Vandaliser ? Le bureau de Pablo vidalisé

Tweet de MC Pablo, 11 septembre 2020, 2:29pm

Les faits:

Le gang des « Remettre la réalité au cœur de vos discussion » vient de frapper !

Tonnerre de Brest !

Notre bonne ministre de l’ESRI nous parle depuis Brest, sur France bleu Breizh Izel. On en apprend de belles… Vivement la suite de son périple déconfiné!

Elle s’exprime aussi dans Ouest France (édition de Quimper, 4 juin 2020)

Continuer la lecture

Communiqué de presse « rectificatif » : rire ou pleurer ?

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #28
← Article précédent

Clown, by Funk Dooby, 2017

Qu’on se le dise : il y a quelques personnes géniales à la direction générale de l’Enseignement supérieur et de l’Insertion professionnelle (DGESIP) qui font de vrais efforts pour continuer à nous surprendre jour après jour. On se souvient des fiches du « plan de continuité pédagogique » mille fois modifiées entre mars et mai, non pour les adapter à l’évolution de la situation sanitaire, mais pour corriger les bêtises, imprécisions et illégalités qui s’y étaient accumulées.

On a mieux désormais : le communiqué de presse « rectificatif », qui contredit celui publié la veille, et que nous venions tout juste de commenter. Academia, un peu lassé de courir derrière le ministère, est tenté de vous laisser jouer au jeu des sept erreurs.

Communiqué rectificatif du MESRI, 3 juin 2020

Prenons quand même trois exemples, qui ne sont pas exactement des détails, et qui, précisément, concernent les trois points dont nous nous réjouissions :

  1. Alors que le communiqué d’hier affirmait que « le libre accès aux laboratoires pour les doctorants qui y sont rattachés est […] confirmé », celui d’aujourd’hui en est moins sûr : « l’accès aux laboratoires pour doctorants […] pourra être autorisé mais dans des conditions définies par les établissements et dans le strict respect des conditions sanitaires requises ».
  2. Alors que le communiqué d’hier soutenait que « les bibliothèques et les centres de documentation universitaires, qu’il s’agisse des services de prêts ou des salles de lectures seront intégralement rouverts », celui d’aujourd’hui est comme pris d’un doute : « Les bibliothèques et les centres de documentation universitaires pourront rouvrir selon des modalités définies par les établissements, qu’il s’agisse des services de prêts ou, à titre exceptionnel et pour certaines catégories de publics, des salles de lecture ».
  3. Mieux, alors que le communiqué d’hier expliquait que « sous réserve de l’évolution de la situation sanitaire, les activités de formation initiale en présentiel pourraient reprendre de manière régulière au sein des campus à la rentrée », celui d’aujourd’hui s’en veut d’être allé si vite : « même si la prochaine rentrée sera vraisemblablement encore contrainte par de strictes recommandations sanitaires, une reprise en présentiel des activités de formation initiale est envisagée à partir du mois de septembre. L’incertitude relative à la situation sanitaire qui prévaudra durant le premier semestre de l’année 2020-2021 conduit toutefois à en projeter l’organisation dans le respect des consignes sanitaires actuelles. Pour cette raison, les établissements doivent prévoir des enseignements en distanciel et/ou en présentiel dans une mesure et selon des modalités qu’il leur appartiendra de déterminer et qui leur permettront d’anticiper une éventuelle dégradation des conditions sanitaires ». Autrement dit, la consigne est désormais de développer un enseignement très majoritairement à distance pour la rentrée 2020, non pour des raisons sanitaires, mais au nom du risque d’une « éventuelle dégradation des conditions sanitaires« .

Deux conclusions peuvent immédiatement être tirées de cette volte-face. La première, sous forme de platitude, est que le ministère, décidément, est déconnecté des universités sur lesquelles il exerce sa tutelle. La seconde, c’est que, contrairement à ce que laisse penser une tribune parue hier dans le Figaro, il semble que le ministère ne pousse pas seul en faveur d’une « université virtuelle », grâce à laquelle seraient réglées à la fois la question de l’augmentation des étudiant.e.s et celle du budget. Le problème est plus profond, malheureusement : il y a, dans chaque université et à la CPU, quelques zélés partisans des enseignements à distance et autres examens télésurveillés – au premiers rangs desquels un certain nombre de VP « Innovation pédagogique » et autres chargé.e.s de mission « Pédagogie innovante » – que le communiqué d’hier a visiblement pris de court, et qui ont obtenu sa « rectification ».

https://www.flickr.com/photos/pete37038/49890769021/sizes/l/

Off limits, Peter Rowbottow, 2018