Harcèlement universitaire : comment être un ou une allié∙e

Deuxième volet de la série d’articles sur le harcèlement universitaire, publiés par Morteza Mahmoudi et ses collègues dans les grandes revues en STEM.

  • par Morteza Mahmoudi, Science, 21 août 2021

Le harcèlement et le harcèlement sexuel sont bien trop fréquents à l’université, et les réactions institutionnelles sont bien souvent inadéquates1 Bien que les enquêtes se préoccupent souvent de ce que les collègues cibles du harcèlement peuvent faire pour se protéger2, il est important de reconnaître que toustes les membres de la communauté scientifique peuvent et doivent s’attaquer au harcèlement universitaire. Si les témoins de harcèlement, les membres de commissions d’enquête, les rédacteurices-en-chef de revues, et autres gardien∙nes de l’institution académique, et toustes les individus à tous les niveaux de la communauté scientifique mettaient à profit leurs connaissances et leur pouvoir pour combattre le harcèlement, nous pouvons créer un environnement scientifique plus sûr et plus policé.

https://www.flickr.com/photos/42868587@N00/26192888756/in/photolist-FUzphh-2ckP8ez-24av2Xu-65CF1i-J5v6J-Gavyks-6BoGRt-28x5ro-7TDqAh-bPcxtT-29ySpsf-6kjeTK-52uLrv-fy8Ek-g11VKj-6buRG3-74raaL-gywA4-fy8Ej-ed5tf-7UpyAW-pXLc1X-65CF9e-7SqjEF-FpVzJ1-n15ccY-4FkDaf-6pt71Y-83772-bRNSye-6hcthm-ajc1gy-opfCy3-ehqjX-9rTFYn-9Lp4ue-bwZqyt-nvgfvc-o5gaLx-7Mnyix-6a6ZLx-n15ocU-4LFLoF-5UazDf-7PuGJQ-65spaU-6CEiZs-86QCzA-21Aki-5xESz1

Adenium Obesum – Desert Rose Flower. Crédit: rpphotos, 2016

Continuer la lecture

  1. Tamar L. Goulet, « Institutions key to inclusion and equity », Science 373, 170 (2021). ; Alexandra Witze, « Astronomers victimized colleagues — and put historic Swedish department in turmoil », Science 595, 15-16 (2021). []
  2. Voir, par ex. Morteza Mahmoudi, « A survivor’s guide to academic bullying » Nat. Hum. Behav. 4, 1091 (2020). []

Violences sexistes et sexuelles : les missions Égalités en souffrance, sur Rapports de force

Après les scandales qui ont éclaté dans les Instituts d’études politiques et d’autres grandes écoles, les établissements du supérieur ont renforcé leurs dispositifs de lutte contre les violences sexistes et sexuelles. Ces derniers se matérialisent le plus souvent par la formation de cellules d’écoute destinées à recueillir les signalements de violences, préalables à l’ouverture d’enquêtes internes. Dans les faits, les chargées de mission et référentes Égalités, personnages centraux de ces dispositifs, ont bien du mal à remplir les tâches auxquelles elles sont affectées.

Extraits. Au tout début, il y a l’excitation de la prise de poste, renforcée par les discours institutionnels promouvant plus que jamais l’égalité, ainsi que la lutte contre toutes les formes de discriminations et de violences : sexistes, sexuelles et racistes. « Quand on parvient à obtenir un poste à temps plein, plutôt bien rémunéré, sur ce sujet, qui plus est à l’université, ça nous met dans une dynamique vraiment positive », se souvient Georgia, recrutée comme chargée de mission Égalités dans une université française. (…) Or, de nombreux témoignages font état d’un rapport difficile entre les victimes et certains membres des services de santé universitaire et révèle que ce fonctionnement tend à médicaliser une question éminemment sociale et politique. Si les établissements de l’enseignement supérieur programment des webinaires et autres sessions de sensibilisation sur la question, les remontées de terrain indiquent que les obligations de formation sont souvent à moitié respectées.

