« Le CNRS n’a pas à propager d’idées reçues sur Darwin », tribune du généticien Michel Veuille

par Michel Veuille généticien des populations, directeur d’études honoraire de l’Ecole pratique des hautes éttudes

Tribune. Dans son Dictionnaire des idées reçues, Gustave Flaubert rappelle ce commentaire convenu sur Darwin : « Celui qui dit que nous descendons du singe ». Des années après, le succès définitif de la théorie de l’évolution et l’hommage exceptionnel rendu à Darwin lors de son enterrement en 1882 auraient pu inspirer cet autre commentaire : « Celui dans lequel la bourgeoisie industrielle projette sa foi dans le progrès par la compétition ».

https://www.flickr.com/photos/internetarchivebookimages/14732617756/in/photolist-orSvYY-xWgB6f-oustAu-od8yxd-otnZvo-yq5tec-tiVFnx-xG5Bfn-of24Gf-xsrgBR-orgDMJ-osCGnq-ovVw6B-owh7sq-hRMLfX-tDBshH-hN3YRo-hR6ncF-oeGXqq-oeGBrN-tiVRHU-w3Xu9X-oygr5z-hMkyGo-y6PWM5-hLsatF-x1zswS-icTHe2-otCbK8-of2HDg-xXGZnf-i6LQC3-hPV9ht-i6CWPA-owzAB6-hTFTyn-oeHaCj-oeHTyT-ow8a1u-oeHzP4-odzXbW-hUx2Wg-i6wyFG-i7e9aq-wQ1kZE-i7YqQa-xrcTzb-owcHdi-ovYufu-osU7e1/

“Le dod et ses petits: ou l’histoire, les affinités et l’ostéologied du dodo, solitaire et autres oiseaux à l’espère éteinte des îles Muarice, Rodriguez et Bourbon” (1848)

Le président-directeur général du CNRS, Antoine Petit, a réutilisé le vieux poncif d’un darwinisme illustrant la compétition bec et ongles en déclarant aspirer pour la recherche à une loi «ambitieuse», «inégalitaire» et «darwinienne». Je ne discute pas ici ses options sur la gestion de la recherche, mais l’usage de métaphores de capitaine d’industrie chez un responsable censé défendre la science. Certes, il reprend des images qu’il n’a pas lui-même inventées. Mais le dirigeant du premier organisme de recherche français ne saurait entretenir la confusion en galvaudant une grande théorie scientifique. Sans doute pense-t-il que le darwinisme est une vieillerie du XIXe siècle. Ce faisant, il dénigre toute une communauté scientifique, celle des chercheurs engagés dans la lutte pour la sauvegarde de la biodiversité. L’adaptation des espèces par la sélection naturelle est un facteur majeur de la résilience des écosystèmes face au changement global. La théorie darwinienne est pour eux le plus actuel des cadres de travail, comme pour d’autres la théorie de la relativité ou la tectonique des plaques.

Communiqué du SNTRS-CGT suite à la rencontre avec Frédérique Vidal, à propos de la LPPR-rémunérations, 15 janvier 2020

En passant

Communiqué du SNTRS-CGT suite à la rencontre avec Frédérique Vidal, à propos de la LPPR-rémunérations, 15 janvier 2020

En attendant le communiqué préparé par Sud Education et Sud Recherche, paru le lundi 20 janvier, seul syndicat invité par Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, le 15 janvier 2020, voici le communiqué du SNTRS-CGT publié ce vendredi 17 janvier 2020.

Communiqué du SNTRS-CGT suite à la rencontre avec Frédérique Vidal,
Ministre de l’enseignement supérieur et la recherche du 15 janvier 2020
sur le thème LPPR – rémunérations

Continuer la lecture

« Inutile de pousser le bouchon trop loin » : réflexions de Thierry Coulhon, Conseiller du Président de la République sur l’avenir de (l’évaluation de) l’ESR

Update 18 janvier 2020

À l’occasion du colloque Bilan et perspectives de l’évaluation de l’ESRI : 2015-2025, Thierry Coulhon, Conseiller Enseignement supérieur et recherche du Président Macron, sort de son silence élyséen, remplaçant au pied levé, nous dit-il, Cédric Villani. Il rappelle avec satisfaction l’œuvre accomplie avec quelques frères d’armes depuis 2007, en lien avec l’Australie, et expose le rôle à venir de l’HCERES, dont il est aujourd’hui le seul candidat à la direction.
Avec brio et conviction, il nous rappelle que la science française a réussi à avoir une évaluation digne de ce nom, qu’il faudrait qu’elle puisse disposer au moins d’un établissement universitaire parmi les 30 premiers du classement de Shangai, et que le Haut Conseil a pour vocation à évaluer à l’avenir tout ce qui est évaluable afin d’affecter correctement des moyens.
Bon visionnage (à partir de la minute 24’20)

Transcription (Hcéres)

C’est un véritable honneur1 pour moi d’ouvrir ce colloque, parce qu’il marque sans aucun doute un moment important de l’histoire de notre système d’enseignement supérieur et de recherche. Je mesure le chemin parcouru depuis cette année 2007, où Jean-Marc Monteil portait pour l’Agence d’évaluation issue de la loi de 2006 une vision qui transcendait le Comité National d’Évaluation. Je me souviens, quelques années après, de l’occupation du Siège de la rue Vivienne, que nous essayions de traiter depuis le cabinet de Valérie Pécresse.

