« Nous voulons une université sans sexisme, ni Violences Sexistes et Sexuelles ». Communiqué des étudiant∙es de l’UFR03 de l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Academia relaie le communiqué des Les étudiant·e·s mobilisé·e·s de la Double Licence 2 Histoire – Histoire de l’Art et Archéologie, et Droit – Histoire de l’Art et Archéologie de l’Université de Paris-1 qui expriment leur grande inquiétude et le souhait de ne pas suivre les cours d’un enseignant, Guillaume Gernez. Ce maître de conférences en archéologie a en effet été accusé de viol, harcèlement, abus d’autorité et  de comportement inappropriés sur le chantier de fouilles qu’il dirigeait au sultanat d’Oman, condamné en appel à un abaissement d’échelon par le CNESER en octobre 2015, avant d’être une nouvelle fois condamné en première instance disciplinaire par l’Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne ((NDLR : décision non publiée)).

Ce communiqué qui décrit à la fois les mesures de protection de l’enseignant organisées par l’université mais également la grande inquiétude des étudiant·es, qui ne se sentent ni protégé·es ni respecté·es, doit nous alerter sur une question qui dépasse largement le Centre Pierre Mendès-France et qui continue à être bricolée aujourd’hui dans les établissements ((Voir par ex., un autre boycott à la faculté de psychologie, Université de Lorraine)) : comment gère-t-on les relations entre les étudiant·es etles  enseignant·e-chercheur ·ses qui ont été sanctionné·es en raison de leurs comportements envers les étudiant.es, une fois ces sanctions exécutées ?

https://www.flickr.com/photos/marsupilami92/5017581935/in/photostream/

Crédit: Patrick Janicek, 2010

  • Communique des étudiant·es mobilisé·es de la Double Licence 2 Histoire – Histoire de l’Art et Archéologie, et Droit – Histoire de l’Art et Archéologie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 9 novembre 2022. Initialement publié sur Révolution permanente

Le jeudi 27 octobre, les doubles licences 2 Histoire de l’Art et Archéologie – Histoire, et Histoire de l’Art et Archéologie – Droit, se sont rendues en CM d’Archéologie Extra-Européenne au centre Pierre Mendès France. Nous, élèves de ces cursus, nous sommes sentie·s déconsidéré·es par l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et par l’UFR03 d’Histoire de l’Art et d’Archéologie, nous ayant attribué comme professeur de CM et TD M. Guillaume Gernez.

Nous, avons été confronté·es à un individu “accusé d’avoir eu des comportements déplacés” vis à vis d’une étudiante en 2014 ; et d’avoir invité sur un chantier de fouilles à Oman, en décembre 2013 et janvier 2014, des étudiantes dans sa tente la nuit. Lors de ces entrevues avec les étudiantes, il est affirmé à l’issue d’une enquête datée de 2014 que “certains [des] gestes [de l’enseignant] ont dépassé le cadre d’une relation amicale”. De plus, une plainte pour viol a été déposée envers M. Gernez en février 2019 par une étudiante de master, qui a participé à un chantier de fouilles à Oman, lors d’une mission à l’hiver 20191.

Cette plainte a débouché sur un non-lieu. Par ailleurs, le climat judiciaire ne semble pas rendre compte, aujourd’hui, de la réalité puisque seuls 0.6% des accusations de viol par des personnes majeures ont fait l’objet d’une condamnation2. En outre, l’université a émis à son encontre des sanctions disciplinaires, notamment une suspension de son droit d’enseignement à Paris 1 Panthéon-Sorbonne pendant 3 ans. Il est aujourd’hui réintégré au corps enseignant, mais il fait toutefois l’objet de certains aménagements : il n’a plus le droit d’enseigner en master, ou de diriger, participer à des chantiers de fouilles avec des étudiant·es, dans le cadre de ses fonctions d’enseignant de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Cette situation ne participe aucunement à ce que nous nous sentions en sécurité. Comment nous promettre que de nouvelles plaintes à son encontre ne verront pas le jour ?

