Chasse aux sorcières. Un député contre-attaque

 

Tweet de Sébastien Nadot, 27 novembre 2020

Le maintien du confinement pour les universités soulève les contestations

Lors de son allocution du mardi 24 novembre 2020, le président Emmanuel Macron annonce que les universités resteront confiner a minima jusqu’au 4 février 2021, alors que de nombreux autres secteurs auront repris une activité quasi-normale. Cette décision a très rapidement provoqué des prises de positions, isolées et collectives, dont nous faisons ici une liste régulièrement mise à jour.

Mur confiné by Jeanne Menjoulet, 2020, CC

Continuer la lecture

La LPR va faire plonger la recherche pour les 10 ans à venir

Le 24 novembre 2020, après que la LPR a été votée par l’Assemblée Nationale et le Sénat, le conseil scientifique (CS) du comité national du CNRS (CoNRS) adopte des recommandations très critiques. Il considère ainsi que la LPR fera plonger la recherche scientifique, « [actant] ainsi son déclassement », alors même que le but premier de cette loi aurait dû être de la remettre sur les rails. Le CS déplore ainsi que cet objectif ne sera jamais atteint en l’état et appelle à ce que le débat se poursuive.

Communiqué de presse contre l’interdiction de la manifestation du 24 novembre

Les organisations syndicales et associations de l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) dénoncent l’interdiction de la manifestation prévue à Paris le mardi 24 novembre contre la loi de programmation de la recherche. Elles appellent, dans le respect des règles sanitaires demandées, à participer massivement au rassemblement autorisé place Jussieu à 14h « pour que la Loi de programmation de la recherche reste lettre morte ».

La direction de l’ordre public et de la circulation de la préfecture de police de Paris a interdit la manifestation organisée par les syndicats et associations de l’ESR le 24 novembre, qui devait prendre la forme d’un défilé reliant la place Jussieu à la rue de Varennes. Elle a accordée uniquement une autorisation pour un rassemblement place Jussieu à 14h.

Elle indique que cette restriction de la liberté de manifestation prend appui sur « un avis sanitaire sur les manifestations revendicatives rendu le 9 novembre 2020 », par lequel « le directeur général de l’agence régionale de santé d’Île-de-France considère que seules les participations organisées de manière statique sont susceptibles d’éviter le brassage des populations et donc de prévenir la propagation du virus, ou du moins la ralentir fortement ». Une interdiction générale des défilés et cortèges aurait donc été établie en Île-de-France le 9 novembre, sans que nul n’en ait été informé et sur la seule base d’un « avis sanitaire » du directeur général de l’agence régionale de santé ?

Comment croire que confiner des manifestant.·es sur une place est moins risqué sur le plan sanitaire qu’un défilé dans les rues de Paris ? Nous rappelons que le 13 octobre une manifestation du personnel de l’ESR à Paris a pu se dérouler dans de très bonnes conditions et dans le respect des règles sanitaires avec accord de la préfecture de police de Paris.

Nous ne comprenons pas cette décision qui outrepasse les pouvoirs que la loi reconnaît au préfet d’interdire une manifestation précisément déterminée, s’il considère, sur la base d’éléments objectifs et sérieux, que cette manifestation, par les conditions dans lesquelles elle est prévue, est de nature à susciter des troubles à l’ordre public, du point de vue de la sécurité publique, de la tranquillité publique ou de la salubrité publique.

Les organisations syndicales et associations de l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) ne considèrent pas que la liberté de manifester puisse dépendre du seul bon vouloir du préfet de police. A l’évidence, l’interdiction du défilé prévu le 24 novembre, parce qu’elle révèle une interdiction générale de tout cortège ou défilé en Île-de-France à compter du 9 novembre, excède les pouvoirs qui lui sont conférés par la loi.

Les organisations syndicales et les associations appellent le personnel de l’ESR à se rassembler nombreux le 24 novembre place Jussieu à Paris pour renouveler notre opposition toujours aussi vive contre la loi de programmation de la recherche et signifier par notre présence notre détermination à préserver nos droits fondamentaux.
Vous pouvez télécharger l’attestation de déplacement dérogatoire ici.

Signataires : SNTRS-CGT, CGT FERC SUP, CGT-INRAE, SNESUP-FSU, SNEP-FSU, SNASUB-FSU, SNCS-FSU, SNETAP-FSU, FO-ESR, SUD EDUCATION, SUD RECHERCHE EPST, SOLIDAIRES ETUDIANT-E-S, UNEF, L’ALTERNATIVE, FACS ET LABOS EN LUTTE

Dérive liberticide pour la recherche, par Stéphane Foucard. Le Monde, 21 novembre 2020

En passant

« La recherche n’échappe pas à la dérive liberticide »

Dans sa chronique, Stéphane Foucart, journaliste au « Monde », revient sur la loi de programmation de la recherche, dénoncée avec force pour les risques qu’elle fait peser sur les libertés académiques, l’autonomie de la recherche et la sécurité de l’emploi scientifique.

Chronique. L’action du gouvernement est marquée par une dérive liberticide qui inquiète jusque dans les rangs de la majorité. Cette érosion des libertés, sans doute inédite en France à l’échelle des dernières décennies, va au-delà de quelques dispositions controversées du projet de loi dite « sécurité globale », examiné ces jours-ci par les députés, et sur lequel l’attention médiatique est focalisée.

De fait, il est surprenant que le gouvernement d’un pays démocratique manifeste, dans un même élan législatif, la volonté d’interdire de facto la diffusion d’images des forces de l’ordre par les journalistes et les particuliers, et celle de permettre la surveillance de la population par des drones, dans une étourdissante variété de situations (le recours à la reconnaissance faciale n’étant à ce stade pas exclu).

La recherche n’échappe pas à cette dérive liberticide. Adoptée par le Sénat le 20 novembre, la loi de programmation de la recherche (LPR) est dénoncée avec force pour les risques qu’elle fait peser sur les libertés académiques, l’autonomie de la recherche et la sécurité de l’emploi scientifique.

Continuer la lecture

Appel de la CGT FercSup à la mobilisation dans l’ESR ! Abrogation de la LPR ! Des postes de titulaires et des locaux immédiatement pour l’Université !

Appel adopté par le congrès de l’Union CGT FERC Sup le 20 novembre par 69 pour, 2 contre et 10 abstentions.

vendredi 20 novembre 2020

Après des mois de mobilisations et dans un flagrant déni de démocratie (pseudo-concertations, passage en force dans les instances, aggravation du texte par le Sénat avec le soutien du gouvernement), la Loi de Programmation de la Recherche (LPR) a été adoptée par l’Assemblée nationale le 17 novembre. Le même jour, des mobilisations importantes ont eu lieu dans toute la France, avec notamment un rassemblement de plus de 1200 personnels et étudiant·es devant la Sorbonne à Paris, contre la LPR et pour l’attribution immédiate de moyens pour l’ESR.

La LPR privilégie le financement de la recherche sur projet (VOTE : maintien texte initial) amplifiée par l’ANR, n’ouvre aucun poste supplémentaire de titulaire, aggrave la précarité et attaque les statuts (chaires juniors ou « tenure tracks », CDI de « mission scientifique », contrats doctoraux de droit privé…). Enfin, cerise pourrie sur un gâteau empoisonné, la LPR ouvre au privé les écoles vétérinaires, supprime la qualification par le CNU et attaque les franchises universitaires [1] en pénalisant la contestation dans les établissements (trois ans d’emprisonnement et 45·000 € d’amende).

Dans ce combat pour les libertés, les manifestant·es ont ensuite rejoint le rassemblement du 17 novembre devant l’Assemblée nationale contre le nouveau projet de loi liberticide dite de « sécurité globale », qui, dans la continuité de nombreuses autres lois répressives, vise entre autres à empêcher de filmer les violences policières. La CGT FERC Sup dénonce ce gouvernement coupé de la population et autoritaire, qui restreint les libertés fondamentales, qui réprime et cherche à museler toute forme de contestation et appelle aux rassemblements samedi 21 novembre contre la loi de « sécurité globale ».

Voilà la réponse du gouvernement Macron à l’urgence dans les universités : précarisation et répression !

L’augmentation du nombre d’étudiant·es et l’insuffisance des recrutements depuis de nombreuses années ont pour conséquences le manque de plus de 50.000 postes et de locaux (équivalent de 2 universités) pour répondre aux besoins du service public. Ce qui était déjà inacceptable jusqu’ici a été rendu indigne et dangereux par la gestion lamentable de la crise sanitaire. L’enseignement à distance dégrade encore les conditions d’enseignement et de travail, aggrave les inégalités sociales entre étudiant·es ; il ne doit pas se généraliser ni se pérenniser. L’enseignement présentiel, avec les conditions sanitaires qui garantissent la santé des personnels et des étudiant·es, doit être rétabli dès que possible.

La CGT FERC Sup exige le recrutement immédiat d’au moins 50.000 personnels titulaires, BIATSS et enseignant·es-chercheur·ses, la titularisation de tous les contractuel·les et précaires sur emploi pérenne, la mise à disposition d’urgence de locaux et la construction de bâtiments, et le retrait de la LPR.
Elle s’associe aux combats des autres secteurs publics comme l’hôpital, l’Éducation nationale… Elle lutte pour un service public de qualité, ouvert à tou·tes et émancipateur.

La CGT FERC Sup, réunie en congrès du 16 au 20 novembre 2020 en visio, reprend sans réserve l’appel intersyndical à la mobilisation :

« Les organisations signataires appellent toutes et tous les collègues à multiplier les assemblées générales, y compris en visioconférence, pour discuter des modalités permettant d’amplifier la mobilisation par la grève, l’extinction des écrans, les rassemblements et les manifestations.
Elles appellent à participer à la réunion nationale de Facs et Labos en Lutte le 23 novembre et à faire nationalement du 24 un moment fort de la mobilisation pour que la LPR ne soit pas appliquée et pour un ESR libre et ouvert à toutes et tous. »
Signataires : SNTRS-CGT, CGT FERC SUP, CGT-INRAE, SNESUP-FSU, SNEP-FSU, SNASUB-FSU, SNCS-FSU, SNETAP-FSU, FO-ESR, SUD EDUCATION, SUD RECHERCHE EPST, SOLIDAIRES ETUDIANT-E-S, UNEF, L’ALTERNATIVE, FACS ET LABOS EN LUTTE, CJC


Appel adopté par le congrès de l’Union CGT FERC Sup le 20 novembre par 69 pour, 2 contre et 10 abstentions.

Pourquoi l’Université des plateformes commerciales est-elle la fin de l’université ?

Un groupe d’enseignant·es de quelques universités italiennes a écrit une lettre ouverte sur les conséquences de l’utilisation de plateformes numériques dans l’enseignement à distance. Nous espérons qu’une discussion sur l’avenir de l’éducation s’ouvrira le plus rapidement possible et que les investissements discutés au cours de ces semaines seront utilisés pour la création d’une infrastructure numérique publique pour les écoles et les universités.

Autres langues disponibles ici : italien, allemand, anglais


Chèr·es collègues et chèr·es étudiant·es,

Comme vous le savez certainement, les écoles et les universités italiennes, depuis le début de l’urgence COVID, pour des raisons initialement compréhensibles, se sont appuyées sur des plateformes et des outils privés, appartenant pour la plupart à la galaxie dite « GAFAM » (Google, Apple, Facebook, Microsoft et Amazon), pour la gestion de l’enseignement à distance (y compris les examens). Il y a peu d’exceptions, comme le « Politecnico » de Turin, qui a adopté des solutions non commerciales et autoproduites. Cependant, le 16 juillet 2020, la Cour européenne de justice a rendu un arrêt très important qui, en résumé, indique que les entreprises états-uniennes ne garantissent pas la vie privée des utilisateurs conformément au règlement européen sur la protection des données, connu sous le nom de GDPR (General Data Protection Regulation). Par conséquent, à l’heure actuelle, tous les transferts de données de l’UE vers les États-Unis doivent être considérés comme non conformes à la directive européenne et donc illégaux.

Un débat est en cours au niveau de l’UE sur cette question et le contrôleur européen de la protection des données a explicitement demandé « aux institutions, offices, agences et organes de l’UE d’éviter les transferts de données à caractère personnel vers les États-Unis pour de nouvelles opérations de traitement ou en cas de nouveaux contrats avec des prestataires de services ». Alors que le Garant irlandais a directement interdit les transferts de données des utilisateurs de Facebook vers les États-Unis. Enfin, certaines études soulignent que la majorité des plateformes commerciales utilisées pendant l' »éducation d’urgence » (principalement G-Suite) posent de sérieux problèmes juridiques et comportent une « violation systématique des principes de transparence ».

Continuer la lecture

Rétention de notes et moyens de grève : l’ANMCSP contribue au débat !

Academia a ouvert un débat sur les bonnes notes comme outil efficace de la grève. L’ANCMSP saisit la perche tendue pour donner la vision des non-titulaires sur cet outil traditionnel des mobilisations universitaires.  #ResistESR

https://www.flickr.com/photos/39683118@N07/14977017211/in/photolist-oPt8qF-39oVWd-56kJu8-CzTbAU-9Z2dgm-cqJu-5AGB-tJke-d9dY-4ZL5-2AdBP-sPzzb-9dB54o-5uEfbR-LVvdi2-ptgVc-rYernS-nNpm9X-5M5xks-aRXJ8H-JhUdw-4CYXT1-5CXKMb-93d8-pJ5NT3-dvkyrz-D7r7Vv-39jnQH-3BVQT-6ACvnK-8bQ4Cp-ostNZ9-cFhFLA-5j3pQ8-9q8aVq-4vRsmR-9mydgb-FJWCG-8bBDg5-5XdqGu-9H4nNE-9kN9yG-FiufJT-84ogpG-oHGf3D-3dYSsD-8ynq4S-ceWEku-8HAaDV-5LUjwd

Tiny Plants. Credit: Narayan G. Maharjan, 2014

La grève oui, mais quelle grève ? A propos de la rétention des notes comme mode d’action universitaire

Ce texte se veut une contribution au débat initié par la rédaction d’Academia sur la rétention des notes, et plus généralement sur les moyens d’action dans l’Enseignement supérieur et la recherche (ESR). Cette contribution nous semble d’autant plus importante que ce débat sur le répertoire d’action constitue un véritable marronnier des mobilisations universitaires, en particulier sur la question de la grève et la définition de ses formes légitimes. Elle nous semble également importante compte tenu des mobilisations passées, qui n’ont pas beaucoup produit de victoires ces dernières années sur le plan national (sinon aucune). Disons le d’emblée : l’ANCMSP est en désaccord complet avec la position d’Academia sur la rétention des notes, pour les raisons exposées ci-dessous.

Précisons que l’ANCMSP est une association qui représente les intérêts des non-titulaires de l’ESR, principalement de science politique. Pour rappel, selon les chiffres du Ministère en 2020, l’ESR compte 62 500 enseignant·e·s-chercheur·e·s (EC) titulaires pour 19 000 EC non-titulaires et 130 000 vacataires. Si la Loi de Programmation pour la Recherche (LPR) affecte tous les personnels universitaires, il nous semble que les non-titulaires sont encore plus touché·es, puisque cette réforme hypothèque directement leur futur dans ce secteur professionnel. Nous souhaitons donc ici présenter un point de vue porté par des non-titulaires, pour défendre leurs intérêts.

Lire la suite sur le site de l’ANCMSP →

Inria recherche précaires, chasseurs de financements de prestige

Dans un document récent, la Direction Générale vient d’inventer dans l’urgence un nouveau mode de recrutement : la tenure-track sur ERC.
Essentiellement, elle propose un CDD de 3 ans (SRP) aux postdocs/SRP d’équipes Inria qui s’engagent (i) à candidater à l’ERC en 2021 et (ii) à y recandidater en cas d’échec. Elle s’engage à leur fournir un « poste pérenne » en cas de succès.
Le SNCS-FSU et le SNTRS-CGT s’opposent complètement à cette circulaire qui témoigne d’un triple mépris :
 
        1. Un mépris des chercheur.se.s précaires de la part de la direction, qui ne réfléchit pas aux conséquences en cas d’échec ;
 
        2. Un mépris du travail des jurys de recrutement, en déléguant à l’ERC la décision de recruter
 
        3. Un mépris du travail des instances internes; alors que plusieurs réunions d’instances sont retardées et qu’il n’y a pas eu concertation entre DG/DRH et OS sur ce dispositif.
 
Nous (SNCS-FSU et SNTRS-CGT) exigeons le retrait de cette idée précipitée. Le budget pourra être réutilisé à augmenter les budgets de fonctionnement (ex: thèses, postdoc).
Si la direction générale souhaite augmenter le nombre de soumissions à l’ERC, elle pourrait donner plus de temps aux chercheurs et chercheuses et leur donner les moyens d’un travail de qualité. À l’opposé, les jeunes chercheurs sont de plus en plus fortement encouragés à aller enseigner (PEDR jeunes chercheurs, ISFP etc).
Les seuls postes garants de l’indépendance nécessaire, de la liberté académique (régulièrement attaquée) et d’une recherche de qualité sont ceux de statutaires. Ainsi,
  • Nous rejetons toute tentative de recrutement par tenure track ;
  • Nous rejetons toute tentative permettant de court-circuiter le processus de recrutement par les pairs ;
  • Nous continuons d’alerter face aux risques des politiques qui repose sur l’instrumentalisation et la précarisation des jeunes avec un poste stable promis pour une minorité. 
Enfin, nous notons que cette procédure est un premier effet néfaste de ce COP déjà dénoncé par nos syndicats, elle exacerbe le danger d’indicateurs quantitatifs pour la recherche scientifique: oublier ce qui fait la qualité de la science au profit de la satisfaction stricte de ces indicateurs, en piétinant au passage la liberté académique, les instances et les jurys.
SNCS-FSU & SNTRS-CGT

Les sections CNU 1 à 4 demandent l’intervention du Président et du Premier ministre

Suite au vote de la loi de programmation de la recherche à l’Assemblée Nationale le 17 novembre 2020, le goupe 1 des sections « Droit, économie et gestion » du CNU demande l’intervention du Président de la République et du Premier ministre concernant l’article 3 bis qui met à l’écart le CNU pour le recrutement des enseignant·e·s-chercheur·e·s.

Le groupe pointe en particulier l’absence d’écoute et de débat possible avec la ministre Frédérique Vidal, et s’indigne de sa façon de faire.

Les biologistes du CNU se positionnent : motion de la section 67

Motion votée le 17 novembre 2020 par la section 67 (Biologie des populations et écologie) du CNU

  • 60 votants sur 71
  • 54 oui
  • 1 non
  • 5 ne se prononcent pas

Conseil National des Universités
Motion de la 67ème section

Le sabordage du travail parlementaire par une lecture accélérée et la surdité du gouvernement face à une mobilisation universitaire confinée ont accouché, le 9 novembre dernier, d’une loi de programmation de la recherche (LPR) qui nuira pour longtemps à l’enseignement supérieur et à la recherche en France.

Ce texte a été critiqué par l’ensemble des organisations syndicales, a fait l’objet de nombreuses motions, notamment de la part de la commission permanente du conseil national des universités (CP-CNU), des présidents de section du comité national de la recherche scientifique, ou encore du conseil économique, social et environnemental. Malgré toutes ces protestations, ce texte contesté par l’ensemble des acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche aura réussi à devenir encore pire que prévu initialement.

Non seulement le texte adopté consacre une programmation budgétaire indigente et une précarisation accrue à tous les niveaux, mais il prévoit désormais de dispenser de la qualification les futurs candidats aux postes d’enseignants-chercheurs. Cette disposition rétablira ainsi dans toute sa nuisance le localisme qui caractérisait autrefois les campus français et contre lequel nombre d’universitaires se sont battus pendant des années. Par ailleurs, il faut rappeler que la qualification par le conseil national des universités constitue un concours national de la fonction publique, permettant la sélection des candidats aux postes d’enseignants chercheurs. La suppression de la qualification par le CNU va à l’encontre du statut général des fonctionnaires d’Etat, dont font partie les enseignants-chercheurs, qui ne peuvent être nommés que sur la base d’un concours national. Nous nous interrogeons donc sur l’avenir du statut d’enseignant-chercheur et sur son existence à moyen terme. Cet amendement de dernière minute n’a pas donné lieu à concertation avec le CNU, pas plus qu’à un débat en commission et devant l’Assemblée nationale. Un texte d’une telle portée pour la qualité des recrutements, des enseignements et de la recherche ne peut être élaboré à la hâte, et entériné en commission mixte paritaire par une poignée de parlementaires.

Nous, membres de la 67ème section du CNU, sommes solidaires de l’ensemble des initiatives visant à contester la loi de programmation de la recherche et adhérons totalement aux motions et lettres émises à ce sujet par la CP-CNU. Nous continuerons à assurer le mandat qui nous a été confié dans le respect des candidats et des collègues qui nous ont fait confiance. Nous restons mobilisés et déterminés.

Nous refuserons désormais de siéger dans les instances d’évaluation où notre présence est requise, et en particulier lors de l’affectation des nouveaux bacheliers par Parcoursup, dans les jurys de concours de la fonction publique, jurys de grandes écoles, jurys de baccalauréat, et dans toutes les instances qui ne constituent pas le cœur de notre métier d’enseignants et de chercheurs.

Nous appelons les candidats actuellement en campagne dans le cadre des élections aux conseils centraux des universités ainsi que tous les élus actuels des conseils centraux à prendre clairement position contre la mise en œuvre de l’expérimentation impliquant le contournement de la procédure de qualification. Nous les appelons également à s’engager à limiter les conséquences néfastes de la loi par tous les moyens dont ils disposeront, en refusant plus généralement d’utiliser les dispositifs législatifs visant à précariser davantage encore nos jeunes collègues.

Nous demandons à nos collègues titulaires, membres des futurs comités de sélection de résister par tous les moyens à la mise en œuvre de la loi en exigeant dans les jurys de recrutement que seuls les candidats qualifiés puissent être auditionnés.

Nous réclamons que l’avis des instances scientifiques reposant sur la collégialité et l’élection par les pairs soient pris en compte dans l’élaboration des politiques publiques de la recherche.

Nous exigeons encore et toujours, des moyens et des recrutements qui servent réellement l’université publique et qui lui permettent de remplir sa mission essentielle, trop souvent oubliée, celle d’un accès démocratique au savoir et à la connaissance pour toutes et tous.

Manif en ligne, partout dans le monde, justice nulle part !

Conectez-vous à la manif en ligne et lisez tous les slogans #ResistESR à distance !

 

Les directions de 800 laboratoires (re)prennent position contre la LPR

L’assemblée des directions de laboratoires (ADL), qui réunit plus de 800 directeurs et directrices de laboratoires de recherche dans toute la France, prend à nouveau position contre la LPR. L’ADL, comme une grande majorité de la communauté ESR, se désole de l’absence de communication et de concertation de la part du ministère, ainsi que des fausses informations que la ministre Frédérique Vidal véhiculent concernant une supposée adhésion de la communauté et des instances consultatives à la LPR.

L’ADL fait donc appel à l’article L111-6 du Code de la recherche et dénonce une loi frauduleuse car elle ne respecte pas les règles de la « concertation étroite avec la communauté scientifique ». La communication étant coupée avec le ministère, l’ADL en appelle aux parlementaires, les seuls à pouvoir encore retoquer cette loi. #ResistESR

Article L111-6 du Code de la recherche