Archéosexisme à Rennes-2, 26 septembre-21 octobre 2022

Libertés académiques, raison d’État et pressions médiatiques : une histoire d’amour à la française

En passant

Tribune de Paul Max Morin publiée le 2 septembre à 6h et dépubliée le même jour par Le Monde

Extraits. Vous nous avez interrogés sur la dépublication, par le Monde, d’une tribune du chercheur Paul Max Morin ce jeudi 1er septembre. Intitulé «Réduire la colonisation en Algérie à une “histoire d’amour” parachève la droitisation de Macron sur la question mémorielle», le texte a été supprimé du site l’après-midi même, suscitant de vive réactions et des accusations de censure.

Dans cette tribune, Paul Max Morin analysait la visite d’Emmanuel Macron sous le prisme de la question mémorielle. L’auteur de les jeunes et la guerre d’Algérie (PUF, 2022) s’y montre sévère avec la politique du Président, estimant que «la question des mémoires […] a une nouvelle fois servi de vitrine pour simuler des avancements vers une “réconciliation”». Le chercheur diagnostique, comme l’indique le titre, une «droitisation» de l’Elysée, qu’il illustre notamment par une évolution de la sémantique présidentielle : «En cinq ans, la colonisation sera passée, dans le verbe présidentiel, d’un “crime contre l’humanité” (2017) à “une histoire d’amour qui a sa part de tragique” (2022).»

Cette dernière phrase a été prononcée lors de la visite du cimetière Saint-Eugène à Alger, ce 26 août. […] «Qu’elle ait été prononcée spontanément ou non, la réduction de la colonisation à une “histoire d’amour” parachève la droitisation d’Emmanuel Macron sur la question mémorielle» écrit Paul Max Morin dans son texte.

Dans le court texte justifiant cette (rare) dépublication, le Monde estime que les termes dénoncés par le chercheur ne se rapportaient pas à la seule colonisation, comme le suggère la tribune, mais aux relations franco-algériennes dans un sens plus large. «Ce texte reposait sur des extraits de citations qui ne correspondent pas au fond des déclarations du chef de l’Etat. Si elle peut être sujette à diverses interprétations, la phrase “une histoire d’amour qui a sa part de tragique” prononcée par M. Macron lors de la conférence de presse n’évoquait pas spécifiquement la colonisation, comme cela était écrit dans la tribune, mais les longues relations franco-algériennes. Le Monde présente ses excuses à ses lectrices et lecteurs, ainsi qu’au président de la République.»

Lire l’intégralité de l’article →

Sur Le Monde

Sur Mediapart

Concours de recrutement ou concours de plagiat ?

Update 28/9/2022 – droit de réponse

La rentrée se prépare et avec elle, les manuels et les articles présentant les enjeux et les contenus des programmes aux concours de recrutement des enseignant·es de l’enseignement secondaire (CAPES, CAPET, agrégation). À quelques jours d’intervalles, deux dénonciations de pratiques s’apparentant à du plagiat ont été rendues publiques, avec le soutien des associations professionnelles : un Tweet de Dylan Simon ci-dessus et un communiqué d’associations professionnelles, reproduit ci-dessous. Alors que ces affaires de plagiat se multiplient, avec des réactions très diverses des employeurs et des éditeurs, il faut contaster que ce n’est plus seulement “publish or perish”, mais bien “plagiarize or perish” qui sévit dans l’enseignement supérieur et la recherche française.

Le plagiat dénoncé par celleux qui en sont victimes touchent ainsi des projets en vue de demander des financements, à l’Agence nationale de la recherche par ex., des programmes de cours entiers (séquence et œuvres), mais aussi des travaux scientifiques ou des introductions aux programmes de concours. Même si les non-titulaires sont le plus majoritairement concerné·es, il concerne aussi des titulaires, voire des professeures d’université.

