“Constructeurs du présent”. Discours de Shanese Rivera à SciencePo, 24 juin 2024

  • par Shanese Rivera, SciencePo Paris, 29 juin 2024

Madame la directrice de l’École d’Affaires publiques,
Mesdames et messieurs les représentants de l’administration de Sciences Po,
Chères familles
Mes cher∙es camarades,

Je vois les regards interrogateurs et je préfère que l’on en discute tout de suite. Vous vous demandez sûrement pourquoi je me présente à vous vêtue ainsi aujourd’hui. Il faut dire que la vie étudiante est faite de doutes, de découverte constante, parfois d’engagement, mais aussi de quête de soi.

Je porte aujourd’hui ces bijoux ancestraux originaires d’Afrique du Nord, qui auraient pu appartenir à mon arrière-grand-mère. Malheureusement, bien souvent pillés ou revendus après ou lors de la colonisation, ils sont pour d’autres et pour moi un patrimoine à chérir et à faire revivre, dont nous n’avons pas hérité directement. Témoins de traditions communes et plurielles entre différentes communautés d’Afrique du Nord, ces bijoux sont des symboles de résistance aux identités coloniales fabriquées.

Je suis particulièrement fière de les porter pour rendre hommage à ces hommes et ces femmes, à ma famille, qui ont fait de la lutte pour la liberté leur boussole. Mais plus que de la fierté, je suis aussi émue et surtout reconnaissante d’avoir eu le privilège de poursuivre ces cinq années à l’université et de m’exprimer aujourd’hui devant vous. Alors que d’autres jeunes de mon âge n’ont pas cette chance ailleurs dans le monde, je veux leur prêter ma voix, et notamment aux enfants et étudiants de Gaza, qui meurent sous les bombardements et ont vu ces temples de savoirs s’effondrer devant eux. Parce qu’aujourd’hui, samedi 29 juin 2024, un étudiant ou une étudiante de 24 ans aurait pu être à ma place, debout fièrement devant ses parents et ses camarades, fraîchement diplômé, prêt à réaliser ses rêves d’enfants. Mais le colonialisme, nourri de toutes les haines et d’une volonté destructrice, l’a non seulement assassiné, mais l’a empêché de vivre l’un des plus beaux jours de sa vie, comme il sera probablement le mien actuellement. Pire encore, il tente de faire accepter au monde entier que des êtres humains méritent d’être tués.

Si loin, si proches, ces bijoux fièrement arborés aujourd’hui, à la veille d’un scrutin qui pourrait faire basculer notre pays dans un danger terrible, doivent pourtant être le témoin historique d’une quête de liberté, et un signe d’appartenance à notre humanité commune. Cette formule peut paraître niaise, mais elle est en réalité un signe d’espoir. Espoir de paix, de partage, de liberté.

À vous mes chers camarades, et à toutes celles et ceux qui nous suivront, je veux vous dire que nous devons être fier∙es d’appartenir à une génération qui aspire à vivre dans une société digne et émancipatrice. Parce que la paix, l’égalité et la dignité doivent être des évidences. Notre génération l’a montré à plusieurs reprises, en étant à l’origine de luttes communes contre les violences patriarcales, contre le changement climatique, contre les inégalités sociales, contre le racisme, l’islamophobie, l’antisémitisme et toutes les formes de haines, mais aussi pour rappeler au monde entier que les droits humains sont une lutte de chaque instant, qui appelle notre vigilance la plus haute. Alors que beaucoup nous présentent comme les bâtisseurs de l’avenir, nous avons montré et affirmons toujours, que nous sommes aussi les constructeurs du présent.

Je vous remercie.

 

Mieux estimer la prévalence des violences sexistes, sexuelles et LGBTphobes au cours du doctorat : participez à l’enquête !

Aidez-nous à mieux estimer la prévalence des violences sexistes, sexuelles et LGBTphobes au cours du doctorat !

