#NousEtudiantEsHandiEs : L’Alternative saisit la Ministre

Suite aux révélations de Mediapart  sur le harcèlement vécu par une étudiante handicapée de l’Université de Paris1 et aux nombreux témoignages publiés sous le #NousEtudiantEsHandiEs, l’union syndicale L’Alternative écrit à la Ministre pour demander l’ouverture d’une enquête administrative, des mesures conservatoires pour le bon déroulé de l’enquête, une intervention de la ministre pour que l’étudiante puisse reprendre ses études dans un cadre protecteur, et plus largement, la mise en œuvre d’un plan national Handicap et longue maladie dans l’enseignement supérieur.

 

  1. Handicap : l’université Paris-Descartes fait vivre un calvaire à une étudiante jugée encombrante, par David Perrotin, Mediapart, 11 octobre 2021. Voir également la vidéo comprenant des éléments choquants. []

Le CNESER rejette la réforme INSPÉ

Le CNESER du jeudi 8 juillet, réuni en formation permanente, doit émettre un avis sur la « soutenabilité » des offres de formation des INSPE en charge de mettre en œuvre la réforme de la FDE.

Les enjeux de la « réforme » de la formation des enseignant·es et des CPE étaient d’« attirer » des candidat·es, de « mieux former » et de « mieux recruter ». Les dossiers présentés prouvent qu’on en est loin. L’évolution de la formation se traduit finalement par la précarisation des étudiant·es, les inégalités de traitement, la fragilisation des équipes de formateurs et de formatrices, la désorganisation du schéma de formation et un localisme généralisé. 

La logique d’économies à tout prix l’emporte sur les considérations pédagogiques, la qualité et la pertinence de la formation et a pour conséquences :

  • Une insécurité des parcours de formation des stagiaires qui seront projetés à la rentrée d’une maquette de formation à une autre, inadaptée à leurs besoins ;

  • Une concurrence de fait qui s’instaure entre masters MEEF rendus dissuasifs par la charge de travail et une faible plus-value et masters disciplinaires pouvant intégrer des préparations aux concours ;

  • Des inégalités fortement développées selon les territoires, les INSPÉ et les sites avec maquettes, moyens et modalités de stage et de suivi très variables.

Le CNESER estime que cela conduira à une désarticulation des dimensions professionnelle et universitaire de la formation, avec une perspective de décrochage entre un premier degré « axé sur le professionnel » et un second degré « axé sur l’académique ». 

Étant donné les nombreux problèmes que pose la réforme, il sera de toutes façons nécessaire de rouvrir le chantier de la Formation des enseignant·es et CPE et d’engager rapidement de réelles négociations. 

Pour toutes ces raisons, et tout en saluant la mobilisation des équipes pour leur élaboration, le CNESER refuse de se prononcer sur les dossiers présentés aujourd’hui.

VOTES : 18 POUR / 0 CONTRE / O ABSTENTION / 3 NPPV (CPU et FO-ESR)

Signataires : SNESUP-FSU, SNCS-FSU, SNASUB-FSU, SGEN-CFDT, l’Alternative, SUP RECHERCHE UNSA, CGT, UNEF

Le ministère veut passer en force pour disloquer statuts, rémunérations et missions. Nous ne laisserons pas passer ! Communiqué intersyndical du 29 juin 2021

Dans le sillage de la LPR, le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation accumule depuis quelques mois les textes pour mettre en cause l’ensemble des statuts et de missions des personnels.

C’est inadmissible sur la forme : les réunions n’ont pu se tenir en présence de tous les participants, des réunions de présentation de ces textes ont été reportées ou annulées, les comités techniques ministériels se multiplient (pas moins de six en un mois !) dans la précipitation et l’impréparation (au point que le ministère amende parfois ses propres textes en séance), sur des projets qui impactent pourtant fortement l’enseignement supérieur et la recherche. Le boycott du comité technique ministériel du 18 juin par la grande majorité des syndicats représentés (CGT, FSU, CFDT, Solidaires et FO) a sanctionné les manœuvres ministérielles qui portent atteinte au droit des personnels d’être représentés et défendus.

