Lettre à la ministre de l’enseignement supérieur « à propos du brassage »

Lettre publiée sur le blog Lundimatin, le 18 janvier 2021.

« On pouvait s’y attendre mais c’est enfin annoncé, les universités ne réouvriront pas pour le début du second semestre. Des centaines de milliers d’étudiants vont devoir continuer à s’instruire cloitrés dans leurs 9m2, les yeux vissés à quelques petites fenêtres Zoom. Alors que des centaines de témoignages d’élèves désespérés inondent les réseaux sociaux, Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur, a justifié ces mesures d’isolement par le « brassage » qu’impliquerait la vie étudiante avec ses pauses cafés et les « bonbons partagés avec les copains ». Un étudiant lyonnais nous a confié cette lettre de réponse à la ministre dans laquelle il insiste sur le stress, le vide et l’errance qui règnent dans les campus et auxquels le gouvernement semble ne rien vouloir comprendre. » (Lundimatin, 18.01.2021)

Extraits:

Je suis en Master 2 de philosophie, à Lyon 3. Deux étudiant·e·s de ma ville ont tenté de mettre fin à leurs jours, dans la même semaine, et tout ce que vous [Madame Vidal] avez trouvé à dire, c’est :

 

« Le problème, c’est le brassage. Ce n’est pas le cours dans l’amphithéâtre mais l’étudiant qui prend un café à la pause, un bonbon qui traîne sur la table ou un sandwich avec les copains à la cafétéria ».

(parole de Madame Vidal)

sweet candy lollipops flavors colors background vector illustration

Nous interdire d’étudier à la fac en demi-groupe mais nous obliger à venir tous passer un examen en présentiel en plein confinement ? Absurde. Autoriser l’ouverture des lycées, des centres commerciaux, mais priver les étudiants de leurs espaces de vie sous prétexte que le jeune n’est pas capable de respecter les mesures barrières ? Absurde. Faire l’autruche, se réveiller seulement au moment où l’on menace de se tuer, et nous fournir (encore) des numéros de téléphone en guise d’aide ? Absurde. Vous ne pouvez pas continuer de vous foutre de notre gueule comme ça. C’est tout bonnement scandaleux, et vous devriez avoir honte.

Pour lire la lettre entière, cliquez ici.

Suicides des étudiant·es. Aux vrais problèmes, les vraies solutions

AVANT

AVANT – Tweet de @VontBien, 16 janvier 2021

APRÈS

APRÈS – Tweet de @VontBien, 16 janvier 2021. Source: MESRI  (nombre d’étudiant·es) et Ministre (80 psychologues annoncés), arrondi favorable à la Ministre

Tweet d’@irisameha, 16 janvier 2021

Grève à la Bibliothèque Sainte-Barbe. Demande de soutien

Communiqué de presse

Nous sommes les 22 salarié.e.s étudiant.e.s à la Bibliothèque Sainte Barbe
(BU sous la direction de l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle) et sommes
tou·tes en grève depuis le 5 décembre 2020. Nous avons déjà mené 4
journées de grève qui ont fait fermer la bibliothèque les samedis, en
tenant des piquets de grève sur la place du Panthéon. Le silence de la
direction de la bibliothèque et de l’université depuis le mois de décembre
nous encourage à maintenir la grève jusqu’à ce que nos revendications
soient entendues. Une cinquième journée de grève aura donc lieu le samedi
16 janvier.

Nous attendons une mobilisation assez importante ce samedi 16 janvier pour
notre piquet de grève (de 9h30 à 14h) sur la place du Panthéon et plusieurs
personnalités ont répondu présentes : Danielle Simonnet, Vincent Govelet,
Eric Coquerel… Nous sommes également en contact avec le cabinet de Manon
Aubry et d’Adrien Quatennens, en espérant qu’ils pourront venir.

