Une autre université est possible, RogueESR invite au débat

https://twitter.com/Gjpvernant/status/1309251340284178432?s=20

25-26 septembre : deux jours de réflexion prospective pour l’ESR à l’initiative de Rogue et Politiques des Sciences

Jour 1. 25 septembre 2020 (I)

14h : Introduction – RogueESR
14h15-15h30 : Parole scientifique et parole experte: enjeux démocratiques
Barbara Stiegler,Emmanuelle Huver, Marc Debono, Didier de Robillard en visio; sous réserve)

16h00-17h15 : Pratiques universitaires en temps de crise démocratique et environnementale

Finalités et les modalités de notre enseignement: Véronique Durand
Recherche et Workday for Future: Vincent Guillet
Sciences Citoyennes: Aude Lapprand
Labo1point5

Jour 2. 25 septembre 2020  (II)

17h15-18h : Un nouveau modèle de publication scientifique
Exposé introductif: Johan Rooryck puis discussion

18-18h45: La division du travail scientifique
Exposé introductif : Romain Brette “Un autre laboratoire est possible” puis discussion

Lendemain de vote : l’Université qui vient

Academia, à mesure que la Loi de programmation de la recherche 2021-2030 prend forme, reçoit des messages manifestant colère, démoralisation, désengagement,
Le texte ci-dessous nous est parvenu, après le vote de l’article 3 de la loi, sur les chaires de professeur junior, avec l’avertissement suivant:

« Après quelques années dans un département de sciences sociales d’une université nord-américaine de rang moyen, voilà quelques notes sur l’Université qui vient en France si le train des réformes de l’enseignement supérieur se poursuit dans la même direction ».

 

  • Par un ancien titulaire de chaire de professeur junior tenure track d’université nord-américaine, devenu maître de conférences en France

L’Université qui vient, c’est être invité à boire un verre deux jours après ton arrivée sur un poste tenure-track par la directrice de ton département, qui t’explique ce que c’est qu’un bon dossier pour passer les étapes : le renouvellement du contrat après trois ans, donc un dossier à déposer au bout de deux ans, et la titularisation après 5 ou 6 ans. Il faut faire de bons cours ou plutôt, faire des cours bien évalués — on t’apprendra plus tard les astuces pour ça — , il faut participer aux comités administratifs, — nombreux, on y reviendra —  et surtout, il faut aller chercher des subventions et en faire des articles. D’ailleurs, ça tombe bien, le premier concours auquel tu peux candidater est dans trois mois, l’Université a une personne dédiée pour relire ton dossier et ton labo est super efficace pour revoir les budgets. C’est compris ? En fait, tu le sais déjà, c’est en montrant que tu étais déjà prêt à être candidat que tu t’es fait recruter.

L’Université qui vient, c’est le tribunal des collègues : la présentation de toutes tes activités devant le département au complet qui vote sur le fait de te garder ou pas. Il n’y a pas de désaccord scientifique, quelques questions polies sur les orientations de recherche mais surtout il y a des chiffres : tant d’argent, tant d’articles, tant d’étudiant.es dirigé.es, tant de colloques. Les vieux se souviennent des moments où il y avait des engueulades politico-scientifiques entre bords opposés du département. Et il en reste un ou deux qui tentent leur chance pour discuter le fonds. Mais les jeunes sourient. C’est fini tout ça : un article dans une bonne revue pour dire qu’il faut faire la révolution et un article dans une bonne revue pour dire que les inégalités sociales c’est de la génétique, c’est le même bon point. Le bonus, c’est que la décision des profs du département est ensuite soumise à tout un parcours dans l’administration de l’Université. Donc, le département peut voter pour virer un prof qui va finalement être titularisé quelques mois après. Bonne ambiance garantie pour les deux/trois décennies suivantes.

https://www.flickr.com/photos/crazysphinx/4035062492/in/photolist-79yKuY-r4CoZV-2aU5k2n-8kWdYW-hqQx2-i2Hwop-2hoGAPB-WF9G4M-5Evrz9-5GQP2T-5vwT5z-5HTink-LvTiWh-bVKYpo-PFiAYd-KoFa95-zQZFqQ-2V3eTL-38uF-3yJa4Y-k85e2K-5s5RVi-MU4jnw-Kx7mQD-kQ42w5-jBdTeZ-LzbbL1-8wkz18-p26eet-2jpk4Xc-kHrDS-dNevZ3-2grqC3f-2hCRk3u-2hMi5r7-P3pa3c-yENd2-2jggvQS-9Ddsq6-phGXfH-qokNi1-2hoHr9t-2g6FYgs-PyRhSc-7dwF3n-57PN6-2jBgMDp-2jpDgZD-2iQbnrb-6jBKM6

