Pendant ce temps, dans l’hémicycle… De la France insoumise à Les Républicains

En attendant le 49.3, le talent et l’honneur de la République à la tribune… https://twitter.com/Clem_Autain/status/1229521317944229888?s=20Peut-on encore débattre d’une loi, en France, en 2020 ?

https://twitter.com/EricMorain/status/1231836606044286976?s=20

https://twitter.com/GLarrive/status/1231992354569101313?s=20

Continuer la lecture

L’Université Paul Valéry de Montpellier entièrement bloquée ce lundi 24 février

“Pas de retrait, pas de rentrée”, c’est le mot d’ordre ce lundi matin à Paul Valéry. Tous les accès de l’université Montpellier 3 sont bloqués, sauf l’entrée de la bibliothèque universitaire, empêchant tous les cours d’avoir lieu.

Continuer la lecture

« La ministre ne connaît pas encore le contenu précis de la loi » – la LPPR à Marseille

Hier, vendredi 21 février 2020, Frédérique Vidal avait convoqué à la Présidence d’Aix-Marselle Université, au Pharo, les directions d’unités des Universités d’Aix-Marseille, Avignon, de Nice et de Toulon ainsi que des représentant·es des syndicats. Accueillie par un comité d’accueil engagé, au chant de « Frédérique Vidal, Ministre du capital, on ne veut pas voter pour toi » et accompagnement de casseroles, la Ministre a essuyé un feu de questions.

Frédérique Vidal répond aux directions d’unité, Aix-Marseille Université, Pharo, 21 février 2020

Comme le rapporte un compte rendu informel :

La ministre n’a qu’un seul message finalement : je ne comprends pas que la communauté de l’ESR soit contre une réforme qui veut lui donner de  l’argent ! Et elle est vraiment persuasive sur cet élément de langage. Elle promet beaucoup oralement : augmentation des récurrents, augmentation des postes, revalorisation des carrières… Mais elle est  finalement aussi acide sur la discrétisation des rumeurs autour du texte, qu’elle est floue sur les promesses, jamais chiffrées. Elle a  donc tenté d’être convaincante, mais n’a clairement pas convaincu les directions d’unité qui n’étaient pas tous au garde à vous, loin s’en faut, et qui ont bien réussi à témoigner de leurs inquiétudes.

Comme l’indique Hélène Aurigny, maîtresse de conférences en histoire grecque (Force ouvrière) , dans le reportage de France Bleu Provence de ce matin (7h), la Ministre « vient nous parler d’une loi dont elle dit elle-même qu’elle n’en connaît pas le contenu ». Cela rend ainsi complètement inutiles les éventuelles discussions. Qui plus est, son nouvel élément de langage vise à étouffer complètement les profonds désaccords entre communauté universitaire et Ministre sur la philosophie des réformes en cours, au MESRI ou au Ministère de l’Économie et des Finances ; le nouveau motif invoqué étant que le calendrier retraites vient perturber la réflexion sur la LPPR.

À Marseille, comme dans le reste de la France, l’Université et la recherche restent pleinement mobilisée contre les projets de loi Retraites, Recherce, Pacte de productivité et, le 5 mars, s’arrêtent !

Continuer la lecture

OBJECTIF MARS      J-16 avant le 5 mars, le jour où « l’université et la recherche s’arrêtent »

Cher·es collègues, enseignant·es-chercheur·es, chercheur·es, titulaires ou précaires de l’ESR, BIATSS contractuel·les et BIATSS titulaires, étudiant·es,

Nous vous écrivons ce message pour préparer la journée du 5 mars et ses suites.

Vous le savez, le projet de réforme des retraites et les propositions concernant la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche, mais aussi la loi de transformation de la fonction publique et la réforme de l’assurance-chômage, s’inscrivent dans des attaques globales contre les services publics et les protections sociales. Elles ne feront qu’aggraver la précarisation des conditions de vie, d’études et d’emploi des usager.es et personnels de l’enseignement et de la recherche, déjà bien entamée. Contre ces menaces, la journée du 5 mars sera une grande journée de mobilisation et de grève dans tous les labos et les facs. 

