Fantasme de titulaire : indigénisme et liberté d’expression

Près de cinquante chercheurs, chercheuses, enseignantes et enseignants-chercheur·ses, pour l’essentiel en activité1, quelqu’un·es retraité·es s’apprêtent à faire paraître un texte soutenant Jean-Michel Blanquer dans ses allégations, qu’iels qualifient de « constat ». Représentant davantage les hommes que les femmes, ce collectif occasionnel incluent maîtres et maîtresses de conférences et professeures des universités, directeurs et directrices de recherche CNRS, directeurs d’études EHESS et EPHE, issus des différentes disciplines, majoritairement de lettres et de sciences humaines et sociales, mais aussi des mathématiques — ce qui s’explique sans doute par les réseaux affinitaires qui sont d’abord des réseaux professionnels2.

Contrairement à la plupart des lecteurs et lectrices d’Academia, plutôt inquiet·es de l’état de l’emploi scientifique en France3 que de théories ou de bouts de tissu, ces personnes s’offusquent de la prise de position de la Conférence des présidences d’université.Défenseures des libertés académiques (sic), elles demandent ainsi, ni plus ni moins que la création d’une « instance chargée de faire remonter directement les cas d’atteintes aux principes républicains et à la liberté académique »4.

Mais, comme Academia, elles s’étonnent du silence de Frédérique Vidal.

https://www.flickr.com/photos/78183557@N06/6853648864/in/photolist-brCK2J-diUmqy-9VQgrA-7G5xTD-rEFKt9-9YmiDS-6SNKk-8DZfMR-apNak7-529676-TTpRwD-qUSWVQ-8vxA38-R7n8bt-RNWVX8-3htuep-4JPBRm-wHHU-q2oeXV-aSumH-xdyL-dVGtpU-h5Hug-2ezZhFN-es12o-6Mew84-8vwKex-djrCiQ-36naUy-6KvcU2-QPqtW4-xUR1A-9ocw5Q-6EvWMD-5qTjnd-5Uz74i-8moaBC-64LPFV-7ELm7L-eH6nEP-9kL5uk-69b11-cukdr3-RfUdcd-NSNRJm-5yRLy6-5Xc3zC-76Lwbs-2FjiaE-SjzWPi

Denial (c) and the rest, 2012

Continuer la lecture

  1. On y compte aussi un ancien Ministre de l’Éducation nationale et des « associés» au statut plus flou. []
  2. C’est d’ailleurs par un de ces canaux qu’Academia a obtenu cette tribune en cours de publication dans un titre de presse national. []
  3. Academia s’apprête à publier une analyse de l’édition 2020 de l’État de l’emploi scientifique en France. []
  4. On se demande à qui une telle instance rapporterait les fameux incidents « directement » : la Ministre Vidal, le Ministre de l’Intérieur, le Président de la République ? Valeurs actuelles, directement ? []

L’université Potemkine

Communiqué de l’Assemblée générale des précaires de l’ESR d’Ile-de-France
au sujet de la rentrée 2020/2021

 
« Rien ne vous oblige à donner vos TD si vous en considérez ses conditions inacceptables, étant donné  la forte proportion de doctorants à demander chaque année une charge de cours»,
un collègue titulaire que nous ne nommerons pas.

À en croire notre ministre et nos président·es d’université, la rentrée 2020/2021 et l’adaptation des universités aux consignes sanitaires se dérouleraient avec ordre, souplesse et innovation technologique, un peu comme dans un monde enchanté. Ces discours pourraient presque nous conduire à oublier l’essentiel : plus que jamais avec la crise sanitaire, le fonctionnement de l’Université repose sur les travailleur·ses précaires.

