Quand le député Julien Aubert se prend pour MacCarthy : communiqué

Nous reproduisons ci-dessous le pognant communiqué publié aujourd’hui par la section EHESS de la Ligue des droits de l’homme, en soutien aux procès en culpabilité de « dérives intellectuelles idéologiques » engagés par le député Aubert à l’encontre de sept collègues, dont l’une des membres d’Academia, Christelle Rabier, maîtresse de conférences à l’EHESS.

Comme le conclut le communiqué, « soutenir juridiquement et publiquement [ces sept collègues] est important car ils ne sont bien sûr que les premiers. A ne pas les défendre, c’est nous tous qui nous condamnons d’avance dans le procès politique que prépare le député Aubert ». Le moins qu’on puisse dire, c’est que certains soutiens se font attendre.

Lappel solennel pour la protection des libertés académiques et du droit d’étudier qu’Academia avait lancé fin octobre reste plus d’actualité que jamais. Il est encore temps de s’y associer, à titre individuel ou collectif.

Saib, « Valise », 3 décembre 2013


Libertés académiques : quand le député Julien Aubert se prend pour MacCarthy

Le 25 novembre 2020, Julien Aubert, député Les Républicains du Vaucluse, a demandé au président de l’Assemblée Nationale la création d’une mission d’information parlementaire sur « les dérives intellectuelles idéologiques dans les milieux universitaires ». L’intitulé en lui-même de cette demande est une atteinte aux libertés académiques et une monstruosité que l’on croirait tout droit sortie des chasses aux sorcières de la Guerre Froide.

La Section EHESS de la Ligue des droits de l’homme tient à rappeler qu’aucun jeu politicien ne peut justifier que l’on vienne ainsi jeter le doute sur l’ensemble d’une communauté de chercheur·es et ce, dans le seul but de créer un buzz médiatique. Dans le communiqué rédigé avec son collègue député Damien Abad, Julien Aubert justifie sa demande par « l’existence de courants ‘islamo-gauchistes’ puissants dans l’enseignement supérieur » et par « l’importation d’une ‘cancel culture’ venue des Etats-Unis ». Aux journalistes qui lui ont demandé quelle était sa source pour s’alarmer ainsi subitement, il a répondu avoir pris la mesure de la situation à la lecture du magazine Valeurs actuelles.

Mais il y a pire encore. A l’annonce de cette nouvelle, plusieurs collègues universitaires de différentes disciplines ont légitimement fait part sur les réseaux sociaux de leur hostilité à la création d’une telle mission d’information. En réponse, le député Aubert a constitué sa propre affiche des sept collègues en question, la postant sur Twitter avec pour seul commentaire : « Les coupables s’autodésignent ». Aussitôt ces chercheur·es ont eu à essuyer leur lot de harcèlement, d’insultes et de menaces en ligne.

La Section EHESS de la LDH s’indigne de ce procédé qui jette à la vindicte des réseaux sociaux des universitaires qui n’ont fait qu’exprimer leur rejet d’une atteinte supplémentaire faite aux libertés académiques. Ces faits sont d’autant plus choquants dans le contexte actuel qu’ils ont été initiés par un élu de la République, dans le contexte de la promulgation de la Loi sur la « sécurité globale. »

Des personnes s’alarment d’une atteinte aux libertés fondamentales et se voient aussitôt accusés et désignés comme cible ? Voilà un processus bien documenté par les sciences humaines et sociales. De telles pratiques visent à faire taire par la terreur tout opposant. Elles visent à museler chacun par la peur d’être dénoncé à son tour comme ennemi public.

Face à ce néo-maccarthysme, la Section EHESS de la LDH demande à ce que la Présidence de l’EHESS et plus largement la communauté des enseignantes et enseignants de l’Ecole en tant qu’institution soutiennent notre collègue Christelle Rabier ainsi que les six autres universitaires concernés. Ces derniers ont été désignés comme premiers coupables de la chasse aux sorcières que ce député a décidé de mener contre tous ceux qui ne le suivraient pas dans sa propre « dérive idéologique ». Les soutenir juridiquement et publiquement est important car ils ne sont bien sûr que les premiers. A ne pas les défendre, c’est nous tous qui nous condamnons d’avance dans le procès politique que prépare le député Aubert.

