« Écœuré par l’Université » : un précaire témoigne sur Révolution permanente

Jeune étudiant, j’ai fait le rêve d’exercer un métier, celui d’être enseignant-chercheur, maître de conférences. J’ai fait tout ce qu’il fallait pour y parvenir…

Jeune étudiant, j’ai fait le rêve d’exercer un métier, celui d’être enseignant-chercheur, maître de conférences. J’ai fait tout ce qu’il fallait pour y parvenir : un master recherche avec mention dans la prestigieuse école de Sciences Po Paris, celle-là même qui produit présidents et ministres (qui n’ont pas choisi la même voie professionnelle et politique que moi, la comparaison s’arrête là, je ne veux rien avoir de comparable avec ces minables) ; j’ai écrit une thèse validée avec la plus haute mention qui soit ; j’ai été qualifié à exercer les fonctions de maître de conférences dans trois disciplines ; je viens de publier un livre que j’ai coécrit et un autre que j’ai co-dirigé va sortir prochainement ; j’ai publié également treize articles dans des revues à comité de lecture, dont trois classés, sept chapitres d’ouvrage, quatorze articles dans des revues sans comité de lecture, organisé deux colloques internationaux et trois journées d’études ; j’ai enseigné plus de 900 heures. Et pourtant. Et pourtant, je suis au chômage depuis maintenant près de 6 ans. J’ai bien eu une audition l’année dernière à la Sorbonne, la prestigieuse Université dont le nom fait rêver dans le monde entier. Je suis arrivé deuxième attestant que j’ai sans aucun doute le niveau, le CV requis pour devenir enseignant-chercheur titulaire à l’Université mais sans m’offrir aucune perspective. Les rapports pour chacune de la vingtaine de candidatures que je fais chaque année depuis cinq ans attestent d’un « parcours brillant », de « grande qualité », du « dynamisme de l’activité de recherche » et pourtant, à l’exception de ce comité de sélection de la Sorbonne, tous les autres depuis maintenant cinq ans refusent de m’auditionner, pas assez de formation en langues, pas assez dans le profil du poste, pas assez de publications classées, chacun a sans doute une bonne raison pour ne pas m’auditionner ou plutôt tous ont en dernière instance, la même raison, trop de candidats pour pas assez de postes, trop de jeunes docteurs, une centaine en moyenne pour chaque poste, aux profils toujours plus brillants pour des postes toujours plus rares malgré le nombre d’étudiants qui augmente, un déséquilibre qui conduit forcément à une sélection toujours plus délirante.

Et pourtant, je tente de jouer le jeu de ce milieu professionnel toujours plus sélectif, je travaille à plein temps, les soirs, les week-ends, avec des statuts toujours plus variés (salariés dans certains établissements privés, auto-entrepreneurs dans d’autres établissements privés qui utilisent la législation pour ne pas payer de cotisations sociales, vacataires à l’Université, suivant les préceptes du néolibéralisme « multipliez les statuts pour individualiser la condition de chaque travailleur »). Cette année scolaire qui s’achève, j’ai dispensé 277 heures équivalent TD de cours, soit 144 % d’un service d’un maître de conférences titulaire. En ne comptant que mes activités d’enseignement, sans parler de mes activités de recherche : l’organisation d’un colloque international, la publication d’un chapitre d’ouvrage dans une maison d’édition prestigieuse, la publication d’un ouvrage… Près d’une fois et demi le travail d’un enseignant titulaire donc, mais pas la même paye évidemment, et de loin. Si les entreprises privées payent mensuellement comme le prévoit le Code du travail depuis 1971, les Universités françaises se permettent de payer avec plusieurs mois de retard. Ainsi, le paiement de mes cours dispensés entre septembre et décembre a été versé en février, le paiement de ceux dispensés entre janvier et mars est « en attente ». Mon contrat de travail, qui d’après le Code du Travail doit être signé avant le début des tâches à réaliser, je ne l’ai signé qu’en décembre, trois mois après le début de mes cours. Que se serait-il passé si j’avais eu un accident de travail entre septembre et décembre, par exemple ? Je l’ignore. Les règles les plus élémentaires du droit du travail ne sont donc pas respectées à l’Université mais la précarité a évidemment surtout un objectif budgétaire. Ainsi, en réalisant donc une fois et demi un service de maître de conférences, je gagne un peu moins que le SMIC, soit environ 40 % de ce que gagne un titulaire (tout dépend de son degré d’avancement dans sa carrière évidemment).

