L’Institut Montaigne a-t-il déjà mis les pieds dans une université ?

  • par Catherine Rideau-Kikuchi, Université de Versailles Saint-Quentin

Le 13 mai dernier, dans une note du blog de l’Institut Montaigne, Francis Vérillaud a livré un résumé de son « Tour de France virtuel d’universités » au temps du confinement et de la continuité pédagogique. La note s’ouvre sur la photographie d’une étudiante, assise à son bureau devant son ordinateur, travaillant un cours imprimé et stabiloté. Une belle image en ce temps de crise… Mais regardons de plus près : la jeune fille se trouve dans un bel intérieur, une cheminée en marbre surmontée d’un large miroir ouvragé, une bibliothèque de mangas à côté de son bureau. D’ailleurs elle a un espace de travail réservé, équipé de matériel informatique – en plus de son ordinateur, une imprimante puisqu’elle tient dans sa main des notes de cours imprimées. Quiconque a enseigné à l’université ces dernières années sait que cet intérieur ne correspond en rien à la réalité des conditions de travail de la plupart de nos étudiants…

Ce n’est qu’une illustration bien sûr. Cela ne serait pas bien grave si cette vision idyllique – voire franchement fantasmée – de la vie étudiante n’était pas au cœur des conclusions de la soi-disant enquête menée par Francis Vérillaud. Commençons ce voyage au cœur du monde merveilleux des universités au temps du Covid-19…

NB : ce texte ne parlera que des aspects touchant à l’enseignement, et non de la partie recherche de ce texte, qui mériterait un développement ultérieur.

Étape 1 – Nous sommes des gens formidables

Alors oui, merci. Merci de reconnaître à quel point tous les personnels de l’université ont été mobilisés pour les étudiants, pour faire en sorte que leur formation se poursuive, qu’ils puissent passer des examens quand cela a été la solution choisie, d’assurer la délivrance des diplômes. Nous avons été nombreux à considérer que continuer le suivi et la formation de nos étudiants était une priorité, même si cela se faisait dans des conditions difficiles. Mais à lire ce texte, on croirait que tout s’est fait sans heurt, sans difficultés…

Continuer la lecture

Examens à l’Université de Montpellier (UM) : panique à tous les étages et cynisme assumé.

La question des examens universitaires en période de Pandémie de Covid-19 continue à révéler chaque jour un peu plus l’incurie de certaines présidences d’universités. Aujourd’hui, c’est l’Université de Montpellier qui est mise à l’honneur suite à une séance épique de la Commission Formation et Vie Universitaire de ce jeudi 14 mai. Le syndicat étudiant SCUM (Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier) revient dans un communiqué sur ce moment d’anthologie.

Examens à l’Université de Montpellier (UM) : panique à tous les étages et cynisme assumé.

Lors de la séance du jeudi 14 mai de la CFVU (Commission Formation et Vie Universitaire), l’élue étudiante du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) a soumis au vote une proposition de cadrage des notes afin que le contexte particulier lié au confinement soit pris en compte de façon exceptionnelle. Il s’agissait d’autoriser et d’encourager les composantes et les enseignante.s à ne prendre en​ compte dans le calcul de la moyenne du second semestre que les évaluations en contrôle​ continu s’étant déroulées avant le 13 mars, ainsi que les notes strictement supérieures à​ 10/20 à l’issue des examens en distanciel.​
En complément, nous proposions dans notre cadrage que la « règle du max » serait appliquée pour ce semestre entre​ les examens et les rattrapages, afin de conserver la meilleure des deux notes obtenues​. Cette modalité est en vigueur depuis de nombreuses d’années dans beaucoup d’universités, comme à l’Université Paul Valéry Montpellier 3, et encourage les étudiant.e.s à aller aux secondes évaluations afin d’améliorer leurs notes.
Balayant d’un revers de la main les difficultés rencontrées par des milliers d’étudiante.s, la présidence de l’université et ses affidés ont voté contre toute forme de cadrage des notes (19 contre, 3 pour, 1 abstention, 1 ne prend pas part au vote). Les 3 votes favorables à la prise en compte des difficultés liées à la situation sanitaire et sociale étaient ceux de notre élue du SCUM, et de deux enseignant.e.s, que nous remercions pour leur soutien et leur engagement en faveur des étudiant-e-s. Nous regrettons que les autres représentant.e.s étudiant.e.s se soient rangés du côté d’une présidence qui méprise ouvertement les conditions d’études et les chances de réussite de milliers d’étudiants.
Plusieurs membres des directions de composantes se sont opposés aux mesures de bon sens que nous proposions, prétendant que les étudiant.e.s ne rencontrent « aucun problème » numérique. Apparemment, nous « dramatisons » les conditions d’études pendant le confinement…
Nous rappelons que face à l’ampleur de la précarité alimentaire étudiante pendant le confinement, des associations humanitaires et le CROUS ont du organiser des distributions de nourriture. Nous rappelons aussi que face à la détresse et l’anxiété généralisée, des lignes téléphoniques d’écoutes ont du être ouvertes par de nombreuses institutions et associations.
Comment osent-ils nier la gravité d’une pandémie mondiale qui nous a imposé d’être enfermés pendant 55 jours, parfois dans des logements exigus et insalubres ?
On pourrait se demander dans quelle tour d’ivoire vivent ces gens !
Force est de constater ici qu’il ne s’agit ni d’ignorance, ni d’incompétence, mais juste d’une mauvaise foi assumée mise au service d’un élitisme débridé et déconnecté de la réalité.
Depuis plusieurs semaines, des centaines d’étudiant.es de plusieurs composantes de l’Université de Montpellier ont lancé l’alerte à travers des pétitions, démontrant ainsi l’ampleur des difficultés rencontrés. Les étudiant.e.s de la Faculté de Droit et Sciences Politique, de la Faculté des Sciences, en Master et Doctorat, ou encore de la Faculté de Pharmacie, ont alerté de façon massive et répétée les directions de leurs composantes sur les conditions inégalitaires et dégradées dans lesquelles se déroulent les examens en ligne.
Ces pétitions et alertes montrent bien que l’absence de cadre d’organisation et l’autonomie laissée aux composantes de l’université revient à créer d’importantes inégalités entre étudiant.e.s face à leurs partiels, dans un contexte sanitaire et social inédit.
Encore une fois à l’Université de Montpellier, les étudiant.e.s sont juste une variable d’ajustement.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