Collages féministes Lyon, sd

Des violences sexistes et sexuelle encore banalisées

Continuer la lecture

Expérience non-binaire. À propos d’un tweet du CNRS

https://twitter.com/INS2I_CNRS/status/1528650863971119104?s=20&t=oMspLNuuHPtPPuyreuICtg

Que peut-on observer quand le CNRS publie sur Twitter le profil d’une nouvelle recrue non-binaire, illustré avec une photo où on peut la voir en robe avec des cheveux multicolores ?

“De mon temps quand on voyait ça on sortait le fusil”.

 “Prions la sainte météorite”.

 “On est dans un episode de South Park. C’est pas possible autrement.”

Une avalanche de commentaires parfois violents à partir d’une photo qui aurait dû rester aussi méconnue que le reste des profils des nouvelles recrues en informatique du CNRS (qui ont quelques retweets dans le meilleur des cas). Mais, par les hasards de l’algorithme, la publication de ce bref profil fut le sujet de milliers de retweets, likes et commentaires. Mon confrère Marc Jahjah ayant tweeté que ces interactions pourraient former un corpus intéressant sur l’analyse de la transphobie, de l’anti-intellectualisme et de la place des scientifiques dans l’espace public, j’ai décidé de jouer le jeu. Voici donc un essai d’analyse à chaud de ce que j’ai pu y voir. Ce texte préliminaire intègre volontairement des éléments qui s’apparentent probablement plus à une volonté de réponse1, mais certaines analyses me semblaient difficiles à effectuer sans donner plus de contexte sur ma situation.

https://www.flickr.com/photos/brokentaco/4490914437/in/photolist-7QR7pg-7UWHnT-NJJJQT-2ibqd5b-QLFpyV-2i9EaYA-QmuwJd-Jyw7tJ-JRa7zc-ZVozLd-TCUXqu-2ii2LGn-2mpVpEg-2bqGzTh-2ibsz3h-2i93Q2G-7SBYUk-5wx88t-2kxCoyG-28wjy9V-dA174n-6C7S53-6BzSc1-5hygTA-7JaQvb-caR8nd-FZHRzJ-8HSUGD-Gg1NE-5i8ZvA-5v4D74-5xP7Hs-6jNe5t-2g9UEPR-QoTV9W-VSk1k9-2crdPJJ-2i8B4Z7-z4FPBH-W6K6rE-VA1GcL-2ibtE2j-25LHU3q-W88QM6-2ibFhu1-2eoRhyZ-z4F67c-bQia26-2ibCWWj-2eAR2SG

Infrared, Colorado Springs. Credit: David, 2010

Diversité et répétition des réactions transphobes

Tout d’abord, on tombe sur un premier groupe assez imposant de messages exprimant une transphobie élémentaire (un éventail de commentaires est présent à la fin de ce texte). Ici, pas question de nuance, le terme du jour est travesti. L’homme en robe qui aime se déguiser en fille, le pervers, le fils de la femme à barbe. La preuve en est quelques poils qui sont visibles en zoomant un peu sur la photo. La biologie est ce qui compte, et elle se limite aux connaissances de lycée sur la drosophile et le XX/XY (les discussions sur la construction sociale du genre ou les complexités de la sexuation n’ayant aucune prise ici).

Continuer la lecture

  1. Répondre directement aurait pu faire empirer la polémique, et je refuse de toute façon d’avoir un compte Twitter (notamment à cause du potentiel de harcèlement). []

Baromètre des violences sexistes et sexuelles dans l’Enseignement supérieur, 1e édition

L’Observatoire lance aujourd’hui une nouvelle enquête : le Baromètre des violences sexistes et sexuelles dans l’Enseignement supérieur. Cette enquête est destinée à toutes les personnes ayant étudié en 2020-2021 ou en 2021-2022 dans un établissement de l’Enseignement supérieur en France. Son objectif est de faire prendre conscience de l’existence de violences sexistes et sexuelles au sein des établissements de l’Enseignement supérieur, trouver des pistes d’amélioration pour mieux lutter contre ces violences et accompagner les victimes et pousser les acteur·rices concerné·es à agir.

