Fantasme de titulaire : indigénisme et liberté d’expression

Près de cinquante chercheurs, chercheuses, enseignantes et enseignants-chercheur·ses, pour l’essentiel en activité1, quelqu’un·es retraité·es s’apprêtent à faire paraître un texte soutenant Jean-Michel Blanquer dans ses allégations, qu’iels qualifient de « constat ». Représentant davantage les hommes que les femmes, ce collectif occasionnel incluent maîtres et maîtresses de conférences et professeures des universités, directeurs et directrices de recherche CNRS, directeurs d’études EHESS et EPHE, issus des différentes disciplines, majoritairement de lettres et de sciences humaines et sociales, mais aussi des mathématiques — ce qui s’explique sans doute par les réseaux affinitaires qui sont d’abord des réseaux professionnels2.

Contrairement à la plupart des lecteurs et lectrices d’Academia, plutôt inquiet·es de l’état de l’emploi scientifique en France3 que de théories ou de bouts de tissu, ces personnes s’offusquent de la prise de position de la Conférence des présidences d’université.Défenseures des libertés académiques (sic), elles demandent ainsi, ni plus ni moins que la création d’une « instance chargée de faire remonter directement les cas d’atteintes aux principes républicains et à la liberté académique »4.

Mais, comme Academia, elles s’étonnent du silence de Frédérique Vidal.

https://www.flickr.com/photos/78183557@N06/6853648864/in/photolist-brCK2J-diUmqy-9VQgrA-7G5xTD-rEFKt9-9YmiDS-6SNKk-8DZfMR-apNak7-529676-TTpRwD-qUSWVQ-8vxA38-R7n8bt-RNWVX8-3htuep-4JPBRm-wHHU-q2oeXV-aSumH-xdyL-dVGtpU-h5Hug-2ezZhFN-es12o-6Mew84-8vwKex-djrCiQ-36naUy-6KvcU2-QPqtW4-xUR1A-9ocw5Q-6EvWMD-5qTjnd-5Uz74i-8moaBC-64LPFV-7ELm7L-eH6nEP-9kL5uk-69b11-cukdr3-RfUdcd-NSNRJm-5yRLy6-5Xc3zC-76Lwbs-2FjiaE-SjzWPi

Denial (c) and the rest, 2012

Continuer la lecture

  1. On y compte aussi un ancien Ministre de l’Éducation nationale et des « associés» au statut plus flou. []
  2. C’est d’ailleurs par un de ces canaux qu’Academia a obtenu cette tribune en cours de publication dans un titre de presse national. []
  3. Academia s’apprête à publier une analyse de l’édition 2020 de l’État de l’emploi scientifique en France. []
  4. On se demande à qui une telle instance rapporterait les fameux incidents « directement » : la Ministre Vidal, le Ministre de l’Intérieur, le Président de la République ? Valeurs actuelles, directement ? []

Vidal on a la dalle, on veut des postes et d’la maille ! Mobilisation anti-Vidal à Angers et au Mans, 23 octobre 2020

Jeudi 22 et vendredi 23 octobre, F. Vidal a poursuivi sa tournée des universités en France pour défendre sa LPPR face à une communauté universitaire toujours vent debout contre le manque de moyens pérennes pour la recherche, contre la précarisation accrue des personnels et le manque de logement pour les étudiant·es. A l’Université d’Angers, nous étions chacun des deux jours plus de 80 collègues et étudiantes à accueillir la ministre avec nos revendications affichées sur nos banderoles. Ce sont plus de 700 postes, 7 millions d’euros et 500 logements étudiants dont nous manquons pour atteindre la dotation moyenne des universités en France. Cette situation est inacceptable pour nos étudiant·es toujours plus pauvres, pour les personnels toujours plus précaires et pour les titulaires au bord du burn-out collectif.

Alors que la ministre à ignoré nos plaintes le jeudi, elle n’a pas été en capacité de répondre à nos revendications lors d’un échanges avec des collègues mobilisé·es, à l’extérieur mais aussi à l’intérieur des réunions qu’elle menait, ce vendredi.

L’intersyndicale de l’Université d’Angers a, part la suite, eu un entretien avec le directeur de cabinet de la ministre, qui propose une dotation exceptionnelle d’urgence pour l’Université. Cependant, le chiffre officieux donné la veille faisait état de 8 postes, soit 1% des besoins immédiats.

