Charte de l’Association Française d’Études Américaines sur l’éthique, les discriminations et les violences: l’ambition d’une société savante

Charte de l’ASSOCIATION FRANÇAISE D’ÉTUDES AMÉRICAINES sur l’éthique, les discriminations et les violences – Annexe (1) aux statut, adoptée le 28 mai 2021

Préambule

Dans le cadre des valeurs humanistes et de tolérance défendues par l’AFEA, la présente charte entend rappeler à ses membres l’impérieuse nécessité de respecter les principes de dignité et de probité qui constituent le socle fondateur de toute société savante.

Les statuts de l’association définissent comme ses buts premiers d’ »établir des contacts réguliers entre spécialistes d’études nord-américaines (art, politique, histoire, littérature, géographie, sociologie, etc.) de façon à faciliter leur tâche d’enseignant·es et de chercheur·ses », et « de travailler au développement des études nord-américaines » ; à ce titre, l’AFEA souhaite rappeler son attachement à l’éthique à la lutte contre toute forme de discrimination et de rupture d’égalité aux fins que soient garanties les libertés d’opinion, de conscience et de croyance.

Afin de faciliter le travail de ses membres dans un climat collégial et serein, les activités de l’AFEA et de ses membres doivent s’effectuer dans le respect des libertés universitaires qui garantissent à chaque enseignant·e, chercheur·se, et enseignant·e-chercheur·se son indépendance, sa liberté d’information et d’expression à l’égard des problèmes politiques, économiques, sociaux et culturels. L’AFEA entend défendre l’indépendance scientifique de ses membres qui constitue un principe fondamental reconnu par les lois de la République (conformément à la décision du 20 janvier 1984 du Conseil Constitutionnel).

En ce sens, l’Association Française d’Études Américaines, réunie en assemblée générale le 28 mai 2021, réitère sa ferme condamnation de tout manquement à l’éthique, en son sein comme dans les établissements d’enseignement supérieur et de recherche, et ce, qu’ils prennent la forme de violences d’ordre physique, symbolique ou psychologique exercées à l’encontre des étudiant·es comme des enseignant·es, enseignant·es-chercheur·ses, chercheur·ses et autres personnels, ou de fraude.

L’AFEA proclame qu’il est de sa mission de créer et d’entretenir en son sein un climat de confiance, fondé sur le respect des personnes et des droits que la loi leur garantit. Elle reconnaît et affirme que ce climat de confiance est indispensable au bon accomplissement des missions d’enseignement, d’administration et de recherche qui incombent à ses adhérent·es.

Malgré le rôle crucial que jouent la législation française, le règlement interne des organismes d’enseignement supérieur et de recherche ainsi que les usages de la profession dans la prévention et la répression de manquements à l’éthique (règles de mise en retrait temporaire en cas de conflit d’intérêt potentiel appliquées au CNU ou par les comités de sélection), l’AFEA constate néanmoins que ces dispositifs peuvent s’avérer insuffisants.

La loi de 1901 relative aux associations rappelle que toute association « est régie, quant à sa validité, par les principes généraux du droit applicables aux contrats et obligations » (Art. 1), aussi chaque membre de l’AFEA accepte de facto, en devenant membre, les dispositions de la présente charte.

ARTICLE I. Principes fondamentaux

I.1- L’AFEA condamne tout exercice de la violence, quelle que soit la nature des fautes ou manquements commis.

Cette charte s’applique au même titre aux

  • discriminations sous toutes leurs formes : racisme, antisémitisme, xénophobie, discrimination à raison de l’identité de genre (sexisme, transphobie), de l’orientation sexuelle réelle ou supposée (homophobie, biphobie), de l’âge (âgisme), de l’appartenance religieuse, de l’état de santé (capacitisme), du statut économique et social (classisme) ou de l’apparence physique.
  • violences sexuelles (viol, agression sexuelle, harcèlement sexuel) et abus de pouvoir dans le cadre des relations de travail (harcèlement moral). 
Sur ce dernier point, le bureau de l’AFEA rappelle que, en vertu de l’article 222-33 du code pénal, 
 »Le harcèlement sexuel est le fait d’imposer à une personne, de façon répétée, des propos ou comportements à connotation sexuelle ou sexiste qui soit portent atteinte à sa dignité en raison de leur caractère dégradant ou humiliant, soit créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante. […] Est assimilé au harcèlement sexuel le fait, même non répété, d’user de toute forme de pression grave dans le but réel ou apparent d’obtenir un acte de nature sexuelle, que celui-ci soit recherché au profit de l’auteur des faits ou au profit d’un tiers. » 
Conformément à la loi elle-même, de tels agissements sont considérés comme aggravés lorsque les faits sont « commis par une personne qui abuse de l’autorité que lui confèrent ses fonctions » (art. 222-33).

