Royaume-Uni, Allemagne : les précaires comme variable d’ajustement en temps de crise

La crise sanitaire en cours en Europe met dans une lumière encore plus crue que lesl mois passée la situation fragile deshommes et des femmes  chargé·es de cours dans les universités européennes, Lumpenproletariat dont la crise supprime les ressources.

Royaume-Uni. La grève des personnels universitaires britanniques contre la précarisation généralisée des personnels a été largement parallèle au mouvement social des universités et labos en lutte. Plus de 50 % des salariés des universités britanniques occuperaient des emplois précaires selon le syndicat UCU. Déjà fin janvier, l’équivalent anglais des Langues O, la SOAS, avait licencié l’ensemble de ses salariés précaires en mettant en avant sa situation financière jugée intenable. L’épidémie de Covid-19, qui a des conséquences budgétaires majeures pour des universités qui vivent très largement de frais d’inscription et notamment des frais payés par les étudiants étrangers, frappe donc les précaires des universités britanniques avec une violence toute particulière. Le Guardian signalait, jeudi 2 avril, que les universités du Sussex, de Bristol et de Newcastle avaient commencé à licencier leurs salariés précaires par dizaines pour ajuster leur masse salariale aux recettes en chute, en attendant de ne pas renouveler les CDD arrivant à échéance dans les semaines à venir, malgré les protestations des syndicats et des étudiants.

https://www.ucu.org.uk/he-action-resources

Extrait de la Our Four Fights campaign de UCU, 2020

En Allemagne, où le Mittelbau (le corps enseignant universitaire hors-statut de professeur) ne bénéficie d’aucun statut de référence comparable à celui de maître de conférences et doit survivre de post-doctorat en chaire junior et de vacation en poste d’assistant auprès d’un mandarin, de nombreux cours seront annulés lors du « semestre d’été » qui devait démarrer vers le 20 avril et qui se déroulera essentiellement en ligne. Certaines président·es, mais aussi des syndicalistes et le réseau des précaires NGA, envisagent publiquement l’hypothèse d’un « non-semestre » (Nichtsemester), sans enseignements ou presque. Il n’y a pas d’année universitaire en Allemagne et la notion même de durée de référence d’un cursus y est d’introduction assez récente, ce qui rend cette hypothèse viable sous réserve d’un accompagnement financier des étudiants, des salariés des universités et des établissements eux-mêmes. Si les président·es cherchent à éviter le Nichtsemester, les précaires du NGA ont publiquement pris position pour cette option, en demandant qu’elle soit adossée à un accompagnement institutionnel et notamment à une prolongation de l’ensemble des contrats en cours.

https://www.flickr.com/photos/jrej/21632775039/in/photolist-yXBCkZ-8wJM6S-oXTBQr-4jNobf-6rZMhi-9jiwWs-2hFxDDX-5bPRp-2d5dQQQ-9hMYaK-avoQNb-34Hys7-fH768N-5F1hRj-HeSxTp-8gi5pW-avnjek-rNuWB-2i4FByG-6d9Cx9-5EVHvD-avoUbL-duDBff-TrejkB-avmcMv-23oJW48-avmdSi-hQZ1oZ-fr9r1J-8hfyCe-8hiPL9-avmfAH-dhfuXJ-4YwLML-cdSAZQ-5Gg62c-avoQyN-6pn8EL-aj7bff-bKEGWi-Uhgy8w-22yGqRG-4wFXtN-6d5txk-2hKddPQ-avoTtE-3aDiDz-2bhXTrn-6d5sQX-4M4R52

“Unser Leben”, Walter Womacka (1964) – Haus des Lehrers, Berlin (Photo: GrégoireC, 2015)

Même si les sommes en jeu peuvent paraître considérable, il faut noter que l’État allemand et les Länder, exceptionnellement, semblent prêts à mettre beaucoup d’argent sur la table pour faire face aux conséquences économiques et sociales de la crise, y compris sous la forme d’aides financières directes aux particuliers frappés par les conséquences de l’épidémie. Mais faute de concertation sur le Nichtsemester, la précarité massive des enseignants et la grande flexibilité des cursus allemands est en train de déboucher sur un quasi-Nichtsemester de fait, avec des suppressions d’enseignement massives dans tous les cursus de façon à faire tourner la machine universitaire à bas régime et en ligne. La variable d’ajustement, ici aussi, ce sont les plus précaires, payés à la tâche comme les chargés d’enseignement vacataires français, et dont beaucoup d’enseignements seront suspendus pour le semestre d’été, avec comme conséquence une chute de revenus… qui n’a pas été anticipée dans les accords sur les aides financières directes mises en place par les pouvoirs publics. La radio publique bavaroise vient d’alerter sur le fait qu’à l’heure actuelle, en Bavière tout du moins, les freiberufliche Dozenten — ces chargés de cours vacataires, dont le système allemand ne fait pas semblant de croire qu’ils ont forcément une activité principale hors de l’université — ne sont pas éligibles à ces aides directes et n’auront pas d’autre solution, si leur cours est supprimé, que de demander directement l’allocation Hartz IV, le RSA allemand.

France, Royaume-Uni, Allemagne : trois traditions universitaires dont la différence est proverbiale, mais trois évolutions conjointes vers le culte du management par projets, une dépendance accrue vis-à-vis des financements extérieurs, et un bouleversement de la nature même du métier d’universitaire par la précarisation généralisée. Aujourd’hui, dans ces trois pays, les comptables du naufrage de l’université publique traitent les précaires, qui sont l’université telles que les réformes l’ont redéfinie, comme la variable d’ajustement du choc financier et institutionnel de la pandémie. Cette violence qui laissera des traces souligne la nécessité de regarder comme un enjeu prioritaire le combat pour des statuts protecteurs et pour des garanties matérielles de l’indépendance des universitaires, dans toute l’OCDE.

