L’Institut Montaigne a-t-il déjà mis les pieds dans une université ?

  • par Catherine Rideau-Kikuchi, Université de Versailles Saint-Quentin

Le 13 mai dernier, dans une note du blog de l’Institut Montaigne, Francis Vérillaud a livré un résumé de son « Tour de France virtuel d’universités » au temps du confinement et de la continuité pédagogique. La note s’ouvre sur la photographie d’une étudiante, assise à son bureau devant son ordinateur, travaillant un cours imprimé et stabiloté. Une belle image en ce temps de crise… Mais regardons de plus près : la jeune fille se trouve dans un bel intérieur, une cheminée en marbre surmontée d’un large miroir ouvragé, une bibliothèque de mangas à côté de son bureau. D’ailleurs elle a un espace de travail réservé, équipé de matériel informatique – en plus de son ordinateur, une imprimante puisqu’elle tient dans sa main des notes de cours imprimées. Quiconque a enseigné à l’université ces dernières années sait que cet intérieur ne correspond en rien à la réalité des conditions de travail de la plupart de nos étudiants…

Ce n’est qu’une illustration bien sûr. Cela ne serait pas bien grave si cette vision idyllique – voire franchement fantasmée – de la vie étudiante n’était pas au cœur des conclusions de la soi-disant enquête menée par Francis Vérillaud. Commençons ce voyage au cœur du monde merveilleux des universités au temps du Covid-19…

NB : ce texte ne parlera que des aspects touchant à l’enseignement, et non de la partie recherche de ce texte, qui mériterait un développement ultérieur.

Étape 1 – Nous sommes des gens formidables

Alors oui, merci. Merci de reconnaître à quel point tous les personnels de l’université ont été mobilisés pour les étudiants, pour faire en sorte que leur formation se poursuive, qu’ils puissent passer des examens quand cela a été la solution choisie, d’assurer la délivrance des diplômes. Nous avons été nombreux à considérer que continuer le suivi et la formation de nos étudiants était une priorité, même si cela se faisait dans des conditions difficiles. Mais à lire ce texte, on croirait que tout s’est fait sans heurt, sans difficultés…

Continuer la lecture

Lettre aux députés au sujet du projet de loi « portant diverses dispositions urgentes pour faire face aux conséquences de l’épidémie de covid-19 »

Directrices et directeurs de laboratoires, nous organisons actuellement les plans de retour à l’activité sur nos sites, en dialogue avec nos établissements de tutelle. Cette planification doit concilier le redémarrage des laboratoires et la protection des personnels par la participation à la lutte contre la circulation du virus. Cette reprise ne sera pas simple et se heurte à de nombreux obstacles. Dans la plupart des cas l’ouverture des locaux n’est d’ailleurs pas envisagée en continu avant le mois de septembre, et tout le personnel ne sera pas autorisé à les occuper au même moment. La période du confinement et les mois qui vont suivre auront ainsi des conséquences délétères pour la recherche dans son ensemble, et en particulier pour les doctorant.e.s et les postdoctorant.e.s sous contrat ainsi que le reste du personnel contractuel.

Le fait que ces derniers ne soient pas éligibles au dispositif du chômage partiel met particulièrement en péril l’aboutissement de leurs recherches. Car, si les activités ont été suspendues durant le confinement et risquent d’être très contrariées durant les mois qui viennent, les échéances des contrats n’ont pas été modifiées et les salaires sont toujours financés par les structures de recherche. Les projets se trouvent amputés de plusieurs mois de travail et les enveloppes budgétaires permettant de les financer sont désormais insuffisantes. Faut-il préciser que si le télétravail peut dans certains cas être efficace, il n’est pas adapté, loin de là, au bon déroulement de l’essentiel des activités ?

L’ensemble de la communauté scientifique a besoin de retourner au plus vite dans les laboratoires, sur le terrain, dans les bibliothèques et les services d’archives, mais elle sera en grande majorité dans l’incapacité de le faire. Ces impossibilités, conjuguées à l’annulation des événements scientifiques, à la suspension des collaborations internationales et à la pénurie des postes à venir, qui se manifeste déjà dans le secteur privé, obèrent particulièrement le futur des jeunes sous contrat. Toutes et tous doivent dès à présent obtenir des certitudes pour leur avenir à court terme.