I.2- L’AFEA condamne toute forme de fraude, qu’il s’agisse de :

  • Plagiat dans la production scientifique : ouvrages, articles et communications scientifiques ou de vulgarisation ; exercices universitaires (thèses, mémoires) ;
  • Curriculum vitae frauduleux : mention de diplômes non obtenus ou de concours non réussis, d’articles non publiés ou non adressés pour publication mais 
présentés comme tels,
  • Faux en écriture publique : falsification de documents officiels tels que diplômes ou 
rapports de soutenance.

Débats à la Cour suprême des USA sur le mariage de même sex. Credit: Ted Eytan, 28 avril 2015

ARTICLE II. Engagements 


Continuer la lecture

Soutenir les perspectives décoloniales à Grenoble en juin 2021

En passant

Le Mois Décolonial : en quête de justice sociale et d’émancipation (Grenoble).

Printemps arabes, Black Lives Matter, Me Too, Fridays For Future, la dernière décennie est secouée par une furieuse et réjouissante envie d’en finir avec le mépris. Partout dans le monde, les peuples expriment leur désir d’émancipation, de liberté, de renouveau et d’égalité. Partout, cette énergie stimulante et cette dynamique salutaire sont confrontées aux postures défensives d’une minorité bien assise, arc-boutée sur ses privilèges hérités d’un autre âge.

Pour en apprendre davantage et contribuer financièrement

Gisèle Halimi, là où est son véritable honneur

Gisèle Halimi à la Fête de l’Humanité, 2008. Crédit: toutoune25.

Gisèle Halimi – de son véritable nom Zeiza Taïeb – est née à quelques encablures de Tunis, en 1927, au sein d’une modeste famille juive. Si la mère est admirative de chacun de ses fils, leur témoignant au quotidien tendresse et affection, elle se montre, au contraire, bien plus distante avec sa fille. Disante, car sa fille est une fille. De cet amour inégal où la hiérarchie sociale des sexes, déjà, se donne à voir, la jeune Gisèle garde un profond sentiment d’injustice. Se forge alors en elle, au creux de cet écheveau familial, une disposition contestataire qui ira en s’affirmant. Un jour, Gisèle entamera une grève de la faim pour ne plus avoir à faire le lit de ses frères. Un autre jour, elle refusera d’épouser l’homme avec lequel ses parents espéraient l’unir. Mais l’écheveau qui enserre la jeune fille n’est pas que patriarcal. Il est aussi colonial. Dans la Tunisie dominée, les minorités juives affrontent la montée des fascismes et, là ­encore, la jeune Gisèle est saisie par l’ampleur de l’oppression ­politique à laquelle les plus forts destinent les plus faibles.

La disposition de Gisèle Halimi à la lutte, en quelques années, se transforme alors en un chemin militant et intellectuel marqué par deux combats fondamentaux : au mitan des années 50, l’accès de l’Algérie à l’indépendance à travers la défense du Mouvement national algérien (MNA), du Front de libération ­nationale (FLN) et de l’une de ses illustres membres, Djamila Boupacha, violée et torturée par des soldats de l’armée française ; au début des années 70, la criminalisation du viol ainsi que le droit des femmes à avorter.

Quand décède Gisèle Halimi, le 28 juillet 2020, c’est une voix de femme devenue la voix des opprimé·es, en France et bien au-delà, qui s’éteint. Et le président de la République, Emmanuel ­Macron, de saluer celle qui « s’éleva pour défendre les syndicalistes tunisiens, puis plaida d’une rive à l’autre de la Méditerranée pour l’indépendance de [la Tunisie] et celle de ses voisins, condamnant les exactions commises par la France durant la guerre d’Algérie ». Pétitions, après appels, après propositions, on réclame alors que les cendres de l’avocate soient transférées au Panthéon, aux côtés de cinq femmes – Simone Veil, Germaine Tillion, Marie Curie, Geneviève de Gaulle-Anthonioz et Sophie Berthelot – et de soixante-quinze hommes. Interpellé, Emmanuel Macron ­répond par la positive, annonçant ouvert ledit processus d’hommage par la ­ritualisation funéraire.

