Atelier d’art thérapie — Soigner l’Université

Correspondance dans une université parisienne

Proposition de Serge*1

Il y a quelque chose de possible, c’est de mettre en place un atelier de peinture. Je ne sais pas quelles sont les disponibilités de salles d’atelier à l’UFR αω le soir, mais ce que je sais, c’est que la couleur est un anti-dépresseur extrêmement puissant. Mes étudiant·es qui ont souvent touché à pas mal de cames me le font souvent remarquer. Matisse disait qu’il y avait un paradis dans la couleur, mais c’est vrai. La couleur c’est de la lumière, et comme la vie a besoin de lumière, dès que l’hiver arrive, les gens vont mal. Alors avec un confinement hivernal… Moi quand ça ne va pas, je peins. Et comme ça ne va jamais, je peins tout le temps. Du coup la couleur est devenue l’espace où je vis, ma terre promise et mon salut. Sans ça, je ne serai certainement plus là pour vous en parler.Il suffirait que chacun vienne avec une boîte d’huiles ou des aquarelles et quelques autres produits que je vous indiquerai. La térébenthine c’est une drogue qui ne coûte pas très cher et ça pourrait faire tenir chacun.e jusqu’à la lumière du printemps. Les étudiant·es pourraient venir ainsi que les prof·es  qui en ont envie. De toute façon devant la couleur, la peinture, la création, tout le monde est à égalité, nu comme Adam et Eve au paradis. S’il y a des volontaires et qu’on trouve une salle, je peux trouver trois heures par semaine pour vous initier à ce genre de shoot. Il y a une accoutumance c’est sûr, mais c’est sans danger pour la santé.
Pour aider les étudiants à acquérir le matériel, il faudrait trouver un petit budget. (je crois qu’on peut trouver pour 20€/ 25€ environ des tubes d’huiles pas trop chers) Pourquoi l’huile ? Parce que ce sont des sensations qui n’ont rien à voir avec l’acrylique. Si ça vous dit. On peut faire quelque chose d’un peu autogéré. Sans dieu ni maître mais où chacun pourra reprendre des forces au paradis. En plus la peinture c’est bien, parce que quand on peint on peut se parler, et ça fabrique des endorphines.
Amateures et amatrices de paradis artificiels, on monte une salle de shoot?

Serge*

Réponse de la direction de l’UFR  à quelques personnes — mercredi 13 Janvier, 15:24

Cher Serge, j’y suis personnellement tout à fait favorable, et je trouve même que ce serait indispensable. Hélas, le gouvernement ne nous autorise pas à mettre cela en place, il a du reste interdit les cours de dessin pour le personnel Biatss lors du premier semestre, sachant que les seuls usages autorisés en ce moment à l’université sont les usages pédagogiques inscrits dans la maquette officiellement et purement à l’attention des étudiants. Le prétexte sanitaire nos coupe les ailes systématiquement,

bien à toi, Jean-Luc*

Ça s’est poursuivi comme ça :

Chers ami·es,

j’ai proposé un atelier de peinture à l’usage des profs, étudiants, biatss.

On me répond que c’est impossible. (ci-dessous l’échange de mail avec la direction de mon UFR). Y aurait-il des lieux à Université α qui puissent accueillir ce genre d’initiative ou est-ce qu’on va être condamné à regarder nos étudiant·es , et nos camarades se laisser cabosser l’existence et se suicider sans qu’on puisse rien y faire?

Derrière les jérémiades du gouvernement, il y a la réalité d’une non assistance à personne en danger évidente. S’il y a une direction élué cet après-midi, il faudra qu’elle se prononce rapidement sur la poursuite de ce légitimisme suicidaire.

Serge*

Affiche, 2021

  1. *Les prénoms ont été anonymisés. []

Comment enseigner à distance ? Comment transmettre le désir d’apprendre ? — Paroles de mathématiciens

https://www.flickr.com/photos/melolou/25214310831/in/photolist-Eq6Wa6-bCz4Q7-Cj5Goe-LdLdFv-4QNu9F-2Z2eU-4q2tuy-7Z3txW-dGDpEz-dQnLt-2EKPBo-6nY1Rh-4ACMkQ-3cp5t2-GhCPFy-2TTvtL-9E1oVF-gpjUX-bRtLo6-HEUJHG-e6kcEx-bvHkdn-Tvk6gw-8TrnyZ-4By2Sc-7AbkpJ-byjtFX-Gzcsm-EP2ajd-3uS6n-dcdPN-D5MP-A3QyAz-5KmSsC-6nPQge-2wtemo-6DM8aN-rbSE8E-dMVJB-qAPMUy-8beFLb-bBdYK-oTEe29-ac8g8-wBEHm-dTf9Q-4DrMuy-qoYoom-bvGwYz-c7dhoq