Dead leaves, by Al Ibrahim, 2009

Continuer la lecture

La chute de l’Université

À l’instar d’Université ouverte, et du recueil de témoignages « Notre Université est de qualité, mais jusqu’à quand ? » depuis février, Academia accueille les réflexions et les témoignages de collègues, jeunes ou expérimentées, que la rentrée 2020 ou l’expérience du conflit LPPR leur inspirent. La collègue qui écrit ici énonce enfin ce que nous craignons depuis plusieurs années : elle ne choisira pas de travailler à l’université, toxique. Le choix de l’anonymat — demandé par l’autrice — est un autre indicateur d’un monde gouverné par l’omerta.

  • par Claire C., chercheuse en sciences humaines et sociales

À l’heure où la LPPR est débattue à l’Assemblée nationale, plusieurs générations de jeunes chercheur·es sont désespéré·es. La dépression est une constante dans notre milieu face au panorama auquel nous faisons face. La précarité s’accroit et touche peu à peu aussi celles et ceux qui ont eu des financements… Comment attendre 15 ans sur le banc de touche en faisant des missions similaires à des titulaires, sans en avoir la reconnaissance matérielle, ni aucune assurance qu’une issue heureuse — un emploi de titulaire — arrivera au bout du chemin ?

Face aux politiques menées ces dernières années, le Ministère et ses rares partenaires se sont engagés à faire des réformes qui n’en ont que le nom : elles approfondissent la privatisation de l’enseignement supérieur et la recherche et sacrifient sans vergogne la jeune génération sur l’hôtel du profit. Pour les jeunes chercheur·es  plusieurs éléments vont achever définitivement de faire sombrer le navire de l’ESR, qui prend l’eau depuis de trop nombreuses années.

L’arrivée du doctorat « chocolatine » nous rend allergiques au chocolat

Commençons par la mauvaise surprise de cette fête de célébration désespérée et précipitée à l’occasion de l’examen du projet de loi de la LPPR par l’Assemblée nationale : la mort du doctorat comme titre universitaire validant un niveau d’expertise et de réflexion dans le secteur de la recherche. Depuis quelques années, la production des thèses sur article avait déjà creusé un fossé, entre la production de 3 à 5 articles enrobée à l’anglo-saxonne, face à la rédaction de manuscrits de plusieurs centaines de pages auxquelles s’ajoutent des publications d’articles. La dévalorisation de la recherche doctorale était déjà à l’œuvre, sous prétexte que la quantité ne reflète pas la quantité, articulée à une pression accrue pour la réduction de la durée des thèses.

https://www.flickr.com/photos/deniscollette/22707255250/in/photolist-2j3dJTy-HD9QHV-BVGy5u-21fLwuX-2bt1ghH-qZXa4E-jvVe5Z-2jsUs4J-REey14-iAXAFi-9nMn1M-xgjdCm-p6S9YX-p5sXxN-AAyBSS-61oaBY-qZsHY4-23umT7z-oEtYio-4VFLSq-Vpvwrm-6b3fih-bs5t5D-G8FJP4-qHbwp6-D2McAH-7aUXws-hZFdJL-83NdDX-aJFHMK-2j6UWbL-AFrZKJ-Bicw6r-9EGzrg-g37yuu-GN5G5F-qZwAUY-6Vj2XZ-2iKGwvi-2gs95pw-25rxXMh-2ir6CYs-23Mjeh5-DgJgYY-Y8XFmM-92mYK1-r64zq7-5GEC3N-4BKhvS-5QG33D

Arbre des marais, par Denis Collette, 2015

Continuer la lecture

Antoine écrit à sa députée

Quelque part en France, dimanche 20 septembre 2020

À l’attention de Madame Stéphanie Atger,
députée de la 6e circonscription de l’Essonne

Madame la députée,

Mathématicien, professeur à l’université de Paris, vivant dans votre circonscription, j’écris ce courrier ce soir pour vous faire part de mon immense inquiétude devant la loi de programmation de la recherche qui va être étudiée à l’Assemblée nationale dès demain.

