Police sur les campus français : communiqués et motions de soutien aux étudiant-es


Communiqué de la délégation intersyndicale de l’AG des personnels du Campus Condorcet du 24 janvier 2023

Avant-hier, 24 janvier 2023, une assemblée générale des personnels et étudiant·es des établissements du Campus Condorcet a rassemblé une centaine de personnes au Centre des Colloques, entre 11h30 et 14h. Avant même le début de la réunion, un important dispositif policier avait été déployé autour du bâtiment, mais également dans le hall.

Crédit: Révolution permanente, janvier 2023

Nous avons discuté de la réforme des retraites ainsi que des conditions de travail et d’études au Campus Condorcet. Plusieurs groupes se sont constitués afin d’organiser une présence visible des salarié·es et des étudiant·es du Campus à la manifestation unitaire du 31 janvier, et de construire la mobilisation (communication/caisse de grève/mobilisation interprofessionnelle avec les salarié·es du secteur).

Continuer la lecture

Contre le recours à la violence dans les établissements d’enseignement supérieur et de recherche. Communiqué de la FERC CGT

COMMUNIQUÉ de la Fédération Éducation Recherche Culture – CGT

Le jeudi 19 janvier 2023, plus de 2 millions de personnes ont manifesté dans le calme pour protester contre le projet de casse de nos retraites par le gouvernement Macron – Borne. La jeunesse participait à cette déferlante au côté des travailleur·ses, et continue à se mobiliser dans les lycées et les universités.

En réponse à cette mobilisation légitime de la jeunesse, le pouvoir semble vouloir répondre par la violence : à l’université de Strasbourg, une Assemblée générale étudiante réunie après la manifestation du 19 a été expulsée par les CRS à la demande du Président de l’université. Sur le campus Condorcet à Paris, après une Assemblée générale étudiante réunie le lundi 23 janvier, une trentaine d’étudiant·es décident d’occuper un espace de réunion. Le président du campus Condorcet appelle immédiatement la police, conduisant à une intervention dans les locaux et à l’interpellation des étudiant·es, placé·es en garde à vue pendant vingt-deux longues heures émaillées de violences, d’insultes et de menaces contre plusieurs d’entre elles et eux.

La FERC CGT condamne avec la plus grande fermeté ces recours à la violence à l’initiative des chef·fes d’établissements en violation des franchises universitaires, garanties séculaires des libertés d’expression et de mobilisation au sein des universités. Elle appelle la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche et les chef·fes d’établissements à veiller au respect des libertés fondamentales, et à préférer la discussion plutôt que le recours à une violence aveugle face à cette mobilisation massive.

La FERC CGT soutient la mobilisation de la jeunesse pour défendre sa retraite, en lien avec tou·tes les travailleur·ses, et selon les modalités qu’elle aura décidées elle-même avec ses organisations.

Elle appelle les personnels et les étudiant·es à continuer d’amplifier le mouvement pour défendre nos retraites, tous et toutes ensemble, afin de faire du mardi 31 janvier une journée encore plus puissante que le 19.

Montreuil le 27 janvier 2023

Continuer la lecture

Nantes Université. Menace de démissions à la Faculté de droit et science politique

Communiqué de presse

Face au sousencadrement manifeste de la faculté de droit et sciences politiques de Nantes (pour rappel, il manque 200 personnels pour atteindre le taux moyen de Nantes Université ou le taux moyen national) et malgré les risques psychosociaux déjà avérés que cette situation emporte, aucune réponse à la mesure des enjeux n’a été apportée ni par la présidence de Nantes Université, ni par le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche.
Non seulement les alertes lancées sont restées lettres mortes mais encore la mesure de sauvegarde adoptée à contrecœur par la faculté de réduire les capacités d’accueil a été rejetée par les instances de Nantes Université et le Ministère. En conséquence, une majorité des responsables de formation, de la 1ère année licence à la 2e année de master, ont pris la décision de démissionner de leur responsabilité s’il n’était pas répondu formellement et favorablement aux demandes formulées dans un courrier adressé (reproduit cidessous) à Madame la Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche et Madame la Présidente de Nantes Université avant la fin février.
Le bureau de l’Assemblée générale des personnels de la Faculté de droit de Nantes

Courrier à Madame La Ministre et Madame la Présidente de NU


Bureau de lAG des personnels

de la Faculté de droit et des sciences politiques de Nantes

Faculté de droit et des sciences politiques

Chemin de la CensiveDuTertre

BP 81307

44313 NANTES CEDEX 3

Madame la Ministre de l’Enseignement supérieur,
de la recherche et de l’innovation

