Travail d’archive (9). « Lettre adressée à mes amis blancs qui ne voient pas où est le problème… » — Virginie Despentes

https://twitter.com/laveritepradama/status/1380475550632927234?s=20

« STOP À L’ACHARNEMENT CONTRE ASSA TRAORÉ. Lundi 12 avril TGI de Paris 10h00 »
@laveritepradama, 9 avril 2021

Le 10 juin, Emmanuel Macron lançait une offensive contre les universitaires accusé·es de « couper la République en deu », chiffon rouge agité après le succès de le rassemblement du 2 juin 2020, organisé à l’initiative du collectif La Vérité pour Adama. Dix mois plus tard, la vague n’a pas tari, pas moins que la détermination d’Assa Traoré et de ses soutiens pour demander vérité et justice pour Adama.

Assa Traoré est convoquée demain, lundi 12 avril à 10h, au Tribunal de grande instance de Paris pour se voir signifier une mise en examen pour avoir désigné nommément les trois hommes qu’elle dit avoir tué son frère Adama Traoré, il n’est inutile de reproduire et d’entendre de nouveau la voix d’Augustin Trapenard lire la lettre d’intérieur de Virginie Despentes écrite le mercredi 3 juin 2020, au lendemain du rassemblement appelé par le collectif La Vérité pour Adama, à Paris, Marseille, Lillet et de nombreuses villes françaises.


Paris, le 3 juin 2020

Lettre adressée à mes amis blancs qui ne voient pas où est le problème.

En France nous ne sommes pas racistes mais je ne me souviens pas avoir jamais vu un homme noir ministre. Pourtant j’ai cinquante ans, j’en ai vu, des gouvernements. En France nous ne sommes pas racistes mais dans la population carcérale les noirs et les arabes sont surreprésentés. En France nous ne sommes pas racistes mais depuis vingt-cinq ans que je publie des livres j’ai répondu une seule fois aux questions d’un journaliste noir. J’ai été photographiée une seule fois par une femme d’origine algérienne. En France nous ne sommes pas racistes mais la dernière fois qu’on a refusé de me servir en terrasse, j’étais avec un arabe. La dernière fois qu’on m’a demandé mes papiers, j’étais avec un arabe. La dernière fois que la personne que j’attendais a failli rater le train parce qu’elle se faisait contrôler par la police dans la gare, elle était noire. En France on n’est pas raciste mais pendant le confinement les mères de famille qu’on a vues se faire taser au motif qu’elles n’avaient pas le petit papier par lequel on s’auto-autorisait à sortir étaient des femmes racisées, dans des quartiers populaires. Les blanches, pendant ce temps, on nous a vues faire du jogging et le marché dans le septième arrondissement. En France on n’est pas raciste mais quand on a annoncé que le taux de mortalité en Seine Saint Denis était de 60 fois supérieur à la moyenne nationale, non seulement on n’en a eu un peu rien à foutre mais on s’est permis de dire entre nous « c’est parce qu’ils se confinent mal ».  C’est en Seine-Saint-Denis qu’il y a le moins de médecins par habitant de tout le territoire. Ils ont pris le RER tous les jours pour que le travail essentiel à notre vie commune continue d’être assuré. Dans le Centre, c’était « garden-party » tous les jours, en poussette, à vélo, en voiture, à pieds… il ne manquait que les trottinettes. Mais il a fallu qu’on commente : « C’est qu’ils se confinent mal »

Continuer la lecture

Les œillets rouges, par Louise Michel

F. Roy, libraire-éditeur, (p. 158-159).

Dans ces temps-là, les nuits, on s’assemblait dans l’ombre,
Indignés, secouant le joug sinistre et noir
De l’homme de Décembre, et l’on frissonnait, sombre,
Comme la bête à l’abattoir.

L’Empire s’achevait. Il tuait à son aise,
Dans sa chambre où le deuil avait l’odeur du sang.
Il régnait, mais dans l’air soufflait la Marseillaise.
Rouge était le soleil levant.

Il arrivait souvent qu’un effluve bardique,
Nous enveloppant tous, faisait vibrer nos cœurs.
À celui qui chantait le recueil héroïque,
Parfois on a jeté des fleurs.

