#BnFgate. France culture s’invite à la BnF

Vendredi 13, 7h30 du matin, entre pain beurre et croissants, de qui entend-on parler ?

De la Bibliothèque nationale de France, pardi !

Invitations aux séminaires de recherche : un impensé économique ?

Qui n’a pas eu l’occasion comme invité ou invitant de nier la réalité économique d’une invitation à un séminaire de recherche sans aucun support budgétaire ? Celle-ci est d’autant plus incongrue pour les non-titulaires, qui doivent subir une forme de chantage des titulaires.

C’est ce que rapporte Haude Rivoal, autrice de La fabrique des masculinités au travail, Paris, La Dispute, coll. « Le genre du monde », 2021, à l’occasion d’un commentaire à une réponse faite à sa demande de rémunération.

Galaxie ou l’enfer des COS, par Florence

Où est le mot « guerre »? demande Nicolas à la CPU

Tweet de Nicolas Beaupré, historien, 26.02.2022.

L’insoutenable légèreté de la bureaucratie : comment (ne pas) aider un étudiant

  • Frédéric Le Roux, enseignant-chercheur à Sorbonne Université

L’histoire qui suit est probablement tristement banale. C’est l’histoire d’une tentative modeste, mais sans doute un peu trop optimiste, pour aider un étudiant dans le besoin. Une histoire dans laquelle toustes les collègues impliqué·e·s ont soutenu ma démarche, malgré son aspect inhabituel ; ce qui n’a pas empêché l’échec final, provoqué par l’alliance de la précarité et de la bureaucratie ordinaire.

Voici quelques détails.

À la fin du mois d’aout dernier a eu lieu la soutenance de M2 de O., étudiant étranger dont j’avais co-encadré le mémoire. O. a une proposition de thèse au Canada pour janvier 2022. En discutant avec lui, je découvre qu’après avoir bénéficié d’un financement prestigieux pour son M2, il est sans ressource depuis.

Je me tourne vers l’entité qui a financé son M2. Aucun prolongement de bourse n’est légalement possible, mais l’entité est disposée à accorder une gratification de stage pour quatre mois, environ 400€/mois, à condition qu’il soit inscrit à l’université. Je peux encadrer un tel stage. Problème : O. ne peut pas se réinscrire dans un M2 qu’il a validé. Après diverses discussion, le responsable de l’unité suggère de l’inscrire dans un autre de nos M2. Nos efforts pour faire aboutir cette idée sont résumés par la chronologie suivante  :

  • 17/09. O. tente de s’inscrire à la formation sur le site de l’université. Impossible car hors délai.
  • 17/09. Tentative avec un code différent, fourni par le responsable du M2. Impossible car nombre maximum d’inscriptions en master atteint. Le  responsable se tourne vers l’administration.
  • 1/10. Accord de l’administration pour l’inscription à l’Université.
  • 10/10. Demande d’information : inscription en cours de traitement.
  • 20/10. Inscription proche d’être finalisée, mais il faut payer 243€, et O. ne peut pas. J’avance l’argent.
https://www.flickr.com/photos/wolfsavard/3515272567/in/photolist-6mCG4H-8mWPzg-oQYioG-8mXn1F-7npLQf-6mCz4D-8n13Pb-skQwqo-JpdZzT-s4qztQ-2WByRk-nKiNgc-MZBGd-KqzuJ-83xhTY-MWpCk-nHigZU-snfNNU-nsSwVG-8n1ycN-8ab1qt-ozjKhT-ueubLU-he33JT-njXhAx-nHkFGQ-8n1JNo-ozoq59-nK1FJe-sJJipA-51BqE2-9QnEBj-nKkzL7-8mXyY6-MZBJb-ftKvHs-ny9Ud3-nK2WAg-sZEsTe-8n1WgG-KyEqX-833Jqo-3YbGn-nKc2qQ-eJDnvw-7zEmSw-nsXNX9-51FCZf-rsxGnu-6fN79S

Canadian geese, by Lara La Rose, 2009

  • 26/10. Réunion en visio avec 3 secrétaires et un responsable de formation pour s’expliquer.
  • 27/10. Inscription validée !
  • Continuer la lecture

Pour les libertés académiques, contre Blanquer et Coulhon. Motion de la section 17, 9 février 2022

En passant

Motion de la 17e section (Philosophie) du CNU

Adoptée à l’unanimité moins un bulletin blanc

En ces temps où l’intolérance et la violence, absolument condamnables d’où qu’elles viennent, menacent le débat démocratique et la liberté académique, nous souhaitons rappeler des principes constitutifs de notre mission de service public dans l’enseignement et la recherche.

