Soutenons Dr. Timmit Gebru #supportTimnit #BelieveBlackWomen

« Standing with Dr.Timnit Gebru #IsupportTimnit # BelieveBlackWomen, de Google Walk Out For Real Change, 4 décembre 2020. Traduction de Zoé Belleface

Nous, soussigné·es, nous déclarons solidaires du Dr Timnit Gebru, licenciée de son emploi de chercheuse scientifique et co-responsable de l’équipe d « ‘éthique en intelligence artificielle(IA) » chez Google, à la suite d’une procédure inouïe de censure de recherche scientifique. Nous demandons à Google Research à renforcer son soutien à l’intégrité de la recherche et à s’engager sans équivoque à soutenir les travaux de recherche qui respectent les engagements pris dans les principes d’IA de Google.

Jusqu’au 2 décembre 2020, le Dr Gebru était l’une des rares femmes noires à travailler dans la recherche au sein de l’entreprise, qui s’enorgueillit d’un score lamentable de 1,6% de femmes « noires » sur l’ensemble de ses employés. Ses réalisations en matière de recherche sont considérables ; elles ont eu un profond impact tant dans le domaine scientifique que sur les politiques publiques. Le Dr Gebru est une femme scientifique aux travaux originaux, qui ont contribué à  une IA juste et responsable et de créer, pour l’IA, espace de recherche accueillant et diversifié.

Plutôt que d’être considérée à sa juste valeur par Google pour ses contributions exceptionnellement talentueuses et prolifiques, Dr Gebru a dû subir méfiance, racisme, au « gaslighting »,censure, et désormais un licenciement punitif. Dans un courriel adressé à l’équipe du Dr Gebru le soir du 2 décembre 2020, les dirigeants de Google ont affirmé qu’elle avait choisi de démissionner. C’est faux. Dans leur correspondance directe avec le Dr Gebru, ces cadres l’ont informée que son licenciement était immédiat, prenant comme prétexte un courriel qu’elle avait envoyé à une liste de diffusion interne de Google Brain (« Women and Allies » ou « Diversity and Inclusion »).

Le contenu de ce courriel à toute son importance. Dr Gebru s’y exprimait justement contre la censure de ses recherches (et de celles de ses collègues), qui visent à examiner les implications environnementales et éthiques des modèles linguistiques d’IA à grande échelle (LLM), utilisés dans de nombreux produits Google. Dr Gebru et ses collègues ont travaillé pendant des mois sur un article en vue de sa présentation lors d’une conférence universitaire. Fin novembre, cinq semaines après l’évaluation et l’approbation pour publication de l’article selon les procédures standard, la direction de Google a pris la décision de le censurer, sans motif, ni préavis. Le Dr Gebru leur a demandé de justifier cette décision, et d’en tirer les conséquences, en précisant leur prise de position pour le moins mesurée sur discrimination et harcèlement dans l’espace de travail. Ce licenciement représente un acte de représailles contre le Dr Gebru et constitue une véritable menace pour les personnes œuvrant pour une IA éthique et juste — en particulier les « Noirs » et les « personnes de couleur » (« Black people and People of Colour ») — au sein de Google.

Continuer la lecture

Instituer la domination : ce que l’on apprend (aussi) à l’École polytechnique

Le texte qui va suivre est parvenu à la rédaction d’Academia par un ancien élève de l’École polytechnique au cours de la première décennie du vingtième-et-unième siècle.

  • par un ancien élève de l’École polytechnique, entre 2000 et 2010
Ces jours-ci, Twitter a recueilli des témoignages d’anciens étudiants de classes préparatoires (@e03fx, @BrKloeckner, @Celine_at_Paris entre autres), tout particulièrement relativement au sexisme dans ces classes. Dans ce contexte, j’ai été amené à raconter pour la première fois à une observatrice extérieure quelques jours, qui me parurent à l’époque anodins, lors de mon intégration à l’École polytechnique. Ceux-là même qui sont immergés dans des rapports sociaux peuvent être les derniers à en percevoir la signification, et la violence le cas échéant. Ses remarques m’ont fait prendre conscience de ce qui se joue en quelques jours, quelques heures même, et de ce que l’on peut apprendre (aussi) à l’École polytechnique.
 
J’ai choisi de ne pas censurer ce texte. Il contient donc des propos vulgaires et sexistes.
Le vendredi après-midi de la première semaine de ma promotion à l’École polytechnique, celle-ci fut rassemblée par les élèves des promotions supérieures responsables de notre intégration sur la Cour dite d’Honneur du campus. Ils nous enseignèrent ce qui devait devenir notre slogan de promotion. Si quelqu’un criait à la cantonade « C’est la fin du monde », nous devions répondre « Enculez-vous ». Il  y eut quelques répétitions et quelques exercices, afin que le message soit bien intégré. Ce soir-là, il y eut la première soirée de notre promotion au bar du campus. Pour la première fois de ma vie, mais pas pour la dernière, j’ai vu un groupe de jeunes hommes former un cercle autour d’une jeune femme, et littéralement faire la queue pour s’adresser à elle (rappelons ici que l’École polytechnique intègre entre 15 et 20 pour cent d’étudiantes dans ses promotions – 18% pour la mienne).
 
Le lendemain était la journée de bizutage. Quelques mois auparavant, une affaire tragique avait attiré l’attention sur les dangers de cette pratique, et il nous fut clairement expliqué qu’il n’y aurait aucune contrainte, aucun acte dégradant : cette journée ne devait être et ne serait que l’occasion de nous amuser et de faire connaissance. Divisée en sections de 30, notre promotion partit donc pour Paris avec des « missions » à remplir. La première que ma section accomplit fut de démonter un panneau de circulation, ce qui nous valut une interpellation par la police. Nos camarades des promotions supérieures organisant la journée rappliquèrent en quatrième vitesse et ils parlementèrent avec les policiers pendant que nous remontions (avec succès) le panneau. Les policiers nous adressèrent une dernière admonestation, reprise par nos camarades, puis s’en allèrent (l’usage de la comparution immédiate et du LBD fut très modéré pendant tout l’échange, je rassure les lecteurs). Dès que les policiers eurent le dos tournés, nos camarades nous félicitèrent pour cette action « géniale et parfaite » et nous assurèrent que la remontée du panneau (qui avait nécessité une pyramide humaine et qu’ils avaient filmée) serait diffusée dans le film de la journée, le soir-même. Profitant de la présence des caméras de l’École, une camarade de promotion suggéra que nous fassions un strip-tease dans une rue piétonne du 5ème arrondissement pour le bénéfice des clients d’un café en terrasse, et en échange de tasses à café : ramener des tasses à café pour le café de l’école était une des missions que nous avions reçues. Aussi dit, aussitôt fait. Cinq ou six d’entre nous — deux étudiantes et trois ou quatre étudiants — accomplirent ce strip-tease en pleine rue (je crois que je n’en faisais pas partie, il me semble que j’en aurais gardé un souvenir). Les cameramans qui nous suivaient depuis l’affaire du panneau filmèrent le strip-tease puis s’éclipsèrent : une autre section avait eu l’idée d’envahir le boulevard Saint-Michel et de le transformer en cours de tennis, il fallait au plus vite qu’ils aillent filmer la scène.