21 rue Descartes

75231 Paris Cedex 05,

Madame la Présidente de Nantes Université
1 Quai de Tourville

44035 Nantes Cedex 1

Nantes, Lundi 23 janvier 2023

Objet : Plan de redressement de la Faculté de Droit et des Sciences politiques de Nantes


Madame la Ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation,

Madame la Présidente de Nantes Université,

Voici plus d’un an qu’a été sonnée l’alerte pour danger grave et imminent concernant la santé du personnel de la faculté de droit et des sciences politiques de Nantes adressée le 3 décembre 2021 au CHSCT de Nantes Université. Les raisons, qui ont été rappelées dans la tribune publiée dans Le Monde du 16 septembre, en sont notamment que ses personnels doivent assurer leurs missions avec des effectifs trois fois inférieurs à la moyenne nationale et à ceux de l’établissement tout en subissant une augmentation exponentielle de contraintes administratives toutes plus chronophages les unes que les autres (Parcoursup, sélection en master, développement de l’alternance et de la formation continue, augmentation des effectifs étudiants, multiplication des instances de délibérations, développement du reporting, appels à projet, mise en place de conseils de perfectionnement, VAE, etc.). Les impacts de
ce sousfinancement chronique sur l’état de santé physique et mentale de nombreux personnels ont été étudiés collectivement longuement et sérieusement documentés.

En dépit de la gravité des signaux émis, aucune réponse n’a été formellement apportée si ce n’est le refus catégorique de la mesure de sauvegarde adoptée par la faculté de réduire ses capacités d’accueil.

Continuer la lecture

Lettre de soutien à la demande de protection fonctionnelle concernant Samuel Legris, doctorant de l’UPPA

Samuel Legris, doctorant contractuel à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour où il est élu au Conseil d’administration, a fait l’objet d’une interpellation dans le cadre de son terrain de recherche. Ayant demandé la protection fonctionnelle, la présidence a indiqué oralement la lui refuser, avant de revenir sur ses propos, à la suite de la grande médiatisation de l’affaire. Nous publions ci-dessous le communiqué commun des associations de science politique.

N’hésitez pas à lui manifester votre soutien, en signant la tribune ou en cotisant à la cagnotte.


Association Française de Sociologie
Association Française de Science
Politique
Association Nationale des Candidat.e.s aux Métiers de la Science Politique

M. Laurent Bordes
Président de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Avenue de l’Université BP 576

64012 Pau Cedex

Lundi 16 janvier 2023

Monsieur le Président de l’Université de Pau et Pays de l’Adour,

Nous avons été informés de la situation de M. Samuel Legris, doctorant en sociologie sous la codirection de Mme Stéphanie Dechézelles, Professeure des universités de sociologie et de M. Jeremy Ward, Chargé de recherche INSERM.
Dans le cadre de sa thèse intitulée «
Une sociologie des mouvements populaires contemporains : les mobilisations antipass en France », M. Legris est amené à collecter des données ethnographiques au moyen d’entretiens et d’observations participantes à des actions collectives. Le 10 décembre 2022, il s’est rendu avec un ordre de mission indiquant qu’il faisait du covoiturage, à la manifestation « contre
la vie chère
» de Montpellier avec trois personnes Gilets jaunes mobilisées sur son terrain de recherche. Il a été interpellé, ainsi que les trois passagers du véhicule, alors qu’ils quittaient un parking pour se rendre à Montpellier puis il a été placé en garde à vue pour vingtquatreheures, nonobstant la présentation d’un ordre de mission dans les heures qui ont suivi l’interpellation.

Continuer la lecture

Collecte pour le collectif des PrécairESR

Update 23/1/2023

L’inter-collectif des précaires de l’ESR continue son travail d’organisation et coordination. Le coup d’envoi réussi du mouvement social contre la réforme des retraites rend encore plus urgent pour nous l’organisation des rencontres des collectifs en présentiel pour gagner en efficacité. Les discussions d’organisation sont en cours, la date n’est pas arrêtée, mais il serait sans doute pertinent de tenir cette rencontre en février ou début mars au plus tard.

Précisions au sujet de la caisse de mobilisation – 23 janvier 2023

Nous voulions apporter des précisions au sujet de la caisse de mobilisation que nous avons récemment diffusée à l’aide d’Academia et Université Ouverte.

