Programme B: « Qu’avons-nous fait de la recherche ? »

« C’est une crise qui accable l’univers de la recherche depuis des années, bien avant que le Covid vienne y ajouter son grain de sel. Le constat est assez accablant, au manque de moyens s’ajoutent le manque de postes, de reconnaissance, de débouchés

Malgré l’envie, malgré le dévouement des chercheur·euse·s, leurs parcours se jonchent d’obstacles de plus en plus durs à franchir. Certain·e·s s’accrochent, certain·e·s abandonnent, d’autres partent en quête de solutions alternatives. Toutes et tous ont à l’esprit une même interrogation : qu’avons-nous fait de la recherche ? »

Une série de Norah Benarrosh-Orsoni, réalisée par Alexandre Ferreira, proposée en podcast par Binge Audio.

Pour écouter les 4 épisodes (Faire le métier, Persister, Déserter, Tout changer), cliquez ici.

Programme B est un podcast de Binge Audio présenté par Thomas Rozec. Ces épisodes ont été produits en mars 2021. Réalisation : Alexandre Ferreira. Production et édition : Lorraine Besse. Générique : François Clos et Thibault Lefranc. Identité sonore Binge Audio : Jean-Benoît Dunckel (musique) et Bonnie El Bokeili (voix). Identité graphique : Sébastien Brothier et Thomas Steffen (Upian). Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.

Bruno Latour: C’est sur la biochimie de Madame Vidal qu’il faudrait enquêter

Bruno Latour sur Hors-série, 03.04.2021:

« Il y a une discipline sur laquelle j’aimerais bien qu’on ait une enquête de l’université et du CNRS, c’est la biochimie de Madame Vidal. C’est l’une des disciplines les plus corrompues par l’accès des entreprises à la science.

Neuraminidase Ribbon Diagram. Source: wikipedia

Donc, d’accord, on fait une enquête sur les ‘corruptions’ éventuelles du post-colonialisme à l’université, mais on le fait aussi sur la biochimie. Et puis peut-être aussi sur l’économie. Et puis, au fond peut-être aussi sur d’autres disciplines.

Si on commence à attaquer la question de la corruption de la politique de recherche, c’est une bonne question, mais il faut la faire sur toute la gamme des disciplines. »

L’érosion du nombre de postes aux concours d’enseignant·e–chercheur·e se poursuit

Tweet original de Manuel Tunon de Lara.

Il y a des jours où il aurait mieux valu tourner sept fois sa langue dans sa bouche. Le 24 mars 2021 était un de ces jours pour le président de l’université de Bordeaux, Manuel Tunon de Lara. Ce dernier s’est félicité de sa rencontre avec Richard Ferrand et en a profité pour mettre en avant l’ambition d’une Université française constructive.

C’était sans compter sur une information parue plus tôt dans la matinée : le nombre de postes maximal qui pourront être ouverts aux concours MCF et PR pour l’année 2021. Et les nouvelles ne sont pas bonnes pour l’Université. On apprend ainsi dans le Journal Officiel qu’un maximum de 1 189 postes de MCF pourront être ouverts, alors que les PR devront se contenter de 746 postes. Allons plus loin dans l’analyse en quantifiant la dynamique du nombre de postes proposés aux concours.

Evolution du nombre maximal de postes proposés aux concours MCF (courbe orange) et PR (courbe bleue) entre 2010 et 2021. Source : Journal Officiel, legifrance.gouv.fr

Le constat est sans appel. Entre 2012 et 2021, le nombre de postes maximal de MCF est passé de 2099 à 1189, soit une diminution de 910 postes représentant une baisse de 43 %. Un peu moins de la moitié des nouveaux postes ont donc été supprimés en à peine 10 ans. Pour les PR, ce sont 710 postes proposés en moins, soit une baisse de 49 %.