Je me rappelle également l’année 2012, où je percevais des échos lointains de débats aussi enfiévrés que byzantins sur l’évaluation depuis un autre pays, situé beaucoup plus au sud, un pays où la scie

Une maison en feu au Lac Coniola, New South Wales, lors de la Saint-Sylvestre (c) Matthew Abbott, The New York Times, 2019

nce était plus jeune mais où l’évaluation était considérée comme naturelle et depuis longtemps opérée avec soin. Je dois avouer que j’avais omis d’expliquer aux Australiens2 que nous avions passé six mois et dépensé une grande énergie à transformer une agence en Haut Conseil et que cela était considéré en France comme une avancée substantielle. Je me souviens également de tout ce qu’ont accompli les présidents successifs et les équipes de l’AERES puis du Hcéres. Au moment de la prise de fonction de Michel Cosnard, nous partagions tous le sentiment d’une grande construction.

En principe, un conseiller du Président de la République3 n’émet pas de déclaration publique. Considérons donc que c’est comme collègue, témoin de la douzaine d’années qui viennent de s’écouler et acteur pour encore quelques années du monde de l’ESR que je partage ces quelques réflexions avec vous.

Continuer la lecture

  1. La transcription n’a pas retenu toutes les expressions plus familières, à l’instar de celle qui donne le titre de ce billet : elles figurent dans le discours oral. []
  2. Professeur de classe exceptionnelle, Thierry Coulhon a administré le Mathematical Sciences Institute de l’Australian National University (ANU) à Canberra. Sur le modèle universitaire australien et ses dérives documentées depuis longtemps et encore aujourd’hui, voir Connell Raewyn, 2019, The Good University: what universities actually do and why it’s time for radical change, Clayton, Victoria, Monash University Publishing — recension ici — ou encore “Dreadful uncertainty’ plagues Australian researchers. Delays in the name of political PR ‘forcing academics overseas” by John Ross, Times Higher Education, November 10, 2019. []
  3. Thierry Coulhon est Conseiller Enseignement supérieur et recherche du Président de la République depuis mai 2017. []

« Monsieur le PDG du CNRS, savez-vous ce que votre darwinisme fait à la recherche ? », tribune de François-Xavier Fauvelle, du Collège de France

 

Tribune. Antoine Petit, PDG du CNRS, le plus grand organisme français de recherche, a livré à la communauté scientifique et au public sa vision du monde de la recherche et les orientations qu’il compte faire inscrire dans la future loi de programmation [Les Echos du 26 novembre, Le Monde du 18 décembre]. Quelques « petites phrases » savamment dosées et plusieurs fois réitérées ont fait bouillir l’immense majorité de la communauté scientifique. Selon Monsieur Petit, la recherche serait un monde « darwinien » dans lequel les « meilleurs » chercheurs et équipes devraient être favorisés par des lois « inégalitaires », et les autres condamnés à la disparition.

De tels propos reflètent une ambiance politique décidément à la mode, qui aime à se représenter la société comme le théâtre d’un combat à mort dont sortent des « vainqueurs » (winners) et des « perdants » (losers). On croyait à tort ce darwinisme social confiné à certaines marges idéologiques de nos sociétés. Car comment peut-on lucidement plaider pour que des lois naturelles qui expliquent la lutte pour la survie des espèces deviennent des lois normatives s’appliquant à la société ? M. Petit nous dit qu’il aurait été mal compris et que ce darwinisme social serait très éloigné de ses valeurs personnelles [Le Monde du 18 décembre]. Le problème, voyez-vous, M. Petit, c’est que ce sont vos mots et vos formules qui nous permettent de juger de vos valeurs.

Continuer la lecture

Lieux de travail, franchise universitaire & libertés académiques : Brest, Rennes, Paris… Une pétition

En ce mois de décembre, il est intéressant de considérer comment la franchise universitaire s’exerce. La “franchise universitaire” est le terme qui désigne le statut dont bénéficient en France les universités et selon lequel les forces de l’ordre ne peuvent y intervenir sans leur accord ((Née au Moyen Âge du caractère religieux des universités, qui les affranchissait du pouvoir temporel, elle a été depuis confirmée par plusieurs lois, dont l’article L712-2 du code de l’éducation. Cf article “Franchise universitaire” sur Wikipedia.)). Alors que les étudiant-es et les personnels universitaires organisent le blocage de certains sites, deux événements ont défrayé la chronique à Brest et à Rennes.
À Brest, le président de l’Université Matthieu Gallou, a demandé des explications au sous-préfet à la suite d’une intervention de la police dans le hall de la Bibliothèque universitaire de Lettres le mardi 10 décembre 2019:
Le maintien de l’ordre universitaire est une lourde responsabilité, mais je tiens, sous le contrôle de la loi et de nos instances, à l’exercer pleinement, et à garantir ainsi le plein exercice des libertés académiques, fait-il savoir dans un entretien accordé à l’Université de Brest au quotidien Ouest-France.