Enquête du 3 au 30 juin 2024

  •  par l’Observatoire des VSS dans l’Enseignement Supérieur

L’Observatoire des Violences Sexistes et Sexuelles dans l’Enseignement Supérieur lance une nouvelle enquête intégralement dédiée au doctorat.

L’enquête est destinée aux personnes actuellement inscrites en doctorat, ainsi qu’aux personnes ayant terminé leur doctorat (via la soutenance ou par abandon) après janvier 2020. L’enquête ne concerne pas les thèses d’exercice dans le cadre des diplômes d’état en médecine, pharmacie, chirurgie dentaire ou médecine vétérinaire. La durée moyenne du questionnaire est estimée entre 15 et 30 minutes. Que vous soyez ou non directement concerné·e par les violences sexistes et sexuelles, nous vous serions très reconnaissant·es de prendre le temps d’y répondre : plus nous recevons de réponses, plus les résultats que nous publierons auront de force pour proposer des mesures efficaces de prévention et de lutte contre les VSS.

Ci-joint le lien du questionnaire : https://www.surveyhero.com/c/aveytbki . L’enquête est ouverte jusqu’au 30 juin !

Continuer la lecture

“Avec la suspension de la professeure Shalhoub-Kevorkian, le monde universitaire israélien sombre dans l’abîme”

L’Université hébraïque de Jérusalem a décidé de suspendre les activités d’enseignement de professeure Nadera Shalhoub-Kevorkian, chercheuse palestinienne-israélienne, à cause de ses déclarations au sujet de la guerre à Gaza. La suspension a été décidé sans l’entendre et donc, sa respecter les droits à une procédure juste et équitable. La déclaration de l’Association des universitaires israéliennes Académie pour l’égalité (אקדמיה לשוויון) existe en anglais et en français. Nous la reproduisons ci-dessous pour manifester notre soutien à Prof. Shalhoub-Kevorkian ainsi qu’aux collègues israëlien·nes et palestinien·nes menacé·es. 

Prof. Shalhoub-Kevorkian

Au nom de plus de huit cents universitaires, membres d’Academia for Equality, nous lançons l’alerte dans l’urgence contre la décision de l’administration de l’Université hébraïque de suspendre le professeur Nadera Shalhoub-Kevorkian de ses fonctions d’enseignante en raison de ses déclarations sur la guerre actuelle.

Au nom de plus de huit cents universitaires, membres d’Academia for Equality, nous lançons l’alerte dans l’urgence contre la décision de l’administration de l’Université hébraïque de suspendre le professeur Nadera Shalhoub-Kevorkian de ses fonctions d’enseignante en raison de ses déclarations sur la guerre actuelle. Outre la violence extrême exercée par l’armée israélienne sur la population civile de la bande de Gaza, d’autres branches de l’État tentent de détruire la société civile critique en Israël et de réduire au silence les voix des intellectuels opposés à la guerre et à d’autres politiques israéliennes, en particulier celles de citoyens palestiniens de l’État. Continuer la lecture

VSS, discriminations, harcèlement : acquérir le réflexe “accident de travail”

En ce lendemain de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes et leur mémoire, signalons un nouvel outil qui vient d’être mis à disposition par le MESR pour lutter efficacement contre les violences et les discriminations dans l’enseignement supérieur et la recherche, dans ses OSM 2024 (1°):  aux dispositifs existants — registre SST (2°), instruments dédiés (cellules d’écoute, référent·es) (3°) — il est proposé de recourir systématiquement à l’accident de travail ou de service (4°), afin de pouvoir procéder à une enquête paritaire (5°).

Desert Botanical Garden (Phoenix, AZ). Détail. Crédit: Casey Myers, 2009

Chaque année, la Formation spécialisée Santé-Sécurité au travail du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche (FS-SSCT MESR) publie des Orientations stratégiques ministérielles en matière de politique de prévention des risques professionnels (OSM) Les OSM pour l’année 2024 viennent de paraître. La lettre d’accompagnement du Ministère précise que : « Les chefs d’établissement et de service sont invités à prendre en compte les priorités ministérielles définies dans le présent document dans leurs programmes annuels de prévention »1. Academia a fait paraître la table des matières des OSM 2024 — qui fait défaut au document actuel et qui pose même un problème d’accessibilité — et invite lecteurs et lectrices à en prendre connaissance, afin de se former un minimum à la prévention dans l’ESR.

