« À l’ENS de Lyon, un soutien fort et massif au peuple palestinien ! »

Après l’AG organisée par les étudiant∙es en solidarité avec le peuple palestinien

À la suite de la mobilisation d’étudiantes et étudiants en solidarité avec le peuple palestinien, une assemblée générale a été organisée à leur demande le 23 mai dernier. Au cours de l’assemblée générale une motion a été discutée. Sa version finale a été soumise au vote de la communauté académique étudiant ou travaillant à l’ENS de Lyon. Le résultat du vote n’est pas le reflet d’une position institutionnelle de l’établissement, mais l’expression de l’ensemble des personnes qui ont participé au vote. Une diversité de points de vue a pu ainsi s’exprimer dans un cadre posé, en ouverture de l’assemblée générale, par le président de l’ENS de Lyon.

Une motion, l’expression des communautés

Les étudiants ont ensuite présenté leur proposition de motion qui a été discutée et amendée par la quarantaine de participants présents à l’assemblée générale. Les débats ont abouti à la motion soumise à consultation, du 4 au 7 juin.

Motion AG ENSL 23/05/2024

 Nous, communauté universitaire de l’ENS de Lyon rassemblée en assemblée générale le 23 mai 2024, affirmons notre horreur face au risque génocidaire à l’encontre des Gazaouis et tenons à exprimer notre soutien au peuple palestinien.

Continuer la lecture

Mieux estimer la prévalence des violences sexistes, sexuelles et LGBTphobes au cours du doctorat : participez à l’enquête !

Aidez-nous à mieux estimer la prévalence des violences sexistes, sexuelles et LGBTphobes au cours du doctorat !

Enquête du 3 au 30 juin 2024

  •  par l’Observatoire des VSS dans l’Enseignement Supérieur

L’Observatoire des Violences Sexistes et Sexuelles dans l’Enseignement Supérieur lance une nouvelle enquête intégralement dédiée au doctorat.

L’enquête est destinée aux personnes actuellement inscrites en doctorat, ainsi qu’aux personnes ayant terminé leur doctorat (via la soutenance ou par abandon) après janvier 2020. L’enquête ne concerne pas les thèses d’exercice dans le cadre des diplômes d’état en médecine, pharmacie, chirurgie dentaire ou médecine vétérinaire. La durée moyenne du questionnaire est estimée entre 15 et 30 minutes. Que vous soyez ou non directement concerné·e par les violences sexistes et sexuelles, nous vous serions très reconnaissant·es de prendre le temps d’y répondre : plus nous recevons de réponses, plus les résultats que nous publierons auront de force pour proposer des mesures efficaces de prévention et de lutte contre les VSS.

Ci-joint le lien du questionnaire : https://www.surveyhero.com/c/aveytbki . L’enquête est ouverte jusqu’au 30 juin !

Continuer la lecture

Intersyndicale de l’ESR – Augmentation des frais d’inscription pour tou·tes, Macron fait payer la facture aux étudiant·es

Lundi 3 juin 2024

Depuis des années, le sujet de la hausse des frais d’inscription universitaires revient comme un serpent de mer dans le débat public. Après avoir augmenté les frais d’inscription pour les étudiant·es étranger·es – en les multipliant par 16 – et les élèves ingénieur·es, après avoir mis en place une taxe (“impôt”) étudiante (indexée elle sur l’inflation selon la loi) qui conditionne le droit à l’inscription, la CVEC a à nouveau augmenté pour atteindre 103€ cette année (+ 12,6% d’augmentation en 6 ans), le gouvernement s’attaque désormais aux poches de tou·te·s les étudiant·es pour les faire payer.

En janvier 2022, au Congrès de France Universités (alors Conférence des Présidents d’Université), Emmanuel Macron s’exprimait sur les frais d’inscription, laissant entendre qu’en cas de réélection, il s’attaquerait à la gratuité de l’enseignement supérieur. Il disait alors : “On ne pourra pas rester durablement dans un système où l’enseignement supérieur est quasi-gratuit”.

Quelques mois après le lancement de l’Acte 2 de l’autonomie des universités, le gouvernement annonce désormais clairement la sentence pour les étudiant·es : à la rentrée prochaine, les frais d’inscription de toutes et tous seront augmentés de 2,9%.