C’est inadmissible sur le fond : pleins pouvoirs accordés aux présidents d’université pour les recrutements d’enseignant-es-chercheu-r-ses, chaires de professeurs juniors, RIPEC généralisant les primes au « mérite » et réintroduisant le « suivi de carrière », contrats de droit privé pour les doctorants et post-doctorants, contrats de projets pour tous les personnels impliqués dans la recherche, « CDI »  de mission sont autant de dispositifs qui, tout à la fois, attaquent les statuts, individualisent les rémunérations, généralisent la contractualisation. Les « CDI » de missions et les chaires introduisent même des reculs par rapport aux droits généraux des contractuels de la Fonction publique.

D’autres réformes accentuent simultanément les régressions : mise en place du BUT (Bachelor Universitaire de Technologie) à marche forcée (les « programmes nationaux », en réalité des empilements de « compétences », viennent de paraître pour une mise en œuvre à la rentrée) ; réforme des études de santé largement sous-financée qui ne répond pas aux enjeux et crée de fortes inégalités entre les étudiant·es selon les filières PASS ou LAS ; déstructuration des masters MEEF (de formation des futur-es enseignant-es) et mise en cause des concours d’enseignement pour les étudiants aspirant à devenir professeurs des écoles, collèges et lycées.

En parallèle la poursuite de la mise en œuvre du RIFSEEP institue inégalité et concurrence entre personnels des universités et des organismes de recherche.

Toutes ces réformes font aussi écho à une gestion « Covid » qui a été l’occasion de multiples atteintes aux droits statutaires des personnels, aux droits des étudiants (à commencer par celui d’avoir cours), aux missions d’enseignement. Or, la Ministre entend inscrire cette gestion dans la durée, en débloquant 22 millions d’euros pour l’« hybridation » des enseignements, en annonçant 49 « campus connectés », en prévoyant la « prolongation ou transformation » et non la disparition des dispositifs de crise.

Aucune de ces mesures ne répond aux revendications !

 D’ores et déjà des réactions ont eu lieu. Le comité technique de l’INRAE a unanimement exigé du PDG de l’Institut qu’il renonce à mettre en place chaires juniors et CDI de mission. L’ensemble des syndicats du CNRS et de l’INSERM ont fait une déclaration similaire lors du conseil d’administration de l’EPST. Des motions similaires ont été votées dans les conseils centraux de plusieurs universités, de Paris 8 à Grenoble, et dans certaines sections CNU.

Nous appelons les personnels à se rassembler partout pour faire valoir leurs revendications :

→ revalorisation du traitement indiciaire

→ titularisation de tous les contractuels sur missions pérennes qui le souhaitent et création de tous les postes nécessaires !

→ maintien des diplômes et concours nationaux qualifiants : abandon du BUT, abandon de la réforme de la formation des enseignant-es et ouverture de véritables négociations !

→ arrêt de l’individualisation des rémunérations et de la mise en concurrence du personnel : abandon du RIFSEEP, retrait du RIPEC !

→ arrêt de la contractualisation du personnel et de la mise en cause des statuts : abandon de toutes les mesures LPR en ce sens, notamment les chaires de professeurs juniors, les contrats de projets, les « CDI » de mission !

→ mesures de rattrapage des dégâts occasionnés par le « distanciel » à la transmission des connaissances chez les lycéens et étudiants, avec les dotations budgétaires pour ce faire !

→ réouverture de toutes les universités avec tous les cours, CM, TD, TP en présentiel dans le respect des maquettes !

Non à la dégradation de nos missions, statuts et rémunérations !
Non à la « virtualisation » de l’enseignement !

