Faire grève dans l’ESR

Comment faire grève dans l’ESR ? Avec la multiplication des statuts, il n’est pas toujours simple de s’y retrouver. Suite à un fil de JS Carbonell faisant le point, voici un certain nombre de ressources syndicales et non-syndicales1

  • À tout seigneur tout honneur,les explications du Ministère lui-même (pour les titulaires) — NB. C’est à l’administration de constater l’absence de l’agent·e et de lui demander le motif de cette absence mais en aucun cas à l’agent·e de faire le travail de sa hiérarchie. Le ministère n’indique pas de dispositif pour faire remonter le nombre de grévistes au niveau national.
  • La fiche juridique de la CGT FercSup et son équivalent sur le site confédéral CGT
  • Le mémo du SNESUP
  • le Manuel d’autodéfense universitaire, réalisé par un collectif, diffusé par Université ouverte, à destination des non-titulaires et de leurs allié·es.
https://twitter.com/AuroreKoechlin

Crédit: A. Koechlin, 2022

 

 

  1. Merci à JS Carbonell, N. Pinsard, M. Sonnette. []

Patrimoine immobilier en mauvais État. Rapport de la Cour des comptes, 11 octobre 2022

La Cour des comptes vient de rendre un rapport sur l’immobilier universitaire au moment où le gouvernement envisage la dévolution de ce dernier.

Extraits. Second poste budgétaire des universités après la masse salariale, le patrimoine immobilier est un facteur stratégique de première importance pour l’insertion des universités dans leur territoire et un élément central pour l’accueil des étudiants et l’exécution des objectifs scientifiques Il est également au cœur de la question de l’autonomie des universités Pour l’État, l’enjeu n’est pas moindre, puisqu’il reste très majoritairement propriétaire des biens immobiliers universitaires (82 % de l’ensemble)1
Il doit, comme les universités, faire face à l’indispensable remise à niveau de
ce patrimoine dont un tiers est dans un état peu ou pas satisfaisant et qui ne répond que rarement aux besoins de sobriété énergétique Ce patrimoine représente 18 millions de m2 de locaux (surface hors œuvre nette), dont 78 % sont consacrés aux activités d’enseignement ou sportives.

L’immobilier universitaire. Rapport de la Cour des comptes, 11/10/2022. Annexe 2, p. 90

Continuer la lecture

  1. Répartition de la propriété de l’immobilier universitaire: État 82 %; Collectivités territoriales 12 %; Universités 3 %; Tiers 3 %. Source : DIE. []

Montpellier : Confrontée à des étudiants “sans facs”, la ministre Retailleau prend la fuite.

Jeudi 13 octobre 2022, Sylvie Retailleau, ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, était en déplacement à Montpellier afin d’annoncer un nouveau plan concernant la santé étudiante. Dans cette ville qui est le théâtre chaque année de mobilisations d’étudiants sans affectation en Licence et Master, le syndicat étudiant local, le SCUM (Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier), est parvenu à s’introduire dans un des lieux de la visite ministérielle afin de faire entendre ses revendications. La réaction a été plutôt surprenante d’après le SCUM : “la ministre visiblement surprise, s’est littéralement enfuie par une porte dérobée”.

Voici ici le communiqué du syndicat étudiant de Montpellier :

—————————————————————–

La ministre Sylvie Retailleau à Montpellier :  interpellée par le SCUM, elle prend la fuite.

Sylvie Retailleau, ministre de l’Enseignement Supérieur, était à Montpellier ce jeudi 13 octobre.

Les étudiantes et étudiants sans-fac et le SCUM (Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier) étaient présents pour lui faire entendre les revendications étudiantes : non à la sélection sociale, et non à la mise en place de Parcoursup Master !

La visite de la ministre était l’occasion pour elle de se faire une publicité sur les quelques euros donnés pour la santé étudiante, en guise d’aumône. Aussitôt arrivée au Centre de soins universitaire devant lequel les étudiantes et étudiants du SCUM l’attendaient, la ministre visiblement surprise, s’est littéralement enfuie par une porte dérobée.

Le mépris et la fuite ne pourront pas toujours être là seule réponse du gouvernement face aux revendications étudiantes.

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.com – syndicat.scum@live.fr

Inflation. Le MESR présente la facture… aux universités

Vous aviez aimé les circulaires d’Anne-Sophie Barthez pendant le COVID ? La DGESIP est de retour avec une merveille dans le genre : des bricoles pour les étudant·es, mais aucune compensation de la hausse du point d’indice des agent·es, aucune compensation pour la hausse de l’énergie, aucun plan énergétique pour les bâtiments, interdiction de diminuer les investissments recherche, de dégrader les conditions d’enseignement ou de geler les recrutements. Mais une invitation : celle de taper dans les caisses des fonds de roulement.

Après “La bamboche, c’est erminé !”, on a donc “La vraie misère est la misère de l’âme”?

Circulaire_MESR_28sept2022 – version .pdf


Sur Academia

Inspe Orléans. Démission de la direction après fermeture non concertée

De: secretariat-direction.inspe*AT*univ-orleans.fr
Objet: [enseignantstitulaires.inspe] Message de Sébastien Pesce, Walter Badier, Pascale Catoire
Date: 29 septembre 2022 à 16:44:56 UTC+2
À: biatss.inspe*AT*listes.univ-orleans.fr, enseignantstitulaires.inspe*AT*listes.univ-orleans.fr

Chères et chers collègues,
 
Le président de l’université d’Orléans a pris la décision de fermer définitivement le centre de formation INSPÉ d’Orléans Saint Jean, et de déplacer ses activités, ses usagers et ses personnels vers le centre de formation de Bourgogne.

Université d’Orléans. Site Saint Jean. Tous droits réservés

 
Cette décision, justifiée par le président de l’Université par des arguments économiques, va imposer aux usagers et aux personnels une situation extrêmement précaire, et aura un lourd impact sur les conditions de travail des personnels, sur la qualité de la formation et sur l’expérience quotidienne de nos étudiants et stagiaires. 
 
Nous sommes en désaccord profond avec cette décision, ainsi qu’avec les méthodes utilisées pour l’imposer. Malgré notre insistance, le conseil de l’institut n’a pas été associé à cette réflexion. À notre connaissance aucune instance n’a été saisie par la gouvernance et n’a pu délibérer, ni voter, sur ce projet. Si le CHSCT a pu se positionner, c’est uniquement grâce à une saisine signée par les personnels des deux sites orléanais. L’avis du CHSCT, défavorable à un déménagement immédiat, a été ignoré. 

Le président de l’Université de Paris-10 Nanterre alerte sur « une sous-dotation qui ne permet plus l’accomplissement dans des conditions acceptables de nos missions de service public »

Comme vous le savez l’établissement est engagé dans un travail de fond sur l’évaluation de ses besoins en termes de soutien de l’Etat, et alerte avec vigueur la tutelle, depuis plusieurs mois, sur la gravité de la situation. Celle-ci peut être décrite très simplement comme une sous-dotation qui ne permet plus l’accomplissement dans des conditions acceptables de nos missions de service public.

C’est sur cette base que nous avons obtenu, d’abord fin 2021 puis cet été, des soutiens en termes de moyens, au total 2,7 millions d’euros, dont 1,7 pérenne. Ce n’est nécessairement qu’une étape, et nous poursuivons ce travail, appuyé par un conseil sollicité au niveau de France Universités et en relation étroite avec le rectorat de région académique. Il s’agit de s’inscrire dans une démarche globale pluriannuelle et de spécifier exactement ce qui justifie nos besoins.

Continuer la lecture

Fermetures à l’université de Strasbourg. Motion de l’Assemblée générale des personnels et étudiant·es, 29 septembre 2022

Les étudiant·es et personnels de l’Université de Strasbourg réunis ce 29 septembre 2022 en Assemblée générale demandent instamment au président Michel Deneken de faire savoir officiellement et publiquement qu’il renonce à son projet de fermeture de l’université pendant deux semaines cet hiver. Ils lui demandent également de réclamer au ministère les sommes que l’État doit à notre établissement ainsi que toutes celles qui sont nécessaires pour faire face à la crise économique et énergétique. Ils demandent enfin à la communauté universitaire de ne pas mettre en œuvre les modalités d’application des fermetures.

Sur la (re)conversion des ministres Vidal et Blanquer et sur quelques traditions exorbitantes

Update 25/09/2022publication initale 9/8/2022

Que deviennent nos anciens et anciennes collègues universitaires lorsqu’iels quittent leur poste de ministre ? Après leur départ de leur ministères respectifs et, pour Jean-MIchel Blanquer, un échec au premier tour des législatives, nous avons quelques nouvelles.

Frédérique Vidal s’est vue refuser un emploi à la SKEMA Business school par de la Haute Autorité  de la Transparence et de la Vie Publique.

Les relations entretenues entre cette association d’enseignement supérieur privé et l’ancienne Ministre étaient au beau fixe. Cette école de commerce est “membre fondateur” de l’organisme qui a précédé Université Côté d’Azur dont elle est désormais simple partenaire est devenue une entreprise1 florissante, avec l’aide de l’ancienne présidente de l’Université de Nice : Frédérique Vidal a décoré Anne Guilhon, la présidente de Skema, de l’Ordre national du mérite. Selon la décision désormais publiée de la HATVP2.

Ainsi, en 2019, le ministère a renouvelé par arrêté la qualification d’établissement d’enseignement supérieur privé d’intérêt général. En 2020, deux arrêtés fixant la liste des établissements d’enseignement supérieur autorisés à délivrer un diplôme visé par le ministre chargé de l’enseignement supérieur et pouvant conférer le grade de master à leurs titulaires concernaient Skema Business School. Un contrat pluriannuel pour la période 2020-2024 a été conclu avec cet établissement et chaque année, entre 2019 et 2021, des conventions financières et avenants ont fixé les subventions attribuées par l’État à cet établissement. Sur ce dernier point, la Haute Autorité observe que la subvention accordée pour l’année 2021 a fait l’objet d’une augmentation de 20%.

Ces subventions dépassaient déjà annuellement 1, 6 M d’euros3, atteignant presque 2M en 2021.

Selon Newstank (dépêche du 23 juin 2022), l’avis de la Haute autorité n’a d’abord pas été rendu public,

La HATVP a ainsi été saisie, comme elle l’est systématiquement lorsqu’un ministre souhaite rejoindre le secteur privé dans les trois ans suivant la fin de ses fonctions. Celle-ci a rendu un avis d’incompatibilité qui a entrainé l’abandon du projet. Sollicitée par News Tank, la HATVP précise que ses avis ne sont pas rendus publics, sauf exception « à des fins de pédagogie sur notre fonctionnement », comme dans le cas de Jean-Baptiste Djebbari, ancien ministre des transports.

La HATVP a cependant publié un second avis au sujet du projet de Frédérique Vidal de « rejoindre l’association Fondation européenne pour le développement du
Management (EFMD) en qualité de conseillère spéciale de son président ». Ce n’est pas au titre de prise illégale d’intérêt, mais bien pour “encadrer les futures relations professionnelles de l’intéressée afin d’éviter toute risque de mise en cause du fonctionnement indépendant et impartial de l’administratio
n”. En effet, Frédérique Vidal serait susceptible, dans un tel emploi, d’approcher le gouvernement français au sujet de la réglementation touchant à l’enseignement supérieur privé. Ce deuxième emploi est donc exclu également.

Frédérique Vidal va-t-elle retrouver son poste de professeure de biologie moléculaire à l’Université de Côte d’Azur et assurer ses 192h d’enseignement et son mi-temps de recherche ?

*
*  *

Toujours d’actualité, le retour de Jean-MIchel Blanquer à l’université défraye la chronique. Le 14 septembre 2022, l’ancien ministre et recteur, qui avait quitté l’Université de Paris-3 depuis 18 ans, est revenu faire cours à Assas Université, “à l’issue d’une procédure dont la plupart des universitaires, même spécialisés, n’avaient jamais entendu parler” — sinon qu’elle est du fait du prince (L’Express, 22 septembre 2022)

Life giving Sun or the Death Star? Credit: Clint Budd, 2017

Continuer la lecture

  1. Au regard des ressources de l’établissement, majoritairement privées, du marché fortement concurrentiel des écoles de commerce et du dispositif d’incubation-accélération « Venture Factory » déployé par l’établissement, cette association doit être regardée comme une entreprise“. Avis 2022-135, HATVP []
  2. Précisons que le premier avis (135) navait pas été initialement publié, mais que les deux avis sont désormais disponibles sur le site de la HATVP à des “fins pédagogiques”, pour reprendre les termes rapportés par Newstank. []
  3. 1 985 200 euros de subventions pour l’année 2021, 1 637 000 euros pour l’année 2020 et 1 636 800 euros pour l’année 2019″. []

Ni chauffage, ni postes, ni financements supplémentaires. De l’abandon des universités par le gouvernement à la rentrée 2022 : une revue de presse

  • Sylvie Retailleau, ministre de l’enseignement supérieur : « Nous devons reconnaître le droit de se tromper et de se réorienter après une année d’études », par David Larousserie et Soazig Le Nevé, Le Monde, 15 septembre 2022

Extraits. Le système tient grâce aux contractuels qui assument parfois jusqu’à la moitié des enseignements en première année de licence. Peut-on continuer ainsi ?

Il faut d’abord remettre l’étudiant au centre et se demander s’il dispose vraiment des enseignements dont il a besoin en entrant en premier cycle, en matière de transition écologique par exemple. Faut-il consacrer d’abord des moyens au recrutement d’enseignants-chercheurs ou bien peut-être plutôt de directeurs des études, d’ingénieurs pédagogiques, qui sont autant de fonctions support qui soulagent les enseignants ?

Lors de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron a souhaité que la loi pour la recherche (LPR) aille « plus vite et plus fort ». Une nouvelle trajectoire budgétaire n’est-elle pas prévue, ne serait-ce que pour couvrir l’effet de l’inflation ?

Il faut d’abord faire un bilan, comme le prévoit la loi. Nous réunirons avant Noël le comité de suivi de la LPR pour pouvoir faire ce bilan au printemps 2023. A partir de là, si nous pouvons accélérer, nous mettrons l’accent en priorité sur les mesures concernant la revalorisation des carrières. Mais accélération ne signifie pas uniquement rajouter des moyens.

Continuer la lecture

CHSCT MESR. Avis votés en séance plénière du 21 juillet 2022

Au vu de l’importance des avis votés par le CHSCT MESR du 21 juillet 2022, qui nous concerne tous et toutes — à l’exception visiblement de la Ministre Retailleau, absente — comme agent·es et étudiant·es, Academia les publie dans leur intégralité.

 

Crous(pace)tertre à Nantes

Continuer la lecture

Mécène fantôme, mécène fantoche — BNP Paribas, financeur quasi-exclusif de la licence Sciences pour un Monde Durable

Grâce à une décision de justice, nous avons enfin les montants versés par les deux mécènes de la licence BNP !

Après deux ans de bataille judiciaire, le Tribunal administratif de Paris a ordonné à l’Université PSL de nous communiquer les montants du financement de BNP Paribas et Foncia pour la licence « Sciences pour un monde durable ».

PSL nous a enfin envoyé les montants du financement de la licence BNP. C’est atterrant, bien pire que tout ce que nous pouvions imaginer.

7.985.129 € sur 6 ans pour la BNP.
300.000 € sur 3 ans pour Foncia.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : Foncia, avec un montant presque 30 fois inférieur à celui de la BNP, est là pour la figuration. Engie n’est pas impliquée, contrairement à ce qui avait été indiqué en Conseil d’administration (CA) de PSL1 ! La direction de PSL se félicitait d’une pluralité de mécènes, renforçant l’indépendance de la formation vis-à-vis de ceux-ci. Un mécène fantôme et un autre fantoche, pour une indépendance en carton.

Par ailleurs, Alain Fuchs, le président de PSL, prétendait que la formation était en majorité financée par l’État. Mais cela ne tient pas si on compare le montant des dons de la BNP par rapport aux dépenses annuelles nécessaires pour un étudiant·e en France.

En effet, le mécénat de la BNP est d’environ 2 millions d’euros par an pour 3 promotions de 30 étudiant·es, soit plus de 22.000 € par étudiant·e et par an, bien au-dessus du coût moyen, à savoir environ 12.000 €2. Avec les seuls mécènes, la formation serait déjà extrêmement bien dotée. Si, comme le dit M. Fuchs, l’État la finançait en majorité, le coût par étudiant·e reviendrait au moins à 44.000 € par étudiant·e et par an, une somme complètement invraisemblable. À moins que M. Fuchs ne fasse allusion aux réductions d’impôt dont la BNP a pu bénéficier en contrepartie du don, soit 60 % du montant des dons.

La confidentialité est bien pratique puisqu’elle permet de raconter n’importe quoi. Comment PSL peut-elle encore prétendre que cette formation est indépendante de son (quasi-)unique mécène ? Comment croire qu’au moment de renouveler ou non son financement après 2024, BNP Paribas ne sera pas en position de force pour imposer ses conditions ? Il serait désastreux que la formation cesse brusquement d’être financée, alors qu’elle dure trois ans et que des étudiant·es s’y seront engagées pour décrocher un diplôme de niveau licence. PSL n’aura alors pas le choix que de supplier le mécène de renouveler son aumône…

Enfin, PSL promettait qu’il n’y aurait pas de contrepartie. Notons que Laurent David, le PDG de BNP Paribas Personal Finance, et Philippe Salle, le président de Foncia, ont été nommés au Conseil d’administration de la fondation PSL en février 20213.

Où est l’indépendance de l’enseignement supérieur public ? Toute compromission de ce service public avec des intérêts privés fait courir le risque d’une perte d’indépendance, d’un enseignement dégradé, de pressions, d’une recherche aux ordres4.

Merci de nous avoir suivi·es dans cette aventure qui prend fin maintenant, sur une belle victoire qui en appelle d’autres. Luttons pour un enseignement supérieur public, gratuit, égalitaire et émancipateur pour tout·es !


Sur Academia

  1. Voir le compte rendu du Conseil d’administration de PSL du 28 mai 2020, p. 12 : https://www.psl.eu/sites/default/files/Compte-rendu%20du%20CA%20de%20l’Universit%C3%A9%20PSL%20du%2028%20mai%202020%20-%20version%20adopt%C3%A9e%20au%209%20juillet%202020.pdf []
  2. Voir https://www.letudiant.fr/educpros/enquetes/la-formation-d-un-etudiant-dans-l-enseignement-superieur-a-coute-en-moyenne-11530-euros.html []
  3. Voir le compte rendu du Conseil d’administration de la fondation PSL du 9 février 2021, p. 3 : https://psl.eu/sites/default/files/CR_Conseil_administration_Fondation_UniversitePSL_09022021.pdf []
  4. Nous conseillons la lecture de : https://blogs.mediapart.fr/edition/au-coeur-de-la-recherche/article/060611/lappel-de-la-chaire []

Le Conseil d’État abolit la certification en langues : victoire des associations professionnelles et étudiantes en langues

Alors que le gouvernement avait décrété le confinement général en raison du COVID-19, Academia avait repéré une sordide manœuvre de la ministre en avril 2020 : passer un décret visant à la privatisation des diplômes, sous couleur de certifier le niveau de langue vivante. Les associations professionnelles avaient protesté avant de déposer un recours auprès du Conseil d’État. Ce dernier vient dannuler le décret.

Un immense merci à l’Association des chercheurs et enseignants didacticiens des
langues étrangères (ACEDLE), l’Association pour le développement de l’enseignement de l’allemand en France (ADEAF), l’Association française d’études américaines (AFEA), l’Association française de linguistique appliquée (AFLA), l’Association francophonie avenir, l’Association des germanistes de l’enseignement supérieur (AGES), l’Association des professeurs de langues en instituts universitaires et technologiques (APLIUT), l’Association pour la recherche en didactique de l’anglais de spécialité (ARDAA), la Fédération nationale des associations étudiantes linguistes (FNAEL), le Groupe d’étude et de recherche en anglais spécialité (GERAS), le Groupe d’études et de recherche en espagnol de spécialité (GERES), l’Observatoire européen du plurilinguisme, le Rassemblement national des centres de langues de l’enseignement supérieur (RANACLES), la Société des anglicistes de l’enseignement supérieur (SAES France) et la Société des italianistes de l’enseignement supérieur (SIES) qui ont entièrement financé le recours sur leurs fonds propres.

Continuer la lecture

Les post-docs post-LPR. Communiqué de l’Ancsmp

L’Ancmsp, l’association nationale des candidat·es aux métiers de la science politique, vient de publier un important communiqué faisant le point sur les conséquences de la loi de programmation de la recherche sur le post-doctorat (article 7 de la LPR, créant les nouveaux articles L. 412-4 et L. 431-5 du code de la recherche).

Lire le communiqué de l’Ancmsp du 1er juin 2022

Se concentrant surtout sur le contrat post-doctoral dit « de droit public » – celui qui peut être mis en place dans les universités, au CNRS ou encore à l’Inria –, l’Ancmsp alerte sur le fait que, depuis la LPR, ce contrat de post-doctorat est étroitement encadré dans le temps : il « n’est accessible qu’aux docteur·es ayant soutenu leur thèse depuis moins de trois ans (au moment de la signature du contrat), pour une durée maximale limitée à quatre années ».

Dans un monde idéal, la limitation dans le temps de la période intermédiaire entre le doctorat et la titularisation dans un des corps de fonctionnaires de l’ESR serait une excellente chose. Mais nous ne sommes pas dans un monde idéal et cette mesure est, en réalité, d’une immense hypocrisie, dès lors qu’à côté de ce « contrat post-doctoral », il existe aujourd’hui toute une série de dispositifs qui permettent, eux aussi, de recruter des docteur·es 1° quelle que soit la durée écoulée depuis la soutenance de thèse, 2° que le ministère se garde soigneusement de réguler d’une quelconque façon et 3° auxquels les établissements recourent de plus en plus puisque l’ESR est désormais configuré pour produire structurellement de la précarité, notamment par la voie des financements sur projets. Les contrats dits “LRU” de l’article L. 954-3 du code de l’éducation sont, de ce point de vue, un instrument caractéristique.

Le risque est donc considérable que les nouveaux « contrats post-doctoraux de droit public » renforcent en réalité, comme l’explique le communiqué de l’Ancmsp « la dualisation du marché du travail précaire post-thèse, avec d’un côté des post-doctorats offrant de bonnes conditions de travail, et de l’autre des postes sous d’autres statuts, moins rémunérateurs et moins protégés », contribuant par la même occasion à renforcer les inégalités de genre et les rapports de force entre porteur·ses de projets et non-titulaires.

Continuer la lecture