Il est nécessaire que les doctorant.e.s et les post-doctorant.e.s financés ainsi que les autres personnels contractuels obtiennent des garanties de compensation. Continuer la lecture

Les universités, l’enseignement à distance et le Covid-19 (1/2)

  • par David Soldini, Université de Paris-1 Panthéon Sorbonne

Seconde partie

Alors que nos universités vivent depuis quelques semaines un des psychodrames dont elles ont malheureusement l’habitude au sujet des modalités d’examen ou de contrôle des connaissances à appliquer cette année, il peut être utile de prendre le temps de réfléchir quelques instants à la situation inédite à laquelle les universitaires sont confrontés et, surtout, à la manière dont cette crise va modifier, en profondeur, les métiers universitaires et l’université toute entière.

En premier lieu, il faut remarquer et apprécier une véritable révolution spirituelle chez bon nombre de collègues, hier réticents et même hostiles à l’idée d’enseigner en ligne, de se faire enregistrer et diffuser, et qui semblent s’être convertis très rapidement à ces nouvelles méthodes, au point d’exiger, aux quatre coins de la France, l’organisation d’examens en ligne afin de sanctionner les cours en ligne ! Alors qu’il y a quelques semaines, beaucoup refusaient catégoriquement de se laisser filmer en cours, considérant qu’il s’agissait d’une insupportable atteinte à leur liberté de parole ou d’enseignement, ils défendent aujourd’hui avec véhémence la conversion de l’université au tout numérique, examen compris, ce qui n’a pourtant jamais été envisagé même par les plus numériques d’entre nous. Étonnant revirement. Bien sûr, il convient d’interpréter ce nouvel amour pour ce qu’il est, c’est-à-dire un simple flirt passager lié aux circonstances particulières du confinement et la manifestation d’une addiction à l’examen et à la sélection qui frappe beaucoup d’universitaires.

Toutefois, pour quelqu’un qui s’est battu presque dix ans pour développer la politique de pédagogie numérique de son université, cela reste un phénomène plaisant à observer. Naturellement, comme souvent, les nouveaux convertis se montrent imprudents, excessifs et bien trop zélés. Leur amour naissant les fait oublier bien des enjeux, comme la protection de la vie privée ou le nécessaire respect de l’égalité entre étudiant∙es. Il convient, maintenant qu’ils ont la foi, de les faire réfléchir sur l’outil hier haï et aujourd’hui vénéré. Il y a urgence car si la conversion totale au numérique est une vue de l’esprit confiné, la réflexion sur ces outils désormais popularisés mais toujours méconnus doit désormais s’envisager dans une perspective de profonde rénovation de l’université que la crise sanitaire a complètement bouleversé au point de rendre un retour à la situation antérieure difficilement envisageable.

Des limites de l’enseignement numérique

Une des premières choses qu’il convient de rappeler est le fait que l’équation « cours présentiel = cours à distance » n’a jamais été vraie. Il y a une différence de nature entre les deux et il faut davantage envisager leur complémentarité plutôt que de les croire substituables. D’ailleurs, il ne s’agit pas d’établir une hiérarchie entre ces deux formes d’enseignement ! Dans certains cas, l’enseignement à distance se montre plus efficace que l’enseignement présentiel : il permet aux étudiant∙es de travailler en fonction de leur propre emploi du temps, ils peuvent revoir les interventions enregistrées, les utiliser pour apprendre puis réviser, poser leurs questions au milieu de la nuit ou en plein dimanche avec l’espoir de recevoir une réponse, rarement immédiate mais dans un délai raisonnable.