Fresques d’« Absolut Vodkès » et « World Wide Kès » sur le pavillon Foch. Crédit: Collections École Polytechnique / Jérémy Barande – CC-BY

Incompréhensible licenciement d’une chargée de recherche à l’INRAE

Pétition

Une jeune chargée de recherche recrutée sur un poste de travailleur en situation de handicap vient d’être licenciée pour insuffisance professionnelle à l’issue de sa première année dans notre institut. Après enquête approfondie, entretiens et débat contradictoire, la Commission Administrative Paritaire des Chargé·es de Recherche (composée en nombre égal de représentants élus par le personnel et nommés par l’administration) a voté à la majorité contre ce licenciement en recommandant une nouvelle année probatoire dans une autre unité. La direction générale n’a pas tenu compte de ce vote, créant ainsi un précédent inacceptable. La possibilité d’une prolongation de période probatoire n’a pas été accordée à cette chercheuse alors même que les conditions de travail ne lui permettaient pas de faire preuve de ses compétences et de son intégration.

  • Le projet de recherche sur lequel elle avait été recrutée a dû être réorienté suite à une perte de financement intervenue juste avant la prise de fonction, et sans définition claire des nouvelles missions. Après un bilan tout à fait satisfaisant à 3 mois, un ensemble de reproches lui sont brutalement signifiés lors de l’entretien de mi-parcours retardé à 9 mois, soit deux mois avant l’entretien de fin d’année probatoire, un délai insuffisant pour répondre aux attentes.
  • Les aménagements de poste préconisés dès le recrutement ont été mis en place très tardivement. Cette situation a été aggravée par un accident de travail survenu au 5ème mois, contraignant la chercheuse à un télétravail prolongé qui a compliqué son intégration dans le collectif. Les difficultés à mettre en place les aménagements ont généré de nombreuses démarches administratives, chronophages et éprouvantes pour la chercheuse tout en impactant son collectif. Ces retards constituent une défaillance de l’institut (voir Encart 1).
  • L’évaluation des compétences de cette chercheuse est en décalage avec son dossier scientifique, aussi bien pour cette année probatoire (dépôt d’un projet de recherche, premiers résultats ayant conduit à une communication orale dans une conférence internationale 9 mois après son recrutement) que pour sa carrière antérieure, comme en attestent sa liste de publications et des lettres de recommandation de l’ensemble de ses anciens collectifs de travail.

Les élus des personnels ont multiplié les démarches pour faire entendre leur analyse de la situation et alerter la Direction Générale, sans être entendus.

La chercheuse demande l’annulation de son licenciement et la possibilité de faire ses preuves dans un nouveau collectif, par un recours gracieux.

Continuer la lecture

Après la LPPR, voici la LRPR : les universités sont-elles antirépublicaines ?

Vous aviez aimé l’amendement de Laure Darcos subordonnant les libertés académiques aux « valeurs de la République », lors des débats sur la loi de programmation de la recherche (LPR) ? Alors vous adorerez le projet de loi « confortant le respect des principes républicains » (LRPR).

Ce lundi 18 janvier 2021 à 17h, à l’Assemblée nationale, la « Commission spéciale chargée d’examiner le projet de loi confortant le respect des principes républicains » commence, en effet, l’examen de ce texte et des 1721 amendements qui ont d’ores et déjà été déposés.

Nombre des dispositions de ce projet de loi sont gravissimes, mais il est difficile d’en résumer la teneur en quelques mots, tant c’est un grand fourre-tout articulé autour de l’idée d’une lutte finale, qui serait actuellement en cours, entre la République, d’un côté, et « l’idéologie séparatiste », de l’autre côté.

« Un entrisme communautariste, insidieux mais puissant, gangrène lentement les fondements de notre société dans certains territoires », explique ainsi l’exposé des motifs de la loi, si bien qu’« il faut regarder les choses en face : la République n’a pas suffisamment de moyens d’agir contre ceux qui veulent la déstabiliser », alors qu’au contraire, « la République demande une adhésion de tous les citoyens qui en composent le corps ».

Clairement, devant l’ampleur de ce projet de loi, il est au-dessus des forces de la rédaction d’Academia d’assurer un suivi du travail parlementaire à venir du type de celui qu’elle a assuré pour la LPR. C’est pourquoi nous nous concentrerons, dans les semaines à venir, sur les seuls points qui concernent directement l’enseignement supérieur et la recherche. Mais même en nous en tenant à cela, il y aura de quoi faire : nous sommes plus qu’inquiets car les mois passés ont montré la propagation accélérée, dans les cercles de pouvoir, de la conviction de « dérives intellectuelles idéologiques » dans l’université et la recherche, qui produiraient non plus un « savoir », mais une « propagande » venant de l’étranger – allez… –, prenant les noms d’« indigénisme », de « décolonialisme » ou d’« intersectionnalité », et qui participerait, elle aussi, de cette étrange « idéologie séparatiste », dont « l’islamisme radical » ne serait donc qu’une des composantes. Inutile de préciser que Marion Maréchal jubile de voir ses idées ainsi reprises, et elle ne s’en cache d’ailleurs pas:

« en France, le combat a été gagné », fanfaronnait-t-elle il y a quelques semaines dans la presse

Les semaines à venir risquent donc d’être rudes. L’objectif des lignes qui suivent est de faire un premier point sur ce qui concerne l’ESR dans ce projet de loi, à la veille de son examen en commission.

Alain Bachellier, « Cruas », 2006

Qui pousse pour intégrer l’ESR au projet de loi confortant le respect des principes républicains ?

Depuis plusieurs semaines, Academia perçoit l’écho d’une importante lutte d’influence pour intégrer ou, au contraire, sortir l’enseignement supérieur et la recherche du champ du projet de loi confortant le respect des principes républicains. De manière encourageante, cependant, le gouvernement – peut-être échaudé par la contestation contre la loi Recherche qui battait alors son plein – décida en novembre dernier de maintenir, au moins provisoirement, l’ESR hors du texte alors en préparation, et c’est pourquoi le projet de loi examiné en conseil des ministres le 9 décembre dernier n’en soufflait mot.

Nous appréhendions néanmoins l’audition à l’Assemblée nationale, le 17 décembre, du ministre Blanquer.  À’évidence, celui-ci reçut consigne de ne pas remettre de l’huile sur le feu après ses propos de fin octobre sur « les complicités intellectuelles du terrorisme« . Plusieurs député·es des Républicains et de la majorité eurent beau lui tendre des perches, comme le député Ravier qui déplora qu’« il y manque [dans le projet de loi] des mesures sur l’université, alors qu’il s’agit d’un foyer potentiel de recrutement de terroristes ou de séparatisme », Blanquer resta de marbre. Et Vidal ne fut pas même auditionnée alors que tout le ban et l’arrière-ban du gouvernement l’étaient.

