« L’université Paris-1 doit (enfin) contre les violences sexuelles et sexistes ». Communiqué des doctorant∙es, 23 novembre 2022

https://payetatruelle.wixsite.com/projet

Site de Paye ta truelle, association pour l’égalité et la diversité en archéologie

  • Communiqué des doctorant∙es de l’ED 112 (Archéologie), diffusé sur les listes étudiantes de l’université Paris-1 Panthéon-Sorbonne le 23 novembre 2022

Nous, doctorantes et doctorants mobilisé·e·s de l’ED 112 (Archéologie) de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, rattaché·e·s aux laboratoires ArchAm, ArScAn, Orient et Méditerranée, TEMPS et Trajectoires, et étudiant·e·s en Master 1 d’Archéologie, en Master 2 Ingénierie de l’archéologie préventive et programmée, en Master 2 Histoire et anthropologie de l’Antiquité, en Master 2 Patrimoines et musées et en Master 2 d’Archéologie des périodes historiques, exprimons notre soutien sans réserve à la mobilisation de nos camarades contre la réintégration de M. Gernez, maître de conférences d’archéologie de l’Orient ancien à l’UFR 03 (Histoire de l’art et Archéologie).
Continuer la lecture

Portail Emploi CNRS : Fin de l’écriture inclusive… afin d’éviter toute discrimination faisant référence au genre

Rions un peu. Par un courriel daté du 30 septembre 2022, la directrice de la Délégation régionale 16 du CNRS informe les Directions adjointes scientifiques de prévenir les directions d’UMR d’une nouvelle recommandation de la Direction des Ressources humaines.  Academia la reproduit ci-dessous

De : DRH-SSTI <drh.liste.ssti@cnrs.fr>
Envoyé : mercredi 28 septembre 2022 14:53
Objet : Portail Emploi : Fin de l’écriture inclusive

Bonjour,

Pour information, afin d’éviter toute discrimination faisant référence au genre, lors de la rédaction d’une offre d’emploi sur le Portail Emploi et pour une publication effective sur le site de Pôle Emploi, l’écriture inclusive ne doit plus être utilisée.

Cette proscription de l’écriture inclusive fait notamment suite à la note officielle du 1er ministre :

Circulaire du 21 novembre 2017 relative aux règles de féminisation et de rédaction des textes publiés au Journal officiel de la République française – Légifrance (legifrance.gouv.fr)

Cette mesure doit permettre de faciliter le taux de prise en compte de nos offres1 sur le site de Pôle Emploi.

En parallèle de ce message, une information encadrée sera visible directement sur le site du Portail Emploi pour alerter le rédacteur.

Nous vous remercions de faire suivre ce message aux unités de votre délégation.

L’équipe projet du Portail Emploi reste à votre disposition si nécessaire via la liste drh.emploi@listes.cnrs.fr.

Bien cordialement. XX

Près de quarante ans après la féminisation des noms de métier dans la Fonction publique, la fine fleur de la réaction sexiste semble avoir colonisé les plus hautes instances de la recherche publique française, faisant fi à la fois des travaux sur les discriminations publiés en son sein, la législation et la jurisprudence sur les discriminations au travail mais plus simplement encore la circulaire à laquelle il est fait référence2.

https://www.flickr.com/photos/mobilestreetlife/12134731775/in/photolist-juiEZn-6CauU6-AqrC4t-5bvxPf-5y8th-6PjhXq-fJEpTR-7Ur8Ru-c3DByJ-c1bn2q-dvZjHd-6KHQyN-c3DBs1-7ZDiCo-c8hbL9-pDZ86K-rB9b3p-6FmEih-8wwNRU-p9SsJj-6NfiGW-ppkeYC-pEgn4B-pnLf1s-pnKqMt-pnLfW5-JY1J5b-pDZ7bD-rjzUUJ-rjzULs-o8AdHH-c4Gd8y-pnLg49-o8AcoP-o8AaVi-5y8t8-o8A9FK-rjzVd9-cHqvoU-o6vK28-nPjHwE-pnKpgT-o4LFoo-o6P6kp-pDZ8ot-nPktGn-o4LH6w-o6GfwJ-rjGiNr-rB9bzg

Crédit: David Blackwell, 2014

Continuer la lecture

  1. Nous soulignons. []
  2. Edouard Philippe précise : “Suivant la même logique, je vous demande de systématiquement recourir, dans les actes de recrutement et les avis de vacances publiés au Journal officiel, à des formules telles que « le candidat ou la candidate » afin de ne pas marquer de préférence de genre”. []