Étincelant hiver. Crédit: Louise Leclerc, 2016

« Étudier à distance fonctionne mal, voilà tout »

  • Tribune par Serge Cantat, initilalement publiée dans Le Monde,

Tribune. En janvier 2019, la revue Science publie un article de Justin Reich et José A. Ruipérez-Valiente. Leur but : analyser le succès des cours en ligne dispensés par l’université Harvard et le Massachussets Institute of Technology, cela à partir des données couvrant la période 2012-2018 et regroupant plus de cinq millions d’inscrits. Cinq millions et six cent trente mille, pour être plus précis.
Continuer la lecture

Travail d’archive (7). 2015. Sciences critiques publiait « L’université sous hypnose numérique »

De quelle université avons-nous besoin ? Un espace émancipateur propice au débat et à la réflexion, où les évolutions du monde sont décryptées autrement que dans l’urgence ? Ou bien un laboratoire pour l’innovation à tout prix, au service de la compétition économique ? La deuxième option est en train de l’emporter sur les ruines de la première.

Un article de François Jarrige et Thomas Bouchet, maîtres de conférences en histoire à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté, paru le 17 octobre 2015…

Hypnotic Séance (Richard Bergh) – Nationalmuseum – 18855. Creative Commons

A (re)lire sur le site de Sciences critiques: https://sciences-critiques.fr/luniversite-sous-hypnose-numerique/

Le retour de la hiérarchie des normes… et des vraies responsabilités : celles des président∙es vis-à-vis des étudiant∙es de leur université

Ça y est, le gouvernement a décidé de prendre la question de la souffrance étudiante et professionnelle dans les universités à bras-le-corps (sic) : il a modifié l’article 34 du décret du 29 octobre 2020, celui qui, jusqu’à présent, interdisait les formations en présentiel, sauf « lorsqu’elles ne peuvent être effectuées à distance compte tenu de leur caractère pratique dont la liste est arrêtée par le recteur de région académique ». Par un décret paru au Journal officiel du 10 janvier 2020, en effet les universités sont désormais autorisées à accueillir des groupes d’étudiants pour des « activités de soutien pédagogique »1.

Cette modification dominicale confirme d’abord ce qu’Academia dénonce depuis trois semaines : la circulaire du 20 décembre de la directrice générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle (DGESIP), Anne-Sophie Barthez, était grossièrement illégale, dans la mesure où elle « permettait » l’accueil, à partir du 4 janvier prochain, d’étudiant·es identifié·es comme « les plus fragiles », « sur convocation » et « en petits groupes de dix », alors même que le décret du 29 octobre 2020 interdisait un tel accueil.

Maintenant que ce décret est modifié, l’accueil préconisé par la circulaire est rendu possible, comme en témoigne désormais l’article 34 du décret du 29 octobre 2020, tel que modifié ce 10 janvier 2021 :

Mais cette modification réglementaire fait plus que cela : elle fait tomber tout le calendrier de la « reprise progressive des enseignements » prévu par la circulaire du 19 décembre. La formule retenue par le décret publié ce 10 janvier est suffisamment large, en effet, pour autoriser les universités à organiser leurs propres conditions d’ouverture, selon les choix que feront les conseils au niveau de chacun des établissements, et sans avoir besoin de solliciter l’accord du rectorat.

Libre aux universités, donc, de choisir le nombre d’étudiant·es concerné·es, leur niveau de diplôme et le calendrier de leur accueil, en fonction de la configuration de leurs locaux et, plus généralement, de leur capacité à respecter les mesures sanitaires nécessaires. La seule contrainte tient aux activités concernées : elles doivent être des « activités de soutien pédagogique ».

Affiche, 2018

« Activités de soutien pédagogique » : c’est peu clair, et c’est sûr que ce n’est pas une petite limitation. Mais qu’on ne s’y trompe pas : juridiquement, il n’est pas nécessaire d’attendre l’interprétation jupitérienne et hors-sol du ministère pour savoir ce qu’il faut entendre par-là. Le décret est d’application directe, ce qui signifie que chaque établissement a désormais la responsabilité d’en discuter au niveau de ses instances propres, pour prendre les décisions qui paraissent localement les plus appropriées. C’est, autrement dit, la prétention du ministère à monopoliser le pouvoir d’ouverture et de fermeture des universités qui se fissure, et c’est en soi une bonne nouvelle du point de vue des franchises universitaires, comme Academia l’expliquait il y a quelques semaines.

