Interpellations au campus Condorcet : un témoignage glaçant

Academia a recueilli le témoignage d’un·e étudiant·e interpelé·e lundi 23 janvier au Campus Condorcet et remis en liberté 22 heures plus tard, sans qu’il y a notification de poursuite. Iel nous a autorisé à le reproduire

Avertissement Ce témoignage comporte des descriptions des violences, des injures et d’actes de torture, occasionnés par des policiers. 


Continuer la lecture

« La protection fonctionnelle est un droit du fonctionnaire »

La protection fonctionnelle est un droit du ou de la fonctionnaire. Elle est rarement demandé et souvent refusée. Entretien avec Christine1 maîtresse de conférences à l’Université de Nice-Sophia-Antipolis sous la présidence de Frédérique Vidal. Elle nous rapporte son expérience au sujet des agissements hostiles dont elle a fait l’objet, du contentieux qu’elle a mis en œuvre et revient sur les résultats obtenus.

Academia. Vous avez souhaité nous faire part de votre expérience. Pourquoi ?

Il y a quelque temps déjà, j’ai déposé — en ma qualité de maîtresse de conférences — un recours de plein contentieux au Tribunal Administratif de Nice contre Mme Vidal quand celle-ci était présidente de l’université Nice-Sophia Antipolis. J’ai obtenu gain de cause : l’université a été reconnue coupable de deux fautes graves à mon endroit. L’université a également été condamnée à me dédommager du préjudice subi et obligée de m’accorder la protection fonctionnelle que Mme Vidal m’avait refusée.

Cette décision étant publique, je souhaitais la partager avec les lecteurs et lectrices d’Academia afin de les inciter à saisir la justice quand ils — ou elles — subissent des attaques au cours de leur activité.

Academia. Pouvez-vous nous expliquer en quelques mots ce qui vous a conduit à demander la protection fonctionnelle ?

Le directeur de l’institut où j’exerçais, en conflit avec la responsable du département universitaire où j’enseignais, m’avait accusée de diverses fautes imaginaires afin que je mette en cause cette dernière. Face à mon refus, il a bloqué mes budgets de recherche.

Théâtre du grand Château de Valrose, parc Valrose, Nice, 13 novembre 2019. Crédit : Faculté des sciences, Université Nice Sophia-Antipolis

La présidente de l’université a alors diligenté une enquête administrative qui a prouvé mon innocence.

Pour autant, rien n’a été fait pour rétablir publiquement la vérité.

J’ai porté alors plainte pour diffamation. Mme Vidal a accordé sa protection fonctionnelle au directeur de l’institut mais pas à moi.

Continuer la lecture

  1. prénom modifié []

Epreuve de force budgétaire entre le MESRI et l’Université Paul-Valéry, qui supprime ses capacités d’accueil pour 2024

Comme beaucoup d’universités, l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 est dans une situation budgétaire de plus en plus intenable. Pour l’année 2023, elle vient de voter un budget en déficit de 11,3 millions d’euros, tout en maintenant une campagne d’emploi ambitieuse. En effet, il s’agit d’une des universités les plus sous-dotées en terme d’encadrement. Les embauches prévues apparaissent donc comme un rattrapage urgent et nécessaire.

C’est dans ce contexte que le syndicat étudiant SCUM (Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier), nouvellement majoritaire au sein de la représentation étudiante de cette université, a fait voter le 10/01/2023 en CFVU (Commission Formation et Vie Universitaire) une mesure inédite : l’université Paul-Valéry refuse de voter les capacités d’accueil en Licence et Master tant que le MESRI n’aura pas alloué une dotation budgétaire à hauteur des besoins de l’établissement.


Victoire historique obtenue par le SCUM en France : l’Université Paul-Valéry vote la fin de la sélection

Ce mardi 10 janvier 2023 avait lieu le premier Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire (CEVU) de l’Université Paul-Valéry pour la nouvelle mandature 2023-2024. Depuis les dernières élections étudiantes de novembre, grâce au score de 56%, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) est majoritaire parmi la représentation étudiante au sein de cette instance, qui prend les décisions relatives à la scolarité, aux examens et à la sélection en Licence et en Master.

