Université, je t’aime !

Nous republions, avec son accord, le texte de Mr BlueSky datant de 2016. “Cinq ans plus tard, écrit-il, je ne l’écrirais sûrement pas de la même manière. Justement parce qu’on est cinq ans plus tard et que la vidalisation a continué à faire du mal à nos universités”.

Cela fera 35 ans dans un mois que ma vie s’est jouée. Lorsque, le Bac en poche, je me suis présenté avec ma mère (ben, oui, j’étais mineur) au secrétariat de l’UER d’Histoire de l’université du Mirail (on ne disait pas encore Toulouse II, et encore moins Jean-Jaurès, preuve que le nom du quartier n’était point encore porteur d’image négative). Tout ça parce que je n’avais pas encore l’âge requis pour entrer à l’Ecole de Journalisme de Lille (21 ans à l’époque) et parce que mes copains de Terminale m’avaient dit qu’avec mes notes en Histoire-Géo, il fallait que j’aille faire des études dans ce domaine. Moi, j’en étais moyennement convaincu étant donné que les bons résultats dans ces matières n’étaient que très récents (j’avais quand même pris une claque en Première avec une moyenne à 5 au deuxième trimestre !). Seulement voilà, au secrétariat, la dame (dont j’ai hélas oublié le nom et je le regrette) m’expliqua en quoi le choix de l’Histoire ou de la Géographie était très pertinent avec ce qui était mon projet professionnel : une licence dans une de ces deux disciplines, ce serait un plus indéniable pour mes futures études. Alors, comme je m’estimais meilleur en Géographie, j’ai choisi de m’inscrire en Histoire.

Pourquoi je raconte ceci aujourd’hui ?… Pour le plaisir de savourer un anniversaire ? Par relent sentimental envers un passé idéalisé et désormais trop loin ? Non. Si je me mets à écrire sur ce sujet maintenant c’est que j’enrage de me dire que ce que j’ai vécu a été une chance sans nom et qu’aujourd’hui, ceux qui viennent, ces élèves qui demain vont aborder leurs épreuves du Bac, n’en bénéficieront pas. Ou plus de la même manière en tous cas.

Hand-Embroidered Solar System by textile artist Ophelie Trichereau. Droits réservés

Au bout de six mois, j’ai su que je ne ferais pas journaliste. Continuer la lecture

Si ce n’est pas un colloque universitaire, qu’est-ce donc ? À propos d’un article dans Libération

Une lecture de

Avec le temps, le journaliste Simon Blin est devenu un fin connaisseur des dissensus initiés il y a plus d’un an par le Manifeste des 100. Ce qui est devenu avec le temps le “danger du wokisme” a d’abord bénéficié d’une large couverture médiatique sous le nom de “islamo-gauchisme” et de “cancel culture” grâce à un accès inouï aux médias d’orientation (extrême-)droitière, comme Le Point ou CNews.

Un nouvel épisode des relations entre le gouvernement avec l’université

CNews a d’ailleurs accueilli Frédérique Vidal pour son chiffon rouge islamogauchiste, au moment où la Ministre était conspuée pour sa gestion de la crise alimentaire étudiante. Présenté comme un débat au sein du monde universitaire, c’est pourtant un phénomène initié par des responsables politiques : le Ministre de l’Éducation nationale en octobre dernier, à des fins de diversion de la calamiteuse gestion de son administration qui a conduit à l’assassinat de Samuel Paty, plusieurs mois après un ballon d’essai dans l’Express en décembre 2019 co-signé, entre autres, par le fondateur du Printemps républicain — feu Laurent Bouvet — et une ancienne membre du Conseil constitutionnel et actuelle présidente du Conseil des sages de la laïcité du Ministère de l’Éducation nationale — Dominique Schnapper1 . Le colloque « Après la déconstruction : reconstruire les sciences et la culture » organisé aujourd’hui et demain à Paris sous l’égide de trois associations — l’obscur Collège de philosophie2” :, l’Observatoire du décolonialisme et le Comité Laïcité République — officiellement à l’initiative de la professeure des universités Emmanuelle Hénin et les maîtres de conférences Pierre-Henri Tavoillot et Xavier-Laurent Salvador — représente ainsi une nouvelle étape dans une série de

“déclarations successives des ministres [qui] fragilisent plus encore les [études de genre et les études postcoloniales]» (Caroline Ibos) quand il ne s’agit pas de celles  du “président de la République en personne, lequel avait estimé en juin 2020 dans le Monde que les discours tenus par les universitaires reviennent «à casser la République en deux»,

contrefeu incendié quelques jours après la magistrale démonstration de force des partisans et partisanes de la justice pour Adama Traoré, devant le Tribunal judiciaire de Paris.Le “colloque”, selon le nom donné par les organisateurs, représente ainsi un pourrait représenter le point d’orgue — nous dirons, optimistes, le chant du cygne — dans une attaque politique d’ampleur inégalée contre les universités.

Manifestants se rassemblent mardi 2 juin 2020 à Paris. . (AP Photo/Michel Euler)

L’instrumentalisation des libertés académiques

C’est bien un nouvel épisode des relations du gouvernement avec l’université qui va se dérouler les 7 et 8 janvier 2021. Le journaliste commente sujets et particpant·es de ce que nous appelerons, pour notre part, une manifestation.

À vocation scientifique, les tables rondes prévues ne sont pas dépourvues d’enjeux politiques. La présence de Jean-Michel Blanquer est en effet annoncée au colloque. Le ministre de l’Éducation nationale «prononcera à cette occasion un mot d’ouverture», précise l’Observatoire du décolonialisme sur son site. Façon de donner l’assentiment du gouvernement aux débats qui s’y tiendront ? Contacté par Libération, le cabinet du ministre explique toutefois ne pas être en mesure de confirmer sa présence ce vendredi 7 janvier à la Sorbonne.

Au programme, la présence de deux très hauts responsables non-élus interroge. Celle de Jean-Michel Blanquer 3, d’abord, pose question.  Alors que le chaos règne dans les écoles comme jamais depuis le début de la crise sanitaire, et tandis que des centaines de milliers d’élèves passent des heures devant les pharmacies à attendre qu’on veuille bien les tester pour pouvoir retourner en classe, l’actuel Ministre de l’Éducation nationale préfère donc prendre de son temps précieux pour se rendre à un colloque polémique qu’aucun laboratoire de recherche ne cautionne.”. Il n’en faut pas douter : des liens peu académiques justifient l’invitation du Ministre, à moins que cela ne soit le Ministre lui-même qui en soit commanditaire. La tenue de la manifestation dans l’amphithéâtre Liard en est un indice supplémentaire4 : on ne dit pas suffisamment que cet amphithéâtre de la Sorbonne n’est pas un espace géré par une université, mais par une administration d’État, et plus précisément par la chancellerie de Paris, à la tête de laquelle a été nommée Christophe Kerrero — connu pour ne pas disposer du titre universitaire, et partant de la légitimité nécessaire pour accéder à ce poste —, un très proche collaborateur de Jean-Michel Blanquer depuis 2008. Continuer la lecture

  1. Respectivement professeur des universités à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yveline et directrice d’études retraitée (87 ans)  de l’EHESS. []
  2. “Qu’on ne peut confondre avec le Collège international de philosophie”. []
  3. Ancien directeur général de l’enseignement scolaire (Dgesco) sous Nicolas Sarkozy, “Ministre bis” de l’éducation nationale, n’a-t-il pas fait connaissance Pierre-Henri Tavouillot, le co-organisateur du colloque, lorsque ce dernier grenouillait au “Conseil d’analyse de la société” de 2004 à 2013, porté à ce poste par l’ami de son directeur de thèse, Alain Renaut ? []
  4. Comme l’a précisé la présidente de Sorbonne Université aux syndicats CGT et Sud, l’amphithéâtre est géré par la chancellerie des universités de Paris []

Sur France Culture. Comment l’université broie les jeunes chercheurs, par Adèle B. Combes

Elle a enquêté sur les conditions de travail des jeunes chercheurs en France : Adèle B. Combes, docteure en neurobiologie et initiatrice du projet “Vies de thèse”, auteure de “Comment l’Université broie les jeunes chercheurs” (Ed Autrement, 2022), est invitée de la Grande table, sur France culture.→  Écoutez l’émission !

Les étudiant·es aux Restos du coeur, par Brut

En passant

 

Bandeau. Resto du Cœur à Saint-Gilles. Crédit: Elio du Rupo, 23.12.2013

 

Par un froid glacial…

“Ce soir, en France, sous ce froid glacial, une énième distribution alimentaire, avec une énième file d’attente [interminable] d’étudiant·e·s qui crèvent la dalle.
Où sont les 100€ promis par Macron aux étudiant·e·s ?
Que fait le gouvernement pour répondre à cette crise sociale ?”, Majdi Chaarana, 9 décembre 2021

Appel du 18 juin, par la CP-CNU réunie en Assemblée générale

Le vendredi 18 juin 2021, la CP-CNU, réunie en assemblée nationale, a voté les deux textes suivants : un appel voté à l’unanimité et une motion1.

#ResistESR

Continuer la lecture

  1. Votée à l’unanimité, 1 contre et 7 abstentions. []

L’Université de Montpellier transformée en EPE (établissement public expérimental) : le point de vue des élus étudiants.

L’Université de Montpellier va connaître une importante évolution statutaire en 2022. En tant que deuxième organisation étudiante, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) a rencontré le président de l’UM afin de défendre les intérêts étudiants en matière de montant des frais d’inscriptions, d’exonérations des frais d’inscription, de pédagogie, des conditions d’examens et au niveau de la gouvernance (arrivée de la Banque Populaire dans la direction de l’université).

Retrouvez-ici leur compte-rendu et leur analyse : Continuer la lecture

Du sursis et interdiction d’exercer pendant 5 ans requis contre l’ex-doyen de Montpellier

En passant

Des peines de prison ferme requises contre les membres du commando de la fac de Droit

Le procès dans l’affaire du commando armé de la fac de droit de Montpellier a débuté ce jeudi 20 mai. Sept prévenus, dont l’ancien doyen Philippe Pétel, sont jugés pendant deux jours devant le tribunal correctionnel, poursuivis pour violences en réunion et deux pour complicité. Des peines de prison ferme ont été requises contre les membres du commando de la fac de Droit par Fabrice Bélargent, procureur de la République ce vendredi en milieu de journée.

Un an de prison dont quatre mois fermes ont été requis contre Mathieu Rolouis, Thierry Vincent, et Thierry Puech. Le procureur a demandé un an de prison ferme contre Martial Roudier et un an avec sursis pour Patricia Margand. Dix-huit mois de prison avec sursis et une interdiction pendant 5 ans d’exercer un emploi public ont été demandés contre l’ex-doyen Philippe Pétel, qui a reconnu ce jeudi avoir donné son aval à l’évacuation des occupants de la fac. Pour le professeur de droit Jean-Luc Coronel de Boissezon, 10 mois ferme et cinq ans d’interdiction d’exercer toute fonction publique.

L’affaire est mise en délibéré.

Continuer la lecture

“Aux étudiant-es qui passeraient par là…” Droit et féminisme vous dit “bravo !”