Tweet de Florie Maurin, doctorante demandant conseil, 6 août 2022

Quel est le bilan de la politique Référent·es Intégrité scientifique, qu sont censé·es être désigné·es dans chaque des universités, sans toujours avoir été formé·es sur le sujet ?  Doit-on s’étonner du faible rôle du CNESER disciplinaire en la matière, et est-ce à mettre au compte du très faible nombre de saisines disciplinaires ? On peut regretter l’absence d’une procédure explicite et interne à l’ESR, qui viserait au règlement rapide,  indépendant, argumenté et collégial de ces litiges qui représentent des atteintes graves aux libertés académiques.

https://www.flickr.com/photos/virtualwayfarer/32611841183/in/photolist-RFNdcR-7PnUZo-2kPRihM-2kHJeu4-2kPMfDE-2kHJeDn-2kPMfN2-9GFL3p-2d3axof-2kPQPDj-2kPRi6p-7ABatu-oy2NRc-7Rjjhc-2kPQPwA-oQvUkK-FRzRZn-ULf6oE-J7RKys-2kPQPrv-J7Rr2M-JU4LGJ-2kPMfRy-2kPMfUQ-2kPRioP-7S3nxX-ebHujB-J7Rr6e-JWmGNV-ebP82u-2kPQPvZ-2kPMfyQ-JU4Le9-2kPRik2-2kPQPhc-2kPQPxH-2kPRiA2-2kPMg5p-2kPQPh7-2kPQPBa-2kPQPwq-dYUG1V-2kHJeMD-2kHJeM8-2kHJeJT-2kHJeFS-2kHJeDs-7PSZ3C-2kPQPkZ-eCjg7S

The Mules of Doinyo Lengai. Credit: Alex Berger, 2016

Continuer la lecture

Bêtise, sadisme ou incurie ? Sur le dernier appel de l’Agence nationale de la recherche

Nous sommes fin juillet : derniers jours de réunions qui n’ont cessé de grignoter le mois de juillet. Le temps pour faire de la recherche, préparer ses cours et se reposer en famille ne cesse de disparaître au profit de plus de réunions, moins de temps.Reste le mois d’août, lui même déjà amputé par les premières réunions, en vue de préparer une rentrée toujours plus difficile faute des enseignant·es et des personnels BIATSS en nombre suffisant.

C’est ce temps-là que l’Agence nationale de la recherche décide d’amputer en lançant un énième appel à projet “Sciences avec et pour la société. Recherches participatives” le 29 juillet 2022, à remettre le 30 septembre 2022.

Sans doute est-ce pratique pour les employé·es de l’ANR ou les évaluateurices, mais quelle connaissance ont les concepteurices de l’appel du temps social des agent·es de l’enseignement supérieur et de la recherche pour imaginer qu’il puisse s’agir d’un moment idoine pour imaginer un projet, établir des relations de travail, rédiger les dizaines de paragraphes nécessaires en synergie avec le personnel Biatss dédié. Entre le 29 juillet et le 30 septembre ?

À ce degré de maltraitance institutionnelle, il est désormais indispensable de se protéger. Comme nous enjoint Myriam Houssay-Holzschuch, professeure de géographie :

Au point où nous en sommes de l’effondrement de l’université, travailler à ne pas se mettre en burn-out les unEs les autres me parait une pratique essentielle de solidarité à mettre en place. C’est difficile, il y a de l’opposition, mais indispensable.

#ResistESR

#BnFgate. Fin de non-recevoir du MInistère de la Culture ?

https://www.flickr.com/photos/cpakmoi/11000233463

Ministère de la Culture. Crédit: CpaKmoi, 2013

De : GOURDIN Jean-Baptiste
Date: lun. 18 juil. 2022 à 11:10
Subject: RE: Association des Lecteurs et Usagers de la BnF –
To: Association ALUBnF

Madame la Présidente,

En réponse à votre courriel du 11 juillet, je tiens d’abord à vous assurer que le ministère de la Culture a pris toute la mesure, sans la minimiser1, de la mobilisation des usagers de la BnF issus du monde de la recherche. Il a pu apprécier la réalité des inquiétudes qu’elle exprimait en évaluant à leur juste valeur la caution que lui apportaient les noms et signatures d’éminents scientifiques, souvent éloignés de la culture militante, et le soutien de personnalités du monde politique, aux côtés de nombreux chercheurs représentant une grande diversité d’universités et d’instituts sur l’ensemble du territoire.

