Harcèlement et maltraitance institutionnelle à l’université

 

Le harcèlement est devenu un véritable fléau dans les universités. Il touche tous les personnels. Les femmes en sont les premières victimes. En cause un management de plus en plus délétère, des conditions de travail qui brisent les solidarités, des mesures de prévention très insuffisantes et des plans d’action pour l’égalité professionnelle qui restent anémique.

L’université va mal. Alors que Frédérique Vidal, dans une conférence de presse de rentrée totalement hors sol, célébrait récemment son bilan sur un air de « Tout va très bien Madame la Marquise », des enquêtes et analyses montrent que cette rentrée universitaire est la plus calamiteuse qui soit : la précarité étudiante reste dramatique en l’absence de toute réforme des bourses – promise et oubliée –, les burnout explosent chez les personnels, eux aussi de plus en plus précaires, et les jeunes docteurs sont nombreux à considérer que « la France est un pays sans avenir pour les jeunes chercheurs ». Significativement une enquête en 2020 auprès d’un millier de personnels de l’Université de Strasbourg nous apprenait que 46 % des enseignants-chercheurs, enseignants et chercheurs considéraient que les conditions d’exercice de leurs missions étaient mauvaises alors que 49% d’entre eux étaient pessimistes quant à leur avenir professionnel.

En 2021, avec 30 000 étudiants supplémentaires sans les moyens nécessaires pour les accompagner, les universitaires en sont réduits à gérer la pénurie et à constater une dégradation inexorable des conditions d’étude et de travail. La crise sanitaire a certes fonctionné comme un démonstrateur et un accélérateur de cette dégradation, mais elle ne saurait masquer la violence institutionnelle et la responsabilité historique de l’État lui-même. Depuis 20 ans au moins, les politiques publiques ont méthodiquement saigné, privatisé et précarisé les services publics de la santé et du savoir, l’hôpital et la recherche. L’ironie est cruelle : beaucoup de celles et ceux qui prennent soin de nos corps et de celles et ceux qui fécondent notre esprit sont aujourd’hui en grande souffrance physique et psychique. Si un tel contexte affecte au sein de l’université et de la recherche les personnels de tous statuts, il n’en reste pas moins que les inégalités sont exacerbées et que les salariés les plus touchés sont les précaires et les femmes.

Mantis religiosa. Qui mange qui ? pars Stavros Chatzigiovanakis, 2020

Continuer la lecture

“Que faut-il de plus au CNESER?”. Communiqué des Clasches, 16 septembre 2021

Le 10 septembre 2020 a honteusement rappelé à toutes les victimes de violences sexistes et sexuelles dans l’Enseignement supérieur et la recherche (ESR) que les instances d’appel en matière disciplinaire avaient choisi leur camp – et que ce n’était clairement pas le camp des victimes.

Ce jour-là, le Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER), statuant en matière disciplinaire, a décidé à la majorité absolue de relaxer en appel un enseignant chercheur de l’Université Lyon 2 qui avait été sanctionné deux ans plus tôt pour des faits de harcèlement sexuel perpétrés contre une doctorante qu’il encadrait. En avril 2018, l’Université Lyon 2 avait alors interdit à l’enseignant d’exercer toute fonction d’enseignement et de recherche pendant douze mois, le privant de la totalité de son traitement pour les motifs suivants :

  • « Avoir eu un comportement susceptible de constituer un harcèlement sexuel à l’encontre de sa doctorante au moyen de propos et de gestes déplacés durant le mois de mars 2017 » ;
  • « Avoir encouragé cette doctorante à signer une convention de stage en lieu et place d’une autre étudiante qui, seule, aurait réalisé le stage » ;
  • « Avoir jeté le discrédit sur les collègues composant le comité de suivi institué par l’article 13 de l’arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat » ;
  • « Avoir incité sa doctorante à tromper l’appréciation et la vigilance dudit comité ».

Dans un communiqué de presse du 12 juin 2018, le Clasches s’était d’ailleurs félicité de cette décision, exemplaire en comparaison des dysfonctionnements caractérisant généralement les procédures disciplinaires et de la faiblesse des sanctions prises.

