Cheval de Troie

En passant

Lu sur la Quadrature du net – 22 janvier 2020

Coup d’État sur la « loi haine »

La loi « contre la haine » s’est transformée en loi sécuritaire au nom de la lutte « anti-terroriste ». Ce bouleversement a été acté hier à 22h30, par un amendement de dernière minute proposé par le gouvernement et adopté par les députés serviles de l’Assemblée nationale. Ce coup de force du gouvernement, imposé in extremis, est une nouvelle démonstration d’anti-parlementarisme. L’honneur des députés exige qu’ils rejettent la loi dans son ensemble.

https://www.flickr.com/photos/bilderwelten/392263819/in/photolist-gmpchD-5neGX2-LBhgob-6WMZVQ-7vfjVE-a3Hs2K-AEsni-22XrAyu-5TtHyp-HrTjo-HrXbX-dgueLK-8Qo7hx-PifgqJ-e5wfV9-eYcH9-gmm6fq-mVYtGr-cydYc1-os1vNF-GUgm9-GUgm3-2943Cn-5Qtbrv-EKoFe-pbSmYb-LwXT5M-7891UP-bz2EYM-4iS2BE-HrTum-2kRVy-9ncnup-6wDb9j-6wz1RV-6wz1MK-rV5xyh-Pp1WhF-9eiRCN-FBokss-xFo6-4EYBna-88nBix-gncAV7-HMCEvv-gFNJgx-gkhUyp-iFWAXm-5gTW7M-eVYXa2

Cheval de Troie sur la Königsplatz, Munich (Allemagne), par BilderMacher, 2007

Alors que la loi exigeait initialement de retirer les contenus illicites en 24 heures, elle impose désormais aux plateformes de retirer en une heure les contenus que la police lui signalera comme relevant du terrorisme ou d’abus sur mineurs. La police décidera seule des contenus relevant du terrorisme – sans le contrôle d’un juge. On l’a déjà vu abuser illégalement de ce pouvoir pour qualifier des propos militants de « terroristes » afin de les faire censurer – la justice avait alors attendu plus d’une année pour dénoncer ces abus de la police.

De plus, alors que la loi ne concernait initialement que les plateformes ayant plusieurs millions de visiteurs par mois (Facebook, Twitter, Youtube…), les nouvelles mesures « anti-terroristes » visent désormais n’importe quelle plateforme, de toute taille. Il pourra s’agir du forum de n’importe quel site de presse, d’une plateforme militante, d’un petit hébergeur associatif ou de tout nœud d’un réseau social décentralisé tel que Mastodon ou PeerTube.

Le délai d’une heure est matériellement impossible à respecter pour la grande majorité des plateformes Web (typiquement pour les signalements qui leur seraient faits de nuit). Ces plateformes n’auront d’autres choix que de fermer boutique ou de déléguer leur modération aux outils de censure automatisée fournis par Google et Facebook. Dans tous les cas, les grands vainqueurs seront ces deux dernières entreprises, dont la concurrence sera anéantie ou mise sous leur joug.

Enfin, alors que la loi initiale ne prévoyait que des sanctions financières, les nouvelles mesures prévoient des sanctions concrètes, drastiques. Si une plateforme ne censure pas un contenu dans l’heure qui suit sa notification par la police, la police pourra exiger que les fournisseurs d’accès à Internet empêchent l’accès à cette plateforme depuis la France.

Une concentration totale des pouvoirs

La concentration des pouvoirs dans les mains de la police est totale : c’est à la fois elle qui décide quelles plateformes attaquer, qui qualifie un contenu comme étant illégal et qui met en œuvre sa sanction. L’ensemble du Web français est à sa merci.

Continuer la lecture

En soutien aux personnels d’OpenEdition : notre lutte doit être aussi numérique

Le 16 décembre 2019, les employés·es d’OpenEdition réuni·es en assemblée générale ont voté le blocage pour 24h des plateformes qu’elles et ils maintiennent et animent dans le cadre de la journée interprofessionnelle du 17 décembre 2019 contre la réforme des retraites.

Nous, travailleur·es de l’enseignement supérieurs et de la recherche, avons découvert cette initiative avec enthousiasme.

Dans le contexte d’une réforme des retraites qui accroît les inégalités et d’une loi de programmation pluriannuelle de la recherche qui poursuit le travail de démantèlement des statuts de la recherche publique, mais aussi d’un mouvement plus vaste et plus ancien de précarisation constante des conditions de travail dans l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) dont Parcoursup et la mise en place de frais d’inscription à l’université publique, la question des modalités de résistances et de lutte des travailleurs de l’ESR se pose avec une acuité croissante.