Évidemment, depuis lors, toute une partie de la droite voit dans ce choix de maintenir l’ESR hors du champ du projet de loi une capitulation. Quelques universitaires les y aident bien, d’ailleurs, avec un vrai sens du timing : le battage médiatique des tout derniers jours – la Une du Point sur « les nouveaux fanatiques », la publication de « l’appel de l’observatoire du décolonialisme et des idéologies identitaires » signé de 76 universitaires, le lancement du site decolonialisme.fr – marque la volonté de certain·es collègues d’imposer l’ESR dans les débats parlementaires en cours. Cela fait des semaines, même, qu’un collectif dénommé Vigilance Universités pousse fort pour que des articles concernant l’ESR soient intégrés au projet de loi. L’on apprend par exemple, au détour d’un amendement déposé par des député·es LR, qu’un représentant de ce collectif a été auditionné par les rapporteurs du projet de loi le 7 janvier dernier, pour dénoncer, semble-t-il, les « problématiques communautaires » et autres « lignes indigénistes » qui « menacent l’indépendance de l’enseignement et de la recherche, perturbent le travail des enseignants-chercheurs et entravent la formation d’une pensée autonome par l’acquisition d’un savoir objectif ».

Continuer la lecture

2020. Les libertés académiques en danger dans le monde et en France

En 2020, Academia a poursuivi son activité d’observatoire des libertés académiques dans le monde (1), mais aussi en France (2), où les attaques — jusqu’alors activement orientées contre les syndicats et les grévistes — ont connu un tournant avec l’entretien d’Emmanuel Macron du 10 juin 2020. Il accuse alors des universitaires d’avoir, par leur activité d’enseignement et de recherche, de « casser la République » en deux. Cette ligne se trouve confirmée le 27 octobre, avec Jean-Michel Blanquer qui va jusqu’à accuser dles universitaires de « complicité de terrorisme ». À partir de là, la situation s’est rapidement dégradée : attaques inouïes contre le Conseil national des universités après la nuit noire au Sénat, et l’ignominieuse commission mixte paritaire, à la fin du processus légalislatif de la Loi de Programmation de la recherche,qui crée le « délit d’atteinte à la tranquilité et au bon ordre des établissements »1, demandes maccarthystes de la part d’universitaires et de parlementaires, fichages d’opinions religieuses, syndicales ou philosophiques, licenciements…  En Europe, la situation ne s’améliore pas, et s’aggrave nettement en Pologne sous la forme de sanctions financières des universités, notamment.

Il est désormais temps de réfléchir à protéger (3) activement nos libertés académiques, en commençant par restaurer les franchises universitaires et  étendre la notion de libertés académiques à l’ensemble des membres de l’ESR, comme nous y invite Denis Roynard — étudiant·es inclus·es.

Academia suggère quelques pistes complémentaires pour 2021.

1. Libertés académiques dans le monde

Maroc: Maati Monjib, un universitaire détenu arbitrairement, 10 janvier 2021
La revue SAMAJ se mobilise pour les libertés académiques en Inde, 19 décembre 2020
Il faut sauver l’ENS Tunis, 18 décembre 2020
Pologne. Appel au boycott officiel de l’actuel ministre de l’éducation et des sciences, M. Przemysław Czarnek, 12 décembre 2020
Déclaration de soutien de chercheurs.euses d’Amérique latine à Éric Fassin, 24 novembre 2020
Attaque contre les étudiants de l’Université de Kaboul, 2 novembre 2020, 5 novembre 2020
Un amendement 234 à la Polonaise : le droit des femmes et la suppression de budget, 1er novembre 2020
#FreeKylie – Où est Kylie ? – 30 octobre 2020
Appel aux autorités turques pour la libération immédiate des défenseur·es de la paix !, 6 octobre 2020
Fariba Adelkhah sortie de prison, [assignée à résidence], 4 octobre 2020
#freecihan #liberezcihan#cihanıserbestbırakın, 30 septembre 2020
Que la Higher School of Economics de Moscou se conforme aux exigences de liberté d’expression et de liberté académique. Une pétition, 20 juillet 2020
Appel de Fariba Adelkhah : la chercheuse reste en prison, 30 juin 2020
L’Iran torture nos chercheurs, et Mme Vidal continue de se taire, 22 juin 2020
Une bien triste nouvelle : Fariba Abdelkhah condamnée à 5 ans de prison 15 mai 2020
The UK. Petition. The Assault on Universities, 6 mai 2020
Attaques contre les sciences humaines et sociales au Brésil, 6 mai 2020
Solidarité avec les précaires. Initiatives étrangères, 5 mai 2020
Manifester pour Fariba Adelkhah avant dimanche 19 avril, 17 avril 2020
Précarité et diversité dans l’enseignement supérieur en Allemagne… parlons-en !, 5 avril 2020
Fariba Adelkhah et Kylie Moore-Gilbert toujours emprisonnées, 4 avril 2020
Royaume-Uni, Allemagne : les précaires comme variable d’ajustement en temps de crise, 3 avril 2020
Continuité pédagogique : conseils de Suisse et d’Allemagne, 24 mars 2020
Compte à rebours #8mars J-5 – Marielle Franco, in memoriam, 4 mars 2020
Les professeurs des universités britanniques contre la précarisation, 20 janvier 2020, 15 février 2020
Attaques fascistes contre étudiant-es et enseignant-es à Jawaharlal Nehru University (Dehli), 12 janvier 2020
Deux universitaires emprisonnées en Iran commencent une grève de la faim et de la soif, 27 décembre 2019, mise à jour 4/1/2020

2. Libertés académiques en France

Continuer la lecture

  1. Heureusement censuré par le Conseil constitutionnel le 21 décembre 2020. []

Protection fonctionnelle : cas d’école

« L’agent public bénéficie de la protection fonctionnelle s’il est victime d’une infraction à l’occasion ou en raison de ses fonctions. L’administration doit protéger l’agent, lui apporter une assistance juridique et réparer les préjudices qu’il a subi. La demande de protection fonctionnelle doit être formulée par écrit auprès de l’administration employeur à la date des faits en cause ».

La protection fonctionnelle des agents publics a connu une certaine publicité ces temps derniers. Les policiers qui avaient atrocement roué de coups Michel Zecler, évalués à 90 jours d’ITT, venaient de se voir accorder la protection fonctionnelle par Didier Lallement, préfet de police de Paris, pour leur permettre d’assurer leur défense. L’ancien adjoint marseillais Julien Ruas, directement mis en cause dans l’affaire des huit morts des effondrements de la rue d’Aubagne, se voit reprocher par la justice les chefs d’homicides et blessures involontaires et mise en danger délibéré de la vie d’autrui, en a également bénéficié après validation par le Conseil municipal de la ville de Marseille le 21 décembre 2020. Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, a aussi répondu favorablement à la demande de protection fonctionnelle de Fatiha Agag-Boudjahlat, qui l’a remercié sur Twitter. Dans l’enseignement supérieur également, la protection fonctionnelle a été mobilisée : au mois de novembre, Éric Fassin, professeur à l’Université de Paris-8, qui avait fait l’objet de menaces de mort, s’était vu accorder la protection fonctionnelle, sous la forme d’un courrier signé de la présidente.

