Covid-19 et examens. Lettre ouverte des personnels de Paris-Nanterre

« Nous refusons »

Lettre ouverte des personnels de l’université Paris-Nanterre concernant la crise sanitaire du Covid-19 et la question des examens, 3 mars 2020

Les enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’université Paris-Nanterre ont pris connaissance de consignes de la présidence de notre université visant à organiser des examens en ligne en période de strict confinement de la population.


Nous considérons que ces consignes sont irresponsables et inacceptables car elles :

  • violent le principe d’égalité entre les candidat.e.s (dans cette période de confinement, les inégalités sociales et la fracture numérique empêchent de garantir l’égalité de nos étudiant.e.s face aux examens).
  • font prendre des risques sanitaires dangereux (les étudiant.e.s qui n’ont pas accès à un ordinateur, ou à une bonne connexion internet, se sentiront dans l’obligation d’en trouver ailleurs, ce qui favorisera les déplacements en plein pic épidémique).
  • auront tendance à aggraver les situations de stress, déjà difficilement supportables pour nombre de nos étudiant.e.s et leurs familles, alors que l’Île-de-France figure parmi les zones les plus touchées par l’épidémie de Covid-19.

Ces injonctions risquent, de plus, de ne pas pouvoir être mises en œuvre par des enseignant.e.s-chercheur.e.s et des personnels administratifs eux-mêmes durement affecté.e.s par le confinement et la situation sanitaire et qui seront peut-être dans l’incapacité personnelle et/ou matérielle de prendre en charge l’organisation d’évaluations, à un moment où la protection de soi et des autres, voire la survie, sera notre priorité à toutes et tous.

Enfin, il nous semble incompréhensible de maintenir ces examens à un moment où toutes les activités nationales et internationales sont suspendues. La pandémie qui nous frappe, ainsi que les mesures qui ont été prises, constituent des cas de force majeure. Nous pensons qu’il y a une certaine indécence à vouloir maintenir quoi qu’il en coûte socialement, sanitairement et humainement parlant, la continuité du service et des évaluations dans une période aussi éprouvante pour tout le monde.

Pour toutes ces raisons, organiser des examens en ligne durant la période du confinement nous apparaît comme inacceptable. Dans le contexte dramatique que nous vivons, en particulier en Île-de-France, la durée du confinement est incertaine. L’impossibilité de prévoir la date du déconfinement, ni même ses modalités pratiques (des mesures de précaution strictes seront sans doute maintenues plusieurs mois après l’annonce du déconfinement de la population), empêche d’envisager sereinement le report des épreuves. Dans cette situation aussi exceptionnelle que dramatique, nous demandons la dispense pour les examens qui n’ont pas pu se tenir avant le confinement de la population. Nous refuserons d’organiser des examens en ligne et de participer ainsi à l’explosion des inégalités dans le contexte de pandémie.

La priorité aujourd’hui et pour les semaines à venir devrait être de prendre soin de soi et des autres, en particulier des plus vulnérables. Loin de l’obsession évaluative, la mission de l’Université doit rester de construire des éléments de compréhension de la crise actuelle, et ainsi de maintenir le lien entre enseignant.e.s, étudiant.e.s et personnels.

 

Recrutements des enseignant·es-chercheur·es 2020 : Communiqué commun d’associations et de président·es de comités de sélection

Contre les recrutements intégralement par visio-conférence
Pour un report de plusieurs semaines du calendrier en vigueur

En dépit de la crise sanitaire mondiale, la campagne de recrutement des enseignant·es-chercheur·es continue actuellement de se dérouler. La baisse dramatique du nombre de postes de titulaires ouverts aux concours depuis quinze ans rend l’enjeu de ces recrutements d’autant plus important. Leur faible nombre, au regard des besoins des universités et du volume de candidates et de candidats, confère une encore plus grande responsabilité aux membres des comités de sélection. Dans ces conditions, en tant que président·es de comités de sélection en science politique et en sociologie, et en tant qu’associations représentatives de différentes disciplines des sciences sociales, nous souhaitons collectivement défendre plusieurs principes essentiels au bon déroulement de cette campagne.

Les circonstances exceptionnelles ne sauraient justifier que le processus de recrutement contrevienne au principe d’égalité entre les candidat·es, ou conduisent à renoncer à des conditions rigoureuses d’évaluation, de délibération et de vote entre les membres des comités de sélection. C’est pourquoi nous refusons la dématérialisation intégrale du processus de recrutement via des dispositifs de visioconférence, et nous demandons un report de plusieurs semaines supplémentaires du calendrier en vigueur de la campagne synchronisée 2020.

Il est pour nous inconcevable que la totalité du processus de recrutement soit dématérialisée. Il ne saurait être question que la douzaine de membres d’un jury (en moyenne) se retrouvent contraint·es d’échanger par ordinateurs interposés. Nous refusons encore davantage que la totalité des candidates et des candidats soient auditionné·es à distance, derrière un écran, dans des conditions techniques, matérielles et sanitaires extrêmement variables et sujettes à caution. Ce dispositif inacceptable créera d’innombrables inégalités et fera peser sur toutes et tous de nombreuses contraintes qui s’ajouteront à un contexte moral fortement dégradé par le nombre de malades et de décès.

Dès lors, nous demandons un report du calendrier de recrutement de plusieurs semaines supplémentaires. En dépit des inévitables incertitudes liées à l’évolution de la situation sanitaire, permettre aux auditions de se tenir jusqu’à la mi-juillet au maximum semblerait offrir une marge raisonnable, sans remettre en cause la temporalité des affectations à la rentrée. Dans de telles conditions, nous encourageons le regroupement des auditions d’une même discipline autour d’un même lieu durant une même semaine, afin de faciliter leur déroulement. Dans ce contexte perturbé, nous appelons enfin les universités à faire preuve de souplesse afin de faciliter par tous les moyens possibles la prise de poste des nouveaux et des nouvelles recruté·es en septembre, que ce soit sur le plan administratif ou pédagogique.

Liste des signataires ci-dessous

Continuer la lecture

L’urgence est à la solidarité ! Communiqué de l’assemblée générale nationale des précaires de l’ESR du 27 mars 2020

Le 27 mars 2020, s’est réunis, à distance, via le logicielDiscord, l’Assemblée général des Précaires de différents collectifs — Rennes, Picardie-Jules Verne, Lille, Rouen, Toulouse, Nantes, Grenoble, Angers, Saint-Etienne, IDF (P1, P3, P5, P7, P8, P10, P13, IEP, EHESS, INSPE Créteil, INSPE Cergy).

Academia reproduit ici le texte du communiqué.

