Annonces de vacations. Communiqué du bureau de l’ANCMSP

Cher·es collègues,

La fin de l’année universitaire approchant, les offres de vacations se multiplient sur la liste de diffusion en perspective de l’année à venir. En tant qu’association de défense des droits des jeunes chercheur·ses, l’ANCMSP surveille les annonces de postes publiées sur la liste en veillant non seulement à leur légalité mais en s’assurant également que celles-ci soient les plus lisibles pour celles et ceux qui souhaitent postuler. 

Le bureau de l’ANCMSP tient tout d’abord à rappeler à toutes fins utiles qu’il s’est prononcé depuis plusieurs années contre les vacations en général : 

  • Nous souhaitons la suppression du statut d’ATV (agent temporaire vacataire) ce qui permettrait l’ouverture de postes plus pérennes pour les jeunes chercheur·ses. 
  • Nous exigeons le recrutement des chargés d’enseignement vacataires (CEV) qui effectuent plus de 64 heures de cours par an en contrat LRU. 
  • Nous insistons sur la nécessité de revaloriser la rémunération horaire des vacations. À l’heure actuelle, celle-ci est de 41,41€ pour 1 HETD, niveau de rémunération en deçà du SMIC horaire.

Continuer la lecture

La syndicalisation des apprenti·es, un aspect essentiel de l’activité du SELA 31

L’apprentissage en France existe formellement depuis le XXe siècle, et il consiste en la mise en relation de phases pratiques en entreprise et de phases théoriques en centre de formation. Un·e apprenti·e, en tant qu’employé·e par l’entreprise dans le cadre d’une formation en alternance, est donc considéré·e comme un·e salarié·e. À ce titre, la CGT a toujours aspiré à la syndicalisation des apprenti·es, à la base dans les syndicats professionnels et de branche correspondants aux domaines de formation des apprenti·es. En réalité, la syndicalisation des apprenti·es n’est jamais parvenue à vraiment se développer au sein de la grande centrale des travailleuses et des travailleurs en France, à part aux moments où la CGT se trouvait hégémonique dans tous les secteurs professionnels et dans la société civile. Le taux de syndicalisation des moins de 30 ans en France, de 2,7% seulement, nous renseigne sur le mal que rencontre la CGT concernant la syndicalisation des travailleurs “jeunes” ; de plus, nos observations sur le terrain valident l’idée que la syndicalisation des apprentis est difficile de nos jours.

Les réformes dernières de l’apprentissage en France, sous le quinquennat Macron notamment, propulsent le nombre d’apprenti·es : en 2021, on recense plus de 700 000 nouveaux contrats d’apprentissage. Cette évolution suit particulièrement la loi de 2018 relative à la “liberté de choisir son avenir professionnel”. Tout ceci s’inscrit plus généralement dans un processus de professionnalisation de l’enseignement, avec le développement des licences professionnelles, l’importance grandissante des acteurices privé·s dans les établissements de formation, la sélection de plus en plus importante à l’université, etc. Dans un objectif de maximisation de la plus-value pour les capitalistes, l’investissement dans la formation professionnelle est accru dans l’optique d’augmenter les qualifications des travailleuses et des travailleurs. Également, le besoin en main-d’œuvre qualifiée se développe en suivant les transformations du mode de production capitaliste contemporain, comme l’explique la majeure partie des études sociologiques du travail à ce sujet1. Ces considérations conduisent à la forte mise en avant politique de l’apprentissage en alternance, pour lutter contre le chômage par exemple2.

https://www.flickr.com/photos/nebarnix/4107188977/in/photolist-7fWqc4-aTbapt-ocUQBr-3YMfMT-7Yhw8D-pph19S-p4Rkzh-4U5oRg-KZ6bP-csy2kL-cfCkbG-2FzvxZ-56RN2X-9KX8KX-9HJXtT-METC-5Be6g-8PHG7Y-UdpZh5-5tenQB-9JLTxk-cD9275-ag3pLP-7WQLSQ-ijpAq-H6KXTq-2dnXHE2-7Cnjed-sMNniL-7TWUBN-77tsdA-83ycd2-csy2Z1-EejVUW-6qEC3h-Rv4q-rYPTfb-5yJFLp-GqAXJy-a8kMye-dWnzV6-5iK3kt-5YLHbt-bBiA2H-N3BimD-aBxTMe-KZ6bH-bAS6gj-8HpTm9-gAMwps

