« Le droit d’agir, le devoir de rendre compte »

  • par Barbara Serrano, sociologue – publiée dans Le Monde, 29 mars 2021

Tribune. Il y a un an, le 17 mars 2020, la France était confinée pour faire face à la pandémie de Covid-19 devenue hors de contrôle. Fin janvier, le mot d’ordre du président de la République est désormais « Tout sauf le confinement ». Il rejette alors la proposition d’un confinement strict d’un mois défendue par le conseil scientifique.

Seule cette mesure aurait permis de ramener la circulation du virus SARS-CoV-2 autour de 5 000 contaminations par jour – seuil fixé par Emmanuel Macron lui-même pour contrôler l’épidémie et déconfiner –, contre plus de 30 000 par jour actuellement. Elle nous aurait fait gagner du temps en reprenant la main sur le traçage des contaminations et en avançant la campagne de vaccination.

Du fait du « pari politique » d’Emmanuel Macron, l’épidémie s’est intensifiée et, comme avaient mis en garde les modélisateurs, plusieurs régions à forte densité, telles que l’Ile-de-France et les Hauts-de-France, puis aujourd’hui le Rhône, l’Aube et la Nièvre, ont largement dépassé les seuils d’alerte de 250 cas hebdomadaires pour 100 000 habitants, seuils déjà moins stricts que ceux fixés dans les pays voisins (par exemple, 100 pour 100 000 en Allemagne).

Portrait officiel du président de la République française Emmanuel Macron au Palais de l’Elysée, Paris, France. — Soazig de la Moissonniere/SIPA

Continuer la lecture

Racisme d’État : les « Sages » républicains se réunissent en non-mixité

Il y a quelques jours, le Sénat a remis dans son agenda l’interdiction pour les femmes portant le voile d’accompagner des enfants lors de de sorties scolaires. Aujourd’hui, les “Sages” ont adopté un nouvel  amendement puant relatif au projet de loi “contre les séparatismes”1.

Sous le nom explicite d’“amendement UNEF”, il prévoit que l’organisation de réunions en non-mixité racisée devienne un argument politique pour requérir la dissolution administrative à l’encontre des associations et “groupements de fait”. Outre le fait que ce choix d’intitulé explicite semble inscrire dans la loi la haine des syndicats étudiants, son contenu vise une pratique de lutte spécifique et laisse encore une fois entendre que les antiracistes sont les vrai∙e∙s racistes.

Nous réaffirmons notre soutien total à l’UNEF qui subit depuis des semaines les attaques racistes et réactionnaires des responsables politiques et du gouvernement. Nous sommes révolté·e·s et très sincèrement effrayé·e·s par le virage fasciste que prend la sphère politique française.

Continuer la lecture

  1. https://www.mediapart.fr/journal/france/020421/amendement-unef-au-senat-la-gauche-tombe-dans-le-piege?onglet=full… []

L’église de la scientométrie

En créant l’Église de Scientologie, Lafayette Ronald Hubbard, dit L. Ron Hubbard, introduisit la pratique essentielle d’audition des adeptes à l’aide d’un E-Meter ou « électro-psychomètre », instrument supposé pouvoir mesurer l’état ou les changements d’état spirituel de la personne auditée ou de l’être vivant.

L Ron Hubbard utilisant son Hubbard E-Meter pour déterminer si les tomates éprouvent de la douleur, en 1968

L’appareil n’est en réalité qu’un simple ohmmètre (ou pont de Wheatstone) permettant de mesurer des variations de résistance de quelques micro-ohms, évidemment en rien liées à l’état psychique de la personne qui tient les électrodes conductrices, tout au plus induites par une sudation ou une sécheresse des mains qui modifie la résistance des contacts main-électrode. Pour l’affaire qui nous concerne, l’intérêt de cette mise en scène ne vient pas du caractère grotesque de la mesure ou de son interprétation délirante. Cette pratique montre que L. Ron Hubbard, en fin connaisseur – manipulateur – de la psychologie humaine et de ses failles, avait parfaitement saisi l’importance d’un marketing de type Canada Dry (« Ça a la couleur de la science, le goût de la science… mais ce n’est pas de la science ! ») pour ancrer les principes fondateurs de sa « religion » dans une soi-disant vérité scientifique et par là même promouvoir son entreprise sectaire.

