Menaces sur la liberté académique et la liberté d’expression dans l’Enseignement supérieur et la Recherche (ESR). Communiqué du SNTRS-CGT

Communiqué

Chère collègue, cher collègue, 

Le SNTRS-CGT s’alarme du climat de restriction de la liberté scientifique et de la liberté d’expression qui s’est installé dans le paysage de l’ESR depuis la reprise d’un conflit de haute intensité au Proche-Orient, le 7 octobre dernier.

La plupart des événements scientifiques touchant de près ou de loin à la question palestinienne ont été annulés ou reportés sine die. Nombre de spécialistes du Proche-Orient se sentent aujourd’hui dans l’impossibilité de s’exprimer librement à propos de leurs propres objets de recherche, redoutant des sanctions. Les journalistes reconnaissent une difficulté inédite à trouver des chercheurs et des chercheuses pour intervenir dans leurs émissions.

Ces peurs de censure sont fondées : une véritable police de la pensée s’est installée dès les premiers jours suivant le 7 octobre, avec des effets immédiats.

Le 20 octobre, la présidence de l’Université de Savoie Mont-Blanc a décidé d’interdire à la section syndicale CGT FERC-Sup d’accéder à la liste de diffusion des personnels, à la suite de l’envoi d’un communiqué sur la situation à Gaza intitulé « Halte aux crimes de guerre ! »

Au même moment, à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), une véritable vague de haine et d’insultes a visé une anthropologue reconnue, spécialiste de la Palestine, pour avoir relayé le communiqué d’un syndicat étudiant sur la liste de discussion politique et syndicale interne à l’École. En réponse à ce qui ne peut être qualifié autrement que de délation calomnieuse, la direction du CNRS a initié une procédure disciplinaire accélérée contre notre collègue, pour des motifs aussi graves et choquants qu’« apologie du terrorisme » et « incitation à la haine raciale » ! Lors de cette procédure, la défense précise assurée par le SNTRS-CGT a permis de démontrer l’absurdité de ce qui était reproché à notre collègue, et de rappeler les grands principes et la jurisprudence sur la liberté d’expression, en particulier dans le monde universitaire. La direction du CNRS s’est ainsi contentée de prononcer une sanction minime – un avertissement – mais, a toutefois décidé de la publier au Bulletin Officiel, contre l’avis de la CAP.

Continuer la lecture

Sciences Po Grenoble : la clôture des mondes

À la suite de nombreuses alertes sur les réseaux sociaux d’une situation de plus en plus dégradée à l’IEP de Grenoble, Academia a enquêté. La situation de violence insitutionnelle est encore pire qu’imaginée.

Publication sur l’expérience d’un enseignant de Science Po, décembre 2022

Le 12 mars 2024, une action organisée à Sciences Po Paris a suscité une flambée médiatique. Le Premier ministre et sa ministre de l’Enseignement supérieur n’ont pas attendu d’en connaître pour vitupérer sur les réseaux sociaux et construire ainsi une menace fantôme. Au fil des heures et du travail d’enquête journalistique, il apparaît pourtant que la situation paraît beaucoup plus complexe que ne l’exprimaient les membres du gouvernement. La construction médiatique à laquelle Sylvie Rétailleau s’est empressée d’apporter son grain de sel n’est pas sans rappeler un triste épisode de sa peu glorieuse prédécesseuse. En effet, fin 2020, Frédérique Vidal avait agité le spectre d’un supposé « islamogauchisme » au sein de la recherche française, suscitant la consternation dans le monde de la recherche – et sur ce carnet. Non contente de son œuvre, au début de l’année 2021, Frédérique Vidal attisait les braises d’une crise interne à Sciences Po Grenoble, dont il a désormais été démontré qu’elle était largement liée à des errements dans les décisions de la direction de cet établissement. Un enseignant avait ajouté un peu de kérozène sur des braises fumantes l’année suivante.

