« Je suis la grève face à vous, la colère partout, ruinée mais déchaînée »

En passant

« Je suis la grève face à vous, la colère partout,
ruinée mais déchaînée »

Je suis Cléone et on ne me rattrapera jamais…1
Je suis marronne, je suis le chœur du Bloc.
Je suis le cortège qui bille en tête vous a renversé et vous renversera encore.

Je suis la grève, celle que j’ai foulé il y a des siècles, le corps hagard, rompu et enchaîné, mais vivante. Je suis la fuite, l’échappée. Je suis la rapine, la ruse, l’incendie, le poison, la machette retournée contre vos gorges. Je suis la rumeur des soulèvements du passé parvenue jusqu’à vous. Les mornes, les oasis, les communes, les landes, les friches, les squats sont ma terre. Le monde qui vous survivra est un Quilombo.

Je suis le spectre de la révolution.
Continuer la lecture

  1. Cléone est anonyme mais sans mystère, de tout temps et partout. Elle parle depuis ces points de l’âme qui ne cèdent pas pour raconter l’histoire des vaincus, jamais défaits.
    Sa première lettre est ici : Je suis Cléone…
    Une seconde là : Cléone, seconde lettre
    Une réponse depuis Douala.
    Une autre du Chiapas. []

Communiqué du SNTRS-CGT suite à la rencontre avec Frédérique Vidal, à propos de la LPPR-rémunérations, 15 janvier 2020

En passant

Communiqué du SNTRS-CGT suite à la rencontre avec Frédérique Vidal, à propos de la LPPR-rémunérations, 15 janvier 2020

En attendant le communiqué préparé par Sud Education et Sud Recherche, paru le lundi 20 janvier, seul syndicat invité par Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, le 15 janvier 2020, voici le communiqué du SNTRS-CGT publié ce vendredi 17 janvier 2020.

Communiqué du SNTRS-CGT suite à la rencontre avec Frédérique Vidal,
Ministre de l’enseignement supérieur et la recherche du 15 janvier 2020
sur le thème LPPR – rémunérations

Continuer la lecture

Vrai ou faux ? Sur les primes discrétionnaires des directeurs académiques

En passant

Les directeurs académiques touchent-ils une prime de fin d’année de 50 000 euros ?

Des élèves devant le lycée du Parc, à Lyon, en 2012. (Jean-Philippe Ksiazek / AFP)

Les directeurs académiques de l’Education nationale peuvent être indemnisés annuellement jusqu’à plus de 50 000 euros. Des sommes dont les critères d’attribution restent cependant opaques.

Article de Julien Nguyen Dang, franceinfo , mis à jour le 15/01/2020 | 20:09

Une belle prime de fin d’année de 50 000 euros. C’est ce qu’auraient touché les directeurs académiques des services de l’Education nationale (Dasen, les anciens inspecteurs d’académie des départements), en plus de leur traitement indiciaire de fonctionnaires, en 2019. Une prime annuelle qui aurait augmenté en décembre, rapportent les syndicats SNUipp-FSU de l’Ain et SUD Education dans des communiqués, ce qui n’a pas manqué de faire réagir les internautes.

Continuer la lecture

Une nouvelle place de Grève? – Retour sur un blocage numérique

Texte paru le 10 janvier 2020, faisant suite à un premier billet paru sur Academia,  sur le blog de Les invisibles de l’USR 2004 qui nous autorisent aimablement à republier.

La lutte en cours contre la réforme des retraites donne lieu à une série d’expériences d’actions de mobilisation numérique. À la suite de la prise de parole des camarades Community managers de Mediapart, nous prenons la plume et restituons notre expérience1..

Dans le cadre de la journée interprofessionnelle du 17 décembre 2019 contre une réforme des retraites inique et idéologique avancée par le gouvernement, le personnel de l’Unité de Service et de Recherche 2004, aka OpenEdition, réuni en Assemblée générale, a décidé le 16 décembre 2019 plusieurs actions. Parmi celles-ci : l’inaccessibilité des sites produits et hébergés par OpenEdition (livres, revues, blogs et annonces d’événements académiques en sciences humaines et sociales) pour une durée de 24h via la redirection vers un texte de soutien au mouvement de grève.

Si le sens de ces actions était guidé par la volonté de refuser une réforme des retraites dont l’impact sur la société et sur nous-mêmes (techniciens, ingénieurs et assistants ingénieurs) allait être considérable, les modalités de ces actions partaient d’interrogations sur l’invisibilité des grèves « classiques » dans le vaste secteur des métiers du numérique. Ainsi, le vote largement majoritaire de ces actions reflétait le refus profond d’une réforme des retraites injuste mais aussi le désir de rendre enfin visible ce qui ne l’était pas dans le numérique : des travailleuses et travailleurs en grève.