Cette augmentation se matérialise par plus 4,93€ en licence, 7€ en master, 11,02€ en doctorat, 17,43€ en école d’ingénieur pour les étudiant·es français·es et européen·nes. Pour les étudiant·es internationaux·ales hors Europe, ce sera plus 80,33€ en licence et 109,33€ en master.

Ce gouvernement montre encore une fois son mépris pour la jeunesse, qu’il ne cesse de précariser. En l’espace de quelques mois, les factures d’électricité ont explosé pour les étudiant·es, qui ont aussi payé au prix fort l’inflation alimentaire, les loyers CROUS ont augmenté de 3,5% … Avec cette augmentation des frais d’inscription, le gouvernement sait pertinemment ce qu’il fait. En prenant appui sur le modèle anglo-saxon, qui a fini par augmenter de façon exponentielle ses frais, il entreprend de restreindre l’accès à l’enseignement supérieur pour les plus pauvres.

L’intersyndicale ESR dénonce cette augmentation des frais d’inscription et appelle la communauté universitaire à se mobiliser contre cette mesure et contre le projet de ce gouvernement concernant l’éducation et l’enseignement supérieur.

Signataires  : Union Etudiante, SNESUP-FSU, SNEP-FSU, Sup’Recherche-UNSA, UNSA ITRF-BI-O, A&I-UNSA, SUD éducation, SNUASFP FSU, UNEF, SNETAP-FSU, Sud Recherche, FO ESR, CGT-INRAE, SNCS-FSU, CFDT Education, formation et recherche publique, SNPTES-UNSA, Solidaires Etudiant.e.s, SNTRS-CGT, FSE, CGT FERC Sup, FAGE

Sortir du blocage à l’EHESS ? Une élue étudiante intimidée, des étudiant∙es révulsé∙es

EHESS : une élue étudiante soutenant la Palestine intimidée lors du Conseil scientifique, Le Poing Levé EHESS et Marco Pogat, Révolution permanente, 1e juin 2024

Extraits. Depuis maintenant deux semaines, l’École de Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) est fermée administrativement par sa présidence. Une étape de plus dans la répression de la mobilisation pour la Palestine, qui a connu un nouveau saut mardi 28 mai dernier, avec l’intimidation violente d’une élue étudiante de Solidaires EHESS lors du Conseil Scientifique, par un professeur siégeant dans cette instance, censée se prononcer sur toute question concernant le fonctionnement de la recherche dans l’École.

Pour lire l’article

Depuis le 28 avril, les communiqués se multiplient. Sur la suggestion de leurs auteur·es, Academia en publie certains.

  • Communiqué des étudiant·es engagé.es du master SES-EE [Savoirs en sociétés – Études environnementales)  suite à l’agression d’une élue étudiante, 28 mai 2024
  • “Une de touchée, 3000 debout”. Communiqué des étudiant-e-s engagé-e-s du master Études Politiques, 28 mai 2024
  • Sortir du blocage. Appel au Président par des membres de l’Assemblée des enseignant.es, 29 mai 2024
  • Message des élu·es du Comité social d’administration et de la Formation spécialisée en matière de santé, de sécurité et de conditions de travail de l’École des hautes études en sciences sociales, 30 mai 2024

Banderole Occupatino Leïla Khaled, EHESS boulevard Raspail, 24 mai 2024. Crédit: Comité Palestine

Continuer la lecture

Ces libertés académiques que le Conseil consitutionnel défend combat

Alors que les libertés académiques sont attaquées de toute part, le Conseil constitutionnel participe donc à la fascisation de l’espace d’expression politique français. En ce sens, le titre de l’article de Mediapart, dont nous publions des extraits, ainsi que la lettre comminatoire adressée au bâtonnier de Paris, qui choisit le registre de l’émotion ne convient pas : c’est un gest politique insupportable qui devrait alerter.

