Mécène fantôme, mécène fantoche — BNP Paribas, financeur quasi-exclusif de la licence Sciences pour un Monde Durable

Grâce à une décision de justice, nous avons enfin les montants versés par les deux mécènes de la licence BNP !

Après deux ans de bataille judiciaire, le Tribunal administratif de Paris a ordonné à l’Université PSL de nous communiquer les montants du financement de BNP Paribas et Foncia pour la licence « Sciences pour un monde durable ».

PSL nous a enfin envoyé les montants du financement de la licence BNP. C’est atterrant, bien pire que tout ce que nous pouvions imaginer.

7.985.129 € sur 6 ans pour la BNP.
300.000 € sur 3 ans pour Foncia.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : Foncia, avec un montant presque 30 fois inférieur à celui de la BNP, est là pour la figuration. Engie n’est pas impliquée, contrairement à ce qui avait été indiqué en Conseil d’administration (CA) de PSL1 ! La direction de PSL se félicitait d’une pluralité de mécènes, renforçant l’indépendance de la formation vis-à-vis de ceux-ci. Un mécène fantôme et un autre fantoche, pour une indépendance en carton.

Par ailleurs, Alain Fuchs, le président de PSL, prétendait que la formation était en majorité financée par l’État. Mais cela ne tient pas si on compare le montant des dons de la BNP par rapport aux dépenses annuelles nécessaires pour un étudiant·e en France.

En effet, le mécénat de la BNP est d’environ 2 millions d’euros par an pour 3 promotions de 30 étudiant·es, soit plus de 22.000 € par étudiant·e et par an, bien au-dessus du coût moyen, à savoir environ 12.000 €2. Avec les seuls mécènes, la formation serait déjà extrêmement bien dotée. Si, comme le dit M. Fuchs, l’État la finançait en majorité, le coût par étudiant·e reviendrait au moins à 44.000 € par étudiant·e et par an, une somme complètement invraisemblable. À moins que M. Fuchs ne fasse allusion aux réductions d’impôt dont la BNP a pu bénéficier en contrepartie du don, soit 60 % du montant des dons.

La confidentialité est bien pratique puisqu’elle permet de raconter n’importe quoi. Comment PSL peut-elle encore prétendre que cette formation est indépendante de son (quasi-)unique mécène ? Comment croire qu’au moment de renouveler ou non son financement après 2024, BNP Paribas ne sera pas en position de force pour imposer ses conditions ? Il serait désastreux que la formation cesse brusquement d’être financée, alors qu’elle dure trois ans et que des étudiant·es s’y seront engagées pour décrocher un diplôme de niveau licence. PSL n’aura alors pas le choix que de supplier le mécène de renouveler son aumône…

Enfin, PSL promettait qu’il n’y aurait pas de contrepartie. Notons que Laurent David, le PDG de BNP Paribas Personal Finance, et Philippe Salle, le président de Foncia, ont été nommés au Conseil d’administration de la fondation PSL en février 20213.

Où est l’indépendance de l’enseignement supérieur public ? Toute compromission de ce service public avec des intérêts privés fait courir le risque d’une perte d’indépendance, d’un enseignement dégradé, de pressions, d’une recherche aux ordres4.

Merci de nous avoir suivi·es dans cette aventure qui prend fin maintenant, sur une belle victoire qui en appelle d’autres. Luttons pour un enseignement supérieur public, gratuit, égalitaire et émancipateur pour tout·es !


Sur Academia

  1. Voir le compte rendu du Conseil d’administration de PSL du 28 mai 2020, p. 12 : https://www.psl.eu/sites/default/files/Compte-rendu%20du%20CA%20de%20l’Universit%C3%A9%20PSL%20du%2028%20mai%202020%20-%20version%20adopt%C3%A9e%20au%209%20juillet%202020.pdf []
  2. Voir https://www.letudiant.fr/educpros/enquetes/la-formation-d-un-etudiant-dans-l-enseignement-superieur-a-coute-en-moyenne-11530-euros.html []
  3. Voir le compte rendu du Conseil d’administration de la fondation PSL du 9 février 2021, p. 3 : https://psl.eu/sites/default/files/CR_Conseil_administration_Fondation_UniversitePSL_09022021.pdf []
  4. Nous conseillons la lecture de : https://blogs.mediapart.fr/edition/au-coeur-de-la-recherche/article/060611/lappel-de-la-chaire []

Le Conseil d’État abolit la certification en langues : victoire des associations professionnelles et étudiantes en langues

Alors que le gouvernement avait décrété le confinement général en raison du COVID-19, Academia avait repéré une sordide manœuvre de la ministre en avril 2020 : passer un décret visant à la privatisation des diplômes, sous couleur de certifier le niveau de langue vivante. Les associations professionnelles avaient protesté avant de déposer un recours auprès du Conseil d’État. Ce dernier vient dannuler le décret.

