Recrutements académiques : les quotas de genre, tremplins pour l’égalité ?

 Une analyse parue dans The Conversation, 17 avril 2019

File 20190416 147487 1pqnety.jpg?ixlib=rb 1.1
Les femmes ont-elle eu plus de chance d’être recrutées lorsque l’on a changé le fonctionnement des comités de sélection ? Shutterstock

Article de Pierre Deschamps, Sciences Po – USPC, paru dans The Conversation, 17 avril 2019) – reproduit avec l’aimable autorisation de son auteur

La sous-représentation des femmes dans le secteur académique est une réalité dans l’ensemble de l’Europe, comme le démontre le rapport SHE 2018 publié par la Commission européenne. Alors qu’elles représentent 47 % des doctorants, elles ne sont que 40 % des professeurs de grade C (équivalent au statut de maître de conférences) et seulement 23 % des professeurs de grade A – équivalent au statut de professeurs des universités).

La France ne fait d’ailleurs pas partie des bons élèves au sein de l’Union européenne (UE) : alors que 42 % des chercheurs en moyenne dans l’UE sont des femmes, cette proportion descend à 35 % en France, derrière l’Allemagne (39 %), l’Italie (41 %) et le Royaume-Uni (45 %).

Cette situation pourrait s’expliquer par la discrimination que subiraient les femmes de la part de leurs collègues masculins, lors de la phase de recrutement. Avec cette hypothèse, il suffirait d’augmenter la proportion de chercheuses dans les comités qui prennent les décisions de promotion et de recrutement pour que les femmes soient mieux représentées dans le monde académique.

C’est chose faite en France depuis le 1er janvier 2015. Désormais les comités de sélection pour les postes de maître de conférences et de professeur des universités doivent être composés d’au moins 40 % d’hommes et 40 % de femmes. Cette réforme a-t-elle amélioré la place des chercheuses ? C’est l’objet de l’étude que nous avons menée à partir des données administratives de 455 comités et 1 548 candidats.

Derrière les statistiques

La proportion moyenne de femmes dans les comités de sélection est passée de 39 % avant la réforme à 47 % après 2015. En cela, l’objectif législatif a été atteint. En outre, il faut prendre en compte le statut des nouvelles entrantes pour s’assurer que l’équilibre au sein des comités de sélection a réellement été modifié. En effet, dans ces comités de recrutement, au moins la moitié des membres doivent être extérieurs à l’université, ce qui limite leur influence sur les décisions du comité. Continuer la lecture