Ne pas neutraliser les semestres pairs dans les universités : une consigne de la DGESIP

L’ESR dans la tourmente de la loi d’état d’urgence sanitaire #15
Article précédent

Mise à jour 19/4/2020 : lien vers les mesures prises par différentes universités

À mesure que le temps confiné s’étire, les dates des jurys d’examens dans les universités s’approchent, et les questions sur la façon d’évaluer dans les conditions actuelles se font plus pressantes. Comment le faire à distance ? Dans quelle modalités ? comment assurer l’égalité de traitement ? Comment limiter la fraude ? Plus on regarde ces questions, plus les difficultés posées sont évidentes.

Certaines voix se lèvent pour proposer de simplement ne pas évaluer, puisque ça apparaît parfois impossible à faire correctement, et proposent la neutralisation des semestres pairs (les notes de premier semestre servent seules à calculer la moyenne de l’année). Mais si la neutralisation est envisagée à l’échelle des Unités d’Enseignement (UE), par exemple pour des UE de travaux pratiques complètement impossibles à mener à distance, la question de la neutralisation du semestre entier a été écartée notamment dans ma faculté, et je crois assez largement. Sans prétendre que c’est la solution unique à la question de l’évaluation en confinement, il peut paraître curieux que cette option soit écartée plutôt que laissée parmi les possibilités offerte aux formations.

https://www.flickr.com/photos/changfamily168/35852369785/in/photolist-WC9LsD-WFuL6q-rAVja6-223PNtZ-V9VA1U-QwRG1x-6FQRCD-PYeNE2-bYrmJw-fy9ZTH-osxdVS-Ha8h3b-msp8gg-T7qbsX-eUHbwC-CJQ9W2-ZcWeUE-nHDb38-284Gp1f-aWz4LB-cZ1k1w-PaZHLw-eG48t9-SRZVpv-9BdfWK-eXkUcX-eB3R41-LWbJv2-T3vTde-Szbab1-QWeVMA-5UirPF-7ezDY2-KU33x3-eFmN4V-6uu381-d3iCEo-det3Rp-dARmSv-bkkfSR-pGyqhm-LAmHac-oGEoZZ-oDGvBQ-24dNxWd-5KjEji-m1qZer-4xYCBW-8DFYZN-VvoKMT

Moonrise At Walton lighthouse, Liping Photo, 2017

Continuer la lecture

Report des candidatures sur Galaxie : une pétition

Lien pour signer la pétidion

Signatures le 24 mars 2020 à 12h : 1538

Alors que dans le contexte de la pandémie de COVID-19, le gouvernement appelle au confinement, les universités et laboratoires sont fermés, la date limite pour le dépôt des dossiers dans le cadre des concours de maître·sse de conférence (MCF) et de professeur·e (PR) de la session synchronisée est restée le 26 mars. Pour les postes d’assistant·e temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) ou de PRAG/PRCE, cela varie selon les établissements, mais beaucoup de dossiers doivent être renvoyés courant avril.

Il est surprenant que ces dates n’aient pas été repoussées.

De toute évidence, la pandémie actuelle, et les mesures prises par le gouvernement affectent directement le temps de travail des précaires (et des titulaires) de l’ESR, notamment dans la préparation des dossiers de candidature. En effet, la crise sanitaire en cours crée un véritable bouleversement psychique et matériel. Beaucoup de temps est ainsi passé à s’informer, à réorganiser la vie quotidienne, prendre soin de ses proches ou de soi-même. D’autre part, si les conséquences des mesures de confinement affectent tout le monde, elles pèsent plus durement sur les personnes les plus précaires, celles et ceux qui ont des enfants, des parents à charge, ainsi que tou·te·s les autres pourvoyeuses/eurs de soins domestique. Elles renforcent, également, les inégalités préexistantes liées au genre ainsi qu’aux conditions de travail ou de logement variables. Il est en effet bien plus difficile de télétravailler pour les personnes qui vivent dans de très petites surfaces et qui doivent souvent les partager afin de pouvoir payer le loyer.

