École polytechnique : lettre ouverte pour un tournant écologique et social

Le 6 avril 2024, 590 personnes liées à l’École polytechnique ont adressé à la direction et au Conseil d’administration de l’établissement une lettre appelant à une prise en compte sincère et profonde des enjeux sociaux et écologiques actuels. Nous publions ici ce texte en intégralité.

Le 6 avril 2024, les membres de l’équipe de direction de l’École polytechnique, mais aussi les autres membres du Comité exécutif et du Conseil d’administration ont reçu un message inattendu, avec une lettre ouverte en pièce jointe. Rédigé par un collectif réunissant 590 élèves, ancien·nes élèves, chercheurs et chercheuses, enseignant·es et personnels, ce courrier demande à l’École polytechnique, et à toutes les personnes prenant part aux décisions stratégiques, de faire des questions sociales et environnementales une “colonne vertébrale”, un élément structurant dans leur réflexion et leur action.

Insistant sur l’objet social d’intérêt général de l’École polytechnique, sur ses leviers d’action importants et sur sa responsabilité comme école d’ingénieur·es historique et reconnue, les signataires formulent de revendications concrètes, parmi lesquelles :

  • l’adaptation de l’enseignement et de l’aménagement du campus,
  • l’arrêt des relations avec les entreprises les plus polluantes,
  • et la transparence sur les relations avec des partenaires privés.

Nous publions ci-dessous le contenu de cette lettre ouverte, dont le document original (avec les notes de bas de page) peut être lu ici.

Un article paru dans Libération le 12 avril nous apprend que ce document a fait l’objet d’une discussion lors du Comité exécutif de l’École polytechnique le 8 avril.

Le collectif “Polytechnique n’est pas à vendre” soutient les revendications des signataires de ce texte, et appelle la direction de l’École polytechnique à se saisir sincèrement des questions soulevées.


L’ÉCOLE POLYTECHNIQUE DOIT SE TRANSFORMER EN PROFONDEUR POUR AGIR EN VUE D’UNE SOCIÉTÉ JUSTE ET RESPECTUEUSE DE L’ENVIRONNEMENT

Lettre ouverte aux membres du comité exécutif et du conseil d’administration de l’École polytechnique, au nom des 590 élèves, alumni, et personnel·les scientifiques de l’École signataires.

Madame, Monsieur,

La catastrophe écologique en cours nous impose de repenser en profondeur l’École polytechnique, sa formation et sa recherche. De nombreux·ses étudiant·es, chercheur·euses et membres de la direction se sont déjà engagé·es dans une réflexion profonde sur ces sujets. Nous appelons les membres du conseil d’administration et de la direction de l’École à soutenir ces efforts pour formuler une proposition ambitieuse visant à la restructuration de nos formations et de nos recherches.

Les rapports successifs du GIEC sur la crise climatique et de l’IPBES sur l’effondrement
de la biodiversité sont de plus en plus explicites. Nous devons changer radicalement, et le plus rapidement possible, nos modes de vie pour préserver les conditions d’une vie soutenable sur Terre et rendre notre société plus juste.

La direction de l’École s’est engagée à agir pour les « transitions sociétales et
écologiques » : il est nécessaire de multiplier les efforts dans cette direction, et de montrer que l’École peut se transformer radicalement pour être à la hauteur de ces enjeux.

UN TOURNANT À PRENDRE POUR L’ÉCOLE POLYTECHNIQUE

L’identité de l’École polytechnique a été fondée comme une réponse aux grands défis
d’intérêt général. À ce titre, les questions sociales et environnementales doivent devenir la colonne vertébrale de l’École pour les années à venir, aussi bien au niveau des formations que de la recherche.

L’École doit devenir porte-parole des centaines de milliers de scientifiques qui alertent depuis des décennies sur la dangerosité de notre trajectoire. Elle doit embrasser l’appel de Klaus Hasselmann, prix Nobel de physique en 2021, à « agir très vite et sans délai en faveur des générations futures » et répondre au désespoir de Jean Jouzel face à la persistance du climatoscepticisme et à l’inertie des décideurs : « J’ai décrit les choses telles qu’elles sont face à un parterre de chefs d’entreprise, et j’ai reçu un accueil glacial. »

L’École a à cœur de dispenser une formation scientifique pluridisciplinaire, et c’est une grande force. Elle a donc les moyens de construire une pensée systémique. C’est une pluralité d’approches, sociologiques, économiques, biologiques, physiques, géologiques, mathématiques, historiques, culturelles et philosophiques, qui permet de comprendre le monde. L’École a la capacité d’enseigner à penser hors du cadre plutôt qu’à reproduire les schémas extractifs, productifs et techno-solutionnistes qui ont mené à la catastrophe environnementale et sociale actuelle. Elle doit se donner l’ambition de former des esprits capables d’identifier et réduire les impacts des activités humaines, pour respecter les limites physiques et biologiques de la planète.