Le Discord “Coordination des précaires de l’ESR et de leurs collectifs” a été fondé en septembre 2022. Il rassemble à l’heure actuelle plus de 200 précaires de l’ESR issu·es d’une cinquantaine d’établissements d’enseignement supérieur et de recherche. Les précaires de Pau, Toulouse, P13, Aix-Marseille, Saclay, Grenoble, Nantes et P1 y ont des salons. Ont également participé à des réunions du Discord des précaires de P8, de Condorcet, de Montpellier, de l’INRAE, de Sorbonne Université,  de Bordeaux, de Paris-Cité, de Dicensus (Strasbourg), de la CJC et, jusqu’à une date récente, de l’ANCMSP. Les syndiqué·es sont minoritaires, mais tout l’arc syndical de gauche est représenté. Les réunions sont diffusées dans et en-dehors du Discord, via des événements Facebook notamment, mais aussi des post Twitter et des mails sur la liste mail ecprecaires_national@lists.riseup.net. Les comptes-rendus sont disponibles sur le Discord.
L’idée d’une caisse de mobilisation s’est imposée pour permettre l’organisation d’une rencontre nationale en présentiel des collectifs de précaires de l’ESR. Le but premier et actuel et, pour le moment,  modeste de la caisse de mobilisation est de pouvoir proposer aux précaires qui ne pourraient se financer autrement de leur payer les billets de train pour qu’ils et elles puissent se rendre à cette rencontre des collectifs. Au cours de cette rencontre devront être établis des mandats plus détaillés sur la gestion de cette caisse et les autres usages envisagés.

Pour les précaires réuni·es sur le Discord

Grâce à vous, nous avons déjà récolté 900 euros environ.

Entre syndicats étudiants et les syndicats de travailleur·ses, les collectifs de précaires de l’ESR font structurellement figure de parents pauvres : nos possibilités d’auto-financement, première condition nécessaire de l’autonomie politique, sont très limitées. C’est pourquoi l’inter-collectif des précaires de l’ESR lance une caisse de mobilisation :

Son premier usage sera de financer les frais de déplacement des membres des collectifs ne pouvant trouver d’autres apports de fonds pour se rendre à cette rencontre des collectifs de précaires. Mais elle pourra aussi servir à financer l’impression de tracts et affiches et la production de banderoles ; constituer le début d’une caisse de grève, tout particulièrement pour pouvoir compenser les pertes de salaires des vacataires d’enseignement, toujours payé·es à la tâche, …

Nous garantissons la transparence totale sur l’utilisation des fonds récoltés, en publiant régulièrement des bilans. Le véhicule envisagé est l’association Folia, que les précaires membres du comité national de coordination des Facs et Labos en Lutte ont utilisé au cours du premier confinement pour rassembler des fonds destinés aux travailleur·ses précaires de l’ESR et aux étudiant·es en difficulté, à hauteur, en fin de période, de plus de 28 000 euros de dons.

Les collègues qui le peuvent et qui souhaitent soutenir l’auto-organisation des collectifs de précaires sont donc invité·es à réaliser des dons, ponctuels ou mensuels, à la caisse de mobilisation de l’inter-collectif, ainsi qu’à la diffuser autour d’elles et eux.

Epreuve de force budgétaire entre le MESRI et l’Université Paul-Valéry, qui supprime ses capacités d’accueil pour 2024

Comme beaucoup d’universités, l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 est dans une situation budgétaire de plus en plus intenable. Pour l’année 2023, elle vient de voter un budget en déficit de 11,3 millions d’euros, tout en maintenant une campagne d’emploi ambitieuse. En effet, il s’agit d’une des universités les plus sous-dotées en terme d’encadrement. Les embauches prévues apparaissent donc comme un rattrapage urgent et nécessaire.

C’est dans ce contexte que le syndicat étudiant SCUM (Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier), nouvellement majoritaire au sein de la représentation étudiante de cette université, a fait voter le 10/01/2023 en CFVU (Commission Formation et Vie Universitaire) une mesure inédite : l’université Paul-Valéry refuse de voter les capacités d’accueil en Licence et Master tant que le MESRI n’aura pas alloué une dotation budgétaire à hauteur des besoins de l’établissement.