Le mercredi 18 décembre, alors que les étudiant-es revenaient de manifestation, plusieurs escadrons de police se sont présentés à l’entrée du Campus de l’Université de Rennes, avec l’intention visible d’y entrer. Prévenu, le président David Olivier, s’interpose et interdit l’accès au campus, avant de saisir les “autorités compétentes pour faire toute la lumière sur cette opération de police aux abords du campus”1. La photo de son intervention est rapidement devenue virale sur les réseaux sociaux.

Capture Facebook de l’interposition de David Olivier, président de l’Université Rennes-2, entre les forces de l’ordre et le campus de son Université, 18 décembre 2019

À Paris, la situation est très différente : la plupart des campus sont rendus inaccessibles par les présidents, pour des motifs allégués de sécurité ou de manque de personnels en raison des transports perturbés. Dans ce contexte, trois professeur-es d’université mettent en cause la décision du Recteur de Paris, Gilles Pécout, de fermer la Sorbonne. Ils invitent leurs collègues et étudiant-es à signer la pétition dont voici le texte.
 
*
*     *
 

Lettre ouverte à Monsieur le Recteur de l’Academie de Paris

Nous étudiants, personnels administratifs, chercheurs, enseignants, maîtres de conférences et professeurs, protestons contre les fermetures abusives et incongrues de la Sorbonne qui se répètent ces dernières années, nous empêchant de travailler. Ces blocages (comment les nommer autrement ?) vident la Sorbonne de son sens et de son existence et, selon les « éléments de langage » de notre gouvernement, nous « prennent en otages ».
La Sorbonne est, depuis sa création au XIIIe siècle, la maison des étudiants et des professeurs, et non celle du roi ou du gouvernement, même s’il plaît au roi, de temps à autre, d’y organiser une opération de com, un « grand discours » qui nous fait suffoquer de policiers, de barrières et de contrôles, et qui bloque tout le Quartier latin. La Sorbonne est le lieu du partage du savoir, par sa bibliothèque, inaccessible en cas de blocage rectoral, par ses salles de cours, de séminaire, et ses amphithéâtres.
 

Charte de fondation de la Sorbonne, février 1257
Credit:
Photo (C) RMN-Grand Palais / Agence Bulloz
Paris, Archives nationales

 
La Sorbonne, comme Paris, a un statut particulier. Longtemps, Paris n’a pas eu de maire, en raison de la réaction thermidorienne de 1795, rejouée en 1871. Aujourd’hui encore, le préfet de police de Paris n’est pas soumis à l’autorité du directeur général de la police nationale. De la même manière, la Sorbonne n’est pas vraiment chez elle, puisqu’elle abrite, fait unique au monde, les bureaux du rectorat, c’est-à-dire du représentant du gouvernement dans le monde éducatif. C’est, de fait, le recteur qui dirige ses bâtiments, dont il occupe une trop grande partie, alors qu’il n’enseigne pas et que nous manquons d’espace. Le grand amphithéâtre accueille de curieux locataires, qui payent pour y organiser leurs réunions de prestige, leurs défilés de mode et leurs opérations mercantiles, au lieu d’être dévolu à l’enseignement. Les laboratoires de la Sorbonne doivent louer aux services du recteur des salles de colloque ! Les collègues étrangers n’y comprennent rien. Nous non plus.
  1. https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/ille-et-vilaine/rennes/rennes-2-interventions-policieres-apres-manifestation-du-17-decembre-1764461.html []

Le cauchemar de Darwin — à propos d’une tribune d’Antoine Petit, pdg du CNRS (18 décembre 2019)

Antoine Petit a commis une tribune en accès payant dans le quotidien Le Monde ce 18 décembre 2019, dont le ton et le contenu restent à l’opposé de ce que la communauté des chercheurs et chercheuses a récemment dit attendre (voir ici et ). En voici une lecture assurée par le mathématicien Antoine Chambert-Loir, nouveau rédacteur d’Academia.

 

Dans une tribune publiée par le journal Le Monde du mercredi 18 décembre 2019, Antoine Petit, président-directeur-général du CNRS, revient sur les « réelles ambitions scientifiques » qu’il a pour l’établissement qu’il dirige. Cette tribune fait suite à une précédente, qu’il avait publiée dans Les Echos, du 26 novembre 2019 et à son discours du même jour, prononcé au Palais de la découverte, à l’occasion du 80e anniversaire du CNRS, en présence du président de la République.

