Sexe, mensonges et sélection: à propos de la mobilisation d’avril 2018

Banderole à l’EHESS Marseille, 21 avril 2018

Voici plusieurs mois que les universités se mobilisent : d’abord à Toulouse, autour d’un conflit autour de l’intégration en COMUE, puis progressivement dans de nombreuses Universités, de Brest à Strasbourg, de Lille à Aix-Marseille (cf. carte des facultés mobilisées publiée dans le journal Libération). À Paris-1, le centre Tolbiac a été investi pendant plusieurs semaines par la Commune libre de Tolbiac; lieu où pouvait trouver « la violence, la drogue, le sexe même (sic) », pour reprendre les mots curieux de son président George Haddad, le centre Tolbiac a focalisé focalisé l’attention des médias jusqu’à son occupation policière le 20 avril. Aux côtés des étudiant-e-s pour dénoncer le recours aux CRS dans certaines universités, les enseignants-chercheurs ne sont pas en reste ; ils/elles participent aux AG, contribuent aux enseignements hors les murs. Plus souvent, ils font connaître leur refus de compenser par leur travail les défaillances du logiciel « Parcoursup » ou d’être la cible d’attaques du gouvernement sur leur responsabilité dans « l’échec »étudiant, catégorie ignominieuse, qui ne représenterait pas la réalité de l’expérience étudiante et qui recouvrirait plutôt de nombreuses réorientations.

De fait, les enseignants-chercheurs ne cachent pas leur agacement d’entendre la ministre Vidal ne cesser de répéter sur les plateaux de radio et de télévision qu’il n’y aura pas de sélection des étudiants, ni « tirage au sort », jugé « injuste », et que la loi ORE vise à la réussite des étudiants. Le tirage au sort, utilisé l’an passé, n’avait concerné pourtant que 9 726 candidat.e.s, soit moins de 0,4% des bacheliers de l’année et 1,1% des inscrit.e.s sur APB (source : Corine Eyraud).Le tirage au sort a ainsi représenté une solution ponctuelle alors que la cohorte du baby-boom des années 2000 dépassaient les capacités de l’enseignement supérieur, sous doté.

Lire la suite

Un tout petit monde: état des lieux de l’emploi universitaire par Guillaume Miquelard-Garnier

Citation

«  Je vais entamer ici un cycle de billets faisant un petit état des lieux de l’Université, notamment en ce qui concerne les populations (étudiants et enseignants) et leur évolution temporelle. […] Ces billets sont le fruit d’un travail fastidieux (et chronophage) de données compilées à partir des rapports annuels RERS dont on peut trouver, en cherchant bien, des éditions remontant jusqu’à 2000 ».

Ratio enseignants (en équivalent temps plein)/ étudiants. Source: G. Miquelard, Etat des lieux de l’Université (2) – http://blog.educpros.fr/guillaume-miquelard-et-paul-francois/2018/04/06/etat-des-lieux-de-luniversite-2/

 

Guillaume Miquelard-Garnier, après une première étude établissant la méthode, vient de livrer son 2e billet sur le ratio enseignant.e.s-étudiant.e.s sur la période courant de 2001 à 2017. Il s’interroge notamment sur les fortes disparités entre grandes disciplines et s’efforce d’expliquer l’inflation néanmoins perçue des heures d’enseignement, là où le nombre d’étudiants pour enseignants n’a que peu évolué.

Lire la suite

Ecouter « les chercheuses de demain »

Les vidéos de la demi-journée organisée le 8 mars au siège du CNRS sont en ligne (si vous cliquez ici, vous aurez le PDG du CNRS, et le reste de la demi-journée dans la colonne de droite).

Un mélange intéressant de formats : témoignages de jeunes (où l’on découvre que beaucoup ont des mères chercheuses… mais aussi une gamme variée d’obstacles et quelques manières de les surmonter), de moins jeunes (avec des propositions) et résultats d’études empiriques, notamment sur les post-doctorant.e.s. Je dispose de notes écrites détaillées, vous pouvez m’écrire (mon e-mail est facile à trouver) pour les allergiques à la vidéo. Lire la suite

Alerte parité: section 39 du CNRS (2018)

Gabrielle d’Estrées et une de ses sœurs, vers 1594

On nous signale un classement problématique dans la phase d’admissibilité de la section 39 du concours CNRS 2018 au grade de la direction de recherche.

Sont éluEs en position d’admission 4 femmes sur 4 postes. Sont rejetés en position d’admissibles non admis 5 hommes et 1 femme.