Victoire historique obtenue par le SCUM en France : l’Université Paul-Valéry vote la fin de la sélection

Ce mardi 10 janvier 2023 avait lieu le premier Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire (CEVU) de l’Université Paul-Valéry pour la nouvelle mandature 2023-2024. Depuis les dernières élections étudiantes de novembre, grâce au score de 56%, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) est majoritaire parmi la représentation étudiante au sein de cette instance, qui prend les décisions relatives à la scolarité, aux examens et à la sélection en Licence et en Master.

Aujourd’hui, nous avons obtenu une victoire historique. Au terme d’une séance du CEVU qui a duré plus de 4h, et avec 15 voix pour, 6 voix contre et 3 abstentions, la motion soumise au vote par les élues et élus du SCUM a été adoptée, elle supprime de fait toute forme de sélection à l’entrée en Licence et à l’entrée en Master pour la rentrée de septembre 2024 dans les termes suivants :

« Le Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire (CEVU) de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, réuni ce mardi 10 janvier 2023, décide de ne pas fixer de capacités d’accueil en Licence et Master pour l’année universitaire 2024-2025.

Aux côtés de l’ensemble des personnels, des enseignantes, des enseignants, des étudiantes et des étudiants, nous considérons que la pénurie budgétaire qui frappe l’ensemble des universités ne peut pas être combattue en acceptant de sélectionner les étudiantes et étudiants. Bien au contraire, elle ne peut se combattre qu’en réaffirmant le droit inaliénable à étudier pour toutes et tous.

Nous refusons aujourd’hui de voter des capacités d’accueil au sein de notre université tant que le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MESR) refusera d’attribuer à notre établissement une dotation budgétaire pérenne à la hauteur de nos besoins.

Nous appelons l’ensemble des universités, de leurs personnels et de leurs présidences à nous rejoindre dans cette démarche. »

Le vote de la motion du SCUM n’est pas symbolique, il engage l’université Paul-Valéry Montpellier 3 à ne pas définir de limites du nombre de places en Licence et Master pour l’année universitaire 2024-2025, et supprime donc, pour l’instant, la sélection sociale pour la rentrée 2024.

La sélection à l’université accroît les inégalités sociales et plonge directement les étudiantes et étudiants refusés de l’université dans une violente précarité, avec perte de bourses et de logement étudiant. Cette situation s’ajoute au fait de priver ces étudiantes et étudiants de la possibilité de préparer un diplôme, dans un contexte de précarisation accrue du marché du travail.
Le combat contre la sélection est l’un des principaux que le SCUM mène depuis des années. Chaque année, nous faisons inscrire des dizaines d’étudiantes et d’étudiants “sans-fac” suite à des mobilisations victorieuses. Pour cette année 2022-2023, notre lutte a permis d’en inscrire près de 84%, un chiffre qui est en constante augmentation d’année en année.

Si désormais à l’université Paul-Valéry la sélection est pour l’instant refusée, il ne s’agit que d’une bataille de remportée, mais la guerre n’est pas gagnée pour autant. Il est probable que le Ministère de l’Enseignement Supérieur tente de contraindre juridiquement l’université à violer ses propres décisions. C’est pour cela que notre motion votée aujourd’hui demande à toutes les universités de prendre une mesure similaire, afin de contraindre le gouvernement à financer les établissements à hauteur des besoins en termes de places et de postes.

Aujourd’hui, en faisant voter cette décision historique, nous sommes fiers d’avoir fait de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 un symbole d’espoir pour toutes les autres universités. Un symbole d’espoir pour tous les étudiants qui veulent pouvoir effectuer leurs études et les continuer, et un symbole de lutte contre le gouvernement au vu de la bataille contre Parcoursup Master qui s’annonce. Cette décision votée par les étudiants, personnels et enseignants de l’université Paul-Valéry signifie ici que la seule “université d’excellence” acceptable, est celle qui remplit la mission qu’elle prétend avoir : proposer une formation adaptée à toutes et tous afin de leur permettre de préparer leur avenir.

Le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier continuera à se battre pour le droit de chacun à un avenir sans tri social ni précarité.

Pour celà nous appelons les étudiantes et étudiants à rejoindre la mobilisation contre la mise en place d’une nouvelle plateforme nationale de candidature en Master lors d’un rassemblement jeudi 02 février devant le Rectorat de Montpellier (rue de l’Université, Tramway Louis Blanc).

Et parce que nos luttes ne s’arrêtent pas à la porte de l’université, nous appelons à participer au rassemblement contre la réforme des retraites ce jeudi 12 janvier à 18h devant la Préfecture de Montpellier.

Nous voulons vivre et ne plus survivre !