Continuer la lecture

« Je suis la grève face à vous, la colère partout, ruinée mais déchaînée »

En passant

« Je suis la grève face à vous, la colère partout,
ruinée mais déchaînée »

Je suis Cléone et on ne me rattrapera jamais…1
Je suis marronne, je suis le chœur du Bloc.
Je suis le cortège qui bille en tête vous a renversé et vous renversera encore.

Je suis la grève, celle que j’ai foulé il y a des siècles, le corps hagard, rompu et enchaîné, mais vivante. Je suis la fuite, l’échappée. Je suis la rapine, la ruse, l’incendie, le poison, la machette retournée contre vos gorges. Je suis la rumeur des soulèvements du passé parvenue jusqu’à vous. Les mornes, les oasis, les communes, les landes, les friches, les squats sont ma terre. Le monde qui vous survivra est un Quilombo.

Je suis le spectre de la révolution.
Continuer la lecture

  1. Cléone est anonyme mais sans mystère, de tout temps et partout. Elle parle depuis ces points de l’âme qui ne cèdent pas pour raconter l’histoire des vaincus, jamais défaits.
    Sa première lettre est ici : Je suis Cléone…
    Une seconde là : Cléone, seconde lettre
    Une réponse depuis Douala.
    Une autre du Chiapas. []

Revues en lutte !

En passant

Communiqué de presse des revues en lutte

Aux côtés de laboratoires, départements, UFR chaque jour plus nombreux, 45 revues scientifiques, principalement en sciences humaines et sociales, rejoignent la mobilisation contre la réforme des retraites et la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR). Le vendredi 17 janvier 2020, 127 membres de comités de rédaction se sont réuni.e.s pour organiser la poursuite du mouvement et l’interruption du cours normal de la production scientifique. Plus d’une dizaine de revues sont déjà en grève. Deux motions ont été votées en soutien à tous les travailleur.se.s qui participent à la fabrication des revues et à la diffusion des articles en ligne. Plusieurs actions auront lieu la semaine prochaine, dont la publication d’une tribune commune et une présence collective visible dans le cortège « Enseignement Supérieur et Recherche » (ESR) du 24 janvier. Elles seront prolongées par d’autres types d’intervention par lesquelles les revues entendent se mettre au service du mouvement social et défendre un véritable service public d’enseignement supérieur et de recherche.

#revuesenlutte Contact :  com_mob_revues@framalistes.org

Source : Université ouverte

La pensée complexe aux prises avec l’évaluation de la recherche

Discours d’Emmanuel Macron, 80 ans du CNRS, au Palais de la Découverte, 27 novembre 2019

Extraits à partir de la minute 35'

Sujet : Vous analyserez le texte suivant. Pour cela, il est recommandé de
– dégager sa thèse principale, mais aussi ses présupposés,
– présenter les raisonnements sous forme de syllogismes, ou tout autre forme de raisonnement logiquement valide,
– prêter une attention particulière aux figures de style (répétitions, oppositions, ellipses).
(30 minutes).

Bon, si j’étais politiquement non correct, je vous dirais que vous avez, en fait, trop d’évaluations qui servent à rien. Et je pense que c’est un peu ça. Je pense que la solution n’est pas vers le moins d’évaluation, n’est pas le moins d’évaluation.

(1/12)

Continuer la lecture

Communiqué du SNTRS-CGT suite à la rencontre avec Frédérique Vidal, à propos de la LPPR-rémunérations, 15 janvier 2020

En passant

Communiqué du SNTRS-CGT suite à la rencontre avec Frédérique Vidal, à propos de la LPPR-rémunérations, 15 janvier 2020

En attendant le communiqué préparé par Sud Education et Sud Recherche, paru le lundi 20 janvier, seul syndicat invité par Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, le 15 janvier 2020, voici le communiqué du SNTRS-CGT publié ce vendredi 17 janvier 2020.

Communiqué du SNTRS-CGT suite à la rencontre avec Frédérique Vidal,
Ministre de l’enseignement supérieur et la recherche du 15 janvier 2020
sur le thème LPPR – rémunérations

Continuer la lecture

« Inutile de pousser le bouchon trop loin » : réflexions de Thierry Coulhon, Conseiller du Président de la République sur l’avenir de (l’évaluation de) l’ESR

Update 18 janvier 2020

À l’occasion du colloque Bilan et perspectives de l’évaluation de l’ESRI : 2015-2025, Thierry Coulhon, Conseiller Enseignement supérieur et recherche du Président Macron, sort de son silence élyséen, remplaçant au pied levé, nous dit-il, Cédric Villani. Il rappelle avec satisfaction l’œuvre accomplie avec quelques frères d’armes depuis 2007, en lien avec l’Australie, et expose le rôle à venir de l’HCERES, dont il est aujourd’hui le seul candidat à la direction.
Avec brio et conviction, il nous rappelle que la science française a réussi à avoir une évaluation digne de ce nom, qu’il faudrait qu’elle puisse disposer au moins d’un établissement universitaire parmi les 30 premiers du classement de Shangai, et que le Haut Conseil a pour vocation à évaluer à l’avenir tout ce qui est évaluable afin d’affecter correctement des moyens.
Bon visionnage (à partir de la minute 24’20)

Transcription (Hcéres)

C’est un véritable honneur1 pour moi d’ouvrir ce colloque, parce qu’il marque sans aucun doute un moment important de l’histoire de notre système d’enseignement supérieur et de recherche. Je mesure le chemin parcouru depuis cette année 2007, où Jean-Marc Monteil portait pour l’Agence d’évaluation issue de la loi de 2006 une vision qui transcendait le Comité National d’Évaluation. Je me souviens, quelques années après, de l’occupation du Siège de la rue Vivienne, que nous essayions de traiter depuis le cabinet de Valérie Pécresse.

Je me rappelle également l’année 2012, où je percevais des échos lointains de débats aussi enfiévrés que byzantins sur l’évaluation depuis un autre pays, situé beaucoup plus au sud, un pays où la scie

Une maison en feu au Lac Coniola, New South Wales, lors de la Saint-Sylvestre (c) Matthew Abbott, The New York Times, 2019

nce était plus jeune mais où l’évaluation était considérée comme naturelle et depuis longtemps opérée avec soin. Je dois avouer que j’avais omis d’expliquer aux Australiens2 que nous avions passé six mois et dépensé une grande énergie à transformer une agence en Haut Conseil et que cela était considéré en France comme une avancée substantielle. Je me souviens également de tout ce qu’ont accompli les présidents successifs et les équipes de l’AERES puis du Hcéres. Au moment de la prise de fonction de Michel Cosnard, nous partagions tous le sentiment d’une grande construction.

En principe, un conseiller du Président de la République3 n’émet pas de déclaration publique. Considérons donc que c’est comme collègue, témoin de la douzaine d’années qui viennent de s’écouler et acteur pour encore quelques années du monde de l’ESR que je partage ces quelques réflexions avec vous.

Continuer la lecture

  1. La transcription n’a pas retenu toutes les expressions plus familières, à l’instar de celle qui donne le titre de ce billet : elles figurent dans le discours oral. []
  2. Professeur de classe exceptionnelle, Thierry Coulhon a administré le Mathematical Sciences Institute de l’Australian National University (ANU) à Canberra. Sur le modèle universitaire australien et ses dérives documentées depuis longtemps et encore aujourd’hui, voir Connell Raewyn, 2019, The Good University: what universities actually do and why it’s time for radical change, Clayton, Victoria, Monash University Publishing — recension ici — ou encore “Dreadful uncertainty’ plagues Australian researchers. Delays in the name of political PR ‘forcing academics overseas” by John Ross, Times Higher Education, November 10, 2019. []
  3. Thierry Coulhon est Conseiller Enseignement supérieur et recherche du Président de la République depuis mai 2017. []

Faire grève dans l’ESR : communiqué de l’AG des précaires de l’ESR en France

Nous republions ici le Communiqué de l’Assemblée générale Ile-de-France des précaires de l’Enseignement supérieur et de la recherche du 11 janvier, publié initialement sur le site du collectif Université ouverte. Ce qui nous intéresse particulièrement dans ce communiqué, en tant que personnels ITA et BIATSS, ce sont les différentes actions proposées, qui portent sur des activités incluant nos métiers (édition, communication, administration, etc.) et donc permettent une solidarité dans la grève entre toutes les catégories de personnels de l’université et de la recherche.

*
*    *

 

Communiqué de l’Assemblée Générale Ile-de-France des précaires de  l’Enseignement Supérieur et de la Recherche du 11 janvier 2020

Contact : precairesesr_idf[at]@riseup.net
facebook : « Précarités de l’ESR mobilisées »

Nous, personnels précaires de divers établissements d’enseignement supérieur de la région parisienne (Paris 1, Paris 3, Paris 7, Paris 8, Paris Nanterre, Paris 13, Université de Marne-la-Vallée, Université d’Evry, EHESS, ENS), réuni⋅es en assemblée générale ce samedi 11 janvier 2020 à Paris, nous déclarons en grève. Nous réaffirmons ainsi notre statut de travailleur⋅euses et rappelons que sans nous et notre travail, trop souvent invisibilisé ou non rémunéré, les facs et les labos ne sont pas en mesure de fonctionner.