Or, il y a quelques jours, un ­article de France Inter révélait qu’Emmanuel Macron projetait d’abandonner la panthéonisation de ­Gisèle Halimi. Continuer la lecture

Le temps est au changement ! Lancement du site Réussite noire

On y trouve notamment des informations pour son livre, Ouvrir la voix. Être Noire à l’université française aujourd’hui (2021), les dernières mises à jour concernant le projet antiraciste ainsi que des nouveaux témoignages qui seront publiés au fur et à mesure.
S’y trouve aussi recensée l’étroite collaboration nouée avec des collègues de Science Po Paris.

Au sujet de la proposition de loi visant à accélérer l’égalité économique et professionnelle: LPR et mécanismes du patriarcat

Le 23 avril 2021, Céline Bessière et Sibylle Gollac ont été auditionnées par la commission des Affaires sociales de l’Assemblée Nationale et Marie-Pierre Rixain,députée de l’Essonne, rapporteure sur la proposition de loi visant à accélérer l’égalité économique et professionnelle. Voici le texte de l’exposé présenté lors de cette audition.

Madame la rapporteure,

Mesdames et Messieurs les député·es,

Tout d’abord, nous vous remercions pour l’intérêt que vous portez à notre travail. Nous sommes heureuses de contribuer aux travaux de l’Assemblée Nationale sur le sujet d’importance que constitue l’égalité économique et professionnelle entre les femmes et les hommes.

Les élu·es ont donc encore besoin de la recherche publique ?

L’expertise que vous sollicitez auprès de nous aujourd’hui est le résultat de vingt années de recherche. Ce travail a débuté bien avant que le constat de l’augmentation des inégalités de patrimoine entre les femmes et les hommes ne soit établi. Les modalités d’accumulation et de transmission des patrimoines familiaux, leurs liens avec l’organisation de la production domestique, n’intéressaient à l’époque qu’une poignée de chercheuses et chercheurs. Nous avons eu la chance de mener notre travail au seul gré de l’évolution de nos questionnements scientifiques. Nous avons eu aussi la chance de collaborer avec des collègues bénéficiant de la même liberté, en coopération et non en compétition. C’est ainsi qu’ont pu être produits les résultats scientifiques que nous mobiliserons ici. Aujourd’hui, avec la mise en œuvre de la loi de programmation de la recherche, cette autonomie scientifique comme nos possibilités de mener des recherches collectives sont plus que jamais mises à mal. Certes, vous trouverez toujours des experts ou des expertes pour vous indiquer où changer une virgule dans tel alinéa de tel article de tel projet de loi. Mais il arrivera un jour où vous ne trouverez plus de chercheur ni de chercheuse pour vous ouvrir les yeux sur des réalités qui vous sont inconnues ou pour changer votre regard sur le monde qui vous entoure.

Pour lire la suite de l’audition

Käthe Leichter. La conscience et la raison

Dr. Käthe Leichter avec ses fils, Franz et Heinz. Crédit: DÖW Dokumentationsarchiv des Österreichischen Widerstandes [Centre de documentation de la résistance autrichienne)

Le coeur a ses raisons que la Raison se doit de reconnaitre. Dans les dernières décennies du XIXe siècle cette affirmation, portée au premier plan par la philosophie de Schopenhauer, se posait en contre-vérité à la pensée néo-kantienne qui dominait et domine encore le scientisme européen : révolte à la fois intellectuelle et éthique contre la stricte séparation du perçu et de l’induction, affirmation du rôle du temporel et du social contre la prétendue pureté de la science. À Vienne cette révolte prend place sous l’égide de Sigmund Freud, Ludwig Boltzmann, Albert Einstein, Ernst Mach, du juriste Hans Kelsen, et d’un marxisme qui se veut plus social que scientifique, préoccupé par la question de l’intégration de la subjectivité humaine à l’être social.

Encore jeune, Käthe Leichter s’était liée d’amitié avec Anna Freud, la fille de Sigmund, qui allait bouleverser la compréhension de l’autonomie psychique des enfants. Après avoir triomphé de la loi qui interdisait aux femmes l’accès à la faculté de sciences politiques, Leichter dut pourtant partir en Allemagne à Heidelberg pour finir son doctorat. Dans les dernières années de la Première Guerre elle rejoignit le mouvement des conseils ouvriers en Autriche.