De ces rouges œillets que, pour nous reconnaître,
Avait chacun de nous, renaissez, rouges fleurs.
D’autres vous reprendront aux temps qui vont paraître,
Et ceux-là seront les vainqueurs.

Freedom day celebrations, Portugal. Crédit: Jaime Silva, 2015

L’amour de la recherche : à quel prix?

En queue de peloton pour les vaccins, la recherche en France pâtit aussi d’une ambiance malsaine. Certes, nombre de collègues se dévouent à leur métier sans compter leurs heures ni leurs efforts. Mais cet engagement vertueux dissimule un cercle vicieux: l’inégalité de traitement ne fait que s’accroître entre titulaires et précaires, de plus en plus contraints au travail gratuit.

Manifestation du 17 septembre 2020. Crédit: Gilles Martinet

Quantitativement, le fossé se creuse : le nombre de postes diminue tandis que le nombre de candidat∙es s’accroît. En 2017, on comptait 110 000 enseignant∙es vacataires, contre 130000 aujourd’hui, qui assurent à eux seuls 40% des enseignements à l’université. En vingt ans, la diminution du nombre de postes de MCF mis au concours a été drastique (-65 %): nous sommes passés de 3000 par an à la fin des années 1990, à 1200 ces dernières années. Parallèlement, le nombre d’étudiant∙es dans les universités a augmenté de 15%.

Qualitativement, les relations se détériorent, la dissymétrie augmente car, pour compenser le manque de postes, le travail dissimulé s’accroît. On recourt aux services de moins en moins rémunérés et même gratuits de doctorant∙es ou docteur∙es sans poste pour boucher les trous, surveiller et corriger des examens, organiser des colloques, gérer des revues, animer la vie de leur laboratoire. Les situations et le degré de rémunération sont variés, mais il s’agit souvent pour un∙e non-titulaire d’accepter toutes sortes de vacations sous-payées (sous le SMIC horaire) pour éponger les déficits structurels.

Certain∙es s’épuisent à joindre les deux bouts et il leur faut encore « produire » des publications pour rester dans la course. Juridiquement, le non-titulaire peut se retrouver ainsi tour à tour bénévole, contractuel (à formes multiples), voire auto-entrepreneur, avec zéro cotisation sociale.

Mais le long terme aussi a changé: traditionnellement, le non-titulaire pouvait espérer une compensation plus tard, en devenant titulaire à son tour, le mérite aidant. Mais le processus est de plus en plus sélectif, l’avenir de plus en plus bouché. La structure institutionnelle, l’autonomie des universités, permet aux autorités locales de varier dans les justifications à apporter aux étudiant∙es. La structure sociale s’en mêle aussi, pour aider les un∙es à tenir, qui trouvent le temps de franchir les obstacles, et pousser les autres à abandonner, rattrapé∙es par les contingences matérielles. L’aspect psychologique n’est pas négligeable: une sorte d’emprise perverse se développe sur le précaire, incité à rester pour maintenir un système déficient. Que deviendraient en effet les alpinistes sans les sherpas?

Continuer la lecture

L’absurdité des classements universitaires

Le personnel et les équipes dirigeantes des universités accordent une grande importance aux classements des universités et les résultats de leurs systèmes de classement peuvent avoir d’importantes conséquences matérielles/financières. S’appuyant sur l’exemple particulier de sa propre institution, Jelena Brankovic fait valoir que le fait de corréler de manière linéaire les classements comme des indicateurs de qualité ou de performance est une manière fondamentalement erronée de saisir la valeur d’une université, en particulier lorsque les universitaires seul∙es s’en prévalent.

Au début du mois, QS a publié son classement annuel des universités mondiales par discipline, suscitant l’enthousiasme des médias sociaux universitaires. « Je suis ravi de faire partie du numéro 1 mondial », a déclaré un membre du corps enseignant. « Fier∙e d’être ancien∙e élève et membre du personnel », a écrit un∙e autre. « Tellement fier∙e de faire partie de l’équipe. Bravo à tous et à toutes »… Et ainsi de suite. Vous voyez le tableau.

Il n’y a rien de mal en soi à ce que les gens aiment leur travail et apprécient de travailler dans un environnement stimulant. Cependant, il y a quelque chose de troublant dans le fait que les universitaires considèrent des éléments tels qu’un classement établi par QS, Shanghai ou toute autre organisation, comme un indice ou une preuve de la qualité — ou de la médiocrité, d’ailleurs — de leur situation relativement à celle des autres.

On peut se demander si les universitaires ont réagi aux classements de cette manière dans l’enthousiasme du moment ?  u parce qu’ils prennent les classements au sérieux ? Ou peut-être s’agit-il d’autre chose ?

Pour être clair dès le départ, mon intention ici n’est pas de critiquer les classements. Du moins pas de la manière dont on le fait habituellement. En ce sens, il ne s’agit pas d’une histoire sur les méthodologies défectueuses des classements ou leurs effets négatifs, sur la façon dont certains classements sont produits pour faire du profit, ou sur l’opacité ou la mauvaise gouvernance de ces classements. Rien de tout cela n’a d’importance ici.

Ce que je souhaite plutôt faire, c’est attirer l’attention sur une hypothèse très problématique à laquelle de nombreux universitaires semblent souscrire : l’hypothèse selon laquelle il existe, ou pourrait exister, une relation significative entre un classement, d’une part, et ce qu’une université est et fait par rapport aux autres, d’autre part.

Je commencerai par raconter une histoire qui concerne ma propre université et je conclurai par un thèse plus générale expliquant pourquoi l’approbation publique des classements rend un mauvais service au monde universitaire.

Qu’y a-t-il dans un classement ?

En septembre 2019, l’hebdomadaire allemand Der Spiegel a publié un article sur le classement mondial des universités du Times Higher Education (THE), qui venait alors de paraître. Le statut de l’Allemagne en tant que « troisième pays le plus représenté dans le Top 200 », selon l’article, était une fois de plus confirmé. L’article développe une autre information « particulièrement digne d’être soulignée » : « L’université de Bielefeld est passée de la position 250 à 166 ».

Continuer la lecture

  1. Une version distincte a été initialement publié en allemand So verrückt können Rankings sein” , Frankfurter Allgemeine Zeitung, 11 mars 2020. []

« Passionate and burn out« . Un webinaire berlinois sur le travail précaire dans l’ESR, 8 avril 2021

Séminaire en ligne – jeudi 8 avril 2021, 14h

Description : Cet exposé traitera de l’état actuel du travail et de l’emploi universitaires. Une attention particulière sera accordée à la tension entre la précarisation néolibérale du travail et la culture traditionnelle du travail universitaire basée sur la passion et la motivation intrinsèque. L’impact de la diminution de la sécurité de l’emploi et de l’augmentation des pratiques d’emploi temporaire sera discuté du point de vue de l’avenir de l’enseignement supérieur et du bien-être des chercheurs en début de carrière. L’objectif principal est d’éclairer comment les facteurs spécifiques au secteur peuvent être propices aux mécanismes d’exploitation néolibérale, en particulier dans les secteurs créatifs/intellectuels. Au final, cet exposé cherche à stimuler une réflexion critique sur les moyens possibles de surmonter l’auto-exploitation volontaire dans les secteurs créatifs.

Aslı Vatansever (PhD Université de Hambourg, 2010) est sociologue du travail et de la stratification sociale et s’intéresse plus particulièrement au travail universitaire précaire. Elle est actuellement Philipp-Schwartz Fellow au Bard College de Berlin et travaille sur un projet intitulé « Varieties of Academic Labor Activism in Europe ». Ses livres incluent : « Ursprünge des Islamismus im Osmanischen Reich. Eine weltsystemanalytische Perspektive » (Hambourg : Dr. Kovač, 2010), « Ne Ders Olsa Veririz. Akademisyenin Vasıfsız İşçiye Dönüşümü » (Prêt à tout enseigner. La transformation de l’universitaire en travailleur non qualifié, Istanbul : İletişim, 2015 – coécrit avec Meral Gezici-Yalçın), et « At the Margins of Academia. Exile, Precariousness, and Subjectivity » (Brill: 2020). (Brill : 2020).