Le compte n’est pas bon et les personnels et étudiant·es de l’Université d’Angers resteront mobilisées jusqu’a l’obtention des moyens nécessaires pour pouvoir fonctionner et accueillir les étudiant·es dans des conditions décentes.

Nous ne voulons toujours pas de la LPPR.

Vidal on a la dalle, on veut des postes et d’la maille!

Le comité de mobilisation et l’intersyndicale de l’Université d’Angers

Université d’Angers, 23 octobre 2020

Frédérique Vidal déclare au comité de mobilisation : « J’ai été présidente d’une université qui était aussi sous-dotée »

#FactChecking L’Université de Nice est dans la moyenne des universités avec 9.7k€/étudiant, soit 30% de plus que celle d’Angers, dans le quart le moins bien traité avec 6.9k€/étudiant.

(c) Julien Gossa

Continuer la lecture

Sur la chute de l’Université, en quatre graphes

  • d’après Guillaume Miquelard, maître de conférences habilité en physique des polymères, auteur d’un blog EducPros Un tout petit monde
https://twitter.com/gmqlrd/status/1317462346734993410

Évolution du nombre d’étudiant∙es à l’Université (modulo de petites incertitudes liées à des chiffres concaténés de sources différentes), par Guillaume Miquelard, 2020

par Guillaume Miquelard, 2020.  Source: Personnels du supérieur: bilans et statistiques

Il s’agit de l’évolution du nombre de postes ouverts aux concours MCF sur plus de 20 ans1. Les chiffres 2020 sont provisoires (mais d’ores et déjà légèrement meilleurs que 2019)

Continuer la lecture

  1. NDRL: texte adapté de la série de tweets de Guillaume Miquelard, 17 octobre 2020. []

Choses vues … en amphithéâtre

  • par Anne-Sophie Chambost, historienne du droit, Sciences Po Lyon,  Chrystelle Gazeau, historienne du droit, université Jean Moulin Lyon 3, Soazick Kernéis, historienne du droit, université Paris Nanterre, Grégoire Bigot, historien du droit, université de Nantes, Myriam Biscay, historienne du droit, université Jean Moulin Lyon 3.
https://www.flickr.com/photos/cubn6/2634138204/in/photolist-51LDvW-qrgZy3-ortPuE-2i9vHgH-E7HqPD-nj5Ue2-ed4kAY-FpmkbQ-2amdm4s-qrbVrY-4q4MEP-9RFWyN-XWUHP7-cXsgCG-2iFPnvy-rV4Nq3-RcnAGF-2jPehvL-bYEux9-23JsKuK-22Aa5dg-2jDccpn-88ruxJ-2jKHVwn-24r7u1T-9QhaM6-MbTrfu-9PfbqH-77N3fW-2hHmpjD-MVxEb-9nT9gP-7gqL2G-2gboDco-4MkQyp-4eXnGs-2jCycCV-NaXx37-9AavY-WZZgmy-2hvYemE-9jcxpv-2jzYwbB-XF9DGQ-huTEKJ-SrCQSm-K1S97q-P4V6uf-5w5dDp-27gnzVW

(c) Martin Gervais, 2008

Conscients de ce que les évènements tragiques survenus à Conflans-Saint-Honorine pourront perturber la réception de notre analyse de la situation provoquée par des propos proférés en amphithéâtre, nous tenons à rappeler que si l’intolérance a revêtu dans l’histoire des formes variables, le fait que notre société soit aujourd’hui régulièrement confrontée à ses manifestations les plus extrêmes appelle une dénonciation ferme de ces horreurs. Cela ne doit donc, a fortiori, pas empêcher de réfléchir à la portée de certains discours énoncés dans le cadre universitaire, lequel est, au même titre que l’école, le lieu de l’apprentissage de la tolérance.