Interdite de séjour en Allemagne, elle obtint par exception son doctorat avec la plus haute distinction sous la direction de Max Weber, professeur d’économie. Weber lui-même n’était pas en accord avec les jeunes militants dont faisaient partie, entre autre, Leichter et le poète Ernst Toller, mais envers et contre les autorités il fit tout son possible pour les protéger et pour soutenir la pluralité des opinions — la fameuse « neutralité axiologique » pratique. 

Plus tard, Leichter fut invitée par son ancien professeur à Vienne, Carl Grünberg, à enseigner à la prestigieuse École de Francfort, poste qu’elle refusa. Contrairement à la gauche allemande, après la chute de l’Empire les socialistes et les progressistes autrichiens sacrifiaient leurs différends théoriques pour faire avancer l’urbanisme, la santé, l’aide sociale à Vienne, surnommée “Vienne-la-Rouge.” Leichter fut brièvement conseillère d’Otto Bauer, chef de fait du Parti Social-Démocrate Autrichien (SDAP), puis collaboratrice régulière du quotidien du Parti et de son organe théorétique, et enfin Referentin für Frauenarbeit, Kammer für Arbeiter und Angestellte (conseillère pour le travail des femmes à la Chambre du travail et des employés de Vienne). Leichter fut une des premières à initier la psychologie sociale, qui accordait les données subjectives de la psychologie individuelle avec l’empirisme le plus rigoureux quant à la collection des données. Ce système devait aboutir à l’œuvre classique de Marie Jahoda, Paul Lazarsfeld et Hans Zeisel, « Les Chômeurs de Marienthal » [1933], parrainé par la Chambre du travail de Vienne.

C’est pendant ces années de crise que Jahoda, Leichter, Wilhelm Reich et d’autres se concentrent sur le cercle vicieux de la dégradation politique et de la régression psychologique, considérant l’apathie et le désespoir des jeunes et des classes ouvrières comme des manifestations éminemment politiques. À la prise du pouvoir par les Austro-fascistes le 12 février 1934, Leichter entra dans la clandestinité et prit en charge le Revolutionären Sozialisten Österreichs (Conseil d’éducation des Socialistes révolutionnaires). En mai 1938 elle est se livre elle-même à la Gestapo à la suite d’un chantage abject: les Nazis menaçaient sa mère si elle ne se livrait pas. Internée à Ravensbrück, elle discutait souvent avec la résistante Rosa Jochmann de cette décision, tout-à-fait conforme à son sens du devoir. Elle fut exécutée en mars 1942.

L’Histoire n’est pas une science où les actions correctes sont entérinées par les bons résultats. Pourtant le fils ainé, Franz Leichter, est un ancien homme politique à New York, connu pour avoir fait passer la première loi autorisant l’avortement aux USA.

Violences sexistes et sexuelles et déontologie à Sciences po: les rapports et leurs recommandations « ambitieuses »

Les deux groupes de travail consacrés respectivement à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles et à la déontologie au sein de Sciences Po ont remis mardi 4 mai 2021 les conclusions de leurs travaux à l’administratrice provisoire Bénédicte Durand.

Depuis la mise en place de ces deux commissions le 17 février 2021, les présidentes, Danièle Hervieu Léger et Catherine de Salins, ainsi que les différents membres se sont mobilisés avec un engagement remarquable, et en toute indépendance, pour tirer les leçons de la crise traversée par Sciences Po ces derniers mois.

Dans leurs rapports respectifs, les commissions dressent un état des lieux détaillé des dispositifs de déontologie et de lutte contre les violences sexistes et sexuelles au sein de l’établissement, et formulent des recommandations concrètes et ambitieuses afin de renforcer ces dispositifs.

Continuer la lecture

Revue Tracés: « Documenter l’université qui lutte »

Numéro spécial de la revue Tracés. Revue de Sciences humaines (2020 | 2), dédié aux luttes universitaires.

2020 a été une année particulière à bien des égards : le Covid-19, mais aussi la forte mobilisation contre la loi de programmation de la recherche en France, y compris au sein des revues de sciences humaines et sociales qui ont été nombreuses à se positionner en lutte. Tracés, comme d’autres revues, s’est déclarée en grève puis a repris ses activités au cours d’un printemps pas comme les autres… C’est dans ces conditions qu’est adoptée l’idée de chambouler notre calendrier, de changer la thématique prévue pour ce numéro.

Il nous importait de faire un numéro mobilisé qui rende compte de ce qui s’est joué au cours de cette année inhabituelle. Et puisqu’il n’était pas possible dans cette temporalité de fabriquer des articles comme nous le faisions habituellement, l’enjeu est devenu précisément de penser et de faire un pas de côté par rapport à nos manières de faire, et par rapport aux contenus mêmes qui sont les nôtres.