Les efforts fournis pour insérer les défis socio-écologiques dans les cursus académiques et dans les thématiques de recherches doivent s’accompagner d’un questionnement plus général sur le système dans lequel l’École s’inscrit. Comment la recherche est-elle orientée ? Doit-on poursuivre la course à la renommée auprès des grands groupes ? Quel est le sens des classements internationaux qui ne mettent pas au premier plan la qualité et la pertinence de l’enseignement ? Pour que l’École serve véritablement l’intérêt général, ces paramètres doivent être remis en question.

Proposer une autre direction demande beaucoup de courage, mais la complexité du
changement ne peut pas justifier le statu quo. Nous pouvons faire le choix de penser un nouveau monde pour les générations actuelles et à venir.

DES ACTIONS DE L’ÉCOLE À LIER AVEC SES ENGAGEMENTS ÉCOLOGIQUES

Pour assurer sa crédibilité et sa renommée, l’École doit mettre en cohérence ses engagements et ses actions. A ce titre, la mise en place prochaine d’un cours sur les questions environnementales va dans une bonne direction, et nous l’encourageons. Espérons que la création de ce cours permettra d’initier des réflexions à long terme, et que de telles initiatives se multiplieront.

Cependant, l’École continue d’accepter des partenariats avec des entreprises dénoncées par les scientifiques pour leurs activités néfastes, fonctionnant sur un modèle extractiviste et perpétuant la domination des pays développés. Nous ne pensons pas que ces partenariats permettront de rendre ces entreprises plus vertueuses tant que la fonction principale de celles-ci demeure l’accumulation de richesses. Assurons-nous donc de les choisir en phase avec nos valeurs.

Citons en particulier TotalEnergies, dont le président-directeur général siège au conseil d’administration de l’École, bien qu’il s’agisse d’une multinationale connue pour ses multiples « bombes carbone ». Ces projets d’extraction de combustibles fossiles, dont
les émissions potentielles dépassent le milliard de tonnes de CO2, sont contraires aux
recommandations du GIEC ou de l’Agence internationale de l’énergie. Mentionnons
également BNP Paribas et le Crédit Agricole, dans le top 10 mondial des financeurs de ces « bombes carbone ».

Ces entreprises justifient ces projets par la nécessité, entre autres, de financer les énergies alternatives avec les revenus des énergies fossiles. Cependant, de nombreux scientifiques et ONG pointent l’absence de mesures crédibles pour évoluer vers un modèle durable, voire une tendance à freiner le changement. En l’état, leur trajectoire est incompatible avec les engagements internationaux de l’État français. Certaines de ces entreprises sont même dénoncées pour leur communication volontairement trompeuse sur leurs engagements.

NOS DEMANDES POUR UNE TRANSFORMATION DE L’ÉCOLE POLYTECHNIQUE

Pour être en cohérence avec l’ambition que l’École polytechnique doit se donner, il est nécessaire qu’elle se transforme en profondeur. Certaines mesures mises en place par l’École vont dans la bonne direction (plan climat, évolution de la formation des étudiant·es, formation du personnel administratif), et ces efforts doivent être poursuivis et intensifiés au regard des transformations à mener. Si un changement général de paradigme est nécessaire, avec une volonté étatique forte, l’École polytechnique garde tout de même un fort pouvoir qu’elle peut utiliser pour montrer que la transformation est possible.

Les premières mesures que nous souhaitons voir mises en place par l’École en cette année 2024 sont les suivantes :

1. Transformation de l’enseignement. Former à penser le changement au-delà de la seule perspective de l’innovation technologique. À plus court terme, inclure systématiquement des espaces de discussion, de débats informels et aborder des questionnements éthiques, politiques et écologiques avec des intervenant·es extérieur·es critiques et s’interroger sur le sens et la finalité de chaque enseignement.

2. Arrêt des relations avec les entreprises impliquées dans des « bombes carbone » : TotalEnergies, BNP Paribas, Crédit Agricole, Société Générale, Amundi. Exclure du conseil d’administration tous les membres issus de ces entreprises. L’École doit donner un calendrier pour la fin de ces partenariats.

3. Transparence complète sur les partenariats de l’École avec les entreprises et les personnes privées. L’École doit rendre publique chaque année la liste des partenariats établis avec les entreprises et les personnes privées en détaillant les financements accordés, les contreparties, les engagements pris et la gouvernance associée. De nouveaux partenariats ne doivent pas être conclus avec des entreprises qui ne souhaiteraient pas voir ces informations diffusées. Mettre en place des mécanismes de prévention des conflits d’intérêt (notamment, rendre publiques les déclarations d’intérêts des membres de la direction et du conseil d’administration).