Le coup de sang de Laurent Fabius contre des avocats parisiens, par Jérôme Hourdeaux,Mediapart, 31 mai 2024

Extraits. Le président du Conseil constitutionnel s’est indigné de la programmation d’un colloque, organisé par des avocats du barreau de Paris, qu’il juge trop critique envers son institution. Il a écrit au bâtonnier de Paris pour que le conseil de l’ordre soit saisi.  […]

Continuer la lecture

Liberté pour les sciences sociales. Un numéro de la revue Communications

La revue Communications publie un important dossier “Libertés pour les sciences sociales”.Vous trouverez ci-dessous la table des matières et les extraits d’un article sur la séquence très sombre pour les universités turques.

Liberté pour les sciences sociales, Communications 2024/1 (n° 114)

La double contrainte : piégés entre néolibéralisme et autoritarisme, les universitaires de Turquie politisent la liberté

Extraits.Affirmons-le d’emblée : prétendre que la connaissance est neutre ou indépendante du pouvoir n’est pas la solution aux désastres auxquels nous autres universitaires sommes confrontés aujourd’hui partout dans le monde. Cette assertion fait partie du problème. L’université est un champ de bataille – peu importe que nous en soyons de longue date persuadés, ou que nous l’ayons découvert plus récemment sous l’effet de la contrainte. Elle a une signification politique, et la production académique des connaissances est inextricablement impliquée dans les structures de pouvoir dominantes dans toute société. Aujourd’hui, les forces qui entravent notre capacité à produire et diffuser la connaissance ont certes changé, mais comprendre comment l’université – et avec elle la liberté académique et l’autonomie de ses institutions – est enracinée dans des dynamiques sociétales plus larges dissiperait nos désillusions et nous fournirait ces outils de combat que nous peinons à inventer. Pour cela, nous devons nous concentrer sur la conjoncture historique qui est la nôtre, et renouveler nos interrogations sur les conséquences des récentes transformations de la production des connaissances. […]

Continuer la lecture

À la porte de leur établissement, les étudiant·es et les agent·es EHESS dénoncent la fermeture administrative, le génocide et la fascisation du monde universitaire

  • Pour une réouverture du bâtiment de l’EHESS. Communiqué des étudiant·es engagé·es de la mention Études politiques, EHESS, 22 mai 2024
  • Communiqué de soutien au mouvement étudiant. de la mention Recherches comparatives en anthropologie, histoire et sociologie, 23 mai 2024
  • Master sociologie : ouvrez le bâtiment EHESS !. Communiqué du 24 mai 2025
  • Communiqué des étudiant.es du Parcours Etudes Environnementales, 24 mai 2024
  • Pétition pour la réouverture du bâtiment EHESS sur le campus Condorcet, 27 mai 2024
  • Appel au Président de la section LDH de l’EHESS, 25 mai 2024
  • Communiqué des  étudiant.es mobilisé.es des mentions philosophie sociale et politique et philosophie du langage et de l’esprit, 28 mai 2024

Pour une réouverture du bâtiment de l’EHESS
Communiqué des étudiant·es engagé·es de la mention Études politiques, EHESS, 22 mai 2024

Aujourd’hui, mercredi 22 mai, nous, étudiant·es engagé·es du master Études Politiques, avons décidé d’interrompre le déroulement habituel de notre séminaire de tronc commun. Nous  avons profité de ces deux heures de séminaire pour ouvrir un espace d’échange et de discussion suite à la décision unilatérale de la présidence de fermer le bâtiment EHESS du Campus Condorcet.

Nous dénonçons le gouvernement génocidaire israélien et sa politique coloniale qui s’exerce en Palestine. Deux mandats d’arrêt internationaux pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité ont d’ailleurs été demandés par la Cour pénale internationale il y a deux jours à l’encontre du Premier ministre Netanyahou et de son ministre de la défense Gallant.

À la lumière du mouvement étudiant internationaliste en soutien au peuple palestinien, l’assemblée générale du comité Palestine EHESS/Condorcet organisée le lundi 13 mai a voté pour une occupation ouverte du bâtiment de l’EHESS. Au cours de ces 3 jours d’occupation ouverte, le bâtiment de l’EHESS s’est mué en un véritable espace de rencontres, d’échanges, de réflexions, d’organisations collectives ; espace primordial qui manquait cruellement au sein du Campus Condorcet.

