Déclaration du Conseil National de l’Union CGT FERC Sup, 25 novembre 2022

Le Conseil National de l’Union CGT FERC Sup soutient les collègues et les étudiant·es britanniques engagés depuis le jeudi 24 novembre dans la grève la plus importante de l’histoire de l’enseignement supérieur en Grande-Bretagne pour protester contre les bas salaires, les conditions de travail et pour défendre les retraites. Ici comme ailleurs, la situation imposée par les pouvoirs en place ne leur laisse pas d’autre alternative pour défendre leurs droits.

Le CNU soutient également le courageux combat des femmes et de la jeunesse iranienne contre l’obscurantisme et la pauvreté. Depuis la mort odieuse de Mahsa Amini, cette jeune femme qui avait été arrêtée pour un voile mal ajusté, l’Iran connait une vague de manifestations d’ampleur. Pour la première fois, en Iran, ce sont les femmes qui sont en première ligne de la contestation. La CGT, en Iran comme partout dans le monde, s’oppose et condamne les violences faites aux femmes, la répression sanglante des manifestations, les violences policières, les arrestations arbitraires et l’impunité de ceux qui les commettent !

En Afghanistan également, le régime ultra réactionnaire des Talibans a imposé des régressions majeures pour les travailleurs et travailleuses. La CGT a participé à lancer un appel pour la scolarisation des femmes afghanes. La CGT soutient la lutte pour l’émancipation du peuple afghan.

En France aussi, la CGT est partie prenante de la lutte pour les droits des femmes. Cinq ans après #MeToo et à l’occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, la CGT FERC Sup rappelle son engagement pour l’éradication des violences sexistes et sexuelles dans le monde du travail et hors travail.

Continuer la lecture

Augmentation des salaires, défense du droit de grève : appel intersyndical à la grève du 18 octobre

« Nous avons plutôt l’impression d’avoir affaire à une ministre de la recherche plutôt qu’à une ministre de l’enseignement supérieur ». Mediapart, 3 octobre 2022

En passant

Extraits. Revenant sur la hiérarchie des disciplines, la fragmentation des manières d’accéder à la licence, mais également les conditions matérielles des étudiant·es, Cédric Hugrée et Tristan Poullaouec relèvent à quel point la ségrégation sociale ronge l’université et sape l’idée même de démocratisation des savoirs.

« Il faut arrêter de nous prendre pour des imbéciles. Nous avons plutôt l’impression d’avoir affaire à une ministre de la recherche plutôt qu’à une ministre de l’enseignement supérieur.»

« Le killing fact à opposer à ce budget, c’est cette note publiée par le Conseil d’analyse économique qui fait le point sur l’analyse du coût des services publics de l’enseignement supérieur. Le coût d’une licence est trois fois moins élevé que celui d’une année de STS (licence sciences, technologies, santé) ou de CPGE (classes préparatoires aux grandes écoles). C’est saisissant. Nous devons aujourd’hui demander des rééquilibrages. »

Lire sur Medipart →

Le ministère de l’ESR ponctionne les rémunérations des chercheuses et chercheurs pour financer la hausse des coûts liée à l’inflation. Communiqué du SNCS, 27 septembre 2022


COMMUNIQUÉ DU SNCS-FSU du 27 septembre 2022

Le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) a publié le 15 septembre 2022 un décret modifiant le régime indemnitaire des chercheuses et chercheurs (RIPEC). Ce décret retarde de 9 mois la prise d’effet de la composante individuelle C3 du RIPEC, en la reportant, chaque année, au 1er octobre et non plus au 1er janvier.

Ce décalage de 9 mois permet au ministère et aux organismes de recherche de réaliser des économies au détriment de la rémunération des chercheuses et des chercheurs. Au CNRS, ce décalage permet une économie de 2,85 millions d’euros rien qu’en 2022. Et ce décalage de neuf mois se traduira par des économies pendant toute la mise en place du RIPEC jusqu’en 2027. Au total, c’est une ponction moyenne d’au moins 1440 euros brut sur la rémunération de chaque chercheuse et chercheur qui est programmée sur cinq ans.

Ce tour de passe-passe budgétaire intervient alors que le ministère de l’ESR ne finance pas la hausse du point d’indice de 3,5% en 2022 ni, plus généralement, la hausse des coûts liée à l’inflation, obligeant ainsi les organismes de recherche à faire des économies. Ces économies se font clairement au détriment des rémunérations des chercheuses et des chercheurs.