Les propos d’Antoine Petit avaient déjà suscité étonnement et colère, en particulier par la référence à la théorie de l’évolution de Darwin :

« Il faut une loi ambitieuse, inégalitaire — oui, inégalitaire, une loi vertueuse et darwinienne, qui encourage les scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l’échelle internationale, une loi qui mobilise les énergies. »

et par le vocabulaire guerrier employé tout au long de sa tribune, dès son titre : « La recherche, une arme pour les combats du futur. »

Des réseaux sociaux jusqu’au Conseil scientifique du CNRS, de nombreux collègues ont émis une contestation détaillée des propos d’Antoine Petit.

La façon dont Antoine Petit revient aujourd’hui sur ses propos initiaux est encore plus problématique. Petite revue en quelques points.

  1. Son texte commence par un auto-satisfecit bienvenu du CNRS et par l’affirmation de la volonté de la communauté scientifique de répondre aux grands défis du moment. C’est une entrée en matière et on peut comprendre que la recherche
    https://www.flickr.com/photos/87306608@N05/8022744813/in/photolist-ddWEwr-5W5Mye-9Aq8BU-5fZxdF-29i2Wx-9zoSuc-7PmuE6-awv2HP-9x3w1T-appf9p-8ewtuz-e6yWsd-n9NivR-b85JL6-2hnQAT6-b9eZrP-2gyxLid-agRkNZ-duqKTo-2dzJdQ1-5nRruB-ddWCCE-555A-ddWGGH-7Ae2Dz-q3sHRN-eYr2j8-8bnNbF-egmb25-7p6GJi-nkMFmK-afKYmh-99NFCJ-2i1vAhh-4oW3zR-crBCxY-aTt8DM-hfPic-41tc4R-crBCJS-eYCqKY-21LG78e-FwJtZS-84iXhs-eYCqy5-eYr4Ei-eYCsym-iHKard-rcAzV2-eYr3WB

    Lies, par Suicidepirate, 2012

    fondamentale disparaisse provisoirement du radar. Il continue en évoquant « une très large consultation des laboratoires » qui a permis au CNRS de formuler dès juillet 2019 des propositions « que ce soit en matière de financement de la recherche, d’attractivité des emplois et carrières scientifiques, ou plus largement de recherche partenariale et d’innovation ». Là, Antoine Petit marche joyeusement sur la tête — ou plutôt sur les pieds de toute la communauté scientifique.
    Car ce qui est sorti de ces consultations était très différent du rapport produit par la direction du CNRS, malgré toute la diversité que commandent des pratiques scientifiques parfois assez éloignées.
    Continuer la lecture

Le CNRS, Darwin et la grande chaîne de l’évolution chercheuse: quatre tribunes et une conclusion

Mise à jour : 11 décembre 2019

Suite à l’intervention, à l’occasion des 80 ans du CNRS, d’Antoine Petit et d’Emmanuel Macron à propos de la loi programmatique pluriannuelle de la recherche en cours de préparation, plusieurs chercheurs et chercheuses se sont insurgés contre la vision scandaleusement caricatural qu’ont développée respectivement le PDG du CNRS et le Président de la République, et les dramatiques conséquences qu’ils souhaitent en tirer. Leurs conclusions s’apparentent à de précédentes, tirées au printemps (ce blog: “Bois morts, souches pourries et arbrisseaux: du choix du vocabulaire de la politique de l’emploi au CNRS“) et en 2014 : l’idéologie qui nourrit la politique scientifique française fait preuve d’une remarquable continuité, même si le discours s’affranchit désormais des convenances. Quelles conclusions en tirer?

Continuer la lecture

Jeffrey and me. De la corruption universitaire

Le cas DSK m’avait surprise, non en raison de ce que DSK lui-même avait fait (comme toutes les femmes, je savais d’expérience que, pour le dire sous forme de litote, la notion de consentement n’a pas été complètement assimilée par tous les hommes), mais en raison de la manière dont l’élite politique et médiatique française prenait sa défense et en faisait un preux chevalier de la galanterie à la française (le fameux : “ce n’est qu’un troussage de domestique“).

Continuer la lecture

Le CNRS fêtera-t-il ses 100 ans? Tribune de lauréates et de lauréats European Research Council

En passant

Tribune. Pour ses 80 ans, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) affiche un bilan flatteur. Par exemple, il abrite le plus grand nombre de projets financés par le Conseil européen de la recherche (European Research Council, ERC), actuellement considéré comme la référence en Europe en matière d’excellence scientifique. Le CNRS compte 503 lauréates et lauréats, contre 263 pour Oxford University, en Angleterre, et 250 pour l’Institut Max-Planck en Allemagne. Même en ramenant le nombre de projets au budget total des établissements, notre organisme reste en tête.