Liens

Lettre des enseignant·es aux étudiant·es de l’UFR de de sciences de l’éducation de Paris-8

Bonjour à tous et toutes,

Nous sommes quelques enseignant·es de l’UFR de sciences de l’éducation de l’université Paris 8 à nous poser des questions sur ce qui nous arrive et nous tenons à partager avec vous nos interrogations.

Nous voici confiné.e.s pour au moins quinze jours, mais probablement le double si l’on en croit les expériences du Hubeï ou d’Italie.

Nous sommes passé·e·s d’une vie publique et politique intense à une vie resserrée sur l’espace domestique. Pourtant rien ne cesse vraiment de nous indigner.

Paraît-il que les journalistes se sont organisé·e·s pour assurer la « continuité de l’information » et nous voici avec un flot continu de discours sur l’évolution à la minute de la pandémie, la réaction de nos politiques en temps réel et les soubresauts de la bourse, tout ceci bien enrobé « d’unité nationale ». Alors à nous tous et toutes, professionnel·le·s de l’éducation de la maternelle à l’université, de prendre nos responsabilités pour assurer la « continuité pédagogique » et de faire vivre cette « nation apprenante » dont on voit mal ou trop bien (c’est selon) ce qu’elle peut bien signifier ! Nous savons tous et toutes que les plus vulnérables seront les plus touché·e·s par le virus, mais aussi par la nécessité d’assurer toutes formes de continuité, de s’occuper des proches, de gérer le quotidien.

La grève prend ainsi une drôle de tournure dans un moment où la défense de nos services publics et une plus juste répartition des richesses semblent d’une brûlante actualité. Il ne s’agit évidemment pas de contester la décision de confinement mais de ne pas cesser d’être critiques et solidaires parce que nous avons cessé de sortir et de nous réunir. Il ne s’agit peut-être pas non plus d’assurer une « continuité de la grève » plutôt qu’une continuité pédagogique… mais peut-être d’accepter la rupture !

Continuer la lecture

… et il n’y a toujours pas de masques

  • par Sébastien Leroux, enseignant à l’université Grenoble Alpes

« Pour les étudiant·es, les collègues et toustes les autres »

Il y a elle ; elle est chez ses parents au fin fond de quelque part, et ne capte pas grand chose, d’un point de vue informatique je veux dire, elle a bien la 3G mais c’est littéralement au fond du jardin.

Il y a ma compagne ; elle est professeure de français histoire géographie dans un lycée professionnel. Elle a des classes et des élèves. Elle a des « elle » et des « il » aussi. Il faut qu’elle s’en occupe.

Il y a mon groupe 2 en DIG2 ; il faut que je m’en occupe, il faut que je m’en occupe, il faut que…

Il y a lui ; il est réquisitionné et travaille dans l’alimentaire à 125% depuis le début du confinement, il est inquiet pour la suite de ses études.

Il y a les courses parfois, les repas souvent, la machine et tout le reste.

Il y a elle ; elle dit que “Nous n’entendons pas demander à un enseignant qui aujourd’hui ne travaille pas, compte tenu de la fermeture des écoles, de traverser la France entière pour aller récolter des fraises gariguette”

… et il n’y a toujours pas de masques.

Photo: Claude TRUONG-NGOC

Continuer la lecture

Les étudiants face à la pression scolaire : « je n’ai jamais eu autant de travail que depuis le confinement »

L’Université a affiché cette semaine sa priorité : la « continuité pédagogique », sans considérer les inégalités entre les étudiants, que ce soit au niveau sanitaire, des conditions de confinement ou d’accès aux matériels informatiques : témoignages d’étudiants de l’Université Paris 1 confinés.

https://www.revolutionpermanente.fr/IMG/arton19797.jpg

Site de Tolbiac, Université de Paris-1. Crédit: Denis Tanchereau

La « continuité pédagogique », c’est tout ou rien : surcharge de travail ou silence Radio du corps enseignants. De la même manière qu’elle avait maintenu des partiels en période de grève, l’université, toujours sous couvert de sa « valeur du diplôme », s’acharne à maintenir une notation plutôt que de dispenser un enseignement.

A Paris 1, malgré les directives de la Présidence, les étudiants sont soumis aux exigences inégales de leurs professeurs. La plupart font reposer sur leurs chargés de TD la tâche de rassurer les étudiants, sans leur donner de réelles informations à communiquer. S’il faut reconnaitre que certains ont assoupli le contrôle continu, en évaluant sur la base du volontariat, la majorité laisse les étudiants totalement livrés à eux même.

Comme en témoignent Maria et Irene* [*les prénoms ont été modifiés], étudiantes en Droit, le stress et la pression sont décuplés : « je suis plus stressée qu’en présentiel. Sous prétexte d’une soi-disant valeur du diplôme, on autorise ce genre de conditions. Il est temps que les étudiants se fassent entendre, on n’est pas des robots ».

Continuer la lecture

Lucidités universitaires

  • par une étudiante de Master

« Aux étudiantes et étudiants de première et deuxième années de master, je veux dire que cette année universitaire bien singulière ne doit pas les conduire à renoncer à leur projet. Vous vous y êtes engagés avec passion, celle de comprendre et de savoir, vous devez poursuivre cette aventure intellectuelle, (…) aventure qui se nourrit aussi de ce moment particulier. » Un président d’université, le 25 mars 2020

 Et jamais ne s’arrête la petite musique bien rythmée de ceux et celles qui croient nécessaire de ne surtout pas s’arrêter.