4. Formation obligatoire aux enjeux écologiques des membres du conseil d’administration, de même que les enseignant·es, chercheur·euses et services avant la fin 2024.

5. Aménagement du campus en cohérence avec l’objectif défini par la loi de zéro artificialisation nette des sols. Tout projet d’aménagement ou de cession d’un terrain à une entreprise privée doit être décidé de manière démocratique. Les rénovations et nouvelles constructions doivent viser en premier lieu la sobriété, tant dans la définition des besoins que dans les matériaux utilisés et l’énergie consommée (construction et utilisation des bâtiments).

La mise en place de ces propositions devra intégrer pleinement les élèves, les enseignant·es, les chercheur·euses et les personnel·les de l’École. Nous sommes prêt·es à être acteurs et actrices du changement aux côtés de la direction.

Respectueusement,

Élèves, alumni, enseignant·es et chercheur·euses signataires

Comment le gouvernement vide encore davantage les caisses vides de l’université

Comment le gouvernement vide les caisses vides de l’université

Un nouveau décret, encore un, est paru hier au Journal officiel, qui vient compléter le dispositif de saignée des universités publié le 22 février, et continué le surlendemain, par un virement de crédit de 20 millions d’euros du programme 150 «Formations supérieures et recherche universitaire» vers le programme 172 «Recherches scientifiques et technologiques pluridisciplinaires». Cette fois, il s’agit d’un virement de 35 millions d’euros du programme 231 «Vie étudiante» vers, toujours le programme 172.

Si on résume, en une semaine, le programme 172 (les instituts de recherche, donc CNRS, CEA, INRAE, INSERM,… mais aussi l’ANR) a récupéré 55 millions d’euros sur les 383 millions annulés, en les prenant sur la vie universitaire.
La CPU-France universités regarde les trains passer, peut-être plus occupée à essayer de recaser ses hiérarques ailleurs qu’à permettre aux universités de mener à bien leur mission de service public.
#ResistESR

Une réponse de la ministre sur les vacataires… où va-t-on?

 

Continuer la lecture

Dissonance du CNRS sur le soutien à l’édition scientifique périodique : triste nouvelle pour les revues associatives

Academia republie —avec l’accord de l’autrice et des auteurs — l’article par dans Géomorphologie : relief, processus, environnement (2023)
  • par Armelle Decaulne, Denis Mercier, Serge Suanez et Vincent Viel

Depuis 2018, la science ouverte est une priorité dans la recherche française, de façon à, d’une part, faciliter l’accès aux contenus scientifiques financés par des appels à projets sur fonds publics, et d’autre part soutenir les modèles économiques d’édition sans frais de publication pour les auteurs (modèle « diamant »). Le multilinguisme est également favorisé. Notre revue, Géomorphologie : relief, processus, environnement répond à cette volonté d’accès ouvert. Grâce à son hébergement éditorial sur la plateforme OpenEdition, tous les textes et illustrations publiés sont en accès libre. Le format html des contenus est lisible par quiconque ayant un accès Internet. Les versions pdf des articles publiés sont accessibles aux seuls abonnés à la revue, via une cotisation au Groupe Français de Géomorphologie ; les auteurs sont libres de partager les fichiers pdf de leurs travaux publiés dans Géomorphologie : relief, processus, environnement.

Tous les deux ans, l’Institut des sciences humaines et sociales (InSHS) du CNRS lance sa campagne de subventions aux revues relevant de ses champs d’expertise disciplinaires (sections 31 à 40 du Comité national du CNRS). En 2022, lors de la dernière campagne, l’InSHS est le seul des dix instituts du CNRS à avoir maintenu ce système d’attribution de subventions aux revues. Le comité éditorial de Géomorphologie : relief, processus, environnement a soumis un dossier à l’été 2022, comme il le faisait lors des campagnes précédentes. Ce dossier a été évalué très favorablement par les membres de la section 31 lors de la session d’automne, relevant ses points forts : (i) bilinguisme, (ii) absence de barrière mobile assurant son accès libre, (iii) référencement au DOAJ, (iv) attribution de DOI, (v) limite temporelle du mandat du poste de rédacteur-en-chef, (vi) procédure d’évaluation des manuscrits en aveugle, mais pointe des éléments de fragilité, comme (i) l’intégralité du travail d’édition, bénévole, à la charge du comité de rédaction en l’absence d’un secrétaire d’édition mis à disposition par le CNRS, et (ii) l’équilibre économique précaire en dehors de la subvention demandée à l’InSHS.

