“Constructeurs du présent”. Discours de Shanese Rivera à SciencePo, 24 juin 2024

  • par Shanese Rivera, SciencePo Paris, 29 juin 2024

Madame la directrice de l’École d’Affaires publiques,
Mesdames et messieurs les représentants de l’administration de Sciences Po,
Chères familles
Mes cher∙es camarades,

Je vois les regards interrogateurs et je préfère que l’on en discute tout de suite. Vous vous demandez sûrement pourquoi je me présente à vous vêtue ainsi aujourd’hui. Il faut dire que la vie étudiante est faite de doutes, de découverte constante, parfois d’engagement, mais aussi de quête de soi.

Je porte aujourd’hui ces bijoux ancestraux originaires d’Afrique du Nord, qui auraient pu appartenir à mon arrière-grand-mère. Malheureusement, bien souvent pillés ou revendus après ou lors de la colonisation, ils sont pour d’autres et pour moi un patrimoine à chérir et à faire revivre, dont nous n’avons pas hérité directement. Témoins de traditions communes et plurielles entre différentes communautés d’Afrique du Nord, ces bijoux sont des symboles de résistance aux identités coloniales fabriquées.

Je suis particulièrement fière de les porter pour rendre hommage à ces hommes et ces femmes, à ma famille, qui ont fait de la lutte pour la liberté leur boussole. Mais plus que de la fierté, je suis aussi émue et surtout reconnaissante d’avoir eu le privilège de poursuivre ces cinq années à l’université et de m’exprimer aujourd’hui devant vous. Alors que d’autres jeunes de mon âge n’ont pas cette chance ailleurs dans le monde, je veux leur prêter ma voix, et notamment aux enfants et étudiants de Gaza, qui meurent sous les bombardements et ont vu ces temples de savoirs s’effondrer devant eux. Parce qu’aujourd’hui, samedi 29 juin 2024, un étudiant ou une étudiante de 24 ans aurait pu être à ma place, debout fièrement devant ses parents et ses camarades, fraîchement diplômé, prêt à réaliser ses rêves d’enfants. Mais le colonialisme, nourri de toutes les haines et d’une volonté destructrice, l’a non seulement assassiné, mais l’a empêché de vivre l’un des plus beaux jours de sa vie, comme il sera probablement le mien actuellement. Pire encore, il tente de faire accepter au monde entier que des êtres humains méritent d’être tués.

Si loin, si proches, ces bijoux fièrement arborés aujourd’hui, à la veille d’un scrutin qui pourrait faire basculer notre pays dans un danger terrible, doivent pourtant être le témoin historique d’une quête de liberté, et un signe d’appartenance à notre humanité commune. Cette formule peut paraître niaise, mais elle est en réalité un signe d’espoir. Espoir de paix, de partage, de liberté.

À vous mes chers camarades, et à toutes celles et ceux qui nous suivront, je veux vous dire que nous devons être fier∙es d’appartenir à une génération qui aspire à vivre dans une société digne et émancipatrice. Parce que la paix, l’égalité et la dignité doivent être des évidences. Notre génération l’a montré à plusieurs reprises, en étant à l’origine de luttes communes contre les violences patriarcales, contre le changement climatique, contre les inégalités sociales, contre le racisme, l’islamophobie, l’antisémitisme et toutes les formes de haines, mais aussi pour rappeler au monde entier que les droits humains sont une lutte de chaque instant, qui appelle notre vigilance la plus haute. Alors que beaucoup nous présentent comme les bâtisseurs de l’avenir, nous avons montré et affirmons toujours, que nous sommes aussi les constructeurs du présent.

Je vous remercie.

 

Libertés académiques : Valérie Masson-Delmotte s’alarme

Continuer la lecture

Les aventures d’Alice (2). Télérecours

Continuer la lecture

Se défendre. Ou plutôt s’armer contre la pseudo-innocence universitaire

Sur une relation pédagogique abusive à l’UPEC

Une étudiante, qui a fait son Master à l’UPEC, raconte son expérience d’une relation pédagogique abusive et ses prolongements. Elle explique ici les raisons de sa prise d’écriture. TW : mention de violences psychiques, suicide, VSS. Lire l’épisode 1 et l’épisode 2.

