Akhésa vous rappelle l’importance de bienveillance envers soi-même et envers les collègues … comme outil de la lutte contre les attaques politiques envers les SHS

Je relaye ici mes tweets de ce matin afin de garder une trace de cette invitation : ne jamais cesser d’être bienveillant.e avec les collègues attaqué.e.s, ne jamais oublier que les attaques politiques ne méritent pas notre énergie face à la montagne de travail, face à la précarité étudiante, face à l’épuisement qui nous guette tous. Nous ne devons pas dévier de nous-même, de nos étudiant.e.s, de nos recherches.

Se soutenir, se protéger et lutter pour nous-même, c’est déjà bien assez.

Se soutenir et se protéger

Face à la précarité, refusons les vacations !

Nous relayons aujourd’hui une campagne lancée par Université Ouverte autour de la lutte contre la précarité dans le monde de l’ESR. Il s’agit de participer à un mouvement large de refus des recrutements des vacataires (et des heures complémentaires des titulaires), mettant le gouvernement devant une impossibilité de reprendre les cours face au manque de postes de titulaires.

Pour prendre part au mouvement, rendez-vous au lien suivant : https://framaforms.org/pas-de-recrutements-pas-de-rentree-1613164983

 

La rédaction d’Académia compte sur votre engagement !

Pour une défense des libertés académiques à l’Université. Communiqué du laboratoire Temos UMR CNRS 9016, 23 février 2021

« Les libertés académiques ne sont pas négociables et ne le seront jamais ». Communiqué des associations d’historien∙nes du supérieur, 22 février 2021

La société des professeurs d’histoire ancienne de l’université (SoPHAU), la société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public (SHMESP), l’association des historiens modernistes des universités françaises (AHMUF) et l’association des historiens contemporanéistes de l’enseignement supérieur et de la recherche (AHCESR) expriment leurs plus vives préoccupations face aux propos tenus par Madame Frédérique Vidal, ministre chargée de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, évoquant un supposé « islamo-gauchisme » qui « gangrène[rait] la société dans son ensemble » et auquel « l’université [ne serait] pas imperméable ». La SoPHAU, la SHMESP, l’AHMUF et l’AHCESR se joignent fermement à de nombreuses autres associations et instances (CP-CNU, CNRS, Alliance Athéna) pour rappeler le principe d’indépendance des enseignants-chercheurs et que, particulièrement en sciences humaines, le choix de leurs objets de recherche et de leurs méthodes de travail ne doit faire l’objet d’aucune forme de pression ou d’intimidation de la part du pouvoir politique. Enfin, elles déplorent cette instrumentalisation politicienne, signe d’une marque de défiance envers la communauté des enseignants et chercheurs. Les libertés académiques ne sont pas négociables et ne le seront jamais.

« En plein pandémie, nous refusons le sacrifice de la 1e génération des étudiant∙es en santé post-réforme ». Communiqué du collectif national PASS/LAS

Signez la péition : Réforme des études de santé : Nous voulons les Moyens promis!Pas de génération sacrifiée !

Dessin : Manon Wicky

#ResistESR

Enquête sur la situation étudiante : « l’enseigement supérieur face au corona », par LesÉtudiantsVontBien

Étudiantes et étudiants de santé, c’est de la chair à pâté !

@lamanonette, février 2021

Étudiantes et étudiants en PACES n’obtiennent aucune réponse à faire l’objet d’un traitement équitable depuis mars 2020. Après avoir bâclé sa réforme, la Ministre Frédérique Vidal ne répond pas aux inquiétudes de la promo 2020. ,

#VidalDemission

Sur Academia

Tirer les conséquences (1). Communiqué du Lest (AMU-CNRS), 18 février 2021

Diffamation à l’encontre d’une profession toute entière ? La Ministre doit partir. Communiqué de la LDH EHESS

Le 16 février 2021

Malgré leur habitude des faux-semblants et du peu d’attention portée à leur profession, les enseignants-chercheurs et enseignantes-chercheures sont confronté.es aujourd’hui à une campagne de dénigrement sans précédent, désignant en particulier par le terme aussi infâmant qu’imprécis « d’islamo-gauchisme » des établissements ou des disciplines dans leur entier.

Il serait attendu d’une ministre qu’elle prenne quelque hauteur dans ce débat de plus en plus nauséabond, et qu’elle refuse de reprendre à son compte des notions aussi peu scientifiquement fondées. On attendrait que la responsable de l’enseignement supérieur et de la recherche, elle-même issue de ce milieu, relève avec gratitude la façon dont les enseignant.es universitaires ont  en première ligne fait face à la détresse étudiante en cette période de pandémie ; ils n’ont pas démérité  en tant que pédagogues, allant  même au-delà dans leur rôle d’accompagnement d’étudiant.es par ailleurs largement oubliés.

