Le vrai, le bien et le néant

Texte diffusé sur les listes INRIA, 22 septembre 2022

  • par Camille Noûs, pour un collectif de chercheurs et chercheuses
Quintessence du style spaghetti, le rapport1 rédigé par la mission sur « les conflits d’intérêt dans les processus de promotion et d’attribution des primes »2 à l’Inria nous fait profiter d’une vision « englobante » et d’une réflexion épistémologique profonde, bien utile en ces temps de grande confusion.
Le rapport témoigne du travail remarquable de ses trois auteurs, mais le temps qui leur était imparti ne leur a malheureusement pas permis de traiter le sujet dans toutes ses dimensions. En particulier, la question délicate de la candidature à une promotion de membres de la Direction Générale, en position hiérarchique par rapport à l’ensemble des membres d’Inria et de son instance d’évaluation, n’a pas été abordée. Mais peut-être cette omission n’est-elle due qu’à un louable souci d’impartialité, dans la mesure où l’un des membres de la mission a été lui-même une des très rares personnes promues au grade de directeur de recherche de classe exceptionnelle alors qu’il était en fonction à la direction de l’institut, situation apparemment considérée comme non conflictuelle par le Président Directeur Général d’Inria lorsqu’il a nommé la mission.
https://www.flickr.com/photos/73211309@N05/6622987847/in/photolist-b6fxxD-2mU7JCW-2w9e7a-TWuKvw-27DSFR9-2nmRKbJ-26Bw7VQ-GtVXvE-qL5gp2-5QXMct-q6wm8C-G8kKk4-9mRa9C-aiQQne-21YByYA-XNpfjx-85hoK4-RfSPT5-LD6N2d-2fYre-dActEg-5MwaNf-KSSMS-TvQgeY-HpjbJk-aE5vNo-6cVVdf-qa7vtx-Ufc4gY-SRbVed-24gBcEZ-z9imen-p8V5As-2hzrLz9-2jsXpvW-Lepo9E-pb4Ffg-YqA1Nq-UbmDoM-9Xonv7-r6aVqX-g1QsA3-xKTD9v-Ri5g5o-d4pojU-2jqnRej-2ep2jqV-QY7EAP-5zGRMk-4W1jtp

Crédit: Void Blatherer, 2011

Heureusement, par delà cette lacune bénigne, le rapport formule quelques propositions audacieuses et créatives. Leur profondeur ne permet naturellement pas d’en faire l’exégèse en quelques lignes. Nous n’en analysons donc que quelques unes dans ce document, celles qui nous semblent les plus disruptives et ayant le plus fort potentiel d’impact, à l’avant-garde dans un institut plateforme.
Nous recommandons une procédure d’auto-appréciation par chaque évaluateur (rapporteur ou non) relative aux principes généraux d’impartialité, de neutralité, d’absence de biais de toutes sortes et de conflit avec chacun des candidats à évaluer. Cette auto-appréciation pourrait donner lieu à une déclaration sur l’honneur signée, affirmant l’absence de risque d’impartialité ou listant les risques potentiels existants pour tel ou tel dossier (signature numérique par exemple lors de l’accès aux dossiers). —Rapport pour le respect de l’impartialité dans les procédures d’évaluation, 3.1,1, Procédures pour limiter le défaut d’impartialité,  p. 4
Cette première recommandation, que les membres de la mission se sont probablement appliqués à eux-mêmes par souci d’exemplarité, est particulièrement novatrice. Comme chacun et chacune d’entre nous a des biais, souvent inconscients, déclarer être complètement neutre vis-à-vis des candidatures à évaluer devrait être impossible en toute honnêteté. Chaque membre de jury a par exemple des biais disciplinaires (positifs ou négatifs) résultant de son parcours scientifique personnel, et il est communément admis que c’est la dimension collective d’un jury qui permet de les atténuer. Exiger une déclaration sur l’honneur de l’absence de biais pourrait néanmoins permettre à Inria de privilégier les évaluateurs ayant moins d’honneur que de biais.