Au printemps 2023, l’InSHS nous a informé de la non reconduction de son soutien pour les 2 ans à venir du fait de la “pratique d’un facteur d’impact”.

https://www.flickr.com/photos/indysidhu88/30698148987/in/photolist-NLG3bP-cZVfz-U7MjFS-qvA6Yg-Jv85wN-p4r3b1-4JLutb-azo6KJ-uVQaD-2hUa2EE-hyXqVq-2o7tPG2-HyDj1K-2owjznE-6TqWxk-8Y1Awb-5EWY7d-d3Bu2U-8HmRfR-cbiHb-C35Uid-aC7qj1-3ApGm2-dCdBU3-2hymp8H-7PDUnD-cMCp2N-kyw3C-2kpVF1c-b3J1pr-pVvSng-s81z69-2cpbeYB-dPhi9K-TvgpUp-86EDjo-2hxSLQf-2h7Pjnf-2nWNJ9X-2jDbfGd-UL7g4r-P9aKsy-KrEE13-247YGAq-UFdLuU-bQvjkH-7FMz5y-bdENq-KqHfij-Ex2SAP

Dissonance, by Indy Sidhu

Continuer la lecture

Guide Gisti: “Accompagner les étudiantes et les étudiants étrangers avec ou sans papiers”

Les notes pratiques du Gisti, édition octobre 2023


L’accueil des étudiantes et étudiants étrangers à l’université ne se limite pas aux étudiant·es Erasmus ou à celles et ceux passés par Campus France. Il doit également prendre en compte les adultes, plus ou moins jeunes, qui souhaitent commencer ou reprendre des études en France, après des périodes d’exil, ou des années de formation ou de travail en France sous divers statuts administratifs.

Les organisations associatives et syndicales de personnels et d’étudiant·es à l’origine de ce guide revendiquent un accès à l’université libre et ouvert à toutes et à tous. Cet ouvrage (papier ou pdf) a donc pour but de donner des clés aux personnels de l’enseignement supérieur sur la diversité des profils des personnes souhaitant intégrer le système universitaire français ou déjà étudiantes, ainsi que sur les démarches à effectuer dans ce parcours. Il vise également à identifier les obstacles à la reprise d’études et à aider à l’organisation d’actions collectives pour les surmonter.

L’accompagnement des étudiantes et étudiants étrangers n’est pas qu’administratif, il est aussi humain et social car il touche des personnes qui ont pu vivre des expériences difficiles, et/ou qui peuvent se retrouver du jour au lendemain soumises à une décision d’éloignement du territoire français. Refusant la répression des sans-papiers et revendiquant leur régularisation, nous entendons à travers cette publication favoriser la mise en place d’une solidarité et d’un accompagnement inconditionnel dans les épreuves que peuvent traverser ces personnes, au sein des universités comme en dehors.

Ce guide vise à former à l’accompagnement des étudiantes et étudiants étrangers, avec ou sans papiers. Il est à destination des personnels des établissements d’enseignement supérieur et des bénévoles qui les accompagnent dans leurs démarches administratives et juridiques.

Malgré notre opposition au système de sélection des étudiant·es à l’entrée de l’université, le guide s’inscrit dans le cadre de la législation actuelle afin de pouvoir mettre en place des stratégies d’accompagnement réalistes, tout en continuant à porter le projet politique d’une université ouverte, critique et publique, sans discrimination ni marchandisation.

Octobre 2023, Co-édition CGT Ferc Sup / Fage / Ferc CGT / FSU / GISTI / LDH / RESF / Resome / Snesup-FSU / Snasub-FSU / Unef, 64 pages, 9 € + éventuels frais d’envoi
ISBN : 978-2-38287-176-8 (papier, NP69), 978-2-38287-177-5 (ebook, NP69E)

Le guide peut être acheté en papier ou téléchargé en format pdf.

RUSF 38: Des étudiant·es invisibilisé·es et empêché·es d’étudier

Le blog Academia publie ci-dessous le communiqué de presse du Réseau université sans frontières 38 (RUSF 38) concernant la situation des étudiant·es étranger·es pour cette rentrée 2023.

————————————-

La mixité sociale dans les amphis s’éloigne encore un peu plus chaque année. Parcoursup avait donné le la, mais les modalités d’inscription pour les étudiant·es étranger·es, de plus en plus restrictives, ont elles aussi un impact significatif.

Les conditions d’accès aux études des étudiant·es étranger·es s’aggravent. Non seulement les procédures d’admission pour les personnes étrangères sont spécifiques, mais elles deviennent de plus en plus inintelligibles. Les procédures se multiplient en fonction des catégories, avec une multiplicité de critères qui renforcent le traitement différencié et l’inégal accès aux études.