Les trois rapports préparatoires à cette loi ont été publiés il y a tout juste un an. Financement, attractivité, recherche partenariale, sur ces trois thèmes, le dessin qu’il font de la recherche française est aux antipodes des besoins du monde académique, parce qu’ils le regardent du mauvais côté de la lunette, c’est-à-dire le score d’une compétition internationale.

Durant l’automne et l’hiver 2019-2020, la communauté académique s’est émue de ces projets, parfois bruyamment : manifestations, bien sûr, mais aussi sociétés savantes, comité national de la recherche scientifique, jusqu’au Conseil économique, social et environnemental qui, dans son avis du 26 juin 2020, a même posé la question : « peut-on soigner un système avec les outils qui l’ont rendu malade ? »

Continuer la lecture

Accès aux Master : un étudiant en grève de la faim

En passant

 #SOSMaster — Rassemblement de soutien à l’étudiant en grève de la faim lundi 21 septembre

Montpellier, 19 septembre 2020

Mehdi a commencé une grève de la faim le 18 septembre 2029 devant l’Université de Montpellier-3

En grève de la faim depuis vendredi 18 septembre pour faire appliquer son droit à la poursuite d’études, Mehdi, étudiant de la Faculté de Droit à besoin de notre soutien !

Au delà de la situation dramatique de Mehdi, le problème est aussi collectif.
Cette année, de nombreux étudiants refusés en Master n’ont eu aucune proposition du Rectorat, alors que c’est une obligation légale.

Nous donnons rendez-vous à tous les étudiants sans réponse du Rectorat, et à tous les gens touchés par la situation de Mehdi, à venir lundi 21 septembre à 8h devant le Rectorat de Montpellier (rue de l’université, tramway Louis Blanc).

L’événement Facebook

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
syndicat.scum@live.fr – www.combatuniversitaire.wordpress.com

Dans les médias

La virologie est un sport de combat, par Bruno Canard

Interpellée au Sénat sur la question de l’équipement microscopique français, étrillée par le Conseil Économique, Social et Environnemental dans son avis sur la LPPR, la Ministre Vidal a ironisé devant la Commission des Affaires culturelles sur le caractère totémique de l’exemple de Bruno Canard, invitant les député·es à varier les exemples. Bruno Canard, directeur d’une équipe marseillaise, auteur d’un émouvant « J’ai pensé que nous avions momentanément perdu la partie » — dont Academia a publié une version anglaise et néerlandaise — à propos la recherche sur le coronavirus lui répond. C’est l’occasion d’exposer les conditions matérielles de travail dans un laboratoire, le soin apporté dans la mesure du possible au bien-être des personnels et de luttre contre les tâches bull-shit requises par l’l’administration de la recherche françiase et européenne, les dangers que font peser les appels à projets sur l’indépendance de la recherche française. Pour l’universitaire très critique de sa loi, c’est l’occasion, reprenant les mots de la Ministre en audition parlementaire,de «remettre la réalité au cœur des discussions ».

Détail de l’affiche du film La sociologie est un sport de combat de Pierre Carles (2001)


Je suis Bruno Canard, directeur de recherche CNRS à l’université d’Aix-Marseille. Mon équipe travaille sur les virus à ARN (acide ribonucléique), dont font partie les coronavirus.

Mme la Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation m’ayant cité, et mentionné mes travaux dans son intervention sur les Matins de France Culture le 22 juin 2020, il m’a semblé important de préciser les conditions de travail de mon équipe de recherche sur le SARS-CoV-2 et sa projection dans la future Loi de Programmation de la Recherche (dite LPPR), qui est en cours d’examen à l’Assemblée Nationale.
Cela permet d’illustrer, à partir d’un cas concret, et peut-être de faire comprendre au grand public le sous-financement récurrent de la recherche publique en France en général dans les 20 dernières années ; la précarité grandissante des personnels de ces laboratoires ; le sous-équipement dramatique en grands instruments scientifiques essentiels aux développements de thérapies antivirales ; le faible niveau des salaires des chercheur·ses, très éloignés de ceux des haut·es fonctionnaires ; et finalement, le peu de considération dont ils font l’objet par les femmes et les hommes politiques français. Elles et ils prétendent parler au nom de la science, souvent confondue avec la technologie, mais sans écouter les scientifiques.