Mais, plutôt que de s’intéresser à la crise qui les touche, Mme Frédérique Vidal, sur les ondes d’une chaîne télévisuelle dont un des animateurs a été condamné pour injure et provocation à la haine, répond par l’affirmative lorsque M. Elkabbach décrit les universités françaises, dont elle a la charge, comme étant régies par une sorte d’alliance entre Mao Tsé-Toung et l’ayatollah Khomeini.

Et elle enchaîne le lendemain en demandant à l’Alliance Athena (qui n’est pas une inspection mais une institution qui coordonne les sciences sociales) « d’enquêter » sur l’islamo-gauchisme et ses « courants » dans le milieu académique.

Une accusation typique de l’extrême-droite est ainsi reprise une nouvelle fois par une ministre de la République, rassemblant dans une formule ignominieuse un groupe fantasmatique et fantasmé de pseudo-adversaires qui ne sont, en réalité jamais nommés, ou au prix d’approximations grossières amalgamant des concepts mal compris et de noms de collègues ne partageant parfois que peu de choses (si ce n’est les menaces parfois graves que ces accusations font tout à coup tomber sur eux).

Bref, à ces accusations mensongères faisant courir des risques parfois graves à des fonctionnaires, leur ministre ne trouve à répondre que par de vagues admonestations décousues (selon lesquelles, par exemple, en tant que biologiste elle peut dire que « la race » n’existe pas), et par la réitération des accusations portées à leur encontre. Plus encore, elle en appelle à une sorte de police par et dans les institutions d’enseignement et de recherche, rejoignant de la sorte les interdictions de certaines thématiques (les études sur le genre) dans les universités hongroises, brésiliennes ou roumaines

Elle se fait ainsi complice de faits de diffamation collective à l’encontre d’une profession toute entière, mais aussi d’une dévalorisation accrue des universités. Elle parvient ainsi, au-delà de ces dégâts dans l’opinion qui ne peuvent qu’accroître le désespoir des étudiantes et des étudiants dont les formations sont ainsi décrites, à confirmer sa décrédibilisation personnelle aux yeux des personnels de l’ESR.

Un appel à la démission de Frédérique Vidal avait été porté en novembre 2020 par la CP-CNU, représentant l’ensemble des disciplines, après le  vote de la loi LPR.

Plus que jamais, au regard de ces nouvelles dérives dans un contexte de difficultés sans précédent pour l’université et la recherche, sa démission s’impose, tout comme l’abandon de cette prétendue « enquête » non seulement nauséabonde mais  déshonorante au regard  des difficultés sans précédent dans lesquelles se débat l’ESR. Oui, danger, vigilance et action mais à l’encontre de la Ministre.

Qu’aucun.e collègue, quel que soit son statut, ne prête main forte à cette campagne de dénonciation.

Pour contacter la section : ldh-ehess@protonmail.com

Je n’ai plus de ministre

Après le président de la République, après plusieurs autres ministres, c’est notre ministre de tutelle, Frédérique Vidal, qui a repris à son compte la rhétorique de l’ « islamo gauchisme » en déclarant notamment

« Moi, je pense que l’islamo-gauchisme gangrène la société dans son ensemble et que l’université n’est pas imperméable et fait partie de la société »

et en annonçant commissionner une enquête du CNRS sur les pratiques universitaires1.

Ces déclarations sont extrêmement graves et forment une attaque frontale non seulement contre les libertés universitaires qui garantissent l’indépendance de la recherche au pouvoir politique, mais aussi contre toutes celles et ceux qui à l’université et ailleurs mettent leur énergie à rendre la société meilleure : plus juste, plus inclusive, moins discriminante, où tous et toutes ses membres ont place égale. L' »islamo gauchisme » est un mot dont le flou est une fonction. Côté pile, une demande de définition — dont on notera l’absence chez madame la ministre — on trouvera un contour restreint, qui se veut repoussoir, et dont on aura bien du mal à trouver des signes tangibles. Mais côté face, en utilisant le mot on convoque sans avoir besoin de l’expliciter un grand nombre d’idées et d’actions qui se retrouvent stigmatisées. Là où des chercheurs et chercheuses révèlent des discriminations et leur mécanisme de racialisation, c’est-à-dire d’assignation d’autrui à une race qui n’existe que dans l’esprit de ceux qui discriminent ; là où des militantes et militants dénoncent ces discriminations, les documentent, les exposent ; on les désigne comme nouveaux racistes ou « obsédés de la race ».

Ainsi le gouvernement espère-t-il sans doute protéger son action des critiques virulentes qu’elle appelle. Déclare-t-on ne pas voir le problème si des femmes choisissent de s’habiller d’une façon ou d’une autre pour suivre leurs cours à l’université, y compris la tête couverte d’un foulard ? Islamo-gauchisme. Déclare-t-on qu’il faut se préoccuper d’une très faible représentation des femmes et des personnes racisées aux postes titulaires de recherche et d’enseignement, alors que le jury d’admission du CNRS déclasse l’une de ces personnes trois fois en désavouant le jury d’admissibilité ? Islamo-gauchisme. Dénonce-t-on la destruction illégale des tentes de migrants par les forces de l’ordre ? Islamo-gauchisme.