Le RUSF 38 a depuis longtemps renforcé ses permanences pour accompagner les étudiant·es étrangères dans la nébuleuse des inscriptions et a poussé l’université à déployer un accueil institutionnalisé dont l’utilité s’est révélée au fil du temps plus qu’indispensable.

Dans de nombreuses facultés et composantes de l’Université Grenoble Alpes, le RUSF 38 constate toutefois une très forte augmentation des refus systématiques d’accès en PREMIERE ANNEE de licence ces dernières années. Les procédés d’examen des dossiers des étudiant·es étranger·es sont particulièrement opaques et les motifs de refus, imprécis.

Continuer la lecture

LVMH à Polytechnique (2) : huit mois de mobilisation

Ce texte est le second d’une série de deux billets relatant la mobilisation contre l’implantation de LVMH à l’École polytechnique. Son objectif est de retracer la chronologie de la mobilisation. Le premier billet documente, quant à lui, les principaux enjeux du projet et les stratégies des différentes parties.

La mobilisation que nous avons menée au sein du collectif “Polytechnique n’est pas à vendre” de mai 2022 à janvier 2023 s’est appuyée sur l’expérience acquise lors de la mobilisation précédente, de novembre 2019 à janvier 2022, contre une implantation similaire prévue par le géant fossile Total. Cette mobilisation avait pris de nombreuses formes : prises de parole publiques, tribunes, discussions avec les parties prenantes, regroupement d’informations sur le projet, demandes de documents administratifs, révélation au public d’informations gardées confidentielles sur le projet, préparation d’une note juridique, recours en justice (notamment contre le permis de construire). Un moment marquant de cette campagne avait été le dépôt d’une plainte contre Patrick Pouyanné (PDG de Total) pour des faits susceptibles de constituer une prise illégale d’intérêts.

Le projet porté par LVMH étant, par certains aspects, semblable à celui de Total, il nous a semblé naturel de nous inspirer en partie de la stratégie victorieuse qui avait mené à l’abandon de Total.

Chronologie simplifiée de la mobilisation contre l’implantation de LVMH

Mai-août 2022 : phase d’approche

Cette première partie de la mobilisation a été l’occasion de regrouper toutes les informations disponibles sur le projet d’implantation, afin de les analyser et de prendre position. Il nous est alors vite apparu que le projet était tout sauf conforme à l’intérêt général et aux besoins et missions de l’école. Le 25 mai, un ancien membre du bureau des élèves publie un article dans le journal des élèves, sous forme d’avertissement concernant la stratégie immobilière court-termiste de la présidence.

Continuer la lecture

LVMH à Polytechnique (1) : enjeux et coulisses

Ce texte est le premier d’une série de deux billets relatant la mobilisation contre l’implantation de LVMH à l’École polytechnique. Son objectif est d’expliquer les principaux enjeux du projet et les stratégies des différentes parties. Le second billet retrace, quant à lui, la chronologie de la mobilisation.

Le 23 janvier 2023, le groupe de luxe LVMH a annoncé renoncer à son projet d’implantation sur le campus de l’École polytechnique, à Palaiseau. Une annonce fracassante, qui a eu lieu un an, presque jour pour jour, après l’abandon d’un projet similaire par le groupe pétrolier Total.

Dans ces deux projets, il était prévu qu’une parcelle de terrain située sur le campus de Polytechnique soit vendue par l’État aux entreprises afin qu’elles puissent y construire un bâtiment pour y accueillir plusieurs centaines de leurs employés. Dans les deux cas, le projet a été initié dans la plus grande opacité et a fait l’objet d’une forte contestation de la part d’une partie du personnel ainsi que des étudiants et anciens élèves de l’établissement, regroupés au sein du collectif “Polytechnique n’est pas à vendre”.

Membres de ce collectif, nous souhaitons revenir avec un peu de recul sur les éléments-clés de cette mobilisation et ses conséquences. Nous espérons que ce récit pourra nourrir des luttes à venir dans le secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Nous commencerons par présenter le projet de LVMH et ses enjeux. Nous expliquerons ensuite les principales raisons qui nous ont conduits à nous y opposer. Enfin, nous examinerons les conséquences locales de cette mobilisation victorieuse ainsi que les enseignements que nous en tirons pour l’enseignement supérieur en général.

Un abandon du foncier de l’État au bénéfice du privé

L’opération immobilière envisagée consistait à vendre (et non louer) une parcelle de terrain de 35000 m² à LVMH, au nord-est du campus de l’Institut polytechnique de Paris (IPP), regroupant l’École polytechnique, l’ENSTA, Télécom Paris, Télécom SudParis et l’ENSAE (voir la carte ci-dessous).