Dans un contexte français de fascisation et de silence du monde académique, il est de notre devoir en tant qu’étudiant.e-chercheur.euse.s en sciences sociales de décoloniser les savoirs académiques traditionnels et de dénoncer toute forme de répression – institutionnelle et policière – à l’œuvre dans nos lieux d’études.

Nous dénonçons et nous condamnons donc les fichages des étudiant·es par des personnels de direction de l’EHESS, les incursions policières en civil et les interventions violentes de la Gendarmerie mobile et de la Brigade Anti-Criminalité ayant eu lieu durant l’occupation ouverte.

Continuer la lecture

Résider, résister : la bataille de la résidence universitaire de Yoshida (Kyoto)

Alors que les mots d’ordre “occupy” ou “occupation” fleurissent sur tous les campus du monde, la question du droit des étudiant·es à vivre dans les enceintes universitaires se pose d’une nouvelle façon à l’Université de Kyoto. Après une rude répression des mouvements étudiants dans les années 1980, le système universitaire japonais fait l’objet d’une forme d'”autonomisation” au cours des années 1990, transformation assez familière à l’ESR français, au point que les Japonais·es avaient ironisé à l’époque. Japonophone, ayant une bonne connaissance de la politique japonaise, la ministre Valérie Pécresse aurait ainsi “bien étudié les dossiers de la réforme universitaire” selon leurs mots — voire plagié le dispositif législatif élaboré à Tokyo. Nouvelle étape de l’autonomisation sur l’archipel : exclure les étudiant·es des résidences universitaires. Une première bataille a été gagnée par les étudiant·es. Iels invitent les lecteurs et lectrices d’Academia à soutenir leur cause en signant leur pétition sur change.org.

Archive photographique tirée deKanta Nomura, The Yoshida Dormitory Students’ History, Cesura, 2022, reproduite dans The Face.

L’histoire des universités a un lien étroit avec celle des lieux de vie étudiants. Au Moyen Âge, par exemple, Cambridge ou la Sorbonne ont construit des résidences qui offraient un hébergement bon marché, favorisant l’émergence d’une culture étudiante singulière.

Historiquement au Japon, de nombreuses universités disposaient de résidences similaires. Ces bâtiments dédiés construits sur les campus universitaires proposaient un hébergement bon marché et étaient réputées pour leur créativité et leur culture d’auto-gestion((NDLR. Sur l’histoire du Yoshida Dorm, outre la page Wikipedia, on peut lire “The Student Dormitory that Govers Itself“, par Marigold Warner, The Face, 24 août 2023, compte rendu en anglais de 野村幹太. 吉田寮学生寄宿舎史. Pianello Val Tidone: Cesura Publish, 2022.)). Depuis les années 1970, cependant, ces résidences ont fait l’objet d’attaques ciblées par les réformes néolibérales autoritaristes. Elles visent à rendre accessible au marché des équipements au statut universitaire et à réprimer les mouvements sociaux. Depuis 19681, dans de nombreuses universités, on peut parler même de mesures visant à une fermeture systématique de ce type de résidences. Dans la plupart des universités, les autorités ont exercé des pressions sur les résident∙es universitaires pour qu’iels abandonnent leur organisation autogestionnaire et pour les relocaliser dans des hébergements plus onéreux.

Entrée du vieux bâtiment de la résidence Yoshida et gingkos, 2 décembre 2023. Crédit : Mainichi/Kazuki Yamazaki

Continuer la lecture

  1. La democratisation de l’administration universitaire et l’opposition des droits d’inscription figurent parmi leurs demandes les plus régulières, à côté d’autres préoccupations du moment d’ordre social et politique. []

Université de Genève : la paix “armée”

Communication de l’Université de Genève

Academia rapporte la situation de l’Université de Genève qui fait sa communication sur la paix dans le monde, fait évacuer les étudiant·es par la force et qui, en la personne de la rectrice, entretient une relation “délicate” avec la vente d’armes à l’État d’Israël. 