La Section LDH de l’EHESS

Des universitaires en France craignent pour la liberté dans le contexte de la lutte contre le terrorisme islamique

Les universitaires en France craignent d’être pris·es pour cible par des politicien·nes de tout horizon politique à l’approche de l’élection présidentielle de 2022, après que le ministre de l’éducation nationale a accusé les universités de créer un terreau intellectuel pour le terrorisme islamique.

Après la décapitation, à la mi-octobre, d’un enseignant qui avait montré à ses élèves des caricatures du prophète Mahomet, des chercheurs et des chercheuses qui se consacrent à des domaines tels que le racisme, l’islamophobie et le colonialisme français ont été victimes d’attaques sans précédent de la part de certains membres du gouvernement d’Emmanuel Macron — qui était initialement considéré comme un bastion contre le populisme de droite — mais aussi de la part de collègues universitaires.

« Lier tout cela au terrorisme, c’est la nouveauté »,

a déclaré Simon Dawes, professeur de médias à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Les universitaires sont désormais accusé·es d’avoir « du sang sur les mains » pour avoir mené certains types de recherches, précise le Dr Dawes, s’alarmant de la menace pesant sur liberté d’expression des universitaires.

Au lendemain de l’assassinat de Samuel Paty, Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’éducation, a affirmé que « l’islamisme de gauche faisait des ravages » dans les universités françaises.

Réitérant ses propos, il a ensuite déclaré qu’il fallait « combattre » les courants intellectuels issus des universités américaines qui regardent la société à travers le prisme de l’origine ethnique, de la religion ou du sexe — plutôt que l’idéal républicain français d’égalité — parce qu’ils risquent de « fracturer » la société et créent une «vision du monde qui converge avec les intérêts des islamistes ».

https://www.flickr.com/photos/91022405@N03/10486596975/in/photolist-gYExW8-SxX3D9-3FtrAJ-7YoJAh-9aNo15-84YmSS-5k1hxj-7YkuF6-7Liodb-7YkucF-7YoJTG-7YoJZU-7YkuTR-7Ykv2K-7YkuB6-7YoKtj-7YoKiC-atkXid-7YoKdY-xQtR53-rPV92B-agATDt-bDwgbG-2hePDhi-5Ckq9T-9uMFTA-jqZHpY-7ckJzN-scawpS-2eeLP3Z-QNP9vv-2h1j4fM-rE7kvF-aSUNeF-2gZY222-52rguA-BWVSD6-2j7HXqr-xe9Nux-qM21aE-7jZc2S-5dJVU8-8yrQJM-QmPqnw-aUxnXX-7oJRU8-S19CsZ-8cNHTW-2h9bsSV-Tu3XcW

Putrefaction, by Alouette55th, 2013

Continuer la lecture

Qui pour soutenir les « coupables de dérives intellectuelles idéologiques dans les universités » ?

Mercredi 25 novembre 2020 : deux députés demandent la « création d’une mission d’information sur les dérives intellectuelles idéologiques dans les milieux universitaires », et le font publiquement savoir par un communiqué de presse.

Ni la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, ni la Conférence des présidents d’université, ni l’Udice, l’association autoproclamée des dix plus grandes « universités de recherche » françaises, ne bougent le petit doigt.

