L’évaluateur évalué (8): à propos d’une note d’observations du président du Hcéres au sujet de l’Université de Bordeaux

Le rapport d’évaluation de l’Université de Bordeaux (vague B 2020-2021) vient d’être publié sur le site internet du Hcéres1. Cette publication s’accompagne d’une note d’observations du président du Hcéres, Thierry Coulhon, publiée hors rapport. Cette initiative, sans précédent dans le processus de publication des rapports du Hcéres, est scandaleuse car elle déroge aux règles élémentaires et à l’éthique de l’évaluation par les pairs, fondement méthodologique du Hcéres.

Cette note d’observations apparait dans un premier temps comme un résumé du rapport d’évaluation, qui peut avoir son intérêt (communication rapide sur les analyses du comité d’évaluation) mais fait courir le risque de détourner le lecteur d’une étude plus approfondie du contenu du rapport. À noter toutefois une incise pour le moins désobligeante pour l’Université de Bordeaux et totalement inappropriée dans le cadre méthodologique du Hcéres :  la première phrase mentionne en effet que la sélection de l’Université de Bordeaux dans le cadre de l’Idex aurait été opérée « à la surprise du monde académique ». Ce type d’appréciation, relevant plus d’une brève de comptoir que d’une analyse étayée par des preuves objectives, constitue une prise de position du président du Hcéres inacceptable qui laisse entendre que l’Université de Bordeaux n’avait pas a priori le niveau pour une telle reconnaissance ! Ceci s’entend évidemment du point de vue du microcosme parisien de l’ESR dont fait partie Thierry Coulhon….

Mais bien plus grave encore, et motivant la présente brève,  la fin de la note va au-delà du résumé du rapport avec des prises de positions directes au nom du Hcéres.

Désobligeance de méthode

Le président du Hcéres « regrette que l’université n’ait pas souhaité utiliser la possibilité qui lui était donnée de répondre publiquement au rapport pour assumer sa position sur le sujet » des « synergies nouvelles avec les divers acteurs universitaires » du site bordelais. J’objecterai que la réponse du président de l’établissement, insérée dans le rapport comme il en va traditionnellement dans les publications du Hcéres, est totalement libre et le président du Hcéres n’a pas à en commenter le contenu, ce qui est particulièrement irrespectueux à l’égard du président de l’Université de Bordeaux.

Continuer la lecture

  1. NDLR: Les évaluations d’établissements se font sous la responsabilité du département dirigé par Pierre Glaude, éternel directeur, proche de l’Action française. []

La circulaire du 5 janvier 2022 ou la banalisation au forceps des chaires de professeur junior

La direction générale des Ressources humaines (DGRH) du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation accélère encore sur les « chaires de professeur junior », la voie dérégulée d’accès au corps des professeur·es des universités créée par l’article 4 de la loi de programmation de la recherche du 24 décembre 2020.

La première campagne, lancée par voie de circulaire au début de l’été 2021, avait déjà été menée tambour battant, avant même que le décret d’application ne paraisse. Elle a débouché sur l’arrêté du 17 décembre 2021 ouvrant 92 chaires, dont 74 dans les établissements publics d’enseignement supérieur. Comme Academia l’avait résumé dans un précédent billet, certains établissements ont été particulièrement zélés, et cela ne surprendra personne : dix chaires pour Paris-Saclay1 ; sept pour l’université-qui-a-essayé-d’usurper-une-histoire-collective-avant-de-se-faire-condamner-par-le-Conseil-d’Etat ; ou encore quatre pour Cy Cergy Paris Université.

La LPR permet néanmoins de monter jusqu’à 15 % des recrutements annuels autorisés de professeur·es des universités, soit presque 250 chaires. On était encore loin du compte avec ces 74 chaires, et c’est pourquoi la DGRH a envoyé le 5 janvier 2022 une nouvelle circulaire à tous les établissements, annonçant l’ouverture in extremis d’une campagne complémentaire de recrutements pour des entrées en poste en octobre 2022.