Votre réponse est anonyme. Les données seront entièrement anonymisées et feront l’objet, après analyse, d’un rapport détaillé qui sera publié et partagé largement.
N’hésitez pas à diffuser ce questionnaire auprès de vos ami·es, au sein de vos établissements et sur les réseaux sociaux afin de toucher le plus de personnes possible !

IL N’EST PAS NÉCESSAIRE D’AVOIR ÉTÉ VICTIME DE VIOLENCES SEXISTES OU SEXUELLES
POUR PARTICIPER À CETTE ENQUÊTE.

⚠⚠ Trigger Warning : Violences sexistes et sexuelles et LGBTQIA+phobies : Si à la lecture de ce questionnaire vous ressentez un quelconque inconfort ou s’il réveille un traumatisme, n’hésitez pas à vous arrêter. Vous pouvez également mobiliser les ressources situées ici et vous faire accompagner par des professionnel·les de santé.

→ Accédez à l’enquête ←

« Parité, j’écris ton nombre » : 1 femme vaut 0,9 homme au Ministère de l’écologie

Au Journal officiel du jour est paru l’arrêté suivant qui nous donne la composition de la commission administrative paritaire compétente au Ministère chargé du réchauffement climatique – pardon, de la transition écologique.

Quelle suprise de découvrir nous seulement la composition statutaire, mais aussi l’idée assez particulière que ledit ministère se fait de la parité, soit de l’égalité entre les hommes et les femmes.

Comment, en effet, compte tenu d’une commission composée de 8 personnes, 4 titulaires et 4 suppléant·es, parvenir aux ratios indiqués ? Soit une composition de 2.6848 femmes et de 5.3152 hommes,à  charge à eux et elles de se répartir des fractions non entières comme iels souhaitent se définir ? 

Ou alors, en comptant qu’une femme représente 0,9 homme, on parvient à peu près au sex ratio indiqué. Tout est en ordre

« Dépasser les polémiques militantes »… pour mieux retomber dans l’idéologie À propos d’un « débat » sur la transidentité

Le réseau ESPAS, GHU-Sainte-Anne psychiatrie & neurosciences et la Société internationale d’histoire de la psychiatrie et de la psychanalyse ont annoncé la tenue le 20 mai 2022 d’un débat sur « la transidentité, histoire, clinique, éthique », animé par Serge Hefez et Elisabeth Roudinesco. Que la SIHPP et sa présidente Madame Roudinesco, psychanalyste et essayiste, organisent ce débat n’est pas étonnant. La participation de plus en plus réduite de psychanalystes aux protocoles pluridisciplinaires de soins prenant en charge les transitions de la partie des personnes trans passant par ces protocoles hospitaliers plutôt que par le secteur libéral, réduction qui s’est confirmée à l’échelle internationale au cours du XXe siècle et a aussi, quoique plus tardivement que dans d’autres pays, touché la France, si elle a été accueillie avec un enthousiasme et soulagement explicites par la majorité de la patientèle trans, a occasionné des plaintes de la part de plusieurs psychanalystes, probablement soucieuses et soucieux de voir un secteur de soin de plus en plus échapper à leur corporation.

Plus surprenantes sont l’organisation et la participation à cet événement de la part d’un certain nombre de praticien∙nes de santé suivant des personnes trans dans les protocoles hospitaliers ou le secteur libéral : Messieurs et Mesdames Serge Hefez, coorganisateur, David Cohen, Agnès Condat, Jean Chambry et Patrick Landman. On s’étonne en effet de ce que ces soignant∙es au contact de la transidentité acceptent comme interlocutrice Mme Roudinesco, qui n’est nullement spécialiste de la transidentité, et dont la seule réputation à ce sujet provient d’une sortie médiatique ordurière invoquant une « épidémie de transgenres », allégation qu’un certain nombre de soignant∙es ont d’ores et déjà réfuté dans un récent article1.