Il a confronté, en lien étroit avec son homologue de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, leurs arguments aux raisons avancées par l’établissement dont il assume la tutelle à l’appui de la réforme envisagée, raisons qui ont fait l’objet, par ailleurs, d’un examen critique serré du conseil scientifique, dont l’indépendance est totale.

Continuer la lecture

  1. NDLR: La rédaction souligne. []

« Si le viol est inévitable, détends-toi et profite ». Bertrand Pauvert, MCF de droit, condamné pour violence et harcèlement sexuel et sexiste, par Rue89

En passant

Lundi 11 juillet, le tribunal correctionnel de Mulhouse a déclaré le professeur en droit de l’Université de Haute Alsace Bertrand Pauvert coupable de violence et de harcèlement sexuel et sexiste. L’ancien directeur du département de droit a été condamné à 12 mois d’emprisonnement avec sursis et interdit d’exercer pendant trois ans.
Extraits. « Je suis contente, surtout pour l’interdiction d’exercer. Ca me soulage de savoir qu’on ne le recroisera plus avant la fin de notre scolarité. » Étudiante en première année de master en « Droit et métiers de l’administration », Manon réagit au délibéré du tribunal correctionnel de Mulhouse. Son ancien maître de conférences à l’Université de Haute Alsace (UHA), (…) est condamné à 12 mois d’emprisonnement avec sursis et interdit d’exercer la profession d’enseignant pendant trois ans. Bertrand Pauvert était poursuivi pour violence sans incapacité et harcèlement sexuel lié à « des propos à connotation sexuelle ou sexiste imposés de façon répétée entre janvier 2018 et octobre 2021 ». La procédure avait débuté suite aux révélations du journal L’Alsace sur les « brimades » de l’enseignant.

(…) Bertrand Pauvert est aussi connu pour un engament politique en tant que coordinateur local de la campagne présidentielle d’Éric Zemmour.

Ce jugement pourrait avoir des conséquences intéressantes pour tous les élèves qui s’estiment victimes de propos sexistes ou à connotation sexuelle de la part de leur professeur. Les victimes de tels propos ne sont pas seulement celles et ceux auxquels le maître de conférences s’est adressé directement. Dans son délibéré, le tribunal a estimé que les propos à caractère sexuels et sexistes ont été tenus à l’égard de l’ensemble des étudiants présents et reçus par chacun à titre personnel, chacun en ayant souffert.

Pour lire l’intégralité de l’article →

#BnFgate. Communiqué des représentants des usagers au Conseil d’administration de la BnF

Le 30 juin 2022, s’est tenu la réunion du Conseil d’administration de la BnF au cours de laquelle la question de la réforme mise en place le 2 mai dernier par la direction de la BnF a fait l’objet d’un long débat.

En tant que représentants élus des usagers, nous venons vous rapporter les points de discussion et de concertation.

Rappelons que les statuts de la BnF ne prévoient pas que les questions liées à son fonctionnement soient soumises au vote du conseil d’administration, même si elles impactent directement les usagers. Lors du CA du 14 mars dernier, nous avions manifesté notre étonnement et demandé à être associés à la prise de décision sur la question de la communication directe des ouvrages.

La réforme mise en place, le 2 mai dernier, par la direction de la BnF consistant à réduire drastiquement la communication directe des documents sans tenir compte de l’opposition exprimée par les personnels et les usagers, a conduit à un mouvement social des agents et à diverses manifestations en soutien menées par les usagers.

Ces actions en opposition ont finalement amené la direction de la BnF à ajouter à l’ordre du jour du CA du 30 juin un point intitulé « 4. Délibération relative aux grandes orientations de la BnF sur l’organisation du service public » dans lequel les modalités de communication des documents (réservation à distance, sur place et communication directe) en rez-de-jardin ont fait l’objet d’échanges nourris.