Mon activité étant irrégulière, dépendant du calendrier scolaire, les mois où ma paie est faible, c’est le RSA qui la complète, depuis plus de 4 ans désormais. Le RSA et son cortège de flicage, ses rendez-vous à Pôle Emploi pour se donner l’illusion de vérifier que le chômeur cherche bien un emploi, ses rendez-vous au Pôle Insertion du Conseil départemental aussi. L’an dernier, j’ai dû reculer de deux jours un aller-retour chez ma chérie pour un rendez-vous de dix minutes avec un conseiller qui me proposait de donner des cours dans l’ « école » de Maréchal-Le Pen. Toujours la même démarche, convoquer, humilier pour que certains renoncent à leurs droits à l’indemnisation, pour pouvoir radier un maximum de personnes. Si on ne veut pas que le RSA coûte un « pognon de dingue », la logique ne voudrait elle pas qu’on le consacre à ceux qui sont véritablement exclus du marché du travail et pas à ceux qui sont mis dans une position intermédiaire par les pratiques de l’État. Le véritable problème est que des établissements public ou privé refusent d’établir un véritable contrat de travail avec des congés payés comme l’exige le Code du Travail et que quelqu’un comme moi se retrouve à se faire financer ses mois d’inactivité par les budgets normalement dévolus aux plus démunis.

La précarité, l’incertitude au travail, a des effets destructeurs sur un individu, la perte d’estime de soi, des dizaines d’ouvrages de sociologie l’ont démontré. Le fonctionnement de l’Université a désormais ce pouvoir magique de le faire vivre. Á force de travail pour suivre le rythme effréné d’une sélection sans fin, à force de statuts individualisant ma condition, je me désocialise. Je le constate, année après année, le temps consacré à ma chérie, à mes amis diminue peu à peu. Á force d’enseignements supérieurs de près d’une fois et demi à mes collègues titulaires et d’une activité de recherche sans doute supérieure à nombre d’entre eux, je me sens usé physiquement. Je n’aurais bien évidemment pas l’indécence de le comparer avec ceux qui exercent un travail manuel et qui ont quelque fois leur vie mise en danger par l’exploitation patronale. Depuis le mois de janvier, j’ai chopé deux petites maladies bénignes que j’ai mis des semaines à éliminer. Mon corps en a marre. Lorsque le confinement a été déclaré, j’ai dû passer un mois à m’en remettre, à me soigner mes petits bobos, à enfin retrouver un rythme de sommeil réparateur.

La précarité de l’ESR me désocialise, m’use physiquement, elle devrait logiquement me radicaliser politiquement contre ceux qui sont responsables des maux dont je souffre. Et paradoxalement, et comme des dizaines d’ouvrages de sociologie l’ont montré, ce ne sont pas les plus précaires qui peuvent se mobiliser. Précisément parce qu’on est dans cet aliénation. Parce qu’il faut absolument prendre en charge ce nouveau cours, publier cet article supplémentaire pour avoir une chance de plus de pouvoir obtenir un poste l’année suivante, cette aliénation est tellement puissante. J’ai bien pu participer à quelques manifestations contre la réforme des retraites en décembre quand les cours du premier semestre s’achevaient mais j’ai été forcé d’arrêter toute activité dès la rentrée de janvier en raison de ces cours que je ne pouvais pas déplacer, de ce statut tellement précaire qu’il aurait fait passer ma grève pour une simple fainéantise. Je n’ai même pas pu participer au mouvement naissant en mars contre la Loi Pluriannuelle de Programmation de la Recherche (LPPR) qui promet de précariser encore plus des personnes comme moi, de remplacer les hypothétiques statuts de maîtres de conférences que l’on pourrait avoir par des tenures tracks où l’on serait licenciables tous les cinq ans (et qu’on devrait penser reconversion à 45 ans, j’imagine, dans la logique de Mme Vidal). Et pourtant, cette mobilisation me concernerait et j’aurais tenu à y participer. Et pourtant, il ne manquera pas d’un petit porte-parole du capital dans les médias pour dire que les précaires sont absents de ces mobilisations, omettant de préciser que nous sommes absents par l’exploitation que l’on subit.