Les OSM 2024 précisent plusieurs dispositions concernant la prévention des violences, harcèlement, de discriminations et d’agissements sexistes (VDHAS), dans son titre V de la deuxième partie, mais aussi dans son point II.2.

Continuer la lecture

  1. L’envoi aux représentant·es du personnel de la FS-SSCT des OSM 2024, qui sont parvenues mi-février aux chef·fes d’établissement est bon test de la préoccupation de votre présidence pour la santé au travail. []

“Quelque chose a changé dans cette si masculine République des Lettres”. Tribune

Academia reproduit un tribune publiée dans Le Monde daté du 8 mars 2024 sous le titre Violences sexuelles. « Ce qui se passe dans le milieu du cinéma se passe aussi ailleurs, à l’université, dans les écoles, dans l’édition ». Plusieurs membres de la rédaction en ont initié l’écriture ou en sont signataires. Academia, à la suite de Mediapart, documente depuis 2019 les violences faites aux femmes universitaires, du harcèlement ordinaire sur les listes professionnelles au meurtre, en passant par la prédation du travail, les violences sexistes & les agressions sexuelles, les viols, l’emprise, le harcèlement moral, le licenciement, les menaces de mort, le déni ou plutôt la maltraitance institutionnelle, et leurs effets, à commencer les atteintes à la santé physique et mentale, la censure, l’auto-exclusion jusqu’au suicide, soit plus de 250 billets décrivant la façon méthodique de nier atteintes majeures à l’égalité et à la sécurité des conditions de travail des femmes à l’université.

Collage féministe à Périgueux, France (2022). Crédit: Anthony Baratier, 2022.

Ce billet rend ainsi hommage à toutes celles qui ont pris la plume ou le clavier pour offrir à toutes et à tous des outils pour décrir et analyser les violences subies à l’intersection du genre, mais aussi de la race, du handicap, de la classe — et donner aux autres des moyens, y compris judiciaires, pour se défendre.

*
*   *

Toutes, nous les connaissons toutes, toutes ces histoires qui circulent quand même, en dépit du silence, entre chercheuses, entre enseignantes, entre étudiantes, entre éditrices, entre écrivaines, entre artistes, collègues, amies, à l’université, dans les maisons d’édition, dans les festivals de littérature, dans le monde des arts.  Des histoires comme on se donne des nouvelles des dernières victimes recensées,  des dernières injustices accomplies.

Jamais la Littérature n’a adouci les mœurs : dans les départements de Littérature, dans les laboratoires, dans les UFR,  mais aussi dans toute l’université, dans les bureaux des maisons d’édition, dans toutes les coulisses possibles de l’écriture littéraire et scientifique, dans les coulisses de la création. Dans les couples aussi. La condamnation du professeur émérite, spécialiste du lyrisme et poète, Jean-Michel Maulpoix [Prix Goncourt de poésie 2022, auteur Gallimard]  à dix-huit mois de prison avec sursis1 pour « préjudice » infligé à son épouse, rencontrée quand elle était étudiante,  chercheuse et enseignante en lettres, confirme que ni la Littérature, ni l’université, ne sauvent les femmes.

Depuis que nous sommes étudiantes, depuis que nous sommes doctorantes, depuis que nous sommes enseignantes, depuis que nous sommes assistantes d’édition, éditrices, écrivaines, chercheuses, artistes, depuis que nous sommes vacataires, précaires,  depuis que nous sommes jeunes ou vieilles.