Frédérique Vidal n’est déjà plus notre ministre

Le jeudi 25 mars, nous nous rassemblerons devant Matignon, à midi, pour déposer la pétition du 22 février.
Étudiant·es et personnels, titulaires et précaires, soyons aussi nombreux·ses que possible. Le gouvernement n’a que trop tardé. La catastrophe est déjà là.

Le rendez-vous est donné à l’angle du boulevard Raspail et de la rue du Bac (sorties de métro : Sèvres Babylone ou Rue du Bac). L’événement se tiendra dans le respect des gestes barrières. Une attestation de déplacement dérogatoire, à compléter pour chaque rassemblement ou manifestation, est disponible à l’Url suivant : Attestation de déplacement dérogatoire

Continuer la lecture

Quand les syndicats professionnels de l’INRAE soutiennent les étudiantEs !

Sur le front des luttes sociales et étudiantes dans l’ESR, professionnel(le)s et étudiant(e)s font maintenant bloc comme en témoigne l’INRAE !

Alors que la direction de l’établissement cherche à décrédibiliser les étudiant(e)s en les accusant d’une action violente, les personnels de l’INRAE s’insurgent et s’unissent pour rappeler le pacifisme de l’engagement étudiant ; dénonçant par là-même la tendance de la direction du site de Grignon à déplacer le curseur de la violence. La vraie violence n’est-elle pas de mettre en vente une partie du site d’AgroParisTech sans impliquer ni les étudiant(e)s, ni les personnels ?

Soutien aux géographes attaquées: Communiqué de la section 23 du CNU, 18 mars 2021 et réponse de Rachele Borghi

Le 18 mars 2021
Les membres de la section géographie du CNU ont eu connaissance des attaques inadmissibles dont sont victimes des collègues enseignant.es chercheur.ses dans plusieurs établissements (Angers, Grenoble, Sorbonne Université, Tours et ailleurs). La section géographie du CNU envoie un message de soutien fort et clair à ces collègues, tout particulièrement à Anne-Laure Amilhat-Szary, menacée de mort dans le cadre de ses fonctions de directrice du laboratoire Pacte.
La section géographie dénonce le climat hostile qui s’installe depuis plusieurs semaines à la suite des propos du ministre de l’éducation nationale en novembre 2020 et de la ministre de l’enseignement supérieur en février dernier, unanimement dénoncés par la CPU, le CNRS et d’autres organisations représentatives du monde académique. A travers ces attaques d’une extrême gravité, c’est l’ensemble de la communauté scientifique qui est visée. Ce n’est pas seulement l’indépendance, la transparence et la qualité de l’enseignement supérieur et de la recherche qui sont remises en cause, c’est aussi la place des sciences dans notre société qui est menacée.
Le bureau de la section géographie du CNU

Message des libraires. Volet d’une librairie pendant le confinement, Paris 2021. Credit: Rachele Borghi


Réponse de Rachele Borghi

Continuer la lecture

« Les jeunes s’imaginent… » Lettre d’Élisée Reclus à Clara Koettlitz, 12 avril 1895

Elisée Reclus en Suisse. Crédit photo: inconnu

Elisée Reclus, géographe, est condamné à la déportation en Nouvelle-Calédonie le 15 novembre 1871, après son arrestation par les Versaillais le 4 avril 1871. Sa renommée scientifique, ainsi que les réseaux créés par son frère Élie dans les milieux intellectuels et coopératifs britanniques, valent à Élisée une pétition de soutien regroupant essentiellement des scientifiques britanniques et réunissant une centaine de noms (dont Charles Darwin). Le , la peine est commuée en dix années de bannissement. Élisée Reclus se refuse à signer un recours en grâce. Sa peine sera remise le

« Une faute politique et stratégique majeure »: les nouvelles « mesures » de privation de liberté, par Paul Cassia

  • par Paul Cassia, professeur de droit public – Initialement publiée sur Le Monde, 18 mars 2021

Tribune. Rentrant de son séjour irakien en Italie, le 8 mars, le pape François a fait savoir sa joie d’avoir pu effectuer un voyage à l’étranger après tant de « mois de prison ». Cette expression, qui fait écho à celle employée en France par de nombreux résidents d’Ehpad privés de sortie par décision ministérielle pendant près d’un an jusqu’au 12 mars, dit beaucoup de l’intensité inouïe des restrictions de liberté mondialement accumulées, à des degrés divers, depuis le début de la pandémie en mars 2020.

