Voix tues, voix entendues : à propos des Suppliantes (Sorbonne, 2019)

Si on cherche “Eschyle + Les Suppliantes + Sorbonne” dans Google Actualités, on retrouve 99 résultats. La “controverse” datée de mars 2019 apparaît même sur la page Wikipédia de la pièce. Systématiquement sont repris plusieurs communiqués : celui de l’Université, celui du metteur en scène Philippe Brunet et le communiqué commun de Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, et de Franck Riester, Ministre de la Culture — communiqués qui ont servi à la rédaction de plusieurs articles sans guère de réelle enquête. De nombreuses personnes et collectifs ont pris la parole1 une tribune signée par 343 personnes racisées a été publiée sur Mediapart2 en réponse à celle publiée dans Le Monde3. À aucun moment les étudiant·es à l’origine de cet appel au boycott n’ont été écouté·es.

Je voudrais ici revenir sur ce qui s’est joué à l’intérieur de la Sorbonne à ce moment-là, du point de vue d’une militante active dans l’association étudiante qui a relayé l’appel au boycott4.

Blackface

Au second semestre de l’année universitaire une étudiante publie sur le groupe facebook “Etudiant Sorbonne Université” une capture d’écran de ce tweet : 

 

Continuer la lecture

  1. Blackface au théâtre de la Sorbonne | Tribune des 343 racisé•e•s“. Arnaud Maisetti ; “Les Suppliantes : réaction de Joëlle Le Marec, professeure des universités au CELSA, directrice du département Magistère et chercheuse membre du GRIPIC“. La BAFFE []
  2. Racisme dans les arts: Lipanda Manifesto, tribune des 343 racisé·e·s“. Le Club de Mediapart []
  3. « Blackface » à la Sorbonne : « Ne pas céder aux intimidations, telle est notre responsabilité ». Le Monde []
  4. Je ne suis plus en contact avec l’ensemble des étudiant-es concerné·es, et il ne s’agit pas ici de faire seule le récit exhaustif de ce qu’il s’est passé. []

La direction de l’ENSAD fait-elle vraiment “bouger les lignes” en terme de racisme ?

  • Communiqué du Massicot, union syndicale des étudiant·es en école de création
    13 octobre 2022 – version .pdf

Il y a quelques jours, Le Monde Afrique a publié un article intitulé « On nous dit que c’est un truc de Blanc » : ces étudiants africains qui cherchent leur place dans les écoles d’art. Nous avons été interpellé·es par le paragraphe suivant :

Emmanuel Tibloux est de ceux qui, par petites touches, font bouger les lignes. Le patron de l’Ensad a récemment créé un poste d’études postcoloniales et décoloniales au sein du collège « Histoire, théorie, critique ». Pour élargir le spectre social et géographique des étudiants, il a développé l’an dernier avec les Ateliers Médicis, à Clichy-Montfermeil, une école d’un genre nouveau, La Renverse, destinée aux jeunes de Seine-Saint-Denis. Sur quinze élèves inscrits en 2021, douze étaient d’origine africaine, pour moitié du Maghreb.
« On a beaucoup à apprendre des étudiants africains,  insiste Emmanuel Tibloux. Ils apportent à notre école une logique de pensée qui n’est pas basée sur l’innovation, mais sur l’artisanat et la réparation. »

Nous aurions aimé développer les biais racistes qu’expose selon nous cette citation, mais nous sommes surtout surpris de voir le directeur des Arts Déco de Paris ainsi dépeint comme une figure engagée contre le racisme dans les écoles d’art. En effet, le Massicot a été contacté en juin 2022 par des étudiant·es de l’ENSAD. D’après leurs récits, lorsqu’iels témoignent et s’organisent contre le racisme qu’iels vivent au sein de l’école, la direction semble tout à coup avoir moins envie de “faire bouger les lignes”.

Continuer la lecture

À l’intersection

Il y a de ça quelques semaines, alors que je venais tout juste d’arriver à Budapest, je reçois un message d’Academia. Mon article sur l’ouvrage théorique Ecrire à l’encre violette publié cet été a recirculé1 et on me demande si cela ne vaudrait pas le coût de publiciser les intimidations à l’endroit de mon compte rendu. Je réponds rapidement en mettant en avant ce qui pourrait être discuté dans un article (la charte du collectif2 auquel appartiennent certain-es des auteurices, le communiqué qu’elles ont publié en réponse à mon article3 ) et propose qu’on s’appelle quand je rentre.