Un immense merci à l’Association des chercheurs et enseignants didacticiens des
langues étrangères (ACEDLE), l’Association pour le développement de l’enseignement de l’allemand en France (ADEAF), l’Association française d’études américaines (AFEA), l’Association française de linguistique appliquée (AFLA), l’Association francophonie avenir, l’Association des germanistes de l’enseignement supérieur (AGES), l’Association des professeurs de langues en instituts universitaires et technologiques (APLIUT), l’Association pour la recherche en didactique de l’anglais de spécialité (ARDAA), la Fédération nationale des associations étudiantes linguistes (FNAEL), le Groupe d’étude et de recherche en anglais spécialité (GERAS), le Groupe d’études et de recherche en espagnol de spécialité (GERES), l’Observatoire européen du plurilinguisme, le Rassemblement national des centres de langues de l’enseignement supérieur (RANACLES), la Société des anglicistes de l’enseignement supérieur (SAES France) et la Société des italianistes de l’enseignement supérieur (SIES) qui ont entièrement financé le recours sur leurs fonds propres.

Continuer la lecture

Les post-docs post-LPR. Communiqué de l’Ancsmp

L’Ancmsp, l’association nationale des candidat·es aux métiers de la science politique, vient de publier un important communiqué faisant le point sur les conséquences de la loi de programmation de la recherche sur le post-doctorat (article 7 de la LPR, créant les nouveaux articles L. 412-4 et L. 431-5 du code de la recherche).

Lire le communiqué de l’Ancmsp du 1er juin 2022

Se concentrant surtout sur le contrat post-doctoral dit « de droit public » – celui qui peut être mis en place dans les universités, au CNRS ou encore à l’Inria –, l’Ancmsp alerte sur le fait que, depuis la LPR, ce contrat de post-doctorat est étroitement encadré dans le temps : il « n’est accessible qu’aux docteur·es ayant soutenu leur thèse depuis moins de trois ans (au moment de la signature du contrat), pour une durée maximale limitée à quatre années ».

Dans un monde idéal, la limitation dans le temps de la période intermédiaire entre le doctorat et la titularisation dans un des corps de fonctionnaires de l’ESR serait une excellente chose. Mais nous ne sommes pas dans un monde idéal et cette mesure est, en réalité, d’une immense hypocrisie, dès lors qu’à côté de ce « contrat post-doctoral », il existe aujourd’hui toute une série de dispositifs qui permettent, eux aussi, de recruter des docteur·es 1° quelle que soit la durée écoulée depuis la soutenance de thèse, 2° que le ministère se garde soigneusement de réguler d’une quelconque façon et 3° auxquels les établissements recourent de plus en plus puisque l’ESR est désormais configuré pour produire structurellement de la précarité, notamment par la voie des financements sur projets. Les contrats dits “LRU” de l’article L. 954-3 du code de l’éducation sont, de ce point de vue, un instrument caractéristique.

Le risque est donc considérable que les nouveaux « contrats post-doctoraux de droit public » renforcent en réalité, comme l’explique le communiqué de l’Ancmsp « la dualisation du marché du travail précaire post-thèse, avec d’un côté des post-doctorats offrant de bonnes conditions de travail, et de l’autre des postes sous d’autres statuts, moins rémunérateurs et moins protégés », contribuant par la même occasion à renforcer les inégalités de genre et les rapports de force entre porteur·ses de projets et non-titulaires.

Continuer la lecture

Université de Lorraine: le mauvais western

Le Républicain Lorrain, 25 mai 2022

Le lundi 23 mai 2022, le Conseil d’administration devait élire le ou la nouvelle présidente de l’Université de Lorraine. Ce ne fut pas le cas. L’affaire a fait la Une du Républicain Lorrain daté du mercredi 25 mai 2022, sous le titre “Le duel viré au western. L’article relate qu’Hélène Boulanger, qui se pose en héritière de la présidence Mutzenhardt, n’aurait pas obtenu les voix nécessaires pour être élue.