Notre pays a été à l’avant-garde des mesures qui ont le plus contraint les libertés individuelles et collectives au nom de la préservation de la santé publique, avec un résultat pour le moins mitigé, puisque par exemple le nombre de morts du Covid-19 par million d’habitants (1 370) était, au 10 mars, supérieur à celui de la Suède (1 291) et même à celui du Brésil (1 263), où, pourtant, des stratégies sanitaires diamétralement opposées à la nôtre ont été mises en œuvre.

La source profonde de ces mesures coercitives tient à la logique comptable et entrepreneuriale appliquée depuis 2002 au moins sur les services publics en général et l’hôpital public en particulier. Que l’Ile-de-France et ses 12,2 millions d’habitants ne comptent encore que 1 050 lits de réanimation un an après l’apparition du Covid-19 est une faute politique et stratégique majeure, dès lors que les atteintes aux libertés fondamentales prises au nom de la santé publique sont partiellement indexées sur la saturation des services de réanimation. Ce coupable attentisme sanitaire oblige désormais à superposer des reconfinements locaux le week-end à un couvre-feu national de douze heures par jour, en vigueur sans interruption depuis le 16 janvier. 

Continuer la lecture

Soutien à l’UNEF. Devant une « politique qui vise à stigmatiser et à réprimer les organisations représente des atteintes graves aux libertés publiques, nos organisations ne se laisseront pas intimider ». Communiqué intersyndical, Paris-8, 19 mars 2021

L’université Paris 8 Vincennes/St-Denis (Seine-Saint-Denis) en grève, le 12 février 2020. (Crédit: Alexis Morel/ France Info)

Paris, le 19 mars 2021

Face aux multiples attaques et menaces qui s’abattent sur l’UNEF, nos organisations
s’insurgent contre l’acharnement et la démesure des attaques d’une rare violence qui
visent une organisation syndicale mobilisée pour la jeunesse et les étudiant-es en
grande difficulté dans cette période de crise sanitaire.
Nous condamnons les attaques initiées par l’ancien ministre de l’intérieur,
Christophe Castaner, et l’escalade à laquelle se livrent la droite et l’extrême droite
faisant peser sur les dirigeant-es de l’UNEF des risques inconsidérés.
Nous dénonçons la montée de la criminalisation de l’action syndicale et les mesures
et projets de lois liberticides imposées par ce gouvernement.
Cette politique qui vise à stigmatiser et à réprimer les organisations représente des
atteintes graves aux libertés publiques.
Nos organisations ne se laisseront pas intimider et continueront sans relâche à
s’organiser pour défendre toutes celles et tous ceux qui subissent les inégalités.

CGT – FSU – Solidaires

#ResistESR

Grande distribution solidaire pour rompre avec la précarité et avec l’isolement. Place de la Sorbonne, Paris, 24 mars 2021

Un événement organisé par  Le Poing Levé P1, Le Poing Levé Paris 8 and neuf autres organisations

le mercredi 24 mars 2021, de 11h à 3h, Place de la Sorbonne, Paris

 GRANDE DISTRIBUTION SOLIDAIRE

pour rompre avec la précarité et l’isolement

Depuis plusieurs mois, la détresse dans la jeunesse a explosé au grand jour suite à la vague de suicides étudiants début 2021. Des gestes tragiques, qui ont montré de la manière la plus horrible la réalité d’une jeunesse qui n’en peut plus, après un an sans université et sans vie sociale.