Chacun (présidente, comité scientifique, CFDT et usagers) a disposé du temps nécessaire pour exprimer son point de vue sur la question. La présidente a formulé plusieurs décisions prises en accord avec les tutelles afin de modifier la réforme en cours et faciliter le travail de recherche en rez-de-jardin. Ces aménagements avaient été partiellement évoqués lors d’une réunion qui s’était tenue le 17 juin entre la présidente et les quatre représentants élus des usagers.

Les représentants élus des usagers rendent compte de leur position sur les diverses avancées actées lors de ce CA.

Après avoir à nouveau appelé les tutelles à soutenir plus fortement la BnF dans ses projets et après avoir rappelé leurs demandes d’un retour aux modalités de communication directe pré-Covid et face à une fin de non-recevoir également réitérée par la direction de la BnF fondée sur des raisons budgétaires, les représentants élus des usagers ont maintenu leur demande formulée lors de la réunion du 17 juin de voir avancer l’heure de communication directe à 11h30 au lieu de 13h30 actuellement.

La raison de cette proposition est justifiée par les aménagements obtenus améliorant les modalités de recherche en rez-de-jardin, à savoir :

  1. La plage horaire de la réservation à distance la veille jusqu’à minuit, au lieu de l’horaire fixé initialement à 17h puis reporté à 20h. Il s’agit sur ce point d’un retour aux modalités de réservation identiques à celle en application avant la crise sanitaire.
  2. La mise en place d’une réservation sur place dès 9 heures avec une communication directe différée à l’horaire mis en place (v. supra point 1). Ce point est un compromis intéressant qui apporte un assouplissement à la rigidité de la plage horaire de la communication directe.
  3. La mise à l’étude d’une procédure dérogatoire pour les titulaires d’un Pass Recherche annuel afin de leur permettre d’avoir accès à la réservation sur place et à la communication directe toute la journée. Toutefois, les services juridiques doivent se prononcer sur le risque encouru d’une rupture d’égalité entre les usagers.

En reprenant à l’identique notre cas pratique exposé lors de la réunion avec la direction de la BnF, le 7 avril dernier, nous pouvons constater que l’usager voit les modalités de sa recherche améliorée par rapport à la réforme initiale mise en place le 2 mai et très pénalisante.

Continuer la lecture

Transphobie : lettre ouverte à l’Université Picardie Jules Verne

Academia reproduit une lettre ouverte qui a circulé sur les listes professionnelles de l’Université de Picardie Jules Verne1, suite à la parution d’une tribune, à l’initative de l’Observatoire de la Petite Sirène. Cette publication de cette tribune a délà eu pour conséquence l’officialisation de la démission du Conseil scientifique de l’Observatoire de la Petite Sirène du sociologue Smaïn Laacher, le président du Conseil scientifique de la Dilcrah.

Update 18/7/2022. Nous ajoutons en vert les signatures qui nous parviennent après la date de publication de la tribune

Lettre ouverte aux collègues et au président de l’Université Picardie Julie Verne

C’est avec autant de surprise que d’indignation que nous avons découvert le nom de cinq de nos collègues de l’UPJV parmi les signataires d’une tribune pseudo-scientifique et transphobe publiée par Le Point le 7 juillet : Anna Cognet, Bernard Devauchelle, Céline Masson, Olga Megalakaki et Véronique Quaglino, directrice de l’UFR Sciences Humaines, Sociales et Philosophie. L’UPJV se trouve ainsi être l’université française la plus représentée parmi les signataires. Cette tribune, « Changement de genre des mineurs : l’appel de personnalités aux médias », est publiée à l’initiative de l’« Observatoire de la Petite Sirène », lobby groupusculaire voué à soutenir et diffuser la transphobie la plus crasse sous un douteux vernis scientifique, codirigé par Anna Cognet et Céline Masson, et dont les liens avec l’extrême-droite catholique sont bien établis. Le groupe est aussi lié au collectif « Vigilance Université »2 dont plusieurs membres, comme Gilles Denis ou François Rastier, signent aussi cette tribune. Ce collectif s’est fait connaître ces dernières années par des articles répétés et répétitifs dans Le Point et Marianne sur le spectre d’une pensée « woke », « islamogauchiste » ou d’une « cancel-culture » qui se répandraient dans l’université française, prenant ainsi pour cible la liberté académique en général et les études de genre et postcoloniales en particulier. La même mouvance avait déjà publié une tribune le 9 novembre 2021, dans L’Express, où signaient déjà Bernard Devauchelle, Céline Masson et Anna Cognet, co-directrices de l’Observatoire de la Petite Sirène, sur le même thème que celle publiée par Le Point le 7 Juillet et avec les mêmes «arguments». Il s’agit là d’une stratégie de sape concertée, insistante, où se retrouve la frange la plus réactionnaire de l’Université française, et qui trouve, à notre consternation, une attention apparemment grandissante à l’Université de Picardie.