Continuer la lecture

  1. source : CNESER et Conseil d’Etat via un article publié par Mediapart le 20 mai 2019 []
  2. Source : Assemblée Nationale. []

CHSCT MESR. Avis votés en séance plénière du 21 juillet 2022

Au vu de l’importance des avis votés par le CHSCT MESR du 21 juillet 2022, qui nous concerne tous et toutes — à l’exception visiblement de la Ministre Retailleau, absente — comme agent·es et étudiant·es, Academia les publie dans leur intégralité.

 

Crous(pace)tertre à Nantes

Continuer la lecture

Université de Lorraine: le mauvais western

Le Républicain Lorrain, 25 mai 2022

Le lundi 23 mai 2022, le Conseil d’administration devait élire le ou la nouvelle présidente de l’Université de Lorraine. Ce ne fut pas le cas. L’affaire a fait la Une du Républicain Lorrain daté du mercredi 25 mai 2022, sous le titre “Le duel viré au western. L’article relate qu’Hélène Boulanger, qui se pose en héritière de la présidence Mutzenhardt, n’aurait pas obtenu les voix nécessaires pour être élue.

Les quatre autres candidats à la présidence se sont fendus d’un communiqué que nous reproduisons.


À la sortie du premier conseil d’administration, le cabinet de la présidence de l’université a envoyé un communiqué officiel disant

 « Après 2 tours de scrutin, le Président de séance a estimé que les conditions n’étaient pas réunies pour organiser un 3ème tour de scrutin ».

Cette phrase mérite une explication.
Rappelons qu’il faut 16 voix pour être élu·e.

Continuer la lecture

Viol et agressions sexuelles à Tours : l’inspection générale rend son rapport

Après les collages le 15 avril 2022 dénonçant un violeur dans les rangs de la Faculté de médecine, plusieurs articles de presse ont fait part des questionnements touchant à la protection dont aurait bénéficié un étudiant, au sortir dedeux mois de détention préventive, de poursuivre ses études de médecine à Limoges, dans un service de… gynécologie.

Extraits.

CheckAcademia : Le Conseil d’administration d’une université peut-il modifier le classement du comité de sélection ?

C’est une crainte que l’on entend régulièrement : le Conseil d’administration (CA), ou encore le Conseil académique (CAc), voire le Président d’établissement, a un droit de regard sur le classement proposé par le Comité de sélection (CoS) dans le cadre du recrutement d’un·e MCF. Le ou la première classée pourrait donc risquer de ne pas être nommée en raison de la préférence du CA (ou du CAc ou du Président d’établissement) pour un·e autre candidat·e moins bien classé·e.

Continuer la lecture

Salaires mirobolants, entre-soi et simulacre de démocratie universitaire à PSL

  • par PSL Contre-attaque

Les huiles de Paris Sciences et Lettres s’en mettent plein les poches. Officiellement, les mastodontes bureaucratiques regroupant des écoles ou des universités, à l’instar de PSL, ont un objet — faire monter artificiellement des établissements du supérieur dans le classement de Shanghaï — et à concentrer toujours plus les financements dans les établissements qui sont déjà les plus favorisés. Mais on aurait tort de minimiser un autre objectif : ils servent aussi à contourner les règles s’appliquant aux universités : gouvernance plus autoritaire et plus opaque, communauté étudiante et personnels moins représenté·es dans les instances décisionnelles; salaires mirobolants pour les dirigeant·es. PSL est un exemple prototypique de ces dérives. Prenons le temps d’objectiver cette réalité.

Grâce à la liste d’élu·es au CA de PSL « Démocratie et intérêt général au cœur de PSL », le salaire d’Alain Fuchs, le président de PSL, a été documenté.1

Il est — tenez-vous bien — de 160.000 € bruts par an, plus de 13.000 € par mois !, hors primes éventuelles2. Les vices-président·es, pour leur part, peuvent gagner jusqu’à 126.000 € par an (10.500 € par mois). Des salaires indécents, rares pour des postes équivalents dans la fonction publique classique.
Les élu·es de cette liste, avec d’autres, ont bien tenté de critiquer publiquement des salaires aussi hauts, mais il leur a été rétorqué qu’Alain Fuchs ayant été reconduit après un premier mandat, il ne serait pas gentil de lui baisser son salaire. Au passage, Alain Fuchs avait été très mal réélu3, et a bénéficié d’une dérogation sur l’âge limite des présidents d’établissements du supérieur spécifique à des constructions comme PSL4

Déjà Thierry Coulhon, le prédécesseur d’Alain Fuchs à la tête de PSL, n’était pas en reste : 150.000 € nets annuels (12.500 € par mois)5.