#ResistESRPour aller plus loin, voir le Tract BSB 16 janvier

Atelier d’art thérapie — Soigner l’Université

Correspondance dans une université parisienne

Proposition de Serge*1

Il y a quelque chose de possible, c’est de mettre en place un atelier de peinture. Je ne sais pas quelles sont les disponibilités de salles d’atelier à l’UFR αω le soir, mais ce que je sais, c’est que la couleur est un anti-dépresseur extrêmement puissant. Mes étudiant·es qui ont souvent touché à pas mal de cames me le font souvent remarquer. Matisse disait qu’il y avait un paradis dans la couleur, mais c’est vrai. La couleur c’est de la lumière, et comme la vie a besoin de lumière, dès que l’hiver arrive, les gens vont mal. Alors avec un confinement hivernal… Moi quand ça ne va pas, je peins. Et comme ça ne va jamais, je peins tout le temps. Du coup la couleur est devenue l’espace où je vis, ma terre promise et mon salut. Sans ça, je ne serai certainement plus là pour vous en parler.Il suffirait que chacun vienne avec une boîte d’huiles ou des aquarelles et quelques autres produits que je vous indiquerai. La térébenthine c’est une drogue qui ne coûte pas très cher et ça pourrait faire tenir chacun.e jusqu’à la lumière du printemps. Les étudiant·es pourraient venir ainsi que les prof·es  qui en ont envie. De toute façon devant la couleur, la peinture, la création, tout le monde est à égalité, nu comme Adam et Eve au paradis. S’il y a des volontaires et qu’on trouve une salle, je peux trouver trois heures par semaine pour vous initier à ce genre de shoot. Il y a une accoutumance c’est sûr, mais c’est sans danger pour la santé.
Pour aider les étudiants à acquérir le matériel, il faudrait trouver un petit budget. (je crois qu’on peut trouver pour 20€/ 25€ environ des tubes d’huiles pas trop chers) Pourquoi l’huile ? Parce que ce sont des sensations qui n’ont rien à voir avec l’acrylique. Si ça vous dit. On peut faire quelque chose d’un peu autogéré. Sans dieu ni maître mais où chacun pourra reprendre des forces au paradis. En plus la peinture c’est bien, parce que quand on peint on peut se parler, et ça fabrique des endorphines.
Amateures et amatrices de paradis artificiels, on monte une salle de shoot?

Serge*

Réponse de la direction de l’UFR  à quelques personnes — mercredi 13 Janvier, 15:24

Cher Serge, j’y suis personnellement tout à fait favorable, et je trouve même que ce serait indispensable. Hélas, le gouvernement ne nous autorise pas à mettre cela en place, il a du reste interdit les cours de dessin pour le personnel Biatss lors du premier semestre, sachant que les seuls usages autorisés en ce moment à l’université sont les usages pédagogiques inscrits dans la maquette officiellement et purement à l’attention des étudiants. Le prétexte sanitaire nos coupe les ailes systématiquement,

bien à toi, Jean-Luc*

Ça s’est poursuivi comme ça :

Chers ami·es,

j’ai proposé un atelier de peinture à l’usage des profs, étudiants, biatss.

On me répond que c’est impossible. (ci-dessous l’échange de mail avec la direction de mon UFR). Y aurait-il des lieux à Université α qui puissent accueillir ce genre d’initiative ou est-ce qu’on va être condamné à regarder nos étudiant·es , et nos camarades se laisser cabosser l’existence et se suicider sans qu’on puisse rien y faire?

Derrière les jérémiades du gouvernement, il y a la réalité d’une non assistance à personne en danger évidente. S’il y a une direction élué cet après-midi, il faudra qu’elle se prononce rapidement sur la poursuite de ce légitimisme suicidaire.

Serge*

Affiche, 2021

  1. *Les prénoms ont été anonymisés. []

Les étudiant·es fantômes

  • par des étudiant·es de Licence 1 de science politique, Université de Montpellier

