Sur France Culture. Comment l’université broie les jeunes chercheurs, par Adèle B. Combes

Elle a enquêté sur les conditions de travail des jeunes chercheurs en France : Adèle B. Combes, docteure en neurobiologie et initiatrice du projet “Vies de thèse”, auteure de “Comment l’Université broie les jeunes chercheurs” (Ed Autrement, 2022), est invitée de la Grande table, sur France culture.→  Écoutez l’émission !

Les étudiant·es aux Restos du coeur, par Brut

En passant

 

Bandeau. Resto du Cœur à Saint-Gilles. Crédit: Elio du Rupo, 23.12.2013

 

Par un froid glacial…

“Ce soir, en France, sous ce froid glacial, une énième distribution alimentaire, avec une énième file d’attente [interminable] d’étudiant·e·s qui crèvent la dalle.
Où sont les 100€ promis par Macron aux étudiant·e·s ?
Que fait le gouvernement pour répondre à cette crise sociale ?”, Majdi Chaarana, 9 décembre 2021

Appel du 18 juin, par la CP-CNU réunie en Assemblée générale

Le vendredi 18 juin 2021, la CP-CNU, réunie en assemblée nationale, a voté les deux textes suivants : un appel voté à l’unanimité et une motion1.

#ResistESR

Continuer la lecture

  1. Votée à l’unanimité, 1 contre et 7 abstentions. []

L’Université de Montpellier transformée en EPE (établissement public expérimental) : le point de vue des élus étudiants.

L’Université de Montpellier va connaître une importante évolution statutaire en 2022. En tant que deuxième organisation étudiante, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) a rencontré le président de l’UM afin de défendre les intérêts étudiants en matière de montant des frais d’inscriptions, d’exonérations des frais d’inscription, de pédagogie, des conditions d’examens et au niveau de la gouvernance (arrivée de la Banque Populaire dans la direction de l’université).

Retrouvez-ici leur compte-rendu et leur analyse : Continuer la lecture

Du sursis et interdiction d’exercer pendant 5 ans requis contre l’ex-doyen de Montpellier

En passant

Des peines de prison ferme requises contre les membres du commando de la fac de Droit

Le procès dans l’affaire du commando armé de la fac de droit de Montpellier a débuté ce jeudi 20 mai. Sept prévenus, dont l’ancien doyen Philippe Pétel, sont jugés pendant deux jours devant le tribunal correctionnel, poursuivis pour violences en réunion et deux pour complicité. Des peines de prison ferme ont été requises contre les membres du commando de la fac de Droit par Fabrice Bélargent, procureur de la République ce vendredi en milieu de journée.

Un an de prison dont quatre mois fermes ont été requis contre Mathieu Rolouis, Thierry Vincent, et Thierry Puech. Le procureur a demandé un an de prison ferme contre Martial Roudier et un an avec sursis pour Patricia Margand. Dix-huit mois de prison avec sursis et une interdiction pendant 5 ans d’exercer un emploi public ont été demandés contre l’ex-doyen Philippe Pétel, qui a reconnu ce jeudi avoir donné son aval à l’évacuation des occupants de la fac. Pour le professeur de droit Jean-Luc Coronel de Boissezon, 10 mois ferme et cinq ans d’interdiction d’exercer toute fonction publique.

L’affaire est mise en délibéré.

Continuer la lecture

“Aux étudiant-es qui passeraient par là…” Droit et féminisme vous dit “bravo !”

L’ancienne étudiante derrière le compte @1repas1euro explique ce que la dénutrition induit

Continuer la lecture

Décision du ministère de l’Enseignement Supérieur de transférer les certifications en anglais aux universités et IUT : réaction de l’Association des professeurs de langues vivantes (APL) , 11 mai 2021

  • communiqué paru sur le site du APLV, 11 mai 2020

Le MESRI (ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation) vient d’informer les présidents d’université et directeurs d’IUT (voir pièce jointe) de la dénonciation du contrat que l’Etat a passé avec l’entreprise PeopleCert pour certifier le niveau en langue anglaise des étudiants.

L’APLV, comme de très nombreuses associations de linguistes et syndicats d’enseignants, a dénoncé dans un premier temps la décision du gouvernement d’imposer de telles certifications, puis la passation du marché avec PeopleCert, une entreprise peu connue et à l’éthique douteuse, d’après les enquêtes de différents journaux.

Continuer la lecture

Rapport sur le recrutement d’EC : entretien avec Syvie Bauer

  • AEF, 27 avril 2021. Extraits de l’entretien avec Sylvie Bauer, présidente de la CP-CNU

“Quelle est la finalité de ce rapport ? Si c’est ouvrir des discussions, je m’en réjouis”, réagit Sylvie Bauer, présidente de la CP-CNU, après la publication du rapport Blaise-Gilli-Desbiolles sur le recrutement des enseignants-chercheurs. “On souhaite qu’il soit un outil de travail préliminaire à de vraies discussions et concertations, et que les choses ne soient pa

“Pas de grande surprise : le fil rouge du rapport est davantage de renforcer l’autonomie des universités et le pouvoir local que la confiance – puisque les auteurs parlent de culture de la défiance”, estime Sylvie Bauer, présidente de la CP-CNU interrogée par AEF info sur les préconisations du rapport sur le recrutement des enseignants-chercheurs réalisé par Fabienne Blaise, Pierre Desbiolles et Patrick Gilli. “Les présidents d’université ont déjà la maîtrise du recrutement, mais ils sont désormais voués à devenir des chefs d’entreprise.”

