« En cette période de grandes incertitudes, il est indispensable que l’université redevienne un lieu de respect des droits et des libertés ». Communiqué intersyndical Condorcet, 22 avril 2022

https://twitter.com/VontBien/status/1517021054857842688?s=20&t=Xgjbx93WGhEXuyGbadMYSw

Campus Condorcet, bâtiment EHESS, 21 avril 2022

Depuis mercredi 20 avril après-midi, des étudiant-es ont investi les locaux de l’EHESS sur le Campus Condorcet afin de se donner un espace pour organiser leurs mobilisations face à la montée de l’extrême-droite et la situation très précaire de l’enseignement supérieur. Dans ce contexte, la présidence de l’EHESS a décidé de l’annulation des cours et a imposé au personnel administratif de passer au travail à domicile. Depuis hier, c’est le Campus Condorcet qui a été entièrement fermé à 17h. Même l’accès aux locaux syndicaux est empêché.

Les universités ont fait ces dernières années l’objet d’attaques incessantes contre leurs missions de service public et leur indépendance. La politique de fermeture systématique des établissements où naissent des mobilisations contribue à cette mise au pas.

La décision de fermer les locaux ne constitue aucunement un moyen de protéger notre outil de travail. L’assemblée générale étudiante d’hier avait voté une occupation ouverte, et il est urgent de créer les conditions favorables et de donner les garanties permettant cette ouverture.

La présence sur place des personnels est la meilleure manière de protéger l’outil de travail. Nous rappelons que l’assemblée générale d’hier avait refusé toute dégradation du matériel pouvant entraver le travail des personnels. Le flou des responsabilités entretenu par l’enchevêtrement administratif du Campus ne doit pas faire oublier que l’urgence est à l’apaisement par l’ouverture de nos locaux à toutes et tous.

Campus Condorcet, 21 avril 2022

En tant qu’organisations syndicales présentes sur le Campus Condorcet :
* Nous considérons fondamental de laisser des espaces de débat et d’organisation aux différent-es usager-es, travailleur-euses, étudiant-es. Nous condamnons par conséquent les fermetures décidées par différents établissements universitaires.
* Nous rappelons que le « travail à domicile », abusivement appelé « télétravail », ne saurait être imposé à qui que ce soit, autant du côté des personnels administratifs que du côté des enseignant-es, des étudiant-es et des chercheur-euses. Le principe de base du télétravail réglementé est le volontariat.
* Nous dénonçons la possible mise en danger des personnels et des occupant-es qui se sont retrouvé-es enfermé-es hier dans le bâtiment, du fait d’une décision de la direction du Campus de désactiver les accès badgés.
* L’accès aux locaux syndicaux est un droit auquel on ne saurait déroger, afin de garantir les libertés syndicales. Nous exigeons que cet accès soit garanti.

Nous ne pouvons pas rester indifférent-es aux mobilisations d’une génération qui juge avec raison que le spectacle consternant offert par le deuxième tour de la présidentielle n’est pas à la hauteur des enjeux de l’époque. En cette période de grandes incertitudes, il est indispensable que l’université redevienne un lieu de respect des droits et des libertés. Veillons toutes et tous, présidences, instances, syndicats, communauté universitaire, à les faire vivre.

Signataires : FERC Sup EHESS, Sud Recherche Condorcet, Université Ouverte, FSU-SNCS EHESS, FERC Sup Paris 8, Section SNTRS-CGT de l’INED, SNTRS-CGT section Paris Nord, CGT FERC Sup Paris 1, Solidaires Etudiant-e-s EHESS

#BnFgate. Rassemblement le jeudi 21/4, 13h30, site Tolbiac, Hall Ouest

En cas d’impossibilité, pensez à la manifestation virtuelle

PERSONNELS ET PUBLIC DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCE MOBILISÉS CONTRE LES POLITIQUES D’AUSTÉRITÉ ET UN PROJET DE DÉGRADATION SANS PRÉCÉDENT DES SERVICES RENDUS AU PUBLIC

Depuis de nombreuses années, le Ministère de la Culture poursuit une politique d’austérité ayant pour effet un manque de moyens humains et budgétaires consacrés au fonctionnement de la Bibliothèque nationale de France. Les personnels, lecteurs et usagers de la BnF continuent d’être soumis à des mesures régressives qui dégradent chaque jour davantage les services proposés au public et les conditions de travail des agents. Ainsi plus de 300 emplois ont-ils été détruits en dix ans.

 Dans le but de supprimer à nouveau des postes, la direction de la BnF, après avoir automatisé les vestiaires, veut imposer à partir du mois de mai la fin des communications directes des documents de magasins jusqu’à 13h, tous les jours, la communication directe n’étant désormais possible que l’après-midi.