La pluie de mails qui s’abat sur nous et qui nous « incite » à utiliser telle ou telle e-plateforme de cours en ligne est d’ailleurs révélatrice d’un profond décalage entre l’utopie mercantile d’un enseignement dématérialisé et la réalité de nos conditions de travail. Car si le confinement nous a bien appris une chose, c’est que pour pouvoir suivre ou assurer un cours en ligne, il faut au minimum disposer d’une bonne connexion internet, d’un matériel adapté, ainsi que d’un endroit où l’on peut travailler. La précarité tout autant produite qu’ignorée par le système, celle des travailleur·ses non-titulaires et celle des étudiant·es, celle que nous ne cessons de rappeler, empêche, ô surprise, que ces conditions soient réunies. Mais qu’un tiers des effectifs ne soit pas en mesure de suivre les cours à distance, que les frais d’équipements soient à la charge des non-titulaires et des étudiant·es, tout cela semble normal. La fracture numérique, la précarité (pour ne pas dire pauvreté) visiblement n’existent pas.

Dans cette mer de difficultés, on voit ici et là des non-titulaires s’atteler à écoper le navire pour qu’il ne coule pas, à constituer des groupes d’entraide et de pédagogie à distance (tandis que des titulaires se réservent les cours en présentiel). Et de temps en temps, entre deux communiqués provocateurs appelant à la responsabilité individuelle, on peut voir passer un remerciement général à l’adresse des travailleur·ses de l’université.

Les présidences et les membres du ministère peuvent applaudir à leurs fenêtres, mais qu’est-ce qu’on donne concrètement ? Continuer la lecture

Mettons que ça parte en reconfinade…

Chroniques des cours en démerdentiel — épisode 3

Vidal on a la dalle, on veut des postes et d’la maille ! Mobilisation anti-Vidal à Angers et au Mans, 23 octobre 2020

Jeudi 22 et vendredi 23 octobre, F. Vidal a poursuivi sa tournée des universités en France pour défendre sa LPPR face à une communauté universitaire toujours vent debout contre le manque de moyens pérennes pour la recherche, contre la précarisation accrue des personnels et le manque de logement pour les étudiant·es. A l’Université d’Angers, nous étions chacun des deux jours plus de 80 collègues et étudiantes à accueillir la ministre avec nos revendications affichées sur nos banderoles. Ce sont plus de 700 postes, 7 millions d’euros et 500 logements étudiants dont nous manquons pour atteindre la dotation moyenne des universités en France. Cette situation est inacceptable pour nos étudiant·es toujours plus pauvres, pour les personnels toujours plus précaires et pour les titulaires au bord du burn-out collectif.

Alors que la ministre à ignoré nos plaintes le jeudi, elle n’a pas été en capacité de répondre à nos revendications lors d’un échanges avec des collègues mobilisé·es, à l’extérieur mais aussi à l’intérieur des réunions qu’elle menait, ce vendredi.

L’intersyndicale de l’Université d’Angers a, part la suite, eu un entretien avec le directeur de cabinet de la ministre, qui propose une dotation exceptionnelle d’urgence pour l’Université. Cependant, le chiffre officieux donné la veille faisait état de 8 postes, soit 1% des besoins immédiats.

Le compte n’est pas bon et les personnels et étudiant·es de l’Université d’Angers resteront mobilisées jusqu’a l’obtention des moyens nécessaires pour pouvoir fonctionner et accueillir les étudiant·es dans des conditions décentes.

Nous ne voulons toujours pas de la LPPR.

Vidal on a la dalle, on veut des postes et d’la maille!

Le comité de mobilisation et l’intersyndicale de l’Université d’Angers

Université d’Angers, 23 octobre 2020

Frédérique Vidal déclare au comité de mobilisation : « J’ai été présidente d’une université qui était aussi sous-dotée »

#FactChecking L’Université de Nice est dans la moyenne des universités avec 9.7k€/étudiant, soit 30% de plus que celle d’Angers, dans le quart le moins bien traité avec 6.9k€/étudiant.