Ces feux de paille médiatique fonctionnent à merveille pour imposer le silence sur ce qui est essentiel aujourd’hui dans l’enseignement supérieur : la dégradation continue des conditions d’emploi et de travail dans les universités. Pour preuve, au moment où la machine médiatique s’emballait autour de Sciences Po Paris, ces mêmes médias – jusqu’à la presse régionale – maintenait un silence de plomb sur la grève des agent·es de Sciences Po Grenoble, organisée ce même jour du 12 mars 2024. Seul l’AEF s’est brièvement fait l’écho de ces actions. La situation est pourtant un reflet des enjeux actuels autour de la souffrance au travail dans l’ESR. Dans un établissement qui se targue de son « ouverture aux mondes », selon le slogan que l’on retrouve sur le site internet de l’institut, l’action des personnels semble plutôt révéler la construction d’une épaisse clôture et d’une omerta sur des formes de management délétère. Cette mobilisation collective, dans un IEP dont la tradition n’est pas favorable (euphémisme) à la grève, devrait pourtant nous interpeller sur l’ampleur de la dégradation des conditions de travail dans l’ESR.

Un encadrement délétère aux conséquences lourdes pour les agent·es

Continuer la lecture

“Il est urgent de reconstruire le socle de la démocratie académique”

  • par Philippe Cinquin, professeur à l’université Grenoble-Alpes, paru dans Le Monde, 12 mars 2024.

Triste jour pour l’université française ! Le 8 février, le tribunal administratif de Grenoble a dû annuler les élections aux conseils centraux de l’une de ses dix meilleures universités.

Pour le tribunal, le président de l’université Grenoble-Alpes (UGA), candidat à sa réélection, a diffusé largement un message comportant

« un contenu très critique et des accusations personnelles [contre son rival] pour orienter le vote… [Ce message], qui désignait les listes susceptibles de soutenir son adversaire, a porté atteinte à l’égalité entre les listes candidates. A raison du rôle de garant du processus électoral de son auteur comme de la diffusion de ce message, il est de nature à avoir altéré la sincérité du scrutin ».

Il faut saluer cette victoire pour la justice… mais reconnaître une défaite catastrophique des institutions chargées de prévenir et de traiter les manquements à la déontologie du monde académique : cet épisode désolant pour l’UGA révèle aussi et surtout leur immaturité et leur hypocrisie systémiques.

De l’impunité

Depuis Locke et Montesquieu, les concepteurs de systèmes de gouvernance de la vie publique ont eu à cœur de séparer les pouvoirs, et en particulier la fonction « exécutive » (mettre en œuvre les règles) et la fonction « juridictionnelle » (régler les litiges). Il est incontestable que le président d’une université dispose du pouvoir exécutif.

Malheureusement, il dispose aussi d’un pouvoir juridictionnel considérable, que rappelle le vademecum pour le traitement des manquements à l’intégrité scientifique. Non seulement c’est lui qui qualifie les possibles manquements et décide d’investigations, mais, surtout, c’est lui qui décide des suites à donner à ces investigations.

En pratique, l’impunité du président est donc garantie, même si ses manquements sont officiellement reconnus : il faudrait qu’il demande lui-même à la ministre de le traduire devant une instance disciplinaire ! Ainsi, à Grenoble, des manquements des deux derniers présidents  et des plus hautes instances universitaires locales, aussi graves que ceux qui ont conduit à l’annulation des élections, ont d’abord été niés pendant des années.

Continuer la lecture

À Aix-Marseille université, la médecine du travail dynamitée

En passant

Ce 6 mars, le journal en ligne Marsactu publie un article sur la révocation de la médecin coordinatrice du Service de médecine de prévention des personnels (SUMPP) d’Aix-Marseille université, à la suite du communiqué unanime de l’ensemble des organisations syndicales représentatives des personnels d’AMU. Nous publions ici quelques extraits de l’article ainsi que le communiqué intersyndical.