*
*   *

Je ne suis pas à Budapest pour profiter des thermes, mais à l’occasion d’un congrès lesbien. J’y suis en tant que directrice de collection pour la maison On ne compte pas pour du beurre afin d’y animer un atelier sur les lesbian narratives. Je loge avec une dizaine d’autres lesbiennes, certaines intervenantes, d’autres bénévoles, pour le même événement. Je suis la seule personne non blanche de l’appartement.

https://www.flickr.com/photos/time-to-look/18500711636

Budapest, Paris House. Crédit : Ted McGrath, 2015

Dès mon arrivée, alors que je suis bien trop happée par mes notifications twitter, je commence à compter. Elsa, éditrice chez On ne compte pas pour du beurre, compte toujours le nombre de personnes présentes dans la salle dès qu’on fait une rencontre. Déformation professionnelle qu’elle dit. Moi je compte le nombre de personnes non blanches. Dans une salle, un collectif, une ville. Pendant mon échange en République Tchèque j’en ai compté 6 en 3 mois. Alors qu’on se rend à l’appartement j’en compte aucune. J’en retrouve une le soir même, au lancement4, et bien trop peu pendant le reste du séjour.

J’ai beaucoup de privilèges en ma faveur, je maîtrise l’anglais, j’ai une expérience militante et une formation universitaire, je m’exprime bien et je suis arrivée au sein d’un groupe important de personnes qui se sont engagées à veiller sur ma sécurité, à ne jamais me laisser seule. Ce n’est pas le cas de Pierrette, présidente de l’association Diivines. Elle est seule, personne de son collectif n’a pu l’accompagner, elle ne maîtrise pas l’anglais, elle a dû mal à se faire entendre, beaucoup trop de mal. Elle participe à un panel qui a pour titre Lesbians heading social justice movements qui devrait traiter de l’intersectionnalité des activistes qui sont à la fois lesbiennes et. En l’occurence ici, lesbienne et noire, lesbienne et grosse, lesbienne et handicapée, lesbienne et victimes de violences sexuelles, lesbienne et réfugiée. On se concentre non pas sur ce que ça veut dire d’être à l’intersection de plusieurs marginalisations dans les mouvements militants lesbiens, mais ce que les lesbiennes apportent dans d’autres mouvements en étant lesbiennes. Déjà dans la matinée on parlait de comment résister face au backlash anti-gender et je sentais une colère monter en moi. On parlait de comment eux arrivaient à dépasser leurs différences pour travailler ensemble et comment nous n’y arrivions pas. Comment nous devrions trouver des liens et travailler ensemble de façon aussi efficace. Et je pense à Pierrette qui est seule dans la pièce. Est-ce que c’était aux diivines non présentes de faire l’effort de trouver des liens avec cette assemblée blanche ? Mais comme à chaque panel, il n’y a pas de temps pour les questions.

*
*   *

Le dernier panel du congrès, Lesbianizing the world, tente de discuter des stratégies pour créer des réseaux de mouvements lesbiens. Je vois Rutendo Madzikanda sur scène, qui a l’air bien seule dans cet océan blanc. Je sais que Pierrette est dans la salle. Alors je dépasse la rangée de la délégation française, et quand mon amie me demande ce que je vais faire, je lui réponds très honnêtement : ouvrir ma gueule.

J’ai bloqué mon université, j’ai été attaquée par des fascistes, j’ai vu de beaucoup trop près des barres de fer. Pourtant, jamais je ne me suis jamais sentie autant en danger en tant qu’activiste qu’en prenant ce micro. Mon corps entier sait que je m’apprête à risquer mon intégrité physique et psychologique. Je suis dans un pays étranger et ma sécurité dépend entièrement des personnes qui m’ont invitée, personnes que je m’apprête à remettre en question. Je vais les forcer à voir leurs privilèges. On pourrait me rétorquer que non, jamais on ne mettrait en danger une autre lesbienne, que la solidarité entre lesbiennes primera. Sauf que mon expérience est toute différente, la solidarité blanche prime toujours.

Le 4 juillet 2020 alors que nous organisions la première pride radicale à Paris, je me retrouve à faire partie du service d’ordre du cortège de tête en non-mixité de personnes racisées. Sauf qu’il y a de la musique dans notre cortège, et que les personnes blanches trouvent ça injuste de ne pas pouvoir faire partie de la fête. Pendant tout le trajet j’ai dû protéger de mon corps cette non-mixité, j’ai dû subir la violence des personnes qui essayaient de passer par la force ou la ruse. Mais, surtout, j’ai vu des dizaines et des dizaines de personnes se tourner vers la police pour dénoncer l’injustice qu’iels vivaient. A aucun moment ces personnes n’ont réfléchi à ce qui se jouait, ni à pourquoi ce cortège en non-mixité était important, ni à la violence qu’elles nous infligaient quand iels mettaient leurs envies avant notre lutte, avant notre sécurité. Cette conscience qu’à tout moment une personne blanche peut choisir de me mettre en danger quand ses privilèges sont remis en question est un savoir incorporé gagné au fil de luttes et de violences.