Lettre aux députés au sujet du projet de loi « portant diverses dispositions urgentes pour faire face aux conséquences de l’épidémie de covid-19 »

Directrices et directeurs de laboratoires, nous organisons actuellement les plans de retour à l’activité sur nos sites, en dialogue avec nos établissements de tutelle. Cette planification doit concilier le redémarrage des laboratoires et la protection des personnels par la participation à la lutte contre la circulation du virus. Cette reprise ne sera pas simple et se heurte à de nombreux obstacles. Dans la plupart des cas l’ouverture des locaux n’est d’ailleurs pas envisagée en continu avant le mois de septembre, et tout le personnel ne sera pas autorisé à les occuper au même moment. La période du confinement et les mois qui vont suivre auront ainsi des conséquences délétères pour la recherche dans son ensemble, et en particulier pour les doctorant.e.s et les postdoctorant.e.s sous contrat ainsi que le reste du personnel contractuel.

Le fait que ces derniers ne soient pas éligibles au dispositif du chômage partiel met particulièrement en péril l’aboutissement de leurs recherches. Car, si les activités ont été suspendues durant le confinement et risquent d’être très contrariées durant les mois qui viennent, les échéances des contrats n’ont pas été modifiées et les salaires sont toujours financés par les structures de recherche. Les projets se trouvent amputés de plusieurs mois de travail et les enveloppes budgétaires permettant de les financer sont désormais insuffisantes. Faut-il préciser que si le télétravail peut dans certains cas être efficace, il n’est pas adapté, loin de là, au bon déroulement de l’essentiel des activités ?

L’ensemble de la communauté scientifique a besoin de retourner au plus vite dans les laboratoires, sur le terrain, dans les bibliothèques et les services d’archives, mais elle sera en grande majorité dans l’incapacité de le faire. Ces impossibilités, conjuguées à l’annulation des événements scientifiques, à la suspension des collaborations internationales et à la pénurie des postes à venir, qui se manifeste déjà dans le secteur privé, obèrent particulièrement le futur des jeunes sous contrat. Toutes et tous doivent dès à présent obtenir des certitudes pour leur avenir à court terme.

Il est nécessaire que les doctorant.e.s et les post-doctorant.e.s financés ainsi que les autres personnels contractuels obtiennent des garanties de compensation. Continuer la lecture

Seconde tribune du collectif des chargé·es d’enseignement précaires à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