Campagne d’affichage Nous Toutes UPEC, 2021


Épisode 3. Se défendre.
Ou plutôt s’armer contre la pseudo-innocence universitaire

Je suis sortie réellement meurtrie des démarches dont je vous ai fait part, d’autant plus que mon réseau de soutien a beaucoup évolué au cours de la procédure et, lorsque j’ai reçu la réponse rageante de l’UPEC, j’étais pratiquement seule. Ma situation est passée d’un foisonnement de messages et de gestes de soutien, lors que j’ai décidé de témoigner, à un énorme silence partagé uniquement avec deux ami.e.s qui s’étaient engagé.e.s dans l’affaire. Dans le processus traumatique, cette dernière situation, que j’ai vécue comme une forme d’abandon, a été l’une des étapes plus difficiles à surmonter. Allons à l’essentiel.

Faute d’assistance aux victimes dans les établissements — inexistante, il faut le dire — les personnes qui essaient de remplir ce vide en font également les frais. Il ne s’agit pas de leur métier, de leurs fonctions et, très souvent, elles n’ont pas les compétences pour répondre aux besoins en question.

https://www.flickr.com/photos/stanzim/15642046309/in/photolist-pQezpB-22Y2Vsx-bLKwbv-cmhPL-23XteDF-dWVUtJ-b8Njga-rvxJXe-bkrNnB-4fvyh7-7vGsrz-rMkCpg-2avwnmD-dNZZRC-88pvc-imQsd2-c159Gs-BVRDC7-DUAKvQ-qEBVT3-8ACqR-SRbSUQ-4BLRVe-pVFWJn-qHsefh-CPujuj-264beQh-qtYTkY-bx7oPK-e7h9HG-99cunb-Px2bsL-DiA1Xa-dPMb1T-62yRDw-7sXgeL-QzhhUw-aW4Jtg-aH6nTe-2eX2W-Mz5riN-Y5nbqX-bgusS8-98R6d4-fhcQ8n-r2viLC-8YtngE-PJ7p2H-4dxUAy-2asVuWb/

Sunrise Snowy Shadow. Crédit: Stanley Zimny, 2014

Dans mon cas, ma souffrance a été accueillie par un groupe d’enseignantes aux engagements variés. Le but initial de cet accueil n’était sûrement pas de se substituer à une prise en charge spécialisée, mais si de jouer le rôle qu’un groupe de soutien porte en son nom : soutien. En effet, quand nous traversons tout ce que j’ai décrit, nous doutons beaucoup et il est alors précieux d’avoir des formes de « rappel à l’ordre » bienveillants1. Le problème, c’est que quand nous n’avons pas de prise de charge, ces personnes, qui ne devraient être là qu’en soutien, finissent par jouer un rôle qui va au-delà de celui prévu initialement.

Continuer la lecture

  1. Des gens pour nous rappeler, par exemple, qu’il n’avait pas le droit, et que nous ne sommes pas « histrioniques ». []

Survivre à la maltraitance institutionnelle

Sur une relation pédagogique abusive à l’UPEC

Une étudiante, qui a fait son Master à l’UPEC, raconte son expérience d’une relation pédagogique abusive et ses prolongements. Elle explique ici les raisons de sa prise d’écriture. TW : mention de violences psychiques, suicide, VSS.

Épisode 1. Une relation d’une année universitaire… et d’un été

Campagne d’affichage Nous Toutes UPEC, 2021


Épisode 2. Survivre à la maltraitance institutionnelle

Comme si l’été vécu en compagnie de l’enseignant avec qui j’ai eu une relation prétendue amoureuse n’avait pas suffi, la période qui a suivi notre rupture a été tout aussi difficile.