Continuer la lecture

Contre la précarité des enseignants vacataires : appel à une journée de mobilisation le 29 septembre 2022

Nous, collectifs de précaires et représentant·es des doctorant·es demandons aux établissements de l’enseignement supérieur d’offrir, enfin, des conditions de travail décentes aux vacataires invisibilisé·es, qui font tenir l’enseignement supérieur et la recherche en France.

Initialement destinés à des interventions ponctuelles, les « contrats » de vacations se sont multipliés et systématisés, que ce soit pour des activités d’administration ou d’enseignement, en parallèle de la sous-traitance et des emplois précaires maltraitants qui l’accompagnent.  En ce qui concerne l’enseignement, pas loin de 150 000 vacataires assurent désormais un tiers de l’ensemble des cours et 17 000 d’entre eux font au moins la moitié d’un service d’enseignant·e-chercheur·se titulaire.

Les vacataires sont une véritable aubaine pour les universités. Plutôt que d’ouvrir des postes de titulaires d’enseignant·es-chercheur·ses, elles disposent ainsi d’une main-d’œuvre corvéable à souhait, rémunérée à la tâche, souvent plusieurs mois après la réalisation du service (six, douze, parfois dix-huit… voire jamais !), sans congés payés, et privée de tout droit social (notamment les congés maladie). Le tout pour un coût tout à fait modique : une heure équivalent TD était jusqu’à présent payée 41,41 euros brut. Pourtant, selon l’arrêté du 31 juillet 2019, une « heure de travaux dirigés en présence d’étudiants correspond à 4,2 heures de travail effectif ». Les vacataires d’enseignement sont de la sorte rémunéré·es en-dessous du SMIC (et continueraient à l’être même si la rémunération de l’heure de vacation suivait l’évolution du point d’indice !).

https://www.flickr.com/photos/dullhunk/49505919022/in/photolist-2iqELXY-SnC15m-2jBmbUi-2nbDMRp-2mMiHfs-2kUgJsF-2mHteLW-8jLtCb-2mWixoY-2mqr83P-2nfte7J-2mKo84i-2mY9RCM-7zhfCc-2j1XbtP-2mMUtGz-F4Dwyx-8FpHWA-2mJcEHf-2ktAE9r-2imsDLs-2m3N4Ez-DgABo-2mv8a91-9csjen-2mFfC25-2mhYbRJ-M1ub2d-NWcnZA-2mMM3i5-2ncEccU-5QdPum-2m7d173-2jv35z1-2nmjpbT-2n6C7V9-PEM37s-2mHxmY7-2nm5KqW-2kRnn8y-2nECTui-2nm8cyW-2mxvTfP-2n6tZE5-73Sjb-6dWLGd-2nFt4T9-2mKetED-2mqsf1v-3wCz92

Crédit: Dunk, 2020

Continuer la lecture

Non financement de l’augmentation du point d’indice. Lettre ouverte de la CGT à la ministre de l’ESR, 22 septembre 2022

Academia publie la lettre adressée par les organisations CGT à la ministre Retailleau au sujet de la non-compensation budgétaire des augmentations salariales des agent·es divlguée par le cabinet de Sylvie Retailleau. Pour avoir un ordre de grandeur, il s’agit de 8 millions d’euros non compensés pour le seul Inserm. Academia attend une demande équivalente de la Conférence des présidences d’université.

Objet : Lettre ouverte dénonçant la duplicité de l’État et son abandon des fonctionnaires de l’enseignement supérieur et de la recherche

Madame la Ministre,

L’hiver dernier, à quelques semaines du premier tour de l’élection présidentielle, la ministre de la fonction publique annonçait une augmentation du point d’indice pour la fonction publique. Cette mesure, que nous demandions sans relâche depuis 2010 et correspondant à une perte de pouvoir d’achat de 12 %, était finalement précisée en juin 2022, juste après le second tour de l’élection législative. La hausse était ajustée au strict minimum (3,5%) afin que les agents débutants de la fonction publique soient juste au-dessus du SMIC (leur grille est depuis retombée sous le SMIC) ; pas un euro de plus…

Interrogée par la CGT lors de notre rencontre le 27 juin sur la question de la compensation de cette augmentation aux établissements publics, vos réponses furent évasives, comme lors des Comités Techniques ministériels des 7 juillet et 8 septembre 2022. Jusqu’à ce que, pressé par les questions de la CGT, le directeur de cabinet du ministre de la fonction publique reconnaisse, le 15 septembre 2022, que l’État abandonnait ses fonctionnaires rattachés aux établissements publics et aux opérateurs, à qui Bercy demande d’assumer cette dépense seul, sans rallonge budgétaire pour l’année 2022. Ce faisant, l’État oblige les établissements à faire d’autres économies sur les dos des agents et au prix d’une dégradation du fonctionnement des services et des laboratoires.

Décision aux conséquences abyssales : l’État n’assume donc plus le traitement de ses fonctionnaires dans l’enseignement supérieur et de la recherche ! Cette charge supplémentaire portant sur 6 mois s’évalue à près de 300 millions d’€ en 2022 (45 millions d’€ pour le seul CNRS), alors que les établissements sont déjà saignés par des années d’austérité ; cela pourrait bien être la goutte d’eau qui fera déborder le vase de l’indignation et de la colère. Car enfin, rappelons que les niveaux indemnitaires des agents de l’enseignement supérieur et de la recherche sont parmi les plus bas de la fonction publique. Rappelons que la précarité est la plus élevée de la fonction publique d’État avec son corollaire, l’effondrement des recrutements sous statut de fonctionnaire. Rappelons que le taux d’encadrement des étudiants ne cesse de baisser. Rappelons enfin que le patrimoine, considérablement dégradé par le manque d’entretien et de rénovation, est glacial en hiver, étouffant en été… Le gisement d’économie énergétique, si ce patrimoine était rénové, serait pourtant colossal1

Continuer la lecture

  1. Selon le rapport préalable à la LPPR du GT1, dont vous êtes l’une des co-autrice, plus de la moitié des bâtiments de l’ESR auraient un classement inférieur à D ; en rénovant ces bâtiments pour les faire passer de F à A, c’est 350 kWh/m2/an d’énergie économisée. Soit 1,75 milliards d’€ par an (à 0,5 € le kWh, le cours actuel) pour 10 millions de m². []

Au souhait de remise en cause de l’indépendance et du fonctionnement de la Commission d’évaluation (CE). Communiqué de l’intersyndicale INRIA, 20 septembre 2022

Les organisations syndicales de l’Inria (SNCS-FSU, le SNTRS-CGT et le SGEN-CFDT) ont pris connaissance du rapport de la mission portant sur les “conflits d’intérêt” mise en place par la direction de l’institut. 
Notre conclusion est que ce rapport ne porte pas tant sur les conflits d’intérêts, dont il est écrit que la Commission d’évaluation (CE) y est très vigilante, que sur un souhait de remise en cause de l’indépendance et du fonctionnement de cette même CE. 
Les organisations syndicales dénoncent la violence subie par des agent·es élu·es comme nommé·es à la CE, qui, depuis un an, ont vu leur travail de membre de la CE dénigré sans possibilité de se défendre. Les conséquences de cette violence doivent être reconnues et réparées à la hauteur du bruit qui a été fait autour de ces “alertes significatives”. 
Une direction soucieuse du bon fonctionnement de son institut est une direction capable de reconnaître ses torts. 
Enfin, les organisations syndicales dénoncent fortement l’instrumentalisation qui a été faite des conflits d’intérêts par la direction. 
Si la direction souhaite discuter du fonctionnement des instances, elle doit le faire de manière transparente, par la voie de la concertation : avec les organisations syndicales, avec les instances, avec les personnels ; non en se cachant derrière une “mission conflit d’intérêt”, dont les conclusions et recommandations portent sur un sujet pour lequel elle n’avait pas reçu de mandat
L’intersyndicale Inria

Sur Academia

« Nous, chercheurs, assurons Paul Max Morin de notre soutien ». Réponse au Monde

Suite au retrait par Le Monde d’une tribune que le quotidien avait commandée à Paul Max Morin, plusieurs chercheuses et chercheurs ont demandé la publication par Le Monde d’un texte de soutien au chercheur en science politique, paru dans l’édition du 21 septembre 2022. Academia la republie ci-dessous.

Le 1er septembre 2022, Paul Max Morin, docteur en science politique et auteur du livre Les jeunes et les mémoires de la Guerre d’Algérie, publiait une tribune dans le journal Le Monde, offrant une analyse critique de l’évolution du discours d’Emmanuel Macron sur les mémoires de la Guerre d’Algérie. Quelques heures plus tard, la version en ligne de ce texte était retirée par le quotidien. Cette dépublication, qui nous semble inédite dans la vie du journal, était accompagnée d’un court texte présentant les « excuses » du journal à ses lecteurs et lectrices et… au président de la République !

Continuer la lecture

Sections disciplinaires à l’université : mieux garantir leur indépendance

  • par Publiciste4

À plusieurs reprises ces dernières années, la littérature scientifique1, la presse généraliste2 et plusieurs collectifs , dont CLASCHES3 se sont interrogés sur l’efficacité des procédures disciplinaires au sein des universités.

Si toutes ces publications abordent la question de la répression disciplinaire de manière différente — certaines proposant des pistes intéressantes et d’autres des propositions plus discutables — elles nous semblent en revanche oublier une difficulté fondamentale liée au fonctionnement des sections disciplinaire locales : la place de l’autorité de poursuite.

Garður Sunset. Crédit : Hafsteinn Robertsson, 2015

En matière disciplinaire, l’autorité de poursuite a en effet une place très singulière. À l’origine de la saisine de la section disciplinaire, elle devrait, selon toute vraisemblance, être considérée comme partie à l’instance. Pourtant, et assez curieusement, elle semble être écartée de toute la procédure. Elle n’a pas à être entendue par les rapporteurs (R. 712-33 et R. 811-29) et n’est pas convoquée devant la formation de jugement (R. 712-35 et R. 811-31). Dans le cas des étudiants, il n’est même pas certain qu’elle puisse former un recours contentieux à l’encontre de la décision, la section disciplinaire ne se distinguant pas de l’université et aucun texte particulier ne l’y autorisant4.

Continuer la lecture

  1. Emmanuel Aubin, « Le CNESER et les jugements de Salomon », AJFP 2016, p. 231 [accès ouvert] ; Alexis Zarca, « La répression du harcèlement sexuel à l’université », La Revue des Droits de l’Homme 2017(12), p. 121. []
  2. J. Campion, « Violences sexuelles à l’université : pourquoi les procédures disciplinaires sont souvent un chemin de croix pour les victimes », France Info, 30 mars 2021. []
  3. Procédures disciplinaires dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche : le Conseil d’Etat donne raison au Clasches, le gouvernement improvise !”, Communiqué de presse du 3 octobre 2019 []
  4. Voir, par analogie, TA Lyon, 25 janv. 2007, n° 0607430 []

Annonces de vacations. Communiqué du bureau de l’ANCMSP

Cher·es collègues,

La fin de l’année universitaire approchant, les offres de vacations se multiplient sur la liste de diffusion en perspective de l’année à venir. En tant qu’association de défense des droits des jeunes chercheur·ses, l’ANCMSP surveille les annonces de postes publiées sur la liste en veillant non seulement à leur légalité mais en s’assurant également que celles-ci soient les plus lisibles pour celles et ceux qui souhaitent postuler. 

Le bureau de l’ANCMSP tient tout d’abord à rappeler à toutes fins utiles qu’il s’est prononcé depuis plusieurs années contre les vacations en général : 

  • Nous souhaitons la suppression du statut d’ATV (agent temporaire vacataire) ce qui permettrait l’ouverture de postes plus pérennes pour les jeunes chercheur·ses. 
  • Nous exigeons le recrutement des chargés d’enseignement vacataires (CEV) qui effectuent plus de 64 heures de cours par an en contrat LRU. 
  • Nous insistons sur la nécessité de revaloriser la rémunération horaire des vacations. À l’heure actuelle, celle-ci est de 41,41€ pour 1 HETD, niveau de rémunération en deçà du SMIC horaire.

Continuer la lecture

La syndicalisation des apprenti·es, un aspect essentiel de l’activité du SELA 31

L’apprentissage en France existe formellement depuis le XXe siècle, et il consiste en la mise en relation de phases pratiques en entreprise et de phases théoriques en centre de formation. Un·e apprenti·e, en tant qu’employé·e par l’entreprise dans le cadre d’une formation en alternance, est donc considéré·e comme un·e salarié·e. À ce titre, la CGT a toujours aspiré à la syndicalisation des apprenti·es, à la base dans les syndicats professionnels et de branche correspondants aux domaines de formation des apprenti·es. En réalité, la syndicalisation des apprenti·es n’est jamais parvenue à vraiment se développer au sein de la grande centrale des travailleuses et des travailleurs en France, à part aux moments où la CGT se trouvait hégémonique dans tous les secteurs professionnels et dans la société civile. Le taux de syndicalisation des moins de 30 ans en France, de 2,7% seulement, nous renseigne sur le mal que rencontre la CGT concernant la syndicalisation des travailleurs “jeunes” ; de plus, nos observations sur le terrain valident l’idée que la syndicalisation des apprentis est difficile de nos jours.

Les réformes dernières de l’apprentissage en France, sous le quinquennat Macron notamment, propulsent le nombre d’apprenti·es : en 2021, on recense plus de 700 000 nouveaux contrats d’apprentissage. Cette évolution suit particulièrement la loi de 2018 relative à la “liberté de choisir son avenir professionnel”. Tout ceci s’inscrit plus généralement dans un processus de professionnalisation de l’enseignement, avec le développement des licences professionnelles, l’importance grandissante des acteurices privé·s dans les établissements de formation, la sélection de plus en plus importante à l’université, etc. Dans un objectif de maximisation de la plus-value pour les capitalistes, l’investissement dans la formation professionnelle est accru dans l’optique d’augmenter les qualifications des travailleuses et des travailleurs. Également, le besoin en main-d’œuvre qualifiée se développe en suivant les transformations du mode de production capitaliste contemporain, comme l’explique la majeure partie des études sociologiques du travail à ce sujet1. Ces considérations conduisent à la forte mise en avant politique de l’apprentissage en alternance, pour lutter contre le chômage par exemple2.

https://www.flickr.com/photos/nebarnix/4107188977/in/photolist-7fWqc4-aTbapt-ocUQBr-3YMfMT-7Yhw8D-pph19S-p4Rkzh-4U5oRg-KZ6bP-csy2kL-cfCkbG-2FzvxZ-56RN2X-9KX8KX-9HJXtT-METC-5Be6g-8PHG7Y-UdpZh5-5tenQB-9JLTxk-cD9275-ag3pLP-7WQLSQ-ijpAq-H6KXTq-2dnXHE2-7Cnjed-sMNniL-7TWUBN-77tsdA-83ycd2-csy2Z1-EejVUW-6qEC3h-Rv4q-rYPTfb-5yJFLp-GqAXJy-a8kMye-dWnzV6-5iK3kt-5YLHbt-bBiA2H-N3BimD-aBxTMe-KZ6bH-bAS6gj-8HpTm9-gAMwps

Bourgeonnement. Credit: Jasper Nance, 2009

Étant donnée la faiblesse relative de la CGT concernant la syndicalisation des apprentis et leur nombre grandissant, la démocratisation de l’alternance et l’accent politique mis sur les formations dites “professionnalisantes”, le patronat a les mains libres pour exploiter au mieux les apprentis. En parallèle, le syndicalisme apprenti représente un terrain vierge de luttes, dans un contexte particulier où les apprentis auraient le plus besoin de représentation syndicale pour défendre leurs intérêts matériels et moraux. En effet, l’ensemble des réformes contemporaines de l’apprentissage suit la libéralisation économique et sociale capitaliste défavorable au camp des travailleuses et des travailleurs, comme l’illustre par exemple le rôle de plus en plus important que jouent les acteurices privé·es dans la formation des apprenti·es.

Continuer la lecture

  1. Voir les travaux du sociologue Michel Lallement, ou encore Le Nouvel esprit du capitalisme, de Luc Boltanski et d’Ève Chiapello, 1999. []
  2. Voir les aides financières récentes importantes pour soutenir le développement de l’apprentissage, notamment le Guide pratique à destination de l’employeur. Ministère du travail, novembre 2021. []

Incompréhensible licenciement d’une chargée de recherche à l’INRAE. Que vaut la parole d’un PDG ? Communiqué intersyndical

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Visite_de_Mr_Philippe_Mauguin_%C3%A0_l%27_INRA_de_Versailles-48-cliche_Jean_Weber.jpg

Philippe Mauguin, actuel PdG de l’INRAE, à l’ INRA de Versailles, 23 février 2017. Crédit: Jean Weber