Chère Mme la Ministre, chère Frédérique, je me permets de vous appeler par votre prénom en souvenir des cafés et bavardages créatifs que nous avons partagés lorsque, en 1992, j’étais fraîchement recruté comme chercheur au CNRS à Nice dans le laboratoire dirigé par Patrick Gaudray, et vous, doctorante dans le laboratoire de François Cuzin à l’Université de Nice. C’était une époque formidable, j’y ai fait mes plus belles ascensions dans ces extraordinaires Alpes-Maritimes, pendant que la France commençait sa dégringolade dans le classement scientifique, dans une remarquable trajectoire parallèle au nombre de postes statutaires de chercheur·ses et de manière plus générale, à la performance de la recherche française.

Nous nous retrouvons donc environ 25 ans plus tard.

Continuer la lecture

Bons baisers de rentrée

Academia a décidé de recenser des témoignages écrits et photographiques de la rentrée universitaire 2020, dont nous avons reçu de premiers échos épouvantables, dont la presse s’est fait l’écho.

Selon une stratégie du choc (Noemi Klein, 2008) inacceptable1, Frédérique Vidal profite d’une rentrée hors norme pour achever de faire passer sa loi rétrograde dite « de programmation de la recherche 2021-2030 ». Enseignant·es et étudiant·es subissent des conditions d’accueil épouvantables, en licence, en Master, tandis que l’administration réclame sans vergogne les droits de Contribution de la vie étudiante et de campus (CVEC) —doctorant·es doivent s’acquitter d’une cotisation de la vie étudiante et de campus — dont déjà ielles n’avaient pas profiter l’année dernière.

Voici une galerie de portraits de l’engagement pédagogique des maîtres·ses et des élèves, qui illustrent le mépris dans lequel leur Ministère de tutelle les tient.

Academia invite tous et toutes celleux qui le souhaitent de lui communiquer leurs clichés ou leur témoignage.

(c) Yann Leredde, UFR de sciences, Université de Montpellier, 9 septembre 2020

https://twitter.com/cjytheb/status/1303362655793614849?s=20

(c) Christophe Thebaud, 8 septembre 2020

 

Vicky 15 septembre 2020. Et vous remarquerez que la prof ne porte pas non plus de masque sous prétexte qu’elle ne veut pas avoir à crier sur ses 6 heures de cours consécutives 🙂
Mais sinon Sorbonne prestigieuse université apparement

 

 

https://twitter.com/elinalemaire/status/1305852328822665218/photo/1

(c) ElinaLemaire. Université de Bourgogne.
Les TD en L2 droit à l’Université, c’est 40 étudiants par groupe. Deux fois plus qu’il y a dix ans. Pas de place assise pour tout le monde. La misère de l’Université française, par-delà les beaux discours et les classements absurdes.

 

 En réponse:

BELLAMY David @davbellamy,
« L’université a été abandonnée par certaines de nos élites depuis decennies. Voilà où nous en sommes. Perso, en L1 d’histoire je dois faire entre 360 étudiants dans un amphi de 400 avec une obligation de ne pas dépasser une jauge de 50%…… »
https://twitter.com/Dina_Morgabiin/status/1306270194390765568?s=20

Les conditions de cours à la Sorbonne en plein milieu d’une pandémie. @Dina_Morgabiin, 16 septembre 2020

Continuer la lecture

  1. Cf. la stupeur de Fred Restagno dénonçant la conflagration vote LPPR et rentrée COVID. []

C’est la rentrée : Dr. Animula n’a plus de bureau

https://www.flickr.com/photos/bibliotequescat/11098726856/in/photolist-hUKSPA-7w3E4o-8GAD1x-bZYBgG-6nPBXk-bmwFnQ-82mFsT-4uTxr5-2nsFX-8Mi2Ez-aRWE6x-aRWTyB-bNgMAe-a9Znjh-6QQtUZ-bjk9N4-AEMXLA-PEMnB-dsMgZG-nQjjva-6VdENH-5nNLhr-4mxxtE-AJ2V1j-mHsJJK-iWvDRY-d2KqvS-2FUu8-5FzqxL-2itTS2-836dHv-4awsdb-6hF1WE-2kyGgz-fKJW6s-b6PLXa-vov5zm-5ScSoD-f92xj-FPgQRr-d1Yndb-6Bpost-79Nsyg-64Jk8L-6M6LRA-KEXEV-4BfeuX-t2dLd-pz73sY-Nhyeh

Ceci n’est pas un bureau (© Jordi Casañas, 2017)

 

L’évaluateur évalué (6). Ne pas publier : qui ? pour quelles raisons ?