Quoi de plus convaincant, en effet, que de confier l’évaluation des états d’âmes des adeptes à un « instrument de laboratoire » plutôt qu’à un oracle ? Dans le cas de l’audition scientologue, la démarche est théâtralisée, ritualisée même ; elle consiste à effectuer des « mesures » et à générer des données personnelles relatives à la personne ainsi « auditée » grâce à ce fameux électromètre. Cette dernière se soumet à l’examen et est généralement convaincue (sinon elle ne serait pas là) que l’audition va lui apporter des informations sur son état psychique et l’aider à progresser dans sa quête de spiritualité.

Alléluia.

La science de la technobureaucratie — ou sa religion

Quel lien entre l’Église de Scientologie, l’électromètre de Ron Hubbard et l’évaluation de la recherche en France ? Aucun, a priori, tant les deux mondes sont antinomiques à tous points de vue. Sauf que, à y regarder de plus près, certains éléments de cette pratique de la scientologie pourraient se retrouver dans la nouvelle religion qui enflamme la haute technobureaucratie de la recherche française depuis les années 2000 : la scientométrie.

Continuer la lecture

Le MESRI fait appel de la décision du tribunal administratif de Paris réintégrant la Ferc-CGT aux discussions ; satisfaction du SGEN, du SNPTES et de l’UNSA

Extraits. Le MESRI a décidé de faire appel de la décision en référé du tribunal administratif de Paris du 9 mars 2021, qui lui enjoignait de convier la Ferc-CGT aux réunions du comité de suivi de l’accord du 12 octobre 2020 relatif à l’amélioration des rémunérations et des carrières, apprend AEF info le 29 mars 2021. Le tribunal justifiait sa décision par le fait que les discussions de ce comité de suivi portaient sur des sujets plus larges que ceux mentionnés dans l’accord, ce qui impliquait, selon lui, d’y associer les organisations représentatives. (…)

La CFDT manifeste à Rennes contre la loi travail © SIPA

Continuer la lecture

Mise en place du Comité des Financeurs de l’Inria et rappel des libertés académiques. Communiqué du SNTRS/SNCS-FSU, 23 mars 2021

23 mars 2021
Dans la droite ligne du COP, la création d’un « comité des financeurs » a été soumise au vote du conseil d’administration de l’Inria le jeudi 11 mars. Ce comité devra contrôler l’utilisation des moyens incitatifs vers l’implémentation de la politique scientifique du COP1, ces moyens étant octroyés par les différents financeurs publics de l’institut. Dans la note associée à cette création, il est explicitement affirmé qu’Inria ne travaille pas « pour lui » et n’est « qu’un instrument au service de l’État ». Ce document étant le seul de ce CA marqué « Confidentiel », nous ne pouvons pas le partager avec l’ensemble des personnels de l’institut.
Les élu·e·s SNCS-FSU et SNTRS-CGT au CA s’opposent à cette vision réductrice des missions de l’Inria et ont voté contre la mise en place de ce comité. Ils ont présenté la motion ci-dessous lors du conseil d’administration.

Motion présentée au Conseil d’Administration

Les élu·e·s SNCS-FSU et SNTRS-CGT souhaitent interpeller l’ensemble du Conseil d’Administration sur la mise en place du comité des financeurs (Point 9 de l’ordre du jour du CA). En effet, dans ce point il est écrit : « À ce titre, il est explicitement affirmé qu’Inria ne travaille pas « pour lui » et n’est « qu’un instrument au service de l’État » « . Les élu·e·s rappellent que l’Inria est un institut de recherche publique, et que les missions de ses personnels sont définies par le code de la recherche. Ces missions comprennent en particulier le développement des connaissances, leur transfert et leur application dans les entreprises, et dans tous les domaines contribuant au progrès de la société, l’information des citoyens et la diffusion de la culture scientifique et technique dans toute la population. Le code de la recherche précise également que les statuts des personnels de recherche doivent garantir l’autonomie de leur démarche scientifique pour l’accomplissement de ces missions.
La charte européenne du chercheur, signée par l’Inria, indique :
« Les chercheurs devraient centrer leurs travaux de recherche sur le bien de l’humanité et l’extension des frontières de la connaissance scientifique, tout en jouissant de la liberté de pensée et d’expression, ainsi que de la liberté de déterminer les méthodes qui permettent la résolution des problèmes, selon les pratiques et principes éthiques qui sont reconnus. »
Il est donc très réducteur d’écrire que l’Inria « n’est qu’un instrument au service de l’État » et cette formulation pourrait induire une volonté de revenir sur la liberté académique.
Comme le document l’indique, la création du comité des financeurs s’inscrit dans la droite ligne du COP auquel nous nous opposons depuis sa première présentation. Il aura pour conséquence l’augmentation des financements sur projets au détriment des financements pérennes et la précarisation des chercheurs par l’augmentation des contrats à durée déterminée et la dégradation de la qualité du travail scientifique. La formulation peut-être maladroitement trop franche du document d’aujourd’hui est une excellente illustration du caractère délétère du COP.