Ainsi donc, Olivier Ertscheid devrait peut-être encore désobéir pour limiter la souffrance étudiante. En revanche, les établissements ne pourront plus s’abriter derrière la parole déconnectée du ministère : c’est au niveau de chaque université que les responsabilités doivent désormais être prises, pour construire des solutions permettant de concilier la situation sanitaire et la souffrance étudiante mais aussi professionnelle.

Un beau bazar s’annonce donc, et on n’est pas sorti d’affaire : quand on voit comment certaines universités ont géré les examens, en imposant le présentiel et en balayant les craintes des étudiant·es au nom de l’absolue nécessité d’évaluer encore et toujours, il y a de quoi être inquiet·es.

  1. Academia remercie Claude Danthony et Vivien Zalewski-Sicard, pour leur impeccable veille. []

Cédric fait un petit point sur les sessions de substitution pour les épreuves universitaires parce que le MESRI dit n’importe quoi

Continuer la lecture

Contre la récupération du handicap par les personnes anti-écriture inclusive

Après le guide pratique sur l’organisation de séances de travail en visioconférence (réunions, séminaires, etc.) respectueuses, voici un « billet pour dénoncer la récupération du handicap par les personnes qui s’opposent à l’écriture inclusive. Écrit par les personnes concernées par le validisme et le sexisme, ce billet demande aux personnes non concernées de cesser de brandir l’argument de la cécité, de la dyslexie ou de la dyspraxie pour justifier leur position, et aux personnes concernées mais réactionnaires d’arrêter de parler au nom de toute la communauté handie » (Efigies Lyon, 15 décembre 2020).

  • par les membres du Réseau d’Études HandiFéministes (REHF)
    Publié originellement sur Efigies, 15 décembre 2020

Les membres du Réseau d’Études HandiFéministes (REHF), concernées pour la plupart par le sexisme et le validisme et chercheurses à l’université ou ailleurs, exprimons aujourd’hui notre désaccord et dénonçons la récupération du handicap pour justifier des positions anti- écriture inclusive, par des personnes généralement concernées ni par le sexisme, ni par le validisme. Au nom de la cécité, de la dyslexie ou de la dyspraxie, certain-e-x-s s’opposent à l’usage et au développement de l’écriture inclusive. Pour le REHF, il s’agit d’un argument doublement fallacieux.

En premier lieu, cet argument tend à homogénéiser l’opinion de l’ensemble des personnes déficientes visuelles et avec des troubles dys. Il existe assurément des handi-e-x-s qui défendent l’écriture inclusive. Il est donc problématique que des personnes non concernées ne consultent pas ou s’expriment à la place des personnes concernées par le validisme, tout comme il est problématique que des personnes concernées ne considèrent pas la pluralité des discours sur ces débats. En effet, l’argumentation s’appuie parfois sur des textes publiés par des personnes handicapées, à l’instar de la lettre de la Fédération des Aveugles de France, intitulée « Les aveugles disent non au mélange des genres ». Le REHF doute fortement que l’ensemble des aveugles de France aient été interrogé-e-s sur la question. Par ailleurs, le REHF s’oppose aux points suivants1 :

« […] Nous ne saurions pas mélanger les genres : si l’on peut dire et faire de la question de la construction de la langue un sujet qui aurait rapport avec une quelconque discrimination sexuelle, c’est là faire preuve d’une inculture incroyable et de confusion redoutable. »

« C’est donc un bien pitoyable combat que celui de se battre à peu de frais contre une règle arbitraire, en la faisant passer pour le symbole d’une discrimination sociale. »

Le mépris pour l’écriture inclusive dans ces deux extraits fait fi de toute une littérature scientifique sur la question. Tout d’abord, la sociolinguistique s’échine à montrer, depuis le XIXe siècle, qu’une langue est socialement construite et, à ce titre, qu’elle reflète les rapports sociaux dans leur ensemble. Donc lorsqu’il est dit que le masculin l’emporte sur le féminin, ce n’est pas sans raison, ni sans incidence. Loin d’être une règle arbitraire, cette oppression organisée discrimine et dissimule des populations dominées. Ensuite, l’histoire et la grammaire ont également révélé que cette hégémonie masculine au sein de la langue française est très récente (seconde moitié du XVIIe siècle), et qu’elle a entraîné une perte de vocabulaire, un vocabulaire aujourd’hui réinvesti par les défenseurses de l’écriture inclusive. Enfin, les études du discours ont expliqué que l’écriture inclusive n’est pas qu’une simple histoire de « mélange des genres ». Sur tous ces sujets, nous invitons nos interlocuteurices à se renseigner.

