L’évaluation en temps de crise sanitaire

La fin du semestre approchant, les équipes pédagogiques dans les universités sont amenées à se reposer les questions épineuses sur l’évaluation en période de confinement. Bien sûr, les contrôles continus ont maintenu cette question dans les esprits, mais l’organisation des examens soulève des problèmes d’une toute autre ampleur. Si ces questions doivent être posées, certains messages envoyés par des équipes pédagogique soulignent l’urgence de rappeler quelques points légaux qui doivent encadrer nos décisions et peut-être de proposer quelques éléments de réflexion. #ResistESR

L’évaluation : une obligation ou une option ?

En premier lieu, puisque notre métier d’universitaires consiste à élaborer des savoirs et en assurer la diffusion, il faut rappeler que l’évaluation devrait se subordonner à cette mission : évaluer pour enseigner et non l’inverse. Ceci est vrai de l’évaluation formative, bien sûr, mais aussi de l’évaluation assertive – l’un des problèmes actuels étant que sont entrés dans une année de formation des étudiantes et étudiants qui n’ont, suite au premier confinement et à une évaluation rendue presque impossible, pas assimilé les prérequis leur permettant de continuer leurs études dans de bonnes conditions intellectuelles. Il me semble qu’il aurait souvent été préférable de se contenter d’évaluation formative et de laisser le choix aux étudiantes et étudiants de redoubler ou de passer à l’année suivante : au moins nous n’aurions pas donné la fausse impression que nous étions en mesure de leur assurer qu’ils avaient légitimement validé leur année. Dans ces conditions, la question se pose à nouveau d’évaluer, ou de neutraliser.

La question de la fraude

Dans un monde idéal, il suffirait de d’informer les étudiantes et étudiants des conditions dans lesquelles se placer pour les examens et les laisser composer assez librement. Il resterait encore à s’occuper de celles et ceux qui n’ont pas d’espace de travail ou pas d’outil de télécommunication adapté, ce qui ne serait certes pas une mince affaire. Mais notre monde n’est pas idéal, et il est impossible de ne pas prendre en compte que la fraude aux examens universitaires est courante et constitue un problème sérieux.

https://www.flickr.com/photos/galeoc/28282968063/in/photolist-K6gB3p-2FCoti-MEbZFd-qumNk1-58SrYM-Kscige-yypc2s-R5e1QZ-JKRzra-77GD9e-KxHPKt-MzTsvY-TCN29a-epPnwM-WkUVJr-2jmmoe-FJ95xs-Kkuw9B-zs2vpb-HKMTgf-HPK4Kx-7VXKA1-dPn7rJ-JLyV6v-xQte8T-4xMVze-3aSPsc-f8w8Z-ceATeh-6mffr7-FcCkD2-NxXvwd-C4k5Rc-EZAbXk-iExFdj-vGeCf-5igcd7-bJ9dD6-4d5QmE-Duun6r-Nr1tar-rxUtVK-NrJtwV-CPF4wp-JTgH2D-zcWsbz-qyRbzb-oPPdhd-qG81kU-iajywd

Young succulents, from Skolnik Co, 2016

Continuer la lecture

All-inclusive writing

À bon entendeur

#ResistESR

Nous faisons notre possible pour récolter ces informations.

Je signale que ce surcroît de travail administratif s’ajouteau surcroît de travail dû au passage à distance,

lequel s’ajoutait déjà au surcroît de travail dû à l’organisation bouleversée depuis la rentrée,

qui s’ajoutait lui-même au surcroît de travail qu’on nous demande habituellement.

Il me semble qu’on pourrait largement décentraliser et laisser les départements adapter leur travail en réponse à un contexte sans cesse changeant,

tout en leur proposant des services et de l’aide plutôt qu’en leur réclamant du travail supplémentaire.

Lu sur Twitter. Crédit photo: Kentucky Photo File, 2015

 

Concours CNRS 2019 : réintégration dans leur statut de fonctionnaire de lauréates et lauréat du concours CNRS (36/02) en 2019

Academia précise ce soir, après la publication de cette demande de soutien en milieu de journée, plusieurs points, nécessaires de porter à l’attention des nouveaux lecteurs et lectrices de ce blog, qui trouve ses origines dans la scrutation des concours de recrutement dans la fonction publique de l’enseignement supérieur et de la recherche, et qui assure le suivi des recrutements en sections 17 et 72 du CNU.