  1. ce comité est également supposé vérifier que les différentes tutelles fournissent bien les financements auxquels elles se sont engagées, toutefois au vu de la composition de ce comité (représentants des tutelles, et pas de représentants syndicaux), on se rend bien compte de l’asymétrie du procédé. []

Projet de loi sur les principes républicains : le niveau des eaux continue de monter

Mis en avant

Il se passe quelque chose d’assez étrange en ce moment : si de nombreux·ses collègues et de nombreuses institutions se sont résolument élevé·es contre les attaques en « islamo-gauchisme » et autres « militantismes » lancées de toutes parts dans le sillage de Frédérique Vidal, les dispositions concernant les universités qui ont été introduites dans le projet de loi confortant le respect des principes de la République ne semblent, en revanche, pas émouvoir grand monde.

Pourtant, nous avons désormais dépassé le seul stade des paroles odieuses sur les plateaux de télévision : le parlement travaille en ce moment à les transformer en obligations et interdictions concrètes.

Peut-être cet intérêt tout relatif de la communauté universitaire s’explique-t-il par le fait que ce sont les étudiant·es qui se trouvent le plus frontalement visé·es. Peut-être est-ce aussi l’effet d’une grande fatigue : le caractère ininterrompu des attaques contre l’ESR fait qu’il est de moins en moins pertinent de parler de « vagues » réactionnaires, alors qu’il s’agit, en réalité, d’une implacable et continue montée des eaux aux émanations pestilentielles.

Double discours de la CPU

Rien, pas une réaction de la conférence des présidents d’université (CPU), par exemple, à la suite des deux nouveaux articles introduits le 18 mars 2021 dans le projet de loi confortant le respect des principes de la République, alors que c’est le versant étudiant des franchises universitaires qui se trouve remis en question par le parlement, comme nous l’avons déjà expliqué.

Pire même, le président de la CPU, Manuel Tunon de Lara a fait le choix de mettre encore un peu d’huile sur le feu : le 16 mars dernier, il a écrit à tou·tes les membres de la commission des lois et de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat – dans une lettre qu’Academia s’est procurée, mais que la CPU s’est bien gardée de rendre publique – pour alimenter la grande peur panique en cours :

« La vraie menace [écrit Manuel Tunon de Lara] réside dans le risque d’intrusion des religions et d’idéologies diverses dans la science, le contenu des enseignements ou des champs de recherche, au mépris de la liberté de chaque enseignant d’exprimer sa pensée et de la liberté des étudiantes et étudiants inscrits d’assister aux enseignements dispensés, et en violation des franchises universitaires ».

Il apparaît que c’est un véritable double discours que tient la CPU, quand on sait que deux jours plus tard, elle twittait publiquement toute autre chose de sa rencontre avec le président du Sénat, Gérard Larcher :

Capture d’écran d’un message de la CPU du 18 mars 2021

Continuer la lecture

Academia a demandé audience au président du Sénat au sujet de la protection constitutionnelle due aux libertés académiques et au droit d’étudier