Pour lire la suite →

StructuresMinimalistes témoigne de l’accroissement de la charge de travail… et invite d’autres à faire de même

La discussion a été précédée par un fil Twitter de mixlamalice du 29 juin 2020, relatant un épuisement professionnel certain, entre courses à la demande de financement, aux publications, et, à lire Sylvain Deville, ne plus en voir l’intérêt. S’en est suivie une discussion avec Erwan G. (chercheur dans la vraie vie), maître de conférences de huit ans d’ancienneté, dont les responsabilités se considérablement accrues sans augmentation de salaire — sans doute sans compensation horaire significative. Structures minimalistes complète alors son témoignage :

Continuer la lecture

Démission du jury du CAPES d’histoire-géographie. Explications sur Révolution permanente

Démissions du jury du CAPES d’Histoire-Géo : « On veut faire de nous des animateurs ! »

Le ministère de l’Éducation Nationale a décidé que cette année, le recrutement des enseignants se fera sans épreuves orales pour cause de crise sanitaire. Pourtant, deux vices-présidentes du jury du CAPES d’histoire-géo et une dizaine de membres ont décidé de dénoncer ces modalités et ont démissionné. Révolution Permanente a interrogé une de ces membres du jury.

Révolution Permanente : Pouvez-vous nous expliquer la situation cette année chez les membres du jury d’Histoire-Géographie ?

Professeure : On est au moins une dizaine à avoir démissionné dont les deux vices-présidentes du jury. On a eu une réunion en avril sur les modalités des oraux, suite à quoi nous avons envoyé une lettre ouverte adressée au ministère de l’Éducation Nationale et de la jeunesse signée par 116 membres du jury – cela représente 75% de la totalité du jury – pour dire que les modalités adoptées pour la session 2020 du CAPES de supprimer purement et simplement les oraux étaient complémentent insatisfaisantes.

Notre proposition à nous c’était plutôt de faire comme en 2014, c’est-à-dire de décaler les oraux à la fin de l’année suivante. Mais au final les évaluations ne se feront que sur la base des écrits.

RP : C’est ça qui vous a poussée à démissionner ?

Professeure : Oui, on est quelques unes – seulement des filles (rires) – à avoir démissionné par soutien aux vices-présidentes d’abord. Et puis parce que ce qui nous inquiète c’est que l’oral du CAPES va être de moins en moins disciplinaire. Ce qu’ils veulent faire ce sont des oraux où il y aura plus de pédagogie que de discipline [ou matière, ndlr]. Pour le recrutement du CAPES nous sommes attachés aux deux aspects – disciplinaire et pédagogique –, mais avec cette la logique appliquée aujourd’hui, on veut faire de nous des animateurs.

Donc la 1ère lettre des vices-présidentes date du 23 avril elle s’intitulait « Le recrutement des enseignants ne peut se faire sans épreuve orale », et leur démission ça a été le 2 juin. Dans la foulée il y a eu une dizaine de démissions de membres du jury. L’exemple qui était pris dans la première lettre était le suivant : en appliquant les règles de la session 2020 à la session de 2019 du CAPES d’histoire-géo, sur le principe 26% des candidats admissibles non admis en 2019 seraient admis, et inversement plus d’un candidat sur quatre admis en 2019 ne le seraient plus. Cela veut dire qu’un quart des profs qui vont être pris cette année n’auraient pas été pris en temps normal parce que pas assez bon à l’oral, alors qu’un quart des profs qui auraient pu être pris grâce à l’oral seront refusés.

Toute la partie visible du travail de prof se fait pourtant à l’oral !

RP : Qu’est ce que vous revendiquez ?

Pour lire la suite →

Alexandra voit ses chances d’être titularisée encore repoussées

NB: Section 25 : Neurobiologie moléculaire et cellulaire, neurophysiologie.PI – cher de projet (principal investigator)

Julien démissionne du Conseil d’administration de l’Université de Strasbourg

La question est d’importance, pas seulement pour les personnels et étudiants de l’Université de Strasbourg, mais pour tout l’ESR, pour lequel l’Unistra est aussi un laboratoire des réformes.

 

Parmi les expérimentations locales, la privation complète de tout espace de décision dans les Conseils, afin de mener librement des politiques contraires aux intérêts de l’établissement, en entretenant une illusion de collégialité.

 

Ne plus entretenir l’illusion Membres du Conseil d’administration et du Conseil académique, nous avons tenté durant trois ans de faire vivre ces instances, d’y représenter la communauté universitaire qui nous a élus et d’œuvrer…

C’est en tous cas le constat objectif qui ressort nettement de l’enquête menées auprès des personnels de l’Université de Strasbourg.