À Paris rassemblement devant le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, rue Descartes, le

6 juillet, à 11heures

Signataires : FERC CGT, FSU, FO ESR, SUD Éducation et SUD Recherche EPST

« Mener ensemble la lutte pour un enseignement supérieur gratuit et émancipateur au service de l’ensemble de la société ». APPEL du Congrès d’orientation 2021 du SNESUP-FSU à Rennes 2, 17 juin 2021

Plus d’une centaine de délégué·es ont convergé à Rennes du 15 au 17 juin pour débattre, faire vivre la démocratie du SNESUP-FSU et envisager l’avenir.

 Pour faire face aux défis auxquels nos sociétés sont confrontées pour le présent et l’avenir, il y a plus que jamais besoin d’étendre et de diffuser largement les connaissances. L’ESR est un lieu de production et de diffusion de ces connaissances, et de développement de l’esprit critique des générations futures. Ce rôle doit être exercé dans le cadre d’un service public accessible à toutes et tous, y compris aux étudiant·es étranger·es. Il doit être assuré par des personnels titulaires, dont le statut garantit l’indépendance vis-à-vis des pressions des lobbies politiques, religieux, économiques, etc., leur permettant ainsi de travailler à l’intérêt général. Le SNESUP-FSU réaffirme à cet effet la nécessité de préserver les libertés académiques en enseignement et en recherche.

Depuis 2017, les multiples réformes conduites par le gouvernement vont à l’encontre de cet intérêt général :

  • la loi ORE, Parcoursup et “Bienvenue en France” ont entraîné une aggravation de la sélection sociale pour les étudiant·es et l’augmentation des frais d’inscription ;
  • la loi de transformation de la fonction publique destinée à « manager » le service public comme une entreprise a de lourdes conséquences sur les personnels de l’ESR; l’ordonnance permettant la création d’établissements expérimentaux (EPE) dérogeant à de nombreuses règles du code de l’éducation met en péril la démocratie universitaire et les droits des personnels ;
  • la loi de programmation pour la recherche publiée contre l’avis de la majorité de la communauté universitaire ne répond pas au sous-financement de la recherche, poursuit la destruction des statuts des EC sur fond de concurrence généralisée par l’ouverture de la contractualisation avant titularisation et annonce la fin de l’évaluation par les pairs au profit du chef d’établissement ;
  • la réforme de la FDE qui dégrade la formation, qui précarise les étudiant·es et l’entrée dans le métier et qui tend à « sortir » la FDE de l’université.

Ce gouvernement mène également sa politique sous des formes plus insidieuses, sans textes de loi, mais tout aussi nocives :

  • insuffisance criante des dépenses de l’état en matière d’ESR ;
  • poursuite de l’étranglement financier des établissements ;
  • développement des financements sur appels à projet attribués sous condition de restructurations institutionnelles des établissements, ou sous condition de conversion des enseignements à distance ;
  • absence d’investissement dans la rénovation et la construction des établissements pour accueillir des effectifs étudiants de plus en plus nombreux ;
  • absence de création de postes de titulaires malgré l’urgence et le large sous-encadrement.
 Les conséquences sont nombreuses et délétères pour les personnels et fortement dénoncées par le SNESUP-FSU dans toutes les instances où il est présent :
  • précarité des personnels qui s’étend et salaires bloqués;
  • développement d’un management autoritaire, encore renforcé  désormais par la politique de primes différenciées à la performance, qui aiguisent concurrence et conflits dans les équipes et induisent comportements contraires à l’éthique;
  • conditions de travail de plus en plus dégradées pour tout le monde, souffrance au travail qui se développe encore et toujours, au détriment de la santé des personnels en sous-effectif criant;
  • les femmes sont particulièrement touchés et les plans d’égalité en cours de déclinaison dans les établissements risquent d’être insuffisants alors qu’il y a urgence à lutter pour l’égalité et contre les violences sexistes et sexuelles.

