Enquête sur le harcèlement dans le milieu académique

Aujourd’hui, France Info fait écho à une enquête de la Fondation L’Oréal dont les résultats seront révélés dans la soirée. On apprend déjà que parmi les 5 200 scientifiques femmes interrogées, dans le monde entier, 49% disent avoir subi une forme de harcèlement sexuel sur leur lieu de travail, la moitié au cours des cinq dernières années.

Une étude de la Fondation L’Oréal publiée jeudi 16 mars 2023 révèle qu’une femme scientifique sur deux a été confrontée à une situation de harcèlement sexuel. (EMMANUEL DUNAND / AFP)

En lisant cet article, on découvre un texte qui avait échappé à la rédaction d’Academia. Cette lettre ouverte, intitulée « Des silences qui nous écœurent »  et déjà signée par plus de 250 universitaires français‧es dénonce l’omerta de notre milieu concernant le harcèlement et les violences sexuelles et sexistes.

Cette lettre ne s’adresse pas directement aux offenseur·ses et agresseur·ses mais à l’ensemble de notre communauté qui, par son silence, leur permet de continuer à agir en toute impunité au sein de nos universités et de nos instituts de recherche.

 

Burn-out, sortie en pleurs d’une réunion, harcèlement moral entre collègues, allant des blagues sexistes jusqu’à l’abus de pouvoir, et même aux menaces physiques… Les faits sont nombreux et connus de toutes et tous. Ils ont été maintes fois dénoncés (voir bibliographie). Mais dans nos laboratoires, si tout le monde connaît une victime, tout le monde partage aussi des cafés avec un·e offenseur·se.

Le reste de la lettre est à lire en suivant ce lien et il est possible de le signer via ce formulaire.

Campus Condorcet : retour sur une nuit en enfer, sur lundi.am

Campus Condorcet : 28 étudiants placés en garde à vue
pour avoir occupé un bâtiment

Récit d’une nuit en enfer

Extraits. Au bout de la ligne 12 du métro parisien se dresse l’hideux Campus Condorcet, construit en quelques mois seulement à la Plaine Saint-Denis. S’y déroulent depuis deux ans les séminaires d’une quinzaine d’universités d’Île-de-France, coincés entre les bureaux d’Orange, de Venteprivée.com, et les quartiers ouvriers d’Aubervilliers. Lundi 23 Janvier, afin de s’organiser pour la lutte contre la réforme des retraites, des étudiants ont décidé d’y occuper une salle. Rapidement, la police est intervenue sur le campus pour évacuer le bâtiment avant d’interpeler 28 élèves. L’une d’entre eux, nous a confié ce témoignage édifiant d’une nuit de garde à vue cauchemardesque. Il s’agit de garder des traces, non pas pour propager la peur du pouvoir mais afin de bien saisir et se souvenir du régime dans lequel nous vivons.

Écrire pour garder des traces, pour ne pas oublier, pour écrire nos histoires, celles des bifurcations, des brèches, celles des traumatismes qui nous forment et nous radicalisent, celles des souffrances qui nous font grandir, celles des oppressions, celle des enfants de traverse. Ce récit est celui de notre séjour en garde à vue le 23 janvier 2023 au soir pour avoir lancé l’occupation d’un bâtiment sur le Campus Condorcet.

Commissariat. Bâtiment froid dans lequel l’hiver s’engouffre. Le béton d’une dureté implacable endolorit mes os. Le bruit des portes de fer claque avec violence. Émission de sons abrupts et glacials qui impriment nos tympans d’une peur qui résonne encore en nous. Perte de la notion du temps, absence de fenêtres, plus accès à la moindre montre, le temps passe à reculons. Le monde extérieur semble loin face à cet isolement. Quand sortirons-nous ? Nos camarades nous soutiennent-ils ? L’avocate ne sera jamais venu nous voir. « Vous êtes tous seuls, même votre avocate s !en fout de vous ». Chez les flics, le mensonge est roi. Ils peuvent se le permettre. A défaut du droit, ils connaissent parfaitement leur impunité. Dans l’enceinte de ce blockhaus, ils se déchaînent et font régner leur propre loi fasciste. Comme déchus de notre citoyenneté, nous perdons tout droit. A mesure que nous sommes hors-la-loi, ils sont par-delà-la-loi, protégés par tout un système étatique qui a besoin d’eux. Société sécuritaire dont ils ne sont que l’allégorie, la caricature, le monstre créé par l’Etat lui-même. En réalité, notre avocate ne fut contactée qu’au beau milieu de la nuit. Appel masqué. Pas de numéro pour rappeler. Aucune information sur notre localisation.

