Paris Nanterre: relaxe des militant∙es ! Communiqué de l’UNEF

Suite à la procédure en section disciplinaire intentée par la Présidence de l’Université Paris-Nanterre (UPN) contre 8 militant·es de l’UNEF Nanterre et élu·e·s étudiant·e·s de l’UPN pour leur participation à la mobilisation et à l’occupation des sans-facs de 2021-2022.
Après 2 ans de procédure, la décision de la section disciplinaire est claire: toutes les accusations de violences ou de harcèlement, à l’encontre du personnel de l’université ou de la direction, ainsi que les accusations de troubles à l’ordre, au bon fonctionnement et à la réputation de l’établissement, sont jugées infondées, en raison de l’exercice de mandat syndical des étudiant·es. Les frais d’avocat s’élevant à près de 20 000€, le syndicat lance une cagnotte.

Les militants de l’UNEF Nanterre relaxés par la section disciplinaire!

Après 2 ans de procédures, la section disciplinaire de l’Université Gustave Eiffel (Marne-la-Vallée) vient de relaxer l’ensemble des étudiant·e·s poursuivi·e·s par la présidence de l’Université Paris-Nanterre suite à la lutte des étudiant·e·s sans-facs de l’année 2021-2022 durant laquelle le collectif des sans-facs, soutenu par l’UNEF, a occupé les bureaux du président de la fac, M. Philippe Gervais-Lambony, pour exiger des inscriptions pour ces jeunes sans affectation à l’université.

La décision de la section disciplinaire est claire : toutes les accusations de violences ou de harcèlement, à l’encontre du personnel de l’université ou de la direction, ainsi que les accusations de troubles à l’ordre, au bon fonctionnement et à la réputation de l’établissement, sont infondées. Les accusations de dégradation sont elles aussi rejetées.
Pour rappel, M. Gervais-Lambony avait obtenu le dépaysement de la procédure. Afin d’éviter que nous soyons jugé·e·s par le jury de l’Université Paris-Nanterre, craignant que celui-ci ne lui donne pas raison, le président a obtenu, avec l’accord du recteur de l’Île-de-France, que la procédure soit dépaysée dans une autre université, en l’occurrence celle de Marne-la-Vallée. Malgré cette manœuvre, que nous avons dénoncée et contestée en justice, ce jury a été lucide et n’a pas avalé les mensonges de la Présidence de Nanterre. Il s’agit d’un revers clair pour celles et ceux qui cherchent à criminaliser l’activité syndicale étudiante.
Voici quelques extraits de la décision :

Continuer la lecture

Revues en lutte : les sciences sociales contre l’extrême droite

La décision du Président de la République de dissoudre l’Assemblée nationale ouvre un risque historique de voir l’extrême droite arriver au pouvoir, conduisant le pays au bord du gouffre. Dans cette situation dramatique, nous, revues de sciences sociales, ne pouvons pas rester sans réagir, ni nous exprimer.

Le Rassemblement national n’est pas une formation politique de l’arc démocratique. Dans de nombreuses circonstances, l’extrême droite a témoigné de son hostilité pour les sciences sociales, de son mépris pour les personnels qui contribuent à produire une connaissance critique sur les sociétés et de ses engagements à contraindre les libertés académiques. Comme le documentent de nombreuses enquêtes, lorsqu’elle arrive au pouvoir, l’extrême droite réduit les libertés publiques et s’attaque violemment aux droits des minorités (femmes, minorités de genre et sexuelles, immigré·es et minorités racisées, personnes handicapées, etc.). Elle s’attaque également à la recherche en sciences sociales et à celles et ceux qui la produisent, afin de censurer les connaissances scientifiques. Les valeurs, objectifs et méthodes défendues par et dans nos revues sont incompatibles avec les pratiques et avec la vision de la société que porte le RN. Nous refusons la perspective d’une mise au pas de nos recherches, d’une caporalisation des sciences sociales et d’une censure contre les pensées critiques qui ne manqueraient pas de se produire avec un ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche d’un gouvernement RN. Dans une économie de la connaissance qui ne cesse de se paupériser, c’est notre existence même en tant que revues pluralistes qui est menacée. Nous nous joignons aux appels aux personnels de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche à se mobiliser contre l’extrême droite et à empêcher qu’elle accède au pouvoir. Nous appelons à nous rassembler autour du programme du Nouveau Front populaire qui porte des valeurs de liberté intellectuelle et scientifique auxquelles nous croyons fermement.