Bourgeonnement. Credit: Jasper Nance, 2009

Étant donnée la faiblesse relative de la CGT concernant la syndicalisation des apprentis et leur nombre grandissant, la démocratisation de l’alternance et l’accent politique mis sur les formations dites “professionnalisantes”, le patronat a les mains libres pour exploiter au mieux les apprentis. En parallèle, le syndicalisme apprenti représente un terrain vierge de luttes, dans un contexte particulier où les apprentis auraient le plus besoin de représentation syndicale pour défendre leurs intérêts matériels et moraux. En effet, l’ensemble des réformes contemporaines de l’apprentissage suit la libéralisation économique et sociale capitaliste défavorable au camp des travailleuses et des travailleurs, comme l’illustre par exemple le rôle de plus en plus important que jouent les acteurices privé·es dans la formation des apprenti·es.

Continuer la lecture

  1. Voir les travaux du sociologue Michel Lallement, ou encore Le Nouvel esprit du capitalisme, de Luc Boltanski et d’Ève Chiapello, 1999. []
  2. Voir les aides financières récentes importantes pour soutenir le développement de l’apprentissage, notamment le Guide pratique à destination de l’employeur. Ministère du travail, novembre 2021. []

Incompréhensible licenciement d’une chargée de recherche à l’INRAE. Que vaut la parole d’un PDG ? Communiqué intersyndical

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Visite_de_Mr_Philippe_Mauguin_%C3%A0_l%27_INRA_de_Versailles-48-cliche_Jean_Weber.jpg

Philippe Mauguin, actuel PdG de l’INRAE, à l’ INRA de Versailles, 23 février 2017. Crédit: Jean Weber

Vous avez été nombreux à soutenir notre action de représentants du personnel (RP) l’année dernière pour défendre une jeune Chargée de Recherche recrutée sur poste handicap, victime d’un accident du travail, puis injustement licenciée en janvier 2021, contre l’avis de la Commission Administrative Paritaire des Chargés de Recherche (CAP des CR). Grâce aux nombreuses signatures de la pétition en faveur de son maintien dans l’institut (1500 signatures en une semaine), le PDG Philippe Mauguin nous avait accordé une entrevue le 22 janvier 2021 à l’issue de laquelle il s’était formellement engagé à lui accorder une nouvelle année probatoire sur un poste handicap CR ou IR, sans nouveau processus de sélection. Il confiait au DRH la charge de mettre en œuvre ce recrutement. Notre collègue, au chômage depuis janvier 2021, a eu confiance dans cet engagement fort et s’est pleinement investie dans cette voie plutôt que de contester juridiquement le non renouvellement de son contrat. Malgré les souffrances précédemment accumulées résultant de l’échec du premier recrutement et des tensions associées, puis de l’attente d’une décision la concernant, attente d’une durée incompréhensible (un an) révélant la légèreté avec laquelle la direction générale s’occupe des agents en situation difficile, elle a activement contribué à co-construire un projet de recrutement avec une unité, en accord avec la DRH. Contrairement aux engagements pris par la DG, le processus de recrutement, au bout de huit mois de co-construction (soit huit mois de chômage consacrés à cette perspective), s’est conclu par une procédure sélective que rien ne laissait prévoir. Ceci a profondément déstabilisé notre collègue lors de l’épreuve, ce qui l’a finalement écartée et a mis un terme définitif à un possible recrutement à l’INRAE. Continuer la lecture

Encore un déclassé en section 36 : la direction du CNRS provoque les sociologues !. Communiqué intersyndical

Communiqué de SNCS-FSU (secteur SHS), SUD-Recherche EPST, FO ESR, SNTRS-CGT

Mardi 24 mai 2022, le jury d’admission du CNRS pour l’InSHS a décidé de modifier le classement proposé par la section 36 (sociologie et sciences du droit) pour le concours des chargé·es de recherche, en reléguant Jean-Philippe Tonneau, classé 1er par la section, à la 8e position (pour 4 postes à pourvoir).

Rappelons que le concours de chargé·e de recherche s’opère en deux temps : en premier lieu, les jurys d’admissibilité, composés de spécialistes de ces disciplines, évaluent des centaines de dossiers sur leur projet de recherche et leurs travaux passés, auditionnent – au terme d’une présélection – des dizaines de candidat·es pendant plusieurs jours et, au bout de longues journées de délibérations, établissent un classement d’admissibilité par ordre de choix basé sur des critères scientifiques. Dans un deuxième temps, des jurys d’admission constitués à l’échelle des instituts se réunissent, le temps d’une journée, pour établir les classements finaux. Le concours d’entrée du CNRS est extrêmement concurrentiel puisqu’il n’y avait cette année que 4 postes à pourvoir en section 36 pour des centaines de docteur·es formé·es chaque année dans ces deux disciplines.

Continuer la lecture

Sur le déclassement d’un candidat au concours de chargé de recherche du CNRS. Communiqué de l’AFS et de l’ASES

Le 30 mai 2022

L’Association française de sociologie et l’Association des sociologues enseignant·e·s du supérieur ont appris avec stupeur et consternation un nouveau déclassement par le jury d’admission au concours de chargé de recherche , en l’occurrence la relégation du candidat classé premier (Jean-Philippe Tonneau) en section 36 “Sociologie et Sciences du Droit” du CNRS au 8e rang, le privant de facto d’un poste. De multiples déclassements ont déjà eu lieu lors des années précédentes (en 2017, 2018 et 2019), suscitant déjà de nombreuses critiques de la profession et plaçant les candidat·e·s dans des situations de grande incertitude. Le CNRS et la direction de l’Institut des sciences humaines et sociales (InSHS) du CNRS se permettent une nouvelle fois de modifier le classement d’un concours établi par un jury de spécialistes, en partie élu·e·s, à l’issue d’un examen approfondi et collégial des dossiers et d’une audition des candidat·e·s. Nous, associations de sociologie, condamnons fermement ces pratiques délétères de déclassement par des collègues non-spécialistes, dans des conditions qui ne permettent pas une analyse sérieuse des candidatures et sans obligation de motivation des décisions à l’égard des candidat.e.s. Nous ne comprenons pas le déclassement d’un candidat qui répond en tous points aux exigences du poste et dont les sujets de recherches correspondent aux orientations de la section et de l’InSHS. Si nous ne sommes pas en mesure de saisir les raisons d’un tel déclassement, tout laisse à penser qu’il ne s’agit pas de motifs scientifiques. C’est pourquoi, nous affirmons toute notre solidarité à Jean-Philippe Tonneau, ainsi qu’à la section du CNRS désavouée, et nous exigeons que le CNRS respecte les classements de la section 36 et mette en œuvre tous les moyens pour recruter Jean-Philippe Tonneau comme chargé de recherche.
Continuer la lecture

#BnFgate. Communiqué commun des représentants élus des lecteurs et usagers de la BnF et de l’AluBnF

Paris, le 28 avril 2022

Madame la Présidente de la BnF,

Vous persistez à vouloir modifier radicalement les conditions de travail et de recherche à la BnF, sur la base de statistiques tronquées, utilisées de façon purement comptable, et même manipulatoire, comme nous vous l’avons démontré à plusieurs reprises et par plusieurs canaux.

Vous cherchez à passer en force, en essayant d’imposer à tout prix un projet de réforme qui n’a le soutien de personne, ni des personnels, ni des lecteurs et usagers.