Jeudi 26 novembre 2020 : l’un des deux députés précédents, un certain Julien Aubert, se sentant pousser des ailes, décide d’aller plus loin, et dresse une liste de sept universitaires, dont un président d’université, qui ont en commun d’avoir dit sur les réseaux sociaux le dégoût que leur inspire l’idée même de « dérives intellectuelles idéologiques ». Publiant leurs photos de profils et leurs comptes Twitter personnels, le député jubile, avec le message suivant :

« Les coupables s’autodésignent. Alors que la privation du débat, l’ostracisation et la censure est constatée par nombre de professeurs, étudiants ou intellectuels, certains se drapent dans des accusations de fascisme et de maccarthysme. »

La ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, la Conférence des présidents d’université et l’Udice ne bougent pas davantage le petit doigt.

Vendredi 27 novembre 2020 : L’Auref, l’Alliance des universités de recherche et de formation, qui regroupe rien de moins que 35 universités, décide de sortir du bois, et il faut la saluer. Il faut dire, aussi, que l’un de ses membres, le président de l’université de Bordeaux Montaigne, figure par les « coupables » désigné par le député Aubert. Le communiqué choisit de rester tout en rondeur : il « appelle à plus de calme et de retenue dans les propos, de dignité et de respect de l’autre dans le légitime débat public, de mobilisation sur les vrais enjeux de la France et de son université ». Mais il a le mérite, lui, d’exister.

Communiqué de l’AUREF du 27 novembre 2020

L’université de Rennes 2, de son côté, annonce se réserver « le droit de donner une suite juridique à cette dérive grave ». C’est en effet une vraie question, à tout le moins sur le terrain de la diffamation.

twitter rennes 2

Le conseil d’administration de l’université Paris 8 se prononce à son tour pour défendre les libertés académique et tout particulièrement les collègues universitaires qui ont été pris·es pour cibles à diverses occasions, dont celle-ci. Ainsi, le CA « condamne avec fermeté les attaques ciblées dont certains de nos collègues font l’objet, et qui vont parfois jusqu’aux menaces physiques et même de mort. »

Le Conseil d’administration de Paris 8 tient, dans un contexte d’attaques multiples contre les libertés académiques, à rappeler son attachement indéfectible à l’indépendance statutaire et à la liberté d’expression des universitaires ainsi qu’au libre exercice de l’analyse critique. Il s’inquiète particulièrement des amendements adoptés par la commission mixte paritaire du Parlement dans le cadre de la LPR. Il demande la suspension de l’application de cette loi votée en l’état ainsi que la prise en compte des propositions émanant de la communauté universitaire et scientifique sur les besoins et l’avenir de l’ESR publics. Contre les approximations délétères, il rappelle que par son action l’université garantit un débat pluriel dans le respect d’autrui et de la laïcité, est un lieu d’exercice d’une réelle élaboration conceptuelle libre qui déconstruit les amalgames et toute action qui clive notre société, et contribue positivement à la vie citoyenne du pays. De plus, l’instauration du délit d’entrave ainsi que les discours présupposant l’incapacité des étudiant.e.s à avoir leur propre réflexion nous apparaissent comme autant de remises en cause supplémentaires du travail commun de débats et de développement de l’esprit critique qui caractérisent le projet universitaire auquel nous sommes attaché-e-s. Le CA condamne avec la plus grande fermeté les propos tenus à l’encontre d’une partie des universitaires et notamment celles et ceux spécialisé·e·s en Sciences Humaines et Sociales, accusé·e·s de façon injurieuse et infondée de complicité intellectuelle avec les assassinats islamistes. Il condamne également avec fermeté les attaques ciblées dont certains de nos collègues font l’objet, et qui vont parfois jusqu’aux menaces physiques et même de mort. De telles pratiques exposent non seulement de façon injuste et vindicative des enseignant.e.s-chercheur.e.s dans le plein exercice de leur métier, mais aussi toute la communauté universitaire, étudiant.e.s et collègues. Le CA de Paris 8 leur apporte son soutien plein et entier.

Du côté de la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, de la Conférence des présidents d’université et de l’Udice, en revanche, rien. Toujours rien. Désespérément rien.