L’évaluation quantitative promue par le HCÉRES et de plus en plus nombreux jurys de recrutements et organismes de recherche, repose sur l’idée que les meilleur(e)s sont ceux qui publient beaucoup et dans de « bonnes» revues1. Pour tester la qualité de cet indicateur, il est indispensable de répondre à la question en suspens : qui ne publie pas ou plus, et pourquoi.
C’est à ce problème de sociologie des sciences que c’est attelé Louis Gabrysiak, dans le dernier numéro de la revue Zilsel.
« Publish or What? Identité professionnelle et position dans le champ universitaire français d’enseignants-chercheurs peu ou pas publiants », en accès libre pour une dizaine de jours, a mené une enquête auprès d’une quarantaine d’enseignant·es-chercheur·ses hommes et femmes d’une université non parisienne, décrite comme « 1 des 10 premières en nombre d’étudiant-es ».  Parmi elleux, l’auteur repère un douzaine de personnes peu publiantes et en dessine le profil : pour l’essentiel, des hommes et des femmes aux origines sociales plus modestes, dominé·es selon des critères de classe et de race, qui ont mis leur carrière au service du couple – plus précisément du mari. Considérant qu’ils ou elles ne pouvaient pas être promus (localement)  ils ou elles se sont investis sur d’autres activités (enseignement, associatif, famille, etc.). Le faible nombre de publications permet ainsi de repérer les dominations sociales internes et externes à l’université, qui, selon le Code de l’édudcation (article L 123-2), en ses points 3 et 3 bis pour mission de lutter contre les discriminations et construire une société inclusive2.
https://www.flickr.com/photos/stanzim/36660477435/in/photolist-XRywHa-9Frsog-quo1dr-FuWyHL-rEJq34-5JBBWa-LFyZSC-azhEon-HiN1qg-uaC4vA-uqNZd-2TW42y-woUp1W-22mmFSf-zkRRHc-ELTCkD-XKsp6S-zAMbLL-be9np2-74vpt-cJg4gS-9qFzJx-6jRLH5-hJU6bS-5De4EU-hBt2TR-g98JKJ-913rMY-FSdXnk-7285tr-3bg5d3-9YF3Su-76R81j-TvRjqF-Sk4M-dJjnGQ-3kwkNA-5x5B5n-79wjmo-JkKYbs-4VwXHd-a8g3Ne-JmXVVX-aVA4Sr-tYFK-rnSaAR-5DLmFe-2v5E9-aCEZcg-CqaaP

Spring trees, by Stanley Zimmy, 2015

  1. Je renvoie ici à l’introduction de Faire revue, hors-série 2019 de Tracés. Revue de sciences humaines qui renvoie à d’autres références. []
  2. Sur les objectifs et les missions de l’enseignement supérieur, voir le billet de rappel d’Academia. []

Rentrée à l’Université de Limoges : Olivier fulmine

Continuer la lecture

Academia fait sa rentrée masquée. Newsletter de la rentrée 2020

Alors que les étudiants, les étudiantes, les membres de l’enseignement supérieur et la recherche font leur rentrée en cette première semaine de septembre, Academia souhaite à tous et à toutes une belle année d’apprentissage et d’engagement.

https://www.flickr.com/photos/willbeardphoto/3992988883/in/photolist-75R7tV-docXAY-docTBz-75R6d4-dodud6-dodvDR-docYoW-dod5xy-docZp1-dod4hE-75UWeN-5RVvGg-pNg32r-5GM87T-oscFRd-6xFfdK-4pFFB1-72KTbR-nV5HXN-bsFp6n-7JKPcZ-q7hh1G-7Ku82r-ae3PEn-3p5H8V-2iUJWVX-F1EF4-6CgsvN-C6Wqu-CZNn7x-5Z8PKj-2jm7LJr-4BrRQA-3bRW-b6Z6yR-7FikqC-4v7s4P-koNt7-3vN15-8n192F-5sJEyQ-6CgsJq-3uYdy-e347Ho-6Cgsjy-PfyAV-62UokU-MexGd-aFxq8p-62Uoys