Crédit photo:  Debs (ò‿ó)♪, 2010

Comment enseigner à distance ? Comment transmettre le désir d’apprendre ? — Paroles de mathématiciens

https://www.flickr.com/photos/melolou/25214310831/in/photolist-Eq6Wa6-bCz4Q7-Cj5Goe-LdLdFv-4QNu9F-2Z2eU-4q2tuy-7Z3txW-dGDpEz-dQnLt-2EKPBo-6nY1Rh-4ACMkQ-3cp5t2-GhCPFy-2TTvtL-9E1oVF-gpjUX-bRtLo6-HEUJHG-e6kcEx-bvHkdn-Tvk6gw-8TrnyZ-4By2Sc-7AbkpJ-byjtFX-Gzcsm-EP2ajd-3uS6n-dcdPN-D5MP-A3QyAz-5KmSsC-6nPQge-2wtemo-6DM8aN-rbSE8E-dMVJB-qAPMUy-8beFLb-bBdYK-oTEe29-ac8g8-wBEHm-dTf9Q-4DrMuy-qoYoom-bvGwYz-c7dhoq

Étincelant hiver. Crédit: Louise Leclerc, 2016

« Étudier à distance fonctionne mal, voilà tout »

  • Tribune par Serge Cantat, initilalement publiée dans Le Monde,

Tribune. En janvier 2019, la revue Science publie un article de Justin Reich et José A. Ruipérez-Valiente. Leur but : analyser le succès des cours en ligne dispensés par l’université Harvard et le Massachussets Institute of Technology, cela à partir des données couvrant la période 2012-2018 et regroupant plus de cinq millions d’inscrits. Cinq millions et six cent trente mille, pour être plus précis.
Continuer la lecture

Travail d’archive (7). 2015. Sciences critiques publiait « L’université sous hypnose numérique »

De quelle université avons-nous besoin ? Un espace émancipateur propice au débat et à la réflexion, où les évolutions du monde sont décryptées autrement que dans l’urgence ? Ou bien un laboratoire pour l’innovation à tout prix, au service de la compétition économique ? La deuxième option est en train de l’emporter sur les ruines de la première.

Un article de François Jarrige et Thomas Bouchet, maîtres de conférences en histoire à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté, paru le 17 octobre 2015…

Hypnotic Séance (Richard Bergh) – Nationalmuseum – 18855. Creative Commons

A (re)lire sur le site de Sciences critiques: https://sciences-critiques.fr/luniversite-sous-hypnose-numerique/

Les étudiant·es entrent en grève. Les policiers besognent. Libération, 7 janvier 2021

En passant

A la Sorbonne, des violences policières émaillent les mobilisations étudiantes

Ce jeudi matin, un étudiant a été interpellé et plusieurs blessés lors de l’intervention des forces de l’ordre, à l’occasion du blocus de l’université parisienne. La veille, des violences policières avaient déjà été dénoncées lors d’un autre blocus.

  • par Cassandre Leray, Libération, 7 janvier 2020 [sous embargo]. Extraits

Depuis le début des partiels, Suzanne, 20 ans, n’a pas passé le moindre examen. Boycott complet, pour un ras-le-bol total. Ce jeudi ne fait pas exception. Etudiante en troisième année d’anglais, elle est censée composer à 8h30. Mais au lieu de ça, dès 7h du matin, elle se pointe avec sa meilleure amie Ilona1 et plusieurs dizaines d’autres étudiantes et étudiants devant la Sorbonne (Ve arrondissement). Le groupe installe collectivement chaînes, grilles et poubelles pour bloquer l’entrée. «Puis on a fait une chaîne humaine. On était pacifiques, on ne disait rien, on ne bougeait pas. C’est là que les policiers sont arrivés et qu’il y a eu des violences…» raconte Ilona, la voix enrouée. «Je suis encore sous le choc», embraye sa meilleure amie.

Depuis plusieurs jours, les mobilisations s’enchaînent sur différents sites de la Sorbonne, prestigieuse université parisienne. À leur échelle, les étudiants tentent de se faire entendre face à une administration qui «n’écoute pas», déplore Suzanne : «Tout ce qu’on veut, c’est l’égalité pour les partiels. On ne dénonce pas seulement les examens inadaptés, mais aussi les conditions dramatiques dans lesquelles on vit depuis des mois et le silence de l’université», ajoute-t-elle.