Dessin représentant une main avec des ongles rose fluo qui parvient à sortir d’une fenêtre sur un écran d’ordinateur en suivant des touches de la même couleur. Credit: Janine, 2021

Continuer la lecture

  1. source : https://aveuglesdefrance.org/presse/les-aveugles-de-france-disent-non-au-melange-des-genres. []

Les étudiants oubliés : de la méconnaissance aux risques

  • par Fabrice Gartner, Université de Lorraine.
    Texte initialement publié sur LinkdIn le lundi 28 décembre 2020

Ce qui suit n’est qu’un billet d’humeur qui n’engage évidemment ni la Faculté, ni ses étudiants dont je n’entends pas ici être le représentant. Et je ne parle que de ceux que je crois connaître, dans les disciplines de la Faculté qui est la mienne. On ne me lira pas jusqu’au bout mais cela soulage un peu.

Le président de la République a vécu à « l’isolement » au pavillon de la Lanterne à Versailles. Ce n’était pas le confinement d’un étudiant dans sa chambre universitaire, mais il aura peut-être touché du doigt la vie « sans contact ». On espère qu’elle cessera bientôt pour nos étudiants, les oubliés de la République…

Oubliés des élus (j’excepte mon député qui se reconnaîtra), y compris locaux, qui, après avoir milité pour la réouverture des petits commerces, n’ont plus que le 3confinement comme solution, sans y mettre, et c’est le reproche que je leur fais, les nuances qu’appelle une situation estudiantine qui devient dramatique.

Oubliés depuis le premier confinement. Alors qu’écoliers, collégiens et lycéens rentraient, ils n’ont jamais eu le droit de revenir dans leur Faculté. Le « distanciel » était prôné par notre Ministère. On neutralisera finalement les dernières épreuves du baccalauréat, acquis sur tapis vert. Pourtant, aux étudiants, et à nous, on refusera la neutralisation des examens d’un semestre terminé dans le chaos. Ils devront composer et nous tenterons d’évaluer, mal.

Tout le monde rentre en septembre… Pour les étudiants, le ministère entonne désormais l’hymne à « l’enseignement hybride »… On coupe les promotions en deux. On diffuse les cours en direct à ceux qui ne peuvent s’asseoir sur les strapontins désormais scotchés… Les étudiants prennent l’habitude du jour sur deux. Les débuts technologiques sont âpres, nos jeunes ont une patience d’ange, mais on sera prêts à la Toussaint.

Faculté de droit, Université de Lorraine. Crédit: F. Gartner, 2020

Continuer la lecture

« Peut-on rendre la recherche “productive” ? », par un économiste de l’EHESS

En passant

« Peut-on rendre la recherche “productive”? »

  • par Pierre-Cyrille Hautcœur, directeur d’études à l’EHESS, Le Monde, 18 décembre 2020

Tribune. Le Parlement a adopté, le 20 novembre, la loi de programmation de la recherche, malgré la très large hostilité du monde de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR), au-delà des clivages politiques habituels. Il est vrai que, tout en prétendant réaliser un « effort sans précédent », elle redresse à peine la tendance à la baisse ou la stagnation des dépenses qui affecte la recherche et l’enseignement supérieur depuis deux décennies, alors qu’elles augmentent dans la plupart des pays avancés, à partir de niveaux déjà plus élevés.

Mais l’insuffisance budgétaire n’est pas ce qui rend cette loi si impopulaire chez les chercheurs. C’est plutôt qu’elle demeure dans la continuité doctrinale des principales réformes de l’ESR depuis au moins 2002. Accusée d’être inspirée par les économistes, artisans d’une « science lugubre » qui placerait les choix purement gestionnaires au-dessus des ambitions scientifiques, cette loi s’appuie de fait sur la microéconomie des incitations et des organisations pour remettre en cause un monde de la recherche publique très largement installé dans un système statutaire jugé a priori « inefficace ».

L’objectif est d’accroître la productivité de la recherche en créant plus d’incitations, de hiérarchie et de concurrence. Plutôt que de revaloriser tous les salaires (qui ont décroché par rapport au secteur privé et à l’étranger), on récompense davantage les meilleurs chercheurs, les meilleurs laboratoires, les meilleures universités pour inciter tout le milieu scientifique à travailler plus et mieux. L’outil premier de cette politique est l’Agence nationale de la recherche (ANR), grande bénéficiaire de la loi, qui répartit une part croissante des budgets par appels d’offres, permettant une mise en concurrence des projets de recherche et la mise en avant de thématiques ou méthodologies prioritaires en cohérence avec la politique du gouvernement.