Les quatre autres candidats à la présidence se sont fendus d’un communiqué que nous reproduisons.


À la sortie du premier conseil d’administration, le cabinet de la présidence de l’université a envoyé un communiqué officiel disant

 « Après 2 tours de scrutin, le Président de séance a estimé que les conditions n’étaient pas réunies pour organiser un 3ème tour de scrutin ».

Cette phrase mérite une explication.
Rappelons qu’il faut 16 voix pour être élu·e.

Continuer la lecture

Liberté d’expression du fonctionnaire : lettres à Jean-Michel Blanquer, ministre

Academia republie la correspondance de Sebastian Nowenstein avec le Ministère de l’Éducation nationale. Courageusement, cet enseignant met en évidence les intimidations subies par les fonctionnaires, pourtant doté‚es de liberté d’expression. Ces échanges, consultables sur son blog ou sur ses pages Club de Mediapart, nous apparaissent comme un outil de formation à la défense de l’exercice de ce droit fondamendal. Elles montrent, surtout, que face à une réponse déterminée et argumentée, les intimidations restent souvent sans suite.

Alors que Pap Ndiaye vient de prendre ses fonctions de Ministre de l’Éducation nationale et de la jeunesse — lui qui dans sa mission de directeur du Musée de l’histoire de l’immigration n’a pas semblé soucieux de protection des libertés syndicales ou de protection des agent·es de la fonction publique — il est important de défendre notre liberté d’expression en l’exerçant.

https://twitter.com/marephilo/status/1477259205639905281?s=20&t=hmBSglaxcyX1EVmDtsgvRA

Lever de soleil. Crédit: @marephilo, 1er janvier 2022


Lettres adressées au ministre Blanquer par la voie hiérarchique et restées sans réponse.

A Lille, le 15 février 2022.

Monsieur le Ministre,

s/c du chef d’établissement,

Peu de temps après votre arrivée aux affaires, je recevais un recommandé du Recteur de mon Académie. Il y affirmait que les écrits que je publiais dans mon blog contrevenaient à mon devoir de réserve et à mon obligation de neutralité.

Suite à ma réponse, consultable ici, j’ai été invité à me rendre au Rectorat, où, lors d’une réunion en présence du doyen des inspecteurs et de deux autres hauts responsables de l’académie, les allégations du Recteur ont été examinées.

J’ai exprimé ma perplexité devant le manque de précision des reproches que l’on m’adressait et ai défendu la position que mes écrits s’inscrivaient dans le cadre de la liberté d’expression que la loi garantit au fonctionnaire.

Je ne pense pas avoir convaincu mes interlocuteurs, mais j’ai poursuivi mes publications et aucune procédure disciplinaire n’a été entamée à mon endroit.

Par son inaction, l’administration a reconnu le bien-fondé de ma position.

Continuer la lecture

Viol et agressions sexuelles à Tours : l’inspection générale rend son rapport

Après les collages le 15 avril 2022 dénonçant un violeur dans les rangs de la Faculté de médecine, plusieurs articles de presse ont fait part des questionnements touchant à la protection dont aurait bénéficié un étudiant, au sortir dedeux mois de détention préventive, de poursuivre ses études de médecine à Limoges, dans un service de… gynécologie.

Extraits.

[Licence BNP] Décision historique du Tribunal administratif sur la transparence du mécénat : que demander de plus ?

Le collectif PSL contre-attaque s’est battu pendant deux ans pour obtenir les conventions de mécénat de la licence « Sciences pour un monde durable », conclues par PSL avec BNP Paribas et Foncia. Le 22 avril, le Tribunal administratif de Paris a finalement tranché en notre faveur1.

Cette victoire historique de la transparence sur le secret des affaires a été couverte par Soazig Le Nevé dans Le Monde, par Sarah Piovezan dans AEF info, et par Coline Emmel dans Gotham City.

Cependant, nous attendons toujours que PSL se conforme à la décision et nous envoie les conventions. Elle a jusqu’au 26 mai !