L’effet a été immédiat. Des universités réticentes, et pire même, des universités dont les conseils centraux avaient solennellement pris position contre les chaires de professeur junior, commencent à s’agiter. C’est le cas, par exemple, à l’université Paris 1, comme le dénonce le collectif des doctorant·es mobilisé·es de cette université. C’est le cas, aussi, à l’université Paris-Est Créteil, où l’équipe présidentielle a demandé ingénument, mi-janvier, à toutes les composantes de transmettre leurs « éventuels projets » de chaires pour cette seconde vague, oubliant opportunément qu’il y a quelques semaines à peine, la Commission Recherche avait voté à l’unanimité le vœu que l’établissement ne recoure pas à ce dispositif, peu après que le Conseil académique en formation restreinte avait solennellement demandé, à l’unanimité aussi, que l’université ne participe à aucune « procédure locale ne permettant aucune évaluation nationale ».

Maxime Raynal, Le phare rouge. Port-la-Nouvelle par temps gris, 15 février 2019

C’était malheureusement prévisible : tout est fait pour imposer les chaires de professeur junior dans le paysage.

D’ailleurs, à chaque nouvelle étape administrative depuis la LPR, les conditions légales qui encadraient le recours aux chaires de professeur junior, pourtant déjà bien légères, s’érodent un peu plus. Les chaires sont non seulement inacceptables dans leur principe ; mais à l’évidence, le ministère entend en imposer la version la plus dure possible. Retour sur ce durcissement. Continuer la lecture

  1. Six pour l’université Paris-Saclay stricto sensu, auxquelles s’ajoutent : une chaire pour Centrale Supélec, membre-composante de cette université, une pour l’UVSQ, membre-associée, et une pour Evry, membre-associée aussi []

Discours de Macron : une réforme « systémique » de l’université pas si nouvelle et fantasque que ça…

Le congrès du 13 janvier 2022 célébrant les 50 ans de feu la Conférence des Présidents d’Université (CPU) — dorénavant France Universités (sic) — aura eu son petit effet médiatique. Cependant, ce n’est pas FU qui est au centre de l’attention depuis près d’une semaine mais le président Emmanuel Macron, qui y est intervenu en visioconférence, dans un discours verbeux et ampoulé1.

EN DIRECT | Discours du Président @EmmanuelMacron à l’occasion du 50ème anniversaire du congrès de la Conférence des présidents d’universités.

Une phrase du chef de l’État a en effet suscité des réactions nombreuses et indignées de la part des mondes universitaire [2], étudiant [3], médiatique [4] et politique [5] (dont on peut parfois douter de la sincérité… [6]) :

« On ne pourra pas rester durablement dans un système où l’enseignement supérieur n’a aucun prix pour la quasi-totalité des étudiants, où un tiers des étudiants sont boursiers et où, pourtant, nous avons tant de précarité étudiante et une difficulté à financer un modèle qui est beaucoup plus financé sur l’argent public que partout dans le monde pour répondre à la compétition internationale. » (p. 6)

Malgré un flou artistique sur ce que voulait vraiment dire le Président, un consensus s’est formé autour de son probable projet pour l’enseignement supérieur : l’augmentation des frais d’inscription à l’université. En séances parlementaires, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (MESRI), Frédérique Vidal, a été interpelée à ce sujet. Celle-ci y a catégoriquement démenti une telle interprétation des paroles de Macron [7]. Des macronistes se sont ensuite joint·es à elle pour dénoncer cette prétendue intox sur Twitter [8]. Ce SAV du discours du Président par la ministre culmine finalement avec un entretien dans Libération absolument lunaire [9].

Universités : « Cherchez dans le discours du Président à quel moment il évoque l’augmentation des droits d’inscription », déclaire @VidalFrederique, qui estime qu’il faut cesser les fantasmes ». #DirectAN #QG [croix] Le Président de la République n’a jamais parlé d’augmenter les frais d’inscriptions à l’université ! Au contraire, depuis 3 ans : [check] Frais d’inscription gelés pour tous les étudiants [check] Loyer des Crous gelés [check] Revalorisation des bourses sur critères sociaux Désintox : il n’y a pas de projet d’augmentation des frais à l’Université. 84.000 places de plus, suppression de la cotisation de sécurité sociale, repas à 1 euro, gel des loyers et frais durant la crise, aide d’urgence… Depuis 2017, tout est fait pour aider les étudiants.

Au-delà de l’interprétation du discours, et du fait que le terme « évoquer » utilisé par Vidal (plutôt que « parler explicitement », cf. tweet de LCP) ne permet en rien de lever nos suspicions, existe-t-il des indications nous permettant de penser que Macron souhaiterait effectivement augmenter les frais d’inscription, en continuité avec sa politique depuis 2017 ? N’y aurait-il pas des précédents pendant son mandat ?

Spoiler alert : oui, et oui à nouveau.

Continuer la lecture

  1. Retranscription textuelle du discours d’Emmanuel Macron aux 50 ans de la CPU. []

L’évaluation du Hcéres ne répond plus aux critères minimaux de qualité, de rigueur et de pertinence scientifique. Motion du CNESER, 18 janvier 2022

Le Conseil national de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (CNESER) s’est réuni aujourd’hui en commission permanente1. Thierry Coulhon y présentait un “point d’information sur le Hcéres qu’il préside, à la stupéfaction des membres qui n’y comprenaient rien.  Iels se sont toutefois mis d’accord à la majorité sur la nécessité de se débarasser de cette bureaucratie.

  1. Pour l’ordre du jour, voir l’information de L’Alternative. []

Présidentielle 2022 : le programme d’Emmanuel Macron devant la CPU “France Universités”

  • par Catherine Rideau-Kikuchi, maîtresse de conférences, Université de Versailles-Saint-Quentin

Emmanuel Macron a prononcé un discours pour la clôture du 50e anniversaire de la Conférence des présidents d’université1. La vidéo et le verbatim sont disponibles ici2. Ce discours dresse le bilan de la politique du quinquennat en matière d’enseignement supérieur et de recherche, mais trace aussi un cap pour une nouvelle réforme — peut-être pour un nouveau mandat ?

Emmanuel Macron au congrès de France universités par visioconférence, le 13 janvier 2022. Crédit: France universités

Le candidat-président Macron fixe dans tous les cas un certain nombre d’objectifs et de lignes directrices qu’il n’est pas inintéressant d’analyser.

Cet article est tiré d’un fil Twitter écrit à chaud et doit être complété avec d’autres analyses qui ont émergé à la suite de ce discours3. On citera en particulier :

Il est globalement beaucoup question de la politique universitaire, mais un article entier pourrait également être consacré à ce qu’Emmanuel Macron dit de la vie étudiante. Nous laissons ce point à analyser à d’autres.

« Éclairer le monde tel qu’il va » ou l’abrutir

« Faire pleinement de la France une avant-garde de la recherche de l’excellence du savoir » (Emmanuel Macron, 13 janvier 2022)

Le discours commence bien sûr par brosser les présidents d’université dans le sens du poil. Beaucoup ont commenté la petite phrase des universités qui doivent « éclairer le monde ». Ce passage s’inscrit dans tout un segment sur l’importance de l’autorité académique, de la reconnaissance des pairs et du cadre scientifique : « Ne laissons personne le remettre en question ». Evidemment, ce n’est pas nous que le contredirons. Mais cette déclaration prend une saveur particulière, alors que Jean-Michel Blanquer, ministre de l’éducation, cherche au contraire à dire aux universitaires ce qu’ils doivent chercher et comment en faisant l’ouverture d’un pseudo-colloque ((NDLR : Le président-candidat Macron évoque également la commission Bronner qui vient de rendre son “rapport” Des Lumières à l’ère du numérique.Il en retient la “nécessité d’empêcher la mise en avant ou le financement d’acteurs qui nuisent à l’information, à la cohésion sociale et in fine à la démocratie” — qui résone avec sa menace envers les “universitaires qui cassent la République en deux“.)). ou encore lorsqu’il prétend pouvoir dire quels universitaires constituent un « virus » de la pensée et donc, en creux, ceux qui pourraient en être le « vaccin ».