Continuer la lecture

700 directeurs et directrices de laboratoires de recherchent contestent les principes au fondement de la LPPR

En passant

Recherche : « Notre politique de recherche serait-elle faite par et pour 1 % des scientifiques ? »

Plus de 700 directrices et directeurs de laboratoires de recherche contestent, dans une tribune au Monde, les critères qui président à l’élaboration de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche. Ils préconisent de « renforcer les collectifs » plutôt que de promouvoir « une infime élite œuvrant au profit d’une infime partie des savoirs ».

 

https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/02/10/recherche-notre-politique-de-recherche-serait-elle-faite-par-et-pour-1-des-scientifiques_6029044_3232.html

« A l’université, la population étudiante augmente quand les recrutements chutent (de près de 40 % pour les enseignants-chercheurs entre 2012 et 2018. » Stefan Kiefer / ImageBroker / Photononstop

Tribune. Faute de tenir les engagements budgétaires pris par l’État à l’occasion de l’agenda de Lisbonne (2000), le service public de recherche et d’enseignement supérieur décroche. Son indépendance et sa stabilité sont ébranlées par des pratiques d’évaluation, de management et de gestion empruntées au secteur privé. Les politiques publiques favorisent ainsi les contrats courts et précaires au détriment des emplois pérennes, elles promeuvent la compétition contre la coopération et enjoignent de trouver des résultats rentables aux dépens de la liberté de chercher et de son incertitude radicale.

Le 1er février, confirmant le projet d’élaboration d’une loi de programmation pluriannuelle de la recherche, le premier ministre déclarait : « Gouverner, c’est choisir, et choisir, c’est renoncer ; nous devons donc faire des choix et décider ce qui est le plus important.» On comprend qu’il ne faudra garder que les « meilleurs » d’entre nous. Mais selon quels critères ? Ceux qui obtiennent des prix internationaux ou des labellisations d’« excellence », déposent des brevets, obtiennent de très gros financements européens et font des recherches à haut « facteur d’impact » ?

Soumettant la recherche à une pensée utilitariste et comptable, le management public mesure aujourd’hui la performance à court terme et ne considère le fruit du travail scientifique que par les seuls travaux à haute visibilité et à rentabilité immédiate. Pourtant chacun sait que la recherche ne peut être que le fait d’une vaste communauté, « stars » comprises : aucun « génie » n’existe sans un collectif stable, compétent et à l’abri de la précarité.

Continuer la lecture

Avant le 14 février : démission des responsabilités administratives

 
Cher·es collègues,

Vous trouverez ci-joint une lettre de menace de démission collective de nos responsabilités administratives pour protester contre le projet de Loi de programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR). Cette lettre, déjà signée par plus de 300 collègues, sera publiée prochainement dans la presse.
Il est important que la lettre soit signée par un nombre conséquent de collègues pour alerter sur le rejet que suscite ce projet.
Vous pouvez vous associer à cette action en remplissant le formulaire suivant

Lien vers la plateforme de recensement des signatures

La date limite est fixée au 14 février 2020 au plus tard. Voici, à titre indicatif (et non exhaustif), la liste des responsabilités dont vous pouvez démissionner :

membre des commissions d’évaluation de l’Hcéres, membres des conseils centraux d’universités (CAC, CA, CFVU, CR), directeur·trices d’écoles doctorales, directeur·trices de laboratoires (UP ou UMR), directeur·trices d’UFR, responsables de mentions, de parcours ou de spécialités de Licence et de Master, président·es de jury de diplôme, membres de conseils d’UFR et de conseils de laboratoire, responsables de commissions pédagogiques, des relations internationales, des équivalences, des mineures externes, des stages, membres de conseils de perfectionnement, etc.

N’hésitez pas à diffuser très largement autour de vous.

Comité national CNRS : une motion et un sondage

En passant

À la motion ci-dessous, la Conférence des président-es du Comité national de la recherche scientifique (CP-CN) diligente un

sondage participatif

auprès de TOUSTES les membres de la communauté académique (université, recherche ; titulaire ou non) afin de demander l’appréciation de chacun sur les réformes en préparation, en invitant à prendre connaissance des conclusions des travaux conduits avant l’été par cette instance.