Depuis la dernière rentrée universitaire, la presse s’est fait le relai des inquiétudes de néo-étudiants confinés dans des amphithéâtres bondés, qui documentaient « en live » la situation chaotique de certains cours à grand renfort de vidéos circulant ensuite sur les réseaux sociaux. Cette même presse, qui fait généralement peu de cas de l’activité pédagogique des historiens du droit et de leur rôle dans la diffusion des savoirs juridiques, n’a pas manqué non plus de se faire l’écho de l’émoi suscité récemment par des propos tenus dans un amphithéâtre, qui eux aussi ont agité les réseaux sociaux1. Ceux qui connaissent le monde de la justice ont déjà entendu l’adage « la plume est serve mais la parole est libre ». Force est de constater qu’à l’ère des smartphones et des réseaux sociaux, la parole captée par un auditoire choqué, échappe au locuteur qui pense — naïvement — la retenir dans le secret de l’amphithéâtre.

Dans le cas d’espèce, on objectera bien sûr que l’universitaire, professeur ou maître de conférences, est protégé par son statut, auquel sont attachées un certain nombre de libertés. Il n’est ainsi pas inutile de rappeler que

« le service public de l’enseignement supérieur est laïque et indépendant de toute emprise politique, économique, religieuse ou idéologique ; il tend à l’objectivité du savoir ; il respecte la diversité des opinions. Il doit garantir à l’enseignement et à la recherche leurs possibilités de libre développement scientifique, créateur et critique » (Code de l’éducation, L.141-6).

On rappellera aussi que le Conseil Constitutionnel a constitutionnalisé les libertés universitaires (Décision n°83-165 du 20 janvier 1984). Statut et liberté dont la récente Loi de Programmation de la recherche 2021-2030 montre toutefois combien ils sont fragiles dès lors que le périmètre de ceux qui en bénéficient se réduit. À charge donc, pour celles et ceux qui jouissent encore d’un tel statut — que d’aucuns ne manqueront pas bientôt de qualifier de privilège — de ne pas le rabaisser inconsidérément.

« Les enseignants-chercheurs, les enseignants et les chercheurs jouissent d’une pleine indépendance et d’une entière liberté d’expression dans l’exercice de leurs fonctions d’enseignement et de leurs activités de recherche, sous les réserves que leur imposent, conformément aux traditions universitaires et aux dispositions du présent code, les principes de tolérance et d’objectivité » (Code de l’éducation, L.952-2).

Les libertés universitaires et les garanties de l’enseignant-chercheur – pas plus que le port de la robe -, ne protègent en somme du ridicule d’un point de vue2 amené au renfort d’une démonstration maladroitement assénée du haut de la chaire. Pour le dire autrement : le métier d’universitaire impose la construction d’une argumentation objectivement étayée et le respect des lois de la République ; non moins fort, le respect de l’étudiant exige qu’on ne lui impose pas un point de vue discriminant, même au prétexte d’une démonstration. Car les usagers de ce service public qu’est — encore — l’enseignement supérieur jouissent aussi de garanties (Code de l’éducation, L. 811-1, alinéa 2).

Continuer la lecture

  1. NDLR: àce sujet sur Academia, voir Caméra au poing, par Christelle Rabier, 11 octobre 2020. []
  2. On est loin du « subtile (sic) questionnement philosophico-juridique » rapporté par les auteurs d’un article de soutien contre un professeur victime de la « bien-pensance » ; droit de réponse de l’auteur des propos auxquels les précédents admettent que ne revient sans doute pas la « palme de la délicatesse ». []

« Notre discipline se trouve désormais en danger ». Motion CNU 72, automne 2020

Nous, membres de la section 72 du Conseil National des Universités (Épistémologie, histoire des sciences et des techniques), nous inquiétons des dangers de démotivation et de démoralisation auxquels font face les enseignant∙e∙s-chercheur∙se∙s dans le contexte actuel. Nous souhaitons à la fois témoigner de notre entier soutien aux membres relevant de la section 72, en poste ou souhaitant le devenir, et alerter le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, sur les menaces pesant sur l’investissement, la qualité du travail et jusqu’à la santé des personnels de l’ESR.

Depuis plusieurs années, les syndicats et les universitaires à titre individuel alertent sur la dégradation des conditions de travail en matière d’enseignement et de recherche. L’accumulation des charges administratives peu ou mal reconnues produit un état de stress chronique et peut conduire à la démission réelle ou effective, voire au « burn out ». Ces situations, traitées tant bien que mal par la médecine du travail, restent aujourd’hui appréhendées comme des cas isolés qui devraient être traités individuellement, sans que ne soient dénoncées les conditions générales de travail qui peuvent en être directement à l’origine.