Mask, by Will in Nashville, 2009

De son côté, l’équipe – bien fatiguée par l’année qui vient de s’écouler – a choisi de poursuivre l’effort d’information et de coordination qui a été le sien dans sa mobilisation contre la loi de programmation de la recherche dite LPPR. Nous vous présentons, dans ce billet de rentrée, les actions en cours :

Continuer la lecture

Revue de presse : Rentrée sous tension à l’Université, pour Alternatives économiques

L’incertitude sur les modalités de la rentrée se double, chez les enseignants, d’une inquiétude vis-à-vis du projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche et de ses effets sur la précarité de leur statut.

La consigne est tombée le 6 août : le ministère de l’Enseignement supérieur préconise une rentrée (échelonnée sur le mois de septembre) qui donne la priorité au « présentiel » masqué, autrement dit à la présence des étudiants et enseignants dans les locaux. La circulaire prévoit que la distanciation sociale ne soit observée que « dans la mesure où elle n’affecte pas la capacité d’accueil », le port du masque étant obligatoire dans le cas contraire. Reste à savoir si cela rassurera les agents des universités qui, lors du déconfinement, faisaient partie – avec les discothèques ! – des rares établissements où aucune réouverture n’avait été autorisée avant septembre… Cela avait suscité l’incompréhension des enseignants-­chercheurs en particulier, empêchés de reprendre leur activité normale en raison des risques de contagion, alors même qu’on autorisait, voire qu’on incitait, les Français à se rendre dans les magasins et autres centres commerciaux.

Lire la suite →

La vie d’étudiant-e confiné-e. Une enquête par l’OVE

En passant

Toute l’étude se trouve ici.

Résultats

L’enquête menée par l’Observatoire national de la vie étudiante sur le ressenti des étudiant·e·s pendant la période de confinement montre que la crise sanitaire a eu d’importants effets sur leurs conditions de vie : nombreux sont celles et ceux – notamment parmi les plus jeunes – ayant fait le choix de rejoindre leur famille, bénéficiant ainsi, pour une majorité, d’aides plus nombreuses et de conditions de logement dans l’ensemble plus favorables. Ce retour à une forme de cohabitation contrainte par les évènements n’a toutefois pas empêché pour certain·e·s l’existence de conflits ou encore la nécessité de s’occuper d’un proche malade, autant d’éléments qui ont pu perturber le suivi des études. Les signes de détresse psychologiques ont été dans l’ensemble plus nombreux dans la population étudiante pendant cette période de confinement, de même que la consommation d’alcool ou le renoncement aux soins. La formation à distance, mise en place dans la plupart des établissements, a permis de révéler de nouvelles inégalités au sein de la population étudiante : avec le développement des cours en mode distanciel, disposer d’un ordinateur personnel, d’une bonne connexion internet ou encore d’un environnement calme, sont devenus particulièrement essentiels pour la réussite de chacun·e. Les étudiant·e·s étranger·e·s, par l’éloignement de leur famille et leurs conditions de vie et de travail plus précaires, apparaissent ainsi comme les grand·e·s perdant·e·s de la crise sanitaire. La perte ou la diminution de l’activité salariée, l’annulation ou le report des stages ou encore l’interruption des mobilités internationales ont également transformé l’expérience étudiante, fragilisant davantage les catégories les plus précaires. Ces transformations ont également généré des inquiétudes particulièrement importantes parmi les étudiant·e·s en fin d’études, allant jusqu’à modifier, pour certain·e·s, leurs projets d’orientation et d’insertion. Les effets de la crise pourraient ainsi se faire sentir encore longtemps sur la population étudiante.

Recherche : une réforme aux antipodes des attentes du milieu scientifique

Par Sylvie Bauer, professeure des universités, présidente de la Commission permanente du conseil national des universités et Olivier Coutard, directeur de recherches au CNRS, président de la Conférence des présidentes et présidents de sections et commissions interdisciplinaires du Comité national de la recherche scientifique

Les ambitions affichées par le chef d’Etat pour la science sont en contradiction avec le projet de loi porté par son gouvernement. Tant en matière de financement que de réorganisation du secteur.

