La force de l’égalité – rapport au Premier ministre

La députée Françoise Descamps-Crosnier a remis au Premier ministre au cours de la semaine du 6 au 10 mars 2017, un rapport assorti d’une cinquantaine de recommandations.

S’appuyant sur plusieurs études universitaires et administratives, ainsi que des auditions de fonctionnaires et des questionnaires en ligne – en citant de nombreux témoignages des actions des femmes pour lutter contre les inégalités de traitement et de promotion et en prenant au sérieux la question de l’écart de rémunération au niveau des salaires, qui s’implifie au niveau des pensions – ce rapport révèle que les femmes gagnent en moyenne 19% de moins que les hommes dans la fonction publique, un écart qui va de 6,6% dans la fonction publique hospitalière (FPH) à 22,7% dans la fonction publique d’Etat (FPE).

Parmi les mesures prioritaires préconisées, la députée cite la « revalorisation des métiers féminisés sous rémunérés à contraintes égales », « des évaluations de fonctionnaires plus standardisées et plus professionnelles » battant en brèche les préjugés, ou encore le recueil systématique de données sexuées dans la durée, qui feraient défaut.

Rapport complet : La force de l’égalité : les inégalités de rémunération et de parcours professionnels entre les femmes et les hommes dans la fonction publique. Rapport de Françoise Descamps-Crosnier, décembre 2016 (PDF – 17 Mo)

Academia repère dès aujourd’hui quelques recommandations,qui jouent à la fois sur l’éducation et le discours public, la production de données, la sanction financière et le développement de moyens de garde d’enfants. Nous regrettons seulement que cette étude arrive à la fin de la mandature et espérons que le nouveau gouvernement soriti des urnes ne l’enterre pas immédiatement. Lire la suite

Conseils aux hommes (et aux femmes) universitaires

L’association féministe de l’ENS Lyon, les Salopettes, a lancé une campagne d’information pour l’éducation à l’égalité de genre dans un cadre professionnel universitaire. Complétant, avec les sanctions pour harcèlement moral et sexuel, l’arsenal de lutte contre le sexisme ordinaire à l’université, cette initiative est remarquable par sa clarté et sa concision.  Elle est, qui plus est, dotée d’une affiche qui peut facilement être placardée dans les couloirs de votre université. Academia en reproduit les 10 recommandations ci-dessous, particulièrement utiles pour sensibiliser les étudiants et les jeunes collègues hommes ET femmes que le sexisme ordinaire n’est ni normal, ni une fatalité professionnelle du métier d’enseignant.e-chercheur.se.

***PS: Une collègue, après la publication de ce billet m’a fait remarquer que les conseils valent également pour les femmes universitaires: de fait, les comportements sexistes ne sont pas genrés. J’ai ainsi un peu changé le titre de mon billet, ajouté une mention dans un des conseils***

CONSEILS  AUX HOMMES (et aux femmes)  UNIVERSITAIRES

Agir pour  l’égalité de genre à l’université

1. Ne réduisez pas une femme à son apparence

Ne commentez pas l’apparence d’une femme, et ne remettez pas en cause ses compétences en fonction de ce critère. Abstenez-vous de toute remarque à caractère sexuel. Évitez dans vos espaces de travail les affiches, t-shirts, fonds d’écran (ou tout autre support) qui sexualisent les femmes.

2. Partagez la parole

Efforcez-vous de partager le temps de parole équitablement, sans interrompre les femmes. En tant que modérateur, assurez-vous que les hommes n’occupent pas plus la parole, et n’hésitez pas à solliciter les femmes.

3. Veillez à la répartition homme/femme dans les publications et événements universitaires

Essayez d’équilibrer la répartition H/F dans les réunions, colloques, journées d’étude ou toute forme de travaux collectifs. Prenez conscience des éventuels biais sexistes des revues universitaires. Lire la suite

Le 8 mars dans les universités argentines

Natalia La Valle Torres, qui continue par ce billet la série « Ailleurs dans le monde« , est linguiste, sociologue et traductrice en sciences sociales. Chercheuse associée au laboratoire Printemps, à titre bénévole aujourd’hui, elle a obtenu un doctorat en sciences du langage en 2011 (Université de Lyon2) et travaille aujourd’hui comme indépendante, après plusieurs contrats post-doctoraux à l’université et en école d’ingénieurs. Elle est membre du comité de rédaction de la revue Tracés. Revue de sciences humaines.

Le 8 mars 2017, les enseignantes, chercheuses, administratives et étudiantes de plusieurs universités argentines ont appelé à la grève féminine globale. Certaines universités l’ont fait de manière institutionnelle, avec des communiqués de soutien à la grève et à la mobilisation et des appels à la réflexion sur l’importance de la date. La direction de l’UBA (Universidad de Buenos Aires) a souligné que « dans le milieu universitaire, nous avons l’obligation de débattre et participer à la défense des droits des femmes ».Pour sa part, l’UNC (Universidad Nacional de Córdoba), via l’Honorable Conseil Supérieur, a déclaré d’intérêt institutionnel l’appel à la grève internationale des femmes « avec le but de promouvoir la participation citoyenne à la manifestation organisée par le collectif Ni Una Menos le jour même, au centre-ville de Córdoba ». Lire la suite

Vice de forme? Sur les sanctions disciplinaires pour fait de harcèlement moral et sexuel

On trouve, dans les publications du Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche, la publication de la sanction disciplinaire suivante prononcée le 27 novembre 2016 :

Considérant que Monsieur XXX a été condamné par la section disciplinaire de l’université Montpellier-3 Paul-Valéry à une interdiction d’exercer toutes fonctions d’enseignement et de recherche dans tout établissement public d’enseignement supérieur pendant deux ans, pour des faits de harcèlement moral et sexuel susceptibles de constituer une atteinte à l’ordre et au bon fonctionnement de l’université ainsi qu’une atteinte à la déontologie universitaire ;

Considérant que pour appuyer la requête en sursis à exécution, Monsieur XXX et son conseil, Maître Raymond Escale, estiment que la présence et l’assistance par un avocat à l’audience de jugement de première instance pour deux témoins constituent un vice de procédure ;

Considérant dès lors, sans qu’il soit besoin de tenir compte des autres moyens fournis par le déféré et son conseil, qu’il existe un moyen sérieux de nature à justifier l’annulation ou la réformation de la décision de première instance et que de ce fait, les conditions fixées par l’article R. 232-34 du code de l’éducation pour l’octroi d’un sursis à exécution sont donc remplies ;

Par ces motifs

Statuant au scrutin secret, à la majorité absolue des membres présents,

Décide

Article 1 – Le sursis à exécution demandé par Monsieur XXX est accordé.

Le vice de forme, qui se résume à la présence et l’assistance d’un avocat pour deux témoins à l’audience disciplinaire, permet ainsi à M. XXX de continuer à sévir. Lire la suite

Paye ta fac – les mots du sexisme ordinaire à l’Université

Citation

« T’as qu’à mettre un col roulé, si tu ne veux pas de soucis. Tu n’es là que pour un an, il est à la fac depuis trente ans, alors… »

À la suite de #Paye ton utérus, rassemblant les témoignages d’êtres humains dotées d’un utérus en prise avec le sexisme du corps médical, #Paye ta fac, à l’initiative d’une contractuelle attachée temporaire d’enseignement et de recherche de l’Université d’Avignon, rassemble les petites phrases entendues en cours par des étudiants et des étudiantes, comme les remarques faites entre collègues. À les lire, la formation des enseignants-chercheurs aux stéréotypes sexistes n’a pas commencé: que fait le Ministère?

Quelques perles:

  • « Qui c’est ta directrice de labo? Ah oui, la petite moche, c’est ça?”  Un collègue assez âgé, professeur émérite, me demande qui a été élu-e à la tête de l’équipe de recherches à laquelle j’appartiens. Comme le nom ne lui dit rien (ce qui est déjà bizarre), je décris notre directrice avec enthousiasme (trente ans de carrière, publications prestigieuses, nombreuses responsabilités pédagogiques, sommité internationale…). Mais pour lui, c’est juste “la petite moche” : très motivant pour notre avenir de jeunes chercheuses.

Lire la suite

Les découvreuses anonym(isé)es: événements à Paris et Marseille

À Paris et à Marseille, es chargées de mission Parité des grands établissements Universcience et Aix-Marseille Université lancent une campagne contre l’anonymat dans lequel sont tenues les femmes de sciences.

À la faculté Saint-Charles (Marseille, la Vice-présidence chargé de l’égalité et de la lutte contre les discriminations exposent en février le kit créé par Animafac sur les découvreuses anonymes, pour montrer que « toutes les femmes scientifiques ne sont pas Marie Curie ».

À Paris, Universcience, à la pointe de la lutte contre les discriminations sexistes dans l’espace public muséal, organise la projection d’un webdocumentaire L’École du genre (Léa Domenach et Jean-Paul Guindo, écrit par Brigitte Laloupe), le mercredi 22 février 2017 à 20h (auditorium de la Cité des sciences).