D’un côté, je ressentais un énorme besoin de comprendre ce que j’avais vécu. Les personnes autour de moi parlaient de rupture amoureuse, d’étapes du deuil, mais j’en avais déjà vécu d’autres et ce que je vivais-là ne correspondait ni à mes expériences ni aux schémas qu’on essayait de plaquer sur ma souffrance. Par manque de connaissances de ma part, de la part des professionnelles de santé en contact des étudiantes, de la part des camarades et même enseignants et autres fonctionnaires de l’université qui ont été mis au courant de l’histoire dans un premier temps, je me suis retrouvée à soigner un ulcère avec du sirop pour la toux.

De l’autre côté, lors que j’essayais d’affronter cet enseignant, lui parler de ma souffrance, des énormes contradictions entre ses gestes et ses paroles, à quoi étais-je confrontée à nouveau ? À l’enseignant charismatique qui me recevait dans son bureau et qui m’accordait du temps, de la gentillesse, qui s’intéressait à mes projets, et qui me proposait une « sincère » amitié [puis, bien sûr, il me demandait pardon, me disait qu’il ne s’agissait pas de moi, qu’il traversait un moment de sa vie où il avait besoin de se retrouver seul, et toutes ces phrases que nous connaissons déjà]. Dans les deux mois suivant la rupture, les allers-retours entre distance et proximité ont été nombreux, j’étais incapable de comprendre seule l’énorme jeu de manipulation dans lequel j’étais piégée. Puis, en décembre, j’ai décidé de m’éloigner de « notre » quartier et suis repartie au lieu où j’étais en Erasmus. Début janvier 2021, je lui ai envoyé un message où j’élaborais enfin les notions d’abus de pouvoir, de manipulation, d’objectification. Sa réponse évasive, qui m’accusait de ne pas accepter notre rupture, marque la dernière fois où nous avons échangé, et j’en suis profondément fière.

Cette prise de conscience m’a amenée à contacter, à la fin du mois de janvier de 2021, une enseignante – toujours de l’UPEC – dont la posture et les convictions m’avaient toujours inspiré confiance. À la suite de nos premiers échanges, j’ai décidé de faire une demande de saisine de la section disciplinaire.

C’est ici que je touche le fond !

https://www.flickr.com/photos/stanzim/15642046309/in/photolist-pQezpB-22Y2Vsx-bLKwbv-cmhPL-23XteDF-dWVUtJ-b8Njga-rvxJXe-bkrNnB-4fvyh7-7vGsrz-rMkCpg-2avwnmD-dNZZRC-88pvc-imQsd2-c159Gs-BVRDC7-DUAKvQ-qEBVT3-8ACqR-SRbSUQ-4BLRVe-pVFWJn-qHsefh-CPujuj-264beQh-qtYTkY-bx7oPK-e7h9HG-99cunb-Px2bsL-DiA1Xa-dPMb1T-62yRDw-7sXgeL-QzhhUw-aW4Jtg-aH6nTe-2eX2W-Mz5riN-Y5nbqX-bgusS8-98R6d4-fhcQ8n-r2viLC-8YtngE-PJ7p2H-4dxUAy-2asVuWb/

Sunrise Snowy Shadow. Crédit: Stanley Zimny, 2014

Continuer la lecture

Une relation d’une année universitaire… et d’un été

Sur une relation pédagogique abusive à l’UPEC

Une étudiante, qui a fait son Master à l’UPEC, raconte son expérience d’une relation pédagogique abusive et ses prolongements en trois épisodes. TW : mention de violences psychiques, suicide, VSS.

Campagne d’affichage Nous Toutes UPEC, 2021


Épisode 1. Une relation d’une année universitaire… et d’un été 

L’histoire commence au second semestre de 2019, quand j’étais en troisième année de licence. J’étais passionnée par ce que j’étudiais, j’avais fait un premier voyage à l’été 2019, entre ma deuxième et troisième année, dans la région qui est aujourd’hui mon terrain de thèse, et j’avais décidé de partager un premier état de mes observations avec l’enseignant qui était de loin le plus enthousiaste à l’égard de mes projets.