Continuer la lecture

« Assurer l’égalité d’accès à l’enseignement supérieur, principe constitutionnel ». Lettre au Premier ministre de l’intersyndicale ESR, 18 mai 2021

« Confinements, virage numérique et attaque contre les libertés académiques : quel enseignement supérieur et quelle recherche voulons-nous ? » Position de SUD éducation

Les politiques néo-libérales de gestion du service public ont conduit aux dysfonctionnements et aux inégalités criantes que dévoile au plus grand nombre l’épidémie de Covid-19. Aujourd’hui, les situations d’urgence que nous constatons dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche (détresse des étudiant-e-s, précarisation accrue des personnels, perte de sens) imposent non seulement la critique de la succession des réformes délétères subies, mais aussi la construction d’un horizon collectif de revendications révolutionnant son fonctionnement.

1. Une succession de réformes néolibérales dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche (ESR)

Les récentes réformes (mise en place de la sélection en master en 2017, ORE-Parcoursup en 2018 ou encore le baccalauréat dit Blanquer en 2019) ont contribué à accentuer les inégalités d’enseignement dans le supérieur. Parcoursup renforce la sélection sociale et scolaire dans l’accès aux filières les plus demandées. Cela accentue la mise en concurrence des candidat-e-s, mais aussi des formations du supérieur. Cette réforme, comme celle du bac Blanquer, vise une individualisation des parcours. Or, la sociologie de l’éducation montre que plus l’éventail de choix est large, plus les inégalités se structurent en fonction du capital scolaire de la famille des élèves et étudiant-e-s.

Continuer la lecture

« Ces nouveaux inquisiteurs mènent une chasse aux sorcières ». Tribune de Nonna Mayer, 6 mai 2021

Dans une tribune parue dans Le Monde le 6 mai 2021, qu’elle nous a autorisée à reproduire, Nonna Mayer, candidate à la succession d’Olivier Duhamel à la président de la Fondation nationale des sciences politiques, dénonce les attaques dont elle a fait l’objet par l’Observatoire du décolonialisme. Ce site, qui s’en prend à de nombreuses chercheuses et chercheurs ciblés, individuellement, depuis sa création en janvier 2021, entend donc désormais dresser la liste des candidat·es autorisé·es et interdit·es à la tête des établissements de l’ESR.

  • par Nonna Mayer, directrice de recherche émérite à Sciences Po/CEE/CNRS, 6 mai 2021

Tout chercheur travaillant sur les préjugés envers l’Islam et les musulmans en France court désormais le risque de se voir accoler l’étiquette infamante « d’islamo- gauchiste ». Un terme confus, polémique, aux effets délétères.

Le 11 mars, la veille de mon audition par le Comité de recherche formé par Louis Schweitzer pour examiner les candidatures à la présidence de la Fondation nationale des sciences politiques, un billet non signé sur le site de l’Observatoire du décolonialisme m’accusait pêle-mêle : d’avoir introduit le terme « islamophobie » à la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH), de lui donner « une caution scientifique », de reprendre mot à mot la définition de feu le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), de mettre sur un pied d’égalité préjugés antisémites et islamophobes, de confondre critique légitime de la religion et attaque contre des croyants, d’importer des théories douteuses sur le genre, la race, l’intersectionnalité.

Ce texte, au demeurant truffé d’erreurs et de contrevérités, était à l’évidence destiné à délégitimer ma candidature, et à promouvoir celle de Pascal Perrineau, présenté comme « un universitaire » défendant le « camp républicain » et handicapé par sa qualité de « mâle blanc de plus de 50 ans ». D’autres articles ont suivi, stigmatisant la démarche « militante » du sondage annuel sur le racisme de la CNCDH et des chercheurs qui l’analysent, dont je suis.

Le dernier en date, sous la plume de Pascal Perrineau, m’associe dans une note de bas de page avec Vincent Tiberj à une « mouvance islamo-gauchiste » pour qui l’islamophobie aurait historiquement remplacé l’antisémitisme en Europe.