La marque de fabrique du CNRS a été de faire confiance à ses équipes de recherche en leur accordant une forte autonomie. Confiance, car le CNRS recrutait jusque récemment des jeunes chercheuses et chercheurs en début de carrière, faisant ainsi un pari sur l’avenir. Autonomie, car les unités de recherche étaient assurées d’obtenir des crédits récurrents, qui, bien que dérisoires par rapport aux budgets des universités anglo-saxonnes, permettaient d’effectuer une recherche fondamentale sans être accaparé par une perpétuelle course aux financements. Cette confiance et cette autonomie sont les deux caractéristiques qui placent le CNRS à part dans la recherche européenne. Elles sont le socle de la qualité de ses recherches et de son succès.

Les politiques menées depuis plus de vingt ans mettent ce service public en péril. Selon l’Unesco, la recherche et développement ne représentait que 2,23 % du produit intérieur brut (PIB) en France en 2016, soit moins que la moyenne mondiale (2,31 %). A ce désintérêt de nos dirigeants s’ajoutent des décisions dont l’inefficacité et le coût pour la collectivité sont manifestes. Ainsi, le crédit impôt recherche, véritable niche fiscale étendue sous la présidence de Nicolas Sarkozy, triplée sous celle de François Hollande, cause un manque à gagner de plus de 5 milliards d’euros par an à l’Etat, pour un bilan tellement choquant qu’aucun des gouvernements n’a osé l’établir avec précision. Le CNRS, lui, est au pinacle de la recherche européenne avec la moitié de ce budget.

Appel solennel aux enseignantes-chercheuses et enseignants-chercheurs, chercheuses et chercheurs titulaires de la fonction publique

Nous, jeunes chercheuses et chercheurs précaires, docteures et docteurs sans poste, doctorantes et doctorants appelons les enseignantes-chercheuses et enseignants-chercheurs titulaires de la fonction publique à réagir à la situation dramatique de l’emploi dans le service public d’enseignement supérieur et de recherche.
On ne compte plus les postes de titulaires gelés, voire supprimés, à l’université et au CNRS, alors que les exigences auxquelles les jeunes chercheuses et chercheurs doivent se soumettre et les cohortes d’étudiant-e-s n’ont jamais été aussi élevées. Nous demander toujours plus, pour nous en donner toujours moins, pour nous priver toujours plus d’emplois stables permettant de nous projeter et nous protéger a minima dans nos vies, mais également dans notre travail : cela n’est plus possible. Cette situation n’engendre pas seulement de la frustration : elle casse, elle humilie, elle détruit trop de personnes. 

Continuer la lecture

Manifeste des universitaires suisses pour la grève féministe du 14 juin 2019

Les femmes travaillant à l’université en Suisse se sont mise en grève le vendredi 14 juin 2019, rejoignant un formidable mouvement féministe qui a rassemblé plus de 500 000 personnes dans les manifestations.

À cette occasion, les universitaires ont publié un manifeste académique pour la grève féministe. Academia le reproduit en solidarité, en y adjoignant le texte circulaire publié par les femmes travaillant dans les départements de science politique.

Manifeste académique pour la grève féministe

Nous sommes des scientifiques de différentes disciplines et nous allons nous mettre en grève le 14 juin 2019. Les femmes* sont systématiquement et massivement sous-représentées au sein des universités et des hautes écoles spécialisées suisses. Cet état de fait a des conséquences fondamentales sur les processus de production et de transmission du savoir. Nous portons les revendications suivantes en lien avec notre environnement de travail :

  1. Jusqu’à ce que 50 pourcent des postes professoraux soient occupés par des femmes* dans toutes les disciplines, chaque université et haute école suisse doit pourvoir les postes professoraux nouvellement mis au concours par des femmes* à hauteur de 50 pourcent. Les femmes* ne doivent pas être renvoyées à des emplois moins bien dotés. Le même principe vaut pour tous les organes directeurs et postes académiques des hautes écoles et des universités.

  2. Nous exigeons un salaire égal pour un travail égal, sans distinction de genre. Pour cela les classifications salariales individuelles et les barèmes salariaux doivent être rendus transparents.

  3. Chaque poste professoral doit permettre le job sharing. Toutefois, le job sharing n’équivaut pas à fournir la même quantité de travail pour la moitié du salaire. Seule une réelle réduction de la charge de travail permet une meilleure compatibilité des activités professionnelles et extra-professionnelles.

  4. Au minimum 50% des postes faisant suite au doctorat et financés par les universités doivent être de durée indéterminée.

  5. L’enseignement et la recherche doivent être rémunérés à leur juste valeur. Le fait que les privat-docents doivent enseigner gratuitement afin de ne pas perdre leur titre doit être immédiatement aboli. Les titulaires de contrats d’enseignement et de mandats ne doivent pas avoir à attendre la fin du semestre pour recevoir leur rémunération.

