Université ouverte publie la 2e édition du Manuel d’autodéfense universitaire

À la fois guide de survie pour les jeunes chercheur·ses et manuel d’agitation politique, le Manuel d’autodéfense universitaire revient dans une version augmentée, toujours aussi ouverte, incisive et drôle. Comment prendre soin les un·es des autres et de soi-même, quand il faut mener ses recherches, enseigner et payer les factures, tout en se débattant avec les dominations qui structurent nos institutions ? Voici des pistes de réponses – en 11 chapitres et 3 interludes. L’équipe du Manuel attend des retours !

Une première version de ce manuel a été publiée début janvier 2021, elle a suscité des rencontres, des discussions et des débats. Cette version 2 est entièrement remaniée, augmentée, améliorée (?) et se veut plus que jamais un outil pour aider celles et ceux qui s’en emparent à créer du collectif là où ils ou elles sont !

Cette nouvelle version n’est certainement pas une version définitive. Le manuel est à tou·tes : chacun·e est invité·e à l’arpenter, le triturer, le discuter, le modifier. Continuer à l’écrire ensemble est d’autant plus important que si les personnes qui ont « appuyé sur les touches du clavier » sont diverses (par leurs disciplines, trajectoires académiques, établissements, etc.), elles sont majoritairement blanches, de nationalité française, nées un peu avant ou après 1990, valides, cisgenres, issues de milieux CSP+, elles ont d’autres activités collectives ou militantes par ailleurs. Ensemble, nous pouvons enrichir ce manuel d’autres expériences de l’université, de ses violences, mais aussi des solidarités et des luttes qui nous font tenir.

Continuer la lecture

Libertés académiques, raison d’État et pressions médiatiques : une histoire d’amour à la française

En passant

Tribune de Paul Max Morin publiée le 2 septembre à 6h et dépubliée le même jour par Le Monde

Extraits. Vous nous avez interrogés sur la dépublication, par le Monde, d’une tribune du chercheur Paul Max Morin ce jeudi 1er septembre. Intitulé «Réduire la colonisation en Algérie à une “histoire d’amour” parachève la droitisation de Macron sur la question mémorielle», le texte a été supprimé du site l’après-midi même, suscitant de vive réactions et des accusations de censure.

Dans cette tribune, Paul Max Morin analysait la visite d’Emmanuel Macron sous le prisme de la question mémorielle. L’auteur de les jeunes et la guerre d’Algérie (PUF, 2022) s’y montre sévère avec la politique du Président, estimant que «la question des mémoires […] a une nouvelle fois servi de vitrine pour simuler des avancements vers une “réconciliation”». Le chercheur diagnostique, comme l’indique le titre, une «droitisation» de l’Elysée, qu’il illustre notamment par une évolution de la sémantique présidentielle : «En cinq ans, la colonisation sera passée, dans le verbe présidentiel, d’un “crime contre l’humanité” (2017) à “une histoire d’amour qui a sa part de tragique” (2022).»

Cette dernière phrase a été prononcée lors de la visite du cimetière Saint-Eugène à Alger, ce 26 août. […] «Qu’elle ait été prononcée spontanément ou non, la réduction de la colonisation à une “histoire d’amour” parachève la droitisation d’Emmanuel Macron sur la question mémorielle» écrit Paul Max Morin dans son texte.

Dans le court texte justifiant cette (rare) dépublication, le Monde estime que les termes dénoncés par le chercheur ne se rapportaient pas à la seule colonisation, comme le suggère la tribune, mais aux relations franco-algériennes dans un sens plus large. «Ce texte reposait sur des extraits de citations qui ne correspondent pas au fond des déclarations du chef de l’Etat. Si elle peut être sujette à diverses interprétations, la phrase “une histoire d’amour qui a sa part de tragique” prononcée par M. Macron lors de la conférence de presse n’évoquait pas spécifiquement la colonisation, comme cela était écrit dans la tribune, mais les longues relations franco-algériennes. Le Monde présente ses excuses à ses lectrices et lecteurs, ainsi qu’au président de la République.»

Lire l’intégralité de l’article →

Sur Le Monde

Sur Mediapart

Concours de recrutement ou concours de plagiat ?

Update 28/9/2022 – droit de réponse

La rentrée se prépare et avec elle, les manuels et les articles présentant les enjeux et les contenus des programmes aux concours de recrutement des enseignant·es de l’enseignement secondaire (CAPES, CAPET, agrégation). À quelques jours d’intervalles, deux dénonciations de pratiques s’apparentant à du plagiat ont été rendues publiques, avec le soutien des associations professionnelles : un Tweet de Dylan Simon ci-dessus et un communiqué d’associations professionnelles, reproduit ci-dessous. Alors que ces affaires de plagiat se multiplient, avec des réactions très diverses des employeurs et des éditeurs, il faut contaster que ce n’est plus seulement “publish or perish”, mais bien “plagiarize or perish” qui sévit dans l’enseignement supérieur et la recherche française.