Université de Picardie Jules Verne. Campus de la Citadelle,

Continuer la lecture

  1. La lettre a été adressée aux UFR de SHS et d’Arts, à la présidence, au Service Santé Universitaire, à tout le CURAPP. []
  2. NDLR: À propos de Vigilances universités, voir sur Academia, le Manifeste des 100. []

Huit questions sur les relations intimes et la séduction entre directeur·rice de thèse et doctorant·e

À l’occasion de la promotion  sur Twitter de l’article deFarah Deruelle,« La sexualité en colloque, une « parenthèse enchantée » ? Violences et rituels professionnels à l’épreuve de l’égalité des carrières scientifiques», paru dans “Dire la sexualité”,  ed. Pierre Brasseur, Milena Jakšić,Cécile Thomé, Terrains & Travaux n°40, (1/ 2022)1, une controverse très vive a conduit plusieurs personnes à s’interroger sur la possibilité et le cadre réglementaire régissant les relations entre directeurices de thèse et doctorant·es, en reconnaissant l’insuffisante formation des encadrant·es. Anne GE nous en propose ci-après une exposition pédagogique et conclut en partageant de précieux recommendations. Nous la remercions. 

  • par Anne GE, doctorante

Ce billet est tiré d’un fil rédigé dans le cadre d’échanges sur Twitter sur les relations amoureuses et sexuelles entre DT et doctorant·e.

Peut-on consentir à une relation avec son ou sa directeur·rice de thèse ?

Oui, dans l’absolu, il est possible de donner un consentement non seulement valide, mais volontaire et enthousiaste, même si vous n’êtes pas dans une position d’égalité (de statut ou de pouvoir) vis-à-vis de votre directeur·rice de thèse.

De la même façon, un·e étudiant·e peut, dans l’absolu, désirer, souhaiter et consentir dans le cadre de relations avec un·e enseignant·e.

Affirmer le contraire par postulat et construire un argumentaire contre ces relations en jetant un soupçon de principe sur la validité du consentement me semble dangereux et paternaliste : cela revient à nier l’importance des choix, des sentiments, des désirs et des décisions des personnes autonomes que sont les doctorant·es et les étudiant·es. Ces choix, ces sentiments, ces désirs, ces décisions comptent et il est important de reconnaître leur valeur.

L’inégalité de la relation entre doctorant·e et directeur·rice soulève-t-elle des problèmes liés au consentement ?

Oui, et ce n’est pas en contradiction avec l’affirmation précédente. Il s’agit d’un contexte dans lequel les violations du consentement sont très fréquentes, sous la forme de viols, d’agressions sexuelles ou de harcèlement sexuel. Ce contexte facilite aussi des formes d’abus qui ne seraient pas nécessairement reconnus comme des délits mais qui limitent la possibilité de choisir et contrôler la relation pour la personne qui a le moins de pouvoir. Par exemple, il est « facile » de se plaindre de harcèlement sexuel si le ou la DT conditionne la poursuite de la direction à une relation sexuelle (au sens où la caractérisation du chantage est très évidente), beaucoup moins facile de se plaindre parce que vous avez l’impression que votre DT vous fait la tête et se conduit très froidement à la suite de vos refus, qu’il se désintéresse de votre travail ou se montre beaucoup plus critique sur sa qualité.