De: Christelle Rabier
À: Gérard Larcher
Cc: academia redaction
Envoyé: Mardi 23 Mars 2021 09:31:59
Monsieur le président du Sénat,
au nom de la rédaction d’Academia, je me permets de vous écrire afin de vous demander audience. 
Àquelques jours de l’examen d’un projet de loi visant à renforcer les principes de la République en hémicycle, la rédaction d’Academia juge désormais critique de confier l’Appel solennel à la protection des libertés académiques et du droit d’étudier (https://academia.hypotheses.org/27287 )- au garant de la Constitution et de ses principes que vous êtes en qualité de président du Sénat. Cet appel a déjà été signé par des dizaines d’acteurs majeurs de l’enseignement supérieur et de la recherche.
Cet appel, initié le 28 octobre 2020, soit peu de temps avant le vote définitif de la loi de programmation de la recherche 2021-2030, conserve plus que jamais sa brûlante actualité. Depuis octobre en effet, les attaques n’ont cessé de se multiplier à l’endroit d’universitaires en exercice ou de présidents d’université, tant à l’initiative de parlementaires, que de médias et désormais de la part de la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation. Les médias étrangers ne cessent d’alerter sur les graves dangers que courent les libertés académiques françaises depuis janvier 2021, après que des universitaires du monde entier ont exprimé leur inquiétude. Reprenant la requête formulée par la Commission permanente du Conseil national des universités le 6 novembre 2020 (https://academia.hypotheses.org/27925), qui jugeait que toute communication entre la Ministre et la communauté des universitaire était rompue, une pétition de 22 000 universitaires demandant la démission de Frédérique Vidal sera remise ce jeudi 25 mars au Premier Ministre (https://www.facebook.com/events/274450924273713).
Compte tenu des dispositions que comportent désormais les amendements déposés par la Commission Culture, nous en appelons au troisième personnage de l’Etat afin de nous assister dans la préservation des principes constitutionnels touchant aux libertés académiques et aux franchises universitaires.
C’est pourquoi nous sollicitons une audience qui nous permettrait de lire et de remettre publiquement notre appel, en présence des représentants de la presse, avant l’examen du projet de loi « Principes républicains », soit le lundi 29 en journée, ou le mardi 30 dans la matinée.
Dans l’espoir que vous accéderez à notre demande, je vous prie d’agréer, Monsieur le président, l’expression de la haute considération dans laquelle vous tient la rédaction d’Academia,
Christelle Rabier, pour la rédaction d’Academia
_________________________
La rédaction d’Academia n’a obtenu  à ce jour aucune réponse

Sur Academia

Les démolisseurs de l’extrême – Épisode II. Thierry Coulhon, évaluateur- et déontologue-en-chef

Pour son deuxième épisode des « démolisseurs de l’extrême » version ESR ((Premier épisode, Les démolisseurs de l’extrême – Épisode I. Bernard Larrouturou et Antoine Petit, 16 mars 2021,  Academia se voit contraint de bousculer sa programmation et de consacrer un billet spécial à la montée en grade expresse de Thierry Coulhon, le démolisseur en chef de l’évaluation, nommé cette semaine… membre du collège de déontologie au sein du ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche ! Non, vous ne rêvez pas, demandez à votre voisin∙e de vous pincer légèrement, prenez éventuellement un rasade de whisky ou un Lexomil, c’est selon, et lisez la suite.

Surprise, surprise dans le très sérieux Journal officiel du 25 mars 2021, un court arrêté ministériel qui pourrait presque passer inaperçu vient d’être publié. Academia se permet une recopie intégrale de la bulle ministérielle :

« Par arrêté de la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation en date du 19 février 2021, M. Thierry COULHON, président du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur, est nommé membre du collège de déontologie au sein du ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche, en remplacement de M. Michel COSNARD, appelé à d’autres fonctions, pour la durée du mandat restant à courir »

Une explication s’impose.

C’est un arrêté en date du 1er mars 2018 qui fixe les missions et la composition collège de déontologie au sein du ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche. D’après son article 4, le « président du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur » est membre de cette instance. Au passage, on notera de nouveau l’imprécision juridique du texte puisque cette fonction n’existe pas, l’arrêté aurait dû parler du « président du collège » du HCERES…

Ensuite, c’est la ministre qui nomme.

« Réintroduire du sens dans l’évaluation scientifique, cela veut dire : Simplifier les procédures ;
Renforcer l’indépendance du @Hceres_ ; Conforter l’utilité de l’évaluation. Un grand merci à son président, Thierry @coulhon, pour nos échanges de ce matin! » @frederiquevidal, 15 mars 2021

Continuer la lecture

Protection fonctionnelle des universitaires. Courrier de la Ministre, 22 mars 2021

Sur Academia

« Une faute politique et stratégique majeure »: les nouvelles « mesures » de privation de liberté, par Paul Cassia

  • par Paul Cassia, professeur de droit public – Initialement publiée sur Le Monde, 18 mars 2021

Tribune. Rentrant de son séjour irakien en Italie, le 8 mars, le pape François a fait savoir sa joie d’avoir pu effectuer un voyage à l’étranger après tant de « mois de prison ». Cette expression, qui fait écho à celle employée en France par de nombreux résidents d’Ehpad privés de sortie par décision ministérielle pendant près d’un an jusqu’au 12 mars, dit beaucoup de l’intensité inouïe des restrictions de liberté mondialement accumulées, à des degrés divers, depuis le début de la pandémie en mars 2020.