Continuer la lecture

Libertés académiques : Valérie Masson-Delmotte s’alarme

Continuer la lecture

Annulation d’un milliard de crédits pour l’ESR: Lyon-3 entre en résistance

Hier, jeudi 22 février est paru un décret du 21 février 2024 portant annulation de 10 milliards de crédits, dont 904 millions concernant la “Mission interministérielle pour la recherche et l’enseignement supérieur” (MIRES), dont trois programmes 150 (Formations supérieures et recherche universitaire); 231 (Vie étudiante) ; 172 (Recherches scientifiques et technologiques pluridisciplinaires), soit un total de 688 millions d’euros.

Sylvie Retailleau, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

“Les annulations de crédits « portent essentiellement sur les réserves de précaution, des reports de projets pluriannuels immobiliers, d’investissements ou d’équipements de recherche, et un ajustement sur les appels à projets de l’ANR (Agence nationale de la recherche). Les moyens de fonctionnement des établissements sont préservés. L’ensemble des engagements sur la vie étudiante, le logement étudiant et la restauration sera bien sûr tenu », indique le cabinet de Sylvie Retailleau, ministre de l’ESR (Enseignement supérieur et recherche), à News Tank le 22/02/2024.

En dépit des engagements de la ministre — dont chacun·e a pu apprécier la valeur ces derniers temps —, on peut craindre que soient touchés non seulement les dispositifs santé et culture du programme Vie étudiante, les investissements immobiliers, notamment concernant la rénovation énergétique, mais aussi l’emploi statutaire et contractuel, compte tenu des arbitrages locaux auxquels seront contraints les établissements pour préserver une partie des dépenses d’investissement, au détriment donc des dépenses de fonctionnement. Bien évidemment, les budgets sont déjà et seront encore plus contraints par l’augmentation mécanique de la masse salariale (Glissement Vieillesse-Technicité) et par l’inflation. Une conséquence directe et brutale sera ainsi une précarisation toujours accrue des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche.

En septembre 2023, la présidente de Paris-1, Christine Leduc Naudeau, déclarait “On est à l’os”. France universités n’a pas encore réagi à cette nouvelle attaque majeure contre le service public de l’enseignement supérieur et la recherche. L’Université de Lyon-3 vient de passer à l’offensive : Éric Carpano saisit le Conseil d’État “afin de faire annuler le décret et rendre la parole à la représentation nationale”.

Continuer la lecture

Organisons-nous ! Une lettre aux agents publics par Nos services publics

Alors que Stanislas Guerini vient d’envoyer avec une peu d’avance ses étrennes aux organisations syndicales, avec un projet législatif centré sur le renforcement de  l’efficacité de la fonction publique1, par “un texte resserré autour d’une vingtaine de mesures, essentiellement conçues pour donner des marges supplémentaires fondées sur la confiance dans les acteurs  et la valorisation de leur engagement2, Academia republie la Lettre ouverte aux agents publics après la loi Asile-Immigration du collectif Nos services publics, paru sur leur blogÀ notre tour, nous vous disons : organisons-nous !

En attendant reprenons des forces pour 2024 !

Lettre ouverte aux agents publics après la loi asile-immigration : organisons-nous

Le vote de la loi asile-immigration constitue une accélération historique de la dérive autoritaire et discriminatoire dans notre pays. Face à cette situation, notre responsabilité, en tant qu’agents publics, est directement mise en jeu. Continuer, partir, désobéir ? Soyons à la hauteur : organisons-nous.

Continuer, partir, désobéir ? Comment articuler nos convictions avec des orientations politiques qui leur sont contraires, lorsque l’on est fonctionnaire ? Cette question, tou.te.s les agents de la fonction publique se la posent, à un moment ou à un autre de leur carrière. Servir successivement sous des Gouvernements d’obédiences politiques différentes, y compris éloignées de nos convictions, est en effet une des particularités de nos métiers : les fonctionnaires et agents publics sont choisis pour leur compétences, et non pour leurs idées politiques. Cette particularité s’exerçait, jusqu’à il y a peu, dans un cadre politique relativement clair où des lignes de clivage séparaient certes la gauche de la droite, mais surtout où un consensus dit “républicain” distinguait ces deux composantes d’une part, d’une extrême droite et de sa xénophobie d’autre part.