Nous suivons depuis plusieurs années les déclassements du CNRS. Ce fut notamment le cas en 20171, en 2018, en 2019. Dès 2017, la section 36 du CoNRS a alors fait l’objet d’une grande attention de la communauté, au point de faire oublier que plusieurs personnes, hommes et surtout femmes, ont été déclassé·e·s à l’admission pour les concours de CR et DR. C’est le cas de Maxime Menuet, en section 37, qui vient de faire annuler le concours 2019 – dans son cas, c’est bien son seul déclassement qui est en cause, le CNRS choisissant — par sécurité ? — de ne nommer personne en section 37 cette année-là2. Le candidat malheureux qui, après avoir été déclassé en 2017 et en 2018, n’avait pas été admis en 2018, avait introduit un recours devant le tribunal administratif. Après avoir subi des pressions des dirigeants du CNRS pour ne pas se représenter, il avait jugé que c’était bien la totalité de la procédure entachée par le comportement de la direction de l’INSHS, choisissant courageusement la voie contentieuse pour faire valoir ses droits, qui sont aussi ceux de tous et toutes les candidat·es soumis aux décisions discrétionnaires, sinon arbitraires, de la direction de l’INSHS. L’annulation du concours a mécaniquement conduit à l’insupportable situation que subissent les 5 candidat·es, dont l’une d’entre elleux avait été déclassée à l’admission en 2018, avant d’être admise en 2019. Puis appris que son recrutement, ainsi que celui de 4 autres collègues, avait été purement et simplement annulé.

Extrait du jugement du Tribunal administratif de Paris, 7 octobre 2020, publié dans « Le concours de la section 36 de 2019 annulé par la justice administrative », The Sound of Science, 27 octobre 2020

Chercheurs, chercheuses nommé·e·s au 1er octobre 2019, titularisé·es au 1er octobre 2020, les 5 candidat·es ont eu connaissance du recours par téléphone un samedi, par la direction de l’INSHS qui les informait de l’annulation de leur nomination. Depuis ce jour sombre, le CNRS ne leur a proposé qu’un CDI ne leur donnant pas les mêmes droits que ceux qu’ils et elles avaient acquis. En particulier, Antoine Petit, pdg du CNRS, et François-Joseph Ruggiu, directeur de l’INSHS dont les méthodes sont incriminées dans le jugement prononcé, comme l’a rappelé Martin Clavey, n’ont pas introduit d’amendement à la LPR pour leur réintégration par voie législative, seul moyen de retrouver leur poste de chargé·e de recherche.

Sans aucun soutien d’une administration et d’un directeur— qui ne semble pas vouloir tirer, pour lui-même, les conclusions qui s’imposent pourtant — les 5 candidat·es sont en contact étroit avec les syndicats, à l’instar du SNCS. Iels ont néanmoins besoin de tout notre soutien dans cette procédure réparatrice : iels nous le demandent. Pour que d’autres torts ne soient pas causés aux futurs candidat·es, nous nous associons au bureau de l’ANCMSP dans son adresse : il faut que les procédures de recrutement du CNRS et particulièrement de l’INSHS soient entièrement revues pour sécuriser les candidat·es contre les erreurs relevant de la seule institution.

Credit: Carol Von Canon, 2006
— Psa 37:1,2 Fret not thyself because of evildoers, neither be thou envious against the workers of iniquity. For they shall soon be cut down like the grass, and wither as the green herb.


Chères et chers collègues,

Vous en avez peut-être entendu parler mais cinq de nos collègues chargés de recherche de la section 36 au CNRS se trouvent actuellement dans une situation invraisemblable et kafkaïenne. Du jour au lendemain, alors qu’ils avaient été nommés depuis plus d’un an, ils se sont vus destituer de leur statut de fonctionnaire public par un jugement du tribunal administratif de Paris le 21 octobre dernier, alors qu’ils n’ont aucune part de responsabilité dans les faits qui ont été jugés. Continuer la lecture

  1. Voir les très nombreuses motions et analyses rassemblées pour ce concours sur Academia. []
  2. Voir le Bulletin officiel du CNRS, n°9, septembre 2019, entre les pages 41 et 42. []