Si on approfondit quelque peu, on découvre qu’il y avait 27 candidat-e-s (14 hommes, 13 femmes) ; qu’au stade de l’admission à poursuivre, il y a encore que 27 candidat.e.s, dont 14 hommes et 13 femmes. À ce stade, on pourrait dire que la parité est parfaitement respectée si elle n’était le fait des seules candidatures.

Sur les 10 admissibles du concours DR de la section 39, on trouve 5 hommes et 5 femmes. Toutefois le rang de classement rend l’injonction paritaire non respectée. Il est à espérer que la direction du CNRS, habituée des déclassements, rectifiera ce qui représente une atteinte insupportable aux principes qu’elle ne cesse de défendre et qu’elle aurait récemment réaffirmés.

Lire la suite

La parité en actes: jury IDEX et conseil d’administration de l’ANR

Source: AEF – http://www.univ-orleans.fr/cri/RSS/rss_aef.php

Source: JORF n°0061 du 14 mars 2018 Texte n°86
« Arrêté du 7 mars 2018 portant nomination au conseil d’administration de l’Agence nationale de la recherche »

Nous nous passerons de commentaires.

Deux rapports sur les équilibres hommes-femmes dans l’ESR

Vers l’égalité hommes-femmes, brochure ESR 2018, p. 26

Le ministère vient de publier une brochure « Vers l’égalité femmes-hommes.

Le rapport vise à « éclairer l’action ministérielle » en établissant la place défavorable de la France dans les classements européens. Il rappelle ainsi que 76% des professeur-e-s d’universités sont des hommes; et 63% des chargés de recherches, maître-e-s de conférences et assimilé-e-s; 94% des organismes de recherches et 88% des universités sont dirigées par des hommes. Trente mois après l’obtention de leur Master (hors Master enseignement), l’écart de salaire de 13% entre les hommes et les femmes. Cette opération de communication du 8 mars « Le ministère s’engage » n’est malheureusement pas accompagnée de mesures concrètes.

Lire la suite

Le 8 mars, venez parler de votre expérience de doctorante ou postdoctorante

(avec mes excuses pour ce signalement tardif)

Le 8 mars aura lieu au siège du CNRS une demi-journée titrée « Les chercheuses de demain » (le programme est ici). Des spécialistes des questions de genre, des personnes concernées et des responsables de politiques d’égalité (entre autres) parleront notamment des problèmes rencontrés lors du recrutement et plus largement des questions d’égalité hommes-femmes dans la recherche, en particulier au CNRS. N’hésitez pas à vous inscrire (voir comment faire en bas du programme) pour venir non seulement écouter, mais aussi parler de votre expérience.

(pour savoir ce qui s’est dit, voir ici)

Concours CNRS : les CV contre les projets de recherche ?

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Jesus_Lundakarnevalen.jpg

Carnaval à Lunda (Suède). Photo: Linus Bohman (https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Jesus_Lundakarnevalen.jpg)

Academia a proposé dès le 16 juin 2017 une liste des déclassements opérés par le jury d’admission du CNRS dans cinq sections relevant des sciences humaines et sociales (SHS). Par la suite, la mobilisation en sociologie, discipline la plus touchée (perte d’un poste de CR2 et déclassement de l’ensemble des sociologues classé.e.s par la section 36), s’est accentuée. Un long texte d’analyse centré sur les conflits internes à cette discipline, mais mettant aussi en cause plus globalement un « management autoritaire de la recherche en sciences sociales », est paru le 3 juillet, s’ajoutant à la pétition signée par plus de 3 000 personnes. Lire la suite

Make Our University Great Again ! – une pétition au président Macron

Une pétition vient d’être lancée pour demander un investissement concret et immédiat à l’Université, par un collectif d’enseignants, de chercheurs et d’agents exerçant à l’Université.Ils s’inquiètent de la qualité de la formation que la réduction des moyens affecte considérablement.

Make our university great again ! Un investissement concret et immédiat à l’université

Comme l’a révélé Le Monde du 7 juin, quinze universités se trouvent aujourd’hui dans une situation budgétaire dégradée ou très dégradée. Or la période est critique pour toute la communauté universitaire, sur l’ensemble du territoire. Notre intention est toujours d’innover, de démocratiser l’accès à l’enseignement supérieur et de préparer nos étudiants à l’insertion professionnelle, mais les conditions d’exercice actuelles nous permettent de moins en moins de remplir nos missions de service public. Il est temps de garantir à l’Université les moyens de ses ambitions.