Le plagiat dénoncé par celleux qui en sont victimes touchent ainsi des projets en vue de demander des financements, à l’Agence nationale de la recherche par ex., des programmes de cours entiers (séquence et œuvres), mais aussi des travaux scientifiques ou des introductions aux programmes de concours. Même si les non-titulaires sont le plus majoritairement concerné·es, il concerne aussi des titulaires, voire des professeures d’université.

Tweet de Florie Maurin, doctorante demandant conseil, 6 août 2022

Quel est le bilan de la politique Référent·es Intégrité scientifique, qu sont censé·es être désigné·es dans chaque des universités, sans toujours avoir été formé·es sur le sujet ?  Doit-on s’étonner du faible rôle du CNESER disciplinaire en la matière, et est-ce à mettre au compte du très faible nombre de saisines disciplinaires ? On peut regretter l’absence d’une procédure explicite et interne à l’ESR, qui viserait au règlement rapide,  indépendant, argumenté et collégial de ces litiges qui représentent des atteintes graves aux libertés académiques.

https://www.flickr.com/photos/virtualwayfarer/32611841183/in/photolist-RFNdcR-7PnUZo-2kPRihM-2kHJeu4-2kPMfDE-2kHJeDn-2kPMfN2-9GFL3p-2d3axof-2kPQPDj-2kPRi6p-7ABatu-oy2NRc-7Rjjhc-2kPQPwA-oQvUkK-FRzRZn-ULf6oE-J7RKys-2kPQPrv-J7Rr2M-JU4LGJ-2kPMfRy-2kPMfUQ-2kPRioP-7S3nxX-ebHujB-J7Rr6e-JWmGNV-ebP82u-2kPQPvZ-2kPMfyQ-JU4Le9-2kPRik2-2kPQPhc-2kPQPxH-2kPRiA2-2kPMg5p-2kPQPh7-2kPQPBa-2kPQPwq-dYUG1V-2kHJeMD-2kHJeM8-2kHJeJT-2kHJeFS-2kHJeDs-7PSZ3C-2kPQPkZ-eCjg7S

The Mules of Doinyo Lengai. Credit: Alex Berger, 2016

Continuer la lecture

Bêtise, sadisme ou incurie ? Sur le dernier appel de l’Agence nationale de la recherche

Nous sommes fin juillet : derniers jours de réunions qui n’ont cessé de grignoter le mois de juillet. Le temps pour faire de la recherche, préparer ses cours et se reposer en famille ne cesse de disparaître au profit de plus de réunions, moins de temps.Reste le mois d’août, lui même déjà amputé par les premières réunions, en vue de préparer une rentrée toujours plus difficile faute des enseignant·es et des personnels BIATSS en nombre suffisant.

C’est ce temps-là que l’Agence nationale de la recherche décide d’amputer en lançant un énième appel à projet “Sciences avec et pour la société. Recherches participatives” le 29 juillet 2022, à remettre le 30 septembre 2022.

Sans doute est-ce pratique pour les employé·es de l’ANR ou les évaluateurices, mais quelle connaissance ont les concepteurices de l’appel du temps social des agent·es de l’enseignement supérieur et de la recherche pour imaginer qu’il puisse s’agir d’un moment idoine pour imaginer un projet, établir des relations de travail, rédiger les dizaines de paragraphes nécessaires en synergie avec le personnel Biatss dédié. Entre le 29 juillet et le 30 septembre ?

À ce degré de maltraitance institutionnelle, il est désormais indispensable de se protéger. Comme nous enjoint Myriam Houssay-Holzschuch, professeure de géographie :

Au point où nous en sommes de l’effondrement de l’université, travailler à ne pas se mettre en burn-out les unEs les autres me parait une pratique essentielle de solidarité à mettre en place. C’est difficile, il y a de l’opposition, mais indispensable.