Affaissement des digues

Ce cadre “républicain” est-il toujours d’actualité ? Force est de constater qu’il a, à tout le moins, été durablement abîmé par les derniers quinquennats, et que la loi asile-immigration s’inscrit dans un continuum de renoncements allant de la création du ministère de l’immigration et de l’identité nationale à la proposition d’inscrire dans la Constitution la possibilité de déchéance de nationalité pour les Français bi-nationaux.

Continuer la lecture

  1. soit une accélération de sa disparition. []
  2. Entendre, “adopté par 49.3”, “pour supprimer le statut et rémunérer à la tête du client”. []

« L’exécutif piétine consciemment un État de droit qu’il est pourtant plus que jamais nécessaire de défendre » (tribune de Paul Cassia)

Avec l’autorisation de son auteur, Academia reproduit la tribune publiée dans Le Monde du 21 décembre 2023 de Paul Cassia. Pour le professeur de droit public à l’université Paris 1 :

L’accumulation [des] lézardes dans l’État de droit ne peut plus laisser place au doute quant à la perspective illibérale qu’elles dessinent. Le respect de la hiérarchie des normes, de l’autorité des décisions de justice, de l’égalité de traitement, et, plus largement, des libertés publiques consacrées depuis la fin de la seconde guerre mondiale comme patrimoine commun des États démocratiques européens, est aujourd’hui considéré par les gouvernants français comme un risque, sacrifiable sur l’autel d’un ogre sécuritaire jamais rassasié“.

« L’exécutif piétine consciemment un Etat de droit qu’il est pourtant plus que jamais nécessaire de défendre »

A 65 ans, la Ve République est plus fonctionnelle que jamais. Elle a même connu une véritable cure de jouvence tout au long de l’année 2023, au cours de laquelle, majorité présidentielle relative à l’Assemblée nationale oblige, des dispositions constitutionnelles et de procédure parlementaire inédites ou peu utilisées ont fait l’objet de mises en œuvre pour l’adoption au forceps des deux réformes majeures – le passage à 64 ans de l’âge légal de départ à la retraite et la loi sur l’immigration – du second quinquennat d’Emmanuel Macron.

Martin, ” Lézardes aux maisons. N° 214″, Archives nationales, 20160113/6_129 / Gallica, BnF

Dans une ambiance parlementaire survoltée et par moments immature, ces deux textes auront été adoptés, certes selon les procédures prévues par la Constitution, mais sans débats dignes de ce nom entre les représentants de la souveraineté nationale, et même sans vote pour ce qui concerne la réforme des retraites.

Indépendamment de leurs contenus, les modalités de leur adoption illustrent de manière caricaturale le primat autoritaire de l’exécutif – en réalité du seul président de la République – sur les autres pouvoirs constitutionnels – Parlement et justice – , ce qui n’est pas le moindre des paradoxes quand on a à l’esprit que l’auteur de l’ouvrage de campagne Révolution (XO, 2016) s’était engagé à réformer institutions et pratiques.

Résultats désastreux

Les résultats, en matière de confiance dans les décideurs publics nationaux, sont désastreux, et traduisent l’anachronisme grandissant de la confusion des pouvoirs organisée par la Constitution de 1958, dont un autre symbole en 2023 aura été le jugement du garde des sceaux en exercice par une Cour de justice de la République composée aux quatre cinquièmes de parlementaires qui sont ses opposants ou ses alliés politiques.

Il se double désormais d’une autre séquence qui vient révéler la superposition d’une crise juridique aux crises politique et morale : l’exécutif piétine allègrement, consciemment, ouvertement, un Etat de droit qu’il est pourtant plus que jamais nécessaire de défendre, notamment au regard de la dégradation du contexte international.