Alors que les universitaires font l’objet d’attaques de plus en plus précises — menaces de mort, propos diffamatoires, etc. — il n’est pas inutile de se pencher sur ce dispositif qui concerne les agents publics.

Le cadre légal

La protection fonctionnelle (article 11 de la loi Anicet Le Pors du 13 juillet 1983) désigne les mesures de protection et d’assistance due par l’administration à tout agent victime d’une infraction dans l’exercice de ses fonctions ou en raison de ses fonctions.

 Loi n° 83-634 dite portant droits et obligations des fonctionnaires du 13 juillet 1983, dite Anicet Le Pors

Article 11

Les fonctionnaires bénéficient, à l’occasion de leurs fonctions, d’une protection organisée par la collectivité publique dont ils dépendent, conformément aux règles fixées par le code pénal et les lois spéciales.

Lorsqu’un fonctionnaire a été poursuivi par un tiers pour faute de service et que le conflit d’attribution n’a pas été élevé, la collectivité publique doit, dans la mesure où une faute personnelle détachable de l’exercice de ses fonctions n’est pas imputable à ce fonctionnaire, le couvrir des condamnations civiles prononcées contre lui.

La collectivité publique est tenue de protéger les fonctionnaires contre les menaces, violences, voies de fait, injures, diffamations ou outrages dont ils pourraient être victimes à l’occasion de leurs fonctions, et de réparer, le cas échéant, le préjudice qui en est résulté.

La collectivité publique est subrogée aux droits de la victime pour obtenir des auteurs des menaces ou attaques la restitution des sommes versées au fonctionnaire intéressé. Elle dispose, en outre, aux mêmes fins, d’une action directe qu’elle peut exercer au besoin par voie de constitution de partie civile devant la juridiction pénale.

Selon le site Fonction publique, l’administration doit protéger ses agents lorsqu’ils sont victimes des attaques suivantes (sauf en cas de faute personnelle de l’agent) : Atteintes volontaires à l’intégrité de la personne ; Violences ; Actes de harcèlement ; Menaces ; Injures ; Diffamations ; Outrages (liste non limitative). L’administration doit réparer le préjudice.

L’administration leur accorde alors la protection fonctionnelle pour les actions civiles ou pénales qu’ils engagent. Les attaques peuvent être physiques ou morales, écrites ou verbales, adressées par courrier individuel à l’agent ou diffusées plus largement par des tracts syndicaux ou par les médias. Elles peuvent émaner de personnes privées, d’usagers du service public, d’autres agents publics ou d’autorités de toute nature. Elles peuvent avoir lieu pendant ou hors du temps de travail dès lors que le lien de causalité entre le dommage subi par l’agent (ou ses proches) et les fonctions qu’il exerce est établi. La protection peut par exemple être accordée à un enseignant agressé par un élève alors qu’il rentre chez lui.

S’ils le demandent, l’administration doit également accorder sa protection au conjoint de l’agent, à ses enfants et ses ascendants, s’ils sont victimes d’atteintes volontaires à l’intégrité de leur personne du fait des fonctions exercées par l’agent ou en cas d’atteintes volontaires à la vie de l’agent du fait de ses fonctions.

https://www.flickr.com/photos/beth19/8172755528/in/photolist-dscvu5-pLkyQ9-spYCu-Lytzi8-24j4CEK-iSygzw-ivfRiL-8H4vWF-8e87FH-nnAjH8-ee7KHM-CMPBGJ-RHfkNt-Mstprz-48VxxP-6ptLqC-fx8Luv-pN6fdt-qexWqB-dXzUpm-gc9fdT-K17UKV-5fRHZN-35iFUM-9BtQSV-phyHyw-9JPcHT-4TLkM-amJ7S9-BRm7sA-P8KMPA-atERwH-nGZnzq-LQvcFH-C9T4rx-Qa7BeR-28xGP1N-DndTfp-6HFHeV-82GWid-hs8C1p-oX7Awt-b2tv8i-8b6qLb-oEUhRK-Akiw4r-4sGTPA-oXmEn7-DjUEVJ-zpD7sX

Wistman’s wood. Crédit: Bethan, 2012

Continuer la lecture

Opération #QualificationPR. Mode d’emploi

ResistESR.Vendredi 8 janvier, à 18h23, les candidates et les candidats aux fonctions de professeur·e des universités reçoivent un courriel de l’administration du MESRI précisant que la LPR étant promulguée, il n’est plus besoin de la qualification nationale pour postuler aux emplois de professeur·e dès lors qu’ils et elles sont maître·sses de conférences titulaires.

Sujet : Votre demande de qualification aux fonctions de professeur des universités,
Date : Fri, 8 Jan 2021 17:23:39 +0000
De : DGRH – A2 CNU <dgrh-a2.cnu@education.gouv.fr>

Mesdames et messieurs les candidats à la qualification aux fonctions de professeur des universités,

La loi n° 2020-1674 du 24 décembre 2020 de programmation de la recherche pour les années 2021 à 2030 et portant diverses dispositions relatives à la recherche et à l’enseignement supérieur parue dans le JORF n°0312 du 26 décembre 2020 prévoit dans son article 5 que pour le recrutement de professeur des universités, la qualification par l’instance nationale n’est pas requise lorsque le candidat est maître de conférences titulaire.

Votre statut de maître de conférences titulaire vous dispense d’une inscription sur la liste de qualification aux fonctions de professeur des universités et nous allons en conséquence modifier l’état de votre dossier de candidature déposé dans Galaxie.

Vous pourrez continuer à accéder aux pièces constitutives de votre dossier qui peuvent vous être utiles dans la perspective d’une candidature sur un poste de professeur des universités.

Si vous n’êtes pas maître de conférences titulaire relevant d’un établissement d’enseignement supérieur relevant du ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation ou si vous appartenez à un autre corps et êtes détaché dans le corps des maîtres de conférences, je vous demanderais de bien vouloir me prévenir par retour de mail.

Nous restons à votre disposition pour tout éclairage nécessaire dont vous auriez besoin en ce qui vous concerne sur la suppression de la qualification dans le processus de recrutement.

Adresse : reforme-qualification@education.gouv.fr (adresse active à partir de lundi…)

Service des personnels enseignants de l’enseignement supérieur et de la recherche (DGRH A)

NB : dans l’éventualité où vous recevriez ultérieurement un message vous annonçant la désignation de vos rapporteurs, veuillez ne pas en tenir compte.

Candidats et candidates sont allé·es voir sur Galaxie.

Déjà qualifé·es ? Candidates et candidats écrivent alors à leur président·e et membres de leur section. Tous et toutes sont tombé.e.s des nues — avant d’être à leur tour prévenu par un courier officiel de la DRGH à leur intention, en fin d’après-midi vendredi. Si les collègues savaient que la nécessité de la qualification pour les MCF titulaires tombait avec la promulgation de la loi non censurée par le Conseil constitutionnel, pour autant, il n’y a eu aucun échange préalable sur les conséquences pratiques de ces nouvelles dispositions, à la fois sur la session de qualification en cours, mais aussi sur la campagne à venir de recrutement PR au titre de l’article 46 du décret de 1984. L’HDR, indépendamment de la qualification, reste-elle un pré-requis nécessaire à la recevabilité d’une candidature PR ? On peut le supposer à la lecture du décret de 1984. Il serait urgent qu’une information claire, correcte, précise et complète, soit diffusée aux futur·es candidat·es1. Il est impératif que chacun et chacune concernée adresse, en nombre, des questions précises et détaillées au Ministère et qu’il ou elle fasse un retour de cette expérience.

https://www.flickr.com/photos/trainman/3036694994/in/photolist-5CkRCf-cx4n8-9d7ZWM-7EBdam-DyEshn-dVxrmD-QyFxXE-gRLyzT-pPdihP-JUWmk-6c9hQ-6ffUb-gQGHA-wWpAC-4GB37e-csZDaS-kbNeGE-7XmJ8x-817eP-ggVF5b-CXqJ2o-22iPrsA-ypxJk-HWqhtu-rxXCu-sSvpqd-RnrvM4-6NodNT-4dstwN-rxXzh-dHuiEK-TMRUwf-37ZHZ-Dcjy1A-BzKCyn-6fEGtb-btBjDW-VNMcwi-3fi3j-21UFPVX-5mj6xu-ZDo8-29bhqTh-29US1Jh-nLw2v-81uDN4-84sWVH-6GsfK-22xjftQ-9MReqw

Cactus at Huntington Library. Crédit: Jim Ellwanger, 2008

Continuer la lecture

  1. NDLR: sur l’« information correcte » , la rédaction émet des doutes sur la capacité du MESRI à la fournir aujourd’hui, au vu de l’illégalité de la circulaire du 18 décembre 2020; ou encore sur les informations fournies aux étudiant·es sur les sessions d’examens de substitution. Toute « information » fournie par le Ministère est sujette à caution. Nous vous invitons à vérifier sa validité auprès de vos syndicats ou sur Academia, à votre service. []

Attaques contre les libertés académiques en France

Il fut un temps, dans un passé qui semble désormais bien lointain, où la France apparaissait comme une nation accueillante pour les exilé·es fuyant des pays autoritaires ; les militant·es révolutionnaires, les artistes, les politiques en exil et les étudiant·es contestataires pouvaient trouver refuge et soutien au pays de la liberté, de l’égalité et de la fraternité. La France est aussi le pays de philosophes qui nous ont donné de nombreux outils de pensée critique, y compris peut-être le mot même de « critique ». Or ces dernières années – au moins depuis le bicentenaire de la Révolution française en 1989 – cette image a été remplacée par une autre, plus inquiétante : celle d’une nation incapable de prendre en compte, voire, de plus en plus, en guerre contre les personnes de couleur issues de ses anciennes colonies (noires, arabes, musulmanes) et les Roms ; une nation dont les responsables, au nom des « valeurs de la République », condamnent les études critiques sur les discriminations raciales et toute accusation d’« islamophobie ».

Si l’on a pu observer, depuis le bicentenaire de la Révolution française, une augmentation spectaculaire des discriminations à l’encontre de certains groupes, les Arabes et / ou les musulman·es, dont beaucoup ont la nationalité française (selon les termes de l’accord qui a mis fin à la guerre d’Algérie), ont été particulièrement touché·es : on les accuse de pratiquer leur religion en public, en violation de la laïcité. En France, celle-ci est définie par la loi de 1905 sur la séparation des églises et de l’État qui requiert la neutralité de l’État en matière de religion pour protéger les droits individuels à la liberté de conscience. De fait, l’État accorde aujourd’hui un soutien important aux pratiques religieuses catholiques — des fonds publics financent les églises, au nom de la préservation du patrimoine national, et les écoles privées, en grande majorité catholiques, au nom de la liberté d’éducation. L’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy a même défendu l’idée que le catholicisme ferait partie intégrante d’une « laïcité positive ». Pourtant, c’est l’islam qui est considéré comme une menace pour les « valeurs » de la laïcité qui fondent l’unité nationale.

L’unité nationale est un concept qui revêt en France un sens particulier, du moins d’un point de vue étatsunien. L’imaginaire d’une nation « une et indivisible » la suppose culturellement homogène ; on évite scrupuleusement tout ce qui pourrait suggérer des divisions. C’est ainsi qu’il n’existe pas de données exactes sur le nombre de musulman·es dans la population française : l’État ne tient pas de statistiques sur la religion, pas plus que sur l’ethnicité ou la race. C’est considérer que rendre visibles ces différences pourtant bien réelles introduirait des divisions inacceptables dans la représentation de l’unité du corps de la nation.

Fred Sochard, 2020

La présence d’environ 6 à 10 millions de musulman·es — dans un pays qui compte environ 67 millions d’habitant·es — est devenue une arme politique puissante. Mis en avant, à l’origine, par le Front National es — aujourd’hui rebaptisé Rassemblement National —, le « problème musulman » s’est désormais imposé comme une obsession qui traverse l’ensemble de l’échiquier politique es — à des degrés différents, de la droite à la gauche. En 2003, sous la présidence de Jacques Chirac, face aux succès électoraux de l’extrême-droite, le gouvernement conservateur a commandé un rapport visant à redéfinir la laïcité à l’aune du « choc des civilisations » du XXIe siècle. Intitulé « La nouvelle laïcité », il revendiquait d’étendre l’obligation de neutralité de l’État aux citoyens en interdisant la manifestation de toute appartenance religieuse dans l’espace public. Une telle logique, bien qu’appliquée en principe à tout le monde, visait à l’évidence les musulmans. Ainsi, le hijab — foulard islamique — est interdit depuis 2004 dans les écoles publiques ; on verbalise des femmes si elles portent le niqab — tissu couvrant l’ensemble du visage — dans la rue ; les femmes voilées ne sont pas autorisées à être témoins de mariage en mairie ; des femmes portant un burkini ont été contraintes, sur certaines plages, de le retirer au cours de l’été 2016… La liste est encore longue. Les femmes ont été la cible de ces lois et règlementations es — pour des raisons que j’ai analysées dans mon ouvrage La politique du voile [2017] — , mais les hommes font aussi l’objet de discriminations économiques et sociales, ainsi que d’une surveillance policière violente, chez eux comme dans la rue.