On peut aussi rappeler que le fait qu’une relation soit consentie dans son ensemble ou qu’un·e doctorant·e soit très profondément amoureux·se de sa ou son directeur·rice n’empêche pas, bien au contraire, que des violences surviennent dans cette relation et qu’elles soient facilitées par l’asymétrie existante.

Peut-on interdire des relations entre adultes consentant·es ?

Il faut en fait distinguer deux questions.

https://www.flickr.com/photos/dionhinchcliffe/3021217860/in/photolist-5AYwP7-5AYugU-HpyTm9-5sC4sg-HpyWRW-8asEzY-9aosJy-5sGtp1-ELBUo-ELAVD-ELBSu-NF6Wm-5AUdy2-5AYtq9-spwcPm-8aszKy-gYuA9-n76ku-dZC8Ba-ELBUC-93eb-boAwqU-8apo4e-f1inf-HGnEq-f6Arg-HGsC6-ELBVs-ELBTs-w7ebui-2mWsPzw-2iEEf3J-2mMzXfD-RCKQ1c-AGEMSp-mLSbkF-8riRnm-7zeaif-GNbGx-93ee-6Zupa-5V3LC-4DNT4q-6UtkGg-fcUr79-bSSrGn-bSSu8P-bSSw5P-bDXMg9-vFsphC

Conference. Credit: Dion Hinchcliffe, 2008

Continuer la lecture

  1. Et en particulier, une note 11. []

#BnFgate. Mobilisation à Tolbiac pour le Conseil d’administration

16400 signatures de la pétition pour le retour aux communications directes et le respect des usager·es, une très grande couverture presse — émission “Grève à la BNF : symoble de la précarité de la recherche ?” à France culture, des artcles et interviews de L’Humainté à Le Figaro, en passant par Le Monde et Télérama  — des centaines de témoignages de lecteurices étrangères,  un tardif communiqué de la CFDT Culture contre la grève mais pour l’arbitrage de la ministre en faveur de lacréation de postes : la grève continue aujourd’hui en ce jeudi 30 juin 2022, après un vote consultatif incompréhensible de la part d’un Conseil scientifique qui n’aurait de scientifique que le nom1

Alors que le Conseil d’administration se réunion cet après-midi, rendez-vous à Tolbiac pour libérer le livres ! Et rendre les communications directes.

Préparation en Assemblée générale de la grève du 30 juin 2022

Merci aux agent·es qui seront en grève aujourd’hui pour soutenir le service public de la Bibliothèque nationale de France : n’hésitez pas à cotiser à la caisse de grève.

  1. Faute de chercheur-ses en activité en son sein? []

#BnFgate Les raisons de la colère

 

La fonction essentielle d’une bibliothèque est de favoriser la découverte de livres dont le lecteur ne soupçonnait pas l’existence et qui s’avèrent d’une importance capitale pour lui. » — Umberto Eco.

  En mars dernier, Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France, annonçait une réduction drastique, absolument stupéfiante, de la mission historique qui incombe à l’institution qu’elle est chargée de protéger, mission historique assurée pourtant sans faillir par un service public d’exception depuis son inauguration en 1996. Jusqu’en mars dernier, lectrices et lecteurs pouvaient en effet consulter librement sur le site François-Mitterrand, au « Rez-de-Jardin », des ouvrages en communication directe toute la journée, de 9 heures à 17 heures Ces conditions, inchangées depuis l’ouverture, appartiendraient désormais au passé. Désormais, depuis mai, les lectrices et les lecteurs de la bibliothèque de recherche ont l’autorisation de commander et directement consulter directement les ouvrages conservés dans les riches magasins de l’institution seulement durant 3h30 les après-midis, de 13h30 à 17H30. 3 heures 30 sur 11heures d’ouverture quotidienne pour accéder directement à ces ouvrages. 3 heures 30 seulement pour choisir de lire tel livre plutôt qu’un autre. 3 heures 30 seulement pour accueillir les imprévus de la pensée, pour choisir les ouvrages consultés, pour lire librement les livres qu’on a besoin de lire. Pourquoi imposer un temps à ce point étriqué aux lectrices, lecteurs, chercheuses, chercheurs alors même que le temps de la pensée, on le sait, est un temps long, fécond en raison de sa durée justement ? Pourquoi nier à la pensée et à la lecture qu’elles nécessitent la liberté de lire en commandant les livres dont elles ont besoin dans le moment où elles ont besoin ? Cette réforme des communications est imposée du sommet de la direction de la Bibliothèque nationale de France, pour des raisons comptables et managériales.*