Les 86 revues signataires :

Continuer la lecture

Le Collège de France s’engage

Communiqué du Collège de France en faveur de l’humanisme, de la science et de l’ouverture sur l’Europe et sur le monde. 1 juillet 2024
Alors que notre pays doit élire une nouvelle Assemblée nationale, haut lieu de notre démocratie, le Collège de France appelle les citoyens et les citoyennes, les élues et les élus à un engagement renouvelé en faveur de l’humanisme, de la science et de l’ouverture sur l’Europe et sur le monde.
Dans un monde où les défis globaux tels que le changement climatique, l’effondrement des écosystèmes, les conflits armés, les pandémies et les inégalités sociales se font de plus en plus pressants, alors que se multiplient les contre-vérités et se développent diverses formes d’obscurantisme, nous souhaitons réaffirmer les valeurs humanistes que défend le Collège de France. Ce sont elles qui infusent tous les aspects de la recherche et de l’enseignement qui s’y déploient depuis 1530.
Ces valeurs impliquent un profond respect de la dignité humaine et des droits de l’Homme, de la diversité culturelle et de l’échange intellectuel, ainsi que de l’État de droit, qui seul garantit une complète liberté de pensée et d’expression. Elles incluent la conviction que l’éducation à la pensée critique, le savoir et la culture pour toutes et tous sont des piliers essentiels de la démocratie, de l’égalité et de la cohésion sociale.
Par l’étude des civilisations et des cultures les plus diverses dans le temps et dans l’espace, et la poursuite d’une recherche sans frontières de nationalité, de genre, d’orientation sexuelle ou de religion, le Collège de France continuera de lutter contre le racisme, l’antisémitisme et toute forme de discrimination. Par la promotion d’une connaissance scientifique libre, rigoureuse et désintéressée, il refusera toute instrumentalisation des sciences. Ces objectifs et les valeurs qui les sous-tendent sont et resteront intacts.

Intersyndicale de l’ESR – Augmentation des frais d’inscription pour tou·tes, Macron fait payer la facture aux étudiant·es

Lundi 3 juin 2024

Depuis des années, le sujet de la hausse des frais d’inscription universitaires revient comme un serpent de mer dans le débat public. Après avoir augmenté les frais d’inscription pour les étudiant·es étranger·es – en les multipliant par 16 – et les élèves ingénieur·es, après avoir mis en place une taxe (“impôt”) étudiante (indexée elle sur l’inflation selon la loi) qui conditionne le droit à l’inscription, la CVEC a à nouveau augmenté pour atteindre 103€ cette année (+ 12,6% d’augmentation en 6 ans), le gouvernement s’attaque désormais aux poches de tou·te·s les étudiant·es pour les faire payer.

En janvier 2022, au Congrès de France Universités (alors Conférence des Présidents d’Université), Emmanuel Macron s’exprimait sur les frais d’inscription, laissant entendre qu’en cas de réélection, il s’attaquerait à la gratuité de l’enseignement supérieur. Il disait alors : “On ne pourra pas rester durablement dans un système où l’enseignement supérieur est quasi-gratuit”.

Quelques mois après le lancement de l’Acte 2 de l’autonomie des universités, le gouvernement annonce désormais clairement la sentence pour les étudiant·es : à la rentrée prochaine, les frais d’inscription de toutes et tous seront augmentés de 2,9%.

Cette augmentation se matérialise par plus 4,93€ en licence, 7€ en master, 11,02€ en doctorat, 17,43€ en école d’ingénieur pour les étudiant·es français·es et européen·nes. Pour les étudiant·es internationaux·ales hors Europe, ce sera plus 80,33€ en licence et 109,33€ en master.