On nous y avait amené debout, entassés dans une succincte camionnette de police. Ce rodéo était d’un rare déferlement de violence. Les coups de frein nous faisaient tomber les uns sur les autres et nous couvraient d’hématomes. Démonstration de force dans laquelle la domination s’exerce, s’exhibe et s’entretient. Cette manière de crier, de claquer les portes, d’humilier, de mentir, de conduire, de menacer de mort ou de viol, tout cela fait partie de ce comico du spectacle, de cette performance de la domination. Routinisation d’une violence presque normée, on aura échappé de peu à celle du petit Jésus consistant à menotter en croix le détenu aux grilles de sa cellule afin de le faire suffoquer. La violence de ce monde contre lequel nous tentons de créer d’autres cadres de vie est ici sous sa forme la plus visible et exacerbée. Hurlements d !une prise d !empreinte forcée, les cris retentissent dans nos oreilles mais nous ne savons pas d !où ils proviennent. On nous empêche de nous lever. Nos camarades pleurent, d !impuissance et de rage. Seize camarades sont entassés dans une cellule de quatre mètres carrés. Les policiers ferment la fenêtre d’aération. Ils suffoquent. Un camarade tabassé par un policier a une côte fêlée. Il a le visage blême. Ils l’appellent côtelette. Nous n’avons de cesse d’exiger un médecin mais il sera d’abord envoyé dans le « hammam », comme les policiers dénomment ironiquement la cellule où ils sont entassés.

Lire la suite sur lundi.am →

Monsieur le président, qu’entendez-vous par valeurs universitaires ?

Update. 17/2/2023

Brest, vendredi 10 février 2023. Pascal Olivard, président d’Université Bretagne Ouest,  a fait évacuer la faculté Segalen où les étudiant·es avaient commencé à organiser la mobilisation contre les retraites depuis deux jours. Outre les étudiant·es vent debout contre la décision, les enseignant·es-chercheur·es, à commencer par le directeur de l’UFR, ont sommé le président de s’expliquer. Avec l’accord de son auteurice, nous reproduisons, un texte en réponse au « préfet au petit pied » brestois.

  • par un·e enseignant·e-chercheur·se, Université Bretagne Occidentale

Monsieur le Président,

Votre sorte de “mea culpa/explication a posteriori/clarification” maintes fois ré-écrite (c’est le second mail que l’on reçoit sur cette sinistre décision) et retranscrite allègrement quasiment au mot près dans la presse locale (enfin, dans le Télégramme de Brest), avec photo, montre que vous avez retenu de votre activité d’enseignant que “répéter c’est essayer de faire comprendre”… N’avez-vous là pas perdu le savoir-faire ?

Continuer la lecture

Interpellations au campus Condorcet : un témoignage glaçant

Academia a recueilli le témoignage d’un·e étudiant·e interpelé·e lundi 23 janvier au Campus Condorcet et remis en liberté 22 heures plus tard, sans qu’il y a notification de poursuite. Iel nous a autorisé à le reproduire

Avertissement Ce témoignage comporte des descriptions des violences, des injures et d’actes de torture, occasionnés par des policiers. 