https://www.flickr.com/photos/nellsjourney/33873554285/in/photolist-TBhPy2-2mrH6K7-2djd8km-PCyGog-8jKFn7-8jGrxt-uqggZ-2djd1tf-6oCFP2-Pmfawc-BCWbH-EmMkwe-7dJ3WK-2jVcMDA-TLNCQN-2aC7a2o-fgr2Bj-nocX7C-2jVcMEx-2kS7YsJ-2jAQbCn-AdkGaH-2mgKaac-5S4DcS-2mPL2xN-266vZb3-RfRxAj-2kMSMbd-2kMrMtf-2kMriCw-nqRNmf-2kMriD3-nocXnN-2jWKBah-25Pn55A-2mPQDhx-9zu7sJ-2kMWDWz-2kMWcZ3-Gd7C9g-2kMCAC6-B6hdQX-2kS9BbP-2kSag6A-8p9AnQ-2miZdxU-2k4Yf5j-fBcmfH-24W9wCE-ounXNZ

BNF, Paris. Crédit: Nell’s journey, 2016

Continuer la lecture

#BnFgate. Réaction à la réforme de la BNF. Communiqué de l’AFS

L’Association française de sociologie exprime son indignation face à la réforme des communications directes de documents en bibliothèque de recherche mise en œuvre depuis le 2 mai 2022 par la Bibliothèque nationale de France. Alors que chercheuses et chercheurs aspiraient, après deux ans de contraintes considérables sur leurs travaux, à retrouver un fonctionnement le plus normal possible, la décision de restreindre la communication directe des documents aux seuls après-midis de 13h30 à 17h constitue un recul considérable des conditions d’accueil en bibliothèque de recherche et une entrave au déroulement même de toute recherche.

Nous tenons à protester contre cette réforme qui est dû à la suppression de postes, en particulier sur les fonctions de magasinage qui sont pourtant essentielles et au sous-effectif et qui ne suit qu’une logique comptable qui n’est pas à la hauteur du rôle de la Bibliothèque nationale de France.

L’Association française de sociologie s’inquiète en outre de la dégradation des conditions de travail des personnels entraînée par cette réforme, dégradation qui ne leur permettra plus de répondre comme il se doit à deux des missions statutaires de la Bibliothèque nationale de France : assurer l’accès du plus grand nombre aux collections d’une part, et participer à l’activité scientifique nationale et internationale d’autre part.

L’Association française de sociologie exprime le vœu que la direction de la Bibliothèque nationale de France renonce au plus vite à cette réforme et revienne aux conditions d’accueil des lectrices et lecteurs de la bibliothèque de recherche en vigueur avant le mois de mars 2020. Nous demandons aussi qu’il y ait les créations de postes nécessaires pour permettre à la Bibliothèque nationale de France d’assurer pleinement ses missions essentielles en garantissant de bonnes conditions de travail au personnel. Nous exigeons aussi le retrait de la mesure visant à embaucher les agents contractuels à temps incomplet sur des CDD d’un an, forme d’ultra-précarité insupportable et le retour aux contrats en CDI sur ce type de postes. Nous apportons tout notre soutien à la mobilisation en cours des lectrices, lecteurs et des personnels et à la grève qui a lieu en ce moment, afin que ces revendications légitimes soient acceptées.