Vous en aviez rêvé : le Guide « Pour des colloques inclusifs » 2023 du Ruche !

Le RUCHE, Réseau Universitaire des Chercheurs et Chercheuses en Histoire Environnementale, est un réseau pluridisciplinaire réunissant des personnes originaires de diverses universités et autres établissements d’enseignement supérieur ou secondaire, ou intéressé-e-s par l’histoire environnementale. Lors de l’assemblée générale de l’association de décembre 2022, certain·es membres ont exprimé leur difficulté à atteindre la parité ou une meilleure diversité dans le programme final d’un colloque ou la table des matières d’une publication et ce, malgré leur bonne volonté.

En réponse à ce constat, le groupe de travail « inclusivité » du RUCHE a rassemblé de la documentation et recensé plusieurs pistes pour atteindre une meilleure inclusivité lors de l’organisation de colloques. Ce document entend par inclusivité l’attention envers l’ensemble des inégalités sociales et des discriminations, notamment — et non exclusivement — les questions de genre et d’avancement de carrière.

 → Pour télécharger le  Guide « Pour des colloques inclusifs » 2023 du RUCHE ←

Ce guide a vocation à être diffusé le plus largement possible, n’hésitez pas à le disséminer, lors de colloques ou via vos réseaux de recherche et dans vos institution, mais également à faire des retours et faire connaître vos suggestions au groupe !

https://www.flickr.com/photos/mmechtley/2205859730/in/photolist-4mVBfj-Uicv6D-U1YyvD-Ywpg2d-gc9t77-TPr5VH-TqXpFW-HgYFV-PhwCRk-gc9uif-49ZEqw-aWj47e-gc9HJ5-gc9FPy-VhentC-SMg3jx-gca2PF-SMgaje-QHiumJ-gc9opT-WkaGj4-gc9ZR2-t7LphC-vhgWxk-gc9Fxb-gc9qQo-ZB6nuP-2oJGKhe-6egoF4-rA6WY4-MJXotN-QHiudC-rfGa2J-9ktW9N-2nD5Cb5-2nD4qMu-rH3Hs5-9YVoZL-RtvHvw-Zyhav5-2fixZ5y-844P6n-2bJZGkJ-nrnR5L-2bJZGC7-QHiuhL-npBz21-nrnDGe-2a5vb37-6Rx5Hk

Crédit:
Mira Mechtley, 2008

Mourir du Bac : racisme ordinaire ?

Le baccalauréat est le premier diplôme de l’enseignement supérieur. Enseignantes-chercheuses et enseignants-chercheurs en président les jurys départementaux. Depuis la réforme Blanquer, aucune épreuve ne s’est tenue régulièrement : épreuves anticipées bloquées, sujets éventés, notation révisée suivant les consignes du ministère, etc.

Mais l’ignoble n’avait pas encore eu lieu : laisser un lycéen agoniser sans aide, sous prétexte qu’il ne fallait pas arrêter l’épreuve au lycée Gaston Berger.

Nadir, qui souffrait d’une grave cardiopathie, est tombé devant les autres candidat·es et, laissé sans assistance. Il est devenu bleu sans qu’aucun adulte n’ait rien fait, ni appelé les pompiers. Une élève, au bout de 20 minutes, l’a placé en position latérale de sécurité.

https://www.lavoixdunord.fr/1306321/article/2023-03-22/ronchin-l-emotion-apres-le-deces-de-nadir-pendant-les-epreuves-du-bac#Echobox=1679500750-5

Nadir et sa maman. Crédit: Voix du Nord, 2022

Continuer la lecture

Incompréhensible licenciement d’une chargée de recherche à l’INRAE. Que vaut la parole d’un PDG ? Communiqué intersyndical

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Visite_de_Mr_Philippe_Mauguin_%C3%A0_l%27_INRA_de_Versailles-48-cliche_Jean_Weber.jpg

Philippe Mauguin, actuel PdG de l’INRAE, à l’ INRA de Versailles, 23 février 2017. Crédit: Jean Weber