Continuer la lecture

« La protection fonctionnelle est un droit du fonctionnaire »

La protection fonctionnelle est un droit du ou de la fonctionnaire. Elle est rarement demandé et souvent refusée. Entretien avec Christine1 maîtresse de conférences à l’Université de Nice-Sophia-Antipolis sous la présidence de Frédérique Vidal. Elle nous rapporte son expérience au sujet des agissements hostiles dont elle a fait l’objet, du contentieux qu’elle a mis en œuvre et revient sur les résultats obtenus.

Academia. Vous avez souhaité nous faire part de votre expérience. Pourquoi ?

Il y a quelque temps déjà, j’ai déposé — en ma qualité de maîtresse de conférences — un recours de plein contentieux au Tribunal Administratif de Nice contre Mme Vidal quand celle-ci était présidente de l’université Nice-Sophia Antipolis. J’ai obtenu gain de cause : l’université a été reconnue coupable de deux fautes graves à mon endroit. L’université a également été condamnée à me dédommager du préjudice subi et obligée de m’accorder la protection fonctionnelle que Mme Vidal m’avait refusée.

Cette décision étant publique, je souhaitais la partager avec les lecteurs et lectrices d’Academia afin de les inciter à saisir la justice quand ils — ou elles — subissent des attaques au cours de leur activité.

Academia. Pouvez-vous nous expliquer en quelques mots ce qui vous a conduit à demander la protection fonctionnelle ?

Le directeur de l’institut où j’exerçais, en conflit avec la responsable du département universitaire où j’enseignais, m’avait accusée de diverses fautes imaginaires afin que je mette en cause cette dernière. Face à mon refus, il a bloqué mes budgets de recherche.

Théâtre du grand Château de Valrose, parc Valrose, Nice, 13 novembre 2019. Crédit : Faculté des sciences, Université Nice Sophia-Antipolis

La présidente de l’université a alors diligenté une enquête administrative qui a prouvé mon innocence.

Pour autant, rien n’a été fait pour rétablir publiquement la vérité.

J’ai porté alors plainte pour diffamation. Mme Vidal a accordé sa protection fonctionnelle au directeur de l’institut mais pas à moi.

Continuer la lecture

  1. prénom modifié []

L’État affame-t-il les étudiant∙es ? Une enquête de Street Press

En passant

  • Vers la fin des restaurants universitaires ?, par Clara Monnoyeur, Street Press,6 octobre2022.
    Certains restaurants universitaires ont fermé, d’autres ont été remplacés par des cafet’ privées. Dans d’autres endroits, il n’y en a tout simplement jamais eu. Il y a aussi ceux qui augmentent leur prix. Les restos U vont-ils mourir ?

Lire sur Street Press

https://twitter.com/louisboyard/status/1578033617036451840

“Moins d’un mois après la rentrée, plus de 600 étudiant.e.s font déjà la queue à Rennes pour pouvoir se nourrir… @EmmanuelMacron, ces étudiant.e.s ont un message pour vous :” — Tweet de Louis Boyard, député, 6 octobre 2022

Continuer la lecture

Le président de l’Université de Paris-10 Nanterre alerte sur « une sous-dotation qui ne permet plus l’accomplissement dans des conditions acceptables de nos missions de service public »

Comme vous le savez l’établissement est engagé dans un travail de fond sur l’évaluation de ses besoins en termes de soutien de l’Etat, et alerte avec vigueur la tutelle, depuis plusieurs mois, sur la gravité de la situation. Celle-ci peut être décrite très simplement comme une sous-dotation qui ne permet plus l’accomplissement dans des conditions acceptables de nos missions de service public.

C’est sur cette base que nous avons obtenu, d’abord fin 2021 puis cet été, des soutiens en termes de moyens, au total 2,7 millions d’euros, dont 1,7 pérenne. Ce n’est nécessairement qu’une étape, et nous poursuivons ce travail, appuyé par un conseil sollicité au niveau de France Universités et en relation étroite avec le rectorat de région académique. Il s’agit de s’inscrire dans une démarche globale pluriannuelle et de spécifier exactement ce qui justifie nos besoins.