Notre pays a été à l’avant-garde des mesures qui ont le plus contraint les libertés individuelles et collectives au nom de la préservation de la santé publique, avec un résultat pour le moins mitigé, puisque par exemple le nombre de morts du Covid-19 par million d’habitants (1 370) était, au 10 mars, supérieur à celui de la Suède (1 291) et même à celui du Brésil (1 263), où, pourtant, des stratégies sanitaires diamétralement opposées à la nôtre ont été mises en œuvre.

La source profonde de ces mesures coercitives tient à la logique comptable et entrepreneuriale appliquée depuis 2002 au moins sur les services publics en général et l’hôpital public en particulier. Que l’Ile-de-France et ses 12,2 millions d’habitants ne comptent encore que 1 050 lits de réanimation un an après l’apparition du Covid-19 est une faute politique et stratégique majeure, dès lors que les atteintes aux libertés fondamentales prises au nom de la santé publique sont partiellement indexées sur la saturation des services de réanimation. Ce coupable attentisme sanitaire oblige désormais à superposer des reconfinements locaux le week-end à un couvre-feu national de douze heures par jour, en vigueur sans interruption depuis le 16 janvier. 

Continuer la lecture

En Guyane, la violence contre les libertés académiques et syndicales

«  la notoriété ne suffit pas pour gérer une composante universitaire : il faut aussi des compétences et un sens des responsabilités auquel vous avez totalement failli ».

À l’INSPE Guyane, les nouvelles du conflit qui parviennent à Academia depuis une semaine sont très alarmantes : alors que le conflit s’envenime avec la directrice de l’INSPE, les agrégatifs d’anglais ont vu leur épreuve perturbée par des contre-manifestants. Un communiqué intersyndical très ferme sur les responsabilités de la directrice est aussitôt paru ; le traitement médiatique du conflit laissant tellement à désirer qu’un droit de réponse a été demandé. Nous choisissons de publier aujourd’hui la « Lettre ouverte » que les enseignants ont publié.

Continuer la lecture

Impostures médiatiques ou postures politiques ? À propos de l’affaire Sciences Po Grenoble, d’un article de Mediapart et du Sénat

Mediapart publie un article retraçant et analysant les événements qui ont eu lieu, à partir de novembre 2020, à Sciences Po Grenoble, quand un groupe de travail intitulé « Racisme, islamophobie, antisémitisme » a été mis au programme de la semaine de l’égalité et très durement critiqué par un enseignant du même institut. Le Défenseur des droits, interpellé, a estimé que le droit au respect de l’enseignante, membre du groupe de travail et attaquée par son collègue, a été bafoué. Le 6 mars 2021, des collages, nominatifs, sont affichés sur les murs de Sciences Po, et la nouvelle s’invite dans les médias nationaux. « Un traitement médiatique biaisé » dénoncent des enseignant·es et étudiant·es. Médiapart fait le point sur la suite des événements, à plusieurs voix.

Pour Academia, cette relation, importante, illustre de façon exemplaire la #cancelculture — mieux dénommée « harcèlement » — que subissent les personnes minoritaires dans l’institution universitaire : les femmes, en particulier les maîtresses de conférences, et les étudiant·es. Cette culture du harcèlement repose à la fois sur le dénigrement public des personnes, mais aussi sur l’absence de réactions des institutions responsables de la protection des étudiant·es et des agent·es. On a eu tout récemment l’exemple avec l’ENS de Lyon, en dépit d’une couverture médiatique accablante, établissant comme l’établissement participe pleinement de la culture du viol dénoncée par le mouvement #MeToo. Les universités doivent cesser d’ignorer leur participation à la maltraitance active, par défaut d’action et l’omerta qu’elles organisent, de leurs personnels et des étudiant·es.

L’ « affaire » de Sciences po est particulièrement grave, car la version des harceleurs a immédiatement été instrumentalisée par les médias qui montent la sauce « islamo-gauchiste » depuis janvier. « Il est logique de voir CNews, liée aux opérations africaines de Bolloré, militer contre l’étude des séquelles du colonialisme », écrivait Philippe Bernard dans Le Monde du 6 mars 2021. La chaîne a renchéri hier, avec l’intervention de son présentateur-vedette, qui a donné le nom d’une directrice de laboratoire, engageant aussitôt une campagne d’injures et de diffamation par les activistes d’extrême droite sur les réseaux sociaux1. L’inaction — par paresse ou par déni — des institutions explique pour l’essentiel la persistance de pratiques qui mettent en danger la santé et la sécurité des personnes victimes. Mais l’absence de lutte contre les pratiques anti-démocratiques au sein des universités met en danger les institutions elles-mêmes désormais.