#ResistESR

#BnFgate. Fin de non-recevoir du MInistère de la Culture ?

https://www.flickr.com/photos/cpakmoi/11000233463

Ministère de la Culture. Crédit: CpaKmoi, 2013

De : GOURDIN Jean-Baptiste
Date: lun. 18 juil. 2022 à 11:10
Subject: RE: Association des Lecteurs et Usagers de la BnF –
To: Association ALUBnF

Madame la Présidente,

En réponse à votre courriel du 11 juillet, je tiens d’abord à vous assurer que le ministère de la Culture a pris toute la mesure, sans la minimiser1, de la mobilisation des usagers de la BnF issus du monde de la recherche. Il a pu apprécier la réalité des inquiétudes qu’elle exprimait en évaluant à leur juste valeur la caution que lui apportaient les noms et signatures d’éminents scientifiques, souvent éloignés de la culture militante, et le soutien de personnalités du monde politique, aux côtés de nombreux chercheurs représentant une grande diversité d’universités et d’instituts sur l’ensemble du territoire.

Il a confronté, en lien étroit avec son homologue de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, leurs arguments aux raisons avancées par l’établissement dont il assume la tutelle à l’appui de la réforme envisagée, raisons qui ont fait l’objet, par ailleurs, d’un examen critique serré du conseil scientifique, dont l’indépendance est totale.

Continuer la lecture

  1. NDLR: La rédaction souligne. []

#BnFgate. Communiqué des représentants des usagers au Conseil d’administration de la BnF

Le 30 juin 2022, s’est tenu la réunion du Conseil d’administration de la BnF au cours de laquelle la question de la réforme mise en place le 2 mai dernier par la direction de la BnF a fait l’objet d’un long débat.

En tant que représentants élus des usagers, nous venons vous rapporter les points de discussion et de concertation.

Rappelons que les statuts de la BnF ne prévoient pas que les questions liées à son fonctionnement soient soumises au vote du conseil d’administration, même si elles impactent directement les usagers. Lors du CA du 14 mars dernier, nous avions manifesté notre étonnement et demandé à être associés à la prise de décision sur la question de la communication directe des ouvrages.

La réforme mise en place, le 2 mai dernier, par la direction de la BnF consistant à réduire drastiquement la communication directe des documents sans tenir compte de l’opposition exprimée par les personnels et les usagers, a conduit à un mouvement social des agents et à diverses manifestations en soutien menées par les usagers.

Ces actions en opposition ont finalement amené la direction de la BnF à ajouter à l’ordre du jour du CA du 30 juin un point intitulé « 4. Délibération relative aux grandes orientations de la BnF sur l’organisation du service public » dans lequel les modalités de communication des documents (réservation à distance, sur place et communication directe) en rez-de-jardin ont fait l’objet d’échanges nourris.

Chacun (présidente, comité scientifique, CFDT et usagers) a disposé du temps nécessaire pour exprimer son point de vue sur la question. La présidente a formulé plusieurs décisions prises en accord avec les tutelles afin de modifier la réforme en cours et faciliter le travail de recherche en rez-de-jardin. Ces aménagements avaient été partiellement évoqués lors d’une réunion qui s’était tenue le 17 juin entre la présidente et les quatre représentants élus des usagers.

Les représentants élus des usagers rendent compte de leur position sur les diverses avancées actées lors de ce CA.

Après avoir à nouveau appelé les tutelles à soutenir plus fortement la BnF dans ses projets et après avoir rappelé leurs demandes d’un retour aux modalités de communication directe pré-Covid et face à une fin de non-recevoir également réitérée par la direction de la BnF fondée sur des raisons budgétaires, les représentants élus des usagers ont maintenu leur demande formulée lors de la réunion du 17 juin de voir avancer l’heure de communication directe à 11h30 au lieu de 13h30 actuellement.

La raison de cette proposition est justifiée par les aménagements obtenus améliorant les modalités de recherche en rez-de-jardin, à savoir :

  1. La plage horaire de la réservation à distance la veille jusqu’à minuit, au lieu de l’horaire fixé initialement à 17h puis reporté à 20h. Il s’agit sur ce point d’un retour aux modalités de réservation identiques à celle en application avant la crise sanitaire.
  2. La mise en place d’une réservation sur place dès 9 heures avec une communication directe différée à l’horaire mis en place (v. supra point 1). Ce point est un compromis intéressant qui apporte un assouplissement à la rigidité de la plage horaire de la communication directe.
  3. La mise à l’étude d’une procédure dérogatoire pour les titulaires d’un Pass Recherche annuel afin de leur permettre d’avoir accès à la réservation sur place et à la communication directe toute la journée. Toutefois, les services juridiques doivent se prononcer sur le risque encouru d’une rupture d’égalité entre les usagers.

En reprenant à l’identique notre cas pratique exposé lors de la réunion avec la direction de la BnF, le 7 avril dernier, nous pouvons constater que l’usager voit les modalités de sa recherche améliorée par rapport à la réforme initiale mise en place le 2 mai et très pénalisante.