« Tous ensemble, nous avons réussi à faire de notre jeunesse une priorité claire avec ces premiers résultats et également à faire de notre jeunesse et de nos étudiants une priorité. » (Emmanuel Macron, 13 janvier 2022)

Mais bien sûr, il s’agit d’abord de défendre un bilan. Emmanuel Macron se gargarise de milliers de places nouvelles ouvertes dans diverses filières pour accommoder la vague démographique. C’est bien rapide : ouvrir des places sans construction de bâtiment, sans recrutement de personnel, ne revient-il pas à faire du surbooking ? Changer un chiffre sur un tableur Excel, ne permet pas dans les faits d’accueillir correctement des milliers d’étudiants et d’étudiantes supplémentaires.

Evolution du budget en euros constants. LAlternative

Mais rassurons-nous : la loi de programmation a représenté un engagement financier sans précédent. Sauf que non : l’augmentation du budget de l’ESR stagne et sa légère augmentation, plus faible que par le passé, correspond à l’inflation. Un tour de passe-passe dénoncé par les politiques notamment au Sénat. L’effort budgétaire est principalement reporté sur la prochaine mandature :bel effort personnel pour le président Macron.

Continuer la lecture

  1. Sur la Conférence des présidents d’universitaire qui adopte la marque France universités, voir un prochain article d’Academia. []
  2. Plusieurs personnalités étaient invitées à prononcer un discours : Frédérique Vidal, Pierre Moscovici, premier président de la Cour des comptes ; ainsi que de la part de membres de la majorité présidentielle, François Bayrou et Corinne Delga. []
  3. Pour les articles de presse, recension en fin de billet. []

Contrat doctoral de droit privé : comprendre le processus de privatisation

Update 12/1/2022

Academia a révélé il y a quelques jours l’avant-projet d’arrêté sur le doctorat, actuellement en préparation au ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Cet avant-projet suscite l’inquiétude de nombre de collègues : il traduit la bureaucratisation croissante de la condition des doctorant·es — renforcement des prérogatives des comités de suivi individuel et obligation d’organisation d’une pré-soutenance — alors même que, dans le même temps, rien de sérieux n’est fait pour améliorer leur situation matérielle.

Il ne faut pas s’y tromper, ceci dit. Si un tel arrêté sur le doctorat est actuellement en chantier, c’est d’abord et avant tout pour tirer les conséquences de la création, par l’article 6 de la loi de programmation de la recherche (LPR) et son décret d’application du 25 septembre 2021, du « contrat doctoral de droit privé ».

Ce « contrat doctoral de droit privé » ne dit peut-être pas grand-chose à nos lecteurs et lectrices : il appartient à ces nouveautés de la LPR qui avaient été vivement contestées durant les débats parlementaires de l’été et de l’automne 2020, avant d’être noyées dans l’immense masse des horreurs contenues dans ce texte. Academia craignait alors de voir surgir une « forme de déclinaison sur le plan du contrat de travail de la logique à l’œuvre dans le crédit impôt-recherche », tandis que la Confédération des jeunes chercheurs et l’Association nationale des candidat·es aux métiers de la science politique s’inquiétaient d’un « contrat doctoral au rabais » et « d’une moindre protection concernant les libertés académiques par rapport à la CIFRE ». Quelques maigres modifications avaient bien été arrachées au Parlement — comme en témoignent les évolutions de l’article 4 dans le « tableau historique de la loi » — mais le gouvernement et sa majorité n’avaient rien lâché sur l’essentiel, en réalité.

