Sur la toile – Le coût humain de la recherche postdoctorale

Citation

Les chercheurs post-doctoraux échappent pour l’essentiel aux études de risques psycho-sociaux. Une étude commandée par la Royal Society et le Wellcome Trust demande que ces risques soient mieux évalués. The Guardian en propose une analyse éclairante du problème, à partir de l’hommage rendu par Oliver Rosten à son ami Francis Dolan dans un article de physique.

Femmes et hommes en sociologie: deux sexes, deux corps?

Olivier Martin vient de déposer sur une archive ouverte l’article qu’il a publié dans le Bulletin de l’Association des Sociologues Enseignant-e-s du Supérieur, n°63, dans un numéro consacré à « Genre et sociologie à l’université ».

Ancien président de la section 19 du CNU (mandat 2012-2015), Olivier Martin analyse la chance respectives des hommes et des femmes d’accéder à différents grades du supérieur en sociologie – discipline où la répartition  en termes de rapports de sexe est déjà bien plus équilibrée que bien d’autres disciplines des sciences humaines et sociales.

Les docteures ont-elles des chances équivalentes à leurs homologues masculins d’être qualifiées aux fonctions de maître.sse de conférences des universités ? Les maitresses de conférences ont-elles des chances vraiment comparables à celles des maîtres de conférences d’obtenir une qualification aux fonctions de professeur.e.s ? Et, une fois entrés dans l’un ou l’autre de ces deux corps, les hommes et les femmes ont-ils des chances identiques d’être promus dans les diverses classes existant au sein de chacun de ces corps ?

Lire la suite

Excellence de la recherche et épuisement professionnel: enquête au Québec

canada-quebec-drapeauxComment se traduit, au Québec, la politique de « l’excellence »qui concentrent les financements sur quelques chercheurs? Par la détresse psychologique et l’épuisement professionnel de la moitié du corps enseignant.

Le journal Le Devoir revient sur les résultats d’une enquête qualitative conduite par une professeure de psychosociologie des groupes, Chantal Leclerc, en collaboration avec deux collègues,  sur les origines de la détresse psychologique dans l’enseignement supérieur. Au centre de l’analyse du désengagement professionnel, la professeure pointe l’idée partagée d’une perte de sens dans le métier. Lire la suite

La plume et le genre: une expérience historique

The Quill and Ink Lab (c) Amanda E. Herbert

The Quill and Ink Lab (c) Amanda E. Herbert

En feuilletant un des carnets d’Hypothèses, the Recipes project, je suis tombée sur une expérience pédagogique britannique assez fascinante. Dans le cadre d’un cours sur la construction sociale de la différence sexuelle dans l’Angleterre moderne, entre 16e et 18e siècle, l’enseignante et auteure de l’article, Amanda E. Herbert  propose un exercice pratique: apprendre à écrire avec une plume comme le faisaient les écoliers et les écolières anglais.e.s Le résultat est saisissant: http://recipes.hypotheses.org/4337

A quand une expérimentation pour comprendre comment est construit le genre de l’universitaire?

 

Agrégation du supérieur: péché capital ou grande porte du recrutement universitaire?

Répartition des candidatures par année de soutenance de la thèse

Répartition des candidatures par année de soutenance de la thèse

Faut-il supprimer l’agrégation du supérieur? Un blog qui y est favorable propose une série de billets intéressants sur ce concours universitaire. Concours national sur dossier et examen oral, il permet l’accession au grade de professeur de universités pour les  titulaires d’un doctorat ou d’une habilitation à diriger les recherches en droit, économie et en gestion. A l’occasion de la publication du décret sur les personnels enseignants-chercheurs en septembre 2014, l’agrégation se trouve placée en concurrence toute relative avec le recrutement opérant dans les autres sections universitaires; cette concurrence est toute relative, puisqu’une majorité des postes ouverts au concours de professeurs des universités doit revenir à l’agrégation. Le débat autour de la suppression de ce concours invite à réfléchir à nouveaux frais sur l’ensemble des procédures de recrutement en œuvre à l’Université.

Lire la suite

L’Université : une bande de trafiquants

AfonsoFigure4-1024x767Les systèmes universitaires reposent sur l’existence d’une réserve d’outsiders qui sont prêts à renoncer à leur salaire et à la sécurité de l’emploi en échange de perspectives mal assurées sur les postes tenure-track et ce qu’ils garantissent : la sécurité, le prestige, la liberté et des salaires relativement élevés. En s’appuyant sur des données portant sur les États-Unis, l’Allemagne et le Royaume-Uni, Alexandre Alfonso examine comment le marché du travail universitaire est, par bien des aspects, structuré comme celui d’une bande de trafiquants, qui dispose d’une masse toujours croissante d’outsiders et d’un noyau de plus en plus réduit d’insiders.
Lire la suite

Démission ou ambition: deux points de vue sur les sciences humaines et sociales dans l’Université française

Quel rapport entre la démission rendue publique d’un maître de conférences de l’Université de Lorraine et la tribune de deux éminents responsables d’établissements d’enseignement supérieur et de recherche en faveur d’une « ambition scientifique »? Aucun, academia_demissionsinon que ces deux textes sont tombés dans ma boîte aujourd’hui.