Ils bougeront un jour, c’est sûr, il le faudra bien, comme ils avaient bougé après les propos de Jean-Michel Blanquer sur l’islamo-gauchisme. Mais bouger comme ils le font, à la vitesse d’escargots réticents, ce n’est pas un soutien résolu et indéfectible dans la défense des libertés académiques. Ces gens ne sont tout simplement pas à la hauteur de l’Université.

https://www.flickr.com/photos/basicgov/4029724029/in/photolist-796oyv-4pTtwZ-9otiiE-5skEaM-27aV7F-NR1one-8t6WHH-5NZe9-79Ej1a-79JaLQ-71T393-7NeHsw-8t8KCM-51frcB-dPqJi-KzHebP-cnh6vw-JkvP85-6LVf4D-6hjTAf-7b6NFt-asQy7v-xvrcxM-77qh92-exE72-m1nMYX-7eWhyc-nXdV1-GEHuqQ-3njVZG-6hfHH8-77ucZb-eE3r9o-tqWE6d-5CNctd-5CHTax-hx7pa4-hioRzT-8qWx73-61NMLz-NPuCcA-79mkTJ-dCH9oj-ovVux1-bs1vy-bRQwPn-2fCAtDi-7vzoVt-i5dpFs-9vHdVA

Speaking about disasters (c) BasicGov, 2009

Le maintien du confinement pour les universités soulève les contestations

Lors de son allocution du mardi 24 novembre 2020, le président Emmanuel Macron annonce que les universités resteront confiner a minima jusqu’au 4 février 2021, alors que de nombreux autres secteurs auront repris une activité quasi-normale. Cette décision a très rapidement provoqué des prises de positions, isolées et collectives, dont nous faisons ici une liste régulièrement mise à jour.

Mur confiné by Jeanne Menjoulet, 2020, CC

Continuer la lecture

Concours CNRS section 36. Le Ministère renvoie le CNRS à ses responsabilités

En passant

L’histoire malheureuse de chercheurs fonctionnaires duCNRS devenus contractuels

 Le Ministre renvoie le problème vers le CNRS, responsable au titre du jugement – qui préfèrerait enterrer l’affaire avec des CDI.

Devenir chercheur en France n’est pas une sinécure. Comme si des années de contrats courts, dessalaires modestes, une pression forte pour dérocher un emploi stable, une course permanente auxfinancements, etc., ne suffisaient pas, quatre jeunes lauréates et un lauréat du sélectif concours duCNRS voient un écueil inattendu et supplémentaire se dresser devant eux. Pour sortir d’une situationjugée «kafkaïenne», ils en appellent, en dernier recours, aux parlementaires pour glisser unamendement dans la loi de finances en cours de discussion afin de les réintégrer au CNRS.

En effet, le 24 octobre, un coup de téléphone apprend à ces sociologues ou juristes qu’ils n’appartiennent plus au corps des fonctionnaires du CNRS, qui les a pourtant recrutés en juin 2019 et titularisés, pour quatre d’entre eux, trois semaines plus tôt…

Continuer la lecture

La LPR démolit deux institutions fondamentales de l’Université

Intervention de Rafaëlle Maison, professeure de droit public, dans un conseil de l’Université Paris-Saclay, le 19 novembre 2020. Parution originale sur Université ouverte.

Chères et chers collègues,

Je m’exprime comme universitaire, spécialiste de droit public, de droit international et des droits fondamentaux des personnes et des peuples. Sans être véritablement surprise, je suis sidérée par la gravité des atteintes portées aujourd’hui à nos institutions. Je me limiterai ici, car j’ai promis d’être brève, aux derniers amendements qui ont généré un sursaut de colère dans notre communauté.

Les derniers amendements donc, qui ont été introduits au Sénat, en dernière minute, sans avoir jamais été discutés avant, ont particulièrement choqué les universitaires. Dans la forme d’abord : soutenus par le gouvernement, et probablement par un certain nombre de présidences d’université, ils viennent aggraver, dans la dernière phase d’un processus législatif accéléré, dans un contexte où la mobilisation est quasiment impossible, un texte déjà très destructeur de nos institutions.