Cette entreprise systématique de démolition, sous couvert d’une inatteignable sécurité absolue des personnes et des biens ou d’une maîtrise complète de l’immigration, n’est certes pas nouvelle ; elle ne cesse cependant de s’accentuer dans la période contemporaine, avec toujours des résultats inverses à ceux qui sont annoncés.

Continuer la lecture

« Je n’ai pas dit qu’on allait réformer les statuts » (E. Macron)

Il y a quatre ans, Academia publiait Temps de travail #ESR (1): 192h de service ?. Julien Gossa revient sur cette mesure dans un billet que nous reproduisons avec le postscriptum de décembre 2023. En attendant l’exinction des stauts, préparons-nous à une auto-défense universitaire.


LPPR : En finir avec « ce stupide calcul des 192 heures du temps de service »

« Ce stupide calcul des 192 heures du temps de service », c’est ainsi qu’un président d’université présentait la règle principale qui régit le temps de travail des enseignants-chercheurs (EC). Sa suppression était l’objet de l’ateliers « Référentiel temps des E.C. & Compte Epargne Enseignement et Recherche : quelles évolutions ? » organisé à l’Université de Strasbourg. Ce calcul devrait être entière revu en février prochain. L’occasion de s’interroger sur les enjeux du temps de travail des enseignants-chercheurs.

Depuis 1984 et la loi Savary, les EC ont un service statutaire d’enseignement de 192 heures. En théorie, cela correspond à un mi-temps, l’autre étant consacré à la recherche. En pratique, c’est un peu plus compliqué. Un historique est disponible ici.

La règle des 192 heures est difficile à saisir, car elle change de tout au tout selon le point de vue que l’on adopte : Université dans son ensemble, enseignants-chercheurs, dirigeants des universités ou ministère.

Du point de vue de l’Université…

Du point de vue de l’Université, la règle des 192 heures a deux fonctions :

  1. assurer, qu’à l’Université, l’enseignement soit adossé à la recherche et la recherche à l’enseignement ;
  2. assurer une base commune à tous les enseignants-chercheurs, ce qui participe à faire communauté.

Continuer la lecture

Contrôle de l’accès à l’Université de Strasbourg : les élu∙es préoccupé∙es

Sujet :   [infos-élus-cac] contrôle accès et sûreté Unistra
Date :    Thu, 23 Nov 2023 16:55
De :        Liste Refonder
Pour :    president@unistra.fr

 

Monsieur le Président

 

Ces derniers jours, nous ont été rapportés des faits extrêmement troublants concernant les agissements des agents en charge de la sécurité à l’université de Strasbourg.

Jeudi dernier, des contrôles auraient été mis en place à l’entrée du Palais universitaire avec un filtrage des membres d’un groupe d’étudiants ayant annoncé sur des réseaux sociaux leur rassemblement dans l’aula. Ce lundi, dans la salle du Patio où s’étaient rassemblés plusieurs personnes, le responsable du département « sûreté » de la direction des affaires logistiques intérieures (DALI) serait venu accompagné de deux individus, a priori externes à l’université, qui auraient pris les étudiants en photo.

Nous vous demandons que soit convoqué pour la prochaine réunion du conseil académique, M. le responsable du département « sûreté » pour éclaircir ces points, ainsi que pour discuter avec le conseil des pratiques et des procédures utilisées par les personnes travaillant sous son autorité, qu’ils soient agents de l’université ou de sociétés privées.

Continuer la lecture

Après le colloque de la honte à la Sorbonne, ignominie au Sénat

Update 8 novembre 2023

Après l’introduction par Jean-Michel Blanquer de Après la déconstruction, conclu par Thierry Coulhon en Sorbonne, c’est au tour de Marion Maréchal Le Pen et d’Éric Zemmour de conclure le colloque des Parents vigilants au Sénat.

