Pourquoi signer la pétition “Carrières universitaires” de la CP-CNU ?

Relayer la pétition lancée par la commission permanente du Conseil national des universités pour “que l’université et la recherche restent un service public national” a suscité quelques discussions au sein de la rédaction d’Academia. Les étudiant·es font la queue aux distributions alimentaires et résistent désormais à la menace d’une augmentation des droits ; les jeunes docteur·es sans poste font des vacations moins rémunérées que le SMIC tandis que l’emploi statutaire s’érode inexorablement. Pire, la loi de Transformation de la Fonction publique, passée en catiminié l’été 2019, a privé les Commissions administratives paritaires(CAP) de leurs prérogatives en matière de promotion, condamant des dizaines de milliers d’agent·es BIATSS à dépendre exclusivement de leur hiérarchie pour leur avancement de carrière et ce, sans aucune réaction au sein de l’université1. Dans ce contexte, demander, comme le fait le début de ce texte, aux “étudiantes et étudiants, personnels d’accompagnement, citoyennes et citoyens” de défendre nos modes de promotion ne nous paraît pas être la manière la plus heureuse d’entrer dans le débat. Et pétitionner à propos de la procédure nationale d’avancement de grade ne nous semble pas tout à fait à la hauteur des enjeux du moment pour l’ESR.

Mais il est vrai aussi que lorsque chacun chipote, on ne fait plus rien collectivement. Il est vrai, surtout, que cette histoire de promotions est un marqueur : cette réforme, qui va toucher presque immédiatement la totalité de 60 000 enseignant·es-chercheur·ses, compromet effectivement “l’intégrité, la diversité et la qualité du travail universitaire, en amputant le CNU de ses principales compétences décisionnelles et en conférant aux chefs d’établissements une capacité exclusive de décision de toute promotion au sein des corps universitaires. En cela, elle est, de fait, une attaque majeure contre la liberté académique et le service public de l’ESR. Une parmi d’autres.

“Carrières universitaires : pour l’équilibre entre le local et le national”

→ Signer la pétition ←

Affiche, 2018

  1. Academia espère publier rapidement un billet sur ce sujet et en appelle aux bonnes volontés. []

Si ce n’est pas un colloque universitaire, qu’est-ce donc ? À propos d’un article dans Libération

Une lecture de

Avec le temps, le journaliste Simon Blin est devenu un fin connaisseur des dissensus initiés il y a plus d’un an par le Manifeste des 100. Ce qui est devenu avec le temps le “danger du wokisme” a d’abord bénéficié d’une large couverture médiatique sous le nom de “islamo-gauchisme” et de “cancel culture” grâce à un accès inouï aux médias d’orientation (extrême-)droitière, comme Le Point ou CNews.

Un nouvel épisode des relations entre le gouvernement avec l’université

CNews a d’ailleurs accueilli Frédérique Vidal pour son chiffon rouge islamogauchiste, au moment où la Ministre était conspuée pour sa gestion de la crise alimentaire étudiante. Présenté comme un débat au sein du monde universitaire, c’est pourtant un phénomène initié par des responsables politiques : le Ministre de l’Éducation nationale en octobre dernier, à des fins de diversion de la calamiteuse gestion de son administration qui a conduit à l’assassinat de Samuel Paty, plusieurs mois après un ballon d’essai dans l’Express en décembre 2019 co-signé, entre autres, par le fondateur du Printemps républicain — feu Laurent Bouvet — et une ancienne membre du Conseil constitutionnel et actuelle présidente du Conseil des sages de la laïcité du Ministère de l’Éducation nationale — Dominique Schnapper1 . Le colloque « Après la déconstruction : reconstruire les sciences et la culture » organisé aujourd’hui et demain à Paris sous l’égide de trois associations — l’obscur Collège de philosophie2” :, l’Observatoire du décolonialisme et le Comité Laïcité République — officiellement à l’initiative de la professeure des universités Emmanuelle Hénin et les maîtres de conférences Pierre-Henri Tavoillot et Xavier-Laurent Salvador — représente ainsi une nouvelle étape dans une série de