Et c’est pourquoi, aujourd’hui, il n’y a plus d’Alternative à l’Université de Strasbourg.

Il n’y a plus d’Alternative Démission des membres des trois conseils centraux de l’Université de Strasbourg – Conseil d’administration (CA), Commission de la recherche (CR) et Commission de la formation et de la vie universitaire…

   

Sylvain est un chercheur qui cherche… les moyens de travailler

Update. Ce fil Twitter a depuis fait l’objet d’une publication sur le blog de son auteur.

 

Continuer la lecture

Pour des cours délivrés intégralement en présence. Motion à l’université de Bourgogne

Motion du Département de Lettres de l’Université de Bourgogne à l’heure où le discours gouvernemental fait de l’enseignement à distance une valeur en soi.

 L’expérience de l’enseignement à distance, qui s’est mise en place dans l’Université française dès le début du confinement de la nation engagé à partir du 17 mars 2020, a été douloureuse à maints égards. Nous sommes à présent en mesure d’en tirer les leçons :

  • Concernant les étudiants, l’enseignement à distance a fonctionné comme un accélérateur des inégalités sociales dans l’apprentissage des connaissances et il a entraîné le décrochage de nombre d’entre eux. Le confinement a conduit à une désocialisation dont les effets psychologiques ont été dévastateurs sans que l’enseignement à distance ne réussisse à les compenser. Nos étudiants ont besoin d’apprendre ; ils ont aussi et surtout besoin d’apprendre à apprendre ; ils ont besoin de réfléchir ensemble et avec leurs enseignants. Tout cela implique une transmission dans un cadre vivant et collectif. Contrairement à ce que l’on entend ici ou là, l’enseignement à distance mis en œuvre dans la panique du Covid n’est en rien comparable à l’enseignement à distance que nous pratiquons à destination d’un public spécifique qui a choisi – souvent par défaut – ce mode d’études.
  • Du côté des enseignants, l’enseignement à distance s’est révélé très insatisfaisant. Il a entraîné une forte déperdition pédagogique, s’est avéré chronophage à l’excès et a généré un épuisement massif. Il a également eu pour conséquence de mettre ceux d’entre nous qui sont enseignants-chercheurs dans l’impossibilité de poursuivre toute recherche et les a ainsi contraints à renoncer à une partie des missions qui font de l’Université un service public.

Malgré l’investissement des enseignants et des étudiants pour sauver ce qui pouvait l’être lors de la période de confinement, l’enseignement à distance a d’ores et déjà fait la preuve de ses graves défauts. Quels que soient les dispositifs mis en place et contrairement à ce qu’annonce notre ministre, ce qui a eu lieu durant la plus grande partie du second semestre de l’année universitaire 2019-2020 ne doit être reproduit ni pour l’année à venir ni dans le futur. Continuer la lecture

Université Paul Valéry Montpellier 3 : les apprentis sorciers tentés par l’Evaluation Continue Intégrale

La période de crise sanitaire semble propice à l’innovation pédagogique dans le milieu universitaire Français. A l’Université Paul Valéry Montpellier 3, la présidence, dirigée par Patrick Gilli, a tenté lors de la séance du CEVU/CFVU de mardi 9 juin 2020 de proposer rien de moins que la suppression de la seconde évaluation et des examens terminaux, en faveur d’un contrôle continu intégral. Face à l’opposition du syndicat étudiant local (le SCUM) qui y voit un accroissement des logiques sélectives et élitistes, et aux craintes d’enseignants redoutant d’avoir un surplus de copies à corriger (chacun ses priorités !), le projet a été retiré. Mais ce retrait, n’est-ce pas finalement reculer pour mieux sauter ?

Retrouvez ici l’analyse du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) : Continuer la lecture

Madame la Ministre, nous n’avons pas les mêmes valeurs, de soif de savoir et de souci de partage des connaissances

Paris,
Le 7 juin 2020

 

Madame Frédérique Vidal,
Madame la Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation,
Madame l’ancienne Présidente de l’Université de Nice-Sophia Antipolis,

Je ne pensais pas prendre, un jour, ma plume pour vous écrire.