Continuer la lecture

  1. Les prénomns ont été modifiés. []

Le retour de la hiérarchie des normes… et des vraies responsabilités : celles des président∙es vis-à-vis des étudiant∙es de leur université

Ça y est, le gouvernement a décidé de prendre la question de la souffrance étudiante et professionnelle dans les universités à bras-le-corps (sic) : il a modifié l’article 34 du décret du 29 octobre 2020, celui qui, jusqu’à présent, interdisait les formations en présentiel, sauf « lorsqu’elles ne peuvent être effectuées à distance compte tenu de leur caractère pratique dont la liste est arrêtée par le recteur de région académique ». Par un décret paru au Journal officiel du 10 janvier 2020, en effet les universités sont désormais autorisées à accueillir des groupes d’étudiants pour des « activités de soutien pédagogique »1.

Cette modification dominicale confirme d’abord ce qu’Academia dénonce depuis trois semaines : la circulaire du 20 décembre de la directrice générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle (DGESIP), Anne-Sophie Barthez, était grossièrement illégale, dans la mesure où elle « permettait » l’accueil, à partir du 4 janvier prochain, d’étudiant·es identifié·es comme « les plus fragiles », « sur convocation » et « en petits groupes de dix », alors même que le décret du 29 octobre 2020 interdisait un tel accueil.

Maintenant que ce décret est modifié, l’accueil préconisé par la circulaire est rendu possible, comme en témoigne désormais l’article 34 du décret du 29 octobre 2020, tel que modifié ce 10 janvier 2021 :

Mais cette modification réglementaire fait plus que cela : elle fait tomber tout le calendrier de la « reprise progressive des enseignements » prévu par la circulaire du 19 décembre. La formule retenue par le décret publié ce 10 janvier est suffisamment large, en effet, pour autoriser les universités à organiser leurs propres conditions d’ouverture, selon les choix que feront les conseils au niveau de chacun des établissements, et sans avoir besoin de solliciter l’accord du rectorat.

Libre aux universités, donc, de choisir le nombre d’étudiant·es concerné·es, leur niveau de diplôme et le calendrier de leur accueil, en fonction de la configuration de leurs locaux et, plus généralement, de leur capacité à respecter les mesures sanitaires nécessaires. La seule contrainte tient aux activités concernées : elles doivent être des « activités de soutien pédagogique ».

Affiche, 2018

« Activités de soutien pédagogique » : c’est peu clair, et c’est sûr que ce n’est pas une petite limitation. Mais qu’on ne s’y trompe pas : juridiquement, il n’est pas nécessaire d’attendre l’interprétation jupitérienne et hors-sol du ministère pour savoir ce qu’il faut entendre par-là. Le décret est d’application directe, ce qui signifie que chaque établissement a désormais la responsabilité d’en discuter au niveau de ses instances propres, pour prendre les décisions qui paraissent localement les plus appropriées. C’est, autrement dit, la prétention du ministère à monopoliser le pouvoir d’ouverture et de fermeture des universités qui se fissure, et c’est en soi une bonne nouvelle du point de vue des franchises universitaires, comme Academia l’expliquait il y a quelques semaines.

Ainsi donc, Olivier Ertscheid devrait peut-être encore désobéir pour limiter la souffrance étudiante. En revanche, les établissements ne pourront plus s’abriter derrière la parole déconnectée du ministère : c’est au niveau de chaque université que les responsabilités doivent désormais être prises, pour construire des solutions permettant de concilier la situation sanitaire et la souffrance étudiante mais aussi professionnelle.

Un beau bazar s’annonce donc, et on n’est pas sorti d’affaire : quand on voit comment certaines universités ont géré les examens, en imposant le présentiel et en balayant les craintes des étudiant·es au nom de l’absolue nécessité d’évaluer encore et toujours, il y a de quoi être inquiet·es.