Continuer la lecture

Le vrai, le bien et le néant

Texte diffusé sur les listes INRIA, 22 septembre 2022

  • par Camille Noûs, pour un collectif de chercheurs et chercheuses
Quintessence du style spaghetti, le rapport1 rédigé par la mission sur « les conflits d’intérêt dans les processus de promotion et d’attribution des primes »2 à l’Inria nous fait profiter d’une vision « englobante » et d’une réflexion épistémologique profonde, bien utile en ces temps de grande confusion.
Le rapport témoigne du travail remarquable de ses trois auteurs, mais le temps qui leur était imparti ne leur a malheureusement pas permis de traiter le sujet dans toutes ses dimensions. En particulier, la question délicate de la candidature à une promotion de membres de la Direction Générale, en position hiérarchique par rapport à l’ensemble des membres d’Inria et de son instance d’évaluation, n’a pas été abordée. Mais peut-être cette omission n’est-elle due qu’à un louable souci d’impartialité, dans la mesure où l’un des membres de la mission a été lui-même une des très rares personnes promues au grade de directeur de recherche de classe exceptionnelle alors qu’il était en fonction à la direction de l’institut, situation apparemment considérée comme non conflictuelle par le Président Directeur Général d’Inria lorsqu’il a nommé la mission.
https://www.flickr.com/photos/73211309@N05/6622987847/in/photolist-b6fxxD-2mU7JCW-2w9e7a-TWuKvw-27DSFR9-2nmRKbJ-26Bw7VQ-GtVXvE-qL5gp2-5QXMct-q6wm8C-G8kKk4-9mRa9C-aiQQne-21YByYA-XNpfjx-85hoK4-RfSPT5-LD6N2d-2fYre-dActEg-5MwaNf-KSSMS-TvQgeY-HpjbJk-aE5vNo-6cVVdf-qa7vtx-Ufc4gY-SRbVed-24gBcEZ-z9imen-p8V5As-2hzrLz9-2jsXpvW-Lepo9E-pb4Ffg-YqA1Nq-UbmDoM-9Xonv7-r6aVqX-g1QsA3-xKTD9v-Ri5g5o-d4pojU-2jqnRej-2ep2jqV-QY7EAP-5zGRMk-4W1jtp

Crédit: Void Blatherer, 2011

Heureusement, par delà cette lacune bénigne, le rapport formule quelques propositions audacieuses et créatives. Leur profondeur ne permet naturellement pas d’en faire l’exégèse en quelques lignes. Nous n’en analysons donc que quelques unes dans ce document, celles qui nous semblent les plus disruptives et ayant le plus fort potentiel d’impact, à l’avant-garde dans un institut plateforme.
Nous recommandons une procédure d’auto-appréciation par chaque évaluateur (rapporteur ou non) relative aux principes généraux d’impartialité, de neutralité, d’absence de biais de toutes sortes et de conflit avec chacun des candidats à évaluer. Cette auto-appréciation pourrait donner lieu à une déclaration sur l’honneur signée, affirmant l’absence de risque d’impartialité ou listant les risques potentiels existants pour tel ou tel dossier (signature numérique par exemple lors de l’accès aux dossiers). —Rapport pour le respect de l’impartialité dans les procédures d’évaluation, 3.1,1, Procédures pour limiter le défaut d’impartialité,  p. 4
Cette première recommandation, que les membres de la mission se sont probablement appliqués à eux-mêmes par souci d’exemplarité, est particulièrement novatrice. Comme chacun et chacune d’entre nous a des biais, souvent inconscients, déclarer être complètement neutre vis-à-vis des candidatures à évaluer devrait être impossible en toute honnêteté. Chaque membre de jury a par exemple des biais disciplinaires (positifs ou négatifs) résultant de son parcours scientifique personnel, et il est communément admis que c’est la dimension collective d’un jury qui permet de les atténuer. Exiger une déclaration sur l’honneur de l’absence de biais pourrait néanmoins permettre à Inria de privilégier les évaluateurs ayant moins d’honneur que de biais.