Energy feed. Cables going though the old K-Fet, Ecole Normale Superieure, Paris, par Izys, 2003

Continuer la lecture

  1. Voir http://democratie-au-coeur-de-psl.fr/?p=243. []
  2. Voir http://democratie-au-coeur-de-psl.fr/?p=243. []
  3. Voir http://democratie-au-coeur-de-psl.fr/?p=158 []
  4. Alain Fuchs a bénéficié d’une dérogation sur l’âge limite des président·es des EPSCP (établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel) : fixé à 68 ans par le Code de l’Éducation, il est sans limite générale pour les EPE (établissements publics expérimentaux, dont fait partie PSL à ce jour) depuis une ordonnace du gouvernement en 2018 et a été fixé à 73 ans pour PSL (statuts de PSL, article 22), un nombre apparemment évoqué par la DGESIP mais qui semble tomber miraculeusement à point dans le cas d’Alain Fuchs. Ce régime de faveur personnalisé existe aussi pour Christine Clerici, à la tête de l’Université de Paris,. []
  5. Voir “Rémunération des présidents de Comue : « Un débat naturel et nécessaire » (Thierry Coulhon)“, News Tank, 25 novembre 2015 et “150 000 euros annuels“, Histoires d’université, 25 novembre 2015. []

Le CNESER et la journée internationale contre les violences faites aux femmes

Jeudi dernier, 25 novembre 2021, plusieurs établissements d’enseignement supérieur organisaient des événements à l’occasion du 25 novembre, journée internationale contre les violences faites aux femmes. À l’instar de la manifestation à l’ENS de Lyon, durement touché par les violences sexistes et sexuelles et par l’indigence des mesures de sa direction, a Conférence permanente égalité diversité (CPED) les a cartographiés.

Lors de cette belle fête, les hommes et les femmes engagées contre les violences masculines au sein des universités ont eu le déplaisir de lire la sentence en appel d’un professeur de l’Université François Rabelais de Tours, accusé d’attouchements et d’agression sexuelle par plusieurs étudiantes. Ces faits lui avaient valu en première instance la peine d’un an de suspension à mi-traitement.

Nous la reproduisons ci-après, après avoir précisé quelques dispositions particulières du CNESER statuant en matière disciplinaire. La décision, détaillée, indique que la procédure en première instance n’a pas été correctement conduite, que l’avocat était talentueux.

Toutefois, en cette semaine orange, la sentence finale, aussi insupportable que bien des décisions prise par le CNESER disciplinaire que nous avons recensées dans Vice de forme, nous conduit à interpeller les syndicats représentés dans l’instance : allez-vous continuer à cautionner l’impunité des agresseurs au sein des universités ?

#MeTooESR #MeTooFac

Continuer la lecture

“Exclu pour une durée de … 3 jours”. À propos de récentes sanctions disciplinaires au CNRS

Sur le dernier Bulletin officiel du CNRS, on y lit la publication de deux sanctions disciplinaires((Academia remercie FX Coudert et Benjamin Bardiaux pour leur veille.)) : l’une pour des faits répétés de harcèlement sexuel de la part d’un directeur de recherche de première classeexclusion de TROIS jours1. Un an plus tôt, d’autres faits de harcèlement sexuel de la part d’un directeur de recherche de classe exceptionnelle avaient été sanctionné par 12 mois de suspension dont 6 avec sursis. Les agents sanctionnés ne sont pas obligés de changer de lieu de travail, plaçant de fait les victimes dans la nécessité de partir ou de subir la présence de leur harceleur.