Continuer la lecture

#BnFgate. Mobilisation à Tolbiac pour le Conseil d’administration

16400 signatures de la pétition pour le retour aux communications directes et le respect des usager·es, une très grande couverture presse — émission “Grève à la BNF : symoble de la précarité de la recherche ?” à France culture, des artcles et interviews de L’Humainté à Le Figaro, en passant par Le Monde et Télérama  — des centaines de témoignages de lecteurices étrangères,  un tardif communiqué de la CFDT Culture contre la grève mais pour l’arbitrage de la ministre en faveur de lacréation de postes : la grève continue aujourd’hui en ce jeudi 30 juin 2022, après un vote consultatif incompréhensible de la part d’un Conseil scientifique qui n’aurait de scientifique que le nom1

Alors que le Conseil d’administration se réunion cet après-midi, rendez-vous à Tolbiac pour libérer le livres ! Et rendre les communications directes.

Préparation en Assemblée générale de la grève du 30 juin 2022

Merci aux agent·es qui seront en grève aujourd’hui pour soutenir le service public de la Bibliothèque nationale de France : n’hésitez pas à cotiser à la caisse de grève.

  1. Faute de chercheur-ses en activité en son sein? []

#BnFgate Les raisons de la colère

 

La fonction essentielle d’une bibliothèque est de favoriser la découverte de livres dont le lecteur ne soupçonnait pas l’existence et qui s’avèrent d’une importance capitale pour lui. » — Umberto Eco.

  En mars dernier, Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France, annonçait une réduction drastique, absolument stupéfiante, de la mission historique qui incombe à l’institution qu’elle est chargée de protéger, mission historique assurée pourtant sans faillir par un service public d’exception depuis son inauguration en 1996. Jusqu’en mars dernier, lectrices et lecteurs pouvaient en effet consulter librement sur le site François-Mitterrand, au « Rez-de-Jardin », des ouvrages en communication directe toute la journée, de 9 heures à 17 heures Ces conditions, inchangées depuis l’ouverture, appartiendraient désormais au passé. Désormais, depuis mai, les lectrices et les lecteurs de la bibliothèque de recherche ont l’autorisation de commander et directement consulter directement les ouvrages conservés dans les riches magasins de l’institution seulement durant 3h30 les après-midis, de 13h30 à 17H30. 3 heures 30 sur 11heures d’ouverture quotidienne pour accéder directement à ces ouvrages. 3 heures 30 seulement pour choisir de lire tel livre plutôt qu’un autre. 3 heures 30 seulement pour accueillir les imprévus de la pensée, pour choisir les ouvrages consultés, pour lire librement les livres qu’on a besoin de lire. Pourquoi imposer un temps à ce point étriqué aux lectrices, lecteurs, chercheuses, chercheurs alors même que le temps de la pensée, on le sait, est un temps long, fécond en raison de sa durée justement ? Pourquoi nier à la pensée et à la lecture qu’elles nécessitent la liberté de lire en commandant les livres dont elles ont besoin dans le moment où elles ont besoin ? Cette réforme des communications est imposée du sommet de la direction de la Bibliothèque nationale de France, pour des raisons comptables et managériales.*

https://www.flickr.com/photos/nellsjourney/33873554285/in/photolist-TBhPy2-2mrH6K7-2djd8km-PCyGog-8jKFn7-8jGrxt-uqggZ-2djd1tf-6oCFP2-Pmfawc-BCWbH-EmMkwe-7dJ3WK-2jVcMDA-TLNCQN-2aC7a2o-fgr2Bj-nocX7C-2jVcMEx-2kS7YsJ-2jAQbCn-AdkGaH-2mgKaac-5S4DcS-2mPL2xN-266vZb3-RfRxAj-2kMSMbd-2kMrMtf-2kMriCw-nqRNmf-2kMriD3-nocXnN-2jWKBah-25Pn55A-2mPQDhx-9zu7sJ-2kMWDWz-2kMWcZ3-Gd7C9g-2kMCAC6-B6hdQX-2kS9BbP-2kSag6A-8p9AnQ-2miZdxU-2k4Yf5j-fBcmfH-24W9wCE-ounXNZ

BNF, Paris. Crédit: Nell’s journey, 2016

Continuer la lecture

#BnFgate. Réaction à la réforme de la BNF. Communiqué de l’AFS

L’Association française de sociologie exprime son indignation face à la réforme des communications directes de documents en bibliothèque de recherche mise en œuvre depuis le 2 mai 2022 par la Bibliothèque nationale de France. Alors que chercheuses et chercheurs aspiraient, après deux ans de contraintes considérables sur leurs travaux, à retrouver un fonctionnement le plus normal possible, la décision de restreindre la communication directe des documents aux seuls après-midis de 13h30 à 17h constitue un recul considérable des conditions d’accueil en bibliothèque de recherche et une entrave au déroulement même de toute recherche.