Documenter, c’est faire ce pas de côté aussi comme manière de refuser une course à l’excellence qui nous demande de produire plus et plus vite, et dans un système d’évaluation toujours plus global et complexe. Plus qu’une autocritique, ce numéro suggère de se repositionner au sein d’un processus temporel scientifique dans une nécessaire et salutaire lenteur, et donc de prêter plus d’attention à la matière des sciences humaines et sociales, ainsi qu’à la fabrique de ses écritures.

Le numéro est consultable en ligne en cliquant ici.

Depuis la Suisse: Communiqué de solidarité aux collègues de l’ESR en France

Contre la stigmatisation des sciences humaines et sociales, pour l’indépendance de la recherche !

Face aux attaques du gouvernement français et de la ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Frédérique Vidal dirigées contre la communauté universitaire et en particulier les sciences humaines et sociales, nous, chercheur·e·s des universités suisses, tenons à affirmer notre soutien aux collègues de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR) en France.

Nous condamnons fermement la stigmatisation des recherches en sciences humaines et sociales sur les rapports sociaux de race, l’intersectionnalité ou le postcolonialisme. Les attaques récurrentes du gouvernement français qui s’intensifient depuis octobre 2020 et la volonté exprimée récemment par Frédérique Vidal de mener une enquête sur « l’islamo-gauchisme qui gangrène l’université » remettent non seulement profondément en cause la liberté académique, mais semblent également s’inscrire dans un recul net de la démocratie et des libertés individuelles en France.

Ces remises en cause de l’autonomie de la recherche, qui présentent des similarités glaçantes avec la rhétorique illibérale et les mesures d’intimidation des gouvernements hongrois, turc et indien contre les universitaires de leurs pays, stigmatisent de plus un secteur déjà visé par les politiques néolibérales de privatisation. Elles interviennent en effet dans un contexte de précarisation croissante de l’ESR français avec la loi de programmation de la recherche, couplé à une mauvaise gestion de la crise sanitaire dont pâtissent en premier lieu les étudiant-es, doctorant-es, chercheur-es précarisé-es et l’ensemble du corps enseignant.

Enfin, elles s’inscrivent dans un contexte alarmant de remise en cause des libertés individuelles, marqué par une islamophobie croissante et un racisme anti-Musulmans si décomplexé qu’il peut désormais être déployé sur le mode de l’évidence comme une arme de délégitimation. Nous sommes préoccupé·e·s par la dérive autoritaire du gouvernement et de la classe politique française qui s’attaquent désormais au secteur de la recherche et semblent vouloir instrumentaliser la production scientifique à des fins politiques et idéologiques. Comme celles d’autres disciplines connexes, les recherches académiques en sciences sociales visent à documenter les logiques sociales de discrimination et d’exclusion, non à y participer.

Pour ces raisons, nous, chercheur·e·s des université suisses, soutenons les organisations et institutions universitaires françaises (CNRS, ANCMSP, ASES, et d’autres) qui demandent que soit préservées l’indépendance de la recherche et la liberté académique en France.

*** Signataires ***

Agnès Aubry, Université de Lausanne
Alain Kaufmann, Université de Lausanne
Alain Simon, Association Pouvoir d’agir
Alix Heiniger,Université de Lausanne
Anastasia Koukouna, Université de Lausanne
André Berchtold, Université de Lausanne
Anne-Christine Trémon, Université de Lausanne
Anne-Laure Bertrand, Université de Neuchâtel
Annelise Erismann, Université de Lausanne
Anouk Jasmine Albien, UNIL
Baptiste Dufournet, Université de Lausanne
Barbara Duc, IFFP
Bennani-Chraïbi Mounia, Institut d’études politiques, Université de Lausanne
Bernard Debarbieux, Université de Genève
Bernard Voutat, Université de Lausanne
BOCCO Riccardo, The Graduate Institute, Genève, Suisse
Boris Beaude, UNIL
Bruno Corthésy, chercheur indépendant
Camille Bajeux, Université de Genève
Camille Jaccard, Unil
Carole Christe, Université de Lausanne
Cécile Péchu, Institut d’Etudes Politiques, Université de Lausanne
César Jaquier, Université de Neuchâtel
Charlène Calderaro, Université de Lausanne
Charles-Antoine Courcoux, Université de Lausanne
Christian Staerklé, Université de Lausanne
Christin Achermann, Université de Neuchâtel
Claske Dijkema, Université de Bâle
Claudio Bolzman, HES-SO
Collet Isabelle, UNIGE
Cynthia Kraus , Université de Lausanne, Suisse
Damian Rosset, Université de Neuchâtel
Dana Landau, Universität Basel
David COMTE, Université de Lausanne
Déborah Da Silva, Université de Lausanne
Dr Jeremy Moulard, UNIL
Ehemann, Université de Lausanne (UNIL)
Eléonore Lépinard, Université de Lausanne
Elisabeth Militz, Universität Bern
Ellen Hertz, Université de Neuchâtel, Suisse
Elsa Raynal, Université de Lausanne
Emilie Martini, Université de Lausanne
Emmanuel Charmillot, Université de Neuchâtel
Eva NADA, Université de Genève
Farinaz Fassa, Université de Lausanne
Fautras Mathilde, Université de Fribourg
Felix Bühlmann, Université de Lausanne
Fiona Friedli, Université de Lausanne
Florence Carpentier, Université de Lausanne
Florence Carpentier, Université de Lausanne
François Allisson, Université de Lausanne
François Schoenberger, Université de Lausanne
Françoise Grange Omokaro, IHEID Genève
Françoise Messant-Laurent, Université de Lausanne
Frédérique Leresche, Université de Genève
Garance Clément, Laboratoire de Sociologie Urbaine – EPFL
Gardey Delphine, Université de Genève
Gil Viry, University of Edinburgh, UK
Giraut, Université de Genève
Gottraux Philippe, UNIL-IEP Institut d’études politiques
Graziella Moraes Silva, IHEID
Hagen Steinhauer, Universität Bremen
Ibrahim Soysüren, Université de Neuchâtel
Ilana Eloit, Université de Lausanne, Centre en Études Genre
Irene Maffi, Université de Lausanne
Iris Stricker, Université de Berne
Jackie Vorpe, IFFP
Janick Marina Schaufelbuehl, Université de Lausanne
Janine Dahinden, Université de Neuchâtel
Jérémie Forney, Université de Neuchâtel
Joanna Menet, Université de Neuchâtel
Jobin Raphaël, Université de Lausanne
Johanna Yakoubian, UNIL et UNIGE
Jonas Masdonati, Université de Lausanne
Jonathan Klemp, Université de Lausanne
Karel Héritier, Université de Lausanne
Karin Schwiter, Universität Zürich
Karine Duplan, Université de Genève
Kate Schipper, Université de Lausanne
Kerstin Duemmler , IFFP
Koorosh Massoudi, Université de Lausanne
Kornelia Imesch Oechsin, Université de Lausanne
Kristine Balslev, Université de Genève
Kwaku Adomako, Université de Lausanne
Kwaku Adomako, Université de Lausanne
Laura Nkula-Wenz, Universitaet Basel
Laura Perler, Universität Bern, Universität St.Gallen
Laure Kaeser, Université de Lausanne
Laurence Bachmann, Haute école de travail social, Genève (HES SO)
Lucile Franz, Université de Lausanne
Lucile Maertens, Université de Lausanne
Lucile Quéré, Université de Lausanne
Lysiane Adamini, Université de Lausanne
Maëlys Tirehote-Corbin, Université de Lausanne
Magali Feller, Institut Fédéral des hautes études en formation professonnelle
Marc Perrenoud, Université de Lausanne
Marianne Modak, HES-SO
Marine Kneubühler, Université de Lausanne
Maroua Sbyea, UNIL – CEG
Martina Avanza, Université de Lausanne
Martine Schaer, Université de Neuchâtel, Suisse
Marylène Lieber, Université de Genève
Meier Daniel, Université de Genève
Michael Strebel, Université de Lausanne
Milana Aronov, Université de Lausanne, University of Warwick
Miriam Odoni, Université de Neuchâtel
Muriel Bruttin, Université de Lausanne
Nadia Lamamra, Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle – IFFP
Nelly Valsangiacomo, Université de Lausanne
Nicholas Pohl, Université de Lausanne
Nicolas Bancel, Université de Lausanne
Nils Kapferer, Université de Bâle
Nora Komposch, Institute of Geography, University of Bern
Olivier Ejderyan, ETH Zurich
olivier fillieule, Institut d’Etudes Politiques de Lausanne
Olivier Voirol, Université de Lausanne
Oriane Sarrasin, Université de Lausanne
oscar mazzoleni, université de Lausanne
Pascal Roman, Université de Lausanne
Patricia Roux, Revue Nouvelles Questions Féministes
Philip Balsiger , Université de Neuchâtel
Pierre Eichenberger, UNIL
Prof. Grégoire Mallard, Institut de Hautes Etudes Internationales et du Développement (IHEID), Genève
Prof. Laure KLOETZER, Université de Neuchâtel
Prof. Véronique Mottier, Université de Lausanne
Quentin Tonnerre, Université de Lausanne
Rafaël Lazega, Université de Lausanne, Centre Walras Pareto
Rahel Kunz, Université de Lausanne
René Levy, Université de Lausanne
Rey Séverine, Haute école de santé Vaud HES-SO
Robert Avery, University of Lausanne
Robin Stünzi, Université de Neuchâtel
Roca escoda marta, Université de Lausanne
Romaine Girod, Université de Lausanne
Sabot Cléolia, UNIL – Université de Lausanne
Sandrine Billeau, Université de Genève
Sébastien Chauvin, Université de Lausanne
Silvia Wojczewski, Université de Lausanne
Stefan Manser-Egli, Université de Neuchâtel
Stefan Schlegel, Université de Berne
Stefanie Boulila, Hochschule Luzern
Stéfanie Prezioso, Université de Lausanne
Stephane Rothen, Université de Genève
Stéphanie Ginalski, Institut d’Etudes politiques, Université de Lausanne
Sunčana Laketa, Université de Neuchâtel
Tamara Constantin, Université de Lausanne
Thomas Bouchet, Université de Lausanne
Verschuuren, Université de Lausanne
Vonnard Philippe, Université de Lausanne
Yves von Roten, Université de Lausanne

Pour lire le communiqué en allemand, cliquez ici.

Qui a peur de la non-mixité à l’UNEF et ailleurs ?

Communiqué de la section LDH EHESS, 14 avril 2021

Le 1er avril dernier, le Sénat votait un amendement au projet de la loi confortant le respect des principes de la République (dit « projet de loi contre le séparatisme ») ; il visait à dissoudre toute association qui interdirait « à une personne ou un groupe » de participer à une réunion, « à raison de leur couleur, leur origine ou leur appartenance ou non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion ». Dans le viseur : l’UNEF, coupable d’organiser des groupes de paroles entre racisé.es. Ce n’était nullement un poisson d’avril, mais un déni, voire une méconnaissance de l’histoire et de la mémoire des luttes qui ont jalonné à la fois les revendications pour la mixité et le recours à des espaces non-mixtes permettant aux dominé.es de se ménager un sas de réassurance pour mieux accéder à une parole plus égalitaire dans des groupes mixtes.

La polémique contre l’UNEF a la mémoire courte, qu’on en juge au prisme de l’histoire des femmes en France depuis 50 ans. La République, forte du monopole masculin de l’universel, a longtemps vécu sans le vote et la représentation des femmes, et il a fallu les lois sur la parité des années 2000 pour que l’accès à des postes de représentation au niveau national ne soit plus une exception.

Mais la loi fut aussi le résultat d’une mobilisation autonome des femmes. Les groupes « femmes » dans les syndicats, « le groupe G » au parti socialiste, « les groupes de paroles » au MLF, sont quelques-unes des façons de débattre pour mettre en forme des revendications acceptables dans les groupes mixtes. Dans tous les cas, il fallait arriver en force, c’est-à-dire après des délibérations entre femmes pour que la préséance et la rhétorique masculine bien huilée par des siècles de prises de parole aient quelques chances de baisser la garde.

Continuer la lecture

Travail d’archive (9). « Lettre adressée à mes amis blancs qui ne voient pas où est le problème… » — Virginie Despentes

https://twitter.com/laveritepradama/status/1380475550632927234?s=20

« STOP À L’ACHARNEMENT CONTRE ASSA TRAORÉ. Lundi 12 avril TGI de Paris 10h00 »
@laveritepradama, 9 avril 2021

Le 10 juin, Emmanuel Macron lançait une offensive contre les universitaires accusé·es de « couper la République en deu », chiffon rouge agité après le succès de le rassemblement du 2 juin 2020, organisé à l’initiative du collectif La Vérité pour Adama. Dix mois plus tard, la vague n’a pas tari, pas moins que la détermination d’Assa Traoré et de ses soutiens pour demander vérité et justice pour Adama.

Assa Traoré est convoquée demain, lundi 12 avril à 10h, au Tribunal de grande instance de Paris pour se voir signifier une mise en examen pour avoir désigné nommément les trois hommes qu’elle dit avoir tué son frère Adama Traoré, il n’est inutile de reproduire et d’entendre de nouveau la voix d’Augustin Trapenard lire la lettre d’intérieur de Virginie Despentes écrite le mercredi 3 juin 2020, au lendemain du rassemblement appelé par le collectif La Vérité pour Adama, à Paris, Marseille, Lillet et de nombreuses villes françaises.


Paris, le 3 juin 2020

Lettre adressée à mes amis blancs qui ne voient pas où est le problème.

En France nous ne sommes pas racistes mais je ne me souviens pas avoir jamais vu un homme noir ministre. Pourtant j’ai cinquante ans, j’en ai vu, des gouvernements. En France nous ne sommes pas racistes mais dans la population carcérale les noirs et les arabes sont surreprésentés. En France nous ne sommes pas racistes mais depuis vingt-cinq ans que je publie des livres j’ai répondu une seule fois aux questions d’un journaliste noir. J’ai été photographiée une seule fois par une femme d’origine algérienne. En France nous ne sommes pas racistes mais la dernière fois qu’on a refusé de me servir en terrasse, j’étais avec un arabe. La dernière fois qu’on m’a demandé mes papiers, j’étais avec un arabe. La dernière fois que la personne que j’attendais a failli rater le train parce qu’elle se faisait contrôler par la police dans la gare, elle était noire. En France on n’est pas raciste mais pendant le confinement les mères de famille qu’on a vues se faire taser au motif qu’elles n’avaient pas le petit papier par lequel on s’auto-autorisait à sortir étaient des femmes racisées, dans des quartiers populaires. Les blanches, pendant ce temps, on nous a vues faire du jogging et le marché dans le septième arrondissement. En France on n’est pas raciste mais quand on a annoncé que le taux de mortalité en Seine Saint Denis était de 60 fois supérieur à la moyenne nationale, non seulement on n’en a eu un peu rien à foutre mais on s’est permis de dire entre nous « c’est parce qu’ils se confinent mal ».  C’est en Seine-Saint-Denis qu’il y a le moins de médecins par habitant de tout le territoire. Ils ont pris le RER tous les jours pour que le travail essentiel à notre vie commune continue d’être assuré. Dans le Centre, c’était « garden-party » tous les jours, en poussette, à vélo, en voiture, à pieds… il ne manquait que les trottinettes. Mais il a fallu qu’on commente : « C’est qu’ils se confinent mal »

Continuer la lecture

Violences sexuelles à l’ISBA de Besançon : le directeur de l’établissement est suspendu

Academia vous parlait il y a quelques jours d’une lettre de soutien honteuse au directeur de l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon, sous fond de violences sexistes et sexuelles au sein de l’établissement.

Les conclusions de l’enquête administrative viennent de tomber. Laurent Devèze, directeur de l’établissement, est suspendu pour fautes graves et une commission disciplinaire va être convoquée. En parallèle, une enquête judiciaire est en cours. Nous rappelons ici que l’affaire a commencé suite à des témoignages relayés sur une page Facebook « Balance ton école d’art ».

Nous ne pouvons que nous réjouir de cette décision, premier pas vers la reconnaissance des témoignages des victimes. Un grand BRAVO à elles pour avoir eu le courage de témoigner.

Deux articles de presse pour en savoir plus :

Le point médian m’a tué⋅e : Framasoft met la clef sous la porte

Framasoft a autorisé la republication de cet article, qui donne quelques éléments sur les difficultés techniques et financières qu’a connu l’association depuis quelque temps.

  • 1 avril 2021

La rumeur courait depuis quelque temps et c’est maintenant confirmé : l’association d’éducation populaire Framasoft dépose le bilan. En cause ? L’effondrement catastrophique du montant des dons au cours des derniers mois, effondrement principalement imputable à un curieux symbole typographique.

Cela fait de nombreuses années maintenant que l’on peut trouver des formes de ce que l’on appelle « l’écriture inclusive » dans les communications de Framasoft. La forme la plus visible de cette écriture est le fameux « point médian » qui permet de détailler les genres lorsqu’un mot inclut des personnes indéterminées (et au genre, par conséquent, indéterminé également). Sauf que voilà, ce point médian est loin de faire l’unanimité. Nous avons rencontré Jean-Mi, président des Promoteurs de l’Écriture Non-Inclusive Systématique (PENIS), en croisade contre le point médian depuis 2017.

Continuer la lecture