoup ont des mères chercheuses… mais aussi une gamme variée d’obstacles et quelques manières de les surmonter), de moins jeunes (avec des propositions) et résultats d’études empiriques, notamment sur les post-doctorant.e.s. Je dispose de notes écrites détaillées, vous pouvez m’écrire (mon e-mail est facile à trouver) pour les allergiques à la vidéo. Continuer la lecture

Alerte parité: section 39 du CNRS (2018)

Gabrielle d’Estrées et une de ses sœurs, vers 1594

On nous signale un classement problématique dans la phase d’admissibilité de la section 39 du concours CNRS 2018 au grade de la direction de recherche.

Sont éluEs en position d’admission 4 femmes sur 4 postes. Sont rejetés en position d’admissibles non admis 5 hommes et 1 femme.

Si on approfondit quelque peu, on découvre qu’il y avait 27 candidat-e-s (14 hommes, 13 femmes) ; qu’au stade de l’admission à poursuivre, il y a encore que 27 candidat.e.s, dont 14 hommes et 13 femmes. À ce stade, on pourrait dire que la parité est parfaitement respectée si elle n’était le fait des seules candidatures.

Sur les 10 admissibles du concours DR de la section 39, on trouve 5 hommes et 5 femmes. Toutefois le rang de classement rend l’injonction paritaire non respectée. Il est à espérer que la direction du CNRS, habituée des déclassements, rectifiera ce qui représente une atteinte insupportable aux principes qu’elle ne cesse de défendre et qu’elle aurait récemment réaffirmés.

Continuer la lecture

La parité en actes: jury IDEX et conseil d’administration de l’ANR

Source: AEF – http://www.univ-orleans.fr/cri/RSS/rss_aef.php

Source: JORF n°0061 du 14 mars 2018 Texte n°86
“Arrêté du 7 mars 2018 portant nomination au conseil d’administration de l’Agence nationale de la recherche”

Nous nous passerons de commentaires.

Deux rapports sur les équilibres hommes-femmes dans l’ESR

Vers l’égalité hommes-femmes, brochure ESR 2018, p. 26

Le ministère vient de publier une brochure “Vers l’égalité femmes-hommes.

Le rapport vise à “éclairer l’action ministérielle” en établissant la place défavorable de la France dans les classements européens. Il rappelle ainsi que 76% des professeur-e-s d’universités sont des hommes; et 63% des chargés de recherches, maître-e-s de conférences et assimilé-e-s; 94% des organismes de recherches et 88% des universités sont dirigées par des hommes. Trente mois après l’obtention de leur Master (hors Master enseignement), l’écart de salaire de 13% entre les hommes et les femmes. Cette opération de communication du 8 mars “Le ministère s’engage” n’est malheureusement pas accompagnée de mesures concrètes.

Continuer la lecture