Nous tenons à protester contre cette réforme qui est dû à la suppression de postes, en particulier sur les fonctions de magasinage qui sont pourtant essentielles et au sous-effectif et qui ne suit qu’une logique comptable qui n’est pas à la hauteur du rôle de la Bibliothèque nationale de France.

L’Association française de sociologie s’inquiète en outre de la dégradation des conditions de travail des personnels entraînée par cette réforme, dégradation qui ne leur permettra plus de répondre comme il se doit à deux des missions statutaires de la Bibliothèque nationale de France : assurer l’accès du plus grand nombre aux collections d’une part, et participer à l’activité scientifique nationale et internationale d’autre part.

L’Association française de sociologie exprime le vœu que la direction de la Bibliothèque nationale de France renonce au plus vite à cette réforme et revienne aux conditions d’accueil des lectrices et lecteurs de la bibliothèque de recherche en vigueur avant le mois de mars 2020. Nous demandons aussi qu’il y ait les créations de postes nécessaires pour permettre à la Bibliothèque nationale de France d’assurer pleinement ses missions essentielles en garantissant de bonnes conditions de travail au personnel. Nous exigeons aussi le retrait de la mesure visant à embaucher les agents contractuels à temps incomplet sur des CDD d’un an, forme d’ultra-précarité insupportable et le retour aux contrats en CDI sur ce type de postes. Nous apportons tout notre soutien à la mobilisation en cours des lectrices, lecteurs et des personnels et à la grève qui a lieu en ce moment, afin que ces revendications légitimes soient acceptées.

La responsabilité des savants

Je voudrais revenir ici — peut-être assez naïvement — sur la question de la responsabilité des savants. Ce n’est pas que cette question n’ait jamais été posée, elle n’a cessé de l’être, mais il me semble qu’elle appelle aujourd’hui des réponses un peu plus fortes, en tout cas plus audibles, et peut-être  plus collectives.

Dans son autobiographie A mathematician’s apology, publié au début de la seconde guerre mondiale, le mathématicien Godfrey Hardy avait repris un texte dans lequel il se félicitait de faire des mathématiques pures (il emploie le terme “real mathematics”), car ce serait une activité totalement innocente :

Un mathématicien pur en tire une conclusion réconfortante : les mathématiques pures n’ont aucun effet sur la guerre. Personne n’a encore découvert d’objectif guerrier que rendrait la théorie des nombres ou la relativité, et il est fort peu vraisemblable que cela ne soit le cas avant des années. Il est vrai qu’il y a des branches en mathématiques appliquées, telles la balistique ou l’aérodynamique, qui ont été délibérément développées pour la guerre et qui exigent une technique assez élaborée. Il est difficile de les appeler « triviales », mais aucune d’elles n’a le titre de « pure ». Elles sont effet laides à repousser, et ennuyeuses à mourir ; même Littlewood n’est pas parvenu à rendre la balistique respectable, et si lui n’y est pas parvenu, qui pourrait le faire ? C’est pourquoi un mathématicien pur a la conscience claire ; il n’y a rien à redire à la valeur de son travail ; les mathématiques sont, comme je le disais à Oxford, une occupation « innocente et sans danger »1.

La clairvoyance ne faisait pas partie des talents indéniables de ce spécialiste de théorie des nombres. Au même moment, Shannon développait les prémices de la théorie de l’information et la notion d’entropie pour lutter contre le brouillage des télécommunications et améliorer les systèmes de défense anti-aérienne ; un peu plus tard, la cryptographie à clef publique (au cœur de la sécurité d’Internet) reposera sur des questions subtiles de théorie des nombres ; et quant à la relativité, il n’y aurait pas de GPS sans elle, et en attendant le déploiement du réseau Galileo ce sont essentiellement des satellites militaires américains ou russes qui nous permettent de nous orienter si facilement.