Cette campagne, complaisamment relayée par certains médias — voir l’interview le 15 mars du fondateur de l’Observatoire, Xavier-Laurent Salvador, sur le site de LExpress — est grave. Elle met en cause mon intégrité scientifique. Elle vise à discréditer les travaux que je mène sur le racisme et l’antisémitisme depuis trente ans, ceux de la CNCDH, et de l’équipe de chercheurs avec qui j’analyse son enquête annuelle sur le racisme. Le temps est venu de réfuter ces accusations malveillantes.

https://www.flickr.com/photos/17853411@N00/36784607590/in/photolist-bKNQP-zScbtR-WXFqeg-5Mo92V-5AnKih-XU3Dmn-bh1dNe-8A9SAJ-8z4jvL-XoRGgg-9SUb1X-gFfeH-oGTRWv-74tLSU-772XEG-8yMZeD-oMyTf4-d3swi9-4BqqQW-za4qR-y5t8b-aBbst-8HnTKd-aqymr2-hEgGW9-71nndm-2fgNyz2-LfiKE-oGCeX2-67r6-7mkZT-9f7Lyg-xrck8-4qc8SE-pav3m-6Lhete-XwUZQf-3LQme-2rLgxE-7GBpWN-cqBUE3-XxmWcH-ePtM37-Y3wJhf-r5G9cB-bkpakT-9in6jY-6bsSk1-a5zLUy-d4Ysvd/

Lighthouse, Atle Grimsby, 2017

Continuer la lecture

« Concertation » sur le recrutement des enseignant∙es-chercheur∙ses : rapide lecture du rapport remis à la Ministre le 19 avril 2021

  • par Véronique Beaulande

Le rapport demandé par Frédérique Vidal le 2 février 2021 à Fabienne Blaise, Patrick Gilli et Pierre Desbiolles est lisible ici :

En voici quelques éléments. Je précise que ce qui suit est une synthèse du document et ne représente pas mon avis sur telle ou telle proposition.

En voici quelques éléments. Je précise que ce qui suit est une synthèse du document et ne représente pas mon avis sur telle ou telle proposition.

  • Le point de départ est l’article 5 de la LPR sur l’expérimentation de recrutement de maîtres de conférences sans exigence de qualification par le CNU. On peut noter que la « concertation » a lieu alors que l’expérimentation est d’ores et déjà autorisée, et semble la clef d’entrée dans une réflexion générale sur le recrutement des EC.
  • Les 5 thématiques retenues sont : « Reconnaissance du doctorat et valeur de l’habilitation à diriger des recherches », « Rôle et fonctionnement du comité de sélection (COS) », « Rôle et fonctionnement du Conseil national des universités (CNU) », « Conditions de l’expérimentation d’un recrutement de maître de conférences sans qualification (article 5 de la LPR) » et « Évolution des voies d’accès au corps des professeurs des universités ».
  • Le fil rouge du rapport est l’accompagnement des EC tout au long de leur carrière; la commission plaide pour un véritable suivi de carrière. La question de l’articulation entre les instances locales et l’instance nationale qu’est le CNU est un des « nœuds » de toutes les questions abordées.

Beeper, by tony_duell, 2013

Continuer la lecture

Qui a peur de la non-mixité à l’UNEF et ailleurs ?

Communiqué de la section LDH EHESS, 14 avril 2021

Le 1er avril dernier, le Sénat votait un amendement au projet de la loi confortant le respect des principes de la République (dit « projet de loi contre le séparatisme ») ; il visait à dissoudre toute association qui interdirait « à une personne ou un groupe » de participer à une réunion, « à raison de leur couleur, leur origine ou leur appartenance ou non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion ». Dans le viseur : l’UNEF, coupable d’organiser des groupes de paroles entre racisé.es. Ce n’était nullement un poisson d’avril, mais un déni, voire une méconnaissance de l’histoire et de la mémoire des luttes qui ont jalonné à la fois les revendications pour la mixité et le recours à des espaces non-mixtes permettant aux dominé.es de se ménager un sas de réassurance pour mieux accéder à une parole plus égalitaire dans des groupes mixtes.

La polémique contre l’UNEF a la mémoire courte, qu’on en juge au prisme de l’histoire des femmes en France depuis 50 ans. La République, forte du monopole masculin de l’universel, a longtemps vécu sans le vote et la représentation des femmes, et il a fallu les lois sur la parité des années 2000 pour que l’accès à des postes de représentation au niveau national ne soit plus une exception.

Mais la loi fut aussi le résultat d’une mobilisation autonome des femmes. Les groupes « femmes » dans les syndicats, « le groupe G » au parti socialiste, « les groupes de paroles » au MLF, sont quelques-unes des façons de débattre pour mettre en forme des revendications acceptables dans les groupes mixtes. Dans tous les cas, il fallait arriver en force, c’est-à-dire après des délibérations entre femmes pour que la préséance et la rhétorique masculine bien huilée par des siècles de prises de parole aient quelques chances de baisser la garde.

Continuer la lecture

Suppression de l’ENA : Les (véritables) raisons du conformisme de l’administration

Emmanuel Macron a décidé de la suppression de la l’Ecole nationale d’administration, remplacée par une autre institution. Plusieurs collègues se sont exprimé·es sur le manœure du chef de l’État1. Nous reproduisons une analyse faite lors que les premiers effets d’annonce ont eu lieu.

  • Léa Guessier,  collectif d’agents publics engagé·es, Blog de Médiapart, 5 avril 2019

Chaque année, la publication du rapport du jury de l’ENA charrie son lot de débats et de polémiques sur le conformisme des candidat·es à l’école emblématique de la haute fonction publique, parfois à raison. On tente cependant plus rarement de comprendre et d’expliquer les ressorts sous-jacents de cette homogénéité dans la pensée et l’attitude des étudiant·es concerné·es. Or, le problème est plus fondamental et dépasse les quelques candidat·es dont les copies ou propos sont épinglées : au-delà de la seule ENA, c’est tout le système de formation des cadres de la fonction publique qui véhicule, sous couvert de normes de « bonne gestion », les idées politiques dominantes dans le corps administratif, et qui les diffuse dans un cadre propice à leur intégration passive par les futur·es fonctionnaires.

https://www.flickr.com/photos/joopey/906614579/in/photolist-2o7CVR-Ea6kv-5Dycra-9xWtdU-25XjYFo-hrgz-rGuaHW-MSmaG-FiufJT-r3gkdx-pk8jkW-ebMgqH-xq5ehs-z4NgQy-Gdk2cF-8VM3ei-7SBWGP-S5Q5G-bXcvGi-C91o2u-3eZPK-iVzn-HJsoDb-7NSW4K-fCjTxn-athayM-2fpcz2h-CUqESX-8DSEFz-dCY7xi-9qWrx-93dg-5rarAd-vcPiRG-pSC2h5-BqnJY-8ppwd4-fAQCCv-3Cq3s-4TJw31-tNCayK-cXwod9-9xgySN-4DRD8w-nJhZhQ-f48PZ3-a87gFx-26A5Tni-7Q9BVy-54UZdL

Plant. Crédit: Joopey, 2007

Continuer la lecture

  1. Par exemple, « Suppression de l’ENA : effet d’annonce ou annonce suivie d’effets ? » par Marc-Olivier Baruch, AOC, 12 avril 2021. []

« Le droit d’agir, le devoir de rendre compte »

  • par Barbara Serrano, sociologue – publiée dans Le Monde, 29 mars 2021

Tribune. Il y a un an, le 17 mars 2020, la France était confinée pour faire face à la pandémie de Covid-19 devenue hors de contrôle. Fin janvier, le mot d’ordre du président de la République est désormais « Tout sauf le confinement ». Il rejette alors la proposition d’un confinement strict d’un mois défendue par le conseil scientifique.

Seule cette mesure aurait permis de ramener la circulation du virus SARS-CoV-2 autour de 5 000 contaminations par jour – seuil fixé par Emmanuel Macron lui-même pour contrôler l’épidémie et déconfiner –, contre plus de 30 000 par jour actuellement. Elle nous aurait fait gagner du temps en reprenant la main sur le traçage des contaminations et en avançant la campagne de vaccination.