Les attaques médiatiques venues d’une fraction du monde intellectuel, mais aussi du monde politique contre l’autonomie de la recherche dans le domaine des sciences humaines et sociales témoignent d’une intrusion inquiétante – et inédite – du pouvoir politique dans le monde universitaire de la formation et de la recherche.

Il est inacceptable que le ministre de l’éducation nationale et le président du HCERES, instance en charge de l’évaluation des formations et des laboratoires de recherche, prennent ouvertement position en participant à des « rencontres » en Sorbonne auxquelles les organisateurs donnent le nom usurpé de colloque « scientifique ». De fait, cet étonnant paradoxe n’a échappé à personne : plusieurs des membres de ce colloque qui prétendait défendre une véritable approche scientifique étaient des essayistes et éditorialistes qui ne connaissent ni de près ni de très loin le monde académique. Il est également inacceptable, pour la section 17 du CNU, quelles que soient les approches et thématiques très diverses que ses membres développent, que des courants philosophiques historiques et importants soient calomniés et accusés auprès du public des pires maux, et leurs représentants parfois littéralement insultés. La section 17 du CNU dénonce les brutalisations qui s’immiscent dans le contexte académique d’où qu’elles viennent et demeure résolument attachée au respect de l’autonomie des institutions de formation et de recherche. Cette garantie d’autonomie et de liberté est la seule manière de préserver, dans un climat de respect mutuel, l’intégrité des débats et des controverses scientifiques qui participent au progrès des connaissances et de la réflexivité.

À Paris, le 9 février 2022


Autre motion (votée le 7 février 2022)

Prendre acte. Un hors-série de la revue Essais sur l’après-thèse en SHS

  • par Magali Nachtergael, professeure en études françaises contemporaines, Université Bordeaux Montaigne.

La revue Essais, revue en ligne « interdisciplinaire » de l’école doctorale Humanités de l’Université Bordeaux Montaigne publie un hors-série dédié aux parcours d’après-thèse en lettres et sciences humaines.

Dirigé par Isabelle Poulin, professeure en littérature comparée, et inquiète du devenir non pas seulement professionnel mais aussi personnel des doctorant·es, « Récits d’outre-thèse. Quelle place dans le monde pour les docteur·es en Humanités? » rassemble des témoignages et des réflexions sur la vie de jeunes chercheur·ses dans une université publique qui connaît, comme la plupart des services publics en France, son grand démantèlement. Avec chiffres à l’appui, dont certains donnés par nos collègues engagés dans la veille professionnelle, scientifique et académique de l’Enseignement supérieur de la recherche pour Academia ou sur le web, les récits non pas d’outre-tombe mais d’après-doctorat dressent un panorama situé et documenté de l’asphyxie de la recherche en France, qui pèse d’abord sur les jeunes, comme tant d’autres, en mal d’avenir stable, dignement rémunéré et valorisé.

Avant de répondre à la question intergénérationnelle, que laissons-nous ? il convient d’écouter leur retour sur les discours de l’excellence, de l’attractivité et les conditions réelles de travail qui ont été ou sont les leurs, avec tout ce qu’il comporte de désillusions et en prenant acte de l’image cruelle qu’ils renvoient de ce que devient l’ESR en ce début de siècle en France.

Pour lire le numéro “Récits d’après-thèse” Essais 7 (2022) →

https://www.flickr.com/photos/pepe50/49720609522/in/photolist-2iKD7Yj-8HEFdo-9URiR8-8HBvqH-UVi7WT-o4gU7a-Cm3ptf-2dAZSR5-j4MZeR-QYtBKR-2iWAAwQ-2i4jCfz-2iEhTLc-2dPtBZU-z6UFfG-2kWvNLD-ay7rDc-yURcXY-ayaa5f-ayabdL-9MHvUE-2mdwVN4-XNdToV-2kVkgMb-2n1yEMc-2kD6dUH-2kZeSCK-2kfu5kQ-EEThNK-2kLoY9c-2konJNh-2ijRTAW-24cjUTf-oUobka-2kvrAbZ-zsGYu9-Vxjjpm-XrLjxh-29VUHc4-ay7shF-G6ujDi-ayabL3-ayacgq-UNs44J-rVqnhD-ay7sA6-2jfSXFE-2iVgEjE-ay7s7V-ay7u7v

Library, La Villa Del Dottore, par Paolo Lottini, 2020

Table des matières

Continuer la lecture

Non aux chaires de professeur junior à Paris 1 !

