À Lyon, la présidence de l’université Claude Bernard lance son EPE en solo

Communiqué des organisations syndicales CGT FERC des établissements de l’ESR du site Lyon – Saint-Étienne, le 22 février 2024

Chères et chers collègues,

Nous avons découvert par la presse (ici, ou encore ici) que l’Université Lyon 1 a adressé une proposition aux différents établissements du site lyonnais et stéphanois concernant la création d’un EPE (Établissement Public Expérimental) qui a pour ambition “d’initier une structuration cohérente du site Lyon – Saint-Etienne”. (Vous pouvez retrouver les expressions de nos camarades de Lyon 1 sur leur site.)

Nous apprenons avec consternation que la présidence de Lyon 1 refuse de communiquer cette proposition aux représentant·es des personnels de l’université. Celle-ci a néanmoins été présentée au CA de l’Université Lyon 2 du 26 janvier et est annexée à l’acte 2024-01 “Projet PLURIEL 2024” (présent dans les délibérations). La réponse de la présidence de Lyon 2 (en annexe également de l’acte précédent) – avec laquelle Lyon 1 s’était engagée sur le projet PLURIEL2024 – a également retenu toute notre attention.

Après le naufrage du paquebot IDEX, puis le mariage avorté de Lyon 1 et Lyon 2, nous nous inquiétons à présent que Lyon 1 construise seule et de manière autoritaire une structure non démocratique à laquelle les autres établissements du site seraient probablement contraints de se raccrocher à plus ou moins court terme.

En outre, le calendrier très serré pour ce nouveau projet, avec une création d’EPE prévue pour janvier 2025, semble être taillé sur mesure pour satisfaire les ambitions carriéristes des présidents de Lyon 1 : la création d’un EPE leur permettrait en effet d’effectuer un nouveau mandat, leur second et dernier se terminant cette année.

Par ailleurs, ce projet risque d’avoir des effets calamiteux sur les conditions de travail et d’études de tout le monde au sein du site (nous vous invitons à écouter à ce sujet l’intervention de Corinne Eyraud, sociologue spécialiste du monde universitaire, dans une conférence à Lyon 2, ou à prendre connaissance de l’état déplorable de la vie démocratique dans d’autres EPE, par exemple à Paris-Saclay).

Nous, organisations CGT de l’enseignement supérieur du site Lyon – Saint-Étienne, appelons les présidences ou directions de nos établissements à nous informer en toute transparence des tractations en cours. Nous les appelons également à s’opposer aux volontés hégémoniques de la présidence de Lyon 1, qui piétinent la démocratie universitaire et sociale. Nous ne voulons pas d’un projet qui dégraderait davantage les conditions de travail de l’ensemble des personnels des établissements universitaires lyonnais et stéphanois, et qui se ferait dans leur dos. Nous veillerons à ce que les élu.es CGT demandent des comptes à leur présidence dans toutes les instances.

Violences sexistes et sexuelles à l’Ens de Lyon : démission de la direction de Ciri

Tract en version .pdf

Sur Academia

Liberté d’expression à l’Université Savoie Mont Blanc. Communiqué intersyndical du 21 novembre 2023

Le 19 octobre dernier il y a plus d’un mois, le syndicat CGT FERC Sup de l’Université Savoie Mont Blanc a vu ses accès aux listes de diffusion des personnels suspendus « à titre conservatoire » par décision du président Philippe Galez.
Les jours suivants, plusieurs courriers à l’adresse de la ministre envoyés par les unions nationales CGT FERC Sup, FO ESR et FSU SNESup ont rappelé :

  • que la liberté syndicale est garantie par le préambule de la Constitution et par la
    Déclaration des droits de l’Homme
  • qu’il n’appartient pas au président de l’université d’imposer les sujets sur lesquels un syndicat serait libre ou non de communiquer, ni de restreindre le champ d’action d’un syndicat

Les courriers demandaient aux tutelles d’intervenir pour restaurer l’accès du syndicat CGT FERC Sup de l’USMB à cette liberté fondamentale et de garantir cette dernière au sein de l’ensemble des établissements d’enseignement supérieur dont elles ont la charge.
Ces courriers ont été respectivement envoyés les 25 octobre, 26 octobre et 7 novembre 2023. Ils sont restés sans réponse et n’ont pas permis à la CGT FERC Sup de recouvrir le droit à s’adresser aux personnels durant plusieurs semaines.