Sans qu’aucun parlementaire n’y trouve à redire, bien au contraire.

« Parents vigilants au sénat, c’est non ! »

CAALAP (Coordination Antifasciste pour l’Affirmation des Libertés Académiques et Pédagogiques) a alerté il y a dix jours de la tenue d’un événement d’extrême-droite au Sénat, au projet délateur, qui vise à mettre en danger les professeur·es qui ne sont pas sur leur ligne xénophobe et raciste, sous couleur de “laïcité” et de “valeurs de la République”. Ainsi, après les mots d’accueil du sénateur élu au Conseil municipal de Marseille Stéphane Ravier, la personne qui ouvre le colloque a dénoncé le projet pédagogique d’une professeure de philosophie en classe préparatoire mettant en danger l’enseignante. Un mois après l’effroyable meurtre de Dominique Bernard, trois ans après celui de Samuel Paty, comment le Sénat peut-il accueillir cet événement comme si de rien n’était et sans que personne, dans l’institution, n’y trouve visiblement à redire ?

Programme du colloque de l’organisation d’extrême-droite qui se tient le samedi 4 novembre 2023, au Sénat

Dans son communiqué du 25 octobre 2023, Caalap précise

Nous apprenons l’organisation par Stéphane Ravier, sénateur NI, d’une rencontre avec les « parents vigilants » au Sénat le 4 novembre. Nous sommes consternés.

Cette association, apparentée au mouvement d’Eric Zemmour Reconquête, s’est notamment fait connaître par ses raids numériques contre des enseignant.es dont certain.es d’entre nous avons été directement victimes.

Les « parents vigilants » font partie des groupes qui nous mettent directement en danger en nous exposant (noms, adresses, photographies) sur les réseaux sociaux, à la merci d’individus potentiellement dangereux, comme en témoignent les menaces de mort reçues par plusieurs d’entre nous, d’autant plus inquiétantes qu’elles interviennent dans le contexte des deux assassinats de nos collègues Samuel Paty et Dominique Bernard.

La CAALAP demande au ministre de l’Éducation nationale de prendre ses responsabilités face à ce danger et de se saisir de cette occasion pour témoigner son soutien aux enseignant.es dépendant de son ministère en demandant l’annulation de cette rencontre avec un groupe dont les valeurs et les agissements s’opposent aux fondements de notre système démocratique et menacent ses représentant.es. La CAALAP s’adresse aussi aux parlementaires afin qu’ils se positionnent et affirment haut et fort leur opposition à cette rencontre.

Ce communiqué n’a reçu aucune réponse, y compris de la part de membres de la Commission Culture du Sénat, présidée par Laurent Lafon : l’éducation relève pourtant de sa compétence.

À la recherche de l’ennemi intérieur

Le colloque s’est donc tenu le 4 novembre, à l’initiative de Stéphane Ravier (Reconquête) et membre de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées, aux compétences bien éloignées de l’éducation.

Continuer la lecture

Frais d’inscription et liberté de manifester : stratégie du choc à Pau

Il y a quelques mois, nous lancions l’alerte à propos de la transformation progressive des présidents d’université en “préfets au petit pied”. Loin de comprendre la responsabilité éminente qui est la leur, nos président·es semblent en effet devenus incapables de concevoir aujourd’hui, sur les campus, un ordre public universitaire qui ne soit pas le triste décalque des pratiques préfectorales en matière sécuritaire et de répression des oppositions politiques légitimes.

Site Web de l’université de Pau (représentant un campus vide, mais un “campus dans la cité”)

Le président de l’université de Pau, Laurent Bordes, confirme malheureusement cette tendance. Ce 17 octobre en fin d’après-midi, arguant des franchises universitaires qui lui confèrent la charge du maintien de l’ordre sur le campus, il a décidé d’interdire un rassemblement d’étudiant·es et de personnels. Un rassemblement contre… il faut s’arrêter un instant et se frotter les yeux pour le croire : un rassemblement contre… la mise en place, à l’université de Pau, des «frais d’inscription différenciés» !