https://www.flickr.com/photos/papaye_verte/35258650332/in/photolist-VHFNmm-8QJjqr-679du5-E1zvH-679dvG-2hkbCw7-JT1dGi-VP5JMV-FcWDfS-5gTgDG-dTYQPB-vK99kT-2gstSNF-fFre5n-h86HjE-nMnr7v-71QQ2b-gh9QWi-2ifqXGT-5wWCrL-3hiDnG-M4BRAE-2gMWDxF-bE9Kxt-5uHh7T-D51cjR-9sqphB-8ZJqvF-23a3Mkb-5vF2Ej-5vF2Eu-9o9iTG-29p8Yyw-Ms1JUJ-9qKWAH-Ufn51W-ATkgdq-JmDaSB-9Gtayq-MtW5mY-JmD9SR-Nk3yeR-4zwcc4-mVwru-qs7zsv-J8Ne53-eYr6S2-3GgeU-dSo3JW-5gNVvX

Student, University of Toroton, 2017

Continuer la lecture

Si Claire doit refaire de l’enseignement en distanciel…

Bref, je suis en confinement

  • par Claire Douat, Université d’Orléans

Présentation: L’Université d’Orléans a lancé l’idée de réaliser une vidéo de 180 s sur notre confinement, en reprenant le principe de « Ma thèse en 180 secondes».
J’ai donc sauté sur l’occasion pour en faire une. J’ai alors réalisé une parodie de la fameuse série bref. de Kyan Khojandi afin de vous présenter ce que ça donne un chercheur en confinement.
Cette vidéo est à prendre avec humour (je tiens à signaler qu’aujourd’hui plusieurs outils ont été mis en place pour faciliter le télétravail, et je remercie les différentes tutelles d’avoir su réagir rapidement face à cette crise).
Bon visionnage!

Continuité pédagogique, ruptures sociales. Comprendre nos étudiant·es en temps de confinement

  • par Lisa Carayon et Arthur Vuattoux, maîtresse et maître de conférences à l’Université Sorbonne Paris Nord, UFR Santé, médecine, biologie humaine, laboratoire IRIS.

Notre texte se base sur la démarche d’enseignant·es chercheur·es de la Licence Sciences sanitaires et sociales et de Masters de Santé publique de l’Université Sorbonne Paris Nord (ex-Université Paris 13).

Ayant le sentiment de ne pas bien cerner les difficultés vécues par les étudiant·es durant cette période de confinement, nous avons décidé d’aller vers elles et eux pour essayer de comprendre leur quotidien. Nous avons à cet effet construit un petit questionnaire en ligne qui nous a permis de recueillir de précieux renseignements.

Il ne s’agit pas de présenter ici ce questionnaire dans son ensemble1, mais de discuter certains aspects de ce qu’il permet de saisir de l’expérience du confinement parmi nos étudiant·e·s, et de ce que cela implique dans leur rapport à l’université. Ces remarques permettent aussi d’avancer quelques pistes quant à la relation à développer vis-à-vis de nos étudiant·e·s, dans une période si singulière : ne faudrait-il pas, dans ces temps particuliers, revoir nos priorités et faire vivre, en lieu et place d’une illusoire « continuité pédagogique », une « continuité critique » basée sur le maintien du lien et le refus de l’évaluation à tout prix ?

Au départ de la réflexion : des signaux faibles de difficultés sociales et d’inégalités face à la poursuite de l’enseignement à distance

Le 16 mars 2020 les universités se sont « arrêtées » – elles étaient toutefois déjà en partie « à l’arrêt » du fait de la contestation des réformes envisagées par le gouvernement, et nos cours étaient en partie « alternatifs ». Mais cet arrêt-là n’était pas préparé : annoncé brutalement, il a été mis en œuvre comme la plupart les décisions récentes du gouvernement, c’est-à-dire sans concertation, sans préparation, sans cohérence. Le 17 mars, c’est finalement la population dans son ensemble qui était confinée — hormis bien sûr celles et ceux qui continuaient de faire vivre les services de santé, le secteur de l’alimentation, etc. S’en est suivie une forme de silence au sein de la communauté académique. Silence entre collègues, du fait des multiples difficultés à organiser sa vie personnelle en temps de confinement, mais aussi silence dans notre relation à toute une partie de nos étudiant·es. Bien sûr, rapidement, nos échanges ont repris et quelques cours à distance ont remplacé nos cours d’amphi et nos TD : envois de documents, tchats, cours enregistrés, parfois cours en direct… Mais personne ne croyait réellement que ces cours de substitution allaient toucher l’ensemble nos étudiant·es. Nous en avons rapidement eu la confirmation.