Pour remettre ces chiffres dans le contexte plus général de l’état de l’Université, rappelons que le nombre d’étudian·es ne fait qu’augmenter sur la même période alors que le nombre d’enseignant·es ne fait lui que diminuer. Alors même que de nombreux·ses jeunes (et moins jeunes) docteur·es souhaitent ardemment devenir enseignant·e–chercheur·es, et donc que le vivier de candidat·es n’est pas le problème, nos dirigeant·es continuent de couper les vannes d’accès au statut d’EC. Pourtant, la Loi de programmation de la recherche, appliquée depuis le 24 décembre 2020, était censée donner des moyens conséquents à l’Université et à la recherche. Il faut croire que ce ne sera pas pour cette année.

Graphique à retrouver dans un tweet de Julien Gossa.

Continuer la lecture

Sci-hub et Libgen de nouveau bloqués par décision judiciaire, par Martin Clavey, The Sound of Science

En passant

Pourquoi les principaux FAI français bloquent de nouveau Sci-hub et Libgen

Les bibliothèques scientifiques clandestines en ligne Sci-hub et Libgen subissent de nouveau une décision de blocage d’une durée de 18 mois prise par le Tribunal Judiciaire de Paris le 18 décembre dernier suite à la demande des éditeurs Elsevier et Springer-Nature.

Les principaux fournisseurs d’accès à Internet français, Orange, SFR, Free et Bouygues ont été sommés de bloquer l’accès à ces plateformes qui permettent, notamment aux chercheur·euse·s, d’accéder gratuitement aux publications scientifiques et à des livres en epubs et en pdf.

Sound of Science a eu accès au jugement est le publie en intégralité.

Pour lire la suite sur The Sound of Science

Éthique et intégrité scientifique : la recherche est-elle « vérolée » ?

  • par Omar El Hamoui, doctorant en physico-chimie

Parmi  les nombreux débats autour de la question de la qualité des recherches scientifiques, il y en a un qui a récemment animé les réseaux sociaux et nourrit la discorde entre certains médecins et scientifiques : celui de l’intégrité de la recherche. Selon certains (notamment parmi les premiers), la recherche serait « vérolée » : elle serait composée de fraudeurs d’un côté, et de complices silencieux de l’autre. Au diable la nuance et les données qui viendraient éventuellement étayer cette idée. Cette petite polémique est l’occasion de nous pencher plus rigoureusement sur cette question relevant de l’éthique et de l’intégrité scientifique. Dans ce billet nous considérerons, en l’absence de plus d’informations de la part des utilisateurs de cette expression, qu’elle fait référence aux méconduites scientifiques.

Méconduites scientifiques : de quoi parle-t-on ?

Dans ce billet nous considérerons, en l’absence de plus d’informations de la part des utilisateurs de cette expression,  qu’elle fait référence aux méconduites scientifiques. Les méconduites scientifiques regroupent un ensemble de pratiques transgressant les règles d’intégrité scientifique. On compte parmi celles-ci les fraudes. Une fraude est tout simplement une démarche intentionnelle de tromper le lectorat scientifique, outrepassant les règles d’intégrité à travers la falsification ou la fabrication de données, et le plagiat. Elle peut prendre plusieurs formes, par exemple le cherry-picking de données (pour améliorer artificiellement son coefficient de corrélation ou sa valeur p par exemple), la création de toutes pièces d’une table de valeurs, la fabrication de faux documents historiques, l’invention d’extraits d’entretiens, le traitement exagéré de certaines données tronquées pour y pouvoir en formuler une interprétation qu’on sait erronée… Les pratiques relevant de la fraude scientifique ont l’avantage d’être définies par des lois dans beaucoup de pays, ce qui doit pousser à une grande prudence lorsqu’on accuse des auteur.ices de fraude, sous peine de verser dans la diffamation.
Cependant les méconduites ne se résument pas aux fraudes. En effet, il existe toute une zone grise, plus ou moins reconnue par les institutions, couvrant un large spectre de pratiques qu’on sait douteuses, et qui inclut entre autres des erreurs sincèrement maladroites. L’OCDE fournit une classification de ces méconduites, dont cette zone grise, et des réflexions sont menées en permanence dans l’objectif de réformer nos définitions, notamment pour mieux reconnaître ce qui relève des mauvaises pratiques et in fine en réduire l’occurrence.

