Le SNCS-FSU et le SNTRS-CGT s’opposent à la transformation des organismes de recherche en agences de moyens

Communiqué du SNCS-FSU et du SNTRS-CGT du 17 janvier 2022 – version pdf

Le président de la République, M. Emmanuel Macron, a présenté son projet pour l’Enseignement supérieur et la recherche dans les dix ans qui viennent, dans son discours du 13 janvier 2022 à l’occasion du Congrès des 50 ans de la Conférence des présidents d’universités.

Dans son discours, le président de la République envisage de réduire les organismes de recherche à des agences de moyens, et de les séparer « de la logique d’en bas, où les équipes, on le sait bien, doivent avoir le plus de synergie possible sur le terrain ». Lors de ce même congrès, la Conférence des présidents d’université a exposé vouloir « confier aux universités la délégation pleine et entière de gestion de toutes les unités mixtes de recherche ». Ces propositions font suite aux préconisations de la Cour des comptes qui, dans une note du 21 octobre 2021, envisage de déléguer la gestion pleine et entière des unités mixtes de recherche (UMR) aux univer­sités, de transférer le personnel de ces UMR aux universités, et de transformer les organismes de recherche en agences de moyens qui pourraient fusionner avec l’Agence nationale de la recherche.

Continuer la lecture

Soutien aux personnels de Sciences Po Grenoble

Nous dénonçons fermement la décision du Président de Région Laurent Wauquiez de suspendre tous les financements à Sciences Po Grenoble, et la surenchère politique qui s’en est suivie, notamment avec l’intervention du ministre de l’Éducation Nationale Jean-Michel Blanquer. Ces décisions unilatérales et cette surenchère, encourageant les préjugés de l’idéologie d’extrême droite sur une prétendue diffusion de « cancel culture » ou de « wokisme » ou encore d’« islamo-gauchisme » à l’Université, posent un grave problème remettant en cause l’autonomie des établissements d’enseignement supérieur et de recherche, et la liberté académique, garante d’un service public d’ESR de qualité.

Pour toutes ces raisons, ces décisions et cette instrumentalisation politico-médiatique doivent faire l’objet d’une réaction publique forte du Président de l’UGA pour permettre aux collègues de Sciences Po de travailler dans des conditions acceptables, ce qui n’est pas le cas actuellement. Les collègues vivent une pression et une violence forte, c’est inacceptable. Cette prise de position de la Présidence a été demandée à plusieurs reprises, notamment lors du Conseil Académique du 14 octobre 2021.

La CGT Université de Grenoble réaffirme toute sa solidarité envers les collègues de Sciences Po Grenoble qui travaillent aujourd’hui sous une pression particulièrement forte : outre cette pression médiatico-politique et les entraves aux libertés académiques qui les empêchent de travailler dans des conditions sereines, l’ensemble des personnels de Sciences Po, enseignant.es, enseignant.es-chercheurs.ses et personnels administratifs et techniques, subissent des conditions de travail particulièrement dures depuis des mois déjà, ayant conduit à de nombreuses alertes dont une alerte pour Danger Grave et Imminent, restées à ce jour sans réelle réponse.

Motion du conseil académique de l’UGA du 14 octobre 2021

Adoptée à l’unanimité

Le conseil académique de l’UGA apporte son soutien aux collègues du laboratoire Pacte soumis cette année à des menaces particulièrement violentes dans l’exercice de leur activité de recherche.

Dans un contexte où certaines disciplines, notamment en sciences humaines et sociales, font face à des attaques médiatiques, politiques, ministérielles, qui mettent en danger la liberté académique, le conseil académique confirme la légitimité entière de ces disciplines et des collègues qui y inscrivent leurs travaux.

Il appelle la présidence de l’UGA à s’associer publiquement à ce soutien et à la défense de la liberté académique contre tous ceux qui tentent de la remettre en cause.

Le conseil académique réaffirme son attachement à l’article L141-6 du code de l’éducation : « Le service public de l’enseignement supérieur est laïque et indépendant de toute emprise politique, économique, religieuse ou idéologique ; il tend à l’objectivité du savoir ; il respecte la diversité des opinions. Il doit garantir à l’enseignement et à la recherche leurs possibilités de libre développement scientifique, créateur et critique. »

Continuer la lecture

Crise dans le milieu universitaire

  • Par Samantha Rose Hill, publié originellement  sur Medium.com,  21 septembre 2018. Traduction française Anne Monier

« Le principe du “publish or perish” (publier ou périr) est une catastrophe. Les gens écrivent des choses qui n’auraient jamais dû être écrites et qui ne devraient jamais être publiées. Personne ne s’y intéresse. Mais pour pouvoir garder leur emploi et obtenir une bonne promotion, ils doivent le faire. Cela dégrade l’ensemble de la vie intellectuelle ».

— Hannah Arendt

L’épigraphe ci-dessus est tirée d’une discussion intitulée “Values in Contemporary Society” (Les valeurs dans la société contemporaine) dans Thinking without a Banister [ouvrage de Hannah Arendt – en français La révolution qui vient]. La discussion a eu lieu le 13 juillet 1972 entre Hannah Arendt, Paul Freund, Irving Kristol et Hans Morgenthau ; elle était organisée par Kenneth W. Thompson, vice-président de la Fondation Rockefeller.

Hannah Arendt (Oct. 14, 1906 – 1975). Credit: Ryohei Noda

À la fin de la conversation, Arendt développe une réflexion sur l’état actuel de l’enseignement supérieur. S’intéressant au problème de l’intégrité académique dans l’enseignement et l’écriture, elle affirme que le principe du “publish or perish” a eu des conséquences dévastatrices pour la pédagogie et le travail de recherche. Elle déclare :

Celui qui y perd vraiment est la personne qui s’intéresse passionnément aux questions de l’esprit, qui est un excellent professeur, qui crée un vrai lien avec ses étudiants et leur fait comprendre l’importance de son sujet, mais qui n’écrira pas. Ou, s’il est obligé d’écrire, n’écrira pas bien. Et, en faisant quelque chose qu’il est obligé de faire à cause de ce principe de “publier ou périr”, il y laissera un peu de soi.

À la fin de la discussion, Arendt demande ce qu’une organisation comme la Fondation Rockefeller pourrait faire pour rehausser le prestige des excellent∙es professeur∙es qui ne publient pas mais se consacrent à l’art d’enseigner. Les vrai∙es grand∙es enseignant∙es méritent d’être reconnu∙es au même titre que les grand∙es chercheur∙ses, mais aujourd’hui, les deux catégories sont ébranlées par les principes qui structurent le monde universitaire1.

Sa condamnation du principe de “publier ou périr” est aujourd’hui particulièrement parlante pour nous. Même avec de nombreuses publications, il est difficile pour la plupart des aspirant∙es professeur∙es de trouver un emploi qui ait du sens, avec la disparition des postes de titulaires et l’augmentation des postes précaires qui comportent de lourdes charges d’enseignement et peu de sécurité d’emploi. Il existe peu d’institutions qui encouragent ceux qui souhaitent avant tout être d’excellent∙es enseignant∙es.

Les problèmes qui accablent les universitaires sont nombreux, mais en m’appuyant sur la critique d’Arendt concernant l’impératif de publication, je voudrais en évoquer ici brièvement quelques-uns qui semblent de plus en plus pressants aujourd’hui, en partie parce qu’ils agissent comme une forme de censure universitaire.

Réinventer le lectorat universitaire

Premièrement, la pression à la publication conduit les jeunes chercheurs à écrire pour un public particulier, limité et disciplinaire. J’ai pu constater que les discussions relatives à l’embauche et à la titularisation dépendent largement du prestige des revues dans lesquelles les candidats publient. Conscients de cela, les universitaires lisent les revues auxquelles ils savent devoir soumettre pour être embauché∙es et structurent ensuite leurs écrits en fonction des revues dans lesquelles iels sont censé∙es publier. Une collègue m’a dit un jour qu’elle pensait avoir été engagée uniquement grâce à un essai qu’elle avait publié dans Political Theory, et que c’était la chose la plus pénible qu’elle ait jamais écrite, s’efforçant d’écrire d’une voix qui n’était pas la sienne, dans le seul objectif d’obtenir un emploi.

Continuer la lecture

  1. Il est probable que la déclaration d’Arendt en 1972 ait quelque rapport avec son second mari, Heinrich Blücher, décédé en 1970. Blücher n’a jamais obtenu de diplôme universitaire mais était un intellectuel de premier ordre. Il a enseigné au Bard College pendant de nombreuses années, a contribué à monter le cours commun de première année, et était un professeur et un mentor apprécié. Mais Blücher n’a jamais publié ses propres travaux. Peu de temps avant sa mort, Arendt a parlé de son intention de parcourir les notes de Blücher et les enregistrements de ses conférences pour éditer un volume de son œuvre, afin de la faire connaître. []

La bureaucratie nuit gravement à la recherche. Tribune d’ADL, 10 janvier 2022

Tribune parue dans Le Monde signée par 500 directeurs et directrices de laboratoire

Alors que les sciences et les savoirs sont plus que jamais nécessaires pour faire face aux crises de notre temps, la recherche française est malmenée et menacée par l’intensification du nouveau management public. Après le renforcement de la logique compétitive et du financement par projet, entériné par la loi de programmation pluriannuelle de la recherche, voici l’apparition de nouvelles procédures d’évaluation des activités de recherche, instaurées récemment par le Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres), qui ne font qu’amplifier ce phénomène délétère.

En mars 2021, la Cour des comptes rendait public un rapport d’une grande sévérité sur les activités menées par le Hcéres entre 2014 et 2020 :

« Les rapports d’évaluation du Haut Conseil ne jouissent pas, dans le milieu académique, d’une réputation à la hauteur de l’effort consenti. Menés sur la base de référentiels très normés et de procédures particulièrement longues, les travaux d’évaluation pèsent sur les établissements, et plus encore sur des unités de recherche déjà chargées en travaux non scientifiques. »

Que diraient les magistrats de la Rue Cambon un an après l’arrivée de Thierry Coulhon à la tête du Hcérès ? Ils constateraient certainement, à rebours de leurs recommandations, un alourdissement de la technostructure de cette autorité administrative indépendante, une complexification des procédures normatives et, en conséquence, l’accroissement mécanique de la charge de travail administratif, déjà phénoménale, demandée aux acteurs de la recherche.

Contre-pied

Lors de sa prise de fonctions, en novembre 2020, le nouveau président du Hcérès avait pourtant déclaré : « Il faut trouver un équilibre entre la simplicité, la légèreté de l’évaluation, et son efficacité. » En outre, le Hcérès vient de signer la Déclaration de San Francisco sur l’évaluation de la recherche (DORA), laquelle défend une évaluation qualitative, portant sur les contenus de la recherche, au détriment d’une approche quantitative recourant à des critères « scientométriques ».

Dans la pratique, le Hcérès fait donc tout le contraire de ce qu’il défend publiquement. Sans aucune concertation avec le terrain et en toute opacité, il vient de mettre en place une usine à gaz aux antipodes des principes du texte de DORA. Le Haut Conseil a décidé qu’il n’avait plus à évaluer les contenus scientifiques et les projets des laboratoires : il entend désormais uniquement procéder à un bilan « ex post », c’est-à-dire à une évaluation comptable suivant d’innombrables indicateurs (on n’en recense pas moins de 57 pour les structures de recherche).

Continuer la lecture

“Ceci n’est pas un colloque universitaire”. Communiqué de Sud éducation, 4 janvier 2021

Du 7 au 9 Janvier, l’association loi 1901 “Le Collège de Philosophie” présidé par l’un de nos collègues de la Faculté des Lettres (Pierre-Henri Tavoillot) organise un colloque intitulé « Après la déconstruction : reconstruire les sciences et la culture ». Utilisant pernicieusement le crédit de l’université qui l’héberge – l’université est un lieu de liberté d’expression, cette réunion partisane se présente comme un colloque “d’échanges scientifiques” visant à “étudier les tenants et aboutissants de la pensée décoloniale, “wokisme”, ou “cancel culture” et comment elle s’introduit dans le système éducatif pour y imposer une morale au détriment de l’esprit critique” (sic).Les conclusions de ce “colloque” sont déjà connues, puisqu’elles sont dans son titre : la “cancel culture” (terme utilisé par les conservateurs américains et amalgamé ici avec la pensée décoloniale, courant intellectuel anti-raciste) venue des États-Unis aurait détruit les sciences et la culture, et il faudrait les reconstruire. Par un grossier retournement de la réalité, ce pseudo-colloque universitaire implémente exactement ce qu’il entend dénoncer : le camouflage d’une idéologie sous couvert de recherche universitaire, aidé par la localisation de cette réunion politique dans une université !

La liberté d’expression est la règle à l’université, et il est donc possible d’y organiser des réunions politiques. Une réunion de La France Insoumise ou d’En Marche qui y aurait lieu n’entraînerait aucun doute sur l’absence de caractère universitaire d’une telle réunion. Par contre, un “colloque” organisé par “le Collège de Philosophie” (qui n’a aucune reconnaissance universitaire) utilise la tutelle du lieu pour déguiser des propos idéologiques en “recherche” ou “échanges scientifiques”.

  SUD Éducation appelle les collègues de toute catégorie professionnelle et les étudiant·es à ne pas tomber dans le panneau de ce colloque idéologique pseudo-scientifique

1. Un parti pris idéologique revendiqué, indigne d’un vrai colloque scientifique

Continuer la lecture

Colloque “Après la déconstruction” en Sorbonne. Communiqué CGT, 4 janvier 2022

Update 6/1/2022

Bonjour,

Les 7 et 8 janvier 2022 se tiendra dans un amphithéâtre de la Sorbonne un événement intitulé Après la déconstruction : reconstruire les sciences et la culture.

Cette réunion se présente comme un colloque “d’échanges scientifiques” visant à “étudier les tenants et aboutissants de la pensée décoloniale, “wokisme”, ou “cancel culture” et comment elle s’introduit dans le système éducatif pour y imposer une morale au détriment de l’esprit critique”.

Ce colloque va être ouvert par Blanquer le ministre de l’Education nationale qui affirmait il y a un an, sans jamais être revenu sur ses dires que “Notre société a été beaucoup trop perméable à des courants de pensée“, “Ce qu’on appelle l’islamo-gauchisme fait des ravages”, “Il fait des ravages à l’université, il fait des ravages quand l’UNEF cède à ce type de chose, il fait des ravages quand dans les rangs de la France Insoumise, vous avez des gens qui sont de ce courant-là et s’affichent comme tels. Ces gens-là favorisent une idéologie qui ensuite, de loin en loin, mène au pire”.

Ce colloque pourrait-il être instrumentalisé en meeting politique qui s’inscrirait dans la droite ligne des discours de Blanquer et Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche ? Blanquer, comme Vidal, prétendent que l’islamogauchisme (terme maintenant remplacé par celui de wokisme) “gangrène l’université”. Or, cette parole ministérielle, pendant une année de campagne présidentielle, et en pleine pandémie qui étouffe encore un peu plus les personnels de l’éducation nationale et l’hôpital, dans un colloque universitaire soulève des questions bien légitimes.

En outre, cet événement est organisé sur le site de Sorbonne Université. Dès lors, la responsabilité et l’image de notre université sont engagées.

Continuer la lecture

La LPR a un an : la CGT dénonce une “contre-réforme d’ensemble”

Alors que le service communication de Frédérique Vidal sort une vidéo se félicitant de l’anniversaire de la promulgation de la LPR et d’une année de mise en œuvre du texte,

Pourtant, la Ministre qui a rendu 180 millions d’euros sur le budget de la LPR, à défaut des 500 millions promis pour l’année 2021, a porté une atteinte majeure au statut de la fonction publique de l’enseignement supérieur.

La CGT revient sur la série de décrets et d’arrêtés qui ont ponctué cette fin d’année.

Selon elle,

“La LPR s’attaque aux principes du service public, elle concerne non seulement l’enseignement mais aussi la recherche, les enseignants-chercheurs et les chercheurs, mais aussi les BIATSS… Bref, c’est une contre-réforme d’ensemble.”

Joyeux Noël !

Continuer la lecture

Désavouer le HCÉRES. Communiqué de l’Assemblée des directions de laboratoire (ADL), 16 décembre 2021

Le Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (HCÉRES) a rendu public le « référentiel d’évaluation » de la vague C pour les unités de recherche1 . Ce référentiel conduit à une intensification de la logique bureaucratique, à une extension du pilotage de la recherche par des objectifs d’« excellence » et à une disparition de la collégialité de l’évaluation au profit de la production automatique de rapports formatés selon des critères qui ne sont pas les nôtres.

En rupture radicale avec les pratiques de ces dernières années, le référentiel concernant les unités de recherche occulte toute référence au projet scientifique et aux axes de recherche de l’unité. Au lieu de permettre une réflexion sur le projet scientifique, dans la perspective d’un accompagnement de sa mise en œuvre par les pairs et d’une éventuelle discussion des difficultés rencontrées (par exemple en cas de ressources insuffisantes ou d’absence d’un soutien suffisant de la part des tutelles), la rédaction du rapport devient un exercice chronophage de jonglage avec de multiples indicateurs inutiles et de manipulation d’éléments de langage visant à produire l’image d’excellence attendue. L’évaluation se transforme quant à elle en un monstrueux contrôle de l’utilisation des moyens accordés et de conformité réglementaire ou normative, tout en favorisant le jeu de concurrence néfaste entre unités.

Ce référentiel d’évaluation a été voté par le collège du HCÉRES sans que la communauté scientifique ait été associée de quelque façon que ce soit à son élaboration, conformément aux pratiques délétères de cette agence, que l’ADL, avec toute la communauté scientifique, a déjà dénoncées2. Il s’inscrit même à contre-courant des pratiques aujourd’hui prônées à l’international, et en cours d’adoption par les principaux acteurs de la recherche en France3. Le Directeur général délégué à la science du CNRS déclarait récemment : « Un comité de vingt experts est plus juste qu’un tableur ! »4. Au HCÉRES, nonobstant les déclarations de principe5, on persiste à penser qu’un tableur suffit à connaître ce qui fait la valeur de la recherche et de l’enseignement supérieur.

Dans ces conditions, l’ADL engage vivement les collègues sollicités pour être experts à refuser de participer à des évaluations qui se serviraient de ce référentiel ; ou, s’ils avaient accepté de participer à ces évaluations, à revenir sur cette décision.

L’ADL appelle également les collègues concernés par la vague C à ne pas remplir les fiches Excel demandées par le HCÉRES, mais à renvoyer aux bases de données existantes, qui contiennent déjà toutes les informations demandées (HAL, ADUM, GESLAB).

Enfin, l’ADL s’associera aux projets visant à repenser l’évaluation scientifique, par la production d’une réflexion alternative qui serait adaptée aux pratiques et aux besoins des unités de recherche. Les collègues volontaires pour participer à cette initiative peuvent écrire à l’adresse suivante : <assemblee.dirlabo(at)gmail.com>

  1. Ainsi que pour les formations et établissements d’enseignement supérieur. []
  2. Voir notre « Appel à désavouer le HCÉRES », 18 décembre 2020. []
  3. Comme en témoigne l’axe « Transformer les pratiques pour faire de la science ouverte le principe par défaut » du 2e Plan national pour la science ouverte, p. 21. []
  4. Cité par David Larousserie, « Chambardements dans l’évaluation des scientifiques », Le Monde, 23 novembre 2021. []
  5. Telle celle d’aujourd’hui même. []

Défiance au CNES : “un risque majeur de perte de compétences”

Déclaration de la CGT au CNESER, 14 décembre 2021

Aujourd’hui, 14 décembre 2021, nous sommes à quelques jours du soixantième anniversaire de la création du CNES. Fondé le 19 décembre 1961 le CNES a, par son action, permis l’émergence d’une industrie spatiale française et européenne de premier plan, donné une place imminente à la France et l’Europe dans le concert des nations du spatial, accompagné et soutenu les laboratoires scientifiques français et européens au cours de décennies de succès source d’innovations et de progrès.

Il y a quelques jours à peine, pour la troisième fois seulement au cours de ces soixante années, les élus du Comité Central social et économique représentant les personnels du CNES ont voté à l’unanimité une motion de défiance envers la direction et les tutelles de l’établissement.

Continuer la lecture

“Vous portez la responsabilité de l’épuisement des personnels”: les élu·es du Comité technique de l’Université Paris-Saclay tirent la sonnette d’alarme

Lettre ouverte à Mme la Présidente de l’Université Paris Saclay

Nous, représentants du personnel au comité technique de l’Université Paris Saclay, vous interpellons et vous alertons depuis des mois dans les instances et composantes de l’Université sur les conditions de travail dégradées au sein de notre établissement.

Depuis la mise en place du projet de fusion de l’Université Paris Sud avec la COMUE les BIASS comme les enseignants-chercheurs, sont directement impactés dans leurs missions.

Comme le décrit le rapport DEGEST, dans notre quotidien la mise en place de l’Université Paris Saclay se traduit par

« une intensification du travail liée d’une part à l’inadéquation entre les ambitions du projet et les moyens alloués pour sa réalisation, et d’autre part à la complexification des organisations et des process de travail du fait du changement permanent et du fait de la multiplication des acteurs au fil des fusions. »

Et ce rapport de conclure :

« Un des risques principaux pour les personnels, notamment pour les plus en difficultés, est dès lors l’épuisement professionnel. »

Aujourd’hui de nombreux collègues ont atteint ce stade et vous en portez la responsabilité tandis que la crise sanitaire n’a fait qu’aggraver la situation.

Continuer la lecture