L’exemplarité de la décision était à la hauteur de la robustesse du dossier. La section disciplinaire de Lyon 2 s’était en effet appuyée sur le témoignage de la victime et sur trois enregistrements, par elle-même réalisés, de conversations téléphoniques avec le directeur de thèse. Attentive au respect du droit et de la réglementation en vigueur, la décision disciplinaire concluait que « les faits rapportés concordent » et que « des preuves existent ». Dans un arrêt du 21 juin 2019, en réponse à la demande de suspension de la sanction formulée par l’enseignant chercheur mis en cause, le Conseil d’État avait réaffirmé la validité juridique et le caractère probant d’un enregistrement audio produit à l’insu de la personne dont les propos étaient enregistrés. Pour une fois, la rhétorique de « l’absence de preuves », trop souvent mobilisée pour décrédibiliser la parole des victimes, semblait hors de propos.

Et pourtant… La décision du 10 septembre 2020 du CNESER balaie tout cela d’un revers de la main. Elle ne contient aucune mention des conversations enregistrées. Aucune. Le déni de réalité ne s’arrête pas là : les juges d’appel, dans un retournement des rôles consternant, mettent en doute l’intégrité même de la doctorante, suggérant que la victime souffrait de « faiblesse psychologique ». Appuyant leur décision sur un témoignage mensonger mobilisé par l’enseignant-chercheur mis en cause, malgré la présence dans les pièces du dossier d’éléments contredisant formellement ce témoignage, ils prennent systématiquement le parti de ce dernier et reprennent ses éléments de défense. Y compris lorsque celui-ci incite la doctorante à mentir à son comité de suivi de thèse et à signer une fausse convention de stage. « Même si la démarche de Monsieur X interpelle, les explications du déféré ont convaincu les juges d’appel », indique à ce propos la décision. Une autre manière de dire que les directeurs de thèse, aux yeux du CNESER, ont toute latitude pour s’affranchir souverainement et impunément des règles déontologiques et des normes juridiques.

On peut ainsi voir dans cette relaxe un dernier coup porté aux victimes de violences sexistes et sexuelles dans l’enseignement supérieur qui peuvent se résumer ainsi : « Quelles que soient les preuves que vous accumulez, quelles que soient les sanctions qui sont prises en première instance contre nos pairs, nous ferons tout pour les protéger et protéger notre pouvoir. »

La lutte réelle et effective contre les violences sexistes et sexuelles dans l’ESR, d’abord portée par les victimes et leurs soutiens, concerne toutes ses actrices et acteurs – y compris les titulaires, y compris les professeurs des universités, y compris les membres du CNESER.

Télécharger ce communiqué de presse en PDF

Pour aller plus loin

  • Harcèlement à Lyon-2 : contre-enquête sur la relaxe d’un professeur“, par Eva Thiébaud, Mediacités Lyon – Suspendu en 2018 suite à des accusations de harcèlement formulées par une doctorante, un professeur de Lyon-2 a obtenu gain de cause en appel devant le conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche. Problème : selon les informations de Mediacités, la décision repose sur des éléments faux ou sujets à caution.

“Une machine bureaucratique qui fait trop d’évaluations” : le Hcéres selon la Cour des comptes

Clap de fin d’année universitaire pour le HCERES qui termine cette désastreuse séquence inaugurale de l’ère Coulhon par une opération de communication soigneusement orchestrée : interview à tout va de son Président dans différents médias spécialisés1, sortie de son rapport annuel sur papier glacé réalisé par une agence de pub, communication web vibrionnante, etc… Objectif unique : montrer « quoi qu’il en coûte » que le HCERES est « utile » à l’ESR et qu’il “n’est pas une machine bureaucratique qui fait trop d’évaluations” (sic), d’après les mots mêmes de celui qui le dirige depuis maintenant près de neuf mois.

Les bureaucrates de l’inutile

Il faut dire que la principale attaque ne vient pas, ces dernières semaines, des vilains enseignants-chercheurs islamo-gauchistes qui ravagent l’université française ou des hackers russes, trop occupés à saboter les grandes œuvres de Jean-Michel Blanquer. Non, l’ignoble estocade vient…des très sérieux juges de la Cour des Comptes. Le texte de leur référé qu’ils ont adressé en mars dernier à Matignon est un véritable démontage en règle des activités du haut conseil. Largement commenté lors de sa parution, le premier paragraphe du référé se doit être cité in extenso :

Les rapports d’évaluation du Haut conseil ne jouissent pas, dans le milieu académique, d’une réputation à la hauteur de l’effort consenti. Menés sur la base de référentiels très normés et de procédures particulièrement longues, les travaux d’évaluation pèsent sur les établissements et plus encore, sur des unités de recherche déjà chargées en travaux non scientifiques ».