  6. La parité de genre est requise au sein de chaque commission de recrutement, de chaque jury et de chaque organe décisionnel du Fonds national suisse FNS de la recherche scientifique, ce pour chaque discipline.

  7. Afin de garantir des procédures de recrutement équitables et une gestion du personnel sensible aux dimensions de genre, nous exigeons des formations continues obligatoires pour les personnes siégeant dans des commissions de recrutement ou qui occupent des fonctions de cadres.

  8. L’enseignement de même que les procédures administratives au sein des universités et hautes écoles suisses doivent être attentives aux questions de genre. Nous exigeons pour cela des mesures de sensibilisations adaptées aux fonctions de chaque groupe professionnel concerné au sein des hautes écoles et des universités suisses. L’enseignement doit sensibiliser à un usage de la langue prenant en compte les questions de genre.

  9. Nous appelons à des mesures globales pour une meilleure compatibilité des activités professionnelles et extra-professionnelles.

  10. La mobilité (notamment pour les mesures d’encouragement) doit être promue, mais ne doit pas constituer un impératif.

  11. Les obligations professionnelles régulières, telles que les réunions ou les séances administratives liées à l’institution doivent avoir lieu durant la semaine et se terminer à 17 heures.

  12. La vie familiale doit être rendue possible dans les universités et les hautes écoles et les familles doivent être soutenues. Nous exigeons l’introduction et le développement du congé parental, afin qu’un partage équitable des gardes d’enfants et des tâches éducatives soit réellement possible.

  13. La couverture légale et financière du congé parental doit également être assurée dans le cadre des projets financés par des fonds tiers. Le congé parental ne peut être déduit de la période de recherche définie pour le projet au détriment des chercheuses et chercheurs.

  14. Les infrastructures pour la garde d’enfants au sein des hautes écoles et des universités doivent être renforcées. Un nombre suffisant de places de crèche à des prix abordables doit être garanti, de même qu’une offre suffisante d’espaces parents-enfants.

  15. Nous exigeons que les acquis pour lesquels le mouvement féministe s’est battu – comme la mise en place d’études genre dans les universités ainsi qu’au sein de différentes disciplines – soient étendus et non pas démantelés.

  16. Nous exigeons davantage de moyens pour la prévention et la répression du harcèlement sexuel au sein des institutions universitaires.

  17. L’instrument d’encouragement qui soutenait spécifiquement les femmes* en lien avec leur situation familiale aux niveaux doctoral et post-doctoral (Marie Heim-Vögtlin) a été aboli par le FNS au profit d’un format se réduisant à l’excellence à partir du niveau post-doctoral. Nous appelons à la création de nouveaux instruments d’encouragement et au renforcement des instruments existants, afin que les jeunes chercheuses et chercheurs indépendamment de leur situation familiale ou de leur genre et des réseaux professionnels liés au genre, bénéficient des mêmes perspectives professionnelles.

  18. Les coming out forcés, les imputations erronées de genre et les assignations de genre superflues doivent être combattues au sein des hautes écoles et des universités. Nous exigeons des adaptations administratives et institutionnelles pour les personnes non-binaires, trans et inter ; par ex. adaptations simplifiées ou suppression de l’indication de genre et toilettes non-genrées. Nous exigeons des formations à destination du personnel ainsi que des services compétents sur ces questions dans toute université et haute école.

  19. Les discriminations liées au genre et à l’identité de genre sont étroitement liées à d’autres types de discriminations telles que celles fondées sur la racialisation, la religion, les origines sociales ou géographiques, l’orientation sexuelle, l’âge ou le handicap. Nous demandons à ce que les discriminations liées au genre au sein des établissements de recherche soient combattues dans une perspective multidimensionnelle et intersectionnelle.

  20. Enfin, nous exigeons des mécanismes et des mesures de contrôle réels et contraignants pour mettre en œuvre l’égalité des genres.

Continuer la lecture

Femmes philosophes : des tribunes aux recrutements

Un peu plus tôt cette année, les rédacteurs d’Academia, dont je ne suis plus, ont relayé la tribune d’un mathématicien et d’une mathématicienne s’opposant à la Position de l’INSMI sur la mobilité au recrutement en mathématiques qu’avait diffusée ès-qualités le directeur de l’Institut National des Sciences Mathématiques et de leurs Interaction.

Continuer la lecture

Vices et vertus de la mobilité : débats mathématiques

Academia, carnet consacré aux sciences humaines et sociales (SHS), s’intéresse aujourd’hui au débat lancé par Olivier Garet et Barbara Schapira à la suite de la publication par le directeur de l’Institut National des Sciences Mathématiques et de leurs Interactions (INSMI) du CNRS, Pascal Auscher, qui précise que “l’objectif de la mission nationale est de maintenir l’école mathématique française au meilleur niveau international. Se pose donc la question de comment faire. Une réponse est la mobilité dans les recrutements”. La réponse de ces deux mathématicien-ne-s mérite que les acteurs des SHS s’y arrêtent. Ils ont aimablement autorisé Academia à le reproduire : nous les en remercions.