De telles initiatives, qui viennent compléter les ateliers Wikipedia sur les Femmes de sciences, l’identification des stéréotypes sexistes dans les expositions, sont bienvenues. Elles rendent plus manifestes encore la résistance française en matière de recherche et d’éducation sur le patriarcat universitaire. Lire la suite

Sur la toile. Monsieur le président de la République, …

Citation

elyseeJean-Paul Deroin, professeur des Universités à Reims, président de la CP-CNU, publie une lettre ouverte au président de la République sur Médiapart, datée du 15 décembre 2016. Academia en reproduit ici les premières lignes. 

Monsieur le Président de la République,

Au cours de l’allocution à la Nation le 1er décembre 2016, vous avez dressé le bilan de votre quinquennat dont la jeunesse était la priorité. Aucun mot n’a été dit sur l’enseignement supérieur, la recherche, l’innovation, les universités ou encore l’avenir des jeunes diplômés.

Pas un mot pour présenter les universités exsangues suite à diverses lois, initiées par vos deux prédécesseurs mais continuées et aggravées dès 2013 sous l’action de vos gouvernements. Les postes promis à l’enseignement supérieur ne sont souvent pas pourvus afin de contribuer au renflouement financier des établissements. Ainsi, pour la première fois, depuis des décennies, l’année 2015 a vu le nombre d’enseignants-chercheurs diminuer (en France) ! La précarité dans tous les emplois s’installe au sein de l’enseignement supérieur et de la recherche. Des filières de formation ferment dans certains établissements. Pourtant, le flux d’étudiants ne cesse de croître. Pourquoi ne pas augmenter les moyens en conséquence comme en Allemagne, pays que l’on cite si fréquemment comme la référence ?

Lire la suite

Sur la toile: Hypocrisie et aveux en sous-sol à l’Assemblée nationale

Citation

Sur Science2, par Sylvain Huet

« Veillons comme à la prunelle de nos yeux aux hommes et manifestation-de-precaires-des-laboratoires-montpellieraux femmes qui font la recherche. » Formidable formule. Juste discours. Propos tenus le jeudi 8 décembre, salle Lamartine, à l’Assemblée nationale. Par Thierry Mandon, secrétaire d’Etat à l’enseignement supérieur et à la recherche. A l’occasion d’une audition sur la stratégie nationale de la recherche, organisée par l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques.

 

Le problème ? Ces propos relèvent d’une non moins formidable hypocrisie. D’une escroquerie intellectuelle.

La suite ici: http://huet.blog.lemonde.fr/2016/12/09/hypocrisie-et-aveux-en-sous-sol-a-lassemblee-nationale/

La parole des collègues

Voparoleus avez déjà remarqué comment, en réunion, en séminaire, ou même en cours, la parole et son temps se trouvent in fine très inégalement distribuée, entre hommes, femmes, seniors, collègues au statut moins établi. Tel collègue est brutalement interrompu; telle autre se voit expliquer ce qu’elle pense véritablement. S’agit-il d' »incivilités cognitives », pour reprendre le terme de Judith Lazar? Une interprétation en termes de genre peut aussi en être proposée. Lire la suite

Égalité professionnelle femmes-hommes dans la fonction publique : appel à témoignages

rfDans le cadre d’une mission relative à l’égalité professionnelle F-H dans la fonction publique, une enquête a été confiée par la ministre à la députée Françoise Descamps-Crosnier.

« La rémunération des femmes dans le secteur public apparaît inférieure de 19 % à celle des hommes. Cette différence, moins importante que dans le secteur privé, demeure trop élevée », souligne le ministère de la Fonction publique, qui lance en octobre 2016 un appel à témoignages pour mieux connaître et mieux lutter contre les inégalités liées au genre.

Les agent.e.s peuvent témoigner en remplissant un formulaire en ligne disponible sur le site du ministère, de manière anonyme si souhaité.

Parmi les questions posées : « avez-vous personnellement constaté une différence de rémunération entre les femmes et les hommes dans la fonction publique à même niveau de responsabilités ? » Un espace libre de témoignage est également disponible.

Des nouvelles de la mission Parité

presidents_universite

Proportions d’hommes et de femmes présidents et présidentes d’Université (2008, 2011, 2015) (@MENESR, 2016)

La mission Parité n’est pas morte: bonne nouvelle!

Elle vient de rédiger deux petites notes ou « rapports »,  au graphisme assez différent et au propos léger.

Sachons-le:

  • L’objectif de la parité, c’est 50% d’hommes à barbe et de femmes à jupe. Quant aux salaires, on pourra revenir au XXIIe siècle.
  • Il n’est pas possible aujourd’hui d’avoir une situation comparée dans le temps, entre hier et aujourd’hui, pour ce qui touche à la parité; toutefois, grâce à l’action de la mission, à l’avenir ce sera possible. Soyons précis: on peut comparer l’avant et l’après de la loi sur l’enseignement supérieur du 22 juillet 2013 pour les compositions des instances. Le MInistère sait-il qu’il peut faire appel à des historien-ne-s ou des sociologues pour ce type d’analyse?
  • En revanche, une rapide comparaison de la discrimination sexiste en Europe établit les tristes recors de la France en la matière. Reste à savoir ce qu’il en est des autres formes de discrimination. Rendez-vous à la fin de l’histoire.

L’actualité de la mission Parité et lutte contre les discriminations, c’est ici.

Les rapports:

 

Création d’une nouvelle agence: Agence Nationale de l’Excellence Scientifique

En cet automne frisquet, vous serez heureux d’apprendre qu’une nouvelle agence vient de voir le jour, engagée en faveur d’une meilleure excellence et au-delà…

anes

Positionnée dans un espace-temps parallèle à l’ANR, elle propose des appels à projets complémentaires (dépôt: 25 décembre 2016), ainsi qu’un questionnaire à choix multiple pour vous accompagner dans votre choix d’agence de financement.

Bonne lecture !

Lire la suite

Excellence de la recherche et épuisement professionnel: enquête au Québec

canada-quebec-drapeauxComment se traduit, au Québec, la politique de « l’excellence »qui concentrent les financements sur quelques chercheurs? Par la détresse psychologique et l’épuisement professionnel de la moitié du corps enseignant.

Le journal Le Devoir revient sur les résultats d’une enquête qualitative conduite par une professeure de psychosociologie des groupes, Chantal Leclerc, en collaboration avec deux collègues,  sur les origines de la détresse psychologique dans l’enseignement supérieur. Au centre de l’analyse du désengagement professionnel, la professeure pointe l’idée partagée d’une perte de sens dans le métier. Lire la suite

Jouer individuel ou refuser sa prime au « mérite ». Une tribune

En ces temps de beau jeu et de travail d’équipe, dans la rue et sur les pelouses, il n’est pas inutile de rappeler que la recherche universitaire est aussi une entreprise collective. Samuel Alizon, chargé de recherches au CNRS, le sait: il vient de refuser sa prime individuelle  « au mérite ». Le motif: ces primes participent d’une politique JeuCollectifde précarisation et de privatisation de la recherche.

Academia reproduit ici sa tribune publiée dans le Monde (22/06/2016), avec l’autorisation de son auteur.

Depuis 2010, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) octroie une prime aux chercheurs ayant obtenu une des énormes bourses de l’European Research Council (ERC), une agence de moyens qui finance des projets de 1,5 à 2,5  millions d’euros. Cette prime, l’indemnité spécifique pour fonctions d’intérêt collectif (Isfic), s’élève à 50 000  euros sur cinq ans. Bénéficiaire de l’un de ces pactoles, j’ai pourtant demandé à ne pas toucher cette Isfic, demande à laquelle, après beaucoup de résistance (et d’incompréhension), le CNRS a fini, exceptionnellement, par accéder.

Accepter cette prime – qui représente presque deux ans de mon salaire – me poserait en effet un problème éthique. Lire la suite

Emploi universitaire, qualité de l’encadrement et crédit impôt recherche. Une pétition

Les collègues du Département de sciences de l’éducation de l’Université de Saint-Etienne, très inquiets pour la survie quotidienne de leur activité pédagogique, lancent l’alerte. Désormais, moins d’une heurManifEnsSupe de cours sur 5 est assuré par un enseignement titulaire, sans perspective d’amélioration à court terme. Dans ce contexte, ils reposent à bon droit la question de la finalité du Crédit impôt recherche.

Il y a urgence à créer des postes d’enseignants-chercheurs titulaires à l’université

Pétition sur Change.org

Les effets sur l’emploi des politiques d’austérité se font cruellement sentir à l’université. Parce que, depuis quelques années, les universités ne créent quasiment plus de postes d’enseignants-chercheurs titulaires et qu’elles tendent par ailleurs à en geler ou à en supprimer, la situation est devenue catastrophique dans de nombreux départements.

Nous, enseignants du département des sciences de l’éducation de l’université de Saint-Étienne, qui exerçons dans un des départements universitaires les plus sous-encadrés en France, nous voulons, en prenant appui sur notre situation, alerter sur les effets de l’absence de recrutement d’enseignants-chercheurs titulaires.

Lire la suite