Un service de référencement des tribunes et des motions, par la CPESR

Credit: Nana Smirnova

#ResistESR

La CPESR propose un service de référencement des tribunes et motions, qu’elles soient à propos de la LPPR ou d’autre chose.
N’hésitez pas à l’utiliser pour donner plus de visibilité aux expressions locales.

https://cpesr.fr/referencement-de-tribunes-motions-et-petitions/

Le « chant des mâles et des forts ». Olivier Long, sur lundi matin

Le retour des « mauvais maîtres »
L’inquiétante radicalisation de Jean-Michel Blanquer

  • Texte d’Olivier Long,  initialement publié sur lundi matin le 3 novembre 2020
La sidération suscitée par l’assassinat de Samuel Paty semble avoir autorisé le gouvernement, ainsi que son ministre de l’éducation Jean-Michel Blanquer, à sombrer dans une radicalisation express. Alors que le ministre annonce la mise au pas du monde de la recherche universitaire et des sciences humaines en reprenant à son compte et quasiment mot à mot les analyses les plus indigentes et stupides de l’extrême droite, Olivier Long, maître de conférence à la Sorbonne, nous rappelle ici que ce type de tournant fascisant connaît quelques précédents. Notamment la « querelle des mauvais maîtres » en 1940 qui vit l’extrême droite attribuer à Proust, Gide, Mauriac, Valery, Rimbaud et Cocteau mais aussi aux surréalistes, aux dadaïstes et jusqu’à Racine, la responsabilité intellectuelle d’une défaite militaire, et qui n’est pas sans rappeler les accusations de complicités actuelles avec l’islamisme radical.

C’est en surfant sur la vague de sidération produite par les dernières décapitations, que le ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer, développe ce syllogisme :

« …Moi, je pense surtout aux complicités intellectuelles du terrorisme. (…) ce qu’on appelle l’islamo-gauchisme fait des ravages (…) Il fait des ravages à l’université, il fait des ravages quand l’Unef cède à ce type de choses, il fait des ravages quand dans les rangs de la France Insoumise, vous avez des gens qui sont de ce courant-là et s’affichent comme tels. Ces gens-là favorisent une idéologie qui ensuite, de loin en loin, mène au pire ». Jean Michel Blanquer sur Europe 1 le 22 octobre 2020….

Au-delà de la cuistrerie assumée de ce type de sophisme, une question se pose : est-il énoncé simplement par bêtise, par intérêt ou par idéologie ?

Une radicalisation solitaire de Jean-Michel Blanquer ?

La démonstration a toutes les apparences d’une implacable logique. Mais qui pourrait croire sans rire qu’il existe une communication directe ou indirecte entre lieux de « culte » et lieux de « culture » ? Si l’on a bien une certitude sur les auteurs des récents attentats c’est qu’aucun des décapiteurs n’a fréquenté les bancs des facs. Ceux qui ânonnent et rabâchent péniblement quelques sourates du Coran pour réussir une carrière éclair de martyr, que savent-ils de ce qui s’enseigne ou se discute dans les amphithéâtres de nos universités ?

Sous une apparence logique, tout est volontairement confus dans la formulation de Jean-Michel Blanquer. L’« islamo-gauchisme », expression empruntée à l’extrême droite, mêle islam et islamisme dans une stigmatisation commune. Qui sont les « islamo » ? Les musulmans dans leur ensemble ou les islamistes, une secte ultra minoritaire de l’islam actuel ? Le terme d’« islamo-gauchisme » a l’avantage de concilier deux peurs ancestrales : celle du « révolutionnaire-judéo-bolchévique-à-couteau-entre-les-dents » et celle du « musulman-ex-colonisé-égorgeur-et-coupeur-de-tête ». Ce monstre subirait aujourd’hui l’influence occulte des recherches universitaires.

Dans cette chasse aux sorcières, le maccarthysme républicain de Jean-Michel Blanquer use donc d’emblée d’un concept botoxé d’une peur de petit blanc mêlée d’antibolchévisme des années 30. Ce méli-mélo lui permet de conclure devant les sénateurs que des « courants islamo-gauchistes très puissants dans les secteurs de l’enseignement supérieur commettent des dégâts sur les esprits ».