12 mai 2020

Mesdames, Messieurs,
Nous, doctorant·es, docteur·es, chargé·es d’enseignement actuel·le·s, passé·es ou futur·es à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour en sciences humaines et sociales, adressons d’abord tous nos plus sincères remerciements aux 78 personnes (directeur·rice·s de laboratoires, Professeur·es, enseignant·es-chercheur·se·s, chargé·es d’enseignement, membres de l’administration, personnel BIATSS, représentant·es syndicaux·ales) qui ont manifesté publiquement leur soutien à notre « Tribune des chargé·es d’enseignement précaires de l’UPPA » ainsi que celles et ceux qui l’ont fait en privé.
Nous nous trouvons cependant dans l’obligation d’interpeller à nouveau la Communauté universitaire sur la situation qui frappe certain·es d’entre nous :
En ce début de mois de mai 2020, certain·es enseignant·es vacataires en SSH n’ont reçu qu’un acompte pour les enseignements qu’il·elle·s ont effectués et d’autres n’ont toujours pas été payé·es pour les cours dispensés au cours du 1er et/ou 2nd semestre.
L’épidémie de COVID-19 a frappé le quotidien de toutes et tous. Nous demandons cependant que la situation des enseignant·es précaires de l’Université ne soit pas pour autant passée sous silence.
Retraçons à ce sujet les évènements qui se sont produits ces derniers mois dans notre Université. Le 6 mars, un communiqué de presse réunissant 54 signataires et destiné à alerter l’opinion publique sur la situation des vacataires de l’UPPA a fait l’objet d’articles dans La République des Pyrénées et Sud Ouest, en sus d’un entretien sur France Bleu Béarn. En réponse à notre première Tribune du 9 mars envoyée en interne, 78 voix se sont élevées publiquement pour soutenir notre action. Le 11 mars, la Présidence de l’Université faisait part de sa position vis-à-vis des réactions suscitées par notre Tribune, dans un e-mail ayant pour objet « Situation des vacataires à l’UPPA ». Il était notamment annoncé avec réserve((« Nous allons nous attacher à régler ces situations d’ici avril 2020 sous réserves que les étapes 1 à 6 supra soient traitées par le collège avant fin mars 2020. Nous allons les accompagner pour cela. » (extrait de l’e-mail du Président du 11 mars 2020).)) que les paiements des vacations interviendraient au plus tard à la fin du mois d’avril et non en mars, comme nous le demandions (raisonnablement puisqu’étaient en cause des enseignements dispensés depuis septembre 2019).
Quelques heures plus tard, M. Sébastien Riguet informait la Communauté universitaire que le vote d’une motion destinée à soutenir notre Tribune avait été rejeté en Conseil de collège pour des questions de forme. Le 14 mars, Mme Anne Combarnous relayait l’information selon laquelle le paiement des enseignant·es vacataires serait désormais subordonné à la preuve du service fait via la transmission des supports de cours sur une plate-forme numérique.
Confronté·es à l’indignation de la Présidence de l’UPPA et au silence de la direction du Collège SSH, nous avons décidé de créer un Collectif des chargé·es d’enseignement précaires de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour en sciences humaines et sociales. Pour lever toute incertitude réelle ou supposée à ce sujet, précisons bien sûr que le Collectif n’est pas seulement composé des vacataires dont les paiements sont en souffrance ; il s’étend bien au contraire à tou·te·s les enseignant·es, doctorant·es et docteur·es, actuellement, auparavant ou bientôt précaires qui souhaitent manifester leur soutien à celles et ceux que l’Université néglige de payer et qui souhaitent dénoncer, plus largement, la précarité sous toutes ses formes qui frappe notre Faculté afin d’y remédier.
En réponse à notre e-mail adressé à la direction du Collège le 20 mars où nous demandions un entretien à distance portant sur nos demandes, nous avons été invité·es faire preuve de patience et de compréhension en cette période troublée. Nous en avons convenu et nous pensions donc que les promesses sur le paiement des vacations au plus tard fin avril seraient au moins tenues.
Dans la mesure où cela n’a pas été le cas, nous avons à nouveau sollicité un entretien le 30 avril auprès de la direction du Collège qui a eu lieu ce lundi 4 mai.
En dépit de la collaboration de la direction, des explications données et du travail accompli, aucune garantie n’a été donnée, que ce soit sur une date de paiement des vacations ou un allègement planifié des procédures.
L’un des arguments avancés sur le traitement différencié des paiements réside dans le fait que l’Etat et l’Université prioriseraient le paiement des vacataires « les plus fragiles » en cette période de confinement. Cette explication ne nous convainc pas au vu de la diversité des situations que nous avons pu constater et au regard du fait qu’elle ne justifie pas, en tout état de cause, la dette de l’Université qui s’est étendue du mois de septembre 2019 jusqu’au 17 mars 2020.
À l’heure où nous nous sommes toutes et tous prêté·es au jeu de la « continuité pédagogique »,
À l’heure où les notes attribuées par les enseignant·es non-titulaires en SSH constituent une part non-négligeable, si ce n’est majoritaire, des résultats de contrôle continu (CC) et d’examens terminaux à distance (ET),
À l’heure où il nous est demandé de saisir ces notes en faisant fi de l’absence totale ou partielle de paiement qui frappe certain·es d’entre nous,
À l’heure où les CDD d’enseignement qui nous sont proposés prévoient des rémunérations intolérables,
Et maintenant que notre aimable patience de précaires (dé)confiné·es est parfaitement épuisée,

Université de Pau et Pays de l’Adour

Nous rappelons une dernière fois nos revendications avant d’annoncer les mesures auxquelles tou·te·s les enseignant·es s sont invité·es s à se joindre.

Les universités, l’enseignement à distance et le Covid-19 (1/2)

  • par David Soldini, Université de Paris-1 Panthéon Sorbonne

Seconde partie

Alors que nos universités vivent depuis quelques semaines un des psychodrames dont elles ont malheureusement l’habitude au sujet des modalités d’examen ou de contrôle des connaissances à appliquer cette année, il peut être utile de prendre le temps de réfléchir quelques instants à la situation inédite à laquelle les universitaires sont confrontés et, surtout, à la manière dont cette crise va modifier, en profondeur, les métiers universitaires et l’université toute entière.

En premier lieu, il faut remarquer et apprécier une véritable révolution spirituelle chez bon nombre de collègues, hier réticents et même hostiles à l’idée d’enseigner en ligne, de se faire enregistrer et diffuser, et qui semblent s’être convertis très rapidement à ces nouvelles méthodes, au point d’exiger, aux quatre coins de la France, l’organisation d’examens en ligne afin de sanctionner les cours en ligne ! Alors qu’il y a quelques semaines, beaucoup refusaient catégoriquement de se laisser filmer en cours, considérant qu’il s’agissait d’une insupportable atteinte à leur liberté de parole ou d’enseignement, ils défendent aujourd’hui avec véhémence la conversion de l’université au tout numérique, examen compris, ce qui n’a pourtant jamais été envisagé même par les plus numériques d’entre nous. Étonnant revirement. Bien sûr, il convient d’interpréter ce nouvel amour pour ce qu’il est, c’est-à-dire un simple flirt passager lié aux circonstances particulières du confinement et la manifestation d’une addiction à l’examen et à la sélection qui frappe beaucoup d’universitaires.