"Guillotina", par Escif, Valencia, España, 2012

“Guillotina”, par Escif, Valencia, España, 2012 : http://www.streetagainst.com/wp-content/uploads/2012/01/g01.jpg

Continuer la lecture

Une nouvelle place de Grève? – Retour sur un blocage numérique

Texte paru le 10 janvier 2020, faisant suite à un premier billet paru sur Academia,  sur le blog de Les invisibles de l’USR 2004 qui nous autorisent aimablement à republier.

La lutte en cours contre la réforme des retraites donne lieu à une série d’expériences d’actions de mobilisation numérique. À la suite de la prise de parole des camarades Community managers de Mediapart, nous prenons la plume et restituons notre expérience1..

Dans le cadre de la journée interprofessionnelle du 17 décembre 2019 contre une réforme des retraites inique et idéologique avancée par le gouvernement, le personnel de l’Unité de Service et de Recherche 2004, aka OpenEdition, réuni en Assemblée générale, a décidé le 16 décembre 2019 plusieurs actions. Parmi celles-ci : l’inaccessibilité des sites produits et hébergés par OpenEdition (livres, revues, blogs et annonces d’événements académiques en sciences humaines et sociales) pour une durée de 24h via la redirection vers un texte de soutien au mouvement de grève.

Si le sens de ces actions était guidé par la volonté de refuser une réforme des retraites dont l’impact sur la société et sur nous-mêmes (techniciens, ingénieurs et assistants ingénieurs) allait être considérable, les modalités de ces actions partaient d’interrogations sur l’invisibilité des grèves « classiques » dans le vaste secteur des métiers du numérique. Ainsi, le vote largement majoritaire de ces actions reflétait le refus profond d’une réforme des retraites injuste mais aussi le désir de rendre enfin visible ce qui ne l’était pas dans le numérique : des travailleuses et travailleurs en grève.

Tweets de Martin Clavey, des 16 et  17 décembre 2019

Continuer la lecture

  1. Ce témoignage a été rédigé par plusieurs employés d’OpenEdition et n’engage pas le collectif de l’Assemblée générale des personnels de cette unité. []

La commission permanente du Conseil National des Universités vote à l’unanimité une motion sur la LPPR

La commission permanente du CNU, réunie le mardi 7 janvier 2020 à Paris en vue de l’installation de son bureau, rappelle son attachement aux missions nationales du CNU, instance garante d’équité, d’impartialité, d’expertise et de collégialité dans l’appréciation des différents aspects de la carrière des enseignants-chercheurs.

L’assemblée s’alarme de certains éléments évoqués dans les rapports préalables au futur projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche : la suppression de la procédure de qualification, de la clause d’accord des intéressés pour la modulation des services, de la référence aux 192 heures (équivalent TD) d’enseignement et donc de la rémunération des heures complémentaires, ainsi que la création de nouveaux contrats de travail d’exception aux dispositions statutaires.

Si elles devaient obtenir force de loi, ces dispositions équivaudraient à une remise en cause du statut d’enseignant-chercheur et des fonctions du CNU.

L’assemblée demande instamment que la CP-CNU soit désormais associée à la réflexion sur la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche.

NPPV : 0
ABST : 0
CONTRE : 0
POUR : unanimité des présents

À la découpe : sur l’adoption de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR)

La guerre de Troie n’aura pas lieu, de Jean Giraudoux, direction Lous Jouvet, Théâtre de l’Athénée, 22 novembre 1935

La Loi de programmation pluriannuelle sur la recherche, annoncée en grande pompe par le Premier Ministre Philippe en janvier 20191 , et qui a occasionnée une quantité assez considérable de travail et de textes de préparation, n’aura pas lieu.

Pourquoi ? Parce que le Sénat n’aura pas un moment à lui consacrer en 2021. Son calendrier prévisionnel 2020 et les échanges avec les sénateurs le confirme : plusieurs lois importantes doivent être examinées avant et après la suspension prévue pour les élections municipales jusqu’à l’été, après lequel le Sénat sera renouvelé par tiers, avant d’examiner le projet de loi de finance2. De là à dire que les multiples dispostions bénéfiques et maléfiques qui en étaient attendues n’auront pas d’existence, il y a un pas à ne pas franchir.

Continuer la lecture

  1. Update 15h : Les syndicats viennent de recevoir une convocation  pour des réunions bilatérales avec la Ministre à propos de la LPPR. Ils ne sont pas convoqués avant le 13/1 : cf. agenda de la Ministre []
  2. Cf. ordre du jour du Sénat. Pour le dernier ordre du jour, voir ici.  []