Continuer la lecture

  1. « Le rapport sur le respect de l’impartialité dans les processus d’évaluation est en ligne », 22 juillet 2022. []
  2. « Création d’une mission sur les conflits d’intérêt dans les processus de promotion et d’attribution des primes », 26 janvier 2022. []

Faculté de droit en burn out

  • par un collectif d’enseignants-chercheurs et d’enseignantes-chercheuses de l’Université de Nantes.

Publié initialement dans Le Monde sous le titre « Pour la faculté de droit et sciences politiques de Nantes, le burn-out, c’est aujourd’hui », 16/9/2022

Les mots « crise » et « université » forment un couple soudé depuis des décennies, dont l’alliage n’a pu être entamé par les innombrables tribunes publiées par une communauté forte en plume. Cependant, aussi endurante soit-elle, l’université – comme notamment l’hôpital et la justice – n’en est pas moins soumise au risque de burn-out dont on ne sait jamais vraiment quand et comment il se produira. Pour la faculté de droit et sciences politiques de Nantes (Loire-Atlantique), c’est aujourd’hui.

La rupture s’est matérialisée par une alerte pour danger grave et imminent concernant la santé du personnel, adressée le 3 décembre 2021 au comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) de Nantes-Université. Le dangereux épuisement des personnels de la faculté a été mis au jour dans un rapport qui a permis d’identifier les causes et conséquences d’un modèle de service public universitaire « low cost », maltraitant pour ses usagers et ses agents, tant enseignants-chercheurs que personnels administratifs et techniques.

Cette souffrance au travail prend sa source dans un sous-encadrement criant et aggravé ces dernières années par une raréfaction continue des moyens, malgré l’assignation de missions toujours plus chronophages. Alors que le taux d’encadrement pour 100 étudiants (comprenant enseignants-chercheurs et agents administratifs et techniques titulaires) est évalué en 2021 à 8,2 pour l’ensemble des universités françaises et à 6 pour les universités de droit-économie-gestion, ce qui est déjà notoirement insuffisant, il s’établit pour la faculté de droit de Nantes à 3,2.

https://www.flickr.com/photos/8259447@N06/17917854356/in/photolist-tikFRo-soDTNu-gV8cNn-dqA2hZ-9D2Htm-dqAdp5-dqA8KS-9CYMk6-dqA8ut-dqAepd-26Cwrhq-9D2GKU-ac6Pyn-ieFmEm-9D2Gyj-9D2Hqj-eUKzrN-9D2GjS-9CYLHt-eUKA3j-eUyjNP-eUKzkQ-eUymwK-eUKJjG-eUyj7R-eUKE1E-eUKAGs-eUKDM1-eUyfiz-eUKzDL-eUyn7P-eUKF6C-eUykHZ-eUKCN9-eUKDB1-eUKDsu-eUynog-eUKFho-eUKEpJ-eUymdM-eUKJ5f-eUygaa-eUKBaq-eUyeZH-eUKCh5-eUyouV-eUKFEL-eUKEEy-eUKDhG-eUyko6

Cimetiere de bateaux, Lorient. Crédit: Herman Pijpers, 2015

Continuer la lecture

Galaxie ou l’enfer des COS, par Florence

Où est le mot « guerre »? demande Nicolas à la CPU

Tweet de Nicolas Beaupré, historien, 26.02.2022.

L’insoutenable légèreté de la bureaucratie : comment (ne pas) aider un étudiant

  • Frédéric Le Roux, enseignant-chercheur à Sorbonne Université

L’histoire qui suit est probablement tristement banale. C’est l’histoire d’une tentative modeste, mais sans doute un peu trop optimiste, pour aider un étudiant dans le besoin. Une histoire dans laquelle toustes les collègues impliqué·e·s ont soutenu ma démarche, malgré son aspect inhabituel ; ce qui n’a pas empêché l’échec final, provoqué par l’alliance de la précarité et de la bureaucratie ordinaire.

Voici quelques détails.