Mais la rage, la colère et la fatigue m’y obligent. Vous voir détruire patiemment ce qui fait l’âme de la profession, pour laquelle je vibre depuis plusieurs années, me consume à petit feu. J’avais moins de 10 ans la première fois que j’ai dit à ma mère que je voulais donner des conférences quand je serais « grande ». On était au musée du Louvre et j’admirais déjà les conférencières et conférenciers qui se pressaient dans les allées du musée.

Aujourd’hui, j’ai 23 ans et je fais partie des chanceuses et chanceux qui ont obtenu un contrat doctoral. 3 ans d’un horizon presque stable à être payée pour chercher (et enseigner). 3 ans pour débuter le métier qui m’enthousiasme. Et un espoir plus faible de jour en jour de pouvoir l’exercer de façon pérenne.

Commencer sa thèse en octobre 2019, c’est avoir une épée de Damoclès sur la tête et la parfaite conscience que vous ferez tout ce qui est en votre pouvoir pour précariser ce qu’il reste de l’Université publique dans ce pays.

Je me suis longtemps demandée, Madame la Ministre, comment pouvait-on avec autant d’obstination défendre un tel projet ? Après mûre réflexion, je pense pouvoir dire, sans me tromper, que nous ne partageons pas les mêmes valeurs.

Image par Bertsz de Pixabay

Pour vous, l’Université publique n’est pas l’outil de l’ascension sociale. Il ne s’agit pas de garantir une massification de l’enseignement supérieur dans des conditions optimales pour chacun·e. Il s’agit de diplômer les plus « méritant·es », de garantir une reproduction sociale et de veiller à ce que l’Université publique ne coûte pas trop cher à l’État. Parce que nous sommes la « start-up nation » et que les services publics sont un idéal bien désuet, parce vous considérez que nous n’avons pas les moyens d’un endettement au service du bien commun, ici au service d’un projet de savoir et de partage de la connaissance.

Continuer la lecture

Et à la fin c’est toujours les « précaires » qui perdent. À propos des auditions CNRS

Ça vient de tomber les auditions de Chargé∙e de recherche au CNRS se dérouleront en visioconférence, la pire solution pour les candidat∙es. Une décision méprisante, injuste, et peut-être illégale.

Les lignes qui suivent sont celles d’un « précaire »1, elles sont bien sûr anonymes, c’est cela la précarité, défendre ses droits en s’en cachant, parce que dans ce milieu… C’est donc en application de l’ordonnance n°2020-351 du 27 mars 2020 que cette année les candidats seront soumis à cette procédure de recrutement si spéciale, une ordonnance qui s’applique sous le couvert de la loi d’urgence sanitaire. On se demande quelle est cette urgence qui aujourd’hui justifie que ces auditions se tiennent en « visioconférence à domicile ». Le scandale étant surtout dans le second terme, « à domicile ».

https://www.flickr.com/photos/krockymeshkin/14372421613/in/photolist-nU3qdD-2b83w1b-719zhx-8cwys5-5XgP4K-5Xm3G1-5XgNYH-5XgP5R-5Xm3Cf-5Xm3Lf-sRPMG-z8FFiA-ezoQX6-sRPM3-sRPQb-sRPQE-sRPKV-sRPLe-sRPM9-sRPMR-sRPNn-sRPN3-5XgP9p-5XgP8k-5XgP9Z-2j6zJJk-5Xm3Td-EV8na6-5XgNZM-5XgP3K-5Xm3S9-QKCgUi-5Xm3Mo-5Xm3R9-RuR8UT-5Xm3Ff-sRPQo-sRPL4-sRPMh-8cwyho-caGmP7-caGrf5-7Z3Rtp-7Z3SRt-rj7Gg-9ywcQu-9ytcdX-2cNGAFu-85ou4R-85rE5W

Auditions, by Krocky Mashkin, 2014
– “A lot of people give up just before they’re about to make it. You know you never know when that next obstacle is going to be the last one.”

Rappelons des éléments de chronologie. Le samedi 14 mars la section 36 décidait de suspendre la tenue des auditions. À cette date, il y avait déjà eu une allocution présidentielle, le jeudi 12, annonçant la fermeture des écoles pour le lundi 16. Le 15, peut-être le 16, la direction du CNRS prenait enfin la décision de suspendre ces auditions pour toutes les sections. Je dis peut-être car aucun courriel n’a été envoyé aux candidat∙es pour les informer de la situation, depuis fin mars jusqu’à aujourd’hui. La plupart des candidat∙es a appris l’annulation des concours par les listes professionnelles (types ANCMSP) puis par les labos qui faisaient passer des auditions blanches. Une conception qui en dit long sur la considération du CNRS à l’égard des candidat∙es, parmi lesquels se trouvent ses futur∙es agent∙es.