Pour justifier ce recul sans précédent du service rendu par notre établissement public, la direction utilise des éléments de langage laissant croire que cette nouvelle organisation soulagerait les agents de la BnF. Il n’en est rien : en réalité cette réorganisation ne fera que concentrer la charge de travail et les cadences sur des périodes toujours plus courtes, au détriment des collectifs et des conditions de travail. Elle va entraîner une vraie dégradation de la situation pour le personnel et permettre de continuer à supprimer des postes.

De plus, la direction de la BnF veut mettre en place des contrats ultra-précaires, sous la forme de CDD d’un an non-renouvelables, à mi-temps avec un salaire de misère pour faire fonctionner les services aux lecteurs. Pourtant, en 2016 la présidente de la BnF Laurence Engel s’engageait en signant un protocole de fin de grève à cesser ce type d’embauche et à recruter directement en CDI le personnel « vacataire » travaillant sur des missions permanentes. La présidente de la BnF, soi-disant attachée au dialogue social, doit tenir son engagement !

Le public de la BnF quant à lui n’est pas dupe et démontre, à travers une mobilisation éclaire et massive (15 000 pétitionnaires en quelques jours ((https://www.mesopinions.com/petition/art-culture/bibliotheque-nationale-france-retour-aux-communications/175704 & https://www.leslignesbougent.org/petitions/tous-ensemble-defendons-le-services-public-de-la-bnf-7384/)) ), que le service public de la BnF mérite non pas une énième réorganisation aux conséquences antisociales mais bien des moyens à la hauteur des missions de la plus grande bibliothèque de France.

L’INTERSYNDICALE BnF CGT-FSU-SUD, AVEC LES AGENTS LARGEMENT MOBILISÉS PAR LE BIAIS D’UNE PÉTITION INTERNE QUI A DEJA RÉUNI PLUSIEURS CENTAINES DE SIGNATURES ET L’ASSOCIATION DES LECTEURS ET USAGERS DE LA BnF RÉCLAMENT :

  • le maintiens de la communication directe des documents ;

  • des créations de postes et des moyens financiers pour la BnF ;

  • le non-recours à des contrats ultra-précaires ;

Pour faire aboutir cela, soyons nombreux-ses au

RASSEMBLEMENT COMMUN DU PERSONNEL ET DES LECTEURS DE LA BnF JEUDI 21/04, A 13H30, SITE DE TOLBIAC, HALL OUEST

Contacts : cgt@bnf.fr ; fsu@bnf.fr ; sud@bnf.fr ; alubnf@gmail.com


Si vous vous trouvez dans l’impossibilité de vous rendre physiquement à la manifestation, n’hésitez pas à faire connaître votre sentiment à:

#BnFgate. Communiqué de presse des personnels et public mobilisés contre les politiques d’austérité, 14 avril 2022

Personnels et public de la Bibliothèque nationale de France mobilisés
contre les politiques d’austérité et
un projet de dégradation sans précédent des services rendus au public

Depuis de nombreuses années, le Ministère de la Culture poursuit une politique d’austérité ayant pour effet un manque de moyens humains et budgétaires consacrés au fonctionnement de la Bibliothèque nationale de France. Les personnels, lecteurs et usagers de la BnF continuent d’être soumis à des mesures régressives qui dégradent chaque jour davantage les services proposés au public et les conditions de travail des agents. Ainsi plus de 300 emplois ont-ils été détruits en dix ans.

 Dans le but de supprimer à nouveau des postes, la direction de la BnF, après avoir automatisé les vestiaires, veut imposer à partir du mois de mai la fin des communications directes des documents de magasins jusqu’à 13h, tous les jours, la communication directe n’étant désormais possible que l’après-midi.

Pour justifier ce recul sans précédent du service rendu par notre établissement public, la direction utilise des éléments de langage laissant croire que cette nouvelle organisation soulagerait les agents de la BnF. Il n’en est rien : en réalité cette réorganisation ne fera que concentrer la charge de travail et les cadences sur des périodes toujours plus courtes, au détriment des collectifs et des conditions de travail. Elle va entraîner une vraie dégradation de la situation pour le personnel et permettre de continuer à supprimer des postes.

De plus, la direction de la BnF veut mettre en place des contrats ultra-précaires, sous la forme de CDD d’un an non-renouvelables, à mi-temps avec un salaire de misère pour faire fonctionner les services aux lecteurs. Pourtant, en 2016 la présidente de la BnF Laurence Engel s’engageait en signant un protocole de fin de grève à cesser ce type d’embauche et à recruter directement en CDI le personnel « vacataire » travaillant sur des missions permanentes. La présidente de la BnF, soi-disant attachée au dialogue social, doit tenir son engagement !

Le public de la BnF quant à lui n’est pas dupe et démontre, à travers une mobilisation éclaire et massive (15 000 pétitionnaires en quelques jours*) ((https://www.mesopinions.com/petition/art-culture/bibliotheque-nationale-france-retour-aux-communications/175704 & https://www.leslignesbougent.org/petitions/tous-ensemble-defendons-le-services-public-de-la-bnf-7384/)), que le service public de la BnF mérite non pas une énième réorganisation aux conséquences antis ociales mais bien des moyens à la hauteur des missions de la plus grande bibliothèque de France.