Vous balayez d’un revers de main l’avis unanime des organisations syndicales des personnels, qui ont déjà voté à trois reprises contre votre projet. Vous intégrez d’ailleurs dans votre réforme la création de contrats ultra-précaires (des CDD d’un an non renouvelables) qui sont un reniement complet du protocole de fin de grève de juillet 2016 sur lequel vous vous étiez engagée formellement.

https://twitter.com/PorcherAncelle/status/1519708714957164547?s=20&t=ysVEDPq0MnpHVGwChGNvtw

“Chère @laBnF, J’espère que maman canne et ses cannetons peuvent faire leur petite promenade dans le patio même s’ils n’ont pas réservé leurs graines la veille avant 14h… 😉 #BNFgate #PatrouilleAnatidée”. Crédit: Pierre Porcher-Ancelle

Continuer la lecture

Recueillons les « étranger·es » qui étudiaient en Ukraine !

  • Par Armelle Andro, socio-démographe, professeur à l’Université de Paris-1, et Hicham Jamid, sociologue. Parution originale sur AOC media, 20 avril 2022

L’Ukraine représente depuis 1991 un important pôle d’accueil pour les populations estudiantines d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie. À l’instar des citoyen·nes ukrainien·nes, les vies de ces personnes ont basculé le 24 février dernier, et elles se retrouvent depuis lors dépossédées des droits dont elles bénéficiaient en Ukraine. Il est urgent que la France, qui a récemment restreint considérablement les conditions d’accès à l’enseignement supérieur des étudiant·es étranger·es, les recueille dignement.

En France, des associations, des syndicats étudiants et des mouvements de jeunesse des partis politiques viennent d’interpeller les pouvoirs publics et les universités en particulier au sujet de l’accueil des étudiant·es étranger·es fuyant la guerre en Ukraine. Cette alerte est la chambre d’écho des appels lancés par ces étudiant·es, leurs familles et les pouvoirs publics de leur pays d’origine depuis le déclenchement de la guerre. Elle rejoint l’inquiétude de plus en plus largement partagée depuis plusieurs semaines par la plupart des institutions actrices del’enseignement supérieur et de la recherche en Europe.

Nous parlons ici à dessein de la situation des étudiant·es étranger·es et non pas de celle des étudiant·es internationaux. Ces deux termes ne sont pas synonymes et décrivent deux conditions différentes. Elles renvoient aux catégorisations implicites ancrées dans les inégalités Nord-Sud et les hiérarchies post-coloniales. Dans le jargon des acteurs politiques européens, notamment ceux de l’enseignement supérieur, les étudiant·es étranger·es désignent généralement les personnes originaires des anciennes colonies et des pays dits du Sud, alors que les étudiant·es internationaux, ou encore expatrié·es, renvoient à celles et ceux venant de pays du Nord ou dit émergents.

L’implicite de cette bicatégorisation réside dans la réactivation de la notion mortifère de «risque migratoire», autrement dit la méfiance que subissent les étudiant·es racisé·es originaires des pays dit du Sud, suspecté.es à toutes les étapes de leur parcours de formation d’être des « faux étudiants », des migrant.es économiques en puissance, susceptibles de s’installer et de rester travailler irrégulièrement dans le pays de destination.

Si, dans la plupart des pays européens, les gouvernements ont très rapidement mis en
place des dispositifs d’accueil et des procédures d’urgence pour permettre aux étudiant·es  et aux académiques de nationalité ukrainienne de poursuivre autant que possible leurs formations ou leurs activités d’enseignement, la situation spécifique des étudiant·es étranger·es, notamment ceux issus d’Afrique, de Moyen-Orient et d’Asie, est encore très confuse.

Plus de 60 000 étudiant.es étranger·es en 2020 en Ukraine

Sur les 80 000 étudiant·es étranger·es en mobilité internationale en Ukraine, plus de 60 000 relèvent de la catégorie d’étudiant·es étranger·es au sens où nous l’avons défini plus haut. Depuis 1991, l’Ukraine représente un important pôle d’attraction pour ces dernier.es, venant notamment d’Asie et d’Afrique. Le pays a continué à miser sur une politique volontariste d’ouverture de ses universités au plan international, poursuivant ainsi la tradition initiée durant la période soviétique. Pendant toute la guerre froide, le régime soviétique a beaucoup investi dans l’enseignement supérieur et a promu une volonté politique délibérée d’attirer des étudiant·es  issu·es des pays dits du Sud, principalement des pays africains, asiatiques et latino-américains.