Motion de la Commission permanente du Comité national : sur les dispositions attendues de la LPPR

17 janvier 2020

La CPCN, réunie le 17 janvier 2020, s’inquiète des premières orientations de la loi pluriannuelle de programmation de la recherche (LPPR) telles qu’elles ont été esquissées  par le président de la République le 26 novembre dernier. Celles-ci ne lui paraissent pas de nature à répondre aux principales difficultés et fragilités de la recherche publique française, ni à permettre aux personnels scientifiques de haut niveau exerçant en France — chercheur·e·s, enseignant·e·s-chercheur·e·s, ingénieur·e·s et technicien·ne·s — d’exercer convenablement leur profession et d’exprimer pleinement leurs talents au bénéfice de la Nation.
Certaines des orientations esquissées sont, certes, positives : aboutir à un financement de la recherche à hauteur de 3% du PIB, simplifier le fonctionnement du système en « sortant d’une culture de la défiance a priori », « mieux payer les nouveaux entrants », accroître les taux de succès aux appels à projets de l’ANR…

Continuer la lecture

« La dénomination « maître de conférences » n’est pas valorisante » : sur la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche

Mise à jour: 16 décembre 2019

Les groupes de travail en préparation de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche, dont le vote est prévue au printemps 2020, ont rendu leurs rapports respectifsen septembre 2019. Ils retrouvent une certaine actualité à l’occasion des la polémique lancée par Antoine Petit, président-directeur général du CNRS et d’Emmanuel Macron, président de la République.

Le rapport du Groupe de travail n°2, « Attractivité des emplois et des carrières scientifiques« , dirigé par Philippe Berta, Philippe Mauguin, Manuel Tunon de Lara1 , commence par un constat simple :

  • le niveau de rémunération des emplois de l’ESR, notamment en début de carrière, est très insuffisant, inférieur de près de 40% à la moyenne de l’OCDE. Il est aussi inférieur de près de 35% aux rémunérations des autres corps de rang A de la fonction publique et de plus de 20% de la fonction privée.  Le constat n’est pas différent, sinon pire, pour les personnels administratifs et techniques.
  • Le niveau de rémunération faible est à mettre en regard des moyens, là aussi largement insuffisant. « Or, a indiqué un chercheur français désormais parti à l’étranger, «les moyens, c’est une façon de dire aux gens que ce qu’ils font est important». (p.21).

Continuer la lecture

Appel solennel aux enseignantes-chercheuses et enseignants-chercheurs, chercheuses et chercheurs titulaires de la fonction publique

Nous, jeunes chercheuses et chercheurs précaires, docteures et docteurs sans poste, doctorantes et doctorants appelons les enseignantes-chercheuses et enseignants-chercheurs titulaires de la fonction publique à réagir à la situation dramatique de l’emploi dans le service public d’enseignement supérieur et de recherche.
On ne compte plus les postes de titulaires gelés, voire supprimés, à l’université et au CNRS, alors que les exigences auxquelles les jeunes chercheuses et chercheurs doivent se soumettre et les cohortes d’étudiant-e-s n’ont jamais été aussi élevées. Nous demander toujours plus, pour nous en donner toujours moins, pour nous priver toujours plus d’emplois stables permettant de nous projeter et nous protéger a minima dans nos vies, mais également dans notre travail : cela n’est plus possible. Cette situation n’engendre pas seulement de la frustration : elle casse, elle humilie, elle détruit trop de personnes. 

Continuer la lecture

Vices et vertus de la mobilité : débats mathématiques

Academia, carnet consacré aux sciences humaines et sociales (SHS), s’intéresse aujourd’hui au débat lancé par Olivier Garet et Barbara Schapira à la suite de la publication par le directeur de l’Institut National des Sciences Mathématiques et de leurs Interactions (INSMI) du CNRS, Pascal Auscher, qui précise que « l’objectif de la mission nationale est de maintenir l’école mathématique française au meilleur niveau international. Se pose donc la question de comment faire. Une réponse est la mobilité dans les recrutements ». La réponse de ces deux mathématicien-ne-s mérite que les acteurs des SHS s’y arrêtent. Ils ont aimablement autorisé Academia à le reproduire : nous les en remercions.