Assemblée générale des précaires, 27 mars 2020
L’urgence est à la solidarité !

L’AG nationale des personnels et usagèr.es précaires de l’ESR qui s’est tenue en ligne le 28 mars 2020 rappelle que ce sont les précaires, les ouvrièr.es, les femmes et minorités de genre, les personnes racisé.es et étrangèr.es, invalides et malades, qui sont encore une fois les plus pénalisé.es par les mesures prises pendant la pandémie de coronavirus COVID-19. La crise que nous vivons nous montre en pleine lumière qui sont les véritables « premièr.es de cordée », en l’occurrence celles et ceux qui actuellement exercent des professions à risque (personnel soignant et hospitalier, agent.es de caisse, livreur.ses, etc.), qui ont été tant malmené.es, et auxquel.les nous devons tant. Dans « l’état d’urgence sanitaire » actuel, nous devons être solidaires de ces dernièr.es, mais également continuer à mener les luttes sociales engagées contre la LPPR, la réforme de l’assurance chômage et celle des retraites, et à demander plus de moyens pour les services publics. En outre, nous demeurons d’autant plus vigilant.es que les mesures prises en période de crise peuvent donner lieu à d’inquiétantes dérives si elles s’inscrivent dans le droit commun. Pour l’ESR, nous nous inquiétons des ordonnances qui passent actuellement et préfigurent l’institutionnalisation de la dématérialisation de l’enseignement supérieur, avec toutes les inégalités qu’elle implique.

Mais il nous faut d’abord répondre au plus urgent : la précarité et la pauvreté s’aggravent dangereusement dans l’ESR en cette période de confinement. Nous exigeons pour cette raison :

    • la mise en place immédiate d’un fonds d’urgence par le CROUS pour les précaires de l’ESR en difficulté, quel que soit leur statut ;
    • la suspension des loyers des résident.es au CROUS durant la période du confinement, sans rattrapage après le confinement, et la possibilité pour tout.es les résident.es de rester dans leur logement, de le réintégrer à l’issue du confinement, ou d’obtenir alors un autre logement du CROUS en cas de départ définitif du logement actuel en raison de la crise sanitaire ;
    • le maintien de tous les salaires, primes comprises, pendant le confinement, et le renouvellement automatique des contrats qui se terminent pendant le confinement ;
    • la rémunération de tou.tes les vacataires sur la base de leur service prévisionnel, qui doit être partout considéré comme assuré ;
    • le maintien et le versement immédiat à la demande des bénéficiaires de tout autre financement provisoire ciblé, notamment les bourses de recherche, y compris quand tout ou partie du travail afférent ne peut être réalisé en raison du confinement (y compris pour des questions de mobilités), et leur prolongement pour une durée équivalente à la durée du confinement ;
    • l’absence d’obligation d’assiduité et non-tenue des examens, des jurys et des comités (incluant les comités de suivi de thèse) à distance, avec validation automatique de l’année (y compris des crédits correspondant à des stages ou autres activités qui n’auront pu être réalisés).

Et plus largement, hors de l’ESR :

    • la suspension des loyers et un moratoire sur les préavis de départ ;
    • la reconnaissance du Covid 19 comme maladie professionnelle pour tout le monde.

Par ailleurs, pour ne pas aggraver la précarité sous ses multiples formes (financière, liée au droit de séjour…) suite au confinement et préserver la santé mentale de tou.tes en cette période de stress intense, nous demandons :

    • le prolongement des contrats de travail à durée déterminée pour une durée équivalente à celle du confinement au sein de l’ESR (y compris les contrats doctoraux et postdoctoraux : que ceux-ci puissent être prolongés au-delà de leur période de validité originelle, eu égard notamment à l’impossibilité de travailler en bibliothèque, en laboratoire, ou d’accéder aux ressources habituelles). Cela concerne également les personnels employés par les entreprises de sous-traitance offrant leurs services aux établissements de l’ESR ;
    • le respect des droits liés aux congés : les jours de congés ou de RTT ne peuvent pas être imposés et les autorisations spéciales d’absence doivent donner droit aux RTT ;
    • la validation automatique de l’année universitaire 2019-2020 et la réinscription automatique de tou.tes les étudiant.es pour l’année universitaire 2020-2021 dans l’année suivante du cursus pour les étudiant.es le demandant, ceci concernant également les doctorant.es (en particulier les doctorant.es en 4e année « dérogatoire » ou au-delà) ;
    • la non tenue à distance et/ou de façon dématérialisée (visioconférence) des jurys et des concours de recrutement (CAPES, agrégation, enseignement supérieur, MCf, PR, CNRS) et leur report à une date ultérieure à l’issue du confinement ;
    • l’absence d’obligation de travail ou d’étude en présentiel ou à distance en général, sauf en cas d’absolue nécessité, y compris au nom de la « continuité pédagogique »

Mais également, de manière tout aussi urgente le prolongement ou la délivrance automatique des titres de séjour des étudiant.es, chercheur.es et enseignant.es étrangèr.es pour une année universitaire supplémentaire, de manière à ce que les personnes étrangères qui seraient dans l’impossibilité de renouveler leurs titres de séjour puissent continuer à toucher les assurances sociales, et candidater aux différents postes sans avoir à fournir de récépissé, et pour tenir compte de la situation des docteur.es étranger.es qui n’ont pas actuellement de contrat avec l’ESR.

Étant donné que nombre de précaires de l’ESR vivent et travaillent grâce aux allocations chômage ou à des emplois hors de l’ESR :

    • le prolongement des allocations de chômage pour une durée équivalente à celle du confinement ;
    • le prolongement des contrats de travail à durée déterminée hors de l’ESR, pour une durée équivalente à celle du confinement (avec mise en chômage partiel le cas échéant pendant la période de confinement).

En réponse aux injonctions actuelles, nous appelons les personnels de l’ESR et étudiant.es à la « discontinuité pédagogique et scientifique » : à un moment où l’on compte littéralement les morts, et où la priorité devrait être donnée aux relations de solidarité permettant à tou.tes de vivre cette période dans les conditions les moins douloureuses, demander aux précaires d’abattre la même quantité de travail (démultipliée par les nécessités de l’enseignement dématérialisé)  qu’auparavant est inadmissible et irresponsable. Nous rappelons qu’en tant que précaires, nous avons des accès inégaux à internet ainsi qu’aux équipements numériques et que, nous aussi, nous avons des enfants, des problèmes de santé, des proches fragiles dont nous nous soucions à même à l’hôpital. La précarité liée à l’incertitude concernant notre avenir (sans garantie de pouvoir avoir un emploi stable dans l’ESR, de valider nos diplômes, de continuer à étudier et/ou travailler en France) est un facteur supplémentaire d’angoisse que la situation actuelle ne fait qu’exacerber. La priorité est à l’organisation de la solidarité, entre personnels et usagèr.es de l’ESR, et cela ne peut pas vouloir dire : poursuivre coûte que coûte les enseignements initialement prévus pour organiser des évaluations. Plus généralement, cette période de crise doit être l’occasion, non d’exercer un contrôle accru sur les étudiant.es et travailleur.ses de l’ESR, mais de se concentrer sur l’essentiel : préserver sa santé physique et mentale, ainsi que celle de ses proches, de ses collègues et de tou.tes celles et ceux qui prennent cette crise de plein fouet.

Même confiné.es, nous restons déterminé.es à lutter contre les inégalités qui sévissent dans l’Enseignement supérieur et la Recherche. Nous soutenons celles et ceux qui luttent au quotidien contre la pandémie, et nous constatons, comme d’autres, que les dégâts qu’elle cause sont exacerbés par des décennies de mépris pour les services publics hospitaliers, ainsi que par de nombreuses coupes budgétaires qui n’ont d’autres conséquences que d’accélérer les inégalités sociales et la précarisation de nos vies. Nos revendications pour l’ESR s’inscrivent ainsi dans la même logique de défense d’un service public gratuit, accessible à toutes et tous, et présent sur l’intégralité du territoire. 

Alors non, nous ne sommes PAS disponibles par Skype, ni pour continuer comme si de rien n’était, ni pour le remake macroniste de l’Union Sacrée. L’heure est à l’organisation d’une véritable solidarité collective qui permette de traverser cette dure période en se protégeant les un.es les autres.

Continuer la lecture

Appel du 20 mars 2020, par RoguESR

Refonder l’Université et la Recherche pour retrouver prise sur le monde et nos vies

Dans cet « appel du 20 mars 2020 » signé par plus de 4600 chercheurs et universitaires, le collectif RogueESR tire des premières conclusions de l’épidémie de coronavirus sur l’organisation des politiques scientifiques et les missions du service public de la recherche. Paru simultanément ce mardi dans plusieurs titres de presse nationale et régionale, ce texte veut engager un débat à travers le pays, l’invitant à participer à des Assises de la Refondation, le 20 septembre prochain.

Nous affrontons une crise sanitaire majeure qui vient nous rappeler la fragilité de nos vies et de nos sociétés et la nécessité de systèmes de solidarité organisés, solides et pérennes : école, santé, retraites… Il aura fallu la pandémie du Covid-19 pour que le pouvoir politique se souvienne brusquement de l’importance vitale d’institutions qu’il a pourtant détruites méthodiquement.

Lire la suite

Quelques-uns des membres du collectif RogueESR lors du dépôt de candidature collective à la présidence de l’HCERES (Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur) devant le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation à Paris. Photo Igor BABOU

Clôture de Galaxie en septembre : une demande des directions d’UFR de Paris-1

Monsieur le président, cher collègue,

Le ministère a décidé d’ouvrir l’application Galaxie jusqu’au 2 juillet 2020 et l’université de clore sa campagne de recrutement des MCF et PU le 19 juin. Dans ce calendrier, le recours à la visioconférence est présenté comme une nécessité.

Il nous semble important d’attirer l’attention sur les problèmes que pose cette apparence de continuité et de normalité du recrutement dans une phase de confinement dont la durée reste à ce jour inconnue. Nous demandons le maintien de la campagne d’emplois 2020 ainsi que la tenue des auditions en présence des candidates et candidats en juin ou au début juillet 2020. Nous devons toutefois dès maintenant envisager une situation qui ne permettrait pas la tenue de ces auditions en présentiel.

D’ores et déjà, les candidats n’ont pas tous les outils ou la couverture de réseau nécessaires pour remplir en ligne leurs dossiers dans des conditions optimales. Une inégalité est ainsi introduite d’emblée dans la procédure, celle de la fracture numérique de notre société et de nos territoires.

La fermeture des universités pose plusieurs problèmes réglementaires. Le principe de la confidentialité des délibérations est mis en cause par le système de la visioconférence, dès lors que celle-ci est organisée non pas depuis un espace universitaire mais depuis des habitations privées. L’organisation des auditions dans des locaux universitaires est de même seule à permettre l’identification des candidats. Surtout, elle est seule à garantir l’égalité de traitement entre tous.

Collage fading purple coneflowers, by Martien Uiterweerd, 2019

Continuer la lecture

Les sociétés savantes et le COVID-19. Un communiqué

Covid-19: Impact de la fermeture des laboratoires de recherche publics sur les personnels les plus fragiles et sur l’avancée des projets

26 sociétés savantes, couvrant les domaines de la biologie, de la physique, des mathématiques, de l’informatique et des sciences humaines et sociales ont adressé le 30 mars 2020 une lettre ouverte à Mme la Ministre de l’Enseignement Supérieur, la Recherche e

Continuer la lecture

Reporter les concours et promotions 2020 après la fin de la crise sanitaire, sans préjudice pour les agents. Communiqué du SNTRS

Chère collègue, cher collègue,

Dans les organismes de recherche le printemps correspond à l’époque des concours externes chercheurs et des concours internes et du lancement des campagnes de promotion pour les  ingénieurs et techniciens .

Tout le monde comprendra que le confinement n’offre pas des conditions correctes pour les auditions, ni pour les épreuves écrites des concours internes. Il ne permet pas non plus d’envisager des entretiens annuels dans le cadre de la promotion au choix des ingénieurs et techniciens durant cette période exceptionnelle. L’égalité de traitement entre candidats, l’impartialité des concours, la rédaction des dossiers de carrière, tout cela serait impossible à assurer dans ces conditions

C’est la raison pour laquelle dès l’annonce du confinement nous sommes intervenus auprès de la Direction du CNRS pour demander le report des auditions des concours chercheurs, les épreuves et auditions des concours internes et ainsi que les campagnes de promotions au choix des ingénieurs et techniciens. (Courrier adressé au PDG du CNRS).

Nous sommes également intervenus dans le cadre d’une réunion en multilatérale (présence de toutes les organisations syndicales) auprès du ministère sur cette question pour demander le report des concours et examens. Cependant, nous sommes attachés à l’établissement d’un nouveau calendrier pour permettre à ces différents examens et concours rendent possible une prise de fonction avant la fin 2020. Nous avons demandé au ministère de travailler avec les organisations syndicales à l’homogénéisation des pratiques pour tout l’enseignement supérieur et la recherche (ESR). Ceci enfin de faire bénéficier des mesures les mieux « disantes » à tous ses personnels.

Continuer la lecture

La continuité pédagogique, à toutes forces ? Enquête auprès des étudiant·es en sociologie de Grenoble

En passant

« La continuité pédagogique, vraiment ? », Pierre Mercklé, 26 mars 2020

« Dès avant la fermeture des établissements le 16 mars dernier,les enseignant.es ont reçu des consignes pour leur demander d’assurer ce qu’on a appelé la « continuité pédagogique » : il fallait aussi rapidement que possible imaginer et mettre en œuvre des solutions pour continuer d’assurer les cours magistraux et les travaux dirigés, les séminaires et les stages. Face à cette injonction pressante, des solutions ont été très vite expérimentées, dès le début de la semaine dernière. Des solutions très variables, pour ce que j’ai pu en observer dans mon université grenobloise, et dans quelques autres à travers les récits de collègues : certain.es enseignant.es ont pu très rapidement trouver des formes alternatives d’enseignement en utilisant des plateformes collaboratives permettant d’utiliser la vidéo ou l’audio, comme Discord ou Zoom ; d’autres enseignant.es ont enregistré leurs cours dans des fichiers audio ; d’autres enfin, moins habitué.es à utiliser les outils numériques, ont déposé des versions écrites de leurs cours dans les ENT (environnements numériques de travail) de leur établissement. Tout y poussait : la conscience professionnelle, le souhait de maintenir le contact avec les étudiant.es pour éviter les abandons, la crainte de leur faire « manquer » un semestre.

Il m’a pourtant très vite semblé qu’on mettait en quelque sorte la charrue avant les bœufs et qu’on essayait de mettre ainsi en œuvre cette « continuité pédagogique », de façon un peu désordonnée, sans se demander ni si c’était souhaitables, ni si c’était possible et à quelles conditions. Mes interrogations me venaient de mes propres difficultés : comme les autres, je cherchais des solutions, et dans mon cas particulier, j’avais beaucoup de mal à les trouver : comment faire, en effet, pour enseigner les méthodes quantitatives avec R à distance, dans des groupes de TD de plusieurs dizaines d’étudiant.es de deuxième année de licence ou de première année de master de sociologie ? Tout ce que nous avions « en présentiel », était-il possible de le reconstituer à distance : des ordinateurs suffisamment puissants, des logiciels correctement installés, le travail en groupes, l’accompagnement individuel, face aux écrans ?

Plutôt que supposer que tout cela était possible, nous avons alors choisi, avec mon collègue Olivier Zerbib qui co-anime avec moi ces travaux dirigés, de réaliser un sondage auprès de nos étudiant.es pour essayer d’évaluer leur capacité à suivre des cours à distance. Ce sont les résultats de ce sondage, que nous avons finalement étendu à la totalité des étudiant.es de licence de sociologie de l’Université Grenoble Alpes ainsi qu’aux quelques étudiants du master (SIRS) « Sociologie de l’innovation et recompositions sociales », que je voudrais vous présenter rapidement dans ce billet ».

https://blogs.mediapart.fr/lancetre/blog/240320/la-continuite-pedagogique-cest-lenseignant-de-demain.

Crédit: Mediapart, 24 mars 2020

Academia vous invite à aller lire l’analyse, passionnante, sur le blog de Pierre Mercklé. Nous n’en publions ici après que les conclusions.

Continuer la lecture

Les services publics sont indispensables : SciencePo Toulouse se confine et le fait entendre

COVID-19 : une crise qui nous rappelle que
les services publics sont indispensables
Même confiné.e.s, les membres du comité de mobilisation personnels et étudiant.e.s de Sciences Po Toulouse restent mobilisé.e.s.
Dans son adresse aux Français du 12 mars 2020, le président Emmanuel Macron a mis la France en état d’alerte sanitaire face au Covid-19. Tous les établissements scolaires et universitaires, dont Sciences Po Toulouse, sont fermés. Cette décision nous amène à repenser les modalités d’action de la mobilisation que nous, étudiant.es et travailleur.ses de Sciences po Toulouse, portions depuis des mois contre la politique du gouvernement en matière de redistribution sociale, de recherche et d’enseignement – mais pas à l’abandonner!

En effet, la crise sanitaire actuelle nous rappelle la nécessité de sauvegarder et reconstruire nos services publics. Les hommes et femmes politiques porteurs.ses des projets les plus libéraux en la matière en viennent eux-mêmes à le reconnaître et à affirmer, comme le président, que “la santé n’a pas de prix”, ou encore qu’il “y a des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché”. C’est précisément ce que les personnels des hôpitaux publics, les cheminots, les énergéticien.nes, les enseignant.es et tant d’autres défendent depuis le 5 décembre, et avant. 

Sans les baisses constantes de budget, la précarisation croissante et l’aggravation des conditions de travail à l’hôpital et dans la recherche, la crise dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui serait certainement moins dramatique. Le témoignage glaçant du chercheur spécialiste des coronavirus, Bruno Canard, illustre l’énorme gâchis provoqué par le “pilotage” de la recherche et la politique de concurrence et d’“excellence” que l’on nous impose depuis des années: alors qu’en 2003 lors de l’épidémie de SRAS, des subventions massives ont permis des résultats rapides, le changement des priorités politiques a tari les financements et empêché les laboratoires de poursuivre leurs travaux. Et cela recommence: deux jours après la publication du billet de Bruno Canard, l’Agence nationale de la recherche lançait un appel à projets “Flash Covid-19”, mettant des centaines de milliers d’euros sur la table qui disparaîtront une fois la crise passée. Ainsi la communauté scientifique est-elle soudain appelée à se mobiliser en urgence, après “plus de dix années perdues pour la recherche fondamentale sur le coronavirus”, comme le déplore le comité de mobilisation des facs et labos en lutte dans son communiqué du 14 mars. Dans son adresse du 12 mars, le président a appelé les Français à “faire confiance à la science”. C’est nous qui en retour, lui demandons de faire confiance aux scientifiques quand ils et elles expliquent les conditions de travail nécessaires à la production de résultats de qualité: des financements pérennes, de la visibilité, et des travailleurs.ses avec des emplois stables. Loin de devoir passer à l’arrière-plan en raison de la crise sanitaire, nos revendications sont toujours aussi actuelles et justifiées: retrait du projet de Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) et de la loi de transformation de la fo nction publique, de Parcoursup et de “Bienvenue en France”, retrait enfin de la contre-réforme des retraites.

L’ironie est d’autant plus tragique que ce sont aujourd’hui les plus précai res qui sont sollicité.e.s pour gérer l’urgence du Covid-19. En Italie, ce sont trois chercheuses précaires et sous-payées, travaillant plus de dix heures par jour pour moins de 1200€ par mois, qui ont détecté la souche italienne du coronavirus. A Sciences Po Toulouse, la gestion de crise est portée par des administratifs dont la moitié est précaire et qui, pour beaucoup, ne seront pas renouvelé.e.s l’année prochaine, voire dont les contrats se termineront dans les prochaines semaines ou mois. Ils et elles n’ont aucune chance d’obtenir un nouveau contrat dans l’ESR avant la rentrée de septembre, et ne seront donc pas payé.e.s cet été. Et de même que ce sont les travailleurs.ses précaires qui gèrent la crise du Covid-19, ce sont aussi eux et elles qui seront, à l’université comme ailleurs, les plus touché.es par ses effets économiques. Les personnels d’entretien et techniques, dont les contrats ont été externalisés, seront-ils et elles payé.es ? Dans les universités qui n’ont pas les moyens de mettre en place des TD à distance, les vacataires qui les assurent en temps normal seront-ils et elles rémunéré.es? Comment les étudiant.es qui financent leurs études par des petits boulots (bibliothèque, cantine), eux aussi payés à l’heure, subviendront-ils et elles à leurs besoins d’ici septembre ?

Certes, dans l’immédiat, la fermeture des Universités et le passage au stade 3 de l’épidémie réduisent nos possibilités d’action et nos capacités à amplifier et élargir la grève de l’enseignement supérieur et de la recherche. Mais nous restons mobilisé.es pour préparer la suite du mouvement à long terme, à l’horizon de la rentrée 2020. Le mois de septembre 2020 sera le moment de rappeler au gouvernement et au président de la République sa prise de conscience soudaine, et l’utilité d’une recherche fondamentale financée de maniè re stable, avec des équipes stables. Seuls des financements pérennes et des postes de chercheurs titulaires fixes permettent à la recherche de se développer dans de bonnes conditions. La concurrence tous azimuts et le court-termisme ne permettent pas le développement d’une recherche de qualité.

Les membres du comité de mobilisation de Sciences Po Toulouse.

 

Communiqué de presse et tribune – Collectif « Reportez les concours »

Mise à jour  15 mars 2020 – CONCOURS ANNULÉS

Le mouvement « Reportez les concours » rassemble de nombreux étudiants et candidats aux concours de l’Éducation nationale et des grandes écoles, maintenus dans les prochaines semaines par décision gouvernementale. Ils demandent aux pouvoirs publics de reporter les épreuves écrites de ces concours, dans un souci de santé publique et d’égalité.

Les centres d’examens, la configuration des salles, l’utilisation des transports publics ne permettront pas d’assurer la sécurité des candidats et des personnels chargés de les surveiller (dont beaucoup de retraités). De nombreux candidats seront dans l’impossibilité de passer ces concours, soit parce qu’ils seront infectés, soit parce qu’ils seront confinés.

Plusieurs candidats se mettront en danger, à cause des pathologies à risque dont ils peuvent souffrir, par peur de renoncer à des mois de préparation. D’ores et déjà, la préparation et la révision des écrits sont compromises par la fermeture des universités, lycées et bibliothèques. Dans l’esprit des mesures annoncées par le président de la République, la logique et le sens des responsabilités nécessitent un report. D’autres pays ont pris cette mesure sanitaire inédite.

Nous dénonçons par ailleurs les pressions exercées par des responsables de formation, invitant les candidats à prendre le risque pour gagner des places.

Personne ne démérite au moment de passer un concours. Mais tout le monde mérite de le passer dans des conditions décentes.

Notre pétition

Collectif « Reportez les concours » –  reportezlesconcours@gmail.com

https://www.flickr.com/photos/marikoen/49555086368/in/photolist-2iv1LGQ-2igfbuX-7aVr5P-5i9XBW-8ijJo5-2doAPHC-7aZfuj-7aVrdK-8gZXme-28Vmh1F-4qFP8M-7aVr8i-2dYhshJ-ew6AH-528h5B-ADyCtq-8igu48-8igu88-4ctEKB-4wCrK1-528gkn-SPxHSw-74SyQb-E7xriu-52cv25-MjStT7-2cPnp9S-74Szpy-gjET8T-AEKTpT-9rHyv2-74SxFW-ACsByb-zHSsRD-2i7pSbM-6WAQ7v-6LEmev-HjSUfs-74NEec-AEKRc6-zHSwEv-6LEm5P-53URgA-4YdCFr-PvoAz-5Rf4Z9-Ao9XTJ-74SzPo-74NE2D-53V7nf

Delay, par Koen Jacobs, 2019

Continuer la lecture

À quoi servira la LPPR ? L’exemple des recrutements

  • Par Noé Wagener, professeur de droit public, Université de Rouen Normandie

Texte de la conférence donnée à l’occasion de la réunion d’information « La LPPR, vrai problème ou fausse alerte ? » 6 mars 2020, Paris, centre Panthéon, UMR8103, salle 6 Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne,

 I.—

Il existe aujourd’hui une certaine confusion quant au rôle exact que jouera la LPPR dans le phénomène de précarisation de l’enseignement supérieur et de la recherche. Cette confusion est d’abord et avant tout la conséquence du refus de la ministre de l’ESRI de dévoiler l’avant-projet de loi – un refus désastreux pour le ministère et problématique pour la mobilisation :

  • désastreux pour le ministère, d’abord, car il témoigne de façon particulièrement spectaculaire de la dégradation générale des relations entretenues avec la communauté universitaire ;
  • problématique pour la mobilisation, ensuite, en ce qu’il entraîne une focalisation excessive des critiques sur les trois rapports dits « des groupes de travail » (les rapports remis au Premier ministre le 23 sept. 2019), faute d’autre texte à discuter.

Bien sûr, la lecture des trois rapports est éclairante, ne serait-ce que parce qu’ils dévoilent le décalage considérable qui existe aujourd’hui entre, d’un côté, les orientations que veulent donner à l’ESR quelques individus occupant des fonctions de premier ordre dans ce secteur et, de l’autre côté, les aspirations d’une part importante de la communauté universitaire.

https://www.flickr.com/photos/hopemanfoto/39955314972/in/photolist-24rbswG-ULwavg-LGJMjn-CjVuzQ-QrbHy1-26TPi3J-TYa9JU-nyqVuY-28fMpnx-Srq4DB-dgaHR4-MkS24n-fz3K1B-MgKTdW-YyujZH-23SHr7U-do6x59-29ZyAvb-23RP1pw-222oBWc-qBEcYR-aWP1uV-7M4LQQ-9v4u9L-Q7zrP1-ZaZsTw-fBUVCx-qByEUh-wVj2i8-qSVEPJ-xRbJHc-25dmX3E-eed9ZW-HZaxJr-eKCTDD-27sw5YJ-P6Bomx-pYkXxW-aS6D7g-ZaxJnW-2fcLFdv-dSBJuk-XJbVxU-XfHT7N-25k5ojX-urzir6-DAY97i-27QRYwU-24Pb1d5-22FDQa9/

Duffus Castle, Tom McPherson, 2017

Pour autant, il faut bien reconnaître que la ministre a raison de rappeler, comme elle l’a fait à maintes reprises, que ces rapports, indiscutablement, « ce ne sont que des rapports » (Frédérique Vidal, séminaire des nouveaux directeurs et directrices d’unité, CNRS / CPU, 4 février 2020). D’une certaine façon, se concentrer sur ces documents pour critiquer la LPPR, c’est alimenter encore davantage le discours – très prégnant chez toute une partie des collègues, et en particulier dans les facultés de droit – selon lequel il est inutile de se mobiliser contre un projet de loi qui nous est encore inconnu. Or, précisément, s’il faudrait sans doute moins se focaliser sur les trois rapports, c’est parce qu’on en sait aujourd’hui davantage sur le contenu de l’avant-projet de LPPR, en particulier parce que la ministre en a distillé plusieurs éléments lors de sorties récentes.

On sait désormais, par exemple, que, quand bien même cette loi ne serait qu’une loi « de budget   et non une loi « de structure » (pour reprendre l’opposition employée par la ministre), une telle distinction est trompeuse : la mise en place des nouveaux contrats d’objectifs et de moyens — un outil bien connu des juristes de droit public — et le jeu sur le montant forfaitaire du préciput de l’ANR — pour citer deux instruments que la ministre a présentés devant la Conférence des présidents d’université comme figurant dans la réforme — auront des conséquences structurelles tout à fait considérables sur le service public de l’ESR.

Je ne m’attarde pas sur ce premier point, qui, s’il est crucial, n’est pas l’objet de mon propos. Ce sur quoi j’aimerais m’attarder, en revanche, c’est sur la question des recrutements (le fameux « assouplissement des modes de recrutement » évoqué par le président de la République lors de la cérémonie des 80 ans du CNRS, le 26 novembre 2019). C’est peut-être en ce domaine, en effet, que l’on observe le décalage le plus important entre ce que l’on sait désormais plus ou moins du contenu de l’avant-projet de loi et les critiques qui lui sont adressées dans le cadre des mobilisations. Le discours un peu fantasmé qui accompagne, chez certains collègues mobilisés, la publication du décret du 27 février 2020 relatif au contrat de projet dans la fonction publique, une des mesures d’application de la loi du 6 août 2019 de transformation de la fonction publique, est à cet égard caractéristique : s’il est presque certain que les contrats de projet seront massivement employés dans les universités à l’avenir, si, donc, il est très important de s’intéresser à ces nouveaux contrats, il est faux, en revanche, de répandre l’idée qu’avec ce décret, le gouvernement utiliserait la voie réglementaire pour faire discrètement passer certaines des mesures prévues dans la LPPR.

Prétendre cela, c’est ramener à nos seules préoccupations d’universitaires un débat qui, malheureusement, va très au-delà — il concerne aussi bien la fonction publique d’État que la FP territoriale et la FP hospitalière — et à propos duquel les syndicats se sont battus becs et ongles pendant des mois, avant comme après l’adoption de la loi du 6 août 2019. Bien sûr, il faut être prudent lorsque l’on tient ce genre de discours, car un angle mort gigantesque persiste dans tous les cas : on ne sait pas ce qui, dans la LPPR, fera l’objet d’une habilitation à légiférer par voie d’ordonnance1.

https://www.flickr.com/photos/sa5lkc/37525396076/in/photolist-24rbswG-ULwavg-LGJMjn-CjVuzQ-QrbHy1-26TPi3J-TYa9JU-nyqVuY-28fMpnx-Srq4DB-dgaHR4-MkS24n-fz3K1B-MgKTdW-YyujZH-23SHr7U-do6x59-29ZyAvb-23RP1pw-222oBWc-qBEcYR-aWP1uV-7M4LQQ-9v4u9L-Q7zrP1-ZaZsTw-fBUVCx-qByEUh-wVj2i8-qSVEPJ-xRbJHc-25dmX3E-eed9ZW-HZaxJr-eKCTDD-27sw5YJ-P6Bomx-pYkXxW-aS6D7g-ZaxJnW-2fcLFdv-dSBJuk-XJbVxU-XfHT7N-25k5ojX-urzir6-DAY97i-27QRYwU-24Pb1d5-22FDQa9/

Å Church ruin, Sweden, by Jocke Lind, 2017

Ceci dit, s’agissant des recrutements, on a tout de même eu la confirmation de deux choses à présent, parce que la ministre les a évoqués à plusieurs reprises ces dernières semaines, dans ses prises de parole publiques : deux contrats nouveaux au moins2 devraient bien être créés par la voie de la LPPR : les « CDI de mission scientifique », d’une part ; les contrats de « professeurs junior », d’autre part. Ces deux contrats sont éminemment problématiques pour différentes raisons. Et, à première vue, on a du mal comprendre comment, avec de telles mesures, la ministre s’autorise à présenter la LPPR comme une simple loi « de budget ». Une première interprétation pourrait être de soutenir qu’il s’agit, de sa part, d’un mensonge éhonté. Une autre interprétation — qui est celle vers laquelle je tends — consiste à considérer que la ministre a une connaissance si précise du cadre juridique des recrutements dans l’ESR qu’à ses yeux, il est tout à fait évident que ces deux contrats ne sont pas le cheval de Troie de la précarité dans l’ESR, mais de simples mesures de technique juridique, destinées à régler deux points de droit bien spécifiques, pour lesquels, effectivement, il n’est pas possible d’en passer par autre chose qu’une loi.

Il faut prendre au sérieux, à cet égard, les propos tenus par la ministre lors des journées SHS organisées par l’Agence nationale de la recherche les 25 et 26 février 2020, lorsqu’elle expliqua que, s’agissant des règles juridiques de recrutement, la LPPR n’interviendrait qu’à la marge, c’est-à-dire exclusivement pour « faire sauter les verrous législatifs » – au sens de « verrous » que seule une loi, précisément, a la compétence de faire sauter3. Autrement dit, c’est d’une vraie tournure d’esprit dont il faut s’imprégner si l’on veut que nos critiques de la LPPR fassent mouche : la ministre sait mieux que quiconque que le cadre juridique actuel permet d’ores et déjà de mener à bien la plupart des orientations préconisées par les rapports des groupes de travail en matière d’emplois, comme je vais essayer de le montrer plus loin.

De ce fait, la présence, dans la LPPR, des CDI de mission scientifique et des contrats de professeurs junior ne marque pas tant la réorientation profonde du cadre juridique du recrutement dans l’ESR qu’elle ne témoigne, malheureusement, de ce que l’on en est déjà aux ultimes mesures d’adaptation — ce qui, je le précise pour qu’il n’y ait aucune confusion sur ce point, rend encore plus cruciale la mobilisation actuelle, en forme d’ultime-bataille-jusqu’à-la-prochaine… Si les CDI de mission scientifique et les contrats de professeurs junior figurent dans la LPPR, donc, c’est parce que deux contraintes législatives bien spécifiques doivent être levées :

  • Le « CDI de mission scientifique » a pour objet de contourner la règle de la transformation obligatoire en CDI des relations contractuelles d’une durée supérieure à six ans – une règle qui, il faut le rappeler, n’a été introduite en France en 2005 que parce qu’il s’agissait d’une obligation européenne (directive du 28 juin 1999). Dans la lignée du « CDI de chantier ou d’opération » d’ores et déjà applicable « dans les établissements publics de recherche à caractère industriel et commercial et les fondations reconnues d’utilité publique ayant pour activité principale la recherche publique » depuis la loi PACTE du 22 mai 2019 (cf. art. L. 431-4 du code de la recherche et décret du 4 octobre 2019 fixant la liste des établissements et fondations concernés : CEA, IFREMER, CNES, Institut Pasteur, Institut Curie, etc.), l’objectif n’est rien d’autre, autrement dit, que de créer un CDI — un CDI aux conditions de rupture particulièrement souples — permettant d’éviter d’avoir à cédéiser.
  • Le « contrat de professeur junior », quant à lui, n’a pas seulement pour objet, comme le dit la ministre (séminaire des nouveaux directeurs et directrices d’unité, CNRS / CPU, 4 février 2020), de permettre le « recrutement de scientifiques sur une première période de 5 à 6 ans, en prévoyant des moyens d’environnement spécifiques », car s’il ne s’agissait que de cela, la LPPR serait parfaitement inutile (ce genre de contrat est déjà possible en droit public français). Si la LPPR intègre ces nouveaux contrats, c’est très précisément parce que l’objectif est de créer une « track » vers la « tenure », c’est-à-dire une procédure dérogatoire de titularisation en droit de la fonction publique, par la reconnaissance d’un privilège d’accès aux corps de maître de conférences et de professeur dans un établissement déterminé, et ce hors des voies d’accès normal à ces corps. Et cela, seule une loi, techniquement, peut le faire.

J’en arrive donc au point principal de mon intervention : en dehors de ces deux « adaptations » qui nécessitent une loi — en l’occurrence : la LPPR — le cadre juridique de l’enseignement supérieur permet d’ores et déjà de recruter massivement par la voie contractuelle — et, grâce à cette voie, d’organiser, pour ce qui concerne spécifiquement les enseignants-chercheurs qui nous succéderont, le contournement de la procédure de qualification nationale, la modulation des tâches et en particulier des services d’enseignements, ou encore la variation des rémunérations. Autant de points qui sont précisément ceux contre lesquels nous nous mobilisons actuellement, mais qui — il est important d’en avoir conscience — ne seront donc pas introduits par la LPPR, puisqu’ils sont déjà là. C’est cela que je voudrais essayer de rappeler à présent.

 II.—

Ruined mausoleum, by Ferenc Kobli, 2017

Premier rappel : le recrutement contractuel illimité organisé par la loi du 6 août 2019 de transformation de la fonction publique.

La loi du 6 août 2019 de transformation de la fonction publique a ouvert la possibilité d’un recrutement illimité (c’est-à-dire non plafonné) par la voie contractuelle dans les établissements publics de l’État, y compris dans les établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel (EPSCP : les universités). De ce point de vue, cette loi franchit un seuil juridique : dans les établissements publics de l’État, le recours à des agents contractuels ou à des fonctionnaires devient indifférent, alors que jusqu’ici, l’occupation des emplois répondant à des besoins permanents par des fonctionnaires était le principe, et le recours aux agents contractuels, l’exception (et ce, quand bien même, depuis une vingtaine d’années, le champ de cette exception avait progressivement été étendu). Un point n’a pas suffisamment été signalé, à cet égard : le projet de loi de transformation de la fonction publique excluait initialement de la nouvelle règle « les emplois pourvus par les personnels de la recherche »4.

Continuer la lecture

  1. On sait seulement qu’une telle habilitation est envisagée, et on se souvient que le ministère n’hésite pas à utiliser cette voie pour provoquer des transformations juridiques considérables des règles applicables aux universités : cf. l’ordonnance du 12 décembre 2018 relative à l’expérimentation de nouvelles formes de rapprochement, de regroupement ou de fusion des établissements d’enseignement supérieur et de recherche. []
  2. Très peu d’éléments ont été dévoilés à ce stade, en revanche, s’agissant de la réforme des contrats doctoraux et post-doctoraux, ce qui est inquiétant. []
  3. Dans le même sens, cf. les propos de Philippe Baptiste, conseiller éducation, enseignement supérieur, jeunesse et sports au cabinet du Premier ministre, qui, lors de sa rencontre avec une délégation de sociétés savantes le 25 février 2020, a présenté les contrats de professeur junior comme étant un des points « moins fondamentaux » de la LPPR. []
  4. v. le projet de loi déposé le 27 mars 2019 ou le projet de loi adopté par l’Assemblée nationale en procédure accélérée le 28 mai 2019 []

Pour une université ouverte, émancipatrice et internationale

Publiée sur Regards.fr, 6 mars 2020

Un groupe d’universitaires signent cette tribune pour combattre la réforme des retraites, la destruction des services publics et la marchandisation de l’enseignement et des savoirs.

Tribune – Nous, étudiant.es, doctorant.es, ingénieur.es, technicien.nes, personnels administratifs, enseignant.es et chercheur.ses, étranger.es et français.es, combattons, avec tous les autres secteurs actuellement en lutte, la réforme des retraites et, plus généralement, la destruction des services publics et des systèmes de solidarité qui touchent les travailleuses et travailleurs du public comme du privé. Nous revendiquons une université ouverte, émancipatrice et internationale. Nous nous mobilisons contre la marchandisation de l’enseignement et des savoirs, la concurrence généralisée et la précarisation des conditions de travail, que consacre le projet de loi de Programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR).