Un enseignant charismatique et maladroit

Mes échanges avec cet enseignant, qui était également le responsable de la formation que je suivais, sont devenus de plus en plus fréquents, nous évoquions la possibilité qu’il me co-encadre en master. En décembre de la même année, notre relation prend un tournant « amical » : il me contacte sur les réseaux sociaux en me disant qu’il avait pu comprendre que je ne n’étais pas rentrée chez ma famille à l’étranger pour les fêtes, il m’invitait à déjeuner chez lui le 25 décembre, nous étions que tous les deux. Après cette journée ensemble, il a insisté pour que nous fêtions mon anniversaire à la fin décembre, puis d’autres échanges et invitations nous ont gardés en contact en janvier en dehors des murs de l’université.

https://www.flickr.com/photos/stanzim/15642046309/in/photolist-pQezpB-22Y2Vsx-bLKwbv-cmhPL-23XteDF-dWVUtJ-b8Njga-rvxJXe-bkrNnB-4fvyh7-7vGsrz-rMkCpg-2avwnmD-dNZZRC-88pvc-imQsd2-c159Gs-BVRDC7-DUAKvQ-qEBVT3-8ACqR-SRbSUQ-4BLRVe-pVFWJn-qHsefh-CPujuj-264beQh-qtYTkY-bx7oPK-e7h9HG-99cunb-Px2bsL-DiA1Xa-dPMb1T-62yRDw-7sXgeL-QzhhUw-aW4Jtg-aH6nTe-2eX2W-Mz5riN-Y5nbqX-bgusS8-98R6d4-fhcQ8n-r2viLC-8YtngE-PJ7p2H-4dxUAy-2asVuWb/

Sunrise Snowy Shadow. Crédit: Stanley Zimny, 2014

Malgré le tournant que notre relation avait pris, à cette période il n’y a jamais eu de propos déplacés, d’insinuations ou tout autre geste qui aurait pu déclencher pour de bon le signal d’alerte. Au contraire, nous parlions de mes projets, de l’université, sans jamais sortir du rayon professionnel, bien que nous étions déjà dehors.

Continuer la lecture

Pas de 7e campagne de recrutement pour Hugo

Il n’y aura pas de 7e campagne de recrutement pour moi en 2023/ 

Quelques explications d’une bifurcation personnelle qui, au-delà de mon cas personnel, pourrait être « un peu » révélatrice de l’état pour le moins délabré de l’ESR !

Après 6 campagnes qui se sont toutes soldées par un échec, malgré 4 classements pour des postes de MCF en sections 04 et 19 sur 4 auditions (dont trois deuxièmes places enchaînées depuis 2020), 3 auditions CNRS, 2 auditions Ined et 1 audition IRD…

Après le chômage (Pôle Emploi, sponsor n°1 de l’ESR), un poste d’Assistant d’éducation (AED) en lycée professionnel, puis trois beaux post-doctorats à l’Université de Rouen-Normandie, à l’ENS-Ulm et à l’Ined, la LPPR devenue LPR a instauré une date de péremption aux postdoctorant∙es : « thèse + 3 ans, c’est fini, circulez ! »

J’ai donc décidé qu’il fallait arrêter les frais.

Continuer la lecture

Dans l’amphi Guyon occupé, site Schuman, Aix-en-Provence, mars 2023

  • par Isabelle Luciani, maîtresse de conférences, Aix Marseille Université

Mercredi 22 mars 2022 (le « 22 mars », clin d’œil printannier), j’apprends comme mes collègues que l’amphi 8, amphi Guyon (autrefois notre « Grand amphi ») est occupé par les étudiant∙es depuis la veille.

Une AG a lieu à midi : 400 étudiant∙es. Comment la mobilisation a-t-elle été insufflée pour en arriver là… ce n’est pas l’objet de ce texte (ce qui suit n’est pas une sociologie du mouvement, simplement l’observation « heureuse » de quelques jours d’un mouvement étudiant). 400 étudiant∙es : c’est une affluence exceptionnelle pour ces dernières années de luttes incessantes, épuisantes, et souvent vaines.