Continuer la lecture

  1. NDLR. Blog du Academe Magazine, organe de la American Association of University Professors, dont l’objet  principal — l’avenir du métier — se décline en préoccupations pour les libertés academiques, pour la gouvernance universitaire, pour les problèmes de carrière, pour l’emploi permanent (tenure), la sécurité économique des personnels non titulaires, et l’abus d’emplois non-permanents. []

Contre la récupération du handicap par les personnes anti-écriture inclusive

Après le guide pratique sur l’organisation de séances de travail en visioconférence (réunions, séminaires, etc.) respectueuses, voici un « billet pour dénoncer la récupération du handicap par les personnes qui s’opposent à l’écriture inclusive. Écrit par les personnes concernées par le validisme et le sexisme, ce billet demande aux personnes non concernées de cesser de brandir l’argument de la cécité, de la dyslexie ou de la dyspraxie pour justifier leur position, et aux personnes concernées mais réactionnaires d’arrêter de parler au nom de toute la communauté handie » (Efigies Lyon, 15 décembre 2020).

  • par les membres du Réseau d’Études HandiFéministes (REHF)
    Publié originellement sur Efigies, 15 décembre 2020

Les membres du Réseau d’Études HandiFéministes (REHF), concernées pour la plupart par le sexisme et le validisme et chercheurses à l’université ou ailleurs, exprimons aujourd’hui notre désaccord et dénonçons la récupération du handicap pour justifier des positions anti- écriture inclusive, par des personnes généralement concernées ni par le sexisme, ni par le validisme. Au nom de la cécité, de la dyslexie ou de la dyspraxie, certain-e-x-s s’opposent à l’usage et au développement de l’écriture inclusive. Pour le REHF, il s’agit d’un argument doublement fallacieux.

En premier lieu, cet argument tend à homogénéiser l’opinion de l’ensemble des personnes déficientes visuelles et avec des troubles dys. Il existe assurément des handi-e-x-s qui défendent l’écriture inclusive. Il est donc problématique que des personnes non concernées ne consultent pas ou s’expriment à la place des personnes concernées par le validisme, tout comme il est problématique que des personnes concernées ne considèrent pas la pluralité des discours sur ces débats. En effet, l’argumentation s’appuie parfois sur des textes publiés par des personnes handicapées, à l’instar de la lettre de la Fédération des Aveugles de France, intitulée « Les aveugles disent non au mélange des genres ». Le REHF doute fortement que l’ensemble des aveugles de France aient été interrogé-e-s sur la question. Par ailleurs, le REHF s’oppose aux points suivants1 :

« […] Nous ne saurions pas mélanger les genres : si l’on peut dire et faire de la question de la construction de la langue un sujet qui aurait rapport avec une quelconque discrimination sexuelle, c’est là faire preuve d’une inculture incroyable et de confusion redoutable. »

« C’est donc un bien pitoyable combat que celui de se battre à peu de frais contre une règle arbitraire, en la faisant passer pour le symbole d’une discrimination sociale. »

Le mépris pour l’écriture inclusive dans ces deux extraits fait fi de toute une littérature scientifique sur la question. Tout d’abord, la sociolinguistique s’échine à montrer, depuis le XIXe siècle, qu’une langue est socialement construite et, à ce titre, qu’elle reflète les rapports sociaux dans leur ensemble. Donc lorsqu’il est dit que le masculin l’emporte sur le féminin, ce n’est pas sans raison, ni sans incidence. Loin d’être une règle arbitraire, cette oppression organisée discrimine et dissimule des populations dominées. Ensuite, l’histoire et la grammaire ont également révélé que cette hégémonie masculine au sein de la langue française est très récente (seconde moitié du XVIIe siècle), et qu’elle a entraîné une perte de vocabulaire, un vocabulaire aujourd’hui réinvesti par les défenseurses de l’écriture inclusive. Enfin, les études du discours ont expliqué que l’écriture inclusive n’est pas qu’une simple histoire de « mélange des genres ». Sur tous ces sujets, nous invitons nos interlocuteurices à se renseigner.

Dessin représentant une main avec des ongles rose fluo qui parvient à sortir d’une fenêtre sur un écran d’ordinateur en suivant des touches de la même couleur. Credit: Janine, 2021

Continuer la lecture

  1. source : https://aveuglesdefrance.org/presse/les-aveugles-de-france-disent-non-au-melange-des-genres. []

Organiser des séances de travail respectueuses en visioconférence

Pour cette rentrée, qui ne se fera pas en présentiel, du moins dans des conditions respectueuses de la santé et de la sécurité sanitaire des étudiant·es et des agent·es, Academia republie en deux billets les suggestions d’Efigies Lyon : un guide pratique sur l’organisation de séances de travail en visioconférence (réunions, séminaires, etc.) respectueuses ; un« billet pour dénoncer la récupération du handicap par les personnes qui s’opposent à l’écriture inclusive ».Volet 1 : guide pratique

  • Par les membres d’Efigies Lyon
    Publié originellement sur le carnet d’Efigies, 15 décembre 2020

Notice pour l’organisation des séances

Avant la réunion

Fixer une date
Envoyer des documents ou des informations

  • Utiliser un outil de sondage compatible avec les logiciels de synthèse vocale : Framadate https://framadate.org/
  • Penser à renseigner malgré tout les propositions de dates et d’horaires dans le corps du mail, et de proposer aux personnes n’ayant pas la possibilité de remplir le sondage d’envoyer leurs disponibilités, et les intégrer au sondage

Exemple : Lundi 23 Novembre : 8h-10h

Créer un formulaire d’inscription

  • Utiliser un outil de formulaire compatible avec les logiciels de synthèse vocale : Framaforms
  • Proposer malgré tout aux personnes n’ayant pas accès au formulaire de s’inscrire par un autre biais https://framaforms.org/

Envoyer des documents ou des informations

  • Nommer les pièces jointes de la manière la plus explicite (par exemple : auteurice. Titre. Date)
  • Envoyer autant que faire se peut des documents au format doc, docx, rtf, txt. Eviter le format odt (édité par Libre office). Et proscrire les documents au format jpg (les photos, les scans de qualité basique, etc.). Pour le format pdf, veiller à ce qu’il s’agisse d’un pdf issu d’un texte (possible de faire un copié-collé), et pas d’un pdf issu d’une image (impossible de faire un copié-collé).

Réponse apportée au commentaire de B.  déposé sous ce billet.