La mobilité heureuse*

https://www.flickr.com/photos/maddzakk00/8190818862/in/photolist-dtN65S-23U6TLP-8CCUAM-Yjw11E-fvbUAA-QoziLg-nEAc1s-dL73X3-6iH4vS-Zv3AvU-4VBaTN-28XxCNn-shrxFX-dZ8VJ9-itAyDC-28EaZ62-e4PUJN-95aWhh-25HyWb1-f5byka-cRDnMb-6uH1Ji-8xTuvp-itYr2P-XD5nKK-HeKYuu-dC5a4t-3PuKxJ-nqUtuC-qTfHUM-r529Ld-7S1UHi-bCL6w7-Y63xzT-JJJBB-6xtA7-aXRLSz-bwPtxf-9ZD2cp-23QuUcK-ki19r-qEAs3p-fXoHEG-8A7THS-ao8qFJ-f95kos-SKMs19-5CMLuR-fKq4CL-opSeGF

Train And I was waiting, by Zakk Chaibi, 2012

 

par Olivier Garet et Barbara Schapira

février 2019

*La « maternité heureuse » est l’ancêtre du planning familial

 

Préambule : Nous1 écrivons cette tribune en réaction à un texte de Pascal Auscher, directeur de l’INSMI (Institut de Mathématiques au CNRS). Ce texte, intitulé Position de l’Insmi sur la mobilité au recrutement en Mathématiques2 , a été diffusé dans les laboratoires de mathématiques en janvier 2019.

Le texte de l’INSMI réaffirme avec force sa volonté d’imposer la pratique de la communauté mathématique consistant à promouvoir les MCF et CR en PR et DR uniquement en mobilité, c’est-à-dire dans un autre laboratoire que là où ils exercent au moment de leur promotion. Il y voit un élément important pour la défense des postes en mathématiques.

Ce texte, s’il constitue un simple rappel d’évidences pour certains collègues3 , en a choqué d’autres. Nous souhaitons dans cette tribune nous opposer à ce point de vue, et discuter la notion de mobilité au sein de la communauté mathématique.

La mobilité et le non-recrutement local, de quoi s’agit-il ?

Ne boudons pas notre plaisir de mathématiciennes4 , définissons les termes employés.

Le Larousse propose « Mobilité = changement de lieu de résidence ou d’activité économique ». Dans la vision dominante au sein de la communauté mathématique française, rappelée par l’INSMI, la « mobilité » sous-entend changement de laboratoire lors d’un premier recrutement sur un poste permanent ou lors du passage de rang B à rang A. En particulier, cette « mobilité » suivant l’INSMI n’implique pas forcément de changement de lieu de résidence pour les franciliens5 . D’autre part, cette « mobilité » ne concerne pas les collègues cherchant à changer de laboratoire du fait d’un changement de résidence familiale passé ou futur (mutation pour rapprochement familial).

Continuer la lecture

En finir avec la précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche! une pétition

33% des personnels de l’ESR sont des agent·e·s précaires (40,9% chez les personnels de bibliothèque, technicien·ne·s, ouvrier·e·s, social, santé – BIATOSS) et les contractuel·le·s représentent plus de 30% des enseignant·e·s (un chiffre sous-évalué puisqu’il ne prend pas en compte les chargés d’enseignement vacataires). Tandis que 7150 emplois titulaires ont disparu depuis 2009, le nombre de contractuel·le·s augmentait de 16 600. Ce constat alarmant est le symptôme d’une précarité qui fait office de système de gestion de l’ESR, qui invisibilise les précaires et affaiblit les protections sociales de l’ensemble des agent·e·s, titulaires ou non, en les mettant en concurrence. Ce système met en danger la recherche et la qualité des enseignements dispensés.

Continuer la lecture

Résorber la précarité: propositions sur l’emploi scientifique du Comité national de la recherche scientifique

conrsPar 468 voix sur 475, le Comité national de la recherche scientifique, réuni en séance plénière exceptionnelle, a formulé une réponse ferme à Geneviève Fioraso qui indiquait que les recrutements seraient moins nombreux que précédemment. Appelant de ses voeux un plan pluriannuel de recrutement scientifique, le Comité formule trois propositions engagées en dénonçant la gabegie du système actuel, à une fin: pérenniser l’emploi. Continuer la lecture

Du concours à la promotion: proposition des MCF-HDR qualifiés

Academia vient de repérer une pétition émanant d’un groupe de maîtres.ses de conférénces, disposant de l’habilitation à diriger des recherches et qualifiés pa le Conseil national des universités, dont les propositions originales méritent un examen attentif.

Continuer la lecture