Tweets de Martin Clavey, des 16 et  17 décembre 2019

Continuer la lecture

  1. Ce témoignage a été rédigé par plusieurs employés d’OpenEdition et n’engage pas le collectif de l’Assemblée générale des personnels de cette unité. []

6 janvier 2020 : début des blocages des Universités

En passant

Affichage devant l’Université Paris-Diderot, 6 janvier 2019. (c) Olivier Ritz

Alors que les cours et les examens reprenaient aujourd’hui, plusieurs Universités, à l’iniative des personnels, réunis en AG ou au sein des composantes, ou à celle des étudiants et des étudiantes, ont choisi de rendre les sites universitaires inaccessibles ou encore d’annuler cours et examens.

Sauvons l’Unversité recense sur son site différentes initiatives et relaie le recensement opéré par France Info les Universités concernées.

Connaître ses droits quand on est précaire à l’Université : conseils d’un syndicat

En passant

Un syndicat propose un guide extrêmement précieux pour connaître ses droits à l’Université. Acronymes, types de contrats, congés (maternité, maladie), accidents du travail, contrats dérogatoires, contrats de droit privé : tout y est bien expliqué. Pour bien commencer l’année 2020!

Lien :

Le cauchemar de Darwin — à propos d’une tribune d’Antoine Petit, pdg du CNRS (18 décembre 2019)

Antoine Petit a commis une tribune en accès payant dans le quotidien Le Monde ce 18 décembre 2019, dont le ton et le contenu restent à l’opposé de ce que la communauté des chercheurs et chercheuses a récemment dit attendre (voir ici et ). En voici une lecture assurée par le mathématicien Antoine Chambert-Loir, nouveau rédacteur d’Academia.

 

Dans une tribune publiée par le journal Le Monde du mercredi 18 décembre 2019, Antoine Petit, président-directeur-général du CNRS, revient sur les « réelles ambitions scientifiques » qu’il a pour l’établissement qu’il dirige. Cette tribune fait suite à une précédente, qu’il avait publiée dans Les Echos, du 26 novembre 2019 et à son discours du même jour, prononcé au Palais de la découverte, à l’occasion du 80e anniversaire du CNRS, en présence du président de la République.

Les propos d’Antoine Petit avaient déjà suscité étonnement et colère, en particulier par la référence à la théorie de l’évolution de Darwin :

« Il faut une loi ambitieuse, inégalitaire — oui, inégalitaire, une loi vertueuse et darwinienne, qui encourage les scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l’échelle internationale, une loi qui mobilise les énergies. »

et par le vocabulaire guerrier employé tout au long de sa tribune, dès son titre : « La recherche, une arme pour les combats du futur. »

Des réseaux sociaux jusqu’au Conseil scientifique du CNRS, de nombreux collègues ont émis une contestation détaillée des propos d’Antoine Petit.

La façon dont Antoine Petit revient aujourd’hui sur ses propos initiaux est encore plus problématique. Petite revue en quelques points.

  1. Son texte commence par un auto-satisfecit bienvenu du CNRS et par l’affirmation de la volonté de la communauté scientifique de répondre aux grands défis du moment. C’est une entrée en matière et on peut comprendre que la recherche
    https://www.flickr.com/photos/87306608@N05/8022744813/in/photolist-ddWEwr-5W5Mye-9Aq8BU-5fZxdF-29i2Wx-9zoSuc-7PmuE6-awv2HP-9x3w1T-appf9p-8ewtuz-e6yWsd-n9NivR-b85JL6-2hnQAT6-b9eZrP-2gyxLid-agRkNZ-duqKTo-2dzJdQ1-5nRruB-ddWCCE-555A-ddWGGH-7Ae2Dz-q3sHRN-eYr2j8-8bnNbF-egmb25-7p6GJi-nkMFmK-afKYmh-99NFCJ-2i1vAhh-4oW3zR-crBCxY-aTt8DM-hfPic-41tc4R-crBCJS-eYCqKY-21LG78e-FwJtZS-84iXhs-eYCqy5-eYr4Ei-eYCsym-iHKard-rcAzV2-eYr3WB

    Lies, par Suicidepirate, 2012

    fondamentale disparaisse provisoirement du radar. Il continue en évoquant « une très large consultation des laboratoires » qui a permis au CNRS de formuler dès juillet 2019 des propositions « que ce soit en matière de financement de la recherche, d’attractivité des emplois et carrières scientifiques, ou plus largement de recherche partenariale et d’innovation ». Là, Antoine Petit marche joyeusement sur la tête — ou plutôt sur les pieds de toute la communauté scientifique.
    Car ce qui est sorti de ces consultations était très différent du rapport produit par la direction du CNRS, malgré toute la diversité que commandent des pratiques scientifiques parfois assez éloignées.
    Continuer la lecture

Loi “darwinienne”: réponse des Conseils du CNRS à Antoine Petit, pdg

Mise à jour: 18 décembre 2019

À la suite de la tribune d’Antoine Petit, pdg du CNRS du 26 novembre 2019, et de son allocution le 8 décembre 2019 à l’occasion de la célébration des 80 ans du CNRS, les instances du CNRS et du CoNRS se sont unaniment alarmés et ils ont rappelé la nécessité d’augmenter l’emploi et les moyens, et de se préoccuper de la santé mentale des personnels placés sous sa responsabilité.

  1. Motion des présidents et présidentes du Conseil scientifique, des Conseils scientifiques des Institutions et des sections et commissions du CoCNRS
  2. Lettre du Secrétaire général du Comité consultatif d’hygiène, sécurité et conditions de travail, 17 décembre 2019

12 décembre 2019

Monsieur Antoine Petit, président-directeur général du CNRS

Copie à monsieur le directeur général délégué à la science et à mesdames les directrices et messieurs les directeurs des instituts du CNRS

 

Monsieur le Président-Directeur général,

Après avoir pris connaissance de votre tribune parue le 26 novembre dernier dans le quotidien Les Échos, nous — présidentes et présidents du Conseil scientifique du CNRS, des conseils scientifiques d’instituts et des sections et commissions  interdisciplinaires du Comité national de la recherche scientifique — tenons à vous faire part de notre profonde désapprobation et de la vive inquiétude que ces propos suscitent au sein de la communauté scientifique.

Dans cette tribune, vous exposez en effet une vision de la recherche basée sur la compétition à tous les niveaux, comme en témoigne en particulier la citation suivante :

« Cette loi [de programmation pluriannuelle de la recherche] doit être à la hauteur des enjeux pour notre pays. Il faut une loi ambitieuse, inégalitaire – oui, inégalitaire, une loi vertueuse et darwinienne, qui encourage les scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l’échelle internationale, une loi qui mobilise les énergies. »

Nous avons pour notre part la ferme conviction que le CNRS n’a pas besoin de davantage de compétition en son sein alors même que, pour le recrutement de ses chercheurs et chercheuses par exemple, on compte jusqu’à 50 candidatures, le plus souvent de très haut niveau, pour un poste. Ce dont le CNRS a cruellement besoin, en revanche, pour « mobiliser les énergies », c’est d’un soutien beaucoup plus fort aux collectifs de travail (équipes, laboratoires) et aux coopérations qui s’y déploient.

Continuer la lecture

« Le personnel est académique ». Pour une subversion féministe de l’université, de la pédagogie à l’institution

En passant

Un article paru dans la revue Genre, sexualités & sociétés se propose de revenir sur trois formes de subversion féministe de l’université.

“Si le travail domestique n’est pas réellement pris en considération dans les sociétés marchandes, il importe de ne pas oublier que c’est dans celles-ci que  s’inscrivent les universités, même si elles sont perçues comme des lieux scolastiques.”

 

Continuer la lecture

“La dénomination « maître de conférences » n’est pas valorisante” : sur la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche

Mise à jour: 16 décembre 2019

Les groupes de travail en préparation de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche, dont le vote est prévue au printemps 2020, ont rendu leurs rapports respectifsen septembre 2019. Ils retrouvent une certaine actualité à l’occasion des la polémique lancée par Antoine Petit, président-directeur général du CNRS et d’Emmanuel Macron, président de la République.

Le rapport du Groupe de travail n°2, “Attractivité des emplois et des carrières scientifiques“, dirigé par Philippe Berta, Philippe Mauguin, Manuel Tunon de Lara1 , commence par un constat simple :

  • le niveau de rémunération des emplois de l’ESR, notamment en début de carrière, est très insuffisant, inférieur de près de 40% à la moyenne de l’OCDE. Il est aussi inférieur de près de 35% aux rémunérations des autres corps de rang A de la fonction publique et de plus de 20% de la fonction privée.  Le constat n’est pas différent, sinon pire, pour les personnels administratifs et techniques.
  • Le niveau de rémunération faible est à mettre en regard des moyens, là aussi largement insuffisant. “Or, a indiqué un chercheur français désormais parti à l’étranger, «les moyens, c’est une façon de dire aux gens que ce qu’ils font est important». (p.21).

Continuer la lecture

CoCNRS: rapport du jury d’admissibilité de la section 39 (concours 2019)

La section 39 (Espaces, territoires et sociétés) du CoNRS vient de mettre un rapport sur le précédent concours: conrs39.free.fr/2020/documents

À cette occasion, Academia publie une nouvelle collection: “Rapports de concours

NB: la section 38, qui ne fait pas de rapport sur le concours 2019, signale la mise à jour des recommandations aux candidat-es.

Expériences des discriminations, du bizutage et des violences sexuelles par les étudiant·es. Rapport sur la situation à l’Université Paris-Dauphine

En passant

Suite au mouvement Me Too, l’Université Paris-Dauphine a mis en place une cellule de veille sur les discriminations, le bizutage et les violences sexuelles. Cette cellule a pour mission de prévenir les discriminations et violences et de les sanctionner quand elles sont constatées. Dans ce cadre, une enquête par questionnaire a été réalisée auprès de l’ensemble des étudiant·es de l’Université Paris-Dauphine entre mars et avril 2018.

Continuer la lecture