(c) Julien Gossa

Continuer la lecture

Assassinat de Samuel Paty. Communiqué de la section 33 du coNRS

Communiqué
de la section 33 du Comité national du Cnrs
et de représentants des unités de recherche relevant de la section

Réunis le 19 octobre 2020, les membres et les représentants des laboratoires de la section 33 Mondes modernes et contemporains du CNRS, tiennent à exprimer leurs sincères condoléances à la famille, aux proches, aux collègues et aux élèves de Samuel Paty, professeur d’histoire et de géographie au collège du Bois-d’Aulne de Conflans-Sainte-Honorine, victime de la plus insoutenable des barbaries, assassiné au nom du fanatisme religieux islamiste.

Ils s’associent aux messages des quatre Sociétés d’histoire (SoPHAU, SHMESP, AHMUF, AHCESR) pour témoigner leur soutien à toutes et tous les enseignant(e)s qui, au quotidien, transmettent les principes fondamentaux de la République indivisible, laïque et démocratique.

Face à l’obscurantisme et aux manifestations répétées et de plus en plus nombreuses de l’intolérance, ils s’inquiètent des menaces qui pèsent sur la liberté d’expression, la transmission des savoirs et la formation à l’esprit et la réflexion critiques. Ils en appellent à la responsabilité de toutes et tous pour lutter contre les idéologies de haine et leurs actes terroristes et pour défendre les valeurs humanistes et fraternelles.

Continuer la lecture

Faire barrage. Newsletter du 12 au 18 octobre 2020

par Guillaume Miquelard, 2020.  Source: Personnels du supérieur: bilans et statistiques

L’effet Emmanuelle Charpentier a fait long feu. La prix Nobel — qui avait dénoncé assez crûment le sous-financement et le sexisme de l’université française qu’elle avait quitté sans regret, sinon pour ses collègues — n’a pas entraîné l’électrochoc qu’on aurait souhaité.

Dans cette rentrée de « grosse tension entre cours à distance et clusters à virus » selon RFI, la réalité des conditions de vie et de travail s’est au contraire brutalement rappelée à nous avec la mort d’une étudiante, faute de défibrillateur sur le campus de l’université François-Rabelais (Tours), a rapidement rappelé la misère qui y règne ; avec, à côté du sexisme ordinaire, l’ampleur des violences sexistes et sexuelles subies par les étudiant∙es, dévoilée par l’OVSS ; avec la cruelle précarité des docteurs sans postes, usés par la quête d’un emploi. En dépit de la farouche opposition de la CGT Ferc-sup, de FO ESR et de Sud éducation-Sud recherche, l’opération Protokol fut un succès à 50,9% pour le Ministère, grâce aux signatures du SGEN, du SNPTES, de l’UNSA – qui sacrifient sans vergogne toute une génération de jeunes chercheurs et chercheuses pour un plat de lentilles. Si réaction il y a eu, elle a porté sur la défense des libertés et des responsabilités académiques dans l’affaire Mardirossian.

Le sursaut attendu du Sénat n’a pas eu lieu, en dépit d’une belle mobilisation du 13 octobre à Paris, où les organisations syndicales ont boycotté le CNESER, à Marseille et en ligne – qui nous a valu la réconfortante réponse de Pierre Ouzoulias. À mesure qu’approchait l’échéance du vote de la loi, les motions se sont multipliées : Ens (Paris), Institut national des sciences de l’univers (INSU). Un cap a même été franchi pour la section CNU 72 Histoire et épistémologie des sciences et des techniques, pour qui la « discipline se trouve désormais en danger », en raison de la démoralisation et de la désaffection qui touche titulaires et aspirant∙es à la titularisation. L’inquiétude de la section a trouvé confirmation dans les dernières analyses de Guilaume Miquelard-Garnier : la chute du nombre de postes ouverts à la titularisation est vertigineuse : alors qu’il y a dix ans, un∙e docteur sur 5 devenait maître∙sse de conférences, aujourd’hui, seuls 7% peuvent en caresser l’espoir.