Depuis des décennies, nous subissons, réforme après réforme, une dégradation de la situation de nos lieux d’études, d’enseignement et de recherche. Toutefois, depuis le 5 décembre et le début du mouvement interprofessionnel et multisectoriel contre la réforme des retraites, la mobilisation prend une ampleur toujours plus grande dans les universités, les centres de recherche et les laboratoires, et la lutte s’organise.

Il est temps de réunir nos forces contre ces multiples attaques, en se mobilisant fortement et partout le 5 mars, pour marquer notre refus d’une évolution de l’enseignement supérieur et de la recherche vers encore plus de précarité et de compétition. Il nous faut maintenant revendiquer et reconstruire une université libre et ouverte à tou·tes, par une politique de recrutement et de titularisation ambitieuse, et par des budgets publics systématiques alloués aux unités d’enseignement et organismes de recherche.

Le 5 mars, pour la refondation de l’enseignement supérieur et de la recherche, nous passons à l’offensive ! 

Cette journée de grève et d’actions, appelée par la coordination nationale des Facs et Labos en Lutte des 1er et 2 février et l’intersyndicale de l’enseignement supérieur et la recherche (L’alternative, CGT FERC Sup, CGT INRA, SNTRS CGT FO ESR, SNASUB-FSU, SNCS-FSU, SNEP-FSU, SNESUP-FSU, SUD ÉDUCATION, SUD Recherche, Solidaires étudiant-e-s, UNEF) se prépare dès aujourd’hui.

Continuer la lecture

Paris-8. Initiative anti-syndicale de la présidente

En passant

Paris 8 • Le droit syndical existe !

Lundi 17 février 2020

Chers collègues, chères collègues,

Notre pays connaît un mouvement social d’ampleur et notre université, comme d’autres, est en grève. Nous sommes fermement opposés à la contre-réforme des retraites et à la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Nous demandons le retrait de l’une et de l’autre.

Même si certains collègues et personnels ne soutiennent pas cette grève, le droit de grève existe et il doit être respecté. Ce matin, aux aurores, le piquet de grève a été démonté sur ordre de la Présidence. Les tracts, le matériel, les cafetières, les affiches, les panneaux d’affichage… tout a disparu. La grande banderole accrochée à 2m50 de hauteur a été enlevée et probablement jetée. A-t-il été demandé aux personnels de ménage (ou d’autres ?) de monter sur des chaises ou des tables, pour faire ce travail, ce qui est interdit ? Le CHSCT ne manquera pas d’être intéressé par la réponse à cette question.

De plus, le service de reprographie a interdiction totale ce jour d’éditer des tracts syndicaux et/ou politiques, alors que les syndicats ont une ligne budgétaire dédiée. Il nous a même été précisé qu’il n’y aurait pas d’édition de tracts sans vérification de leur contenu par Mme La Présidente. Des patrons qui vérifient les contenus des tracts syndicaux ? Paris 8 entrerait-elle dans l’ère de Big Brother ? Ceci est une attaque grave et une tentative inacceptable d’invisibiliser notre mobilisation, qui dure depuis le 5 décembre.

Nous sommes montés dans les bureaux de la Présidence ce matin. Tout ce beau monde étant en réunion, nous n’avons pas été reçu·es. Mme La Présidente a proposé de nous contacter dans la journée. Les syndicats de Paris 8 mobilisés se sont tenus à sa disposition sur le piquet de grève.

Le droit de grève, la liberté de se syndiquer et la liberté d’expression sont des droits garantis par la Constitution de notre pays. Tout comme le droit de grève garanti par son article 7, le Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946 assure chacun·e que :

    • Art. 6 : Tout homme [toute femme] peut défendre ses droits et ses intérêts par l’action syndicale et adhérer au syndicat de son choix.
    • Art. 8 : Tout travailleur et toute travailleuse participe, par l’intermédiaire de ses délégué·es, à la détermination collective des conditions de travail ainsi qu’à la gestion des entreprises. Pour que les travailleurs et les travailleuses puissent exercer ces droits inaliénables sauf à vouloir remettre en cause notre Constitution, leur droit à l’information par leurs organisations syndicales doit être respecté intégralement.

Les organisations syndicales signataires exigent de la présidente de Paris 8 que leurs droits à l’information des personnels, leur droit à l’expression et les libertés syndicales soient respectées sans contraintes ni limitation de quelque nature que ce soit. Nous ne supporterons aucune atteinte à nos droits humains fondamentaux.

Nous appelons les personnels et les étudiant·es à rejoindre le piquet de grève pour le reconstruire et le renforcer. À demain 8h30 pour une journée, ensemble, sur notre piquet de grève !

Lundi 17 février 2020,

Ll’intersyndicale de Paris 8 en lutte : CGT FERC Sup,
Dionysoise,
FSU Snasub,
FSU Snesup,
SNPTES,
SUD Éducation,
Solidaires Étudiant·es

Continuer la lecture

Madame La Ministre, quand allez-vous écouter les travailleurs scientifiques !

En passant

Communiqué du SNTRS Inserm
Le Premier Ministre avait annoncé le 1er février 2019 sa volonté de proposer une loi pluriannuelle ambitieuse pour développer la recherche. Le moins que l’on puisse dire est que ce qui se dessine est tout le contraire.

Loin de tenir compte de l’expression de la communauté scientifique, il apparaît que la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR) aggravera les raisons du mécontentement que ne cessent d’exprimer les travailleurs scientifiques.

La LPPR s’inscrit dans la continuité de toutes les lois précédentes qui ont visé, depuis 2006, à réorganiser l’Enseignement Supérieur et la Recherche (ESR) et à faire selon les mots du PDG du CNRS du darwinisme social et de la compétition de tous contre tous, le principe d’organisation exclusif de nos professions.

Ainsi les inégalités sont érigées comme un instrument revendiqué de régulation de l’ESR. Les propos d’A. Petit sur une recherche tirée par des stars ne font que décliner dans l’ESR les principes d’une société ouvertement inégalitaire, énoncés par le président de la République, avec ses multiples petites phrases comme celles sur « les premiers de cordée ».

Dans l’ESR, il s’agit de concentrer les financements sur une dizaine de sites « dits d’excellence » regroupant les actuelles universités, les laboratoires d’organismes nationaux de recherche et les écoles d’ingénieurs. Dès 2021, ces regroupements expérimentaux appelés « universités de recherche » pourront demander le statut de « grands établissements » qui leur permettra de déroger au code de l’éducation (ordonnance du 12 décembre 2018). Ces grands établissements seront autant d’ilots de dérégulation en compétition les uns contre les autres pour monter dans le sacro-saint classement de Shanghai.

L’avenir des organismes nationaux de recherche

Le changement de finalité de la recherche modifie la nature des organismes de recherche et met en cause leur existence. Le gouvernement prétend considérer la recherche comme un investissement d’avenir. Mais il la traite exclusivement comme une source de dépenses à optimiser. La recherche publique doit avant tout être au service de la compétitivité des entreprises d’où des financements à… trois ans. Elle est gérée comme une entreprise privée avec des critères managériaux définis par des indicateurs.

Dans ces conditions, quels besoins d’avoir des organismes nationaux de recherche ? Quoi de mieux que des laboratoires pilotés par des établissements de sites qui lanceront leurs appels d’offre en fonction de leurs priorités scientifiques.

L’Institut Français des Sciences et Technologies des Transports, de l’Aménagement et des Réseaux (IFSTTAR), organisme national de recherche (1300 fonctionnaires) présent en France sur 9 sites, a été fusionné au 1er janvier de cette année à la nouvelle université Gustave Eiffel, fruit de la fusion de l’université de Marne la Vallée et de 3 écoles d’ingénieurs.

Le PDG de l’Inria (2200 fonctionnaires) a proposé que les centres Inria deviennent des centres Inria de l’université X, de l’université Y.