Déjà aux temps des mobilisations, les diktats de la « continuité » nécessaire se faisaient entendre. Si « faire la grève (à l’université), c’est jouer le jeu du gouvernement » on pourra se demander si « faire une trève » ce n’est pas jouer le jeu du COVID-19 ? Alors, non, il ne faut surtout pas s’arrêter, il ne faut surtout pas casser les rythmes (déjà bien ébranlés) et il faut, cependant, à tout prix, maintenir, une continuité —… – pédagogique. Même pas drôle.

Pourtant ce n’est pas un jeu.

https://www.flickr.com/photos/irinavorotyntseva/4563233868/in/photolist-7XeLs1-9yCKsS-PQvWb3-yAsDy4-7G6LN2-6FoEsU-T5n9n-2c7ftJ2-4SSopu-25zQzDo-244fmKV-dvaM8x-LL3Xxj-4v4UdH-VP3kP5-9JGUtp-o5oYSS-9CAzpy-6W1cNB-6EVU1H-2ioJz3q-5TsqQJ-8Y8xVv-2e4Wkpu-NGTvka-bAcrUP-aAAhj5-JNEaQj-QErhLj-8w7e8e-6jLCiE-7qRquk-cX3h21-ppU5o-m2UU-RGeJMx-4sF7xv-9hiMWv-GUwBC3-82dgJ9-7t2ocV-7fJwEj-6usDue-c6v7MQ-6bX6Rt-2htuPzS-9qgen8-adFXch-LGrV-p5MHR

Self-portrait, by Irina Vorotyntseva, 2010

Quelle « continuité » existe dans de telles circonstances ? D’une situation inconnue, toujours plus imprévisible et incertaine, qui peut prétendre à une « continuité » ? Au voisinage de la mort, le terme même de « pandémie » ne semble pas affecter plus que ça le corps universitaire, puisqu’il n’y a peut-être déjà plus de corps universitaire… On n’a cessé de délabrer les conditions d’études et de travail à l’université, la destruction programmée du service public de l’enseignement et de la recherche n’a de cesse depuis bon nombre d’années. Alors on se côtoie et se croise dans des locaux — où il fait parfois froid, très froid même — sans être capable de tenir le lien. Le lien, nos liens, n’ont eût de cesse d’être brisés par le capitalisme, le néolibéralisme et une fois de plus l’université — bien qu’elle se croit souvent dans un nuage à part — n’y échappe pas.

https://www.flickr.com/photos/126472301@N02/45359340801/in/photolist-2c7ftJ2-4SSopu-25zQzDo-244fmKV-dvaM8x-LL3Xxj-4v4UdH-VP3kP5-9JGUtp-o5oYSS-9CAzpy-6W1cNB-6EVU1H-2ioJz3q-5TsqQJ-8Y8xVv-2e4Wkpu-NGTvka-bAcrUP-aAAhj5-JNEaQj-QErhLj-8w7e8e-6jLCiE-7qRquk-cX3h21-ppU5o-m2UU-RGeJMx-4sF7xv-9hiMWv-GUwBC3-82dgJ9-7t2ocV-7fJwEj-6usDue-c6v7MQ-6bX6Rt-2htuPzS-9qgen8-adFXch-LGrV-p5MHR-nDgjv-4wPJHw-wMLgfU-2hePFLn-7mLN4g-pwasQ6-6YQaG8

#touch, by Massimo Angelini, 2018

Et alors que du peu qu’il nous restait de partage de salles de cours, bibliothèques ou cafétéria, il n’en n’est plus. Le temps commun se brise et chacun reste chez soi. Mais qu’est-ce que « chez soi » ? Quelles sont les inégalités dont l’université est (une fois de plus) incapable d’admettre l’existence ?

L’afflux de mails pour la continuité pédagogique a tendance à me faire plonger dans un gouffre d’impossibilités à faire quoi que ce soit dans de telles circonstances. Chaque jour ma boîte mail universitaire, autant que ma boîte mail personnelle (puisqu’il semble toujours plus prudent de la part des expéditeurs de doubler leurs communications) sature de mails autour d’une prétendue nécessité de la « continuité pédagogique ». Le confinement est une épreuve (mentalement aussi) très difficileProposer des ressources et des possibilités, soit.Parler de rendus même décalés, de cours en vidéo sans questionner plus que cela nos possibilités d’accès ne fait qu’accroître ma culpabilité face à mon incapacité à faire quoi que ce soit (ou mon incapacité à me connecter à l’heure voulue, définie – voir même l’incapacité à répondre aux mails de mes professeurs). Pourtant, je suis de ces étudiant∙es plus que privilégié∙es, je n’ai jamais manqué de rien — si ce n’est d’une connexion internet illimitée — et mon confinement se fait dans un endroit bien agréable en soi. Mais l’angoisse devant une situation tellement inconnue dont nous n’avons aucune idée du temps qu’il nous faudra pour sortir devrait amener à plus de questionnements sur ces questions de continuités. Alors il va certainement falloir inventer des façons de faire et de communiquer mais à mon sens aussi surtout déculpabiliser ceux, celles, qui juste n’arriveront à rien dans ces temps-là ou tout simplement par précarité ne pourront pas accéder à ces ressources numériques.