Cette lutte est internationale pour plusieurs raisons. D’abord, parce que c’est la même approche néolibérale, sous-tendue par les logiques du capitalisme académique, qui sont imposées à des degrés divers dans les différents pays du monde. Dans de nombreux pays, les communautés universitaires, étudiant.e.s en premier lieu, s’opposent aux logiques managériales, concurrentielles et financières qui régissent leurs établissements désormais gérés comme des entreprises. Les effets de ces politiques — aggravation des inégalités, précarisation, autoritarisme — sont bien connus. Le secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche devient un marché globalisé et concurrentiel, objet de prédation de grandes entreprises et fonds d’investissement, menaçant à la fois les étudiant.e.s et l’ensemble des personnels universitaires. Ceci ne fait qu’accentuer la division internationale du travail scientifique, dans un monde déjà dominé par les pays et les universités les plus riches. Enfin, le champ académique français est l’un des plus internationalisés du monde. La France figure depuis des décennies parmi les cinq premières destinations des étudiants internationaux1. Or, les personnes étrangères présentes dans l’enseignement supérieur et la recherche en France – étudiant.e.s et travailleur.e.s – subissent la précarité économique et administrative organisées depuis des années par les gouvernements successifs, et caractérisées par des contrats courts, des tâches ingrates, des procédures juridiques angoissantes et humiliantes conditionnant la demande et le renouvellement des titres de séjours, la stigmatisation et les discriminations. Le plan « Bienvenue en France »2 institutionnalise ainsi une politique sélective et discriminatoire qui s’est mise progressivement en place depuis les années 90. Les étudiant.e.s étranger.e.s en France sont les premier.e.s à en subir les conséquences, et à y résister.

Continuer la lecture

  1. CHIFFRES (source : Campus France, 2019) :  
    > 343 000 étudiant.e.s étranger.e.s étudient en France
    >
    Environ 240 000 étudiant.e.s étranger.e.s accueilli.e.s chaque année  Les premiers pays d’origine des étudiant.e.s étranger.e.s en France sont, pour un tiers : Algérie, Maroc, Chine, Italie.
    >
    Les étudiantes et les étudiants étranger.es représentent 13% de l’ensemble des inscrits de l’enseignement supérieur en France  : 42% des doctorant.e.s en France sont étranger.e.s. []
  2. Le 19 novembre 2018, le Premier ministre annonce une nouvelle stratégie « d’attractivité des étudiants internationa4ux », ironiquement appelée « Bienvenue en France », dont la mesure phare est l’augmentation drastique des frais d’inscription, qui sont multipliés par plus de dix (2770 euros au lieu de 170 euros pour la licence, et 3770 euros pour une formation en master ou en doctorat – contre 243 euros et 380 euros actuellement). L’augmentation exponentielle pour les étranger∙es non européen·ne·s inscrits en licence et en master y est actée alors que les doctorant∙es sont, pour l’instant, épargné∙es. Si les gouvernements précédents ont tracé la voie des réformes actuelles dans l’enseignement supérieur, le plan « Bienvenue en France » institue un changement de paradigme en faisant le choix de la marchandisation de l’enseignement supérieur, à la fois à travers l’instauration de droits d’inscription différenciés selon l’origine géographique mais aussi à travers la promotion de la délocalisation des formations françaises payantes à l’étranger, en particulier dans les pays d’Afrique francophone. Ce plan ne menace donc pas uniquement les conditions d’accès aux études supérieures des étudiants étrangers, mais constitue une étape de plus vers une hausse généralisée des frais d’inscription et un changement radical du paysage de l’enseignement supérieur en France. Sa mise en place, si jamais elle devait se faire, va également accentuer les inégalités d’accès à l’enseignement supérieur dans les pays d’origine des étudiants internationaux. Voir le dossier du SNESUP. []

Les directions de laboratoire se dotent d’un organe représentatif

Création de l’Assemblée des Directions de laboratoire

Paris, le 5 mars 2020

Nous, directrices et directeurs de laboratoires, nous sommes réunis le 5 mars 2020. Auteurs d’une tribune parue dans Le Monde le 11 février, co-signée par 744 laboratoires, nous représentons l’ensemble des disciplines et des établissements d’enseignement et de recherche français1.

Nous déclarons que les conditions ne sont plus réunies pour permettre aux laboratoires de fonctionner correctement et qu’il faut mettre un terme à cette situation. Nous affirmons que les intentions qui figurent dans les rapports préparatoires de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche, relayées par diverses prises de position publiques et déjà engagées par certaines dispositions légales, constitueraient, si elles devaient être appliquées, une étape cruciale dans la longue entreprise de démolition de notre système d’enseignement supérieur et de recherche. Nous refusons de nous soumettre en silence à ces transformations qui se font au détriment d’une université ouverte et d’une recherche intègre et responsable. C’est pourquoi, aux côtés de milliers de collègues et d’étudiant.e.s, nous sommes toujours mobilisés et, face à l’urgence, avons décidé ce jour de nous constituer en collectif afin de défendre plus efficacement les besoins réels de la communauté scientifique et, ce faisant, l’élaboration de savoirs diversifiés au bénéfice de l’ensemble de la société.
Au nom de l’Assemblée des Directions de Laboratoires, nous demandons notamment :

    •  un recrutement massif sur des postes pérennes (de chercheurs et d’enseignants-chercheurs comme d’ingénieurs et de techniciens) pour compenser les baisses dramatiques de ces deux dernières décennies et pour que cessent ainsi la précarisation et ses nombreux effets délétères ;
    • une augmentation des budgets au profit des crédits récurrents des laboratoires pour que puisse continuer à se développer une recherche de temps long, sereine et véritablement attractive ;
    • l’instauration d’une politique qui ne fasse pas de la recherche orientée son unique boussole.

Nous nous engageons donc collectivement pour que soit mis un terme au délitement continu de nos professions. Affectant celles et ceux qui, quels que soient leurs fonctions et leurs statuts, font la richesse de l’enseignement supérieur et de la recherche, la politique menée attaque la science dans ses fondements mêmes. Nous porterons collectivement ces exigences et défendrons, si celles-ci devaient continuer à ne pas être entendues, le recours à d’autres modes d’actions.

Pour rejoindre l’Assemblée des Directions de Laboratoires :
s’incrire en cliquant sur le lien framalistes

Liens:

  1. En ce qui concerne le CNRS, cette tribune a notamment été signée par 343 UMR
    (dont 29 % de celles ayant l’INSIS comme premier institut de rattachement, 31 % pour l’INSB, 35 % pour l’INSU et l’INC, 37 % pour l’INP, 40 % pour l’IN2P3, 43 % pour l’INSMI et l’INS2I, 64 % de l’INSHS et 74 % pour l’INEE. []