Les quatre emplacements proposés par l’EPAPS à LVMH

Continuer la lecture

Une université a tué une librairie

Billet paru le 2 septembre sur le blog affordance.info, “le blog d’un maître de conférences en sciences de l’information”, qui a gentiment autorisé Academia de le republier.

Source: Le Petit Journal, 23 novembre 1915, Seite 1. (wikicommons)

Une université vient de tuer une librairie. Le libéralisme a fourni l’arme. Les codes des marchés ont fourni la balle. Et l’université, après avoir baissé les yeux, a appuyé sur la détente.

Cette université c’est “mon” université, Nantes Université. Cette librairie c’est la librairie Vent d’Ouest, une librairie “historique”, présente dans le centre de Nantes depuis près de 47 années et travaillant avec l’université depuis presqu’autant de temps.

Une université vient de tuer une librairie. Nantes Université travaillait, pour ses commandes d’ouvrages (et une université en commande beaucoup…) avec principalement deux librairies nantaises, Durance et Vent d’Ouest. Pour Vent d’Ouest, cela représentait une trésorerie d’environ 300 000 euros par an, 15% de son chiffre d’affaire. Une ligne de vie pour les 7 salariés de la libraire. Et puis Vent d’Ouest perd ce marché. Du jour au lendemain. Sans même un appel, une alerte ou une explication en amont de la décision de la part de Nantes Université.

À qui est allé ce marché ? Au groupe Nosoli, basé à Lyon, qui s’auto-présente comme le “premier libraire français indépendant multi-enseignes” (sic) et qui donc concrètement a racheté les marques et magasins Decitre et Furet du Nord (et récemment Chapitre.com) et dont le coeur de métier est bien davantage celui de la logistique (supply chain) que celui de la librairie.

Continuer la lecture

Université Grenoble Alpes: “Cher président, l’heure est à la reconnaissance d’un plan d’urgence”

Le 30 août 2023, le président de l’Université Grenoble Alpes s’est adressé à ses “chères et chers collègues” pour leur souhaiter “une bonne rentrée et une bonne année universitaire”, mais également pour “marque[r] la concrétisation de nombreux succès obtenus par l’UGA”.

Il se félicite notamment de la “création du grand établissement UGA au 1er janvier 2024” et de la mise en œuvre des “Programmes et Équipements Prioritaires de Recherche” (PEPR). Chiffres à l’appui, il relate tous les programmes auxquels l’UGA participe en mettant en avant le rôle que l’établissement joue “dans l’animation de l’écosystème territorial pour soutenir et développer la création d’emplois”.
 
Côté formation, des programmes d’excellence ad hoc permettront, selon les mots de la présidence, d’
“expérimenter, transformer, et préparer les évolutions nécessaires [de l’]

“Blind date”, oeuvre de Erik Pevernagie.

offre de formation pour la réussite des étudiantes et étudiants et mieux répondre aux besoins de la société”. Côté personnels, il souligne que “les chantiers engagés ces dernières années pour soutenir le déroulement de carrière de nos personnels et notre attractivité seront poursuivis et renforcés”.
 
Face à cette auto-célébration, 5 enseignant·es-chercheur·es en géographie et histoire lui ont répondu, le 4 septembre 2023. Academia publie le contenu du courriel ci-dessous.

Continuer la lecture

Université polytechnique de Turin (Italie): “Frontex hors du campus!”

Michele Lancione est professeur de géographie économique et politique à l’université polytechnique de Turin (Politecnico di Torino), en Italie. En juillet 2021, il a découvert que son université avait accepté de produire des cartes et des infographies pour Frontex afin de “soutenir les activités” de l’agence. Avec des collègues, il a depuis mené un combat pour que le contrat soit annulé, sans succès.

Poster Abolish Frontex

Pour rappel, depuis la création de l’agence en 2004, ces “activités” ont joué un rôle central dans la sécurisation et la militarisation des frontières de l’Union européenne. Nombreux·ses sont celleux qui ont affirmé qu’elles ont également produit sans relâche les “crises migratoires” que Frontex prétend combattre.

Maurice Stierl (Institute for Migration Research and Intercultural Studies (IMIS) Osnabrück University) a publié une interview à Michele Lancione sur le blog Border Criminologies de l’Université de Oxford (28.04.2023):

“Frontex off Campus! An Interview with Professor Michele Lancione”

https://blogs.law.ox.ac.uk/blog-post/2023/04/frontex-campus-interview-professor-michele-lancione

Pour plus d’informations sur les événements: https://seenthis.net/messages/933912