Quels domaines sont concernés ? De toutes évidences ce problème touche toutes les sciences. Des cas de méconduites ont été découverts dans quasiment toutes les disciplines, allant de la physique – par exemple la fameuse histoire de Jan Hendrick Schön qui aurait découvert en 2001 un prétendu  procédé de transformation de matériaux non-conducteurs en semi-conducteurs – à l’archéologie – par exemple Shinishi Fujimura qui a enfoui de faux objets archéologiques lors de fouilles entre 1981 et 2000. Il s’agit là de quelques cas qui ont été fortement médiatisés, mais comment peut-on quantifier l’ampleur des fraudes ?

Misconduct Tavern, Philadelphia, PA. Crédit: mtwong26

Continuer la lecture

Pacte, Laboratoire de Sciences Sociales: « ‘Islamo-gauchisme’: une atteinte grave aux méthodes scientifiques »

Communiqué de presse du laboratoire de recherche Pacte, 3 mars 2021.

“Islamo-gauchisme” : une atteinte grave aux méthodes scientifiques

Face à l’irruption sur la scène médiatique de propos visant à disqualifier les Sciences Humaines et Sociales, PacteLaboratoire de Sciences Sociales (UMR5194) souhaite procéder à une série de clarifications.

Parler d’ “islamo-gauchisme” est un débat initié par l’extrême droite et aujourd’hui repris de façon abusive et instrumentalisée par des membres du gouvernement. Ce mot fait un amalgame opportuniste entre d’une part analyser scientifiquement les discriminations à l’œuvre dans la société et, d’autre part, faire le lit du terrorisme. Ce terme n’est en aucun cas un concept scientifique.

Ce mot vise à stigmatiser, en les présentant comme des idéologues extrémistes, tous les universitaires qui s’attachent à dévoiler, mesurer et analyser les inégalités dans la société. Les discriminations (inégalités sociales, géographiques, de race, de classe ou de genre, etc.) existent, la crise de la COVID19 est en train de les exacerber. Ne pas les étudier est éthiquement inexcusable. Les approches développées dans les études postcoloniales, décoloniales et de genre sont des méthodes pour analyser les relations entre groupes sociaux et les rapports de pouvoir. Ce sont des outils scientifiques construits et reconnus de manière internationale, diffusés dans les revues d’excellence des communautés scientifiques concernées. Les connaissances produites dans ce contexte sont évaluées de manière objective et rigoureuse par des agences internationales.

Les discours qui utilisent l’expression d’ “islamo-gauchisme” sont pernicieux en ce qu’ils affirment que toute recherche engagée contre les inégalités est nécessairement une production idéologique, partisane et non scientifique, ce qui est très largement faux. L’engagement de certains universitaires pour combattre les inégalités et les discriminations qu’ils mettent au jour peut se faire dans le respect scrupuleux des canons de la rigueur scientifique et en utilisant avec honnêteté des méthodes éprouvées.

Ces méthodes exigent de tous les scientifiques qu’ils explicitent leurs engagements, comme tout autre facteur susceptible d’influencer leur recherche, notamment les conflits d’intérêt. Les études de genre, les analyses intersectionnelles, les approches décoloniales ou postcoloniales ne font pas exception. Ces recherches sont tout aussi scientifiques et légitimes que les autres.

Dénoncer le militantisme de certains chercheurs et certaines chercheuses pour disqualifier leurs résultats de recherche c’est faire acte d’ignorance délibérée vis-à-vis de la production scientifique contemporaine et de la robustesse des méthodes mises en œuvre. Il n’appartient pas au pouvoir politique de dire ce qui est scientifique ou non, ni de juger de la qualité scientifique d’un travail universitaire, ni de labelliser des ensembles de recherches qui lui déplaisent.