Pinel, médecin en chef de la Salpêtrière, délivrant les aliénés de leurs chaînes , huile sur toile par Tony Robert-Fleury, 1876. Wikicommons

Il semble que l’acceptation d’un tel débat relève d’un pari de bonne foi : celui que Mme Roudinesco, et sans-doute avec elle les autres psychanalystes et essayistes divers qui inondent depuis quelques années les librairies de pamphlets transphobes dépourvus de travail scientifique sur leur objet, sont simplement ignorant∙es, et le pari que des soignant∙es, en témoignant « enfin » (pour citer l’argumentaire du débat) de leur pratique clinique auprès des personnes trans, apaiseraient les craintes exprimées par Mme Roudinesco.

Un tel pari est compréhensible et bien intentionné, de la part de ces soignant∙es. Il est malheureusement affecté de naïveté et d’une erreur.

NaÏveté ou erreur ?

La naïveté consiste à croire que l’inquiétude exprimée par Mme Roudinesco, comme par d’autres intellectuel∙les, relève d’une position rationnelle, prête à entendre des raisons adverses et à changer en fonction de celles-ci. Ce n’est hélas pas le cas. Les réactions et propos virulents représentés par Mme Roudinesco ne relèvent pas de la crainte mais de l’hostilité envers les personnes trans, et ne relèvent pas de l’ignorance mais du préjugé envers la transidentité. Une telle position militante contre la transidentité ne cherche pas le débat et n’évoluera pas par lui. ∙elle cherche à s’imposer pour des raisons politiques et à peser sur le soin apporté aux personnes trans, dans le but de restreindre les transitions.

Continuer la lecture

  1. Rozenn Le Carboulec, « Comment les mineurs trans sont pris en charge : face à la désinformation, des médecins racontent », Mediapart, 4 avril 2022. []

Polytechnique ou le pouvoir… masculin

En passant

À Polytechnique, des violences sexuelles révélées par une enquête interne, par Jessica Gourdon et Marine Miller, Le Monde, 11 avril 2022

Extraits.

Après Supelec en septembre 2021, qui déclarait une centaine d’agression sexuelle, voici une enquête interne de l’École Polytechnique, qui, accessible aux femmes depuis 1972, accueille toujours 83% d’hommes.À comparer avec les 72% d’hommes pour l’ensemble des écoles d’ingénieurses.

L’enquête, conduite auprès de 2 100 par une questionnaire envoyé à 3 400 jeunes entrés à l’école entre 2018 et 2021, tous cursus confondus, présentée en mars 2022, rélève l’ampleur des violences sexistes et sexuelles au sein de l’établissement, dont onze viols ou tentatives de viols.

Ainsi, 23 % des interrogées disent avoir été victimes d’une agression sexuelle pendant leur scolarité à Polytechnique : sans leur consentement, on leur a touché les seins, les fesses, on s’est frotté à elles ou on les a embrassées ; 11 % des femmes ayant répondu à l’enquête affirment avoir reçu des propositions sexuelles insistantes « malgré leur refus ». Trois jeunes disent avoir été droguées à leur insu pendant une fête étudiante. Et onze personnes (dont dix femmes) affirment avoir été victimes d’une tentative de viol ou d’un viol durant leur scolarité à l’X.