Toutefois, pour quelqu’un qui s’est battu presque dix ans pour développer la politique de pédagogie numérique de son université, cela reste un phénomène plaisant à observer. Naturellement, comme souvent, les nouveaux convertis se montrent imprudents, excessifs et bien trop zélés. Leur amour naissant les fait oublier bien des enjeux, comme la protection de la vie privée ou le nécessaire respect de l’égalité entre étudiant∙es. Il convient, maintenant qu’ils ont la foi, de les faire réfléchir sur l’outil hier haï et aujourd’hui vénéré. Il y a urgence car si la conversion totale au numérique est une vue de l’esprit confiné, la réflexion sur ces outils désormais popularisés mais toujours méconnus doit désormais s’envisager dans une perspective de profonde rénovation de l’université que la crise sanitaire a complètement bouleversé au point de rendre un retour à la situation antérieure difficilement envisageable.

Des limites de l’enseignement numérique

Une des premières choses qu’il convient de rappeler est le fait que l’équation « cours présentiel = cours à distance » n’a jamais été vraie. Il y a une différence de nature entre les deux et il faut davantage envisager leur complémentarité plutôt que de les croire substituables. D’ailleurs, il ne s’agit pas d’établir une hiérarchie entre ces deux formes d’enseignement ! Dans certains cas, l’enseignement à distance se montre plus efficace que l’enseignement présentiel : il permet aux étudiant∙es de travailler en fonction de leur propre emploi du temps, ils peuvent revoir les interventions enregistrées, les utiliser pour apprendre puis réviser, poser leurs questions au milieu de la nuit ou en plein dimanche avec l’espoir de recevoir une réponse, rarement immédiate mais dans un délai raisonnable.

https://www.flickr.com/photos/papaye_verte/35258650332/in/photolist-VHFNmm-8QJjqr-679du5-E1zvH-679dvG-2hkbCw7-JT1dGi-VP5JMV-FcWDfS-5gTgDG-dTYQPB-vK99kT-2gstSNF-fFre5n-h86HjE-nMnr7v-71QQ2b-gh9QWi-2ifqXGT-5wWCrL-3hiDnG-M4BRAE-2gMWDxF-bE9Kxt-5uHh7T-D51cjR-9sqphB-8ZJqvF-23a3Mkb-5vF2Ej-5vF2Eu-9o9iTG-29p8Yyw-Ms1JUJ-9qKWAH-Ufn51W-ATkgdq-JmDaSB-9Gtayq-MtW5mY-JmD9SR-Nk3yeR-4zwcc4-mVwru-qs7zsv-J8Ne53-eYr6S2-3GgeU-dSo3JW-5gNVvX

Student, University of Toroton, 2017

Continuer la lecture

L’autre université que nous souhaitons !

  • par le Collectif de précaires de l’Université de Caen

La crise que nous vivons actuellement révèle au grand jour, sous une forme sensible et immédiatement perceptible, l’impasse dans laquelle mène le modèle néolibéral. Elle a montré à quel point les biens communs, les services publics, au premier rang desquels l’hôpital public, avaient été soumis à l’austérité budgétaire et à la mise en concurrence généralisée au détriment de la santé. De même, les conditions du confinement ont révélé une fois encore les fractures sociales et territoriales qui structurent le pays.

Cette crise a illustré l’importance de nombres des moins considéré.es d’entre nous : les ouvrières et ouvriers « non qualifié·es » comme les éboueuses et éboueurs ; les aides soignant·e·s ; les infirmièr·e·s ; les salarié·e·s de la grande distribution ; et tant d’autres qui ont été mis·es en danger pour permettre aux services essentiels de continuer à tourner. Certaines de ces professions connaissent souvent la précarité et méritent une meilleure considération.

Des services publics déstructurés, des brutalités policières dans « les quartiers populaires » qui ne s’arrêtent plus, une pénurie des moyens de protection élémentaires comme les masques et le gel hydroalcoolique, des situations de famine dans certains départements français : est-ce ça le progrès tant vanté par les chantres de la « start-up nation » ? Ces idéologies ont failli. Il n’est plus acceptable de devoir quémander et compter sur le bon vouloir d’institutions austéritaires pour l’obtention d’un travail digne de ce nom, de subventions, de masques ou de nourriture ! La crise du coronavirus n’a pas généré ces modes de gestion des services publics, basés sur la pénurie généralisée dont nous souffrons déjà au quotidien depuis longtemps, elle les a simplement rendus plus saillantes.