Les résultats scientifiques participent du patrimoine commun. Ils sont aussi là pour aider à la prise de décisions en vue de réduire les inégalités. Les sciences peuvent jouer  un rôle transformatif dans les contextes de crise.

Attaquer la “scientificité” des sciences sociales, c’est combattre le pouvoir de vérité de la science en général dans un monde où les  “fake news” contribuent de plus en plus à la désinformation croissante. C’est fragiliser toute l’université et le rôle essentiel qu’elle joue dans la société dans la recherche d’un bénéfice électoral partisan.

 

Fait à Grenoble, le 1/3/2021,

Le conseil de laboratoire et sa direction.

Les missions Égalité-Université des universités répondent à Frédérique Vidal !

Le flot des critiques ne s’arrête plus pour Frédérique Vidal, suite à sa dénonciation d’un prétendu « islamo-gauchisme » dans nos universités. C’est maintenant au tour de la Conférence permanente des chargé·es de mission Égalité-Diversité de l’enseignement supérieur et de la recherche (CPED) de prendre position en rejetant fermement les accusations de la ministre.

Cette instance, qui regroupe 94 universités, grandes écoles ou COMUE, dénonce d’un même geste, les accusations fausses de la ministre et le terrible manque de moyens dont souffre l’enseignement supérieur et la recherche en France, et en particulier en matière de lutte contre les discriminations et le racisme dans les établissements d’enseignement supérieur.

Cette instance s’engage, en réponse à la ministre, à ne plus transmettre les différentes actions de l’ESR en faveur de la lutte contre les discriminations et le racisme. Ceci est une réponse ferme à la « défiance » maintenant clairement installée envers la ministre et à des « positions politiques démagogiques et dénuées de fondements ».

Nous relayons donc leur communiqué complet et les tweets par lesquels ils ont publicisé celui-ci.

 

La convention de mécénat de la licence BNP de PSL enfin dévoilée

Le collectif PSL contre-attaque, formé à l’origine en opposition à l’ouverture du diplôme « Sciences pour un monde durable » en 20191, a obtenu la convention de mécénat liant l’université PSL (Paris Sciences et Lettres) et la banque BNP Paribas, dans le cadre du financement de cette formation niveau licence.

Depuis les débuts de cette formation sur le développement durable financée par la BNP Paribas, pollueur de renom2, PSL clamait que la convention qui la liait à la BNP était un document confidentiel. La direction de PSL en avait même refusé l’accès aux élu·es du Conseil d’administration3 ! Après plusieurs demandes restées sans réponse, PSL contre-attaque a saisi la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA), qui nous a donné raison. PSL n’avait alors toujours pas communiqué la convention, et le collectif avait donc commencé un recours au tribunal administratif. Finalement, PSL nous a enfin envoyé la convention avec la BNP !

Voici les éléments saillants de la convention ainsi que les doutes qui subsistent encore.

• Le mépris du droit. PSL s’engage à être libre de « tout engagement qui l’empêcherait de signer le présent accord », au mépris de la loi qui prévoit que ce genre de document est public.

• L’obsession de la confidentialité. Sur les sept pages de la convention, une page complète est dédiée à la confidentialité. On comprend d’ailleurs mieux que PSL rechigne à fournir la convention quand on voit que la BNP se réserve le droit de résilier la convention, et de cesser le paiement en cas de divulgation de la convention !

• La BNP Paribas ne s’engage à payer que de 2019 à 2024. Que deviendra la licence quand la source de financement s’arrêtera ? De plus, la convention est très peu contraignante pour la BNP, qui peut également rompre ses engagements sans gros dommages.