Ce gouvernement montre encore une fois son mépris pour la jeunesse, qu’il ne cesse de précariser. En l’espace de quelques mois, les factures d’électricité ont explosé pour les étudiant·es, qui ont aussi payé au prix fort l’inflation alimentaire, les loyers CROUS ont augmenté de 3,5% … Avec cette augmentation des frais d’inscription, le gouvernement sait pertinemment ce qu’il fait. En prenant appui sur le modèle anglo-saxon, qui a fini par augmenter de façon exponentielle ses frais, il entreprend de restreindre l’accès à l’enseignement supérieur pour les plus pauvres.

L’intersyndicale ESR dénonce cette augmentation des frais d’inscription et appelle la communauté universitaire à se mobiliser contre cette mesure et contre le projet de ce gouvernement concernant l’éducation et l’enseignement supérieur.

Signataires  : Union Etudiante, SNESUP-FSU, SNEP-FSU, Sup’Recherche-UNSA, UNSA ITRF-BI-O, A&I-UNSA, SUD éducation, SNUASFP FSU, UNEF, SNETAP-FSU, Sud Recherche, FO ESR, CGT-INRAE, SNCS-FSU, CFDT Education, formation et recherche publique, SNPTES-UNSA, Solidaires Etudiant.e.s, SNTRS-CGT, FSE, CGT FERC Sup, FAGE

À la porte de leur établissement, les étudiant·es et les agent·es EHESS dénoncent la fermeture administrative, le génocide et la fascisation du monde universitaire

  • Pour une réouverture du bâtiment de l’EHESS. Communiqué des étudiant·es engagé·es de la mention Études politiques, EHESS, 22 mai 2024
  • Communiqué de soutien au mouvement étudiant. de la mention Recherches comparatives en anthropologie, histoire et sociologie, 23 mai 2024
  • Master sociologie : ouvrez le bâtiment EHESS !. Communiqué du 24 mai 2025
  • Communiqué des étudiant.es du Parcours Etudes Environnementales, 24 mai 2024
  • Pétition pour la réouverture du bâtiment EHESS sur le campus Condorcet, 27 mai 2024
  • Appel au Président de la section LDH de l’EHESS, 25 mai 2024
  • Communiqué des  étudiant.es mobilisé.es des mentions philosophie sociale et politique et philosophie du langage et de l’esprit, 28 mai 2024

Pour une réouverture du bâtiment de l’EHESS
Communiqué des étudiant·es engagé·es de la mention Études politiques, EHESS, 22 mai 2024

Aujourd’hui, mercredi 22 mai, nous, étudiant·es engagé·es du master Études Politiques, avons décidé d’interrompre le déroulement habituel de notre séminaire de tronc commun. Nous  avons profité de ces deux heures de séminaire pour ouvrir un espace d’échange et de discussion suite à la décision unilatérale de la présidence de fermer le bâtiment EHESS du Campus Condorcet.

Nous dénonçons le gouvernement génocidaire israélien et sa politique coloniale qui s’exerce en Palestine. Deux mandats d’arrêt internationaux pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité ont d’ailleurs été demandés par la Cour pénale internationale il y a deux jours à l’encontre du Premier ministre Netanyahou et de son ministre de la défense Gallant.

À la lumière du mouvement étudiant internationaliste en soutien au peuple palestinien, l’assemblée générale du comité Palestine EHESS/Condorcet organisée le lundi 13 mai a voté pour une occupation ouverte du bâtiment de l’EHESS. Au cours de ces 3 jours d’occupation ouverte, le bâtiment de l’EHESS s’est mué en un véritable espace de rencontres, d’échanges, de réflexions, d’organisations collectives ; espace primordial qui manquait cruellement au sein du Campus Condorcet.

Dans un contexte français de fascisation et de silence du monde académique, il est de notre devoir en tant qu’étudiant.e-chercheur.euse.s en sciences sociales de décoloniser les savoirs académiques traditionnels et de dénoncer toute forme de répression – institutionnelle et policière – à l’œuvre dans nos lieux d’études.

Nous dénonçons et nous condamnons donc les fichages des étudiant·es par des personnels de direction de l’EHESS, les incursions policières en civil et les interventions violentes de la Gendarmerie mobile et de la Brigade Anti-Criminalité ayant eu lieu durant l’occupation ouverte.