Depuis la publication du décret du 25 septembre 2021 relatif au contrat doctoral de droit privé et grâce à la fuite sur Academia du projet d’arrêté sur le doctorat, les choses se sont précisées. Retour, donc, sur ce dispositif qui prend aujourd’hui appui sur les articles L. 1242-3 du Code du travail et L. 412-3 du Code de la recherche.

La privatisation du doctorat

Si l’on en croit ses promoteurs au ministère et au Parlement, le « contrat doctoral de droit privé » procède d’une idée simple et salutaire : il s’agit de créer un statut privé de doctorant·e contractuel·le en poste dans le secteur privé (entreprises, fondations) et dans le secteur public soumis au droit privé (établissements publics à caractère industriel et commercial), qui représenterait le complément du statut public de doctorant·e contractuel·le du secteur public « classique » (universités et établissements publics à caractère scientifique et technique) tel qu’il est organisé par le décret du 23 avril 2009 relatif aux doctorants contractuels. Ainsi, l’objectif poursuivi par le contrat doctoral de droit privé, nous expliquait-on en 2020, serait « de sécuriser le cadre juridique d’un doctorat pour le secteur privé » (étude d’impact, p. 49) et, plus généralement, « de sécuriser les premières étapes de la carrière du chercheur et de l’enseignant-chercheur » (rapport de la députée Danièle Hérin du 16 septembre 2020, p. 8).

Bref, comme le résumait Frédérique Vidal à l’Assemblée :

« Nous voulons créer, dans le droit privé, le pendant des contrats doctoraux de droit public afin de permettre aux EPIC de recruter des doctorants de façon sécurisée » (Assemblée nationale, 1ère séance du 23 septembre 2020).

On sait aujourd’hui qu’une présentation de ce type est un gigantesque mensonge par omission. L’objectif du « contrat doctoral de droit privé » est certes de créer un statut juridique spécial pour les doctorants en poste dans des établissements publics de recherche soumis au droit privé – les EPIC comme le CEA, le CNES ou l’IFREMER – et dans les fondations reconnues d’utilité publique ayant pour activité principale la recherche (Institut Curie, Institut Pasteur). Mais si l’on avait effectivement voulu s’en tenir aux EPIC et aux fondations, il aurait été simple de le préciser expressément, comme cela a par exemple été le cas lorsque les « CDI de chantier ou d’opération » ont été introduits par la loi PACTE du 22 mai 2019 (cf. art. L. 431-4 du code de la recherche). Ce n’est pourtant pas ce que fait le gouvernement avec les contrats doctoraux de droit privé : il en profite, par la même occasion, pour ouvrir la possibilité pour n’importe quelle entreprise privée de faire réaliser des thèses intégralement en son sein.

Sumburgh Light, by Ronnie Robertson, 2015

Continuer la lecture

L’avenir de la marque

Période de soldes

Les membres de l’Université de Paris avaient trouvé problématique le choix du nom, en 20191. Iels vont vivre un enfer administratif. “On espère que les problèmes les plus immédiats seront réglés de manière itérative et implémentée… parce que pour les étudiants et les conventions de stage on va avoir un sérieux problème. Entre autres”.

En attendant, c’est la foire aux soldes. À moins que les goodies, sweat-shirts et autres comptes Twitter ne deviennent collectors.

Sur les fonts baptismaux

Depuis la nouvelle, les collègues n’ont eu de cesse de rivaliser d’inventivité pour aider la présidente à trouver une nouvelle marque.