Constatant que la situation déjà difficile s’aggrave avec une rentrée mal préparée par le MESRI, sans moyen supplémentaire, et par une reprise de la pandémie ; que des changements majeurs dans les conditions d’exercice de nos métiers sont décidés en procédures accélérées sans que les besoins et souhaits de notre communauté soient pris en compte ; que nos doctorant∙e∙s et docteur∙e∙s non titulaires font parfois le choix difficile de ne plus continuer leur thèse ou leur recherche d’emploi permanent, nous jugeons que notre discipline (entre autres) se trouve désormais en danger.

Même si nous refusons d’appliquer le suivi de carrière souhaité par le MESRI en tant qu’évaluation récurrente, obligatoire et potentiellement pénalisante, nous tenons à rappeler que nous avons toujours exprimé le souhait d’accompagner les collègues qui rencontreraient des difficultés professionnelles de tous ordres. Nous invitons ceux et celles qui se sentiraient concerné∙e∙s, titulaires ou non, à prendre contact avec la section, qui s’efforcera dans la mesure du possible de les aider.

Nous engageons les autres sections de Conseil national des universités (CNU) à suivre notre initiative, en coordination avec la Commission permanente.

Motion adoptée par voie électronique le 16 octobre 2020, par 28 voix pour et 1 refus de se prononcer. 

Julien ne veut pas être président de l’Université de Strasbourg

https://twitter.com/sluniversite/status/1314555064854417408?s=20

« Ministère de l’ESR ou rien du tout », Sauvons l’université, 9 octobre 2020

https://twitter.com/JulienGossa/status/1314503928218869762?s=20

 

Continuer la lecture

« Il n’y avait pas de place pour s’asseoir ». La rentrée universitaire selon France Info

En passant

Covid-19 : « Les universités ont avancé en ordre dispersé » jusqu’à la mise en place de la jauge de 50%

Les bâtiments universitaires ne pourront pas accueillir plus de 50% de leur capacité habituelle, dans les zones d’alerte renforcée et d’alerte maximale. Cette nouvelle mesure doit mettre un terme aux stratégies variables d’un établissement à l’autre.

Objectif : des amphis à moitié remplis. Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, a demandé aux universités de réduire le nombre d’étudiants accueillis dans leurs locaux à partir du mardi 6 octobre, quand elles sont situées dans une zone d’alerte renforcée ou d’alerte maximale. Dans le détail, les salles d’enseignement, les cantines et les bibliothèques ne pourront plus accueillir plus de 50% « de leur capacité nominale ».

Branle-bas de combat dans les facs ? « Pour nous, ces nouvelles mesures ne changent rien », répond le président d’Aix-Marseille Université, Eric Berton. Après les annonces d’Olivier Véran concernant Marseille, il y a une dizaine de jours, il a donné la consigne aux 18 facultés, écoles et instituts de réserver la présence des étudiants aux TP, aux étudiants en fracture numérique, aux examens et aux évaluations. Chaque doyen ou directeur de composante doit ensuite affiner le dispositif en fonction des équipements et de la taille des locaux.

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-les-universites-ont-avance-en-ordre-disperse-jusqu-a-la-mise-en-place-de-la-jauge-de-50_4129415.html#xtor=CS2-765-[twitter]-

Des étudiants en médecine lors d’un cours magistral à l’université de Nantes (Loire-Atlantique), le 24 septembre 2020. (MAXPPP)

Continuer la lecture

Le doyen Gabriel en a marre

https://twitter.com/ASBarthez/status/1313179934496620544?s=20

Tweet de la Dgesip, 5 octobre 2020, 20:11

Circulaire inopinée de la Ministre hier, 5 octobre, bons vœux de la Directrice générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle aux Parisien·nes :ce matin, le doyen de la faculté des Humanités sature.

La contestation a gagné les facs de droit : entretien de Véronique Champeil-Desplats à Dalloz étudiants

En passant

En dépit des conditions très difficiles de la rentrée, la contestation du projet de loi de programmation de la recherche s’accélère dans toutes les branches disciplinaires de l’ESR. Y compris du côté des facs de droit. Signe des mouvements en cours, nous signalons ici l’entretien que Véronique Champeil-Desplats a donné à la plateforme actu.dalloz-etudiant.fr, une plateforme éditoriale privée très consultée par les étudiant·es en droit.