Archéosexisme à Rennes-2, 26 septembre-21 octobre 2022

« Si le viol est inévitable, détends-toi et profite ». Bertrand Pauvert, MCF de droit, condamné pour violence et harcèlement sexuel et sexiste, par Rue89

En passant

Lundi 11 juillet, le tribunal correctionnel de Mulhouse a déclaré le professeur en droit de l’Université de Haute Alsace Bertrand Pauvert coupable de violence et de harcèlement sexuel et sexiste. L’ancien directeur du département de droit a été condamné à 12 mois d’emprisonnement avec sursis et interdit d’exercer pendant trois ans.
Extraits. « Je suis contente, surtout pour l’interdiction d’exercer. Ca me soulage de savoir qu’on ne le recroisera plus avant la fin de notre scolarité. » Étudiante en première année de master en « Droit et métiers de l’administration », Manon réagit au délibéré du tribunal correctionnel de Mulhouse. Son ancien maître de conférences à l’Université de Haute Alsace (UHA), (…) est condamné à 12 mois d’emprisonnement avec sursis et interdit d’exercer la profession d’enseignant pendant trois ans. Bertrand Pauvert était poursuivi pour violence sans incapacité et harcèlement sexuel lié à « des propos à connotation sexuelle ou sexiste imposés de façon répétée entre janvier 2018 et octobre 2021 ». La procédure avait débuté suite aux révélations du journal L’Alsace sur les « brimades » de l’enseignant.

(…) Bertrand Pauvert est aussi connu pour un engament politique en tant que coordinateur local de la campagne présidentielle d’Éric Zemmour.

Ce jugement pourrait avoir des conséquences intéressantes pour tous les élèves qui s’estiment victimes de propos sexistes ou à connotation sexuelle de la part de leur professeur. Les victimes de tels propos ne sont pas seulement celles et ceux auxquels le maître de conférences s’est adressé directement. Dans son délibéré, le tribunal a estimé que les propos à caractère sexuels et sexistes ont été tenus à l’égard de l’ensemble des étudiants présents et reçus par chacun à titre personnel, chacun en ayant souffert.

Pour lire l’intégralité de l’article →

Transphobie : lettre ouverte à l’Université Picardie Jules Verne

Academia reproduit une lettre ouverte qui a circulé sur les listes professionnelles de l’Université de Picardie Jules Verne1, suite à la parution d’une tribune, à l’initative de l’Observatoire de la Petite Sirène. Cette publication de cette tribune a délà eu pour conséquence l’officialisation de la démission du Conseil scientifique de l’Observatoire de la Petite Sirène du sociologue Smaïn Laacher, le président du Conseil scientifique de la Dilcrah.

Update 18/7/2022. Nous ajoutons en vert les signatures qui nous parviennent après la date de publication de la tribune

Lettre ouverte aux collègues et au président de l’Université Picardie Julie Verne

C’est avec autant de surprise que d’indignation que nous avons découvert le nom de cinq de nos collègues de l’UPJV parmi les signataires d’une tribune pseudo-scientifique et transphobe publiée par Le Point le 7 juillet : Anna Cognet, Bernard Devauchelle, Céline Masson, Olga Megalakaki et Véronique Quaglino, directrice de l’UFR Sciences Humaines, Sociales et Philosophie. L’UPJV se trouve ainsi être l’université française la plus représentée parmi les signataires. Cette tribune, « Changement de genre des mineurs : l’appel de personnalités aux médias », est publiée à l’initiative de l’« Observatoire de la Petite Sirène », lobby groupusculaire voué à soutenir et diffuser la transphobie la plus crasse sous un douteux vernis scientifique, codirigé par Anna Cognet et Céline Masson, et dont les liens avec l’extrême-droite catholique sont bien établis. Le groupe est aussi lié au collectif « Vigilance Université »2 dont plusieurs membres, comme Gilles Denis ou François Rastier, signent aussi cette tribune. Ce collectif s’est fait connaître ces dernières années par des articles répétés et répétitifs dans Le Point et Marianne sur le spectre d’une pensée « woke », « islamogauchiste » ou d’une « cancel-culture » qui se répandraient dans l’université française, prenant ainsi pour cible la liberté académique en général et les études de genre et postcoloniales en particulier. La même mouvance avait déjà publié une tribune le 9 novembre 2021, dans L’Express, où signaient déjà Bernard Devauchelle, Céline Masson et Anna Cognet, co-directrices de l’Observatoire de la Petite Sirène, sur le même thème que celle publiée par Le Point le 7 Juillet et avec les mêmes «arguments». Il s’agit là d’une stratégie de sape concertée, insistante, où se retrouve la frange la plus réactionnaire de l’Université française, et qui trouve, à notre consternation, une attention apparemment grandissante à l’Université de Picardie.