Plusieurs constats se sont ainsi imposés à nous. Une poignée d’étudiant·es seulement interagissait avec nous et nous recevions des mails inquiets faisant état de difficultés de compréhension. Surtout, nous recevions des signaux inquiétants sur leurs conditions de vie : certain·e·s étudiant·es disant être sans accès à internet, d’autres relatant leur travail d’aide-soignante ou de caissière (emplois devenu beaucoup plus fatigants depuis le confinement), ou encore signalant qu’elles et eux-mêmes ou leurs proches étaient malades, parfois jusqu’à l’hospitalisation. Mais il ne s’agissait encore que de quelques messages, dont nous partagions le contenu général entre collègues régulièrement. Le confinement se prolongeant, l’inquiétude grandissait de notre côté concernant la situation de nos étudiant·es, d’autant que s’annonçait la question de l’évaluation des connaissances de fin de semestre…

https://www.flickr.com/photos/old_skool72/16193623551/in/photolist-qEYy74-peKcPk-EN99BN-cPQodw-p8vqLW-eYJJ39-6kCBgM-TqogjM-PTTeTJ-2hRkAER-7jkktN-8nTkDY-8nTiNy-9P4hSd-8nTp82-ntPMHQ-27JjGb2-98Eyjs-8Fi65d-dbLFBh-5EqGgV-7jkjWf-6gGNA7-QeEina-bkeDWx-TKCUEd-f1bhuQ-px7TMu-bBM11S-iXqVV6-fnF29X-eVmdXv-2h38B3o-prcCqk-2it18PC-Kpn8Xz-2erdcSj-D56SGP-2ijjRvN-2h5XUDN-2hLEcjZ-2hRRkUU-7S7dG6-7J1cq-eqc66R-bsRzRe-5KzWYD-8wUjVD-nw6GgM-c3hCA

Care, by old_skool72, 2014

Nous avons donc lancé, le 6 avril, un questionnaire en ligne, envoyé via les mails personnels récupérés dans différents cours par les enseignant·es, et avons reçu en deux jours 411 réponses, soit un taux de réponse de plus de 80% pour nos trois années de licence et deux de nos masters.

Des étudiant·es aidant·es à l’intérieur, exposé·es à l’extérieur

Tout d’abord, il est important de préciser que nos formations sont très largement féminisées : il y a, sans grande variation dans les dernières années, environ 5% d’hommes seulement dans nos promotions (6,6% dans le présent questionnaire). Une part importante de nos étudiant·es est par ailleurs issue des classes populaires, et plus de la moitié résident en Seine-Saint-Denis, où est localisée l’université. Pour les autres, les temps de trajet pour rejoindre l’université sont parfois très longs, dépassant fréquemment une heure pour venir sur le campus2. Nos étudiant·es vivent fréquemment, cela ressort du questionnaire, dans des logements partagés, déclarant par exemple vivre avec, en moyenne, 3,8 autres personnes dans leur logement.

Surtout, nous l’avons compris à la lecture des réponses à une question ouverte en fin de questionnaire, les conditions de confinement sont très diverses. Certes, une partie importante de nos étudiant·es parvient à se ménager un « espace à soi » (70,6% disposent d’un espace dans lequel ils ou elles peuvent s’isoler pour travailler) mais nombre d’entre elles et eux passent une partie de leur temps à s’occuper de membres de leur foyer ou ont continué à occuper un emploi salarié durant cette période (en télétravail pour une part, mais surtout dans des emplois exposés, aux caisses des grandes surfaces, à l’hôpital ou en EPHAD…).

Une étudiante explique ainsi vivre à cinq personnes dans un appartement de trois pièces. Elle explique qu’il est, chez elle, impossible de se concentrer et précise :

“Il faudrait se lever à 5h du matin pour pouvoir étudier dans le calme mais vous comprenez que c’est compliqué. Pour ma part, j’allais toujours à la bibliothèque pour pouvoir étudier dans le calme et lire des ouvrages. Cela fait deux semaines que j’essaye de lire un livre mais en vain. C’est vraiment démotivant. J’en arrive à faire des crises d’angoisses, j’ai une éruption de boutons qui sont apparus dû à ce stress. Enfin voilà c’était juste pour que vous compreniez bien ma situation qui est sans aucun doute la situation de beaucoup d’autres étudiants”.

Pour une autre étudiante, elle aussi confinée, la difficulté à se concentrer sur le travail universitaire se double de la nécessité d’assurer la « continuité pédagogique » pour des frères et sœurs :

« Durant le confinement, c’est très difficile de se concentrer sur le travail universitaire car je dois m’occuper du travail scolaire de mes petits frères et sœurs et m’occuper du foyer (la cuisine, le ménage, etc.)”.

Une autre souligne :

Avec le confinement, les crèches sont fermées, ma fille est donc exclusivement gardée par moi. J’ai du mal à trouver le temps pour me consacrer à mes études. Je dois aussi m’occuper de ma mère qui est actuellement hospitalisée”.

De fait, 64% des répondant·es estiment que le temps consacré à d’autres personnes (frères, sœurs, parents, personnes âgées, enfants, etc.) a augmenté depuis le début du confinement.

https://www.flickr.com/photos/45627980@N03/5756139788/in/photolist-9LDHPs-qSqG4-mff5qr-pZA9P2-4qr68t-rRdCd-6FyQpC-rRdCm-qSoMa-BS8wmy-2h37U6Q-5Cva69-84DAWg-5CwseT-rRejU-rRejP-h87Ltx-dTb3Q4-Ss3u3j-4qfNTX-2hHJQNg-6zzLkk-P3L73s-24jAUZ5-2h1nCii-2hkdvuN-PxZGba-2h2Zhi6-2hPGd4M-2iFGpT4-2hX6nnU-2iQCHsB-b4DZ1M-2giG7ZX-Pq8rW2-2h3DzUM-YvYKeU-MuSkYF-aqCoEg-2ikGv2K-3SXPXn-m4pBPe-YbzGXH-TPK6pH-dcZnM9-2bUyFEL-jFRYz3-PB7BTC-v1etLy-2cDK5JJ

Care, by Beauty Never Fades, 2011

Parmi les étudiant·es ayant continué à occuper une activité salariée, évoquons cette étudiante qui, vivant seule dans son logement, parle de son travail aux caisses d’un supermarché :

« Étant donné que je suis caissière dans un supermarché mes horaires, en cette période de confinement, ont énormément changé, je travaille beaucoup plus ce qui fait que je suis moins chez moi et lorsque je rentre je suis fatiguée de mes journées de travail qui ne cessent d’être plus chargées de jour en jour (…) De mon côté, dans le supermarché dans lequel je travaille, je ne peux me permettre d’être absente puisque vu la situation de nombreux collègues sont absents, ce qui rend la charge de travail plus conséquente« .

Pour d’autres, la “double-journée” travail salarié / travail domestique, prend actuellement un poids particulier, comme pour cette étudiante qui écrit :

Je suis salariée dans le domaine médical en plus de cela j’ai quatre enfants dont deux en primaire où il m’a fallu m’improviser professeur !! Avec en plus tous mes cours à revoir, c’est vraiment compliqué ”.

Malgré le maintien d’une activité salariée chez certain·es, les difficultés financières provoquées par le confinement semblent importantes, puisque 31,4% des répondant·e·s disent éprouver des difficultés financières nouvelles depuis le début du confinement. Quelques réponses évoquent d’ailleurs une inquiétude quant au prolongement éventuel de l’année universitaire, qui les empêcherait de commencer rapidement un « job d’été ».