Aujourd’hui, nous avons obtenu une victoire historique. Au terme d’une séance du CEVU qui a duré plus de 4h, et avec 15 voix pour, 6 voix contre et 3 abstentions, la motion soumise au vote par les élues et élus du SCUM a été adoptée, elle supprime de fait toute forme de sélection à l’entrée en Licence et à l’entrée en Master pour la rentrée de septembre 2024 dans les termes suivants :

« Le Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire (CEVU) de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, réuni ce mardi 10 janvier 2023, décide de ne pas fixer de capacités d’accueil en Licence et Master pour l’année universitaire 2024-2025.

Aux côtés de l’ensemble des personnels, des enseignantes, des enseignants, des étudiantes et des étudiants, nous considérons que la pénurie budgétaire qui frappe l’ensemble des universités ne peut pas être combattue en acceptant de sélectionner les étudiantes et étudiants. Bien au contraire, elle ne peut se combattre qu’en réaffirmant le droit inaliénable à étudier pour toutes et tous.

Nous refusons aujourd’hui de voter des capacités d’accueil au sein de notre université tant que le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MESR) refusera d’attribuer à notre établissement une dotation budgétaire pérenne à la hauteur de nos besoins.

Nous appelons l’ensemble des universités, de leurs personnels et de leurs présidences à nous rejoindre dans cette démarche. »

Le vote de la motion du SCUM n’est pas symbolique, il engage l’université Paul-Valéry Montpellier 3 à ne pas définir de limites du nombre de places en Licence et Master pour l’année universitaire 2024-2025, et supprime donc, pour l’instant, la sélection sociale pour la rentrée 2024.

La sélection à l’université accroît les inégalités sociales et plonge directement les étudiantes et étudiants refusés de l’université dans une violente précarité, avec perte de bourses et de logement étudiant. Cette situation s’ajoute au fait de priver ces étudiantes et étudiants de la possibilité de préparer un diplôme, dans un contexte de précarisation accrue du marché du travail.
Le combat contre la sélection est l’un des principaux que le SCUM mène depuis des années. Chaque année, nous faisons inscrire des dizaines d’étudiantes et d’étudiants “sans-fac” suite à des mobilisations victorieuses. Pour cette année 2022-2023, notre lutte a permis d’en inscrire près de 84%, un chiffre qui est en constante augmentation d’année en année.

Si désormais à l’université Paul-Valéry la sélection est pour l’instant refusée, il ne s’agit que d’une bataille de remportée, mais la guerre n’est pas gagnée pour autant. Il est probable que le Ministère de l’Enseignement Supérieur tente de contraindre juridiquement l’université à violer ses propres décisions. C’est pour cela que notre motion votée aujourd’hui demande à toutes les universités de prendre une mesure similaire, afin de contraindre le gouvernement à financer les établissements à hauteur des besoins en termes de places et de postes.

Aujourd’hui, en faisant voter cette décision historique, nous sommes fiers d’avoir fait de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 un symbole d’espoir pour toutes les autres universités. Un symbole d’espoir pour tous les étudiants qui veulent pouvoir effectuer leurs études et les continuer, et un symbole de lutte contre le gouvernement au vu de la bataille contre Parcoursup Master qui s’annonce. Cette décision votée par les étudiants, personnels et enseignants de l’université Paul-Valéry signifie ici que la seule “université d’excellence” acceptable, est celle qui remplit la mission qu’elle prétend avoir : proposer une formation adaptée à toutes et tous afin de leur permettre de préparer leur avenir.

Le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier continuera à se battre pour le droit de chacun à un avenir sans tri social ni précarité.

Pour celà nous appelons les étudiantes et étudiants à rejoindre la mobilisation contre la mise en place d’une nouvelle plateforme nationale de candidature en Master lors d’un rassemblement jeudi 02 février devant le Rectorat de Montpellier (rue de l’Université, Tramway Louis Blanc).

Et parce que nos luttes ne s’arrêtent pas à la porte de l’université, nous appelons à participer au rassemblement contre la réforme des retraites ce jeudi 12 janvier à 18h devant la Préfecture de Montpellier.

Nous voulons vivre et ne plus survivre !

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

L’État affame-t-il les étudiant∙es ? Une enquête de Street Press

En passant

  • Vers la fin des restaurants universitaires ?, par Clara Monnoyeur, Street Press,6 octobre2022.
    Certains restaurants universitaires ont fermé, d’autres ont été remplacés par des cafet’ privées. Dans d’autres endroits, il n’y en a tout simplement jamais eu. Il y a aussi ceux qui augmentent leur prix. Les restos U vont-ils mourir ?