Toutefois, avec le déconfinement, à l’heure où la « haute société » priorise la reprise économique à la santé des gens, il n’est plus temps de se limiter aux diagnostics, aux expressions abstraites de solidarité et aux vœux pieux d’un « monde d’après » qui n’aboutira que si nous le construisons ensemble. Il est en effet vain d’attendre des mêmes institutions qui ont échouées hier à anticiper puis à gérer la crise, de nous en sortir demain. Au contraire, il faut impulser un nouvel imaginaire d’émancipation et construire collectivement un commun radicalement autre, à la place de la mise en concurrence généralisé des institutions et des individus, pour l’obtention des moyens concrets de notre subsistance collective.

Opération de collage de témoignages de précaires sur le campus, Caen (c) Ouest-France

Continuer la lecture

Si Claire doit refaire de l’enseignement en distanciel…

Terrains suspendus jusqu’à nouvel ordre

  • par Saskia Meroueh, Université de Nantes

Frédéric Restagno a présenté dans une lettre à Madame Frédérique Vidal les conséquences désastreuses que la situation actuelle va engendrer chez les doctorant·es en sciences dites « dures ». Ce court texte a pour vocation de compléter cette démarche importante en prenant en compte les spécificités des sciences sociales. Les circonstances actuelles vont avoir des conséquences de très long terme pour les thèses qui s’appuient sur des enquêtes ethnographiques1.

Ces retards ne vont pas se résumer à la seule période de confinement. Une thèse de sciences sociales s’appuie essentiellement sur le recueil de matériaux sur le terrain. La réussite de nos enquêtes est dépendante des liens plus ou moins durables que nous créons avec nos enquêté-e-s, surtout lorsque nous sommes au début de nos recherches.

Le terrain se travaille, se négocie, la présence d’un·e ethnographe ne va jamais de soi, même quand elle est acceptée. Plusieurs semaines sans terrain peuvent remettre en cause notre présence sur ce terrain, fragiliser les relations humaines que nous avions commencé à construire. Les liens que nous tissons avec nos enquêté·es se fondent sur une relation quotidienne, ou du mois régulière, sur le terrain.

Négocier une présence de long terme dans une organisation est déjà un processus long et non linéaire habituellement et nécessite un temps long devant soi. Les consignes sanitaires vont sûrement rendre plus difficiles encore les négociations de présence d’un·e ethnographe dans des organisations quand cette présence est non essentielle à son fonctionnement. La légitimité de notre présence sera sans doute mise à mal par ces consignes de sécurité, notamment par le nombre de personnes maximum par lieu, qui vont s’étendre sur plusieurs mois à partir du déconfinement.

Les conséquences de la crise sanitaire sur la durée des thèses ne vont donc pas s’arrêter le 11 mai, les retards accumulés ne se résumeront pas à quelques semaines de terrain suspendu, lequel reprendrait naturellement son cours une fois le déconfinement acté. Il est probable que l’accès à certains terrains soit compromis jusqu’à la fin de l’année 2020.

Les prolongations de financements sont nécessaires, mais les promesses qui se limitent à deux ou trois mois de prolongation pour les doctorant·es en fin de contrat (et au cas par cas, car les établissements ne peuvent pas financer ces prolongations sur leurs fonds propres) montrent que le problème n’est pas vraiment pris au sérieux. Les doctorant·es, quelle que soit leur année de thèse, vont être retardé·es de nombreux mois dans l’avancée de leurs recherches, du fait de l’absence d’accès aux terrains, mais aussi aux ressources bibliographiques et à leur lieu de travail.

L’angoisse de ne pas mener à bien nos thèses dans les délais impartis, déjà si pesante habituellement, va être décuplée si les promesses de financement de notre Ministre ne sont pas accompagnées du budget nécessaire pour les honorer.

D’après Hilary Allison, The New Yorker

Sur Academia

 

  1. NDLR. Le raisonnement se tient aussi pour les thèses sociologiques, mais aussi historiques, exigeant la fréquentation de fonds d’archives et de collections patrimoniales. []

Bref, je suis en confinement

  • par Claire Douat, Université d’Orléans

Présentation: L’Université d’Orléans a lancé l’idée de réaliser une vidéo de 180 s sur notre confinement, en reprenant le principe de « Ma thèse en 180 secondes».
J’ai donc sauté sur l’occasion pour en faire une. J’ai alors réalisé une parodie de la fameuse série bref. de Kyan Khojandi afin de vous présenter ce que ça donne un chercheur en confinement.
Cette vidéo est à prendre avec humour (je tiens à signaler qu’aujourd’hui plusieurs outils ont été mis en place pour faciliter le télétravail, et je remercie les différentes tutelles d’avoir su réagir rapidement face à cette crise).
Bon visionnage!

L’étudiant qui s’était immolé à Lyon est « totalement réveillé » annonce sa famille, selon Actu

Anas, l’étudiant de 22 ans qui s’est volontairement immolé devant le Crous de Lyon le 8 novembre 2019 est « totalement réveillé » annonce sa famille ce jeudi 30 avril 2020.

Les proches de l’étudiant qui s’est immolé à Lyon (Rhône) s’étaient rassemblés devant le Crous de Lyon quatre jours après son acte pour afficher leur solidarité et revendiquer la dimensions politique de son geste. (©FH / Actu Lyon )

(…)

C’est sur la page Facebook « Soutenons Anas et sa famille », que la sœur du jeune homme a pris la parole pour révéler la nouvelle. « C’est avec une grande joie que je vous annonce qu’Anas est réveillé, depuis quelques semaines maintenant. Il était de moins en moins sédaté et était réveillé d’abord 1h par jour puis 2h etc. Jusqu’à être totalement réveillé », raconte-t-elle.