Université de Picardie Jules Verne. Campus de la Citadelle,

Continuer la lecture

  1. La lettre a été adressée aux UFR de SHS et d’Arts, à la présidence, au Service Santé Universitaire, à tout le CURAPP. []
  2. NDLR: À propos de Vigilances universités, voir sur Academia, le Manifeste des 100. []

Huit questions sur les relations intimes et la séduction entre directeur·rice de thèse et doctorant·e

À l’occasion de la promotion  sur Twitter de l’article deFarah Deruelle,« La sexualité en colloque, une « parenthèse enchantée » ? Violences et rituels professionnels à l’épreuve de l’égalité des carrières scientifiques», paru dans “Dire la sexualité”,  ed. Pierre Brasseur, Milena Jakšić,Cécile Thomé, Terrains & Travaux n°40, (1/ 2022)1, une controverse très vive a conduit plusieurs personnes à s’interroger sur la possibilité et le cadre réglementaire régissant les relations entre directeurices de thèse et doctorant·es, en reconnaissant l’insuffisante formation des encadrant·es. Anne GE nous en propose ci-après une exposition pédagogique et conclut en partageant de précieux recommendations. Nous la remercions. 

  • par Anne GE, doctorante

Ce billet est tiré d’un fil rédigé dans le cadre d’échanges sur Twitter sur les relations amoureuses et sexuelles entre DT et doctorant·e.

Peut-on consentir à une relation avec son ou sa directeur·rice de thèse ?

Oui, dans l’absolu, il est possible de donner un consentement non seulement valide, mais volontaire et enthousiaste, même si vous n’êtes pas dans une position d’égalité (de statut ou de pouvoir) vis-à-vis de votre directeur·rice de thèse.

De la même façon, un·e étudiant·e peut, dans l’absolu, désirer, souhaiter et consentir dans le cadre de relations avec un·e enseignant·e.

Affirmer le contraire par postulat et construire un argumentaire contre ces relations en jetant un soupçon de principe sur la validité du consentement me semble dangereux et paternaliste : cela revient à nier l’importance des choix, des sentiments, des désirs et des décisions des personnes autonomes que sont les doctorant·es et les étudiant·es. Ces choix, ces sentiments, ces désirs, ces décisions comptent et il est important de reconnaître leur valeur.

L’inégalité de la relation entre doctorant·e et directeur·rice soulève-t-elle des problèmes liés au consentement ?

Oui, et ce n’est pas en contradiction avec l’affirmation précédente. Il s’agit d’un contexte dans lequel les violations du consentement sont très fréquentes, sous la forme de viols, d’agressions sexuelles ou de harcèlement sexuel. Ce contexte facilite aussi des formes d’abus qui ne seraient pas nécessairement reconnus comme des délits mais qui limitent la possibilité de choisir et contrôler la relation pour la personne qui a le moins de pouvoir. Par exemple, il est « facile » de se plaindre de harcèlement sexuel si le ou la DT conditionne la poursuite de la direction à une relation sexuelle (au sens où la caractérisation du chantage est très évidente), beaucoup moins facile de se plaindre parce que vous avez l’impression que votre DT vous fait la tête et se conduit très froidement à la suite de vos refus, qu’il se désintéresse de votre travail ou se montre beaucoup plus critique sur sa qualité.

On peut aussi rappeler que le fait qu’une relation soit consentie dans son ensemble ou qu’un·e doctorant·e soit très profondément amoureux·se de sa ou son directeur·rice n’empêche pas, bien au contraire, que des violences surviennent dans cette relation et qu’elles soient facilitées par l’asymétrie existante.

Peut-on interdire des relations entre adultes consentant·es ?

Il faut en fait distinguer deux questions.

https://www.flickr.com/photos/dionhinchcliffe/3021217860/in/photolist-5AYwP7-5AYugU-HpyTm9-5sC4sg-HpyWRW-8asEzY-9aosJy-5sGtp1-ELBUo-ELAVD-ELBSu-NF6Wm-5AUdy2-5AYtq9-spwcPm-8aszKy-gYuA9-n76ku-dZC8Ba-ELBUC-93eb-boAwqU-8apo4e-f1inf-HGnEq-f6Arg-HGsC6-ELBVs-ELBTs-w7ebui-2mWsPzw-2iEEf3J-2mMzXfD-RCKQ1c-AGEMSp-mLSbkF-8riRnm-7zeaif-GNbGx-93ee-6Zupa-5V3LC-4DNT4q-6UtkGg-fcUr79-bSSrGn-bSSu8P-bSSw5P-bDXMg9-vFsphC

Conference. Credit: Dion Hinchcliffe, 2008

Continuer la lecture

  1. Et en particulier, une note 11. []

Harcèlement universitaire : comment être un ou une allié∙e

Deuxième volet de la série d’articles sur le harcèlement universitaire, publiés par Morteza Mahmoudi et ses collègues dans les grandes revues en STEM.