Chercheurs « précaires »

La même logique a été appliquée depuis 2007 par le programme « Investissements d’avenir » aux laboratoires, formations doctorales, universités et grandes écoles. C’est désormais au Haut Conseil de l’évaluation de l’ESR (HCERES) de piloter l’évaluation à tous les niveaux. Cette restructuration, qui tranche avec l’évaluation de la recherche par les pairs, semble être la clé de voûte de la politique suivie, comme en témoigne le fait que Thierry Coulhon, l’un des architectes des réformes depuis le cabinet de la ministre de l’enseignement supérieur Valérie Pécresse (2007-2011), jusqu’à celui du président Macron, a quitté récemment cette fonction pour prendre la présidence du HCERES.

More signs of natural cooperation. Credit: OUr Enchanted Garden, 2005
Without the assistance of ants in the garden, this peony would not be able to open up properly – one bit me the other day when I put the support rings up – yikes! Guess the ant didn’t think I was cooperating too!

Continuer la lecture

En tirer les conséquences. Le président de l’Université de Bretagne occidentale commente les résultats du « plan de relance »

Le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation a annoncé  en septembre 2020 un « plan de relance » de 6,5 millards d’euros. Les résultats viennent d’être annoncés, annonçant la sélection de 4214 projets pour 2,7 milliards d’euros (sic) en faveur de la rénovation énergétique des bâtiments de l’État, de l’enseignement supérieur, de la recherche et de la vie étudiante.

Le président de l’Université de Bretagne, Matthieu Gallou, occidentale prend ses responsabilités.

Il s’agit d’une nouvelle étape dans la contestation du rôle du HCERES, après le communiqué de la CP-CNU, mardi 15 septembre, invitant les enseignants-chercheurs et enseignantes-chercheuses à cesser toute participation aux visites HCERES.

#ResistESR

À Brest, l’Université de Bretagne occidentale (UBO) fait partie de l’alliance « Université européenne des mers » ou « SEA-EU ». (Archives Le Télégramme)

 

Gilles juge indispensable d’interdire les relations entre profs et étudiantes (ou étudiants)

Continuer la lecture

Flaminia explique pourquoi les caméras des étudiant∙es peuvent rester éteintes

Continuer la lecture

Isolement des étudiant∙es : Géraldine en appelle à la responsabilité des collègues

Continuer la lecture

Un étudiant de Master, un doyen de droit : à quand les retrouvailles ?

Academia republie ici, avec l’accord de leurs auteurs, deux courriels adressés l’un sur une liste de diffusion de l’Université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne et l’autre par le doyen de la faculté de droit. Les deux disent la même chose : le souhait de se retrouver, de le faire dans des bonnes conditions sanitaires, mais de se retrouver. Aujourd’hui, seul le gouvernement — et peut-être bientôt le Conseil d’État qui devrait rendre la décision concernant le référé-liberté déposé par Paul Cassia — et audiencé le 3 décembre 2020 ((Le message que Paul Cassia a adressé à la communauté de Paris-1 à la sortie de l’audience avec un seul juge du Conseil d’État vendredi, n’était pas encourageant.)) — les en empêchent.

Nous en empêche. #ResistESR

https://www.flickr.com/photos/mikeensor/2116288802/in/photolist-4e1wVY-fGKXS-eDN1fr-DZDDrK-Dpnm-nTEUuF-7LovMh-22K9fsW-B1GsWV-kAZ5Gj-bpZEb4-gNSH6g-8zEaa2-mc16EB-M4LMdJ-eevZ7f-M5oP39-q5kDBu-MG9Jhc-eew3WU-nqecf5-aEHDVL-oHB6fQ-4KsJCn-PfUi95-9fzByo-5mwjw6-yJwZu2-4aKk7b-Jb2We4-pokP7U-eeqghM-LyWhmE-cC9G5Q-5bLzKa-yHLPUn-eevYVj-cLAPPY-8WSTRd-eeqhGV-pqUEs1-ESwBd5-i7JtNn-foPSbD-j7e96P-i7JrU2-6v9C7Q-eeqgQx-eevYNd-4z5wVp

…PrIsOn… Credit: Mike Ensor, 2006

Courriel de Dominik, étudiant en Master de Science Politique à l’Université de Paris-1

 » (…) Je me permets de vous transmettre le point de vue qui est le mien, celui d’un étudiant lambda, mais qui passe beaucoup de temps à échanger avec les autres. Je vous conjure d’y prêter attention, parce que ces quelques lignes ne sont pas souvent écrites, mais elles passent leur temps à être prononcées entre étudiantes et étudiants.

Continuer la lecture