Étonnante diatribe qui dit tout ou presque, avec économie des mots chère à la rue Cambon : défiance de la communauté vis-à-vis du machin, bureaucratie chronophage et papivore, inutilité des évaluations, perte de temps pour tous les acteurs de l’ESR, etc… La Cour dresse ainsi le portrait d’un véritable monstre bureaucratique que plus personne ne semble contrôler et tire le signal d’alarme : « L’inflation du nombre des rapports […] s’avère aujourd’hui intenable : pas moins de 5 185 rapports ont été produits entre 2017 et 2019 soit entre quatre et cinq par jour ». On imagine avec amusement la tête du magistrat qui a sorti sa calculatrice et qui a tapé : 5185/3/365 = 4,7 ! Et encore, le réquisitoire de la Cour des comptes ne tient pas compte de l’inflation des recrutements de ces derniers mois initiée par la nouvelle gouvernance. C’est simple, on n’arrive plus à suivre le rythme effréné de publication des offres d’emplois destinés à gonfler cette technostructure de l’inutile : directeurs et chefs en tous genres, chargés de projets, coordinateurs, secrétaire général adjoint,…. Le HCERES, c’est dorénavant une véritable armée mexicaine, les ponchos et les sombréros en moins.

Continuer la lecture

  1. Nous n’en ferons pas ici la promotion. []

Le CNESER rejette la réforme INSPÉ

Le CNESER du jeudi 8 juillet, réuni en formation permanente, doit émettre un avis sur la “soutenabilité” des offres de formation des INSPE en charge de mettre en œuvre la réforme de la FDE.

Les enjeux de la “réforme” de la formation des enseignant·es et des CPE étaient d’« attirer » des candidat·es, de « mieux former » et de « mieux recruter ». Les dossiers présentés prouvent qu’on en est loin. L’évolution de la formation se traduit finalement par la précarisation des étudiant·es, les inégalités de traitement, la fragilisation des équipes de formateurs et de formatrices, la désorganisation du schéma de formation et un localisme généralisé. 

La logique d’économies à tout prix l’emporte sur les considérations pédagogiques, la qualité et la pertinence de la formation et a pour conséquences :

  • Une insécurité des parcours de formation des stagiaires qui seront projetés à la rentrée d’une maquette de formation à une autre, inadaptée à leurs besoins ;

  • Une concurrence de fait qui s’instaure entre masters MEEF rendus dissuasifs par la charge de travail et une faible plus-value et masters disciplinaires pouvant intégrer des préparations aux concours ;

  • Des inégalités fortement développées selon les territoires, les INSPÉ et les sites avec maquettes, moyens et modalités de stage et de suivi très variables.

Le CNESER estime que cela conduira à une désarticulation des dimensions professionnelle et universitaire de la formation, avec une perspective de décrochage entre un premier degré « axé sur le professionnel » et un second degré « axé sur l’académique ». 

Étant donné les nombreux problèmes que pose la réforme, il sera de toutes façons nécessaire de rouvrir le chantier de la Formation des enseignant·es et CPE et d’engager rapidement de réelles négociations. 

Pour toutes ces raisons, et tout en saluant la mobilisation des équipes pour leur élaboration, le CNESER refuse de se prononcer sur les dossiers présentés aujourd’hui.

VOTES : 18 POUR / 0 CONTRE / O ABSTENTION / 3 NPPV (CPU et FO-ESR)

Signataires : SNESUP-FSU, SNCS-FSU, SNASUB-FSU, SGEN-CFDT, l’Alternative, SUP RECHERCHE UNSA, CGT, UNEF

Contrôler les nominations au HCERES. Courrier d’ADL, 4 juin 2015

#ResistESR

“Islamo-gauchisme” à l’université : la ministre Frédérique Vidal accusée d’abus de pouvoir devant le Conseil d’Etat. Le Monde, 10 juin 2021

Six enseignants-chercheurs ont déposé en avril un recours devant le Conseil d’État. La ministre de l’enseignement supérieur va devoir justifier sa décision d’ouvrir une enquête sur l’”islamo-gauchisme à l’université”.