• La clause de protection de l’image de la BNP (article 7.3) : PSL s’engage à « ne faire aucune déclaration ni commentaire public susceptible de porter atteinte à l’image ou à la réputation du mécène ». Ce paragraphe très critiqué lors de la première version de la convention est assorti d’une mention qui protège la liberté pédagogique. Nous voilà rassuré·es. Néanmoins, prenons le problème autrement : pourquoi PSL accepte-t-elle de se bâillonner ? Comment former correctement au changement climatique sans parler des responsables, qui financent les énergies fossiles depuis des décennies et refusent d’en sortir malgré la catastrophe climatique à venir ?

• Le « comité de suivi et d’information », comportant des membres de la BNP à 50 %, et dont le rôle est de « garantir les orientations stratégiques du projet ». Face au tollé suscité par l’ingérence de la BNP dans le contenu de la formation, PSL et la BNP se sont payées de mots en assurant que le comité ne jouera pas de rôle pédagogique et académique. Décider des orientations stratégiques d’une licence, sans jouer de rôle académique ou pédagogique, cela ne va pas de soi !

• Le montant apporté par la BNP n’a pas été communiqué ; cependant, on peut l’estimer à environ 8 millions d’euros sur 5 ans.

• La présence d’autres mécènes : les informations à disposition sont contradictoires. Dans une interview récente au Monde4, Alain Fuchs, le président de PSL qui a chapeauté la création de cette formation, prétend que d’autres mécènes sont présents (Foncia et Engie). Il l’a aussi affirmé en Conseil d’administration de PSL. Cependant, dans un courrier relatif à nos démarches pour accéder aux conventions, Alain Fuchs indiquait à propos des conventions de mécénat : « Il n’en existe qu’une à ce jour ». Ces conventions ne nous ont pas été communiquées, alors que la CADA nous a donné raison pour obtenir ces documents s’ils existent.

Pour la présence d’autres mécènes, comme pour les autres points cités, la direction de PSL donne des informations obscures, tient un double discours et se tient parfois à la limite de la légalité.

La convention de mécénat peut être consultée dans son intégralité sur ce fil Twitter ou ci-dessous.

Continuer la lecture

  1. Pour un résumé de cette jolie histoire, voir https://twitter.com/ContrePsl/status/1327963668433211394 []
  2. Voir le rapport publié par un réseau d’ONG : https://www.ran.org/wp-content/uploads/2020/03/Banking_on_Climate_Change__2020_vF.pdf []
  3. Le 28 mai 2020, p. 12 : https://psl.eu/sites/default/files/Compte-rendu%20du%20CA%20de%20l’Universit%c3%a9%20PSL%20du%2028%20mai%202020%20-%20version%20adopt%c3%a9e%20au%209%20juillet%202020.pdf []
  4. « La licence « monde durable » cofinancée par BNP Paribas tente de dépasser la polémique », Éric Nunès, Le Monde, 23 janvier 2021 []

Peut-on mener des recherches sur la guerre en étant financé∙e par le Ministère des Armées?

Le difficile pas de deux entre militaires et chercheurs

Peut-on mener des recherches sur la guerre tout en étant financé par le ministère des armées ? La question divise le milieu académique. État des lieux d’une recherche à l’indépendance fragile…

es lecteurs de L’Obs ont assisté cet automne à une vive controverse par tribunes interposées autour du lien entre les opérations extérieures de l’armée française et les actions terroristes sur le sol français. L’étincelle, venue du monde artistique et intellectuel, mit le feu au poudre du baril académique.

Quatre tribunes (ici, ici, ici et ) de chercheurs se sont succédé pour y répondre, les unes soutenant que l’usage de la force est indispensable et légitime pour défendre la France « attaquée pour ce qu’elle est et non pour ce qu’elle fait », les autres critiquant une guerre nourrissant le terrorisme par sa violence n’épargnant pas les civils. Derrière cet affrontement par voie de presse, se cache un débat jamais mis sur la place publique mais très présent dans l’esprit de tous les protagonistes de cette controverse.

Comment peut-on mener des recherches sur la guerre – et en particulier celles que mène aujourd’hui la France – sans dépendre de l’armée ?