Alors que la justice s’impose comme un allié dans la lutte contre les catastrophes écologiques, la transparence sur le mécénat peut aider à réduire l’influence des entreprises polluantes. Nous souhaitons donc ici partager le capital militant acquis dans cette affaire avec d’autres collectifs qui souhaiteraient se lancer dans de telles démarches, et leur donner des armes juridiques.

Nous faisons une brève explication du droit d’accès aux documents administratifs, suivie de l’analyse de la décision.

 

Continuer la lecture

  1. Nous avons publié à cette occasion un communiqué de presse. Un résumé du combat juridique complet est disponible ici []

CheckAcademia. Est-il vrai que les universités doivent verser désormais des rémunérations mensuelles aux vacataires ?

Réponse: VRAI, au 1er septembre 2022 au plus tard

https://www.flickr.com/photos/27342383@N07/3432123028/in/photolist-6ehwAY-eHP58S-hm2uF-4e2Vh8-SdiSPW-eHH34g-8zMM1b-CGmK2-HGnnS-6ZEVhc-f15LA-3uBH-pBLFiw-J2NPQJ-9BmtYf-7g7qVZ-5Yiw1f-9izfYR-21mGwwG-23B8yUp-ioJLG-eehuH3-5uDPns-28Hoomi-21R26AL-9Xnc7W-B8mqc-5SxDwH-2bCt4ym-23puLbX-9c9xPc-2aFot7f-8RFzYF-F7x2QF-9izg4F-yxptF-jg1sH-23dKV-f3TJ1J-46TK6f-sBeiCW-762FtZ-2byYkNF-VhAfWh-8bVJrd-46YoNT-22HyyTA-KWyuVR-qGxWFt-LQtWwi

Crédit: Michos C, 2009

 

 

Des modifications ayant été apportés au Code de l’éducation d’abord par l’article 11 de la Loi de programmation de la recherche 2021-20301 puis par voie d’ordonnance, il reste quelques mois aux universités pour se mettre en conformité avec le futur nouveau droit.

 

Tic, tac, tic, tac.

 

 


Article L952-1                                       A venir – Version du 01 septembre 2022

Modifié par Ordonnance n°2021-1747 du 22 décembre 2021 – art. 4Sous réserve des dispositions de l’article L. 951-2, le personnel enseignant comprend des enseignants-chercheurs appartenant à l’enseignement supérieur, d’autres enseignants ayant également la qualité de fonctionnaires, des enseignants associés ou invités, agents contractuels qui, par dérogation à l’article L. 311-1 du code général de la fonction publique, peuvent occuper des emplois permanents à temps complet d’enseignants chercheurs des établissements d’enseignement supérieur et de recherche, et des chargés d’enseignement.

Les enseignants associés ou invités assurent leur service à temps plein ou à temps partiel. Ils sont recrutés pour une durée limitée dans des conditions fixées par décret en Conseil d’Etat.

Les chargés d’enseignement apportent aux étudiants la contribution de leur expérience. Cette expérience peut être constituée par une fonction élective locale. Les chargés d’enseignement doivent exercer une activité professionnelle principale en dehors de leur activité d’enseignement ou une fonction exécutive locale. Ils sont nommés pour une durée limitée par le président de l’université, sur proposition de l’unité intéressée, ou le directeur de l’établissement. En cas de perte d’emploi, les chargés d’enseignement désignés précédemment peuvent voir leurs fonctions d’enseignement reconduites pour une durée maximale d’un an.

AjJOUT au 1e septembre 2022    La rémunération des chargés d’enseignement et des agents temporaires vacataires est versée mensuellement.

Le recrutement de chercheurs pour des tâches d’enseignement est organisé dans des conditions fixées par décret.


Version en vigueur du 1e mars 2022 au 31 août 2022

  1. Merci à Christophe Bonnet de nous l’avoir signalé. Il précise : “L’ordonnance 2021-1747 s’était contentée de supprimer le mot “vacataire” après “chargés d’enseignement”, puisque cet adjectif n’est pas employé par le reste de l’article L952-1, même s’il l’est dans le décret 87-889 qui définit le cadre d’emploi des chargé·es d’enseignement vacataires (CEV) et des attaché·ees temporaires vacataires (ATV). []

Défendre les droits de tous et toutes les enseignant∙es du supérieur en matière disciplinaire, contractuel∙les, PRAG et PRCE inclus∙es. Sur une réclamation adressée au Comité européen des droits sociaux (CDES)