Nous sommes extrêmement heureux et heureuses de cette bonne nouvelle et souhaitons lui dire que nous sommes toujours et encore plus mobilisé·es pour que la précarité et la pauvreté étudiante soient anéanties.

Lire la suite sur Actu.fr

19 novembre 2019.  Étudiants, personnels administratifs et militants ont participé au rassemblement. DDM – A.P.

Continuité pédagogique, ruptures sociales. Comprendre nos étudiant·es en temps de confinement

  • par Lisa Carayon et Arthur Vuattoux, maîtresse et maître de conférences à l’Université Sorbonne Paris Nord, UFR Santé, médecine, biologie humaine, laboratoire IRIS.

Notre texte se base sur la démarche d’enseignant·es chercheur·es de la Licence Sciences sanitaires et sociales et de Masters de Santé publique de l’Université Sorbonne Paris Nord (ex-Université Paris 13).

Ayant le sentiment de ne pas bien cerner les difficultés vécues par les étudiant·es durant cette période de confinement, nous avons décidé d’aller vers elles et eux pour essayer de comprendre leur quotidien. Nous avons à cet effet construit un petit questionnaire en ligne qui nous a permis de recueillir de précieux renseignements.

Il ne s’agit pas de présenter ici ce questionnaire dans son ensemble1, mais de discuter certains aspects de ce qu’il permet de saisir de l’expérience du confinement parmi nos étudiant·e·s, et de ce que cela implique dans leur rapport à l’université. Ces remarques permettent aussi d’avancer quelques pistes quant à la relation à développer vis-à-vis de nos étudiant·e·s, dans une période si singulière : ne faudrait-il pas, dans ces temps particuliers, revoir nos priorités et faire vivre, en lieu et place d’une illusoire « continuité pédagogique », une « continuité critique » basée sur le maintien du lien et le refus de l’évaluation à tout prix ?

Au départ de la réflexion : des signaux faibles de difficultés sociales et d’inégalités face à la poursuite de l’enseignement à distance

Le 16 mars 2020 les universités se sont « arrêtées » – elles étaient toutefois déjà en partie « à l’arrêt » du fait de la contestation des réformes envisagées par le gouvernement, et nos cours étaient en partie « alternatifs ». Mais cet arrêt-là n’était pas préparé : annoncé brutalement, il a été mis en œuvre comme la plupart les décisions récentes du gouvernement, c’est-à-dire sans concertation, sans préparation, sans cohérence. Le 17 mars, c’est finalement la population dans son ensemble qui était confinée — hormis bien sûr celles et ceux qui continuaient de faire vivre les services de santé, le secteur de l’alimentation, etc. S’en est suivie une forme de silence au sein de la communauté académique. Silence entre collègues, du fait des multiples difficultés à organiser sa vie personnelle en temps de confinement, mais aussi silence dans notre relation à toute une partie de nos étudiant·es. Bien sûr, rapidement, nos échanges ont repris et quelques cours à distance ont remplacé nos cours d’amphi et nos TD : envois de documents, tchats, cours enregistrés, parfois cours en direct… Mais personne ne croyait réellement que ces cours de substitution allaient toucher l’ensemble nos étudiant·es. Nous en avons rapidement eu la confirmation.

Plusieurs constats se sont ainsi imposés à nous. Une poignée d’étudiant·es seulement interagissait avec nous et nous recevions des mails inquiets faisant état de difficultés de compréhension. Surtout, nous recevions des signaux inquiétants sur leurs conditions de vie : certain·e·s étudiant·es disant être sans accès à internet, d’autres relatant leur travail d’aide-soignante ou de caissière (emplois devenu beaucoup plus fatigants depuis le confinement), ou encore signalant qu’elles et eux-mêmes ou leurs proches étaient malades, parfois jusqu’à l’hospitalisation. Mais il ne s’agissait encore que de quelques messages, dont nous partagions le contenu général entre collègues régulièrement. Le confinement se prolongeant, l’inquiétude grandissait de notre côté concernant la situation de nos étudiant·es, d’autant que s’annonçait la question de l’évaluation des connaissances de fin de semestre…

https://www.flickr.com/photos/old_skool72/16193623551/in/photolist-qEYy74-peKcPk-EN99BN-cPQodw-p8vqLW-eYJJ39-6kCBgM-TqogjM-PTTeTJ-2hRkAER-7jkktN-8nTkDY-8nTiNy-9P4hSd-8nTp82-ntPMHQ-27JjGb2-98Eyjs-8Fi65d-dbLFBh-5EqGgV-7jkjWf-6gGNA7-QeEina-bkeDWx-TKCUEd-f1bhuQ-px7TMu-bBM11S-iXqVV6-fnF29X-eVmdXv-2h38B3o-prcCqk-2it18PC-Kpn8Xz-2erdcSj-D56SGP-2ijjRvN-2h5XUDN-2hLEcjZ-2hRRkUU-7S7dG6-7J1cq-eqc66R-bsRzRe-5KzWYD-8wUjVD-nw6GgM-c3hCA

Care, by old_skool72, 2014

Nous avons donc lancé, le 6 avril, un questionnaire en ligne, envoyé via les mails personnels récupérés dans différents cours par les enseignant·es, et avons reçu en deux jours 411 réponses, soit un taux de réponse de plus de 80% pour nos trois années de licence et deux de nos masters.