Continuer la lecture

Au Monde. « J’ai beaucoup plus de mal à comprendre que vous laissiez passer un tel exemple d’intolérance et de paresse intellectuelle »

Je vous écris parce que je suis scandalisée par votre choix de publier la tribune intitulée   « Le problème n’est pas tant l’“islamo-gauchisme” que le dévoiement militant de l’enseignement et de la recherche », parue dans le journal daté du 22 février 2021. Cette tribune est un exemple lamentable de manipulation du langage, de l’information et des idées.

Ainsi, rappeler que le terme « islamo-gauchisme » a été forgé il y a une vingtaine d’années par un universitaire et prétendre que cela lui confère une légitimité scientifique, c’est ne pas tenir compte du contexte historique, alors que la société française a connu d’intenses bouleversements en vingt ans ; c’est ne pas non plus tenir compte des biais et préjugés politiques qui déjà pouvaient influencer l’inventeur de ce terme.

La suite de l’argumentaire est proprement scandaleuse et les signataires de l’article, qui doivent se sentir bien menacés par les avancées de la recherche universitaire pour avoir recours à des fils aussi gros, nous expliquent purement et simplement que travailler sur des sujets de politique contemporaine revient de fait à être militant.

J’en prends un exemple parmi d’autres :

« Nous en sommes au point où certains représentants de ces studies se révèlent incapables de faire la différence entre l’un et l’autre : telle cette enseignante se présentant sur Mediapart comme « universitaire féministe » tout en se plaignant que son enseignement soit discrédité comme militant… »

J’espère bien qu’à l’université, en France et au XXIe siècle, il est possible de se déclarer féministe sans voir aussitôt son enseignement discrédité.

Je comprends la nécessité, pour un journal comme le vôtre, du pluralisme, et de donner la place à différentes opinions, pour que le débat ait lieu.

J’ai en revanche beaucoup plus de mal à comprendre que vous laissiez passer un tel exemple d’intolérance et de paresse intellectuelle, en le présentant en plus comme légitime, l’en-tête précisant qu’il émane d’un collectif de 130 universitaires.

Pour les lecteurs qui ne connaissent pas le fonctionnement de l’université, il peut apparaître comme l’expression légitime d’une grande minorité à l’université, ce qu’il n’est pas. D’ailleurs, n’apparaissent finalement à la fin de l’article qu’une poignée de signatures. La plupart des signataires qui s’attaquent au « dévoiement militant de l’enseignement et de la recherche » sont d’ailleurs connus pour être tout aussi militants, simplement ce sont des militants de droite, et bien sûr, l’enseignement et la recherche sur leurs propres valeurs et sur leurs propres biais ne leur pose aucun problème1.

Je n’ai pas l’habitude de prendre la plume pour m’exprimer sur des questions d’actualité et de politique contemporaine, mais ce qu’il se passe en ce moment autour de l’université est extrêmement grave, et vos choix éditoriaux plus que légers participent selon moi à la mise en danger d’une institution déjà extrêmement fragilisée.

Cette alliance entre des universitaires âgés et dépassés, qui sentent leur pouvoir leur échapper, et des politiques qui voient dans ces accusations une opportunité de réélection, met en danger ce qui est pour moi un des fondements de notre société : une recherche libre et indépendante, à laquelle on laisse l’espace de poser des questions, même lorsqu’elles vont à l’encontre de l’agenda politique du moment. C’est ainsi que fonctionne une démocratie, et il serait bon de le rappeler.

En leur donnant la parole, à plusieurs reprises — vous aviez déjà publié leur première tribune, tout aussi problématique — vous contribuez à laisser penser au grand public qu’il y a un problème à l’université auquel il serait bon de s’intéresser. Il y a effectivement des problèmes à l’université, et ailleurs — qui n’attendent que vous.

J’espère ne plus avoir à rencontrer ce genre de textes — inintéressants, de mauvaise foi, et politiquement hautement problématiques — dans un journal que je lis justement pour sa capacité à garder un équilibre dans les sources d’information et les sujets abordés.

  1. NDLR. En matière de paresse intellectuelle, on lira avec profit l’article promu par Le Monde dans ce texte : A l’université, une guerre de tranchées autour des questions de race, de genre ou d’écriture inclusive, 16 mars 2021. []