Continuer la lecture

  1. Voir par ex. Des Lumières à la mégalomanie, par Guillaume Blanc, 2019. []

La bureaucratie nuit gravement à la recherche. Tribune d’ADL, 10 janvier 2022

Tribune parue dans Le Monde signée par 500 directeurs et directrices de laboratoire

Alors que les sciences et les savoirs sont plus que jamais nécessaires pour faire face aux crises de notre temps, la recherche française est malmenée et menacée par l’intensification du nouveau management public. Après le renforcement de la logique compétitive et du financement par projet, entériné par la loi de programmation pluriannuelle de la recherche, voici l’apparition de nouvelles procédures d’évaluation des activités de recherche, instaurées récemment par le Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres), qui ne font qu’amplifier ce phénomène délétère.

En mars 2021, la Cour des comptes rendait public un rapport d’une grande sévérité sur les activités menées par le Hcéres entre 2014 et 2020 :

« Les rapports d’évaluation du Haut Conseil ne jouissent pas, dans le milieu académique, d’une réputation à la hauteur de l’effort consenti. Menés sur la base de référentiels très normés et de procédures particulièrement longues, les travaux d’évaluation pèsent sur les établissements, et plus encore sur des unités de recherche déjà chargées en travaux non scientifiques. »

Que diraient les magistrats de la Rue Cambon un an après l’arrivée de Thierry Coulhon à la tête du Hcérès ? Ils constateraient certainement, à rebours de leurs recommandations, un alourdissement de la technostructure de cette autorité administrative indépendante, une complexification des procédures normatives et, en conséquence, l’accroissement mécanique de la charge de travail administratif, déjà phénoménale, demandée aux acteurs de la recherche.

Contre-pied

Lors de sa prise de fonctions, en novembre 2020, le nouveau président du Hcérès avait pourtant déclaré : « Il faut trouver un équilibre entre la simplicité, la légèreté de l’évaluation, et son efficacité. » En outre, le Hcérès vient de signer la Déclaration de San Francisco sur l’évaluation de la recherche (DORA), laquelle défend une évaluation qualitative, portant sur les contenus de la recherche, au détriment d’une approche quantitative recourant à des critères « scientométriques ».

Dans la pratique, le Hcérès fait donc tout le contraire de ce qu’il défend publiquement. Sans aucune concertation avec le terrain et en toute opacité, il vient de mettre en place une usine à gaz aux antipodes des principes du texte de DORA. Le Haut Conseil a décidé qu’il n’avait plus à évaluer les contenus scientifiques et les projets des laboratoires : il entend désormais uniquement procéder à un bilan « ex post », c’est-à-dire à une évaluation comptable suivant d’innombrables indicateurs (on n’en recense pas moins de 57 pour les structures de recherche).

Continuer la lecture

Le projet d’arrêté organisant le doctorat ou comment compliquer la vie des doctorant·es

  • Par un chercheur non-titulaire en LSHS

Voici ci-dessous l’avant-projet d’arrêté modifiant celui du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat. Il s’agit de la première modification depuis 2016 de ce texte, qui constitue la pierre angulaire des études et des recherches conduites en doctorat en France.

Avant-projet d’arrêté modalités doctorat (version du 6 décembre 2021)

Élaboré par la direction générale de l’Enseignement supérieur et de l’Insertion professionnelle (DGESIP) du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI), cet avant-projet d’arrêté est daté du 6 décembre 2021 dernier. Il est pour le moment confidentiel et en cours de concertation avec différentes organisations et instances universitaires.

Puisque les doctorantes et les doctorants n’ont généralement pas beaucoup voix au chapitre sur leur propre sort, il semble important que ce document soit rendu public, afin qu’il soit plus amplement débattu, voire amendé.

Pour l’essentiel, ce nouvel arrêté tire les conséquences réglementaires de l’instauration d’un “contrat doctoral de droit privé” par l’article 6 de la loi de programmation de la recherche (LPR) et qui dérégule largement la préparation de thèses au sein d’entreprises privées.

Ce billet ne revient pas toutefois sur les multiples problèmes posés par le doctorat en entreprise (incompatibilité de la liberté académique et du principe de subordination des salariés, conditions de travail et en particulier salariales au rabais, etc.) [[NDLR : La rédaction d’Academia reviendra prochainement sur le décret d’application du 25 septembre 2021, insuffisamment contesté], mais se concentre sur deux changements importants introduits par les articles 13 et 17 de cet avant-projet d’arrêté.