Madame la ministre, j’avais beaucoup à critiquer dans vos actions, votre inaction, vos discours et vos non-dits. Vous avez choisi d’achever de démontrer publiquement que vous n’êtes pas là pour servir les universités, leurs étudiantes et étudiants, leur personnel, mais pour servir votre carrière, quitte à l’adosser à un projet politique mortifère. Je ne vous reconnais aujourd’hui plus comme ma ministre, Madame Vidal. Je ne me sens plus lié par vos écrits. Vous avez rompu le lien de confiance qui doit lier une ministre aux agents et usagers de son ministère. Seule votre démission pourrait encore redonner son sens à la fonction que vous occupez sur le papier.

#ResistESR

  1. voir The Sound of Science et Academia pour plus de détails. []

« L’enseignement numérique ou le supplice des Danaïdes »

Extraits de l’article « L’enseignement numérique ou le supplice des Danaïdes Austérité, surveillance, désincarnation et auto-exploitation« . De Sarah Mekdjian, enseignante-chercheuse à l’Université Grenoble Alpes, paru dans lundi matin, le 15 février 2021.

Illustration : Emmanuel Tussore, Study for a soap, 2019 (capture écran – vue de l’installation Study for a soap, WRO Media Art Biennale 2019

Extraits:

Où l’on apprend comment les étudiants en STAPS de Grenoble et Saint-Étienne ont fait les frais de la numérisation-déshumanisation de l’enseignement bien avant l’apparition du coronavirus. Et comment ce dernier pourrait bien avoir été une aubaine dans ce processus de destruction programmé – via notamment la plate-forme FUN (sic).

(…)

Les Danaïdes par John William Waterhouse, 1903. Source: wikipedia

Face à l’absence, la privatisation et l’interdiction de milieu commun, face à l’expression de la souffrance des étudiant·e·s en demande de présence, traduite par une demande sans fin de « contenu » jamais satisfaite, car annulée par un cadre désincarné, je me suis de plus en plus auto-exploitée en me rendant sur les plateformes d’abord tout le jour, puis à des heures où je n’aurais pas dû travailler. Rappelons que les plateformes sont constamment accessibles, 24h/24, 7j/7. Poster toujours plus de « contenu » sur les plateformes, multiplier les heures de cours via les écrans, devoir remplir d’eau un tonneau troué, supplice des Danaïdes. Jusqu’à l’épuisement et la nécessité – politique, médicale aussi – d’arrêter. Alors que je n’utilisais pas les plateformes d’enseignement numérique, déjà très développées avant 2020, et tout en ayant connaissance de la politique très offensive du Ministère en matière de déshumanisation de l’enseignement, je suis devenue, en quelque mois, happée et écrasée par la fréquentation compulsive des plateformes. J’ai interiorisé très rapidement les conditions d’une auto-exploitation, ne sachant comment répondre, autrement que par une surenchère destructrice, à la souffrance généralisée, jusqu’à la décision d’un arrêt nécessaire.

L’enjeu ici n’est pas seulement d’essayer de traverser au moins pire la « crise » mais de lutter contre une politique structurelle de destruction radicale de l’enseignement.

Créer les milieux communs de relations réciproques et indéterminées d’enseignement, depuis des corps présents, et donc des présences et des absences qui peuvent s’élaborer depuis la parole, veut dire aujourd’hui en grande partie braconner : organiser des cours sur les pelouses des campus… L’hiver est encore là, le printemps est toujours déjà en germe.

Pour lire l’article intégral, cliquez ici.

Mission d’inspection à Sciences Po Paris suite à la démission d’Olivier Duhamel : publication du rapport

Mission d’inspection à Sciences Po Paris suite à la démission du président de la Fondation nationale des sciences politiques

Rapport IGÉSR n° 2021-028, février 2021

Ce rapport d’inspection générale fait suite à la démission le 4 janvier 2021 du président de la Fondation nationale des sciences politiques, consécutive aux accusations portées contre lui, et à la déstabilisation que cette démission a provoquée au sein de Sciences Po Paris.

Rapport – Publication : 15.02.2021

Le rapport examine dans un premier temps la chronologie des évènements qui révèle les responsabilités du directeur de Sciences Po ainsi que celles d’autres personnes exerçant des fonctions au sein de l’établissement, analyse les améliorations possibles de la gestion de crise et enfin aborde les suites possibles au plan de la gouvernance et des dispositifs internes en matière de déontologie et de lutte contre les violences sexistes et sexuelles.

Auteurices :

Cristelle Gillard (pilote)
Patrick Lavaure (pilote)
Olivier Sidokpohou
Sophie Bergerat