À la fin du mois d’aout dernier a eu lieu la soutenance de M2 de O., étudiant étranger dont j’avais co-encadré le mémoire. O. a une proposition de thèse au Canada pour janvier 2022. En discutant avec lui, je découvre qu’après avoir bénéficié d’un financement prestigieux pour son M2, il est sans ressource depuis.

Je me tourne vers l’entité qui a financé son M2. Aucun prolongement de bourse n’est légalement possible, mais l’entité est disposée à accorder une gratification de stage pour quatre mois, environ 400€/mois, à condition qu’il soit inscrit à l’université. Je peux encadrer un tel stage. Problème : O. ne peut pas se réinscrire dans un M2 qu’il a validé. Après diverses discussion, le responsable de l’unité suggère de l’inscrire dans un autre de nos M2. Nos efforts pour faire aboutir cette idée sont résumés par la chronologie suivante  :

  • 17/09. O. tente de s’inscrire à la formation sur le site de l’université. Impossible car hors délai.
  • 17/09. Tentative avec un code différent, fourni par le responsable du M2. Impossible car nombre maximum d’inscriptions en master atteint. Le  responsable se tourne vers l’administration.
  • 1/10. Accord de l’administration pour l’inscription à l’Université.
  • 10/10. Demande d’information : inscription en cours de traitement.
  • 20/10. Inscription proche d’être finalisée, mais il faut payer 243€, et O. ne peut pas. J’avance l’argent.
https://www.flickr.com/photos/wolfsavard/3515272567/in/photolist-6mCG4H-8mWPzg-oQYioG-8mXn1F-7npLQf-6mCz4D-8n13Pb-skQwqo-JpdZzT-s4qztQ-2WByRk-nKiNgc-MZBGd-KqzuJ-83xhTY-MWpCk-nHigZU-snfNNU-nsSwVG-8n1ycN-8ab1qt-ozjKhT-ueubLU-he33JT-njXhAx-nHkFGQ-8n1JNo-ozoq59-nK1FJe-sJJipA-51BqE2-9QnEBj-nKkzL7-8mXyY6-MZBJb-ftKvHs-ny9Ud3-nK2WAg-sZEsTe-8n1WgG-KyEqX-833Jqo-3YbGn-nKc2qQ-eJDnvw-7zEmSw-nsXNX9-51FCZf-rsxGnu-6fN79S

Canadian geese, by Lara La Rose, 2009

  • 26/10. Réunion en visio avec 3 secrétaires et un responsable de formation pour s’expliquer.
  • 27/10. Inscription validée !
  • Continuer la lecture

Appel du 18 juin, par la CP-CNU réunie en Assemblée générale

Le vendredi 18 juin 2021, la CP-CNU, réunie en assemblée nationale, a voté les deux textes suivants : un appel voté à l’unanimité et une motion1.

#ResistESR

Continuer la lecture

  1. Votée à l’unanimité, 1 contre et 7 abstentions. []

“Aux étudiant-es qui passeraient par là…” Droit et féminisme vous dit “bravo !”

Décision du ministère de l’Enseignement Supérieur de transférer les certifications en anglais aux universités et IUT : réaction de l’Association des professeurs de langues vivantes (APL) , 11 mai 2021

  • communiqué paru sur le site du APLV, 11 mai 2020

Le MESRI (ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation) vient d’informer les présidents d’université et directeurs d’IUT (voir pièce jointe) de la dénonciation du contrat que l’Etat a passé avec l’entreprise PeopleCert pour certifier le niveau en langue anglaise des étudiants.

L’APLV, comme de très nombreuses associations de linguistes et syndicats d’enseignants, a dénoncé dans un premier temps la décision du gouvernement d’imposer de telles certifications, puis la passation du marché avec PeopleCert, une entreprise peu connue et à l’éthique douteuse, d’après les enquêtes de différents journaux.