Continuer la lecture

Soutien à la liberté d’expression et de mobilisation des étudiant·es. Motions et communiqués

Plusieurs collectifs se sont exprimés en faveur de la mobilisation et de la liberté d’expression des étudiant·es. Nous les recensons ci-dessous.

Communiqué du medialab, 25 avril 2024

Dans la nuit du mercredi 24 avril, la direction de Sciences Po a fait intervenir les forces de police pour déloger les étudiant·es rassemblé·es en solidarité avec la Palestine. L’intrusion de la police, ainsi que le recours croissant aux convocations d’étudiant·es dans le cadre de commissions disciplinaires, marquent de dangereux précédents dans la vie de notre institution. Répondre par la force à une mobilisation pacifique de nos étudiant·es est en dissonance avec les valeurs universitaires, et fait courir des risques disproportionnés à l’intégrité de nos étudiant·es.

Continuer la lecture

Santé au travail dans la fonction publique : la faire revenir « par la porte ou par la fenêtre »

Tribune des Assises Santé-Travail. Paris, 13 mars 2024. Crédit: Patrice Raveneau

  • par Jennifer Bellay, Christine Eisenbeis, Gwenaëlle Fabre, Lorena Klein, Christelle Rabier, représentantes des personnels en Formation spécialisée Santé-Sécurité-Conditions de travail et actrices des Assises Santé-Travail

Les Assises de la santé et sécurité des travailleurs et travailleuses des 13 et 14 mars 2024 ont réuni 500 participants et participantes, rassemblées autour de préoccupations partagées, souvent invisibles dans nos organisations syndicales. À l’instar des «intersyndicales femmes», un réseau de réflexion et d’entraide autour des syndicats CGT-FSU-Solidaires, associations, équipes de recherche, médecine du travail, inspection du travail, avocat∙es, etc. est appelé à devenir un collectif de soutien militant, juridique et technique aux nombreuses luttes en cours. Préparant la journée mondiale du 28 avril de la santé et sécurité au travail initiée par l’Organisation internationale du travail (OIT), cette première édition des Assises portait prioritairement sur les accidents au travail1. Les agents publics — et surtout les agentes — étaient très représentés. En conclusion des Assises, les secrétaires confédéraux, Sophie Binet en tête, ont souligné que l’état de la santé au travail dans la fonction publique dépassait la situation scandaleuse de France Télécom en 2006-2011. Les conditions de travail dans la fonction publique et leurs effets sur la santé des personnels sont désormais devenus une question majeure qu’il nous faut faire entrer, dans le débat public et dans chacune de nos administrations, « par la porte ou par la fenêtre ».

Affiche du film documentaire Par la fenêtre ou la porte, par Jean-Pierre Bloc, 2023

Depuis 20062, en effet, la fonction publique connaît un plan social de grande ampleur, même s’il ne dit pas son nom3. Des décennies d’attaques et de maltraitance institutionnelle ont donné lieu à des dé/ré-organisations du travail qui ne semblent pas connaître de fin. Trop de directions se refusent à mettre en débat ces transformations alors qu’elles affectent profondément la santé des agent·es.

Continuer la lecture

  1. Matthieu Lépine brise le silence sur la mort au travail“, par Clémentine Goldszal, Le Monde, 9 mars 2023; “Les morts au travail, une hécatombe silencieuse en France“, par Jules Thomas, Le Monde, 6 février 2024. []
  2. La LOLF (Loi organique relative aux lois de finances) s’applique en 2006 à l’administration, avec la Révision générale des politiques publiques (RGPP) en 2007. []
  3. Sur Academia, Magali Nachtergael, De la stratégie du boa constrictor à l’université : le plan social que nous refusons de voir, 9 mars 2022. []

École polytechnique : lettre ouverte pour un tournant écologique et social

Le 6 avril 2024, 590 personnes liées à l’École polytechnique ont adressé à la direction et au Conseil d’administration de l’établissement une lettre appelant à une prise en compte sincère et profonde des enjeux sociaux et écologiques actuels. Nous publions ici ce texte en intégralité.