“déclarations successives des ministres [qui] fragilisent plus encore les [études de genre et les études postcoloniales]» (Caroline Ibos) quand il ne s’agit pas de celles  du “président de la République en personne, lequel avait estimé en juin 2020 dans le Monde que les discours tenus par les universitaires reviennent «à casser la République en deux»,

contrefeu incendié quelques jours après la magistrale démonstration de force des partisans et partisanes de la justice pour Adama Traoré, devant le Tribunal judiciaire de Paris.Le “colloque”, selon le nom donné par les organisateurs, représente ainsi un pourrait représenter le point d’orgue — nous dirons, optimistes, le chant du cygne — dans une attaque politique d’ampleur inégalée contre les universités.

Manifestants se rassemblent mardi 2 juin 2020 à Paris. . (AP Photo/Michel Euler)

L’instrumentalisation des libertés académiques

C’est bien un nouvel épisode des relations du gouvernement avec l’université qui va se dérouler les 7 et 8 janvier 2021. Le journaliste commente sujets et particpant·es de ce que nous appelerons, pour notre part, une manifestation.

À vocation scientifique, les tables rondes prévues ne sont pas dépourvues d’enjeux politiques. La présence de Jean-Michel Blanquer est en effet annoncée au colloque. Le ministre de l’Éducation nationale «prononcera à cette occasion un mot d’ouverture», précise l’Observatoire du décolonialisme sur son site. Façon de donner l’assentiment du gouvernement aux débats qui s’y tiendront ? Contacté par Libération, le cabinet du ministre explique toutefois ne pas être en mesure de confirmer sa présence ce vendredi 7 janvier à la Sorbonne.

Au programme, la présence de deux très hauts responsables non-élus interroge. Celle de Jean-Michel Blanquer 3, d’abord, pose question.  Alors que le chaos règne dans les écoles comme jamais depuis le début de la crise sanitaire, et tandis que des centaines de milliers d’élèves passent des heures devant les pharmacies à attendre qu’on veuille bien les tester pour pouvoir retourner en classe, l’actuel Ministre de l’Éducation nationale préfère donc prendre de son temps précieux pour se rendre à un colloque polémique qu’aucun laboratoire de recherche ne cautionne.”. Il n’en faut pas douter : des liens peu académiques justifient l’invitation du Ministre, à moins que cela ne soit le Ministre lui-même qui en soit commanditaire. La tenue de la manifestation dans l’amphithéâtre Liard en est un indice supplémentaire4 : on ne dit pas suffisamment que cet amphithéâtre de la Sorbonne n’est pas un espace géré par une université, mais par une administration d’État, et plus précisément par la chancellerie de Paris, à la tête de laquelle a été nommée Christophe Kerrero — connu pour ne pas disposer du titre universitaire, et partant de la légitimité nécessaire pour accéder à ce poste —, un très proche collaborateur de Jean-Michel Blanquer depuis 2008. Continuer la lecture

  1. Respectivement professeur des universités à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yveline et directrice d’études retraitée (87 ans)  de l’EHESS. []
  2. “Qu’on ne peut confondre avec le Collège international de philosophie”. []
  3. Ancien directeur général de l’enseignement scolaire (Dgesco) sous Nicolas Sarkozy, “Ministre bis” de l’éducation nationale, n’a-t-il pas fait connaissance Pierre-Henri Tavouillot, le co-organisateur du colloque, lorsque ce dernier grenouillait au “Conseil d’analyse de la société” de 2004 à 2013, porté à ce poste par l’ami de son directeur de thèse, Alain Renaut ? []
  4. Comme l’a précisé la présidente de Sorbonne Université aux syndicats CGT et Sud, l’amphithéâtre est géré par la chancellerie des universités de Paris []

Enquête. Corrections de copies non payées : vous en reprendrez bien un lot !?