Continuer la lecture

  1. « Le rapport sur le respect de l’impartialité dans les processus d’évaluation est en ligne », 22 juillet 2022. []
  2. « Création d’une mission sur les conflits d’intérêt dans les processus de promotion et d’attribution des primes », 26 janvier 2022. []

Ni chauffage, ni postes, ni financements supplémentaires. De l’abandon des universités par le gouvernement à la rentrée 2022 : une revue de presse

  • Sylvie Retailleau, ministre de l’enseignement supérieur : « Nous devons reconnaître le droit de se tromper et de se réorienter après une année d’études », par David Larousserie et Soazig Le Nevé, Le Monde, 15 septembre 2022

Extraits. Le système tient grâce aux contractuels qui assument parfois jusqu’à la moitié des enseignements en première année de licence. Peut-on continuer ainsi ?

Il faut d’abord remettre l’étudiant au centre et se demander s’il dispose vraiment des enseignements dont il a besoin en entrant en premier cycle, en matière de transition écologique par exemple. Faut-il consacrer d’abord des moyens au recrutement d’enseignants-chercheurs ou bien peut-être plutôt de directeurs des études, d’ingénieurs pédagogiques, qui sont autant de fonctions support qui soulagent les enseignants ?

Lors de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron a souhaité que la loi pour la recherche (LPR) aille « plus vite et plus fort ». Une nouvelle trajectoire budgétaire n’est-elle pas prévue, ne serait-ce que pour couvrir l’effet de l’inflation ?

Il faut d’abord faire un bilan, comme le prévoit la loi. Nous réunirons avant Noël le comité de suivi de la LPR pour pouvoir faire ce bilan au printemps 2023. A partir de là, si nous pouvons accélérer, nous mettrons l’accent en priorité sur les mesures concernant la revalorisation des carrières. Mais accélération ne signifie pas uniquement rajouter des moyens.

Continuer la lecture

Faculté de droit en burn out

  • par un collectif d’enseignants-chercheurs et d’enseignantes-chercheuses de l’Université de Nantes.

Publié initialement dans Le Monde sous le titre « Pour la faculté de droit et sciences politiques de Nantes, le burn-out, c’est aujourd’hui », 16/9/2022

Les mots « crise » et « université » forment un couple soudé depuis des décennies, dont l’alliage n’a pu être entamé par les innombrables tribunes publiées par une communauté forte en plume. Cependant, aussi endurante soit-elle, l’université – comme notamment l’hôpital et la justice – n’en est pas moins soumise au risque de burn-out dont on ne sait jamais vraiment quand et comment il se produira. Pour la faculté de droit et sciences politiques de Nantes (Loire-Atlantique), c’est aujourd’hui.

La rupture s’est matérialisée par une alerte pour danger grave et imminent concernant la santé du personnel, adressée le 3 décembre 2021 au comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) de Nantes-Université. Le dangereux épuisement des personnels de la faculté a été mis au jour dans un rapport qui a permis d’identifier les causes et conséquences d’un modèle de service public universitaire « low cost », maltraitant pour ses usagers et ses agents, tant enseignants-chercheurs que personnels administratifs et techniques.

Cette souffrance au travail prend sa source dans un sous-encadrement criant et aggravé ces dernières années par une raréfaction continue des moyens, malgré l’assignation de missions toujours plus chronophages. Alors que le taux d’encadrement pour 100 étudiants (comprenant enseignants-chercheurs et agents administratifs et techniques titulaires) est évalué en 2021 à 8,2 pour l’ensemble des universités françaises et à 6 pour les universités de droit-économie-gestion, ce qui est déjà notoirement insuffisant, il s’établit pour la faculté de droit de Nantes à 3,2.