Véronique Champeil-Desplats est professeure de droit public à l’université de Paris-Nanterre, vice-présidente déléguée à la recherche de cette université et vice-présidente de la section 02 du CNU.

Lire l’entretien « Le projet de loi de programmation de la recherche 2021-2030 »

Tribune. Nous avons besoin d’établissements universitaires à taille humaine, structurés en petites entités autonomes

Cette tribune est parue dans Le Monde, le 29 septembre 2020.

La rentrée à l’université prend des airs de cauchemar. Nous payons le fait qu’en dix ans l’ensemble des instances locales de délibération et de décision, qui auraient été les plus à même d’anticiper les problèmes, ont été privées de leurs capacités d’action au profit de strates bureaucratiques. Le pouvoir centralisé de celles-ci n’a d’égal que leur incapacité à gérer même les choses les plus simples, comme l’approvisionnement en gel hydroalcoolique et en lingettes. Le succès instantané du concept de « démerdentiel » est un désaveu cinglant pour ces manageurs qui ne savent que produire des communiqués erratiques jonglant entre rentrée en « présentiel » et en « distanciel ».

On sait pourtant à quelles conditions les universités, au lieu de devenir des foyers de contagion, auraient pu contribuer à endiguer la circulation du virus : des tests salivaires collectifs pour chaque groupe de travaux dirigés (TD), à l’instar de ce qui est mis en place à Urbana-Champaign, aux États-Unis; la mise à disposition de thermomètres frontaux; une amélioration des systèmes de ventilation de chaque salle et de chaque amphi, avec adjonction de filtres à air HEPA et de flashs UV si nécessaire; l’installation de capteurs de qualité de l’air dans chaque pièce, avec un seuil d’alerte; la réquisition de locaux vacants et le recrutement de personnel pour dédoubler cours et TD, partout où cela est requis.

Un budget insuffisant

Les grandes villes ne manquent pas d’immeubles sous-exploités, souvent issus du patrimoine de l’Etat, qui auraient pu être très vite transformés en annexes universitaires. De brillants titulaires d’un doctorat capables d’enseigner immédiatement à temps plein attendent, par milliers, un poste depuis des années. Tout était possible en l’espace de ces huit derniers mois, rien n’a été fait.

https://www.flickr.com/photos/stanzim/25925421958/in/photolist-FuWyHL-5JBBWa-rEJq34-LFyZSC-rxAP6C-HiN1qg-LbzqM-uaC4vA-uqNZd-woUp1W-22mmFSf-7vGsCx-zkRRHc-JV2Ss6-XKsp6S-ELTCkD-6hvtvz-4SrG3W-4M53Sw-be9np2-zAMbLL-PyvQQQ-2KuM9-bEuDhP-4jFnRh-pcjprD-9qFzJx-6jRLH5-hJU6bS-5De4EU-hBt2TR-g98JKJ-913rMY-FSdXnk-rDT5b-si3sEj-7285tr-9YF3Su-Sk4M-6kUdo-3kwkNA-79wjmo-JkKYbs-JmXVVX-899YPk-4VwXHd-aVA4Sr-tYFK-rnSaAR-aCEZcg

Yellow trees, by Stanley Zimny, 2017

Continuer la lecture

Une autre université est possible. RogueESR invite au débat

https://twitter.com/Gjpvernant/status/1309251340284178432?s=20

25-26 septembre : deux jours de réflexion prospective pour l’ESR à l’initiative de Rogue et Politiques des Sciences

Jour 1. 25 septembre 2020 (I)

14h : Introduction – RogueESR

Parole scientifique et parole experte: enjeux démocratiques

14h15-15h30 : Barbara Stiegler, Emmanuelle Huver, Marc Debono, Didier de Robillard en visio; sous réserve)

Pratiques universitaires en temps de crise démocratique et environnementale

16h00-17h15 :Finalités et les modalités de notre enseignement: Véronique Durand
Recherche et Workday for Future: Vincent Guillet
Sciences Citoyennes: Aude Lapprand
Labo1point5

Jour 2. 25 septembre 2020  (II)

17h15-18h : Un nouveau modèle de publication scientifique
Exposé introductif: Johan Rooryck puis discussion

18-18h45: La division du travail scientifique
Exposé introductif : Romain Brette “Un autre laboratoire est possible” puis discussion

Romain Brette, directeur de recherche Inserm à l’Institut de la Vision, a analysé le lien entre dégradation de l’exigence scientifique, extension de la précarité matérielle et subjective et apparition de la figure du « Principal Investigator ». Il élabore un principe de refondation de la recherche sans division du travail savant.