  1. Academia remercie Claude Danthony et Vivien Zalewski-Sicard, pour leur impeccable veille. []

Comprendre les décrochages massifs des étudiant·es

@AltoMediefuck, 9 janvier 2020. « J’ai fait une image pour mieux me faire comprendre sur la situation actuelle des étudiant·e·s et les décrochages massifs enregistrés »

Cédric fait un petit point sur les sessions de substitution pour les épreuves universitaires parce que le MESRI dit n’importe quoi

Continuer la lecture

Contre la récupération du handicap par les personnes anti-écriture inclusive

Après le guide pratique sur l’organisation de séances de travail en visioconférence (réunions, séminaires, etc.) respectueuses, voici un « billet pour dénoncer la récupération du handicap par les personnes qui s’opposent à l’écriture inclusive. Écrit par les personnes concernées par le validisme et le sexisme, ce billet demande aux personnes non concernées de cesser de brandir l’argument de la cécité, de la dyslexie ou de la dyspraxie pour justifier leur position, et aux personnes concernées mais réactionnaires d’arrêter de parler au nom de toute la communauté handie » (Efigies Lyon, 15 décembre 2020).

  • par les membres du Réseau d’Études HandiFéministes (REHF)
    Publié originellement sur Efigies, 15 décembre 2020

Les membres du Réseau d’Études HandiFéministes (REHF), concernées pour la plupart par le sexisme et le validisme et chercheurses à l’université ou ailleurs, exprimons aujourd’hui notre désaccord et dénonçons la récupération du handicap pour justifier des positions anti- écriture inclusive, par des personnes généralement concernées ni par le sexisme, ni par le validisme. Au nom de la cécité, de la dyslexie ou de la dyspraxie, certain-e-x-s s’opposent à l’usage et au développement de l’écriture inclusive. Pour le REHF, il s’agit d’un argument doublement fallacieux.

En premier lieu, cet argument tend à homogénéiser l’opinion de l’ensemble des personnes déficientes visuelles et avec des troubles dys. Il existe assurément des handi-e-x-s qui défendent l’écriture inclusive. Il est donc problématique que des personnes non concernées ne consultent pas ou s’expriment à la place des personnes concernées par le validisme, tout comme il est problématique que des personnes concernées ne considèrent pas la pluralité des discours sur ces débats. En effet, l’argumentation s’appuie parfois sur des textes publiés par des personnes handicapées, à l’instar de la lettre de la Fédération des Aveugles de France, intitulée « Les aveugles disent non au mélange des genres ». Le REHF doute fortement que l’ensemble des aveugles de France aient été interrogé-e-s sur la question. Par ailleurs, le REHF s’oppose aux points suivants1 :

« […] Nous ne saurions pas mélanger les genres : si l’on peut dire et faire de la question de la construction de la langue un sujet qui aurait rapport avec une quelconque discrimination sexuelle, c’est là faire preuve d’une inculture incroyable et de confusion redoutable. »

« C’est donc un bien pitoyable combat que celui de se battre à peu de frais contre une règle arbitraire, en la faisant passer pour le symbole d’une discrimination sociale. »

Le mépris pour l’écriture inclusive dans ces deux extraits fait fi de toute une littérature scientifique sur la question. Tout d’abord, la sociolinguistique s’échine à montrer, depuis le XIXe siècle, qu’une langue est socialement construite et, à ce titre, qu’elle reflète les rapports sociaux dans leur ensemble. Donc lorsqu’il est dit que le masculin l’emporte sur le féminin, ce n’est pas sans raison, ni sans incidence. Loin d’être une règle arbitraire, cette oppression organisée discrimine et dissimule des populations dominées. Ensuite, l’histoire et la grammaire ont également révélé que cette hégémonie masculine au sein de la langue française est très récente (seconde moitié du XVIIe siècle), et qu’elle a entraîné une perte de vocabulaire, un vocabulaire aujourd’hui réinvesti par les défenseurses de l’écriture inclusive. Enfin, les études du discours ont expliqué que l’écriture inclusive n’est pas qu’une simple histoire de « mélange des genres ». Sur tous ces sujets, nous invitons nos interlocuteurices à se renseigner.

Dessin représentant une main avec des ongles rose fluo qui parvient à sortir d’une fenêtre sur un écran d’ordinateur en suivant des touches de la même couleur. Credit: Janine, 2021

Continuer la lecture

  1. source : https://aveuglesdefrance.org/presse/les-aveugles-de-france-disent-non-au-melange-des-genres. []