https://www.flickr.com/photos/8259447@N06/17917854356/in/photolist-tikFRo-soDTNu-gV8cNn-dqA2hZ-9D2Htm-dqAdp5-dqA8KS-9CYMk6-dqA8ut-dqAepd-26Cwrhq-9D2GKU-ac6Pyn-ieFmEm-9D2Gyj-9D2Hqj-eUKzrN-9D2GjS-9CYLHt-eUKA3j-eUyjNP-eUKzkQ-eUymwK-eUKJjG-eUyj7R-eUKE1E-eUKAGs-eUKDM1-eUyfiz-eUKzDL-eUyn7P-eUKF6C-eUykHZ-eUKCN9-eUKDB1-eUKDsu-eUynog-eUKFho-eUKEpJ-eUymdM-eUKJ5f-eUygaa-eUKBaq-eUyeZH-eUKCh5-eUyouV-eUKFEL-eUKEEy-eUKDhG-eUyko6

Cimetiere de bateaux, Lorient. Crédit: Herman Pijpers, 2015

Continuer la lecture

Contrat LRU 192h : retour d’expérience (2021-222)

  • par LL, docteure en langues et littératures anciennes

Titulaire d’un doctorat depuis 2017, j’ai réalisé plusieurs contrats de recherche après le doctorat. Mon post-doctorat à l’université de Lyon 3 s’est terminé le 28 février 2021. Je me suis donc retrouvée au chômage. J’avais une vacation à l’université de Dijon pour le S2, qui s’est terminé le 30 avril 2021, vacation qui a été déduite de mon chômage.

À la recherche de solutions, j’ai contacté les responsables des licences Lettres classiques, Histoire dans la plupart des universités françaises de métropole de Corse, et même d’outre-mer car il n’était pas certain que la rentrée universitaire aurait lieu en présentiel. Beaucoup d’universités m’indiquaient pouvoir proposer des vacations, à condition que je trouve un emploi principal de 900 heures sur l’année. Ayant travaillé dans un magasin Spar durant 6 ans (durant ma thèse et l’année suivante) à raisons de 15 heures semaines, j’ai essayé, en vain, de trouver un mi-temps me permettant d’accepter les vacations. Hélas, le Covid est passé par là et on me propose de l’intérim ou des CDD inférieur à 900h… Deux universités seulement m’indiquent pouvoir recruter pour une vacation durant l’année de chômage. J’ai accepté une vacation d’une vingtaine d’heures à l’université de Lyon 2 sur le S1 et une vacation de 36 heures à l’université catholique de Nantes pour le S1 et un nombre d’heures non défini, mais plus important pour le S2.

Les universités proposent peu de contrats d’enseignement et/ou de recherche, veulent recruter des vacataires, mais les vacataires1 doivent avoir un emploi principal. Une de mes collègues, docteure et bien courageuse, a accepté un CDI à temps partiel dans une enseigne du groupe Inditex afin de pouvoir assuré des vacations dans deux universités différentes, ce qui implique des déplacements, à sa charge, car les universités publiques ne sont pas tenuesde participer aux frais de transports des vacataires. Pour 2021-2022, j’ai redoublé d efforts pour trouver un emploi principal dans l’ESR.

https://www.flickr.com/photos/llansades/32094744361/in/photolist-QU6Xkp-QRcYAB-dpEAMM-BnxQy-R2cDoU-R2aWKw-R5ySJv-QU4VWX-dpEMsU-BnorS-R5BW4a-R5z7xT-PQYn4a-iGRF3u-EmfAJq-iGQJ2g-218LvRe-R2E8zR-RcfVfM-2z2s35-2yX4m2-2zN4HS-QU5M1D-2z2p8C-2z2oJf-PN6dSp-PN65fK-PN5ytF-QYkDNd-R2Ge16-QRtAKS-QRdDqv-R5yGjn-2zN4M7-2z2LCG-dpECJ2-2zN4EY-iQavd-dpEC38-PXE4gv-dpEN31-R2dNz7-2jtxo1-2zN5d7-2zN4Rq-dpEAAP-dpEAae-dpECqZ-2zN4XU-2zN52d

URBEX 2016. Faculté de Géographie, Université de Grenoble. Crédit: Thierry Llansades, 2016

Continuer la lecture

  1. NDLR: Qui ne sont pas doctorant·es.Texte de référence : décret de 1987, modifié en 2015. []