https://www.flickr.com/photos/krishnacolor/32335488503/in/photolist-RgnQbt-587aKZ-qCP1N8-HGfFem-GPz712-6tSr1r-8AVMuB-B8DKbx-6gkkLL-9oNGJD-VSpY7w-Z45WQ3-5ZCvDK-doyHt6-5WrSqj-Q1gT3t-5JTrTn-9pKPbM-e87LCH-ejhwzJ-2jWmmDm-587nkP-zBNUVJ-9pNQA3-21eb5NG-8t9sRU-8t9sJJ-8t6qxD-8t6s9a-8t9rLW-8t9rsS-9pNQhq-9pKPrr-BFZRRN-id7AG1-SgAPEy-7iZe9u-6vHqcq-id7MDu-5CYRSu-dpLbZ-W1qw1s-pRZ6E5-v3Byka-5ZGHFu-23tkYvs-SUxsf2-imUeU-2hFUies-2jqLQ72

Prakasam Barrage, Vijayawada (c) Hari K Patibanda, 2016

Continuer la lecture

Alexandre est l’avenir de la recherche

Continuer la lecture

Sur la chute de l’Université, en quatre graphes

  • d’après Guillaume Miquelard, maître de conférences habilité en physique des polymères, auteur d’un blog EducPros Un tout petit monde
https://twitter.com/gmqlrd/status/1317462346734993410

Évolution du nombre d’étudiant∙es à l’Université (modulo de petites incertitudes liées à des chiffres concaténés de sources différentes), par Guillaume Miquelard, 2020

par Guillaume Miquelard, 2020.  Source: Personnels du supérieur: bilans et statistiques

Il s’agit de l’évolution du nombre de postes ouverts aux concours MCF sur plus de 20 ans1. Les chiffres 2020 sont provisoires (mais d’ores et déjà légèrement meilleurs que 2019)

Continuer la lecture

  1. NDRL: texte adapté de la série de tweets de Guillaume Miquelard, 17 octobre 2020. []

Choses vues … en amphithéâtre

  • par Anne-Sophie Chambost, historienne du droit, Sciences Po Lyon,  Chrystelle Gazeau, historienne du droit, université Jean Moulin Lyon 3, Soazick Kernéis, historienne du droit, université Paris Nanterre, Grégoire Bigot, historien du droit, université de Nantes, Myriam Biscay, historienne du droit, université Jean Moulin Lyon 3.
https://www.flickr.com/photos/cubn6/2634138204/in/photolist-51LDvW-qrgZy3-ortPuE-2i9vHgH-E7HqPD-nj5Ue2-ed4kAY-FpmkbQ-2amdm4s-qrbVrY-4q4MEP-9RFWyN-XWUHP7-cXsgCG-2iFPnvy-rV4Nq3-RcnAGF-2jPehvL-bYEux9-23JsKuK-22Aa5dg-2jDccpn-88ruxJ-2jKHVwn-24r7u1T-9QhaM6-MbTrfu-9PfbqH-77N3fW-2hHmpjD-MVxEb-9nT9gP-7gqL2G-2gboDco-4MkQyp-4eXnGs-2jCycCV-NaXx37-9AavY-WZZgmy-2hvYemE-9jcxpv-2jzYwbB-XF9DGQ-huTEKJ-SrCQSm-K1S97q-P4V6uf-5w5dDp-27gnzVW

(c) Martin Gervais, 2008

Conscients de ce que les évènements tragiques survenus à Conflans-Saint-Honorine pourront perturber la réception de notre analyse de la situation provoquée par des propos proférés en amphithéâtre, nous tenons à rappeler que si l’intolérance a revêtu dans l’histoire des formes variables, le fait que notre société soit aujourd’hui régulièrement confrontée à ses manifestations les plus extrêmes appelle une dénonciation ferme de ces horreurs. Cela ne doit donc, a fortiori, pas empêcher de réfléchir à la portée de certains discours énoncés dans le cadre universitaire, lequel est, au même titre que l’école, le lieu de l’apprentissage de la tolérance.