Le 6 avril 2024, les membres de l’équipe de direction de l’École polytechnique, mais aussi les autres membres du Comité exécutif et du Conseil d’administration ont reçu un message inattendu, avec une lettre ouverte en pièce jointe. Rédigé par un collectif réunissant 590 élèves, ancien·nes élèves, chercheurs et chercheuses, enseignant·es et personnels, ce courrier demande à l’École polytechnique, et à toutes les personnes prenant part aux décisions stratégiques, de faire des questions sociales et environnementales une “colonne vertébrale”, un élément structurant dans leur réflexion et leur action.

Insistant sur l’objet social d’intérêt général de l’École polytechnique, sur ses leviers d’action importants et sur sa responsabilité comme école d’ingénieur·es historique et reconnue, les signataires formulent de revendications concrètes, parmi lesquelles :

  • l’adaptation de l’enseignement et de l’aménagement du campus,
  • l’arrêt des relations avec les entreprises les plus polluantes,
  • et la transparence sur les relations avec des partenaires privés.

Nous publions ci-dessous le contenu de cette lettre ouverte, dont le document original (avec les notes de bas de page) peut être lu ici.

Un article paru dans Libération le 12 avril nous apprend que ce document a fait l’objet d’une discussion lors du Comité exécutif de l’École polytechnique le 8 avril.

Le collectif “Polytechnique n’est pas à vendre” soutient les revendications des signataires de ce texte, et appelle la direction de l’École polytechnique à se saisir sincèrement des questions soulevées.


L’ÉCOLE POLYTECHNIQUE DOIT SE TRANSFORMER EN PROFONDEUR POUR AGIR EN VUE D’UNE SOCIÉTÉ JUSTE ET RESPECTUEUSE DE L’ENVIRONNEMENT

Lettre ouverte aux membres du comité exécutif et du conseil d’administration de l’École polytechnique, au nom des 590 élèves, alumni, et personnel·les scientifiques de l’École signataires.

Madame, Monsieur,

La catastrophe écologique en cours nous impose de repenser en profondeur l’École polytechnique, sa formation et sa recherche. De nombreux·ses étudiant·es, chercheur·euses et membres de la direction se sont déjà engagé·es dans une réflexion profonde sur ces sujets. Nous appelons les membres du conseil d’administration et de la direction de l’École à soutenir ces efforts pour formuler une proposition ambitieuse visant à la restructuration de nos formations et de nos recherches.

Les rapports successifs du GIEC sur la crise climatique et de l’IPBES sur l’effondrement
de la biodiversité sont de plus en plus explicites. Nous devons changer radicalement, et le plus rapidement possible, nos modes de vie pour préserver les conditions d’une vie soutenable sur Terre et rendre notre société plus juste.

La direction de l’École s’est engagée à agir pour les « transitions sociétales et
écologiques » : il est nécessaire de multiplier les efforts dans cette direction, et de montrer que l’École peut se transformer radicalement pour être à la hauteur de ces enjeux.

UN TOURNANT À PRENDRE POUR L’ÉCOLE POLYTECHNIQUE

L’identité de l’École polytechnique a été fondée comme une réponse aux grands défis
d’intérêt général. À ce titre, les questions sociales et environnementales doivent devenir la colonne vertébrale de l’École pour les années à venir, aussi bien au niveau des formations que de la recherche.

L’École doit devenir porte-parole des centaines de milliers de scientifiques qui alertent depuis des décennies sur la dangerosité de notre trajectoire. Elle doit embrasser l’appel de Klaus Hasselmann, prix Nobel de physique en 2021, à « agir très vite et sans délai en faveur des générations futures » et répondre au désespoir de Jean Jouzel face à la persistance du climatoscepticisme et à l’inertie des décideurs : « J’ai décrit les choses telles qu’elles sont face à un parterre de chefs d’entreprise, et j’ai reçu un accueil glacial. »

L’École a à cœur de dispenser une formation scientifique pluridisciplinaire, et c’est une grande force. Elle a donc les moyens de construire une pensée systémique. C’est une pluralité d’approches, sociologiques, économiques, biologiques, physiques, géologiques, mathématiques, historiques, culturelles et philosophiques, qui permet de comprendre le monde. L’École a la capacité d’enseigner à penser hors du cadre plutôt qu’à reproduire les schémas extractifs, productifs et techno-solutionnistes qui ont mené à la catastrophe environnementale et sociale actuelle. Elle doit se donner l’ambition de former des esprits capables d’identifier et réduire les impacts des activités humaines, pour respecter les limites physiques et biologiques de la planète.

