A69 : la conférence scientifique interrompue par les forces de l’ordre

Communiqué de presse de l’Atelier d’écologie politique et Scientifiques en rébellion du 22 octobre 2023.

Des membres de deux collectifs scientifiques, l’Atécopol et Scientifiques en rébellion, étaient présent·es au week-end de manifestation contre l’A69, pour rappeler le rejet de ce projet par la communauté scientifique. Dimanche, aux environs de 12h30, une conférence de l’Atécopol a débuté sur le terrain privé du rassemblement, devant environ 300 personnes. Un discours de 20 minutes était prévu visant à souligner la légitimité des opposant·es à ce projet au vu des enjeux climatiques et environnementaux. Ce discours devait être suivi par un échange de 40 minutes avec le public, et devait être clôturé par une intervention des Scientifiques en rébellion. Quelques minutes après le début de la conférence, alors que les scientifiques étaient en train de rappeler l’inadéquation de ce projet face aux trajectoires nécessaires pour respecter l’Accord de Paris, et d’expliciter leur positionnement critique face aux pratiques de compensation écologique sous le bruit croissant d’un hélicoptère de la gendarmerie, les forces de l’ordre ont décidé de donner l’assaut.

Les scientifiques sur place ont pu constater que les gendarmes mobiles, loin de se contenter de s’attaquer à la ZAD qui avait été installée la veille, ont usé abondamment de lanceurs de grenades lacrymogènes sur l’ensemble du site sur terrain privé, obligeant les scientifiques et leur public à se mettre à l’abri rapidement. Ces tirs ont également déclenché des départs de feux dans la paille des champs et sur une tente, heureusement éteints par des manifestant·es avant qu’ils ne deviennent potentiellement incontrôlables. Les forces de l’ordre ont également lancé des grenades lacrymogènes dans la zone du parking, gazant ainsi une foule comprenant des familles, des enfants et des personnes vulnérables essayant de quitter le site.

L’Atécopol et Scientifiques en rébellion expriment leur incompréhension et leur indignation quant à la violence et au moment choisi pour cette intervention : sans attendre le démontage du camp et le départ de la majorité des personnes venues pacifiquement écouter les conférences dominicales, ainsi que réfléchir et débattre ensemble sur les suites du mouvement.

L’Atécopol avait publié le 24 septembre une lettre ouverte exposant le consensus de ses 200 membres contre l’A69, dénonçant l’incohérence du projet sur le plan du climat et de la biodiversité. Le 4 octobre, Scientifiques en rébellion avait publié une lettre à Emmanuel Macron, rappelant également ces contradictions, qui avait été signée par près de 2000 scientifiques dont de nombreu·x·ses co-auteur·es du GIEC et membres d’institutions consultatives (Haut Conseil pour le climat et Conseil national pour la protection de la nature). Suite à ces prises de position, une délégation de scientifiques de l’Atécopol avait rencontré le 11 octobre Carole Delga et ses conseillers, soutiens du projet, pour leur rappeler les faits scientifiques essentiels à prendre en compte dans les décisions publiques.

*
*   *

Ci-dessous le discours que l’Atécopol avait prévu de prononcer :

Continuer la lecture

Action des étudiant·es de Polytechnique lors du Forum des entreprises

Nous documentons ici une action organisée le 3 octobre 2023 par le collectif “DESOBEX” lors du forum des entreprises de l’École polytechnique et publions les discours prononcés à cette occasion.


Communiqué du collectif DESOBEX

Mardi 3 octobre 2023, l’École polytechnique organisait un forum des entreprises sur son campus. Pour cet événement annuel, plus de 150 entreprises des secteurs du conseil, de la finance et de l’industrie sont venues à la rencontre des étudiant·e·s afin de se faire connaître et recruter des stagiaires et futurs employé·e·s.

Forum des entreprises de l'École polytechnique

Forum des entreprises de l’École polytechnique – J. Barande pour École polytechnique (CC-BY-SA)

En fin de matinée, au milieu des stands des banques et cabinets de conseils, une trentaine d’étudiant·e·s de Polytechnique, d’alumni et d’élèves venu·e·s des établissements voisins se sont effrondé·e·s au sol pendant plusieurs minutes, afin de symboliser la destruction à laquelle participent la plupart des multinationales présentes sur le forum.

Lors d’une prise de parole de quelques minutes (reproduite ci-dessous), les étudiant·e·s ont dénoncé les nombreux liens entre leur établissement et des multinationales destructrices de la vie et responsables de l’exploitation de millions de personnes, incarnés par des chaires d’enseignement, des partenariats de recherche, du mécénat, des sièges au conseil d’administration ou le financement de la vie associative.

« En 2023, il est irresponsable pour un établissement scientifique d’accepter d’être financé par des entreprises dont l’activité principale conduit à aggraver la situation climatique ainsi que les inégalités, et de les légitimer en leur offrant une position privilégiée » a déclaré le porte-parole du collectif.

Le collectif dénonce en particulier les liens de l’École polytechnique avec TotalEnergies, comme le siège de Patrick Pouyanné, PDG de l’entreprise, au conseil d’administration de l’École. TotalEnergies continue de multiplier les nouveaux projets d’extraction de gaz et de pétrole, contre l’avis unanime des scientifiques et des défenseur·se·s des droits humains. Le collectif dénonce également les partenariats avec les banques qui financent ces projets écocidaires et antisociaux.

Continuer la lecture

« Printemps silencieux » au Muséum. Action des Scientifiques en rébellion

Les Scientifiques en rébellion dénoncent les ravages des pesticides lors de l’action « Printemps silencieux » au Muséum.   Le vrai “Off” du Salon de l’Agriculture.

Réagissons face à l’effondrement de la Biodiversité !!

Muséum, 4 mars 2023. Crédit: Scientifiques en rébéllion

Avis du COMETS – « Intégrer les enjeux environnementaux à la conduite de la recherche – Une responsabilité éthique »

Le COMETS publie un nouvel Avis «  Intégrer les enjeux environnementaux à la conduite de la recherche – Une responsabilité éthique  » (n°2022-43), approuvé le 5 décembre 2022.

Accéder à l’avis

RÉSUMÉ – Le COMETS a été saisi par le PDG du CNRS de la question de l’impact environnemental de la recherche scientifique. Cette saisine s’inscrit dans un contexte d’interrogations profondes, au sein du monde de la recherche, sur la responsabilité de ce secteur à l’égard des défis environnementaux. Un très large accord se fait jour sur la nécessité que la recherche, comme toute activité, participe à l’effort de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Après avoir établi son bilan carbone, le CNRS travaille ainsi à la mise en place d’un plan de transition. Mais des divergences notables s’expriment quant aux directions concrètes à suivre. Faut-il désormais s’interdire toute recherche qui a ou peut avoir un impact environnemental négatif – terrain éloigné, expérimentation énergivore, intrusion dans un milieu fragile ? Comment articuler l’enjeu environnemental avec les injonctions a priori contradictoires « d’excellence » et de compétitivité de la recherche ? Faut-il que l’éthique de la recherche s’enrichisse désormais d’une « éthique environnementale » ? Cette orientation n’entraverait-elle pas la capacité de la recherche à produire des connaissances et des solutions innovantes, y compris pour répondre aux dégradations de l’environnement ? C’est parce qu’elle suscite de multiples questionnements sur les valeurs de la recherche, sa finalité et sa place face à un sujet majeur pour la société que la question de l’impact environnemental de la recherche, qu’il soit positif ou négatif, doit être appréhendée non pas seulement sous un angle scientifique ou politique, mais aussi sous un angle éthique.

Dans son avis, le COMETS estime d’abord que la prise en compte des impacts environnementaux de la recherche doit être considérée comme relevant de l’éthique de la recherche, au même titre que le respect de la personne humaine ou de l’animal d’expérimentation. Parce que l’éthique de la recherche, comme la notion de « recherche et innovation responsables », conduit à penser les effets de cette activité sur la société, il est de la responsabilité collective des personnels de recherche de prendre en compte sa dimension environnementale.

Continuer la lecture

ESR : après la crise, réduire la production, la compétition et l’empreinte environnementale

Source: https://labos1point5.org/wp-content/uploads/2020/06/ESR_transition_LPPR.pdf

Confinée libérée – édition du WE – 2-3 mai 2020

Édition du WE. Samedi 2 mai 2020 – en partenariat avec Université ouverte

  • Edito #4
  • 27 avril 2020 – Chroniques d’une apocalypse universitaire annoncée – épisode 2
    2025, le monde a été transformé par une pandémie mondiale, dont la gestion sociale et politique désastreuse a bouleversé la société. La nouvelle fiction des Facs et Labos en Lutte explore un futur possible de l’enseignement supérieur et de la recherche. L’épisode 2 raconte “les jours d’après” : l’annonce du confinement, les réactions insolites dans l’ESR et la mise en place de la “continuité pédagogique”.

  • 28 avril 2020 –  Vers l’autonomie des étudiant∙es ? Le salaire étudiant comme outil de lutte contre la précarité : comparaisons européennes
    En France, selon une étude faite par l’Observatoire national de la vie étudiante publiée en 2016, 22,7% des étudiant·es disent avoir connu des grandes difficultés durant l’année, dont seulement 45% affirment avoir pu couvrir leurs besoins mensuels. En outre, un·e étudiant·e sur deux travaille et considère que cela est indispensable pour vivre. Selon un rapport de l’INSEE réalisé en 2016, 20% des étudiant·es vivent en dessous du seuil de pauvreté, et ce malgré la bourse ou les aides familiales. La bourse n’est-elle alors pas suffisante ? Qu’apporterait un salaire universel étudiant ? Permettrait-il de garantir l’égalité des chances ? Est-ce une utopie budgétaire comme le souligne nombre de ses détracteur·tricess ? Pourquoi n’a-t-elle pas été mise en place en France alors qu’elle est évoquée par les milieux militants étudiants depuis la charte de Grenoble en 1946 ? Que peut-on retenir des exemples scandinaves ? (Article publié en partenariat avec Academia).

Crédit: Elsa Broclain lors de la manifestation parisienne du 5 mars 2020.

  • 29 avril 2020« En résidence CROUS ou dans les palais de la République, les priorités ne sont pas les mêmes »
    Aujourd’hui, la Confinée Libérée donne à la parole à S., syndiquée à Solidaires Etudiant·es, assistante d’éducation (AED) dans un collège et étudiante en M2 de sciences politiques à l’Université Paris 8. Elle revient sur la précarité étudiante, en s’appuyant sur le récit et les analyses des mobilisations du mois de novembre suite à l’immolation d’un étudiant de Lyon II, jusqu’aux dernières initiatives qui ont émergé depuis le début de la crise sanitaire et du confinement, pour assurer la distribution de colis alimentaires aux étudiant·es.

Crédits: Solidaires étudiant-es

  • –  Face à la crise écologique, la recherche doit être publique et indépendante ! Entretien avec Hendrick Davi, directeur de recherche en écologie à l’institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE).
    Au-delà de la pandémie actuelle, nos organisations sociales sont face à un défi gigantesque : limiter la destruction écologique liée aux activités humaines (effondrement de la biodiversité, changement climatique, pollutions de l’air, des sols, de l’eau…) et s’adapter à des conditions de vies d’ores et déjà modifiées. La recherche scientifique et la diffusion des savoirs ont été des éléments majeurs dans la formalisation de ces problématiques. Hendrik Davi, chercheur en écologie, aborde dans cette interview comment faire le lien aujourd’hui entre science et société pour faire face à ce défi, et comment les conditions de travail de l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) en France impactent directement la plus ou moins grande réussite de cette mise en lien.

Crédit: ligne de contact avec la foret et les terrains agricoles par Kate Evans/CIFOR

Emploi universitaire et empreinte carbone : faites le calcul

Un wiki propose un “Recueil de mesures unitaires pour calculer l’empreinte environnementale des activités de recherche au niveau des individus, des équipes, des labos, des instituts, des évènements ponctuels”

Ce document est destiné à aider à calculer des empreintes environnementales d’activités de recherche, au niveau individuel, équipe, labo, institut, organisation de congrès…

Le principe est de séparer en 5 pôles, transport, alimentation, matériel, énergie, bâtiment. Pour chaque pôle, la première colonne désigne le poste émetteur de l’empreinte, les suivantes mesures différentes empreintes, puis la source des chiffres. A la fin du document, quelques éléments de comparaison permettent de se représenter des quantités d’émissions.

Faites le calcul !

LIen: