Attendre le miracle

  • par un enseignant-chercheur, 12 avril 2020

Il y a quelques semaines à peine, j’échangeais avec des amis au sujet de la réforme des retraites. J’étais scandalisé par le projet de réforme mais ils ne comprenaient pas très bien les raisons de mon énervement. S’en est suivi une discussion par messages informatiques, chaque point de vue étant nécessairement mal argumenté et, surtout, présenté avec l’envie non de convaincre mais d’agacer. J’en vins à opposer à mes interlocuteurs l’idée que certains métiers seraient plus utiles socialement que d’autres ! Que n’avais je dis là ! Ma remarque donna lieu à un échange tendu qui dériva progressivement comme tout le reste de notre discussion d’ailleurs. Conscient que mon idée d’activités plus ou moins socialement utile était casse-gueule, je décidais de dévier quelque peu la conversation autour du coût collectif des différentes activités. Je déroulais alors mon argument massue : « vous trouvez que les enseignants ou les cheminots coûtent chers à la collectivité ? Expliquez-moi alors l’utilité de tous ces gens qui traversent l’atlantique pour une réunion ! Ils polluent la planète et leur voyage est indirectement subventionné par l’Etat via les déductions d’impôt ! » La réponse ne se fit guère attendre. Ces gens n’existent pas, les entreprises fonctionnent rationnellement et elles veillent aux coûts. Si elles font voyager leurs cadres, c’est parce que c’est indispensable. En sommes, le modèle économique régule, bien mieux que ne le font nos Etats. J’avais beau arguer que dans bon nombre de situations on pouvait douter de cette belle mécanique, la croyance en l’invisible main ordonnatrice semblait plus forte.

Hier soir, je discutais avec mon frère au téléphone. Il fait partie de ces gens qui voyagent tout le temps pour des réunions. Il est conscient du caractère absurde de cette organisation mais il y trouve son compte. Un salaire, une vie variée et la reconnaissance sociale. Son employeur, une multinationale, lui a annoncé, avec un mail en provenance de Pologne – pourquoi de Pologne, c’est un mystère – que son salaire serait amputé de 25%, sans préavis, sans concertation. Il se marre mais son activité étant lié aux voyages d’affaires, il est inquiet : « les choses vont changer, les gens ne voudront plus autant se déplacer pour le travail, et puis tout le monde se rend bien compte que le télétravail fonctionne. Les réunions sont plus efficaces, le coût est très réduit, je ne vois pas comment on pourrait revenir au modèle d’avant, cela n’aurait aucun sens. Je vais devoir envisager de changer de secteur. »

Je lui dis en souriant : « ça a l’air d’être la panique partout, j’ai aussi reçu un mail de la fac, il nous explique qu’ils vont essayer de nous verser notre traitement normal du mois d’avril mais qu’il pourrait y avoir des erreurs et des retards. En tout état de cause, ils s’efforceront de nous rémunérer à hauteur de ce qui était attendu… le flou, partout. »

En réalité, je trouve ma situation bien confortable. Mon directeur de département, puis le président de l’Université, m’ont demandé d’assurer la « continuité pédagogique », mais il n’y a pas vraiment de stratégie commune et nous sommes tous un peu livré à nous même. Cela fait plusieurs années que je m’intéresse à l’enseignement à distance et j’ai accumulé suffisamment de ressources pour ne pas avoir à me préoccuper outre mesure. Je sais aussi que l’idée même de continuité pédagogique à distance est une vaste fumisterie.

En premier lieu, ce n’est pas prévu règlementairement. Il n’y a aucun texte, aucune règle, permettant à une Université d’obliger les enseignants à assurer un service à distance. Outre à n’être pas prévue en droit, et donc à ne pas pouvoir constituer une obligation pour un fonctionnaire, cette idée est tout bonnement irréalisable en l’absence d’organisation matérielle et de formation des enseignants et des étudiants. Enseigner et apprendre à distance sont des activités qui nécessitent un apprentissage préalable que les universitaires, étudiants et enseignants ne connaissent pas. Les ressources nécessaires à l’élaboration d’un enseignement à distance sont des outils complexes à élaborer et que les enseignants ne peuvent, dans la plupart des cas, pas concevoir seuls. Enfin, et surtout, la formation à distance n’est pas une alternative à l’enseignement traditionnel : ce n’est pas fromage ou dessert. S’il faut donner un sens à ces nouvelles pratiques alors il faut accepter de servir aux convives le diner entier, entrée, plat, fromage et dessert. Pour l’addition, on verra plus tard. La magie du formalisme de la fonction publique a permis de balayer en trois mails rédigés en novlangue pédago-administrative toutes ces objections. L’Université garantit la continuité pédagogique, c’est écrit et donc c’est ainsi.