https://www.flickr.com/photos/moncouer/4489348811/in/photolist-7QH5ZH-9K7ag1-SobaaA-69Mk5B-24eAmJW-NrSsDt-5uH4c7-NbuHUN-2hPdC2n-4Mekij-ZwSpHN-r5HHGL-z9Ggq7-5bnyBi-8t8rba-XZtvnw-Sju6ag-pKnXjZ-SvJ4Ti-XrHoR3-ZR4MVh-64fh1v-RWAMkE-2gm68rv-2fZg3hZ-tRBRW-8LQJmc-p8gSDx-p3ZNoo-4ToNki-fmFU1s-24k5BrA-86Gn8e-6jF1nb-fUqSSR-3jX1wS-uju7D-9AqT3M-24fuktK-YDRPD9-3nZuUu-2PkFz-2dEJgih-FcMchb-6YY3xf-oSg7K3-avyn8e-3nV16v-Td3UYN-56YsFR

touch, by Eszter Tomori, 2006

Quelles sont les possibilités d’accès — en temps normal—pour chaque étudiant à un ordinateur, à internet, à un espace calme, à de la nourriture —non, travaillez le ventre vide ce n’est pas simple—, à du repos ? Ce sont des données qu’on a trop peu, pourtant, on ne compte plus le nombre d’étudiants qui travaille à côté de ses études, qui vit en logement insalubre, qui ne peut se soigner, qui ne peut manger à sa faim ou sainement, qui ne peut prendre le temps du repos nécessaire pour faire face au devoir universitaire. Alors déjà au « temps normal » et bien indigeste, aucune égalité n’existe mais qu’en est-il ces derniers jours, en plein cœur d’une pandémie ? Qui sont les étudiants qui peuvent « lire et travailler » et ceux, celles, qui doivent gérer les frères et les sœurs, les parents, les grands-parents, les voisins ? On n’en sait rien. Et au milieu de tout ça, ce sont souvent, encore, les plus précaires qui sont au cœur des réseaux de solidarités pour le voisinage, pour les personnes sans-domiciles, pour ceux encore plus ou autant : précaires. Alors le temps de la continuité pédagogique n’a pas fini d’être brisé, le « temps de la continuité pédagogique n’a jamais existé » —ou n’existe plus depuis bien longtemps — et en ce moment, il n’a certainement pas lieu d’être. Ou plutôt, s’en réclamer est simplement indécent.

https://www.flickr.com/photos/enrica_corvino/2186239498/in/photolist-4kc3Qs-fGZbZk-fHgLk1-bLLLo-x84ieY-5xvcmW-3T8dDr-EQUTU3-2hap9GP-8u6EGP-9TcJAP-br6wdf-6TqTcE-2g7THjx-pVoKe-9wJjWG-fGZb9z-bvfp7x-7FU2De-ETwwo9-pXgsJz-CKiPcB-2irKDtE-7JEC6r-Hhq5Jz-Y592Vg-AeLrqm-92mMYf-ciPYH3-2getECr-4noeVC-2gg8Mq3-2g7ah6R-8YAuJt-8Pb9sJ-7yX4pF-abgiWb-2hwUCnj-ac5sFU-2ze3L4-5oVh2r-9K4CGn-69hNBN-ntCFer-2h1piWe-4uyyVC-eysQXf-2ibPW3m-9f1krA-2gKqfF5

touch, by Enrica Corvino, 2008

Puis si certains tirent parti de cette situation, il est à craindre que ce seront toujours les mêmes, comme ceux qui déjà en difficulté le seront sans doute bien plus pendant et après cette crise sanitaire. Il y a plus inquiétant selon moi : la santé mentale des étudiant∙es, déjà si fragile et dont on parle trop peu dans le monde universitaire. J’ai été dans le peu de rencontres que j’ai faites cette année1 plus qu’attristée de découvrir le nombre d’étudiant∙es sous anxiolytiques, antidépresseurs ou ceux en détresse qui n’ont accès à rien. Je suis ce qu’on pourrait qualifier de déléguée de classe, et lors de prises de contacts avec les étudiant∙es, certains mails étaient tels des appels à l’aide dont il nous était quasiment impossible de répondre pour nous délégué∙es. Les discussions avec la direction nous ont sans cesse ramené∙es à nos devoirs de délégué∙es sans que ces derniers prennent la mesure du risque en cours, de la détresse. Ce qui était certain, c’est que, vivant des situations parfois parallèles nous n’étions en mesure de répondre aux appels à l’aide. Nous avons vu et entendus nos camarades pleurer face à des conditions de vies inacceptables, face la détresse quant à l’absence deperspective d’avenir, devant la préparation de la LPPR qui brise encore nombre d’espérances pour de jeunes étudiants chercheurs, face au mépris de certain∙es titulaires autant que de nos gouvernements et de l’université en tant qu’institution((Cette institution s’est avérée plutôt malveillante.)).

Et aujourd’hui qu’en est-il ? Je pense à mes camarades dans des chambres de 9m2 où les bâtiments répondent déjà à des hautes normes anti-suicide, tellement la plupart des conditions de vies offertes sont précaires et insatisfaisantes. Je me rappelle une année en cité universitaire que j’ai fini par quitter l’année suivante pour aller en foyer théologien,bien que je ne sois pas croyante). Une chambre de 9m2 et une cuisine partagée souvent sale, sans poubelle à disposition, ni four. Souvent juste deux plaques, un micro-ondes. Des murs si fins que les moindres gestes de vos voisins vous parviennent. Des sortes de cellules à étudiants qu’on ne peut à peine nommer car il y a encore pire. Il y a toujours pire. Il y a des cités universitaires dans des états d’une insalubrité impensable. Et j’ai là aussi une pensée pour ceux, celles, qui réellement emprisonnées actuellement dans les Centres de rétention administrative2 vivent dans des conditions souvent inhumaines. Mais il y a encore une fois toujours pire.