Le premier semestre est sur sa fin, et le temps…. de la correction des copies de partiel est venu. Comme à l’accoutumée, des vacataires et contractuel·les de l’enseignement supérieur sont sollicité·es pour corriger à l’oeil des copies d’examen ne relevant pas de leur enseignement.
Comme le rappelle le décret n° 87-889 du 29 octobre 1987 relatif aux conditions de recrutement et d’emploi de vacataires pour l’enseignement supérieur, les vacataires (ATV et CEV)
« sont soumis aux diverses obligations qu’implique leur activité d’enseignement et participent notamment au contrôle des connaissances et aux examens relevant de leur enseignement ».

Exams to grade. Credit: Chris Lawrence, 2005

“La nécessité d’un financement public des universités à la hauteur des besoins”. Motions de Conseils d’administration universitaires

Décrochement budgetaire, non compensation du glissement vieillesse-technicité, recrutements insuffisant : plusieurs Conseils d’administration ont rejeté les dotations attribuées ou constesté certains choix budgétaires. C’est le cas à Lille, Nanterre et Poitiers.

Université de Lille

Première à initier la révolte, l’Université fait le constat amer d’un budget par étudiant en diminution de 13% en 12 ans. À l’unanimité le Conseil d’administration de la nouvelle Université de Lille (EPEX) vote à l’unanimité un texte virulent contre l’insuffisance budgétaire.

Phare de Gatteville, Cotentin. Crédit: Filip42, 2015

 

Université de Nanterre

Continuer la lecture

Les Shadoks et l’université française (histoire vraie)

  • par un·e membre de l’Université de Paris-3 Sorbonne Nouvelle

Vendredi 10 décembre 2021

Assis face à des enseignants et des membres de l’administration, le président de l’université est entouré de sa garde rapprochée. Il a lancé une réorganisation de son institution : moins de personnel, moins d’offre de cours, plus d’économies (en gros).

Son Directeur Général des Services a tout détaillé dans une note très claire qu’il a bêtement laissée traîner. Et qui a été lue. Tout est y déjà décidé et calculé. Les détails ont circulé. Les gens ont dit : on ne va pas y arriver, c’est déjà dur, ce sera impossible.

La présidence, alors, a embauché un cabinet de conseil privé (payé plus du salaire annuel d’un maître de conférences) pour lancer une « consultation » sur la fameuse réorganisation (au diable l’avarice). Sauf qu’il y avait eu la note, les gens savaient bien que tout était déjà décidé.

Continuer la lecture

“Vous portez la responsabilité de l’épuisement des personnels”: les élu·es du Comité technique de l’Université Paris-Saclay tirent la sonnette d’alarme

Lettre ouverte à Mme la Présidente de l’Université Paris Saclay

Nous, représentants du personnel au comité technique de l’Université Paris Saclay, vous interpellons et vous alertons depuis des mois dans les instances et composantes de l’Université sur les conditions de travail dégradées au sein de notre établissement.

Depuis la mise en place du projet de fusion de l’Université Paris Sud avec la COMUE les BIASS comme les enseignants-chercheurs, sont directement impactés dans leurs missions.

Comme le décrit le rapport DEGEST, dans notre quotidien la mise en place de l’Université Paris Saclay se traduit par

« une intensification du travail liée d’une part à l’inadéquation entre les ambitions du projet et les moyens alloués pour sa réalisation, et d’autre part à la complexification des organisations et des process de travail du fait du changement permanent et du fait de la multiplication des acteurs au fil des fusions. »

Et ce rapport de conclure :

« Un des risques principaux pour les personnels, notamment pour les plus en difficultés, est dès lors l’épuisement professionnel. »

Aujourd’hui de nombreux collègues ont atteint ce stade et vous en portez la responsabilité tandis que la crise sanitaire n’a fait qu’aggraver la situation.