Laurent Bordes, mathématicien, président de l’UPPA 2020-2024

De : president@univ-pau.fr
Date : 17/10/2023 16:36 (GMT+01:00)
À : syndicats@univ-pau.fr, solidairesetudiant.e.s.pau@gmail.com, mouvement 22 mars <mouvement.22.mars@gmail.com>

Objet : rassemblement demain à 11h devant la Présidence

Madame, Monsieur

Vous avez organisé et annoncé sur les réseaux sociaux un rassemblement ce mercredi 18 octobre 2023 à 11 heures devant la Présidence sur la question des frais d’inscription différenciés.

Comme vous le savez, suite à l’attaque à caractère terroriste qui s’est produite à Arras le 13 octobre 2023, la Première ministre a décidé d’élever la posture du plan Vigipirate sur l’ensemble du territoire national au niveau « Urgence attentat ». En conséquence, je suis de fait dans l’obligation de mettre en place sans délai un certain nombre de mesures de prévention et de protection afin d’assurer la sécurité des personnes et des biens, parmi lesquelles “la restriction voire l’interdiction des activités aux abords des installations et bâtiments” (termes du bulletin d’alerte Vigipirate du 13 octobre). Par ailleurs, dans une lettre du 16 octobre, la Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche demande expressément aux chefs d’établissement d’étendre cette mesure aux rassemblements en fonction de la menace.

En tant que responsable du maintien de l’ordre et de la sécurité dans l’enceinte de l’établissement (article L.712-2 du code de l’éducation) et en raison de l’importance et de l’imminence de la menace, j’ai décidé d’interdire le rassemblement que vous avez projeté. Aussi, je vous demande d’en prendre acte et d’annoncer cette annulation via les mêmes canaux de diffusion que ceux utilisés pour le promouvoir (réseaux sociaux, affichage, mails, etc.)

Les autorités sont informées de cette décision.

L. Bordes
Président de l’UPPA

L’interdiction de tout rassemblement sur un campus à propos d’une question proprement interne à l’université et sous prétexte de Vigipirate : voilà une manière simple et efficace de neutraliser la contestation contre cette mesure universitaire raciste qui consiste, rappelons-le, à appliquer à une partie des étudiant·es extra européen·nes des frais d’accès à l’université d’un montant largement supérieur à ceux applicables aux ressortissant·es européen·nes.

Continuer la lecture

Suspension d’un maître de conférences pour propos indécents et incompatibles avec les exigences des missions d’enseignement de l’université

L’Université Paris-Panthéon-Assas a pris connaissance des propos indécents, dont certains à connotation antisémite, prononcés hier 9 octobre 2023 par un maître de conférences pendant son cours de droit constitutionnel. Des étudiants présents dans la salle ont légitimement été heurtés par les propos tenus.

L’université condamne fermement et sans réserve ces paroles, incompatibles avec les exigences de notre mission d’enseignement. Après enquête et consultations, l’enseignant concerné a été suspendu à titre conservatoire et temporaire, dans l’intérêt du service.

La section disciplinaire de l’université a par ailleurs été saisie.

La lutte contre le racisme et l’antisémitisme demeure une priorité pour l’université, qui ne peut tolérer que des propos discriminatoires, violents ou à connotation raciste ou antisémite, qui sortent du cadre de l’entière liberté d’expression dont jouissent les enseignants-chercheurs, ne soient tenus à l’intérieur de ses murs.
Continuer la lecture

Charline Avenel telle qu’en elle-même

Portrait d’une personnalité cardinale de la politique de l’Éducation nationale dirigée par Jean-Michel Blanquer et Pap Ndiaye, ministres d’Emmanuel Macron.