Jean-Michel Blanquer, hussard noir d’une laïcité rigoriste communique sur le fait qu’il existerait un rapport logique, direct, évident, entre l’université, ses bibliothèques ouatées, ses colloques déserts, ses pompes désuètes, et d’affreux coupeurs de tête. Le ministre de l’éducation nationale, ne s’embarrasse pas de pensée critique pour expliquer que les guerres de religion mondiales sont pilotées depuis quelques chaires obscures de l’université française. Si bien que l’on comprend vite que ces tours de passe-passe langagiers visent à faire exploser la langue, comme on use de bombes médiatiques. Un maximum de « dégâts sur les esprits » s’ensuit, car ces manigances relèvent d’une forme de terrorisme intellectuel qui vise à neutraliser toute résistance critique.

Jean-Michel Blanquer, a de toute évidence choisi la voie de la radicalisation pour assurer son salut politique mais est-il un loup solitaire ? Comment a-t-il pu commettre seul cet acte qui consiste à répandre de telles sornettes ? La vérité c’est qu’il n’est pas seul, c’est une organisation. Une organisation sur le déclin donc dangereuse. Jean-Michel Blanquer n’est que le ventriloque, l’âme damnée de son maître Emmanuel Macron. Celui-ci, afin d’imposer son projet de loi sur le « séparatisme » et faire oublier les violences policières, répète depuis le mois de juin que des universitaires ont « encouragé l’ethnicisation de la question sociale en pensant que c’était un bon filon. Or, le débouché ne peut être que sécessionniste. Cela revient à casser la République en deux ».

« Assujetir l’hérétique », affiche, 2015

Continuer la lecture

Manifeste des 100 : retrait de la signature de Patrick Charandeau

En passant

 

« Manifeste des 100 »: retrait de signature

J’ai répondu au Manifeste des Cents dans des circonstances particulières : à Pau j’assistais ma sœur de 97 ans qui se trouve dans un état dramatique. Après avoir parcouru rapidement le texte, j’ai répondu en précisant que « ce n’est pas à la Ministre de l’Enseignement supérieur, ni au Ministre de l’Éducation nationale d’intervenir, mais à la communauté des enseignants et des chercheurs tout entière de s’élever contre ces dérives au nom d’une éthique de responsabilité. »

De retour à Paris, et alerté par une collègue, j’ai relu ce texte attentivement et me rends compte que je n’en avais pas mesurer la teneur.

Que circulent des discours sur l’indigénisme, le racialisme, le décolonialisme est un fait. J’ai écrit à ce propos un texte qui est paru dans Le Monde numérique. Cela n’en fait pas nécessairement une idéologie. Il y faut un peu plus d’études sur la question pour l’affirmer. J’ai moi-même eu à m’affronter à ces discours extrémistes lors de conférences, cela n’en fait pas une majorité. Des universitaires n’ont pas à tomber dans le travers des médias qui de cas particuliers ou minoritaires en font une généralité. Cela fait écho au « grand remplacement » annoncé par certains.

Pour ce qui me concerne, je partage la déclaration de la CPU : « la recherche n’est pas responsable des maux de la société, elle les analyse ». J’ai défendu ce point de vue dans plusieurs écrits sur l’éthique du chercheur : comme citoyen, tout individu a des devoirs d’engagement ; comme chercheur, son devoir est au regard de la recherche de la « vérité » ; c’est ce que la société attend de lui.

Ma position sur la laïcité, après avoir mené une recherche sur la question dans le cadre du Centre d’analyse du discours, est de mesure : défendre la loi de 1905, faire œuvre d’explication et inciter les acteurs concernés à des actions de responsabilité. J’ai participé un temps aux travaux de l’Observatoire de la laïcité dont je partage la position. Quant à la question du voile, j’approuve la loi de 2004 sur l’interdiction, dans le cadre scolaire, du « port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse », et estime qu’il ne convient pas de l’étendre au-delà de ce contexte.

En tout état de cause, les universitaires n’ont pas à appeler leurs instances de tutelle à créer un comité de vigilance. Sont-ils si frileux qu’ils ne puissent se prendre en charge ?