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

Revalorisation pour tous et toutes les contractuel∙les : une pétition à l’INSERM

Dans un arrêté du 26 décembre 2022, la Ministre Sylvie Retailleau établissait égalité de traitement entre tous les agent∙es contractuel∙les doctorant∙es. Une nouvelle bataille commence.

La revalorisation salariale prévue pour janvier 2023 à l’INSERM devrait bénéficier à toutes et tous les contractuel·les, et pas seulement aux nouveaux et nouvelles recruté·es. 

À partir de janvier 2023, un  nouveau barème de rémunération, sensiblement réévalué, s’appliquera aux agent·es contractuel·les de l’INSERM. Une revalorisation indispensable compte tenu de l’inflation galopante et des problèmes d’attractivité rencontrés depuis plusieurs années par l’établissement.
Toutefois, il a été décidé de façon incompréhensible que les contractuel·les qui sont déjà en poste – y compris si leur contrat est renouvelé en 2023 ou
postérieurement – ne sont pas éligibles à cette revalorisation !

Une partie essentielle de la recherche en France est assurée par des agent·es contractuel·les (36% de l’effectif total de l’Inserm en 2021). Cette revalorisation fragmentaire va fragiliser les collectifs de travail en générant, à fonction égale, une inégalité de traitement salarial inexplicable et conduira également de nombreux contractuel.les à démissionner, ce qui risque de mettre en péril nombre d’études et de projets de recherche en cours.

Nous revendiquons la révision de cette décision arbitraire et préjudiciable afin de prévenir une mise en danger de la recherche en France : l’INSERM doit appliquer la même politique salariale à toutes et tous ses agent·es contractuel·les.

Pour signer la pétition →

Pour plus d’information

Nomination à la direction de l’ENS de Lyon. Lettre ouverte de 160 membres à la Ministre

Academia reproduit la lettre ouverte envoyée le 12 décembre à Sylvie Retailleau, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche au sujet de la nomination d’une nouvelle direction à l’ENS Lyon, vacante depuis la démission de Jean-François Pinton au printemps dernier, éclaboussé par plusieurs scandales de violences sexuelles et des décès. Beaucoup espèrent par ailleurs que l’Ecole soit bientôt présidée par une femme, afin de respecter la parité, qui figure parmi les engagements de l’ENS de Lyon ainsi que du gouvernement en la matière, même si les tractations en cours en laissent présager autrement.

Selon nos sources, 8 candidats et candidates ont été présenté.es en Conseil d’Administration, sans que le reste de l’École en soit informé. Les rumeurs laissent entendre que Cédric Villani, que l’administrateur provisoire de l’ENS de Lyon Yanick Ricard a chargé de piloter un “comité de recherche pour le renouvellement du mandat”, s’apprête à candidater. De même, Alain Dereux et Camille Galap doivent rencontrer aujourd’hui et jeudi les directeur⋅ices des départements. Ils souhaitent que leurs possibles candidatures restent discrètes, simplement connues de la direction et des directions des départements. L’ENS de Lyon n’aurait-elle pas à gagner d’une plus grande transparence dans cette procédures de désignation ?


Mme. Sylvie Retailleau
Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche
1 rue Descartes
75231 Paris


Objet : Lettre ouverte sur le renouvellement de la présidence de l’ENS de Lyon adressée à la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche


Madame la Ministre,

Aujourd’hui, enseignant·es, chercheur·ses, personnels, et étudiant·es, demandons à être entendu·es dans le cadre de la désignation de la nouvelle présidence de l’établissement.
Notre établissement va être doté d’un ou d’une responsable qui ne sera que le deuxième de plein exercice depuis la fusion de ses deux composantes (langues, lettres et sciences humaines et sciences exactes et expérimentales) en 2010. L’enjeu est d’autant plus crucial que ces douze années ont été marquées par une série de crises internes, ainsi que par la crise sanitaire, qui ont mis à l’épreuve le fonctionnement normal de l’École.

Continuer la lecture

Le travail gratuit dans l’enseignement supérieur : cela suffit.

*** ENGLISH VERSION BELOW ***

Le texte ci-dessous a été préparé sur le Discord des précaires de l’ESR (que tout précaire de l’ESR, membre ou non d’un collectif de précaires, peut rejoindre). Vous pouvez signer individuellement ce texte. Les collectifs, syndicats ou associations souhaitant signer ou soutenir ce texte peuvent écrire à l’adresse precairESR@protonmail.com.