Lire la suite sur Le Monde

Extraits.

Qu’est devenue l’enquête sur “l’islamo-gauchisme à l’université” voulue par la ministre de l’enseignement supérieur ? Le 14 février, Frédérique Vidal annonçait sur CNews qu’elle allait demander, notamment au CNRS”, de mener une enquête portant sur “l’ensemble des courants de recherche” en lien avec “l’islamo-gauchisme” à l’université. Deux jours plus tard, à l’Assemblée nationale, elle confirmait la mise en place d “un bilan de l’ensemble des recherches” en vue de “distinguer ce qui relève de la recherche académique et ce qui relève du militantisme et de l’opinion”.

Quatre mois ont passé et c’est le silence complet. Sollicité par Le Monde à de multiples reprises, l’entourage de la ministre refuse d’indiquer si une enquête a été lancée et, le cas échéant, à qui a été confié le soin de la mener, le CNRS ayant décliné la demande.

Continuer la lecture

Fermeture des archives : la recherche universitaire prise dans le tourbillon sécuritaire

Le projet de loi relatif à la prévention des actes de terrorisme et au renseignement (PATR), qui sera examiné en hémicycle par l’Assemblée nationale à partir de cet après-midi, 1er juin 2021, ne rencontre pas un écho à la hauteur du danger pour les libertés qu’il représente.

C’est vrai que ce texte – qui est une grande juxtaposition de mesures de surveillance et de contrôle réclamées par les administrations du renseignement et de la sécurité – est non seulement incompréhensible à lire, mais il est, en plus, examiné dans des conditions d’urgence telles qu’elles empêchent tout véritable travail parlementaire. Le communiqué de La Quadrature du net du 27 mai dernier en résume bien le contenu, en quatre volets :

  • Le projet fait entrer définitivement dans le droit commun certaines des mesures de l’état d’urgence (assignations à résidence et perquisitions administratives, en particulier) et crée une “mesure judiciaire de prévention de la récidive terroriste et de réinsertion” ;
  • Il pérennise les dispositifs introduits à titre expérimental par la loi sur le renseignement du 24 juillet 2015, et notamment la surveillance automatisée de l’ensemble des réseaux par des “algorithmes” au fonctionnement secret, chargés de “détecter des menaces de bas du spectre” ;
  • Il réforme l’obligation de conservation généralisée et indifférenciée des données de connexion des Français·es, pour tirer les conséquences de l’arrêt du Conseil d’État du 21 avril dernier ;
  • Il introduit un très grand nombre de mesures d’ajustements du livre VIII – celui sur le renseignement – du code de la sécurité intérieure, d’apparence étroitement techniques, mais qui ont toutes pour point commun d’étendre les prérogatives, déjà gigantesques, des services de renseignement et de sécurité.

Indiscutablement, ce projet de loi est l’un des pires textes produits par l’antiterrorisme et le renseignement en France, poussant plus loin que jamais la bascule “préventive” qui fait de chacun·e des habitant·es de ce pays un·e suspect·e à surveiller.

Nuclear Plant – 26Dec06 (Germany). Crédit: Philippe Leroyer

La fermeture des archives publiques

C’est au beau milieu de ce texte sécuritaire qu’il a été choisi d’introduire, en plus, un article sur l’accès aux archives publiques, qui percutera directement le travail de nombreu·ses universitaires. Il s’agit de l’article 19.

Continuer la lecture

Baisse des frais d’inscription, mode d’emploi

  • de notre correspondant à l’ENS de Lyon

À rebours de ce qui se fait un peu partout, le CA de l’ENS de Lyon a voté cette semaine une baisse des frais d’inscription pour son diplôme d’établissement.

Le diplôme de l’ENS

Pour comprendre ce qui s’est passé, il faut rappeler que dans les ENS, il y a deux catégories de normalien·nes :

  • les élèves, entré·es sur concours et fonctionnaires ;
  • les étudiant·es, recruté·es sur dossier et non-fonctionnaires, ne bénéficiant donc pas d’un salaire.

