Fermeture des archives : la recherche universitaire prise dans le tourbillon sécuritaire

Le projet de loi relatif à la prévention des actes de terrorisme et au renseignement (PATR), qui sera examiné en hémicycle par l’Assemblée nationale à partir de cet après-midi, 1er juin 2021, ne rencontre pas un écho à la hauteur du danger pour les libertés qu’il représente.

C’est vrai que ce texte – qui est une grande juxtaposition de mesures de surveillance et de contrôle réclamées par les administrations du renseignement et de la sécurité – est non seulement incompréhensible à lire, mais il est, en plus, examiné dans des conditions d’urgence telles qu’elles empêchent tout véritable travail parlementaire. Le communiqué de La Quadrature du net du 27 mai dernier en résume bien le contenu, en quatre volets :

  • Le projet fait entrer définitivement dans le droit commun certaines des mesures de l’état d’urgence (assignations à résidence et perquisitions administratives, en particulier) et crée une « mesure judiciaire de prévention de la récidive terroriste et de réinsertion » ;
  • Il pérennise les dispositifs introduits à titre expérimental par la loi sur le renseignement du 24 juillet 2015, et notamment la surveillance automatisée de l’ensemble des réseaux par des « algorithmes » au fonctionnement secret, chargés de « détecter des menaces de bas du spectre » ;
  • Il réforme l’obligation de conservation généralisée et indifférenciée des données de connexion des Français·es, pour tirer les conséquences de l’arrêt du Conseil d’État du 21 avril dernier ;
  • Il introduit un très grand nombre de mesures d’ajustements du livre VIII – celui sur le renseignement – du code de la sécurité intérieure, d’apparence étroitement techniques, mais qui ont toutes pour point commun d’étendre les prérogatives, déjà gigantesques, des services de renseignement et de sécurité.

Indiscutablement, ce projet de loi est l’un des pires textes produits par l’antiterrorisme et le renseignement en France, poussant plus loin que jamais la bascule « préventive » qui fait de chacun·e des habitant·es de ce pays un·e suspect·e à surveiller.

Nuclear Plant – 26Dec06 (Germany). Crédit: Philippe Leroyer

La fermeture des archives publiques

C’est au beau milieu de ce texte sécuritaire qu’il a été choisi d’introduire, en plus, un article sur l’accès aux archives publiques, qui percutera directement le travail de nombreu·ses universitaires. Il s’agit de l’article 19.

Continuer la lecture

Le directeur de cabinet de Frédérique Vidal manifeste contre la décision du Conseil constitutionnel

A Nice, Estrosi et le directeur de cabinet de Frédérique Vidal soutiennent les policiers contre l’Etat de droit

Christian Estrosi a pris la pose, vendredi 21 mai, entouré de quelques-uns de ses adjoints, venus eux aussi soutenir les policiers municipaux rassemblés place Masséna, à Nice (Alpes-Maritimes). Sur la photo de l’événement, on aperçoit Anthony Borré, son ancien directeur de cabinet, devenu premier adjoint chargé de la sécurité ; Gaël Nofri, ex-conseiller de Marine Le Pen, aujourd’hui adjoint délégué à la circulation ; ou encore Graig Monetti, qui partage son temps entre la mairie de Nice, où il est délégué à la jeunesse, et le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, où il est chef de cabinet et conseiller spécial de Frédérique Vidal1.

Tous sont là pour « protester, selon les mots du maire de Nice, contre la censure du Conseil constitutionnel sur l’expérimentation de pouvoirs accrus aux polices municipales pour mieux protéger nos concitoyens ». La veille, l’institution du Palais-Royal a en effet censuré totalement ou partiellement plusieurs mesures clés de la loi dite « Sécurité globale », dont l’article relatif à l’usage de la vidéosurveillance par drone. Une décision qui passe mal auprès de Christian Estrosi, qui a tout récemment renforcé le dispositif sécuritaire de sa ville – qui compte déjà plus de 3 400 caméras de vidéoprotection – avec trois drones, acquis pour 64 000 euros.

Gaël Nofri, Christian Estrosi, Anthony Borré et Graig Monetti avec les policiers municipaux de Nice, le 21 mai. ©Twitter/@cestrosi

Lire l’article sur Mediapart

  1. Nous soulignons. []

Les archives publiques. Sur une actualité législative récente

La chaîne, généralement consacrée à l’histoire prend le temps de présenter les enjeux très actuels autour des archives françaises, et la situation de blocage actuelle.

Bandeau :  Archives nationales : vue des archives de la Présidence de la République française. Crédit:  Chris93, Wikicommons, 2013

Pierre Glaudes, Principal Ministre du Hcéres en attendant le retour du Roy…

L’actualité du Hcéres s’emballe ces temps derniers. Est-ce qu’on arriverait à la conclusion  du recours contre la nomination des membres du collège et de son président en exercice, encore il y a quelques mois aux ordres dans le palais élyséen? Les derniers soubresauts concernent la démission du directeur du département d’évaluation des établissements et à son nécessaire remplacement.
Désormais, c’est à Pierre Glaudes, étonnant principal ministre du Hcéres, aux entrées à l’Action française, que revient le contrôle de deux départements majeurs du Hcéres. Academia revient également sur les conditions du renouvellement de son « deuxième mandat » de directeur du département d’évaluation de la recherche, suivant le décompte officiel, avec de nouveaux éléments et quelques surprises. Alors que les généraux de réserve se tiennent prêts à abattre la 5e République sur un appel de son monarque, cela ne manque pas de cohérence.

Démission du directeur du département d’évaluation des établissements

20 avril 2021, 17h. La dernière missive du Conseiller présidentiel, dit « président du collège », aux personnels du HCERES.

« Suite au départ d’Abdelaziz Mouline de ses fonctions de Directeur du département d’évaluation des établissements, j’ai proposé à Pierre Glaudes, après avoir consulté le Comité de direction, d’assurer l’intérim des fonctions de Directeur du DEE, en plus des fonctions qu’il exerce déjà en tant que Directeur du département d’évaluation de la recherche, ce qu’il a accepté. Cette décision prend effet immédiatement. […]
Le Président du HCERES. »

Abdelaziz Mouline, professeur des universités en économie de l’Université de Rennes-1, venait pourtant d’être nommé au 1er mars 2021. Selon les mots de Thierry Coulhon, Pierre Glaudes lui succède. Pierre Glaudes enfile donc les anneau et barrette cardinalices, comme d’autres les perles : le voici de fait intronisé Principal ministre d’une partie du royaume de l’évaluation. Rappelons que l’intéressé occupe depuis fort longtemps une position tout à fait singulière dans la Maison Hcéres, au sens propre comme au sens figuré.

Les « talents » du Hcéres changent, Pierre Glaudes reste

Au sens propre tout d’abord, puisque son grand bureau se situe, symboliquement, pile « au-dessus » du bureau du Président (du collège)1. En sociologie des espaces de travail, la position et la taille des bureaux en dit généralement long sur la personne qui l’occupe… Gageons que cette singularité ne déplaise pas à l’intéressé car les caractéristiques géographiques de ce cabinet de travail format XL, à savoir l’altitude, la localisation et la surface, le distinguent délicieusement de ses petits camarades des autres départements… et le placent en nombre de toises carrées à surface quasi équivalente de moquette par rapport au Conseiller Présidentiel Evaluator One.

Au sens figuré maintenant, si l’on se réfère à son ahurissante ancienneté dans la place, qui est contraire, soit-dit au passage, à tous les standards internationaux auxquels  pourtant le HCERES nous biberonne, qui veut que les personnes en charge du pilotage national des évaluations changent très régulièrement…. Pierre Glaudes n’est pas un perdreau de l’année dans le monde de l’évaluation, puisque rentré à l’AERES en 2007, il a déjà été directeur de la section des unités de recherche de l’AERES entre 2011 et 2014 et directeur du département d’évaluation de la recherche du HCERES, « officiellement » de mars 2016 à mars 2021, les mandats en cours ayant été prolongé d’un an durant l’interminable intérim de 2020-2021 qui a conduit à la nomination abracadabrantesque de Thierry Coulhon.

Autre détail singulier, l’intéressé dont les hauts faits scientifiques n’émeuvent personne2. Le chantre des fameux « indicateurs d’activités » et des « produits de la recherche », piliers des évaluations en tous genres que glorifient la LPR, est au coude-à-coude avec une autre championne de la catégorie, Frédérique Vidal en personne !)), n’a également jamais dirigé de laboratoire au sens d’une unité mixte de recherche (UMR), ce qui est pourtant la norme pour l’immense majorité des laboratoires labellisés en France… Sur son CV officiel, en ligne sur le site internet du HCERES, on peut y lire dans la rubrique « Direction d’unités de recherche et de réseaux de recherche » qu’il a été responsable de trois « équipes » à Grenoble et à Toulouse. Celui qui a en charge l’évaluation de l’ensemble des unités de recherche françaises depuis de (trop) longues années ne s’est donc jamais frotté à la direction d’une structure dépassant, soyons généreux, une quinzaine de permanents. Amusant ! C’est un peu comme si le responsable des manuels d’instructions de vol sur Boeing ou Airbus n’avait jamais piloté qu’un Piper Cherokee. Tant que l’on reste sur Flight Simulator, après tout…

Mais l’essentiel n’est pas là.

Pierre Glaudes exercerait contînûment la fonction de directeur de département du Hcéres depuis 2014

Dans l’un de nos précédents billets « Hcéres : les directeurs changent et l’islamo-gauchisme avance » sans nul doute transporté d’enthousiasme de voir ce grand spécialiste de la littérature maurassienne, co-auteur du Livre noir de la Révolution française ((gros succès à la librairie du Puy-du-Fou)), reconduit dans ses éminentes fonctions, nous avions, un peu trop vite conclu : »Le voilà en piste pour un 2e mandat, cette fois au sein du HCERES, avec remise du compteur à zéro ».  C’est désormais un point du CV de Pierre Glaudes qui intrigue la rédaction d’Academia. Le document stipule :

« Il est depuis novembre 2014 en délégation partielle au Hcéres, où il a été nommé en avril 2015 directeur du département d’évaluation de la recherche. »

Nous avons donc reconstitué précisément la chronologie des évènements, à partir d’une archéologie des documents officiels disponibles en ligne et détreré l’os.

L’urne contenant le cœur attribué à Louis XVII, fils de Louis XVI et conservée à la basilique de Saint-Denis (Seine Saint-Denis). Crédit: Pierre-Emmanuel Malissin et Frédéric Valdes, CC-BY

Continuer la lecture

  1. Au 6e niveau pour celles et ceux qui connaissent les lieux. []
  2. Pierre Glaudes peut s’enorgueillir d’un score bibliométrique littéralement stratosphérique ((h-index = 9 tout mouillé sur Google Scholar. []

« Le droit d’agir, le devoir de rendre compte »

  • par Barbara Serrano, sociologue – publiée dans Le Monde, 29 mars 2021

Tribune. Il y a un an, le 17 mars 2020, la France était confinée pour faire face à la pandémie de Covid-19 devenue hors de contrôle. Fin janvier, le mot d’ordre du président de la République est désormais « Tout sauf le confinement ». Il rejette alors la proposition d’un confinement strict d’un mois défendue par le conseil scientifique.

Seule cette mesure aurait permis de ramener la circulation du virus SARS-CoV-2 autour de 5 000 contaminations par jour – seuil fixé par Emmanuel Macron lui-même pour contrôler l’épidémie et déconfiner –, contre plus de 30 000 par jour actuellement. Elle nous aurait fait gagner du temps en reprenant la main sur le traçage des contaminations et en avançant la campagne de vaccination.

Du fait du « pari politique » d’Emmanuel Macron, l’épidémie s’est intensifiée et, comme avaient mis en garde les modélisateurs, plusieurs régions à forte densité, telles que l’Ile-de-France et les Hauts-de-France, puis aujourd’hui le Rhône, l’Aube et la Nièvre, ont largement dépassé les seuils d’alerte de 250 cas hebdomadaires pour 100 000 habitants, seuils déjà moins stricts que ceux fixés dans les pays voisins (par exemple, 100 pour 100 000 en Allemagne).

Portrait officiel du président de la République française Emmanuel Macron au Palais de l’Elysée, Paris, France. — Soazig de la Moissonniere/SIPA

Continuer la lecture

Racisme d’État : les « Sages » républicains se réunissent en non-mixité

Il y a quelques jours, le Sénat a remis dans son agenda l’interdiction pour les femmes portant le voile d’accompagner des enfants lors de de sorties scolaires. Aujourd’hui, les “Sages” ont adopté un nouvel  amendement puant relatif au projet de loi “contre les séparatismes”1.

Sous le nom explicite d’“amendement UNEF”, il prévoit que l’organisation de réunions en non-mixité racisée devienne un argument politique pour requérir la dissolution administrative à l’encontre des associations et “groupements de fait”. Outre le fait que ce choix d’intitulé explicite semble inscrire dans la loi la haine des syndicats étudiants, son contenu vise une pratique de lutte spécifique et laisse encore une fois entendre que les antiracistes sont les vrai∙e∙s racistes.

Nous réaffirmons notre soutien total à l’UNEF qui subit depuis des semaines les attaques racistes et réactionnaires des responsables politiques et du gouvernement. Nous sommes révolté·e·s et très sincèrement effrayé·e·s par le virage fasciste que prend la sphère politique française.

Continuer la lecture

  1. https://www.mediapart.fr/journal/france/020421/amendement-unef-au-senat-la-gauche-tombe-dans-le-piege?onglet=full… []

L’église de la scientométrie

En créant l’Église de Scientologie, Lafayette Ronald Hubbard, dit L. Ron Hubbard, introduisit la pratique essentielle d’audition des adeptes à l’aide d’un E-Meter ou « électro-psychomètre », instrument supposé pouvoir mesurer l’état ou les changements d’état spirituel de la personne auditée ou de l’être vivant.

L Ron Hubbard utilisant son Hubbard E-Meter pour déterminer si les tomates éprouvent de la douleur, en 1968

L’appareil n’est en réalité qu’un simple ohmmètre (ou pont de Wheatstone) permettant de mesurer des variations de résistance de quelques micro-ohms, évidemment en rien liées à l’état psychique de la personne qui tient les électrodes conductrices, tout au plus induites par une sudation ou une sécheresse des mains qui modifie la résistance des contacts main-électrode. Pour l’affaire qui nous concerne, l’intérêt de cette mise en scène ne vient pas du caractère grotesque de la mesure ou de son interprétation délirante. Cette pratique montre que L. Ron Hubbard, en fin connaisseur – manipulateur – de la psychologie humaine et de ses failles, avait parfaitement saisi l’importance d’un marketing de type Canada Dry (« Ça a la couleur de la science, le goût de la science… mais ce n’est pas de la science ! ») pour ancrer les principes fondateurs de sa « religion » dans une soi-disant vérité scientifique et par là même promouvoir son entreprise sectaire.

Quoi de plus convaincant, en effet, que de confier l’évaluation des états d’âmes des adeptes à un « instrument de laboratoire » plutôt qu’à un oracle ? Dans le cas de l’audition scientologue, la démarche est théâtralisée, ritualisée même ; elle consiste à effectuer des « mesures » et à générer des données personnelles relatives à la personne ainsi « auditée » grâce à ce fameux électromètre. Cette dernière se soumet à l’examen et est généralement convaincue (sinon elle ne serait pas là) que l’audition va lui apporter des informations sur son état psychique et l’aider à progresser dans sa quête de spiritualité.

Alléluia.

La science de la technobureaucratie — ou sa religion

Quel lien entre l’Église de Scientologie, l’électromètre de Ron Hubbard et l’évaluation de la recherche en France ? Aucun, a priori, tant les deux mondes sont antinomiques à tous points de vue. Sauf que, à y regarder de plus près, certains éléments de cette pratique de la scientologie pourraient se retrouver dans la nouvelle religion qui enflamme la haute technobureaucratie de la recherche française depuis les années 2000 : la scientométrie.

Continuer la lecture

Le MESRI fait appel de la décision du tribunal administratif de Paris réintégrant la Ferc-CGT aux discussions ; satisfaction du SGEN, du SNPTES et de l’UNSA

Extraits. Le MESRI a décidé de faire appel de la décision en référé du tribunal administratif de Paris du 9 mars 2021, qui lui enjoignait de convier la Ferc-CGT aux réunions du comité de suivi de l’accord du 12 octobre 2020 relatif à l’amélioration des rémunérations et des carrières, apprend AEF info le 29 mars 2021. Le tribunal justifiait sa décision par le fait que les discussions de ce comité de suivi portaient sur des sujets plus larges que ceux mentionnés dans l’accord, ce qui impliquait, selon lui, d’y associer les organisations représentatives. (…)

La CFDT manifeste à Rennes contre la loi travail © SIPA

Continuer la lecture

Mise en place du Comité des Financeurs de l’Inria et rappel des libertés académiques. Communiqué du SNTRS/SNCS-FSU, 23 mars 2021

23 mars 2021
Dans la droite ligne du COP, la création d’un « comité des financeurs » a été soumise au vote du conseil d’administration de l’Inria le jeudi 11 mars. Ce comité devra contrôler l’utilisation des moyens incitatifs vers l’implémentation de la politique scientifique du COP1, ces moyens étant octroyés par les différents financeurs publics de l’institut. Dans la note associée à cette création, il est explicitement affirmé qu’Inria ne travaille pas « pour lui » et n’est « qu’un instrument au service de l’État ». Ce document étant le seul de ce CA marqué « Confidentiel », nous ne pouvons pas le partager avec l’ensemble des personnels de l’institut.
Les élu·e·s SNCS-FSU et SNTRS-CGT au CA s’opposent à cette vision réductrice des missions de l’Inria et ont voté contre la mise en place de ce comité. Ils ont présenté la motion ci-dessous lors du conseil d’administration.

Motion présentée au Conseil d’Administration

Les élu·e·s SNCS-FSU et SNTRS-CGT souhaitent interpeller l’ensemble du Conseil d’Administration sur la mise en place du comité des financeurs (Point 9 de l’ordre du jour du CA). En effet, dans ce point il est écrit : « À ce titre, il est explicitement affirmé qu’Inria ne travaille pas « pour lui » et n’est « qu’un instrument au service de l’État » « . Les élu·e·s rappellent que l’Inria est un institut de recherche publique, et que les missions de ses personnels sont définies par le code de la recherche. Ces missions comprennent en particulier le développement des connaissances, leur transfert et leur application dans les entreprises, et dans tous les domaines contribuant au progrès de la société, l’information des citoyens et la diffusion de la culture scientifique et technique dans toute la population. Le code de la recherche précise également que les statuts des personnels de recherche doivent garantir l’autonomie de leur démarche scientifique pour l’accomplissement de ces missions.
La charte européenne du chercheur, signée par l’Inria, indique :
« Les chercheurs devraient centrer leurs travaux de recherche sur le bien de l’humanité et l’extension des frontières de la connaissance scientifique, tout en jouissant de la liberté de pensée et d’expression, ainsi que de la liberté de déterminer les méthodes qui permettent la résolution des problèmes, selon les pratiques et principes éthiques qui sont reconnus. »
Il est donc très réducteur d’écrire que l’Inria « n’est qu’un instrument au service de l’État » et cette formulation pourrait induire une volonté de revenir sur la liberté académique.
Comme le document l’indique, la création du comité des financeurs s’inscrit dans la droite ligne du COP auquel nous nous opposons depuis sa première présentation. Il aura pour conséquence l’augmentation des financements sur projets au détriment des financements pérennes et la précarisation des chercheurs par l’augmentation des contrats à durée déterminée et la dégradation de la qualité du travail scientifique. La formulation peut-être maladroitement trop franche du document d’aujourd’hui est une excellente illustration du caractère délétère du COP.

  1. ce comité est également supposé vérifier que les différentes tutelles fournissent bien les financements auxquels elles se sont engagées, toutefois au vu de la composition de ce comité (représentants des tutelles, et pas de représentants syndicaux), on se rend bien compte de l’asymétrie du procédé. []

Projet de loi sur les principes républicains : le niveau des eaux continue de monter

Il se passe quelque chose d’assez étrange en ce moment : si de nombreux·ses collègues et de nombreuses institutions se sont résolument élevé·es contre les attaques en « islamo-gauchisme » et autres « militantismes » lancées de toutes parts dans le sillage de Frédérique Vidal, les dispositions concernant les universités qui ont été introduites dans le projet de loi confortant le respect des principes de la République ne semblent, en revanche, pas émouvoir grand monde.

Pourtant, nous avons désormais dépassé le seul stade des paroles odieuses sur les plateaux de télévision : le parlement travaille en ce moment à les transformer en obligations et interdictions concrètes.

Peut-être cet intérêt tout relatif de la communauté universitaire s’explique-t-il par le fait que ce sont les étudiant·es qui se trouvent le plus frontalement visé·es. Peut-être est-ce aussi l’effet d’une grande fatigue : le caractère ininterrompu des attaques contre l’ESR fait qu’il est de moins en moins pertinent de parler de « vagues » réactionnaires, alors qu’il s’agit, en réalité, d’une implacable et continue montée des eaux aux émanations pestilentielles.

Double discours de la CPU

Rien, pas une réaction de la conférence des présidents d’université (CPU), par exemple, à la suite des deux nouveaux articles introduits le 18 mars 2021 dans le projet de loi confortant le respect des principes de la République, alors que c’est le versant étudiant des franchises universitaires qui se trouve remis en question par le parlement, comme nous l’avons déjà expliqué.

Pire même, le président de la CPU, Manuel Tunon de Lara a fait le choix de mettre encore un peu d’huile sur le feu : le 16 mars dernier, il a écrit à tou·tes les membres de la commission des lois et de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat – dans une lettre qu’Academia s’est procurée, mais que la CPU s’est bien gardée de rendre publique – pour alimenter la grande peur panique en cours :

« La vraie menace [écrit Manuel Tunon de Lara] réside dans le risque d’intrusion des religions et d’idéologies diverses dans la science, le contenu des enseignements ou des champs de recherche, au mépris de la liberté de chaque enseignant d’exprimer sa pensée et de la liberté des étudiantes et étudiants inscrits d’assister aux enseignements dispensés, et en violation des franchises universitaires ».

Il apparaît que c’est un véritable double discours que tient la CPU, quand on sait que deux jours plus tard, elle twittait publiquement toute autre chose de sa rencontre avec le président du Sénat, Gérard Larcher :

Capture d’écran d’un message de la CPU du 18 mars 2021

Continuer la lecture

Academia a demandé audience au président du Sénat au sujet de la protection constitutionnelle due aux libertés académiques et au droit d’étudier

De: Christelle Rabier
À: Gérard Larcher
Cc: academia redaction
Envoyé: Mardi 23 Mars 2021 09:31:59
Monsieur le président du Sénat,
au nom de la rédaction d’Academia, je me permets de vous écrire afin de vous demander audience. 
Àquelques jours de l’examen d’un projet de loi visant à renforcer les principes de la République en hémicycle, la rédaction d’Academia juge désormais critique de confier l’Appel solennel à la protection des libertés académiques et du droit d’étudier (https://academia.hypotheses.org/27287 )- au garant de la Constitution et de ses principes que vous êtes en qualité de président du Sénat. Cet appel a déjà été signé par des dizaines d’acteurs majeurs de l’enseignement supérieur et de la recherche.
Cet appel, initié le 28 octobre 2020, soit peu de temps avant le vote définitif de la loi de programmation de la recherche 2021-2030, conserve plus que jamais sa brûlante actualité. Depuis octobre en effet, les attaques n’ont cessé de se multiplier à l’endroit d’universitaires en exercice ou de présidents d’université, tant à l’initiative de parlementaires, que de médias et désormais de la part de la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation. Les médias étrangers ne cessent d’alerter sur les graves dangers que courent les libertés académiques françaises depuis janvier 2021, après que des universitaires du monde entier ont exprimé leur inquiétude. Reprenant la requête formulée par la Commission permanente du Conseil national des universités le 6 novembre 2020 (https://academia.hypotheses.org/27925), qui jugeait que toute communication entre la Ministre et la communauté des universitaire était rompue, une pétition de 22 000 universitaires demandant la démission de Frédérique Vidal sera remise ce jeudi 25 mars au Premier Ministre (https://www.facebook.com/events/274450924273713).
Compte tenu des dispositions que comportent désormais les amendements déposés par la Commission Culture, nous en appelons au troisième personnage de l’Etat afin de nous assister dans la préservation des principes constitutionnels touchant aux libertés académiques et aux franchises universitaires.
C’est pourquoi nous sollicitons une audience qui nous permettrait de lire et de remettre publiquement notre appel, en présence des représentants de la presse, avant l’examen du projet de loi « Principes républicains », soit le lundi 29 en journée, ou le mardi 30 dans la matinée.
Dans l’espoir que vous accéderez à notre demande, je vous prie d’agréer, Monsieur le président, l’expression de la haute considération dans laquelle vous tient la rédaction d’Academia,
Christelle Rabier, pour la rédaction d’Academia
_________________________
La rédaction d’Academia n’a obtenu  à ce jour aucune réponse

Sur Academia

Les démolisseurs de l’extrême – Épisode II. Thierry Coulhon, évaluateur- et déontologue-en-chef

Pour son deuxième épisode des « démolisseurs de l’extrême » version ESR ((Premier épisode, Les démolisseurs de l’extrême – Épisode I. Bernard Larrouturou et Antoine Petit, 16 mars 2021,  Academia se voit contraint de bousculer sa programmation et de consacrer un billet spécial à la montée en grade expresse de Thierry Coulhon, le démolisseur en chef de l’évaluation, nommé cette semaine… membre du collège de déontologie au sein du ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche ! Non, vous ne rêvez pas, demandez à votre voisin∙e de vous pincer légèrement, prenez éventuellement un rasade de whisky ou un Lexomil, c’est selon, et lisez la suite.

Surprise, surprise dans le très sérieux Journal officiel du 25 mars 2021, un court arrêté ministériel qui pourrait presque passer inaperçu vient d’être publié. Academia se permet une recopie intégrale de la bulle ministérielle :

« Par arrêté de la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation en date du 19 février 2021, M. Thierry COULHON, président du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur, est nommé membre du collège de déontologie au sein du ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche, en remplacement de M. Michel COSNARD, appelé à d’autres fonctions, pour la durée du mandat restant à courir »

Une explication s’impose.

C’est un arrêté en date du 1er mars 2018 qui fixe les missions et la composition collège de déontologie au sein du ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche. D’après son article 4, le « président du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur » est membre de cette instance. Au passage, on notera de nouveau l’imprécision juridique du texte puisque cette fonction n’existe pas, l’arrêté aurait dû parler du « président du collège » du HCERES…

Ensuite, c’est la ministre qui nomme.

« Réintroduire du sens dans l’évaluation scientifique, cela veut dire : Simplifier les procédures ;
Renforcer l’indépendance du @Hceres_ ; Conforter l’utilité de l’évaluation. Un grand merci à son président, Thierry @coulhon, pour nos échanges de ce matin! » @frederiquevidal, 15 mars 2021

Continuer la lecture