Depuis la dernière rentrée universitaire, la presse s’est fait le relai des inquiétudes de néo-étudiants confinés dans des amphithéâtres bondés, qui documentaient « en live » la situation chaotique de certains cours à grand renfort de vidéos circulant ensuite sur les réseaux sociaux. Cette même presse, qui fait généralement peu de cas de l’activité pédagogique des historiens du droit et de leur rôle dans la diffusion des savoirs juridiques, n’a pas manqué non plus de se faire l’écho de l’émoi suscité récemment par des propos tenus dans un amphithéâtre, qui eux aussi ont agité les réseaux sociaux1. Ceux qui connaissent le monde de la justice ont déjà entendu l’adage « la plume est serve mais la parole est libre ». Force est de constater qu’à l’ère des smartphones et des réseaux sociaux, la parole captée par un auditoire choqué, échappe au locuteur qui pense — naïvement — la retenir dans le secret de l’amphithéâtre.

Dans le cas d’espèce, on objectera bien sûr que l’universitaire, professeur ou maître de conférences, est protégé par son statut, auquel sont attachées un certain nombre de libertés. Il n’est ainsi pas inutile de rappeler que

« le service public de l’enseignement supérieur est laïque et indépendant de toute emprise politique, économique, religieuse ou idéologique ; il tend à l’objectivité du savoir ; il respecte la diversité des opinions. Il doit garantir à l’enseignement et à la recherche leurs possibilités de libre développement scientifique, créateur et critique » (Code de l’éducation, L.141-6).

On rappellera aussi que le Conseil Constitutionnel a constitutionnalisé les libertés universitaires (Décision n°83-165 du 20 janvier 1984). Statut et liberté dont la récente Loi de Programmation de la recherche 2021-2030 montre toutefois combien ils sont fragiles dès lors que le périmètre de ceux qui en bénéficient se réduit. À charge donc, pour celles et ceux qui jouissent encore d’un tel statut — que d’aucuns ne manqueront pas bientôt de qualifier de privilège — de ne pas le rabaisser inconsidérément.

« Les enseignants-chercheurs, les enseignants et les chercheurs jouissent d’une pleine indépendance et d’une entière liberté d’expression dans l’exercice de leurs fonctions d’enseignement et de leurs activités de recherche, sous les réserves que leur imposent, conformément aux traditions universitaires et aux dispositions du présent code, les principes de tolérance et d’objectivité » (Code de l’éducation, L.952-2).

Les libertés universitaires et les garanties de l’enseignant-chercheur – pas plus que le port de la robe -, ne protègent en somme du ridicule d’un point de vue2 amené au renfort d’une démonstration maladroitement assénée du haut de la chaire. Pour le dire autrement : le métier d’universitaire impose la construction d’une argumentation objectivement étayée et le respect des lois de la République ; non moins fort, le respect de l’étudiant exige qu’on ne lui impose pas un point de vue discriminant, même au prétexte d’une démonstration. Car les usagers de ce service public qu’est — encore — l’enseignement supérieur jouissent aussi de garanties (Code de l’éducation, L. 811-1, alinéa 2).

Continuer la lecture

  1. NDLR: àce sujet sur Academia, voir Caméra au poing, par Christelle Rabier, 11 octobre 2020. []
  2. On est loin du « subtile (sic) questionnement philosophico-juridique » rapporté par les auteurs d’un article de soutien contre un professeur victime de la « bien-pensance » ; droit de réponse de l’auteur des propos auxquels les précédents admettent que ne revient sans doute pas la « palme de la délicatesse ». []

« Notre discipline se trouve désormais en danger ». Motion CNU 72, automne 2020

Nous, membres de la section 72 du Conseil National des Universités (Épistémologie, histoire des sciences et des techniques), nous inquiétons des dangers de démotivation et de démoralisation auxquels font face les enseignant∙e∙s-chercheur∙se∙s dans le contexte actuel. Nous souhaitons à la fois témoigner de notre entier soutien aux membres relevant de la section 72, en poste ou souhaitant le devenir, et alerter le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, sur les menaces pesant sur l’investissement, la qualité du travail et jusqu’à la santé des personnels de l’ESR.