Le premier, daté du 2 octobre 2014, « Pourquoi j’ai démissionné de l’Université de Lorraine« , de Vincent Goulet, docteur en sociologie, se présente sous la forme d’une lettre adressée à G. Fioraso, secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur et à la Recherche. Dans une prose limpide, il explicite le faisceau de raisons qui ont déterminé cet enseignant aimant son métier, à opter pour la sortie de l’institution où il a pendant quelque temps essayé de résister. Lire la suite

« Je ne me sens pas modeste ou petite fille en présence de votre grandeur »: lettre d’Hélène Metzger à Emile Meyerson

Metzger-Helen-smallFemme et universitaire, vous avez déjà été surprise de la réaction de certains collègues, plus âgés, et souvent masculins, vous réprimandant comme une enfant, ou jugeant vos initiatives immatures, naïves, à corriger. Academia vous livre une lettre de la grande historienne de la chimie, Helène Metzger, envoyée au philosophe Emile Meyerson en 1933.

 Bruxelles, le 6 mai 1933
11, Rue d’Egmont

Lire la suite

Échouer à une candidature, c’est rater sa vie ?

schuman_why2Pourquoi l’échec académique marque-t-il aussi profondément ceux qui le subissent ? C’est la question que pose Rebecca Schuman à l’occasion d’un article dans le Chronicle of Higher Education.

Qu’il s’agisse d’une candidature ratée ou du refus d’un article, elle a recueilli les témoignages d’universitaires profondément blessés par ce rejet:

Academic failure felt like the death of a substantial part of my identity

Plusieurs explications sont avancées, qu’il s’agisse du temps passé à la constitution d’un dossier, du fait qu’il faille souvent attendre une année pour le round suivant, etc. Mais bien plus, la dureté du coup viendrait de l’investissement personnel des universitaires dans leur travail, ce dernier devenant « la plus haute expression de ce qu’ils sont », et par là, le rejet d’une candidature s’apparente au rejet de la personne elle-même. Phénomène d’autant plus marqué que le champ se représente comme une pure méritocratie.

Lire la suite

« Le sexisme n’est pas seulement le problème des autres »: la tardive prise de conscience d’une chercheuse

Comment, pourquoi, quand on est femme et qu’on a bénéficié d’une éducation supérieure, se rend-on compte si tard de la discrimination dont font aussi l’objet les femmes universitaires ? Ilana Löwy, docteure d’Etat en biochimie, historienne de la médecine et sociologue du genre, propose dans L’emprise du genre (La Dispute, 2006) une réponse autobiographique à cette question dans un prologue intitulé « Un mauvais faciès en héritage », texte magnifique dont elle a accepté de reproduire quelques extraits sur Academia.

 

Emprisedugenre_leger« Être, juif c’est être marqué à vie. Cela signifie que même si, vu de l’extérieur, ma vie ressemble en tout point à celle d’un autre, à chaque moment, à chaque étape de mon existence, je peux être définie comme ‘différente’. Ceux qui n’ont pas vécu cette expérience ne peuvent l’appréhender tout à fait. Ils ne peuvent comprendre celui qui porte un tel poids sans pouvoir s’en libérer. Cette singularisation constitue toujours une expérience négative, puisqu’en un sens, elle condamne à un sort malheureux ». Kinga Dunin et Malgorzata Melchior, 1991[1]

 

Grandir avec un « mauvais faciès »

J’ai tiré un « mauvais numéro » dans la loterie génétique. Mes parents n’avaient pas l’air spécialement juif. Si les experts locaux de la « reconnaissance des juifs », très présents en Pologne même après-guerre, n’avaient aucune difficulté à identifier leurs origines, ils pouvaient néanmoins se fondre dans la foule. En revanche, avec mon teint mat, mes yeux « orientaux » et mes cheveux noirs et bouclés, je ne ressemblais vraiment pas aux enfants polonais à la peau claire, aux yeux bleus et aux cheveux blonds et raides. La Pologne des années 1950 n’étant pas une société multiraciale ou multiculturelle et les touristes étrangers y étant rares, j’étais immédiatement identifiable comme l’« autre ». Lire la suite

Parité hommes-femmes: une mission, des salaires

salaires

Source: DGRH GESUP2 – p. 11 de « Chiffres parité »

En glanant des informations sur le site du Ministère, on peut découvrir l’existence d’une mission parité, qui a commis un petit document explicitant les principales formes de discrimination sexuelle dans l’enseignement supérieur et la recherche. Tout en anticipant un avenir meilleur dans ses projections…

Lire la suite

Souvenirs de campagne 2011-2

L’Association nationale des candidats aux métiers de la science politique (ANCMSP) a fait paraître  en février 2013 une analyse des « Souvenirs de campagne » des candidats aux maîtrises de conférences (04). Pigeon

Si l’ANCMSP souligne que les retours ont été peu nombreux, elle liste certains problèmes repérés dans le processus de recrutement par les candidats.

Lire la suite

Enquête sur les jeunes chercheurs étrangers en France : des résultats alarmants

Alors même que les doctorants étrangers représentent 41% des doctorants en France, la Confédération des Jeunes Chercheurs rappelle, en publiant des résultats d’une enquête sur 1 300 d’entre eux, les conditions d’accueil déplorables qu’ils ont à subir.

A lire :