  • par Morteza Mahmoudi, Science, 21 août 2021

Le harcèlement et le harcèlement sexuel sont bien trop fréquents à l’université, et les réactions institutionnelles sont bien souvent inadéquates1 Bien que les enquêtes se préoccupent souvent de ce que les collègues cibles du harcèlement peuvent faire pour se protéger2, il est important de reconnaître que toustes les membres de la communauté scientifique peuvent et doivent s’attaquer au harcèlement universitaire. Si les témoins de harcèlement, les membres de commissions d’enquête, les rédacteurices-en-chef de revues, et autres gardien∙nes de l’institution académique, et toustes les individus à tous les niveaux de la communauté scientifique mettaient à profit leurs connaissances et leur pouvoir pour combattre le harcèlement, nous pouvons créer un environnement scientifique plus sûr et plus policé.

https://www.flickr.com/photos/42868587@N00/26192888756/in/photolist-FUzphh-2ckP8ez-24av2Xu-65CF1i-J5v6J-Gavyks-6BoGRt-28x5ro-7TDqAh-bPcxtT-29ySpsf-6kjeTK-52uLrv-fy8Ek-g11VKj-6buRG3-74raaL-gywA4-fy8Ej-ed5tf-7UpyAW-pXLc1X-65CF9e-7SqjEF-FpVzJ1-n15ccY-4FkDaf-6pt71Y-83772-bRNSye-6hcthm-ajc1gy-opfCy3-ehqjX-9rTFYn-9Lp4ue-bwZqyt-nvgfvc-o5gaLx-7Mnyix-6a6ZLx-n15ocU-4LFLoF-5UazDf-7PuGJQ-65spaU-6CEiZs-86QCzA-21Aki-5xESz1

Adenium Obesum – Desert Rose Flower. Crédit: rpphotos, 2016

Continuer la lecture

  1. Tamar L. Goulet, « Institutions key to inclusion and equity », Science 373, 170 (2021). ; Alexandra Witze, « Astronomers victimized colleagues — and put historic Swedish department in turmoil », Science 595, 15-16 (2021). []
  2. Voir, par ex. Morteza Mahmoudi, « A survivor’s guide to academic bullying » Nat. Hum. Behav. 4, 1091 (2020). []

Violences sexistes et sexuelles : les missions Égalités en souffrance, sur Rapports de force

Après les scandales qui ont éclaté dans les Instituts d’études politiques et d’autres grandes écoles, les établissements du supérieur ont renforcé leurs dispositifs de lutte contre les violences sexistes et sexuelles. Ces derniers se matérialisent le plus souvent par la formation de cellules d’écoute destinées à recueillir les signalements de violences, préalables à l’ouverture d’enquêtes internes. Dans les faits, les chargées de mission et référentes Égalités, personnages centraux de ces dispositifs, ont bien du mal à remplir les tâches auxquelles elles sont affectées.

Extraits. Au tout début, il y a l’excitation de la prise de poste, renforcée par les discours institutionnels promouvant plus que jamais l’égalité, ainsi que la lutte contre toutes les formes de discriminations et de violences : sexistes, sexuelles et racistes. « Quand on parvient à obtenir un poste à temps plein, plutôt bien rémunéré, sur ce sujet, qui plus est à l’université, ça nous met dans une dynamique vraiment positive », se souvient Georgia, recrutée comme chargée de mission Égalités dans une université française. (…) Or, de nombreux témoignages font état d’un rapport difficile entre les victimes et certains membres des services de santé universitaire et révèle que ce fonctionnement tend à médicaliser une question éminemment sociale et politique. Si les établissements de l’enseignement supérieur programment des webinaires et autres sessions de sensibilisation sur la question, les remontées de terrain indiquent que les obligations de formation sont souvent à moitié respectées.

Collages féministes Lyon, sd

Des violences sexistes et sexuelle encore banalisées

Continuer la lecture

Expérience non-binaire. À propos d’un tweet du CNRS

https://twitter.com/INS2I_CNRS/status/1528650863971119104?s=20&t=oMspLNuuHPtPPuyreuICtg

Que peut-on observer quand le CNRS publie sur Twitter le profil d’une nouvelle recrue non-binaire, illustré avec une photo où on peut la voir en robe avec des cheveux multicolores ?

“De mon temps quand on voyait ça on sortait le fusil”.

 “Prions la sainte météorite”.

 “On est dans un episode de South Park. C’est pas possible autrement.”

Une avalanche de commentaires parfois violents à partir d’une photo qui aurait dû rester aussi méconnue que le reste des profils des nouvelles recrues en informatique du CNRS (qui ont quelques retweets dans le meilleur des cas). Mais, par les hasards de l’algorithme, la publication de ce bref profil fut le sujet de milliers de retweets, likes et commentaires. Mon confrère Marc Jahjah ayant tweeté que ces interactions pourraient former un corpus intéressant sur l’analyse de la transphobie, de l’anti-intellectualisme et de la place des scientifiques dans l’espace public, j’ai décidé de jouer le jeu. Voici donc un essai d’analyse à chaud de ce que j’ai pu y voir. Ce texte préliminaire intègre volontairement des éléments qui s’apparentent probablement plus à une volonté de réponse1, mais certaines analyses me semblaient difficiles à effectuer sans donner plus de contexte sur ma situation.

https://www.flickr.com/photos/brokentaco/4490914437/in/photolist-7QR7pg-7UWHnT-NJJJQT-2ibqd5b-QLFpyV-2i9EaYA-QmuwJd-Jyw7tJ-JRa7zc-ZVozLd-TCUXqu-2ii2LGn-2mpVpEg-2bqGzTh-2ibsz3h-2i93Q2G-7SBYUk-5wx88t-2kxCoyG-28wjy9V-dA174n-6C7S53-6BzSc1-5hygTA-7JaQvb-caR8nd-FZHRzJ-8HSUGD-Gg1NE-5i8ZvA-5v4D74-5xP7Hs-6jNe5t-2g9UEPR-QoTV9W-VSk1k9-2crdPJJ-2i8B4Z7-z4FPBH-W6K6rE-VA1GcL-2ibtE2j-25LHU3q-W88QM6-2ibFhu1-2eoRhyZ-z4F67c-bQia26-2ibCWWj-2eAR2SG

Infrared, Colorado Springs. Credit: David, 2010

Diversité et répétition des réactions transphobes

Tout d’abord, on tombe sur un premier groupe assez imposant de messages exprimant une transphobie élémentaire (un éventail de commentaires est présent à la fin de ce texte). Ici, pas question de nuance, le terme du jour est travesti. L’homme en robe qui aime se déguiser en fille, le pervers, le fils de la femme à barbe. La preuve en est quelques poils qui sont visibles en zoomant un peu sur la photo. La biologie est ce qui compte, et elle se limite aux connaissances de lycée sur la drosophile et le XX/XY (les discussions sur la construction sociale du genre ou les complexités de la sexuation n’ayant aucune prise ici).

Continuer la lecture

  1. Répondre directement aurait pu faire empirer la polémique, et je refuse de toute façon d’avoir un compte Twitter (notamment à cause du potentiel de harcèlement). []

Baromètre des violences sexistes et sexuelles dans l’Enseignement supérieur, 1e édition

L’Observatoire lance aujourd’hui une nouvelle enquête : le Baromètre des violences sexistes et sexuelles dans l’Enseignement supérieur. Cette enquête est destinée à toutes les personnes ayant étudié en 2020-2021 ou en 2021-2022 dans un établissement de l’Enseignement supérieur en France. Son objectif est de faire prendre conscience de l’existence de violences sexistes et sexuelles au sein des établissements de l’Enseignement supérieur, trouver des pistes d’amélioration pour mieux lutter contre ces violences et accompagner les victimes et pousser les acteur·rices concerné·es à agir.

Votre réponse est anonyme. Les données seront entièrement anonymisées et feront l’objet, après analyse, d’un rapport détaillé qui sera publié et partagé largement.
N’hésitez pas à diffuser ce questionnaire auprès de vos ami·es, au sein de vos établissements et sur les réseaux sociaux afin de toucher le plus de personnes possible !

IL N’EST PAS NÉCESSAIRE D’AVOIR ÉTÉ VICTIME DE VIOLENCES SEXISTES OU SEXUELLES
POUR PARTICIPER À CETTE ENQUÊTE.

⚠⚠ Trigger Warning : Violences sexistes et sexuelles et LGBTQIA+phobies : Si à la lecture de ce questionnaire vous ressentez un quelconque inconfort ou s’il réveille un traumatisme, n’hésitez pas à vous arrêter. Vous pouvez également mobiliser les ressources situées ici et vous faire accompagner par des professionnel·les de santé.

→ Accédez à l’enquête ←