Alors quand je prends le micro je suis énervée. Je suis violente. Parce que c’est une violence pour moi d’être présente dans une assemblée aussi blanche. Parce que c’est un risque mortifère pour moi que de me lever et de prendre le micro. Parce que depuis que je suis là j’ai pris en charge la détresse des personnes racisées présentes. J’aurais pu choisir de leur écrire un mail très poli une fois rentrée. J’avais mille façons de réagir à cette absence de prise en charge des questions raciales. J’ai choisi d’être violente volontairement. J’ai choisi de prendre la détresse infligée par cette structure blanche et de leur montrer. J’ai choisi de les mettre face à leurs responsabilités et à leurs privilèges. Mon but n’était pas de les convaincre, mon but était de ne pas laisser passer la violence subie par mes pairs. Mon but était que chaque personne dans la salle se sente soutenue. Ce n’est pas la première fois que je le fais, je l’ai fait quand les Suppliantes ont joué en Sorbonne5, je l’ai fait après une conférence sur la cancel culture pendant les assises de la littérature jeunesse6, je l’ai fait en quittant les Jaseuses7. Est-ce que j’ai convaincu les personnes à qui je m’adressais ? Non. Est-ce que les Jaseuses, le doyen de Sorbonne Université ou le SNE ont jamais admis avoir été responsables de violences racistes ? Non. Mais ces prises de parole ont permis de soutenir les victimes, de prévenir de potentielles futures victimes et de créer des réseaux de soutien.

Qu’est-ce que j’ai dit en prenant le micro alors ? J’ai dit qu’on avait beaucoup parlé du besoin de faire front, de construire des ponts, créer du lien, de connecter les collectifs et initiatives lesbiennes. Mais qu’avant de vouloir s’étendre il fallait d’abord regarder les espaces qu’on construisait. En l’occurrence, il s’agit d’un espace blanc. On me répond qu’elles savent, mais qu’elles ne savent pas comment faire en sorte d’être moins blanches. Je réponds directement que moi je sais, que toute personne racisée sait et que cette ignorance ne peut être que blanche. Pour permettre à toutes les voix d’être présentes il suffit de reconnaître leurs existences, d’aller à leur rencontre, de demander quels sont leurs besoins, de reconnaître l’ensemble des obstacles les empêchant d’être présentes et de les enlever un à un. Ce n’est pas aux personnes marginalisées de se faire violence pour être présentes. C’est au collectif de faire en sorte que ces personnes puissent être là, mais aussi qu’elles vivent le moins de violences possibles quand elles le sont. C’est au collectif de mettre en place un système pour faire en sorte que les violences soient prises en charge quand elles ont lieu.

*
*   *

Tout de suite, quelqu’un s’est levé pour dire qu’il fallait arrêter avec cette dichotomie blanche et noire, qu’en Europe de l’Est les personnes blanches étaient marginalisées en comparaison du reste de l’Occident de tout de façon. Elle est applaudie. Est-ce que les personnes étaient d’accord avec sa prise de parole ? Est-ce qu’elle a été applaudie parce que tout le monde a été applaudi ? Est-ce que tout le monde était trop fatigué à ce point du congrès pour prêter attention à ce qu’il se disait ?

J’ai bondi, dépassé les personnes faisant la file et arraché des mains de quelqu’un le micro. Tremblante, terrifiée, indignée, énervée plus que les mots ne pourraient le décrire je réponds. Je dis que je n’ai pas parlé de dichotomie blanche et noire, je ne suis moi-même pas noire. Je dis que la race est une construction sociale, qu’être racisée est une assignation subie, et qu’aucune personne blanche en tant que personne blanche ne l’a jamais subie8. Je dis qu’il était très possible d’être marginalisé pour d’autres raisons, mais qu’il n’était pas possible de l’être en tant que personne blanche. Je dis que nous avions passé des jours à parler des spécificités de l’Europe de l’Est, avec raison. Je dis qu’il est inacceptable de prendre la parole pour invalider les propos d’une personne racisée sur des violences racistes subies, encore plus quand c’était la première et la seule. Je suis applaudie.

D’autres personnes prennent la parole pour dire la même chose à d’autres endroits : venir ici pour moi, être présente dans cette assemblée lesbienne a été d’une violence inouïe, violence que vous n’avez pas prise en compte. Je suis à l’intersection de plusieurs marginalisations et je ne devrais pas avoir honte de l’être. Je suis à l’intersection de plusieurs marginalisations et j’ai des besoins spécifiques qui auraient dû être pris en compte. Je suis à l’intersection de plusieurs marginalisations et personne n’étant à cette même intersection n’a fait partie de panels.

L’organisation a demandé à la personne blanche ayant pris la parole de s’excuser publiquement. Quelqu’un est venu vers moi pour s’excuser au nom de l’organisation, on m’a demandé si j’allais bien, si j’avais besoin de quelque chose. J’ai répondu que j’allais bien même si ce n’était pas le cas. Non je n’allais pas bien, mais j’ai l’habitude et elle ne pouvait rien faire après coup. Je dis tout ce qu’elles auraient pu faire par contre, et tout ce qu’elles devraient faire. On prend des notes, on me dit d’écrire un mail avec tous ces retours, précieux.