Denis Roynard, président de la SAGES, participe de longue date à la réflexion menée par Academia sur les libertés académiques en France et leur extension. Si d’aucuns voudraient les voir limitées aux seul·es professeur·es d’université, les libertés académiques ou libertés universaires ont été étendues aux maîtres et maîtresses de conférences, notamment dans leurs prérogatives disciplinaires. Faut-il pour autant exclure les autres membres de la communauté universitaire — enseignant∙es contractuel∙les, professeur·es agrégé∙es et certifié∙es — des droits attachés aux libertés academiques, en particulier ceux de la justice universitaire ? C’est cette question du SAGES que va devoir traiter le Comité européen des droits sociaux (CEDS) au regard de la Charte Sociale européenne révisée, selon une procédure autonome ne nécessitant pas d’épuiser les voies de recours internes.

Cette réclamation — qui peut être lue complètement en accédant à la Pièce n°1 du site — invite à dire pour droit qu’en pratique les libertés universitaires s’appliquent à tous les enseignants universitaires, y compris les contractuel·les, et que la législation française méconnaît la Charte sur ce point. Reste à exercer une action en faveur de la liberté académique des étudiants, que les textes internationaux lui reconnaissent aussi. Il est fort dommage que les organisations étudiantes n’aient pas contesté la partie de la loi de transformation de la fonction publique qui a transformé les litiges disciplinaires les concernant en litiges administratifs de droit commun, les privant de la représentation au CNESER disciplinaire et de la juridiction de ce dernier en appel.

Résumé et enjeux de la réclamation N°211/2022 du SAGES
adressée au CEDS
(Comité Européen des Droits Sociaux)

Contexte général de l’enseignement universitaire français

Les établissements universitaires français ont pour enseignants :

  • des professeurs d’université et assimilés (professors), qui sont regroupés dans un collège électoral à part, le « Collège A », pour les différentes élections universitaires
  • les enseignants·es du « Collège B », qui regroupe :
    • les maîtres de conférence (assistant professors), qui en France sont des fonctionnaires titulaires permanents (tenured)
    • des enseignants contractuels,
    • d’autres enseignants titulaires permanents, notamment les « professeurs agrégés » (PRAG), qui appartiennent à un corps de fonctionnaires dont la majorité des agents n’enseigne pas dans le supérieur mais dans le second degré (scolaire).

Pour toutes les élections universitaires locales et nationales, à l’exception d’une seule ((Et de celles qui n’ont trait qu’à l’activité de recherche.)) (qui est en cause, cf. ci-dessous), aucune distinction n’est faite entre enseignants du Collège B, que ce soit en qualité d’électeurs ou d’éligibles. Par ailleurs en droit comme en fait, les missions d’enseignement des enseignants du Collège B ne diffèrent pas d’une catégorie à l’autre, à une exception près, la formation à la recherche, confiée aux seuls maîtres de conférence.

Ce qui est en cause au principal

Ce qui est en cause concerne le régime disciplinaire. Selon les textes en vigueur, la hiérarchie des normes, la primauté de la loi spéciale sur la loi générale, et ce qui est inhérent à la qualité d’enseignant·e universitaire et à l’autonomie des établissements universitaires, un enseignant universitaire ne peut être jugé disciplinairement que par ses pairs, et prend part, par l’élection, à la désignation des pairs destinés à le juger.

Ces principes sont totalement respectés pour les professeurs d’université et pour les maîtres de conférences, mais pas pour les autres enseignants du Collège B :

  • Seuls les maîtres de conférences sont électeurs et éligibles à la juridiction disciplinaire nationale (le « CNESER disciplinaire »), juge d’appel des décisions disciplinaires locales, ou juge de premier et dernier ressort dans certains cas ; alors que tous les enseignants du Collège B sont électeurs et éligibles aux juridictions disciplinaires des établissements universitaires locaux
  • le droit national a récemment été modifié pour permettre à l’administration de soustraire les enseignants du Collège B qui ne sont pas maîtres·ses de conférences des juridictions disciplinaires universitaires, et leur infliger des sanctions selon les procédures de droit commun en vigueur pour les contractuels et les fonctionnaires qui ne sont pas enseignants dans le supérieur.