L’enseignant a alors deux choix : soit poursuivre l’inaccessible étoile comme le Don Quichotte de Jacques Brel, cat telle est sa quête, et s’épuiser à lutter contre des moulins numériques ; soit accepter le triste sort réservé à ses étudiants et essayer, malgré tout, de les aider en se limitant, la plupart des fois, à les inciter à éteindre leurs écrans le plus souvent possible et à lire des livres ! S’il choisit cette seconde et plus sage option, l’enseignant devra veiller, s’il souhaite se garantir le maximum de tranquillité, de laisser suffisamment de traces de son activité « à vocation pédagogique » pour éviter toute discussion avec ses supérieurs le jour de la rentrée. Il conviendra donc, par exemple, de distiller avec parcimonie ses conseils de lecture et distribuer, avec encore davantage de radinerie, ses bons conseils. Aussi sera-t-il sûr de décourager les étudiants trop velléitaires qui penseraient profiter de ce moment douloureux pour faire bonne figure devant l’enseignant en le sollicitant à tout de go, tout en contentant son contrôleur administratif qui ne pourra que constater la régularité des interventions non prévues de l’enseignant. N’ayant pas de talents particuliers pour les quêtes célestes, je laisse aux aventuriers qui auraient opté pour la première possibilité le soin de nous raconter leurs tourments et leurs désillusions. Pour ma part, j’ai choisi, sans hésitation, la tranquillité et force est de reconnaitre que tout se passe pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.

Nul doute pourtant que cette situation est désespérante pour tout enseignant, y compris pour celui qui aurait sagement abandonné l’illusion d’avoir une quelconque utilité sociale. Les rares plaisirs qu’offrent encore ce métier ont disparu avec le confinement : l’excitation de la classe ou de l’amphi, le regard vif de l’étudiant stimulé, la délectation narcissique de s’entendre bien parler et la jouissance de la transmission. Ces choses se voient, se sentent, elles n’existent plus devant un écran. Ce désespoir, poussé à l’extrême par le confinement, est néanmoins supportable car nous le connaissons si bien. Il nous accompagne chaque jour au travail, il est toujours présent, quand nous pensons à notre fonction et quand nous écoutons les autres parler de nous. Nous ne sommes pas collectivement à la hauteur mais nous n’y sommes individuellement pour rien : voilà le mantra doux-amer de l’enseignant du 21e siècle. Il permet d’avancer, malgré tout, de ne pas avoir honte de percevoir son traitement et de donner un sens à une pièce quotidienne souvent monotone au décor usé. Pour accepter cette dose supplémentaire de sentiment d’inutilité que nous impose le confinement, il suffit de se répéter ad nauseam la formule magique : « je pourrais être utile même si je ne le suis pas vraiment ».

https://www.flickr.com/photos/mahalog/5481499556/in/photolist-9mo7R3-7a9XQT-MMg19p-ak9HQx-7SLMri-rxobgF-477m24-7bu8nY-9eXoFF-brpkax-c7mFJs-72eBe5-78G3gA-7jNXHU-aGYPDT-s947UQ-b6AU6D-7j1mFi-dNAHtp-GWwCf-aXW71n-fsJJw6-8of6WL-6aX4EY-9pCL41-bDKgS4-c1cmzf-5VbpEJ-pAMgks-4ihuoV-4zbvAY-97yJH-a9AJ4H-8osCaW-6DRGnz-5fVenC-sEu91-5TySLQ-ckitfJ-bMWwzH-7iUVkg-bwN1GM-7UkCR1-atwQyG-8SV85W-Kewcut-aco2V4-83rRDj-2Sxi6s-9TFdNf Continuer la lecture

Réformes : quand est-ce que ce sera trop ?