https://www.flickr.com/photos/samsanford/1214890824/in/photolist-2RmCHw-agzytn-4ZH3jN-uMnNw-52LTVM-4vKy4T-qJ1F6V-cKDJ9-7mqi1z-9X29t-5UihB-5K5FCK-7dakJo-bQBZYV-5CQ66P-4MihaL-95Kr9h-a7sby9-QLXcV-52caqE-dY7d2H-8yUkyb-xLMB2k-rbcakc-af7ige-75nj6f-6SodZE-2jd5QBo-5VFkBX-avybw5-CC3GPE-2acuS-8A46mm-ruoST7-CGvx3R-fmJhXG-NUaJs-2f1i3-yk12P-GJzo8-8bwPU6-9ixqhU-5kYuvF-uYp-6KvDDZ-6BvuzW-5WuTyZ-63Lt5R-5CUkJG-27bax

Miroir. Crédit: Sam Sanford, 2007

Au delà de la pollution du débat intellectuel

L’interminable pandémie de Covid-19, le réchauffement climatique, les OGM et pesticides… autant de sujets où le traitement journalistique interpelle les savants et met en scène leur parole. Beaucoup a été dit autour de la liberté académique, c’est-à-dire la liberté illimitée qu’ont ces savants d’exprimer les réponses que leur dictent leurs connaissances, notamment face à l’instrumentalisation par une frange réactionnaire du pouvoir politico-médiatique de certains concepts et à une érosion de la démocratie universitaire2

La façon dont des scientifiques, depuis des années, polluent le débat intellectuel en inondant le débat médiatique de biais, d’arguments trompeurs, sinon de mensonges est également assez bien documentée. Tel géophysicien, tel sociologue, telle géographe, tel médecin, tel mathématicien… Ils sont assez peu nombreux, pour que les professions vous indiquent de qui il s’agit, mais leur emprise sur le système médiatique est profonde3.

Mais la question qui m’intéresse plus spécifiquement est non pas celle de ces savants « en errance », ou « en déshérence », mais celle des savants qui « travaillent bien ». C’est la question que se sont posé Einstein, Oppenheimer ou von Neumann après la seconde guerre mondiale et leur effort fantastique pour la fabrication de la bombe atomique, et les doutes profonds qui les ont ensuite assaillis devant les conséquences de cette arme.

Continuer la lecture

  1. “There is one comforting conclusion which is easy for a real mathematician. Real mathematics has no effects on war. No one has yet discovered any warlike purpose to be served by the theory of numbers or relativity, and it seems very unlikely that anyone will do so for many years. It is true that there are branches of applied mathematics, such as ballistics and aerodynamics, which have been developed deliberately for war and demand a quite elaborate technique: it is perhaps hard to call them ‘trivial’, but none of them has any claim to rank as ‘real’. They are indeed repulsively ugly and intolerably dull; even Littlewood could not make ballistics respectable, and if he could not who can? So a real mathematician has his conscience clear; there is nothing to be set against any value his work may have; mathematics is, as I said at Oxford, a ‘harmless and innocent’ occupation.” []
  2. Lire La panique woke, d’Alex Mazoudeau, le blog de RogueESR ou ce carnet Academia, je ne peux pas dire mieux. []
  3. Lire Marchands de doutes, d’Erik Conway et Naomi Oreskes, ou bien La fabrique du doute, de Stéphane Foucart, Stéphane Horel et Sylvain Laurens, là encore je ne peux pas dire mieux. []

L’IFOP tente de faire taire les universitaires, Soutien à notre collègue Alexandre Dezé

Communiqué de la section 04 du Conseil national des universités

 
Il y a quelques semaines, alors qu’il s’apprêtait à publier un livre sur les sondages politiques, chez De Boeck, Alexandre Dézé, maître de conférences en science politique à l’Université de Montpellier et chercheur au CEPEL, Unité Mixte de Recherche de Science Politique et Sociologie rattachée à l’Université de Montpellier et au CNRS, a appris qu’il faisait l’objet d’une plainte pour diffamation de la part de l’IFOP pour des propos tenus dans Le Monde du 11 septembre 2020, à propos d’une enquête réalisée par l’IFOP sur le rapport des musulmans aux attentats de Charlie, dont il critiquait la méthodologie. 
Ce type d’attaque n’est pas nouveau et les mises en cause des universitaires, en particulier les spécialistes de sciences sociales, se sont multipliées ces derniers temps. Si leur réputation est souvent salie, l’attaque se déplace aujourd’hui sur le terrain judiciaire par la plainte qui vient d’être déposée par l’IFOPJU contre notre collègue, dont les travaux d’une grande rigueur sont reconnus et appréciés de la communauté universitaire et des étudiant·e·s. 
Les chercheurs ont depuis de nombreuses années pointé les limites des sondages ; ils ont souvent débattu avec les sondeurs qui connaissent ces critiques. Les instituts de sondages, comme l’IFOP, se targuent de participer au débat démocratique mais refusent aujourd’hui toute contradiction et cherchent à museler toutes celles et ceux qui s’opposent aux dérives de leurs pratiques sondagières. L’absence de transparence quant à la production de leurs données contrevient d’ailleurs aux règles élémentaires des pratiques admises dans le milieu scientifique. 
Nous, membres de la section 04 du CNU, instance élue représentative de la discipline science politique, apportons tout notre soutien à notre collègue Alexandre Dézé, chercheur reconnu et confirmé dont les travaux ont été consacrés par la communauté académique. Alexandre Dézé est un chercheur dont l’intégrité scientifique ne peut être contestée. Nous nous inquiétons des tentatives d’intimidation dont il a fait l’objet et à travers lui, les sciences sociales qu’il représente. Nous restons mobilisé·e·s pour la défense des libertés académiques. 