Les conditions de vie du plus grand nombre sont aujourd’hui intolérables, inacceptables et il faudra le dire, le redire, encore et encore, voir le crier et trouver des moyens pour se faire entendre pour que ça change. Puisque, non, non, nous ne voulons pas de cette « continuité ».

https://www.flickr.com/photos/47018556@N06/4415473854/in/photolist-7Jbsxy-2iFEim6-4nD1Jh-reR3Bn-2ccHVfG-KNtNah-7UHc3W-86q4t3-8ZxJE-6diumX-9ReMRp-5UvXQq-rf3vcH-9Nwx2q-4npHtG-UXyxKs-gE7QFT-9Gc1Ax-NJRMAJ-N8uaP-83MSbR-3mDM7W-5SC1tL-2h5HqFG-244TzNs-pLLe65-aCXtzj-6z3euf-bgey5k-96LV6T-6wp59R-5uJZr5-5ieZWx-2ijoyKk-5VvbWu-2itbUfF-8QKB1x-5zwFAx-4nkbLM-rEttcE-724Qny-e4B1Zs-FEMjCy-517Pdn-JNPFud-5j9HEp-3pkvwo-FLiJT1-4159Vh-7J3NjF

Touch, by LorC8, 2008

Ce temps de la prétendue continuité pédagogique devrait plutôt s’interroger sur ce qu’est devenu notre monde, notre société autant que son université. Puisque l’université aujourd’hui ne répond plus à son devoir de service public, elle est inégalitaire, raciste, sexiste, et j’en passe. Que faire ? Je n’ai même pas d’idée. Dernièrement, je pense à ceux, celles, qui ne seront pas aussi protégés que je le suis. À ceux, celles en détresse pour qui je ne sais même pas quoi faire. Je pense à ce gouvernement qui offre d’abord des solutions aux entreprises et se congratule alors que la gestion de la crise est plus que lamentable et coûtera de nombreuses vies. Mais qu’importe pour eux, il n’est plus à démontrer que nous ne comptons pas. Il y a mille questions à se poser actuellement, mais je crois en effet que la continuité pédagogique n’est pas la première d’entre elles.

Alors je ne répondrais pas aux injonctions pour maintenir la « lucidité des universitaires » dont nous avons besoin mais qui fait cruellement défaut. Et si rien n’est produit pour la machine universitaire dans ce temps de confinement insupportable, personne ne devrait en être tenu responsable. Il y a des moments où il faut admettre que plus rien ne tient. Et quand plus rien ne tient, la seule chose à faire, c’est prendre soin. Prendre soin de ceux et celles qui côtoieront la mort dans leurs proches, dans leurs familles, prendre soin de ceux et celles qui iront travailler pour s’assurer un revenu minimum autant que pour faire vivre ceux et celles qui peuvent restés confinés, prendre soin de ceux et celles qui plus que jamais d’une santé psychique fragile sont peut-être au bord d’un précipice qu’on ne voudrait voir mais auquel il va falloir faire face. Prendre soin des autres, prendre de soin de nous autant que de soi.

Juste prendre soin et jouer le contre-courant de ce que joue notre gouvernement qui ne prête plus d’attention ni aux corps, ni aux vies.

https://www.flickr.com/photos/speechlesstalking/6050803906/in/photolist-adFXch-LGrV-p5MHR-nDgjv-4wPJHw-wMLgfU-2hePFLn-7mLN4g-pwasQ6-6YQaG8-7xdFof-ecpidC-4kc3Qs-fGZbZk-fHgLk1-bLLLo-x84ieY-5xvcmW-3T8dDr-EQUTU3-8u6EGP-2hap9GP-9TcJAP-br6wdf-6TqTcE-2g7THjx-pVoKe-9wJjWG-fGZb9z-bvfp7x-7FU2De-ETwwo9-pXgsJz-CKiPcB-2irKDtE-7JEC6r-Hhq5Jz-Y592Vg-AeLrqm-92mMYf-ciPYH3-2getECr-4noeVC-2gg8Mq3-2g7ah6R-8YAuJt-8Pb9sJ-7yX4pF-abgiWb-2hwUCnj

touch, by Kate, 2011

  1. Je précise puisque je n’arrive pas à me faire à ce milieu universitaire []
  2. NDLR – Cf. sur Academia, Détenu·es confin·ées : discontinuité pédagogique, 20 mars 2020. []

La démocratie à l’épreuve du coronavirus. Une lecture politiste

Dans notre analyse de la loi d’exception votée ce dimanche au Parlement, nous nous posions de la fragilisation extrême de nos institutions à l’instar de nos service publics. Samuel Hayat replace ce débat dans le temps long des régimes démocratiques français.

  • Par Samuel Hayat, politiste, chargé de recherches au CNRS

« Au printemps de 1832, quoique depuis trois mois le choléra eût glacé les esprits et jeté sur leur agitation je ne sais quel morne apaisement, Paris était dès longtemps prêt pour une commotion. Ainsi que nous l’avons dit, la grande ville ressemble à une pièce de canon ; quand elle est chargée, il suffit d’une étincelle qui tombe, le coup part. En juin 1832, l’étincelle fut la mort du général Lamarque. »