Continuer la lecture

Le SNCS-FSU demande l’abandon du système Etamine, Notilus et Goelett

Communiqué du SNCS-FSU du 23 novembre 2023

Les personnels des laboratoires et des délégations du CNRS expérimentent le dysfonctionnement et la complexité des outils numériques Etamine, Notilus et Goelett depuis plus de quatre mois. Le SNCS-FSU dénonçait dès le 14 septembre 2023 le calvaire  que ce trio de logiciels fait subir à tous les personnels du CNRS. Depuis, la direction du CNRS a indiqué que les principaux dysfonctionnements auraient été résolus. Cependant, tous les personnels constatent que des dysfonctionnements persistent. Mais le plus inquiétant est certainement la complexité de l’ensemble Etamine, Notilus et Goelett. Même après des mois de familiarisation avec ces outils à travers un nombre significatif de missions, il apparaît que la complexité globale de ce système est trop importante et que son utilisation ne sera jamais assez simple pour les agents souhaitant partir en mission. Le SNCS-FSU considère que c’est la conception même du système qui est à revoir.

Le SNCS-FSU demande que le système Etamine, Notilus et Goelett soit abandonné et remplacé par un autre système plus simple, qui fonctionne et qui donne satisfaction. Ce système engendre aujourd’hui une dégradation des conditions de travail de tous les personnels des laboratoires et des délégations du CNRS, et il est évident que cela continuera.

Pour les agent·e·s souhaitant partir en mission, le constat est indiscutable : l’utilisation de ces logiciels est et restera une perte de temps significative par rapport à la situation antérieure, même dans les rares cas où ces missionnaires se seront parfaitement familiarisé·e·s avec ces outils. D’autant plus qu’il est évident que très peu d’agent·e·s pourront se familiariser avec ce système, même en partant souvent en mission, tant il est complexe et rigide.

Si le travail des agent·e·s des services de gestion pourrait, à terme, bénéficier de la dématérialisation et du report de certaines tâches vers les missionnaires, elles et ils seront beaucoup plus sollicité·e·s dans l’accompagnement de ces missionnaires. Les agents des services de gestion devront, en effet, répondre à leurs innombrables questions, incompréhensions, agacements, exaspérations, frustrations, désespoirs… L’impossibilité pour les agent·e·s des services de gestion de répondre de façon satisfaisante aux attentes de celles et ceux partant en mission est une cause importante de la dégradation des conditions de travail.

Le SNCS-FSU estime que le système Etamine, Notilus et Goelett constitue un véritable recul. Le SNCS-FSU considère que la meilleure solution est de l’abandonner et de le remplacer par un système qui simplifie les démarches pour tous les personnels et qui libère du temps pour la recherche.

Le SNCS-FSU appelle à signer et à faire signer massivement la pétition « CNRS : nouveau système de gestion des missions, on n’en peut plus ! » pour sortir de ce système insupportable et mettre fin à ce calvaire.

Le SNCS-FSU apporte tout son soutien à tou·te·s les agent·e·s confronté·e·s à ces difficultés et à ce système absurde.

Continuer la lecture

Une campagne syndicale et étudiante contre le harcèlement moral à l’ENS de Lyon

Les élu-es étudiant-es et la CGT de l’ENS de Lyon lancent une campagne publique d’information sur le harcèlement moral dans l’enseignement supérieur et la recherche. Si l’ENS en tant qu’établissement élitaire présente sans doute des spécificités, il semble malheureusement clair que l’ensemble des institution universitaires sont concernées par ce fléau, ainsi que l’a documenté Academia à de très nombreuses reprises. La rédaction d’Academia relaie donc les visuels produits pour cette campagne à l’ENS de Lyon ainsi que le commentaire qui les accompagne : 

Continuer la lecture

L’antisémitisme nous regarde : combattons-le partout, tout le temps

Une explosion d’actes antisémites

Depuis le 7 octobre, nous assistons en France et dans le monde à une multiplication terrifiante d’actes antisémites : inscriptions taguées, insultes, agressions et profanations. Le 20 octobre, à Paris, un homme a incendié la porte d’entrée d’un couple d’octogénaires sur laquelle était accrochée une mezouzah. Depuis, nombreuses sont les personnes juives en France à avoir retiré de leur porte ce symbole de protection.

Dans l’Éducation nationale, des parent·es d’élèves conseillent à leurs enfants de taire leur judéité et font part aux personnels de leur inquiétude que nos élèves de confession juive soient victimes de la haine antisémite au sein même de l’école. À l’université également, les étudiant·es juif·ves alertent sur une montée de l’antisémitisme, jusque dans les amphis, comme à Panthéon-Assas, où un enseignant a fait un salut nazi en cours et un autre a été suspendu pour avoir plaisanté sur les victimes du 7 octobre.

Regarder l’antisémitisme en face

Dans ce déferlement de haine et la cacophonie médiatique qui en résulte, avec son lot d’instrumentalisations et de récupérations, chacun·e croit connaître et reconnaître les coupables, direct·es ou indirect·es, mais personne ne regarde les victimes.

Continuer la lecture

Pas de facs poubelles, pas de facs d’élite ! Un système universitaire de qualité pour toutes et tous !

Suite à la publication de “L’UPEC en faillite” sur Academia, les membres de l’université se mobilisent pour faire valoir leur droit à un enseignement supérieur d’égale qualité sur le territoire, y compris en banlieue. Nous relayons la pétition issue de l’Assemblée Générale de l’UPEC du 3 octobre 2023, AG appelée par l’intersyndicale CFDT-CGT-FO-FSU-Sud Éducation.
Depuis décembre 2022, les mauvaises nouvelles s’accumulent : comme un quart des universités, l’Université Paris-Est Créteil (UPEC) se retrouve avec un déficit important (de l’ordre de 10 millions d’euros en 2022 et 2023) ;  au printemps 2023, la Cour des comptes pointe la mauvaise gestion de l’UPEC ; des mobilisations locales rendent visible l’insalubrité du bâtiment de la Pyramide, la fermeture de restaurants universitaires (sans solution de restauration de rechange) à l’INSPE ou encore le sous-financement et le sous-effectif du service informatique de l’UPEC.
De manière plus globale, on ne peut pas passer sous silence la destructuration des services : en effet la vision courtermiste de la direction en matière de politique de ressources humaines BIATSS a généré un turn-over récurrent et généralisé. Les problèmes psycho-sociaux sont présents comme jamais dans les services. Les agents sont de plus en plus précarisés, tant pour les contractuels qui enchainent les contrats d’un an sans pouvoir espérer une stabilisation que pour les titulaires qui ont de moins en moins de perspectives d’évolution ou de mobilité.

Communiqué de l’intersyndicale de l’ESR pour la mobilisation du 13 octobre

Alors que les conditions de rentrée sont particulièrement difficiles tant pour les personnels que pour les étudiant·es frappé·es par une pauvreté croissante, le Président de la République a multiplié les provocations, les amalgames et les propos méprisants, affirmant que les difficultés du service public de l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) ne relèvent pas d’un manque de financement mais d’une gestion inefficace ! La ministre de ESR a, dans la lignée, affirmé qu’il n’y aurait pas de “miracle” budgétaire et que les établissements, pour certains déjà exsangues, devraient puiser dans leurs fonds de roulement et inventer un nouveau « modèle économique »… et ce, avant même que le budget ne soit présenté devant le conseil des ministres.

Continuer la lecture

Communiqué de rentrée de la CGT Paris 8 : Retailleau, taille-toi !

Vendredi 8 septembre, dernier jour de la semaine de rentrée, le gouvernement choisit d’annoncer la forme que va prendre la poursuite de sa destruction méthodique de l’université pour la saison 2023–2024.

Mettre les universités financièrement toujours plus à genoux

Nous avons appris dans Le Monde1 que la sinistre Retailleau demande aux universités de puiser dans leur fonds de roulement pour financer leur fonctionnement, comme s’il s’agissait d’une cagnotte dormante et non d’une assurance permettant la gestion des imprévus. Jusqu’à récemment encore, il était conseillé aux universités de constituer un fonds de roulement leur permettant d’assurer au moins un mois de fonctionnement (salaires, factures, etc.). Cette annonce arrive dans un contexte déjà tendu budgétairement, où la plupart des universités sont mises à la peine par l’inflation et les mesures d’urgences sur les primes et le point d’indice qui, malgré leur insuffisance, ne sont pas compensés par les dotations de l’État (il s’agit pourtant de payer des fonctionnaires !). De ce fait, on observe déjà des budgets déficitaires dans certaines universités, et parfois de manière conséquente.

Nous ne sommes pas dupes, il s’agit bien d’une volonté de fragilisation fragiliser les budgets des universités, dans un seul but : mettre les universités à terre, d’une part pour les forcer à accepter l’évolution de leurs sources de financement vers toujours plus de mises en compétition (financement par projets) et de soumission aux intérêts privés, au détriment des libertés académiques et de l’indépendance de la recherche et de la formation ; et d’autre part pour casser toujours plus l’enseignement supérieur public au profit d’un juteux marché privé et au détriment de la qualité des formations.

Continuer la lecture

  1. septembre 2023, Le Monde Campus, « Le gouvernement somme les universités de mieux gérer leurs fonds et de contribuer à réduire la dette publique » article de S. Le Nevé []

Projet PLURIEL : La présidence de Lyon 2 communique mais n’informe pas ni ne convainc

Communiqué CGT Lyon 2, 17 juillet 2023

Depuis quelques semaines, les présidences de Lyon 1 et de Lyon 2 semblent engagées dans une bataille de communication et multiplient les AG à destination des personnels, pour le meilleur ou pour le pire.

Et pourtant, communiquer n’est pas informer, et encore moins convaincre : de l’aveu même de la Présidence de Lyon 2 à son CA, des discussions tripartites sont en cours avec le cabinet de la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation : hautement stratégiques, et sous la menace de voir les fonds de Shape-Med coupés, leur teneur demeure pourtant secrète.

Continuer la lecture