Continuer la lecture

  1. NDLR : d’un docteur non titulaire. []

Rentrée : position de l’équipe pédagogique des Sciences du langage (Aix-Marseille Université)

Aix-Marseille Université, mardi 2 juin 2020
L’équipe pédagogique du département des Sciences du Langage s’est réunie à plusieurs reprises et a pris connaissance du questionnaire envoyé par la direction de l’UFR relatif à la rentrée 2020.
Elle regrette le caractère essentiellement technique de ce questionnaire qui ne pose pas les questions essentielles liées au sens de nos missions d’enseignement dans un contexte comme celui que nous traversons, sans poser non plus le sens de l’enseignement « à distance ».
Elle déplore le caractère individuel du questionnaire qui précède une réflexion collective de l’équipe pédagogique. Elle déplore aussi qu’un questionnaire similaire n’ait pas été envoyé aux étudiants, la seule enquête digne de ce nom faite auprès des étudiants étant celle organisée par des personnels mobilisés.
À ce jour, personne n’est en mesure de prédire à quoi ressemblera la rentrée, à quelque niveau que ce soit (UFR, AMU, ministère…).
Nous devons cependant anticiper les choses et ne pas nous laisser dicter des modalités de travail qui iraient contre nos principes et contre ce que nous jugeons pertinent d’un point de vue pédagogique. Chaque membre a répondu à sa convenance à ce questionnaire ; cependant, comme cela a pu être fait par le département d’études italiennes, l’équipe pédagogique tient à faire connaître ses positions communes sur le sujet.
  •  Le déconfinement généralisé et l’ouverture des écoles, lycées, entreprises, services, bars, restaurants, transports nous invite à penser que, sauf conditions sanitaires exceptionnelles, la rentrée devra(it) se passer le plus « normalement » possible (en tenant compte évidemment des règles de distanciation physique, des gestes-barrière, etc.). En cas de rebond dramatique de l’épidémie, il serait toujours temps de prendre des mesures adéquates en cours de semestre (y compris une fermeture temporaire). La rentrée étant un moment essentiel d’information, de prise de contact et d’encadrement, nous souhaitons que tous les efforts soient concentrés pour garantir une rentrée en présentiel.
  • Nous souhaitons que les modalités d’enseignement à distance ne deviennent pas la norme ni ne soient le prétexte à des économies ou à des façons de changer notre métier
  • L’enseignement à distance ponctuel en mode dégradé n’est pas l’équivalent des cours du SFAD (publics et contenus spécifiques ; contenus adaptés à un enseignement en permanence à distance ; progression choisie librement par l’étudiant·e et non subie du fait du contexte, etc. : voir les très bons arguments mis en avant par le département d’études italiennes).
  • Égalité de traitement entre étudiant·e·s : nous ne souhaitons pas instaurer des régimes différenciés entre les étudiant·e·s internationaux/-ales qui pourraient se voir dispenser des enseignements à distance et les étudiant·e·s locaux en présentiel.
  • Refus de l’hybridation : à de rares exceptions près, l’hybridation des enseignements distanciel/présentiel ne nous paraît pas une solution pédagogiquement satisfaisante, qui entraîne une quantité de travail supplémentaire non rémunérée. Par ailleurs, elle peut créer deux types de publics traités inégalement et recevant deux types de cours, même si on envisage des rotations de public.
  • Nous refuserons toute modalité pédagogique qui conduirait à filmer et/ou enregistrer des cours en amphi : d’une part pour des raisons pédagogiques, d’autre part car nous aurons toujours des doutes sur le devenir des fichiers enregistrés de même que sur les droits de ces contenus.
  • Nous souhaitons que des investissements soient faits au niveau de l’hygiène de nos locaux : plus de personnel de nettoyage, matériel d’entretien, organisation de désinfections au cours de la journée, etc.
  • Les dépenses prévues pour des équipements multimédia ou des ingénieurs pédagogiques ne nous semblent pas prioritaires : le budget de l’université doit prioritairement être destiné au recrutement de personnels titulaires (enseignants, personnels d’entretien).

 

Les vacations à la fac, c’est fini !