Si nous avons évité de justesse la remise en cause radicale de nos libertés académiques, par leur limitation aux « valeurs de la République », en revanche, deux institutions considérées comme fondamentales par nombre d’entre nous, sont mises en péril.

Continuer la lecture

Représentation étudiante : le bruit et l’odeur

Il existe au coeur des universités, de nombreuses instances, pour la plupart régies par le Code de l’éducation, ou à défaut le réglement intérieur. Certaines invitent des représentant·es ou des syndicats étudiants. Représentation, pourtant, ne veut pas dire citoyenneté : à l’université, quelle place est donnée à la parole étudiante ? Pour les instances définies dans le Code de l’éducation, on peut se demander si les nobles principes imposés par le législateur ne posent pas problème aux primi inter quasi pares — les enseignant·es-chercheur·ses. L’an passé, Academia avait relaté la saga CFVU de l’Université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne, où le détournement des principes légaux confinait à de l’abus de pouvoir au plus haut niveau ministériel. En cette période de refondation de l’université, il nous semble utile de continuer à contribuer à la réflexion sur la démocratie universitaire, telle qu’elle est actuellement pratiquée par les enseignant·es-chercheur·ses, les agents BIATSS et des étudiant·es, en particulier en son cœur : la formation.

Arrêtons-nous des instances créées récemment par l’arrêté du 22 janvier 2014, en son article 5 : les conseils de perfectionnement.

Article 5. Dans le cadre de la politique de l’établissement, des dispositifs d’évaluation sont mis en place pour chaque formation ou pour un groupe de formations, notamment à travers la constitution de conseils de perfectionnement réunissant des représentants des enseignants-chercheurs, des enseignants, des personnels bibliothécaires, ingénieurs, administratifs, techniciens, ouvriers, de service et de santé, des étudiants et du monde socioprofessionnel.
Une évaluation des formations et des enseignements est notamment organisée au moyen d’enquêtes régulières auprès des étudiants. Cette évaluation est organisée dans le respect des dispositions des statuts des personnels concernés.
Ces dispositifs favorisent le dialogue entre les équipes pédagogiques, les étudiants et les représentants du monde socioprofessionnel. Ils éclairent les objectifs de chaque formation, contribuent à en faire évoluer les contenus ainsi que les méthodes d’enseignement afin de faciliter l’appropriation des savoirs, des connaissances et des compétences et de permettre d’en améliorer la qualité. Ces dispositifs peuvent également servir de base à l’évolution de la carte de formation de l’établissement en cohérence avec la politique de site.
Les résultats des évaluations font l’objet de présentations et de débats au sein des équipes pédagogiques, du conseil de perfectionnement, du conseil de la composante concernée et de la commission de la formation et de la vie universitaire du conseil académique ou du conseil de l’établissement qui a compétence en matière de formation.

L’intention du législateur, en 2014, est parfaiement clair : la formation nécessite de constants ajustements, peu compatibles avec la rigidité des maquettes. Le « dialogue » entre enseignant·es et étudiant·es, étayé d’évaluations mais aussi d’échanges, en faisant particulier personnels de bibliothèques et autres agents contribuant à la formation, doit ainsi conduire non seulement à des débats au sein des équipes pédagogiques, mais surtout  « faciliter l’appropriation des savoirs, des connaissances et des compétences et de permettre d’en améliorer la qualité ». Pourtant, il peut y avoir un monde entre ces principes légaux et leur mise en œuvre.

Academia publie le témoignage d’étudiant·es invité·es au conseil de perfectionnement dit « conseil pédagogique » d’un Master recherche pendant l’hiver 2019-2020, alors que la mobilisation contre la précarité, les retraites et la LPR avait gagné l’établissement. Récit d’un non-dialogue ou d’une mise à distance.

https://www.flickr.com/photos/stephen63/30927235911/in/photolist-P7WaKn-7P4TTs-25XjYFo-8DSEFz-HFX9Zy-vcPiRG-5Dycra-Ea6kv-9xWtdU-ebMgqH-54gPL5-SY9Jik-bixioe-4dTWCy-9FMJVx-26ZqpGk-6qWi5d-awZrHN-Gdk2cF-8VM3ei-4GMCDW-7SBWGP-8qPwoh-4wNJZo-L2h1R6-S5Q5G-dmnvKJ-BHoPHW-hwdP5-iVzn-bXcvGi-fCjTxn-7NSW4K-2rmN6-2fpcz2h-KxDSx-athayM-3cgJSF-2nYM9d-2o7CVR-9qWrx-dCY7xi-CUqESX-8ppwd4-9yyi34-fCBqVC-tNCayK-GFiWfi-a87gFx-TSHwSW

Fallen. Credit: Steve Byrne, 2016


Cet après-midi avait lieu le conseil pédagogique de notre master. Il se trouve que nous sommes réprésentant·es, un peu par hasard, puisqu’aucune élection n’a eu lieu. On ne nous a pas vraiment dit en quoi consisterait ce conseil pédagogique. Simplement que nous étions convoqué·es à participer au conseil une heure après son commencement.

Nous décidons de tenir une réunion entre étudiant·es en amont. Nous sommes alors en pleine mobilisation contre la contre-réforme des retraites et la LPPR. Deux problématiques majeures se dégagent de la réunion étudiante, en premier lieu les problématiques des étudiant·es dans le cadre de la mobilisation, en second lieu les problématiques que nous considérions d’ordre « pédagogique » (problème de maquette, stage, cours etc.)

À la fin de notre assemblée générale improvisée, nous avons décidons de rester en nombre (à 14) pour essayer de participer dès le début du conseil — sans attendre l’heure de notre convocation une heure plus tard. Nous avons donc attendu nos enseignant·es devant la salle de la réunion. En nous voyant, iels réitèrent le fait que nous ne sommes pas convié·es pour ce début de réunion. Nous leur proposons de leur remettre un document résumant la réunion que nous avons tenue en amont : iels refusent sous prétexte que « ce n’est pas une assemblée » , « aucune décision ne sera prise » , « on discutera après un peu avec vous »,  « on les connaît déjà vos revendications ». Face à cette situation, nous décidons de laisser passer l’heure pour revenir plus tard. Nous en profitons pour rédiger un texte plus précis, cohérent pour expliquer les situations et les problématiques.

Continuer la lecture

Se déclarer en grève … auprès des étudiant∙es

Il y a des moments où l’inquiétude est telle que faire cours est impossible. C’était le cas au lendemain de la nuit noire au Sénat, du 28 au 29 octobre 2020. La préparation d’un enseignement méthodologique de M1 était impossible. Aussi ai-je décidé de me déclarer en grève — à moins que ma formation puisse organiser une autre date.Ce n’était pas à mon employeur qu’il me fallait me déclarer, mais bien à celles et ceux pour qui j’étais indéfectiblement engagée : mes étudiant·es.

#ResistESR

https://www.flickr.com/photos/jamesjardine/7979165037/in/photolist-da6iLZ-4vo1di-9EqBX3-9WnTG5-b8CdRx-n679tN-5Ffe-eRqoR-6Jgqgp-4Spi4-8qLq8D-78aqi1-a9pD7q-4SphS-5Wqa-GasYf-kNyj-3gay-FQFHjh-o9qrpR-wwoog5-7DuV-4ygpJ8-nAMvtF-2qq3Bt-6KqnRV-e4rdo6-QVekvR-wecKZu-21tR91-6rnXKo-hWbuo7-56kJu8-8SiX-cqJu-9kN91C-mGFFtL-5rzS-NC8EuN-5AGB-RbqJ9R-tJke-9ch6oJ-d9dY-4ZL5-Ma3rq3-5WmAeo-bBe73z-294NBiZ-bYa7fj

Crédit: James Jardine,2011

Continuer la lecture

Chez les étudiant∙es, la crise sanitaire se paie au prix fort

Academia avait recensé pendant le premier confinement les enquêtes sur les condtions d’études très dégradées, et avait publié les résultats pour Rennes-2, seule enquête menée à l’échelle de l’université par la présidence. Parmi les étudiant·es,les étudiant·es extra-européen·nes sont les plus touché·es par la crise, comme le rappelle Modibo Massaké.