L’Institut des Sciences Biologiques (InSB) du CNRS envisage, compte tenu de ses moyens financiers limités, de désumériser un certain nombre de ses laboratoires.
De son côté l’Inserm (5500 fonctionnaires) cède la gestion de certaines de ses unités à l’université comme à Nantes où sur les 8 UMR, 5 passent en gestion universitaire, pour les 5 prochaines années. À l’issue de ces 5 ans, il y a fort à parier que ces 5 unités passeront sous tutelle universitaire.

Le président de la Conférence des Présidents d’Université (CPU) ne s’en cache pas « Ce qui change peut-être c’est qu’on ne cache plus notre volonté de voir les universités être pilotes de la recherche » (interview News Tank 3 février).

Les organismes nationaux de recherche sont de plus en plus réduits à de simples coordinateurs des programmes du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI). De toutes les manières, ils n’ont plus les moyens financiers de structurer une quelconque politique de recherche.

Plan stratégique Inserm 2021-2025

Le Plan stratégique ne propose que des mesures visant à soutenir l’obtention de contrats de recherche sur projet et à aggraver la précarité. Actuellement, les financements issus des ressources propres de l’Inserm ne constituent que 20% en moyenne des crédits octroyés aux laboratoires et couvrent de manière très incomplète, les coûts de fonctionnement de base de nos structures. Les collègues doivent passer une bonne partie de leur temps à la recherche de financements sur projets pour pouvoir travailler. Le plan stratégique ne fait que renforcer ces pratiques.

Concernant l’emploi, notre organisme est l’un des EPST dont le taux de précarité est le plus élevé avec 39% des salariés (chercheurs, ingénieurs et techniciens) de l’Inserm qui sont sur contrats à durée déterminée ou vacations. Cette situation perdure depuis plus d’une dizaine d’années et, en l’absence de perspectives de recrutements sur postes statutaires, c’est l’avenir de notre institut qui est remis en cause. Au lieu de demander une relance de l’emploi statutaire et d’envisager de réduire la précarité, source de risques psychosociaux, le Plan Stratégique propose de nouvelles formes de contrats précaires, par exemple avec une filière selon le modèle des « tenure track » pour les chercheurs et ingénieurs-docteurs. Ils ne permettent ni de mener dans la durée des recherches originales, ni d’innover et de prendre des risques, ni de garantir la transmission des savoir-faire indispensables à la recherche biomédicale française.

L’avenir de leurs personnels

Le statut de fonctionnaire assure à son titulaire l’indépendance à l’égard du pouvoir politique en lui conférant une série de droits dont ne bénéficient pas les CDI et encore moins les CDD. Ce statut de titulaire est en contradiction avec une recherche quasi exclusivement financée par les contrats. Le chercheur à temps plein fonctionnaire fait partie du monde ancien dont le Président de la République veut se débarrasser.

La loi de la Transformation de la Fonction Publique, votée en août 2019, fait du contrat la norme de travail de la Fonction Publique. La LPPR s’inscrit dans cette loi, en instituant les CDI de projet (oxymore associant contrat à durée indéterminée à un projet qui par définition est à durée définie). Les « tenure tracks » remettent en cause le corps de Chargés de Recherche. L’Inria n’a pas attendu la LPPR pour recruter 24 chargés de recherche en CDI autant que de chargés de recherche sur statut de fonctionnaire. Ces CDI co-recrutés avec les universités ont une obligation d’enseignement. Si un organisme de recherche recrute des enseignants chercheurs, où est la différence avec les universités ? Déjà dans plusieurs projets Idex et Isites, les chercheurs bénéficiant de contrats gérés par les Idex et Isites devront consacrer une partie de leur temps à l’enseignement !

Quant aux ingénieurs et techniciens, leur gestion sera de plus en plus mutualisée avec « les partenaires » des sites.

Salaires

Les rémunérations des personnels de recherche sont scandaleuses et indignes des niveaux des qualifications et de l’engagement professionnel. Les premières annonces de la Ministre ne sont pas brillantes : elle parle de 92 millions d’euros pour revaloriser les primes, soit 37 euros brut par agents. Quant aux salaires cela se réduit à un doublement du 1e échelon de CRCN mais compte tenu du nombre d’années de post-doc personne n’est recruté au premier échelon, cette augmentation n’est en fait que de 1,4 fois le SMIC. Cela reste très en dessous des rémunérations des collègues étrangers. Et pour toutes les autres catégories de personnels … rien !

Retraites

LPPR et loi sur la retraite sont intimement liées. En baissant de 74,8% à 17,8% la cotisation employeur pour le financement des retraites des fonctionnaires, le gouvernement va creuser un trou de 41 milliards d’euros qui ne pourra être comblé que par la baisse des pensions. L’argent que l’État va ainsi récupérer ira pour partie servir à financer les mesures qu’il inscrira dans la loi de programmation, mais pour partie seulement. Le gouvernement entendait introduire dans la loi de réforme des retraites une revalorisation des rémunérations des enseignants chercheurs et des chercheurs en la reportant dans la LPPR. Mais l’avis du Conseil d’État qualifiant de non-constitutionnelle cette disposition, et critiquant sur de nombreux autres points l’étude d’impact qui lui a été remise, devrait obliger le gouvernement à revoir sa copie. Les calculs montrent que ce système de retraite à points va entrainer une chute des pensions pour la plupart des retraités de l’ESR.

Madame La Ministre,
où menez-vous la recherche publique avec votre politique ?

Nous n’en pouvons plus de la précarité. Nous n’en pouvons plus de passer notre temps à courir après les contrats. Nous en avons assez des discours lénifiants ressassés chaque année.

Nous voulons une augmentation conséquente des crédits récurrents condition indispensable de la liberté de recherche. Nous voulons des recrutements sur statut pour tous les personnels, gage indispensable de l’autonomie de la démarche scientifique. Nous voulons des rémunérations dignes de nos professions et des carrières attractives. Nous voulons des retraites décentes dignes de nos engagements professionnels.

Une présidente rebelle ? Réponse du syndicat CGT UT2J

En passant

Syndicat CGT de l’Université Toulouse Jean Jaurès
►  Une présidente rebelle ?

10 février 2020
Le 3 février 2020, la présidente de l’université Toulouse Jean Jaurès publiait un communiqué par lequel elle déclarait son désaccord avec les « perspectives tracées par les rapports préparatoires au projet de loi » de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR).

Qu’en est-il vraiment ?
Pour l’emploi et la précarité par exemple :

« Concernant la précarité, l’UT2J travaille depuis plusieurs années à améliorer ce qui relève de son pouvoir […] pour explorer les pistes qui permettraient de limiter la précarité de certains emplois dans l’ensemble de nos activités. »
La présidente de notre université va-t-elle donc créer tous les emplois nécessaires à son bon fonctionnement ?
Assurément pas !
Puisqu’elle doit reconnaître dans le même texte qu’elle est obligée de composer avec « un contexte budgétaire et d’emploi de plus en plus contraint ».
Impuissance qu’elle a d’ailleurs confirmée publiquement lorsqu’elle a été interrogée sur cette question lors de la séance du Conseil d’administration du mardi 4 février 2020.
Pour rassurer notre communauté universitaire inquiète des projets annoncés du ministère, elle garantit qu’elle relaiera nos prises de position « tant auprès du ministère que de la CPU »
Si le ministère était attentif aux inquiétudes des personnels nous le saurions déjà.
Mais la Conférence des présidents d’université (CPU) ?
Dans son communiqué du 21 mai 2019 « La CPU pour une approche proactive de l’autonomie », les présidents et présidentes d’universités réclamaient notamment :
    • une réduction massive des textes réglementaires qui corsètent les initiatives des établissements.
    • qu’on donne aux universités l’autonomie à la fois de recrutement et de gestion des carrières de ses personnels.
C’est-à-dire, plus précisément :
    • la suppression de la qualification, et la révision de l’ensemble de la procédure de recrutement des enseignants-chercheurs
    • des promotions décidées localement
    • l’assouplissement du cadre des missions des enseignants-chercheurs et de la comptabilisation de leurs activités (la règle des services de 192h TD devenant obsolète)
N’est-ce pas justement ce à quoi aboutit le projet de loi LPPR dont nous avons connaissance ?
En quoi transmettre nos inquiétudes à la CPU / MEDEF de l’ESR devrait-il alors nous rassurer ?
D’autant plus que dans une lettre ouverte le 17 juin 2019 la CGT interpelait la présidente de notre université sur ce communiqué et lui demandait, dans l’hypothèse d’un désaccord avec les orientations portées par la CPU, de quitter la CPU et de mettre fin à la cotisation versée à la CPU par notre établissement pour y adhérer.
Jusqu’à ce jour, aucune réponse de la présidente et il semble bien qu’elle soit restée membre de la CPU / MEDEF.
En l’état, nous ne pouvons attendre une amélioration spontanée de la situation des personnels de notre établissement, ni en terme d’amélioration de nos conditions de travail, ni en terme de rémunération et d’avenir pour nos retraites. Seule la mobilisation de tou·tes permettra de transformer cette situation.
Le syndicat CGT FERC Sup de l’UT2J soutient le mouvement des personnels précaires de l’établissement et appelle les personnels titulaires et précaires à participer activement à la
Dans le « contexte budgétaire et d’emploi de plus en plus contraint » imposé par le gouvernement faut-il  que tant de personnels et l’équipe présidentielle passent autant d’énergie et de temps à la gestion d’un établissement du service public au lieu de se consacrer pleinement au développement de la diffusion des savoirs et à l’élaboration de nouveaux savoirs dans un établissement ouvert et accessible au plus grand nombre ?
Si l’autonomie, trop contraignante, nous empêche de faire notre travail, il faut la rendre !
Lire la pièce jointe
      • Une présidente rebelle ?

 

« Désabusés et en colère » : les jeunes chercheuses et chercheurs et la LPPR

Réforme de la recherche : vers des jeunes chercheurs toujours plus précaires

par un collectif de chercheurs Libération, 5 février 2020

En s’attaquant aux spécificités du modèle de la recherche publique française, la future loi de programmation pluriannuelle risque de renforcer les difficultés de début de carrière des jeunes chercheurs, alerte un collectif. Vous pouvez co-signer la tribune par le lien ci-après: pour signer la tribune.

Tribune. En cette période de préparation de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), nous, jeunes chercheurs et chercheuses, sommes inquiets pour notre avenir dans l’enseignement supérieur et la recherche (ESR). En effet, lors de ses vœux à l’ESR le 21 janvier dernier, Mme Frédérique Vidal a déclaré que «tout chargé de recherche (CR) et tout maître de conférences (MCF) sera recruté à au moins 2 smic». Cette mesure est censée redonner, selon elle, une « attractivité » aux carrières de chercheuses et chercheurs qui ainsi « n’hésiteraient plus à embrasser » la voie de la recherche. Cependant, les jeunes chercheurs et chercheuses motivées sont bien là et n’hésitent déjà pas à s’engager pleinement dans une carrière dans l’ESR ! Malgré la chute vertigineuse du nombre de postes ouverts au cours des deux dernières décennies, tous les ans plusieurs centaines de candidats et candidates se battent pour une demi-dizaine de postes dans chaque discipline. En 2020, le nombre de postes de CR au CNRS a atteint le niveau historiquement bas de 239 postes, alors qu’il était de 359 en 2011, augmentant d’autant la pression de recrutement sur chaque poste. Une chute similaire a eu lieu du côté des universités : c’étaient près de 3 500 postes de MCF qui étaient publiés chaque année jusqu’à la fin des années 1990, pour uniquement 1 600 en 2019, alors même que la démographie étudiante ne cesse d’augmenter.

tiré de “La réforme Macron de l’université”, par Stéphane Beaud & Mathias Millet , La Vie des idées, le 20 février 2018

 

Continuer la lecture