La médiatisation à outrance de l’affaire Sciences Po Grenoble a lieu dans un moment politique particulier, sur lequel Academia est déjà longuement intervenu : l’examen de la loi « confortant le respect des principes de la République » par la Commission de la Culture du Sénat, qui doit donner son « avis » sur le texte pour les sujets qui la concernent : la culture, l’éducation, l’enseignement supérieur et la recherche2.

Or, depuis mercredi 10 mars 2020, en raison du traitement médiatique organisé par les grands groupes de presse aux puissants intérêts industriels dans l’extraction néo-coloniale et dans la vente d’armes, les attaques parlementaires se multiplient à toute vitesse, et même les organisations syndicales sont désormais visées. Ainsi, à l’Assemblée, alors que les étudiant·es connaissent la plus grave crise sociale et sanitaire depuis des dizaines d’années, une députée — Virginie Duby-Muller, première vice-présidente du parti Les Républicains, formant avec les députés Damien Abad et Julien Aubert, ainsi qu’avec le Ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, les « cadets Bourbons » de la précédente mandature — a ainsi été jusqu’à demander la dissolution de l’UNEF. Du côté du Sénat qu’Academia craint comme la peste brune, Nathalie Delattre, apparentée à gauche, co-secrétaire du Mouvement radical et sénatrice de la Gironde, vient de reprendre à son compte la demande des députés Damien Abbad et de Julien Aubert du 25 novembre dernier et exige « une commission d’enquête sur la laïcité à l’université ». Pire, sur la base des fausses informations et d’une méconnaissance ignominieuse de l’affaire de Grenoble, des amendements attaquant directement les franchises universitaires des étudiant·es – car les étudiants sont aussi protégés par les franchises, ce que certain·es semblent avoir oublié – viennent d’être déposés par le sénateur Piednoir, d’après nos informations (ces amendements ne sont pas encore publiés).

Et pourtant, la grande orchestratrice de l’attaque contre les universitaires et les étudiant·es, Frédérique Vidal, est encore en poste.

Cibler les universitaires dans leur ensemble : tel est l’objet de cette puissante attaque médiatique commencée il y a plus de deux mois. L’affaire Sciences Po Grenoble se trouve ainsi fallacieusement médiatisée à outrance, dans un contexte où tout est bon pour cibler individuellement ou collectivement les universitaires qui contestent la politique du gouvernement, ou mettent en cause, par leurs travaux, l’ordre patriarcal et capitaliste. C’est le cas de l’extrême droite qui recourt à ses méthodes habituelles pour stigmatiser des personnes, à l’instar de la récente « liste des 600 gauchistes complices de l’islam radicale [sic] qui pourrissent l’université et la France » par laquelle Philippe Boyer, un jardinier de Nancy aux opinions très droitières, a lié les noms de centaines de collègues ayant demandé la démission de Frédérique Vidal à leurs pages professionnelles.

Mais qui est responsable de tout cela ? Après ce qui vient de se passer concernant les deux enseignants de Sciences Po Grenoble, le rôle des grands groupes médiatiques est évident, mais aussi celui de la ministre elle-même. Philippe Boyer lui-même ne s’y est d’ailleurs pas trompé — du moins quand les instances universitaires ont entrepris de défendre leurs agents. S’il doit être poursuivi pour diffamation ou injure, il faut également porter plainte contre la Ministre, a-t-il rétorqué.

Toujours soutenue par Jean Castex et Emmanuel Macron, « la ministre Frédérique Vidal est entièrement responsable de la situation« . Pour la CGT FercSup, la ministre

a créé les conditions pour que le travail, la recherche universitaires soient stigmatisés, pour que des personnels de son ministère soient montrés du doigt, dénoncés et leurs noms jetés en pâture sur la place publique. Par ses propos et déclarations, par ses attaques publiques, elle a mis en danger des personnels de son ministère, malgré les alertes et les courriers.

« Elle a ainsi engagé sa responsabilité pénale. Elle pourra ensuite démissionner. »

#ResistESR


Accusations d’islamophobie: la direction de Sciences Po Grenoble a laissé le conflit s’envenimer

  • par David Perrotin, paru dans Médiapart le 11 mars 2021

Extraits

Une violente polémique agite Sciences Po Grenoble depuis que l’Unef a relayé des affiches accusant de manière nominative deux professeurs d’ »islamophobie ». Des enseignants et étudiants dénoncent pourtant l’« instrumentalisation de cette affaire » et un « traitement médiatique biaisé ». Depuis décembre, d’après nos informations, de nombreuses instances avaient été alertées sans entraîner de réaction de la direction.