Continuer la lecture

#BnFgate Quand la police s’invite en AG des personnels en lutte

Communiqué de l’intersyndicale CGT BnF – FSU BnF – SUD Culture BnF – ALUBnF – Représentant-e-s élu-e-s des usagères et usagers au conseil d’administration de la BnF, 3 juin 2022

Jeudi 2 juin, s’est tenue une assemblée générale des personnels en grève de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Les grévistes, soutenus par l’association des lecteurs et usagers de la BnF (ALUBNF) ainsi que par les représentants des lecteurs au Conseil d’administration de l’établissement, continuaient le mouvement de grève lancé au début du mois de mai pour obtenir le retrait de la réforme du service public imposée par la Présidente, Laurence Engel – réforme qui restreint fortement la communication directe des documents aux chercheurs – pour obtenir des créations de postes à hauteur des besoins de l’établissement, de meilleures conditions de travail et l’abandon des contrats ultra-précaires. Plusieurs dizaines d’agents réunis en assemblée générale dans la cour d’honneur du site rénové de Richelieu ont décidé de reconduire la grève le jeudi 9 juin. Cette assemblée générale s’est toutefois déroulée dans des conditions inacceptables : à l’entrée du site, la police, postée en surveillance, a contrôlé et empêché des agents d’entrer sur leur lieu de travail. Les Renseignements généraux ont ensuite assisté à l’assemblée qui se déroulait dans l’enceinte du bâtiment public et l’ont filmée dans son intégralité. Les  forces de l’ordre, qui ont prévenu l’intersyndicale qu’elle allait éventuellement être reçue au ministère en nombre restreint, se sont donc substituées au ministère de Culture et à la BnF.

En début d’après-midi, les personnels en grève et les lecteurs et usagers mobilisés ont décidé  d’accompagner les représentants de l’intersyndicale CGT-FSU-SUD Culture de la BnF qui devaient être reçus rue de Valois par le directeur de cabinet de Mme Rima ABDUL-MALAK, ministre de la Culture. La délégation, qui souhaitait se rendre à pied au Ministère en empruntant les trottoirs, a alors été empêchée de le faire par les forces de l’ordre – dont les Renseignements généraux – au motif que « les manifestations non-déclarées [étaient] interdites » et que le « risque de trouble à l’ordre public [était] avéré » [sic]. Les policiers, de manière agressive et provocatrice, ont annoncé aux personnels qu’ils étaient filmés et qu’ils encouraient, soi-disant, une amende de 135 euros en raison de l’infraction qu’ils étaient accusés de commettre, ajoutant que les forces de l’ordre n’hésiteraient pas à employer « tous les moyens possibles » [sic] pour disperser les grévistes. Pour autant, personne ne manifestait sur la voie publique, aucun signe d’appartenance à une organisation syndicale n’était visible, aucune banderole n’était portée, aucun slogan n’était lancé : les agents et les lecteurs n’entendaient que parcourir calmement la distance séparant le quadrilatère Richelieu de la rue de Valois. Au bout d’une demi-heure, les personnels ont été autorisés à se déplacer à nouveau à la condition qu’ils acceptent de le faire sous la contrainte, à savoir sous escorte policière emmenée par les renseignements généraux et en présence du chef du service de la sûreté de la BnF.