Campus de l’École polytechnique . Crédit: École polytechnique – J.Barande, 2020

Continuer la lecture

Islamophobie et discriminations à l’université : enquête de l’association Étudiants musulmans de France

Pour répondre à l’enquête, c’est ici

Contact EMF: https://www.emf-asso.fr/

Comment le harcèlement est devenu un instrument pour faire carrière

Academia poursuit sa série de publications et de traductions de texte importants touchant au harcèlement et au harcèlement sexuel et le plagiat qui touchent de nombreuses victimes dans le monde universitaire, et de la réponse qui est faite par les institutions. Cette série s’inscrit dans une série de prises de positions qu’on trouve à toutes les échelles, au sein de universités, comme dans la correspondance de revues scientifiques prestigieuses (Science, Nature, Human Geography) . Dans ce texte, paru dans Nature Human Behavior, les auteurices s’appuient sur des rapports et des recherches en ressources humaines pour décrire un comportement de pouvoir universitaire et appeler à un changement politique. Iels s’appuyent sur un collectif Academic Parity, que nous présentons à la fin du texte. Nous remercions les Susanne Tauber et Morteza Mahmoudi de nous avoir autorisé à traduire leur lettre.

À l’attention de l’éditeur — Parmi les récents scandales de harcèlement et de harcèlement sexuel dans le milieu universitaire qui ont fait l’objet d’une singulière médiatisation3 nombre d’entre eux ont impliqué des responsables considérés comme des « stars » universitaires dont les antécédents de harcèlement étaient connus et qui, pendant des années, avaient accumulé de multiples dépôts de plaintes4. Les gens pensent souvent que ces chercheurs sont des harceleurs en dépit du fait qu’ils soient des « stars » universitaires. On attribue leurs comportements inappropriés à un découplage malheureux entre le fait d’être un bon chercheur et celui d’être quelqu’un de correct. Pourtant, les personnes qui ont fait l’expérience du harcèlement décrivent souvent des régularités qui incitent à donner une explication bien différente : harceler représente un moyen pour les chercheurs médiocres de parvenir au sommet. Certaines « stars » universitaires ont atteint leur position parce qu’ils sont des harceleurs, et non pas en dépit du fait qu’ils le soient.

Il y a de multiples façons liées entre elles par lesquelles le harcèlement peut représenter un moyen de faire progresser sa propre carrière et ses intérêts dans le milieu universitaire. Les comportements harceleurs— abus de pouvoir, harcèlement moral et dévalorisation des succès d’autrui — sabotent la carrière de leurs cibles, éliminant de fait la concurrence dans le champ universitaire. Une fois qu’ils ont gagné le haut de l’échelle, les universitaires peuvent adopter les mêmes stratégies pour promouvoir leurs « protégés », et devenir ainsi intouchables.

https://www.flickr.com/photos/quinndombrowski/3976998738/in/photolist-74raaL-gywA4-fy8Ej-28x5ro-ed5tf-7UpyAW-pXLc1X-65CF9e-n15ccY-4FkDaf-6pt71Y-83772-bRNSye-7SqjEF-6hcthm-ajc1gy-opfCy3-ehqjX-9rTFYn-9Lp4ue-bwZqyt-nvgfvc-o5gaLx-FpVzJ1-7Mnyix-6a6ZLx-n15ocU-4LFLoF-5UazDf-7PuGJQ-6CEiZs-65spaU-86QCzA-bXE2Kf-7pJr7-ojHWeb-5ZfPvh-6fHrdi-o29mo2-4gxabf-bXE1m1-9TKcD3-7QKHhD-e2Mt31-4CufSy-4pzraL-4AopCp-74nwX2-4qm8YX-21Aki

Fleur du désert. Crédit: Quinn Dombrowski, 2008

Continuer la lecture

  1. Department of Human Resource, Organizational Behavior, University of Groningen, the Netherlands. email: s.tauber@rug.nl []
  2. Department of Radiology and Precision Health Program, Michigan State University, East Lansing, MI, USA. email: mahmou22@msu.edu []
  3. NdT: nous avons choisi de traduire bullying par harcèlement qui inclut des dimensions de violence physique ici, harassment par harcèlement sexuel, mobbing par harcèlement moral. []
  4. Tamar L. Goulet, « Institutions key to inclusion and equity », Science 373 (2021), p. 170-171. DOI: 10.1126/science.abj8196. []