Vous avez été nombreux à soutenir notre action de représentants du personnel (RP) l’année dernière pour défendre une jeune Chargée de Recherche recrutée sur poste handicap, victime d’un accident du travail, puis injustement licenciée en janvier 2021, contre l’avis de la Commission Administrative Paritaire des Chargés de Recherche (CAP des CR). Grâce aux nombreuses signatures de la pétition en faveur de son maintien dans l’institut (1500 signatures en une semaine), le PDG Philippe Mauguin nous avait accordé une entrevue le 22 janvier 2021 à l’issue de laquelle il s’était formellement engagé à lui accorder une nouvelle année probatoire sur un poste handicap CR ou IR, sans nouveau processus de sélection. Il confiait au DRH la charge de mettre en œuvre ce recrutement. Notre collègue, au chômage depuis janvier 2021, a eu confiance dans cet engagement fort et s’est pleinement investie dans cette voie plutôt que de contester juridiquement le non renouvellement de son contrat. Malgré les souffrances précédemment accumulées résultant de l’échec du premier recrutement et des tensions associées, puis de l’attente d’une décision la concernant, attente d’une durée incompréhensible (un an) révélant la légèreté avec laquelle la direction générale s’occupe des agents en situation difficile, elle a activement contribué à co-construire un projet de recrutement avec une unité, en accord avec la DRH. Contrairement aux engagements pris par la DG, le processus de recrutement, au bout de huit mois de co-construction (soit huit mois de chômage consacrés à cette perspective), s’est conclu par une procédure sélective que rien ne laissait prévoir. Ceci a profondément déstabilisé notre collègue lors de l’épreuve, ce qui l’a finalement écartée et a mis un terme définitif à un possible recrutement à l’INRAE. Continuer la lecture

Contre la récupération du handicap par les personnes anti-écriture inclusive

Après le guide pratique sur l’organisation de séances de travail en visioconférence (réunions, séminaires, etc.) respectueuses, voici un « billet pour dénoncer la récupération du handicap par les personnes qui s’opposent à l’écriture inclusive. Écrit par les personnes concernées par le validisme et le sexisme, ce billet demande aux personnes non concernées de cesser de brandir l’argument de la cécité, de la dyslexie ou de la dyspraxie pour justifier leur position, et aux personnes concernées mais réactionnaires d’arrêter de parler au nom de toute la communauté handie » (Efigies Lyon, 15 décembre 2020).

  • par les membres du Réseau d’Études HandiFéministes (REHF)
    Publié originellement sur Efigies, 15 décembre 2020

Les membres du Réseau d’Études HandiFéministes (REHF), concernées pour la plupart par le sexisme et le validisme et chercheurses à l’université ou ailleurs, exprimons aujourd’hui notre désaccord et dénonçons la récupération du handicap pour justifier des positions anti- écriture inclusive, par des personnes généralement concernées ni par le sexisme, ni par le validisme. Au nom de la cécité, de la dyslexie ou de la dyspraxie, certain-e-x-s s’opposent à l’usage et au développement de l’écriture inclusive. Pour le REHF, il s’agit d’un argument doublement fallacieux.

En premier lieu, cet argument tend à homogénéiser l’opinion de l’ensemble des personnes déficientes visuelles et avec des troubles dys. Il existe assurément des handi-e-x-s qui défendent l’écriture inclusive. Il est donc problématique que des personnes non concernées ne consultent pas ou s’expriment à la place des personnes concernées par le validisme, tout comme il est problématique que des personnes concernées ne considèrent pas la pluralité des discours sur ces débats. En effet, l’argumentation s’appuie parfois sur des textes publiés par des personnes handicapées, à l’instar de la lettre de la Fédération des Aveugles de France, intitulée « Les aveugles disent non au mélange des genres ». Le REHF doute fortement que l’ensemble des aveugles de France aient été interrogé-e-s sur la question. Par ailleurs, le REHF s’oppose aux points suivants1 :

« […] Nous ne saurions pas mélanger les genres : si l’on peut dire et faire de la question de la construction de la langue un sujet qui aurait rapport avec une quelconque discrimination sexuelle, c’est là faire preuve d’une inculture incroyable et de confusion redoutable. »

« C’est donc un bien pitoyable combat que celui de se battre à peu de frais contre une règle arbitraire, en la faisant passer pour le symbole d’une discrimination sociale. »

Le mépris pour l’écriture inclusive dans ces deux extraits fait fi de toute une littérature scientifique sur la question. Tout d’abord, la sociolinguistique s’échine à montrer, depuis le XIXe siècle, qu’une langue est socialement construite et, à ce titre, qu’elle reflète les rapports sociaux dans leur ensemble. Donc lorsqu’il est dit que le masculin l’emporte sur le féminin, ce n’est pas sans raison, ni sans incidence. Loin d’être une règle arbitraire, cette oppression organisée discrimine et dissimule des populations dominées. Ensuite, l’histoire et la grammaire ont également révélé que cette hégémonie masculine au sein de la langue française est très récente (seconde moitié du XVIIe siècle), et qu’elle a entraîné une perte de vocabulaire, un vocabulaire aujourd’hui réinvesti par les défenseurses de l’écriture inclusive. Enfin, les études du discours ont expliqué que l’écriture inclusive n’est pas qu’une simple histoire de « mélange des genres ». Sur tous ces sujets, nous invitons nos interlocuteurices à se renseigner.

Dessin représentant une main avec des ongles rose fluo qui parvient à sortir d’une fenêtre sur un écran d’ordinateur en suivant des touches de la même couleur. Credit: Janine, 2021

Continuer la lecture

  1. source : https://aveuglesdefrance.org/presse/les-aveugles-de-france-disent-non-au-melange-des-genres. []

La science politique à l’INRAE, c’est un métier d’homme

Sur le wiki de l’ASES, on trouve décidemment des choses intéressantes.

Postes en sociologie ou science politique à l’INRAE (fusion de l’INRA et de l’IRSTEA)

Poste 2 : N° POSTE CRCN20-ECOSOCIO-4
– Profil “Chargé-e de recherche en science politique”
– Mots clés du poste : https://jobs.inrae.fr/concours/concours-charges-recherche-classe-normale-h/f/crcn20-ecosocio-4
– Localisation : Bordeaux (Cestas)
– composition du comité de sélection : https://jobs.inrae.fr/sites/jobs/files/decision_de_composition_crcn-adb_0.pdf
– date d’examen des dossiers : fin avril 2020
– date d’audition : 11-12 juin 2020

– liste des candidat.es auditionnées (liste commune à l’ensemble des postes du concours n°13, qui inclut également deux postes en économie non indiqués ci-dessus)

Mme BOURBLANC Magalie
Mme BUCKLEY Penelope
M. CHAILLEUX Sébastien, Nicolas, Arnaud
M. CHEMO DZUKOU Kevin, Randy
Mme COMER Clémentine, Mylène, Charlotte
Mme CORNILLEAU Lise, Laure
M. FALLUCCHI Francesco
Mme GAUDEUL Alexia
M. KOTRAS Baptiste, Paul
Mme LAMANI Viola
M. LE BERRE Sylvain, Gérard
M. LUNEAU Aymeric, Claude, Noël
M. OUVRARD Benjamin
M. PAROISSIEN Emmanuel
M. RAIMBAULT Benjamin, Marc, Denis

Résultat:
# ADMIS SUR LISTE PRINCIPALE:

M. KOTRAS Baptiste, Paul
M. LE BERRE Sylvain, Gérard
M. OUVRARD Benjamin
M. PAROISSIEN Emmanuel

# LISTE COMPLEMENTAIRE:

Mme BUCKLEY Penelope
M. CHAILLEUX Sébastien, Nicolas, Arnaud
Mme COMER Clémentine, Mylène, Charlotte
Mme GAUDEUL Alexia
M. RAIMBAULT Benjamin, Marc, Denis

Ainsi, l’INRAE auditionne 15 candidat·es, soit 11 candidats et 6 candidates. Au final les femmes se retrouvent sur la liste complémentaire, aucune en liste principale.

Alerte parité: section 39 du CNRS (2018)

Gabrielle d’Estrées et une de ses sœurs, vers 1594

On nous signale un classement problématique dans la phase d’admissibilité de la section 39 du concours CNRS 2018 au grade de la direction de recherche.

Sont éluEs en position d’admission 4 femmes sur 4 postes. Sont rejetés en position d’admissibles non admis 5 hommes et 1 femme.

Si on approfondit quelque peu, on découvre qu’il y avait 27 candidat-e-s (14 hommes, 13 femmes) ; qu’au stade de l’admission à poursuivre, il y a encore que 27 candidat.e.s, dont 14 hommes et 13 femmes. À ce stade, on pourrait dire que la parité est parfaitement respectée si elle n’était le fait des seules candidatures.

Sur les 10 admissibles du concours DR de la section 39, on trouve 5 hommes et 5 femmes. Toutefois le rang de classement rend l’injonction paritaire non respectée. Il est à espérer que la direction du CNRS, habituée des déclassements, rectifiera ce qui représente une atteinte insupportable aux principes qu’elle ne cesse de défendre et qu’elle aurait récemment réaffirmés.

Continuer la lecture