Phare de Trévignon. Crédit : Patrice Michel, 2020

Non prévus par la LPR, ceux-ci semblent sortis du chapeau de Frédérique Vidal et des bureaucrates du MESRI. Plus précisément, ces deux mesures trouvent leur source dans un rapport remis à la ministre en avril 2021. Elles apparaissent néfastes pour les doctorantes et les doctorants pour les raisons qui suivent.

Comité de suivi, comité d’évaluation, comité de sanction ?

Continuer la lecture

Le décret “repyramidage” pour les nuls

Le “Décret no 2021-1722 du 20 décembre 2021 créant une voie temporaire d’accès au corps des professeurs des universités et aux corps assimilés” vient de paraître. Tentative d’explications

  • par Fabrice Planchon, vice-président de la Commission permanente du Conseil national des universités

Le décret no 2021-1722 du 20 décembre 2021  décrit l’implémentation de l’opération de repyramidage des corps d’enseignants-chercheurs, telle qu’elle a été prévue dans le cadre du protocole de revalorisation décidé par le MESRI en parallèle des discussions qui ont mené à la LPR.

Il crée pour 5 années consécutives (2021-2025) la possibilité, pour un‧e  maitre‧sse de conférence, de devenir professeur des universités dans son établissement actuel. L’objectif est de tendre vers un équilibre 60%-40% dans les 2 corps, et 2000 possibilités devraient être offertes en 5 ans. Concrètement : prenons un établissement avec 70 MCF et 30 PR, l’idée est que 10 de ces MCF deviennent PR1. La dénomination MCF englobe les “assimilés”, c’est-à-dire les corps régis par le décret de 84 sur les ECs (Observatoires, MHN, EHESS, etc).

Nos 70 MCF ne seront pas éligibles : il est nécessaire d’avoir l’HDR, et d’être, soit MCF de classe normale avec 10 ans au moins d’ancienneté, ou MCF hors classe2. Les conditions doivent être vérifiées au 01/01/202x, où x sera l’année où le support sera ouvert pour une telle promotion.

Une répartition comme moyen de contrôle by design

Il y en aura 400 par an : comme on est déjà en 2022, il y en aura 800 à traiter en 2022, mais qui seront différenciées entre celles prononcées au titre de 2021 et celles prononcées au titre de 2022 (avec rétro-effet pour celle de 2021). Comme l’impact budgétaire n’est pas le même suivant le type de candidat‧e‧s (CN ou HC), le ministère a fixé à 3/4 la proportion de MCF HC et à 1/4 celle des MCF CN. Le décret n’indique pas clairement comment le système va permettre de respecter ces proportions : la réponse apportée par la DGRH lors d’un rendez-vous avec la CPCNU est que chaque support ouvert le sera explicitement pour l’une ou l’autre des catégories, au choix des établissements, avant le début du processus de sélection (le ministère se chargeant d’équilibrer les demandes si besoin au vu des souhaits remontés par les établissements). Et si, au bout de 5 ans, les 2000 supports prévus n’ont pas été ouverts, le processus pourra être renouvelé une dernière fois en 2026 pour solder ce qui restera.

Pyramide, par Christophe André, 2008

Continuer la lecture

  1. L’impact sur la masse salariale de l’établissement est donc minime et à long terme, via une évolution dans les grilles indicielles plus rapide pour un PR par rapport à un MCF HC, EE inclus, mais il n’est pas nul : le ministère s’engage à compenser ce différentiel []
  2. L’impact budgétaire sera différent suivant le cas : plus important pour un MCF CN, qui va plus progresser dans la grille en passant PR. []