  • par les Doctorant·es mobilisé·es pour l’Université de Paris 1

Version .pdf        –     version en ligne

À l’automne, c’est avec grand étonnement que nous avons vu être abordée, en commission de la recherche, la question des chaires juniors, et ce sans en avoir été informé·es auparavant. À l’étonnement a succédé la colère lorsque, au détour des questions diverses, nous avons appris le 11 janvier dernier que la présidence comptait mettre au vote des conseils la mise en place de ces contrats, sans la concertation préalable qui nous avait été promise en commission de la recherche. Si sur le fond la présidence peut défendre une position, nous sommes floué·es sur la forme : le conseil académique devant trancher cette question se réunira en formation restreinte. Aucun·e doctorant·e ne pourra siéger, alors que nous sommes concerné·es au premier chef par cette question. Présentée comme “solution la moins pire” par certain·e·s, voire comme “bonne solution” par d’autres, nous tenions à rappeler à tou·te·s et à chacun·e que financer de la précarité sur de la précarité n’est pas acceptable.
Les éléments de communication du Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (MESRI) font de ce dispositif un moyen de développer “des carrières plus attractives”. Ainsi, les chaires juniors visent à permettre aux jeunes chercheur·se·s d’accéder plus rapidement à un poste, de favoriser le développement de disciplines émergentes, de mettre en avant les projets de recherche, en sortant des logiques disciplinaires et en prenant en compte “la diversité des mérites des candidats”, de réduire la précarité des années d’après thèse puisque ce dispositif a “vocation à déboucher sur de l’emploi titulaire”. Pour autant, ces belles intentions affichées par le ministère ne doivent pas faire oublier les dangers liés au développement de ces chaires juniors.

Logo de l’Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne

Continuer la lecture

Université, je t’aime !

Nous republions, avec son accord, le texte de Mr BlueSky datant de 2016. “Cinq ans plus tard, écrit-il, je ne l’écrirais sûrement pas de la même manière. Justement parce qu’on est cinq ans plus tard et que la vidalisation a continué à faire du mal à nos universités”.

Cela fera 35 ans dans un mois que ma vie s’est jouée. Lorsque, le Bac en poche, je me suis présenté avec ma mère (ben, oui, j’étais mineur) au secrétariat de l’UER d’Histoire de l’université du Mirail (on ne disait pas encore Toulouse II, et encore moins Jean-Jaurès, preuve que le nom du quartier n’était point encore porteur d’image négative). Tout ça parce que je n’avais pas encore l’âge requis pour entrer à l’Ecole de Journalisme de Lille (21 ans à l’époque) et parce que mes copains de Terminale m’avaient dit qu’avec mes notes en Histoire-Géo, il fallait que j’aille faire des études dans ce domaine. Moi, j’en étais moyennement convaincu étant donné que les bons résultats dans ces matières n’étaient que très récents (j’avais quand même pris une claque en Première avec une moyenne à 5 au deuxième trimestre !). Seulement voilà, au secrétariat, la dame (dont j’ai hélas oublié le nom et je le regrette) m’expliqua en quoi le choix de l’Histoire ou de la Géographie était très pertinent avec ce qui était mon projet professionnel : une licence dans une de ces deux disciplines, ce serait un plus indéniable pour mes futures études. Alors, comme je m’estimais meilleur en Géographie, j’ai choisi de m’inscrire en Histoire.

Pourquoi je raconte ceci aujourd’hui ?… Pour le plaisir de savourer un anniversaire ? Par relent sentimental envers un passé idéalisé et désormais trop loin ? Non. Si je me mets à écrire sur ce sujet maintenant c’est que j’enrage de me dire que ce que j’ai vécu a été une chance sans nom et qu’aujourd’hui, ceux qui viennent, ces élèves qui demain vont aborder leurs épreuves du Bac, n’en bénéficieront pas. Ou plus de la même manière en tous cas.

Hand-Embroidered Solar System by textile artist Ophelie Trichereau. Droits réservés

Au bout de six mois, j’ai su que je ne ferais pas journaliste. Continuer la lecture

Si ce n’est pas un colloque universitaire, qu’est-ce donc ? À propos d’un article dans Libération

Une lecture de

Avec le temps, le journaliste Simon Blin est devenu un fin connaisseur des dissensus initiés il y a plus d’un an par le Manifeste des 100. Ce qui est devenu avec le temps le “danger du wokisme” a d’abord bénéficié d’une large couverture médiatique sous le nom de “islamo-gauchisme” et de “cancel culture” grâce à un accès inouï aux médias d’orientation (extrême-)droitière, comme Le Point ou CNews.