  • Préciser le contenu et la direction d’un lien hypertexte (par exemple : voici un lien vers le site du REHF : http:// …)
  • Décrire les images éventuellement transmises
  • Limiter autant que faire se peut le recours à des tableaux, qui sont difficiles à lire par certains logiciels de synthèse vocale
  • Proscrire les powerpoint ! qui ne sont pas accessibles à la plupart des logiciels de synthèse vocale
  • Essayer dans les échanges et dans les documents de ne pas faire de long texte sans aération (espace, mise en gras de certains éléments importants, structurer les informations avec des chiffres et/ou tirets etc) avec une police de minimum 12 et interligne 1,2, car les longues lectures de pavés de texte sont très fatigantes pour les dyslexiques)
  • Ne pas utiliser le mode « commentaires » et limiter les notes de bas de page, qui sont difficilement lisibles pour les logiciels de synthèse vocale

Anticiper l’organisation

  • Bloquer une date de séance au minimum 15 jours avant, afin de rendre possibles les demandes d’interprétariat LSF, de retranscription en vélotypie, d’auxiliaire lecteurice/scripteurice, etc.
  • Solliciter systématiquement les pôles handicap universitaires pour obtenir la LSF, la vélotypie, etc., ne serait-ce que pour mettre en évidence la nécessité de ce service

Diffuser l’information

  • Envoyer la date, l’horaire et la thématique de la réunion sur différents canaux, et surtout sur la liste de diffusion (Framaliste) du réseau, pour que tout le monde reçoive l’info dans sa boîte de réception
  • Préciser les informations importantes dans l’objet du mail (date, horaire, thème)

Recourir à des modalités de réunion accessibles

  • Veiller à ce que la réunion puisse être suivie en présenciel et en distanciel à chaque fois. S’il y a présenciel, veiller à ce que le lieu change mais reste indiqué clairement, et que ce lieu soit accessible en transports en commun, et accessible aux fauteuils roulants, par ascenseur. S’il y a distanciel, utiliser une plateforme accessible aux logiciels de synthèse vocale : Zoom. Sachant que cette plateforme n’est pas non plus optimale pour les lecteurs d’écran, donc ne pas prévoir des fonctionnalités trop complexes.
  • Utiliser un compte Zoom pro, qui permet de faire des réunions de plus de 40 minutes.
https://www.flickr.com/photos/jurvetson/3782899510/in/photolist-6Lhmem-4CF7JS-pN98mS-4DhsMA-XjZPXz-8wNNP-8S4Xbk-uABwAh-2i88VEw-BbJjhR-Qe9MDa-c56LVL-qxkq8v-ifBSf4-5CbEKD-apGdEW-27Lg2bc-4KjgZC-bvRqGZ-amES4H-Lg5Cf-Pxw8yx-4QJ8cb-8EpGgY-2hEeNgp-4Dapwp-6mjY7h-9XJyeo-34aYky-c7NDZ7-p6Sve-9hy8bf-r6dXXQ-oMqCRZ-VH6kho-5KCj7w-bkxCyk-fvVPZV-roBK4A-n1PhQV-bpxw8e-eemgLr-G6whRL-9ANK4j-9JYZL-7YdYv9-zRbB2-jhtLmh-2ho8tBS-deeozg

Respect. Credit: Steve Jurvetson, 2009

Pendant la réunion

Continuer la lecture

Université de Lorraine. Qui doit se former aux questions de harcèlement et de violences sexistes et sexuelles à l’Université ?

Omerta mode d’emploi #4

← Article précédent

Article suivant →

Dans un article du 10 décembre 2020, Stéphanie Cheffer, de l’Est Républicain, continue son travail de suivi des enquêtes conduites touchant l’Université de Lorraine (UL) après le suicide d’une doctorante et la dénonciation de l’emprise vécue par une autre doctorante, qui annonce mettre fin à sa thèse en septembre. Après avoir obtenir l’avis du professeur incriminé, la journaliste choisit cette fois de mettre en lumière le discours du président de l’UL, Pierre Mutzenhardt.

Outre une onde de choc au sein du monde universitaire, ce témoignage a déclenché, mi-septembre, deux enquêtes : l’une administrative menée par l’Université de Lorraine, l’autre par le CHSCT de l’UL. Trois mois plus tard, le directeur de thèse incriminé reste suspendu à titre conservatoire et l’administration a terminé ses auditions. Lesquelles n’ont « pas établi de corrélation directe entre le suicide de la doctorante et son directeur, mais ont établi que ce directeur avait eu des comportements déontologiques et professionnels envers Camille Zimmermann et d’autres doctorantes qui interrogeaient, comme des remarques, des RV dans des cafés… », résume Pierre Mutzenhardt, président de l’UL.

https://www.flickr.com/photos/adstream/5323021257/in/photolist-97nSLz-E7JXEj-CKYdy6-23kPQKE-5Wv9aG-23nhHxc-RKCdSb-R3FWpy-sAUUs-dyGquR-qL3ufg-DrhNyX-bru6VP-F8ce66-qP8JcY-rSTpiY-CUXPaC-22tDgEF-DuFq5Y-2egKKzy-27CbWfF-25rCUa4-rTdgEQ-je6MEF-9d67on-5R1CeA-BRoMws-23nhHpM-vqMUEZ-rth73D-dYLz2Z-pX6pi3-rqsGKc-FewXAh-uRB1L-7tn4TP-uRAZ7-CDeF1E-qmRKWJ-CiXV7p-uRAYC-e2yeyR-qKsFhV-7FGiyP-CFB4St-wJEKa-5TVAUf-5AJr6G-r6EmSK-5E3K1a

Winter tree. Credit: Jon Anderson, 2011

Depuis août 2020, plusieurs enquêtes ont été diligentées : une enquête administrative à l’initiative de la présidence, une enquête sous la responsabilité du Comité Hygiène, ,Sécurité, Conditions de travail (CHSCT), , une enquête sous celle de l’École doctorale SLTC. Ces enquêtes sont importantes à plusieurs titres : d’abord pour comprendre ce qu’il s’est passé, pour comprendre en quoi l’Université est responsable — et modifier procédures, services, actions en conséquence pour que l’irréparable ne se reproduise pas. Elles sont importantes, enfin, parce que le président est responsable, pénalement, de la santé et de la sécurité de ses agents1.

Sécurité des agents : quelles sont les obligations de l’employeur ?

Une obligation de sécurité pèse sur les employeuses et employeurs privés et publics. Ils sont tenus de prendre toutes les dispositions nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des salariés et des agents publics. (Articles L.1152-4 et L.4121-1 Code du travail, Article 23 de la loi n°83-634 du 13 juillet 1983)

Il doit :

    • prévenir les situations de harcèlement discriminatoire
    • réagir lorsque des situations pouvant relever de harcèlement discriminatoire sont portées à sa connaissance.

Et qu’il est d’autant plus responsable quand on peut prouver la « faute inexcusable », en documentant que le président — ou son administration — savait, ou son administration savait, et il n’a pas agi.

Une administration qui protège ou qui couvre ?

La première enquête, administrative, confiée à la directrice des affaires juridiques et à un professeur des universités, a rendu ses conclusions. La journaliste de l’Est Républicain précise que le président a effectué un signalement au procureur de la République « pour suspicion de harcèlement », et qu’il poursuit le mis en cause en section disciplinaire, avec demande de jugement dépaysé, en faisant une requête en ce sens au CNESER. Il juge en effet que

« des membres de cette section connaissent et fréquentaient ce directeur de thèse, mieux vaut donc que cela soit examiné par une autre université ».