Des étudiant·es aidant·es à l’intérieur, exposé·es à l’extérieur

Tout d’abord, il est important de préciser que nos formations sont très largement féminisées : il y a, sans grande variation dans les dernières années, environ 5% d’hommes seulement dans nos promotions (6,6% dans le présent questionnaire). Une part importante de nos étudiant·es est par ailleurs issue des classes populaires, et plus de la moitié résident en Seine-Saint-Denis, où est localisée l’université. Pour les autres, les temps de trajet pour rejoindre l’université sont parfois très longs, dépassant fréquemment une heure pour venir sur le campus2. Nos étudiant·es vivent fréquemment, cela ressort du questionnaire, dans des logements partagés, déclarant par exemple vivre avec, en moyenne, 3,8 autres personnes dans leur logement.

Surtout, nous l’avons compris à la lecture des réponses à une question ouverte en fin de questionnaire, les conditions de confinement sont très diverses. Certes, une partie importante de nos étudiant·es parvient à se ménager un « espace à soi » (70,6% disposent d’un espace dans lequel ils ou elles peuvent s’isoler pour travailler) mais nombre d’entre elles et eux passent une partie de leur temps à s’occuper de membres de leur foyer ou ont continué à occuper un emploi salarié durant cette période (en télétravail pour une part, mais surtout dans des emplois exposés, aux caisses des grandes surfaces, à l’hôpital ou en EPHAD…).

Une étudiante explique ainsi vivre à cinq personnes dans un appartement de trois pièces. Elle explique qu’il est, chez elle, impossible de se concentrer et précise :

“Il faudrait se lever à 5h du matin pour pouvoir étudier dans le calme mais vous comprenez que c’est compliqué. Pour ma part, j’allais toujours à la bibliothèque pour pouvoir étudier dans le calme et lire des ouvrages. Cela fait deux semaines que j’essaye de lire un livre mais en vain. C’est vraiment démotivant. J’en arrive à faire des crises d’angoisses, j’ai une éruption de boutons qui sont apparus dû à ce stress. Enfin voilà c’était juste pour que vous compreniez bien ma situation qui est sans aucun doute la situation de beaucoup d’autres étudiants”.

Pour une autre étudiante, elle aussi confinée, la difficulté à se concentrer sur le travail universitaire se double de la nécessité d’assurer la « continuité pédagogique » pour des frères et sœurs :

« Durant le confinement, c’est très difficile de se concentrer sur le travail universitaire car je dois m’occuper du travail scolaire de mes petits frères et sœurs et m’occuper du foyer (la cuisine, le ménage, etc.)”.

Une autre souligne :

Avec le confinement, les crèches sont fermées, ma fille est donc exclusivement gardée par moi. J’ai du mal à trouver le temps pour me consacrer à mes études. Je dois aussi m’occuper de ma mère qui est actuellement hospitalisée”.

De fait, 64% des répondant·es estiment que le temps consacré à d’autres personnes (frères, sœurs, parents, personnes âgées, enfants, etc.) a augmenté depuis le début du confinement.

https://www.flickr.com/photos/45627980@N03/5756139788/in/photolist-9LDHPs-qSqG4-mff5qr-pZA9P2-4qr68t-rRdCd-6FyQpC-rRdCm-qSoMa-BS8wmy-2h37U6Q-5Cva69-84DAWg-5CwseT-rRejU-rRejP-h87Ltx-dTb3Q4-Ss3u3j-4qfNTX-2hHJQNg-6zzLkk-P3L73s-24jAUZ5-2h1nCii-2hkdvuN-PxZGba-2h2Zhi6-2hPGd4M-2iFGpT4-2hX6nnU-2iQCHsB-b4DZ1M-2giG7ZX-Pq8rW2-2h3DzUM-YvYKeU-MuSkYF-aqCoEg-2ikGv2K-3SXPXn-m4pBPe-YbzGXH-TPK6pH-dcZnM9-2bUyFEL-jFRYz3-PB7BTC-v1etLy-2cDK5JJ

Care, by Beauty Never Fades, 2011

Parmi les étudiant·es ayant continué à occuper une activité salariée, évoquons cette étudiante qui, vivant seule dans son logement, parle de son travail aux caisses d’un supermarché :

« Étant donné que je suis caissière dans un supermarché mes horaires, en cette période de confinement, ont énormément changé, je travaille beaucoup plus ce qui fait que je suis moins chez moi et lorsque je rentre je suis fatiguée de mes journées de travail qui ne cessent d’être plus chargées de jour en jour (…) De mon côté, dans le supermarché dans lequel je travaille, je ne peux me permettre d’être absente puisque vu la situation de nombreux collègues sont absents, ce qui rend la charge de travail plus conséquente« .

Pour d’autres, la “double-journée” travail salarié / travail domestique, prend actuellement un poids particulier, comme pour cette étudiante qui écrit :

Je suis salariée dans le domaine médical en plus de cela j’ai quatre enfants dont deux en primaire où il m’a fallu m’improviser professeur !! Avec en plus tous mes cours à revoir, c’est vraiment compliqué ”.

Malgré le maintien d’une activité salariée chez certain·es, les difficultés financières provoquées par le confinement semblent importantes, puisque 31,4% des répondant·e·s disent éprouver des difficultés financières nouvelles depuis le début du confinement. Quelques réponses évoquent d’ailleurs une inquiétude quant au prolongement éventuel de l’année universitaire, qui les empêcherait de commencer rapidement un « job d’été ».

Continuer la lecture

  1. Nous renvoyons à une première analyse disponible sous ce lien. []
  2. Des étudiant·es résident par exemple dans le 77 ou le 95, départements mal desservis en transports en commun susceptibles de rejoindre rapidement Bobigny. []

Enquête sur les conditions d’étude en période de confinement auprès d’étudiant∙es de sociologie de l’Université de Lorraine (Nancy)

  • Synthèse réalisée par Simon Paye et Elsa Martin

Ce compte-rendu d’enquête vient s’ajouter à ceux déjà publiés par des collègues des universités de Grenoble, de Nanterre, de Dauphine, de Paris 8, ainsi que de Rennes 2.

À Nancy, le conseil de formation de l’Université de Lorraine a indiqué que « des possibilités d’examen à distance sont bien réelles et opérationnelles. Il appartient à chacun d’adapter l’évaluation au regard des possibilités offertes. » Nous souhaitions avant tout vérifier s’il était possible pour tous les étudiants de poursuivre leurs études à distance et sans interaction en présentiel avec leurs enseignants et leurs camarades de promotion. Sont abordés ici les aspects matériels de la question du travail à distance, ce qui constitue à nos yeux une des bases essentielles pour l’appréhender sereinement.

Méthodologie d’enquête et profil des répondants

Un court questionnaire (19 questions, cf. Rapport complet) a été envoyé à l’ensemble des étudiants de sociologie de Nancy sur leur messagerie électronique de l’université. Nous avons également mis sur l’ENT le lien vers le questionnaire et avons demandé aux tuteurs de relayer l’information sur les réseaux sociaux (Facebook, Messenger).

La première sollicitation auprès des étudiants a été faite le vendredi 3 avril et a été suivie de deux relances (les 6 et 7 avril). L’analyse des données porte sur les questionnaires exploitables à la date du 8 avril. Les étudiants ont donc eu 5 jours complets pour répondre.

On compte 299 étudiants officiellement inscrits au semestre B de l’année 2019-2020 en sociologie à Nancy. Au total, l’enquête en ligne a conduit à la collecte de 210 questionnaires exploitables (sans doublons). Le taux de réponse s’élève à 70,2% (cf. Tableau 1). Ce taux plutôt élevé n’est pas pour autant satisfaisant, puisque nous restons sans nouvelle de 89 étudiants. On ne peut connaître les raisons de leur absence parmi les répondants, mais on peut faire l’hypothèse que la part des étudiants mal équipés pour étudier à distance est plus élevée parmi les non-répondants à l’enquête. Ainsi, les problèmes rencontrés pour étudier à distance seront sans doute sous-estimés dans nos analyses.

Tableau 1 : Nombre d’inscrits et de répondants par année

Effectifs des inscrits Effectifs des répondants Taux de réponse
L1 142 67 47,2%
L2 68 52 76,5%
L3 52 43 82,7%
M1 23 17 73,9%
M2 24 12 85,7%
Ensemble 299 21 70,2%

Le taux de réponse le plus bas se trouve chez les étudiants de première année, qui ne sont que 47,2% à avoir répondu à l’enquête. De manière générale, le taux de réponse croît avec le niveau d’études, pour atteindre chez les étudiants en master 2 un niveau très élevé, autour de 85%.

Il est utile de rappeler que parmi les étudiants en sociologie, plus de 60% sont des femmes et que seule la promotion de master 2 compte plus d’hommes que de femmes (respectivement 6 et 8). Les profils d’âge sont relativement homogènes en L1 et en L2, puis plus dispersés dans les années d’études ultérieures.

Dans le questionnaire, nous avons fait le choix de limiter le nombre de questions pour obtenir un taux de réponse le plus élevé possible. Nous n’avons donc pas inclus de questions visant à objectiver les positions et les trajectoires sociales des étudiants. Une question en revanche permet de connaître leurs conditions de logement et de vie au moment de l’enquête :

  • les trois quarts des enquêtés déclarent vivre dans un ménage de plusieurs personnes au moment de l’enquête ;
  • ils sont un peu plus de 7% à vivre seuls ;
  • ils sont 4% à vivre en résidence universitaire.

Il est difficile de savoir lesquelles de ces situations sont les plus propices pour faire face à l’épreuve du confinement.

https://actu.fr/societe/blocage-facs-metz-de-nancy-cours-annules-reportes-examens-maintenus_16393177.html

Etudiant-es à Nancy (2018),

Principaux enseignements

Consulter des contenus ou déposer des devoirs est permis par l’existence de plusieurs supports de communication internes à l’Université de Lorraine, mis à disposition sur un Environnement Numérique de Travail, supposés favoriser le maintien des liens entre étudiants et enseignants.

Continuer la lecture