N’est -il pas temps de revoir l’échelle des sanctions disciplinaires, CNRS ? Est-elle propice à ce que “la parole se libère” (1. Entretien avec Pierre Coural, directeur des ressources humaines du CNRS, Blog RH, 12 octobre 2017) ou au contraire

#MetooESR

Controversial sanctions, by F. Saeed, octobre 2020

Continuer la lecture

  1. Dans le même BO CNRS de septembre 2021, p. 531, on trouve une sanction de 15 jours d’exclusion pour un doctorant reconnu coupable d’avoir produit de fausses données “afin de masquer la perte d’une partie des échantillons”. Deux poids, deux mesures. []

Harcèlement et maltraitance institutionnelle à l’université

 

Le harcèlement est devenu un véritable fléau dans les universités. Il touche tous les personnels. Les femmes en sont les premières victimes. En cause un management de plus en plus délétère, des conditions de travail qui brisent les solidarités, des mesures de prévention très insuffisantes et des plans d’action pour l’égalité professionnelle qui restent anémique.

L’université va mal. Alors que Frédérique Vidal, dans une conférence de presse de rentrée totalement hors sol, célébrait récemment son bilan sur un air de « Tout va très bien Madame la Marquise », des enquêtes et analyses montrent que cette rentrée universitaire est la plus calamiteuse qui soit : la précarité étudiante reste dramatique en l’absence de toute réforme des bourses – promise et oubliée –, les burnout explosent chez les personnels, eux aussi de plus en plus précaires, et les jeunes docteurs sont nombreux à considérer que « la France est un pays sans avenir pour les jeunes chercheurs ». Significativement une enquête en 2020 auprès d’un millier de personnels de l’Université de Strasbourg nous apprenait que 46 % des enseignants-chercheurs, enseignants et chercheurs considéraient que les conditions d’exercice de leurs missions étaient mauvaises alors que 49% d’entre eux étaient pessimistes quant à leur avenir professionnel.

En 2021, avec 30 000 étudiants supplémentaires sans les moyens nécessaires pour les accompagner, les universitaires en sont réduits à gérer la pénurie et à constater une dégradation inexorable des conditions d’étude et de travail. La crise sanitaire a certes fonctionné comme un démonstrateur et un accélérateur de cette dégradation, mais elle ne saurait masquer la violence institutionnelle et la responsabilité historique de l’État lui-même. Depuis 20 ans au moins, les politiques publiques ont méthodiquement saigné, privatisé et précarisé les services publics de la santé et du savoir, l’hôpital et la recherche. L’ironie est cruelle : beaucoup de celles et ceux qui prennent soin de nos corps et de celles et ceux qui fécondent notre esprit sont aujourd’hui en grande souffrance physique et psychique. Si un tel contexte affecte au sein de l’université et de la recherche les personnels de tous statuts, il n’en reste pas moins que les inégalités sont exacerbées et que les salariés les plus touchés sont les précaires et les femmes.

Mantis religiosa. Qui mange qui ? pars Stavros Chatzigiovanakis, 2020

Continuer la lecture

“Que faut-il de plus au CNESER?”. Communiqué des Clasches, 16 septembre 2021

Le 10 septembre 2020 a honteusement rappelé à toutes les victimes de violences sexistes et sexuelles dans l’Enseignement supérieur et la recherche (ESR) que les instances d’appel en matière disciplinaire avaient choisi leur camp – et que ce n’était clairement pas le camp des victimes.

Ce jour-là, le Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER), statuant en matière disciplinaire, a décidé à la majorité absolue de relaxer en appel un enseignant chercheur de l’Université Lyon 2 qui avait été sanctionné deux ans plus tôt pour des faits de harcèlement sexuel perpétrés contre une doctorante qu’il encadrait. En avril 2018, l’Université Lyon 2 avait alors interdit à l’enseignant d’exercer toute fonction d’enseignement et de recherche pendant douze mois, le privant de la totalité de son traitement pour les motifs suivants :

  • « Avoir eu un comportement susceptible de constituer un harcèlement sexuel à l’encontre de sa doctorante au moyen de propos et de gestes déplacés durant le mois de mars 2017 » ;
  • « Avoir encouragé cette doctorante à signer une convention de stage en lieu et place d’une autre étudiante qui, seule, aurait réalisé le stage » ;
  • « Avoir jeté le discrédit sur les collègues composant le comité de suivi institué par l’article 13 de l’arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat » ;
  • « Avoir incité sa doctorante à tromper l’appréciation et la vigilance dudit comité ».