Wer als Fuchs ein Amt erschleicht, wird als Wolf regieren
(Qui tel un renard s’empare d’un office public, gouvernera tel un loup).
Karl Friedrich Kretschmann

  • par minimaliste13

Le 27 septembre 2018, la directrice de l’Institut d’Études Politiques de Paris (l’IEP, ou Sciences Po) organise son pot de départ. Dès l’été, elle avait prévenu ses collaboratrices et collaborateurs de son départ imminent : elle serait à compter d’octobre 2018 nommée rectrice de l’académie de Versailles, la plus grande circonscription scolaire et universitaire de France, dont dépend la scolarisation de plus d’un million d’élèves et d’étudiants. C Cette nomination ferait également d’elle la supérieure hiérarchique de près de cent mille agents de la fonction publique, majoritairement des enseignants mais aussi l’interlocutrice principale, côté Etat, de cinq des plus grandes universités de France.Lorsque les rumeurs sur cette nomination ont commencé à circuler, à l’été 2018, le monde de l’éducation s’en était ému. Le journal Le Monde a par exemple pudiquement noté qu’il

manquait quelques lignes à son CV pour lui permettre d’accéder à cette fonction”.

Quelques lignes effectivement. Voyons cela de plus près.

1. Avant le rectorat

Entrée Saint-Thomas d’Aquin, Rue des Saints-Pères de Science Po Paris. Crédit :
Fred Romero, 2015

Charline Avenel, car il s’agit d’elle, est diplômée de la section service public de Sciences Po — nous verrons qu’elle fera honneur à son diplôme — puis de la promotion Leopold Sédar Senghor de l’École Nationale d’Administration (l’ENA), où elle est camarade de promotion d’Emmanuel  Macron. En sortant de l’ENA, elle intègre la direction du du budget du ministère des Finances, où elle travaille de 2004 à 2007, notamment sous la direction de Pierre-Mathieu Duhamel1. Elle s’y occupera tout spécialement du budget de l’enseignement supérieur. En 2007, elle rejoint le cabinet ministériel de Valérie Pécresse, où elle est la collègue d’Amélie de Montchalin, comme conseillère budgétaire puis directrice de cabinet adjointe en charge des moyens, de l’évaluation et de la recherche, position qu’elle conservera lorsque Laurent Wauquiez aura remplacé Valérie Pécresse au poste de ministre. Pendant huit années, elle aura été en charge d’une manière ou d’une autre du budget de l’enseignement supérieur et de la recherche. Pendant les premières de ces huit années, celui-ci augmentera légèrement en euro constant avant de stagner. Ramené à l’augmentation du nombre d’étudiants sur la même période, il s’agit d’une stagnation à peu près totale.

Avec l’approche de l’alternance politique de 2012, Charline Avenel quitte les cabinets ministériels pour prendre la direction adjointe de l’Agence Nationale de la Recherche, dont Nicolas Sarkozy vient de confier la direction à la scientifique et élue UMP Pascale Briand. Elle y oeuvre “pour le développement du financement de la recherche sur projet”. Cette fois-ci, et pour la première fois de manière indubitable, l’action de Charline Avenel peut être mesurée. L’année où elle prend ses fonctions, le budget alloué par l’ANR aux projets de recherche s’élève à 556 millions d’euros. Lorsqu’elle quitte ses fonctions en 2014 et l’année suivante (dernière année où on peut penser que ses choix de direction ont eu un impact), il s’élevait à 414 puis 389 millions d’euros – soit une baisse de 30% en deux ans. Sous sa direction, la proportion des projets lauréats d’un soutien de l’ANR sera elle divisée par deux, passant de 20% à son arrivée à 10,6% à son départ.

Continuer la lecture

  1. Lui-même diplômé de l’IEP et de l’ENA, ancien membre des cabinets d’Alain Juppé et Édouard Balladur, élu UMP, brièvement secrétaire général du groupe LVMH et relation de Thierry Gaubert et Ziad Takkiedine au moment où ceux-ci organisent les rétrocommissions des contrats de vente d’armes pour financer la campagne d’Édouard Balladur. []