Continuer la lecture

Salaires mirobolants, entre-soi et simulacre de démocratie universitaire à PSL

  • par PSL Contre-attaque

Les huiles de Paris Sciences et Lettres s’en mettent plein les poches. Officiellement, les mastodontes bureaucratiques regroupant des écoles ou des universités, à l’instar de PSL, ont un objet — faire monter artificiellement des établissements du supérieur dans le classement de Shanghaï — et à concentrer toujours plus les financements dans les établissements qui sont déjà les plus favorisés. Mais on aurait tort de minimiser un autre objectif : ils servent aussi à contourner les règles s’appliquant aux universités : gouvernance plus autoritaire et plus opaque, communauté étudiante et personnels moins représenté·es dans les instances décisionnelles; salaires mirobolants pour les dirigeant·es. PSL est un exemple prototypique de ces dérives. Prenons le temps d’objectiver cette réalité.

Grâce à la liste d’élu·es au CA de PSL « Démocratie et intérêt général au cœur de PSL », le salaire d’Alain Fuchs, le président de PSL, a été documenté.1

Il est — tenez-vous bien — de 160.000 € bruts par an, plus de 13.000 € par mois !, hors primes éventuelles2. Les vices-président·es, pour leur part, peuvent gagner jusqu’à 126.000 € par an (10.500 € par mois). Des salaires indécents, rares pour des postes équivalents dans la fonction publique classique.
Les élu·es de cette liste, avec d’autres, ont bien tenté de critiquer publiquement des salaires aussi hauts, mais il leur a été rétorqué qu’Alain Fuchs ayant été reconduit après un premier mandat, il ne serait pas gentil de lui baisser son salaire. Au passage, Alain Fuchs avait été très mal réélu3, et a bénéficié d’une dérogation sur l’âge limite des présidents d’établissements du supérieur spécifique à des constructions comme PSL4

Déjà Thierry Coulhon, le prédécesseur d’Alain Fuchs à la tête de PSL, n’était pas en reste : 150.000 € nets annuels (12.500 € par mois)5.


Energy feed. Cables going though the old K-Fet, Ecole Normale Superieure, Paris, par Izys, 2003

Continuer la lecture

  1. Voir http://democratie-au-coeur-de-psl.fr/?p=243. []
  2. Voir http://democratie-au-coeur-de-psl.fr/?p=243. []
  3. Voir http://democratie-au-coeur-de-psl.fr/?p=158 []
  4. Alain Fuchs a bénéficié d’une dérogation sur l’âge limite des président·es des EPSCP (établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel) : fixé à 68 ans par le Code de l’Éducation, il est sans limite générale pour les EPE (établissements publics expérimentaux, dont fait partie PSL à ce jour) depuis une ordonnace du gouvernement en 2018 et a été fixé à 73 ans pour PSL (statuts de PSL, article 22), un nombre apparemment évoqué par la DGESIP mais qui semble tomber miraculeusement à point dans le cas d’Alain Fuchs. Ce régime de faveur personnalisé existe aussi pour Christine Clerici, à la tête de l’Université de Paris,. []
  5. Voir “Rémunération des présidents de Comue : « Un débat naturel et nécessaire » (Thierry Coulhon)“, News Tank, 25 novembre 2015 et “150 000 euros annuels“, Histoires d’université, 25 novembre 2015. []

Suisse: Remise de la pétition “Pour la création d’emplois permanents dans le monde académique”

Le 8 octobre 2021, la pétition “Pour la création d’emplois permanents dans le monde académique: de meilleures conditions de recherche, d’enseignement et de travail” a été remise à l’Assemblée nationale suisse.

Elle a été signée par 8603 personnes.

Source: compte twitter Petition Academia (@ProAcademiaCH).

Source: compte twitter Petition Academia (@ProAcademiaCH).

Pour télécharger le dossier de presse, cliquez ici.

Dossier de presse pétition “Pour la création d’emplois permanents dans le monde
académique”

 

Contre l’avis de la Ministre, relaxe disciplinaire des étudiants de Science-Po Grenoble

En passant

Sciences Po Grenoble : relaxe pour les étudiants passés en conseil de discipline

La décision prise par le Conseil de discipline de l’Université de Clermont-Auvergne, où l’affaire avait été dépaysée sur la suggestion de l’Inspection va à l’encontre du souhait de la ministre de l’enseignement supérieur de voir sanctionnés les dix-sept étudiants poursuivis pour avoir participé à la diffusion des accusations d’islamophobie visant deux professeurs au début de 2021.