Continuer la lecture

  1. Nous renvoyons à une première analyse disponible sous ce lien. []
  2. Des étudiant·es résident par exemple dans le 77 ou le 95, départements mal desservis en transports en commun susceptibles de rejoindre rapidement Bobigny. []

Pour un lien pédagogique, social et écologique. Une tribune

  • par Makis Solomos, professeur à l’Université de Paris-8

Comment serait-il possible de passer d’une pédagogie entièrement fondée sur le contact à une pédagogie totalement en ligne ? C’est pourtant l’injonction de ce gouvernement qui s’est matérialisée par le nouveau dogme de la « continuité pédagogique », digne d’un plan Marshall si ce n’est que … aucun moyen financier et humain n’y est consacré et que le changement occasionné dans le travail n’est nullement interrogé ! Le même gouvernement qui, depuis son accession au pouvoir, ne cesse de pratiquer la discontinuité en éliminant toutes les structures qui ont fait leurs preuves…

Dans le primaire, « mettre en place une classe virtuelle, en plus d’accentuer l’inégalité scolaire, s’avère ne pas être un outil efficace pour garder le contact avec toutes les familles de nos élèves », lit-on dans une belle tribune d’enseignant·es du premier degré intitulée « On a refusé la classe virtuelle et on a bien fait » Dans le secondaire, les familles disent combien elles sont dépassées et les élèves expriment leur désarroi face à l’injonction : « Des gens vont mourir, mais il faut que tu passes ton bac »1. Jean-Michel Blanquer vient de reconnaître que 5 à 8% des élèves sont « perdus », chiffre que, le connaissant, on pourra multiplier par 5 ou par 10…

Les étudiant·es, quant à elles et eux, ont de nombreux soucis : problèmes de logement (trop petits, lorsqu’ils et elles n’ont pas été chassé·es par le CROUS), promiscuité avec les parents ou les frères et sœurs, monotonie des repas, absence d’équipements élémentaires (machine à laver…), malades dans leur entourage ou malades eux-mêmes… Une étude montre que, déjà, en temps normal, dans les filières d’enseignement à distance, les problèmes sont nombreux, alors, par temps de confinement ! Tou·tes les étudiant·es, loin de là, ne sont pas équipé·es avec le meilleur matériel informatique, le meilleur smartphone. La connexion internet, lorsqu’elle existe, est parfois très basse, en fonction de la région, voire du type d’abonnement, lorsqu’elle existe ; on constate aussi que la saturation des réseaux crée des inégalités difficiles à évaluer. Par ailleurs, le travail demandé, qui s’accumule, est devenu difficile sans l’accès aux bibliothèques. Tou·tes les enseignant·es ont constaté que de très nombreu·ses étudiant·es ne donnent pas signe de vie : ils et elles ne sont nullement « perdu·es », simplement ils et elles hiérarchisent leurs priorités. L’angoisse, les inquiétudes pour un avenir global remis en question sont bien présentes : un sondage réalisé par les étudiant·es de l’Université Savoie Mont Blanc donne, à la question « êtes-tu angoissé·e, stressé·e, inquièt·e ? » 74,6% de réponses positives2 !

https://www.flickr.com/photos/sculptorli/40010396274/in/photolist-23XzJSw-4vEWny-ESw4nU-8zAsWr-4dCPf6-rTeE5Q-WgmV2Q-6gFuW9-dDC4K5-2hWD73c-h35aZN-FfQf7R-bomzFC-2hu4Fq4-V1razN-opXQQv-2hX1w42-ZHgs4X-YhvNsi-RaJx4Y-dyzSya-2hWXahh-2hWV8ua-2hWTT59-hk4X3S-2iEfENJ-2hWFtCc-2hWK8TF-8cHGpp-ajivB-s85e8Y-cMKwkh-5zVNNN-dMb1EG-2bqNgTD-2hWQRrG-2hULc3m-KanLPH-R7scD8-2hWtxSR-qeZrX1-eiZT6G-24eAP2c-rWsv44-nGQ6NS-9j3yBg-j86Yv5-6eVpJE-cL6Yz3-eihhgX

Chains up, by sculptorli, 2008

Continuer la lecture

  1. Article de Mediapart, https://www.mediapart.fr/journal/france/310320/des-gens-vont-mourir-mais-il-faut-que-tu-passes-ton-bac. []
  2. Lettre ouverte du syndicat Solidaire Etudiant·e·s au Président de l’USMB, 31 mars 2020. []

… et il n’y a toujours pas de masques

  • par Sébastien Leroux, enseignant à l’université Grenoble Alpes

« Pour les étudiant·es, les collègues et toustes les autres »

Il y a elle ; elle est chez ses parents au fin fond de quelque part, et ne capte pas grand chose, d’un point de vue informatique je veux dire, elle a bien la 3G mais c’est littéralement au fond du jardin.