La mobilité heureuse*

https://www.flickr.com/photos/maddzakk00/8190818862/in/photolist-dtN65S-23U6TLP-8CCUAM-Yjw11E-fvbUAA-QoziLg-nEAc1s-dL73X3-6iH4vS-Zv3AvU-4VBaTN-28XxCNn-shrxFX-dZ8VJ9-itAyDC-28EaZ62-e4PUJN-95aWhh-25HyWb1-f5byka-cRDnMb-6uH1Ji-8xTuvp-itYr2P-XD5nKK-HeKYuu-dC5a4t-3PuKxJ-nqUtuC-qTfHUM-r529Ld-7S1UHi-bCL6w7-Y63xzT-JJJBB-6xtA7-aXRLSz-bwPtxf-9ZD2cp-23QuUcK-ki19r-qEAs3p-fXoHEG-8A7THS-ao8qFJ-f95kos-SKMs19-5CMLuR-fKq4CL-opSeGF

Train And I was waiting, by Zakk Chaibi, 2012

 

par Olivier Garet et Barbara Schapira

février 2019

*La « maternité heureuse » est l’ancêtre du planning familial

 

Préambule : Nous1 écrivons cette tribune en réaction à un texte de Pascal Auscher, directeur de l’INSMI (Institut de Mathématiques au CNRS). Ce texte, intitulé Position de l’Insmi sur la mobilité au recrutement en Mathématiques2 , a été diffusé dans les laboratoires de mathématiques en janvier 2019.

Le texte de l’INSMI réaffirme avec force sa volonté d’imposer la pratique de la communauté mathématique consistant à promouvoir les MCF et CR en PR et DR uniquement en mobilité, c’est-à-dire dans un autre laboratoire que là où ils exercent au moment de leur promotion. Il y voit un élément important pour la défense des postes en mathématiques.

Ce texte, s’il constitue un simple rappel d’évidences pour certains collègues3 , en a choqué d’autres. Nous souhaitons dans cette tribune nous opposer à ce point de vue, et discuter la notion de mobilité au sein de la communauté mathématique.

La mobilité et le non-recrutement local, de quoi s’agit-il ?

Ne boudons pas notre plaisir de mathématiciennes4 , définissons les termes employés.

Le Larousse propose « Mobilité = changement de lieu de résidence ou d’activité économique ». Dans la vision dominante au sein de la communauté mathématique française, rappelée par l’INSMI, la « mobilité » sous-entend changement de laboratoire lors d’un premier recrutement sur un poste permanent ou lors du passage de rang B à rang A. En particulier, cette « mobilité » suivant l’INSMI n’implique pas forcément de changement de lieu de résidence pour les franciliens5 . D’autre part, cette « mobilité » ne concerne pas les collègues cherchant à changer de laboratoire du fait d’un changement de résidence familiale passé ou futur (mutation pour rapprochement familial).

Continuer la lecture

Turquie : appel pour la liberté des universitaires

Citation

A man passes next to the main gate of Istanbul University in the district of Beyazit on February 24, 2017 in Istanbul. / AFP PHOTO / OZAN KOSE

Voici l’appel des universitaires de France publié sur le site de Libération le 5 décembre 2017 et dans le quotidien daté du 6 décembre.

Pour signer cet appel (prénom, nom, discipline ou spécialité, institution universitaire) : appeluniversitairesturquie2017ATgmail.com

Les premiers procès de 150 enseignants et chercheurs, accusés de propagande par le gouvernement Erdogan, ont commencé mardi 5 décembre 2017.

Ces collègues hommes et femmes, de toutes disciplines et de toutes générations, sont poursuivis pour les mêmes motifs : leur adhésion à la pétition des «Universitaires pour la paix», s’alarmant du sort des populations civiles kurdes prises en otages par la guerre entre le PKK et les forces de sécurité de l’Etat, signée par 1128 d’entre eux dès le 11 janvier 2016 (et par plus de 1 000 universitaires encore la semaine suivante). Très vite, le pouvoir en la personne même du président de la République, Recep Tayyip Erdogan, cible les signataires accusés d’être de «pseudo-intellectuels», une «foule informe», des «traîtres à la nation», des «forces occultes» qui se permettent de critiquer l’Etat turc et qui sont donc «des terroristes». Le mot est lancé, les articles du code pénal sont là pour engager des poursuites contre les signataires, victimes en parallèle de mesures de rétorsion administrative, licenciements de leur université, mises à l’écart définitives de l’enseignement conduisant certains au suicide (Mehmet Fatih Tras) et aux grèves de la faim (Semih Ozakça et Nuriye Gülmen).