Comme toute la société française, le monde des sciences humaines et sociales a été ébranlé par les attentats de 2015. De partout, on voulait lui donner un sens, demandant aux chercheurs d’expliquer et d’interpréter ce retour du sang et des armes, inédit depuis plus d’un demi-siècle et les attentats de l’OAS.

L’armée ne tarda pas à comprendre l’intérêt qu’elle aurait à nouer des liens avec le milieu académique. En physique ou en biologie, sciences aux implications militaires si manifestes, les liens existaient de longue date, notamment à travers la puissante Direction générale de l’armement. Elle finance chaque année quelque 130 bourses de doctorat (missions aujourd’hui reprises par l’Agence de l’innovation de défense). Désormais, c’est vers les sciences politiques, la sociologie et l’histoire qu’elle se tourne.

Lire la suite sur le site de Mediapart

Illustration en bandeau: Des soldats du 2e régiment de hussards lors d’une cérémonie en hommage à deux soldats de l’opération Barkhane tués peu avant au Mali, le 8 janvier 2021 à Haguenau. © PATRICK HERTZOG / AFP

Le naufrage du recrutement des professeur∙es

L’arrêté concernant le CAPES publié le 25 janvier dernier confirme nos pires craintes

CAPES d’histoire-géographie : la stagnation des postes, la perte des contenus disciplinaires, vient renforcer une tendance à la déqualification et à la précarisation de nos métiers. 

La présentation en novembre 2019 d’un projet de réforme du concours de recrutement des enseignants a suscité beaucoup d’émotion de la part des associations de spécialistes.

Mise à jour avec l’arrêté du 25 janvier 2021

L’arrêté publié ce 25 janvier 2021, et qui suscite une émotion tardive de la part de ceux que je ne peux m’empêcher d’appeler « les carabiniers d’Offenbach », Vient confirmer les pires craintes que nous pouvions exprimer à ce propos.

Le naufrage du Costa Concordia est survenu en Méditerranée, le vendredi 13 janvier 2012, à proximité de l’île du Giglio, au large du littoral sud de la Toscane.

Continuer la lecture

«La déconsidération des universités par le milieu politique est un élément structurel», entretien dans Libération

En passant

« [La Loi de programmation de la recherche] n’aborde ni la question des investissements en équipements scientifiques ni celle de l’emploi. Les seules mesures de ressources humaines visent à faciliter le recrutement de contractuels. C’est une déception. »

Mathias Bernard, président de l’université Clermont–Auvergne, Libération du 26 décembre 2020.

via GIPHY

Joyeux Noël et bonne année : la circulaire de rentrée et les franchises universitaires

Ce dimanche 20 décembre, le ministère de l’Enseignement supérieure, de la Recherche et de l’Innovation a rendu publique sa circulaire de rentrée.

Sous la signature d’Anne-Sophie Barthez (DGESIP), cette circulaire expose les conditions d’une « reprise progressive des enseignements au sein des universités et des écoles » à partir du 4 janvier 2021.

Joyeux Noël et bonne année.

L’ordre des priorités selon le ministère

Le dispositif s’organise selon plusieurs plans. Sur le plan des enseignements, d’abord, trois situations sont distinguées :

  • À partir du 4 janvier prochain, des étudiant·es identifié·es comme « les plus fragiles » pourront être accueilli·es « sur convocation » et « en petits groupes de dix ».
  • À partir du 20 janvier au plus tôt, les TD des étudiant·es de première année devraient pouvoir reprendre.
  • Pour tout le reste, en revanche, l’enseignement à distance reste la règle, sauf, comme c’était le cas jusqu’ici, « à titre dérogatoire », pour les enseignements « dont le caractère pratique rend impossible de les effectuer à distance ». Dans ce dernier cas, une autorisation de l’État est nécessaire, délivrée par le recteur de région académique.