Victor Hugo, Les Misérables

Les épidémies n’emportent pas seulement les corps, elles mettent les sociétés en tension et les Etats en danger. Les effets de choix politiques de longue durée s’y révèlent, comme la déconstruction obstinée du service public de la santé, mais aussi de l’appareil de production industrielle (notamment de matériel de santé), qui laisse de nombreux pays, dont la France, singulièrement démunis face au virus1. Les institutions s’y trouvent mises à l’épreuve, et souvent le fossé entre les principes qu’elles professent et la réalité de leur pratique s’y donne à voir dans toute sa froide réalité. C’est le cas de la démocratie, mot fétiche s’il en est2. La démocratie telle que nous la connaissons, fondée sur l’élection de gouvernants supposés agir en faveur du peuple, est censée être le meilleur système politique, le mieux à même de protéger ses citoyens, de les consulter sur les décisions fondamentales, et de leur accorder une importance égale. Le coronavirus vient brutalement mettre cette supériorité démocratique en doute. Face à la pandémie, les États dits démocratiques, notamment la France, ne gèrent ni mieux, ni de manière plus démocratique, que les États dits autoritaires, en premier lieu la Chine. Alors que depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, et plus encore depuis la chute de l’URSS, les régimes démocratiques dominent la scène internationale, leurs difficultés à faire face à la pandémie affaiblit leurs prétentions hégémoniques. C’est d’autant plus vrai que l’inefficacité des démocraties n’a pas eu comme contrepartie un plus grand investissement démocratique : si les États démocratiques n’ont pas mieux affronté la crise, ce n’est pas parce qu’elles auraient passé plus de temps à consulter les citoyens, ou à construire des politiques plus égalitaires. Au contraire, non seulement les réponses des démocraties n’ont pas été plus efficaces, mais elles n’ont pas non plus été significativement plus démocratiques que celles de régimes autoritaires. De même qu’en 1832 l’épidémie de choléra avait révélé l’incurie de la monarchie de Juillet – et l’existence au cœur des villes d’une classe, le prolétariat, que la bourgeoisie laissait mourir dans sa misère – et failli emporter le régime par une insurrection, la pandémie actuelle révèle alors le vide des promesses démocratiques de nos régimes, mettant en danger l’idée démocratique elle-même.

L‘insurrection de juin 1832, gravure sur bois de Beval, 1870

Une reconfiguration des espaces politiques

La pandémie de Covid-19 distord notre horizon politique. Son caractère mondial nous rend inhabituellement attentifs à sa progression dans différents pays, aux réponses des différents gouvernements – et, par un jeu d’écho, à la manière dont notre propre pays est vu à l’extérieur. Mais le confinement restreint aussi drastiquement, dans la pratique, le champ de la réalité sociale vécue, nous poussant à nous investir exclusivement dans le foyer, l’immeuble, notre cercle familial et amical. A cette hyper-attention au très proche et au très lointain correspond une désagrégation soudaine de toute une série de niveaux intermédiaires. Alors que la France connaît depuis le 5 décembre un mouvement historique de contestation, les engagements se sont brutalement effrités. Le 5 mars, des dizaines de milliers de travailleur.es et d’usager.es des universités et de la recherche ont manifesté dans toute la France ; le 6 et 7 mars une coordination nationale des facs et labos en lutte a rassemblée 500 délégué.es venu.es de toute la France ; les 7 et 8 mars des manifestations féministes déterminées et massives ont battu le pavé… Tout ceci semble avoir entièrement disparu des préoccupations, notamment médiatiques, alors que les causes de ces mobilisations sont toujours présentes – comme en témoigne l’enfumage de Macron, promettant 5 milliards à la recherche sur 10 ans, une augmentation en-dessous des augmentations des années précédentes, et distribuée sous forme de primes, de contrats précaires et de financements de projets, prenant le contrepied de ce que les chercheur·es demandent. La mascarade des élections municipales n’a pas intéressé grand monde, et les résultats n’ont fait l’objet d’aucun commentaire, ou si peu – contrairement au scandale sanitaire de leur maintien obstiné3. Les partis politiques eux-mêmes semblent s’être murés dans le silence, et il faut tendre l’oreille pour entendre les syndicats, alors même que la continuité du travail est au cœur de la stratégie économique de crise du gouvernement.

Lire la suite : La démocratie à l’épreuve du coronavirus, par Samuel Hayat, 23 mars 2020

PS (29 mars 2020) : Suite à ce texte, plusieurs personnes m’ont fait part de leur malaise au regard de la comparaison, voire de la mise en équivalence, entre la Chine et les pays démocratiques occidentaux. Je pense effectivement, comme beaucoup de politistes, qu’il est parfois nécessaire pour l’analyse de suspendre la dichotomie stricte entre régimes démocratiques et régimes autoritaires4. Cela permet notamment, d’une part, de saisir qu’il existe dans tous les régimes autoritaires des marges de manoeuvre plus ou moins prononcées pour les citoyens de s’exprimer, de protester, et pour le système d’y réagir (sur la Chine voir par exemple ce dossier), et dans tous les régimes démocratiques des situations, des pratiques ou des espaces autoritaires. Cela permet d’autre part de mieux identifier les mécanismes de convergence entre régimes, par-delà l’opposition entre démocratie et autoritarisme, notamment sous l’effet de la mondialisation et de la montée en puissance d’institutions transnationales poussant à une gouvernance efficace plutôt qu’à un approfondissement de la démocratie.

  1. Pierre-André Juven, Frédéric Pierru et Fanny Vincent, La casse du siècle: A propos des réformes de l’hôpital public, Raisons d’agir, 2019. Frédéric Lordon, « Coronakrach », 11 mars 2020. Auriane Guilbaud, « Il n’est pas possible d’embaucher des milliers de soignants en un claquement de doigts », Le Monde, 13 mars 2020. []
  2. Je me permets de renvoyer ici au livre Démocratie, paru en février 2020 chez Anamosa. []
  3. Rémi Lefebvre, Nicolas Bué et Fabien Desage, « Le premier tour des municipales n’a pas eu lieu », Libération, 18 mars 2020. Laurent Le Gall, « Le coronavirus révélateur d’une démocratie grippée », Libération, 19 mars 2020. []
  4. Sur ce point, voir la direction de recherche ouverte par les travaux de Michel Camau sur la Tunisie, par exemple Olivier Dabène, Vincent Geisser et Gilles Massardier (dir.), Autoritarismes démocratiques. Démocraties autoritaires au XXIe siècle, La Découverte, 2008 et Michel Camau et Gilles Massardier (dir.), Démocraties et autoritarismes. Fragmentation et hybridation des régimes, Karthala, 2009. []