À l’aube du 14 mai 2024, s’est déroulée l’évacuation du bâtiment principal de l’Université de Genève, occupé par des militant·es pro-palestinien·nes depuis une semaine. Alerté·es vers 5 heures du matin, les occupant·es ont été confronté·es à l’intervention de la police, suite à une plainte déposée par le rectorat1 pour violation de domicile. Les forces de l’ordre ont évacué une soixantaine de personnes présentes sur les lieux, certaines étant menotées. Des soutiens à l’extérieur ont manifesté leur solidarité, demandant la démission de la rectrice. Malgré des témoignages dénonçant un manque de sommation préalable, l’évacuation s’est déroulée rapidement, avec les occupant·es dirigé·es vers le poste de police.

Le jour même, la rectrice de l’Université de Genève, Audrey Leuba, se retrouve dans une “position délicate” en raison des liens dévoilés de son époux avec l’armée israélienne. Selon le journal genevois Le Courrier :

« L’époux de la rectrice, avocat fiscaliste dans un grand cabinet, siège depuis 2018 au conseil d’administration de l’entreprise Pratt & Whitney Aero Engines International, la filiale lucernoise d’un constructeur de moteurs d’avions américain qui fournit notamment l’armée israélienne pour ses avions de combat. Depuis plusieurs mois, l’entreprise est sous le feu des projecteurs. En avril, son siège social, qui se trouve dans le Connecticut, aux États-Unis, a été bloqué par des militant·es qui protestaient contre la guerre à Gaza, et plus particulièrement contre l’implication du constructeur dans la production des avions de chasse F-35 achetés par Israël. En décembre, ce sont les travailleur·euses d’une usine du groupe basée au Canada qui se sont mis·es en grève pour dénoncer le fait que Pratt & Whitney construit les engins présents dans les drones Heron, déployés par Tsahal à Gaza depuis plus de quinze ans. Dans un communiqué de presse paru en 2015, le constructeur se targuait également d’avoir décroché un contrat d’une durée de quinze ans pour assurer l’ensemble des pièces pour toute la flotte de moteurs des F-35 et des F-16 de l’armée israélienne. Selon le communiqué, il s’agissait à l’époque du ‘contrat de logistique basé sur la performance le plus complet et de plus longue durée pour un moteur de chasse de Pratt & Whitney à ce jour’.”

— Source: Louis Viladent, “Unige: Audrey Leuba en position délicate“, Le Courrier, 14.05.2024.

  1. NDLR: équivalent de la présidence en France []

Non à la répression policière à Sciences Po Lyon

Communiqué des enseignant⸱es et enseignant⸱es chercheur⸱es de Sciences Po Lyon du 7 mai 2024

Nous, universitaires de Sciences Po Lyon, tenons à exprimer notre profonde indignation face à l’évacuation de l’amphithéâtre Pacaut par la police ce vendredi 3 mai. Les images de nos étudiant·es aligné·es contre un mur et contrôlé·es par les forces de l’ordre sont choquantes. Elles nous rappellent s’il était besoin le sens des franchises universitaires. Cette évacuation a eu lieu alors qu’aucun signe de trouble à l’ordre public ne se manifestait et après une nuit d’occupation sans incident. Nous dénonçons avec force la répression et la criminalisation des mouvements sociaux.

Nous sommes solidaires de nos étudiant·es ainsi traité·es alors qu’ils et elles protestent pacifiquement contre des massacres de civil·es et se soulèvent pour le respect des droits humains les plus élémentaires. Quelles que soient nos divergences d’opinion et d’analyse sur la guerre en Palestine et en Israël, nous sommes uni·es pour condamner ce climat délétère où il semble aussi inaudible de condamner les massacres du Hamas et ceux perpétrés par l’armée israélienne. L’indispensable solidarité vis-à-vis des victimes gazaouies n’empêche en rien notre réprobation sans ambiguïté de toute forme d’antisémitisme.

Continuer la lecture

Occupation de l’ENS Lyon. “Commettre un génocide est un crime, résister est un droit!”

Commettre un génocide est un crime, résister est un droit !

Dans la continuité de la mobilisation de jeudi dernier à Sciences po Lyon, le mouvement étudiant lyonnais engagé pour une paix durable a décidé, en ce lundi 6 mai 2024, d’occuper en partie l’ENS de Lyon. Nos revendications sont les mêmes :

Continuer la lecture

« Pour un cessez-le-feu immédiat et durable à Gaza » par 394 membres de l’EHESS

Academia reproduit la motion endosée par près de 400 membres de l’EHESS, motion qui n’a pas fait l’objet d’un vote dans les instances.