Cette fois, personne n’a été voir la police, ou n’a critiqué la façon dont j’avais de réagir à des violences racistes. On ne m’a pas qualifiée d’harceleuse, on n’a pas minimisé les violences vécues, on n’a pas protégé avant tout la structure blanche. Pour l’instant. Le courrier sera envoyé, et peut-être que nos demandes seront prises en compte, peut-être.

Je dis nous parce qu’après ma prise de parole toutes les personnes racisées croisées pendant la marche sont venues me remercier et je leur ai proposé de participer à ce courrier. Encore une fois, je me retrouve à prendre en charge les violences racistes vécues qui seraient restées ignorées sans ma prise de parole. Plusieurs personnes m’ont dit qu’elles ne seraient pas venues si elles avaient su que ce serait si blanc, qu’elles n’ont pas réussi à assister à l’ensemble du congrès parce que c’était trop dur d’être la seule personne racisée d’un workshop, qu’elles avaient prévu de renoncer à la marche, de rentrer et de ne jamais revenir. Jusqu’à ce que je me lève.

Il est crucial pour les personnes à l’intersection d’une marginalisation et de privilèges de comprendre les enjeux de cette position. Il est crucial pour toute structure, toute organisation de prendre en charge les rapports de pouvoir de leur espace, de prendre en charge les barrières entre les personnes qui manquent et elleux.

*
*   *

Je suis rentrée, j’ai appelé Christelle Rabier et nous avons beaucoup parlé. Beaucoup trop même, nos téléphones ont renoncé plusieurs fois. Je lui ai parlé du congrès, des Jaseuses, de tous les espaces où j’ai été la seule personne non blanche et de ce qu’il fallait mettre en place, à mon avis, pour qu’un espace soit moins blanc. C’est aussi le cas d’Academia.

J’ai réfléchi à ce que je pouvais faire qui pourrait répondre aux besoins des personnes racisées dans l’ESR, dans mon intérêt et dans la ligne éditoriale d’Academia. A ce stade revenir sur ce qu’il s’est passé aux Jaseuses me semble contre-productif, il faudrait une médiation longue et éreintante pour pouvoir faire le récit global de ce qu’il s’est passé. J’aurais pu diffuser des outils clés en main pour les personnes blanches qui souhaiteraient bien faire, mais proposer du travail gratuit dans l’intérêt d’un collectif pour l’instant blanc me posait problème.

J’ai proposé de laisser une trace des réactions que j’avais pu avoir dans des cas de violences racistes dans l’ESR, que mes témoignages puissent être un support de réflexion. J’ai proposé de rassembler les initiatives et ressources existantes, pour qu’elles puissent être plus facilement accessibles. J’ai demandé à ce quelqu’un d’extérieur aux Jaseuses puissent critiquer leur charte et leur communiqué, afin de ne pas laisser passer et de prévenir.

Ce premier billet fleuve s’adresse aux personnes racisées dans l’ESR. Revenir sur ce qu’il s’est passé à Budapest était un moyen de faire passer un message : ce n’est pas à vous de vous faire violence pour être présent-e. Il est important de se créer des espaces en non mixité, des espaces de respiration. Et bien qu’informels pour l’instant, ils existent. Ma boîte mail vous sera toujours ouverte. J’espère trouver au sein d’Academia une adhésion assez forte pour participer à la création d’un espace qui permettra de remettre en cause la blanchité. J’espère que ce que je pourrai publier ici permettra à d’autres personnes ayant trouvé des espaces où cette remise en question serait possible d’avoir accès à des outils. J’espère que ce billet aura soulagé au moins une personne pour qui personne ne s’est levé mais en aurait eu besoin.

  1. Si cela n’a pas fait partie de vos lectures cet été, vous pouvez retrouver mon article en deux parties ici et ici, la réponse d’une des auteurices ici, et ma lecture de cette réponse . []
  2. Vous pouvez retrouver cette charte sur leur site : https://lesjaseuses.hypotheses.org/les-jaseuses/charte-des-jaseuses. []
  3. Le communiqué a été envoyé dans une newsletter mais elles sont toutes archivées sur leur carnet, vous pouvez retrouver la newsletter en question ici. []
  4. Pierrette si tu me lis tu as encore une fois toute mon admiration. []
  5. Les seuls articles disponibles sur ce qu’il s’est passé autour de cette pièce ne sont que des partages des communiqués du doyen et du metteur en scène, j’espère pouvoir y remédier sur ce carnet. Vous pouvez retrouver les communiqués écrits à l’époque ici et ici. []
  6. Ghelam, S. “Qui a peur des wokes ? – Les 3e Assises de la littérature jeunesse”. Genre de l’édition []
  7. Ghelam, S. “De la sororité”. Genre de l’édition []
  8. Il existe des exceptions de personnes blanches assignées à une identité sociale de race, les personnes juives et irlandaises surtout, mais elles ne l’ont pas été en tant que personne blanche mais en tant que personnes juives ou irlandaises en l’occurrence. Le racisme anti-blanc n’existe pas, le racisme subit par des groupes auxquels on assigne une identité sociale de race selon d’autres critères que leurs couleurs de peau, oui. []

Recueillons les « étranger·es » qui étudiaient en Ukraine !

  • Par Armelle Andro, socio-démographe, professeur à l’Université de Paris-1, et Hicham Jamid, sociologue. Parution originale sur AOC media, 20 avril 2022

L’Ukraine représente depuis 1991 un important pôle d’accueil pour les populations estudiantines d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie. À l’instar des citoyen·nes ukrainien·nes, les vies de ces personnes ont basculé le 24 février dernier, et elles se retrouvent depuis lors dépossédées des droits dont elles bénéficiaient en Ukraine. Il est urgent que la France, qui a récemment restreint considérablement les conditions d’accès à l’enseignement supérieur des étudiant·es étranger·es, les recueille dignement.

En France, des associations, des syndicats étudiants et des mouvements de jeunesse des partis politiques viennent d’interpeller les pouvoirs publics et les universités en particulier au sujet de l’accueil des étudiant·es étranger·es fuyant la guerre en Ukraine. Cette alerte est la chambre d’écho des appels lancés par ces étudiant·es, leurs familles et les pouvoirs publics de leur pays d’origine depuis le déclenchement de la guerre. Elle rejoint l’inquiétude de plus en plus largement partagée depuis plusieurs semaines par la plupart des institutions actrices del’enseignement supérieur et de la recherche en Europe.

Nous parlons ici à dessein de la situation des étudiant·es étranger·es et non pas de celle des étudiant·es internationaux. Ces deux termes ne sont pas synonymes et décrivent deux conditions différentes. Elles renvoient aux catégorisations implicites ancrées dans les inégalités Nord-Sud et les hiérarchies post-coloniales. Dans le jargon des acteurs politiques européens, notamment ceux de l’enseignement supérieur, les étudiant·es étranger·es désignent généralement les personnes originaires des anciennes colonies et des pays dits du Sud, alors que les étudiant·es internationaux, ou encore expatrié·es, renvoient à celles et ceux venant de pays du Nord ou dit émergents.

L’implicite de cette bicatégorisation réside dans la réactivation de la notion mortifère de «risque migratoire», autrement dit la méfiance que subissent les étudiant·es racisé·es originaires des pays dit du Sud, suspecté.es à toutes les étapes de leur parcours de formation d’être des « faux étudiants », des migrant.es économiques en puissance, susceptibles de s’installer et de rester travailler irrégulièrement dans le pays de destination.

Si, dans la plupart des pays européens, les gouvernements ont très rapidement mis en
place des dispositifs d’accueil et des procédures d’urgence pour permettre aux étudiant·es  et aux académiques de nationalité ukrainienne de poursuivre autant que possible leurs formations ou leurs activités d’enseignement, la situation spécifique des étudiant·es étranger·es, notamment ceux issus d’Afrique, de Moyen-Orient et d’Asie, est encore très confuse.

Plus de 60 000 étudiant.es étranger·es en 2020 en Ukraine

Sur les 80 000 étudiant·es étranger·es en mobilité internationale en Ukraine, plus de 60 000 relèvent de la catégorie d’étudiant·es étranger·es au sens où nous l’avons défini plus haut. Depuis 1991, l’Ukraine représente un important pôle d’attraction pour ces dernier.es, venant notamment d’Asie et d’Afrique. Le pays a continué à miser sur une politique volontariste d’ouverture de ses universités au plan international, poursuivant ainsi la tradition initiée durant la période soviétique. Pendant toute la guerre froide, le régime soviétique a beaucoup investi dans l’enseignement supérieur et a promu une volonté politique délibérée d’attirer des étudiant·es  issu·es des pays dits du Sud, principalement des pays africains, asiatiques et latino-américains.

Les étudiants étrangers ayant fui la guerre ne sont pas pris en compte dans le dispositif proposé par la France pour l’accueil des réfugiés ukrainiens. Capture d’écran TV5Monde

Continuer la lecture

Klaus Kinzler veut-il tuer Science Po Grenoble ?

Au Sénat, 15 décembre 2021

Mme Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. L’université est au coeur de notre société : la première n’est pas étanche aux courants qui traversent la seconde. Du reste, la controverse fait avancer la connaissance.
Néanmoins, depuis trop longtemps, des établissements sont perturbés sur des fondements partisans, idéologiques, voire extrémistes. Des enseignants-chercheurs et doctorants sont empêchés de mener leurs travaux.
Plusieurs voix à droite Et donc ?
Mme Frédérique Vidal, ministre. – Le Sénat ne s’y est pas trompé, puisque la mission d’information présidée par Étienne Blanc et dont le rapporteur était André Gattolin1 a enquêté sur les influences extra-européennes qui menacent les libertés académiques.
Nous avons refondu le cadre réglementaire de l’intégrité scientifique. Ma main n’a jamais tremblé quand il s’est agi d’envoyer une inspection ou de faire évacuer des perturbateurs. Et cela faisait trop longtemps que les mains tremblaient…
L’inspection générale a créé une mission d’appui aux établissements pour intervenir lorsque la liberté académique n’est pas respectée. (M. François Patriat applaudit.)

À l’occasion de la parution de L’islamogauchisme ne m’a pas tué, Academia revient sur la séquence des événements tels que les documente l’Inspection générale, missionnée par Frédérique Vidal, dans le rapport remis à la Ministre le 8 mai2.

https://www.flickr.com/photos/paulafunnell/34457303052/in/photolist-UuSFHW-ZLscAu-FUB4gV-YLs2Yu-abjJp-f5uCcr-aC1pNw-UKbMQP-UuTcCq-cW86gU-UKaXUD-TsGrau-YLs2i1-Tvx5WH-2emVQU-YLssaf-f28UeV-UKcnv4-UxCEET-TvBSZM-f5JSjq-MLfc8W-a2GxE-UFtRXN-TsEWeW-2hPGeZR-Ua3FA9-FUB5R8-YLsiBy-abjJr-FUB6n8-51X39G-UuRmy5-UuNnih-FUB7d6-9dnv9n-TvBaZk-UxzKMx-UuNkbG-TsBZXJ-9iHUJP-9iHRjM-2eBntvU-QVCh3K-TvAWqg-51SMBZ-TsBFjG-UKb3i8-UFumfj-UFv5iC

Grenoble. Paula Funnel, 2017

À l’origine de l’affaire Sciences Po Grenoble — qu’on appellera désormais « affaire Kinzler », il y a l’organisation annuelle d’une « semaine de l’égalité et contre les discriminations » à l’IEP de Grenoble, qui se tient chaque année. Dans le cadre de la préparation de cette semaine, un groupe de travail intitulé « Racisme, islamophobie, antisémitisme » réunit des étudiant∙es et des enseignant∙es. Dans ce groupe qui comporte dix membres, on trouve 8 étudiant∙es et 2 enseignan∙tes : Claire M. (CM) et Klaus Kinzler (KK).

Allumer la mèche

Il se trouve que KK a publié sur son site internet, de sa propre initiative, les échanges de courriels qu’il a eu avec ce groupe de travail. Tous ces échanges de mails se font avec les membres du groupe en copie, y compris les étudiant∙es. Ainsi est-ce bien KK qui lance les hostilités

Continuer la lecture

  1. Mieux protéger notre patrimoine scientifique et nos libertés académiques. Rapport d’information de M. André GATTOLIN, fait au nom de la MI Influences étatiques extra-européennes n° 873 (2020-2021) – 29 septembre 2021. []
  2. Nous nous appuyons très lourdement sur l’analyse de Sartorius,que nous remercions de nous avoir autorisé·es à le faire. []

Étudiant∙es et diplômé∙es face au racisme pendant le Covid19, abordé∙es par un film et une exposition

L’équipe ANR MigraChiCovid a l’immense plaisir de vous annoncer la sortie du documentaire « Entre deux : La diaspora chinoise en France au temps de la Covid-19 » (隔而不离:在法华人的疫下生活 ; Between Two Worlds: The Chinese Diaspora in France in the Time of Covid-19), disponible sur Canal-U en deux versions : une sous-titrée en français et chinois et l’autre en anglais et chinois.

Lien vers le film : https://www.canal-u.tv/112877

Continuer la lecture

McCarthyisme, ou pogrom ?

WOID XXII-19

I.

Commençons par une faute d’orthographe et d’interprétation : le mot s’épelle « McCarthyisme » et non pas « MacCarthyisme ». Par convention aux USA les noms en « Mac- » suggèrent une parenté écossaise, les noms en « Mc- » une parenté irlandaise catholique et donc une position sociale inférieure à celle des immigrants écossais protestants ; le sénateur Joseph (ou plutôt « Joe » ) McCarthy tirait sa popularité du fait qu’il se présentait comme un intrus issu des classes populaires, un trouble-fête dans les bastions élitistes, anglo-saxons en prédominance, que constituaient les dirigeants au gouvernement et dans les universités. En fin de compte, les opinions politiques de Joe McCarthy comptaient moins que les ressentiments de cette classe qui, à travers lui, s’imaginait en contestation ouverte avec les dominants culturels et politiques.

Louis Budenz’s article, “Do Colleges Have to Hire Red Professors?” was published in November 1951. Soon after this article was published, the Americanism Committee of the American Legion began targeting Sarah Lawrence faculty members. November, 1951. (Harold Taylor Papers, Sarah Lawrence Archives)

C’est pourquoi, dans les universités américaines et dans les centres culturels, la résistance au McCarthyisme se fondait moins sur des différends idéologiques que sur des questions de préséance et de pouvoir. En 1950, quand la Régence de l’Université de Californie tenta d’imposer un serment de loyauté1 au professorat, la proposition déclencha un mouvement de protestation parmi des centaines de professeurs ; selon un éminent biochimiste,

« Les méthodes de filtrage propres à la faculté sont plus efficaces que n’importe quel serment de loyauté. Les compagnons de route, bien plus dangereux que les Communistes avoués, sont tenus à l’écart ou mis à la porte par ce filtrage. »

Les universitaires revendiquaient pour eux-mêmes le droit de mener la chasse aux rouges parmi leurs collègues : être Communiste, ou même penser comme un communiste, revenait à un manque de d’objectivisme scientifique que les experts seuls avaient la compétence de juger. Le mccarthyisme professoral se poursuit encore aujourd’hui aux USA, plus ou moins en sourdine : le droit à la parole (freedom of speech) garanti par le Premier Amendement à la Constitution étatsunienne ne s’applique qu’à une petite élite de professeurs attitrés.

Continuer la lecture

  1. Sur les origines du serment de loyauté imposé aux universitaires, voir le serment dans l’Italie fasciste in Loi de programmation de la recherche : nuit noire sur le Sénat. []

Pas de sanction pour un universitaire accusé de violences à caractère sexuel

Témoignage parvenu à Academia où le racisme le dispute au sexisme, et à l’isolement des victimes qui sont contraintes de quitter leur lieu de travail ou de se taire. Rappelons qu’il est indispensable de se former aux violences masculines dans l’ESR, où l’omerta continue de régner. “Il ne faut jamais s’enfermer dans un face à face avec l’administration.” Les victimes doivent savoir s’adresser en priorité aux syndicats et aux associations féministes. #MetooESR

Omerta mode d’emploi #16

L’an dernier, en 2020, nous apprenions qu’une suspension à titre conservatoire1 avait été prononcée à l’encontre d’un Professeur des Universités. Bien avant cette décision, des informations avaient circulé sous le manteau au sujet de ses comportements que d’aucuns considéraient comme douteux du point de vue de la morale et de la loi, mais comme ces commérages ne s’appuyaient sur aucune saisine officielle de quelque autorité que ce soit, elles restaient des rumeurs qui n’avaient pas à être relayées dans l’espace public.

Montauban, Québec . Crédit: Denis Collette, 2012

Les spéculations à propos des motifs justifiant cette mise à l’écart allaient bon train. Dans le milieu, on savait que des dossiers avaient été transmis à la cellule harcèlement après qu’une collègue du même laboratoire se soit confiée à des tiers au sujet de comportements totalement déplacés dont elle aurait été victime. Il était également question d’un dépôt de plainte retiré, du renoncement d’aller plus loin parce que c’était « ma parole contre la sienne » et d’une demande de mise en disponibilité pour fuir le laboratoire. Quant aux manquements – la situation oblige à cultiver outrageusement l’euphémisme — qui étaient imputés à ce directeur de laboratoire, ce n’était encore que des ouï-dire bien que captés directement auprès des « confident∙es » par le biais de conversations et d’échanges de mails. Sans preuve matérielle ni témoins pour les confirmer, il s’agissait d’allégations fragiles dont il aurait été sans doute difficile de démontrer la vérité, cas de figure malheureusement classique.

Continuer la lecture

  1. Les sanctions prononcées à l’encontre de ce professeur ne sont pas motivées par ces faits de violence à caractère sexuel. L’auteur ou l’autrice de ce témoignage a préféré rester anonyme et ne pas indiquer l’université dont il s’agit. []

THE protocole de soin par vent mauvais, par Marie DaSylva

Aux concerné·es

  • D’après @napilicaio, 19 octobre 2020 – avec sa permission

1. Limitez/ coupez les médias
Les discours racistes et islamophobes ne sont pas une information , ils sont anxiogènes. Le but : vous faire inérioriser le fait que vous devez prouver que vous n’êtes pas des éléments criminogènes.

2. Pas de réseaux sociaux en se levant ni au coucher

3. Votre entourage
Parfois il faudra dire : Venez on parle d’autres choses un peu !

4. Au taf :
Ne rentrez même pas dans cette discussion par pitié.
Vous ne serez pas gagnants car soit vous vous justifierez soit vous serez coupable de nuancer donc PAS DE CONVO AU TAF, de vague discussion sur le sujet.
Technique : ayez toujours votre téléphone sous la main, pour qu’une conversation urgente puisse venir vous délivrer de l’enfer.

5. Créez des groupes de paroles non mixtes encadrés
L’idée est évidemment d’y lâcher tout ce qui vous pèse, mais aussi de partager vos ressources de survie.

Kapwani Kiwanga, Flowers for Africa Nigeria © ADAGP/Kapwani Kiwanga/Courtesy Galerie Jérôme Poggi. Photo Nicolas Brasseur – K. Kiwanga vient d’être honorée du prix Marcel Duchamp 2020

6. S‘organiser politiquement
Bien évidemment, s’organiser politiquement
sera plus que nécessaire. Il faut répondre à l’injonction de se désolidariser par de l’organisation autonome et politique, sans vous sentir tenu·e par des façons de poser les problèmes qui vous sont étrangères. Ne vous sentez pas concerné·es, mais agissez selon ce qu’il vous semble juste et pertinent.
C
‘est ça, réaffirmer son humanité.

5. N’hésitez pas à compléter ce fil avec vos méthodes de survie contre l’islamophobie. Vous êtes la ressource.

6. Appliquer sans faillir le principe des 300 secondes

Alors les 300 secondes : c’est un « crédit oppression » qui dure 24 h et qui est spécialement fait pour celles et ceux qui n’arrivent pas à gérer l’injonction de pédagogie des Dominants.

Vous avez 300 secondes DANS LA JOURNÉE pour parer aux interactions racistes, sexistes, validistes.

Vous n’avez pas le droit d’utiliser ses 300 secondes en une fois.

Votre temps est limité. Au lieu de faire des exposés en espérant en vain que Jean Mi comprenne, vous allez le tacler pour qu’il ne recommence pas… De toute façon, soit il veut comprendre – et ce serait déjà fait – soit cela ne l’

Le but vous l’avez compris est de limiter de manière drastique le cout émotionnel lié à l’injonction de pédagogie.

The elephant in the room : racisme, ESR et Marie Dasylva

Le racisme est un problème invisibilisé de l’enseignement supérieur et de la recherche. Plutôt que le décrire, proposons des techniques de riposte, avec la nouvelle rubrique “Racisme et discriminations“.

Commençons par le commencement : Marie Dasylva, ou comment cesser d’être invisibilisé·e ou de passer le problème sous silence.

Marie da Sylva. Crédit: non connu

Marie Dasylva (@napilicaio sur Twitter) est une extraordinaire coach pour personnes racisées dans l’entreprise. Ses #JeudiSurvieauTaf sont toujours une leçon de vie, à fois attentive à la santé et à la santé mentale des personnes racisées qui viennent la voir, mais aussi des stratégies qui conduisent à satisfaire ses interlocuteurs et interlocutrices victimes de racisme : retrouver de la confiance en soi, ne pas perdre plus de 300 secondes avec les personnes qui sont dans le déni raciste, contrer le harcèlement, utiliser les moyens juridiques à disposition, etc.

Ci-dessous une vidéo de Francetvslash, présentée sur Twitter le 14 avril 2020.

Lien vers la video

 

Précarité, pauvreté ou rélégation étudiante : la question du logement

En passant

VIDEO – Cafards et odeur pestilentielle : notre reportage dans des résidences étudiantes de Lille

HABITAT INDIGNE – Quelques 500 étudiants de la métropole lilloise vivent dans des cités universitaires insalubres. De nouvelles résidences sont en construction mais elles tardent à sortir de terre. Créé : 15 février 2020

Des cafards sur les lits, les murs, et dans les armoires. Des portes défoncées. Des murs sales et, dans les sanitaires, une odeur pestilentielle. En caméra “discrète”, une équipe de TF1 a filmé les conditions de vie des étudiants au sein de plusieurs résidences universitaires de Lille (voir la vidéo ci-dessus). Sur les 45 bâtiments universitaires que compte la ville, un sur deux est en mauvais état.De nouveaux bâtiments sortent de terre ou sont rénovés mais l’ampleur de la tache est telle que la situation de près de 500 étudiants ne devrait pas s’améliorer avant fin 2022.  Et, vu le prix des loyers – moins de 200 euros par mois – aucune autre solution n’est possible pour eux.  “Si je ferme tout, ils vivent dehors”, explique le directeur général du Crous qui reconnait qu’il y a du travail pour remettre les bâtiments à niveau.

Pour pouvoir rénover l’ensemble de ces résidences étudiantes, il manquerait encore 30 millions d’euros.

NDLR : Ce reportage invite à considérer que la question des discriminations ou de l’égalité sociale dans l’enseignement supérieur est indispensable et désormais plus qu’urgente.