L’INTERSYNDICALE BnF CGT-FSU-SUD, AVEC LES AGENTS LARGEMENT MOBILISÉS PAR LE BIAIS D’UNE PÉTITION INTERNE QUI A DEJA RÉUNI PLUSIEURS CENTAINES DE SIGNATURES ET L’ASSOCIATION DES LECTEURS ET USAGERS DE LA BnF RÉCLAMENT :

  • le maintien de la communication directe des documents ;

  • des créations de postes et des moyens financiers pour la BnF ;

  • le non-recours à des contrats ultra-précaires ;

Contacts : cgt@bnf.fr ; fsu@bnf.fr ; sud@bnf.fr ; alubnf@gmail.com


Version .pdf

Élections présidentielles : pas une voix pour l’extrême-droite. La jeunesse mobilisée pour un droit à l’avenir. Communiqué de l’Alternative, 14 avril 2022

En passant

Bibliothèque nationale de France. Pour le respect du service public et des usager∙es

Academia relaie ici deux pétitions qui s’alarment de la dégradation du service public à la Bibliothèque nationale de France et de l’atération considérable de ses missions recherche.

→Signer la pétition intersyndicale Tous ensemble, défendons le service public de la BNF

Signer la pétition (lecteurs et lectrices) 

Actions supplémentaiires

https://www.flickr.com/photos/108661836@N08/17179118329/in/photolist-sb4tnk-2Wc2Zx-u3zXV-TTXA4J-dTsfYU-5bxswU-iTkvtW-pxfLTW-2k6Hmf9-phZKBJ-faCDMT-phEGmJ-gzPWxG-faSz5y-6pGCvM-uqg7h-6pGCXr-6pGDnT-6pLL8Y-6pLLW9-4P52AP-2mLof3U-6pGDwp-6pGCGH-4YcK47-QioJEx-4XGUiM-2aC79Uj-r3V3Q7-2mPRrKX-2jgzeAa-PCyFxZ-phoaiy-8KXQeX-JK7mkX-2ha3qsj-99cgTY-EKf6U9-2ha1Eta-2iC6tBJ-gzPWGj-4egUUB-RffLEf-gzPWee-nUcufo-gzPWFh-2iC4EnB-2iBRc1X-gzPWmZ-RffLCm

Bibliothèque nationale de France. Crédit: Manu Dreuil, 2014

Bibliothèque nationale de France. Pour un retour aux communications directes et au respect des usager∙es

À l’attention de Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France
de Kevin Riffault, directeur général de la BNF
de Marie de Laubier, directrice des Collections de la BNF
de  Anne-Elisabeth Buxtorf, directrice des Publics de la BNF

À l’attention de Sophie-Justine Lieber, directrice du cabinet de la Ministre de la Culture

Nous soussigné∙es lectrices et lecteurs de la Bibliothèque nationale de France, apprenons que nos conditions de travail vont être sérieusement compromises à partir du 2 mai et de manière définitive.

 En effet, le Comité Hygiène Sécurité et Conditions de travail (CHSCT) qui s’est tenu le 31 mars 2022 a confirmé deux décisions dont les syndicats avaient fait part1
  • à partir du 2 mai, il n’y aura plus de communication le matin et la communication directe n’aura lieu que de 13h30 à 17h. 
  • à partir de septembre, le pass recherche va passer de 50€ à 55€ et le tarif réduit de 35€ à 38€. 

Continuer la lecture

  1. Update 6/4/22: “Cette décision a été prise malgré l’opposition unanime des représentants des lecteurs et des syndicats de la BnF”. []

Assises de la précarité dans l’ESR, 30 mars (Paris)

Mercredi 30 mars 2022 à l’INSPE Paris Batignoles

Avec la participation de : l’Alternative, ANCMSP, CGT FercSup, CJC, collectif des enseignants-chercheurs Précaires de Nanterre, le collectif des travailleur·ses précaires d’Aix-Marseille et de Paris-Saclay, FO ESR, SNESUP-FSU, SNCS-FSU, SNASUB-FSU, SNETAP-FSU, SNEP-FSU, SNTRS-CGT, SUD EDUCATION, SUD RECHERCHE EPST,  SOLIDAIRES Étudiant·es, UNEF…

Les assises contre la précarité sont ouvertes à tous·tes, et bien sûr notamment à l’ensemble des personnels non-titulaires des établissements, qu’iels soient contractuel·les ou vacataires. Pour en finir avec la précarité des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche, il nous faut construire collectivement des modalités d’action et d’organisation renouvelées. C’est l’un des principaux objectifs de ces assises.

→ Inscription ici ←

Programme prévisionnel

Continuer la lecture