Je souhaite donc que l’on retire ma signature de l’« Appel des Cents »

Patrick Charaudeau
Professeur émérite des universités

 

7 novembre 2020. Victoire de Kamala Harris et de Joe Biden à la Maison Blanche (et Bernie Sanders au Sénat)

Remember the long path…

Marche des femmes, Paris, 21 janvier 2017 – Photos : Serge d’Ignazio

1. Gloria Steinem, Women’s March 2017, Washington DC

Continuer la lecture

Cyberattaque nazie et antiféministe

Communiqué du comité d’organisation  du colloque
Nos luttes changent la vie entière : 50 ans de MLF

Le vendredi 6 novembre après-midi, lors de la troisième séance de notre colloque sur Zoom intitulé « Nos luttes changent la vie entière : 50 ans de MLF », des trolls masculinistes d’extrême droite, envoyés par des participants du site jeuxvideo.com, sont venus à plusieurs perturber le bon déroulé du programme : des pseudonymes et des messages explicitement nazis sur le chat, des dessins obscènes sur les vidéos et des apparitions grimées ou à visage découvert sur la mosaïque. Le colloque a été interrompu, mais se tiendra de nouveau dans des conditions sécurisées. Nous dénonçons ces pratiques d’intimidation qui deviennent courantes, nous appelons les institutions académiques à entreprendre des actions judiciaires à leur encontre et le site jeuvideo.com qui, n’en est pas à sa première affaire d’attaques antiféministes, à sanctionner et empêcher ces pratiques.

Pour toute remarque ou information pouvant nous aider,
merci d’écrire au contact comité.

Censurer au nom de la liberté d’expression

En passant

Université : censurer au nom de la liberté d’expression

Se faire censeur, mais pour la liberté. Analyse des polémiques récurrentes concernant l’université en général et la « gauche académique » en particulier, qui auraient abandonné tout esprit de liberté d’expression pour sombrer dans la censure à outrance. Il semble bien que ce soit le contraire qui ait lieu, et que sous le déguisement hypocrite d’une campagne contre la censure, celle-ci soit en train de se mettre en place.

 

  • par Anonyme, Racismes, 4 novembre 2020

Le 27 octobre 2019, dans les colonnes de l’hebdomadaire Marianne, qu’elle dirige, la journaliste Natacha Polony s’émouvait de l’émergence d’un « nouveau fascisme universitaire »1 prêt à exercer sa censure sur toute pensée divergente. Selon elle, un « climat de terreur » ravagerait ces « temples dédiés aux savoirs » qu’avaient été les universités avant que le « fascisme » en question ne s’abatte sur l’enseignement supérieur et la recherche en France, et enfermerait tout un chacun dans un silence complice, trop effrayé d’être la prochaine victime de la machine à dénoncer les réactionnaires.

Cette vision du monde universitaire est développée alors que plusieurs manifestations ont lieu à Bordeaux en réaction à l’intervention programmée de la philosophe Sylviane Agacinski sur le thème de la gestation pour autrui (« GPA ») et de la procréation médicalement assistée pour les couples de femmes (ou « PMA pour toutes »). La philosophe avait en effet fait connaître, dans de nombreuses interventions publiques, y compris en tant qu’experte et devant le Parlement, son opposition à de telles mesures. Ayant renoncé à l’événement après qu’une modification de sa formule lui ait été proposée (la conférence-tout-court passant au format d’une conférence-débat), Mme Agacinski incarnait donc le nouveau visage des victimes de ce « fascisme ». Et Natacha Polony de s’insurger : « Il serait plus que temps de refuser à ces inquisiteurs et à leur affidés le droit de définir au nom des citoyens le progrès et le bien commun ». On notera qu’elle ne dit pas davantage comment il s’agirait de le leur refuser ni dans quelle mesure une telle action ne constituerait pas en elle-même un acte de censure. Ainsi qu’on le verra plus loin, c’est probablement parce que c’en serait un.