Extraits.

Continuer la lecture

Petit meurtre entre amis : la démocratie universitaire liquidée par les tutelles

Academia partage la conséquence pratique et politique de l’entrée en établissement public d’excellence : un nombre de personnalités nommées qui empêchent toute représentation crédible de la communauté universitaire.

UPDATE 25/112021: Pour information, le message qui devait être envoyé à tous les étudiant-es et personnels de l’EPEX lillois a été rejeté (sans motif) par le service dit de “démocratie universitaire”.

Ce mardi 23 novembre, les membres du CA de l’EPEX élu·e·s à la suite des élections des 8-10 novembre, rejoint·e·s par un représentant des écoles composantes et par les représentant·e·s des tutelles (CNRS, INSERM, INRIA, CHU, IPL, MEL, Région), ont désigné les 7 « personnalités extérieures » qui viennent compléter le CA.
À l’issue de cette séance, l’identité du futur président de l’Université de Lille ne fait plus de doute. Même si, l’élection formelle n’aura lieu que le 7 décembre prochain, nous félicitons d’ores et déjà Régis Bordet, soutenu par les listes Élan Collectif, pour sa victoire à la Pyrrhus.
En effet, la liste Élan Collectif, minoritaire en nombre de voix et même de sièges (malgré la prime majoritaire en collège A) parmi les personnels, est parvenu à faire désigner 7 des personnalités extérieures qu’elle avait proposé grâce au soutien des représentant·e·s des écoles et des tutelles. Alors que nos listes « Pour une alternative à l’EPEX » ont recueilli à peine 200 voix de moins que les listes Élan Collectif (1045 contre 1266 voix dans les 3 collèges A, B et BIATSS) et alors que les étudiant·e·s, dont la participation a augmenté par rapport à 2019, ont plébiscité les listes syndicales opposées à l’EPEX (54 % au total pour les listes Unef et Solidaires-FSE), la liste Élan Collectif s’est assurée une majorité écrasante grâce aux représentant·e·s des écoles et des tutelles et aux 7 personnalités extérieures désignées ce 23 novembre. C’est là l’une des nouvelles preuves du caractère anti-démocratique de l’EPEX, dérogatoire au code de l’Education, puisque le nombre de membres non élus du CA a été doublé.
Nous regrettons que la désignation des personnalités extérieures lors de la séance du 23 novembre se soit faite en dehors de toute procédure sérieuse1. Surtout, cette désignation n’a donné lieu à aucun débat sur les profils des personnalités extérieures retenues. Les listes Élan Collectif n’ont même pas pris la peine de présenter les personnalités pour lesquelles elles ont voté. De même, le questionnement porté par nos élu·e·s des éventuels conflits d’intérêts et le besoin d’une déclaration publique d’intérêts a été balayé. Or, cette question n’est pas anodine : on trouve parmi les personnalités désignées deux représentants d’EuraSanté ou encore une directrice d’une entreprise américaine de biotechnologies, ancienne lobbyiste passée par Bercy.
Pour autant, si le scrutin du 7 décembre prochain pour la présidence de l’EPEX semble désormais joué, nous prolongerons notre démarche alternative en soutenant la candidature de Thomas Alam, MCF en science politique et notre tête de liste en collège B. Même si Régis Bordet et Élan Collectif disposent désormais d’une majorité confortable au Conseil d’Administration grâce à l’apport des voix des extérieurs, mais sans une majorité chez les élus des personnels et des étudiant·es, notre travail collectif et intersyndical dans les instances se poursuivra au cours du mandat. Nous vous informerons au mieux et porterons la contradiction à la nouvelle équipe présidentielle en lui rappelant ses engagements et en restant fidèle au programme que nous avons porté et qui a rassemblé les suffrages de 1045 collègues.
  1. l’EPEX ne dispose pas encore de règlement intérieur, contrairement à ce que prévoient l’article 10 des statuts []