Les efforts fournis pour insérer les défis socio-écologiques dans les cursus académiques et dans les thématiques de recherches doivent s’accompagner d’un questionnement plus général sur le système dans lequel l’École s’inscrit. Comment la recherche est-elle orientée ? Doit-on poursuivre la course à la renommée auprès des grands groupes ? Quel est le sens des classements internationaux qui ne mettent pas au premier plan la qualité et la pertinence de l’enseignement ? Pour que l’École serve véritablement l’intérêt général, ces paramètres doivent être remis en question.

Proposer une autre direction demande beaucoup de courage, mais la complexité du
changement ne peut pas justifier le statu quo. Nous pouvons faire le choix de penser un nouveau monde pour les générations actuelles et à venir.

DES ACTIONS DE L’ÉCOLE À LIER AVEC SES ENGAGEMENTS ÉCOLOGIQUES

Pour assurer sa crédibilité et sa renommée, l’École doit mettre en cohérence ses engagements et ses actions. A ce titre, la mise en place prochaine d’un cours sur les questions environnementales va dans une bonne direction, et nous l’encourageons. Espérons que la création de ce cours permettra d’initier des réflexions à long terme, et que de telles initiatives se multiplieront.

Cependant, l’École continue d’accepter des partenariats avec des entreprises dénoncées par les scientifiques pour leurs activités néfastes, fonctionnant sur un modèle extractiviste et perpétuant la domination des pays développés. Nous ne pensons pas que ces partenariats permettront de rendre ces entreprises plus vertueuses tant que la fonction principale de celles-ci demeure l’accumulation de richesses. Assurons-nous donc de les choisir en phase avec nos valeurs.

Citons en particulier TotalEnergies, dont le président-directeur général siège au conseil d’administration de l’École, bien qu’il s’agisse d’une multinationale connue pour ses multiples « bombes carbone ». Ces projets d’extraction de combustibles fossiles, dont
les émissions potentielles dépassent le milliard de tonnes de CO2, sont contraires aux
recommandations du GIEC ou de l’Agence internationale de l’énergie. Mentionnons
également BNP Paribas et le Crédit Agricole, dans le top 10 mondial des financeurs de ces « bombes carbone ».

Ces entreprises justifient ces projets par la nécessité, entre autres, de financer les énergies alternatives avec les revenus des énergies fossiles. Cependant, de nombreux scientifiques et ONG pointent l’absence de mesures crédibles pour évoluer vers un modèle durable, voire une tendance à freiner le changement. En l’état, leur trajectoire est incompatible avec les engagements internationaux de l’État français. Certaines de ces entreprises sont même dénoncées pour leur communication volontairement trompeuse sur leurs engagements.

NOS DEMANDES POUR UNE TRANSFORMATION DE L’ÉCOLE POLYTECHNIQUE

Pour être en cohérence avec l’ambition que l’École polytechnique doit se donner, il est nécessaire qu’elle se transforme en profondeur. Certaines mesures mises en place par l’École vont dans la bonne direction (plan climat, évolution de la formation des étudiant·es, formation du personnel administratif), et ces efforts doivent être poursuivis et intensifiés au regard des transformations à mener. Si un changement général de paradigme est nécessaire, avec une volonté étatique forte, l’École polytechnique garde tout de même un fort pouvoir qu’elle peut utiliser pour montrer que la transformation est possible.

Les premières mesures que nous souhaitons voir mises en place par l’École en cette année 2024 sont les suivantes :

1. Transformation de l’enseignement. Former à penser le changement au-delà de la seule perspective de l’innovation technologique. À plus court terme, inclure systématiquement des espaces de discussion, de débats informels et aborder des questionnements éthiques, politiques et écologiques avec des intervenant·es extérieur·es critiques et s’interroger sur le sens et la finalité de chaque enseignement.

2. Arrêt des relations avec les entreprises impliquées dans des « bombes carbone » : TotalEnergies, BNP Paribas, Crédit Agricole, Société Générale, Amundi. Exclure du conseil d’administration tous les membres issus de ces entreprises. L’École doit donner un calendrier pour la fin de ces partenariats.