Continuer la lecture

Rapport sur le recrutement d’EC : entretien avec Syvie Bauer

  • AEF, 27 avril 2021. Extraits de l’entretien avec Sylvie Bauer, présidente de la CP-CNU

“Quelle est la finalité de ce rapport ? Si c’est ouvrir des discussions, je m’en réjouis”, réagit Sylvie Bauer, présidente de la CP-CNU, après la publication du rapport Blaise-Gilli-Desbiolles sur le recrutement des enseignants-chercheurs. “On souhaite qu’il soit un outil de travail préliminaire à de vraies discussions et concertations, et que les choses ne soient pa

“Pas de grande surprise : le fil rouge du rapport est davantage de renforcer l’autonomie des universités et le pouvoir local que la confiance – puisque les auteurs parlent de culture de la défiance”, estime Sylvie Bauer, présidente de la CP-CNU interrogée par AEF info sur les préconisations du rapport sur le recrutement des enseignants-chercheurs réalisé par Fabienne Blaise, Pierre Desbiolles et Patrick Gilli. “Les présidents d’université ont déjà la maîtrise du recrutement, mais ils sont désormais voués à devenir des chefs d’entreprise.”

Continuer la lecture

L’amour de la recherche : à quel prix?

En queue de peloton pour les vaccins, la recherche en France pâtit aussi d’une ambiance malsaine. Certes, nombre de collègues se dévouent à leur métier sans compter leurs heures ni leurs efforts. Mais cet engagement vertueux dissimule un cercle vicieux: l’inégalité de traitement ne fait que s’accroître entre titulaires et précaires, de plus en plus contraints au travail gratuit.

Manifestation du 17 septembre 2020. Crédit: Gilles Martinet

Quantitativement, le fossé se creuse : le nombre de postes diminue tandis que le nombre de candidat∙es s’accroît. En 2017, on comptait 110 000 enseignant∙es vacataires, contre 130000 aujourd’hui, qui assurent à eux seuls 40% des enseignements à l’université. En vingt ans, la diminution du nombre de postes de MCF mis au concours a été drastique (-65 %): nous sommes passés de 3000 par an à la fin des années 1990, à 1200 ces dernières années. Parallèlement, le nombre d’étudiant∙es dans les universités a augmenté de 15%.

Qualitativement, les relations se détériorent, la dissymétrie augmente car, pour compenser le manque de postes, le travail dissimulé s’accroît. On recourt aux services de moins en moins rémunérés et même gratuits de doctorant∙es ou docteur∙es sans poste pour boucher les trous, surveiller et corriger des examens, organiser des colloques, gérer des revues, animer la vie de leur laboratoire. Les situations et le degré de rémunération sont variés, mais il s’agit souvent pour un∙e non-titulaire d’accepter toutes sortes de vacations sous-payées (sous le SMIC horaire) pour éponger les déficits structurels.

Certain∙es s’épuisent à joindre les deux bouts et il leur faut encore “produire” des publications pour rester dans la course. Juridiquement, le non-titulaire peut se retrouver ainsi tour à tour bénévole, contractuel (à formes multiples), voire auto-entrepreneur, avec zéro cotisation sociale.

Mais le long terme aussi a changé: traditionnellement, le non-titulaire pouvait espérer une compensation plus tard, en devenant titulaire à son tour, le mérite aidant. Mais le processus est de plus en plus sélectif, l’avenir de plus en plus bouché. La structure institutionnelle, l’autonomie des universités, permet aux autorités locales de varier dans les justifications à apporter aux étudiant∙es. La structure sociale s’en mêle aussi, pour aider les un∙es à tenir, qui trouvent le temps de franchir les obstacles, et pousser les autres à abandonner, rattrapé∙es par les contingences matérielles. L’aspect psychologique n’est pas négligeable: une sorte d’emprise perverse se développe sur le précaire, incité à rester pour maintenir un système déficient. Que deviendraient en effet les alpinistes sans les sherpas?