Nous, personnels administratifs, techniques et de bibliothèque, enseignants, chercheurs, expérimentons depuis une décennie l’autonomie de l’Université et la baisse des budgets et des moyens qui l’a accompagnée. Nous ne pouvons qu’en tirer une amère conclusion : nous ne parvenons pas à maintenir la qualité de nos offres de formation.

Lire la suite

No future? Enquête de Sciences en marche sur les personnels non permanents dans l’enseignement supérieur et la recherche

 

Sciences en marche publie le 27 juin 2017 un communiqué de presse, reproduit ci-dessous, et une enquête sur les personnels non permanents dans l’ESR, dont nous republions la synthèse et les principales recommandations.

1. Communiqué de presse du 27 juin 2017

Sciences en Marche a conduit une enquête en ligne à l’automne 2015 auprès des personnels contractuels et vacataires de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR). Plus de 5500 personnes, majoritairement des docteurs, doctorants et diplômés de master, en CDD ou vacataires dans les laboratoires et universités publics, ont témoigné sur leur situation professionnelle et son impact sur leur vie privée. Au moment où le Président de la République invite les chercheurs étrangers à s’installer dans notre pays en mettant en avant : « a welcoming environment to help them fulfill their goals and reach great scientific achievements », les résultats de cette enquête suggèrent que la dégradation de l’emploi scientifique public conduit actuellement à une démotivation des plus jeunes -­‐ et normalement plus dynamiques -­‐ acteurs de ce secteur vital pour notre pays. Les commentaires révèlent la détresse d’une génération qui se sent sacrifiée.

Lire la suite

Déclassements & suppressions: la réaction du Conseil scientifique de l’INSHS

Le Conseil scientifique de l’INSHS a publié le 27 juin 2017 des recommandations touchant aux relations avec la Direction de l’Institut des sciences humaines et sociales, à l’occasion des déclassements et des annulations de postes de juin. Nous la reproduisons ci-dessous.

Recommandation
concernant le concours chercheurs 2017 et les relations avec la direction de l’Institut

Le Conseil Scientifique de l’InSHS dénonce les nombreux déclassements (et annulations) survenus lors des jurys d’admission pour le concours chercheurs 2017 dans cinq des neuf sections relevant seulement de l’InSHS. Ces bouleversements sont d’une ampleur sans précédent ; ils ont pour effet de remettre en question le travail rigoureux des jurys d’admissibilité qui sont des experts élus ou nommés pour leurs qualités. De telles pratiques, de plus en plus répandues de la part de la direction de l’InSHS, n’existent qu’à la marge dans les autres instituts du CNRS. Elles témoignent du peu de crédit que l’actuelle direction de l’InSHS accorde aux travaux effectués par les collègues qui composent les sections du CoNRS, et du peu de respect de la mission qui leur a été confiée.

Lire la suite

Suppressions et déclassements au CNRS: une tribune des travailleurs et travailleuses précaires

Parmi les nombreuses réactions aux déclassements (et suppressions de poste) par le jury d’admission du CoNRS, il en est une qui propose une analyse un peu différente: la situation de crise récente n’est que le symptôme des évolutions structurelles récentes où les docteur.e.s qui se proposent de travailler dans l’enseignement supérieur et la recherche – consentant pour cela bien des sacrifices personnels et familiaux – sont tenu.e.s dans un mépris structurel, induit par le nombre inflationniste de contrats courts inversement proportionnel à la raréfaction des postes statutaires. Nous remercions le collectif d’avoir accepté sa republication dans son intégralité. Ajoutons que cette situation qui s’aggrave de façon continue depuis le début des années 2000 est une façon bien grossière de s’assurer d’une population travailleuse  soumise, parce que jetable. Pas nécessaire la recherche la meilleure qu’il soit.

Cette année, le jury d’admission de l’INSHS a procédé à plusieurs déclassements, reclassements voire suppressions de postes dans les sections 32, 35, 36 et 39 [NDLR et 53] du CNRS. Sont passés sur des listes mails professionnelles des messages s’indignant, à juste titre, de la remise en cause du travail du jury d’admissibilité. Ces pratiques s’inscrivent dans une casse des procédures de recrutement des concours de la fonction publique dont ceux de l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) ne sont pas les seuls à faire les frais. Par leurs justifications, ces déclassements expriment une fois de plus un développement nocif vers l’ « excellence » qui participe au retrait de l’égalitarisme dans l’ESR. Enfin, toute l’affaire relève surtout d’un problème cardinal : le manque de postes [NDLR: statutaires permanents].