Report des candidatures sur Galaxie : une pétition

Lien pour signer la pétidion

Signatures le 24 mars 2020 à 12h : 1538

Alors que dans le contexte de la pandémie de COVID-19, le gouvernement appelle au confinement, les universités et laboratoires sont fermés, la date limite pour le dépôt des dossiers dans le cadre des concours de maître·sse de conférence (MCF) et de professeur·e (PR) de la session synchronisée est restée le 26 mars. Pour les postes d’assistant·e temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) ou de PRAG/PRCE, cela varie selon les établissements, mais beaucoup de dossiers doivent être renvoyés courant avril.

Il est surprenant que ces dates n’aient pas été repoussées.

De toute évidence, la pandémie actuelle, et les mesures prises par le gouvernement affectent directement le temps de travail des précaires (et des titulaires) de l’ESR, notamment dans la préparation des dossiers de candidature. En effet, la crise sanitaire en cours crée un véritable bouleversement psychique et matériel. Beaucoup de temps est ainsi passé à s’informer, à réorganiser la vie quotidienne, prendre soin de ses proches ou de soi-même. D’autre part, si les conséquences des mesures de confinement affectent tout le monde, elles pèsent plus durement sur les personnes les plus précaires, celles et ceux qui ont des enfants, des parents à charge, ainsi que tou·te·s les autres pourvoyeuses/eurs de soins domestique. Elles renforcent, également, les inégalités préexistantes liées au genre ainsi qu’aux conditions de travail ou de logement variables. Il est en effet bien plus difficile de télétravailler pour les personnes qui vivent dans de très petites surfaces et qui doivent souvent les partager afin de pouvoir payer le loyer.

Continuer la lecture

Depuis vingt ans, mon métier a changé…

Texte présenté oralement lors de la journée L’Université et la recherche s’arrêtent d’Aix-Marseille Université, campus Saint-Charles, le 5 mars 2020

  • par Jeff Mauffrey, maître de conférences en écologie,recruté en 2003 à Aix-Marseille Université et responsable d’une mention de Master et d’un parcours de licence «Formation des enseignant·es»

Vingt ans c’est court mais depuis vingt ans mon métier a changé, a été transformé !

Ce qui a changé :

  • La gestion financière et comptable : avant je dépensais de l’argent universitaire au profit des étudiants que j’avais en gestion pour organiser des sorties, acheter du matériel, rénover des salles, je donnais des factures au secrétariat qui les payait, nous avions même une carte bleue… et même des fonds de trésorerie, une autre époque…
    Aujourd’hui je gère un budget de ma formation, que j’ai du composer pour évaluer la viabilité de ma formation, ma petite formation, le possessif est important… ma formation individuelle ! évidemment que ce n’est pas la mienne, mais je dois la défendre… et ces dix dernières années, encore plus depuis la fusion, il a fallu la défendre âprement
  • Avant chaque collègue faisait son service (ou pas) et nous déclarions annuellement (ou pas) nos services en fin d’année sur papier libre ou sur feuille Excel pour les plus Geek d’entre nous…
    Mais aujourd’hui c’est à moi de vérifier que les heures sont faites et déclarées dans le logiciel qui nous surveille (ou pas !) A-t-on gagné en efficacité ? Certainement pas, par contre on a perdu en liberté !
  • J’étais un agent à qui on a fait confiance en lui donnant la responsabilité de cours, de cursus, aujourd’hui je suis une source de défiance parce que je dépense trop d’heures, trop d’argent et je parle des dysfonctionnements, et cela ne plait pas.
  • Avant mes cours évoluaient parce que je les actualisais, les remodelais au gré de mes lectures et travaux…
    Aujourd’hui ils changent parce que je n’ai plus que xx heures de l’UE « machin » pour les enseigner et l’année d’après yy heures de l’UE bidule.
https://www.flickr.com/photos/154098172@N02/46346594831/in/photolist-2dBupXe-7LWN1A-238gy2o-fAA87F-2dW3iEW-2ipgZ12-76kku1-7KBCn4-2i1KfYD-EiWAWN-2hFP8H7-2g8aHo8-2hBiVQk-2hwE4FH-2bTRhaD-2hexmfd-2gLtQKe-7J6P3V-oG9xSU-NMwF4J-krUhBp-9RT5tZ-fxQQjP-bVRi8U-24HEPjH-tr5PBD-9G131f-RViikn-ixVjVJ-2hgewAP-fmMtoa-HswpjM-auvXFu-WWGsKC-dmSEj2-69Y299-2aAmu8-4mMqnS-XdNnWV-66MNt7-2gJkxVm-iov9n-fbt9E5-bb53yX-ySSJUr-4VWGr3-2geYece-N9ox36-2gnUvgZ-2erfxtk

Absurd, by Edgar Severa, 2018

Continuer la lecture

Report des concours chercheur-es INED

LES CONCOURS “CHERCHEUR-E-S” SONT REPORTES

Dans le cadre des mesures exceptionnelles décidées par l’Ined pour endiguer la propagation du virus COVID-19, les jurys d’admissibilité de concours sont reportés. Ces mesures concernent les concours :

  • de chargé.e de recherche dont les les auditions devaient avoir lieu les 23 et 24 mars 2020
  • de directeur.rice de recherche de 2ème classe dont le jury devait se réunir le 25 mars 2020

Les jurys d’admission pour les concours de chargé.e de recherche et de directeur.rice de recherche de 2ème classe dont les réunions devaient avoir lieu respectivement le 15 mai et 10 juin sont également reportés à une date ultérieure.

Chaque candidat.e sera tenu.e informé.e des nouvelles dates d’auditions et de réunions des différents jurys.

Source : site INED

Confiné·es, organisons nos solidarités et nos luttes ! Communiqué de facs et labo en lutte

Communiqué du 18 mars 2020 du comité de mobilisation des Facs et Labos en Lutte.

Après la mise en place du confinement, il complète et actualise celui du 14 mars.

Face à la crise sanitaire que nous connaissons, la priorité est désormais de prendre soin les un·es des autres et de participer, autant que nous le pouvons, à l’organisation de la solidarité. La situation alarmante dans laquelle nous place le Covid-19 est grandement aggravée par une violente austérité : la fermeture de milliers de lits dans les hôpitaux publics, les choix politiques de protéger l’économie plutôt que nos vies, ainsi que les baisses de financement public et pérenne de la recherche et de l’emploi scientifique participent au caractère dramatique de cette crise sans précédent.

Dans ce contexte, après plusieurs réunions, le comité de mobilisation national des Facs et des Labos en Lutte élu lors de la coordination nationale du 6 et 7 mars 2020 :

  • Renonce au calendrier des luttes voté en coordination ;
  • Appelle chacune et chacun au strict respect des mesures sanitaires adoptées pour ralentir et contenir la propagation du virus dans la population et en premier lieu à la mise à l’abri de tou·tes les travailleur·ses, par la désertion massive de tous nos lieux de travail ;
  • Appelle à l’organisation de la solidarité hors l’université et au sein de celle-ci. S’agissant de l’université, en particulier, les comités locaux doivent veiller à ce que les vacataires soient rémunéré·es durant cette période, à ce que les concours soient reportés, à ce que les personnels BIATT·O·S et IT·A bénéficient également des mesures de confinement, à ce que la pression à la « continuité pédagogique » ne pèse pas sur les plus vulnérables, étudiant·es ou travailleur·ses, à ce que les plus privé·es de liens d’entre nous, notamment les étrangèr·es, ne soient pas livré·es seul·es à des difficultés plus importantes que d’autres encore, isolé·es et démuni·es ;
  • Appelle à la vigilance concernant la mise en place de mesures qui, adoptées dans une période exceptionnelle, risquent de devenir ensuite la norme lors du retour à l’ordinaire : dispositions prises à l’égard du travail à distance (intrusion dans la vie personnelle, heures supplémentaires), normalisation et prolifération des cours en ligne sur le modèle de vidéoconférences présentées comme des substituts à de véritables enseignements, etc.

Continuer la lecture

366 femmes en sciences humaines et sociales : une éphéméride #8 — Renée Rochefort

Renée Rochefort(1924-2012) est une spécialiste de géographie sociale. Elle obtient l’agrégation en 1949 et soutient sa thèse Le Travail en Sicile en 1961. Nommée MCF en 1963, puis professeure à Lyon-II.
Ses recherches portent sur le travail et les travailleurs en Sicile, dans une perspective géographique, économique et sociologique qui lui permet d’envisager les rapports du travail avec la politique et la technique, la forme de la société rurale … et le régime agraire latifundiaire.
À l’Université de Lyon, Renée Rochefort inscrit leurs recherches dans une perspective de géographie sociale.Elle théorise le «renversement de l’ordre des facteurs»,
«penser d’abord la société, ensuite l’espace».

Référence : Renée Rochefort – Wikipedia

Chronique de grève #12 – « Chers cousins français »

Chers cousins français,

https://www.flickr.com/photos/12355559@N03/48387462377/in/photolist-2gHQoLH-T3phoh-59ZeD-EBxSdE-2gyRcra-R2BcHQ-2dsjb2A-b4kNQn-8zntHj-4WZVL-qzTFv3-5cfCoz-2hjV6hV-27ob7kf-WuLvBG-ATjF5W-6qr27z-2aVpomo-4swhht-V7mX2e-27sVu7D-X8ys1L-GmeUC4-q6grEA-qMxnzT-7oX4b9-DjcrkA-29gAyTe-CPbcJm-JeAkYW-2i987x4-9fgumx-2ivTwM6-EkTiNa-2ixrL8z-JWX7df-2dxc5Xx-JmeJxK-2iBTKaU-Qdd7nX-VXk32g-c2tky7-25Jirbp-Ls3sX-bDnoNC-3hKpvB-bxNc4z-NGxEZ-2hTr3ww-GSwyno/

Couple marchant à Prague, par William, 2017

Si on arrive à survivre, le problème, en Italie, sera de comprendre si les couples, avec ou sans enfants, les femmes et les hommes seuls, résisteront à l’enfermement dans leur maison, s’ils réussiront à rester ensemble, à jouir encore de la compagnie réciproque ou de la solitude choisie, après une convivance forcée et ininterrompue d’un mois entier. Le décret du gouvernement dit que nous pouvons sortir pour faire une promenade, mais seulement avec ceux qui vivent déjà avec nous, pas d’amis ou d’amies, pas même de visites à des parents qui vivent dans d’autres maisons. Seule la famille proche, ou personne si nous sommes seuls. Pas de cinémas, pas de théâtres, pas de concerts, musées, restaurants, bureaux, écoles, universités. Seul un membre de la famille peut aller faire les courses. Devant les supermarchés, il y a des queues silencieuses de gens portant le masque, chaque personne doit être à 1 mètre de distance d’une autre, qui attend la sortie de quelqu’un pour pouvoir entrer à son tour. Même chose devant les pharmacies. Dans la rue, on fait un écart quand on croise un autre passant.

Continuer la lecture