Il y a ma compagne ; elle est professeure de français histoire géographie dans un lycée professionnel. Elle a des classes et des élèves. Elle a des « elle » et des « il » aussi. Il faut qu’elle s’en occupe.

Il y a mon groupe 2 en DIG2 ; il faut que je m’en occupe, il faut que je m’en occupe, il faut que…

Il y a lui ; il est réquisitionné et travaille dans l’alimentaire à 125% depuis le début du confinement, il est inquiet pour la suite de ses études.

Il y a les courses parfois, les repas souvent, la machine et tout le reste.

Il y a elle ; elle dit que « Nous n’entendons pas demander à un enseignant qui aujourd’hui ne travaille pas, compte tenu de la fermeture des écoles, de traverser la France entière pour aller récolter des fraises gariguette »

… et il n’y a toujours pas de masques.

Photo: Claude TRUONG-NGOC

Continuer la lecture

Depuis vingt ans, mon métier a changé…

Texte présenté oralement lors de la journée L’Université et la recherche s’arrêtent d’Aix-Marseille Université, campus Saint-Charles, le 5 mars 2020

  • par Jeff Mauffrey, maître de conférences en écologie,recruté en 2003 à Aix-Marseille Université et responsable d’une mention de Master et d’un parcours de licence «Formation des enseignant·es»

Vingt ans c’est court mais depuis vingt ans mon métier a changé, a été transformé !

Ce qui a changé :

  • La gestion financière et comptable : avant je dépensais de l’argent universitaire au profit des étudiants que j’avais en gestion pour organiser des sorties, acheter du matériel, rénover des salles, je donnais des factures au secrétariat qui les payait, nous avions même une carte bleue… et même des fonds de trésorerie, une autre époque…
    Aujourd’hui je gère un budget de ma formation, que j’ai du composer pour évaluer la viabilité de ma formation, ma petite formation, le possessif est important… ma formation individuelle ! évidemment que ce n’est pas la mienne, mais je dois la défendre… et ces dix dernières années, encore plus depuis la fusion, il a fallu la défendre âprement
  • Avant chaque collègue faisait son service (ou pas) et nous déclarions annuellement (ou pas) nos services en fin d’année sur papier libre ou sur feuille Excel pour les plus Geek d’entre nous…
    Mais aujourd’hui c’est à moi de vérifier que les heures sont faites et déclarées dans le logiciel qui nous surveille (ou pas !) A-t-on gagné en efficacité ? Certainement pas, par contre on a perdu en liberté !
  • J’étais un agent à qui on a fait confiance en lui donnant la responsabilité de cours, de cursus, aujourd’hui je suis une source de défiance parce que je dépense trop d’heures, trop d’argent et je parle des dysfonctionnements, et cela ne plait pas.
  • Avant mes cours évoluaient parce que je les actualisais, les remodelais au gré de mes lectures et travaux…
    Aujourd’hui ils changent parce que je n’ai plus que xx heures de l’UE « machin » pour les enseigner et l’année d’après yy heures de l’UE bidule.
https://www.flickr.com/photos/154098172@N02/46346594831/in/photolist-2dBupXe-7LWN1A-238gy2o-fAA87F-2dW3iEW-2ipgZ12-76kku1-7KBCn4-2i1KfYD-EiWAWN-2hFP8H7-2g8aHo8-2hBiVQk-2hwE4FH-2bTRhaD-2hexmfd-2gLtQKe-7J6P3V-oG9xSU-NMwF4J-krUhBp-9RT5tZ-fxQQjP-bVRi8U-24HEPjH-tr5PBD-9G131f-RViikn-ixVjVJ-2hgewAP-fmMtoa-HswpjM-auvXFu-WWGsKC-dmSEj2-69Y299-2aAmu8-4mMqnS-XdNnWV-66MNt7-2gJkxVm-iov9n-fbt9E5-bb53yX-ySSJUr-4VWGr3-2geYece-N9ox36-2gnUvgZ-2erfxtk