À chaque étape, nous avons subi ou pris connaissance d’injustices, d’agressions, de viols, d’intimidations, de silences imposés, menaces, brutalités, opérations en tous genres qui rabaissent,  de vols de savoirs, de chantages, de destructions d’œuvres, même.

De l’impunité sous toutes ses formes.

Continuer la lecture

  1. Sur cette affaire effroyable, voir “Le Goncourt de poésie Jean-Michel Maulpoix condamné pour avoir frappé sa femme“, par Sarah Brethes, Mediapart, 27 février 2024 et Laure Helms, victime de violences conjugales : « Il faut garder les yeux ouverts et demander si tout va bien », Camille Balzinger, Rue89, 8 mars 2024. []

Vulnérabilité numérique et harcèlement en ligne des universitaires : une publication

Relayant le travail de veille universitaire du compte Twitter de La Rasbaille, Academia signale la parution dans la revue Feminist Media Studies d’un article scientifique intitulé Digital vulnerabilities and online harassment of academics, consequences, and coping strategies. An exploratory analysis (“Vulnérabilité numérique et harcèlement en ligne des universitaires, conséquences et stratégies d’adaptation. Une analyse exploratoire”), qui intéressera plusieurs des lecteurs et lectrices d’Academia, concernée·es.

Traduction du résumé:

Continuer la lecture

Contre les violences sexistes et sexuelles : motion de la section 17 Philosophie du CNU

Face à la multiplication de signalements qui révèlent un système ancien de violences sexistes et sexuelles et plus largement d’inégalités, la section 17 adopte la motion suivante :

 

 La section 17 du CNU rappelle son engagement en faveur de l’égalité professionnelle et de l’égalité de traitement, notamment l’égalité de genre. La section 17 du CNU est ainsi composée de manière paritaire.

   La section 17 du CNU s’engage également à œuvrer à une meilleure prise en considération des effets des violences sexistes et sexuelles sur les parcours et les contextes d’exercice professionnel (abandons, changements de direction, ralentissements, arrêts, etc.).

   La section 17 du CNU demande une procédure qui informe les membres de la section des sanctions disciplinaires prononcées les 5 dernières années pour les candidat·es à la promotion, au CRCT, à l’avancement de grade et aux primes.

 Au moment de l’examen de l’évolution de la carrière, la section 17 du CNU s’engage à prendre en considération les responsabilités liées à l’instruction et aux suivis des violences sexistes et sexuelles, nous invitons les candidat·es aux promotions, congés et primes à l’indiquer expressément dans leur dossier.

   La section 17 du CNU encourage à ce que les formations «éthique et intégrité scientifique» dispensées aux doctorant·e·s intègrent un volet sur les violences sexistes et sexuelles et encouragent des pratiques professionnelles déontologiques, notamment concernant les relations entre enseignant·es et étudiant·es.

L’engagement de la section 17 du CNU passe par la reconnaissance des travaux et des collègues qui œuvrent à penser ces questions ; la section les encourage donc, que ce soit au travers de recherches ou d’enseignements au sein des établissements d’exercice.

À Paris, le 30 janvier 2024

Continuer la lecture

Harcèlement à l’Université de Haute-Alsace : l’impunité à tous les étages

Les quotidiens L’Alsace et Dernières Nouvelles d’Alsace viennent de publier une enquête fouillée par Catherine Chenciner sur les défaillances des dispositifs de signalement à l’Université de Haute-Alsace, situation qui est « assez symptomatique de ce qui se passe au niveau national ». Le harcèlement moral est pourtant légalement répréhensible dans la fonction publique (Article L135-6 A du Code de la fonction publique).

Extraits.

Alors que la récente affaire Bertrand Pauvert1 professeur de droit public condamné pour harcèlement sexuel à l’encontre d’un étudiant, est dans toutes les mémoires à l’Université de Haute-Alsace (UHA) à Mulhouse, d’autres faits commencent à être dénoncés. Plusieurs membres du personnel décrivent ainsi, non sans émotion, un profond mal-être découlant de la dévalorisation systématique de leur travail, qu’il s’agisse de l’organisation de leurs cours ou de tâches administratives, devant leurs pairs ou les étudiants, de la part de collègues ou d’une hiérarchie directe. […] Des « violences morales » graves et répétées durant des mois, qui ont eu pour effet de leur faire perdre toute confiance en eux, de les « isoler », voire de les rendre malades. […].

Bien que l’UHA affirme avoir une tolérance zéro vis-à-vis des violences sexistes et sexuelles et mis en place, la réalité est bien autre. La défaillance de l’institution, aux procédures peu professionnelles, sans respect du principe de confidentialité, qu’Academia a déjà mis en évidence pour l’UPEC, représente une nouvelle atteinte pour les victimes. Selon ces témoins, non seulement saisir la cellule ne les a pas protégé·es, bien au contraire.

Continuer la lecture

  1. Sur l’affaire B. Pauvert, voir, sur Academia, « Si le viol est inévitable, détends-toi et profite ». Bertrand Pauvert, MCF de droit, condamné pour violence et harcèlement sexuel et sexiste, par Rue89, 24 juillet 2022. []

Violences sexistes et sexuelles à l’Ens de Lyon : démission de la direction de Ciri

Tract en version .pdf

Sur Academia

Vous en aviez rêvé : le Guide « Pour des colloques inclusifs » 2023 du Ruche !

Le RUCHE, Réseau Universitaire des Chercheurs et Chercheuses en Histoire Environnementale, est un réseau pluridisciplinaire réunissant des personnes originaires de diverses universités et autres établissements d’enseignement supérieur ou secondaire, ou intéressé-e-s par l’histoire environnementale. Lors de l’assemblée générale de l’association de décembre 2022, certain·es membres ont exprimé leur difficulté à atteindre la parité ou une meilleure diversité dans le programme final d’un colloque ou la table des matières d’une publication et ce, malgré leur bonne volonté.

En réponse à ce constat, le groupe de travail « inclusivité » du RUCHE a rassemblé de la documentation et recensé plusieurs pistes pour atteindre une meilleure inclusivité lors de l’organisation de colloques. Ce document entend par inclusivité l’attention envers l’ensemble des inégalités sociales et des discriminations, notamment — et non exclusivement — les questions de genre et d’avancement de carrière.

 → Pour télécharger le  Guide « Pour des colloques inclusifs » 2023 du RUCHE ←

Ce guide a vocation à être diffusé le plus largement possible, n’hésitez pas à le disséminer, lors de colloques ou via vos réseaux de recherche et dans vos institution, mais également à faire des retours et faire connaître vos suggestions au groupe !

https://www.flickr.com/photos/mmechtley/2205859730/in/photolist-4mVBfj-Uicv6D-U1YyvD-Ywpg2d-gc9t77-TPr5VH-TqXpFW-HgYFV-PhwCRk-gc9uif-49ZEqw-aWj47e-gc9HJ5-gc9FPy-VhentC-SMg3jx-gca2PF-SMgaje-QHiumJ-gc9opT-WkaGj4-gc9ZR2-t7LphC-vhgWxk-gc9Fxb-gc9qQo-ZB6nuP-2oJGKhe-6egoF4-rA6WY4-MJXotN-QHiudC-rfGa2J-9ktW9N-2nD5Cb5-2nD4qMu-rH3Hs5-9YVoZL-RtvHvw-Zyhav5-2fixZ5y-844P6n-2bJZGkJ-nrnR5L-2bJZGC7-QHiuhL-npBz21-nrnDGe-2a5vb37-6Rx5Hk

Crédit:
Mira Mechtley, 2008

Les aventures d’Alice (6). Neuf mille euros sous la coupole

Les aventures d’Alice (5). Veillée d’armes

https://x.com/AlicedeCha1/status/1728756903751332029?s=20Pour information. Je ne suis pas payé·e. Que faire ? Retards de paiement et intérêts moratoires, SNUipp, 26 novembre 2021

Continuer la lecture