Tribune. La place de la recherche dans le débat public et dans les transformations de la société fait l’objet de jugements très contrastés de la part de nos responsables politiques. Ainsi un candidat à l’élection présidentielle déclarait-il au printemps 2017 que «nous ne parviendrons à véritablement faire entrer [la France] dans le siècle qui vient, et à aller de l’avant qu’en reconnaissant la part que jouent la connaissance, la recherche, l’innovation, l’enseignement au cœur de la promesse de progrès qui est celle de la République». A l’inverse, un éminent responsable politique déplorait récemment, «en privé» mais devant des journalistes du Monde qui l’ont rapporté, que «le monde universitaire a été coupable. Il a encouragé l’ethnicisation de la question sociale en pensant que c’était un bon filon. Or, le débouché ne peut être que sécessionniste. Cela revient à casser la République en deux».

C’est tantôt beaucoup d’honneur, tantôt beaucoup d’indignité. Et le contraste entre ces deux déclarations est d’autant plus frappant qu’elles émanent… du même homme : l’actuel président de la République. Ses derniers propos rappellent tristement ceux d’un ancien Premier ministre prétendant disqualifier les recherches sur les trajectoires de radicalisation au motif qu’«expliquer, c’est déjà vouloir un peu excuser». De la part d’hommes d’Etat par ailleurs raisonnablement avisés, cette instrumentalisation de la science et des chercheurs dans le débat public est inquiétante.

Financement au long cours

Mais tenons-nous en aux déclarations flatteuses du chef de l’Etat plaçant la recherche au cœur de la promesse républicaine et demandons-nous comment apprécier à cette aune exigeante le projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) rendu public le 7 juin.

En matière de financement, d’abord, il aura donc fallu attendre l’avant-dernier budget du mandat présidentiel pour qu’un «effort inédit depuis l’après-guerre» soit enfin annoncé… à l’horizon 2030 ; entre-temps, le budget de la recherche depuis le début de ce mandat a au mieux stagné. Le Cese, rejoignant en cela de très nombreuses prises de position au sein du monde académique, a d’ailleurs noté dans son avis rendu le 24 juin que la programmation financière annoncée dans le projet de LPPR «n’est pas à la hauteur des défis considérables auxquels notre pays doit faire face» et que l’investissement public dans la recherche doit croître beaucoup plus rapidement que le projet de loi ne le prévoit. De surcroît, celui-ci n’accorde qu’une place insuffisante au financement au long cours de la recherche exploratoire.

Rappelons ensuite une évidence : la recherche, ce sont d’abord les femmes et les hommes qui la font. Or ce projet de loi «de programmation» n’apporte aucune réponse à la situation unanimement dénoncée de pénurie de personnels scientifiques, toutes catégories confondues, qui s’aggrave continûment depuis presque deux décennies. Il autorise les établissements à recruter davantage, mais sans leur en donner les moyens financiers. Il multiplie les contrats de travail précaires plutôt que d’offrir de réelles perspectives d’emploi scientifique stable aux très nombreux jeunes professionnels de grande qualité et excellemment formés qui y aspirent.

Débureaucratisation

En matière d’organisation de la recherche, la débureaucratisation unanimement espérée, et d’ailleurs annoncée, n’est pas au rendez-vous. Rien sur l’instauration d’une pluriannualité des crédits, qui mettrait fin à l’effervescence administrative stérile qui accable laboratoires et établissements chaque fin (et début) d’année. Rien plus généralement sur la simplification de la gestion au jour le jour des laboratoires, qui supposerait la mise en place d’une organisation fondée sur la confiance, complétée bien sûr par la possibilité de contrôles a posteriori, au lieu de la prolifération sans limite de procédures bureaucratiques absurdes. A tout cela s’ajoute le renforcement du financement de la recherche par appels à projets, l’incitation à la prolifération d’établissements expérimentaux et la perpétuation annoncée de la frénésie de reporting alimentée par des établissements toujours davantage préoccupés de benchmark et de communication. L’ensemble ne répond en rien à la situation actuelle calamiteuse dans laquelle une part considérable de l’énergie collective de la communauté scientifique est absorbée par des tâches administratives vaines, au détriment de ses missions fondamentales de recherche, de formation et de diffusion des connaissances.

Continuer la lecture

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search