L’AG se déroule dans une sorte de joie un peu grave, des prises de parole solides se succèdent avec détermination. À l’unanimité, l’AG vote l’exigence de retrait du texte sur les retraites passé par le 49.3, le retrait du projet de loi Darmanin, la demande d’une « banalisation » du semestre, et à l’unanimité moins une voix, le blocage de la fac. Le lendemain soir, 23 mars, à 18h, après une nouvelle journée de mobilisation contre la « réforme » des retraites – et pour les étudiant∙es qui occupent l’amphi, deux nuits blanches – les prises de parole se succèdent encore lors d’une nouvelle AG : jusqu’à 150 étudiant∙es malgré l’heure tardive.

J’écoute, j’apprends.

Continuer la lecture

Enquête sur le harcèlement dans le milieu académique

Aujourd’hui, France Info fait écho à une enquête de la Fondation L’Oréal dont les résultats seront révélés dans la soirée. On apprend déjà que parmi les 5 200 scientifiques femmes interrogées, dans le monde entier, 49% disent avoir subi une forme de harcèlement sexuel sur leur lieu de travail, la moitié au cours des cinq dernières années.

Une étude de la Fondation L’Oréal publiée jeudi 16 mars 2023 révèle qu’une femme scientifique sur deux a été confrontée à une situation de harcèlement sexuel. (EMMANUEL DUNAND / AFP)

En lisant cet article, on découvre un texte qui avait échappé à la rédaction d’Academia. Cette lettre ouverte, intitulée « Des silences qui nous écœurent »  et déjà signée par plus de 250 universitaires français‧es dénonce l’omerta de notre milieu concernant le harcèlement et les violences sexuelles et sexistes.

Cette lettre ne s’adresse pas directement aux offenseur·ses et agresseur·ses mais à l’ensemble de notre communauté qui, par son silence, leur permet de continuer à agir en toute impunité au sein de nos universités et de nos instituts de recherche.

 

Burn-out, sortie en pleurs d’une réunion, harcèlement moral entre collègues, allant des blagues sexistes jusqu’à l’abus de pouvoir, et même aux menaces physiques… Les faits sont nombreux et connus de toutes et tous. Ils ont été maintes fois dénoncés (voir bibliographie). Mais dans nos laboratoires, si tout le monde connaît une victime, tout le monde partage aussi des cafés avec un·e offenseur·se.

Le reste de la lettre est à lire en suivant ce lien et il est possible de le signer via ce formulaire.

https://twitter.com/GDezecache/status/1631966009929154562

Campus Condorcet : retour sur une nuit en enfer, sur lundi.am

Campus Condorcet : 28 étudiants placés en garde à vue
pour avoir occupé un bâtiment

Récit d’une nuit en enfer

Extraits. Au bout de la ligne 12 du métro parisien se dresse l’hideux Campus Condorcet, construit en quelques mois seulement à la Plaine Saint-Denis. S’y déroulent depuis deux ans les séminaires d’une quinzaine d’universités d’Île-de-France, coincés entre les bureaux d’Orange, de Venteprivée.com, et les quartiers ouvriers d’Aubervilliers. Lundi 23 Janvier, afin de s’organiser pour la lutte contre la réforme des retraites, des étudiants ont décidé d’y occuper une salle. Rapidement, la police est intervenue sur le campus pour évacuer le bâtiment avant d’interpeler 28 élèves. L’une d’entre eux, nous a confié ce témoignage édifiant d’une nuit de garde à vue cauchemardesque. Il s’agit de garder des traces, non pas pour propager la peur du pouvoir mais afin de bien saisir et se souvenir du régime dans lequel nous vivons.

Écrire pour garder des traces, pour ne pas oublier, pour écrire nos histoires, celles des bifurcations, des brèches, celles des traumatismes qui nous forment et nous radicalisent, celles des souffrances qui nous font grandir, celles des oppressions, celle des enfants de traverse. Ce récit est celui de notre séjour en garde à vue le 23 janvier 2023 au soir pour avoir lancé l’occupation d’un bâtiment sur le Campus Condorcet.