Totem de l’évaluation, tabou de la mesure

  • par Enka Blanchard, CNRS, et Zacharie Boubli, CNAM

Le renforcement du discours de l’urgence dans nos sociétés accroît la mise sous tension de la recherche. Elle fait l’objet d’attentes croissantes, parmi lesquelles se distingue une demande de productivité. Celle-ci postule d’une part la mesurabilité de la productivité scientifique et d’autre part la capacité des politiques publiques à moduler celle-ci de manière efficace et efficiente. Dans un article publié dans Questions de Communication 42 (2022), nous proposons une critique de ces postulats fondée sur des études empiriques provenant de multiples domaines et analysant l’organisation de la recherche dans des champs variés. Le constat d’une efficacité douteuse des politiques de recherche contemporaines nous amène à proposer l’explication d’un fondement culturel et idéologique à cet état de fait, tout en offrant des pistes pour en sortir. Afin de faciliter la diffusion de ces analyses au-delà d’un cercle restreint composé principalement de spécialistes, nous reproduisons ici nos principaux arguments en laissant de côté certaines considérations techniques présentes dans l’article original en accès ouvert...


L’urgence, ou plutôt sa perception bien ou mal fondée, créée des oeillères collectives qui privilégient la résolution immédiate d’une situation anormale, confondant parfois symptôme conjoncturel et cause structurelle. Dans le cas de la crise du Covid-19, nos sociétés technophiles ont attendu une solution aussi rapide que possible et la circonspection nécessaire à la recherche, déjà fragilisée par des scandales méthodologiques, est ainsi venue nourrir une défiance du public envers les chercheurs. Soupçonnés de vanité personnelle, de biais idéologique ou d’intérêt caché, les enseignant·es-chercheur·ses (EC) doivent justifier leurs recherches auprès de la société.

Demande citoyenne de transparence scientifique

Cette demande sociale légitime de transparence s’est traduite dans le renforcement des cadres de déontologie et d’intégrité scientifique. Mais une réflexion sur les cadres sociaux de la recherche scientifique ne peut ignorer une tendance bien plus lourde, celle du désengagement de la puissance publique des politiques de recherche. Scrutée au sujet de son intégrité, la recherche l’est aussi par la logique de l’évaluation. La réduction tendancielle des moyens de la recherche s’est en effet accompagnée de la création d’instruments raffinés d’évaluation de ses résultats, dans une démarche de rationalisation autojustifiante d’un système élitiste, qui limite sciemment le nombre de postes stables et engage les EC dans une compétition permanente considérée comme saine. Les EC occupent une part croissante de leur temps à satisfaire des indicateurs de productivité, mais cela ne serait que le prix à payer pour s’assurer que les moyens alloués à la recherche soient efficients.

Cet article se propose d’analyser les fondements de ces logiques organisationnelles à l’aune du but qu’elles sont supposées servir (la productivité qualitative et quantitative de la recherche). Il nous semble alors que le paradigme contemporain repose sur trois fondements :

  • La productivité des EC est mesurable.
  • Les politiques publiques de compétition peuvent augmenter la productivité scientifique.
  • Les gains de productivité permis par les politiques d’optimisation compensent le coût de ces politiques.

Le fétichisme des indicateurs

La productivité de la recherche est elle mesurable ?

Cette problématique est celle des objets, des méthodes et des échelles de l’évaluation de la production scientifique, puis celle de ses conséquences.

https://www.flickr.com/photos/wallsdontlie/25671143301/in/photolist-F7tjwZ-dHWQ8z-VeHCVz-7fmpmY-7fmnJA-7fhvbx-7fmoCE-7fmnMA-7fhuTz-Ewqms-c9h4Fh-2ime4XA-erPLKf-7fmsfh-F9aDao-2ndUW4b-2hRe5Dj-AfcGQs-AVRrCf-aFLS6B-JESUJH-2nUC6Un-9g8FG9-7fhxVV-2a6NGSY-qjr2uT-q6KBxo-pRRxZa-efrQWK-9u3BNU-pyu44M-ovQaTu-7fhoEt-6Wajen-2jSNDs-dVecPd-EivBq2-6ZgaSB-3kPzNM-22kAHjK-7fhw3p-7fmpyw-7fmozU-7fmspj-7fmoG9-7fhvjP-2kaDMCL-7fhvMZ-7fmpKw-7fmrxq

Crédit : wallsdontlie, 2016

Continuer la lecture

Censure 2.0 aux éditions de l’Université Grenoble-Alpes

La recension d’un ouvrage est un exercice critique délicat,désormais assuré de plus en plus fréquemment dans des publications académiques en ligne (carnets, sites) qui donne rapidement un retour sur l’actualité scientifique : c’est le cas de La Vie des Idées, Lectures, généralistes, ou encore d’AgriGenre. La recension met en jeu à la fois la compétence du lecteur ou de la lectrice, mais aussi son éthique, alors qu’iel offre à la communauté une entrée dans un ouvrage. Elle joue également dans un champ de forces académiques et politiques.  Dans “Des agricultures entre savoir et croyance : permaculture, agriculture naturelle et biodynamie“, Valéry Rasplus propose pour AgriGenre une recension de Les Esprits scientifiques (2022), collectif publié par UGA éditions, en concluant sur la fragilité du projet scientifique:

« Si cet ouvrage offre plusieurs analyses intéressantes, certaines interventions manquent d’analyses critiques, oubliant de traiter des points doctrinaux au sein de certains types d’agricultures alternatives ».