Ce que Polony remarque toutefois dans son éditorial, c’est que « ceux qui se sont élevés contre la terreur intellectuelle imposée par les activistes de Bordeaux sont avant tout des gens de droite, opposés à l’extension de la PMA aux couples homosexuels ». Loin d’y voir une position partisane – il est après tout pratique, lorsque l’on s’oppose à une mesure, de parvenir à expliquer que l’on fait partie d’une minorité opprimée–, l’autrice l’analysait comme le signe de l’abandon de la liberté d’expression par la gauche, notamment académique, et de sa défense comme valeur supérieure par la droite. Ce faisant, elle s’inscrivait dans une polémique récurrente concernant l’université en général et la « gauche académique » (quoi que cela soit) en particulier : les deux auraient abandonné tout esprit de liberté d’expression pour sombrer dans la censure à outrance. Il semble bien que ce soit le contraire qui ait lieu, et que sous le déguisement hypocrite d’une campagne contre la censure, celle-ci soit en train de se mettre en place.

Lire la suite sur Racismes.hypothèses.org →

Recensement de toutes les actions contre la censure, en faveur des savoirs émancipateurs et critques pour et par tous et toutes : Les sciences sociales contre la République ?

Des pontes et des goules de la République : Xanax explique deux-trois choses aux macrono-droitards

Lien vers la tribune : « Cette attaque contre la liberté académique est une attaque contre l’Etat de droit démocratique », Le Monde, 2 novembre 2020

#Poésie du #dimanche pour continuer de vivre

  • par Amélie Hart-Hutasse, 1er novembre 2020
Aujourd’hui : rien.
J’essaye de ne pas penser
tout le temps
aux disparues
aux absents
et d’accueillir le brouillard
comme un manteau d’oubli.
Et demain ?
Des feuilles seront
tombées à terre
et moi
encore debout.

THE protocole de soin par vent mauvais, par Marie DaSylva

Aux concerné·es

  • D’après @napilicaio, 19 octobre 2020 – avec sa permission

1. Limitez/ coupez les médias
Les discours racistes et islamophobes ne sont pas une information , ils sont anxiogènes. Le but : vous faire inérioriser le fait que vous devez prouver que vous n’êtes pas des éléments criminogènes.

2. Pas de réseaux sociaux en se levant ni au coucher

3. Votre entourage
Parfois il faudra dire : Venez on parle d’autres choses un peu !

4. Au taf :
Ne rentrez même pas dans cette discussion par pitié.
Vous ne serez pas gagnants car soit vous vous justifierez soit vous serez coupable de nuancer donc PAS DE CONVO AU TAF, de vague discussion sur le sujet.
Technique : ayez toujours votre téléphone sous la main, pour qu’une conversation urgente puisse venir vous délivrer de l’enfer.

5. Créez des groupes de paroles non mixtes encadrés
L’idée est évidemment d’y lâcher tout ce qui vous pèse, mais aussi de partager vos ressources de survie.

Kapwani Kiwanga, Flowers for Africa Nigeria © ADAGP/Kapwani Kiwanga/Courtesy Galerie Jérôme Poggi. Photo Nicolas Brasseur – K. Kiwanga vient d’être honorée du prix Marcel Duchamp 2020

6. S‘organiser politiquement
Bien évidemment, s’organiser politiquement
sera plus que nécessaire. Il faut répondre à l’injonction de se désolidariser par de l’organisation autonome et politique, sans vous sentir tenu·e par des façons de poser les problèmes qui vous sont étrangères. Ne vous sentez pas concerné·es, mais agissez selon ce qu’il vous semble juste et pertinent.
C
‘est ça, réaffirmer son humanité.

5. N’hésitez pas à compléter ce fil avec vos méthodes de survie contre l’islamophobie. Vous êtes la ressource.

6. Appliquer sans faillir le principe des 300 secondes

Alors les 300 secondes : c’est un « crédit oppression » qui dure 24 h et qui est spécialement fait pour celles et ceux qui n’arrivent pas à gérer l’injonction de pédagogie des Dominants.

Vous avez 300 secondes DANS LA JOURNÉE pour parer aux interactions racistes, sexistes, validistes.

Vous n’avez pas le droit d’utiliser ses 300 secondes en une fois.

Votre temps est limité. Au lieu de faire des exposés en espérant en vain que Jean Mi comprenne, vous allez le tacler pour qu’il ne recommence pas… De toute façon, soit il veut comprendre – et ce serait déjà fait – soit cela ne l’

Le but vous l’avez compris est de limiter de manière drastique le cout émotionnel lié à l’injonction de pédagogie.