Président du Hcéres et parent d’élève

Aujourd’hui, dans le Journal du dimanche paraît une “tribune” par laquelle “1 200 élus, personnalités et acteurs de l’éducation défendent le bilan de Macron sur l’école“. À quelques exceptions près, il s’agit en fait de militants et de militantes LREM, ainsi que l’ont fait remarquer plusieurs lecteurs attentifs, pour la Loire Atlantique, le Doubs ou encore la Somme, par ex. On trouve aussi l’ancienne présidente d’Avenir lycéen, Alexia Desdevise ou le président de la Commission des affaires culturelles du Sénat, ou l’ancien vice-président de la Fage, membre du Conseil national des “Jeunes avec Macron”, et chef du cabinet du président du collège du Hcéres, Alexandre Arlin qui se présente comme “Société civile”. Bien évidemment, rien n’y est dit des 7900 suppressions de postes — l’équivalent de 135 collèges — au cours du quinquennat Macron.

On trouve également l’ancien Conseiller du président Macron aux questions d’enseignement supérieur, de recherche et d’éducation, présentement présidente d’aune haute autorité indépendante et qui s’en justifie.

Tweet de Thierry Coulhon, 2 janvier 2022, 13h34. Une première réponse à ScribeOtis, présentant l’enfant non flouté, a été supprimée.

Soyons rassurés : le président du Hcéres est également membre du Comité de déontologie du Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation. Un pirate, en somme.

Continuer la lecture

Nos politiques ont du talent

En passant

Le titre de “personnalité fictive de l’année” est décerné par la dessinatrice MMTK à… Frédérique Vidal !

Dessin de MMTK, publié dans Le Club de Mediapart, 30.12.2021

Pour rappel, Madame Frédérique Vidal, comme nous l’annoncions ici, a également été nominée à trois reprises pour les MédiapartAwards, ce « concours Lépine du politicien qui a sorti la plus énorme des fakenews en 2021 ».

 

“Cela n’a pas été envisagé par le Ministère mais n’a pas été écarté” : rencontre entre l’Alternative et le MESRI

Tandis que l’Unef Paris-1  dévoile une enquête auprès de 5000 étudiant·es, attestant de 16% de malades Covid et de 45% de cas contact, les déclarations de la Ministre, comme la circulaire de la DGESIP n’ont pas levé toutes les inquiétudes, bien au contraire.  l’Alternative a demandé une audience avec le cabinet de la Ministre afin de clarifier les conditions de la reprise dans quelques jours.

Continuer la lecture

L’indécence

Ce gouvernement ne nous aura rien épargner, mais achève l’année en crachant sur les étudiant·es.

Tweet de ReserveCivique, 11 décembre 2021

Après un début d’année où la Ministre s’est trouvée mise en cause dans sa gestion, au vu de la détresse alimentaire, les suicides, l’insalubrité des logements étudiants, voici que le grouvernement qui a refusé les budgets nécessaires voudrait transformer la responsabilité de l’État en œuvre de charité. De quoi rager ((Rage que l’on mesurer au ratio qu’a recueilli (tweets cités/ retweets+j’aime).)

NB:  Le titre nous a été suggéré par un commentaire de Khedidja Zeraloui.

L’Université de Paris perd son nom

Suite à un recours par l’université de Paris II Panthéon-Assas en 2019, l’Université de Paris perd son nom. Le Conseil d’état, qui annule une partie d’un décret signé du Premier Ministre instituant l’entité regroupant les Universités Paris-Diderot, Paris-Descartes en lien avec l’Institut de Physique du Globe de Paris, a estimé que l’appelation “Université de Paris” était “susceptible d’induire en erreur les étudiants, les partenaires français et étrangers des autres universités parisiennes, et plus généralement le grand public”. Ce nom pouvait laisser croire que Université de Paris était “l’unique successeur de l’ancienne université de Paris, et la seule université pluridisciplinaire”. Le choix du nom est donc”entaché d’une “erreur manifeste d’appréciation“.

Reste à savoir comment l’appeler désormais : le concours est ouvert :

Continuer la lecture