Il est midi mardi 9 mars lorsqu’une vingtaine d’étudiants de l’Institut d’études politiques (IEP) de Grenoble déploient une banderole au pied de l’université. « Islam ≠ Terrorisme », peut-on lire en plus de deux autres inscriptions affichées sur des cartons pour rappeler que le « racisme est un délit » et pour dire « stop à l’islamophobie ». (…)

Quelques jours avant, ce sont d’autres affiches qui avaient été placardées sur ces mêmes murs de l’IEP avec les noms de deux enseignants de l’IEP. (…) De manière unanime, la classe politique a dénoncé cette action, représentant selon elle une véritable mise en danger pour les deux enseignants. (…)

Visé par ces collages, Klaus Kinzler, professeur d’allemand, enchaîne les médias depuis, pour témoigner et livrer sa version de la genèse de l’affaire. Cette « cabale » serait née simplement parce qu’il contestait le choix d’utiliser le terme « islamophobie » lors d’une semaine de l’égalité. D’après lui, « la liberté d’expression n’existe plus à Sciences Po ». « Ils voulaient nous faire la peau à moi et mon collègue », dit-il aussi dans Le Point en évoquant une partie des étudiants de l’institution. (…)

« Une réécriture de l’histoire » qui ferai « honte » à l’IEP de Grenoble. Retour sur une affaire de harcèlement

Continuer la lecture

  1. Analyse de la séquence par David Guiraud, 12 mars 2021. Alertes Academia : Tweet 1 ; Tweet 2. []
  2. Stéphane Piednoir, sénateur Les Républicains, en est le rapporteur. Sur Stéphane Piednoir, consultez avec projet les billets Academia : « L’État abdique de ses responsabilités » : Frédérique Vidal à la question sur Public Sénat, 28 septembre 2020 ; Loi de programmation de la recherche : nuit noire sur le Sénat, 29 octobre 2020; Les coulisses de la CMP : comment la suppression de la qualification a été maintenue, 14 novembre 2020. []

Réintégration des CR CNRS de la section 36: déni de démocratie. Lettre du député François Descroizaille, 2 mars 2021

« Qu’une initiative parlementaire portée par 92 députés ne s’impose pas dans le calendrier sans appui au niveau du gouvernement, cela pose un problème démocratique dont Mme Vidal ne tient pas compte mais c’est une question institutionnelle. » 

En publiant la lettre de François Descroizaille, député de la première circonscription du Val-de-Marne, Academia entend souligner que le déni de démocratie caractérise désormais pleinement le ministère de Frédérique Vidal, et partant, le gouvernement. En effet, le refus d’inscrire à l’agenda parlementaire la proposition de loi pour réintégrer les cinq fonctionnaires lésé·es par les conséquences judiciaires des pressions de la direction de l’INSHS, après avoir fait voter la suppression de l’amendement de la loi de finances qui les aurait réintégrées, éclaire la position du gouvernement d’une lumière encore plus crue. Le député Desroizaille ne parvient pas à y croire.

Paris, le 2 mars 2021

Depuis le 21 octobre 2020, le milieu de la recherche publique est secoué par une décision de justice qui en ébranle le statut. La titularisation de cinq chargés de recherche du CNRS au titre de l’année 2019, dans le domaine de la sociologie et des sciences du droit, a en effet été annulée suite au recours en justice d’un candidat écarté par le jury d’admissibilité.

Le 20 novembre 2020, tous les membres de l’Assemblée nationale ont reçu un courrier signé par 1762 chercheurs, solidaires des cinq dont ils réclamaient le rétablissement de la titularisation par voie législative.

Le 20 janvier 2021, la Proposition de Loi de validation législative de cette titularisation que j’avais déposée avec les signatures de 91 de mes collègues, relevant de tous les groupes parlementaires, a été enregistrée par les services de l’Assemblée nationale.

Mais sous la cinquième République, l’équilibre des pouvoirs est tel qu’une initiative parlementaire, même de cette ampleur, ne s’impose pas dans le calendrier législatif, essentiellement tributaire du gouvernement. Or, la Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Mme Frédérique Vidal, ne soutient pas cette Proposition de Loi à laquelle elle semble préférer la voie juridictionnelle, pourtant plus incertaine et déstabilisante pour les chercheurs : le CNRS a fait appel.