Continuer la lecture

Ce que Université veut dire

Contribution de la CP-CNU à la concertation article 5, mars 2021

Préambule aux réponses de la CP-CNU au questionnaire en vue de la concertation

Le questionnaire proposé par la DGRH en vue de la concertation engagée par le Ministère sur l’article 5 de la LPR a été soumis à toutes les sections du CNU et la contribution écrite de la CP-CNU est une synthèse des réponses des sections. Il ressort de la consultation des membres des sections une très grande colère qui est le résultat de l’adoption de la LPR et qui tient tant à la méthode qu’au contenu de cette concertation.

Même si nous considérons tout à fait légitime que le CNU soit associé à la réflexion sur la mise en oeuvre de l’article 5 de la LPR, nous ne pouvons que dénoncer une nouvelle fois cet article, surgi à la dernière minute lors des discussions au Sénat.

Madame la Ministre, ses deux derniers cabinets en date ainsi que la DGRH ont affirmé à plusieurs reprises aux membres du bureau de la CP-CNU que la LPR ne concernait pas le CNU et n’en modifierait pas les prérogatives, raison sans doute pour laquelle le CNU n’a à aucun moment été associé aux travaux préliminaires à l’élaboration de cette loi. Que la réflexion sur les modifications d’accès à l’emploi statutaire des enseignants-chercheurs intervienne en aval de l’élaboration de la loi et de son adoption semble pour le moins contraire à ce que doit être une concertation pensée collectivement.

Continuer la lecture

Derrière les écrans. Les conditions d’études des étudiants de sociologie de Nancy lors 2e confinement

Ali Boulayoune, Elsa Martin et Simon Paye, du Département de sociologie – UFR SHS Nancy – Université de Lorraine, ont eu l’obligeance de partager le rapport établi par leurs soins en mars 2021, à propos du 2e confinement à l’Université de Lorraine. Nous en reproduisons ici les conclusions. L’intégralité du rapport peut être téléchargé ici. .

« Rappelons les principaux résultats de cette étude :

  • 182 étudiants sur 332 n’ont pas répondu au questionnaire. Les problèmes identifiés dans ce rapport, calculés sur les seuls répondants, sont sans doute sous-estimés
  • Le taux de réponse le plus bas se trouve chez les étudiants de première année : moins d’un quart d’entre eux ont répondu
  • Le caractère volontaire de l’étude ne s’est pas traduit par une sous-représentation des étudiants aux résultats les plus faibles
  • La structure résidentielle des étudiants confinés ne semble pas avoir changé entre le premier et le second confinement : la plupart des répondants résidaient, au moment de l’enquête, dans un ménage collectif (le plus souvent avec leur famille)
  • Les étudiants d’une même promotion devraient, en toute logique, déclarer suivre le même nombre de cours synchrones. Or, ce n’est pas le cas : leurs réponses font état de disparités très importantes, ce qui interroge le rapport même aux études
  • Nos données ne reflètent pas l’idée d’une amélioration massive du sentiment d’être bien équipé pour suivre les cours à distance entre le premier et le deuxième confinement
  • De manière générale, le passage au distanciel est vécu comme une dégradation d’ensemble des conditions d’étudesAlors que l’assiduité et la compréhension en cours en présentiel posent déjà nombre de questions en temps normal, nos données font état d’une augmentation systématique de l’absentéisme, des retards et de l’inattention suite au passage au distanciel
  • La grande majorité des répondants préfèrent globalement les cours en présentiel. Les « amateurs de distanciel » ne représentent que 18% des répondants. C’est davantage leur goût pour le distanciel qui distingue ces derniers des autres étudiants qu’une moindre appréciation du présentiel
  • À propos des cours à distance, la grande majorité des répondants disent préférer le direct au différé, que ce soit pour les cours magistraux (81%) ou pour les travaux dirigés (82%)
  • Le reconfinement et les cours à distance ont induit chez nombre d’étudiants un sentiment d’isolement et de solitude, ainsi qu’une intensification du travail universitaire
  • Certaines propriétés sociales (l’origine sociale, le type de baccalauréat obtenu) jouent comme des discriminants forts sur les conditions d’études dans une situation où les liens avec l’institution universitaire sont affaiblis