Du fait du « pari politique » d’Emmanuel Macron, l’épidémie s’est intensifiée et, comme avaient mis en garde les modélisateurs, plusieurs régions à forte densité, telles que l’Ile-de-France et les Hauts-de-France, puis aujourd’hui le Rhône, l’Aube et la Nièvre, ont largement dépassé les seuils d’alerte de 250 cas hebdomadaires pour 100 000 habitants, seuils déjà moins stricts que ceux fixés dans les pays voisins (par exemple, 100 pour 100 000 en Allemagne).

Portrait officiel du président de la République française Emmanuel Macron au Palais de l’Elysée, Paris, France. — Soazig de la Moissonniere/SIPA

Continuer la lecture

Racisme d’État : les « Sages » républicains se réunissent en non-mixité

Il y a quelques jours, le Sénat a remis dans son agenda l’interdiction pour les femmes portant le voile d’accompagner des enfants lors de de sorties scolaires. Aujourd’hui, les “Sages” ont adopté un nouvel  amendement puant relatif au projet de loi “contre les séparatismes”1.

Sous le nom explicite d’“amendement UNEF”, il prévoit que l’organisation de réunions en non-mixité racisée devienne un argument politique pour requérir la dissolution administrative à l’encontre des associations et “groupements de fait”. Outre le fait que ce choix d’intitulé explicite semble inscrire dans la loi la haine des syndicats étudiants, son contenu vise une pratique de lutte spécifique et laisse encore une fois entendre que les antiracistes sont les vrai∙e∙s racistes.

Nous réaffirmons notre soutien total à l’UNEF qui subit depuis des semaines les attaques racistes et réactionnaires des responsables politiques et du gouvernement. Nous sommes révolté·e·s et très sincèrement effrayé·e·s par le virage fasciste que prend la sphère politique française.

Continuer la lecture

  1. https://www.mediapart.fr/journal/france/020421/amendement-unef-au-senat-la-gauche-tombe-dans-le-piege?onglet=full… []

La direction du CNRS, missionnée par le ministère, envisage de réduire la proportion de membres élu·e·s dans les sections du Comité national. Communiqué intersyndical, 30 mars 2021

Communiqué des organisations syndicales représentatives du CNRS du 30 mars 2021

Les organisations syndicales représentatives du personnel du CNRS ont été informées des intentions très graves de la direction du CNRS concernant un projet de réforme du Comité national de la recherche scientifique, lors d’une rencontre le 19 mars 2021 avec A. Schuhl, Directeur général délégué à la Science. À la demande de la ministre, la direction du CNRS est missionnée pour rendre, d’ici le début de l’été, des propositions de modifications de la composition et des missions des sections du Comité national. À cette occasion, la direction du CNRS souhaite réduire la proportion à moitié de membres élu-e-s dans les sections au lieu de deux tiers actuellement, en diminuant la part des enseignant·e·s-chercheur·euse·s élu·e·s.

Le Comité national est une instance qui représente l’ensemble de la communauté scientifique académique. Sa composition et son mode de fonctionnement visent à garantir l’indépendance de la recherche par rapport aux intérêts politiques et économiques, ce qui suppose de s’assurer de sa diversité et de sa qualité, mais aussi de son organisation démocratique. En particulier, le Comité national est, et doit rester, indépendant de la direction du CNRS. C’est pourquoi les sections du comité national sont composées d’un tiers de membres nommé-e-s et de deux tiers de membres élu-e-s issu-e-s de l’ensemble de la communauté scientifique : chercheur·euse·s du CNRS, mais aussi d’autres organismes nationaux de recherche, enseignant·e·s-chercheur·euse·s des établissements d’enseignement supérieur, ingénieur·e·s et technicien·ne·s. La proportion de deux tiers de membres élu·e·s est essentielle pour garantir la diversité et la représentativité de la communauté scientifique et l’indépendance et le rôle du Comité national.

Les organisations syndicales signataires s’opposeront à toute diminution du nombre et de la proportion de membres élu·e·s.

SNCS-FSU, SGEN-CFDT Recherche EPST, SNTRS-CGT, Sud Recherche EPST, SNPTES