Lire sur Street Press

https://twitter.com/louisboyard/status/1578033617036451840

“Moins d’un mois après la rentrée, plus de 600 étudiant.e.s font déjà la queue à Rennes pour pouvoir se nourrir… @EmmanuelMacron, ces étudiant.e.s ont un message pour vous :” — Tweet de Louis Boyard, député, 6 octobre 2022

Continuer la lecture

Le président de l’Université de Paris-10 Nanterre alerte sur « une sous-dotation qui ne permet plus l’accomplissement dans des conditions acceptables de nos missions de service public »

Comme vous le savez l’établissement est engagé dans un travail de fond sur l’évaluation de ses besoins en termes de soutien de l’Etat, et alerte avec vigueur la tutelle, depuis plusieurs mois, sur la gravité de la situation. Celle-ci peut être décrite très simplement comme une sous-dotation qui ne permet plus l’accomplissement dans des conditions acceptables de nos missions de service public.

C’est sur cette base que nous avons obtenu, d’abord fin 2021 puis cet été, des soutiens en termes de moyens, au total 2,7 millions d’euros, dont 1,7 pérenne. Ce n’est nécessairement qu’une étape, et nous poursuivons ce travail, appuyé par un conseil sollicité au niveau de France Universités et en relation étroite avec le rectorat de région académique. Il s’agit de s’inscrire dans une démarche globale pluriannuelle et de spécifier exactement ce qui justifie nos besoins.

Continuer la lecture

Le vrai, le bien et le néant

Texte diffusé sur les listes INRIA, 22 septembre 2022

  • par Camille Noûs, pour un collectif de chercheurs et chercheuses
Quintessence du style spaghetti, le rapport1 rédigé par la mission sur « les conflits d’intérêt dans les processus de promotion et d’attribution des primes »2 à l’Inria nous fait profiter d’une vision « englobante » et d’une réflexion épistémologique profonde, bien utile en ces temps de grande confusion.
Le rapport témoigne du travail remarquable de ses trois auteurs, mais le temps qui leur était imparti ne leur a malheureusement pas permis de traiter le sujet dans toutes ses dimensions. En particulier, la question délicate de la candidature à une promotion de membres de la Direction Générale, en position hiérarchique par rapport à l’ensemble des membres d’Inria et de son instance d’évaluation, n’a pas été abordée. Mais peut-être cette omission n’est-elle due qu’à un louable souci d’impartialité, dans la mesure où l’un des membres de la mission a été lui-même une des très rares personnes promues au grade de directeur de recherche de classe exceptionnelle alors qu’il était en fonction à la direction de l’institut, situation apparemment considérée comme non conflictuelle par le Président Directeur Général d’Inria lorsqu’il a nommé la mission.
https://www.flickr.com/photos/73211309@N05/6622987847/in/photolist-b6fxxD-2mU7JCW-2w9e7a-TWuKvw-27DSFR9-2nmRKbJ-26Bw7VQ-GtVXvE-qL5gp2-5QXMct-q6wm8C-G8kKk4-9mRa9C-aiQQne-21YByYA-XNpfjx-85hoK4-RfSPT5-LD6N2d-2fYre-dActEg-5MwaNf-KSSMS-TvQgeY-HpjbJk-aE5vNo-6cVVdf-qa7vtx-Ufc4gY-SRbVed-24gBcEZ-z9imen-p8V5As-2hzrLz9-2jsXpvW-Lepo9E-pb4Ffg-YqA1Nq-UbmDoM-9Xonv7-r6aVqX-g1QsA3-xKTD9v-Ri5g5o-d4pojU-2jqnRej-2ep2jqV-QY7EAP-5zGRMk-4W1jtp

Crédit: Void Blatherer, 2011

Heureusement, par delà cette lacune bénigne, le rapport formule quelques propositions audacieuses et créatives. Leur profondeur ne permet naturellement pas d’en faire l’exégèse en quelques lignes. Nous n’en analysons donc que quelques unes dans ce document, celles qui nous semblent les plus disruptives et ayant le plus fort potentiel d’impact, à l’avant-garde dans un institut plateforme.
Nous recommandons une procédure d’auto-appréciation par chaque évaluateur (rapporteur ou non) relative aux principes généraux d’impartialité, de neutralité, d’absence de biais de toutes sortes et de conflit avec chacun des candidats à évaluer. Cette auto-appréciation pourrait donner lieu à une déclaration sur l’honneur signée, affirmant l’absence de risque d’impartialité ou listant les risques potentiels existants pour tel ou tel dossier (signature numérique par exemple lors de l’accès aux dossiers). —Rapport pour le respect de l’impartialité dans les procédures d’évaluation, 3.1,1, Procédures pour limiter le défaut d’impartialité,  p. 4
Cette première recommandation, que les membres de la mission se sont probablement appliqués à eux-mêmes par souci d’exemplarité, est particulièrement novatrice. Comme chacun et chacune d’entre nous a des biais, souvent inconscients, déclarer être complètement neutre vis-à-vis des candidatures à évaluer devrait être impossible en toute honnêteté. Chaque membre de jury a par exemple des biais disciplinaires (positifs ou négatifs) résultant de son parcours scientifique personnel, et il est communément admis que c’est la dimension collective d’un jury qui permet de les atténuer. Exiger une déclaration sur l’honneur de l’absence de biais pourrait néanmoins permettre à Inria de privilégier les évaluateurs ayant moins d’honneur que de biais.

Continuer la lecture

  1. « Le rapport sur le respect de l’impartialité dans les processus d’évaluation est en ligne », 22 juillet 2022. []
  2. « Création d’une mission sur les conflits d’intérêt dans les processus de promotion et d’attribution des primes », 26 janvier 2022. []

Faculté de droit en burn out

  • par un collectif d’enseignants-chercheurs et d’enseignantes-chercheuses de l’Université de Nantes.

Publié initialement dans Le Monde sous le titre « Pour la faculté de droit et sciences politiques de Nantes, le burn-out, c’est aujourd’hui », 16/9/2022

Les mots « crise » et « université » forment un couple soudé depuis des décennies, dont l’alliage n’a pu être entamé par les innombrables tribunes publiées par une communauté forte en plume. Cependant, aussi endurante soit-elle, l’université – comme notamment l’hôpital et la justice – n’en est pas moins soumise au risque de burn-out dont on ne sait jamais vraiment quand et comment il se produira. Pour la faculté de droit et sciences politiques de Nantes (Loire-Atlantique), c’est aujourd’hui.

La rupture s’est matérialisée par une alerte pour danger grave et imminent concernant la santé du personnel, adressée le 3 décembre 2021 au comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) de Nantes-Université. Le dangereux épuisement des personnels de la faculté a été mis au jour dans un rapport qui a permis d’identifier les causes et conséquences d’un modèle de service public universitaire « low cost », maltraitant pour ses usagers et ses agents, tant enseignants-chercheurs que personnels administratifs et techniques.

Cette souffrance au travail prend sa source dans un sous-encadrement criant et aggravé ces dernières années par une raréfaction continue des moyens, malgré l’assignation de missions toujours plus chronophages. Alors que le taux d’encadrement pour 100 étudiants (comprenant enseignants-chercheurs et agents administratifs et techniques titulaires) est évalué en 2021 à 8,2 pour l’ensemble des universités françaises et à 6 pour les universités de droit-économie-gestion, ce qui est déjà notoirement insuffisant, il s’établit pour la faculté de droit de Nantes à 3,2.

https://www.flickr.com/photos/8259447@N06/17917854356/in/photolist-tikFRo-soDTNu-gV8cNn-dqA2hZ-9D2Htm-dqAdp5-dqA8KS-9CYMk6-dqA8ut-dqAepd-26Cwrhq-9D2GKU-ac6Pyn-ieFmEm-9D2Gyj-9D2Hqj-eUKzrN-9D2GjS-9CYLHt-eUKA3j-eUyjNP-eUKzkQ-eUymwK-eUKJjG-eUyj7R-eUKE1E-eUKAGs-eUKDM1-eUyfiz-eUKzDL-eUyn7P-eUKF6C-eUykHZ-eUKCN9-eUKDB1-eUKDsu-eUynog-eUKFho-eUKEpJ-eUymdM-eUKJ5f-eUygaa-eUKBaq-eUyeZH-eUKCh5-eUyouV-eUKFEL-eUKEEy-eUKDhG-eUyko6