3. Transparence complète sur les partenariats de l’École avec les entreprises et les personnes privées. L’École doit rendre publique chaque année la liste des partenariats établis avec les entreprises et les personnes privées en détaillant les financements accordés, les contreparties, les engagements pris et la gouvernance associée. De nouveaux partenariats ne doivent pas être conclus avec des entreprises qui ne souhaiteraient pas voir ces informations diffusées. Mettre en place des mécanismes de prévention des conflits d’intérêt (notamment, rendre publiques les déclarations d’intérêts des membres de la direction et du conseil d’administration).

4. Formation obligatoire aux enjeux écologiques des membres du conseil d’administration, de même que les enseignant·es, chercheur·euses et services avant la fin 2024.

5. Aménagement du campus en cohérence avec l’objectif défini par la loi de zéro artificialisation nette des sols. Tout projet d’aménagement ou de cession d’un terrain à une entreprise privée doit être décidé de manière démocratique. Les rénovations et nouvelles constructions doivent viser en premier lieu la sobriété, tant dans la définition des besoins que dans les matériaux utilisés et l’énergie consommée (construction et utilisation des bâtiments).

La mise en place de ces propositions devra intégrer pleinement les élèves, les enseignant·es, les chercheur·euses et les personnel·les de l’École. Nous sommes prêt·es à être acteurs et actrices du changement aux côtés de la direction.

Respectueusement,

Élèves, alumni, enseignant·es et chercheur·euses signataires

À Lyon, la présidence de l’université Claude Bernard lance son EPE en solo

Communiqué des organisations syndicales CGT FERC des établissements de l’ESR du site Lyon – Saint-Étienne, le 22 février 2024

Chères et chers collègues,

Nous avons découvert par la presse (ici, ou encore ici) que l’Université Lyon 1 a adressé une proposition aux différents établissements du site lyonnais et stéphanois concernant la création d’un EPE (Établissement Public Expérimental) qui a pour ambition “d’initier une structuration cohérente du site Lyon – Saint-Etienne”. (Vous pouvez retrouver les expressions de nos camarades de Lyon 1 sur leur site.)

Nous apprenons avec consternation que la présidence de Lyon 1 refuse de communiquer cette proposition aux représentant·es des personnels de l’université. Celle-ci a néanmoins été présentée au CA de l’Université Lyon 2 du 26 janvier et est annexée à l’acte 2024-01 “Projet PLURIEL 2024” (présent dans les délibérations). La réponse de la présidence de Lyon 2 (en annexe également de l’acte précédent) – avec laquelle Lyon 1 s’était engagée sur le projet PLURIEL2024 – a également retenu toute notre attention.

Après le naufrage du paquebot IDEX, puis le mariage avorté de Lyon 1 et Lyon 2, nous nous inquiétons à présent que Lyon 1 construise seule et de manière autoritaire une structure non démocratique à laquelle les autres établissements du site seraient probablement contraints de se raccrocher à plus ou moins court terme.

En outre, le calendrier très serré pour ce nouveau projet, avec une création d’EPE prévue pour janvier 2025, semble être taillé sur mesure pour satisfaire les ambitions carriéristes des présidents de Lyon 1 : la création d’un EPE leur permettrait en effet d’effectuer un nouveau mandat, leur second et dernier se terminant cette année.

Par ailleurs, ce projet risque d’avoir des effets calamiteux sur les conditions de travail et d’études de tout le monde au sein du site (nous vous invitons à écouter à ce sujet l’intervention de Corinne Eyraud, sociologue spécialiste du monde universitaire, dans une conférence à Lyon 2, ou à prendre connaissance de l’état déplorable de la vie démocratique dans d’autres EPE, par exemple à Paris-Saclay).

Nous, organisations CGT de l’enseignement supérieur du site Lyon – Saint-Étienne, appelons les présidences ou directions de nos établissements à nous informer en toute transparence des tractations en cours. Nous les appelons également à s’opposer aux volontés hégémoniques de la présidence de Lyon 1, qui piétinent la démocratie universitaire et sociale. Nous ne voulons pas d’un projet qui dégraderait davantage les conditions de travail de l’ensemble des personnels des établissements universitaires lyonnais et stéphanois, et qui se ferait dans leur dos. Nous veillerons à ce que les élu.es CGT demandent des comptes à leur présidence dans toutes les instances.