Pour moi qui suis un député de la majorité, soucieux de loyalement soutenir le gouvernement sans renoncer au contrôle de son action comme le prévoit la Constitution, ce choix de Mme La Ministre est incompréhensible.

Continuer la lecture

HCERES : Thierry Coulhon recrute En Marche !

La rédaction d’Academia poursuit ses révélations sur les premiers pas de Thierry Coulhon au Hcéres. Après l’affaire de la nomination de Bernard Larrouturou et après l’affaire du renouvellement du renouvellement de Pierre Glaudes – deux affaires qui trouveront leur épilogue lundi prochain, 1er mars -, intéressons-nous aujourd’hui à deux toutes récentes nominations au Hcéres : celle du secrétaire général du Haut conseil et celle du chef du cabinet du président.

Attention spoiler : les deux sont des militants macronistes. Des purs et durs.

À part ça, n’oublions pas que l’islamo-gauchisme submerge l’université, que le militantisme gangrène le monde de la recherche, et que le Hcéres « s’inspire des meilleures pratiques internationales » en matière d’évaluation de l’enseignement supérieur et de la recherche (article L. 114-3-1, alinéa 6, du Code de la recherche).

La suite est à venir.


Le HCERES sous Thierry Coulhon, c’est un peu comme le site archéologique de Troie : nonobstant la jeunesse du site, plus on creuse, plus on trouve des choses magnifiques qui, jour après jour, commencent à révéler les splendeurs de cette autorité administrative « indépendante » et de son Roi Priam. Pour l’instant, l’équipe d’Academia n’a réalisé qu’un nombre réduit de sondages, judicieusement guidés. On n’ose imaginer, dès à présent, ce que l’on pourrait découvrir si l’on adoptait la stratégie de Heinrich Schliemann qui fouilla Troie à coup de larges tranchées. Patience, des travaux de terrassement sont en cours, quatre ans de mandat — si le Conseil d’État n’en décide pas autrement — c’est long ! Mais sans plus attendre, découvrons le contenu des fouilles du jour qui se concentrent sur le « cabinet présidentiel ».

Les fouilles révèlent que Thierry Coulhon est décidément un homme pressé. Sitôt arrivé au 2 rue Albert Einstein en novembre dernier, le président n’est pas resté inactif pour se constituer une garde rapprochée et gonfler un peu plus la technostructure, déjà pléthorique, de la maison. Que voulez-vous, on ne se refait pas, dès lors que l’on tombe dans la marmite de la technobureaucratie, les mathématiques ne sont plus d’aucun secours et l’essentiel devient sans cesse menacé par l’insignifiant, pour reprendre les splendides mots de René Char.

Deux emplois ont donc fait l’objet très rapidement d’une procédure de recrutement avec publicité : celui de secrétaire général du HCERES (annonce du 15 décembre), laissé vacant par le placement de son ancienne locataire en position de « conseiller du Président », et celui de « chef de cabinet » (annonce du 21 décembre), qui est une fonction, précisons-le au passage, qui n’est prévue par aucun texte.

Nous passons sur les détails des recrutements, menés comme il se doit par des comités d’audition les plus « indépendants » possibles. Résultat des courses : Stéphane le Bouler remporte le poste de secrétaire général et Alexandre Arlin, celui de chef de cabinet. La rédaction d’Academia félicite les heureux élus et leur souhaite un plein succès dans leurs nouvelles et hautes missions d’intérêt général, au service de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Par acquis de conscience (une vilaine déformation de notre métier de chercheurs !), nous avons passé ces deux nouvelles recrues au filtre implacable de Google qui révèle un pédigrée politique intéressant dans les deux cas.

Commençons par Stéphane Le Bouler. Il apparait en bonne compagnie dans un document d’En Marche ! de 2017 aux côtés, mazette, d’Olivier Véran et de Jérôme Salomon, bombardé du titre « d’expert national pour la santé d’En Marche ! ». Les macronleaks comme la communication officielle d’EnMarche! confirment son implication à haut niveau dans la campagne présidentielle du candidat Macron dans la thématique santé. C’est un secrétaire général au plus haut degré « macron-compatible » qu’a donc choisi inopinément Thierry Coulhon, garant de l’indépendance du haut conseil vis-à-vis du pouvoir politique, rappelons-le au passage.

Continuer la lecture