Dans un communiqué de presse du 12 juin 2018, le Clasches s’était d’ailleurs félicité de cette décision, exemplaire en comparaison des dysfonctionnements caractérisant généralement les procédures disciplinaires et de la faiblesse des sanctions prises.

L’exemplarité de la décision était à la hauteur de la robustesse du dossier. La section disciplinaire de Lyon 2 s’était en effet appuyée sur le témoignage de la victime et sur trois enregistrements, par elle-même réalisés, de conversations téléphoniques avec le directeur de thèse. Attentive au respect du droit et de la réglementation en vigueur, la décision disciplinaire concluait que « les faits rapportés concordent » et que « des preuves existent ». Dans un arrêt du 21 juin 2019, en réponse à la demande de suspension de la sanction formulée par l’enseignant chercheur mis en cause, le Conseil d’État avait réaffirmé la validité juridique et le caractère probant d’un enregistrement audio produit à l’insu de la personne dont les propos étaient enregistrés. Pour une fois, la rhétorique de « l’absence de preuves », trop souvent mobilisée pour décrédibiliser la parole des victimes, semblait hors de propos.

Et pourtant… La décision du 10 septembre 2020 du CNESER balaie tout cela d’un revers de la main. Elle ne contient aucune mention des conversations enregistrées. Aucune. Le déni de réalité ne s’arrête pas là : les juges d’appel, dans un retournement des rôles consternant, mettent en doute l’intégrité même de la doctorante, suggérant que la victime souffrait de « faiblesse psychologique ». Appuyant leur décision sur un témoignage mensonger mobilisé par l’enseignant-chercheur mis en cause, malgré la présence dans les pièces du dossier d’éléments contredisant formellement ce témoignage, ils prennent systématiquement le parti de ce dernier et reprennent ses éléments de défense. Y compris lorsque celui-ci incite la doctorante à mentir à son comité de suivi de thèse et à signer une fausse convention de stage. « Même si la démarche de Monsieur X interpelle, les explications du déféré ont convaincu les juges d’appel », indique à ce propos la décision. Une autre manière de dire que les directeurs de thèse, aux yeux du CNESER, ont toute latitude pour s’affranchir souverainement et impunément des règles déontologiques et des normes juridiques.

On peut ainsi voir dans cette relaxe un dernier coup porté aux victimes de violences sexistes et sexuelles dans l’enseignement supérieur qui peuvent se résumer ainsi : « Quelles que soient les preuves que vous accumulez, quelles que soient les sanctions qui sont prises en première instance contre nos pairs, nous ferons tout pour les protéger et protéger notre pouvoir. »

La lutte réelle et effective contre les violences sexistes et sexuelles dans l’ESR, d’abord portée par les victimes et leurs soutiens, concerne toutes ses actrices et acteurs – y compris les titulaires, y compris les professeurs des universités, y compris les membres du CNESER.

Télécharger ce communiqué de presse en PDF

Pour aller plus loin

  • Harcèlement à Lyon-2 : contre-enquête sur la relaxe d’un professeur“, par Eva Thiébaud, Mediacités Lyon – Suspendu en 2018 suite à des accusations de harcèlement formulées par une doctorante, un professeur de Lyon-2 a obtenu gain de cause en appel devant le conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche. Problème : selon les informations de Mediacités, la décision repose sur des éléments faux ou sujets à caution.

Baisse des frais d’inscription, mode d’emploi

  • de notre correspondant à l’ENS de Lyon

À rebours de ce qui se fait un peu partout, le CA de l’ENS de Lyon a voté cette semaine une baisse des frais d’inscription pour son diplôme d’établissement.

Le diplôme de l’ENS

Pour comprendre ce qui s’est passé, il faut rappeler que dans les ENS, il y a deux catégories de normalien·nes :

  • les élèves, entré·es sur concours et fonctionnaires ;
  • les étudiant·es, recruté·es sur dossier et non-fonctionnaires, ne bénéficiant donc pas d’un salaire.

Leur point commun est d’être inscrit·es à un cursus en quatre ans a.k.a. le “diplôme de l’ENS”, un diplôme d’établissement aussi critiqué qu’onéreux. Contre le paiement de frais d’inscription de 213€ par an en plus des diplômes nationaux, les normalien·nes obtiennent le fameux sésame. Une scolarité à l’ENS de Lyon coûte donc près de 2000€, voire plus selon les éventuelles césures et doubles-inscription, pas mal pour une école censée représenter le fleuron du service public !

À Lyon, il y a eu de nombreuses critiques contre la cherté du diplôme et sa complexité : le coût n’apparaissait pas comme justifié par rapport à la valeur ajoutée du diplôme sur les diplômes nationaux. Et c’est à la base du vote du CA par mail du 25 mai, où les frais d’inscription pour les étudiant·es non-fonctionnaires ont été divisés par deux.

https://www.flickr.com/photos/pattipics/6215910273/in/photolist-athayM-ahUXPN-ff7msa-N6Riw7-B2UaKy-KnPq-ojB4J-2d9eva-5hQSnv-FFph46-dwrWRS-e1oBba-2rmN4-q1d6C-CwBm75-5rarAd-49Qjd5-ceWEku-7hhSjK-62jVxU-bFe4Q5-SY9Jik-4wQ7CB-bk6esc-7siA1n-GqxfgF-nEdxXx-4zWYGK-65yuWc-87fKeL-4FiCjs-bxs4hF-5hVdUJ-ycisYy-Dsxzpy-HjnuAJ-rTdZee-2CdLC8-kgf7Zr-dbvRbq-KnNX-6zL6gv-pQ4JPg-eiuEFz-kghxff-Hpd2yr-dp7nTf-dqLn6r-Ypmh6-ugD66u

Spider plant. Patti Haskins, 2011

La jolie mode des Conseils d’administration par mail

En 2021, le président de l’ENS de Lyon a décidé de lancer une nouvelle mode, le CA par mail, déjà réuni sur des périodes représentant au total un mois et demi depuis le 20 janvier 2021, car les administrateur·ices sont des personnes très disponibles qui n’ont aucune activité annexe à leur mandat d’élu·e1.

Cette semaine, ce CA était donc réuni pour aborder la question des frais d’inscription au diplôme de l’ENS. Les étudiant·es ont proposé un amendement pour que les non-fonctionnaires bénéficient d’un demi-tarif à 107€. 

Continuer la lecture

  1. C’est pourquoi ils et elles n’ont pas, et n’ont pas besoin de décharge, pour exercer leur mandat. []

Sur les propos de Frédérique Vidal annonçant demander une enquête sur “l’islamo-gauchisme” à l’Université. Recommandation du CS INSHS, 18 février 2021

RECOMMANDATION DU CONSEIL SCIENTIFIQUE de l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS

Le Conseil Scientifique de l’InSHS tient à faire valoir ses très vives inquiétudes auprès de la direction de l’InSHS et, plus globalement, du CNRS après les propos déplacés de Frédérique Vidal annonçant demander une enquête sur « l’islamo-gauchisme » à l’Université, qu’elle souhaitait initialement confier au CNRS puis désormais à l’Alliance Athéna, laquelle sera prochainement présidée par Antoine Petit, le président du CNRS. Comme l’a très justement fait remarquer la Conférence des Présidents d’Universités dans un communiqué cinglant, “L’islamo-gauchisme” n’est pas un concept. C’est une pseudonotion dont on chercherait en vain un commencement de définition scientifique, et qu’il conviendrait de laisser, sinon aux animateurs de Cnews, plus largement, à l’extrême droite qui l’a popularisée. » Un maniement plus éclairé des concepts et une meilleure connaissance des recherches menées en Sciences Humaines et Sociales sur la race ou le genre éviteraient à la Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation de céder à des facilités idéologiques dont les fins ont visiblement peu à voir avec le développement de la recherche en France ou l’amélioration de la situation si éprouvante des Universités en pleine pandémie.

Par ailleurs, la Ministre voudrait donner à cette enquête la mission de « distinguer ce qui relève de la recherche académique et ce qui relève du militantisme et de l’opinion », en instaurant ce qui s’apparente à une police de la pensée relativement inédite en régime démocratique et, plus encore, dans les instances scientifiques. Nous tenons à rappeler que la recherche, aussi bien en sciences humaines et sociales que dans les autres disciplines scientifiques, se construit suivant le principe de la liberté de pensée, qui permet un échange contradictoire et fructueux de toutes les approches, dès lors qu’elles sont rigoureusement construites, respectueuses des procédures reconnues et administrées selon des protocoles validés par les pairs. Ce principe fondamental de la liberté académique est ce qui anime l’ensemble des recherches menées au CNRS et à l’université. Il est désolant de devoir le rappeler.

Le CSI voudrait aussi souligner que toutes les recherches menées au CNRS et à l’université sont évaluées très régulièrement, dans le cadre du Comité National pour les chercheurs CNRS et du CNU pour les universitaires, par un ensemble de pairs qui jugent à la fois de la qualité scientifique des productions, de leur pertinence, et de leur intérêt. Il est stupéfiant que la Ministre de la recherche ne semble pas savoir comment fonctionnent les institutions dont elle est censée avoir la charge et réclame à une Alliance qui n’en a pas les compétences ce travail qui est déjà réalisé collectivement et qui fait précisément la robustesse des travaux du CNRS qui sont menés avec les universitaires et au sein des universités.

Enfin, le CSI rappelle que nombre de travaux sur les études post-coloniales, décoloniales, etc. existent déjà, qu’ils soient publiés par des chercheurs du CNRS ou par des universitaires, et sont publics : il suffirait à Madame la ministre de les consulter pour élever un peu le débat

Pour toutes ces raisons, le Conseil Scientifique de l’InSHS, tout en prenant acte de la première mise au point bienvenue apportée par la direction du CNRS, demande à celle-ci de refuser fermement d’endosser, que ce soit en son nom ou au sein de l’Alliance Athéna, la responsabilité de répondre à une « enquête » ou une « étude » dont le sujet n’est précisément pas une question scientifique et dont les prémisses sont très inquiétantes dans une société démocratique. Nous espérons qu’elle rappellera à la Ministre les propos qu’elle a tenus le 26 octobre 2020 selon lesquels l’Université est « le lieu où s’apprennent le doute comme la modération ainsi que la seule de nos institutions capables d’éclairer l’ensemble de la société, de l’école aux médias, par une connaissance scientifiquement établie, discutée et critiquée collégialement. »

Nathalie VIENNE-GUERRIN Présidente du Conseil Scientifique de l’INSHS

Texte adopté à l’unanimité le 18 février 2021

Destinataires : − Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. − Anne Laude, Conseillère éducation, enseignement supérieur, recherche et innovation. − Antoine Petit, président-directeur général du CNRS. − François-Joseph Ruggiu, directeur de l’InSHS − Jacques Maddaluno, directeur de l’INC, Stéphanie Thiébault, directrice de l’INEE, Astrid Lambrecht, directrice de l’INP, André Le Bivic, directeur de l’INSB, Jean-Yves Marzin, directeur de l’INSIS, Pascal Auscher, directeur de l’INSMI, Nicolas Arnaud, directeur de l’INSU, Ali Charara, directeur de l’INS2I, Reynald Pain, directeur de l’IN3P3. − Yaël Grosjean, président du CS de l’INSB, Claudine Gilbert, présidente du CS INP, Olivier Drapier, président du CS IN2P3, Serge Simoens, président du CS INSIS, Beatrice Marticorena, présidente du CS INSU, Olivier Sandre, président du CS INC, présidente du CS INSHS, Rémi Carles, président du CS INSMI, Isabelle Queinnec, présidente du CS INS2I, Patricia Gibert Brunet, président du CSI INEE. − Olivier Coutard, président de la conférence des présidents du Comité national. − Dorothée Berthomieu, présidente du Conseil scientifique. − Dmitry Peaucelle, coordinateur de la C3N. − Les présidents de sections de l’InSHS.

Violences sexistes et sexuelles à SciencePo. Communiqué de la Faculté permanente, 20 janvier 2021

Position de la faculté permanente de Sciences Po-20jv2021 (version .pdf)

En l’absence de la Ministre, qui distribuait des bonbons. Communiqué CHSCT MESR, 14 janvier 2021