La coordination nationale des facs et labos en lutte réunie les 1er et 2 février 2020 à Saint-Denis appelait à « refuser de recruter des vacataires pour la prochaine rentrée ». Cet appel rejoint celui des précaires de l’enseignement et de la recherche réuni·e·s en AG nationale le 1er février 2020 (« Refuser de recruter des vacataires et exiger à la place des contrats de travail en bonne et due forme – contrats doctoraux, ATER – pour les doctorant⋅es et des postes de MCF pour les docteur⋅es »).

Une tribune lancée par des personnels mobilisés de l’enseignement supérieur et de la recherche et publiée ce mois de mai demandait quant à elle de « récupérer les 60 000 postes de titulaires manquants pour faire fonctionner le service public de la recherche et de l’enseignement », rappelant que 130 000 des enseignant·e·s du supérieur réalisaient des vacations.

La colère des vacataires de l’enseignement supérieur ne s’est pas apaisée pendant ces quelques mois de ralentissement de la mobilisation dans l’ESR. Les cas de maltraitance à l’encontre des précaires se sont en outre multipliés depuis la mi-mars, malgré le travail fourni pour assurer la continuité pédagogique. La prochaine rentrée universitaire se prépare, et c’est précisément le moment de faire savoir que l’on refuse, quand on le peut, de faire tourner la machine universitaire à tout prix : la vie des précaires importe, et continuer à accepter d’assurer des vacations ou de recruter des vacataires, c’est conforter les dysfonctionnements d’un système qui écrase et humilie.

De plus en plus nombreux·ses sont celles et ceux qui franchissent le pas et refusent de faire vivre plus longtemps ce système de vacations, ou qui aimeraient pouvoir dire stop. Faisons le savoir ! Recensons nos victoires, faisons connaître notre détermination, montrons que nous n’acceptons plus de vivre ni de travailler ainsi !

  • Vous avez refusé d’assurer des vacations ? Ou vous le souhaitiez, mais n’avez pas pu les refuser, y renoncer ?
  • Vous avez refusé de recruter des vacataires ? Ou vous le souhaitiez, mais vous y avez été ou vous y êtes senti·e contraint·e ?
  • Votre université, UFR, département…. peine à recruter des vacataires pour la rentrée ?

La plateforme vous invite à déposer votre témoignage ! Merci de ne pas mentionner de noms de personne(s) dans vos billets !

 

 

L’Institut Montaigne a-t-il déjà mis les pieds dans une université ?

  • par Catherine Rideau-Kikuchi, Université de Versailles Saint-Quentin

Le 13 mai dernier, dans une note du blog de l’Institut Montaigne, Francis Vérillaud a livré un résumé de son « Tour de France virtuel d’universités » au temps du confinement et de la continuité pédagogique. La note s’ouvre sur la photographie d’une étudiante, assise à son bureau devant son ordinateur, travaillant un cours imprimé et stabiloté. Une belle image en ce temps de crise… Mais regardons de plus près : la jeune fille se trouve dans un bel intérieur, une cheminée en marbre surmontée d’un large miroir ouvragé, une bibliothèque de mangas à côté de son bureau. D’ailleurs elle a un espace de travail réservé, équipé de matériel informatique – en plus de son ordinateur, une imprimante puisqu’elle tient dans sa main des notes de cours imprimées. Quiconque a enseigné à l’université ces dernières années sait que cet intérieur ne correspond en rien à la réalité des conditions de travail de la plupart de nos étudiants…

Ce n’est qu’une illustration bien sûr. Cela ne serait pas bien grave si cette vision idyllique – voire franchement fantasmée – de la vie étudiante n’était pas au cœur des conclusions de la soi-disant enquête menée par Francis Vérillaud. Commençons ce voyage au cœur du monde merveilleux des universités au temps du Covid-19…

NB : ce texte ne parlera que des aspects touchant à l’enseignement, et non de la partie recherche de ce texte, qui mériterait un développement ultérieur.

Étape 1 – Nous sommes des gens formidables

Alors oui, merci. Merci de reconnaître à quel point tous les personnels de l’université ont été mobilisés pour les étudiants, pour faire en sorte que leur formation se poursuive, qu’ils puissent passer des examens quand cela a été la solution choisie, d’assurer la délivrance des diplômes. Nous avons été nombreux à considérer que continuer le suivi et la formation de nos étudiants était une priorité, même si cela se faisait dans des conditions difficiles. Mais à lire ce texte, on croirait que tout s’est fait sans heurt, sans difficultés…

Continuer la lecture

Examens à l’Université de Montpellier (UM) : panique à tous les étages et cynisme assumé.