Pourtant, cette recension complète a fait l’objet d’une valorisation puis d’une censure, dont le carnet AgriGenre relate dans la rubrique Échos de l’article. Academia republie les échanges.

  • Cette publication est parue le 25 juin sur AgriGenre.
  • Le 27 juin, les Éditions de l’Université Grenoble-Alpes mettaient en ligne sur leur site le lien de la publication d’AgriGenre. Je l’annonçais par un tweet sur le compte d’AgriGenre.

Continuer la lecture

Enquête sur la dotation promise par la LPR aux néo-recruté·es

  • Par plusieurs membres de l’ESR issu·es d’universités différentes

L’une des dispositions de la Loi de Programmation de la Recherche prévoit que les maitre·sses de conférences (MCF) et chargé·es de recherche (CR) nouvel·les arrivant·es reçoivent à partir de la rentrée 2021 une enveloppe budgétaire leur permettant de s’équiper et financer de premiers travaux :

« De plus, tous les nouveaux recrutés comme chargés de recherche et maîtres de conférences se verront allouer une dotation de démarrage pour lancer leurs travaux. »1

Ce budget, délivré par le Ministère au 1er janvier 2022, est censé transiter par l’établissement de recrutement. l’établissement délivre alors ce budget à l’unité de recherche accueillant la·le nouvel·le arrivant·e. Comme pour un certain nombre de financements, tout euro non-dépensé au bout d’un certain temps serait perdu (quoiqu’à l’heure actuelle, nous ignorons s’il retournera à l’université tutélaire ou au Ministère).

Cependant, nous avons repéré des différences de traitement et, surtout, de montants (avec parfois des écarts de plusieurs milliers d’euros), entre différentes universités et unité de recherche.

Pour faire un point sur la situation, et éventuellement demander des précisions au Ministère et aux universités sur ces écarts de traitements et de montants, nous réalisons donc une enquête à destination des nouvelles et nouveaux MCF et CR recruté·es dans une université ou EPST français depuis la rentrée 2021. Vous pouvez y répondre ici (durée = 5 minutes) :

https://survey.eu.qualtrics.com/jfe/form/SV_0CiCzCaffqPC6t8

En vous remerciant d’avance pour votre aide !

  1. Rapport annexé à la loi n° 2020-1674 du 24 décembre 2020 de programmation de la recherche pour les années 2021 à 2030 et portant diverses dispositions relatives à la recherche et à l’enseignement supérieur []

Postes de recherche au CNRS : toujours moins

Il y a quelques jours Antoine Petit, président directeur-général du CNRS, jugeait que le nombre de postes mis au concours ne changeait pas grand chose : « le recrutement de 400, 300 ou 250 personnes, par rapport aux 12 000 chercheurs du CNRS, ne va pas changer fondamentalement les choses ».1. À lire la publication des postes de chargé·es de recherche mis au concours pour 2022, le CNRS n’entend pas renforcer ses équipes : les postes n’ont jamais été aussi peu nombreux. une exception : la section  “Gestion de la recherche” (CID 50). 13 directions de recherche, à mettre au regard des postes (1 à 8) dans les autres sections de recherche.2

Martin Clavey vient de mettre en image la baisse continue des recrutements depuis 2006. À ce stade, on peut supposer que la pyramide des âges des CR/DR est largement inversée.

(c) Martin Clavey, The Sound of Science, décembre 2021.

Autre représentation par Samuel Alizon, sans appel : “Seulement 238 postes de recherche au CNRS cette année, encore moins que l’an passé. En 20 ans, nous avons perdu 10 postes par an (et beaucoup de postes administratifs et de budget. Quel sort d’événement mondial pourrait aider nos gouvernement prendre la mesure de l’importance de la recherche fondamentale ? ”

graphe par Samuel Alizon.

 

 

 

 

 

 

  1. La Recherche, octobre-décembre 2021. Antoine Petit fait fort peu de cas de la drastique réduction de postes d’ITA. []
  2. Précisons, à la suite d’une remarque d’un lecteur, que les postes CID50 servent bien à la recherche, pour des personnes classées dans d’autres sections et promues sur ces supports par le fait du prince. Martin Clavey en avait fait la démonstration brillante. []