À l’heure où la Cour internationale de justice a alerté sur les risques de crime de génocide contre le peuple palestinien à Gaza, où les Nations unies ont produit un rapport accablant sur le sujet, où elles appellent à cesser les ventes d’armes à Israël pour empêcher toute nouvelle violation du droit humanitaire, et ont également condamné la colonisation en Cisjordanie comme crime de guerre, plusieurs centaines de membres de l’Ecole des Etudes en Sciences Sociales (EHESS) ont demandé à leur institution de se prononcer pour un cessez-le feu immédiat et durable.

Cette motion été soumise au conseil scientifique, au conseil d’administration et à l’assemblée des enseignants-chercheurs de l’EHESS : aucune de ces instances n’a jugé opportun de la considérer ou de la soumettre au vote. Comment comprendre qu’une institution fondée sur le respect du droit, y compris international, refuse de se prononcer clairement pour un arrêt des massacres en cours ?

Cette expression de solidarité s’inscrit pourtant dans un contexte de guerre où les douze universités de Gaza ont été entièrement détruites ainsi que leurs archives matérielles et digitales, plus de 94 universitaires palestinien·e·s tué·es dans des attaques ciblées de l’armée israélienne, et des milliers de vies étudiantes fauchées, endeuillées, mutilées et privées d’avenir. Nous la portons donc en notre nom collectif, en tant que membres d’une communauté engagée à comprendre le monde dans sa complexité, et à former les générations à venir.  Nous condamnons à ce titre avec fermeté et inquiétude la répression des étudiant·e·s, à l’EHESS et partout ailleurs en France et dans le monde, et la criminalisation de leur mobilisation. Face aux violences institutionnelles et physiques que subissent celles et ceux qui élèvent la voix dans les universités en exprimant leur solidarité avec la Palestine, nous affirmons l’espoir incarné dans cette composante de la connaissance qui fait défaut à notre institution : le courage de la vérité.

Maison des sciences de l’homme, 54 boulevard Raspail, Paris 6e. Crédit: Célette

Motion signée par 394 membres de l’EHESS pour un cessez-le-feu immédiat et durable à Gaza

“Nous, membres de l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales, nous nous prononçons solennellement pour un cessez-le-feu immédiat et durable à Gaza dans l’intérêt des peuples. Nous exigeons le respect du droit international, en particulier les résolutions passées du Conseil de Sécurité des Nations-Unies et la récente ordonnance de la cour internationale de justice imposant de prévenir un crime de génocide et une nouvelle Nakba à l’encontre des Palestiniennes et Palestiniens résidant dans la bande de Gaza et à Rafah.

Continuer la lecture

Manifestations étudiantes en soutien à Gaza: les Nations Unies s’alarment pour la liberté d’expression

En passant

Guerre à Gaza : la liberté d’expression en question dans un contexte de répression sur des campus universitaires

Aux États-Unis, des universités sont accusées de réprimer les étudiants qui protestent contre la guerre d’Israël à Gaza, braquant les projecteurs sur la question de la liberté d’expression dans le monde entier, selon une experte indépendante des droits humains de l’ONU, Irene Khan.

Extraits. La crise de Gaza est en train de devenir une véritable crise mondiale de la liberté d’expression », a déclaré Mme Khan, Rapporteure spéciale des Nations Unies sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression. « Cela aura d’énormes répercussions pendant longtemps ». […]

Lors d’un entretien exclusif à ONU Info, l’experte a soutenu que la manière dont la liberté académique est restreinte aux États-Unis porte atteinte aux droits des personnes à manifester contre la guerre et l’occupation en cours, y compris sur les campus des université d”élite de l’Ivy League telles que les universités de Columbia, Harvard et Yale. […]

Irene Khan, Rapporteure spéciale des Nations Unies sur la liberté d'expression et d'opinion.

Irene Khan, Rapporteure spéciale des Nations Unies sur la liberté d’expression et d’opinion.

Continuer la lecture