Absurd, by Edgar Severa, 2018

Continuer la lecture

Les professeurs des universités britanniques contre la précarisation, 20 janvier 2020

Nous refusons de tenir les examens tant que les universités ne règlent pas le problème des employé·es –  Lettre ouverte, The Guardian, 22 janvier 2020

« Notre rôle est crucial pour renforcer la qualité de la formation dispensée aux étudiant∙es, mais tout aussi nécessaires sont rémunérationjuste , retraite et  sécurité de l’emploi pour celles et ceux qui travaillent dans les universités », affirment 29 professeurs d’universités britanniques.

Un representant syndical UCU harangue une manifestation aux abords du siège de University College London le 4 décembre 2019. Photograph: Guy Smallman/Getty Images

La plaie de la précarisation (Des milliers d’universitaires britanniques traité∙es comme des citoyen∙nes de deuxième classe’, 20 janvier) ne représente malheureusement qu’un des problèmes de ressources humaines que les universités doivent de toute urgence s’atteler à traiter.

Par la présente, nous faisons savoir, en notre qualité d’universitaires expérimenté∙es, que nous nous démissionnons de nos fonctions d’examinateur∙trices externes (external examiners) et/ou refusons d’accepter de nouveaux contrats d’expertise pour des formations d’universités ou de collègues dans tout le Royaume-Uni, et exhortons nos collègues à faire de même. Nous refusons d’endosser la fonction d’examinateur externe parce que nous croyons que ce rôle est crucial pour renforcer la qualité de la formation dispensée aux étudiant∙es, il est tout aussi crucial d’offrir une juste rémunérations, retraite et sécurité de l’emploi pour celles et ceux qui travaillent dans les universités.

Dans le conflit qui oppose actuellement le syndicat University and College Union et les employeurs universitaires, le syndicat a mis en lumière la proliferation de la précarisation, la moitié des personnels de première ligne à ne disposant pas de contrat ; des coupes dans les allocations de retraite qui ont appauvri les membres du Universities Superannuation Scheme ; de scandaleux écarts de salaire en raison du genre ou de l’ethnicité : et une culture systémique de la surcharge de travail qui contribue à l’existence de hauts niveaux de stress et de maladie. Cela fait trop longtemps que les universités auraient dû traiter ces maux, et nous croyons qu’il est de notre responsabilité de prendre maintenant position pour marquer notre soutien aux collègues au début de leur carrière. Nous vous invitons à nous rejoinder et à démissionner de vos fonctions d’examinateur externe et de refuser de souscrire à tout nouveau contrat jusqu’à ce que les universités prennent des mesures pour régler ces problèmes.

Prof Melanie Simms University of Glasgow, Prof Jane Holgate University of Leeds, Prof Phil Taylor University of Strathclyde, Prof Jo Brewis The Open University, Prof Sian Moore University of Greenwich, Prof John Kelly Birkbeck, Prof Megan Povey University of Leeds, Prof Claire Squires University of Stirling, Prof Richard Taffler University of Warwick, Prof Cathy Urquhart Manchester Metropolitan University, Prof Keith Attenborough The Open University, Prof Jenny Pickerill University of Sheffield, Prof Natalie Fenton Goldsmiths, Prof Nicki Hitchcott University of St Andrews, Prof Andreas Bieler University of Nottingham, Prof Mike Danson Heriot-Watt University, Prof Julian Eastoe University of Bristol, Prof Erik Swyngedouw Manchester, Prof Jeremy Guggenheim University of Cardiff, Prof Victor van Daal Edge Hill University Prof Sally Munt University of Sussex Prof Ozlem Onaran University of Greenwich, Prof Albert Sanchez Graells University of Bristol, Prof Ruth Aylett Heriot-Watt University, Prof Tony Carbery, University of Edinburgh, Prof Raphael Salkie University of Brighton, Prof Sarah Salway University of Sheffield, Prof Peter Styles Keele University, Prof Willy Maley University of Glasgow

traduction: Christelle Rabier

Source: We refuse to act as external examiners until universities deal with staffing issues. Tribune. The Guardian, 20 janvier 2020