Les étudiants étrangers ayant fui la guerre ne sont pas pris en compte dans le dispositif proposé par la France pour l’accueil des réfugiés ukrainiens. Capture d’écran TV5Monde

Continuer la lecture

« En cette période de grandes incertitudes, il est indispensable que l’université redevienne un lieu de respect des droits et des libertés ». Communiqué intersyndical Condorcet, 22 avril 2022

https://twitter.com/VontBien/status/1517021054857842688?s=20&t=Xgjbx93WGhEXuyGbadMYSw

Campus Condorcet, bâtiment EHESS, 21 avril 2022

Depuis mercredi 20 avril après-midi, des étudiant-es ont investi les locaux de l’EHESS sur le Campus Condorcet afin de se donner un espace pour organiser leurs mobilisations face à la montée de l’extrême-droite et la situation très précaire de l’enseignement supérieur. Dans ce contexte, la présidence de l’EHESS a décidé de l’annulation des cours et a imposé au personnel administratif de passer au travail à domicile. Depuis hier, c’est le Campus Condorcet qui a été entièrement fermé à 17h. Même l’accès aux locaux syndicaux est empêché.

Les universités ont fait ces dernières années l’objet d’attaques incessantes contre leurs missions de service public et leur indépendance. La politique de fermeture systématique des établissements où naissent des mobilisations contribue à cette mise au pas.

La décision de fermer les locaux ne constitue aucunement un moyen de protéger notre outil de travail. L’assemblée générale étudiante d’hier avait voté une occupation ouverte, et il est urgent de créer les conditions favorables et de donner les garanties permettant cette ouverture.

La présence sur place des personnels est la meilleure manière de protéger l’outil de travail. Nous rappelons que l’assemblée générale d’hier avait refusé toute dégradation du matériel pouvant entraver le travail des personnels. Le flou des responsabilités entretenu par l’enchevêtrement administratif du Campus ne doit pas faire oublier que l’urgence est à l’apaisement par l’ouverture de nos locaux à toutes et tous.

Campus Condorcet, 21 avril 2022

En tant qu’organisations syndicales présentes sur le Campus Condorcet :
* Nous considérons fondamental de laisser des espaces de débat et d’organisation aux différent-es usager-es, travailleur-euses, étudiant-es. Nous condamnons par conséquent les fermetures décidées par différents établissements universitaires.
* Nous rappelons que le « travail à domicile », abusivement appelé « télétravail », ne saurait être imposé à qui que ce soit, autant du côté des personnels administratifs que du côté des enseignant-es, des étudiant-es et des chercheur-euses. Le principe de base du télétravail réglementé est le volontariat.
* Nous dénonçons la possible mise en danger des personnels et des occupant-es qui se sont retrouvé-es enfermé-es hier dans le bâtiment, du fait d’une décision de la direction du Campus de désactiver les accès badgés.
* L’accès aux locaux syndicaux est un droit auquel on ne saurait déroger, afin de garantir les libertés syndicales. Nous exigeons que cet accès soit garanti.

Nous ne pouvons pas rester indifférent-es aux mobilisations d’une génération qui juge avec raison que le spectacle consternant offert par le deuxième tour de la présidentielle n’est pas à la hauteur des enjeux de l’époque. En cette période de grandes incertitudes, il est indispensable que l’université redevienne un lieu de respect des droits et des libertés. Veillons toutes et tous, présidences, instances, syndicats, communauté universitaire, à les faire vivre.

Signataires : FERC Sup EHESS, Sud Recherche Condorcet, Université Ouverte, FSU-SNCS EHESS, FERC Sup Paris 8, Section SNTRS-CGT de l’INED, SNTRS-CGT section Paris Nord, CGT FERC Sup Paris 1, Solidaires Etudiant-e-s EHESS

#BnFgate. Rassemblement le jeudi 21/4, 13h30, site Tolbiac, Hall Ouest

En cas d’impossibilité, pensez à la manifestation virtuelle

PERSONNELS ET PUBLIC DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCE MOBILISÉS CONTRE LES POLITIQUES D’AUSTÉRITÉ ET UN PROJET DE DÉGRADATION SANS PRÉCÉDENT DES SERVICES RENDUS AU PUBLIC

Depuis de nombreuses années, le Ministère de la Culture poursuit une politique d’austérité ayant pour effet un manque de moyens humains et budgétaires consacrés au fonctionnement de la Bibliothèque nationale de France. Les personnels, lecteurs et usagers de la BnF continuent d’être soumis à des mesures régressives qui dégradent chaque jour davantage les services proposés au public et les conditions de travail des agents. Ainsi plus de 300 emplois ont-ils été détruits en dix ans.

 Dans le but de supprimer à nouveau des postes, la direction de la BnF, après avoir automatisé les vestiaires, veut imposer à partir du mois de mai la fin des communications directes des documents de magasins jusqu’à 13h, tous les jours, la communication directe n’étant désormais possible que l’après-midi.

Pour justifier ce recul sans précédent du service rendu par notre établissement public, la direction utilise des éléments de langage laissant croire que cette nouvelle organisation soulagerait les agents de la BnF. Il n’en est rien : en réalité cette réorganisation ne fera que concentrer la charge de travail et les cadences sur des périodes toujours plus courtes, au détriment des collectifs et des conditions de travail. Elle va entraîner une vraie dégradation de la situation pour le personnel et permettre de continuer à supprimer des postes.

De plus, la direction de la BnF veut mettre en place des contrats ultra-précaires, sous la forme de CDD d’un an non-renouvelables, à mi-temps avec un salaire de misère pour faire fonctionner les services aux lecteurs. Pourtant, en 2016 la présidente de la BnF Laurence Engel s’engageait en signant un protocole de fin de grève à cesser ce type d’embauche et à recruter directement en CDI le personnel « vacataire » travaillant sur des missions permanentes. La présidente de la BnF, soi-disant attachée au dialogue social, doit tenir son engagement !

Le public de la BnF quant à lui n’est pas dupe et démontre, à travers une mobilisation éclaire et massive (15 000 pétitionnaires en quelques jours ((https://www.mesopinions.com/petition/art-culture/bibliotheque-nationale-france-retour-aux-communications/175704 & https://www.leslignesbougent.org/petitions/tous-ensemble-defendons-le-services-public-de-la-bnf-7384/)) ), que le service public de la BnF mérite non pas une énième réorganisation aux conséquences antisociales mais bien des moyens à la hauteur des missions de la plus grande bibliothèque de France.

L’INTERSYNDICALE BnF CGT-FSU-SUD, AVEC LES AGENTS LARGEMENT MOBILISÉS PAR LE BIAIS D’UNE PÉTITION INTERNE QUI A DEJA RÉUNI PLUSIEURS CENTAINES DE SIGNATURES ET L’ASSOCIATION DES LECTEURS ET USAGERS DE LA BnF RÉCLAMENT :

  • le maintiens de la communication directe des documents ;

  • des créations de postes et des moyens financiers pour la BnF ;

  • le non-recours à des contrats ultra-précaires ;

Pour faire aboutir cela, soyons nombreux-ses au

RASSEMBLEMENT COMMUN DU PERSONNEL ET DES LECTEURS DE LA BnF JEUDI 21/04, A 13H30, SITE DE TOLBIAC, HALL OUEST

Contacts : cgt@bnf.fr ; fsu@bnf.fr ; sud@bnf.fr ; alubnf@gmail.com


Si vous vous trouvez dans l’impossibilité de vous rendre physiquement à la manifestation, n’hésitez pas à faire connaître votre sentiment à: