Organisons-nous ! Une lettre aux agents publics par Nos services publics

Alors que Stanislas Guerini vient d’envoyer avec une peu d’avance ses étrennes aux organisations syndicales, avec un projet législatif centré sur le renforcement de  l’efficacité de la fonction publique1, par “un texte resserré autour d’une vingtaine de mesures, essentiellement conçues pour donner des marges supplémentaires fondées sur la confiance dans les acteurs  et la valorisation de leur engagement2, Academia republie la Lettre ouverte aux agents publics après la loi Asile-Immigration du collectif Nos services publics, paru sur leur blogÀ notre tour, nous vous disons : organisons-nous !

En attendant reprenons des forces pour 2024 !

Lettre ouverte aux agents publics après la loi asile-immigration : organisons-nous

Le vote de la loi asile-immigration constitue une accélération historique de la dérive autoritaire et discriminatoire dans notre pays. Face à cette situation, notre responsabilité, en tant qu’agents publics, est directement mise en jeu. Continuer, partir, désobéir ? Soyons à la hauteur : organisons-nous.

Continuer, partir, désobéir ? Comment articuler nos convictions avec des orientations politiques qui leur sont contraires, lorsque l’on est fonctionnaire ? Cette question, tou.te.s les agents de la fonction publique se la posent, à un moment ou à un autre de leur carrière. Servir successivement sous des Gouvernements d’obédiences politiques différentes, y compris éloignées de nos convictions, est en effet une des particularités de nos métiers : les fonctionnaires et agents publics sont choisis pour leur compétences, et non pour leurs idées politiques. Cette particularité s’exerçait, jusqu’à il y a peu, dans un cadre politique relativement clair où des lignes de clivage séparaient certes la gauche de la droite, mais surtout où un consensus dit “républicain” distinguait ces deux composantes d’une part, d’une extrême droite et de sa xénophobie d’autre part.

Affaissement des digues

Ce cadre “républicain” est-il toujours d’actualité ? Force est de constater qu’il a, à tout le moins, été durablement abîmé par les derniers quinquennats, et que la loi asile-immigration s’inscrit dans un continuum de renoncements allant de la création du ministère de l’immigration et de l’identité nationale à la proposition d’inscrire dans la Constitution la possibilité de déchéance de nationalité pour les Français bi-nationaux.

Continuer la lecture

  1. soit une accélération de sa disparition. []
  2. Entendre, “adopté par 49.3”, “pour supprimer le statut et rémunérer à la tête du client”. []

Loi immigration : communiqué du Réseau national des collèges doctoraux (RNCD), 20 décembre 2023

Projet de loi Immigration : des mesures dangereuses
pour la recherche et l’innovation en France

Mercredi 20 décembre 2023

Le réseau national des collèges doctoraux (RNCD) se joint à France Universités, UDICE ou encore la CDEFI pour exprimer les plus vives inquiétudes suite à l’adoption des mesures concernant les étudiants, doctorants et chercheurs étrangers. Le réseau partage l’ensemble de leurs alertes et voudrait souligner plus particulièrement les risques concernant le doctorat.

Les docteurs étrangers formés en France poursuivent majoritairement leurs carrières en France et occupent des emplois dans tous les secteurs, à commencer par la R&D en entreprise. Ceux qui vont ailleurs gardent un lien durable avec la France et en font d’excellents ambassadeurs avec des retombées économiques, importantes et durables, démontrées dans plusieurs études.

La recherche française repose aussi largement sur l’activité des doctorants. L’enquête 2023 du RNCD a montré, par exemple, qu’en sciences et technologie, 74% des encadrants estiment qu’entre la moitié et la totalité de la production scientifique de leur laboratoire est associée à un projet doctoral. Or, actuellement 38% des doctorants sont étrangers et les trois-quarts d’entre eux ne sont pas citoyens d’un pays de l’Union Européenne. Dans les domaines en tension, où les entreprises connaissent déjà d’importantes difficultés de recrutement, la part des doctorants non européens est encore plus importante (par ex. 50% de doctorants non européens en sciences pour l’ingénieur, plus de 40% en informatique).

À une période charnière pour la société et pour l’industrie française, où la France doit se transformer pour s’adapter aux grandes transitions et innover dans plusieurs domaines clés, de la transition verte à l’intelligence artificielle en passant par la santé, ce serait une grave erreur que de nuire à l’attractivité internationale du doctorat en France. La France décroche sur ce plan depuis 10 ans, alors qu’elle était déjà en recul par rapport à la moyenne des pays de l’OCDE.

Pourquoi les mesures adoptées nous apparaissent-elles dangereuses ?

Continuer la lecture

Lyon antiraciste : les sites universitaires bloqués ce jeudi 21 décembre 2023

Université de Lorraine contre la loi Immigration, 20 décembre 2023

Réaction d’Hélène Boulanger, présidente de l’Université de Lorraine, après l’adoption de la loi « pour contrôler l’immigration, améliorer l’intégration »

Hier soir, l’Assemblée nationale a adopté, à la suite du Sénat, le texte de la loi sur l’immigration porté par le gouvernement. Ce texte doit encore être examiné par le Conseil constitutionnel et il est encore susceptible d’évoluer. Il reste qu’à la faveur de jeux politiques qui nous conduisent peu à peu vers le précipice d’un populisme haineux, ce texte a été voté par les représentantes et représentants du peuple français. Il comporte des mesures qui piétinent nos traditions d’hospitalité et qui m’amènent aujourd’hui à exprimer mon profond et irréconciliable désaccord.

La Lorraine est une terre d’accueil qui incarne dans son passé et son présent les valeurs de la République. Les succès que nous remportons, nous les devons à des femmes et des hommes qui viennent de tous les horizons. Les décennies qui viennent de s’écouler nous ont démontré que nous avons besoin de ces femmes et de ces hommes pour nous aider à construire le monde de demain, un monde qu’il faudrait nous employer à rendre meilleur plutôt qu’à le découper en petites forteresses nationalistes. Je suis lorraine et l’histoire m’a appris que le rejet de l’autre n’est que le paravent d’une société qui n’a plus ni boussole, ni espoir d’un meilleur lendemain.

L’université est le lieu dans lequel se prépare notre futur, que ce soit en formation ou en recherche. Il se bâtit avec les cerveaux et les enthousiasmes de tous ceux et toutes celles qui s’engagent pour la science et les services qu’elle rend à la société toute entière, d’où qu’elles ou ils viennent. Nos laboratoires et nos entreprises ont besoin de tous les talents pour faire face aux défis qui sont déjà les nôtres aujourd’hui et seront encore là demain.

Continuer la lecture

Projet de loi immigration- Lettre ouverte au président de la République

→ Signer la tribune: Lettre ouverte au président de la République, 18 décembre 2023 ←

Un retrait du projet de loi immigration plutôt qu’une tâche indélébile sur nos principes républicains

Lundi 11 décembre, l’Assemblée nationale a adopté une motion de rejet donnant un coup d’arrêt provisoire à la tenue des débats autour du projet de loi asile et immigration. Confronté à plusieurs hypothèses en réaction, le président de la République et le gouvernement ont annoncé leur volonté de poursuivre l’examen du texte en convoquant une Commission Mixte Paritaire, ce 18 décembre.

Cruelle ironie que le choix de cette date, qui se trouve être celle de la journée internationale des personnes migrantes : car cette commission, au vu de sa composition, ne pourra aboutir qu’au prix de la satisfaction des nombreuses demandes de durcissement du texte portées par Les Républicains et le Rassemblement National.

Conditionnement des prestations sociales à 5 ans de présence régulière en France, nouvelles atteintes au droit du sol, rétablissement du délit de séjour irrégulier, suppression de l’aide médicale d’état, fin de non-recevoir à toute perspective de régularisation, durcissement encore accru de l’accès aux titres de séjour, course inflationniste et insensée à l’enfermement et aux expulsions… Autant de mesures qui constituent la base des négociations de la commission mixte paritaire, alors qu’elles portent atteinte à nombre de nos principes républicains, en matière d’inconditionnalité d’accès aux soins ou au logement, de respect de la dignité, de refus d’entériner des logiques de préférence nationale. Et alors que souffle, en Europe comme en France, un vent mauvais de remise en cause du droit international, d’affaiblissement des socles de l’Etat de droit.

Nous demandons aujourd’hui solennellement au président de la République de ne pas céder à cette spirale de la surenchère de propositions attentatoires aux droits fondamentaux des personnes.

Continuer la lecture

Vous en aviez rêvé : le Guide « Pour des colloques inclusifs » 2023 du Ruche !

Le RUCHE, Réseau Universitaire des Chercheurs et Chercheuses en Histoire Environnementale, est un réseau pluridisciplinaire réunissant des personnes originaires de diverses universités et autres établissements d’enseignement supérieur ou secondaire, ou intéressé-e-s par l’histoire environnementale. Lors de l’assemblée générale de l’association de décembre 2022, certain·es membres ont exprimé leur difficulté à atteindre la parité ou une meilleure diversité dans le programme final d’un colloque ou la table des matières d’une publication et ce, malgré leur bonne volonté.

En réponse à ce constat, le groupe de travail « inclusivité » du RUCHE a rassemblé de la documentation et recensé plusieurs pistes pour atteindre une meilleure inclusivité lors de l’organisation de colloques. Ce document entend par inclusivité l’attention envers l’ensemble des inégalités sociales et des discriminations, notamment — et non exclusivement — les questions de genre et d’avancement de carrière.

 → Pour télécharger le  Guide « Pour des colloques inclusifs » 2023 du RUCHE ←

Ce guide a vocation à être diffusé le plus largement possible, n’hésitez pas à le disséminer, lors de colloques ou via vos réseaux de recherche et dans vos institution, mais également à faire des retours et faire connaître vos suggestions au groupe !

https://www.flickr.com/photos/mmechtley/2205859730/in/photolist-4mVBfj-Uicv6D-U1YyvD-Ywpg2d-gc9t77-TPr5VH-TqXpFW-HgYFV-PhwCRk-gc9uif-49ZEqw-aWj47e-gc9HJ5-gc9FPy-VhentC-SMg3jx-gca2PF-SMgaje-QHiumJ-gc9opT-WkaGj4-gc9ZR2-t7LphC-vhgWxk-gc9Fxb-gc9qQo-ZB6nuP-2oJGKhe-6egoF4-rA6WY4-MJXotN-QHiudC-rfGa2J-9ktW9N-2nD5Cb5-2nD4qMu-rH3Hs5-9YVoZL-RtvHvw-Zyhav5-2fixZ5y-844P6n-2bJZGkJ-nrnR5L-2bJZGC7-QHiuhL-npBz21-nrnDGe-2a5vb37-6Rx5Hk

Crédit:
Mira Mechtley, 2008

L’antisémitisme nous regarde : combattons-le partout, tout le temps

Une explosion d’actes antisémites

Depuis le 7 octobre, nous assistons en France et dans le monde à une multiplication terrifiante d’actes antisémites : inscriptions taguées, insultes, agressions et profanations. Le 20 octobre, à Paris, un homme a incendié la porte d’entrée d’un couple d’octogénaires sur laquelle était accrochée une mezouzah. Depuis, nombreuses sont les personnes juives en France à avoir retiré de leur porte ce symbole de protection.

Dans l’Éducation nationale, des parent·es d’élèves conseillent à leurs enfants de taire leur judéité et font part aux personnels de leur inquiétude que nos élèves de confession juive soient victimes de la haine antisémite au sein même de l’école. À l’université également, les étudiant·es juif·ves alertent sur une montée de l’antisémitisme, jusque dans les amphis, comme à Panthéon-Assas, où un enseignant a fait un salut nazi en cours et un autre a été suspendu pour avoir plaisanté sur les victimes du 7 octobre.

Regarder l’antisémitisme en face

Dans ce déferlement de haine et la cacophonie médiatique qui en résulte, avec son lot d’instrumentalisations et de récupérations, chacun·e croit connaître et reconnaître les coupables, direct·es ou indirect·es, mais personne ne regarde les victimes.