La répression consécutive à la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016 qui s’abat bien au-delà des responsables directs vise particulièrement les universitaires coupables de vouloir maintenir la liberté de pensée, de recherche et d’enseignement indispensable à une vie démocratique et à laquelle, en Turquie particulièrement, nombreux ont été celles et ceux à sacrifier leur carrière et même leur vie.

Aujourd’hui, les «Universitaires pour la paix», qui n’ont fait qu’exercer leur métier et les valeurs qui s’y attachent, sont traduits en justice dans des procès séparés pour déjouer la solidarité des signataires et intimider la société déjà assommée par la politique répressive du régime d’Erdogan. Ces universitaires sont accusés de propagande en faveur du PKK, considéré comme une organisation terroriste, et d’atteinte à l’image de la Turquie à l’étranger : un crime passible de sept années et demie d’emprisonnement.

Les soussignés, chercheurs et enseignants des établissements français de l’enseignement supérieur et de la recherche, entendent dénoncer la caricature de justice mise en œuvre par le régime d’Erdogan. Après la mise au pas de la presse qui a jeté en prison 160 journalistes et près de 500 avocats, phénomène unique parmi les grands pays se réclamant aujourd’hui de l’Etat de droit et de la démocratie parlementaire, après la répression implacable contre le parti d’opposition HDP, dont les principaux dirigeants et cadres sont détenus, après l’arrestation de figures éminentes de la société civile engagées pour la paix, dont Osman Kavala, les soussignés condamnent les violations multiples des libertés universitaires en Turquie qui visent à briser toute autonomie intellectuelle chez celles et ceux qui contribuent au savoir et à la capacité de jugement de la société. Les universitaires français sont nombreux à manifester leur vigilance sur la question de la liberté de pensée, de recherche et d’enseignement depuis le tournant liberticide de la Turquie que plusieurs des signataires avaient dénoncé dès 2011. Ils saluent par cet appel le courage de leurs collègues de Turquie qui sont aujourd’hui, dans leur résistance aux violences d’un pouvoir oppressif, l’honneur de notre métier et l’honneur de la Turquie.

L’appel est aussi publié sur le site du Groupe international de travail (GIT) «Liberté de recherche et d’enseignement en Turquie» et sur le site de Solidarité avec les Universitaires pour la paix et défense des droits humains en Turquie.

  • Parmi les signataires :

Michel Agier anthropologue (EHESS) Tuna Altinel mathématicien (université Lyon-I) Stéphane Audoin-Rouzeau historien (EHESS) Igor Babou sémioticien (université Paris-Diderot) Annette Becker historienne (université de Paris-Nanterre) Alain Blum démographe (EHESS) Luc Boltanski sociologue (EHESS) Patrick Boucheron historien (Collège de France) Olivier Bouquet historien (université Paris-Diderot) Hamit Bozarslan historien (EHESS) Edouard Brézin physicien (ENS) Michel Broué mathématicien (université de Paris-Diderot) André Burguière historien (EHESS, LDH) Alain Caillé sociologue (université Paris-Nanterre) Claude Calame historien (EHESS) Pierre Cartier mathématicien (université Paris-Diderot, IHES) Christophe Charle historien (université Paris-I-Panthéon-Sorbonne) Yves Déloye politiste (Sciences-Po Bordeaux) Sophie Desrosiers anthropologue (EHESS) Vincent Duclerthistorien (EHESS, Sciences-Po) Selim Eskiizmirliler neuroscientiste (université Paris-Diderot) Eric Fassin sociologue (université Paris-VIII) Kristian Feigelson sociologue (université Sorbonne nouvelle) Bastien François constitutionnaliste (université Paris-I-Panthéon-Sorbonne) ; Diana Gonzalez sociologue (Sciences-Po) Ahmet Inseléconomiste (université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne) Raymond Kévorkian historien (université Paris-VIII) Christiane Klapisch historienne (EHESS) Pascale Laborier politiste (université Paris-Nanterre) Rose-Marie Lagrave sociologue (EHESS) Nicole Lapierre sociologue (CNRS-EHESS) Frédéric Le Blay littéraire (université de Nantes) Emmanuelle Loyer historienne (Sciences-Po) Catherine Mayeur-Jaouen historienne (université Paris-Sorbonne) Pierre-Michel Menger sociologue (EHESS, Collège de France) Edgar Morin sociologue (CNRS Paris) Claire Mouradian historienne (CNRS) Véronique Nahoum-Grappe sociologue (EHESS) Thomas Piketty économiste (EHESS) Emmanuel Terray anthropologue (EHESS) Irène Théry sociologue (EHESS) Stéphane Tirard historien des sciences (université de Nantes) Lucette Valensihistorienne (EHESS) Sophie Wauquier linguiste (université Paris-VIII)…

Ailleurs dans la presse: