Faire grève dans l’ESR

Comment faire grève dans l’ESR ? Avec la multiplication des statuts, il n’est pas toujours simple de s’y retrouver. Suite à un fil de JS Carbonell faisant le point, voici un certain nombre de ressources syndicales et non-syndicales1

https://twitter.com/AuroreKoechlin

Crédit: A. Koechlin, 2022

 

 

  1. Merci à JS Carbonell, N. Pinsard, M. Sonnette. []

Le président de l’Université de Paris-10 Nanterre alerte sur « une sous-dotation qui ne permet plus l’accomplissement dans des conditions acceptables de nos missions de service public »

Comme vous le savez l’établissement est engagé dans un travail de fond sur l’évaluation de ses besoins en termes de soutien de l’Etat, et alerte avec vigueur la tutelle, depuis plusieurs mois, sur la gravité de la situation. Celle-ci peut être décrite très simplement comme une sous-dotation qui ne permet plus l’accomplissement dans des conditions acceptables de nos missions de service public.

C’est sur cette base que nous avons obtenu, d’abord fin 2021 puis cet été, des soutiens en termes de moyens, au total 2,7 millions d’euros, dont 1,7 pérenne. Ce n’est nécessairement qu’une étape, et nous poursuivons ce travail, appuyé par un conseil sollicité au niveau de France Universités et en relation étroite avec le rectorat de région académique. Il s’agit de s’inscrire dans une démarche globale pluriannuelle et de spécifier exactement ce qui justifie nos besoins.

Continuer la lecture

Mécène fantôme, mécène fantoche — BNP Paribas, financeur quasi-exclusif de la licence Sciences pour un Monde Durable

Grâce à une décision de justice, nous avons enfin les montants versés par les deux mécènes de la licence BNP !

Après deux ans de bataille judiciaire, le Tribunal administratif de Paris a ordonné à l’Université PSL de nous communiquer les montants du financement de BNP Paribas et Foncia pour la licence « Sciences pour un monde durable ».

PSL nous a enfin envoyé les montants du financement de la licence BNP. C’est atterrant, bien pire que tout ce que nous pouvions imaginer.

7.985.129 € sur 6 ans pour la BNP.
300.000 € sur 3 ans pour Foncia.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : Foncia, avec un montant presque 30 fois inférieur à celui de la BNP, est là pour la figuration. Engie n’est pas impliquée, contrairement à ce qui avait été indiqué en Conseil d’administration (CA) de PSL1 ! La direction de PSL se félicitait d’une pluralité de mécènes, renforçant l’indépendance de la formation vis-à-vis de ceux-ci. Un mécène fantôme et un autre fantoche, pour une indépendance en carton.

Par ailleurs, Alain Fuchs, le président de PSL, prétendait que la formation était en majorité financée par l’État. Mais cela ne tient pas si on compare le montant des dons de la BNP par rapport aux dépenses annuelles nécessaires pour un étudiant·e en France.

En effet, le mécénat de la BNP est d’environ 2 millions d’euros par an pour 3 promotions de 30 étudiant·es, soit plus de 22.000 € par étudiant·e et par an, bien au-dessus du coût moyen, à savoir environ 12.000 €2. Avec les seuls mécènes, la formation serait déjà extrêmement bien dotée. Si, comme le dit M. Fuchs, l’État la finançait en majorité, le coût par étudiant·e reviendrait au moins à 44.000 € par étudiant·e et par an, une somme complètement invraisemblable. À moins que M. Fuchs ne fasse allusion aux réductions d’impôt dont la BNP a pu bénéficier en contrepartie du don, soit 60 % du montant des dons.

La confidentialité est bien pratique puisqu’elle permet de raconter n’importe quoi. Comment PSL peut-elle encore prétendre que cette formation est indépendante de son (quasi-)unique mécène ? Comment croire qu’au moment de renouveler ou non son financement après 2024, BNP Paribas ne sera pas en position de force pour imposer ses conditions ? Il serait désastreux que la formation cesse brusquement d’être financée, alors qu’elle dure trois ans et que des étudiant·es s’y seront engagées pour décrocher un diplôme de niveau licence. PSL n’aura alors pas le choix que de supplier le mécène de renouveler son aumône…

Enfin, PSL promettait qu’il n’y aurait pas de contrepartie. Notons que Laurent David, le PDG de BNP Paribas Personal Finance, et Philippe Salle, le président de Foncia, ont été nommés au Conseil d’administration de la fondation PSL en février 20213.

Où est l’indépendance de l’enseignement supérieur public ? Toute compromission de ce service public avec des intérêts privés fait courir le risque d’une perte d’indépendance, d’un enseignement dégradé, de pressions, d’une recherche aux ordres4.

Merci de nous avoir suivi·es dans cette aventure qui prend fin maintenant, sur une belle victoire qui en appelle d’autres. Luttons pour un enseignement supérieur public, gratuit, égalitaire et émancipateur pour tout·es !


Sur Academia

  1. Voir le compte rendu du Conseil d’administration de PSL du 28 mai 2020, p. 12 : https://www.psl.eu/sites/default/files/Compte-rendu%20du%20CA%20de%20l’Universit%C3%A9%20PSL%20du%2028%20mai%202020%20-%20version%20adopt%C3%A9e%20au%209%20juillet%202020.pdf []
  2. Voir https://www.letudiant.fr/educpros/enquetes/la-formation-d-un-etudiant-dans-l-enseignement-superieur-a-coute-en-moyenne-11530-euros.html []
  3. Voir le compte rendu du Conseil d’administration de la fondation PSL du 9 février 2021, p. 3 : https://psl.eu/sites/default/files/CR_Conseil_administration_Fondation_UniversitePSL_09022021.pdf []
  4. Nous conseillons la lecture de : https://blogs.mediapart.fr/edition/au-coeur-de-la-recherche/article/060611/lappel-de-la-chaire []

Liberté d’expression du fonctionnaire : lettres à Jean-Michel Blanquer, ministre

Academia republie la correspondance de Sebastian Nowenstein avec le Ministère de l’Éducation nationale. Courageusement, cet enseignant met en évidence les intimidations subies par les fonctionnaires, pourtant doté‚es de liberté d’expression. Ces échanges, consultables sur son blog ou sur ses pages Club de Mediapart, nous apparaissent comme un outil de formation à la défense de l’exercice de ce droit fondamendal. Elles montrent, surtout, que face à une réponse déterminée et argumentée, les intimidations restent souvent sans suite.

Alors que Pap Ndiaye vient de prendre ses fonctions de Ministre de l’Éducation nationale et de la jeunesse — lui qui dans sa mission de directeur du Musée de l’histoire de l’immigration n’a pas semblé soucieux de protection des libertés syndicales ou de protection des agent·es de la fonction publique — il est important de défendre notre liberté d’expression en l’exerçant.

https://twitter.com/marephilo/status/1477259205639905281?s=20&t=hmBSglaxcyX1EVmDtsgvRA

Lever de soleil. Crédit: @marephilo, 1er janvier 2022


Lettres adressées au ministre Blanquer par la voie hiérarchique et restées sans réponse.

A Lille, le 15 février 2022.

Monsieur le Ministre,

s/c du chef d’établissement,

Peu de temps après votre arrivée aux affaires, je recevais un recommandé du Recteur de mon Académie. Il y affirmait que les écrits que je publiais dans mon blog contrevenaient à mon devoir de réserve et à mon obligation de neutralité.

Suite à ma réponse, consultable ici, j’ai été invité à me rendre au Rectorat, où, lors d’une réunion en présence du doyen des inspecteurs et de deux autres hauts responsables de l’académie, les allégations du Recteur ont été examinées.

J’ai exprimé ma perplexité devant le manque de précision des reproches que l’on m’adressait et ai défendu la position que mes écrits s’inscrivaient dans le cadre de la liberté d’expression que la loi garantit au fonctionnaire.

Je ne pense pas avoir convaincu mes interlocuteurs, mais j’ai poursuivi mes publications et aucune procédure disciplinaire n’a été entamée à mon endroit.

Par son inaction, l’administration a reconnu le bien-fondé de ma position.

Continuer la lecture

[Licence BNP] Décision historique du Tribunal administratif sur la transparence du mécénat : que demander de plus ?

Le collectif PSL contre-attaque s’est battu pendant deux ans pour obtenir les conventions de mécénat de la licence « Sciences pour un monde durable », conclues par PSL avec BNP Paribas et Foncia. Le 22 avril, le Tribunal administratif de Paris a finalement tranché en notre faveur1.

Cette victoire historique de la transparence sur le secret des affaires a été couverte par Soazig Le Nevé dans Le Monde, par Sarah Piovezan dans AEF info, et par Coline Emmel dans Gotham City.

Cependant, nous attendons toujours que PSL se conforme à la décision et nous envoie les conventions. Elle a jusqu’au 26 mai !

Alors que la justice s’impose comme un allié dans la lutte contre les catastrophes écologiques, la transparence sur le mécénat peut aider à réduire l’influence des entreprises polluantes. Nous souhaitons donc ici partager le capital militant acquis dans cette affaire avec d’autres collectifs qui souhaiteraient se lancer dans de telles démarches, et leur donner des armes juridiques.

Nous faisons une brève explication du droit d’accès aux documents administratifs, suivie de l’analyse de la décision.

 

Continuer la lecture

  1. Nous avons publié à cette occasion un communiqué de presse. Un résumé du combat juridique complet est disponible ici []

De la stratégie du boa constrictor à l’université : le plan social que nous refusons de voir

  • Magali Nachtergael, professeure en études françaises et francophones

Update 10/3/2022

Cette année, une fois encore la baisse généralisée des recrutements pérennes frappe l’enseignement supérieur – et le CNRS1. Ce fait s’explique parfaitement par le programme annoncé du président Macron en 2017 : supprimer 100.000 fonctionnaires. Les fonctionnaires en question, inutile de chercher plus loin, c’est nous. Cette idée devrait éclairer les opérations de réduction qui sont mises en place depuis le vote de la LRU et qui participent de la « clarification » de l’offre de formation et surtout de l’austérité pour limiter le déficit public.

Il faut donc voir cette politique similaire à celle qui frappe l’hôpital public et auparavant qui a frappé France Telecom : un plan social à échelle nationale. Ne pas regarder la situation froidement et avec lucidité a de lourdes implications : penser que la situation va s’améliorer (spoiler : non) et qu’il y aura un jour des recrutements, à nouveau, entraîne de mauvais choix, qui mettent en péril et la structure qui les encadre, et les personnels qui les appliquent. Ces mauvais choix quels sont-ils ? le premier est de continuer comme avant en espérant que la situation se rétablisse. Elle ne se rétablira pas. Qu’on parte de ce postulat, et l’on clarifie les choses. Ensuite, croire en l’autonomie de l’université. C’est une illusion : c’est le Ministère qui pilote et attribue les dotations de fonctionnement, notamment pour la masse salariale. Il faut donc lui « plaire » en fonction des politiques explicites ou implicites qui sont mises en place pour obtenir des labels, Idex, Isite, EUR, PIAx, bref les dispositifs qu’il met en place pour identifier les établissements « excellents ». Ceux qui se restructurent (en fusionnant par exemple) peuvent avoir un bonus. Mais la fusion doit présenter un projet d’excellence ou d’avenir. Ce sont ces quelques bons élèves – les universités qui se tiennent sages – qui seront récompensés par des postes. Cela peut sembler abrupt mais c’est ainsi.

https://www.flickr.com/photos/feuilllu/14729141397/in/photolist-oryGzK-orx94h-oHMhBr-orx4hc-2hqjFjm-cAWMDw-YkGpDC-GRjmw9-t1Uurm-oryygF-2ksudLF-eSMQEC-orxt86-orvEav-oruZ3A-hNRYVq-orxwQt-oFXQay-hBjy4k-oJ1jpj-orxug8-hBj6ys-eSMM3m-eSA1cT-oJ3czr-vN2yR6-eSBSq6-eSNMw1-orxFhu-eSBgWe-eSBzY2-hNRY2m-vvqp6W-eSNAzs-oruV8R-eSNX1m-hNRcLD-s58iNU-hBmS2t-eSBDJM-eSB7JH-mkmVhk-kjotRx-eSMFbj-eSBPWM-eSA75x-eSCupa-eSN77o-2hmtjQT-eSCxpa

Mucem, Marseille. Crédit: Pierre Metivier, 2013

1. Le spectre du « collegium » : éviter la périphérisation voire la disparition

Selon le principe de « savoir situé », j’aimerais juste partager mon expérience et mon analyse, loin d’être unique comme en témoignent les discussions avec les collègues, pour énoncer explicitement cette nouvelle configuration dans laquelle nous nous sentons fort impuissants – et pour cause – mais qui n’est pas forcément sans issue. Des concessions de taille sont à prévoir, hélas mais il en va aussi de nos conditions de travail, qui se sont dégradées au point d’entamer santé et motivation de beaucoup d’entre nous. Car ce n’est pas seulement l’accueil des étudiant·es qui est au cœur de l’université de demain, c’est aussi notre capacité à fournir un travail de qualité, de ne pas mettre notre santé en péril et enfin, de préparer un avenir pour les EC et chercheur·es qui viendront après nous.

Je vais partir de mon expérience de directrice de département à l’université Paris 13 (Université Sorbonne Paris Nord) de 2017 à 2019, année de conception d’une nouvelle offre de formation, licence et master. Mon point de vue est partiel mais dans cette université, nous avons toujours discuté de façon directe et été informés de façon je pense très transparente, ce qui a permis une vision nette des enjeux financiers et humains et des demandes du ministère, malgré une certaine opacité sur les arbitrages finaux de leur part (c’est le jeu politique, la part qui échappe). Aussi nous avons rencontré et discuté avec les vices présidents chargés des moyens et de la formation et de la vie étudiante, de sorte que malgré quelques épisodes en langues de bois, les choses étaient claires. La pression du Ministère était forte. Nous devions donc faire nos choix en connaissance de cause : on nous laissait la possibilité de nous restructurer, avant de nous faire restructurer, de façon bien moins diplomatique et potentiellement pertinente, selon le principe du redéploiement. En résumé, il fallait que nous choisissions ensemble ce que nous allions sacrifier et ce que nous allions renforcer, maintenir, lier à nos projets de recherche, tout simplement pour pouvoir continuer à travailler librement, ce qui n’est pas un enjeu secondaire. Cette expérience ressemble, je le sais, beaucoup à celle d’autres collègues, avec des nuances, et témoigne aussi de la pression qui repose sur les personnes chargées de faire ces coupes, toujours à contrecœur.

Continuer la lecture

  1. Je remercie Lionel Larré pour m’avoir incitée à mettre au clair une réflexion commencée il y a plusieurs années sur le sujet. Ce billet, rédigé dans le peu de temps disponible d’une EC lambda, a été relu par Cédric Brun, que je remercie chaleureusement. []

La “réponse” gouvernementale aux étudiant·es qui crèvent la dalle

Face à l’interminable file d’attente pour la distribution alimentaire, le 9 décembre 2021, Majdi Chaarana posait la questionQue fait le gouvernement pour répondre à cette crise sociale?” sur twitter.

Nous l’avons aussi relayée sur Academia.

Oyez oyez, voici la réponse, tombée sur le même réseau social seulement deux jour après que Majdi Chaarana l’ait posée !!!

A partir du constat que 37% des 18-24 ans sautent au moins un repas par semaine pour des raisons financières, le gouvernement exhorte les personnes de bonne volonté à “aider un étudiant grâce à des dons alimentaires” !

Vous ne nous croyez pas ? En voici la preuve:

#mêmepashonte #ResistESR

Fermeture des archives : la recherche universitaire prise dans le tourbillon sécuritaire

Le projet de loi relatif à la prévention des actes de terrorisme et au renseignement (PATR), qui sera examiné en hémicycle par l’Assemblée nationale à partir de cet après-midi, 1er juin 2021, ne rencontre pas un écho à la hauteur du danger pour les libertés qu’il représente.

C’est vrai que ce texte – qui est une grande juxtaposition de mesures de surveillance et de contrôle réclamées par les administrations du renseignement et de la sécurité – est non seulement incompréhensible à lire, mais il est, en plus, examiné dans des conditions d’urgence telles qu’elles empêchent tout véritable travail parlementaire. Le communiqué de La Quadrature du net du 27 mai dernier en résume bien le contenu, en quatre volets :

  • Le projet fait entrer définitivement dans le droit commun certaines des mesures de l’état d’urgence (assignations à résidence et perquisitions administratives, en particulier) et crée une “mesure judiciaire de prévention de la récidive terroriste et de réinsertion” ;
  • Il pérennise les dispositifs introduits à titre expérimental par la loi sur le renseignement du 24 juillet 2015, et notamment la surveillance automatisée de l’ensemble des réseaux par des “algorithmes” au fonctionnement secret, chargés de “détecter des menaces de bas du spectre” ;
  • Il réforme l’obligation de conservation généralisée et indifférenciée des données de connexion des Français·es, pour tirer les conséquences de l’arrêt du Conseil d’État du 21 avril dernier ;
  • Il introduit un très grand nombre de mesures d’ajustements du livre VIII – celui sur le renseignement – du code de la sécurité intérieure, d’apparence étroitement techniques, mais qui ont toutes pour point commun d’étendre les prérogatives, déjà gigantesques, des services de renseignement et de sécurité.

Indiscutablement, ce projet de loi est l’un des pires textes produits par l’antiterrorisme et le renseignement en France, poussant plus loin que jamais la bascule “préventive” qui fait de chacun·e des habitant·es de ce pays un·e suspect·e à surveiller.

Nuclear Plant – 26Dec06 (Germany). Crédit: Philippe Leroyer

La fermeture des archives publiques

C’est au beau milieu de ce texte sécuritaire qu’il a été choisi d’introduire, en plus, un article sur l’accès aux archives publiques, qui percutera directement le travail de nombreu·ses universitaires. Il s’agit de l’article 19.

Continuer la lecture

Le directeur de cabinet de Frédérique Vidal manifeste contre la décision du Conseil constitutionnel

A Nice, Estrosi et le directeur de cabinet de Frédérique Vidal soutiennent les policiers contre l’Etat de droit

Christian Estrosi a pris la pose, vendredi 21 mai, entouré de quelques-uns de ses adjoints, venus eux aussi soutenir les policiers municipaux rassemblés place Masséna, à Nice (Alpes-Maritimes). Sur la photo de l’événement, on aperçoit Anthony Borré, son ancien directeur de cabinet, devenu premier adjoint chargé de la sécurité ; Gaël Nofri, ex-conseiller de Marine Le Pen, aujourd’hui adjoint délégué à la circulation ; ou encore Graig Monetti, qui partage son temps entre la mairie de Nice, où il est délégué à la jeunesse, et le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, où il est chef de cabinet et conseiller spécial de Frédérique Vidal1.

Tous sont là pour « protester, selon les mots du maire de Nice, contre la censure du Conseil constitutionnel sur l’expérimentation de pouvoirs accrus aux polices municipales pour mieux protéger nos concitoyens ». La veille, l’institution du Palais-Royal a en effet censuré totalement ou partiellement plusieurs mesures clés de la loi dite « Sécurité globale », dont l’article relatif à l’usage de la vidéosurveillance par drone. Une décision qui passe mal auprès de Christian Estrosi, qui a tout récemment renforcé le dispositif sécuritaire de sa ville – qui compte déjà plus de 3 400 caméras de vidéoprotection – avec trois drones, acquis pour 64 000 euros.

Gaël Nofri, Christian Estrosi, Anthony Borré et Graig Monetti avec les policiers municipaux de Nice, le 21 mai. ©Twitter/@cestrosi

Lire l’article sur Mediapart

  1. Nous soulignons. []

Les archives publiques. Sur une actualité législative récente

La chaîne, généralement consacrée à l’histoire prend le temps de présenter les enjeux très actuels autour des archives françaises, et la situation de blocage actuelle.

Bandeau :  Archives nationales : vue des archives de la Présidence de la République française. Crédit:  Chris93, Wikicommons, 2013

Pierre Glaudes, Principal Ministre du Hcéres en attendant le retour du Roy…

L’actualité du Hcéres s’emballe ces temps derniers. Est-ce qu’on arriverait à la conclusion  du recours contre la nomination des membres du collège et de son président en exercice, encore il y a quelques mois aux ordres dans le palais élyséen? Les derniers soubresauts concernent la démission du directeur du département d’évaluation des établissements et à son nécessaire remplacement.
Désormais, c’est à Pierre Glaudes, étonnant principal ministre du Hcéres, aux entrées à l’Action française, que revient le contrôle de deux départements majeurs du Hcéres. Academia revient également sur les conditions du renouvellement de son “deuxième mandat” de directeur du département d’évaluation de la recherche, suivant le décompte officiel, avec de nouveaux éléments et quelques surprises. Alors que les généraux de réserve se tiennent prêts à abattre la 5e République sur un appel de son monarque, cela ne manque pas de cohérence.

Démission du directeur du département d’évaluation des établissements

20 avril 2021, 17h. La dernière missive du Conseiller présidentiel, dit “président du collège”, aux personnels du HCERES.

Suite au départ d’Abdelaziz Mouline de ses fonctions de Directeur du département d’évaluation des établissements, j’ai proposé à Pierre Glaudes, après avoir consulté le Comité de direction, d’assurer l’intérim des fonctions de Directeur du DEE, en plus des fonctions qu’il exerce déjà en tant que Directeur du département d’évaluation de la recherche, ce qu’il a accepté. Cette décision prend effet immédiatement. […]
Le Président du HCERES.”

Abdelaziz Mouline, professeur des universités en économie de l’Université de Rennes-1, venait pourtant d’être nommé au 1er mars 2021. Selon les mots de Thierry Coulhon, Pierre Glaudes lui succède. Pierre Glaudes enfile donc les anneau et barrette cardinalices, comme d’autres les perles : le voici de fait intronisé Principal ministre d’une partie du royaume de l’évaluation. Rappelons que l’intéressé occupe depuis fort longtemps une position tout à fait singulière dans la Maison Hcéres, au sens propre comme au sens figuré.

Les “talents” du Hcéres changent, Pierre Glaudes reste

Au sens propre tout d’abord, puisque son grand bureau se situe, symboliquement, pile “au-dessus” du bureau du Président (du collège)1. En sociologie des espaces de travail, la position et la taille des bureaux en dit généralement long sur la personne qui l’occupe… Gageons que cette singularité ne déplaise pas à l’intéressé car les caractéristiques géographiques de ce cabinet de travail format XL, à savoir l’altitude, la localisation et la surface, le distinguent délicieusement de ses petits camarades des autres départements… et le placent en nombre de toises carrées à surface quasi équivalente de moquette par rapport au Conseiller Présidentiel Evaluator One.

Au sens figuré maintenant, si l’on se réfère à son ahurissante ancienneté dans la place, qui est contraire, soit-dit au passage, à tous les standards internationaux auxquels  pourtant le HCERES nous biberonne, qui veut que les personnes en charge du pilotage national des évaluations changent très régulièrement…. Pierre Glaudes n’est pas un perdreau de l’année dans le monde de l’évaluation, puisque rentré à l’AERES en 2007, il a déjà été directeur de la section des unités de recherche de l’AERES entre 2011 et 2014 et directeur du département d’évaluation de la recherche du HCERES, “officiellement” de mars 2016 à mars 2021, les mandats en cours ayant été prolongé d’un an durant l’interminable intérim de 2020-2021 qui a conduit à la nomination abracadabrantesque de Thierry Coulhon.

Autre détail singulier, l’intéressé dont les hauts faits scientifiques n’émeuvent personne2. Le chantre des fameux “indicateurs d’activités” et des “produits de la recherche”, piliers des évaluations en tous genres que glorifient la LPR, est au coude-à-coude avec une autre championne de la catégorie, Frédérique Vidal en personne !)), n’a également jamais dirigé de laboratoire au sens d’une unité mixte de recherche (UMR), ce qui est pourtant la norme pour l’immense majorité des laboratoires labellisés en France… Sur son CV officiel, en ligne sur le site internet du HCERES, on peut y lire dans la rubrique “Direction d’unités de recherche et de réseaux de recherche” qu’il a été responsable de trois “équipes” à Grenoble et à Toulouse. Celui qui a en charge l’évaluation de l’ensemble des unités de recherche françaises depuis de (trop) longues années ne s’est donc jamais frotté à la direction d’une structure dépassant, soyons généreux, une quinzaine de permanents. Amusant ! C’est un peu comme si le responsable des manuels d’instructions de vol sur Boeing ou Airbus n’avait jamais piloté qu’un Piper Cherokee. Tant que l’on reste sur Flight Simulator, après tout…

Mais l’essentiel n’est pas là.

Pierre Glaudes exercerait contînûment la fonction de directeur de département du Hcéres depuis 2014

Dans l’un de nos précédents billets “Hcéres : les directeurs changent et l’islamo-gauchisme avance” sans nul doute transporté d’enthousiasme de voir ce grand spécialiste de la littérature maurassienne, co-auteur du Livre noir de la Révolution française ((gros succès à la librairie du Puy-du-Fou)), reconduit dans ses éminentes fonctions, nous avions, un peu trop vite conclu :”Le voilà en piste pour un 2e mandat, cette fois au sein du HCERES, avec remise du compteur à zéro”.  C’est désormais un point du CV de Pierre Glaudes qui intrigue la rédaction d’Academia. Le document stipule :

“Il est depuis novembre 2014 en délégation partielle au Hcéres, où il a été nommé en avril 2015 directeur du département d’évaluation de la recherche.”

Nous avons donc reconstitué précisément la chronologie des évènements, à partir d’une archéologie des documents officiels disponibles en ligne et détreré l’os.

L’urne contenant le cœur attribué à Louis XVII, fils de Louis XVI et conservée à la basilique de Saint-Denis (Seine Saint-Denis). Crédit: Pierre-Emmanuel Malissin et Frédéric Valdes, CC-BY

Continuer la lecture

  1. Au 6e niveau pour celles et ceux qui connaissent les lieux. []
  2. Pierre Glaudes peut s’enorgueillir d’un score bibliométrique littéralement stratosphérique ((h-index = 9 tout mouillé sur Google Scholar. []

“Le droit d’agir, le devoir de rendre compte”

  • par Barbara Serrano, sociologue – publiée dans Le Monde, 29 mars 2021

Tribune. Il y a un an, le 17 mars 2020, la France était confinée pour faire face à la pandémie de Covid-19 devenue hors de contrôle. Fin janvier, le mot d’ordre du président de la République est désormais “Tout sauf le confinement”. Il rejette alors la proposition d’un confinement strict d’un mois défendue par le conseil scientifique.

Seule cette mesure aurait permis de ramener la circulation du virus SARS-CoV-2 autour de 5 000 contaminations par jour – seuil fixé par Emmanuel Macron lui-même pour contrôler l’épidémie et déconfiner –, contre plus de 30 000 par jour actuellement. Elle nous aurait fait gagner du temps en reprenant la main sur le traçage des contaminations et en avançant la campagne de vaccination.

Du fait du “pari politique” d’Emmanuel Macron, l’épidémie s’est intensifiée et, comme avaient mis en garde les modélisateurs, plusieurs régions à forte densité, telles que l’Ile-de-France et les Hauts-de-France, puis aujourd’hui le Rhône, l’Aube et la Nièvre, ont largement dépassé les seuils d’alerte de 250 cas hebdomadaires pour 100 000 habitants, seuils déjà moins stricts que ceux fixés dans les pays voisins (par exemple, 100 pour 100 000 en Allemagne).

Portrait officiel du président de la République française Emmanuel Macron au Palais de l’Elysée, Paris, France. — Soazig de la Moissonniere/SIPA

Continuer la lecture

Racisme d’État : les “Sages” républicains se réunissent en non-mixité

Il y a quelques jours, le Sénat a remis dans son agenda l’interdiction pour les femmes portant le voile d’accompagner des enfants lors de de sorties scolaires. Aujourd’hui, les “Sages” ont adopté un nouvel  amendement puant relatif au projet de loi “contre les séparatismes”1.

Sous le nom explicite d’“amendement UNEF”, il prévoit que l’organisation de réunions en non-mixité racisée devienne un argument politique pour requérir la dissolution administrative à l’encontre des associations et “groupements de fait”. Outre le fait que ce choix d’intitulé explicite semble inscrire dans la loi la haine des syndicats étudiants, son contenu vise une pratique de lutte spécifique et laisse encore une fois entendre que les antiracistes sont les vrai∙e∙s racistes.

Nous réaffirmons notre soutien total à l’UNEF qui subit depuis des semaines les attaques racistes et réactionnaires des responsables politiques et du gouvernement. Nous sommes révolté·e·s et très sincèrement effrayé·e·s par le virage fasciste que prend la sphère politique française.

Continuer la lecture

  1. https://www.mediapart.fr/journal/france/020421/amendement-unef-au-senat-la-gauche-tombe-dans-le-piege?onglet=full… []