Leur point commun est d’être inscrit·es à un cursus en quatre ans a.k.a. le “diplôme de l’ENS”, un diplôme d’établissement aussi critiqué qu’onéreux. Contre le paiement de frais d’inscription de 213€ par an en plus des diplômes nationaux, les normalien·nes obtiennent le fameux sésame. Une scolarité à l’ENS de Lyon coûte donc près de 2000€, voire plus selon les éventuelles césures et doubles-inscription, pas mal pour une école censée représenter le fleuron du service public !

À Lyon, il y a eu de nombreuses critiques contre la cherté du diplôme et sa complexité : le coût n’apparaissait pas comme justifié par rapport à la valeur ajoutée du diplôme sur les diplômes nationaux. Et c’est à la base du vote du CA par mail du 25 mai, où les frais d’inscription pour les étudiant·es non-fonctionnaires ont été divisés par deux.

https://www.flickr.com/photos/pattipics/6215910273/in/photolist-athayM-ahUXPN-ff7msa-N6Riw7-B2UaKy-KnPq-ojB4J-2d9eva-5hQSnv-FFph46-dwrWRS-e1oBba-2rmN4-q1d6C-CwBm75-5rarAd-49Qjd5-ceWEku-7hhSjK-62jVxU-bFe4Q5-SY9Jik-4wQ7CB-bk6esc-7siA1n-GqxfgF-nEdxXx-4zWYGK-65yuWc-87fKeL-4FiCjs-bxs4hF-5hVdUJ-ycisYy-Dsxzpy-HjnuAJ-rTdZee-2CdLC8-kgf7Zr-dbvRbq-KnNX-6zL6gv-pQ4JPg-eiuEFz-kghxff-Hpd2yr-dp7nTf-dqLn6r-Ypmh6-ugD66u

Spider plant. Patti Haskins, 2011

La jolie mode des Conseils d’administration par mail

En 2021, le président de l’ENS de Lyon a décidé de lancer une nouvelle mode, le CA par mail, déjà réuni sur des périodes représentant au total un mois et demi depuis le 20 janvier 2021, car les administrateur·ices sont des personnes très disponibles qui n’ont aucune activité annexe à leur mandat d’élu·e1.

Cette semaine, ce CA était donc réuni pour aborder la question des frais d’inscription au diplôme de l’ENS. Les étudiant·es ont proposé un amendement pour que les non-fonctionnaires bénéficient d’un demi-tarif à 107€. 

Continuer la lecture

  1. C’est pourquoi ils et elles n’ont pas, et n’ont pas besoin de décharge, pour exercer leur mandat. []

Au sujet de la proposition de loi visant à accélérer l’égalité économique et professionnelle: LPR et mécanismes du patriarcat

Le 23 avril 2021, Céline Bessière et Sibylle Gollac ont été auditionnées par la commission des Affaires sociales de l’Assemblée Nationale et Marie-Pierre Rixain,députée de l’Essonne, rapporteure sur la proposition de loi visant à accélérer l’égalité économique et professionnelle. Voici le texte de l’exposé présenté lors de cette audition.

Madame la rapporteure,

Mesdames et Messieurs les député·es,

Tout d’abord, nous vous remercions pour l’intérêt que vous portez à notre travail. Nous sommes heureuses de contribuer aux travaux de l’Assemblée Nationale sur le sujet d’importance que constitue l’égalité économique et professionnelle entre les femmes et les hommes.

Les élu·es ont donc encore besoin de la recherche publique ?

L’expertise que vous sollicitez auprès de nous aujourd’hui est le résultat de vingt années de recherche. Ce travail a débuté bien avant que le constat de l’augmentation des inégalités de patrimoine entre les femmes et les hommes ne soit établi. Les modalités d’accumulation et de transmission des patrimoines familiaux, leurs liens avec l’organisation de la production domestique, n’intéressaient à l’époque qu’une poignée de chercheuses et chercheurs. Nous avons eu la chance de mener notre travail au seul gré de l’évolution de nos questionnements scientifiques. Nous avons eu aussi la chance de collaborer avec des collègues bénéficiant de la même liberté, en coopération et non en compétition. C’est ainsi qu’ont pu être produits les résultats scientifiques que nous mobiliserons ici. Aujourd’hui, avec la mise en œuvre de la loi de programmation de la recherche, cette autonomie scientifique comme nos possibilités de mener des recherches collectives sont plus que jamais mises à mal. Certes, vous trouverez toujours des experts ou des expertes pour vous indiquer où changer une virgule dans tel alinéa de tel article de tel projet de loi. Mais il arrivera un jour où vous ne trouverez plus de chercheur ni de chercheuse pour vous ouvrir les yeux sur des réalités qui vous sont inconnues ou pour changer votre regard sur le monde qui vous entoure.