Continuer la lecture

Lendemain de vote : l’Université qui vient

Academia, à mesure que la Loi de programmation de la recherche 2021-2030 prend forme, reçoit des messages manifestant colère, démoralisation, désengagement,
Le texte ci-dessous nous est parvenu, après le vote de l’article 3 de la loi, sur les chaires de professeur junior, avec l’avertissement suivant:

« Après quelques années dans un département de sciences sociales d’une université nord-américaine de rang moyen, voilà quelques notes sur l’Université qui vient en France si le train des réformes de l’enseignement supérieur se poursuit dans la même direction ».

  • Par un ancien titulaire de chaire de professeur junior tenure track d’université nord-américaine, devenu maître de conférences en France

L’Université qui vient, c’est être invité à boire un verre deux jours après ton arrivée sur un poste tenure-track par la directrice de ton département, qui t’explique ce que c’est qu’un bon dossier pour passer les étapes : le renouvellement du contrat après trois ans, donc un dossier à déposer au bout de deux ans, et la titularisation après 5 ou 6 ans. Il faut faire de bons cours ou plutôt, faire des cours bien évalués — on t’apprendra plus tard les astuces pour ça — , il faut participer aux comités administratifs, — nombreux, on y reviendra —  et surtout, il faut aller chercher des subventions et en faire des articles. D’ailleurs, ça tombe bien, le premier concours auquel tu peux candidater est dans trois mois, l’Université a une personne dédiée pour relire ton dossier et ton labo est super efficace pour revoir les budgets. C’est compris ? En fait, tu le sais déjà, c’est en montrant que tu étais déjà prêt à être candidat que tu t’es fait recruter.

L’Université qui vient, c’est le tribunal des collègues : la présentation de toutes tes activités devant le département au complet qui vote sur le fait de te garder ou pas. Il n’y a pas de désaccord scientifique, quelques questions polies sur les orientations de recherche mais surtout il y a des chiffres : tant d’argent, tant d’articles, tant d’étudiant.es dirigé.es, tant de colloques. Les vieux se souviennent des moments où il y avait des engueulades politico-scientifiques entre bords opposés du département. Et il en reste un ou deux qui tentent leur chance pour discuter le fonds. Mais les jeunes sourient. C’est fini tout ça : un article dans une bonne revue pour dire qu’il faut faire la révolution et un article dans une bonne revue pour dire que les inégalités sociales c’est de la génétique, c’est le même bon point. Le bonus, c’est que la décision des profs du département est ensuite soumise à tout un parcours dans l’administration de l’Université. Donc, le département peut voter pour virer un prof qui va finalement être titularisé quelques mois après. Bonne ambiance garantie pour les deux/trois décennies suivantes.

https://www.flickr.com/photos/crazysphinx/4035062492/in/photolist-79yKuY-r4CoZV-2aU5k2n-8kWdYW-hqQx2-i2Hwop-2hoGAPB-WF9G4M-5Evrz9-5GQP2T-5vwT5z-5HTink-LvTiWh-bVKYpo-PFiAYd-KoFa95-zQZFqQ-2V3eTL-38uF-3yJa4Y-k85e2K-5s5RVi-MU4jnw-Kx7mQD-kQ42w5-jBdTeZ-LzbbL1-8wkz18-p26eet-2jpk4Xc-kHrDS-dNevZ3-2grqC3f-2hCRk3u-2hMi5r7-P3pa3c-yENd2-2jggvQS-9Ddsq6-phGXfH-qokNi1-2hoHr9t-2g6FYgs-PyRhSc-7dwF3n-57PN6-2jBgMDp-2jpDgZD-2iQbnrb-6jBKM6

Dead leaves, by Al Ibrahim, 2009

Continuer la lecture