Avec le plaisir d’accueillir dans sa rédaction un nouveau rédacteur, Ugo Thomas, Academia se donne comme nouvelle mission de recenser les initiatives locales, enquêtes comme initiatives, à l’instar de Cop’1, association de soutien alimentaire. #ResistESR

  • par Ugo Thomas, Union Pirate, Université de Rennes-2

Depuis le reconfinement, la réalité de nombreux étudiant∙es a été, à nouveau, complètement bouleversée. Alors qu’écoles, collèges et lycées ont été maintenus ouverts, les établissements du supérieur n’ont pas connu le même sort puisque l’accueil des étudiant∙es, à de rares exceptions près, y a été suspendu. Pour mesurer les conséquences de cette situation, l’Union Pirate, le premier syndicat étudiant rennais a non seulement mené des initiatives de solidarités mais également lancé une grande consultation des étudiant∙es de l’Université Rennes 2. Entre le dimanche 8 novembre et aujourd’hui, cette consultation a reçu près de 4 000 réponses. Ce chiffre, qui représente plus de 18% des étudiant∙es inscrit∙es, nous permet d’observer un certain nombre de phénomènes et en particulier les nombreuses difficultés des étudiant∙es.

Plus de deux tiers des étudiant∙es ne se sentent pas bien, près de quatre cinquièmes rencontrent des difficultés

Sur le lieu de leur confinement, 57,1% des étudiant∙es se déclarent confinés chez leurs parents contre 42,9% dans leurs logements (25,2% en appartement individuel, 12,1% en colocation et 5,5% en cité universitaire). Quel que soit le lieu où ils sont confinés, une grande majorité des étudiant∙es rencontrent des difficultés. Ainsi, seuls 41% des étudiant∙es disent se sentir bien et seuls 20,9% ne rencontrent aucune difficulté. À l’inverse, 56,9% des étudiant∙es déclarent rencontrer des difficultés scolaires, 36,7% des difficultés psychologiques, 23,1% des difficultés financières et 6,8% des difficultés liées à la santé. Dans 92% des cas, ces difficultés ont pour origine ou ont été amplifiées par la crise actuelle (42,6% provoquées par la crise, 49,4% aggravées par la crise).

Continuer la lecture

À bon entendeur

#ResistESR

Nous faisons notre possible pour récolter ces informations.

Je signale que ce surcroît de travail administratif s’ajouteau surcroît de travail dû au passage à distance,

lequel s’ajoutait déjà au surcroît de travail dû à l’organisation bouleversée depuis la rentrée,

qui s’ajoutait lui-même au surcroît de travail qu’on nous demande habituellement.

Il me semble qu’on pourrait largement décentraliser et laisser les départements adapter leur travail en réponse à un contexte sans cesse changeant,

tout en leur proposant des services et de l’aide plutôt qu’en leur réclamant du travail supplémentaire.

Lu sur Twitter. Crédit photo: Kentucky Photo File, 2015

 

Suppression de la qualification ? Didier veut la qualité, pas la consanguinité

#ResistESR

Précisons ici que ce #superlycée veut dire. Emmanuel Macron, avec Henri Guillaume, a précisé en 2007 qu’il jugeait nécessaire de privilégier 10 universités d’élite ou  « centres d’excellence visibles au niveau international » et de reléguer les autres « universités de taille moyenne ».

Voir également le rapport Attali, Pour un modèle européen d’enseignement supérieur, février 1998.