Vous avez été nombreux à soutenir notre action de représentants du personnel (RP) l’année dernière pour défendre une jeune Chargée de Recherche recrutée sur poste handicap, victime d’un accident du travail, puis injustement licenciée en janvier 2021, contre l’avis de la Commission Administrative Paritaire des Chargés de Recherche (CAP des CR). Grâce aux nombreuses signatures de la pétition en faveur de son maintien dans l’institut (1500 signatures en une semaine), le PDG Philippe Mauguin nous avait accordé une entrevue le 22 janvier 2021 à l’issue de laquelle il s’était formellement engagé à lui accorder une nouvelle année probatoire sur un poste handicap CR ou IR, sans nouveau processus de sélection. Il confiait au DRH la charge de mettre en œuvre ce recrutement. Notre collègue, au chômage depuis janvier 2021, a eu confiance dans cet engagement fort et s’est pleinement investie dans cette voie plutôt que de contester juridiquement le non renouvellement de son contrat. Malgré les souffrances précédemment accumulées résultant de l’échec du premier recrutement et des tensions associées, puis de l’attente d’une décision la concernant, attente d’une durée incompréhensible (un an) révélant la légèreté avec laquelle la direction générale s’occupe des agents en situation difficile, elle a activement contribué à co-construire un projet de recrutement avec une unité, en accord avec la DRH. Contrairement aux engagements pris par la DG, le processus de recrutement, au bout de huit mois de co-construction (soit huit mois de chômage consacrés à cette perspective), s’est conclu par une procédure sélective que rien ne laissait prévoir. Ceci a profondément déstabilisé notre collègue lors de l’épreuve, ce qui l’a finalement écartée et a mis un terme définitif à un possible recrutement à l’INRAE. Continuer la lecture

Encore un déclassé en section 36 : la direction du CNRS provoque les sociologues !. Communiqué intersyndical

Communiqué de SNCS-FSU (secteur SHS), SUD-Recherche EPST, FO ESR, SNTRS-CGT

Mardi 24 mai 2022, le jury d’admission du CNRS pour l’InSHS a décidé de modifier le classement proposé par la section 36 (sociologie et sciences du droit) pour le concours des chargé·es de recherche, en reléguant Jean-Philippe Tonneau, classé 1er par la section, à la 8e position (pour 4 postes à pourvoir).

Rappelons que le concours de chargé·e de recherche s’opère en deux temps : en premier lieu, les jurys d’admissibilité, composés de spécialistes de ces disciplines, évaluent des centaines de dossiers sur leur projet de recherche et leurs travaux passés, auditionnent – au terme d’une présélection – des dizaines de candidat·es pendant plusieurs jours et, au bout de longues journées de délibérations, établissent un classement d’admissibilité par ordre de choix basé sur des critères scientifiques. Dans un deuxième temps, des jurys d’admission constitués à l’échelle des instituts se réunissent, le temps d’une journée, pour établir les classements finaux. Le concours d’entrée du CNRS est extrêmement concurrentiel puisqu’il n’y avait cette année que 4 postes à pourvoir en section 36 pour des centaines de docteur·es formé·es chaque année dans ces deux disciplines.

Continuer la lecture

Sur le déclassement d’un candidat au concours de chargé de recherche du CNRS. Communiqué de l’AFS et de l’ASES

Le 30 mai 2022

L’Association française de sociologie et l’Association des sociologues enseignant·e·s du supérieur ont appris avec stupeur et consternation un nouveau déclassement par le jury d’admission au concours de chargé de recherche , en l’occurrence la relégation du candidat classé premier (Jean-Philippe Tonneau) en section 36 “Sociologie et Sciences du Droit” du CNRS au 8e rang, le privant de facto d’un poste. De multiples déclassements ont déjà eu lieu lors des années précédentes (en 2017, 2018 et 2019), suscitant déjà de nombreuses critiques de la profession et plaçant les candidat·e·s dans des situations de grande incertitude. Le CNRS et la direction de l’Institut des sciences humaines et sociales (InSHS) du CNRS se permettent une nouvelle fois de modifier le classement d’un concours établi par un jury de spécialistes, en partie élu·e·s, à l’issue d’un examen approfondi et collégial des dossiers et d’une audition des candidat·e·s. Nous, associations de sociologie, condamnons fermement ces pratiques délétères de déclassement par des collègues non-spécialistes, dans des conditions qui ne permettent pas une analyse sérieuse des candidatures et sans obligation de motivation des décisions à l’égard des candidat.e.s. Nous ne comprenons pas le déclassement d’un candidat qui répond en tous points aux exigences du poste et dont les sujets de recherches correspondent aux orientations de la section et de l’InSHS. Si nous ne sommes pas en mesure de saisir les raisons d’un tel déclassement, tout laisse à penser qu’il ne s’agit pas de motifs scientifiques. C’est pourquoi, nous affirmons toute notre solidarité à Jean-Philippe Tonneau, ainsi qu’à la section du CNRS désavouée, et nous exigeons que le CNRS respecte les classements de la section 36 et mette en œuvre tous les moyens pour recruter Jean-Philippe Tonneau comme chargé de recherche.
Continuer la lecture