Invitations aux séminaires de recherche : un impensé économique ?

Qui n’a pas eu l’occasion comme invité ou invitant de nier la réalité économique d’une invitation à un séminaire de recherche sans aucun support budgétaire ? Celle-ci est d’autant plus incongrue pour les non-titulaires, qui doivent subir une forme de chantage des titulaires.

C’est ce que rapporte Haude Rivoal, autrice de La fabrique des masculinités au travail, Paris, La Dispute, coll. « Le genre du monde », 2021, à l’occasion d’un commentaire à une réponse faite à sa demande de rémunération.

Galaxie ou l’enfer des COS, par Florence

Où est le mot « guerre »? demande Nicolas à la CPU

Tweet de Nicolas Beaupré, historien, 26.02.2022.

L’insoutenable légèreté de la bureaucratie : comment (ne pas) aider un étudiant

  • Frédéric Le Roux, enseignant-chercheur à Sorbonne Université

L’histoire qui suit est probablement tristement banale. C’est l’histoire d’une tentative modeste, mais sans doute un peu trop optimiste, pour aider un étudiant dans le besoin. Une histoire dans laquelle toustes les collègues impliqué·e·s ont soutenu ma démarche, malgré son aspect inhabituel ; ce qui n’a pas empêché l’échec final, provoqué par l’alliance de la précarité et de la bureaucratie ordinaire.

Voici quelques détails.

À la fin du mois d’aout dernier a eu lieu la soutenance de M2 de O., étudiant étranger dont j’avais co-encadré le mémoire. O. a une proposition de thèse au Canada pour janvier 2022. En discutant avec lui, je découvre qu’après avoir bénéficié d’un financement prestigieux pour son M2, il est sans ressource depuis.

Je me tourne vers l’entité qui a financé son M2. Aucun prolongement de bourse n’est légalement possible, mais l’entité est disposée à accorder une gratification de stage pour quatre mois, environ 400€/mois, à condition qu’il soit inscrit à l’université. Je peux encadrer un tel stage. Problème : O. ne peut pas se réinscrire dans un M2 qu’il a validé. Après diverses discussion, le responsable de l’unité suggère de l’inscrire dans un autre de nos M2. Nos efforts pour faire aboutir cette idée sont résumés par la chronologie suivante  :

  • 17/09. O. tente de s’inscrire à la formation sur le site de l’université. Impossible car hors délai.
  • 17/09. Tentative avec un code différent, fourni par le responsable du M2. Impossible car nombre maximum d’inscriptions en master atteint. Le  responsable se tourne vers l’administration.
  • 1/10. Accord de l’administration pour l’inscription à l’Université.
  • 10/10. Demande d’information : inscription en cours de traitement.
  • 20/10. Inscription proche d’être finalisée, mais il faut payer 243€, et O. ne peut pas. J’avance l’argent.
https://www.flickr.com/photos/wolfsavard/3515272567/in/photolist-6mCG4H-8mWPzg-oQYioG-8mXn1F-7npLQf-6mCz4D-8n13Pb-skQwqo-JpdZzT-s4qztQ-2WByRk-nKiNgc-MZBGd-KqzuJ-83xhTY-MWpCk-nHigZU-snfNNU-nsSwVG-8n1ycN-8ab1qt-ozjKhT-ueubLU-he33JT-njXhAx-nHkFGQ-8n1JNo-ozoq59-nK1FJe-sJJipA-51BqE2-9QnEBj-nKkzL7-8mXyY6-MZBJb-ftKvHs-ny9Ud3-nK2WAg-sZEsTe-8n1WgG-KyEqX-833Jqo-3YbGn-nKc2qQ-eJDnvw-7zEmSw-nsXNX9-51FCZf-rsxGnu-6fN79S

Canadian geese, by Lara La Rose, 2009

  • 26/10. Réunion en visio avec 3 secrétaires et un responsable de formation pour s’expliquer.
  • 27/10. Inscription validée !
  • Continuer la lecture

Non aux chaires de professeur junior à Paris 1 !

  • par les Doctorant·es mobilisé·es pour l’Université de Paris 1

Version .pdf        –     version en ligne

À l’automne, c’est avec grand étonnement que nous avons vu être abordée, en commission de la recherche, la question des chaires juniors, et ce sans en avoir été informé·es auparavant. À l’étonnement a succédé la colère lorsque, au détour des questions diverses, nous avons appris le 11 janvier dernier que la présidence comptait mettre au vote des conseils la mise en place de ces contrats, sans la concertation préalable qui nous avait été promise en commission de la recherche. Si sur le fond la présidence peut défendre une position, nous sommes floué·es sur la forme : le conseil académique devant trancher cette question se réunira en formation restreinte. Aucun·e doctorant·e ne pourra siéger, alors que nous sommes concerné·es au premier chef par cette question. Présentée comme “solution la moins pire” par certain·e·s, voire comme “bonne solution” par d’autres, nous tenions à rappeler à tou·te·s et à chacun·e que financer de la précarité sur de la précarité n’est pas acceptable.
Les éléments de communication du Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (MESRI) font de ce dispositif un moyen de développer “des carrières plus attractives”. Ainsi, les chaires juniors visent à permettre aux jeunes chercheur·se·s d’accéder plus rapidement à un poste, de favoriser le développement de disciplines émergentes, de mettre en avant les projets de recherche, en sortant des logiques disciplinaires et en prenant en compte “la diversité des mérites des candidats”, de réduire la précarité des années d’après thèse puisque ce dispositif a “vocation à déboucher sur de l’emploi titulaire”. Pour autant, ces belles intentions affichées par le ministère ne doivent pas faire oublier les dangers liés au développement de ces chaires juniors.

Logo de l’Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne

Continuer la lecture

Les étudiant·es aux Restos du coeur, par Brut

En passant

 

Bandeau. Resto du Cœur à Saint-Gilles. Crédit: Elio du Rupo, 23.12.2013

 

Par un froid glacial…

“Ce soir, en France, sous ce froid glacial, une énième distribution alimentaire, avec une énième file d’attente [interminable] d’étudiant·e·s qui crèvent la dalle.
Où sont les 100€ promis par Macron aux étudiant·e·s ?
Que fait le gouvernement pour répondre à cette crise sociale ?”, Majdi Chaarana, 9 décembre 2021

Appel du 18 juin, par la CP-CNU réunie en Assemblée générale

Le vendredi 18 juin 2021, la CP-CNU, réunie en assemblée nationale, a voté les deux textes suivants : un appel voté à l’unanimité et une motion1.

#ResistESR

Continuer la lecture

  1. Votée à l’unanimité, 1 contre et 7 abstentions. []

L’Université de Montpellier transformée en EPE (établissement public expérimental) : le point de vue des élus étudiants.

L’Université de Montpellier va connaître une importante évolution statutaire en 2022. En tant que deuxième organisation étudiante, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) a rencontré le président de l’UM afin de défendre les intérêts étudiants en matière de montant des frais d’inscriptions, d’exonérations des frais d’inscription, de pédagogie, des conditions d’examens et au niveau de la gouvernance (arrivée de la Banque Populaire dans la direction de l’université).

Retrouvez-ici leur compte-rendu et leur analyse : Continuer la lecture

“Aux étudiant-es qui passeraient par là…” Droit et féminisme vous dit “bravo !”

L’ancienne étudiante derrière le compte @1repas1euro explique ce que la dénutrition induit

Continuer la lecture