L’intersyndicale CGT-FSU-SUD Culture de la BnF, les représentants des lecteurs au conseil d’administration et l’ALUBnF dénoncent catégoriquement la décision brutale et arbitraire de faire intervenir les forces de l’ordre contre des agents publics et des usagers, d’entraver leur liberté de circuler, de les empêcher de se rendre sur leur lieu de travail, de les filmer, et de menacer de les verbaliser alors que ces derniers n’avaient commis aucun délit. Ils condamnent un tel usage abusif et injustifié de la force contre des agents et des lecteurs mobilisés depuis un mois dans la défense du service public et des missions dévolues à la BnF. Ils constatent, par ailleurs, qu’au mépris et au ressentiment dont fait preuve Laurence ENGEL à l’endroit des personnels, des usagers et de la communauté scientifique, il faut désormais ajouter la répression arbitraire de l’usage du droit de grève par la puissance publique.

Les personnels et les lecteurs de la bibliothèque, qui continuent d’exiger le retrait de la réforme du service public, des créations d’emplois statutaires à hauteur des besoins et donc l’abandon des contrats ultra-précaires, mais aussi de bonnes conditions de travail ainsi que le respect des missions de la BnF ne sont pas des délinquants : en défendant leur dignité professionnelle ils refusent que soit hypothéqué l’avenir de l’outil d’accès à la culture, de recherche et d’émancipation qu’est la BnF. Le combat exemplaire mené par les grévistes et les usagers contre l’abaissement des services aux publics et pour le retrait d’une réforme catastrophique ne peut plus à présent que s’intensifier.

Informations sur #BnFgate ; #BnFbibliothèquemorte et sur le compte Twitter de l’ALUBnF : @ALUBnF

Lien vers la pétition des usagers : https://www.mesopinions.com/petition/art-culture/bibliotheque-nationale-france-retour-aux-communications/175704

Contacts : cgt@bnf.fr ; fsu@bnf.fr ; sud@bnf.fr ; lecteurs.ca.bnf@gmail.com ;  alubnf@gmail.com

Violences ordinaires en milieu universitaire

Dans la continuité de la réflexion menée sur Academia sur les violences sexistes et sexuelles, les violences ordinaires de la communication ou les violences symboliques à l’endroit des enseignant·es PRAG/PRCE ou contractuel·es, qui n’ont pas accès à la justice disciplinaire de l’univeristé en France, voici deux nouvelles invitations à penser le travail académique et le milieu universitaire, avec un numéro thématique de la Nouvelle Revue de Psychosociologie sur les “violences et passions en milieu universitaire”, coordonné par Florence Giust-Desprairies et Emmanuelle Savignac, et un colloque les 9 et 10 juin prochains à Paris (présentiel) sur les “violences ordinaires dans les organisations académiques”.

Continuer la lecture

Se réapproprier l’université : séminaire électoral de l’UPEC, à partir du 7 juin

Les prochaines élections aux conseils centraux de l’université Paris-Est Créteil se tiendront les 21 et 22 juin prochains, exclusivement en ligne via le prestataire privé Néovote, et ne provoquent pas – pour l’instant – de mobilisation forte au sein de l’établissement.

Les choses peuvent néanmoins évoluer rapidement et Academia signale déjà l’initiative de quelques collègues qui, sur le modèle de ce qu’a proposé il y a quelques semaines la liste ESPOIR à l’université de Lorraine avec son « séminaire sur l’état de l’ESR », mettent en place un « séminaire électoral », dont la fonction est de donner aux personnels de l’université des outils et un espace pour se réapproprier un établissement vis-à-vis duquel iels se sentent de plus en plus étranger·es.

Academia entend relayer ce genre d’actions, d’apparence modeste mais cruciales, car c’est évidemment en développant les capacités de mobilisation des indifférent·es-démoralisé·es que les rapports de force dans les universités pourront être progressivement renversés.

Pittou2, Fourmi, 2019

La première séance du séminaire électoral de l’UPEC se tiendra mardi 7 juin prochain à midi, autour d’une présentation de Julien Gossa sur « L’UPEC vue de l’extérieur, par ses données ».

#ResistESR


Voici le message de présentation du séminaire et de la séance du 7 juin qui a été adressé à l’ensemble de la communauté de l’UPEC :

La campagne et les élections aux conseils centraux de
l’université ne sont pas juste une question de personnes, mais aussi et surtout l’occasion de nous réapproprier les sujets importants pour l’avenir de la communauté universitaire que nous formons, et d’en débattre collectivement.

C’est pourquoi, dans le cadre de la campagne pour les élections des 21 et 22 juin prochains, nous vous proposons un “séminaire électoral”, où nous invitons des collègues spécialistes de questions touchant l’Enseignement Supérieur et la Recherche ou ayant un point de vue important à communiquer, pour alimenter les débats électoraux et les replacer dans un cadre plus large.

Le premier rendez-vous de ce séminaire électoral se tiendra le 7 juin prochain,
en présence de Julien Gossa.

Continuer la lecture