Le Collectif des travailleur·e·s précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche, dont une majeure partie de ses membres est candidat·e ou futur·e candidat·e à ces concours, est en premier lieu concerné par la remise en cause du fonctionnement collégial et par ce manque de postes. Et pour les « candidat·e·s malheureux·ses » la violence de ces déclassements ou de la non obtention d’un poste après des années de sacrifices est sans commune mesure avec celle que semblent exprimer les membres des différents jurys d’admissibilité. S’il semble que cela soit une première au CNRS, nous, précaires-chômeurs·es-candidat·e·s depuis plusieurs mois ou années à des postes, vivons ces « dysfonctionnements » à chaque campagne de recrutement, de manière plus ou moins publicisée.

Lire la suite

Déclassements & CNRS: motions votées par les sections du Comité national de la recherche scientifique

Suite à l’information et l’analyse que nous avons faite des déclassements opérés par les jurys d’admission la semaine dernière,nous restituons ici les motions et messages transmis par les sections 19, 36, 39 et 40. Et les motions complémentaires de la secttion 19 du CNU.

Lire la suite

Déclassements en série au CNRS

Dans les universités, les recrutements sont effectués par les comités de sélection puis confirmés, ou pas, par les conseils d’administration : confirmés le plus souvent, mais il y a chaque année quelques déclassements. Un peu de la même façon, au CNRS, les sections du comité national, qui auditionnent les candidat.e.s, ne sont légalement qu’un jury d’admissibilité. Quelques mois après se réunit le jury d’admission (un seul pour l’ensemble des sciences humaines et sociales, ou SHS), qui comprend des représentant.e.s de certaines des sections et d’autres chercheur.se.s ou enseignant.e.s-chercheur.se.s choisi.e.s par la direction de l’Institut des SHS (InSHS), ainsi que le directeur de l’Institut et la directrice générale déléguée à la science du CNRS (qui siège aussi dans les jurys d’admission en chimie, physique, etc.). La composition du jury de l’InSHS peut être consultée ici, pages 249-250 du document pdf pour les chargé.e.s de recherche (CR), un peu plus loin pour les directeur.trice.s de recherche (DR, avec un seul jury pour tout le CNRS) ; toutefois, nous ne savons pas exactement qui des titulaires et suppléant.e.s a effectivement siégé.

Toujours est-il que le jury d’admission 2017 a opéré des modifications sans précédent par leur nombre et surtout leur ampleur. Les années précédentes, il n’y en avait souvent qu’une ou deux, et qui se bornaient en général à intervertir le dernier nom de la liste principale et le premier de la liste complémentaire. Ce n’est évidemment déjà pas anodin pour les personnes concernées – et cela d’autant plus que trop de comités de sélection universitaires, considérant à tort le classement d’admissibilité comme définitif, s’interdisent d’auditionner pour des postes MCF les personnes classé.e.s en liste principale comme CR.

Nous vous proposons ici un bilan factuel des déclassements que nous avons pu constater (signalez-nous si nous en avons oublié ; le détail nominatif des résultats est ici). Nous ajoutons en italiques des esquisses d’interprétations qui ne sont pas encore parfaitement recoupées ou ne reposent pas encore sur des éléments publics, mais qui nous paraissent solides, et des commentaires reposant sur des éléments factuels précis. Les informations complémentaires sont évidemment les bienvenues : n’hésitez pas à utiliser les commentaires ou nous écrire (adresses sur la page de contact).

Lire la suite

Alerte parité: section 39 du CNRS

#ParitéCNRS. On nous signale les choix faits par le jury d’admission parmi les candidats admissibles de la section 39.

En directions de recherche, la femme classée en 4e position est déclassée. Ce qui fait 4 hommes sur 4 postes.

« Les femmes sont de moins en moins nombreuses au fur et à mesure que l’on progresse dans la hiérarchie, mettant en évidence l’effet du plafond de verre. Ainsi elle représentent un quart des directeurs/trices de recherche (27,1%). » Source :« La parité dans les métiers du CNRS 2013 », paru en décembre 2014, dont les contenus sont consultables de manière interactive via l’URL : http://bilansocial.dsi.cnrs.fr/ rubrique Parité

En chargé de recherche 1e classe, la femme classée n°1 est déclassée sur liste complémentaire. Ce qui fait 1 homme sur 1 poste.

Heureusement, l’homme et les 2 femmes classées sur les poste de CR2 mis au concours voient leur classement en liste principale confirmée, le plafond de verre reste intact.

Lire la suite