Toutes ces précautions tombent en revanche dès qu’il est question des examens. La circulaire se garde d’en dire un mot, mais renvoie à la « foire aux questions » qui l’accompagne (p. 16-17). Dans cette FAQ, le choix est net et précis : pour les examens, tout est possible :

  • Les examens n’ont pas à être annulés ou reportés,
  • Ils peuvent se tenir, eux, en présentiel, pour les mêmes raisons sans doute que les enseignements ne le peuvent pas,
  • Les universités ont « le droit d’imposer la tenue d’examens en présentiel » aux étudiant·es,
  • Il est possible d’« orienter » les étudiant·es « manifestant ou déclarant présenter des symptômes (toux, fièvre, etc.) en cours d’épreuve » vers une « salle dédiée », dans laquelle les symptomatiques pourront poursuivre leurs examens tou·tes ensemble.

Louis & Tom Lefèvre, « La pluie », 2017

Quant aux conditions matérielles dans lesquelles ces enseignements et ces examens se feront sur site, enfin, rien n’est dit. RogueESR avait pourtant fait des propositions, notamment sur le plan de la ventilation des lieux collectifs. La réponse officielle du ministère vient donc de tomber : ce n’est pas son problème.

*
*   *

Dans cette circulaire, les choses ont donc le mérite d’être claires.

Comme pour de nombreux autres sujets, l’épidémie de covid-19, par les hiérarchies qu’elle impose, joue le rôle d’implacable révélateur des convictions profondes de nos gouvernant·es. On savait déjà que l’accès aux salles et aux amphithéâtres des universités – tout comme l’accès aux salles de spectacles, aux cinémas ou aux musées – était moins prioritaire que les achats de Noël ou, d’ailleurs, que les bonnes franquettes entre hommes à l’Élysée. On sait désormais que la première des urgences n’est pas de panser les plaies, de prendre les mesures économiques et sociales devenues d’ordre vital et de laisser tout le monde souffler un peu, mais de se précipiter dans les examens en présentiel à la sortie des congés de Noël, puis d’embrayer sans attendre sur le second semestre à distance.

De quel droit cette circulaire ?

Nous ne commenterons pas ces choix. Ils parlent d’eux-mêmes. La seule vraie question qui se pose désormais est celle de savoir ce qui autorise la ministre à les faire. Car, au fond, de quel droit la ministre ouvre-t-elle ou ferme-t-elle les vannes d’accès aux universités au rythme où elle l’entend ? À quel titre peut-elle décider que nos universités s’ouvriront pour dix étudiant·es par-ci, pour les premières années par-là, et pour tout le monde dès qu’il est question d’examens ?

Continuer la lecture

Et de trois ! L’ADL appelle au boycott de l’Hcéres

Après le CNU/CP–CNU et l’université Bretagne Occidentale, c’est au tour de l’Assemblée des directions de laboratoires, qui réunit plus de 800 directrices et directeurs de laboratoires, d’appeler à désavouer l’Hcéres. Cette action est en réponse au vote de la Loi de programmation de la recherche que la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche a toujours rejeté.

Annonce sur Twitter du communiqué de boycott de l’Hcéres par l’ADL

Le communiqué de l’ADL est au vitriol ; il sonne juste et frappe fort.

Academia le retranscrit donc ci-dessous (il est aussi disponible en ligne et en pdf sur le site de l’ADL). #ResistESR

 

APPEL À DÉSAVOUER LE HCERES

La loi de programmation de la recherche (LPR) ayant été votée par le Parlement malgré les avis défavorables d’une multitude d’instances représentatives et les critiques innombrables de la communauté scientifique, l’Assemblée des Directions de Laboratoires (ADL) s’engage dans une série d’actions. La première d’entre elles consiste à désavouer le HCERES.

COMMENT DÉSAVOUER LE HCERES

L’ADL soutient toutes les initiatives visant à refuser de fournir les rapports HCERES sous leur forme actuelle.

L’ADL invite tous les membres de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche à ne plus participer à quelque procédure d’expertise que ce soit demandée par le HCERES.

POURQUOI DÉSAVOUER LE HCERES ? Continuer la lecture