Libertés universitaires en danger. Une conférence sur le droit international en Palestine interdite par l’Université Lyon 2

Le syndicat Solidaires étudiant-es Lyon a fait parvenir à la rédaction d’Académia l’article ci-dessous, suite à la double interdiction – l’une décidée par la présidente de l’université Lyon 2, l’autre par la préfète du Rhône – de la conférence que ce syndicat entendait organiser avec le collectif Palestine69 dans les locaux de l’université, puis à la Bourse du travail.

Outre les enjeux importants en termes de libertés universitaires que le communiqué retranscrit bien, on notera la formule particulièrement inquiétante pour la liberté d’expression employée par la préfète dans son arrêté, pour qui “la conférence ‘Gaza. Crimes de guerre, crimes contre l’humanité, génocide ? Israël au tribunal !’ organisée le 1er février 2024 à la Bourse du Travail à Lyon 03 constitue, par son objet même, un trouble à l’ordre public“.

Le 1er février 2024, le syndicat Solidaires étudiant-es Lyon et le collectif Palestine69 organisaient une conférence visant à informer la communauté universitaire de Lyon sur les décisions juridictionnelles rendues en droit international concernant la situation actuelle en Palestine. Celle-ci devait se tenir à l’Université Lumière – Lyon 2. Cette conférence devait être animée par Maitre Gilles Devers, avocat au barreau de Lyon et spécialiste du droit international, qui a déposé la plainte contre Israël pour génocide et crimes de guerre devant la Cour Pénale Internationale avec plus de 500 avocat-es.

Malgré de nombreux échanges entre le syndicat et l’Université en amont de la conférence, cette dernière a été annulée par la présidence le 30 janvier dernier « pour des raisons de sécurité ».

Cette annulation, en réalité une interdiction, a été faite à la demande de la préfecture, suite à une campagne de dénigrement menée par le CRIF, d’interventions du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes et du Rassemblement national de la jeunesse (RNJ) du Rhône. 

A l’heure où la Cour Internationale de Justice, devant un risque sérieux de crime de génocide, demande à l’État d’Israël de « suspendre immédiatement ses opérations militaires à et contre Gaza », cette interdiction est une nouvelle atteinte aux libertés universitaires. Qu’une université cède au chantage de personnalités politiques et de la préfecture est très préoccupant.

Les universités sont des lieux de production de savoirs et doivent demeurer des lieux de libre expression sur tous les sujets, y compris la situation au Proche-Orient. Il ne revient ni aux élu-es politiques, ni à l’autorité préfectorale de définir, directement ou par le biais d’interdictions, ce qui peut ou non être débattu, exposé ou enseigné, dans le respect de la loi, dans les enceintes universitaires ou par les universitaires.

Ces pressions ne sont pas nouvelles, l’offensive de Laurent Wauquiez qui affirme que «  le maintien de cette conférence dans l’enceinte de votre établissement aurait tout d’une provocation » s’inscrit dans une longue lignée d’attaques des libertés universitaires de la part du président de la Région Auvergne Rhône-Alpes, telles que la suspension des financements de l’IEP Grenoble en 2021, et n’est pas sans rappeler la campagne contre « l’islamo-gauchisme » de Frédérique Vidal. 

Aujourd’hui, ce sont les libertés d’expression sur la Palestine qui sont le fruit de nombreuses attaques (lire notamment le manifeste du Comité pour la liberté d’expression scientifique et d’action de solidarité académique avec la Palestine), mais ce ne sont ni les premières ni les dernières, en réalité, c’est l’indépendance même de l’Université qui est attaquée.

C’est pourquoi nous avons décidé de contester la décision au tribunal administratif en déposant un référé auprès du Tribunal administratif de Lyon le 30 janvier 2024.

Continuer la lecture

Violences sexistes et sexuelles à l’Ens de Lyon : démission de la direction de Ciri

Tract en version .pdf

Sur Academia