La question des examens universitaires en période de Pandémie de Covid-19 continue à révéler chaque jour un peu plus l’incurie de certaines présidences d’universités. Aujourd’hui, c’est l’Université de Montpellier qui est mise à l’honneur suite à une séance épique de la Commission Formation et Vie Universitaire de ce jeudi 14 mai. Le syndicat étudiant SCUM (Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier) revient dans un communiqué sur ce moment d’anthologie.

Examens à l’Université de Montpellier (UM) : panique à tous les étages et cynisme assumé.

Lors de la séance du jeudi 14 mai de la CFVU (Commission Formation et Vie Universitaire), l’élue étudiante du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) a soumis au vote une proposition de cadrage des notes afin que le contexte particulier lié au confinement soit pris en compte de façon exceptionnelle. Il s’agissait d’autoriser et d’encourager les composantes et les enseignante.s à ne prendre en​ compte dans le calcul de la moyenne du second semestre que les évaluations en contrôle​ continu s’étant déroulées avant le 13 mars, ainsi que les notes strictement supérieures à​ 10/20 à l’issue des examens en distanciel.​
En complément, nous proposions dans notre cadrage que la « règle du max » serait appliquée pour ce semestre entre​ les examens et les rattrapages, afin de conserver la meilleure des deux notes obtenues​. Cette modalité est en vigueur depuis de nombreuses d’années dans beaucoup d’universités, comme à l’Université Paul Valéry Montpellier 3, et encourage les étudiant.e.s à aller aux secondes évaluations afin d’améliorer leurs notes.
Balayant d’un revers de la main les difficultés rencontrées par des milliers d’étudiante.s, la présidence de l’université et ses affidés ont voté contre toute forme de cadrage des notes (19 contre, 3 pour, 1 abstention, 1 ne prend pas part au vote). Les 3 votes favorables à la prise en compte des difficultés liées à la situation sanitaire et sociale étaient ceux de notre élue du SCUM, et de deux enseignant.e.s, que nous remercions pour leur soutien et leur engagement en faveur des étudiant-e-s. Nous regrettons que les autres représentant.e.s étudiant.e.s se soient rangés du côté d’une présidence qui méprise ouvertement les conditions d’études et les chances de réussite de milliers d’étudiants.
Plusieurs membres des directions de composantes se sont opposés aux mesures de bon sens que nous proposions, prétendant que les étudiant.e.s ne rencontrent « aucun problème » numérique. Apparemment, nous « dramatisons » les conditions d’études pendant le confinement…
Nous rappelons que face à l’ampleur de la précarité alimentaire étudiante pendant le confinement, des associations humanitaires et le CROUS ont du organiser des distributions de nourriture. Nous rappelons aussi que face à la détresse et l’anxiété généralisée, des lignes téléphoniques d’écoutes ont du être ouvertes par de nombreuses institutions et associations.
Comment osent-ils nier la gravité d’une pandémie mondiale qui nous a imposé d’être enfermés pendant 55 jours, parfois dans des logements exigus et insalubres ?
On pourrait se demander dans quelle tour d’ivoire vivent ces gens !
Force est de constater ici qu’il ne s’agit ni d’ignorance, ni d’incompétence, mais juste d’une mauvaise foi assumée mise au service d’un élitisme débridé et déconnecté de la réalité.
Depuis plusieurs semaines, des centaines d’étudiant.es de plusieurs composantes de l’Université de Montpellier ont lancé l’alerte à travers des pétitions, démontrant ainsi l’ampleur des difficultés rencontrés. Les étudiant.e.s de la Faculté de Droit et Sciences Politique, de la Faculté des Sciences, en Master et Doctorat, ou encore de la Faculté de Pharmacie, ont alerté de façon massive et répétée les directions de leurs composantes sur les conditions inégalitaires et dégradées dans lesquelles se déroulent les examens en ligne.
Ces pétitions et alertes montrent bien que l’absence de cadre d’organisation et l’autonomie laissée aux composantes de l’université revient à créer d’importantes inégalités entre étudiant.e.s face à leurs partiels, dans un contexte sanitaire et social inédit.
Encore une fois à l’Université de Montpellier, les étudiant.e.s sont juste une variable d’ajustement.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr