Vous avez financé l’ARC contre le cancer, soutenez le CNRS pour la recherche maintenant

Après l’annonce par le pdg Antoine Petit d’une demande de financement de la Fondation CNRS par le grand public jeudi 26 mars 2020, retrouvons avec plaisir le professeur Thibault qui invitait il y a 20 ans à soutenir l’Agence nationale contre le cancer.

#COVID19 – opération Pièces jaunes au CNRS

Academia souhaite rappeler à Antoine Petit et à Frédérique Vidal que le Crédit Impôt Recherche, de 6,5 milliards d’euros — soit 2 fois le budget du CNRS, masse salariale incluse — est toujours affecté à l’optimisation fiscale des entreprises.
Qu’il pourrait donc être affecté à la recherche. 

Au lendemain de l’annonce, bouclons la boucle avec Pierre Ouzoulias, sénateur des Hauts-de-Seine :

Liens :

Charte de la continuité pédagogique, par Sylvain Brocquet

https://www.flickr.com/photos/marcwathieu/42944917570/in/photolist-28qTVPh-XdgX5h-DEL2S9-Gor5KT-FTMkfh-rsj2cU-vPQhNT-qZV9Jm-Nokarw-tgEdJj-udFVRP-WtTYYe-ihbUYj-D5HZLa-PsFzMk-tB5s6Z-qURwvS-tjBEiD-2cQig5E-tjUU7X-tAKVWd-rRR7EB-w36oCL-Ng6pe4-JXgQ68-2bJJTj-r1b7i8-2aPD6pW-wCCf6q-gQjnBr-tzWQGd-2a8f4r8-tr5PBD-UWvez2-28GoxPG-23SCgN5-ZTuhDA-Dbyu5f-vSJ1nd-yHzHjK-NP8XxR-28tYD1o-MXmJT6-XPrvcu-26rpVJz-UxAnJw-rNtj2n-RdXXC6-27uZTf2-Y9z4V6

Mon générateur de cadavres exquis, par Marc Wathieu, 2018

Charte de la continuité pédagogique, ou dix raisons impérieuses de réaliser
une transition numérique définitive

Article un. Les enseignants et enseignants chercheurs sont au service des usagers et doivent par conséquent assurer la continuité du service public, dans le respect des valeurs républicaines et de laïcité, quelle que soit la conjoncture nationale et quelles que soient les conditions de travail qui en résultent. Ils doivent notamment faire en sorte que leurs étudiants préparent leurs examens comme si ceux-ci devaient avoir lieu en temps et en heure, sur des programmes qu’il serait irresponsable de réduire d’un ou deux chapitres au seul motif que les établissements sont fermés et la nation confinée pour endiguer une pandémie.

Article deux. Il faut être de son temps : le métier de professeur doit évoluer en fonction des innovations technologiques et ceux qui l’exercent doivent savoir s’adapter à cette évolution. Ils doivent contribuer à ce que l’enseignement universitaire relève le défi du numérique, qui est le défi du XXIe siècle, et à ce que leur établissement atteigne l’excellence dans ce domaine.

Article trois. L’autorité étant le sel de toute vraie pédagogie1, ils doivent fidélité et loyauté au président de leur université et au directeur de leur composante : ils ne sauraient se dérober à l’injonction numérique de ces derniers.

Article quatre. Ils doivent permettre à l’université de s’adapter à un environnement concurrentiel, dans lequel le service public est contraint de fonctionner en compétition avec les entreprises privées de la formation numérique. Ils doivent contribuer au développement de partenariats gagnant-gagnant entre leur établissement et ces entreprises et favoriser ainsi le maintien de la croissance et la création de richesse dans le secteur numérique.

Article cinq. Ils ne doivent pas s’arc-bouter sur des privilèges d’un autre temps, invoquant un droit du travail suranné qu’il faut au contraire savoir faire évoluer, dans un esprit ouvert à la modernité. Ils doivent donc se plier à quelque tâche que leur hiérarchie exige d’eux, sans compter leurs heures de travail ni refuser de recourir à des technologies innovantes sous le prétexte fallacieux qu’ils ne les maîtrisent pas, qu’ils ne disposent pas du matériel nécessaire, ou qu’elles seraient nuisibles à leur santé. Ils ne sauraient davantage prendre pour s’occuper de leurs enfants confinés chez eux un temps qu’ils doivent à leur établissement. Le télétravail permet de dépasser la distinction obsolète entre temps personnel ou familial et temps professionnel.

Article six. Ils n’ont pas le droit de consacrer leur temps de travail à des tâches qu’ils définiraient librement et souverainement, ni en matière d’enseignement ni en matière de recherche. La fermeture des sites universitaires ne saurait signifier la liberté du temps retrouvé.

Article sept. Ils doivent, dans le respect du principe d’égalité des chances, contribuer à une meilleure orientation des étudiants, en créant les conditions d’une répartition juste et équilibrée de ceux-ci entre les filières, en fonction de leur accès aux nouvelles technologies, de leur capacité à les maîtriser et à les mettre en œuvre de manière pertinente.

Article huit. Ils ne doivent pas s’enfermer dans une conception obsolète de l’enseignement, reposant sur le dogme de l’interaction pédagogique, ou en supposant à tort que celle-ci exige le dialogue et la présence humaine : l’interaction de notre temps, à l’université comme à l’école ou dans la vie réelle, celle de l’entreprise, ne se déploie de manière profitable que dans un environnement numérique.

Article neuf. Ils doivent assurer à l’intention de leurs étudiants la continuité de l’ennui et de la contrainte : il serait préjudiciable que l’épisode pandémique soit pour ces derniers l’occasion de rompre avec un emploi du temps saturé et se trouvent libérés de l’obligation d’entendre sans discontinuer une saine parole pontifiante. Il est impératif d’éviter que subitement désœuvrés, les étudiants trouvent le temps de lire, de réfléchir, de méditer et de penser par eux-mêmes. Il serait tout aussi dommageable qu’ils en viennent à considérer leurs études comme un moyen de satisfaire leur soif de connaître et de comprendre, en oubliant tout à la fois la préparation de leurs examens et l’objectif premier d’insertion dans le marché du travail.

Article dix. Dans le même esprit, enseignants et enseignants chercheurs doivent assurer la continuité du contrôle et de l’évaluation. L’université ne doit pas cesser de juger et de noter, de sanctionner et de trier.

  1. Voir Les recteurs et les droits constitutionnels, 31 janvier 2020 []

Soutenir les forces françaises d’investigation dans le domaine du légume de saison : un appel à projet