Pour lire la suite de l’audition

Le directeur de cabinet de Frédérique Vidal manifeste contre la décision du Conseil constitutionnel

A Nice, Estrosi et le directeur de cabinet de Frédérique Vidal soutiennent les policiers contre l’Etat de droit

Christian Estrosi a pris la pose, vendredi 21 mai, entouré de quelques-uns de ses adjoints, venus eux aussi soutenir les policiers municipaux rassemblés place Masséna, à Nice (Alpes-Maritimes). Sur la photo de l’événement, on aperçoit Anthony Borré, son ancien directeur de cabinet, devenu premier adjoint chargé de la sécurité ; Gaël Nofri, ex-conseiller de Marine Le Pen, aujourd’hui adjoint délégué à la circulation ; ou encore Graig Monetti, qui partage son temps entre la mairie de Nice, où il est délégué à la jeunesse, et le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, où il est chef de cabinet et conseiller spécial de Frédérique Vidal1.

Tous sont là pour « protester, selon les mots du maire de Nice, contre la censure du Conseil constitutionnel sur l’expérimentation de pouvoirs accrus aux polices municipales pour mieux protéger nos concitoyens ». La veille, l’institution du Palais-Royal a en effet censuré totalement ou partiellement plusieurs mesures clés de la loi dite « Sécurité globale », dont l’article relatif à l’usage de la vidéosurveillance par drone. Une décision qui passe mal auprès de Christian Estrosi, qui a tout récemment renforcé le dispositif sécuritaire de sa ville – qui compte déjà plus de 3 400 caméras de vidéoprotection – avec trois drones, acquis pour 64 000 euros.

Gaël Nofri, Christian Estrosi, Anthony Borré et Graig Monetti avec les policiers municipaux de Nice, le 21 mai. ©Twitter/@cestrosi

Lire l’article sur Mediapart

  1. Nous soulignons. []

Décision du ministère de l’Enseignement Supérieur de transférer les certifications en anglais aux universités et IUT : réaction de l’Association des professeurs de langues vivantes (APL) , 11 mai 2021

  • communiqué paru sur le site du APLV, 11 mai 2020

Le MESRI (ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation) vient d’informer les présidents d’université et directeurs d’IUT (voir pièce jointe) de la dénonciation du contrat que l’Etat a passé avec l’entreprise PeopleCert pour certifier le niveau en langue anglaise des étudiants.

L’APLV, comme de très nombreuses associations de linguistes et syndicats d’enseignants, a dénoncé dans un premier temps la décision du gouvernement d’imposer de telles certifications, puis la passation du marché avec PeopleCert, une entreprise peu connue et à l’éthique douteuse, d’après les enquêtes de différents journaux.

Continuer la lecture

Rapport sur le recrutement d’EC : entretien avec Syvie Bauer

  • AEF, 27 avril 2021. Extraits de l’entretien avec Sylvie Bauer, présidente de la CP-CNU

“Quelle est la finalité de ce rapport ? Si c’est ouvrir des discussions, je m’en réjouis”, réagit Sylvie Bauer, présidente de la CP-CNU, après la publication du rapport Blaise-Gilli-Desbiolles sur le recrutement des enseignants-chercheurs. “On souhaite qu’il soit un outil de travail préliminaire à de vraies discussions et concertations, et que les choses ne soient pa

“Pas de grande surprise : le fil rouge du rapport est davantage de renforcer l’autonomie des universités et le pouvoir local que la confiance – puisque les auteurs parlent de culture de la défiance”, estime Sylvie Bauer, présidente de la CP-CNU interrogée par AEF info sur les préconisations du rapport sur le recrutement des enseignants-chercheurs réalisé par Fabienne Blaise, Pierre Desbiolles et Patrick Gilli. “Les présidents d’université ont déjà la maîtrise du recrutement, mais ils sont désormais voués à devenir des chefs d’entreprise.”

Continuer la lecture