Continuer la lecture

À Aix-Marseille, la Cocarde et l’UNI prennent le bouillon

177 voix : voici le résultat obtenu par la Cocarde, liste conduite par Marc Solina, connu pour participer à des manifestations d’ultra-droite. UNI perd 2 sièges, avec 15% des voix

Extraits.Sur les réseaux sociaux, La Cocarde s’est filmée quelques jours avant le scrutin en train de tracter sur les campus de la Canebière, Luminy, la Timone et Saint-Jérôme. À Aix, elle aura du mal à rivaliser avec l’UNI, un autre syndicat classé très à droite et déjà très bien implanté dans la ville.

La ligne de La Cocarde n’est pas uniquement sécuritaire. Le profil de sa tête de liste, le marseillais Marc Solina, apparait très radical sur d’autres sujets. Il s’est fait remarquer en juin dernier, en marge du concert de soutien à l’ONG de sauvetage de migrants SOS Méditerranée, en déployant une banderole de plusieurs mètres avec cette inscription : “qu’ils retournent en Afrique”. Un hommage aux propos tenus, et sanctionnés, en novembre 2022 à l’Assemblée nationale par le député RN Grégoire de Fournas, interrompant la prise de parole de l’élu LFI Carlos Martens Bilongo avec les mêmes mots.

Continuer la lecture

Être juifve en France aujourd’hui. Invitation à Volia Vizeltzer

Alertée par l’expression de la peur de collègues universitaires juifves après le pogrom du 7 octobre,  Academia accueille avec reconnaissance les planches du dessinateur Volia Vizeltzer qui explicitent avec justesse la force et l’intrication d’émotions qu’il vit depuis 3 semaines.

Continuer la lecture

Frais d’inscription et liberté de manifester : stratégie du choc à Pau

Il y a quelques mois, nous lancions l’alerte à propos de la transformation progressive des présidents d’université en “préfets au petit pied”. Loin de comprendre la responsabilité éminente qui est la leur, nos président·es semblent en effet devenus incapables de concevoir aujourd’hui, sur les campus, un ordre public universitaire qui ne soit pas le triste décalque des pratiques préfectorales en matière sécuritaire et de répression des oppositions politiques légitimes.

Site Web de l’université de Pau (représentant un campus vide, mais un “campus dans la cité”)

Le président de l’université de Pau, Laurent Bordes, confirme malheureusement cette tendance. Ce 17 octobre en fin d’après-midi, arguant des franchises universitaires qui lui confèrent la charge du maintien de l’ordre sur le campus, il a décidé d’interdire un rassemblement d’étudiant·es et de personnels. Un rassemblement contre… il faut s’arrêter un instant et se frotter les yeux pour le croire : un rassemblement contre… la mise en place, à l’université de Pau, des «frais d’inscription différenciés» !

Laurent Bordes, mathématicien, président de l’UPPA 2020-2024

De : president@univ-pau.fr
Date : 17/10/2023 16:36 (GMT+01:00)
À : syndicats@univ-pau.fr, solidairesetudiant.e.s.pau@gmail.com, mouvement 22 mars <mouvement.22.mars@gmail.com>

Objet : rassemblement demain à 11h devant la Présidence

Madame, Monsieur

Vous avez organisé et annoncé sur les réseaux sociaux un rassemblement ce mercredi 18 octobre 2023 à 11 heures devant la Présidence sur la question des frais d’inscription différenciés.

Comme vous le savez, suite à l’attaque à caractère terroriste qui s’est produite à Arras le 13 octobre 2023, la Première ministre a décidé d’élever la posture du plan Vigipirate sur l’ensemble du territoire national au niveau « Urgence attentat ». En conséquence, je suis de fait dans l’obligation de mettre en place sans délai un certain nombre de mesures de prévention et de protection afin d’assurer la sécurité des personnes et des biens, parmi lesquelles “la restriction voire l’interdiction des activités aux abords des installations et bâtiments” (termes du bulletin d’alerte Vigipirate du 13 octobre). Par ailleurs, dans une lettre du 16 octobre, la Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche demande expressément aux chefs d’établissement d’étendre cette mesure aux rassemblements en fonction de la menace.

En tant que responsable du maintien de l’ordre et de la sécurité dans l’enceinte de l’établissement (article L.712-2 du code de l’éducation) et en raison de l’importance et de l’imminence de la menace, j’ai décidé d’interdire le rassemblement que vous avez projeté. Aussi, je vous demande d’en prendre acte et d’annoncer cette annulation via les mêmes canaux de diffusion que ceux utilisés pour le promouvoir (réseaux sociaux, affichage, mails, etc.)

Les autorités sont informées de cette décision.

L. Bordes
Président de l’UPPA

L’interdiction de tout rassemblement sur un campus à propos d’une question proprement interne à l’université et sous prétexte de Vigipirate : voilà une manière simple et efficace de neutraliser la contestation contre cette mesure universitaire raciste qui consiste, rappelons-le, à appliquer à une partie des étudiant·es extra européen·nes des frais d’accès à l’université d’un montant largement supérieur à ceux applicables aux ressortissant·es européen·nes.

Continuer la lecture

Sur les événements récents en Palestine occupée

En solidarité avec le peuple palestinien, et avec les universitaires qui subissent des attaques inqualifiables lorsqu’iels dénoncent le projet colonial destructeur d’Israël, Academia traduit la déclaration de la JLSA de la City University of New York (CUNY), publiée le mardi 10 octobre 2023.

Déclaration de l’Association des étudiant∙es en droit juifves de CUNY

10 octobre, 2023

En cette période de renouveau et d’introspection, et alors que nous commençons l’année 5784, nous, étudiant∙es juifves de la faculté de droit de CUNY, entendons exprimer notre solidarité inconditionnelle au peuple palestinien dans leur lutte légitime pour l’auto-détermination. Nous envoyons ce message, profondément touché∙es par le deuil des vies qui ont été perdues. Nous sommes fermement convaincus que le sionisme — en tant qu’idéologie politique fondée sur l’usurpation et la destruction — conduit à mettre en danger à la fois les juifves et les Palestinien∙nes, même si ses partisan∙es ne ciblent que ces derniers.

Dans son analyse des combats anticoloniaux dans le monde, Frantz Fanon écrit,

« Nous nous révoltons  simplement parce que, pour de nombreuses raisons, nous ne pouvons plus respirer ».

C’est le cas pour le peuple palestinien qui, depuis plusieurs générations, suffoque sous le jougs funeste du projet sioniste. La démarche de colonisation de peuplement, promue par des antisémites au sein de l’empire britannique de l’après-Première guerre mondiale, a mis plusieurs décennies de brutalité ininterrompue à prendre forme. En 1948, les milices sionistes ont déchaîné une campagne de terreur caractérisée par les meurtres de masse et les violences sexuelles systématiques, rasant plus de 500 villages et forçant plus de 750 000 Palestinien∙es à quitter leur terre natale.

Aujourd’hui, près de 6 millions de Palestinien∙nes sont reconnu∙es comme réfugié∙es par les Nations unies, parmi lesquel∙les 1,5 millions sont entassé∙es dans les camps de réfugié∙es de la Palestine occupée et des pays voisins. En Cisjordanie, la prolifération continue de colonies illégales a fait progresser un régime d’ apartheid, qui dote les colons juifves de droits politiques et économiques tandis que les Palestinien∙nes sont sujet∙tes à la surveillance incessante, au harcèlement à la violence et à l’intimidation.

Continuer la lecture

Suspension d’un maître de conférences pour propos indécents et incompatibles avec les exigences des missions d’enseignement de l’université

L’Université Paris-Panthéon-Assas a pris connaissance des propos indécents, dont certains à connotation antisémite, prononcés hier 9 octobre 2023 par un maître de conférences pendant son cours de droit constitutionnel. Des étudiants présents dans la salle ont légitimement été heurtés par les propos tenus.

L’université condamne fermement et sans réserve ces paroles, incompatibles avec les exigences de notre mission d’enseignement. Après enquête et consultations, l’enseignant concerné a été suspendu à titre conservatoire et temporaire, dans l’intérêt du service.

La section disciplinaire de l’université a par ailleurs été saisie.

La lutte contre le racisme et l’antisémitisme demeure une priorité pour l’université, qui ne peut tolérer que des propos discriminatoires, violents ou à connotation raciste ou antisémite, qui sortent du cadre de l’entière liberté d’expression dont jouissent les enseignants-chercheurs, ne soient tenus à l’intérieur de ses murs.
Continuer la lecture