Continuer la lecture

Revue Tracés: “Documenter l’université qui lutte”

Numéro spécial de la revue Tracés. Revue de Sciences humaines (2020 | 2), dédié aux luttes universitaires.

2020 a été une année particulière à bien des égards : le Covid-19, mais aussi la forte mobilisation contre la loi de programmation de la recherche en France, y compris au sein des revues de sciences humaines et sociales qui ont été nombreuses à se positionner en lutte. Tracés, comme d’autres revues, s’est déclarée en grève puis a repris ses activités au cours d’un printemps pas comme les autres… C’est dans ces conditions qu’est adoptée l’idée de chambouler notre calendrier, de changer la thématique prévue pour ce numéro.

Il nous importait de faire un numéro mobilisé qui rende compte de ce qui s’est joué au cours de cette année inhabituelle. Et puisqu’il n’était pas possible dans cette temporalité de fabriquer des articles comme nous le faisions habituellement, l’enjeu est devenu précisément de penser et de faire un pas de côté par rapport à nos manières de faire, et par rapport aux contenus mêmes qui sont les nôtres.

Documenter, c’est faire ce pas de côté aussi comme manière de refuser une course à l’excellence qui nous demande de produire plus et plus vite, et dans un système d’évaluation toujours plus global et complexe. Plus qu’une autocritique, ce numéro suggère de se repositionner au sein d’un processus temporel scientifique dans une nécessaire et salutaire lenteur, et donc de prêter plus d’attention à la matière des sciences humaines et sociales, ainsi qu’à la fabrique de ses écritures.

Le numéro est consultable en ligne en cliquant ici.

L’amour de la recherche : à quel prix?

En queue de peloton pour les vaccins, la recherche en France pâtit aussi d’une ambiance malsaine. Certes, nombre de collègues se dévouent à leur métier sans compter leurs heures ni leurs efforts. Mais cet engagement vertueux dissimule un cercle vicieux: l’inégalité de traitement ne fait que s’accroître entre titulaires et précaires, de plus en plus contraints au travail gratuit.

Manifestation du 17 septembre 2020. Crédit: Gilles Martinet

Quantitativement, le fossé se creuse : le nombre de postes diminue tandis que le nombre de candidat∙es s’accroît. En 2017, on comptait 110 000 enseignant∙es vacataires, contre 130000 aujourd’hui, qui assurent à eux seuls 40% des enseignements à l’université. En vingt ans, la diminution du nombre de postes de MCF mis au concours a été drastique (-65 %): nous sommes passés de 3000 par an à la fin des années 1990, à 1200 ces dernières années. Parallèlement, le nombre d’étudiant∙es dans les universités a augmenté de 15%.

Qualitativement, les relations se détériorent, la dissymétrie augmente car, pour compenser le manque de postes, le travail dissimulé s’accroît. On recourt aux services de moins en moins rémunérés et même gratuits de doctorant∙es ou docteur∙es sans poste pour boucher les trous, surveiller et corriger des examens, organiser des colloques, gérer des revues, animer la vie de leur laboratoire. Les situations et le degré de rémunération sont variés, mais il s’agit souvent pour un∙e non-titulaire d’accepter toutes sortes de vacations sous-payées (sous le SMIC horaire) pour éponger les déficits structurels.

Certain∙es s’épuisent à joindre les deux bouts et il leur faut encore “produire” des publications pour rester dans la course. Juridiquement, le non-titulaire peut se retrouver ainsi tour à tour bénévole, contractuel (à formes multiples), voire auto-entrepreneur, avec zéro cotisation sociale.

Mais le long terme aussi a changé: traditionnellement, le non-titulaire pouvait espérer une compensation plus tard, en devenant titulaire à son tour, le mérite aidant. Mais le processus est de plus en plus sélectif, l’avenir de plus en plus bouché. La structure institutionnelle, l’autonomie des universités, permet aux autorités locales de varier dans les justifications à apporter aux étudiant∙es. La structure sociale s’en mêle aussi, pour aider les un∙es à tenir, qui trouvent le temps de franchir les obstacles, et pousser les autres à abandonner, rattrapé∙es par les contingences matérielles. L’aspect psychologique n’est pas négligeable: une sorte d’emprise perverse se développe sur le précaire, incité à rester pour maintenir un système déficient. Que deviendraient en effet les alpinistes sans les sherpas?

Continuer la lecture

Ce que Université veut dire