Cacher l’éléphant dans la pièce : la censure sociale des institutions scientifiques

  • par Clémence Perronnet, Université Catholique de l’Ouest

L’accès aux sciences intéresse beaucoup en ce moment et de nombreuses institutions posent la question des inégalités en sciences et techniques : comment les comprendre, et comment les réduire ? Mais il y a des réponses qu’elles n’ont pas du tout envie d’entendre1

Comme c’est mon sujet de recherche, je suis régulièrement sollicitée par des institutions d’éducation, de médiation ou de vulgarisation scientifique pour parler des inégalités en sciences. J’ai pu faire quelques constats sur leurs attentes et leur réception de mon travail.

Expliquer les inégalités en sciences : les « bonnes réponses »…

  • 1er constat : toutes les inégalités face aux sciences ne suscitent pas le même intérêt. C’est tout à fait légitime de parler des inégalités hommes/femmes (c’est-à-dire de la sous-représentation des femmes en sciences), mais les inégalités de classes sociales ou ethno-raciales passionnent tout de suite moins… Pourtant, on a besoin d’une approche intersectionnelle (croisant genre/classe/race au moins) pour comprendre les mécanismes qui entravent l’accès aux sciences de plusieurs groupes sociaux : les femmes, les classes populaires et les personnes ethno-racisées.

Continuer la lecture

  1. Texte adapté d’un fil Twitter du 15 mai 2020. []

Black Panthers, d’Agnès Varda (1968)

MK2 propose de voir la version numérisée du film réalisé par Agnès Varda, pendant quelques jours du confinement.

« Black Panthers » d’Agnes Varda (1968)

En août 1968, Agnès Varda vit en Californie. Où qu’elle soit dans le monde, sa soif d’engagement est intarissable. Par solidarité pour le mouvement des Black Panthers, et au moment du procès de l’un de leurs leaders, Huey Newton, elle emprunte une caméra aux étudiants activistes de Berkeley et file à Oakland, pour dénoncer cette affaire. Une fois de plus, elle nous donne une belle leçon cinématographique, d’engagement politique et artistique. (En partenariat avec Ciné-Tamaris).

Agnès Varda, à propos du film:

« Black is beautiful. Noir c’est noir, et l’Histoire ondule de mouvements en mouvements. 1968. En France, depuis le mois de mai, les revendications et les espoirs s’expriment violemment. Aux États-Unis, la communauté noire s’active autour du procès d’un leader des Black Panthers. Ce parti, ce mouvement, veut agir et établir des théories et des pratiques : Mind and Body Theory. Pascal Thomas obtient qu’on filme un entretien dans la prison de Huey Newton. Moi je viens de Los Angeles dès qu’il y a une manifestation, un meeting ou une marche. Je dis « French Television », je souris et je circule librement parmi les grands Noirs qui font leur entraînement. Je filme avec une caméra 16 mm prêtée par des activistes de l’Université de Berkeley. Les leaders font leurs discours : Bobby Seale, Eldridge Cleaver… Les femmes aussi expriment leur désir d’agir, de prendre des décisions et leur fierté d’être noires. Quant aux enfants, ils dansent sur l’air de : « Il faut Libérer Huey ! Il faut Libérer Huey ! ». Je crois que ce film court témoigne d’un moment précis et court de l’Histoire tourmentée des Noirs Américains. »

Ce court métrage a été restauré avec l’aide de la FILM FOUNDATION (dont le président est Martin Scorsese ), le LACMA (Los Angeles) et THE ANNENBERG FOUNDATION

Collectionneurs, veilleuses et allié·es, que veux-tu… Les mentors non-racisé·es dans l’université et la recherche

Collectors, Nightlights, and Allies, Oh My
White Mentors in the Academy

  • par Marisela Martinez-Cola, Utah State University

Résumé

Alors que davantage d’étudiant·es racisé·es pénètrent des institutions historiquement non-racisées (Historically White Institutions ou HWIs), le manque de mentors racisé·es continue de poser problème, laissant les étudiant·es, qui doivent se reposer sur les mentors non-racisé·es dans le monde universitaire. La plupart de la littérature portant sur le mentoring en analyses les définitions et les meilleures pratiques. Elle oublie, cependant, de capturer les expériences des étudiant·es et les perceptions des mentors non-racisé·es. Elle échoue également à mettre en cause les mentors non-racisé·es qui estrangent, collectionnent ou échoue à comprendre celles et ceux qui se placent sous leur mentorat. À partir d’une autoesthnographie enracinée dans des contre-narrations de théorie critique de la race, l’autrice identifie, définit et analyses trois rôles que les mentors non-racisé·es jouent pour les étudiant·es racisé·es.

Article : Article en anglais

https://www.flickr.com/photos/web-betty/23162019645/in/photolist-BhKpui-GeSgNV-RadP4B-2ipy7am-yY3VVi-rL6Ys1-HzzScF-agkgk4-PAJmfq-67hMGy-Sw27if-TF7izt-4rKVAx-FzrNm9-VTWF3A-Xvwgn2-2hMdRq4-63ncSx-bvjbhF-j3JEgK-65YweM-4hozwd-R5GNoH-9g3YFk-fB4tzX-Dvu5fU-EZNrzH-25xdUoA-UiaFdt-2iKDHKJ-QF8jEy-25gcPVr-9xpodM-8gXn7X-25gcU8z-25xdTcC-bVdiGE-2ifNgqr-KiCoEN-2hUBerx-2i9Yaf1-2hC2THf-22p2DGA-N6k7Uw-2buqnfv-FESQbS-2hRSfhi-nVmvKv-2gfDfZZ-2hRSfnD

The elephant in the room : racisme, ESR et Marie Dasylva

Le racisme est un problème invisibilisé de l’enseignement supérieur et de la recherche. Plutôt que le décrire, proposons des techniques de riposte, avec la nouvelle rubrique « Racisme et discriminations« .

Commençons par le commencement : Marie Dasylva, ou comment cesser d’être invisibilisé·e ou de passer le problème sous silence.

Marie da Sylva. Crédit: non connu

Marie Dasylva (@napilicaio sur Twitter) est une extraordinaire coach pour personnes racisées dans l’entreprise. Ses #JeudiSurvieauTaf sont toujours une leçon de vie, à fois attentive à la santé et à la santé mentale des personnes racisées qui viennent la voir, mais aussi des stratégies qui conduisent à satisfaire ses interlocuteurs et interlocutrices victimes de racisme : retrouver de la confiance en soi, ne pas perdre plus de 300 secondes avec les personnes qui sont dans le déni raciste, contrer le harcèlement, utiliser les moyens juridiques à disposition, etc.

Ci-dessous une vidéo de Francetvslash, présentée sur Twitter le 14 avril 2020.

Lien vers la video