Blog : Le blog de Les invités de Mediapart, 2 mars 2020

«Est-ce que le recours à l’article 49.3 annoncé le 29 février par le gouvernement n’est pas le geste de trop, celui qui franchit pour de bon le seuil de l’intolérable?». Face à la brutalité du gouvernement, un collectif d’universitaires affirme «son attachement aux services publics et à la protection sociale dans un monde de plus en plus concurrentiel». Il appelle le monde de la recherche (et au-delà) à une mobilisation massive le 5 mars.

 

Chères et chers collègues de toutes les Universités, de tous les centres et de tous les laboratoires de recherche,

Marseille, mars 2020

Est-ce que le recours à l’article 49.3 annoncé samedi 29 février par le gouvernement n’est pas le geste de trop, celui qui franchit pour de bon le seuil de l’intolérable et qui exige de notre part la réaction la plus vive et la plus unanime possible ? Sinon quand est-ce que ce sera trop ? Car à la crise sociale engendrée par la réforme des retraites et à la crise propre à notre monde de l’enseignement supérieur et de la recherche engendrée par la future Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche et par la réforme des Capes, cette procédure ne peut qu’ajouter une profonde et extrêmement dangereuse crise politique.

Un tel recours qui permet de faire passer sans débat et sans vote au parlement la plus importante loi du quinquennat est en effet bien plus qu’un déni démocratique de plus. Car si cette loi renforce déjà considérablement le détricotage entamé il y a déjà longtemps des cinq piliers de notre démocratie libérale et sociale — la justice, la santé, l’éducation, l’assurance-chômage, et la retraite par répartition—, la faire de surcroît passer en force en poussant l’abaissement de la fonction parlementaire à un niveau inédit nous plonge dans un parfait inconnu politique. Qu’est-ce qu’un gouvernement qui refuse d’entendre non seulement les oppositions de la rue et du mouvement social, ne sachant que leur opposer des violences policières jusque dans les lycées, mais même toute opposition parlementaire, c’est-à-dire toute opposition issue de ce qui est censé constituer la puissance souveraine dans toute démocratie libérale ? Ne parlons pas de totalitarisme, de fascisme soft, de régime autoritaire et illibéral, ni même de néo-libéralisme, qui remplissent parfois davantage des fonctions d’écran que d’explication, tant toutes les frontières sont aujourd’hui brouillées, tant nous ne pouvons même pas savoir clairement ce qui relève ici du cynisme ou de l’incompétence, de la stratégie de long terme ou du bricolage d’apprenti-sorcier, mais admettons au moins que nous rentrons dans l’inconnu et que cet inconnu est plus qu’inquiétant.

Jetons seulement un rapide regard en arrière :

  • Il y a peu, on réfléchissait encore aux limites des démocraties libérales et formelles.
    Aujourd’hui nous avons affaire à un gouvernement qui s’assoit sur tous les principes du libéralisme politique, des droits de l’homme à la vie parlementaire, en passant par le libre droit de s’exprimer et de manifester (qui perd tout sens si l’on est assuré du départ de ne pas être entendu et de n’avoir pour toute réponse que coups de matraque, tirs de lacrymogènes, tirs de LBD).

Continuer la lecture

#revuesenlutte ! Philosophes des Lumières

Compte à rebours #8mars J-6 — Maiga ouvre le bal, Haenel et Despentes se lèvent et se cassent, et nous avec

En passant

Libération, 1e mars 2020

TRIBUNE. Je vais commencer comme ça : soyez rassurés, les puissants, les boss, les chefs, les gros bonnets : ça fait mal. On a beau le savoir, on a beau vous connaître, on a beau l’avoir pris des dizaines de fois votre gros pouvoir en travers de la gueule, ça fait toujours aussi mal. Tout ce week-end à vous écouter geindre et chialer, vous plaindre de ce qu’on vous oblige à passer vos lois à coups de 49.3 et qu’on ne vous laisse pas célébrer Polanski tranquilles et que ça vous gâche la fête mais derrière vos jérémiades, ne vous en faites pas : on vous entend jouir de ce que vous êtes les vrais patrons, les gros caïds, et le message passe cinq sur cinq : cette notion de consentement, vous ne comptez pas la laisser passer. Où serait le fun d’appartenir au clan des puissants s’il fallait tenir compte du consentement des dominés ? Et je ne suis certainement pas la seule à avoir envie de chialer de rage et d’impuissance depuis votre belle démonstration de force, certainement pas la seule à me sentir salie par le spectacle de votre orgie d’impunité.

Adèle Haenel a quitté la cérémonie des césars, vendredi salle Pleyel, à l’annonce de la récompense décernée à Roman Polanski. Photo Nasser Berzane. ABACA

Il n’y a rien de surprenant à ce que l’académie des césars élise Roman Polanski meilleur réalisateur de l’année 2020. C’est grotesque, c’est insultant, c’est ignoble, mais ce n’est pas surprenant. Quand tu confies un budget de plus de 25 millions à un mec pour faire un téléfilm, le message est dans le budget. Si la lutte contre la montée de l’antisémitisme intéressait le cinéma français, ça se verrait. Par contre, la voix des opprimés qui prennent en charge le récit de leur calvaire, on a compris que ça vous soûlait. Alors quand vous avez entendu parler de cette subtile comparaison entre la problématique d’un cinéaste chahuté par une centaine de féministes devant trois salles de cinéma et Dreyfus, victime de l’antisémitisme français de la fin du siècle dernier, vous avez sauté sur l’occasion. Vingt-cinq millions pour ce parallèle. Superbe. On applaudit les investisseurs, puisque pour rassembler un tel budget il a fallu que tout le monde joue le jeu : Gaumont Distribution, les crédits d’impôts, France 2, France 3, OCS, Canal +, la RAI… la main à la poche, et généreux, pour une fois. Vous serrez les rangs, vous défendez l’un des vôtres. Les plus puissants entendent défendre leurs prérogatives : ça fait partie de votre élégance, le viol est même ce qui fonde votre style. La loi vous couvre, les tribunaux sont votre domaine, les médias vous appartiennent. Et c’est exactement à cela que ça sert, la puissance de vos grosses fortunes : avoir le contrôle des corps déclarés subalternes. Les corps qui se taisent, qui ne racontent pas l’histoire de leur point de vue. Le temps est venu pour les plus riches de faire passer ce beau message : le respect qu’on leur doit s’étendra désormais jusqu’à leurs bites tachées du sang et de la merde des enfants qu’ils violent. Que ça soit à l’Assemblée nationale ou dans la culture – marre de se cacher, de simuler la gêne. Vous exigez le respect entier et constant. Ça vaut pour le viol, ça vaut pour les exactions de votre police, ça vaut pour les césars, ça vaut pour votre réforme des retraites. C’est votre politique : exiger le silence des victimes. Ça fait partie du territoire, et s’il faut nous transmettre le message par la terreur vous ne voyez pas où est le problème. Votre jouissance morbide, avant tout. Et vous ne tolérez autour de vous que les valets les plus dociles. Il n’y a rien de surprenant à ce que vous ayez couronné Polanski : c’est toujours l’argent qu’on célèbre, dans ces cérémonies, le cinéma on s’en fout. Le public on s’en fout. C’est votre propre puissance de frappe monétaire que vous venez aduler. C’est le gros budget que vous lui avez octroyé en signe de soutien que vous saluez – à travers lui c’est votre puissance qu’on doit respecter.

Continuer la lecture

Le vrai problème du 49.3 : les 181 articles, incluant 7 ordonnances, qui ne seront pas examinés

« Alerte : le 49.3 valide 181 nouveautés jamais examinées ! »

par JEAN-LUC MÉLENCHON, 1 mars 2020

https://melenchon.fr/wp-content/uploads/2020/03/edouard-philippe-49.3.jpg

Edouard Philippe, Premier ministre du gouvernement, indiquant devant les parlementaires qu’il va utiliser le 49-3, 29 février 2020

Dans le vacarme de l’annonce du 49.3 samedi, les commentateurs ont laissé de côté un fait qui me semble essentiel pour mesurer le coup de force qui va s’opérer. Le gouvernement soumet à l’occasion de cette procédure du 49.3 un texte qui est considéré comme adopté si la censure ne l’emporte pas. Beaucoup ont cru qu’il s’agissait du texte examiné en commission spéciale jusqu’à l’article 26 puis en séance pleinière jusqu’à l’article 8. Il n’en est rien.

Le texte final avec les amendements ajoutés surlignés  :
www2.assemblee-nationale.fr/static/15/pdf/
(merci Florence Mehrez)

En fait, c’est un autre texte qui est sur la table. Le gouvernement y a ajouté 181 amendements que personne, ni majorité, ni opposition, ni « partenaires sociaux » n’ont jamais vu, lu, étudié. Parmi ces 181 amendements il y a le contenu de 7 ordonnances sur les 29 dont nous avons dénoncé sans relâche le fait qu’elles introduisaient des centaines de dispositions inconnues. Le Conseil d’État avait dénoncé le fait que cette méthode rendait la compréhension globale du texte de loi très incertaine. Pourquoi ne pas les avoir données plus tôt aux parlementaires ? Pourquoi en avoir laissé encore 22 sans contenu ? Ce n’est pas tout. Sur ces 181 amendements, 66 viennent du gouvernement lui-même qui modifie ainsi son propre projet de loi. Pourquoi maintenant ? Et pourquoi sans explication, ni étude d’impact et notamment d’impact sur le reste de la loi ?

Je n’ai pu avoir qu’un survol rapide entre hier soir dépôt de la motion de censure et dimanche la préparation de mon émission sur LCI. Mais ce que nous avons déjà repéré montre que les modifications concernent des sujets lourds de conséquences.

Sont impliqués dans les changements prévus par le nouveau texte : les pensions de réversion au conjoint survivant, les bonifications pour les naissances d’enfants, la conversion des droits acquis vers le nouveau système, les conséquences sur les cabinets d’avocats de l’augmentation des cotisations, le niveau des cotisations des fonctionnaires dans le nouveau système, la définition de la carrière complète qui s’évaluera en nombre de points et non plus en trimestre ni salaire de référence, la valeur du point, la durée limite de travail dans un « métier pénible », les régimes spéciaux des fonctionnaires de la police et de l’armée qui resteraient indexés sur les années de services et non sur le nombre de points acquis, et enfin le régime de la « retraite progressive » c’est-à-dire du cumul emploi-retraite après 62 ans.

Tel est au total le coup de force du régime : un texte avec une étude d’impact falsifiée, examiné en procédure accélérée et interrompue deux fois, une en commission spéciale l’autre en plénière, il comporte 29 (moins 7 à présent) trous pour ordonnances, mais il contient désormais 181 modifications sur des sujets cruciaux jamais examinées. Ceux qui ne voteront pas la motion de censure sont réputés être d’accord avec le texte inconnu et avec la méthode choisie pour le faire passer.

https://twitter.com/Aubin_Hellot/status/1234139846710644742?s=20

Assemblée nationale, 1e mars 2020, au matin, par @Aubin_Hellot

Sur le même sujet :  « Laurent Pietraszewski : « Le nouveau projet de loi retraite reprend presque toutes les demandes de la majorité »« , Par Solveig Godeluck, Étienne Lefebvre, Leïla de Comarmond, Les Échos, 1 mars 2020

 

#8 – Chroniques de grève – Mona R – Lettre ouverte à mes enseignant·e·s de l’Université Rennes-2

« Lettre ouverte à mes enseignant·e·s de l’Université Rennes-2 »

à la campagne

war ar maez \vaʁaʁˈmɛːs\ à la campagne
Crédit Catherine Guillou

Mon nom est Mona. J’ai 22 ans. Je suis étudiante. Avant de venir faire mes études à Rennes, j’étais scolarisée en Centre-Bretagne, en milieu rural, War Ar Maez. Mon père est ouvrier. Il travaille comme cariste dans l’industrie agroalimentaire. Après plus de vingt ans dans le même groupe, il gagne, à quelques euros près, 1700 euros brut par mois, auxquels s’ajoute une prime de Noël. La « prime des dindes » comme il dit. Une farce. Quelques centaines d’euros dont ma mère se sert pour acheter nos cadeaux et nous organiser un repas de fête qu’elle tient chaque année à arroser de mauvais champagne : « Nous aussi on y a droit ! ». Ma mère, elle, est employée. Employée de maison pour être précise. Une manière bien aimable pour dire qu’elle fait partie de ce salariat subalternisé, essentiellement féminin, qui travaille à temps partiel au service de personnes âgées ou de riches familles, pour pas grand-chose. Une grande partie de son salaire passe d’ailleurs dans les frais d’essence de ses trajets professionnels. Chez nous, les fins de mois sont difficiles, cela va de soi. D’autant que mes deux frères aînés sont au chômage et restent à la charge de mes parents. Maël sort d’un BTS et n’a le droit à aucune indemnité. Gurvan, un CAP de boulanger en poche, ne travaille qu’en intérim… quand il travaille. Il a vu ses allocations chômage fondrent comme neige au soleil ces derniers temps. Moi, je suis boursière, je vis en cité U à Villejean. Mais j’ai aussi des petits boulots à côté : du baby sitting, des inventaires ; caissière ou vendeuse, c’est selon. Nous sommes une famille de Gilets jaunes. Mes frères ont longtemps squatté les ronds-points avant de se faire déloger et sont de toutes les manifs. Ce week-end, c’était l’acte 66. Ils sont montés à Rennes pour dire qu’« ils étaient là », pour gueuler leur colère de n’être rien et se prendre au passage quelques mauvais coups de matraque. Forcément, se faire taper dessus, ça agace et ils ne se sont pas laissés faire. Je suis fière d’eux, de leur détermination à rester debout et à se battre. Ne pas se laisser faire, ne pas se laisser aller à la résignation, ne pas se laisser détruire, reprendre ne serait-ce qu’un peu la main sur son existence. Comme de plus en plus d’individus, mes frères sont déterminés à ne plus se laisser prendre au jeu de la cadence et de l’ordre. C’était chouette cette manif. Des femmes et des hommes qui se battent pour leur dignité, pour ne pas s’abîmer davantage, pour ne pas crever.

En fin de manifestation, avant de repartir, ils m’ont payé une bière en terrasse. Il faisait froid, mais nous étions bien. Je les trouvais beaux tous les deux. Beaux comme la lutte. J’aurais aimé vous les présenter mais vous n’étiez pas là. Quelques heures avant, quand nous avons réussi à « prendre le centre-ville », je vous ai pourtant aperçu. Vous flâniez après un retour du marché des Lices, vous vous baladiez en famille, à vélo, vous sortiez d’une librairie avec quelques bouquins en poche, vous rentriez dans un cinéma. La vie peut être douce. J’ai envie d’y croire. Cette douceur est néanmoins réservée à quelques-un.e.s. Ni mes parents, ni mes frères, ni moi n’y avons franchement droit. Dans quelques mois, je décrocherai un bac+5. Ma mère ouvrira une de ces mauvaises bouteilles de champagne. Pourtant, j’irai certainement grossir les rangs des dominé.e.s aux études longues (j’ai lu ça dans un livre passionnant d’Olivier Schwartz).

L’inflation-dévaluation des titres scolaires me fera rejoindre Pôle emploi, ou bien je trouverai un job sous-payé pour sur-qualifié.e, à moins que ça ne soit juste un énième stage croupion. Alors peut-être devrais-je plutôt continuer à étudier ; faire une thèse. Ma directrice de mémoire me l’a proposé à demi-mots, mais seulement si j’ai un financement. On ne prête qu’aux riches répète souvent mon père.

La Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) contre laquelle vous devriez être logiquement tou.te.s vent debout ne m’y invite pas. Pourquoi me lancer dans un doctorat ? Pour gonfler les rangs du précariat de l’ESR ? Pour assurer vos TD, corriger des tombereaux de copies et faire la petite main sur vos projets de recherche, sous pression – surtout ne pas décevoir –, en étant payée moins que le SMIC horaire, plusieurs mois après avoir effectué avec zèle ces missions ? Et puis ça ne sera évidemment pas suffisant pour assurer ma survie matérielle. Alors il faudra que je continue un « travail à côté ». Condamnée à prendre le premier bullshit job ? Surveillante de musée me permettrait de pouvoir lire pendant le temps de travail, ou bien me lancer dans le travail du sexe, nettement plus rémunérateur. Mais quel temps me resterait-il pour mes propres recherches ? À la précarité s’ajouterait sans doute le surmenage, voire le mépris de soi. On y passe tou.te.s paraît-il. Et en admettant que je m’en sorte, ce serait quoi la suite ? L’Université à la sauce LPPR ne donne pas très envie : précarisation accrue, mise en concurrence généralisée, course à l’excellence, marchandisation des savoirs, recul des solidarités, bureaucratisation mortifère. Devenir une sorte d’intello camériste allant de tenure tracks en CDI-chantiers pour espérer peut-être, à près de 40 ans et après avoir porté nombre de vos valises, devenir titulaire d’une institution à la main du néolibéralisme ? C’est ça la promesse ? Et puis c’est sans compter la réforme des retraites : bouffer de l’amphi jusqu’à 67, 68, 69 ans… pour finir épuisée et être finalement pensionnée au lance-pierre ? Ça existe la pénibilité pour port de charge cognitive lourde ?

Si parmi les 37% d’enseignant.e.s-chercheur.e.s qui ont voté Macron dès le premier tour, il en est sans aucun doute qui se repaissent de la sélection, de l’augmentation des frais d’inscription et de ce que cela permettra de politiques discrétionnaires dont ils.elles s’imaginent tirer idiotement quelque bénéfice, je sais aussi, pour vous avoir fréquentés, que la plupart d’entre vous voyez dans le macronisme pas autre chose que ce qu’il est : une saloperie qui signe la fin de la citoyenneté sociale, de l’État redistributeur et de tous les services publics (ESR, santé, justice, énergie, etc.). Je me doute que vous n’êtes pas d’accord pour que la pension des femmes soit inférieure à celles des hommes, que vous êtes contre la prolifération des emplois précaires, contre la compétition généralisée, les logiques d’exclusion et les discriminations. Vous pensez que l’Université doit être ouverte à tou.te.s, fondée sur la coopération, qu’elle doit produire des connaissances critiques et transmettre des savoirs émancipateurs. Alors pourquoi êtes-vous si peu solidaires du mouvement social ? Pourquoi restez-vous si timoré.e.s à vous engager pleinement dans cette grève dont nous avons tant besoin ? Ma colère est grande de vous voir englué.e.s dans des réflexes corporatistes, dans le narcissisme de vos petites différences, dans vos postures d’intellos embourgeoisé.e.s défendant votre tout petit pouvoir symbolique (faire cours, nous dispenser vos lumières, nous évaluer). Comment pouvez-vous imaginer qu’un engagement de gréviste puisse ne pas être au moins aussi formateur que vos enseignements ? Dans la grève, on apprend à travailler collectivement, à argumenter, débattre, à élaborer du commun politique.

Autant de choses auxquelles vous avez, en temps normal – reconnaissez-le –, bien du mal à nous éduquer. J’en rage de vous voir accroché.e.s à vos si insignifiantes prérogatives, alors que nous nous trouvons à un tournant historique. Notre avenir, celui de vos enfants et petits-enfants, mais aussi le vôtre, celui de mes parents et de mes frères se joue maintenant. Il nous faut mener la lutte aux côtés des autres secteurs mobilisés pour qu’ensemble nous obligions le gouvernement à retirer l’ensemble de ses contre-réformes. Nous n’avons pas le choix. Contre la marchandisation de nos existences, contre les violences policières et la fascisation rampante de la société, contre les inégalités et les injustices sociales, contre une université à la main du néolibéralisme nous avons le devoir de faire gronder encore plus fort notre colère. Vous avez le devoir d’y prendre votre part. Le 5 mars prochain débutera une autre phase du mouvement universitaire, à l’appel de la Coordination des facs et des labos en lutte : une grève sectorielle illimitée qui pourrait bien prendre des allures de grève majoritaire et générale. Parce que vous m’avez tant apportée et que nous nous sommes tant aimés – comme titre le film –, je n’ose croire que vous resterez figé.e.s dans ces comportements crépusculaires à défendre une identité et des préséances professionnelles qui ne correspondent à aucune des nécessités portées par les luttes actuelles. Le monde universitaire est en crise. Non parce qu’il va mal (bien que ce soit le cas), mais parce qu’il bouge, que ses structures sont fragilisées par les coups de boutoir d’un macronisme pour qui le travail n’est devenu qu’une variable d’ajustement. Nous n’avons d’autres choix que de faire le pari que nous pourrons profiter de cette crise pour imposer pratiquement une autre vision de l’avenir. Si nous devions en rester là et donner, par inertie, avantage au probable sur le possible, nous le payerions au prix fort. Je sais que vous savez. Et si je vous écris cette lettre, c’est que je nourris l’espoir de vous voir pleinement engagé.e.s à nos côtés et, ensemble, de participer à ce mouvement général de construction d’un monde meilleur. J’aimerais, enfin, donner une bonne raison à ma mère d’ouvrir une bouteille de champagne digne de ce nom.

Rennes, le 17 février 2020.
Mona R.

Publié avec l’autorisation de l’autrice et de Révolution Permanente que nous remercions.

Source : Texte paru le samedi 22 février

Pendant ce temps, dans l’hémicycle… De la France insoumise à Les Républicains

En attendant le 49.3, le talent et l’honneur de la République à la tribune… https://twitter.com/Clem_Autain/status/1229521317944229888?s=20Peut-on encore débattre d’une loi, en France, en 2020 ?

https://twitter.com/EricMorain/status/1231836606044286976?s=20

https://twitter.com/GLarrive/status/1231992354569101313?s=20

Continuer la lecture

L’Université Paul Valéry de Montpellier entièrement bloquée ce lundi 24 février

« Pas de retrait, pas de rentrée », c’est le mot d’ordre ce lundi matin à Paul Valéry. Tous les accès de l’université Montpellier 3 sont bloqués, sauf l’entrée de la bibliothèque universitaire, empêchant tous les cours d’avoir lieu.

Continuer la lecture

« La ministre ne connaît pas encore le contenu précis de la loi » – la LPPR à Marseille

Hier, vendredi 21 février 2020, Frédérique Vidal avait convoqué à la Présidence d’Aix-Marselle Université, au Pharo, les directions d’unités des Universités d’Aix-Marseille, Avignon, de Nice et de Toulon ainsi que des représentant·es des syndicats. Accueillie par un comité d’accueil engagé, au chant de « Frédérique Vidal, Ministre du capital, on ne veut pas voter pour toi » et accompagnement de casseroles, la Ministre a essuyé un feu de questions.

Frédérique Vidal répond aux directions d’unité, Aix-Marseille Université, Pharo, 21 février 2020

Comme le rapporte un compte rendu informel :

La ministre n’a qu’un seul message finalement : je ne comprends pas que la communauté de l’ESR soit contre une réforme qui veut lui donner de  l’argent ! Et elle est vraiment persuasive sur cet élément de langage. Elle promet beaucoup oralement : augmentation des récurrents, augmentation des postes, revalorisation des carrières… Mais elle est  finalement aussi acide sur la discrétisation des rumeurs autour du texte, qu’elle est floue sur les promesses, jamais chiffrées. Elle a  donc tenté d’être convaincante, mais n’a clairement pas convaincu les directions d’unité qui n’étaient pas tous au garde à vous, loin s’en faut, et qui ont bien réussi à témoigner de leurs inquiétudes.

Comme l’indique Hélène Aurigny, maîtresse de conférences en histoire grecque (Force ouvrière) , dans le reportage de France Bleu Provence de ce matin (7h), la Ministre « vient nous parler d’une loi dont elle dit elle-même qu’elle n’en connaît pas le contenu ». Cela rend ainsi complètement inutiles les éventuelles discussions. Qui plus est, son nouvel élément de langage vise à étouffer complètement les profonds désaccords entre communauté universitaire et Ministre sur la philosophie des réformes en cours, au MESRI ou au Ministère de l’Économie et des Finances ; le nouveau motif invoqué étant que le calendrier retraites vient perturber la réflexion sur la LPPR.

À Marseille, comme dans le reste de la France, l’Université et la recherche restent pleinement mobilisée contre les projets de loi Retraites, Recherce, Pacte de productivité et, le 5 mars, s’arrêtent !

Continuer la lecture