Les « témoignages » — « recueillis » par la directrice des affaires juridiques — ont pourtant suscité la colère et le désaveu des témoins, qui ont refusé, pour certain∙es d’entre elleux, de les authentifier : ne se retrouvant pas dans les propos « rapportés », iels ont choisi de faire leur propre signalement au Procureur de la République. Le président de l’université étant responsable, au pénal, de la santé et de la sécurité des personnels et des étudiant·es, on peut aisément comprendre que l’objectif de des services centraux de l’UL — et celui de la directrice des affaires juridiques comme celui de la vice-présidente Ressources humaines — ne soit pas de permettre que tout soit dit, rapporté et jugé.

Continuer la lecture

  1. Sur la responsabilité pénale du ou de la cheffe de service, voir le décret du 28 mai 1982 modifié relatif à l’hygiène et à la sécurité du travail ainsi qu’à la prévention médicale dans la fonction publique (article 3). Sur ce point, pour ce qui touche aux seuls présidents (sic), voir l’excellent « Compétences et responsabilités des présidents (sic) d’universités et de COMUE de la Conférence des présidents d’université », septembre 2016, p. 86 et suivantes. Quant aux autres chef·fes de service, Academia accueille toute analyse : qui d’autre est responsable pénalement ? Les directrices ou directeurs d’école doctorale ? Les directeurs ou directrices de laboratoire ? []

Il faut sauver l’ENS Tunis

  • par Nadia Hebaz, enseignante au département des langues de l’IPELSHT (section de français).

Dans la cour de l’ENS Tunis. Crédit: Hammouda Bouabeene, automne 2020

Il y a presque un an, à la veille des vacances d’hiver, des étudiantes de l’ENS Tunis entamaient une procédure pour protester contre le harcèlement d’un de leurs professeurs, A.H. Soutenues par leurs camarades, garçons et filles, et par le directeur de l’école, elles avaient été reçues au Ministère de l’Enseignement Supérieur, où leurs dépositions avaient été officiellement enregistrées. Je les avais accompagnées en cette journée pluvieuse et froide, et avais pu constater la qualité de l’accueil et de l’écoute, ainsi que le professionnalisme des responsables. J’avais également relayé leur lutte sur Twitter.1. En janvier 2020, le professeur en question était suspendu, et quelques semaines plus tard, il passait en conseil de discipline. Puis, la pandémie a atteint la Tunisie. Après des mois d’attente, nous avons appris la mutation du harceleur dans un autre établissement. Plutôt que de rouspéter contre l’insuffisance de cette mesure, j’avais choisi de célébrer ce qui me semble être malgré tout une belle victoire. Pour la première fois dans l’histoire de l’université tunisienne, une affaire de harcèlement a été portée en place publique. Des jeunes femmes ont pris la parole dans la cour de l’école, dans la rue, dans les médias ; des jeunes gens les ont soutenues sans remettre en cause leur parole ni s’interroger sur leur tenue vestimentaire ; un directeur les a écoutées et a affirmé haut et fort la justesse de leurs revendications. Le tout dans un pays patriarcal où le respect des enseignant·es est inculqué à tous·tes depuis la petite enfance, et où les professeurs jouissent d’une grande considération, renforcée par l’exigence coranique, maintes fois répétée, de la quête du savoir. Ces normaliennes, ces pionnières, par leur courage, ont permis la libération de la parole d’autres victimes, et mis fin au règne du silence2.

Départ de cortège. Crédit: Sarra Laajimi, automne 2020

En cette dernière semaine de cours de l’année 2020, me revoici en train d’accompagner les normalien·nes, mais dans un tout autre combat. Depuis sa création, l’École Normale Supérieure de Tunis forme les futur·es enseignant·es du pays. Dès leur réussite au concours d’entrée, accessible à bac+2 , les élèves bénéficient d’une bourse et savent qu’un poste les attend à la fin de leur cursus de trois ans, lequel intègre une préparation à l’agrégation et des stages pédagogiques. Cette assurance de devenir fonctionnaire de l’État tunisien donne la sérénité nécessaire à un plein investissement dans les études. C’est entre autres pour cela que j’avais choisi en 2005 de quitter la fac pour venir à temps plein à l’IPELSHT (Institut Préparatoire aux Études Littéraires et de Sciences Humaines), où j’étais vacataire depuis deux ans. Dans cet établissement universitaire correspondant aux CPGE françaises un corps enseignant travaille dur depuis 2002 pour former la fine fleur du pays en LSHS. Les résultats du concours d’entrée à l’ENS sont éloquents, puisque, pour les six sections concernées (arabe, anglais, français, histoire, géographie et philosophie), l’écrasante majorité des admis·es vient de « la prépa »3. Nous en sommes d’autant plus heureux·ses  que ces jeunes ne viennent pas tous·tes de milieux à fort capital culturel et/ ou socioéconomique. J’ai eu de nombreux et nombreuses étudiant·es en très grande précarité, qui ont pu intégrer l’école malgré des conditions familiales très difficiles.4.

En route ! Crédit: Sarra Laajimi, automne 2020

Fin octobre 2020, coup de tonnerre : le Ministère de l’Éducation nationale annonce que dans le projet de loi de finances 2021 seuls 15 postes sont prévus pour les 83 élèves de l’actuelle promotion, qui seront diplômé·es en juin 2021. Autrement dit, c’est la fin du recrutement automatique des élèves de l’ENS. Les 68 élèves restant·es n’ont qu’à chercher du travail ailleurs, dans un pays où le chômage des jeunes est particulièrement élevé, et où les opportunités d’emploi, surtout pour les LSHS sont très faibles. La mesure déclenche une vague de protestations à l’ENS, immédiatement soutenue par l’IPELSHT, tous corps confondus. On s’attend à un dialogue, mais les portes du Ministère de l’Éducation nationale restent closes. Les élèves organisent alors un sit-in dans les règles. Continuer la lecture

  1. Où le dossier a bénéficié du soutien actif de Laélia Véron. Témoin des agissements du jeune A.H alors en stage à l’ENS Lyon, et du laxisme dont avaient fait preuve les autorités françaises à son égard, en classant sans suite les plaintes déposées contre lui, la linguiste, très populaire sur le réseau, a été la première à le nommer ouvertement et à documenter le cas, faisant découvrir aux Tunisien·nes le passé peu reluisant du prétendu « poète ». []
  2. Cette affaire A.H est très importante, et j’y reviendrai dans un autre billet. []
  3. Il n’est pas rare que 100% d’une promotion vienne de chez nous. []
  4. Avant la Révolution de 2011, lorsque les postes de professeur dans le secondaire s’achetaient à prix d’or, intégrer l’ENS était vital pour elleux : personne dans leur entourage n’avait ni l’argent, ni les connaissances pour leur en procurer un. []

Gilles juge indispensable d’interdire les relations entre profs et étudiantes (ou étudiants)

Continuer la lecture

À l’université d’Angers, un professeur condamné pour violences sexuelles invité à parler d’égalité femmes-hommes. Communiqué de Clasches

 

Pour témoigner: http://clasches.fr/agir/