Le travail gratuit dans l’enseignement supérieur : cela suffit.

Les collectifs de précaires et de non-titulaires de l’ESR n’ont eu de cesse de le répéter : le travail gratuit dans l’ESR est une plaie qui, à force d’être creusée, est désormais béante.

Pour obtenir ces services gratuits, qu’on fasse miroiter aux non-titulaires des financements ou des postes, qu’on leur mette des “coups de pression”, par des injonctions menaçantes (“On te renouvellera pas tes vacations/ton ATER”) ou culpabilisantes (“Et les étudiants dans tout ça ? La fac a besoin de toi ! Do it for the team” ; “Je le faisais quand j’étais ATER” ) ou tout simplement qu’on se repose sur la docilité de “collègues” embourbé·es dans leur position vulnérable*… les modalités varient mais les résultats sont les mêmes : ces collègues non-titulaires se retrouvent à soutenir à bout de bras et gracieusement un système à bout de souffle.

À l’aube des examens terminaux du premier semestre, nous rappelons que les vacataires (ATV et CEV) « sont soumis aux diverses obligations qu’implique leur activité d’enseignement et participent notamment au contrôle des connaissances et aux examens relevant de leur enseignement » (décret n° 87-889 du 29 octobre 1987), et que la même règle prévaut pour les ATER (décret n° 88-654 du 7 mai 1988) et les doctorant·es contractuel·les (décret n° 2009-464 du 23 avril 2009). Continuer la lecture

Déclaration du Conseil National de l’Union CGT FERC Sup, 25 novembre 2022

Le Conseil National de l’Union CGT FERC Sup soutient les collègues et les étudiant·es britanniques engagés depuis le jeudi 24 novembre dans la grève la plus importante de l’histoire de l’enseignement supérieur en Grande-Bretagne pour protester contre les bas salaires, les conditions de travail et pour défendre les retraites. Ici comme ailleurs, la situation imposée par les pouvoirs en place ne leur laisse pas d’autre alternative pour défendre leurs droits.

Le CNU soutient également le courageux combat des femmes et de la jeunesse iranienne contre l’obscurantisme et la pauvreté. Depuis la mort odieuse de Mahsa Amini, cette jeune femme qui avait été arrêtée pour un voile mal ajusté, l’Iran connait une vague de manifestations d’ampleur. Pour la première fois, en Iran, ce sont les femmes qui sont en première ligne de la contestation. La CGT, en Iran comme partout dans le monde, s’oppose et condamne les violences faites aux femmes, la répression sanglante des manifestations, les violences policières, les arrestations arbitraires et l’impunité de ceux qui les commettent !

En Afghanistan également, le régime ultra réactionnaire des Talibans a imposé des régressions majeures pour les travailleurs et travailleuses. La CGT a participé à lancer un appel pour la scolarisation des femmes afghanes. La CGT soutient la lutte pour l’émancipation du peuple afghan.

En France aussi, la CGT est partie prenante de la lutte pour les droits des femmes. Cinq ans après #MeToo et à l’occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, la CGT FERC Sup rappelle son engagement pour l’éradication des violences sexistes et sexuelles dans le monde du travail et hors travail.

Continuer la lecture

Augmentation des salaires, défense du droit de grève : appel intersyndical à la grève du 18 octobre

« Nous avons plutôt l’impression d’avoir affaire à une ministre de la recherche plutôt qu’à une ministre de l’enseignement supérieur ». Mediapart, 3 octobre 2022

En passant

Extraits. Revenant sur la hiérarchie des disciplines, la fragmentation des manières d’accéder à la licence, mais également les conditions matérielles des étudiant·es, Cédric Hugrée et Tristan Poullaouec relèvent à quel point la ségrégation sociale ronge l’université et sape l’idée même de démocratisation des savoirs.

« Il faut arrêter de nous prendre pour des imbéciles. Nous avons plutôt l’impression d’avoir affaire à une ministre de la recherche plutôt qu’à une ministre de l’enseignement supérieur.»

« Le killing fact à opposer à ce budget, c’est cette note publiée par le Conseil d’analyse économique qui fait le point sur l’analyse du coût des services publics de l’enseignement supérieur. Le coût d’une licence est trois fois moins élevé que celui d’une année de STS (licence sciences, technologies, santé) ou de CPGE (classes préparatoires aux grandes écoles). C’est saisissant. Nous devons aujourd’hui demander des rééquilibrages. »

Lire sur Medipart →