Ce sont ces deux différences de traitement au sein du Collège B qui sont en cause dans notre réclamation.

https://www.flickr.com/photos/heroesbed/4010875401/in/photolist-77qMwa-59fGnp-bvtJQ1-rA839-cgKRe-EpxpG-jcKAj1-SeG5bo-3wREJ-Mox2W-g3U18-e8ts8-ikXXWU-23B6bcL-oyP9SB-cL1JvG-c7ZuRq-Kez2CR-3jNU8P-93CHwk-29mt3j-8n4wkc-6ohaC-6G9LCk-97RYUW-gMAKGX-aaWpFg-5U11X-dMnEXt-4hqA2f-fN7zd8-rskzpz-244WFe2-PSbXq1-23vUbbN-dcCgAr-7nkX4n-6FRwNv-cd832b-5U13S-9fRCDP-mBTCNn-51fQNN-7npRvb-qi4oQv-5opfvN-F9fPfZ-4zGi1J-8BvQ8b-pEa9tp

Crédit: Heroesbed, 2009

Continuer la lecture

Référentiel d’évaluation de la recherche : la délibération bidon du Collège du HCERES

Le Hcéres sous Thierry Coulhon, c’est un peu comme les Galeries Lafayette !

À tout instant, il se passe quelque chose. Dernière trouvaille en date de la rédaction d’Academia : la délibération bidon du Collège du HCERES.

Spoiler : le Collège du HCERES n’a jamais adopté le nouveau référentiel d’évaluation des unités de recherche, considéré pourtant comme le document de référence pour la vague C en cours ! On vous raconte tout dans la suite de ce billet.

Continuer la lecture

CheckAcademia : Le Conseil d’administration d’une université peut-il modifier le classement du comité de sélection ?

C’est une crainte que l’on entend régulièrement : le Conseil d’administration (CA), ou encore le Conseil académique (CAc), voire le Président d’établissement, a un droit de regard sur le classement proposé par le Comité de sélection (CoS) dans le cadre du recrutement d’un·e MCF. Le ou la première classée pourrait donc risquer de ne pas être nommée en raison de la préférence du CA (ou du CAc ou du Président d’établissement) pour un·e autre candidat·e moins bien classé·e.

Continuer la lecture

HCERES : vague C, vague scélérate

Les marins connaissent bien les vagues scélérates. Longtemps confinées au folklore marin, ces vagues monstrueuses sont aujourd’hui une réalité parfaitement démontrée et documentée, à l’origine d’un certain nombre de catastrophes maritimes sur toutes les mers et océans du monde. Une vague scélérate est définie comme une vague dont la hauteur verticale, crête à creux, est supérieure à au moins deux fois la hauteur significative des vagues. Les vagues scélérates se forment sans raison évidente au milieu des autres vagues.

Pas besoin d’être un grand marin pour saisir le parallèle frappant qui existe entre une vague scélérate et la vague C d’évaluation du HCERES qui va s’abattre d’ici quelques mois sur un grand nombre de laboratoires français. Des unités de recherche comme autant de navires déjà secoués par la houle et les vents mauvais de la loi de programmation de la recherche (LPR) dont les effets d’usure et de destruction lente commencent à se faire ressentir, même sur les coques les plus solides.

S’accordant parfaitement avec la définition d’une vague scélérate, la vague C sera ainsi deux fois plus importante que toutes les vagues passées d’évaluation puisque l’on achemine, après plusieurs mois d’errements et de tergiversation, vers une évaluation totalement disjointe des bilans et des projets des laboratoires. Pour « faire simple », le HCERES ne s’intéressera qu’à l’évaluation ex post des labos (en gros, un bilan comptable passé au crible de 57 critères d’évaluation les plus invraisemblables) ; à charge aux établissements-tutelles d’évaluer leur projet via une procédure spécifique (à construire) pour fin 2022 – début 2023…

La Grande Vague de Kanagawa, de Hokusai, vers 1830. Metropolitan Museum of Art. 「冨嶽三十六景 神奈川沖浪裏」 [Fugaku Sanjūrokkei – Kanagawa oki nami ura, « Trente-six vues du mont Fuji – Sous la vague au large de Kanagawa »]. L’auteur a sans doute voulu représenter non un tsunami, mais une “vague scélérate”.

Continuer la lecture