Cimetiere de bateaux, Lorient. Crédit: Herman Pijpers, 2015

Continuer la lecture

Contrat LRU 192h : retour d’expérience (2021-222)

  • par LL, docteure en langues et littératures anciennes

Titulaire d’un doctorat depuis 2017, j’ai réalisé plusieurs contrats de recherche après le doctorat. Mon post-doctorat à l’université de Lyon 3 s’est terminé le 28 février 2021. Je me suis donc retrouvée au chômage. J’avais une vacation à l’université de Dijon pour le S2, qui s’est terminé le 30 avril 2021, vacation qui a été déduite de mon chômage.

À la recherche de solutions, j’ai contacté les responsables des licences Lettres classiques, Histoire dans la plupart des universités françaises de métropole de Corse, et même d’outre-mer car il n’était pas certain que la rentrée universitaire aurait lieu en présentiel. Beaucoup d’universités m’indiquaient pouvoir proposer des vacations, à condition que je trouve un emploi principal de 900 heures sur l’année. Ayant travaillé dans un magasin Spar durant 6 ans (durant ma thèse et l’année suivante) à raisons de 15 heures semaines, j’ai essayé, en vain, de trouver un mi-temps me permettant d’accepter les vacations. Hélas, le Covid est passé par là et on me propose de l’intérim ou des CDD inférieur à 900h… Deux universités seulement m’indiquent pouvoir recruter pour une vacation durant l’année de chômage. J’ai accepté une vacation d’une vingtaine d’heures à l’université de Lyon 2 sur le S1 et une vacation de 36 heures à l’université catholique de Nantes pour le S1 et un nombre d’heures non défini, mais plus important pour le S2.

Les universités proposent peu de contrats d’enseignement et/ou de recherche, veulent recruter des vacataires, mais les vacataires1 doivent avoir un emploi principal. Une de mes collègues, docteure et bien courageuse, a accepté un CDI à temps partiel dans une enseigne du groupe Inditex afin de pouvoir assuré des vacations dans deux universités différentes, ce qui implique des déplacements, à sa charge, car les universités publiques ne sont pas tenuesde participer aux frais de transports des vacataires. Pour 2021-2022, j’ai redoublé d efforts pour trouver un emploi principal dans l’ESR.

https://www.flickr.com/photos/llansades/32094744361/in/photolist-QU6Xkp-QRcYAB-dpEAMM-BnxQy-R2cDoU-R2aWKw-R5ySJv-QU4VWX-dpEMsU-BnorS-R5BW4a-R5z7xT-PQYn4a-iGRF3u-EmfAJq-iGQJ2g-218LvRe-R2E8zR-RcfVfM-2z2s35-2yX4m2-2zN4HS-QU5M1D-2z2p8C-2z2oJf-PN6dSp-PN65fK-PN5ytF-QYkDNd-R2Ge16-QRtAKS-QRdDqv-R5yGjn-2zN4M7-2z2LCG-dpECJ2-2zN4EY-iQavd-dpEC38-PXE4gv-dpEN31-R2dNz7-2jtxo1-2zN5d7-2zN4Rq-dpEAAP-dpEAae-dpECqZ-2zN4XU-2zN52d

URBEX 2016. Faculté de Géographie, Université de Grenoble. Crédit: Thierry Llansades, 2016

Continuer la lecture

  1. NDLR: Qui ne sont pas doctorant·es.Texte de référence : décret de 1987, modifié en 2015. []

Invitations aux séminaires de recherche : un impensé économique ?

Qui n’a pas eu l’occasion comme invité ou invitant de nier la réalité économique d’une invitation à un séminaire de recherche sans aucun support budgétaire ? Celle-ci est d’autant plus incongrue pour les non-titulaires, qui doivent subir une forme de chantage des titulaires.

C’est ce que rapporte Haude Rivoal, autrice de La fabrique des masculinités au travail, Paris, La Dispute, coll. « Le genre du monde », 2021, à l’occasion d’un commentaire à une réponse faite à sa demande de rémunération.

Galaxie ou l’enfer des COS, par Florence

Où est le mot « guerre »? demande Nicolas à la CPU

Tweet de Nicolas Beaupré, historien, 26.02.2022.