Depuis plusieurs années, les syndicats et les universitaires à titre individuel alertent sur la dégradation des conditions de travail en matière d’enseignement et de recherche. L’accumulation des charges administratives peu ou mal reconnues produit un état de stress chronique et peut conduire à la démission réelle ou effective, voire au « burn out ». Ces situations, traitées tant bien que mal par la médecine du travail, restent aujourd’hui appréhendées comme des cas isolés qui devraient être traités individuellement, sans que ne soient dénoncées les conditions générales de travail qui peuvent en être directement à l’origine.

Constatant que la situation déjà difficile s’aggrave avec une rentrée mal préparée par le MESRI, sans moyen supplémentaire, et par une reprise de la pandémie ; que des changements majeurs dans les conditions d’exercice de nos métiers sont décidés en procédures accélérées sans que les besoins et souhaits de notre communauté soient pris en compte ; que nos doctorant∙e∙s et docteur∙e∙s non titulaires font parfois le choix difficile de ne plus continuer leur thèse ou leur recherche d’emploi permanent, nous jugeons que notre discipline (entre autres) se trouve désormais en danger.

Même si nous refusons d’appliquer le suivi de carrière souhaité par le MESRI en tant qu’évaluation récurrente, obligatoire et potentiellement pénalisante, nous tenons à rappeler que nous avons toujours exprimé le souhait d’accompagner les collègues qui rencontreraient des difficultés professionnelles de tous ordres. Nous invitons ceux et celles qui se sentiraient concerné∙e∙s, titulaires ou non, à prendre contact avec la section, qui s’efforcera dans la mesure du possible de les aider.

Nous engageons les autres sections de Conseil national des universités (CNU) à suivre notre initiative, en coordination avec la Commission permanente.

Motion adoptée par voie électronique le 16 octobre 2020, par 28 voix pour et 1 refus de se prononcer. 

Rentrée 2020 : grosse tension entre cours à distance et clusters du virus, pour RFI

https://mail.google.com/mail/u/0/#inbox/WhctKJWHzTLgbXlpPbLjRnwssqNFQdWsVwvWDvLHPsnNhftXrGsqdGmrvhhxHFrVrNjwBXB

Un amphi à moitié plein – Université de Paris Nanterre – entrée 2020. RFI/Inès Edel-Garcia

Avec des dizaines de clusters dans les universités françaises, la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal a rapidement pris des mesures pour limiter les contaminations dont l’enseignement à distance. Aujourd’hui, la capacité de certaines universités, dont Paris et Aix-Marseille est limitée à 50%. Ce mode dégradé peut-il durer ? Quel risque de décrochage pour les étudiants, dont les effectifs ne cessent d’augmenter depuis 10 ans ?

Avec :
– Paul Mayaux, président de la Fage, Fédération des associations générales étudiantes
– Anne Roger, co-secrétaire générale du SNESUP-FSU, Syndicat National de l’Enseignement Supérieur et enseignante en Sciences et Techniques des activités physiques et sportives (Staps) à l’Université CLaude Bernard- Lyon 1. 

Un reportage d’Inès Edel-Garcia à l’Université Paris Nanterre.

Le gouvernement Castex sacrifie la génération de Dr. Animula

Le gouvernement Castex sacrifie une génération de jeunes chercheurs et chercheuses, ultra compétentes et engagés, avec l’aide active du SGEN-Cfdt, du SNPTRES et de l’UNSA.

Qu’hommage leur soit rendu.