Commissariat. Bâtiment froid dans lequel l’hiver s’engouffre. Le béton d’une dureté implacable endolorit mes os. Le bruit des portes de fer claque avec violence. Émission de sons abrupts et glacials qui impriment nos tympans d’une peur qui résonne encore en nous. Perte de la notion du temps, absence de fenêtres, plus accès à la moindre montre, le temps passe à reculons. Le monde extérieur semble loin face à cet isolement. Quand sortirons-nous ? Nos camarades nous soutiennent-ils ? L’avocate ne sera jamais venu nous voir. « Vous êtes tous seuls, même votre avocate s !en fout de vous ». Chez les flics, le mensonge est roi. Ils peuvent se le permettre. A défaut du droit, ils connaissent parfaitement leur impunité. Dans l’enceinte de ce blockhaus, ils se déchaînent et font régner leur propre loi fasciste. Comme déchus de notre citoyenneté, nous perdons tout droit. A mesure que nous sommes hors-la-loi, ils sont par-delà-la-loi, protégés par tout un système étatique qui a besoin d’eux. Société sécuritaire dont ils ne sont que l’allégorie, la caricature, le monstre créé par l’Etat lui-même. En réalité, notre avocate ne fut contactée qu’au beau milieu de la nuit. Appel masqué. Pas de numéro pour rappeler. Aucune information sur notre localisation.

On nous y avait amené debout, entassés dans une succincte camionnette de police. Ce rodéo était d’un rare déferlement de violence. Les coups de frein nous faisaient tomber les uns sur les autres et nous couvraient d’hématomes. Démonstration de force dans laquelle la domination s’exerce, s’exhibe et s’entretient. Cette manière de crier, de claquer les portes, d’humilier, de mentir, de conduire, de menacer de mort ou de viol, tout cela fait partie de ce comico du spectacle, de cette performance de la domination. Routinisation d’une violence presque normée, on aura échappé de peu à celle du petit Jésus consistant à menotter en croix le détenu aux grilles de sa cellule afin de le faire suffoquer. La violence de ce monde contre lequel nous tentons de créer d’autres cadres de vie est ici sous sa forme la plus visible et exacerbée. Hurlements d !une prise d !empreinte forcée, les cris retentissent dans nos oreilles mais nous ne savons pas d !où ils proviennent. On nous empêche de nous lever. Nos camarades pleurent, d !impuissance et de rage. Seize camarades sont entassés dans une cellule de quatre mètres carrés. Les policiers ferment la fenêtre d’aération. Ils suffoquent. Un camarade tabassé par un policier a une côte fêlée. Il a le visage blême. Ils l’appellent côtelette. Nous n’avons de cesse d’exiger un médecin mais il sera d’abord envoyé dans le « hammam », comme les policiers dénomment ironiquement la cellule où ils sont entassés.

Lire la suite sur lundi.am →

Monsieur le président, qu’entendez-vous par valeurs universitaires ?

Update. 17/2/2023

Brest, vendredi 10 février 2023. Pascal Olivard, président d’Université Bretagne Ouest,  a fait évacuer la faculté Segalen où les étudiant·es avaient commencé à organiser la mobilisation contre les retraites depuis deux jours. Outre les étudiant·es vent debout contre la décision, les enseignant·es-chercheur·es, à commencer par le directeur de l’UFR, ont sommé le président de s’expliquer. Avec l’accord de son auteurice, nous reproduisons, un texte en réponse au « préfet au petit pied » brestois.

  • par un·e enseignant·e-chercheur·se, Université Bretagne Occidentale

Monsieur le Président,

Votre sorte de “mea culpa/explication a posteriori/clarification” maintes fois ré-écrite (c’est le second mail que l’on reçoit sur cette sinistre décision) et retranscrite allègrement quasiment au mot près dans la presse locale (enfin, dans le Télégramme de Brest), avec photo, montre que vous avez retenu de votre activité d’enseignant que “répéter c’est essayer de faire comprendre”… N’avez-vous là pas perdu le savoir-faire ?

Continuer la lecture