Un nouvel épisode des relations entre le gouvernement avec l’université

CNews a d’ailleurs accueilli Frédérique Vidal pour son chiffon rouge islamogauchiste, au moment où la Ministre était conspuée pour sa gestion de la crise alimentaire étudiante. Présenté comme un débat au sein du monde universitaire, c’est pourtant un phénomène initié par des responsables politiques : le Ministre de l’Éducation nationale en octobre dernier, à des fins de diversion de la calamiteuse gestion de son administration qui a conduit à l’assassinat de Samuel Paty, plusieurs mois après un ballon d’essai dans l’Express en décembre 2019 co-signé, entre autres, par le fondateur du Printemps républicain — feu Laurent Bouvet — et une ancienne membre du Conseil constitutionnel et actuelle présidente du Conseil des sages de la laïcité du Ministère de l’Éducation nationale — Dominique Schnapper1 . Le colloque « Après la déconstruction : reconstruire les sciences et la culture » organisé aujourd’hui et demain à Paris sous l’égide de trois associations — l’obscur Collège de philosophie2” :, l’Observatoire du décolonialisme et le Comité Laïcité République — officiellement à l’initiative de la professeure des universités Emmanuelle Hénin et les maîtres de conférences Pierre-Henri Tavoillot et Xavier-Laurent Salvador — représente ainsi une nouvelle étape dans une série de

“déclarations successives des ministres [qui] fragilisent plus encore les [études de genre et les études postcoloniales]» (Caroline Ibos) quand il ne s’agit pas de celles  du “président de la République en personne, lequel avait estimé en juin 2020 dans le Monde que les discours tenus par les universitaires reviennent «à casser la République en deux»,

contrefeu incendié quelques jours après la magistrale démonstration de force des partisans et partisanes de la justice pour Adama Traoré, devant le Tribunal judiciaire de Paris.Le “colloque”, selon le nom donné par les organisateurs, représente ainsi un pourrait représenter le point d’orgue — nous dirons, optimistes, le chant du cygne — dans une attaque politique d’ampleur inégalée contre les universités.

Manifestants se rassemblent mardi 2 juin 2020 à Paris. . (AP Photo/Michel Euler)

L’instrumentalisation des libertés académiques

C’est bien un nouvel épisode des relations du gouvernement avec l’université qui va se dérouler les 7 et 8 janvier 2021. Le journaliste commente sujets et particpant·es de ce que nous appelerons, pour notre part, une manifestation.

À vocation scientifique, les tables rondes prévues ne sont pas dépourvues d’enjeux politiques. La présence de Jean-Michel Blanquer est en effet annoncée au colloque. Le ministre de l’Éducation nationale «prononcera à cette occasion un mot d’ouverture», précise l’Observatoire du décolonialisme sur son site. Façon de donner l’assentiment du gouvernement aux débats qui s’y tiendront ? Contacté par Libération, le cabinet du ministre explique toutefois ne pas être en mesure de confirmer sa présence ce vendredi 7 janvier à la Sorbonne.

Au programme, la présence de deux très hauts responsables non-élus interroge. Celle de Jean-Michel Blanquer 3, d’abord, pose question.  Alors que le chaos règne dans les écoles comme jamais depuis le début de la crise sanitaire, et tandis que des centaines de milliers d’élèves passent des heures devant les pharmacies à attendre qu’on veuille bien les tester pour pouvoir retourner en classe, l’actuel Ministre de l’Éducation nationale préfère donc prendre de son temps précieux pour se rendre à un colloque polémique qu’aucun laboratoire de recherche ne cautionne.”. Il n’en faut pas douter : des liens peu académiques justifient l’invitation du Ministre, à moins que cela ne soit le Ministre lui-même qui en soit commanditaire. La tenue de la manifestation dans l’amphithéâtre Liard en est un indice supplémentaire4 : on ne dit pas suffisamment que cet amphithéâtre de la Sorbonne n’est pas un espace géré par une université, mais par une administration d’État, et plus précisément par la chancellerie de Paris, à la tête de laquelle a été nommée Christophe Kerrero — connu pour ne pas disposer du titre universitaire, et partant de la légitimité nécessaire pour accéder à ce poste —, un très proche collaborateur de Jean-Michel Blanquer depuis 2008. Continuer la lecture

  1. Respectivement professeur des universités à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yveline et directrice d’études retraitée (87 ans)  de l’EHESS. []
  2. “Qu’on ne peut confondre avec le Collège international de philosophie”. []
  3. Ancien directeur général de l’enseignement scolaire (Dgesco) sous Nicolas Sarkozy, “Ministre bis” de l’éducation nationale, n’a-t-il pas fait connaissance Pierre-Henri Tavouillot, le co-organisateur du colloque, lorsque ce dernier grenouillait au “Conseil d’analyse de la société” de 2004 à 2013, porté à ce poste par l’ami de son directeur de thèse, Alain Renaut ? []
  4. Comme l’a précisé la présidente de Sorbonne Université aux syndicats CGT et Sud, l’amphithéâtre est géré par la chancellerie des universités de Paris []